2008-44. Un bébé au « Mesnil-Marie »!

Vendredi 8 août 2008.

Vraiment, je ne m’attendais pas à cela… Et d’ailleurs, sur le coup, j’en ai été très contrarié, je vous le confesse. J’ai même pensé que je n’étais plus aimé, que j’allais être remplacé – dans le coeur de Frère Maximilien-Marie et dans la maison – et j’ai manifesté colère et bouderie. Mais, je le vois bien, Frère Maximilien-Marie me témoigne au moins autant d’affection qu’auparavant : je remarque qu’on prend toujours un très grand soin de moi, je constate qu’on me parle avec autant de déférence et de tendresse qu’auparavant, je vois que mes rations de croquettes et de pâtés ne diminuent pas…

Pour le principe, je continue à faire encore un peu la tête, mais je vous avoue que mon coeur commence à fondre lui aussi. Je me rends compte que la jalousie est un sentiment qui pourrit la vie et ratatine le coeur, que l’égocentrisme est une prison qui enferme un être sur lui-même et lui bouche les plus beaux horizons, tandis que – tout au contraire – la générosité et l’amour dilatent l’âme et remplissent de joie.

« Mais enfin, de quoi s’agit-il donc?« , allez-vous me demander.

Tout simplement du fait qu’au soir de la fête de la Transfiguration, ce dernier mercredi,  Frère Maximilien-Marie (qui, cette semaine, a profité des vacances des artisans pour souffler un peu eux lui aussi et faire de belles découvertes dans nes alentours) est rentré avec un bébé dans les bras!

« Un bébé?!?!… »

Oui, un bébé, un vrai bébé! Un bébé auquel il faut donner le biberon et dont il faut sans cesse s’occuper, un être minuscule dont la taille est sans proportion avec le temps qu’il vous pompe…

« Comment cela peut-il se faire?« , allez-vous encore interroger. Il faut donc que je vous raconte toute l’histoire depuis le début en remontant une semaine en arrière.

Vendredi 1er août, nous avons reçu la visite de la maman, du frère, de la belle-soeur et d’un neveu – prénommé Hugo – de Frère Maximilien-Marie. Dans le cours de la conversation, il a été signalé qu’une chatte avait mis bas dans une vieille cabane de planches qui jouxte la propriété de la maman de Frère Maximilien-Marie, sur un terrain où des moutons sont mis à la pâture de temps en temps : la vieille cabane sert alors d’abri aux moutons. Je la connais bien cette vieille cabane puisque pendant tout le temps où je suis resté chez ma « Mamie », j’ai eu le loisir d’aller m’y mettre à l’affût. Bref, ce qui inquiétait nos visiteurs c’était le fait qu’on ne voyait jamais la chatte venir s’occuper des chatons…

Le lendemain matin (samedi), la maman de Frère Maximilien-Marie téléphonait pour dire que Hugo avait ramené chez elle un chaton noir, terriblement affamé, qu’il avait trouvé errant seul dans les buissons. Mais quelques jours plus tard, alors même que Frère Maximilien-Marie était en visite chez sa maman, il y découvrait trois autres chatons affamés qui venaient d’être recueillis… Les neveux de Frère Maximilien-Marie les avaient trouvés miaulant lamentablement, réduits à boire une eau croupissante, sentant mauvais, les poils collés et remplis de petits chardons, et risquant d’être piétinés par les moutons qui venaient d’être ramenés dans cette parcelle…

Et c’est ainsi que Frère Maximilien-Marie a décidé d’adopter l’un de ces petits orphelins… Comme vous l’avez compris, j’étais assez mécontent de voir arriver cet intrus dans mon « Mesnil-Marie » : j’ai mis mes oreilles en arrière, j’ai grogné et soufflé méchamment… mais peu à peu mes réticences fondent et je me laisse toucher par la grâce. Frère Maximilien-Marie m’a bien expliqué que c’était très certainement un petit orphelin (en effet, une chatte n’abandonne jamais ses petits, et s’ils étaient seuls et affamés depuis plusieurs jours c’est parce qu’il a dû arriver malheur à leur maman), et que j’aurais moi aussi une responsabilité dans son éducation.

Notre petit chat, parce qu’il semble bien que ce soit un mâle, est probablement âgé de 4 à 5 semaines (ce qui reporte sa naissance au début du mois de juillet, sans que nous puissions en dire davantage pour le moment), et il pesait exactement 333 grammes le soir de son arrivée. Je termine en vous livrant en avant première un cliché du nouvel habitant du « Mesnil-Marie » et je vous adresse à tous mes salutations les plus félinement distinguées.

Lully.

dsc01417pippo.jpg
 

Publié dans : Chronique de Lully | le 8 août, 2008 |2 Commentaires »

Neuvaine du 6 au 14 août pour préparer la fête de l’Assomption de Notre-Dame.

Pour préparer la fête de l’Assomption de Notre-Dame, nous vous proposons de nous unir dans une neuvaine de prières, simple et fervente, du 6 au 14 août.
Chaque jour, récitons le chapelet (ou au moins une dizaine) et ajoutons y la prière suivante. Ce texte célèbre, tiré des oeuvres de l’abbé Henri Perreyve, correspond bien à l’esprit de supplication qui est le nôtre en ces jours où tant de malades, tant de soucis et de peines sont recommandés à nos prières…
Prions les uns pour les autres
.

la mort de la Très Sainte Vierge.

Vierge Sainte,
au milieu de vos jours glorieux,
n’oubliez pas les tristesses de la terre.

Jetez un regard de bonté sur ceux
qui sont dans la souffrance,
qui luttent contre les difficultés
et qui ne cessent de tremper leurs lèvres aux amertumes de cette vie.

Ayez pitié de ceux qui s’aimaient et qui ont été séparés !
Ayez pitié de l’isolement du coeur !
Ayez pitié de la faiblesse de notre foi !
Ayez pitié des objets de notre tendresse !
Ayez pitié de ceux qui pleurent, de ceux qui prient, de ceux qui tremblent !

Donnez à tous l’espérance et la paix.

Ainsi soit-il.

Publié dans : De Maria numquam satis, Prier avec nous | le 4 août, 2008 |Commentaires fermés

2008-43. Suite du feuilleton de l’eau et réfection de plancher.

Samedi soir 2 août 2008.

Avec la fin de la semaine il est bien temps, chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, que je vous donne quelques nouvelles de nos travaux.

Et en tout premier lieu, après vous avoir montré dans une précédente chronique tous les travaux réalisés à l’extérieur pour que l’eau puisse arriver jusqu’à l’intérieur de notre « Mesnil-Marie » (cf. > www), je puis enfin vous annoncer que, depuis quelques jours, nous avons dans la maison un point d’eau et – le détail peut paraître trivial mais il n’est pas sans importance dans les humbles réalités de la vie quotidienne! – un wc. Cela change considérablement la vie de Frère Maximilien-Marie qui n’est désormais plus obligé de se rendre chez notre voisine que pour prendre sa douche. L’installation intérieure reste encore sommaire, mais après toutes ces semaines où il fallait transporter l’eau dans des récipients, ce progrès a des allures de véritable luxe!

dsc01114chauffeeau.jpg

Sur la photographie qui est ici dessus, vous pouvez « admirer » deux étapes de l’installation intérieure qui permet à l’eau d’arriver jusqu’au robinet au dessus de l’évier. Sur le cliché du haut, le « gros machin » rouge que vous voyez seul est un surpresseur : c’est lui qui prend le relai de la pompe et permet d’avoir une pression suffisante. Sur le cliché du bas, vous vous rendez compte qu’un grand « ballon d’eau chaude » a été rajouté aux côtés du surpresseur. Je vous invite à ce sujet à rendre de très vives actions de grâces à la divine Providence, car ce chauffe-eau de 300 litres – et pratiquement neuf – a été donné à la communauté par un bienfaiteur (il se reconnaîtra en lisant ces lignes et il faut qu’il sache que nous n’omettons pas de demander à Dieu de lui rendre en bénédictions et en grâces sa générosité à notre endroit). Cela a été une véritable expédition d’aller récupérer ce chauffe-eau : en effet le donateur – qui habite assez loin d’ici – pouvait en assurer le transport pour une partie du trajet, à l’occasion d’un déménagement familial, et Frère Maximilien-Marie a donc dû aller à sa rencontre pour le charger alors dans notre propre véhicule et l’apporter ici. De fait, un point de rencontre à quelque 80 kilomètres d’ici avait été choisi, de manière à ne pas occasionner un détour à notre bienfaiteur. Le pittoresque de l’histoire, c’est que finalement cette rencontre s’est faite à une heure avancée de la nuit et que le Frère est revenu avec le précieux chargement à une heure du matin, en me disant qu’il était heureux qu’il n’y ait point eu de patrouille de gendarmerie sur ces hauts plateaux à 23 h 30 : la maréchaussée n’aurait-elle pas pu suspecter que ce chauffe-eau qui changeait de véhicule en bord de route en pleine campagne à la faveur des ténèbres dissimulait en réalité quelque trafic de substance illicite???… Je m’imaginais déjà en tremblant qu’il m’aurait peut-être fallu me déplacer à la gendarmerie pour faire sortir Frère Maximilien-Marie d’une cellule de garde-à-vue…

L’autre partie des travaux de la semaine qui vient de s’achever a consisté dans le démontage partiel d’un plancher qu’il faut intégralement remplacer. Le sol de l’ancienne grande grange à foin, qui constitue l’étage supérieur de notre « Mesnil-Marie« , est en effet fabriqué avec des plaques d’aggloméré : deux épaisseurs séparées par des chevrons, et cet espace – entre les deux plaques d’aggloméré – est devenu avec les années une véritable H.L.M. pour les souris, les rats et les loirs… Pour moi, c’est une véritable aubaine, mais Frère Maximilien-Marie n’a guère envie de continuer à loger rongeurs et muscidés et il doit remplacer ce plancher, qui en outre a été sérieusement endommagé en plusieurs endroits par des gouttières et des inondations… Il a donc commencé par retirer, sur un quart de sa surface totale, ces plaques fatiguées afin que, jeudi et vendredi derniers, les menuisiers puissent poser à la place un véritable et solide plancher. Vous pouvez avoir ci-dessous un aperçu de ces travaux. Sur la première photo, vous me verrez en train d’inspecter l’intérieur du plancher après que Frère Maximilien-Marie a retiré la première épaisseur d’aggloméré : c’était très intéressant parce qu’il y avait plein de nids de souris.. mais je n’ai trouvé aucune de celles-ci parce que le bruit et le mouvement des travaux avaient dû les faire fuir. Sur la seconde photographie, vous me verrez faire mon petit numéro d’équilibriste sur les poutres une fois que les deux épaisseurs ont été enlevées… et vous pourrez même apercevoir le crâne (un peu dégarni!) de Frère Maximilien-Marie, qui était debout sur un escabeau, à l’étage inférieur et dont la tête dépassait juste : je trouvais cela très amusant! (Comme toujours, il vous faut cliquer sur les vignettes pour les voir en grand)

dsc01133copy.jpg dsc01145copy.jpg

Je terminerai ma chronique de ce soir en souhaitant de bonnes vacances à ceux qui ont le bonheur d’en avoir, et un bon courage à ceux qui sont au travail, et en vous assurant tous de ma très féline considération.

Lully.

Publié dans : Chronique de Lully | le 2 août, 2008 |3 Commentaires »

Prière de Sainte Thérèse Couderc à la Sainte Trinité.

Je vous ai parlé du pèlerinage de Frère Maximilien-Marie à La Louvesc (cf. > www) et, à cette occasion, je vous ai présenté rapidement Sainte Thérèse Couderc, fondatrice de la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame du Cénacle (voir aussi > www).
Aujourd’hui, je vous communique une prière en l’honneur de la Sainte Trinité, écrite par Sainte Thérèse Couderc, dans sa version originale et complète, car le texte qui est actuellement diffusé est souvent singulièrement « raccourci »…

Lully.

Icône de la Sainte Trinité

Puissance du Père,

communiquez-vous à ma faiblesse et daignez la relever de sa profonde misère, afin qu’elle puisse faire des oeuvres dignes d’être offertes à votre divine Majesté et de procurer Sa gloire.

Sagesse du Fils,

présidez à toutes mes pensées, paroles et actions, afin qu’elles soient toutes faites selon les règles de cette Sagesse éternelle qui est Vous-même, ô mon Dieu!

Amour de l’Esprit-Saint,

soyez le principe de toutes les opérations de mon âme, afin qu’elles soient toutes conformes au bon plaisir divin!

Ainsi soit-il !

Symbole de la Sainte Trinité

Autres prières en l’honneur de la Sainte Trinité :
- prière attribuée à Saint Augustin > www
- « O mon Dieu, Trinité que j’adore » (Bse Elisabeth de la Trinité) > www
- Symbole de Saint Athanase > www

Publié dans : Prier avec nous | le 30 juillet, 2008 |3 Commentaires »

Recette du Mesnil-Marie : Soupe de courgette et pommes de terre.

Les courgettes sont un légume de saison. Ce soir, Frère Maximilien-Marie prépare une soupe à base de courgette qui m’a tout l’air d’être délicieuse, alors – pendant qu’il s’affaire avec ses marmites – je m’empare du clavier de l’ordinateur pour vous en communiquer la recette. Si certains pensent que la soupe ne convient pas aux soirs d’été, j’espère que cette recette les fera changer d’avis…

Lully.                         

Soupière fumante... hummm!

Préparation : 10 mn .
Cuisson : 25 mn

Ingrédients (pour 6 personnes) :

- 1 petite courgette
– 3 pommes de terre moyennes
– 100 grammes de crème fraîche (facultatif)
– herbes de Provence, basilic, menthe, persil…
– gros sel

Préparation :

Eplucher la courgette et les pommes de terre. Les couper en petits dés.
Mettre les dés dans une casserole et couvrir avec de l’eau. Ajouter une poignée de gros sel. Cuire à feu fort environ 25 minutes.
Une fois la cuisson arrêtée, mixer les légumes dans l’eau.
Ajouter la crème et les herbes de Provence finement coupées.

Servir immédiatement.

Publié dans : Recettes du Mesnil-Marie | le 29 juillet, 2008 |3 Commentaires »

2008-42. A propos d’un pèlerinage à La Louvesc, au tombeau de Saint Jean-François Régis.

Lundi matin 28 juillet 2008.

Hier, 11ème dimanche après la Pentecôte, notre Frère est parti de très bonne heure du Mesnil-Marie, pour se rendre à La Louvesc.
Cette petite paroisse, située à presque 1100 m d’altitude, est un lieu de pèlerinage assez fréquenté depuis que Saint Jean-François Régis, jésuite affecté aux missions à l’intérieur du Royaume après les ravages des guerres religieuses, y mourut d’épuisement – le 31 décembre 1640 – et y fut enterré.
Au XIXème siècle, Sainte Thérèse Couderc, fonda dans ce même village les Soeurs de Notre-Dame du Cénacle. D’humble extraction, Mère Thérèse fut mise à l’écart et reléguée à un rang subalterne dans le sein même de sa propre congrégation lorsque celle-ci se développa, et elle arriva par cette voie d’humilité (et d’humiliations) à un très haut degré de sainteté…* Son corps – conservé intact – a été ramené dans la chapelle de la maison de fondation.
Ce sont donc deux saints canonisés que l’on peut aller vénérer et prier dans ce village de montagne. La Louvesc est à moins de soixante kilomètres du Mesnil-Marie mais, avec les routes de ces régions, il faut compter un peu plus d’une heure pour s’y rendre.

Si Frère Maximilien-Marie y est allé précisément ce dimanche 27 juillet, c’est parce qu’un jeune prêtre ordonné en septembre dernier par Son Eminence Monsieur le Cardinal Castrillon Hoyos, s’y rendait lui aussi en pèlerinage avec quelques membres de sa famille.
Faut-il préciser que ce prêtre célèbre la Sainte Messe latine traditionnelle, en conformité avec les dispositions édictées par notre Saint-Père le Pape Benoît XVI dans son motu proprio « Summorum Pontificum cura » du 7 juillet 2007 ?

Monsieur l’Abbé avait bien pris soin de contacter le curé de la basilique quelques jours plus tôt pour signaler son passage et retenir un autel pour la célébration de la Messe…
Or, malgré les directives du Souverain Pontife et nonobstant l’esprit de charité et d’authentique catholicité que ce motu proprio souhaite instaurer partout, je suis bien au regret de vous dire que l’accueil n’a pas vraiment été très chaleureux, et que le « Père curé » s’est même permis quelques réflexions qui ne donnaient pas l’impression de jaillir d’un coeur magnanime…
Bref, nos pèlerins (auxquels on avait déjà imposé une heure matinale de célébration) furent relégués dans un oratoire où il n’y avait « aucun risque » que d’autres fidèles puissent les rejoindre, et dont « l’autel » était une espèce de cube de contreplaqué peint.
Monsieur l’Abbé avait bien sûr dû apporter tout le matériel liturgique pour assurer une célébration digne et fervente du Saint Sacrifice
(cliquer sur les vignettes pour voir les photos en grand).

dsc01167copy.jpg dsc01180copy.jpg

Lorsque, à son retour, Frère Maximilien-Marie me fait le compte rendu de tels évènements, je dois bien vous avouer que je suis pour le moins scandalisé.

Certains, dans l’Eglise même, ont en effet pris l’habitude de qualifier – ou plus exactement de disqualifier – les fidèles qui sont attachés à la Messe latine traditionnelle en leur collant l’étiquette « intégriste » ; ce sont aussi souvent ces mêmes personnes qui se font gloire d’être des gens « ouverts » et qui se gargarisent de slogans contre l’exclusion et pour l’accueil de toutes les différences… Mais leur attitude par rapport à ce que notre Saint-Père le Pape a appelé « la forme extraordinaire du rite romain » révèle dans les faits un odieux cléricalisme, manifeste des « crispations » idéologiques que l’on peut maintenant regarder comme totalement dépassées, et m’incite à penser qu’ils sont eux-mêmes les « intégristes » d’une mode ecclésiastique qui avait cours il y a trois ou quatre pontificats mais n’est plus du tout en phase avec la réalité de l’Eglise et du monde!

Il est d’ailleurs symptomatique de constater que Frère Maximilien-Marie reçoit souvent (et ce fut le cas à plusieurs reprises en ce dimanche) des témoignages de sympathie vraiment touchants, simplement motivés par le fait qu’il porte un habit religieux.
Les prêtres ou les religieux « sécularisés » se rendent-ils compte de ce qu’ils ont perdu? Si – selon un proverbe bien connu – « l’habit ne fait pas le moine », il est néanmoins certain qu’il contribue à faire de celui qui le porte le témoin d’une réalité qui ne se limite pas aux horizons terrestres. L’Eglise considère que la vie religieuse est un signe donné aux hommes. Or, pour qu’un signe soit véritablement un signe, il convient qu’il soit… visible!

Frère Maximilien-Marie est bien sûr allé se recueillir dans la chapelle édifiée au lieu même où Saint Régis mourant eut la vision de Notre-Seigneur et de Notre-Dame qui venaient le chercher pour l’introduire dans la gloire du Paradis.
Il a particulièrement confié à l’intercession de Saint Régis tous les malades qu’on lui a recommandés (et il y en a beaucoup, hélas!).

dsc01194copy.jpg

Recueillement dans la chapelle mortuaire de Saint Jean-François Régis.

Je terminerai ce soir par une anecdote.
Près de la basilique de Saint Régis, Frère Maximilien-Marie est entré dans une boutique où était exposée la production de plusieurs artisans de la région : maroquinerie, travail du bois, poterie, peinture sur verre, broderie…etc. Justement un tourneur sur bois faisait une démonstration et un vrai courant de sympathie est passé entre lui et notre Frère. Du coup, en plus des coquetiers et autres vases et coffrets qu’il fabrique avec habileté, il a tenu à réaliser sous ses yeux, pour la lui offrir, une statuette représentant de manière stylisée Saint Jean-François Régis revêtu de la grande cape et du chapeau à larges bords qu’il portait dans l’hiver pour parcourir les montagnes du Vivarais et du Velay. Avec cette statuette, je pense que c’est aussi la bénédiction de Saint Jean-François Régis sur notre maison qui est venue jusqu’à notre Mesnil-Marie
Mais j’ai assez parlé pour aujourd’hui et je vous laisse regarder quelques photos du travail de cet artisan (
comme plus haut il vous suffit de cliquer sur chaque vignette pour que vous puissiez voir le cliché en grand format).

dsc01207copy.jpg dsc01210copy.jpg dsc01212copy.jpg

Tournage, présentation de la statuette de St Régis et dédicace.

Je vous souhaite une bonne semaine et vous dis à très bientôt pour une nouvelle chronique…

2008-42. A propos d'un pèlerinage à La Louvesc, au tombeau de Saint Jean-François Régis. dans Chronique de Lully patteschatsLully.

* Voir aussi la Prière à la Sainte Trinité, composée par Sainte Thérèse Couderc que nous publions plus loin > www, et le texte « Se livrer » > www.

2008-41. Où l’on parle de ruisseau, de plantation d’arbre… et de chèvres!

Jeudi 24 juillet 2008.

Chers Amis du « Refuge Notre-Dame de Compassion« ,

Voici douze jours que je ne vous ai pas donné des nouvelles des travaux dans notre « Mesnil-Marie« , et vous vous doutez bien que les choses ne sont pas restées dans l’état que je vous décrivais le 12 juillet au soir (cf.> www).

Il faut être sur tous les fronts, en intérieur et en extérieur, et il arrive que la journée de travail de Frère Maximilien-Marie ne se termine pas avant 21h30. Je vous ferai un « reportage » à part pour tout ce qui concerne la suite du feuilleton de l’arrivée de l’eau dans notre maison (ce n’est pas encore terminé), je vous parlerai aussi plus tard des commencements d’aménagement du grenier et du dégagement des murs contre lesquels des éboulements de terrain ont accumulé de la terre et des pierres… Mais pour aujourd’hui, dans la continuité du « jeu de l’avant & après » que je vous ai proposé il y a quelques semaines (cf.>www), je vais vous montrer et commenter quelques clichés (cliquer dessus pour les voir dans une taille convenable).

Sur le premier vous pourrez vérifier le travail de Frère Maximilien-Marie qui, les 14 et 18 juillet, a débroussaillé le ruisseau dans lequel vient se déverser la béalière. Il était complètement envahi par les ronces, les orties, les fougères, le lierre, les jeunes pousses de frêne (encore eux!) ainsi que par divers détritus. Tous ceci empêchait presque complètement de voir un mur de 2 à 3 mètres de haut qui soutient notre terrain en surplomb de ce ruisseau…

Ruisseau, avant & après 

Ci dessous vous pourrez voir le premier arbre planté sur le terrain du « Mesnil-Marie » : c’est un cerisier qui nous a été offert à l’occasion de l’anniversaire de Frère Maximilien-Marie. Maître Christian, suréminent botaniste, avait – hier matin – assuré que l’actuelle période de lune décroissante serait favorable à l’enracinement de l’arbuste et donné quelques recommandations pour son implantation ; aussi dans la soirée, quand la fraîcheur est de retour, a-t-il été planté sur l’une des terrasses qui domine la maison et j’étais là pour surveiller que tout soit fait correctement!

Plantation de cerisier 1 Plantation de cerisier 2

Et pour terminer de manière anecdotique, je vous dirai que dimanche dernier, après la Sainte Messe, avec des amis Frère Maximilien-Marie a rejoint le village de Saint-Front où se tenait la 10ème « Fête de la Chèvre« . Organisée par l’Association pour le Renouveau de la Chèvre du Massif Central (ARCMC), qui a réussi à « sauver » cette race caprine particulière, menacée d’être complètement supplantée par les races alpines, cette sympathique manifestation avait attiré notre Frère parce qu’il songe parfois à acquérir une chèvre qui lui serait un précieux auxiliaire pour débroussailler et entretenir les terrasses. Sa présence en habit monastique au milieu de la fête n’est pas passée inaperçue et a suscité plus d’un témoignage de sympathie… Moi, je suis un peu inquiet à la perspective de voir arriver une bestiole à cornes dans notre « Mesnil-Marie » et je crains qu’elle ne vienne un jour grignoter mes croquettes!!! Mais Frère Maximilien-Marie m’a totalement rassuré en me disant que cela ne sera pas réalisable avant longtemps…

Chèvres de pays

Je vous adresse mes ronronnements les plus distingués.

Lully.

Publié dans : Chronique de Lully | le 24 juillet, 2008 |4 Commentaires »

2008-40. 22 juillet, fête de Sainte Marie-Magdeleine.

En ce jour de la fête de Sainte Marie-Magdeleine, nous reproduisons ici le texte d’une conférence donnée par Mgr Jean-Pierre Ravotti à la Sainte Baume le lundi de Pentecôte 5 juin 2006. Mgr Ravotti, qui a grandi à Saint-Maximin à l’ombre du couvent des dominicains abritant les reliques de sainte Marie-Madeleine, nous livre ici les raisons de son attachement à cette haute figure de sainteté que les Provençaux continuent d’honorer et aimer eux aussi (source: site des dominicains de la Sainte Baume > www).

2008-40. 22 juillet, fête de Sainte Marie-Magdeleine. dans Nos amis les Saints reliquaire2copie

Reliquaire du chef de Sainte Marie-Magdeleine dans la crypte de la basilique de Saint-Maximin.

« Avant d’aborder mon sujet, je voudrais apporter quelques précisions que je considère comme importantes car, d’une part, elles me permettent de délimiter l’argument – le thème de ma « conversation (conversazione comme on dit de façon si charmante en italien) » – et, d’autre part, elles vous permettent, à vous qui m’écoutez, de ne pas attendre de moi ce que je ne suis nullement en mesure de vous offrir.

Première précision : je ne suis ni un exégète ni un historien. Je n’ai donc aucune compétence particulière pour vous parler de Marie-Madeleine, un personnage évangélique d’autant plus attrayant qu’il demeure par certains aspects bien mystérieux. L’histoire s’est bien vite emparée de ce personnage, sans toutefois parvenir à élucider complètement le mystère. L’essai de Dan Brown – le fameux « Da Vinci Code » – truffé d’erreurs historiques n’y est d’ailleurs pas plus parvenu que d’autres bien plus sérieux et crédibles! J’éviterai donc de me lancer dans des discussions exégétiques ou historiques dont je me sens bien incapable… Accueillez ce que je vais vous dire simplement comme un témoignage. Je n’ai que mon cœur d’homme et que ma foi de chrétien et de prêtre pour vous parler de celle «que mon cœur aime», selon l’expression du Cantique des Cantiques, texte biblique que la tradition liturgique a mis sur les lèvres de Marie-Madeleine. Et vous le savez bien, mes amis, vous surtout les Provençaux, on parle toujours volontiers de ceux que l’on aime!

Deuxième précision : je suis mû par une autre conviction, qui s’est affermie au cours des années. Ce n’est pas nous qui choisissons les saints ; ce sont eux, au contraire, qui nous choisissent et qui s’imposent à nous. Je veux dire par là que ce que nous recevons d’eux est infiniment plus important et plus déterminant, infiniment plus précieux que le peu que nous pouvons leur offrir ou que tout ce que nous pouvons imaginer à leur sujet.
J’ai grandi à l’ombre de la Basilique de Saint-Maximin. J’en connais tous les recoins. La Madeleine de mon enfance était liée aux fastes des célébrations en son honneur. Il n’y avait pas que Huysmans – pardonnez-moi la comparaison – qui était sensible à cette beauté parlante de la liturgie ! En mûrissant – non pas au sens populaire de l’expression : «Il est mûr!» – j’ai mieux appris à découvrir cette présence de Marie-Madeleine comme un don et une grâce offerts à ma vie, en particulier à ma vie de prêtre. Aussi je fais mienne la conviction du Père Vayssière, gardien de la Grotte de la Sainte-Baume, qui rétorquait à des touristes ou à des pèlerins curieux de savoir si Marie-Madeleine était vraiment venue sur nos terres provençales : «Je ne sais pas si elle est venue, je ne sais pas si elle n’est pas venue, ce que je sais c’est qu’elle y est!»

Une dernière précision. La Marie-Madeleine à laquelle je pense et que j’aime, parce que je dois non pas expliquer mais raconter les raisons d’un amour – du reste, un amour ne s’explique pas, il ne peut que se raconter ! – est celle qui a toujours été reçue à Saint-Maximin et à la Sainte-Baume, au moins depuis Charles II d’Anjou. C’est la Madeleine de Grégoire le Grand, pour qui la pécheresse de saint Luc, la sœur de Marthe et de Lazare et la femme qui est clairement nommée dans les Évangiles Marie la Magdaléenne ne font qu’un. Je sais toutes les querelles, anciennes et modernes, que cette identification a suscitées. Comme je l’ai déjà dit, je n’entends pas m’introduire dans ces délicates questions d’exégèse. Permettez-moi cependant de préciser – et je ne suis pas le seul à le penser – qu’il est tout à fait légitime de défendre la figure évangélique de cette Marie-Madeleine qui, comme le dit Régis Burnet , «parle davantage au cœur».

Je ne m’en tiendrai donc – il va s’en dire – qu’à la Marie-Madeleine des Évangiles canoniques telle que l’a reçue la tradition occidentale latine, qui, si elle a en saint Grégoire le Grand son interprète le plus autorisé, n’en est pas moins confirmée par de nombreux Pères de l’Église (saint Augustin [Commentaire de l’Évangile de Jean], Hippolyte de Rome…). Les Évangiles «apocryphes» n’offrent aucune crédibilité car ils sont nés de courants minoritaires influencés par le gnosticisme.

Cette Marie-Madeleine «composite», comme la définissent les auteurs modernes – le Père Bruckberger parlait d’elle comme de «la femme coupée en morceaux» – recèle bien des richesses et des subtilités. Elle laisse entrevoir une figure certes complexe, mais, aux détours d’un cheminement long et fécond, d’une profonde unité psychologique et spirituelle – une figure très vraisemblable, donc! Rien de paradoxal, sinon en apparence, rien de décousu, rien de choquant dans cette existence pourtant si mouvementée, mais une tension continuelle et persévérante vers une parfaite unité. Marie-Madeleine est l’image d’une existence, d’une vie humaine « unifiée » par la foi en Jésus-Christ. La convertie devient disciple, car se convertir signifie marcher à la suite du Christ, et le disciple devient apôtre, puisque l’on ne peut être disciple sans être témoin de Jésus et porteur de son Évangile. Tous les convertis se reconnaissent en Marie-Madeleine. Comme elle, ils retrouvent en Jésus-Christ le sens et l’unité de leur vie. Je ne retiendrai qu’un nom, Charles de Foucauld, qui à trois reprises (1900, 1902 et 1913) est venu à la Grotte de la Sainte-Baume et a beaucoup écrit sur sainte Marie-Madeleine.

Mais le temps passe… et il faut encore que je vous dise pourquoi j’aime Marie-Madeleine.

1. Une femme

J’aime Marie-Madeleine – faudrait-il le taire? – d’abord et surtout parce qu’elle est une femme. C’est bien ainsi que nous la présente saint Luc dans son Évangile de la pécheresse pardonnée : «Et voici qu’une femme…» (Luc VII, 37). N’allez pas croire à une figure figée, embaumée, mièvre, comme certains imaginent les saints… Pensez plutôt à ces belles femmes au passage desquelles on se retourne pour les contempler plus longuement. Une femme en chair et en os, quoi ! L’iconographie plus récente privilégie d’ailleurs cette image. Il n’y a pas que des Madeleine exsangues et décharnées, dont l’abondante chevelure est le seul vêtement. Dans tout l’Évangile, Marie-Madeleine apparaît bien comme une femme avec une sensibilité, des réactions, des gestes de femme. Vous voyez un homme parfumant les pieds ou la tête de Jésus!

Marie a bien un cœur de chair, qui vibre, qui s’émeut, qui se passionne, qui gémit aussi, qui cherche, qui s’accroche, avec cette ténacité et cette fidélité, ce courage, dont les femmes seules sont capables. Comme le fait la liturgie, aussi bien l’ancienne liturgie de sainte Marie-Madeleine que la nouvelle, on peut bien lui prêter les confidences de l’Épouse du Cantique des Cantiques : «J’ai cherché celui que mon cœur aime [...], je l’ai saisi, je ne le lâcherai pas» (Cant III, 1.4). Remarquez combien ce texte se rapproche de la page de saint Jean racontant la rencontre de Marie de Magdala avec le Ressuscité au matin de Pâques. Toujours ces mêmes attitudes de femme empressée, désireuse de retrouver et de retenir l’objet de son amour : «Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? [...] Cesse de me tenir (ou : Ne me retiens pas ainsi)… » (Jean XX, 15.17).

Mes amis, la vie chrétienne est sans cesse un appel au dépassement, à la conversion, à la vie nouvelle. Mais Dieu ne saurait nous demander de renoncer à notre humanité, lui qui nous a créés «à son image et à sa ressemblance» (cf. Gen I, 27), Lui qui en Jésus-Christ a pris chair, notre chair, de la Vierge Marie. La foi n’exige nullement le reniement de notre humanité, mais bien plutôt sa transfiguration. Nous sommes appelés à la vivre, à l’incarner, à lui donner chair, dans nos cœurs et dans nos corps, sur cette «terre douloureuse, dramatique et magnifique», comme le disait Paul VI dans son testament. Alors, il n’est pas indifférent que nous soyons des hommes ou des femmes. Femmes qui m’écoutez, laissez-moi chanter en Marie-Madeleine et dans vos vies cet éternel féminin qui est plus à même d’accueillir, de comprendre et de vivre le mystère, et donc plus à même d’aimer! Lorsque vous entendez dire que la religion est une affaire de femmes, réjouissez-vous : on vous fait le plus beau compliment!

2. Une pécheresse

J’aime Marie-Madeleine – oserais-je le dire ? – parce qu’elle est pécheresse, se sait pécheresse et ne cache pas sa misère. La pire des illusions consiste à l’oublier et à se croire justes, alors que nous avons tous infiniment besoin du pardon de Dieu. Laissez-moi vous dire à ce propos que l’abandon de la confession n’est sûrement pas un gain, mais bien plutôt une perte : perte du sens de Dieu, perte du sens du péché, perte de notre capacité de pardon, de notre capacité à accueillir et à offrir le pardon. Je suis souvent impressionné par la dureté et la raideur de notre monde. On ne veut plus de normes, surtout morales, tout est enfin permis… mais lorsqu’un pauvre homme tombe, lorsque le scandale éclate, on devient impitoyable. L’Église, qui expérimente elle aussi sa misère, fait tout le contraire. Elle nous rappelle, parfois dans le désert, que nous ne saurions vivre sans une loi morale et des principes éthiques, mais lorsque quelqu’un succombe, elle est toujours prête à lui offrir sa miséricorde, qui n’est autre que celle de Dieu.

J’ai évoqué tout à l’heure le souvenir de Charles de Foucauld. Qu’il me soit permis de vous rappeler que sa conversion est née de sa confession à l’abbé Huvelin, en l’église Saint-Augustin de Paris, un jour de fin octobre 1886. Il y était allé pour s’entretenir avec un prêtre, pour lui demander des explications, pour «s’instruire», nous dit-il. Le prêtre l’invita simplement à se reconnaître pécheur et à accueillir le pardon de Dieu.

C’est cette même vérité que j’aime en Marie-Madeleine. Elle ne triche pas avec Dieu : elle reconnaît sa faute et elle pleure son péché, en appelant à la seule miséricorde de Jésus. Marie-Madeleine devient ainsi porteuse d’un suave parfum d’espérance. Les icônes orientales et les plus anciennes peintures de l’Occident la représentent très souvent comme la «myrophore», la femme aux parfums, du matin de Pâques. Ne vous étonnez pas de la trouver dans le jardin du tombeau. Elle n’y va pas pour embaumer un corps, mort, mais pour y rencontrer la vie qui naît et renaît sans cesse du pardon de Dieu.

Mes amis, il est bienfaisant de nous reconnaître pécheurs. Sachons être comme ces frères dominicains qui entraient jadis au couvent en demandant, selon la formule d’admission dans l’ordre des Prêcheurs, «la miséricorde Dieu et celle de leurs frères».

3. Une femme d’audace

J’aime aussi Marie-Madeleine parce qu’elle n’est pas un personnage étriqué, guindé, ni une sainte nitouche, ni une vieille fille renfrognée, mais une femme d’audace, une chrétienne qui ose. Le Père Bruckberger l’a si bien dit : «Elle voit grand, elle aime grand, elle ne frappe qu’aux portes dont le marteau est à hauteur de cavalier. Par sa seule beauté, par son style, pas la hardiesse et la justesse de ses gestes, elle est trop spectaculaire. Elle est provocante. Elle provoque l’admiration et du côté de l’ombre, la colère.»

Rien ne l’arrête, Madeleine. Elle ne recule devant rien, ni devant les «quand dira-t-on» des bien-pensants, ni devant l’incrédulité de tant de contemporains de Jésus, ni devant l’insécurité et la souffrance de la Passion, alors que tous se sont enfuis, ni devant l’obscurité du chemin qui mène au tombeau. Marie connaît des gestes fous et l’étonnante prodigalité de l’amour. Elle ose approcher le Maître, le toucher, lui saisir les pieds, les baigner de ses larmes et les essuyer de ses cheveux dénoués, les couvrir de baisers et les oindre d’un parfum au prix aussi démesuré que son geste. Cette audace impressionne tellement l’évangéliste Jean que lorsqu’il raconte la résurrection de Lazare et fait allusion, au début du récit, à sa sœur Marie, il prend soin de préciser, faisant probablement allusion au récit plus ancien de Luc, que c’était celle-là même «qui oignit le Seigneur de parfum et lui essuya les pieds avec ses cheveux» (Jean 11, 2).

Dans le cortège des saints, il y a plus de fous – ces «fols en Dieu» comme les appelle la tradition spirituelle de l’Orient chrétien – que de gens sagement alignés. C’est là un des aspects les plus déconcertants de la sainteté ! Pensez à François d’Assise distribuant aux pauvres toute la fortune paternelle et se présentant nu devant l’évêque d’Assise pour pouvoir désormais dire en toute vérité : «Notre Père…» À saint Dominique décidant de disperser ses premiers frères, alors que l’Ordre pouvait paraître encore si fragile. À Catherine de Sienne exhortant le Pape, avec quelle tendresse et quelle fougue!, à quitter Avignon et à regagner le Siège de Rome. À Don Bosco, que certains confrères de Turin auraient voulu faire enfermer. À Charles de Foucauld, vivant à Nazareth dans une cabane de jardinier. À Mère Térésa dans un mouroir de Calcutta… Notre monde repu et enlisé, notre Église qui tourne parfois en rond autour de ses problèmes internes et où l’on perd souvent son temps dans des discours inutiles, ont tant besoin de témoins de cette sainte folie de l’Évangile. Si sainte Marie-Madeleine pouvait nous donner l’audace de l’annonce, le courage des gestes toujours un peu fous de la miséricorde gratuite, inventive et prévenante!

Puissions-nous, comme elle, être des chrétiens qui osent, qui risquent…!, qui n’ont pas peur de dire ce qu’ils pensent, même si personne ne semble nous entendre, qui osent aller là où personne ne va, qui osent faire ce que les autres refusent de faire, qui osent s’approcher de ceux que tous récusent ou repoussent, qui osent des gestes de vérité et d’amour, alors que la plupart s’enferment dans leurs préjugés et leurs jugements impitoyables.

4. Une sainte

J’aime Marie-Madeleine parce qu’elle est la compagne et la complice des saints. Il n’y a pas que la sordide solidarité du mal et dans le mal. Pensez à tous ces liens de misère qui enchaînent parfois des groupes et lient les hommes les uns aux autres ; les scandales finissent souvent par éclabousser bien des gens…

Il existe aussi une solidarité du bien et dans le bien. Marie-Madeleine est une femme qui fascine car le témoignage de sa vie résonne comme un puissant appel, comme une provocation à la sainteté. Je ne m’étonne pas qu’elle ait eu, de tout temps, tant d’amis, non seulement parmi les pécheurs, mais aussi parmi des gens en quête de Dieu et de sainteté. J’ai parlé il y a peu de saint Grégoire le Grand, mais comment oublier Louis IX – saint Louis – qui vint en pèlerinage à la Sainte-Baume, sainte Catherine de Sienne, saint François d’Assise, sainte Catherine de Ricci, sainte Thérèse d’Avila… Plus prés de nous, Charles de Foucauld – qui a été enfin béatifié le 13 novembre 2005 -, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, le Père Lacordaire, à qui nos lieux magdaléniens doivent tout, le Père Vayssière, le Père Lataste (fondateur des dominicaines de Béthanie pour le rachat et la réhabilitation des prisonnières et des prostituées)…

Lorsqu’on considère le nombre d’ouvrages qui paraissent chaque année sur Marie-Madeleine, on se dit qu’elle n’a pas fini d’attirer l’attention et de susciter un intérêt certain.

5. Une femme enveloppée de mystère

J’aime enfin Marie-Madeleine – et c’est peut-être la seule vraie raison d’un amour qui au fond demeure inexplicable -, parce qu’elle reste enveloppée de mystère. Qui est-elle au juste, cette femme ? Est-elle bien venue chez nous ou ne sommes-nous pas plutôt allés à elle? Personnage déconcertant et fascinant, Marie de Magdala n’en finit jamais de nous interroger et de plonger nos vies dans le mystère même de Jésus, le Fils de Dieu fait homme. Lui aussi on croit le connaître, et pourtant, comme elle, il reste sans cesse à découvrir.

La seule chose dont je suis sûr c’est, pour reprendre le mot du Père Étienne Vayssière, que Marie-Madeleine est bien ici. Elle est dans notre Fenestrado Basilico à la gloire dédiée. Elle est au cœur de l’histoire de Saint-Maximin et de la Sainte-Baume comme elle est au cœur de nos vies. Qu’elle y enracine la foi. Qu’elle y fasse fleurir un feu de son amour!

 * * * * * * *

Je voudrais vous citer, pour (au moins) finir en beauté, les derniers mots du Père Lacordaire dans son admirable petit livre sur sainte Marie-Madeleine. Ce fut sa dernière œuvre, écrite en 1860, sur son lit de mort, et il est significatif qu’il l’ait dédié à Marie-Madeleine, cette femme que lui aussi aimait tant.

Le P. Lacordaire conclut : «Oh ! qui que vous soyez… si jamais vous avez connu les larmes du repentir, ou celles de l’amour, ne refusez pas à Marie-Madeleine qui a tant pleuré et tant aimé, une goutte de ce parfum dont elle embauma les pieds de votre Sauveur.»

J’espère, mes amis, vous avoir offert un peu de cette fragrance d’amour pour Marie-Madeleine dont mon cœur est comblé. »

Publié dans : Nos amis les Saints, Textes spirituels | le 22 juillet, 2008 |4 Commentaires »

2008-39. Notre-Dame de Bonne Délivrance, la Vierge Noire de Paris.

- fêtée le 18 juillet -

La statue de Notre-Dame de Bonne Délivrance, qu’on appelle aussi « la Vierge noire de Paris« , est une statue du XIVème siècle représentant une Vierge à l’Enfant, en pierre peinte.

Cette statue se trouvait autrefois très vénérée dans une chapelle célèbre de l’église collégiale Saint-Etienne-des-Grès : cette église – que l’on disait avoir été fondée par saint Denis, premier évêque de Paris - se trouve malheureusement sur la triste liste des quelque 145 églises qui furent détruites à Paris au cours de la grande révolution ; elle était située rue Saint-Jacques, là où se trouve aujourd’hui la bibliothèque de la faculté de droit ; le clocher et la chapelle de Notre-Dame de Bonne-Délivrance, remontaient au XI° siècle et l’on pense que la statue que nous connaissons aujourd’hui avait remplacé une statue plus ancienne.

Le culte de Notre-Dame de Bonne-Délivrance avait connu un grand essor au moment des luttes religieuses du XVIème siècle.
Le 20 avril 1533, fut fondée la
« confrérie de la Charité de Notre-Dame de Bonne-Délivrance » qui deviendra bientôt une confrérie royale.

Forte de douze mille adhérents venus de toutes les couches de la société et enrichie par le Saint-Siège de nombreuses indulgences cette confrérie prend part à toutes les manifestations publiques. Chaque année, le 1er mai et le 24 août, elle organise ses propres processions avec des stations aux paroisses voisines. Les membres de la confrérie s’engagent à une vie chrétienne plus authentique et plus fervente à l’exemple de Notre-Dame et s’engagent à certaines oeuvres de charité envers les nécessiteux. La confrérie travaille particulièrement à la délivrance et au soulagement des prisonniers : les cotisations des associés produisent des sommes importantes qui sont spécialement consacrées au rachat des prisonniers pour dettes.

Les mots de bonne délivrance étaient pris dans un sens très général, il s’agissait d’obtenir de l’intercession de la Vierge Marie la cessation de toutes les misères et calamités imaginables.

Cependant au tournant du XVII° siècle, on insistera sur les misères spirituelles et les tentations, et on invoquera de plus en plus Notre-Dame de Bonne-Délivrance pour être soulagé des peines intérieures et fortifié dans la tentation. C’est ainsi que le jeune François de Sales, étudiant à Paris, qui était accablé par des tentations de désespoir au point qu’il lui semblait évident qu’il serait damné, retrouva la paix intérieure et la confiance aux pieds de Notre-Dame de Bonne-Délivrance en récitant le « Memorare » (« Souvenez-vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie… »).
Les grands spirituels de la première moitié du XVIIème siècle viennent souvent prier devant cette image : Monsieur Olier, fondateur de la « Compagnie de Saint-Sulpice », Saint Vincent de Paul qui la nomme « la Vierge des âmes en peine« , Claude-François Poulart des Places, fondateur de la « Congrégation du Saint-Esprit »...
Le Roy Louis XIII et la Reine Anne d’Autriche se font inscrire le 4 mai 1622 dans les rangs des membres de
la Confrérie royale de la charité de Notre-Dame de Bonne-Délivrance ; ils seront suivis de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, puis de Louis XIV et de son frère, Philippe d’Orléans, de son épouse, la reine Marie-Thérèse, du prince et de la princesse de Condé, du prince et de la princesse de Conti… etc.

Le 16 mai 1792, la statue est mise en vente avec le mobilier et les objets du culte de l’église Saint-Etienne-des-Grès, vouée à la démolition.
La Madone est achetée – pour deux cent une livres – par la Comtesse de Carignan-Saint-Maurice qui la garde dans son domicile de la rue Notre-Dame-des-Champs où des prêtres réfractaires célèbrent les saints mystères en cachette.
Mais pendant la grande terreur, la Comtesse de Carignan-Saint-Maurice est dénoncée et jetée en prison. Elle se trouve enfermée avec des religieuses de Saint-Thomas de Villeneuve, détenues avec leur supérieure générale, Madame Walsh de Valois. La pieuse Comtesse parle de la Vierge de Bonne-Délivrance aux Soeurs et, ensemble, elles l’invoquent avec ferveur. La chute de Robespierre entrainera leur libération, le 4 octobre 1794, et elles voient dans cette délivrance de la guillotine qui leur était promise la réponse de Notre-Dame.
Madame de Carignan-Saint-Maurice fit alors don de la précieuse statue à la congrégation des Soeurs de Saint-Thomas de Villeneuve.

Le 1er juillet 1806, la statue de Notre-Dame de Bonne-Délivrance est de nouveau offerte à la vénération des fidèles dans l’oratoire des Soeurs, 27 rue de Sèvres, et son culte est encouragé par toutes les anciennes indulgences, que confirme le Pape Pie VII.
Quelques années plus tard c’est une vaste chapelle qui est bâtie en son honneur au même lieu.

Mais en juillet 1906, Notre-Dame de Bonne Délivrance est contrainte à un nouveau déménagement : en effet les religieuses ont été expropriées et leur couvent va être démoli pour laisser la place au boulevard Raspail ; elles vont s’installer à Neuilly-sur-Seine où elle font édifier une nouvelle chapelle et c’est là que l’on vénère encore aujourd’hui Notre-Dame de Bonne-Délivrance (52 Boulevard d’Argenson).

Notre-Dame de Bonne Délivrance

Prière à Notre-Dame de Bonne Délivrance :
(texte ancien intégral)

Je vous supplie,
ô très sainte et sacrée Vierge Marie,
digne Mère de Dieu !
d’avoir pitié de moi, pauvre, pécheur,
de m’obtenir de votre très cher Fils, notre Sauveur Jésus-Christ
la sainteté et la santé du corps et de l’esprit,
ainsi qu’il sera convenable
pour sa plus grande gloire et pour mon salut ;
car souvent sa divine Majesté,
par une bonté et miséricorde infinie,
permet qu’il nous arrive des infirmités et des maladies,
afin de nous faire rentrer en nous-mêmes,
et de nous exciter à nous corriger et à nous convertir à lui :
Et comme sa divine Providence a ordonné
que nous vous honorions et invoquions sous divers titres,
et principalement sous celui de
Notre-Dame de Bonne-Délivrance ;
cela fait que j’ai recours à vous, pour vous supplier,
avec toute l’humilité et la confiance qu’il m’est possible,
de me secourir en cette extrême nécessité,
et de m’obtenir principalement une véritable douleur,
contrition et rémission de tous mes péchés,
car ils sont la seule cause de mes infirmités ;
et ensuite je serai obligé de publier toute ma vie le crédit et le pouvoir absolu que vous avez dans le Ciel auprès de Dieu.
A combien de pécheurs désespérés de leur salut
avez-vous obtenu la conversion !
A combien de personnes affligées de maladies incurables
avez-vous rendu la santé !
A combien de justes
avez-vous obtenu le don de persévérance en la grâce !
Et enfin, on n’a jamais entendu dire
que vous eussiez rejeté aucun de ceux qui, avec confiance,
vous ont humblement invoquée,
quelque misérable qu’il ait été.
J’espère aussi, ô Vierge !
que vous m’accorderez la grâce que je vous demande,
et que vous m’obtiendrez le remède
de toutes mes misères spirituelles et corporelles,
et que vous m’assisterez durant ma vie,
et principalement à l’heure de ma mort,
qui peut-être arrivera bientôt.
Ainsi soit-il.

Publié dans : De Maria numquam satis, Prier avec nous | le 17 juillet, 2008 |4 Commentaires »
1...113114115116117...129

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi