2019-33. Présentation de Monseigneur le duc de Touraine.

Ce samedi 13 avril 2019, soit presque un mois et demi après sa naissance (cf. > ici), Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, a Lui-même, par le moyen de Ses propres réseaux sociaux, fait la présentation de Son troisième fils, Monseigneur le Prince Henri de Jésus, duc de Touraine, avec le message et les photographies suivants :
« Je suis très heureux, avec la Princesse Marie-Marguerite, de vous présenter Henri de Jésus, Duc de Touraine entouré de sa soeur Eugénie et de ses deux frères, Louis et Alphonse. »

Présentation du Prince Henri de Jésus

Comme au jour de l’annonce de cette naissance (cf. > ici), nous nous réjouissons grandement du bonheur et de la prospérité de notre Famille Royale, pour laquelle nous prions avec ferveur chaque jour, demandant pour elle à Dieu, à Notre-Dame, Reine de France, aux Saints Anges et à tous les célestes protecteurs de la France et de la race royale, d’incessantes bénédictions et protections.

Trois lys blancs

2019-32. Message du Prieur de la Confrérie Royale à l’occasion de la Semaine Sainte et des célébrations pascales :

On ne restaurera pas le Royaume des Lys par d’autres moyens que ceux que Dieu a utilisés pour son établissement ! 

armoiries confrérie royale

 Message du Prieur de la Confrérie Royale

à l’occasion de 
la Semaine Sainte et des célébrations pascales

Vendredi de la Passion 12 avril 2019,
Commémoraison solennelle de la Compassion de Bienheureuse Vierge Marie.

Messieurs les Chanoines,
Mes Révérends Pères,
Messieurs les Abbés,
Chers Fidèles,
Membres et Amis de la Confrérie Royale,

« La foi nous apprend, mes frères, et nous sommes fortement convaincus qu’un jour le Christ est mort pour nous : le Juste pour les pécheurs, le Maître pour des esclaves, le Libre pour des prisonniers, le Médecin pour ses malades, le Bienheureux pour les infortunés, le Riche pour les pauvres, pour les égarés Celui qui courait à leur recherche, le Rédempteur pour ceux qui s’étaient vendus, le Pasteur pour son troupeau, et, ce qui est plus admirable encore, le Créateur pour sa créature, ne perdant rien toutefois de ce qu’Il est éternellement, tout en donnant ce qu’Il S’est fait dans le temps ; invisible comme Dieu et visible comme homme, donnant la vie à cause de Sa puissance et acceptant la mort à cause de Sa faiblesse, immuable dans Sa divinité et passible dans Son humanité. Mais, comme s’exprime l’Apôtre : « S’Il a été livré pour nos péchés, Il est ressuscité pour notre justification » (Rom. IV, 25). Vous savez parfaitement que cela ne s’est accompli qu’une fois. Or, quoique toutes les voix de l’Écriture publient que cet événement ne s’est accompli qu’une fois, cette solennité le ramène, à des temps révolus, comme s’il avait lieu souvent. Toutefois il n’y a pas opposition entre la réalité et la solennité ; l’une ne dit pas vrai pour faire mentir l’autre, mais ce que l’une représente comme n’étant arrivé qu’une fois effectivement, l’autre le rappelle aux cœurs pieux pour le leur faire célébrer plusieurs fois » (Saint Augustin – sermon CCXX pour la veillée de Pâques au §1).

Nous allons une fois encore entrer dans la « grande Semaine », ainsi que l’appelaient nos pères dans la foi.
Nous voici aux portes de l’événement majeur de toute l’histoire de l’humanité.
Nous voici arrivés au point culminant de notre année liturgique.

Tant de choses ont été dites et écrites depuis près de deux-mille ans à ce sujet, que je n’ai nulle prétention à faire œuvre d’originalité en m’adressant à vous ce jour d’hui.

Mais s’il est une chose que je dois dire et redire inlassablement, c’est que c’est l’amour de notre divin Rédempteur que nous devons considérer en ces jours, auquel nous devons nous attacher, à travers lequel nous devons regarder toutes les réalités d’ici-bas, et au moyen duquel il nous faut juger de toutes choses : un amour pleinement surnaturel qui ne s’attache en rien à répondre aux prétentions et préventions de la nature, un amour pleinement surnaturel qui est ordonné aux seules réalités éternelles, un amour pleinement surnaturel qui ne se satisfait pas de demi-mesures, un amour pleinement surnaturel qui va jusqu’au bout de ses excès de compassion et de générosité, un amour pleinement surnaturel qui ne s’économise en rien, un amour pleinement surnaturel dont la Croix est à jamais le signe !

Que la générosité de Notre-Seigneur se donnant tout entier « usque ad mortem, mortem autem Crucis : jusqu’à la mort, et la mort de la Croix« , soit l’unique point de référence – le modèle et la norme – de notre engagement dans cette Confrérie Royale

Car « [Le Christ] n’a pas annoncé pour la société future le règne d’une félicité idéale, d’où la souffrance serait bannie ; mais par Ses leçons et par Ses exemples, Il a tracé le chemin du bonheur possible sur terre et du bonheur parfait au ciel : la voie royale de la croix. Ce sont là des enseignements qu’on aurait tort d’appliquer seulement à la vie individuelle en vue du salut éternel ; ce sont des enseignements éminemment sociaux et ils nous montrent en Notre-Seigneur Jésus-Christ autre chose qu’un humanitarisme sans consistance et sans autorité » (Saint Pie X, encyclique « Notre charge apostolique » du 25 août 1910).
La restauration d’un ordre temporel accordé aux desseins providentiels de Dieu sur ce Royaume de France, accordé à la volonté divine qui a si merveilleusement œuvré à l’établissement de notre royauté chrétienne traditionnelle – cette royauté qui demeure malgré tout le modèle inégalé de toutes les royautés chrétiennes dans le monde entier -, nécessite toujours plus de générosité.

En effet, je ne cesse de le dire et vous me l’entendrez dire encore de nombreuses fois,on ne restaurera pas le Royaume des Lys par d’autres moyens que ceux que Dieu a utilisés pour son établissement, c’est-à-dire la conversion profonde des esprits, des mentalités, des cœurs et des mœurs, et par la collaboration active et généreuse de nombreux saints à la geste de Dieu.

Cette humble Confrérie est au service de cette restauration ; elle est au service du Règne de Dieu sur la terre ; elle œuvre autant qu’elle peut à la sanctification de ses membres pour qu’ils deviennent de fidèles instruments de la grâce divine pour le rétablissement d’un ordre social conforme à la Sainte Loi de Dieu, et cette sanctification ne peut se faire sans une union de plus en plus grande au divin Cœur de Notre-Seigneur, qui a été ouvert et révélé sur la Croix. 

Puisse donc la générosité de Jésus-Christ en Sa bienheureuse Passion, être l’exemple amoureusement suivi par tous les membres de cette Confrérie !
La joie de la Résurrection ne peut être qu’à ce prix, et la joie de la résurrection de la France catholique et royale pour laquelle nous sommes engagés dans un combat spirituel sans merci ne peut être elle-aussi qu’à ce prix.

A vous tous, mes très chers Amis -  « ma joie et ma couronne » (Phil. IV, 1) -,
je souhaite une bonne, belle, fervente et très généreuse Semaine Sainte
et de très joyeuses fêtes pascales !

 Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,
Prieur.
Blason Frère Maximilien-Marie

 

 

Important :
Si vous n’êtes pas encore inscrit au Pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay,
il est important de le faire sans retard !
Voir > ici

 

Publié dans : De liturgia, Textes spirituels, Vexilla Regis | le 13 avril, 2019 |1 Commentaire »

2019-31. Pour aller à la Sainte Messe au Puy ce dimanche de la Passion 7 avril 2019.

Dimanche de la Passion 7 avril 2019.

Lully 7 avril 2019

Le Maître-Chat Lully ce 7 avril 2019

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans ma chronique d’hier soir (cf. > ici), je vous parlais en commençant de ce petit « retour d’hiver » dont nous avons subi l’assaut.
Ce matin, au moment où Frère Maximilien-Marie s’apprêtait à prendre la route pour se rendre à la Sainte Messe au Puy, je lui ai glissé : « Tu devrais prendre ton appareil photo : peut-être, en effet, auras-tu quelques belles occasions de clichés intéressants… »
Je ne doute pas maintenant d’avoir été particulièrement inspiré en cela puisque, ayant suivi mon conseil, mon papa-moine m’a effectivement rapporté plus de deux douzaines de photos. Notre Frère ma raconté qu’étant passé au-dessus des nuages qui emprisonnaient les fonds de vallée, il a assisté à des jeux de lumière étonnants, tandis que s’élevaient les brumes et que le soleil faisait des efforts – pas toujours couronnés de succès – pour percer les nuées de ses rayons.
J’ai opéré une sélection dans ces photos, pensant qu’elles pourraient faire plaisir à certains d’entre vous et je vous les livre ci-dessous.
Ces clichés parlent d’eux-mêmes, et il n’est guère besoin de leur ajouter de commentaire : il faut juste se poser devant eux et les laisser entrer en vos âmes…

Patte de chatLully.

A la sortie du village de Borée, cette espèce de pain de sucre formé d’orgues basaltiques qu’on nomme « le Gouleyou » et derrière lui le suc de Touron :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 1

Le suc de Sara, l’un des points culminants de la commune de Saint-Martial, atteint 1529 mètres d’altitude :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 2

Des vallées encaissées des hautes Boutières, remontent les brumes qui s’enroulent et se tordent sur elles-mêmes :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 3

Derrière les crêtes, on aperçoit le Mont Gerbier de Jonc, lui aussi sur la commune de Saint-Martial, qui culmine à 1551 mètres :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 4

La route qui serpente le long du Cirque des Boutières :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 5

Le Mont Mézenc (altitude 1753 m), jusque là voilé à nos regards par les nuages, se montre enfin à nous :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 6

La route à l’intérieur du Cirque des Boutières :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 7

Surplombant le Cirque des Boutières, les roches des Cuzets :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 8

La neige met en valeur quelques formations géologiques particulières :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 9

La conjugaison des brumes et des efforts du soleil qui en veut émerger donne soudain un éclairage particulier au Mont Mézenc :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 10

Arrivée au Col de la Croix de Boutières (1505 m d’altitude) :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 11

Depuis le Col de la Croix de Boutières, on assiste à un surprenant ballet de nuages remontant des vallées des hautes Boutières :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 12

Et l’on amorce la descente vers Les Estables, qui appartient au Velay, et au-delà vers le bassin du Puy

Route du Puy - 7 avril 2019 - 13

♫ Louez le Seigneur, habitants de la terre ;
vous, dragons, et vous, abîmes !
Feu, grêle, neige, glace, vents de tempête,
qui accomplissez Sa parole :
montagnes et vous toutes, collines,
arbres fruitiers et vous tous, cèdres (…).
Sa louange est au-dessus du ciel et de la terre ! ♫

(Psaume CXLVIII, 7-9. 14a)

Publié dans : Chronique de Lully | le 7 avril, 2019 |8 Commentaires »

2019-30. Chronique du Mesnil-Marie depuis le 1er dimanche du Carême 10 mars jusqu’à la veille du premier dimanche de la Passion 6 avril 2019.

Samedi soir 6 avril 2019,
Samedi de la quatrième semaine de Carême.

Capture d’écran webcam Chaudeyrolles 6 avril 2019 18 h

Ce que montre la webcam du village de Chaudeyrolles ce samedi 6 avril à 18 h !!!

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

En cette fin d’après-midi, le massif des Monts Mézenc et Gerbier de Jonc va s’endormir sous la neige : nous pourrions nous croire revenus au mois de décembre !
Dans notre hameau lui-même elle n’a pas tenu au sol, mais nous avons eu des averses tantôt de pluie, tantôt de neige pendant une grande partie de cette journée et, tandis que le jour baisse, depuis nos fenêtres nous voyons les sommets qui nous entourent qui, à partir d’environ 900 m d’altitude, sont encapuchonés de blanc.
Le cliché que je vous ai placé en tête de cette chronique est une saisie d’écran réalisée à partir de ce que diffuse la webcam placée dans le village de Chaudeyrolles (1280 m d’altitude), à quelques lieues d’ici.

Vous imaginez bien que, dans ces conditions, je n’ai nulle envie de mettre le tiers d’un huitième de mes moustaches dehors : je suis resté voluptueusement allongé sur le tapis devant le poêle une grande partie de ce jour, tandis que mon papa-moine vaquait à ses occupations ordinaires, écrivait, répondait à des messages ou à des appels téléphoniques… etc.
Mais il est maintenant temps que je vous fasse un petit compte-rendu des principaux événements de notre Mesnil-Marie au cours du mois qui s’est écoulé, puisque ma dernière chronique date du 10 mars (cf. > ici).

Premières violettes au Mesnil-Marie le 15 mars 2019

Au Mesnil-Marie, les premières violettes ont fleuri le 15 mars

Je vous rassure pourtant, ainsi qu’en témoigne aussi la photo ci-dessus, le printemps est pourtant bien parvenu jusqu’en notre vallée de moyenne montagne : les hirondelles sont arrivées avant même la fin du mois de février, les premières violettes ont fleuri le 15 mars, sur la terrasse Saint-Charlemagne une première jonquille – bientôt suivie par d’autres – a montré sa corolle jaune le 30 mars ; nos tulipes et nos iris sont sorties de terre, mais n’ont pas encore formé leurs boutons ; partout les bourgeons se forment, et Frère Maximilien-Marie a repiqué de jolies pensées ; depuis quelques jours on entend le chant du coucou dans les bois voisins…
Bien sûr, nous pouvons observer que nous avons un bon mois de décalage avec d’autres endroits du Vivarais, plus au sud, voire avec d’autres provinces du Royaume, mais cela ne nous chagrine pas : nous savons que nous aurons encore de petits retours de froidure, et cela fait partie des caractères de ce pays, absolument splendide précisément parce qu’il est rude !

Au cours de ces dernières semaines donc, notre Frère, avec l’association qui promeut la randonnée dont il est le président, a commencé les réunions et préparations relatives à l’organisation de « La Ronde des Sucs au printemps », dans le cadre d’une grande opération fédérative qui a lieu sur tout le territoire des Boutières et intitulée « Le printemps de la randonnée ».
Il s’est également rendu à l’assemblée générale du C.I.C.P. (Centre international Construction et Patrimoine) à Viviers, association dont il est membre parce qu’il en apprécie beaucoup le sérieux et le travail.

Et puis, il y a eu la dernière Veillée Culture & Patrimoine de la saison. En effet, pendant toute la période hivernale, une fois par mois, au village, en collaboration avec l’Amicale Art-Création-Loisirs (une association locale avec laquelle nous sommes en excellents termes) le Refuge Notre-Dame de Compassion a proposé ces veillées aux thèmes variés.
Cette dernière veillée a eu lieu le 19 mars au soir ; elle était consacrée au Moyen-Age, et je vous invite à lire le compte-rendu qui en a été fait dans la presse locale : 

Article de « l’Hebdo de l’Ardèche » consacré à la Veillée Culture & Patrimoine du 19 mars
(faire un clic gauche sur l’image ci-dessous pour pouvoir lire l’article)

19 mars - Veillée C & P

Et puis il y a eu deux conférences qu’il est important de mentionner ici :

- La première était donnée par notre ami Emmanuel, dans l’église des Vans (à l’extrême sud de notre Vivarais) le dimanche 17 mars et s’intitule « Le Signe de Jonas » : à travers une approche rigoureuse et authentiquement scientifique du livre de Jonas, notre ami Emmanuel arrive à montrer d’une façon brillante combien les ricanements des rationalistes sont sans consistance.
Cette conférence est enregistrée et disponible sur You Tube. Je vous invite à l’écouter > ici.
Mais nous aurons aussi l’occasion d’en reparler, je pense.

- La seconde conférence était organisée par le Cercle légitimiste du Dauphiné Crillon le Brave, dont nous sommes très proches, et elle fut donnée par l’un des membres de ce cercle, titulaire d’un doctorat, et dressait un panorama complet de l’économie au Moyen-Age. Ce fut le samedi 23 mars à Valence.
Ce travail de synthèse (forcément, car le Moyen-Age dure mille ans) pose les bases d’approfondissements ultérieurs et de réflexions sur les fondements d’une économie conforme aux exigences morales du Saint Evangile.

L'oratoire du Mesnil-Marie pour la fête de Saint Joseph - 19 mars 2019

L’oratoire du Mesnil-Marie apprêté pour la célébration de la Sainte Messe
le mardi 19 mars 2019 pour la fête de Saint Joseph

Le mardi 19 mars, pour la fête de Saint Joseph – dont Louis XIV avait voulu qu’elle fut une fête chômée dans tout le Royaume -, nous avons eu la grande joie d’avoir un ami prêtre qui a célébré la Sainte Messe dans notre oratoire. De ce fait, un groupe d’amis fervents est aussi venu en notre Mesnil-Marie, et ce fut une belle journée d’amitié et d’échanges.

Puis il y eût la très grande et très belle fête de l’Annonciation de Notre-Dame, le lundi 25 mars, jour qui lui aussi, dans une société authentiquement chrétienne, doit être chômé (cf. > ici).
Frère Maximilien-Marie s’est rendu au Puy pour la Sainte Messe chantée, tout comme un dimanche, dans « notre » chapelle de l’ancien monastère Sainte-Claire, chapelle qu’à sa fondation Sainte Colette de Corbie a placée sous le vocable de l’Annonciation. Son nom traditionnel est en raison de cela : « chapelle de l’Ave Maria ».
Ainsi, cette fête de l’Annonciation est-elle tout à la fois la fête patronale de la chapelle de notre quasi paroisse, la fête patronale de la cathédrale, et la fête patronale du diocèse du Puy.
Frère Maximilien-Marie n’a bien sûr pas manqué de prendre un long temps de prière aux pieds de la célèbre Vierge Noire.

Maître-autel de la cathédrale du Puy avec la statue de la Vierge Noire - 25 mars 2019

Le maître-autel de la cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation, au Puy,
le lundi 25 mars 2019

Cela me donne tout naturellement l’occasion de rappeler qu’il est encore temps de s’inscrire pour le pèlerinage au Puy, organisé par la Confrérie Royale les 30-31 mai et 1er juin prochains. Voir fichier pdf Présentation du pèlerinage – informations – bulletin inscription

Affiche pele ascension 2019 - allégée

Pour le service de la Légitimité, notre Frère a dû faire un rapide aller-retour à Paris, pour une très importante réunion le vendredi 29 mars.
Puis il a repris la route avant l’aurore le dimanche de Laetare, pour se rendre, après avoir entendu la Sainte Messe de ce dimanche rose à l’abbaye Sainte-Madeleine du Barroux, auprès du nouveau Cercle légitimiste fondé en Provence et placé sous le vocable du Frère Fiacre de Sainte-Marguerite, dont il a animé la réunion.
Celle-ci achevée, après le chant des vêpres, il a aussitôt repris la route en direction de Perpignan, où le Cercle légitimiste Hyacinthe Rigaud l’avait invité (cf. > ici). Je reviendrai plus en détail sur les trois jours que Frère Maximilien-Marie a passés en Roussillon, parce qu’ils furent d’une rare intensité et qu’ils lui ont permis de magnifiques découvertes culturelles et artistiques, d’accomplir deux pèlerinages auxquels il tenait beaucoup, et de tisser des liens très forts avec les membres et sympathisants du Cercle Hyacinthe Rigaud.
Je veux ici remercier très chat-leureusement ces derniers pour l’accueil qu’ils ont réservé à mon papa-moine (dont je me suis certes un peu langui pendant son absence, mais nos voisins sont venus quotidiennement me visiter et s’occuper de moi). 

Conférence de Frère Maximilien-Marie le 2 avril 2019

Conférence de Frère Maximilien-Marie le 2 avril 2019
à l’invitation du Cercle légitimiste Hyacinthe Rigaud de Catalogne

Et nous voici entrés dans le Temps de la Passion : ces deux semaines vont nous conduire jusqu’au Triduum Sacré.
Comme vous pouvez le voir sur la photo publiée ci-dessous (quel contranste avec la photo de ce même oratoire en tenue de fête ci-dessus !), dans notre oratoire les croix, les statues, les bannières et les images saintes ont toutes été recouvertes de voiles violets, conformément à l’antique tradition liturgique.

Je termine cette chronique en vous souhaitant de vivre ce temps avec une ferveur et une générosité toujours plus grandes et je vous assure de notre profonde union dans le Cœur de Jésus et Marie.

pattes de chatLully.

Et pour soutenir et aider le Refuge Notre-Dame de Compassion > ici

L'oratoire du Mesnil-Marie samedi 6 avril 2019

L’oratoire du Mesnil-Marie ce samedi 6 avril 2019

nika

Publié dans : Chronique de Lully, De liturgia, Vexilla Regis | le 6 avril, 2019 |1 Commentaire »

2019-29. Louis XX soutien du retour au réel des familles pour le bien commun de toute l’humanité.

Au mois de septembre dernier, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, invité à prendre la parole devant le douzième congrès mondial des familles (cf. > ici), s’était montré le ferme défenseur de la famille traditionnelle.
Le samedi 30 mars 2019, lors de l’ouverture de la treizième édition de ce congrés mondial des familles, qui s’est tenu à Vérone, notre Souverain légitime s’est montré encore plus ferme et courageux dans la dénonciation des attaques contre la famille et dans la défense des valeurs pérennes, conformes au droit naturel et à la doctrine chrétienne, qui sont les seules à garantir la dignité de la personne humaine et la stabilité de la société, par l’institution familiale.
C’est une fois encore un discours d’une très grande force qu’il convient de lire attentivement, de méditer et d’approfondir.

Louis XX à Vérone 30 mars 2019

Discours
de
Monseigneur le Prince Louis de Bourbon,
duc d’Anjou,
de jure SMTC le Roi Louis XX,
prononcé le samedi 30 mars 2019
à Vérone (Italie)
à l’occasion du
13ème congrès mondial de la famille

Fleur de lys bleu

Monsieur le Président,
Cher Brian Brown,
Mesdames et Messieurs
Chers Amis,

Merci de me laisser un temps de parole pour exprimer, une nouvelle fois, l’importance que je j’accorde à la Famille et à sa défense. Actuellement un combat se joue entre deux modèles : celui d’un monde déshumanisé et celui d’une société -il faudrait dire d’une civilisation- qui donne à l’homme toute sa place.

Entre l’homme objet, soumis, esclave d’une globalisation excessive et celui que les institutions aident à s’élever, à se construire, c’est-à-dire sujet de droit, il ne s’agit pas d’un choix à faire entre deux conceptions qui se valent, mais il s’agit d’en rejeter une pour promouvoir l’autre. Tel est le but des  rencontres du Congrès mondial des Familles –WCF), et donc de leur importance. Il faut, en effet, sortir de l’équivoque dans laquelle les sociétés occidentales ont trop longtemps vécu, reposant sur un certain scepticisme et sur le relativisme. Les deux ont conduit à des impasses.
L’enseignement chrétien, socle de nos sociétés, est pourtant là pour nous rappeler qu’il n’y a pas place pour deux vérités.
Mais qu’a-t-on fait de ce message durant les deux derniers siècles ?
 Il a été battu en brèche en permanence, la religion étant présentée souvent comme source d’oppression voire « opium » du peuple. Mais qui sont ceux qui ont proféré ces idées ? Ceux qui ont menée aux Terreurs et aux totalitarismes. Maintenant que les historiens ont retrouvé une certaine liberté de pensée, Marx longtemps exalté, n’est plus que l’homme des cent millions de victimes accumulées dans le monde. Triste bilan. Les idéologies peuvent tuer !

Mais l’histoire nous apprend que l’excès mène toujours à la saine réactionNe la voit-on pas venir actuellement ? Elle passe par les familles qui, partout, commencent à réagir de multiples manières. 

  • Là c’est en reprenant ses droits naturels sur l’éducation et l’instruction ; 
  • là en recréant des structures pour la petite enfance, pour les personnes âgées ou handicapées ;
  • là en s’affirmant, comme en France actuellement, pour retrouver un niveau de vie décent et ne pas être accablées de taxes et règlements multiples n’ayant de sens que pour ceux qui les élaborent. 

Ce retour au réel est mené par les familles. Ce sont elles qu’il faut encourager en leur redonnant un cadre d’action précis. Celui-ci passe par trois points : 

  • la reconnaissance de la famille comme cellule de base de la société, celle dont découleront les autres, la commune, les communautés de travail qu’il soit manuel ou intellectuel et cela jusqu’à l’Etat qui peut ou non encourager les familles ; 
  • ce cadre doit ensuite exalter la vie dans toutes ses expressions c’est-à-dire rejeter ce qui la détruit avant la naissance comme au moment des dernières années. Nous devons donner à nos enfants comme à ceux qui nous ont précédés l’assurance d’une existence la plus paisible
  • Enfin le troisième pilier d’une société équilibrée est celui de la justice qu’il faut entretenir pour garantir à la société un équilibre entre ceux qui la composent

Nous savons qu’il y aura toujours des forts et des faibles, mais le bon gouvernement est celui qui permet au fort d’exercer ses talents et au faible de n’être pas opprimé.
Chacun à sa juste place, tel est le secret d’une société équilibrée
.
La France d’Ancien Régime l’avait compris et 
les Rois, mes ancêtres, génération après génération,  ont toujours eu à cœur de faire respecter cette justice qui était leur premier devoir dont le sacre était le garant.
Rompre cet équilibre en donnant la priorité non plus à la loi éternelle mais à la loi contingente que des majorités de hasard et de circonstance peuvent changer, est ce qui a entraîné nos sociétés dans l’impasse.

Il est temps qu’elles en sortent. Une réunion comme celle-ci y contribuera puisqu’elle permet aux uns et aux autres de mieux se connaître, de s’entraider dans leurs pratiques mutuelles, et surtout de reprendre espoir en demainCette espérance là aussi inscrite dans les gènes de la société chrétienne est ce qui nous aide tous. 

Que Saint Louis, mon aïeul, inspire nos dirigeants et que la Sainte-Famille demeure l’icône qui nous guide. 

Prince Louis de Bourbon,
Duc d’Anjou.

LouisXX à Vérone le 30 mars 2019

2019-28. Conférence de Frère Maximilien-Marie en Roussillon, le 2 avril.

A l’invitation du Cercle Légitimiste du Roussillon Hyacinthe Rigaud, et en sa qualité de Prieur de la Confrérie Royale, Frère Maximilien-Marie donnera une conférence traitant des caractères divins particuliers de la Royauté française et des signes providentiels qui l’attestent, le mardi 2 avril 2019.

Toutes les personnes intéressées par la royauté traditionnelle ou qui, simplement, se posent des questions sur ce que fut vraiment la monarchie française, sont les bienvenues !
Merci de faire suivre l’information à vos amis et contacts qui se trouvent dans cette province ou dans les environs.

Toutes les indications pratiques se trouvent sur cette affichette >>>

Conférence Frère Maximilien-Marie en Roussillon le 2 avril 2019

lys.gif

Publié dans : Annonces & Nouvelles, Vexilla Regis | le 16 mars, 2019 |Pas de Commentaires »

2019-27. « Etes-vous en communion avec l’Eglise ? »

Mercredi 13 mars 2019,
Mercredi des Quatre-Temps de printemps.

Triomphe de la foi Vincenzo Meucci - détail)

Le triomphe de la Foi 
( fresque de Vincenzo Meucci au palais Corsini, à Rome – 1747 - détail)

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

J’ai décidé de porter à votre connaissance, précisément en ce jour – car je ne choisis pas mes dates au hasard -, des extraits d’une correspondance échangée, il y a déjà quatre ou cinq ans, entre Frère Maximilien-Marie et un prêtre dont je ne veux pas révéler l’identité, et dont je me garderai bien de publier quoi que ce soit qui permettrait de l’identifier.
Qu’il suffise de dire que quelques personnes résidant sur le territoire de sa paroisse avaient demandé à Frère Maximilien-Marie s’il pouvait de temps en temps les aider à lire et approfondir des passages du Saint Evangile.
Je laisse parler ces textes qui, à mon sens, se passent de gloses supplémentaires, mais dont j’ai pensé qu’ils pourraient être utiles à plusieurs de mes lecteurs, prêtres ou laïcs, car il en est qui se trouvent eux aussi exposés à des suspicions concernant leur communion réelle avec la Sainte Eglise…

Lully. 

1 ) Extrait de la lettre de Monsieur l’abbé X. :

« Il m’a semblé deviner, il y a quelques temps, comme une sorte de malaise dans votre relation avec notre Pape François, ou avec son enseignement… Mais sans doute suis-je dans l’erreur…
Je vous pose simplement et sans arrière pensée cette question, car  (…) vous comprendrez sans peine que (…) la communion avec l’Eglise, en la personne de l’Evêque du diocèse et du Saint Père doit être effective. Merci donc, Frère, de me la confirmer. Et ne voyez pas une quelconque curiosité malveillante dans ma demande : je vous reste bien uni dans la prière et le souvenir, bien cordial. A bientôt de nous rencontrer (…). »

2) Réponse de frère Maximilien-Marie :

« Cher Monsieur l’Abbé,
en ce qui concerne la question précise que vous me posez, je n’ai qu’une réponse à vous faire et elle est très simple : (…) »

Ici, Frère Maximilien-Marie a recopié entièrement le texte de la profession de foi tridentine et le serment anti-moderniste : par commodité et pour ne pas trop allonger cette page, je ne les retranscris pas, puisque vous en trouverez déjà les textes – textes qu’il est toujours bon de relire souvent et de d’approfondir ! – dans les pages de ce blogue > ici et > ici. Puis il a ajouté :

« En conséquence de quoi, si le pape François et Monseigneur l’Evêque professent ces mêmes choses essentielles, contenues dans le serment ci-dessus, nous sommes donc en parfaite communion.
J’ajoute que pour ce qui concerne l’émission d’opinions qui ne seraient que personnelles, quelle que soit la place occupée dans l’Eglise par les personnes qui les émettent, parce qu’elles ne sont justement que des opinions personnelles chargées d’aucun poids magistériel et n’appartenant pas au dépôt de la foi authentique transmise de manière ininterrompue depuis Notre-Seigneur et Ses Saints Apôtres, et contenue dans tous les actes du Magistère authentique, ni vous, ni moi, ni aucun fidèle ne sont tenus par la loi divine ou par la loi ecclésiastique d’y adhérer. Les choses ne sont pas plus compliquées que cela, et il n’est nul besoin d’aller chercher midi à quatorze heures.
Je ne vois point de « curiosité malveillante » dans votre question : pasteur légitime (…), une sourcilleuse vigilance pour ce qui concerne une stricte fidélité à l’enseignement authentique de la foi de l’Eglise notre Mère dans toutes les prédications, cours de catéchisme et réunions de formation proposées aux fidèles dans le cadre de la paroisse, découle de votre « munus docendi » et appartient en propre à votre charge (…) : j’espère seulement que je ne suis pas le seul (…) à être l’objet d’une telle vigilance et que vous l’exercez aussi auprès de tous vos collaborateurs pastoraux (…). »

3) Réponse de Monsieur l’Abbé X. :

« (…) Merci de votre message. Je sais bien votre Foi, et je ne la mets pas en doute (…)».

4) Réponse de Frère Maximilien-Marie :

« (…) En ce qui concerne le pape François, de plus en plus, dans le monde entier, des voix s’élèvent parmi des prélats, des religieux, des universitaires, des fidèles du rang, pour lui demander qu’il veuille bien cesser d’émettre des opinions personnelles faisant hiatus avec la doctrine traditionnelle et en contradiction avec l’analogie de la foi, qui n’ont pas d’autre valeur que d’être ses opinions personnelles, et que de toute manière il ne présente pas comme « actes de magistère » ni même d’enseignement commun, mais que sa position porte fatalement à être prises dans l’opinion publique et grâce au retentissement que leur donne la caisse de résonance médiatique, pour une parole d’Eglise faisant autorité.
A ce sujet, n’est-il pas extraordinairement significatif de constater que la moindre réserve émise sur ces « paroles non magistérielles » se voit aussitôt taxée – ou du moins suspectée – d’être un acte grave de désobéissance et de rupture de la « communion ecclésiale », souvent par ceux-là même qui ne se gênaient pas pour émettre des réticences (euphémisme), lorsque ce n’étaient pas de virulentes critiques, sur l’enseignement – et là, pour le coup, en tant que Pontife Suprême et Docteur – du pape Benoît XVI ? (…) »

Et pour approfondir :
- Et maintenant, en quoi notre effroi se changera-t-il ? > ici
- Elles ne prévaudront pas, mais cela ne signifie pas qu’elles ne feront pas tout pour l’emporter et qu’elles ne remporteront pas certaines batailles > ici
- Dix conseils pour survivre à un pape calamiteux et continuer à être catholique > ici
- Un pape peut-il tomber dans l’hérésie ? > ici

2019-26. Du quatre-vingtième anniversaire du couronnement de Sa Sainteté le Pape Pie XII.

1939 – 12 mars – 2019

Armoiries et devise de Pie XII

Armoiries et devise de Pie XII

Ce 12 mars n’est pas seulement le jour de la fête de Saint Grégoire le Grand, mais il est aussi l’anniversaire du couronnement de Sa Sainteté le Pape Pie XII.
J’ai déjà publié, à l’occasion de son septante-cinquième anniversaire, le récit de son élection (voir > ici). Aujourd’hui, accompagné d’images et de photographies d’époque, je vais largement citer le texte que la Réverende Mère Pascalina Lehnert a publié dans ses mémoires à propos de cette journée du 12 mars 1939.

Couronnement de Pie XII - image commémorative

Image commémorative du couronnement de Pie XII
portant la mention des villes ou pays dans lesquels il avait auparavant été en mission diplomatique

« Le 12 mars approchait – c’était le jour du couronnement. La journée fut ensoleillée, un vrai jour de fête. Nous étions déjà allées de bonne heure à la messe, puisque le Saint-Père ne célèbrerait pas à la maison. A notre retour, nous le trouvâmes dans la chapelle privée. Il était très pâle et semblait très fatigué. Que pouvait-il bien ressentir ce matin-là ? (…)

« Ce fut un jour de fête, comme on ne peut en imaginer de plus radieux, ni de plus sublime. « Saint-Père, regardez donc la place Saint-Pierre », criions-nous, remplies d’enthousiasme. Il vint à la fenêtre pour ne pas nous décevoir, mais s’en détourna à nouveau rapidement. Sur la vaste place, ondulait une foule humaine innombrable, une féérie d’uniformes et de costumes pittoresques de toutes couleurs. Ici une dame distinguée, en robe de cérémonie, là un simple paysan. Jeunes et vieux, petits et grands, pauvres et riches – tous étaient venus rendre hommage au Vicaire du Christ qui devait recevoir aujourd’hui la triple couronne : la tiare. Et par-dessus toute cette pompe et cette magnificence, retentissait ce cri repris à l’infini : « Viva, viva, viva il Papa Pio XII, il Papa Romano di Roma ! »

« Et la basilique Saint-Pierre, parée de tous ses atours, flamboyait, radieuse, au milieu d’un océan de lumière qui faisait étinceler dans toute leur beauté les riches et lourdes dorures de ses ornements. Tout était plein jusqu’à la dernière place. La foule immense bruissait et ondulait, attendant patiemment, depuis des heures, celui que tous connaissaient, aimaient et honoraient depuis des années, et qui devait aujourd’hui recevoir la plus haute dignité qui soit sur la terre. Lorsque le Saint-Père eut quitté son appartement privé pour la Sala dei Paramenti, où on devait l’habiller pour la cérémonie, nous nous mîmes également en route pour Saint-Pierre (…). Peut-il y avoir chose plus belle sur cette terre ? Aucun de ceux qui ont eu le bonheur de participer à ce couronnement-, ne pourra sans doute oublier cet événement impressionnant !

Scala Regia Pie XII porté sur la sedia gestatoria

Pie XII porté sur la sedia gestatoria descendant la Scala Regia
pour se rendre à la basilique Saint-Pierre

« Déjà les trompettes d’argent annonçaient l’approche de celui qu’on attendait ! Une immense acclamation s’éleva, qui cependant retomba peu à peu, car, dans l’atrium se déroulait la première cérémonie d’hommage du chapitre de Saint-Pierre, dont Pie XII avait été l’archiprêtre durant de longues années.

« Maintenant, il franchissait le seuil de Saint-Pierre, porté sur la sedia gestatoria. Que de fois il avait accueilli ici, en sa qualité d’archiprêtre, Pie XI, à qui il était attaché de tout son cœur et de toute son âme, et comment aurait-il pu s’empêcher aujourd’hui de penser que Pie XI lui avait toujours prédit ce jour ! La chorale entonna dans l’allégresse : Tu es Petrus. Une tempête d’applaudissements se déchaïna : un tonnerre d’acclamations et de chants, une explosion de liesse tels qu’on eût cru que les murs allaient s’effondrer.

« La longue procession s’était mise en mouvement. Le Prince héritier et la Princesse héritière d’Italie ouvraient le cortège des délégués, princes, nobles et ambassadeurs accourus de plus de cinquante pays : tous les grands de ce monde, tous les peuples rendaient hommage au pape ! Tous ceux qui assistaient à ce spectacle grandiose, plein de dignité et de beauté, en étaient transportés d’enthousiasme.

Pie XII - Couronnement

L’entrée du Pontife dans la basilique Saint-Pierre

« Enfin le Saint-Père lui-même arrivé. Le blanc de son long pluvial brodé d’or faisait encore paraître plus mince sa silhouette ascétique, et la mitre ornée de pierres précieuses accusait encore la pâleur de son visage aux traits fins. Ses belles et longues mains bénissaient et saluaient à droite et à gauche. A sa main droite qui bénissait, étincelait l’anneau du pécheur. Tous les regards étaient tournés vers le Saint-Père, et c’est vers lui que montaient tous ces applaudissements – vers lui, représentant du Christ sur la terre.

« A nouveau retentit le magnifique Tu es Petrus, cette fois-ci avec une telle puissance et une telle ampleur que les ovations diminuèrent un peu.

« Puis le Saint-Père commença la messe du couronnement. Ceux qui avaient depuis des années le bonheur de pouvoir assister à sa messe, ne voyaient, aujourd’hui encore, au milieu de toute cette magnificence et de toute cette pompe extérieure, que le prêtre entièrement absobé par le Saint Sacrifice et qui était pleinement conscient de ses fonctions sacrées. Avec quelle ferveur n’avait-il pas récité le Confiteor, entonné le Credo ! Quelle foi ardente animait le Sursum Corda, la Préface ! On put saisir chaque syllabe des paroles sacrées de la Consécration. Puis s’éleva le Pater. Jamais je n’oublierai son Fiat voluntas tua. (Je l’ai encore entendu très souvent le chanter, mais rarement, je crois, de façon plus émouvante que ce jour-là).

Cette messe sublime s’acheva. A nouveau se déchaînèrent des tempêtes d’applaudissements qui ne voulaient pas s’arrêter. Tout le monde se hâta d’aller sur la place Saint-Pierre pour pouvoir être témoin du couronnement. Les milliers de gens qui n’avaient pas pu entrer dans la basilique, avaient attendu patiemment sur la place. Maintenant tous les yeux se levaient vers la loggia décorée, où était dressé le trône du Saint-Père (…).

Couronnement de Pie XII - réception de la tiare

Pie XII reçoit le trirègne, ou tiare.

« Un enthousiasme indescriptible salua l’apparition de Pie XII. Il couvrait même les paroles lourdes de sens du rite du couronnement : « Reçois la tiare ornée de la triple couronne et sache que tu es le père des princes et des rois, le chef de l’univers, le vicaire de notre Rédempteur. A Lui l’honneur et la gloire pour les siècles des siècles ! »
L’allégresse se donna libre cours à travers l’hymne : « Coronam auream super caput ejus… ». Puis les bras du Saint-Père s’écartèrent largement en un geste inimitable, comme s’il voulait embrasser le monde entier, et les ondes portèrent, à travers l’éther, sa bénédiction Urbi et Orbi à tous les êtres humains.
Longtemps encore Pie XII salua la foule qui l’acclamait. Rome avait-elle jamais vu pareille participation, pareille fête ? »

Mère Pascalina Lehnert : « Mon privilège fut de le servir » (pp. 85-88 – Téqui 1985).

Pie XII Couronnement - 1ère bénédiction

Première bénédiction Urbi et Orbi du nouveau Pontife

Voir aussi dans ce blogue les publications consacrées à
- L’élection de Pie XII > ici
- Le 50e anniversaire de sa mort et la défense de son pontificat > ici

Publié dans : De liturgia, Memento, Nos amis les Saints | le 12 mars, 2019 |4 Commentaires »

2019-25. De Saint Grégoire 1er le Grand, pape et docteur de l’Eglise.

12 mars,
Fête de Saint Grégoire 1er le Grand, pape, confesseur et docteur de l’Eglise.

A l’occasion de deux audiences publiques générales, Sa Sainteté le Pape Benoît XVI a dressé un très intéressant portrait de son prédécesseur, le Pape Saint Grégoire le Grand, et il a su mettre en évidence les caractères de sa sainteté, l’importance de son action, et l’actualité de ses enseignements.

St Grégoire le Grand vitrail basilique Notre-Dame Montréal au Québec

Saint Grégoire le Grand
(vitrail dans la basilique Notre-Dame, à Montréal au Québec)

« Cet homme de Dieu nous montre où sont les véritables sources de la paix et d’où vient la véritable espérance. »

Premier enseignement de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI
consacré à la figure du Pape Saint Grégoire le Grand
donné à l’occasion de l’audience générale
du mercredi 28 mai 2008 

Chers frères et sœurs,

(…) je voudrais aujourd’hui présenter la figure de l’un des plus grands Pères dans l’histoire de l’Eglise, un des quatre docteurs de l’Occident, le Pape saint Grégoire, qui fut évêque de Rome entre 590 et 604, et auquel la tradition attribua le titre de Magnus/Grand. Grégoire fut vraiment un grand Pape et un grand Docteur de l’Eglise ! Il naquit à Rome vers 540, dans une riche famille patricienne de la gens Anicia, qui se distinguait non seulement par la noblesse de son sang, mais également par son attachement à la foi chrétienne et par les services rendus au Siège apostolique. Deux Papes étaient issus de cette famille :  Félix III (483-492), trisaïeul de Grégoire et Agapit (535-536). La maison dans laquelle Grégoire grandit s’élevait sur le Clivus Scauri, entourée par des édifices solennels qui témoignaient de la grandeur de la Rome antique et de la force spirituelle du christianisme. Des sentiments chrétiens élevés lui furent aussi inspirés par ses parents, Gordien et Silvia, tous deux vénérés comme des saints, et par deux tantes paternelles, Emiliana et Tarsilia, qui vécurent dans leur maison en tant que vierges consacrées sur un chemin partagé de prière et d’ascèse.

Grégoire entra très tôt dans la carrière administrative, que son père avait également suivie et, en 572, il en atteint le sommet, devenant préfet de la ville. Cette fonction, compliquée par la difficulté des temps, lui permit de se consacrer à large échelle à chaque type de problèmes administratifs, en en tirant des lumières pour ses futures tâches. Il lui resta en particulier un profond sens de l’ordre et de la discipline :  devenu Pape, il suggérera aux évêques de prendre pour modèle dans la gestion des affaires ecclésiastiques la diligence et le respect des lois propres aux fonctionnaires civils. Toutefois, cette vie ne devait pas le satisfaire car, peu après, il décida de quitter toute charge civile, pour se retirer dans sa maison et commencer une vie de moine, transformant la maison de famille dans le monastère Saint André au Celio. De cette période de vie monastique, vie de dialogue permanent avec le Seigneur dans l’écoute de sa parole, il lui restera toujours la nostalgie, qui apparaît toujours à nouveau et toujours davantage dans ses homélies :  face aux assauts des préoccupations pastorales, il la rappellera plusieurs fois dans ses écrits comme un temps heureux de recueillement en Dieu, de consécration à la prière, d’immersion  sereine  dans  l’étude. Il put ainsi acquérir cette profonde connaissance de l’Ecriture Sainte et des Pères de l’Eglise dont il se servit ensuite dans ses œuvres.

Mais la retraite dans la clôture de Grégoire ne dura pas longtemps. La précieuse expérience mûrie dans l’administration civile à une époque chargée de graves problèmes, les relations entretenues dans cette charge avec les byzantins, l’estime universelle qu’il avait acquise, poussèrent le Pape Pélage à le nommer diacre et à l’envoyer à Constantinople comme son « apocrisaire », on dirait aujourd’hui « nonce apostolique », pour permettre de surmonter les dernières séquelles de la controverse monophysite et, surtout, pour obtenir l’appui de l’empereur dans son effort pour contenir la poussée lombarde. Son séjour à Constantinople, où avec un groupe de moines il avait repris la vie monastique, fut très important pour Grégoire, car il lui donna l’occasion d’acquérir une expérience directe du monde byzantin, ainsi que d’approcher la question des Lombards, qui aurait ensuite mis à rude épreuve son habileté et son énergie au cours années de son pontificat. Après quelques années, il fut rappelé à Rome par le Pape, qui le nomma son secrétaire. Il s’agissait d’années difficiles :  les pluies incessantes, le débordement des fleuves, la famine qui frappait de nombreuses zones d’Italie et Rome elle-même. A la fin, la peste éclata également, faisant de nombreuses victimes, parmi lesquelles le Pape Pélage II. Le clergé, le peuple et le sénat furent unanime en choisissant précisément lui, Grégoire, pour être son Successeur sur le Siège de Pierre. Il chercha à résister, tentant également la fuite, mais il n’y eut rien à faire :  à la fin il dut céder. C’était l’année 590.

Reconnaissant la volonté de Dieu dans ce qui était arrivé, le nouveau Pontife se mit immédiatement au travail avec zèle. Dès le début, il révéla une vision particulièrement clairvoyante de la réalité avec laquelle il devait se mesurer, une extraordinaire capacité de travail pour affronter les affaires ecclésiastiques  et  civiles, un équilibre constant dans les décisions, parfois courageuses, que sa charge lui imposait. On possède une vaste documentation sur son gouvernement grâce au Registre de ses lettres (environ 800), dans lesquelles se reflète la confrontation quotidienne avec les problèmes complexes qui affluaient sur sa table. Il s’agissait de questions qui provenaient des évêques, des abbés, des clercs, et également des autorités civiles de tout ordre et degré. Parmi les problèmes qui affligeaient l’Italie et Rome à cette époque, il y en avait un d’une importance particulière dans le domaine civil et ecclésial :  la question lombarde. Le Pape y consacra toutes les énergies possibles en vue d’une solution vraiment pacificatrice. A la différence de l’empereur byzantin qui partait du présupposé que les Lombards étaient seulement des individus grossiers et prédateurs à vaincre ou à exterminer, saint Grégoire voyait ces personnes avec les yeux du bon pasteur, préoccupé de leur annoncer la parole du salut, établissant avec eux des relations fraternelles en vue d’un avenir de paix fondé sur le respect réciproque et sur la coexistence sereine entre les italiens, les impériaux et les lombards. Il se préoccupa de la conversion des jeunes peuples et de la nouvelle organisation civile de l’Europe : les Wisigoths d’Espagne, les Francs, les Saxons, les immigrés en Britannia et les Lombards furent les destinataires privilégiés de sa mission évangélisatrice. Nous avons célébré hier la mémoire liturgique de saint Augustin de Canterbury, le chef d’un groupe de moines chargés par Grégoire de se rendre en Britannia pour évangéliser l’Angleterre.

Pour  obtenir  une paix effective à Rome et en Italie, le Pape s’engagea à fond – c’était un véritable pacificateur -, entreprenant des négociations serrées avec le roi lombard Agilulf. Ces négociations conduisirent à une période de trêve qui dura environ trois ans (598-601), après lesquels il fut possible de stipuler, en 603, un armistice plus stable. Ce résultat positif fut rendu possible également grâce aux contacts parallèles que, entre temps, le Pape entretenait avec la reine Théodelinde, qui était une princesse bavaroise et qui, à la différence des chefs des autres peuples germaniques, était catholique, profondément catholique. On conserve une série de lettres du Pape Grégoire à cette reine, dans lesquelles il révèle son estime et son amitié pour elle. Théodelinde réussit peu à peu à guider le roi vers le catholicisme, préparant ainsi la voie à la paix. Le Pape se soucia également de lui envoyer les reliques pour la basilique Saint-Jean-Baptiste qu’elle fit ériger à Monza, et il ne manqua pas de lui faire parvenir ses vœux et des dons précieux à l’occasion de la naissance et du baptême de son fils Adaloald. L’histoire de cette reine constitue un beau témoignage à propos de l’importance des femmes dans l’histoire de l’Eglise. Au fond, les objectifs auxquels Grégoire aspira constamment furent trois :  contenir l’expansion des Lombards en Italie ; soustraire la reine Théodelinde à l’influence des schismatiques et renforcer sa foi catholique ; servir de médiateur entre les Lombards et les Byzantins en vue d’un accord pour garantir la paix dans la péninsule, en permettant dans le même temps d’accomplir une action évangélisatrice parmi les Lombards eux-mêmes. Son orientation constante dans cette situation complexe fut donc double :  promouvoir des ententes sur le plan diplomatique et politique, diffuser l’annonce de la vraie foi parmi les populations.

A côté de son action purement spirituelle et pastorale, le Pape Grégoire fut également le protagoniste actif d’une activité sociale multiple. Avec les rentes de l’important patrimoine que le Siège romain possédait en Italie, en particulier en Sicile, il acheta et distribua du blé, il secourut ceux qui étaient dans le besoin, il aida les prêtres, les moines et les moniales qui vivaient dans l’indigence, il paya les rançons des citoyens devenus prisonniers des Lombards, il conclut des armistices et des trêves. En outre, il accomplit aussi bien à Rome que dans d’autres parties de l’Italie une œuvre soignée de réorganisation administrative, en donnant des instructions précises afin que les biens de l’Eglise, utiles à sa subsistance et à son œuvre évangélisatrice dans le monde, soient gérés avec une rectitude absolue et selon les règles de la justice et de la miséricorde. Il exigeait que les colons soient protégés des abus des concessionnaires des terres appartenant à l’Eglise et, en cas de fraude, qu’ils soient rapidement dédommagés, afin que le visage de l’Epouse du Christ ne soit pas défiguré par des profits malhonnêtes.

Cette intense activité fut accomplie par Grégoire malgré sa santé fragile, qui le poussait souvent à rester au lit pendant de longs jours. Les jeûnes pratiqués au cours des années de sa vie monastique lui avaient procuré de sérieux problèmes digestifs. En outre, sa voix était très faible, si bien qu’il était souvent obligé de confier au diacre la lecture de ses homélies, afin que les fidèles présents dans les basiliques romaines puissent l’entendre. Il faisait cependant tout son possible pour célébrer les jours de fête Missarum sollemnia, c’est-à-dire la Messe solennelle, et il rencontrait alors personnellement le peuple de Dieu, qui lui était très attaché, car il voyait en lui la référence autorisée à laquelle puiser son assurance :  ce n’est pas par hasard que lui fut très vite attribué le titre de consul Dei. Malgré les conditions très difficiles dans lesquelles il dut œuvrer, il réussit à conquérir, grâce à sa sainteté de vie et à sa riche humanité, la confiance des fidèles, en obtenant pour son époque et pour l’avenir des résultats vraiment grandioses. C’était un homme plongé en Dieu :  le désir de Dieu était toujours vivant au fond de son âme et c’est précisément pour cela qu’il était toujours très proche de son prochain, des besoins des personnes de son époque. A une époque désastreuse, et même désespérée, il sut établir la paix et donner l’espérance. Cet homme de Dieu nous montre où sont les véritables sources de la paix, d’où vient la véritable espérance et il devient ainsi un guide également pour nous aujourd’hui.

St Grégoire le Grand vitrail de l'église de Muhlbach sur Mulhouse

(vitrail dans l’église Saint-Barthélémy à Muhlbach-sur-Munster)

« Grégoire a réellement écrit avec le sang de son cœur et c’est la raison pour laquelle il nous parle encore aujourd’hui. »

Deuxième enseignement de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI
consacré à la figure du Pape Saint Grégoire le Grand
donné à l’occasion de l’audience générale
du mercredi 4 juin 2008 

Chers frères et sœurs,

Je reviendrai aujourd’hui, à l’occasion de notre rencontre du mercredi, sur la figure extraordinaire du Pape Grégoire le Grand, pour tirer quelques lumières supplémentaires de la richesse de son enseignement. Malgré les multiples engagements liés à sa fonction d’évêque de Rome, il nous a laissé de nombreuses œuvres, auxquelles l’Eglise a puisé à pleines mains au cours des siècles suivants. Outre ses nombreuses lettres – le Registre que j’ai mentionné dans la dernière catéchèse contient plus de 800 lettres – il nous a surtout laissé des écrits à caractère exégétique, parmi lesquels se distinguent le Commentaire moral à Job – célèbre sous son titre latin de Moralia in Iob -, les Homélies sur Ezéchiel et les Homélies sur les Evangiles. Il y a aussi une importante œuvre de caractère hagiographique, les Dialogues, écrite par Grégoire pour l’édification de la reine lombarde Théodelinde. L’œuvre principale et la plus célèbre est sans aucun doute la Règle pastorale, que le Pape rédigea au début de son pontificat dans le but précis de présenter un programme.

En passant rapidement ces œuvres en revue, nous devons tout d’abord noter que, dans ses écrits, Grégoire ne se montre jamais préoccupé de tracer une doctrine qui soit « la sienne », qui soit originale. Il entend plutôt se faire l’écho de l’enseignement traditionnel de l’Eglise, il veut simplement être la bouche du Christ et de son Eglise, sur le chemin qu’il faut parcourir pour arriver à Dieu. Ses commentaires exégétiques sont exemplaires à ce propos. Il fut un lecteur passionné de la Bible, dont il s’approcha avec des intentions qui n’étaient pas simplement spéculatives :  il pensait que le chrétien ne devait pas tellement tirer des connaissances théoriques de l’Ecriture Sainte, mais plutôt la nourriture quotidienne pour son âme, sa vie d’homme dans ce monde. Dans ses Homélies sur Ezéchiel, par exemple, il insiste fortement sur cette fonction du texte sacré : approcher l’Ecriture uniquement pour satisfaire son propre désir de connaissance signifie céder à la tentation de l’orgueil et s’exposer ainsi au risque de glisser dans l’hérésie. L’humilité intellectuelle est la première règle pour celui qui cherche à pénétrer les réalités surnaturelles en partant du livre sacré. L’humilité n’exclut pas du tout, bien sûr, l’étude sérieuse ; mais si l’on veut que celle-ci soit spirituellement bénéfique, en permettant d’entrer réellement dans la profondeur du texte, l’humilité demeure indispensable. Ce n’est qu’avec cette attitude intérieure que l’on écoute réellement et que l’on perçoit enfin la voix de Dieu. D’autre part, lorsqu’il s’agit de la Parole de Dieu, comprendre n’est rien, si la compréhension ne conduit pas à l’action. Dans ces Homélies sur Ezéchiel on trouve également cette belle expression selon laquelle « le prédicateur doit tremper sa plume dans le sang de son cœur ; il pourra ainsi arriver également jusqu’à l’oreille de son prochain ». En lisant ses homélies on voit que Grégoire a réellement écrit avec le sang de son cœur et c’est la raison pour laquelle il nous parle encore aujourd’hui.

Grégoire développe également ce discours dans le Commentaire moral à Job. Suivant la tradition patristique, il examine le texte sacré dans les trois dimensions de son sens :  la dimension littérale, la dimension allégorique et la dimension morale, qui sont des dimensions du sens unique de l’Ecriture Sainte. Grégoire attribue toutefois une nette priorité au sens moral. Dans cette perspective, il propose sa pensée à travers plusieurs binômes significatifs – savoir-faire, parler-vivre, connaître-agir – dans lesquels il évoque deux aspects de la vie humaine qui devraient être complémentaires, mais qui finissent souvent par être antithétiques. L’idéal moral, commente-t-il, consiste toujours à réaliser une intégration harmonieuse entre la parole et l’action, la pensée et l’engagement, la prière et le dévouement aux devoirs de son propre état : telle est la route pour réaliser cette synthèse grâce à laquelle le divin descend dans l’homme et l’homme s’élève jusqu’à l’identification avec Dieu. Le grand Pape trace ainsi pour le croyant authentique un projet complet de vie ; c’est pourquoi le Commentaire moral à Job constituera au cours du Moyen-âge une sorte de Summa de la morale chrétienne.

D’une grande importance et d’une grande beauté sont également les Homélies sur les Evangiles. La première d’entre elles fut tenue dans la basilique Saint-Pierre au cours du temps de l’Avent de 590 et donc quelques mois après son élection au pontificat ; la dernière fut prononcée dans la basilique Saint-Laurent, lors du deuxième dimanche de Pentecôte de 593. Le Pape prêchait au peuple dans les églises où l’on célébrait les « stations » – des cérémonies de prière particulières pendant les temps forts de l’année liturgique – ou les fêtes des martyrs titulaires. Le principe inspirateur, qui lie les diverses interventions ensemble, peut être synthétisé dans le terme « praedicator » :  non seulement le ministre de Dieu, mais également chaque chrétien, a la tâche de devenir le « prédicateur » de ce dont il a fait l’expérience en lui-même, à l’exemple du Christ qui s’est fait homme pour apporter à tous l’annonce du salut. L’horizon de cet engagement est l’horizon eschatologique : l’attente de l’accomplissement en Christ de toutes les choses est une pensée constante du grand Pontife et finit par devenir un motif  inspirateur  de  chacune  de  ses pensées et de ses activités. C’est de là que naissent ses rappels incessants à la vigilance et à l’engagement dans les bonnes œuvres.

Le texte peut-être le plus organique de Grégoire le Grand est la Règle pastorale, écrite au cours des premières années de pontificat. Dans celle-ci, Grégoire se propose de tracer la figure de l’évêque idéal, maître et guide de son troupeau. Dans ce but, il illustre la gravité de la charge de pasteur de l’Eglise et les devoirs qu’elle comporte:  c’est pourquoi, ceux qui n’ont pas été appelés à cette tâche ne doivent pas la rechercher avec superficialité, et ceux qui en revanche l’ont assumée sans la réflexion nécessaire doivent sentir naître dans leur âme une juste inquiétude. Reprenant un thème privilégié, il affirme que l’évêque est tout d’abord le « prédicateur » par excellence; comme tel il doit être, en premier lieu, un exemple pour les autres, de manière à ce que son comportement puisse constituer un point de référence pour tous. Une action pastorale efficace demande ensuite qu’il connaisse ses destinataires et qu’il adapte ses interventions à la situation de chacun : Grégoire s’arrête pour illustrer les différentes catégories de fidèles avec des annotations judicieuses et précises, qui peuvent justifier l’évaluation de ceux qui ont également vu dans cette œuvre un traité de psychologie. On comprend à partir de cela qu’il connaissait réellement son troupeau et parlait de tout avec les personnes de son temps et de sa ville.

Ce grand Pape insiste cependant sur le devoir que le pasteur a de reconnaître chaque jour sa propre pauvreté, de manière à ce que l’orgueil ne rende pas vain, devant les yeux du Juge suprême, le bien accompli. C’est pourquoi le chapitre final de la Règle est consacré à l’humilité : « Lorsqu’on se complaît d’avoir atteint de nombreuses vertus, il est bon de réfléchir sur ses propres manquements et de s’humilier : au lieu de considérer le bien accompli, il faut considérer celui qu’on a négligé d’accomplir ». Toutes ces précieuses indications démontrent la très haute conception que saint Grégoire se fait du soin des âmes, qu’il définit « ars artium« , l’art des arts. La Règle connut un grand succès, au point que, chose plutôt rare, elle fut rapidement traduite en grec et en anglo-saxon.

Son autre œuvre, les Dialogues, est également significative. Dans celle-ci, s’adressant à son ami et diacre Pierre, qui était convaincu que les mœurs étaient désormais tellement corrompues que la naissance de saints n’était plus possible comme par les époques passées, Grégoire démontre le contraire : la sainteté est toujours possible, même dans les temps difficiles. Il le prouve en racontant la vie de personnes contemporaines ou disparues depuis peu, que l’on pouvait tout à fait qualifier de saintes, même si elles n’avaient pas été canonisées. Le récit est accompagné par des réflexions théologiques et mystiques qui font du livre un texte hagiographique particulier, capable de fasciner des générations entières de lecteurs. La matière est tirée des traditions vivantes du peuple et a pour but d’édifier et de former, en attirant l’attention de celui qui lit sur une série de questions telles que le sens du miracle, l’interprétation de l’Ecriture, l’immortalité de l’âme, l’existence de l’enfer, la représentation de l’au-delà, des thèmes qui avaient besoin d’éclaircissements opportuns. Le livre II est entièrement consacré à la figure de Benoît de Nursie et est l’unique témoignage antique sur la vie du saint moine, dont la beauté spirituelle paraît dans ce texte avec une grande évidence.

Dans le dessein théologique que Grégoire développe dans ses œuvres, passé, présent et avenir sont relativisés. Ce qui compte le plus pour lui est le cours tout entier de l’histoire salvifique, qui continue  à  se  dérouler  parmi  les obscures méandres du temps. Dans cette perspective, il est significatif qu’il insère l’annonce de la conversion des Angles au beau milieu du Commentaire moral à Job : à ses yeux, l’événement constituait une avancée du Royaume de Dieu dont parle l’Ecriture ; il pouvait donc à juste titre être mentionné dans le commentaire d’un livre sacré. Selon lui, les guides des communautés chrétiennes doivent sans cesse s’engager à relire les événements à la lumière de la parole de Dieu :  c’est dans ce sens que le grand Pape ressent le devoir d’orienter les pasteurs et les fidèles sur l’itinéraire spirituel d’une lectio divina éclairée et concrète, inscrite dans le contexte de sa propre vie.

Avant de conclure, il est juste de prononcer un mot sur les relations que le Pape Grégoire  cultiva  avec  les patriarches d’Antioche, d’Alexandrie et de Constantinople elle-même. Il se soucia toujours d’en reconnaître et d’en respecter les droits, en se gardant de toute interférence qui en limitât l’autonomie légitime. Si toutefois saint Grégoire, dans le contexte de sa situation historique, s’opposa au titre d’ »oecuménique »  que  voulait  le Patriarche  de Constantinople, il ne le fit pas pour limiter ou nier cette autorité légitime, mais parce qu’il était préoccupé par l’unité fraternelle de l’Eglise universelle. Il le fit surtout en raison de sa profonde conviction que l’humilité devrait être la vertu fondamentale de tout évêque, et plus encore d’un Patriarche. Grégoire était resté un simple moine dans son cœur, et c’est pourquoi il était absolument contraire aux grands titres. Il voulait être – telle est son expression - servus servorum Dei. Ce terme forgé par lui n’était pas dans sa bouche une formule pieuse, mais la manifestation véritable de son mode de vivre et d’agir. Il était intimement frappé par l’humilité de Dieu, qui dans le Christ s’est fait notre serviteur, qui a lavé et lave nos pieds sales. Par conséquent, il était convaincu que notamment un évêque devrait imiter cette humilité de Dieu et suivre ainsi le Christ. Son désir fut véritablement de vivre en moine, dans un entretien constant avec la Parole de Dieu, mais par amour de Dieu il sut se faire le serviteur de tous à une époque pleine de troubles et de souffrances, se faire « serviteur des serviteurs ». C’est précisément parce qu’il le fut qu’il est grand et qu’il nous montre également la mesure de la vraie grandeur.

armoiries de Benoît XVI

12345...141

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi