2012-90. « Elles sont apparues la bénignité et l’humanité de Dieu, notre Sauveur! »

Mercredi 26 décembre 2012
premier jour dans l’Octave de Noël
et fête de Saint Etienne, protomartyr.

2012-90.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

J’eusse souhaité vous écrire hier, saint Jour de la Nativité de Notre-Seigneur, mais le site qui héberge ce blogue étant en partie paralysé par des problèmes techniques, il me fut impossible de vous adresser mes voeux de Noël ainsi que je l’avais prévu…
Du moins vous ai-je tous rejoints par une prière amicale, chacun m’étant personnellement présent avec ses intentions, ses préoccupations, ses joies et ses soucis

Alors que le monde déchristianisé et superficiel a tendance à anticiper toujours plus et à « fêter Noël » avant Noël avec de moins en moins de place à la religion, pour nous la fête a commencé seulement à minuit, dans la nuit du 24 au 25 décembre, au moment où les cloches ont carillonné pour annoncer l’heure bénie de la naissance de notre Rédempteur et où nous avons entonné le fameux « Minuit! Chrétiens, c’est l’heure solennelle où l’Homme-Dieu descendit jusqu’à nous… »
Alors que le monde déchristianisé et superficiel considère qu’après l’ouverture des cadeaux, et qu’après avoir bien bu et bien mangé, le 26 décembre la fête est finie, pour nous au contraire la fête dure huit jours – c’est l’Octave de Noël – , puis se prolonge jusqu’à l’exultation triomphante de l’Epiphanie.
Alors que, nous dit-on, un nombre toujours croissant de personnes revend dès le 25 décembre les cadeaux reçus, pour nous le céleste et inestimable présent du Verbe de Dieu incarné va alimenter de façon inépuisable notre adoration, notre action de grâces, notre louange, notre prière et nos méditations devant la représentation de la crèche pendant quarante jours…

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de le faire, je vous engage à lire et à approfondir les textes que nous a donnés notre Saint-Père le Pape à l’occasion de ces célébrations de la Nativité de l’année 2012 :
- tout d’abord le grand discours que le Souverain Pontife a prononcé le 21 décembre à l’occasion des voeux du Sacré Collège, de la Curie et du Gouvernorat de la Cité du Vatican ; ce discours revêt toujours une importance particulière puisqu’il permet au Saint-Père de dresser un bilan de l’année écoulée et d’établir une synthèse de la situation de l’Eglise et du monde (en lire le texte complet ici > www).
- il y a ensuite l’homélie de la Messe de la Nuit de Noël, dans laquelle le Pape nous a livrés quelques éléments de méditation et d’approfondissement très riches, tant pour notre vie spirituelle que pour notre relation avec une société dans laquelle l’anti-christianisme se fait souvent plus virulent (texte ici > www).
- enfin il y a le message de paix adressé depuis la loggia de la Basilique Vaticane à l’occasion de la bénédiction urbi et orbi du saint Jour de Noël (ici > www).

Je me contente de citer ici un court passage de l’homélie de la Nuit de Noël :
« La paix sur la terre entre les hommes est en relation avec la gloire de Dieu au plus haut des cieux. Là où on ne rend pas gloire à Dieu, là où Dieu est oublié ou même renié, il n’y pas non plus de paix. Aujourd’hui, pourtant, des courants de pensée répandus soutiennent le contraire : les religions, en particulier le monothéisme, seraient la cause de la violence et des guerres dans le monde ; il conviendrait avant tout de libérer l’humanité des religions, afin qu’il se crée ensuite la paix ; le monothéisme, la foi dans le Dieu unique, serait tyrannie, cause d’intolérance, car, en fonction de sa nature, il voudrait s’imposer à tous avec la prétention de l’unique vérité. Il est vrai que, dans l’histoire, le monothéisme a servi de prétexte à l’intolérance et à la violence. Il est vrai qu’une religion peut devenir malade et arriver ainsi à s’opposer à sa nature la plus profonde, quand l’homme pense devoir prendre lui-même en main la cause de Dieu, faisant ainsi de Dieu sa propriété privée. Nous devons être vigilants face à ces travestissements du sacré. Si dans l’histoire un certain usage inapproprié de la religion est incontestable, il n’est pourtant pas vrai que le « non » à Dieu rétablirait la paix. Si la lumière de Dieu s’éteint, la dignité divine de l’homme s’éteint aussi. Alors, il n’est plus l’image de Dieu, que nous devons honorer en chacun, dans le faible, dans l’étranger, dans le pauvre. Alors, nous ne sommes plus tous frères et sœurs, enfants de l’unique Père qui, à partir du Père, sont en relation mutuelle. Quels types de violence arrogante apparaissent alors et comment l’homme déprécie et écrase l’homme, nous l’avons vu dans sa toute cruauté au cours du siècle dernier. Seulement si la lumière de Dieu brille sur l’homme et dans l’homme, seulement si chaque être humain est voulu, connu et aimé par Dieu, seulement alors, quelle que soit sa situation de misère, sa dignité est inviolable. Dans la Sainte Nuit, Dieu lui-même s’est fait homme, comme le prophète Isaïe avait annoncé : l’enfant né ici est “Emmanuel”, Dieu avec nous (cf. Is. VII, 14). Et au cours de tous ces siècles, vraiment, il n’y a pas eu seulement des cas d’usage inapproprié de la religion, mais des forces de réconciliation et de bonté sont toujours venues de nouveau de la foi en ce Dieu qui s’est fait homme. Dans l’obscurité du péché et de la violence, cette foi a introduit un rayon lumineux de paix et de bonté qui continue à briller ».

Mais, je vous en prie, ayez cette sainte curiosité – à laquelle le Souverain Pontife a aussi exhorté les fidèles – d’aller tout lire avec attention, afin d’en extraire un suc nourrissant et en faire votre miel spirituel : il y a vraiment matière pour cela!

Je ne prolongerai pas davantage aujourd’hui. Je vous souhaite – malgré tous les facteurs terrestres d’inquiétude et de trouble – toutes les grâces de paix intérieure et de joie spirituelle qui découlent du Coeur très aimant de Jésus, Verbe de Dieu incarné, puisque « elles sont apparues la bénignité et l’humanité de Dieu, notre Sauveur » (épître de la Messe de l’Aurore : Tit. III, 4), et je vous laisse maintenant découvrir, en vidéo, notre crèche, où vous allez retrouver reproduit, comme décor de la Nativité, notre Mesnil-Marie lui-même.

Frère Maximilien-Marie.

Image de prévisualisation YouTube

petit-ange-au-gloria crèche du Mesnil-Marie dans De liturgia

Pour aider et soutenir le Refuge N.D. de Compassion > www.

Publié dans : De liturgia, Textes spirituels | le 26 décembre, 2012 |7 Commentaires »

2012-89. Divinae patientiae mysterium…

- Mystère de la Patience divine -

18 décembre,
fête de l’expectation de l’enfantement de la Bienheureuse Vierge Marie.

2012-89. Divinae patientiae mysterium... dans Lectures & relectures jacques-daret-detail-du-tableau-de-la-visitation

Jacques Daret (1404 – 1470) : détail du tableau de la Visitation.

Mystère de l’attente.
Mystère de la bienheureuse espérance.

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Et, comme tout ce qui est divin, Sa patience est infinie,
Son absence de précipitation est infinie,
Son espèce de refus de réagir « à chaud » est infinie.

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Sa patience est infinie.
Quand l’homme – Adam – entraîne dans le péché originel toute l’humanité qui naîtra de lui, et qu’Il lui promet un Rédempteur, Il mettra plusieurs millénaires pour accomplir cette promesse.
Et nous, si spontanément, nous Lui aurions conseillé de Se dépêcher de mettre à exécution Son dessein de Salut : « Vous rendez-Vous compte, Seigneur? Toutes ces âmes qui, en attendant, risquent de Vous échapper parce qu’elles seront extérieures à Votre sainte grâce !!! »

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Sa patience est infinie.
Tout au long de l’Ancien Testament, que d’exemples de cette patiente longanimité, que de leçons de patience données aux premiers patriarches, à Noé (il s’écoule 100 ans entre l’annonce du déluge et le moment de son déclenchement, et pendant ce temps-là les impies se moquaient de Sa « menace »), à Abraham, à Jacob, à Joseph, à Moïse (« Je suis le Seigneur, lent à la colère… »), à David, aux saints prophètes et aux rois du peuple d’Israël, ce peuple à la nuque raide, si prompt à se détourner de la voie de sainteté qui lui a pourtant été si bien présentée et expliquée !

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Sa patience est infinie.
Quand enfin Il a décidé que la plénitude des temps était venue et qu’Il a envoyé Son Fils dans le monde, Il ne l’a pas fait apparaître à l’âge adulte (de la même manière qu’Il avait créé Adam) pour accomplir une Rédemption prompte et bien tranchée, comme nos héros qui – Deus ex machina – viennent rétablir des fins heureuses à la manière des contes de fées.

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Sa patience est infinie.
Neuf mois de gestation dans le sein d’une Vierge silencieuse ; une naissance dans le dénuement, ignorée ou méprisée par la plupart de ceux qui attendaient avec pourtant tant de désirs le Salut promis à Israël ; des années d’exil en terre païenne ; une vie humble et laborieuse dans une obscure bourgade de Galilée jusqu’à l’âge de trente ans ; trois années de prédication en butte à une contradiction et une opposition croissantes, avec en sus l’incompréhension et la lourdeur d’esprit de Ses propres élus…

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Sa patience est infinie.
Quand Il accomplit enfin cette Rédemption qu’avaient espérée patriarches et prophètes, c’est dans l’opprobre, c’est dans l’échec apparent, c’est en donnant aux forces du mal le sentiment de leur victoire…
Et quand Il triomphe de la mort, c’est sans l’imposer de manière évidente et éclatante, c’est dans les voiles mystérieux de la foi : « Bienheureux ceux qui croiront sans avoir vu ! »

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Sa patience est infinie.
Il annonce que nous sommes entrés dans « les derniers temps », Il nous enseigne par Ses saints Apôtres que nous devons nous tenir prêts parce qu’Il reviendra bientôt, Il nous assure que « maintenant » le jugement du monde est proche et que le prince de ce monde va être jeté dehors… et cela fait vingt siècles que pourtant tout semble continuer comme avant Sa venue.

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Sa patience est infinie.
Il établit Son Eglise – une, sainte, universelle – , Son Royaume ici-bas, en lui faisant endurer à travers la longue suite des siècles, de sanglantes persécutions, de fratricides divisions, de perverses hérésies, de cruelles apostasies…
Bien pis : en permettant que Ses élus, Ses baptisés, Ses consacrés, Ses prêtres, Ses pontifes, pactisent avec le péché, s’accommodent de la tiédeur, vivent dans la schizophrénie spirituelle de ceux qui prêchent la bonne parole et se complaisent dans des moeurs scandaleuses, pervertissent Sa doctrine, laissent l’affadissement corrompre le sel, Le renient, Lui crachent au Visage, profanent le sceau sacré imprimé dans leur âme, se damnent…

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Sa patience est infinie.
Il a voulu que l’Empire – avec les Saints Constantin et Théodose – abandonne le culte des idoles et devienne chrétien, mais Il a aussi permis que ce même Empire tombe sous les coups des barbares ariens ou païens.
Il a oeuvré magnifiquement, par Ses saints, pour la conversion de ces barbares et l’édification de royautés chrétiennes, mais Il a aussi permis que ces mêmes royautés se divisent, s’effritent et s’effondrent du fait des hérésies et des schismes, du fait des pseudo « lumières », du fait de la Maçonnerie, du fait de l’athéisme et du laïcisme militants…

Dieu ne met aucune hâte à faire les choses.
Dieu est patient…
Sa patience est infinie.
Il me donne, chaque jour et tous les jours, toutes les grâces nécessaires à mon salut et à ma sanctification, mais Il tolère toutefois que je Lui sois infidèle et que je reprenne ma parole quand je Lui ai tant de fois promis fidélité, Il supporte que je grignote en pratique – petit bout par petit bout – les dons que je Lui avais fait, Il endure que je tombe et retombe dans mes lamentables fautes parce que je me laisse entraîner par mes lâchetés, Il patiente tandis que je trahis par manque de ferveur et d’amour…

Dieu est patient.
Sa patience est infinie !

Patience de mon Dieu,
Sainte Patience de mon Dieu,
Sainte et infinie Patience de mon Sauveur,
Sainte et souveraine Patience du Roi des rois qui tenez en Votre main la destinée de toutes choses,
Sainte et incompréhensible Patience du Juge éternel qui avez versé jusqu’à la dernière goutte de Votre Sang Précieux pour m’obtenir le pardon,
ô divine et Sainte Patience,
je vous adore !

Patience de mon Dieu,
Patience de mon Sauveur,
Patience de mon Roi,
Patience de mon Juge,
apprenez-moi à voir les choses d’ici-bas avec vos propres yeux,
enseignez-moi à être patient avec les autres, et avec moi-même, selon cette même mesure qu’Il exerce envers moi !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

nika attente dans Prier avec nous

En préparation de la Nativité, lire ou relire l’histoire de la dévotion à la Crèche > www.

2012-88. Le Seigneur, connaissant ce qui doit arriver, se rit des vains complots des impies.

Commentaire de Saint Augustin
sur le Psaume deuxième :
« Quare fremuerunt gentes » 

Résumé : Les méchants veulent s’affranchir du joug de Dieu et de son Christ. Mais ce Christ, Roi pour l’éternité et Chef de l’Eglise, étendra Son Royaume partout malgré eux. Rangez vous sous sa bannière par la foi et l’obéissance confiante en Ses lois, si vous ne voulez pas être brisés et confondus au jour où éclatera Sa justice.

2012-88. Le Seigneur, connaissant ce qui doit arriver, se rit des vains complots des impies. dans Commentaires d'actualité & humeurs carl-van-loo-adoration-des-mages-detail

Carl Van Loo : l’adoration des Rois (détail)

1. « A quoi bon ce frémissement des nations et ces vaines machinations des peuples? Les rois de la terre se sont levés, les princes ont formé des ligues contre le Seigneur et contre Son Christ (Psalm. II, 1-2) » . Le psalmiste dit : « A quoi bon», comme il dirait : C’est en vain ; car ces ligueurs n’ont pas atteint le but qu’ils se proposaient, l’extinction du Christ : c’est la prédiction des persécuteurs de Jésus dont il est fait mention dans les Actes des Apôtres (Act. IV, 26).

2. « Brisons leurs liens, et rejetons leur joug loin de nous (Psalm. II, 3) ». Bien que ces paroles soient susceptibles d’un autre sens, il est mieux de les appliquer à ceux dont le Prophète a dit qu’ils machinaient en vain ; en sorte que « brisons leurs chaînes, et rejetons leur joug loin de nous », signifie : appliquons-nous à éluder les devoirs et à rejeter le fardeau de la religion chrétienne.

3. « Celui qui habite dans les cieux se rira d’eux, le Seigneur les persiflera (Psalm. II, 4.) ». La même pensée est deux fois exprimée : car au lieu de : « Celui qui habite dans les cieux », le Psalmiste a dit : « Le Seigneur » ; et « se rira », est remplacé par « persiflera ». Gardons-nous toutefois d’entendre ces expressions d’une manière humaine, comme si Dieu plissait des lèvres pour rire, et des narines pour se moquer. Il faut entendre par là, le pouvoir qu’il donne à ses élus de lire dans l’avenir, d’y voir le nom du Christ se transmettant jusqu’aux derniers humains, s’emparant de tous les peuples, et de comprendre ainsi combien sont vaines les trames des méchants. Ce pouvoir qui leur découvre cet avenir, c’est la moquerie et le persiflage de Dieu. « Celui qui habite les cieux se rira d’eux ». Si, par les cieux, nous comprenons les âmes saintes, c’est en elles que le Seigneur connaissant ce qui doit arriver, se rit des vains complots et tourne en dérision.

4. « Alors il leur parlera dans sa colère, et les confondra dans sa fureur (Psalm. II, 5) ». Pour nous mieux préciser l’effet de cette parole, David a dit : « Il les confondra » ; en sorte que « la colère » de Dieu est identique « à sa fureur ». Mais cette colère et cette fureur du Seigneur Dieu, ne doit pas s’entendre d’une perturbation de l’âme ; c’est le cri puissant de la justice dans toute créature, soumise à Dieu pour le servir. Car il faut bien nous rappeler et croire ce qu’a écrit Salomon : « Pour toi, ô Dieu de force, Tu es calme dans Tes jugements, et Tu nous gouvernes avec une sorte de respect (Sap. XII, 18) ». En Dieu donc, la colère est ce mouvement qui se produit dans une âme connaissant la loi de Dieu, quand elle voit cette même loi violée par le pécheur ; elle est cette indignation des âmes justes qui flétrit par avance bien des crimes. Cette colère de Dieu pourrait fort bien se dire encore des ténèbres de l’esprit qui envahissent tout infracteur de la loi de Dieu.

5. « Moi, je suis établi par lui, pour régner en Sion, sur la montagne sainte, pour prêcher sa loi (Psalm. II, 6) ». Ces paroles s’appliquent évidemment à Notre-Seigneur Jésus-Christ. Si, pour nous, comme pour beaucoup d’autres, Sion veut dire contemplation, nous ne pouvons mieux l’entendre que de l’Eglise, dont l’âme s’élève chaque jour pour contempler en Dieu ses splendeurs, selon ce mot de l’Apôtre : « Nous verrons à découvert la gloire du Seigneur (II Cor. III, 18) » ; voici donc le sens : « Moi, je suis établi par lui pour régner sur la Sainte Eglise », appelée ici montagne à cause de sa hauteur et de sa solidité. « C’est moi qu’il a établi roi » : moi, dont les impies cherchaient à briser les chaînes et à secouer le joug. « Pour prêcher sa loi » : qui ne comprendrait cette expression, en voyant la pratique de chaque jour?

6. « Le Seigneur m’a dit : Tu es Mon Fils ; Je t’ai engendré aujourd’hui (Psalm. II, 7) ». Dans ce jour, on pourrait voir la prophétie du jour où Jésus-Christ naquit en sa chair. Néanmoins comme « aujourd’hui » indique l’instant actuel, et que dans l’éternité, il n’y a ni un passé qui ait cessé d’être, ni un futur qui ne soit pas encore, mais seulement un présent – car tout ce qui est éternel est toujours – cette expression : « Aujourd’hui, Je t’ai engendré », s’entendra dans le sens divin, selon lequel la foi éclairée et catholique professe la génération ininterrompue de la puissance et de la sagesse de Dieu, qui est Son Fils unique.

7. « Demande-moi, et je te donnerai les nations pour héritage (Psalm. II 8) ». Ceci n’est plus éternel, et s’adresse au Verbe fait homme, qui s’est offert en sacrifice, à la place de tous les sacrifices, « qui intercède encore pour nous (Rom. VIII, 34)» ; en sorte que c’est à Jésus-Christ, dans l’économie temporelle de l’Incarnation opérée pour le genre humain, qu’est adressée cette parole : « Demande-moi » : oui, demande que tous les peuples soient unis sous le nom chrétien, afin qu’ils soient rachetés de la mort, et deviennent la possession de Dieu. « Je te donnerai les nations en héritage », afin que tu les possèdes pour leur salut, et qu’elles te produisent des fruits spirituels. « Et ta possession s’étendra jusqu’aux confins de la terre ». C’est la même pensée répétée. «Les confins de la terre » sont mis ici pour les nations, mais dans un sens plus clair, afin que nous comprenions toutes les nations : le Psalmiste a dit « possession » au lieu de « héritage ».

8. « Tu les gouverneras avec un sceptre de fer », dans l’inflexible justice. « Tu les briseras comme un vase d’argile (Psalm. II, 9) », c’est-à-dire tu briseras en eux les passions terrestres, les immondes soucis du vieil homme, et tout ce qu’il a puisé, pour se l’inculquer, dans la fange du péché. « Et maintenant, ô rois, comprenez » (Psalm. II 10) ». « Maintenant », c’est-à-dire, quand vous aurez une vie nouvelle, ayant brisé cette enveloppe de boue, ces vases charnels de l’erreur, qui sont l’apanage de la vie passée, oui, « alors comprenez, vous qui êtes rois », puisque vous pouvez d’une part diriger tout ce qu’il y a chez vous de servile et d’animal, et d’autre part combattre, non comme frappant l’air, mais châtiant vos corps et les réduisant en servitude (I Cor. IX, 26-27). « Instruisez-vous, vous tous qui jugez la terre ». C’est une répétition. « Instruisez-vous » est mis pour « comprenez » ; et, « vous qui jugez la terre», pour « vous qui êtes rois ». Le Prophète veut dire que l’homme spirituel doit juger la terre ; car ce que nous jugerons nous est inférieur ; et tout ce qui est inférieur à l’homme spirituel, peut bien s’appeler terre, puisqu’il est meurtri par la chute terrestre.

9. « Servez le Seigneur avec crainte (Psalm. II, 11) » ; parole qui prévient l’orgueil que nous donnerait cette autre : « O rois qui jugez la terre ». « Et tressaillez en lui avec tremblement ». « Tressaillez », est fort bien ici pour corriger ce qu’aurait de pénible : « Servez. le Seigneur avec crainte ». Mais afin que celte jubilation n’aille point jusqu’à la témérité, le Prophète ajoute : « avec tremblement » : ce qui nous invite à garder avec soin et vigilance le principe de la sanctification. «Et maintenant comprenez, ô rois », peut encore s’entendre ainsi : Et maintenant que je suis constitué roi, ne vous en affligez point, ô rois de la terre, comme d’un empiétement sur vos privilèges ; mais plutôt instruisez-vous et comprenez qu’il vous est avantageux de vivre sous la tutelle de celui qui vous donne l’intelligence et l’instruction. L’avantage qui vous en reviendra, sera de ne point régner à l’aventure, mais de servir avec tremblement le Seigneur de tous, de vous réjouir dans l’attente d’une félicité sans mélange, vous tenant en garde et dans la circonspection contre l’orgueil qui vous en ferait déchoir.

10. « Emparez-vous de la doctrine, de peur qu’un jour le Seigneur n’entre en colère, et que vous ne perdiez la voie de la justice (Psalm. II, 2) ». C’est ce qu’a déjà dit le Prophète : « Instruisez- vous et comprenez » ; car s’instruire et comprendre, c’est s’emparer d’une doctrine. Cependant l’expression : « apprehendite, emparez-vous», désigne assez clairement un certain abri, un rempart contre tout ce qui pourrait arriver, si l’on apportait moins de soin à s’emparer. « De peur qu’un jour le Seigneur ne s’irrite », renferme un certain doute, non point dans la vision du prophète, qui en a la certitude, mais dans l’esprit de ceux qu’il avertit ; car ceux qui n’ont point une révélation claire de la colère n’y pensent d’ordinaire qu’avec doute. Ceux-là donc doivent se dire: « Emparons-nous de la doctrine, de peur que le Seigneur ne s’irrite, et que nous ne perdions la voie de la justice». Déjà nous avons exposé plus haut comment « s’irrite le Seigneur (Sup. n. 4) ». « Et que vous perdiez la voie de la justice ». C’est là un grand châtiment, que redoutent ceux qui ont déjà goûté les douceurs de la justice. Celui qui perd la voie de la justice, doit errer misérablement dans les voies de l’iniquité.

11. « Quand bientôt s’enflammera sa colère, bienheureux ceux qui auront mis en lui leur confiance (Psalm. II,13) ». C’est-à-dire, quand éclatera cette vengeance qui est préparée aux pécheurs et aux impies, non-seulement elle épargnera ceux qui auront mis leur confiance dans le Seigneur, mais elle servira à leur établir, à leur élever un trône bien haut. Le Prophète ne dit pas : « Quand bientôt s’enflammera sa colère, ceux qui se confient en lui seront en sûreté » ; comme s’ils devaient seulement échapper à la vengeance : mais il les appelle « bienheureux », ce qui exprime la somme, le comble de tous les biens. Quant à l’expression : « In brevi, bientôt », elle signifie, je crois, quelque chose de soudain, pour les pécheurs, qui ne l’attendront que dans un lointain avenir.

lanterne commentaire dans Lectures & relectures

2012-87. Quare fremuerunt gentes?

Lundi 17 décembre 2012,
Fête de Saint Lazare le ressuscité, premier évêque de Marseille.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Mes dernières publications datent de la fin du mois de novembre et, d’ailleurs, je ne vous ai pas encore adressé, ainsi que je le fais ordinairement, de compte-rendu des activités du Mesnil-Marie pour ce mois de novembre 2012…
Plusieurs raisons que je ne vais pas détailler ici m’ont poussé à surseoir : ce n’est que reculer pour mieux sauter!

En attendant, je vous dédie cette photo prise par Frère Maximilien-Marie, hier -dimanche de Gaudete -, à la cathédrale du Puy où, après la Sainte Messe latine traditionnelle, il est allé déposer aux pieds de la Madone, toutes les intentions qui nous sont recommandées…

2012-87. Quare fremuerunt gentes? dans Commentaires d'actualité & humeurs nd-du-puy-gaudete-16-dec.2012

Notre-Dame du Puy, dimanche 16 décembre 2012 : la Vierge Noire dans sa parure du dimanche de Gaudete

Les actuelles agitations politiques et sociétales suscitent de nombreux publications et commentaires sur lesquels je ne veux pas surenchérir en ce moment, étant bien persuadé que vous avez tous de « bonnes lectures » qui vous permettent d’échapper à la tyrannie du prêt à penser et que, chacun, vous avez assez de conscience, de discernement et d’intelligence pour ne pas vous laisser abuser par les sirènes des divers conformismes… 

Aujourd’hui, je voudrais seulement attirer votre attention sur l’actualité et la pertinence du Psaume II : ce psaume que, depuis la plus haute antiquité, l’Eglise nous fait chanter au début des matines de la Nativité : « Quare fremuerunt gentes? pourquoi les nations ont-elles frémi? » 
Certes, la raison principale du choix de ce psaume se trouve au verset 7, lequel est aussi l’introït de la Messe de la Sainte Nuit : « Dominus dixit ad me : Filius meus es tu, ego hodie genui te. Le Seigneur m’a dit : Vous êtes Mon Fils, Moi, aujourd’hui, Je Vous ai engendré… »

Mais la sublime prophétie ainsi chantée par le roi David, est proférée dans un contexte bien précis. L’émerveillement devant le mystère de l’Incarnation ne peut ni ne doit nous le faire oublier.
Ce contexte est celui d’une révolte généralisée de ceux qui gouvernent la terre contre Dieu et contre Ses lois
Ce contexte est celui du refus d’une loi morale qui primerait sur la loi civile, pour reprendre les termes mêmes d’un ancien président de la république (dont la rumeur dit que la confusion l’a désormais saisi, ce qui n’est pas sans correspondre à ce qu’annonce encore ce Psaume II en son cinquième verset…).

Voici une traduction française de ce Psaume II, calquée au plus près sur le texte de la Vulgate que nous avons au bréviaire traditionnel :

1 . Pourquoi les nations ont-elles frémi
et les peuples ont-ils médité des choses vaines?

2 . Les rois de la terre se sont levés,
et les princes se sont ligués contre le Seigneur et contre Son Christ :

3 . « Rompons leurs liens (ont-ils dit),
et rejetons loin de nous leur joug! »

4 . Celui qui habite dans les Cieux se rira d’eux,
et le Seigneur les tournera en dérision.

5 . Alors il leur parlera dans sa colère
et dans sa fureur Il les plongera dans la confusion. 

6 . Pour moi, j’ai été établi par Lui roi sur Sion Sa montagne sainte,
annonçant Ses préceptes.

7 . Le Seigneur m’a dit : « Vous êtes Mon Fils,
c’est Moi qui aujourd’hui vous ai engendré.

8 . Demandez-Moi, et Je vous donnerai les nations en héritage,
et en possession les extrémités de la terre.

9 . Vous les gouvernerez avec une verge de fer,
et vous les fracasserez comme un vase de potier ».

10. Et maintenant, ô rois, comprenez ;
instruisez-vous, ô vous qui jugez la terre!

11. Servez le Seigneur dans la crainte,
et exultez en Lui avec tremblement.

12. Embrassez la discipline (de Ses lois), de crainte qu’un jour le Seigneur ne s’irrite,
et que vous ne périssiez hors de la voie de la justice.

13. Lorsque dans peu de temps Sa colère s’enflammera,
bienheureux tous ceux qui auront mis en Lui leur confiance!

* * * * * * *

Noël est dans une semaine.
Pour les chrétiens authentiques, en considération des remous du monde et des frémissements de la société civile, en considération de la manière dont les dirigeants des nations, leurs gouvernements et leurs parlements se lèvent et se liguent contre le Seigneur et contre Son Christ, en considération des agitations blasphématoires de plus en plus ouvertes que soulève le plus élémentaire rappel de la Loi divine, cette fête peut être – à vues humaines – voilée d’inquiétudes bien naturelles…

Alors, ne l’oublions pas : la fête de Noël ne renouvelle pas la naissance de Jésus, elle la célèbre. Et la célébration de la Nativité n’est pas un « anniversaire » à la manière dont nous fêtons nous-mêmes le jour de notre naissance, mais elle est le gage de la seconde venue du Christ Sauveur ; Il est venu et Il reviendra ; Sa première venue nous donne la certitude de Son second et définitif avènement. « Il reviendra dans la gloire pour juger les vivants et les morts et Son Règne n’aura pas de fin ! »
La grande confiance, la ferme espérance et l’inaltérable joie des chrétiens résident dans leur certitude absolue de la venue du Christ triomphant et définitivement glorieux qui, s’ils ont été fidèles, les introduira dans Son Royaume éternel et terrassera pour l’éternité l’empire du mal : la naissance à Bethléem n’est que le prélude de cette venue-là qui réduira à néant tous les frémissements des nations et toutes les conspirations des chefs d’états, parlements et législateurs de la terre contre le Seigneur et contre Son Christ.

patteschats Christ glorieux dans Lectures & relecturesLully.

Ci après, le texte complet du commentaire de notre glorieux Père Saint Augustin
consacré à ce Psaume deuxième > www.

2012-86. Tendus vers Son Avènement…

29 novembre
Premier jour de la neuvaine préparatoire
à la fête de l’Immaculée Conception
(cf. > www).

*
*       * 

Avec les premières vêpres du premier dimanche de l’Avent, nous commençons une nouvelle année liturgique
Le premier dimanche de l’Avent est le premier jour de l’an pour les fidèles, plus que le premier janvier qui n’a qu’une valeur civile, administrative…
Je vous souhaite donc une très bonne, très belle et surtout très fervente nouvelle année : année de croissance spirituelle et de sanctification, en vivant toujours plus intensément des mystères que la Sainte Eglise nous donne de célébrer dans sa liturgie, en grandissant en sagesse et en grâce autant qu’en âge, en étant – toujours davantage et avec une plénitude toujours plus grande – configurés à Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Et pour cela, commençons tous par vivre un saint Avent!

Avent, en latin « Adventus », signifie avènement.
Le temps de l’Avent est le temps de la préparation à la célébration de la Nativité du Sauveur et à son second avènement : « et iterum venturus est cum gloria : et à nouveau Il reviendra avec gloire », ainsi que nous le chantons dans le Credo.

L’attente du second avènement prédomine dans la liturgie de l’Avent jusqu’au mercredi des Quatre-Temps d’hiver, beaucoup trop de fidèles l’oublient (la plupart du temps absorbés qu’ils sont par la préparation de Noël – vu de manière très réductrice comme l’anniversaire de la naissance de Jésus – et principalement préoccupés par leurs cadeaux et leurs menus!).

En fait, l’attente du second avènement est plus importante pour notre vie chrétienne, pour notre vie spirituelle : la célébration du premier avènement n’est en quelque sorte que le fondement, l’appui, le levier, le tremplin de notre espérance. 
Le premier avènement n’est pas à recommencer, le premier avènement n’est plus à attendre : le chrétien est tendu vers le second avènement de Celui qui, né jadis dans l’humilité à Bethléem, crucifié dans l’opprobre sous Ponce Pilate, a accompli le Salut et reviendra triomphalement dans la plénitude de Sa gloire.
Nous ne sommes pas tournés vers le passé, nous ne ressassons pas indéfiniment des évènements révolus, mais nous les célébrons. Et leur célébration est une actualisation qui nous donne la force pour marcher d’un pas assuré et confiant vers la fin des temps : la fin des temps n’est pas pour les vrais fidèles une période à redouter, elle est le point dans lequel se concentre toute leur espérance!

Bonne et sainte année, chers Amis!
Bon et saint Avent!

*
*       * 

2012-86. Tendus vers Son Avènement... dans Bandes dessinées tendus-vers-son-avenement-bd-copie

couronnechat avènement dans De liturgia

La couronne de l’Avent > www
La spiritualité de l’Avent > www
Sept conseils de St François de Sales
pour bien commencer la nouvelle année liturgique > www

2012-85. Le 8 décembre, illuminons nos fenêtres en l’honneur de Notre-Dame!

2012-85. Le 8 décembre, illuminons nos fenêtres en l'honneur de Notre-Dame! dans De liturgia dsc07381copie.vignette

Je voudrais aujourd’hui lancer un appel, et je souhaite ardemment qu’il soit relayé le plus possible auprès de tous ceux qui aiment Notre-Dame, de tous ceux qui entretiennent pour elle une tendre dévotion filiale : vous qui me lisez, si vous êtes sensibles à ce que je vais écrire, ne vous contentez pas de me lire mais – dans la mesure de vos possibilités – faites-le suivre d’une mise en pratique, et invitez très largement vos parents, vos amis, vos connaissances, à faire de même…

De quoi donc s’agit-il?

Depuis l’année 1852, la ville de Lyon - fière de l’antiquité de sa dévotion envers la Très Sainte Mère de Dieu, dont elle fêtait déjà la conception immaculée au XIIe siècle – , s’illumine tous les 8 décembre à la tombée de la nuit pour magnifier Marie.
Dans leurs petits verres de diverses couleurs disposés sur les appuis de fenêtres, les flammes tremblantes d’une multitude de lumignons et de bougies, chantent une silencieuse hymne d’action de grâces et d’amour pour celle qui – pleine de grâce, κεχαριτωμένη - a été choisie pour faire entrer dans le monde la Lumière du Salut (un historique plus détaillé peut être lu ici > www)

dsc07381copie.vignette 8 décembre dans De Maria numquam satis

La tradition lyonnaise ne s’est pas cantonnée à la seule ville de Lyon, elle s’est progressivement étendue aux villes et villages du diocèse, a débordé sur certaines provinces avoisinantes, a été adoptée dans un certain nombre de paroisses ou d’établissements religieux à travers toute la France.
On ne peut que s’en réjouir!

A Lyon même, l’archevêché et les paroisses, les différents mouvements et communautés religieuses, sont largement mobilisés pour faire du 8 décembre une journée particulière de ferveur et d’hommage clairement affirmé envers la Protectrice séculaire de la cité, Notre-Dame de Fourvière.
C’est aussi, pour les autorités religieuses, une occasion particulièrement propice à un témoignage de foi : de là une dynamique missionnaire et des initiatives « pour que ce bonheur de la foi que vous avez vous aussi reçu soit partagé avec tous ceux qui viendront nous rencontrer! » (Mgr Jean-Pierre Batut, évêque auxiliaire de Lyon – lire l’intégralité de son message ici > www).
De cela aussi on ne peut que se réjouir.

dsc07381copie.vignette fête des lumières dans Prier avec nous

Le site officiel de l’archidiocèse de Lyon donne un assez bon résumé des querelles et des luttes – luttes physiques parfois – auxquelles la fête du 8 décembre donna lieu dans les agitations des années 1879 à 1914, marquées par la montée de l’anticléricalisme et d’un laïcisme volontiers hargneux (lire ici > www).
On trouve dans ce même aperçu historique la mention de l’ « affadissement de la fête du 8 décembre dans le contexte de crise qui suivit le concile Vatican II, marqué par une certaine contestation de la part d’une partie du clergé, et le refus de pratiques jugées archaïques » (sic). 

Le site diocésain continue :
« Le vrai changement se produisit dans les années 1990 : la Ville s’appropria la fête en l’intégrant au Plan Lumière et à la volonté de développer le tourisme à Lyon. L’aspect commercial prit alors le dessus. L’Église parut à l’écart de ce mouvement, au point qu’il n’y avait guère de concertation entre le diocèse et les services de la municipalité pour le choix des illuminations des façades des églises. En 2002, le spectacle lumineux montrait un défilé de délicieux petits canards sur la façade de la cathédrale, c’était charmant mais peu respectueux du caractère sacré du lieu. Pourtant, peu à peu, à partir de 2000 surtout, on put assister à une revitalisation de la fête religieuse sous l’impulsion de la fête profane, en prenant appui sur l’afflux des Lyonnais et des touristes : l’opportunité missionnaire était évidente (…). Une collaboration se mit en place entre l’Archevêché et la Ville pour mieux adapter les spectacles lumineux au caractère particulier des édifices de culte (…). Des affiches rappelant l’importance de la dimension religieuse de la fête sont visibles en ville, et des dépliants sont largement distribués, avec une forte mobilisation notamment des services de la Pastorale du Tourisme et de la Pastorale des Jeunes. »

fourviere-vierge-doree-du-clocher illuminations

Au sommet du clocher de Fourvière, la Vierge dorée tournée vers la ville
 son inauguration est à l’origine des illuminations du 8 décembre

Ceci en effet ne peut nous laisser ignorer les tentatives récurrentes pour laïciser la fête du 8 décembre et pour ensevelir la tradition religieuse et la ferveur catholique sous une accumulation d’aspects profanes…
Si l’on n’assiste plus aux affrontements verbaux et physiques de la fin du XIXe siècle, on peut toutefois entendre régulièrement des interventions provenant des sphères de la « libre pensée » s’indigner et critiquer avec virulence les manifestations publiques de foi et de piété mariale dont le 8 décembre est l’occasion.
Le Grand Orient de France promeut la « Journée de la laïcité » à la date du 9 décembre (cf. > www) parce que le 9 décembre est le jour anniversaire de l’adoption de la loi dite de séparation des Eglises et de l’Etat, en 1905. 

Dans la terminologie utilisée, les illuminations du 8 décembre sont devenues d’abord « la fête de la lumière », puis aujourd’hui « la fête des lumières », cette dernière étant célébrée du 6 au 9 décembre… le 9 décembre justement!!!
De quelles « lumières » s’agit-il alors? Celles de la « philosophie des lumières », celles du « siècle des lumières »? Ces « lumières » qui provoquèrent l’une des plus violentes persécutions religieuses que la France a jamais connue, ces « lumières » qui déclenchèrent un tel déferlement de vandalisme et de sacrilèges?…

dsc07381copie.vignette Immaculée Conception

Selon un aphorisme attribué à Lao-Tseu que feu Monsieur Yves Gire (de l’association Una Voce > www) aimait souvent citer, je suis convaincu qu’ « il vaut mieux allumer une bougie plutôt que maudire les ténèbres ».
Voilà pourquoi, ainsi que je le disais en commençant, je voudrais lancer un appel : appel à tous ceux qui aiment Notre-Dame et qui souhaitent le triomphe de son coeur douloureux et immaculé sur toutes les forces du mal, pour que, partout où ils se trouvent, le 8 décembre à la tombée de la nuit, ils allument eux aussi au moins une bougie à leur fenêtre, ou mieux – s’ils le peuvent – qu’ils suivent l’exemple des catholiques lyonnais et illuminent leurs appuis de fenêtres avec des lumignons symboles de leur foi, de leur espérance et de leur charité…

Nous sommes à une heure de l’humanité où la nuit s’épaissit, où les forces des ténèbres cherchent à étendre leur empire : « il vaut mieux allumer une bougie plutôt que de maudire les ténèbres! »
Nous sommes à un tournant de société et de civilisation qui peut laisser l’impression que la noirceur du mal va l’emporter sur la Lumière : « il vaut mieux allumer une bougie plutôt que de maudire les ténèbres! »
Que ces petites flammes soient les témoins de la vitalité et de la ferveur de notre attachement à Jésus par Marie ; que ces petites flammes soient les signes de notre engagement spirituel contre les forces du mal ; que ces petites flammes soient la protestation de notre amour contre les atteintes aux droits de Dieu sur la cité des hommes ; qu’à chacune de ces petites flammes surtout corresponde en réalité dans nos coeurs une prière : « Mon Dieu, que votre Nom soit glorifié sur la terre comme il est glorifié dans le Ciel, que votre Règne arrive sur la terre comme il est établi dans le Ciel, que votre Volonté soit faite sur la terre comme elle est accomplie dans le Ciel! » 

dsc07381copie.vignette

« O toi qui te sens, loin de la terre ferme, emporté sur les flots de ce monde au milieu des orages et des tempêtes, ne quitte pas des yeux la lumière de cet astre si tu ne veux pas sombrer.
Si les vents des tentations s’élèvent, si tu viens heurter les rochers des tribulations, regarde l’étoile, invoque Marie.
Si tu es ballotté par les flots de l’orgueil, de l’ambition, de la trahison, de la jalousie, regarde l’étoile, invoque Marie.
Si la colère ou l’avarie ou les désirs impurs secouent la petite barque de ton âme, regarde Marie.
Si, troublé par l’énormité de tes crimes, confondu par la malpropreté de ta conscience, glacé d’effroi à la pensée du jugement, tu commences à être englouti par le gouffre de la tristesse, par l’abîme du désespoir, pense à Marie.
Dans les périls, dans les angoisses, dans le doute, pense à Marie, invoque Marie.
Qu’elle ne s’éloigne pas de ta bouche, qu’elle ne s’éloigne pas de ton cœur et, pour obtenir le secours de sa prière, ne néglige pas l’exemple de sa vie… » 

Nous repenserons à ces célèbres paroles de Saint Bernard en allumant sur le rebord de nos fenêtres de minuscules étoiles qui feront écho aux étoiles du ciel : Ave, maris Stella!

lanterne-gif

Neuvaine préparatoire à la fête de l’Immaculée Conception > www

Un aperçu des illuminations du Mesnil-Marie
lors de précédentes fêtes du 8 décembre :

ici > www, ou ici > www, ici > www et encore ici > www

Publié dans : De liturgia, De Maria numquam satis, Prier avec nous | le 27 novembre, 2012 |3 Commentaires »

Neuvaine de l’Immaculée Conception.

du 29 novembre au 7 décembre

*
*     *

La Sainte Eglise encourage ses enfants à préparer la fête de la Conception Immaculée de la Très Sainte Vierge Marie par une neuvaine spéciale, à laquelle est attachée une indulgence partielle (cf. > Enchiridion Indulgentiarum quarto editur – 1999 ; Concessiones, §22 – 1°). 

L’usage de l’Eglise de Rome, l’usage général dans l’Eglise Catholique, est de commencer cette neuvaine le 29 novembre et de l’achever le 7 décembre.
Ce sont ainsi et en vérité neuf jours de préparation spirituelle qui s’achèvent au moment où commence la fête : c’est-à-dire avec les premières vêpres.

Nous ne comprenons pas pourquoi, en France, l’usage universel n’est pas suivi et pour quelle raison beaucoup de font commencer cette neuvaine que le 30 novembre seulement.

En outre, les images imprimées, qui changent tous les ans, proposent des textes de prière qui – malgré l’imprimatur de l’archevêché de Paris – nous paraissent souvent comporter des « bizarreries »… 
Voilà pourquoi nous publions ci-dessous la prière de neuvaine composée par le Pape Saint Pie X : elle n’a pas besoin d’être renouvelée chaque année!

Neuvaine de l'Immaculée Conception. dans De Maria numquam satis miquel-bestard-i-cirer

L’Immaculée Conception
Miquel Bestard i Cirer pinxit (1592-1633)

Vierge très sainte, qui avez plu au Seigneur et êtes devenue sa Mère, Vierge Immaculée dans votre corps, dans votre âme, dans votre foi, et dans votre amour, de grâce, regardez avec bienveillance les malheureux qui implorent votre puissante protection.

Le serpent infernal, contre lequel fut jetée la première malédiction, continue, hélas! à combattre et à tenter les pauvres fils d’Eve.

O Vous, notre Mère bénie, notre Reine et notre Avocate, vous qui avez écrasé la tête de l’ennemi dès le premier instant de votre Conception, accueillez nos prières, et, nous vous en conjurons, unis en un seul coeur, présentez-les devant le Trône de Dieu, afin que nous ne nous laissions jamais prendre aux embûches qui nous sont tendues, mais que nous arrivions tous au port du salut, et qu’au milieu de tant de périls, l’Eglise et la société chrétienne chantent encore une fois l’hymne de la délivrance, de la victoire et de la paix.

Ainsi soit-il!

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous!
(3 fois)

on peut aussi utiliser la formule qui fut inspirée à Saint Maximilien-Marie Kolbe lorsqu’il fonda la Militia Immaculatae :

O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous,
et pour tous ceux qui n’ont pas recours à vous,
spécialement pour les francs-maçons!

lys2 8 décembre dans Prier avec nous

Publié dans : De Maria numquam satis, Prier avec nous | le 26 novembre, 2012 |3 Commentaires »

2012-84. Abbé Bryan Hougthon : vingt après, un exemple qu’il convenait de mettre en valeur.

Lundi 26 novembre 2012
Fête de Sainte Geneviève des Ardents,
céleste protectrice de la Gendarmerie Française (cf. > www)

2012-84. Abbé Bryan Hougthon : vingt après, un exemple qu'il convenait de mettre en valeur. dans Chronique de Lully nd-de-la-rose-montelimar-25-nov-2012

Montélimar, chapelle Notre-Dame de la Rose – 25 novembre 2012.

Si le ciel est resté obstinément gris à Montélimar, ce dimanche 25 novembre 2012, vingt-sixième et dernier dimanche après la Pentecôte, je crois que cela a été pour mieux faire ressortir la splendeur de la lumière intérieure qui a éclairé les âmes de ceux qui ont pu participer à cette journée de commémoration et d’hommage à Monsieur l’abbé Bryan Houghton, à l’occasion du vingtième anniversaire de son rappel à Dieu (cf. > www).

Une assemblée fervente remplissait la chapelle pour la Messe solennelle, chantée par Monsieur l’abbé Vincent Ribeton, supérieur du district de France de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, assisté – officiant comme diacre – du Révérend Père Cyrille, osb, représentant l’Abbaye Sainte-Madeleine du Barroux, et – officiant comme sous-diacre – de Monsieur l’abbé Brice Meissonnier, supérieur de la maison Padre Pio de la FSSP à Lyon, chargée de desservir la chapelle.
Il est probable que cette vénérable chapelle n’avait pas vu de célébration de la Messe avec diacre et sous-diacre depuis très longtemps… Peut-être avant la révolution?
Monsieur l’abbé Meissonnier avait déployé tout son zèle pour donner à cette liturgie un maximum d’éclat, étant venu avec quatre servants d’autel bien formés et ayant aussi apporté de très beaux ornements anciens.

celebrants-et-servants-25-nov-2012-nd-de-la-rose 25 novembre 2012 dans Commentaires d'actualité & humeurs

Les officiants et les servants d’autel devant la porte baroque de la chapelle Notre-Dame de la Rose
dimanche 25 novembre 2012

les-officiants-25-nov-2012-nd-de-la-rose abbé Houghton dans De liturgia

Au centre, Monsieur l’abbé Vincent Ribeton, supérieur du district de France de la FSSP,
à droite Dom Cyrille, de l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux, à gauche Monsieur l’abbé Brice Meissonnier, supérieur de la maison Padre Pio de la FSSP à Lyon.

Monsieur l’abbé Meissonnier a transmis aux fidèles le message d’encouragement et la bénédiction du Souverain Pontife envoyés pour l’occasion par la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège.
Au cours de son homélie, Dom Cyrille, en développant les deux mots qui constituent le titre de l’autobiographie de l’abbé Houghton« Prêtre rejeté » – a mis en lumière l’amour indéfectible de cette grande âme pour Notre-Seigneur Jésus-Christ, pour le Saint-Sacrifice de la Messe et pour l’Eglise.

Le déjeuner, copieux et succulent (ne convenait-il pas que les corps fussent associés à la joie des âmes?), et pour lequel il faut souligner la présence amicale du curé de la paroisse de « rite ordinaire » de Montélimar, fut suivi d’un temps d’échanges, très riche : ceux qui ont connu l’abbé Houghton, par leurs souvenirs, l’ont ainsi rendu plus proche et en quelque sorte présent pour ceux qui n’ont pas eu la grâce de le connaître (voir aussi > www).
Précisions biographiques, témoignage de celui qui a servi la dernière Messe de l’abbé au maître-autel de la cathédrale de Viviers (photo de cet autel ici > www), témoignages concernant son zèle pour les âmes, témoignages sur la souffrance et la solitude morales dans lesquelles il s’est trouvé en raison des vexations et mesquineries ecclésiastiques, témoignages sur sa délicatesse d’âme et les inquiétudes qui l’ont tenaillé parfois, témoignages sur son réalisme spirituel et son espérance surnaturelle, témoignages aussi – bien sûr – des traits de son célèbre humour…

abbe-bryan-houghton Bryan Houghton dans Memento

Un fascicule imprimé, reprenant quelques articles de l’abbé Houghton qu’il est assez difficile de retrouver à l’heure actuelle, a été remis aux participants.

Cette belle journée de prière, d’amitié, de commémoration, de ferveur filiale dans l’amour du Christ Rédempteur, dans l’amour de la Messe et dans l’amour de l’Eglise, a été clôturée par le chant des Vêpres et le Salut du Très Saint-Sacrement, présidés par Dom Cyrille.

En sus des ecclésiastiques présents, que soient chaleureusement remerciés les fidèles, et tout spécialement les responsables et membres de l’association des Amis de la Chapelle Notre-Dame de la Rose (siège social : c/ M. Pierre Sirot – 6, rue Rabelais, 26200 Montélimar) qui maintiennent sur place le souvenir vivant et agissent pour que perdure l’oeuvre de l’abbé Houghton qui rendit cette antique chapelle au culte pour lequel elle avait été construite.
Souhaitons, pour terminer, que les démarches entreprises en vue de la mise hors d’eau et la restauration nécessaire de ce bel édifice soient promptement couronnées de succès, afin que le trésor inestimable de la Sainte Messe traditionnelle soit célébré dans un écrin pleinement digne de lui! 

fin-de-la-messe-nd-de-la-rose-25-nov.-2012 Montélimar dans Vexilla Regis

2012-83. Deux textes prophétiques.

23 novembre
Fête de Saint Clément 1er 

Dans la continuité des réflexions et de l’Instruction Pastorale de Monseigneur Louis Edouard Pie que je publiais hier (cf. > www), voici deux autres textes – beaucoup plus courts – dont on peut dire qu’ils sont véritablement prophétiques tant ils semblent décrire ce qui se passe aujourd’hui dans nos sociétés.

Le premier, de 1901, est extrait d’une allocution consistoriale prononcée par le Pape Léon XIII, et le second, de 1903, est tiré de la première lettre encyclique de Saint Pie X.

Nous y sommes bien loin de l’optimisme – aussi naïf et béat que fallacieux – du prétendu « esprit du concile » ; ils sont, tout au contraire, remplis de ce même réalisme surnaturel et de la même lucidité spirituelle qui inspiraient déjà Saint Jean à la fin du 1er siècle lorsqu’il écrivait :  « Ne vous étonnez point, mes frères, si le monde vous hait (1 Johan. III, 13)… Nous savons que nous sommes de Dieu ; et le monde est tout entier sous l’empire du Malin (ibid. V, 19) ».

2012-83. Deux textes prophétiques. dans Lectures & relectures luca-signorelli-les-damnes

Luca Signorelli : la réprobation des damnés
(fresques de la cathédrale d’Orvieto – détail) 

Il est à redouter que la société civile ne coure à des catastrophes d’autant plus grandes qu’elle s’éloigne davantage de Jésus-Christ Rédempteur :

« Vénérables Frères, le grand souci qui nous tourmente est de voir que les épreuves et les afflictions qui entourent les catholiques, loin de s’atténuer, vont en s’aggravant chaque jour et même se propagent d’une partie de l’Europe à l’autre comme une véritable contagion… Ce qui domine en ce moment, c’est le dessein manifeste des ennemis de l’Église d’attaquer violemment les institutions chrétiennes, et on dirait qu’il y a comme un pacte formé entre eux dans ce but. On en voit la preuve dans ce qui se passe un peu partout, à savoir les soulèvements des foules, les cris de violence et les menaces proférées en public, les publications populaires, les outrages publics jetés sur les choses et les personnes les plus respectables. Ce sont là de tristes indices pour l’avenir et qui font présager avec toute vraisemblance qu’à des temps malheureux succéderont des temps plus malheureux encore. L’Église, sans doute, appuyée sur Dieu et n’ayant rien à craindre pour elle, attendra et supportera toutes les luttes que chaque jour lui apportera. Quant aux États, il est à craindre qu’ils ne voient point où ils vont, et pour la société civile elle-même, il est à redouter qu’elle ne coure à des catastrophes d’autant plus grandes qu’elle s’éloigne davantage de Jésus-Christ Rédempteur ».

Léon XIII, allocution consistoriale sur les périls qui menacent l’Église et la société civile,
15 août 1901.
armoiries_pontificales_leon_xiii Antéchrist dans Vexilla Regis
*
*    *
Des habitudes de vie, tant privée que publique,
où nul compte n’est tenu de la Souveraineté de Dieu :
« Nous (éprouvons) une sorte de terreur à considérer les conditions funestes de l’humanité à l’heure présente. Peut-on ignorer la maladie si profonde et si grave qui travaille, en ce moment bien plus que par le passé, la société humaine, et qui, s’aggravant de jour en jour et la rongeant jusqu’aux moelles, l’entraîne à sa ruine? Cette maladie, vénérés Frères, vous la connaissez, c’est, à l’égard de Dieu, l’abandon et l’apostasie… De nos jours, il n’est que trop vrai, les nations ont frémi et les peuples ont médité des projets insensés (Ps. II, 1) contre leur Créateur ; et presque commun est devenu ce cri de Ses ennemis : Retirez-vous de nous (Ps. XXI, 14). De là des habitudes de vie, tant privée que publique, où nul compte n’est tenu de Sa Souveraineté. Bien plus, il n’est ni effort ni artifice que l’on ne mette en oeuvre pour abolir entièrement Son souvenir et jusqu’à Sa notion.
Qui pèse ces choses a droit de craindre qu’une telle perversion des esprits ne soit le commencement des maux annoncés pour la fin des temps, et comme leur prise de contact avec la terre, et que véritablement le fils de perdition dont parle l’Apôtre (2 Thess. II, 3) n’ait déjà fait son avènement parmi nous. Si grande est l’audace et si grande la rage avec lesquelles on se rue partout à l’attaque de la religion, on tend d’un effort obstiné à anéantir tout rapport de l’homme avec la divinité. En revanche, et c’est là, au dire du même Apôtre, le caractère propre de l’Antéchrist, l’homme, avec une témérité sans nom, a usurpé la place du Créateur en s’élevant au-dessus de tout ce qui porte le nom de Dieu. C’est à tel point, qu’impuissant à éteindre complètement en soi la notion de Dieu, il secoue cependant le joug de Sa Majesté, et se dédie à lui-même le monde visible en guise de temple, où il prétend recevoir les adorations de ses semblables. Il siège dans le temple de Dieu, où il se montre comme s’il était Dieu lui-même (2 Thess. II, 2) ».
Saint Pie X, encyclique « E Supremi apostolatus cathedra »,
4 octobre 1903. 
armes-pontificales-de-pie-x apostasie
1...4546474849...105

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi