Archive pour la catégorie 'De liturgia'

2009-20. De quelques cérémonies particulières à nos contrées pour célébrer la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Vendredi de Pâques 17 avril 2009.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Il y a huit jours, tous les fidèles de l’Eglise catholique célébraient le Vendredi Saint, au plein coeur des célébrations du mystère rédempteur. Je profite de ce vendredi de Pâques pour vous adresser une sorte de mini reportage sur quelques cérémonies particulières auxquelles notre Frère Maximilien-Marie a pu se rendre.
Au passage, je fais remarquer que le Mesnil-Marie est implanté dans un diocèse où les dispositions édictées par les Souverains Pontifes Jean-Paul II et Benoît XVI en faveur de la liturgie latine traditionnelle, appelée aussi « forme extraordinaire du rite romain », ne sont pas mises en oeuvre et que pour assister aux offices célébrés selon le missel classique il faut  se rendre dans les diocèses voisins…

Ainsi le Jeudi Saint, pour la Sainte Messe vespérale commémorant l’institution de la Sainte Eucharistie et du sacerdoce, notre Frère était-il au Puy-en-Velay.
Je ne vous parlerai cependant pas de cette Messe, mais de la procession des Pénitents Blancs qui se déroule à la nuit tombée dans les rues de la cité médiévale.

Les confréries de pénitents étaient autrefois très nombreuses, en France et dans toute la chrétienté, mais beaucoup ont disparu. Les Pénitents Blancs du Puy ont été fondés en 1584, par la réunion de plusieurs anciennes confréries, et à l’heure actuelle ils sont une cinquantaine à continuer les belles traditions qu’ils ont héritées des précédentes générations (on peut se reporter à leur site officiel, ici > www).

Pénitents blancs du Puy, procession du Jeudi Saint au soir

La procession du Jeudi Saint a un caractère tout particulier : une fois que la Messe de la Sainte Cène est achevée et que le Très Saint-Sacrement a été déposé au reposoir de la cathédrale, les pénitents cagoulés – et les pieds nus pour certains – portent, selon un rituel  et dans un ordre très anciens, des représentations des objets de la Passion  : ce sont les  instruments des divers supplices endurés par Notre-Seigneur tels que les clous, les fouets, la couronne d’épines… etc., mais aussi les représentations d’autres objets tels que le calice de la Sainte Agonie, la tunique sans couture, le voile de Sainte Véronique, l’aiguière de Pilate… etc.
L’un des pénitents est chargé d’une grande et lourde croix. Au milieu d’eux, revêtu de la chape rouge, le prêtre porte une relique de la Sainte Croix.
La procession part de la chapelle des Pénitents et parcourt six stations qui permettent de méditer sur les évènements de la nuit du Jeudi au Vendredi Saints : Sainte Agonie, arrestation, comparution devant le Sanhédrin, reniement de Pierre, outrages reçus dans le palais des grands prêtres et enfin – au petit matin – la comparution devant Pilate. La procession rentre alors dans la cathédrale et les fidèles peuvent vénérer la grande croix de bois portée par les confrères.

Procession des Pénitents blancs : arrivée à la cathédrale

Le Vendredi Saint, Frère Maximilien-Marie est allé en pèlerinage à Burzet : ce village niché dans les Cévennes vivaroises, est connu pour son grand chemin de Croix.

Au XIVème siècle déjà, des documents faisaient mention d’une procession qui se déroulait dans le village le Vendredi Saint et au cours de laquelle un paroissien tenait la place de Notre-Seigneur.
Sur l’un des sommets qui domine le village, ont été dressées les trois croix d’un Calvaire et, le long du parcours d’une antique voie romaine qui serpente sur les flancs de cette montagne escarpée, trente deux stations ont été érigées pour méditer sur les circonstances de la Passion, depuis la Cène jusqu’aux évènements qui suivirent la mort de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

départ de la procession du Vendredi Saint.

Soixante figurants costumés se transmettent, de génération en génération, les « rôles » des principaux protagonistes du drame du Vendredi Saint. Il ne s’agit pas d’une représentation théâtrale mais d’une figuration, héritière des « mistères » du Moyen-Age, destinée à aider tous les pèlerins à mieux intérioriser les dernières heures de la vie du Sauveur.
La procession, suivie par plusieurs centaines de fidèles, quitte l’église et s’achemine, pendant près de deux heures et demi de méditation, de prière et de chants, jusqu’au sommet du Calvaire.

Nous sommes maintenant dans la joie de la Résurrection de Notre-Seigneur : c’est dans cette lumière de Pâques que nous contemplons les évènements de la Passion et que nous rendons grâces à Dieu pour les merveilles de son Amour miséricordieux. De la part de tous les habitants du Mesnil-Marie, je vous souhaite donc un beau et saint temps pascal au cours duquel vous puissiez croître dans la ferveur et la reconnaissance envers le Coeur de Celui « qui a tant aimé les hommes qu’il n’a rien épargné, jusqu’à s’épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour » (paroles de Notre-Seigneur à Sainte Marguerite-Marie).

Lully.

nika

Publié dans:Chronique de Lully, De liturgia |on 17 avril, 2009 |Pas de commentaires »

Méditation du Chemin de la Croix :

Prière préparatoire:

Ô Jésus, Vous êtes mon Sauveur. Je viens aujourd’hui méditer, avec votre aide, les stations de Votre Voie Douloureuse : donnez-moi, je Vous le demande avec toute la ferveur de mon âme, de mieux comprendre cet Amour qui Vous a conduit et soutenu dans la montée du Calvaire.
C’est l’Amour de Votre Cœur qui Vous a porté à un tel excès de douleurs ; c’est l’Amour de Votre Cœur pour les âmes des pauvres pécheurs – dont je suis – qui Vous a conduit à la mort ; c’est l’Amour de Votre Cœur pour mon âme si souvent ingrate et tiède, qui Vous a élevé sur la Croix…
Accordez-moi de puiser dans la contemplation de Votre Sainte Passion un renouveau de ferveur et de générosité à Votre service. Fortifiez, je Vous en prie, ma résolution de m’éloigner de tout ce qui Vous offense et ma volonté de marcher désormais dans les voies d’une plus grande fidélité.
Très Sainte Vierge Marie, qui êtes devenue ma Mère au pied de la Croix, prêtez-moi vos yeux pour regarder Jésus, prêtez-moi surtout votre propre Cœur pour L’aimer et m’attacher à Lui.

* * * * * * *

Avant chaque station:

V/ Nous Vous adorons, ô Christ, et nous Vous bénissons ;
R/ Parce que Vous avez racheté le monde par Votre Sainte Croix.

Après chaque station:

V/ Ayez pitié de nous, Seigneur ;
R/Seigneur, ayez pitié de nous.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

le Christ aux outrages.

1ère Station : Jésus est condamné à mort.

Je Vous vois, ô Jésus, Vous que le prophète avait décrit comme « le plus beau des enfants des hommes » (Ps. XLIV), dans l’état où Vous a laissé une cruelle agonie, suivie d’une nuit de mauvais traitements et d’outrages : Vous êtes là, réduit à l’impuissance en face d’une foule haineuse, et Vous Vous taisez.
Votre silence, qui contraste tellement avec les cris et les blasphèmes qui montent contre Vous, impressionne d’ailleurs Pilate et le met mal à l’aise.

Vous aviez dit : « Mettez-vous à mon école, car Je suis doux et humble de cœur« ;  cette douceur et cette humilité sont ici manifestes, en face de la violence des passions déchaînées, en face de l’arrogance et du mépris. Oui, vraiment, Vous êtes l’Agneau doux et humble que l’on conduit à l’abattoir et qui n’ouvre pas la bouche.

Et lorsque tombe la sentence de condamnation, Vous Vous taisez encore. Vous ne protestez pas puisque Vous aviez déjà accepté cette sentence de mort dans le sein de l’adorable Trinité, lorsque le décret éternel décidant de l’Incarnation avait été porté…

Humilité, douceur et silence de mon Dieu, je vous adore!

Je veux recevoir la leçon que Vous me donnez ici : pardonnez-moi, je Vous prie, les fautes que j’ai commises contre la douceur et l’humilité ; apprenez-moi à rester humblement doux, doucement humble, en face des jugements négatifs portés contre moi ; enseignez-moi ce paisible silence de la foi pour accepter les contradictions, les critiques et les malveillances, et pour en faire des sacrifices que j’unirai au Vôtre.

Pater noster.  Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

2ème station : Jésus est chargé de Sa Croix.

Sans aucun ménagement, les soldats Vous chargent du bois du supplice : une Croix massive, lourde, rugueuse, terrible, écrasante… et Vous savez bien ce qu’elle va Vous apporter de souffrances.
Pourtant, résolument, Vous l’étreignez et Vous appliquez Vos lèvres saintes sur son bois d’infamie qui Vous fera tant saigner. Vous nous montrez ainsi de quelle manière il faut recevoir et accepter les croix de chaque jour : en les embrassant!

Vous nous aviez avertis : on ne peut prétendre être du nombre de Vos disciples, de Vos amis, de Vos intimes, sans avoir part à Votre Croix.

Pourtant, ô mon Jésus, et malgré tous les bons désirs de mon cœur, je dois bien avouer que la souffrance et l’humiliation me répugnent, me font horreur, me donnent envie de fuir… non de les embrasser.
Est-ce donc que je ne Vous aime pas?

Non, mon amour pour Vous est sincère, mais il est encore faible et manque souvent de générosité.

Ô mon divin Sauveur, je Vous en supplie, venez en aide à ma faiblesse et fortifiez mon cœur trop prompt à s’effrayer, trop porté à s’apitoyer sur lui-même! Faites-moi bien comprendre que tant que je me regarderai moi-même je serai prisonnier de ma faiblesse ; mais si je Vous regarde Vous, ce sont Votre propre détermination, Votre courage, Votre force qui peu à peu viendront m’habiter et me transformer. Profondément. Durablement.

Je ne veux plus murmurer contre les mille et une contrariétés de chaque jour ; je ne veux plus regimber contre l’aiguillon de la souffrance ; je veux y voir au contraire la part quotidienne de Votre Croix que Vous m’invitez à porter derrière Vous. Faites-m’en la grâce, ô Jésus!

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

3ème station : Jésus tombe une première fois.

Il y a si peu de temps que Vous Vous êtes mis en route sur le chemin du Calvaire – Vous n’avez fait que quelques pas! – et cependant Vous tombez… Déjà!

Je Vous contemple, abattu sous le poids de Votre Croix, fléchissant les genoux, courbé vers la terre… N’êtes-Vous plus Celui qui d’un seul mot, dans la synagogue, a fait se redresser la femme courbée depuis dix-huit ans. Celui aussi qui a relevé la femme adultère aux yeux de ceux qui l’accusaient, et à ses propres yeux?

Il ne m’est pas facile de comprendre le mystère d’un tel abaissement, la leçon contenue en cette apparente et déconcertante faiblesse.

Et pourtant, Vous voulez que je Vous contemple ainsi : Vous êtes toujours le Dieu fort qui tient en Sa main la puissance de l’ouragan et la force des tempêtes;  Vous êtes toujours Celui dont une seule parole a jeté à terre les soldats qui venaient Vous arrêter… Si Vous êtes tombé, c’est pour me relever de ces chutes déplorables, trop souvent répétées, qui affligent Votre divin Cœur.

Vous Vous êtes, pour ainsi dire, mis à mon niveau, afin de mieux me venir en aide, afin d’entendre l’aveu de ces faiblesses qui sont miennes parce que j’ai trop compté sur mes propres forces!

Vous Vous abaissez : l’infinie miséricorde se penche vers la misère pour entendre la voix du repentir et pour relever le pauvre du fumier où il croupissait (Ps.CXII).

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

4ème station : Jésus rencontre Sa Très Sainte Mère.

Ô Jésus, Vous paraissez parfois d’une incroyable sévérité avec Votre Mère si douce, si délicate, et dans les affections de laquelle n’entre cependant aucune ombre d’imperfection.

Dès le recouvrement au Temple, lorsque Vous aviez douze ans, Vous donnez l’impression de la traiter sans ménagement. Une lecture trop superficielle pourrait laisser penser que la réponse que Vous lui faites, lors des noces de Cana, ou encore celle que Vous donnez à ceux qui Vous signalent que Votre Mère Vous cherche, lorsque Vous étiez en train d’enseigner, sont totalement dépourvues des prévenances de la piété filiale… En outre, si plusieurs saints Docteurs ont affirmé que Vous aviez préféré que Saint Joseph mourût avant Votre vie publique et Votre Passion, pour lui éviter des souffrances que son cœur, pourtant revêtu de qualités viriles, auraient difficilement pu supporter, il est bien difficile de comprendre – selon l’ordre naturel – que Vous ayez imposé le spectacle de telles atrocités au cœur combien plus sensible et compatissant de Marie!

Mais il ne faut pas ici raisonner selon les critères habituels de la nature! Le Cœur immaculé de Marie bat à l’unisson du Vôtre. Le « Fiat » entier et splendide qu’elle a donné à l’Incarnation n’a pas été prononcé sans une compréhension de ce que serait la mission de Celui dont elle allait façonner la chair très pure, cette chair que Vous allez offrir en sacrifice sur la Croix, au bout de ce chemin.

C’est parce que Vos deux Cœurs sont parfaitement unis qu’il convenait surnaturellement que Marie souffre auprès de Vous, souffre avec Vous et marche à Vos côtés dans la montée du Calvaire.

Alors je puis ici comprendre que la souffrance que Vous permettez à ceux qui Vous sont plus intimes n’est pas une marque de réprobation, mais bien une marque de plus grande dilection : Vous introduisez de la sorte Vos élus dans la participation à Votre mission de Sauveur.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

 * * * * * * *

5ème station : Simon le Cyrénéen aide Jésus à porter Sa Croix.

 » Tout ce que vous ferez à l’un de ces petits qui sont Mes frères, c’est à Moi que vous le ferez ».

Il ne m’est pas spontané, il ne m’est pas facile, de Vous reconnaître, ô divin Maître, caché dans ce prochain qui me dérange, qui me sollicite, qui me provoque à un geste de générosité, de compassion ou de service… qui m’invite à franchir les innombrables protections et barrières de sécurité que ma volonté de confort a édifiées pour protéger mon égoïsme plus ou moins conscient!

Qu’est-ce qui pouvait permettre à Simon, réquisitionné, forcé, de voir en Vous le Sauveur, sous ces apparences d’ignominie? Humainement, rien!

Qu’est-ce qui a fait de cet homme ordinaire qui revenait des champs, un modèle et un saint?

Il est très probable que, dans un premier temps, il n’a pas accepté avec joie cette tâche que les soldats lui imposaient, et qui lui paraissait répugnante. Peut-être même a-t-il maugréé?

Cependant un changement s’est produit dans son âme.

Je comprends que celui qui Vous contemple peut se trouver transformé au spectacle de Vos douleurs. Je comprends que celui qui vit en Votre présence, et même si celle-ci n’est pas sensible, même si celle-ci n’est pas conforme aux aspirations de la sensibilité, peut se trouver renouvelé, au plus profond de lui-même aussi bien que dans la manière dont il va regarder toutes choses.

Faites-moi donc la grâce, ô mon Jésus, de vivre en Votre présence, pour mieux Vous reconnaître en Vos frères qui ont besoin de moi.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

6ème station : Sainte Véronique essuie le visage de Jésus.

Votre divin Visage est maculé, meurtri, méconnaissable. Il faut une foi peu commune pour Vous reconnaître sous ces traits d’infamie et de douleur que Vous ont donnés les mauvais traitements de la nuit et les divers supplices de la matinée.

Véronique n’a pas hésité : il y avait en elle quelque chose qui parlait plus haut que ce que lui montraient ses sens. Sous le sang et les crachats, malgré les blessures et la poussière collée qui Vous défigurent, son cœur reconnaît Celui auquel elle a donné sa foi et son amour. Alors elle n’hésite pas. A-t-elle même réfléchi, pesé le pour ou le contre avant de s’élancer?

Sa détermination a quelque chose de calme et de viril qui tranche avec la veulerie, la lâcheté et les reniements de ceux qui Vous entourent ou de ceux qui Vous ont abandonné. Les soldats sont saisis d’un étonnement qui n’est pas exempt de secrète admiration ; ils la laissent s’approcher de Vous.

Geste sans emphase mais plein d’une sobre grandeur : elle a dénoué son voile et Vous en a délicatement essuyé le visage. Elle n’a pas essayé de Vous soulager du poids physique de la Croix, ainsi que le fait Simon ; elle n’a peut-être rien dit, parce que son regard et son geste en disaient plus long que toute parole, mais elle a ouvert la voie à toutes les âmes réparatrices.

La foi et l’amour qui l’animaient ont été la source de son courage et les inspirateurs de son geste si délicat. C’est l’amour qui fait la réparation, et la réparation n’est rien d’autre que de l’amour.

Je Vous demande, ô Jésus, la grâce de m’engager résolument dans les pas de Sainte Véronique, dans les voies de la réparation, pour Vous rendre amour pour amour.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

7ème station : Jésus tombe une deuxième fois.

Vous tombez une nouvelle fois… Pourquoi m’en étonnerai-je?

Ce sont mes péchés qui font le poids de cette Croix qui Vous écrase et qui Vous font tomber à terre ; ce sont mes chutes qui sont la cause des Vôtres. Et ce n’est pas une fois, ni deux fois que je suis tombé dans le péché, mais tant de fois que je ne puis les compter.

Alors il Vous a fallu Vous abaisser, encore et encore, jusqu’à cette boue où je me suis enlisé, tellement enlisé que j’ai semblé faire corps avec elle parfois! Toutefois Votre miséricordieuse patience ne s’est jamais lassée de me pardonner. Si mes chutes sont innombrables, elles ne sont pas infinies : Votre Miséricorde, elle, est infinie! Mes fautes sont abondantes, mais Votre grâce est surabondante : jamais la désolante variété de toutes mes indigences ne pourra épuiser le trésor de Vos pardons, du moins tant que je ne cesserai pas de crier vers Vous et d’implorer Votre pitié avec une vraie confiance : « Ayez pitié de moi, ô Dieu, selon Votre grande miséricorde, et selon la multitude de Vos bontés, effacez mon iniquité. Lavez-moi plus amplement de mon iniquité, et purifiez-moi de mon péché » (Ps. L,3-4).

Plus redoutable que la chute elle-même est le découragement qui vient s’insinuer ensuite et qui sape l’énergie intérieure nécessaire à mon relèvement. L’humilité qui confesse la faute commise est sœur de l’espérance ; elle ouvre dans l’âme toutes les voies du pardon et de la purification.

Alors je ne veux pas tant contempler « Jésus qui tombe » que « Jésus qui se relève » et qui veut ainsi me prémunir contre toute forme de découragement.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

8ème station : Jésus console les filles de Jérusalem qui le suivent.

Il y a chez ces femmes qui Vous suivent, qui pleurent et qui se lamentent, une certaine forme de courage. En effet, au milieu de la foule haineuse qui Vous accable, elles montrent de façon explicite qu’elles n’approuvent pas la condamnation qui Vous frappe et les outrages qu’on Vous fait subir. On pourrait dire que c’est déjà bien et qu’elles prennent des risques en manifestant leurs sentiments à Votre endroit.

Mais ce n’est pas assez, et Vous voulez le leur faire comprendre. La leçon est d’importance, puisque Vous Vous arrêtez dans cette montée du Calvaire afin de la leur donner…

Leurs larmes et leurs gémissements ne procèdent encore que de leur sensibilité. Leurs sentiments n’ont pas de consistance surnaturelle et ne pénètrent pas dans la profondeur du mystère qui s’accomplit sous leurs yeux : elles n’ont pas, pas encore, les yeux et le cœur de Marie ou de Véronique. Il y a en elles un commencement d’amour que Vous voulez conduire à sa perfection surnaturelle, et c’est pour cela que Vous avez ces paroles fortes à leur adresse, et – à travers elles – à l’adresse de chacune de nos âmes : Vous ne demandez pas de nous une compassion sentimentale, mais Vous nous enseignez à pleurer nos péchés qui sont la cause de Vos douleurs ; Vous voulez que notre contrition nous conduise à un véritable amendement et que le regard que nous portons sur Votre Passion nous détermine à marcher résolument dans l’exigeante voie de la sainteté que Vous nous avez tracée.

Toute volonté de compassion ou de réparation qui ne s’enracine pas dans cette résolution énergique est une illusion, aussi vaine que dangereuse.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

9ème station : Jésus tombe une troisième fois.

Vous êtes presque arrivé au lieu du supplice, et Vous tombez encore une fois. Quel secret enseignement m’est encore donné en cette troisième chute?

Je sais bien que Votre détermination n’est en rien entamée et que Vous êtes toujours aussi ferme dans Votre volonté d’offrir à Votre Père le sacrifice parfait de satisfaction, et de dispenser à nos âmes une Rédemption surabondante. Aussi peut-on dire qu’il y a en Vous une certaine impatience d’arriver au bout de cette Passion…

Mais il est des heures où malgré la volonté arrêtée qui est en nous, certaines faiblesses sont plus fortes : nous avons beau affirmer nos résolutions, nous n’en tombons pas moins! C’est peut-être l’amertume de ces fautes de faiblesse, si humiliantes, que Vous avez voulu goûter ici.

Tant de fois, trop souvent, j’ai pensé, j’ai cru – sincèrement peut-être, naïvement sûrement! – que je pourrais par ma seule volonté aller jusqu’au bout de ce que je m’étais fixé.

Vous me montrez ici que si ma détermination volontaire est nécessaire, elle ne doit en aucune manière être un volontarisme. Ce dernier finit toujours par être désastreux pour l’âme car, quand elle est trop sûre d’elle-même, la volonté de l’homme se fait son propre centre et son point d’appui. Insensiblement, par petites touches, elle ne s’appuie plus sur Votre grâce, mais elle se confie en sa propre force. C’est une usurpation.

Ces fautes de faiblesse ou ces déconcertantes impuissances liées à la fragilité de notre nature m’apparaissent donc comme salutaires. En les permettant, Vous exercez finalement une miséricorde plus profitable qu’en nous en préservant. Vous nous maintenez ainsi dans une humilité bénéfique, dans une défiance continue de nos propres qualités et de nos vertus elles-mêmes, afin de n’avoir plus de confiance qu’en Vous, en Vous seul. Et cela est un plus grand bien pour nos âmes.

Ô sublime Pédagogue, puisse-je profiter de cette nouvelle leçon et me défier ainsi toujours plus de moi-même !

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

10ème station : Jésus est dépouillé de Ses vêtements.

Les soldats et les bourreaux sont pressés d’en finir. Sans aucun ménagement ils arrachent Vos vêtements, collés aux plaies dont Votre corps est couvert.

Pourquoi avez-Vous donc voulu un tel luxe, une telle abondance de souffrances dans une telle cruauté de détails? La flagellation n’avait-elle pas été suffisante qu’il Vous faille en ressentir à nouveau toutes les atrocités? Fallait-il tant de sang si une seule goutte était suffisante pour effacer tous les péchés du monde (cf. St Thomas d’Aquin in « Adoro Te« )? Fallait-il boire jusqu’à une telle lie le calice de la honte et de la dérision?

Vous n’avez plus ni beauté ni éclat, plus rien pour attirer le regard ; Vous êtes devenu semblable au lépreux dont on se détourne avec horreur ; la compassion cède la place à un irrépressible dégoût.

Déconcertante nudité de Dieu associée à un indescriptible écorchement !

Vous nous avez demandé de porter la Croix à Votre suite : faudra-t-il que nous allions nous aussi jusque là? Notre nature s’effraie et se scandalise en entrevoyant tout ce qu’il pourrait nous en coûter.

Car en entendant Vos paroles qui vouent Vos disciples à la Croix, nous avons en définitive eu tendance à imaginer ces croix promises, annoncées, comme des actions d’éclat où nous brillerions encore à nos propres yeux d’un rayonnement de héros! Mais Vous voulez nous dépouiller ici de ces illusions encore tellement humaines.

L’écorchement de l’amour-propre est encore plus terrible que celui de la chair. Mais tant que nous n’y aurons pas consenti nous ne pourrons rien comprendre à l’Amour!

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

11ème station : Jésus est cloué à la Croix.

Vos pieds se sont fatigués à la recherche des brebis égarées, ô divin Pasteur, et Vos mains se sont dépensées inlassablement pour semer des bienfaits de consolation et de guérison… Et les voici maintenant immobilisés et, semble-t-il, inopérants : « Il en a sauvés d’autres, et Il ne peut se sauver Lui-même! »

Mais ceux qui Vous raillaient ainsi ne faisaient que montrer leur aveuglement et l’endurcissement de leurs cœurs, empêtrés dans une vision superficielle des choses et des événements. C’est au moment où Vous paraissez réduit à l’impuissance la plus radicale que Vous devenez le plus « efficace »!

Si Vos pieds ne peuvent marcher, si Vos mains ne peuvent plus toucher (cf. Ps CXIII, 7), ce n’est certes pas à la façon des vaines et impuissantes idoles ; un son, un cri sort de votre bouche : « Mon Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font! » Et comme Vous l’avez tant de fois montré en Vos trois années de vie publique, Votre parole accomplit ce qu’elle exprime : le pardon divin est ici offert, donné en plénitude.

Les clous qui immobilisent Vos pieds et Vos mains font jaillir le fleuve quadriforme qui arrose et féconde le nouveau Paradis à partir du nouvel Arbre de Vie : « Voici que Je fais toutes choses nouvelles! » (Apoc. XXI, 5). C’est ici le lieu de la nouvelle création plus merveilleuse encore que la première : mirabilius reformasti!

Vos pas ne Vous porteront plus sur les chemins terrestres à la poursuite des misères humaines parce que désormais Vous allez attirer à Vous toutes choses ; Vos mains, désormais percées, seront encore plus remplies de consolations, de bienfaits, de guérisons, de pardons et de grâces. C’est pourquoi j’approche mes lèvres de Vos Plaies sacrées, tout pénétré de reconnaissance et d’adoration.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

12ème station : Jésus meurt sur la Croix.

La Croix est dressée: voici l’Ostensoir où est exposée aux regards de tous les siècles « l’Hostie pure, l’Hostie Sainte, l’Hostie immaculée ».

Père éternel, Père d’infinie sainteté, recevez cette Hostie sans tache qui s’offre à Votre justice comme propitiation pour nos péchés, tous nos péchés, tous les péchés de la pauvre humanité!

La Croix est dressée, et la divine Victime qui est immolée sur elle, est en même temps l’Avocat qui plaide devant Vous en notre faveur, par toutes les plaies de Son Corps. Son Sang, qui parle plus haut que celui d’Abel, n’appelle pas la vengeance, mais Votre indulgence et Votre pardon.

Ô Père d’éternelle miséricorde, nous Vous offrons ces Plaies saintes et sacrées de Votre Fils, ces Plaies si nombreuses desquelles s’écoule en telle abondance un Sang si précieux, et nous Vous demandons de guérir par elles les blessures que le péché a faites à nos âmes.

Ô Dieu dont le propre est d’avoir toujours pitié et de pardonner, accordez-moi cette grâce d’avoir sans cesse présent aux regards de mon âme cet instant solennel où se concentre d’une manière si poignante la somme de Vos bontés envers moi. C’est au pied de cette Croix où, dans un grand cri et des larmes, Votre Fils Bien-Aimé me rend la vie par Sa mort, que je peux le mieux comprendre le prix que j’ai à Vos yeux et, par conséquent, le sens que je dois donner à ma vie…

Ô Croix, Vous êtes bien mon unique espérance, puisque Vous êtes recouverte du Précieux Sang de mon salut et que je trouverai toujours avec Vous le gage de mon pardon et la douceur de la paix intérieure.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

13ème station : Jésus descendu de la Croix est remis à Sa Très Sainte Mère.

Avec des précautions si délicates qu’elles pouvaient faire penser qu’ils craignaient de le faire encore souffrir, les derniers d’entre les fidèles ont descendu de la Croix le corps exsangue et inerte de votre Jésus. Il repose maintenant sur vos genoux.

Vous avez partagé toutes les intentions de Son sacrifice et tout Son souci du salut de nos âmes au cours de ces trois heures terribles d’agonie où vous êtes restée debout. Vous avez intensément vécu, dans une douloureuse extase, plus redoutable que tous les supplices de tous les martyrs de tous les temps, la communion intime au divin Rédempteur. Et le glaive s’est enfoncé si avant dans votre Cœur immaculé qu’il en semble désormais indissociable : Cœur douloureux et immaculé de Marie!

La consolation de mourir en même temps que Celui qui est toute votre vie ne vous a pas été donnée ; votre souffrance reste quand celle de Jésus a pris fin. Que manque-t-il donc à la Passion du Christ pour qu’il vous faille la compléter en votre vie? Ses souffrances n’ont-elles pas été surabondantes? Les douleurs insondables de Jésus n’ont-elles pas un prix infini, parce qu’il est Dieu? Que peut-on rajouter à l’infini? Quel complément peut-on apporter à la plénitude?

Mais justement celui d’un retour d’amour. Jésus nous a tout donné et Il attend de nous que nous Lui rendions selon la mesure du don que nous avons reçu. Mère du bel amour, vous nous montrez ici la voie, enseignez-nous à y marcher à votre suite.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

14ème station : Jésus est mis au tombeau.

Le corps sans vie, embaumé à la hâte, enveloppé dans le linceul, est déposé sur la froide banquette de pierre. L’un après l’autre, les derniers amis se retirent. On roule la pierre : lourde meule qui prétend emprisonner le grain de blé, déjà broyé, jeté en terre.

Le silence et les ténèbres enveloppent toutes choses ; mais après le tremblement de terre et l’affolement des éléments au moment de la mort de leur Créateur, ce silence et ces ténèbres sont les complices d’un mystère déjà à l’œuvre au cœur de la terre.

Déjà, dans les profondeurs des enfers, Adam se prosterne avec reconnaissance devant le Fils de l’homme qui lui tend la main et le relève. Déjà, les Patriarches exultent en contemplant Celui dont ils avaient entrevu le jour en tressaillant. Déjà, Saint Jean-Baptiste s’est écrié en le désignant à tous les justes de l’Ancien Testament : « Voici l’Agneau de Dieu! Voici l’Agneau immolé et vainqueur, qui ôte les péchés du monde! »

Marie, silencieuse, s’en revient vers Jérusalem, soutenue par Marie-Magdeleine et par Jean. Mais a-t-elle besoin d’être soutenue? Au-delà des douleurs sans nom qui ont déferlé sur elle et l’ont brisée, son âme est habitée par une paix profonde : elle sait, elle est sûre que ce n’est pas là la fin. En ce moment, c’est elle qui soutient, seule, dans le monde, la veilleuse d’une espérance et d’une foi indicibles. Elle porte en son Cœur martyr toute l’espérance de l’Église.

Notre-Dame de la Sainte Espérance, modèle de ma foi, je veux, comme Saint Jean, vous « prendre chez moi » et me mettre à l’école de votre indéfectible et paisible confiance…

Pater noster.  Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

Le Crucifié adoré par les Anges (Charles Lebrun)

Prières finales :

Ô bon et très doux Jésus! Je me prosterne à genoux en Votre présence, et je Vous prie et conjure, avec toute la ferveur de mon âme, de daigner graver en mon cœur de vifs sentiments de foi, d’espérance et de charité, un vrai repentir de mes péchés et une volonté très ferme de m’en corriger, tandis que je considère et contemple par l’esprit Vos cinq plaies, avec une grande affliction et une grande douleur, me rappelant ces paroles que déjà le prophète David mettait sur Vos lèvres, ô bon Jésus : « Ils ont percé mes mains et mes pieds ; ils ont compté tous mes os! »

* * * * * * *

Je vous salue, Marie, pleine de douleurs, Jésus crucifié est avec vous;  vous êtes digne de compassion entre toutes les femmes, et digne de compassion est Jésus, le fruit de vos entrailles.
Sainte Marie, Mère de Jésus crucifié, c’est nous qui avons attaché à la Croix votre divin Fils, obtenez-nous des larmes de repentir et d’amour, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il.

Cœur Sacré de Jésus,
j’ai confiance en Vous et je Vous aime !

Notre-Dame de Compassion,
priez pour nous, soyez notre refuge !

 (Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur – Angers, Mai 2004)

Méditation du Chemin de la Croix : dans De liturgia nika

Publié dans:De liturgia, Prier avec nous |on 6 mars, 2009 |Commentaires fermés

2009-10. Du Bienheureux Noël Pinot et de l’irréductible opposition entre l’esprit du monde et l’attachement à Notre-Seigneur Jésus-Christ.

21 février,
fête du Bienheureux Noël Pinot.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Ce matin, au moment de l’oraison, Frère Maximilien-Marie m’a raconté l’histoire du saint dont on commémore aujourd’hui le martyre : le Bienheureux Noël Pinot.

C’était un prêtre angevin, né en 1747, qui était curé de la paroisse du Louroux-Béconnais lorsqu’éclata la grande révolution.
Ayant repoussé le serment constitutionnel, il refusa de s’exiler et continua son ministère clandestinement, jusqu’à ce que – vendu par un paroissien – il soit pris par les révolutionnaires, dans la nuit du 8 février 1794, au moment même où il s’apprêtait à célébrer la Sainte Messe dans une grange.
Il fut conduit à Angers et comparut devant le tribunal révolutionnaire, qui – personne ne s’en étonnera ! – le condamna à la peine capitale.

Son exécution eut lieu le 21 février 1794.
Par dérision, les révolutionnaires voulurent le revêtir des ornements sacerdotaux avec lesquels il avait été capturé.
En gravissant les marches de l’échafaud, l’abbé Noël Pinot commença la récitation des prières au bas de l’autel : « Introibo ad altare Dei… »

La volonté sacrilège des révolutionnaires tournait court pour céder la place au sublime : comme il arrive bien souvent, « le diable porte pierre » (ainsi que le disent les hommes) c’est-à-dire qu’un acte malveillant peut avoir des rebondissements totalement opposés à ce que ses instigateurs avaient prévu.
En l’occurrence, l’exécution de l’abbé Noël Pinot fut une glorification du sacerdoce catholique et manifesta, avec un réalisme saisissant, à quel point le prêtre à l’autel est identifié à Notre-Seigneur, qui agit en lui et par lui dans la célébration des sacrements.

Le martyre du Bienheureux Noël Pinot s’inscrivait dans la continuité logique d’un sacerdoce perpétué dans l’Eglise pour actualiser et renouveler, à travers toutes les générations et jusqu’à la consommation des siècles, le Saint Sacrifice rédempteur. Cela réalisait magnifiquement la parole de Saint Paul : « Je vous en conjure donc, frères, par la miséricorde de Dieu : offrez vos corps en hostie vivante, sainte, agréable à Dieu ; ce sera pour vous le culte véritable » (Rom. XII,1).

Le martyre du Bienheureux Noël Pinot : Introibo ad altare Dei

Quand j’entends le récit du martyre de ceux qui ont vraiment pris au sérieux  le message du Saint Evangile et dont la fidélité a été poussée jusqu’à l’héroïsme, je suis – bien sûr – rempli d’admiration.
Mais il m’arrive aussi parfois de me demander s’il y a beaucoup de personnes parmi ceux qui se déclarent chrétiens, en notre temps et en ce pays de France particulièrement (car Frère Maximilien-Marie m’a expliqué qu’en certains pays  lointains la persécution violente perdure et que des fidèles endurent sans faiblir de nombreuses vexations, sont torturés et mis à mort en haine de la foi) qui seraient disposées à faire le sacrifice de leur vie plutôt que de trahir le Christ : si, en effet, ils ne sont pas capables de résister à « l’esprit du monde » et se compromettent quotidiennement avec un mode de vie et de pensée contraire aux vertus évangéliques, on peut difficilement imaginer – à moins d’un miracle éclatant de la grâce de Dieu – qu’ils seront capables de résister quand la fidélité exigera d’eux de plus grands sacrifices…

« Vae mundo a scandalis ! malheur au monde à cause des scandales… » (Matth.XVIII, 7).
« L’ouverture au monde » ne peut et ne doit en aucune manière être une  acceptation pure et simple de toutes les modes, intellectuelles ou sociétales, qui sont dans l’air.

Un chrétien sans discernement est exposé à toutes les chutes et à toutes les apostasies : la simplicité de la colombe que Notre-Seigneur Jésus-Christ donne en exemple à ses disciples n’a rien à voir avec la naïveté et la bêtise, lesquelles finissent par devenir gravement coupables !
L’optimisme chrétien procède de la vertu surnaturelle d’espérance ; il ne peut jamais et en aucune manière être une compromission avec des choses contraires à l’amour de Dieu, qui se concrétise par une fidélité joyeuse et pleinement responsable aux préceptes divins dans toutes les circonstances de la vie terrestre.

« Ne vous étonnez pas si le monde vous hait, sachez qu’il m’a eu en haine avant vous. Si vous aviez été du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes point du monde et que je vous ai choisis du milieu du monde, c’est pour cela que le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi… » (Johan. XV, 18-20).

Peut-être trouverez-vous audacieux qu’un tout petit chat se permette d’écrire un tel sermon.
Ne m’en veuillez pas : j’ai laissé parler mon coeur, après la méditation que j’ai faite ce matin auprès de Frère Maximilien-Marie.

Lully.        

2009-10. Du Bienheureux Noël Pinot et de l'irréductible opposition entre l'esprit du monde et l'attachement à Notre-Seigneur Jésus-Christ. dans De liturgia 591115t8qpmw0bs5

On trouvera une prière au Bx Noël Pinot > ici.

Publié dans:De liturgia, Nos amis les Saints, Vexilla Regis |on 21 février, 2009 |5 Commentaires »

2009-9. Message de notre Saint-Père le Pape Benoît XVI adressé aux fidèles à l’occasion du Carême 2009.

Mardi 3 février 2009.

Le Saint-Siège a rendu public ce matin le Message que notre Saint-Père le Pape Benoît XVI adresse à tous les fidèles de l’Eglise catholique à l’occasion du Carême qui, cette année, commencera le mercredi des Cendres 25 février. Il est important que nous en prenions connaissance dès à présent ; il est également important que nous le relisions régulièrement, que nous en méditions les paroles et que nous en approfondissions l’enseignement, afin de vivre vraiment ce prochain Carême dans l’esprit de l’Eglise.

* * * * * * *       * * * * * * *        * * * * * * *

Chers frères et sœurs !

Au commencement du Carême, qui constitue un chemin d’entraînement spirituel intense, la Liturgie nous propose à nouveau trois pratiques pénitentielles très chères à la tradition biblique et chrétienne – la prière, l’aumône et le jeûne – pour nous préparer à mieux célébrer la Pâque et faire ainsi l’expérience de la puissance de Dieu qui, comme nous l’entendrons au cours de la Veillée Pascale, « triomphe du mal, lave nos fautes, redonne l’innocence aux pécheurs, la joie aux affligés, dissipe la haine, nous apporte la paix et humilie l’orgueil du monde » (Exultet). En ce traditionnel Message du Carême, je souhaite cette année me pencher plus particulièrement sur la valeur et le sens du jeûne. Le Carême en effet nous rappelle les quarante jours de jeûne vécus par le Seigneur dans le désert, avant le commencement de sa mission publique. Nous lisons dans l’Evangile : « Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le démon. Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim » (Matth. IV,1-2). Comme Moïse avant de recevoir les Tables de la Loi, (cf. Ex.XXXIV,28), comme Élie avant de rencontrer le Seigneur sur le mont Horeb (cf. 1 Reg. XIX,8), de même Jésus, en priant et en jeûnant, se prépare à sa mission, dont le début fut marqué par une dure confrontation avec le tentateur.

Nous pouvons nous demander quelle valeur et quel sens peuvent avoir pour nous, chrétiens, le fait de se priver de quelque chose qui serait bon en soi et utile pour notre subsistance. Les Saintes Écritures et toute la tradition chrétienne enseignent que le jeûne est d’un grand secours pour éviter le péché et tout ce qui conduit à lui. C’est pourquoi, dans l’histoire du salut, l’invitation à jeûner revient régulièrement. Déjà dans les premières pages de la Sainte Écriture, le Seigneur commande à l’homme de s’abstenir de manger du fruit défendu : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin, mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu ne mangera pas, car le jour où tu en mangeras, certainement tu mourras. » (Gen.II,16-17). En commentant l’injonction divine, saint Basile observe que « le jeûne a été prescrit dans le paradis terrestre », et « ce premier précepte été donné à Adam ». Il conclut ainsi : « Cette défense – ‘tu ne mangeras pas’ – est une loi de jeûne et d’abstinence » (cf. Homélie sur le jeûne : PG 31, 163, 98). Parce que tous nous sommes appesantis par le péché et ses conséquences, le jeûne nous est offert comme un moyen pour renouer notre amitié avec le Seigneur. C’est ce que fit Esdras avant le voyage du retour de l’exil en Terre promise, quand il invita le peuple réuni à jeûner « pour s’humilier – dit-il – devant notre Dieu » (Esdr. VIII,21). Le Tout Puissant écouta leur prière et les assura de sa faveur et de sa protection. Les habitants de Ninive en firent autant quand, sensibles à l’appel de Jonas à la repentance, ils proclamèrent, comme témoignage de leur sincérité, un jeûne en disant: « Qui sait si Dieu ne se ravisera pas et ne se repentira pas, s’il ne reviendra pas de l’ardeur de sa colère, en sorte que nous ne périssions point ? » (Jon.III,9). Là encore, Dieu vit leurs œuvres et les épargna.

Dans le Nouveau Testament, Jésus met en lumière la raison profonde du jeûne en stigmatisant l’attitude des pharisiens qui observaient avec scrupule les prescriptions imposées par la loi, alors que leurs cœurs étaient loin de Dieu. Le vrai jeûne, redit encore en d’autre lieux le divin Maître, consiste plutôt à faire la volonté du Père céleste, lequel « voit dans le secret et te récompensera » (Matth.VI,18). Lui-même en donne l’exemple en répondant à Satan, au terme des quarante jours passés dans le désert : « Ce n’est pas de pain seul que vivra l’homme, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Matth.IV,4). Le vrai jeûne a donc pour but de manger « la vraie nourriture », qui consiste à faire la volonté du Père (cf. Joan.IV,34). Si donc Adam désobéit à l’ordre du Seigneur « de ne pas manger du fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal », le croyant entend par le jeûne se soumettre à Dieu avec humilité, en se confiant à sa bonté et à sa miséricorde.

La pratique du jeûne est très présente dans la première communauté chrétienne (cf. Act.XIII,3; XIV,22; XXVII,21; 2 Cor.VI,5). Les Pères de l’Église aussi parlent de la force du jeûne, capable de mettre un frein au péché, de réprimer les désirs du « vieil homme », et d’ouvrir dans le cœur du croyant le chemin vers Dieu. Le jeûne est en outre une pratique récurrente des saints, qui le recommandent. Saint Pierre Chrysologue écrit : « Le jeûne est l’âme de la prière, la miséricorde est la vie du jeûne. Donc, celui qui prie doit jeûner ; celui qui jeûne doit avoir pitié ; qu’il écoute l’homme qui demande, et qui en demandant souhaite être écouté ; il se fait entendre de Dieu, celui qui ne refuse pas d’entendre lorsqu’on le supplie » (Sermo 43: PL 52, 320. 332).

De nos jours, la pratique du jeûne semble avoir perdu un peu de sa valeur spirituelle et, dans une culture marquée par la recherche du bien-être matériel, elle a plutôt pris la valeur d’une pratique thérapeutique pour le soin du corps. Le jeûne est sans nul doute utile au bien-être physique, mais pour les croyants, il est en premier lieu une « thérapie » pour soigner tout ce qui les empêche de se conformer à la volonté de Dieu. Dans la Constitution apostolique Pænitemini de 1966, le Serviteur de Dieu Paul VI reconnaissait la nécessité de remettre le jeûne dans le contexte de l’appel de tout chrétien à « ne plus vivre pour soi-même, mais pour Celui qui l’a aimé et s’est donné pour lui, et… aussi à vivre pour ses frères » (cf. Ch. I). Ce Carême pourrait être l’occasion de reprendre les normes contenues dans cette Constitution apostolique, et de remettre en valeur la signification authentique et permanente de l’antique pratique pénitentielle, capable de nous aider à mortifier notre égoïsme et à ouvrir nos cœurs à l’amour de Dieu et du prochain, premier et suprême commandement de la Loi nouvelle et résumé de tout l’Évangile (cf. Matth.XXII,34-40).

La pratique fidèle du jeûne contribue en outre à l’unification de la personne humaine, corps et âme, en l’aidant à éviter le péché et à croître dans l’intimité du Seigneur. Saint Augustin qui connaissait bien ses inclinations négatives et les définissait comme « des nœuds tortueux et emmêlés » (Confessions, II, 10.18), écrivait dans son traité sur L’utilité du jeûne : « Je m’afflige certes un supplice, mais pour qu’Il me pardonne ; je me châtie de moi-même pour qu’Il m’aide, pour plaire à ses yeux, pour arriver à la délectation de sa douceur » (Sermon 400, 3, 3: PL 40, 708). Se priver de nourriture matérielle qui alimente le corps facilite la disposition intérieur à l’écoute du Christ et à se nourrir de sa parole de salut. Avec le jeûne et la prière, nous Lui permettons de venir rassasier une faim plus profonde que nous expérimentons au plus intime de nous : la faim et la soif de Dieu.

En même temps, le jeûne nous aide à prendre conscience de la situation dans laquelle vivent tant de nos frères. Dans sa Première Lettre, saint Jean met en garde : « Si quelqu’un possède des richesses de ce monde et, voyant son frère dans la nécessité, lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeurerait-il en lui ? » (1 Joan.III,17). Jeûner volontairement nous aide à suivre l’exemple du Bon Samaritain, qui se penche et va au secours du frère qui souffre (cf. Deus caritas est, 15). En choisissant librement de se priver de quelque chose pour aider les autres, nous montrons de manière concrète que le prochain en difficulté ne nous est pas étranger. C’est précisément pour maintenir vivante cette attitude d’accueil et d’attention à l’égard de nos frères que j’encourage les paroisses et toutes les communautés à intensifier pendant le Carême la pratique du jeûne personnel et communautaire, en cultivant aussi l’écoute de la Parole de Dieu, la prière et l’aumône. Ceci a été, dès le début, une caractéristique de la vie des communautés chrétiennes où se faisaient des collectes spéciales (cf. 2 Cor.VIII & IX; Rom.XV, 25-27), tandis que les fidèles étaient invités à donner aux pauvres ce qui, grâce au jeûne, avait été mis à part (cf. Didascalie Ap.V, 20,18). Même aujourd’hui, une telle pratique doit être redécouverte et encouragée, surtout pendant le temps liturgique du Carême.

Il ressort clairement de tout ce que je viens de dire, que le jeûne représente une pratique ascétique importante, une arme spirituelle pour lutter contre tous les attachements désordonnés. Se priver volontairement du plaisir de la nourriture et d’autres biens matériels, aide le disciple du Christ à contrôler les appétits de sa nature affaiblie par la faute originelle, et dont les effets négatifs investissent entièrement la personne humaine. Une hymne antique de la liturgie du Carême exhorte avec pertinence : « Utamur ergo parcius, / verbis, cibis et potibus, / somno, iocis et arctius / perstemus in custodia – Nous utilisons plus sobrement les paroles, les nourritures, les boissons, le sommeil et les jeux, et avec plus d’attention, nous demeurons vigilants ».

Chers frères et sœurs, à bien regarder, le jeûne a comme ultime finalité d’aider chacun d’entre nous, comme l’écrivait le Serviteur de Dieu Jean-Paul II, à faire un don total de soi à Dieu (cf. Veritatis splendor, 21). Que le Carême soit donc mis en valeur dans toutes les familles et dans toutes les communautés chrétiennes, pour éloigner de tout ce qui distrait l’esprit et intensifier ce qui nourrit l’âme en l’ouvrant à l’amour de Dieu et du prochain. Je pense en particulier à un plus grand engagement dans la prière, la lectio divina, le recours au Sacrement de la Réconciliation et dans la participation active à l’Eucharistie, par dessus tout à la Messe dominicale. Avec cette disposition intérieure, nous entrons dans le climat de pénitence propre au Carême. Que la Bienheureuse Vierge Marie, Causa nostrae laetitiae nous accompagne et nous soutienne dans nos efforts pour libérer notre cœur de l’esclavage du péché et pour en faire toujours plus un « tabernacle vivant de Dieu ». En formulant ce souhait et en assurant de ma prière tous les croyants et chaque communauté ecclésiale afin que tous suivent avec profit l’itinéraire du Carême, j’accorde à tous et de tout cœur la Bénédiction Apostolique.

Du Vatican, le 11 décembre 2008

BENEDICTUS PP. XVI

Publié dans:De liturgia, Textes spirituels |on 3 février, 2009 |Pas de commentaires »

Neuvaine à l’intention des malades du 2 au 10 février pour préparer la fête de Notre-Dame de Lourdes.

En nous souvenant que lors de son pèlerinage à Lourdes, au mois de septembre 2008, notre Saint-Père le Pape Benoît XVI nous a donné, dans son homélie prononcée le jour de la fête de Notre-Dame des Douleurs, une très belle méditation sur la compassion aimante et souriante de notre Mère céleste (vous pouvez en retrouver le texte > ici), nous vous proposons de préparer la fête de Notre-Dame de Lourdes, le 11 février, par une neuvaine du 2 au 10 février, spécialement adressée à la Vierge de Compassion, et dans cette perspective nous vous proposons la prière suivante (à réciter après le chapelet ou tout au moins la récitation d’une dizaine du chapelet) :

La compassion de Notre-Dame (enluminure)

Ô très douce et très pure Vierge Marie,

Notre-Dame de Compassion,

Mère debout au pied de la Croix que Jésus nous a donnée pour Mère : nous vous prions pour nos frères malades… (ici on peut les nommer).

Voyez en eux votre propre Fils
qui nous a enseigné à le reconnaître en tous ceux qui souffrent ;
soyez auprès d’eux comme vous vous êtes tenue auprès de Jésus, silencieuse consolatrice dans les tourments de Sa Passion.

Assistez et fortifiez les malades que nous vous présentons
et, s’il est possible, obtenez-leur la guérison.

Obtenez-leur du moins la santé de l’âme et le courage,
la patience et la persévérance,
afin qu’unissant leur épreuve aux mystères de Jésus Rédempteur
ils achèvent en leur chair ce qui manque à la Passion du Christ
pour la croissance et la vie de tout le Corps mystique,
la Sainte Eglise notre Mère.

Notre-Dame de Compassion,
soyez leur force et leur refuge :
nous les déposons entre vos bras maternels
et nous avons confiance en votre puissante intercession!

Ainsi soit-il.

(prière composée par frère Maximilien-Marie)

2008-70. Message de notre Saint-Père le Pape Benoît XVI prononcé le saint Jour de Noël 2008 à l’occasion de la bénédiction Urbi et Orbi :

Noël 2008 : bénédiction Urbi et Orbi.

« Apparuit gratia Dei Salvatoris nostri omnibus hominibus » (Tit. II, 11).

Chers frères et Soeurs,

par les paroles de l’apôtre Paul, je renouvelle la joyeuse annonce de la naissance du Christ : oui, aujourd’hui, « la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes » !

Elle s’est manifestée! C’est ce que l’Église célèbre aujourd’hui. La grâce de Dieu, riche en bonté et en tendresse, n’est plus cachée, mais «elle s’est manifestée», elle s’est manifestée dans la chair, elle a montré son visage. Où? À Bethléem. Quand? Sous César Auguste, durant le premier recensement, auquel fait même allusion l’évangéliste Luc. Et qui est celui qui la révèle? Un nouveau-né, le Fils de la Vierge Marie. En Lui s’est manifestée la grâce de Dieu notre Sauveur. C’est pourquoi cet Enfant s’appelle Jehoshua, Jésus, ce qui signifie « Dieu sauve ».

La grâce de Dieu s’est manifestée : voilà pourquoi Noël est une fête de lumière. Non pas une lumière totale, comme celle qui enveloppe toute chose en plein jour, mais une clarté qui s’allume dans la nuit et se répand à partir d’un point précis de l’univers : de la grotte de Bethléem, où l’Enfant-Dieu est « venu au jour ». En réalité, c’est Lui la lumière même qui se propage, comme le représentent bien de nombreux tableaux de la Nativité. Il est la lumière, qui en apparaissant dissout la brume, rompt les ténèbres et nous permet de comprendre le sens et la valeur de notre existence et de l’histoire. Chaque crèche est une invitation simple et éloquente à ouvrir notre coeur et notre esprit au mystère de la vie. Elle est une rencontre avec la Vie immortelle, qui s’est faite mortelle dans la scène mystique de Noël ; une scène que nous pouvons admirer ici aussi, sur cette place, comme en d’innombrables églises et chapelles du monde entier, et dans toutes les maisons où le Nom de Jésus est adoré.
La grâce de Dieu s’est manifestée à tous les hommes. Oui, Jésus, le visage du Dieu-qui-sauve, ne s’est pas manifesté seulement pour quelques-uns, pour certains, mais pour tous. C’est vrai que, dans l’humble et austère demeure de Bethléem, peu de personnes l’ont rencontré, mais Lui est venu pour tous : juifs et païens, riches et pauvres, proches et lointains, croyants et non croyants… tous. La grâce surnaturelle, par la volonté de Dieu, est destinée à toute créature. Il faut cependant que l’être humain l’accueille, prononce son « oui », comme Marie, afin que son coeur soit illuminé par un rayon de cette lumière divine. Ceux qui accueillirent le Verbe incarné, cette nuit-là, ce furent Marie et Joseph qui l’attendaient avec amour et les bergers qui veillaient auprès de leurs troupeaux
(cf. Luc  II, 1-20). Une petite communauté, donc, accourue pour adorer l’enfant Jésus ; une petite communauté qui représente l’Église et tous les hommes de bonne volonté. Aujourd’hui encore, ceux qui dans la vie L’attendent et Le cherchent rencontrent le Dieu qui, par amour, s’est fait notre frère ; tous ceux qui ont le coeur tendu vers Lui, désirent connaître son visage et contribuer à l’avènement de son Règne. Jésus lui-même le dira dans sa prédication : ce sont les pauvres de coeur, les affligés, les doux, les affamés de justice, les miséricordieux, les purs de coeur, les artisans de paix, les persécutés pour la justice (cf. Matth. V, 3-10). Ce sont eux qui reconnaissent en Jésus le visage de Dieu et repartent, comme les bergers de Bethléem, avec un coeur renouvelé par la joie de son amour.

Frères et Soeurs qui m’écoutez, c’est à tous les hommes qu’est destinée l’annonce d’espérance qui constitue le coeur du message de Noël. Jésus est né pour tous et, comme à Bethléem Marie l’offrit au regard des bergers, en ce jour, l’Église le présente à l’humanité entière, afin que toute personne et toute situation humaine, puisse faire l’expérience de la puissance de la grâce salvatrice de Dieu, qui, seule, peut transformer le mal en bien, qui, seule, peut changer le coeur de l’homme et en faire une « oasis » de paix.

Puissent les nombreuses populations qui vivent encore dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort (cf. Luc I, 79), faire l’expérience de la puissance de la grâce salvatrice de Dieu ! Que la lumière divine de Bethléem se répande en Terre Sainte, où l’horizon semble redevenir sombre pour les Israéliens et les Palestiniens ; qu’elle se répande au Liban, en Irak et partout au Moyen-Orient. Qu’elle féconde les efforts de tous ceux qui ne se résignent pas à la logique perverse de l’affrontement et de la violence et qui privilégient au contraire la voie du dialogue et de la négociation, pour apaiser les tensions internes à chaque pays et trouver des solutions justes et durables aux conflits qui tourmentent la région. C’est à cette lumière qui transforme et renouvelle qu’aspirent les habitants du Zimbabwe, en Afrique, pris depuis trop de temps dans l’étreinte d’une crise politique et sociale qui, malheureusement, continue de s’aggraver, comme aussi les hommes et les femmes de la République Démocratique du Congo, spécialement dans la région tourmentée du Kivu, et encore du Darfour, au Soudan, et de la Somalie, dont les souffrances interminables sont une tragique conséquence de l’absence de stabilité et de paix. Cette lumière, ce sont surtout les enfants de ces pays et de tous les pays en difficulté qui l’attendent, afin qu’une espérance soit rendue à leur avenir.

Là où la dignité et les droits de la personne humaine sont piétinés ; là où les égoïsmes personnels ou de groupe prévalent sur le bien commun ; là où l’on risque de s’habituer à la haine fratricide et à l’exploitation de l’homme par l’homme ; là où des luttes intestines divisent groupes et ethnies et déchirent la vie en commun ; là où le terrorisme continue à frapper ; là où manque le nécessaire pour survivre ; là où l’on regarde avec appréhension vers un avenir qui devient toujours plus incertain, même dans les Nations qui sont dans l’aisance : que là resplendisse la Lumière de Noël et qu’elle encourage chacun à faire son propre devoir, dans un esprit d’authentique solidarité. Si chacun pense uniquement à ses propres intérêts, le monde ne peut qu’aller à sa ruine.

Chers frères et Soeurs, aujourd’hui « la grâce de Dieu Sauveur s’est manifestée » (cf. Tit. II, 11), dans notre monde, qui a ses potentialités et ses faiblesses, ses progrès et ses crises, ses espoirs et ses angoisses. Aujourd’hui, resplendit la lumière de Jésus Christ, Fils du Très-Haut et fils de la Vierge Marie : « Dieu né de Dieu, lumière née de la lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu. Pour nous les hommes et pour notre salut, il descendit du ciel ». Nous l’adorons en ce jour, en tous les coins de la terre, emmailloté et déposé dans une pauvre mangeoire. Nous l’adorons en silence tandis que Lui, encore bébé, semble nous dire pour notre consolation : N’ayez pas peur ! « C’est moi qui suis Dieu, il n’y en a pas d’autre » (Is. XLV, 22). Venez à moi, hommes et femmes, peuples et nations, venez à moi, ne craignez pas : je suis venu vous apporter l’amour du Père, vous montrer le chemin de la paix.

Allons, donc, frères ! Pressons-nous, comme les bergers dans la nuit de Bethléem. Dieu est venu à notre rencontre et nous a montré son visage, riche en grâce et en miséricorde ! Que sa venue ne soit pas vaine pour nous ! Cherchons Jésus, laissons-nous attirer par sa lumière, qui efface du coeur de l’homme la tristesse et la peur; approchons-nous avec confiance ; prosternons-nous avec humilité, pour l’adorer. Bon Noël à tous !

Publié dans:De liturgia, Textes spirituels |on 25 décembre, 2008 |Commentaires fermés

2008-67. Notre Saint-Père le Pape Benoît XVI nous rappelle la spiritualité de l’Avent…

A l’occasion du 1er dimanche de l’Avent, notre Saint Père le Pape Benoît XVI s’est rendu le dimanche 30 novembre 2008 à la basilique de Saint-Laurent hors les murs. Il y accomplissait une visite pastorale – comme évêque de Rome – mais venait aussi y célébrer « l’année laurentienne » (c’est à dire l’année jubilaire en l’honneur de Saint Laurent), promulguée pour honorer le 1750ème anniversaire du martyre du saint diacre. Le Pape Benoît XVI a rappelé le sens de l’Avent, et a aussi évoqué les figures de Pie XII et du Bienheureux Pie IX dont le corps repose dans la basilique et devant lequel le Souverain Pontife est allé se recueillir à l’issue de la Sainte Messe (cf. photo ci-dessous).

Benoît XVI se recueille devant la chasse de son prédécesseur le Bx Pie IX - 30 nov. 2008

Chers frères et sœurs,

Avec ce premier dimanche de l’Avent, nous entrons dans cette période de quatre semaines par laquelle commence une nouvelle année liturgique et qui nous prépare immédiatement à la fête de Noël, mémoire de l’Incarnation du Christ dans l’histoire. Le message spirituel de l’Avent est toutefois plus profond et nous projette déjà vers le retour glorieux du Seigneur, à la fin de l’histoire. Adventus est le terme latin qui pourrait être traduit par «arrivée», «venue», «présence». Dans le langage du monde antique, il s’agissait d’un terme technique qui indiquait l’arrivée d’un fonctionnaire, en particulier la visite de rois ou d’empereurs dans les provinces, mais qui pouvait également être utilisé pour l’apparition d’une divinité, qui sortait de sa demeure cachée et manifestait ainsi sa puissance divine : sa présence était célébrée solennellement dans le culte.

En adoptant le terme d’Avent, les chrétiens voulaient exprimer la relation particulière qui les unissait au Christ crucifié et ressuscité. Il est le Roi, qui, étant entré dans cette pauvre province dénommée terre, nous a fait don de sa visite, et, après sa Résurrection et son Ascension au ciel, a voulu dans tous les cas rester avec nous : nous percevons sa présence mystérieuse dans l’assemblée liturgique. En célébrant l’Eucharistie, nous proclamons en effet qu’Il ne s’est pas retiré du monde, et qu’il ne nous a pas laissés seuls, et, même si nous ne pouvons pas le voir et le toucher comme c’est le cas avec les réalités matérielles et sensibles, Il est toutefois avec nous et parmi nous ; il est même en nous, car il peut attirer à lui et communiquer sa vie à tout croyant qui lui ouvre son cœur. L’Avent signifie donc faire mémoire de la première venue du Seigneur dans la chair, en pensant déjà à son retour définitif et, dans le même temps, cela signifie reconnaître que le Christ présent parmi nous devient notre compagnon de voyage dans la vie de l’Église qui en célèbre le mystère. Chers frères et sœurs, cette conscience nourrie dans l’écoute de la Parole de Dieu devrait nous aider à voir le monde avec un regard différent, à interpréter les différents événements de la vie et de l’histoire comme des paroles que Dieu nous adresse, comme des signes de son amour qui nous assure de sa proximité dans chaque situation ; en particulier, cette conscience devrait nous préparer à l’accueillir lorsque « Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts ; et son règne n’aura pas de fin« , comme nous le répéterons d’ici peu dans le Credo. Dans cette perspective, l’Avent devient pour tous les chrétiens un temps d’attente et d’espérance, un temps privilégié d’écoute et de réflexion, à condition de se laisser guider par la liturgie qui nous invite à aller à la rencontre du Seigneur qui vient.

«Viens, Seigneur Jésus» : chers amis, cette invocation ardente de la communauté chrétienne des débuts doit également devenir notre aspiration constante, l’aspiration de l’Église de tout temps, qui désire et se prépare à la rencontre avec son Époux. «Seigneur, fais resplendir ton visage et nous serons sauvés» : c’est la prière que nous avons élevée, il y a peu de temps, à travers les paroles du Psaume responsorial. Et le prophète Isaïe nous a révélé, dans la première lecture, que le visage de notre Sauveur est celui d’un père tendre et miséricordieux, qui prend soin de nous en toute circonstance car nous sommes l’œuvre de ses mains : «Toi, Seigneur, tu es notre Père, notre rédempteur, tel est ton nom depuis toujours» (Is. LXIII, 16). Notre Dieu est un père disposé à pardonner les pécheurs repentis et à accueillir tous ceux qui ont confiance dans sa miséricorde (cf. Is. LXIV, 4). Nous nous étions éloignés de Lui à cause du péché en tombant sous la domination de la mort, mais Il a eu pitié de nous et de sa propre initiative, sans aucun mérite de notre part, Il a décidé de venir à notre rencontre, en envoyant son Fils unique comme notre Rédempteur. Face à un si grand mystère d’amour, notre action de grâce s’élève spontanément, et notre invocation devient plus confiante : «Montre nous, Seigneur, ta miséricorde et donne-nous ton salut» (cf. verset d’acclamation de l’Evangile).

Chers frères et sœurs, la pensée de la présence du Christ et de son retour certain quand les temps seront accomplis est plus que jamais significative dans votre Basilique qui jouxte l’imposant cimetière monumental du Verano, où reposent, dans l’attente de la Résurrection, un grand nombre de nos défunts. Combien de fois dans ce temple sont célébrées des liturgies d’obsèques ; combien de fois retentissent pleines de réconfort les paroles de la liturgie : «Dans le Christ ton Fils, notre Sauveur, resplendit devant nous l’espérance de la bienheureuse résurrection, et si la certitude de devoir mourir nous attriste, nous sommes réconfortés par la promesse de l’immortalité future!» (cf. 1ère préface pour les défunts).

Mais votre Basilique monumentale, qui nous conduit par la pensée à celle des origines qui fut construite par l’empereur Constantin, puis transformée jusqu’à prendre sa forme actuelle, parle surtout du martyre glorieux de saint Laurent, archidiacre du Pape saint Sixte II et son délégué dans l’administration des biens communs de la communauté. Je suis venu aujourd’hui célébrer la Sainte Eucharistie pour m’unir à vous pour lui rendre hommage dans une circonstance véritablement particulière, à l’occasion de l’année jubilaire de saint Laurent, proclamée pour commémorer les 1750 ans de la naissance au ciel du saint diacre. L’histoire nous confirme combien le nom de ce saint, sur le tombeau duquel nous sommes réunis, est glorieux. Sa sollicitude pour les pauvres, le service généreux qu’il rendit à l’Église de Rome dans le domaine de l’assistance et de la charité, la fidélité au Pape, qu’il a poussée jusqu’à vouloir le suivre dans l’épreuve suprême du martyre, et le témoignage héroïque du sang, rendu peu de jours auparavant seulement, sont des faits universellement connus. Saint Léon le Grand, dans une belle homélie, commente ainsi l’atroce martyre de cet «illustre héros» : «Les flammes ne purent vaincre la charité du Christ ; et le feu qui le brûlait à l’extérieur fut plus faible que celui qui l’animait à l’intérieur». Et il ajoutait : «Le Seigneur a voulu exalter à ce point son nom glorieux dans le monde entier que de l’Orient à l’Occident, dans la splendeur infiniment vive de la lumière irradiée par les plus grands diacres, la même gloire qui est venue à Jérusalem à travers Etienne est échue également à Rome grâce à Laurent» (St Léon le Grand, homélie N° 85, 4).

Nous célébrons cette année le 50e anniversaire de la mort du Serviteur de Dieu, le Pape Pie XII, et cela rappelle à notre mémoire un événement particulièrement dramatique dans l’histoire pluriséculaire de votre basilique, qui a eu lieu lors du second conflit mondial lorsque, exactement le 19 juillet 1943, un violent bombardement provoqua des dommages très graves au bâtiment et à tout le quartier, semant la mort et la destruction. On ne pourra jamais effacer de la mémoire de l’histoire le geste généreux accompli à cette occasion par mon vénéré prédécesseur, qui courut immédiatement porter secours et réconforter la population durement frappée, parmi les décombres encore brûlants. Je n’oublie pas, en outre, que cette même Basilique accueille les urnes de deux autres grandes personnalités : en effet, dans l’hypogée sont placées à la vénération des fidèles les dépouilles mortelles du bienheureux Pie IX, tandis que, dans l’atrium, est située la tombe d’Alcide de Gasperi, guide sage et tempéré de l’Italie dans les difficiles années de la reconstruction de l’après-guerre et, dans le même temps, éminent homme d’État capable de contempler l’Europe à travers une ample vision chrétienne.

Tandis que nous sommes réunis ici en prière, je suis heureux de vous saluer tous avec affection, en commençant par le cardinal-vicaire, par Mgr le vice-gérant, qui est également l’Abbé commendataire de la basilique, par l’évêque auxiliaire du secteur Nord et par votre curé, le père Bruno Mustacchio, que je remercie pour les aimables paroles qu’il m’a adressées au début de la célébration liturgique. Je salue le ministre général de l’ordre des capucins, ainsi que les confrères de la communauté qui accomplissent leur service avec zèle et dévouement, en accueillant les nombreux pèlerins, en assistant avec charité les pauvres et en témoignant de l’espérance dans le Christ ressuscité à tous ceux qui se rendent en visite au cimetière du Verano. Je désire vous assurer de ma reconnaissance, et, surtout, de mon souvenir dans la prière. Je salue en outre les nombreux groupes engagés dans l’animation de la catéchèse, de la liturgie, de la charité, les membres des deux chœurs polyphoniques, le tiers-ordre franciscain local et régional. J’ai appris ensuite avec plaisir que ce lieu abrite depuis quelques années l’«atelier missionnaire diocésain», pour éduquer les communautés paroissiales à la conscience missionnaire, et je m’unis volontiers à vous pour souhaiter que cette initiative de notre diocèse contribue à susciter une courageuse action pastorale missionnaire, qui apporte l’annonce de l’amour miséricordieux de Dieu partout dans chaque lieu de Rome, en touchant en particulier les jeunes et les familles. Je voudrais enfin étendre ma pensée aux habitants du quartier, en particulier aux personnes âgées, aux malades, aux personnes seules et en difficulté. Je rappelle tous et chacun au cours de cette messe.

Chers frères et sœurs, en ce début de l’Avent, quel meilleur message recueillir de saint Laurent que celui de la sainteté ? Il nous répète que la sainteté, c’est-à-dire aller à la rencontre du Christ qui vient continuellement nous rendre visite, ne passe pas de mode, et, avec le temps, resplendit même de façon lumineuse et manifeste la tension permanente de l’homme vers Dieu. Que cette célébration jubilaire soit donc l’occasion pour votre communauté paroissiale d’une adhésion renouvelée au Christ, d’un plus grand approfondissement du sens d’appartenance à son Corps mystique qui est l’Église, et d’un engagement constant d’évangélisation à travers la charité. Que Laurent, témoin héroïque du Christ crucifié et ressuscité, soit pour chacun un exemple d’adhésion docile à la volonté divine afin que, comme nous avons entendu l’apôtre Paul le rappeler aux Corinthiens, nous vivions nous aussi de façon à être «irréprochables» le jour du Seigneur (cf. 1 Cor. I, 7-9).

Nous préparer à l’avènement du Christ est également l’exhortation que nous recueillons de l’Evangile d’aujourd’hui : «Veillez», nous dit Jésus dans la brève parabole de Luc du maître de la maison qui part, mais ne sait pas s’il reviendra (cf. Marc XIII, 33-37). Veiller signifie suivre le Seigneur, choisir ce qu’il a choisi, aimer ce qu’il a aimé, conformer sa vie à la sienne ; veiller signifie passer chaque instant de notre temps dans l’horizon de son amour sans se laisser abattre par les inévitables difficultés et problèmes quotidiens. C’est ce qu’a fait saint Laurent, et c’est ce que nous devons faire, et nous demandons au Seigneur de nous donner sa grâce afin que l’Avent soit un encouragement pour tous à marcher dans cette direction. Que l’humble Vierge de Nazareth, Marie, élue par Dieu pour devenir la Mère du Rédempteur, saint André, dont nous célébrons aujourd’hui la fête et saint Laurent, exemple d’intrépide fidélité chrétienne jusqu’au martyre, nous guident et nous accompagnent de leur intercession. Amen !

Guirlande de sapin - gif

Publié dans:De liturgia, Textes spirituels |on 4 décembre, 2008 |2 Commentaires »

Du 29 novembre au 7 décembre 2008 : Neuvaine de l’Immaculée Conception.

Bénie et encouragée par notre Saint Père le Pape Benoît XVI

Chaque jour une dizaine de chapelet, suivie de trois fois l’invocation : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous. »

La Sainte Communion, le jour du 8 décembre ou entre le 29 nov. et le 8 déc. Sacrement de pénitence  recommandé (dans la mesure du possible).

Le Saint Père Benoît XVI à Lourdes le 13 septembre 2008

O Marie, Reine du Ciel et de la terre, à Lourdes vous êtes apparue à Sainte Bernadette pour manifester votre sollicitude pour les pécheurs que nous sommes tous, pour les malades, les pauvres et les petits : tous ceux que le monde méprise.

Au terme de cette année Jubilaire qui a vu le Souverain Pontife en pèlerin à vos pieds, exaucez les prières que nous vous adressons, unis à tous ceux qui vous aiment dans le monde entier : nous voici devant vous pour vous louer et implorer vos grâces.

Nous voulons, selon votre exemple, accueillir Jésus en nos vies et mieux vivre des enseignements de l’Evangile, que vous êtes venue nous rappeler à Lourdes :

  • par les chemins de la prière et de la pénitence, pour la conversion des pécheurs.
  • par la fidélité à l’esprit des Béatitudes : esprit de pauvreté, de douceur, de miséricorde, d’humilité et de patience dans les épreuves…
  • par la charité et le service des plus nécessiteux, spécialement les infirmes et les malades.

Daignez, ô Vierge Immaculée, recevoir et garder dans votre Coeur maternel nos cœurs qui , plein d’espérance, se tournent vers vous ; daignez entendre et – s’il plaît à Dieu – exaucer toutes les intentions que nous confions à votre intercession bénie!

Ainsi soit-il.

Publié dans:De liturgia, De Maria numquam satis, Prier avec nous |on 28 novembre, 2008 |Commentaires fermés

2008-66 b. La Sainte Ampoule et le Sacre des Rois de France (2nde partie) : de la révolution à nos jours.

Nous poursuivons la publication de l’étude dont nous avons donné la première partie > ici.

reliquaireanciendelasainteampoule.jpg

Gravure reproduisant l’ancien reliquaire de la Sainte Ampoule

5) La destruction de la Sainte Ampoule :

L’ancien reliquaire, contenant la sainte ampoule, ne sortait de l’abbaye Saint-Remi de Reims que le jour du sacre. La seule fois où le reliquaire quitta l’abbaye pour un autre but que celui que l’usage traditionnel lui donnait fut lorsque Louis XI voulut l’avoir près de lui à son lit de mort.
Nous l’avons dit aussi, le reliquaire de la Sainte Ampoule était conservé dans le tombeau même de Saint Remi, dont les clefs étaient placées dans la chambre de l’abbé : c’était lui qui en ouvrait et fermait la porte.
L’ancien reliquaire de la Sainte Ampoule nous est connu par une gravure antérieure à la révolution. On peut le décrire comme une sorte « d’assiette », en métal précieux et ornée de pierres, au centre de laquelle l’Ampoule miraculeuse était fixée. Sur le bord du reliquaire était fixée une chaîne : lorsque le Père Abbé de Saint-Remi devait transporter la Sainte Ampoule, il passait cette chaîne autour de son cou et tenait le reliquaire avec ses deux mains élevé devant sa poitrine.

Et nous voilà au temps de la grande déchirure révolutionnaire… On se souvient que parmi les premières mesures de l’assemblée il n’y aura n’a rien de plus pressé que d’interdire la profession monastique et de la déclarer hors la loi, de nationaliser les biens du clergé et, finalement, de disperser les congrégations religieuses… L’abbaye de Saint-Remi ne fait pas exception et les moines en sont chassés. Toutefois (et cela va la sauver de la destruction), l’église abbatiale est transformée en une paroisse, confiée – faut-il le préciser? – à un prêtre qui s’est plié au serment constitutionnel. Les moines sont partis,  mais la Sainte Ampoule est restée auprès des reliques de Saint Remi : personne encore ne peut imaginer qu’on puisse porter atteinte à un aussi précieux dépôt! Au mois d’octobre 1793 le curé constitutionnel de Saint-Remi se nomme Jules-Armand Seraine : s’il a prêté le serment schismatique, il n’est toutefois pas un mauvais homme…

Dans les premiers jours d’octobre 1793, la Convention donne mission à l’un des ses membres les plus zélés, Philippe Rhül, de se rendre à Reims pour y détruire la Sainte Ampoule. Lorsque, le 6 octobre, l’abbé Seraine apprend l’arrivée du député de la Convention et les raisons de sa venue, sa conscience a un sursaut : puisqu’on lui donne l’ordre de livrer le reliquaire de la Sainte Ampoule, il le livrera… mais, en grand secret, assisté par un officier municipal, Philippe Hourelle, qui exerce alors les fonctions de premier marguillier, il extrait de la Sainte Ampoule tout ce qu’il peut retirer du baume qu’elle contient ; puis ils dissimulent soigneusement le précieux Chrême dans l’attente de jours meilleurs.
Le lendemain 7 octobre, à 14 heures, sur le piédestal (vide) de la statue de Louis XV située place Royale – alors rebaptisée nationale – Rhül fracasse et piétine la Sainte Ampoule devant la foule. Deux petites esquilles de verre sont alors tombées à terre aux pieds d’un dénommé Louis Champagne Prévoteau qui les récupère discrètement. Deux minuscules parcelles de baume subsistent sur ces fragments de verre. Vingt-cinq années de silence s’ensuivent.

fleur de lys gif2

6) La Restauration : la Sainte Ampoule sort de l’ombre :

Voici la Restauration et, le 11 juin 1819, l’archevêque de Reims préside une séance solennelle : les personnes qui, maintenant que les Bourbons sont rentrés d’exil et rendent la paix à la France et à l’Eglise, se sont fait connaître pour avoir recueilli le contenu de la Sainte Ampoule ou ses fragments comparaissent ; elles jurent, devant Dieu et devant les autorités ecclésiastiques et civiles, de dire toute la vérité et rendent à l’archevêque les différents éléments en leur possession. Si bien que l’archevêque pourra reprendre à son compte la phrase d’Hincmar : « Et nous aussi nous en avons encore !« 

On sait que Louis XVIII ne pourra pas être sacré. Ce n’est pas, comme le prétendent certains « survivantistes » (Nota : on appelle « survivantistes » ceux qui prétendent que Louis XVII n’est pas mort dans la prison du Temple, que son existence aurait été connue de son oncle mais que celui-ci n’aurait pas voulu lui laisser le trône, et qu’il aurait une descendance plus ou moins cachée…), parce que Louis XVIII aurait su qu’il n’était pas légitime et parce qu’il aurait craint  – sous la menace de révélations mystiques – d’être foudroyé par la colère divine en usurpant un sacre auquel il n’avait pas droit, mais tout simplement parce que sa santé ne lui permettait pas de se plier au cérémonial antique : Louis XVIII était rongé par la goutte, il ne se déplaçait qu’avec de grandes difficultés et il n’aurait jamais pu faire les prostrations requises par le rituel du sacre! Par contre après lui, son frère et successeur, Charles X, va recevoir les onctions sacrées le 29 mai 1825. Pour l’occasion un nouveau reliquaire a été réalisé.

Reliquaire de la Sainte Ampoule réalisé pour le Sacre de Charles X - Copie

Reliquaire de la Sainte Ampoule réalisé à l’occasion du Sacre de Charles X

La Sainte Ampoule du Sacre de Charles X et son aiguillette

La Sainte Ampoule et son aiguillette réalisées à l’occasion du Sacre de Charles X

Comme des doutes s’étaient élevés sur l’authenticité de la relique et la validité de ce sacre, le « Moniteur » (qui fut en quelque sorte le Journal Officiel pendant tout le XIXème siècle) publia les articles suivants :

Le Moniteur des 23-24 mai 1825 ( correspondance du 21 mai de Reims) :

« On sait qu’en octobre 1793 le conventionnel Rhül brisa la Sainte-Ampoule sur notre place Royale ; mais M. le curé de Saint-Remi, M. Seraine, et le principal marguillier, M. Hourelle, qui avaient eu cette précieuse relique à leur disposition pendant quelques heures, en avaient extrait des parcelles ; de plus, au moment du brisement, d’autres citoyens animés d’un zèle pieux , et quoique leur acte ne fût pas sans danger, ramassèrent des parcelles et du vase et de la matière. Après la tourmente révolutionnaire, on se parla, on se réunit, et on mit en commun les restes précieux qu’on avait soustraits à la fureur des vandales. Des procès-verbaux authentiques furent alors dressés ; ils constatèrent et les faits et l’identité. Mgr de Talleyrand et ensuite Mgr de Coucy approuvèrent le tout ; un riche reliquaire fut destiné à recevoir et reçut en effet le saint dépôt .
Cependant depuis quelque temps des bruits probablement hasardés se répandirent, et tendaient à faire croire qu’on considérerait comme inutile l’emploi de la sainte relique pour le sacre de Sa Majesté.
Les personnes ci-dessus citées et d’autres réunies à elles se sont, dans cette circonstance, adressées à Sa Majesté par une supplique qui avait pour objet d’obtenir que les restes de la Sainte-Ampoule servissent à la consécration royale ; nous ignorons quelles dispositions ont été ordonnées, quelle décision royale a été prise sur l’objet de cette supplique, mais à l’instant même (heure de midi), Mgr l’archevêque vient de convoquer à son palais les conservateurs de la Sainte-Ampoule ; on annonce qu’il va faire en leur présence le mélange des restes précités avec le Saint-Chrême consacré par lui pour les onctions de Sa Majesté. »

Au Moniteur du 25 mai 1825, est publiée une seconde correspondance de Reims datée du 23 mai :

 » L’opération dont je vous ai parlé dans ma lettre d’hier , c’est à dire la transfusion faite par Mgr l’archevêque, des matières extraites et conservées de la Sainte-Ampoule , a eu lieu à huis-clos , mais en présence des autorités. Le procès-verbal qui en a été dressé a été signé par les assistants. »

Enfin , le Moniteur du 26 mai 1825 comporte l’article suivant :

 » Les détails sur la conservation des restes de la Sainte-Ampoule, que nous avons publiés dans les deux derniers Nos du Moniteur, et qui étaient contenus dans une correspondance particulière, sont confirmés aujourd’hui dans une note authentique que nous recevons de Reims, et que nous nous empressons de mettre sous les yeux de nos lecteurs :

Le 6 octobre 1793, la Sainte-Ampoule qui , depuis quatorze siècles, était en vénération dans l’église de Reims, et servait au sacre de nos Rois, fut brisée par un commissaire de la Convention, sur le piédestal de la statue de Louis XV ; mais les sacrilèges espérances de l’impiété furent trompées. Des mains fidèles parvinrent à recueillir des fragments de la Sainte-Ampoule, et une partie du baume qu’elle renfermait. Le fait est constaté par un procès-verbal authentique déposé au greffe du tribunal de Reims.
Le dimanche 22, jour de la fête de la Pentecôte, Mgr l’archevêque de Reims a réuni dans une chapelle de cette ville, le clergé de la métropole avec les principales autorités, et les personnes qui ont contribué à la conservation des parcelles de la précieuse relique, pour procéder, en leur présence, à la transfusion de ces parcelles dans du Saint-Chrême que renferme une fiole nouvelle. Ajoutant à l’authenticité des actes antérieurs, un procès-verbal circonstancié de cette cérémonie a été dressé en double minute. L’une demeurera déposée dans les archives de l’archevêché de Reims, et l’autre, dans le magnifique reliquaire en vermeil, présent digne de la munificence royale, qui sera, aussitôt que l’état de l’édifice le permettra, remis dans le tombeau de Saint Remy, pour faire partie, comme par le passé, du trésor de cette église. Six copies du procès-verbal seront adressées, savoir : quatre aux prélats suffragants, l’une au tribunal de Reims, et la sixième à la mairie de cette ville.
Ainsi, il ne reste plus aucun doute que l’huile sainte qui coulera sur le front de Charles X, dans la solennité de son sacre, est la même que celle qui, depuis Clovis, a consacré les monarques français. »

C’est ainsi que Charles X fut bien sacré selon tout le rituel antique, avec du Chrême qui avait la même provenance que celui qui avait oint le plus grand nombre de ses prédécesseurs, et que – malgré les sarcasmes des impies – il se livra lui aussi au « toucher des écrouelles » et guérit plusieurs malades.

fleur de lys gif2

7) Et qu’en est-il maintenant ?

Après le sacre de Charles X, ce qui restait de la Sainte Ampoule et de son contenu ne fut évidemment pas perdu et traversa le siècle sans histoire…
Tellement sans histoire que l’abbé Jean Goy, historien et archiviste de l’archevêché de Reims que nous avons précédemment cité, fut forcé de constater – à l’occasion de ses travaux – que la fiole du sacre de Charles X, contenue dans le reliquaire, et sans qu’on sache pourquoi, était… presque vide !
Se demandant ce qu’il était advenu du baume sacré, il finit par découvrir, en 1979, un procès-verbal daté de 1906 : ce précieux document accompagnait une fiole de verre soigneusement cachetée aux armes de Monseigneur Luçon. Celui-ci, qui était archevêque de Reims au moment de la loi dite « de séparation des églises et de l’Etat« , par crainte de la perte ou de la profanation, avait transféré le Chrême dans cette ampoule de verre, qu’il avait lui-même scellée et emportée, cachée sous ses vêtements, lorsqu’il fut expulsé du palais archiépiscopal confisqué.
Ainsi le contenu de la Sainte Ampoule demeure encore, soigneusement gardé dans un coffre de l’actuel archevêché de Reims, ce qui fait dire à l’Abbé Goy que la Sainte Ampoule se trouve bien dans les mains de qui il convient, à savoir l’Église de Reims, et – en guise de conclusion – j’ajouterai que son précieux contenu est prêt à être utilisé, à l’heure voulue par la divine Providence, pour le sacre du Souverain annoncé en diverses, nombreuses et sérieuses prophéties…

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Fiole scellée du Saint Chrême (1906)

La fiole scellée qui conserve le Saint Chrême miraculeux du Sacre des Rois de France

Publié dans:De liturgia, Vexilla Regis |on 26 novembre, 2008 |10 Commentaires »
1...6768697071...74

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi