Archive pour la catégorie 'De liturgia'

2008-66 b. La Sainte Ampoule et le Sacre des Rois de France (2nde partie) : de la révolution à nos jours.

Nous poursuivons la publication de l’étude dont nous avons donné la première partie > ici.

reliquaireanciendelasainteampoule.jpg

Gravure reproduisant l’ancien reliquaire de la Sainte Ampoule

5) La destruction de la Sainte Ampoule :

L’ancien reliquaire, contenant la sainte ampoule, ne sortait de l’abbaye Saint-Remi de Reims que le jour du sacre. La seule fois où le reliquaire quitta l’abbaye pour un autre but que celui que l’usage traditionnel lui donnait fut lorsque Louis XI voulut l’avoir près de lui à son lit de mort.
Nous l’avons dit aussi, le reliquaire de la Sainte Ampoule était conservé dans le tombeau même de Saint Remi, dont les clefs étaient placées dans la chambre de l’abbé : c’était lui qui en ouvrait et fermait la porte.
L’ancien reliquaire de la Sainte Ampoule nous est connu par une gravure antérieure à la révolution. On peut le décrire comme une sorte « d’assiette », en métal précieux et ornée de pierres, au centre de laquelle l’Ampoule miraculeuse était fixée. Sur le bord du reliquaire était fixée une chaîne : lorsque le Père Abbé de Saint-Remi devait transporter la Sainte Ampoule, il passait cette chaîne autour de son cou et tenait le reliquaire avec ses deux mains élevé devant sa poitrine.

Et nous voilà au temps de la grande déchirure révolutionnaire… On se souvient que parmi les premières mesures de l’assemblée il n’y aura n’a rien de plus pressé que d’interdire la profession monastique et de la déclarer hors la loi, de nationaliser les biens du clergé et, finalement, de disperser les congrégations religieuses… L’abbaye de Saint-Remi ne fait pas exception et les moines en sont chassés. Toutefois (et cela va la sauver de la destruction), l’église abbatiale est transformée en une paroisse, confiée – faut-il le préciser? – à un prêtre qui s’est plié au serment constitutionnel. Les moines sont partis,  mais la Sainte Ampoule est restée auprès des reliques de Saint Remi : personne encore ne peut imaginer qu’on puisse porter atteinte à un aussi précieux dépôt! Au mois d’octobre 1793 le curé constitutionnel de Saint-Remi se nomme Jules-Armand Seraine : s’il a prêté le serment schismatique, il n’est toutefois pas un mauvais homme…

Dans les premiers jours d’octobre 1793, la Convention donne mission à l’un des ses membres les plus zélés, Philippe Rhül, de se rendre à Reims pour y détruire la Sainte Ampoule. Lorsque, le 6 octobre, l’abbé Seraine apprend l’arrivée du député de la Convention et les raisons de sa venue, sa conscience a un sursaut : puisqu’on lui donne l’ordre de livrer le reliquaire de la Sainte Ampoule, il le livrera… mais, en grand secret, assisté par un officier municipal, Philippe Hourelle, qui exerce alors les fonctions de premier marguillier, il extrait de la Sainte Ampoule tout ce qu’il peut retirer du baume qu’elle contient ; puis ils dissimulent soigneusement le précieux Chrême dans l’attente de jours meilleurs.
Le lendemain 7 octobre, à 14 heures, sur le piédestal (vide) de la statue de Louis XV située place Royale – alors rebaptisée nationale – Rhül fracasse et piétine la Sainte Ampoule devant la foule. Deux petites esquilles de verre sont alors tombées à terre aux pieds d’un dénommé Louis Champagne Prévoteau qui les récupère discrètement. Deux minuscules parcelles de baume subsistent sur ces fragments de verre. Vingt-cinq années de silence s’ensuivent.

fleur de lys gif2

6) La Restauration : la Sainte Ampoule sort de l’ombre :

Voici la Restauration et, le 11 juin 1819, l’archevêque de Reims préside une séance solennelle : les personnes qui, maintenant que les Bourbons sont rentrés d’exil et rendent la paix à la France et à l’Eglise, se sont fait connaître pour avoir recueilli le contenu de la Sainte Ampoule ou ses fragments comparaissent ; elles jurent, devant Dieu et devant les autorités ecclésiastiques et civiles, de dire toute la vérité et rendent à l’archevêque les différents éléments en leur possession. Si bien que l’archevêque pourra reprendre à son compte la phrase d’Hincmar : « Et nous aussi nous en avons encore !« 

On sait que Louis XVIII ne pourra pas être sacré. Ce n’est pas, comme le prétendent certains « survivantistes » (Nota : on appelle « survivantistes » ceux qui prétendent que Louis XVII n’est pas mort dans la prison du Temple, que son existence aurait été connue de son oncle mais que celui-ci n’aurait pas voulu lui laisser le trône, et qu’il aurait une descendance plus ou moins cachée…), parce que Louis XVIII aurait su qu’il n’était pas légitime et parce qu’il aurait craint  – sous la menace de révélations mystiques – d’être foudroyé par la colère divine en usurpant un sacre auquel il n’avait pas droit, mais tout simplement parce que sa santé ne lui permettait pas de se plier au cérémonial antique : Louis XVIII était rongé par la goutte, il ne se déplaçait qu’avec de grandes difficultés et il n’aurait jamais pu faire les prostrations requises par le rituel du sacre! Par contre après lui, son frère et successeur, Charles X, va recevoir les onctions sacrées le 29 mai 1825. Pour l’occasion un nouveau reliquaire a été réalisé.

Reliquaire de la Sainte Ampoule réalisé pour le Sacre de Charles X - Copie

Reliquaire de la Sainte Ampoule réalisé à l’occasion du Sacre de Charles X

La Sainte Ampoule du Sacre de Charles X et son aiguillette

La Sainte Ampoule et son aiguillette réalisées à l’occasion du Sacre de Charles X

Comme des doutes s’étaient élevés sur l’authenticité de la relique et la validité de ce sacre, le « Moniteur » (qui fut en quelque sorte le Journal Officiel pendant tout le XIXème siècle) publia les articles suivants :

Le Moniteur des 23-24 mai 1825 ( correspondance du 21 mai de Reims) :

« On sait qu’en octobre 1793 le conventionnel Rhül brisa la Sainte-Ampoule sur notre place Royale ; mais M. le curé de Saint-Remi, M. Seraine, et le principal marguillier, M. Hourelle, qui avaient eu cette précieuse relique à leur disposition pendant quelques heures, en avaient extrait des parcelles ; de plus, au moment du brisement, d’autres citoyens animés d’un zèle pieux , et quoique leur acte ne fût pas sans danger, ramassèrent des parcelles et du vase et de la matière. Après la tourmente révolutionnaire, on se parla, on se réunit, et on mit en commun les restes précieux qu’on avait soustraits à la fureur des vandales. Des procès-verbaux authentiques furent alors dressés ; ils constatèrent et les faits et l’identité. Mgr de Talleyrand et ensuite Mgr de Coucy approuvèrent le tout ; un riche reliquaire fut destiné à recevoir et reçut en effet le saint dépôt .
Cependant depuis quelque temps des bruits probablement hasardés se répandirent, et tendaient à faire croire qu’on considérerait comme inutile l’emploi de la sainte relique pour le sacre de Sa Majesté.
Les personnes ci-dessus citées et d’autres réunies à elles se sont, dans cette circonstance, adressées à Sa Majesté par une supplique qui avait pour objet d’obtenir que les restes de la Sainte-Ampoule servissent à la consécration royale ; nous ignorons quelles dispositions ont été ordonnées, quelle décision royale a été prise sur l’objet de cette supplique, mais à l’instant même (heure de midi), Mgr l’archevêque vient de convoquer à son palais les conservateurs de la Sainte-Ampoule ; on annonce qu’il va faire en leur présence le mélange des restes précités avec le Saint-Chrême consacré par lui pour les onctions de Sa Majesté. »

Au Moniteur du 25 mai 1825, est publiée une seconde correspondance de Reims datée du 23 mai :

 » L’opération dont je vous ai parlé dans ma lettre d’hier , c’est à dire la transfusion faite par Mgr l’archevêque, des matières extraites et conservées de la Sainte-Ampoule , a eu lieu à huis-clos , mais en présence des autorités. Le procès-verbal qui en a été dressé a été signé par les assistants. »

Enfin , le Moniteur du 26 mai 1825 comporte l’article suivant :

 » Les détails sur la conservation des restes de la Sainte-Ampoule, que nous avons publiés dans les deux derniers Nos du Moniteur, et qui étaient contenus dans une correspondance particulière, sont confirmés aujourd’hui dans une note authentique que nous recevons de Reims, et que nous nous empressons de mettre sous les yeux de nos lecteurs :

Le 6 octobre 1793, la Sainte-Ampoule qui , depuis quatorze siècles, était en vénération dans l’église de Reims, et servait au sacre de nos Rois, fut brisée par un commissaire de la Convention, sur le piédestal de la statue de Louis XV ; mais les sacrilèges espérances de l’impiété furent trompées. Des mains fidèles parvinrent à recueillir des fragments de la Sainte-Ampoule, et une partie du baume qu’elle renfermait. Le fait est constaté par un procès-verbal authentique déposé au greffe du tribunal de Reims.
Le dimanche 22, jour de la fête de la Pentecôte, Mgr l’archevêque de Reims a réuni dans une chapelle de cette ville, le clergé de la métropole avec les principales autorités, et les personnes qui ont contribué à la conservation des parcelles de la précieuse relique, pour procéder, en leur présence, à la transfusion de ces parcelles dans du Saint-Chrême que renferme une fiole nouvelle. Ajoutant à l’authenticité des actes antérieurs, un procès-verbal circonstancié de cette cérémonie a été dressé en double minute. L’une demeurera déposée dans les archives de l’archevêché de Reims, et l’autre, dans le magnifique reliquaire en vermeil, présent digne de la munificence royale, qui sera, aussitôt que l’état de l’édifice le permettra, remis dans le tombeau de Saint Remy, pour faire partie, comme par le passé, du trésor de cette église. Six copies du procès-verbal seront adressées, savoir : quatre aux prélats suffragants, l’une au tribunal de Reims, et la sixième à la mairie de cette ville.
Ainsi, il ne reste plus aucun doute que l’huile sainte qui coulera sur le front de Charles X, dans la solennité de son sacre, est la même que celle qui, depuis Clovis, a consacré les monarques français. »

C’est ainsi que Charles X fut bien sacré selon tout le rituel antique, avec du Chrême qui avait la même provenance que celui qui avait oint le plus grand nombre de ses prédécesseurs, et que – malgré les sarcasmes des impies – il se livra lui aussi au « toucher des écrouelles » et guérit plusieurs malades.

fleur de lys gif2

7) Et qu’en est-il maintenant ?

Après le sacre de Charles X, ce qui restait de la Sainte Ampoule et de son contenu ne fut évidemment pas perdu et traversa le siècle sans histoire…
Tellement sans histoire que l’abbé Jean Goy, historien et archiviste de l’archevêché de Reims que nous avons précédemment cité, fut forcé de constater – à l’occasion de ses travaux – que la fiole du sacre de Charles X, contenue dans le reliquaire, et sans qu’on sache pourquoi, était… presque vide !
Se demandant ce qu’il était advenu du baume sacré, il finit par découvrir, en 1979, un procès-verbal daté de 1906 : ce précieux document accompagnait une fiole de verre soigneusement cachetée aux armes de Monseigneur Luçon. Celui-ci, qui était archevêque de Reims au moment de la loi dite « de séparation des églises et de l’Etat« , par crainte de la perte ou de la profanation, avait transféré le Chrême dans cette ampoule de verre, qu’il avait lui-même scellée et emportée, cachée sous ses vêtements, lorsqu’il fut expulsé du palais archiépiscopal confisqué.
Ainsi le contenu de la Sainte Ampoule demeure encore, soigneusement gardé dans un coffre de l’actuel archevêché de Reims, ce qui fait dire à l’Abbé Goy que la Sainte Ampoule se trouve bien dans les mains de qui il convient, à savoir l’Église de Reims, et – en guise de conclusion – j’ajouterai que son précieux contenu est prêt à être utilisé, à l’heure voulue par la divine Providence, pour le sacre du Souverain annoncé en diverses, nombreuses et sérieuses prophéties…

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Fiole scellée du Saint Chrême (1906)

La fiole scellée qui conserve le Saint Chrême miraculeux du Sacre des Rois de France

Publié dans:De liturgia, Vexilla Regis |on 26 novembre, 2008 |7 Commentaires »

2008-66 a. La Sainte Ampoule et le Sacre des Rois de France (1ère partie) : des origines à la révolution.

En réponse à des questions qui me sont fréquemment posées sur ce sujet, je veux résumer ici tout ce que l’état actuel des sciences nous permet d’affirmer au sujet de la Sainte Ampoule du Sacre des Rois de France.

1) Origine :

Tout d’abord en ce qui concerne son origine, je ne peux faire mieux que reprendre ce qui a été publié dans le « Journal du XVème Centenaire » par Monsieur l’Abbé Jean Goy, historien et archiviste de l’archevêché de Reims, à l’occasion des cérémonies commémoratives de 1996. Ce texte est équilibré et fait un bon résumé de l’état actuel de la question ; le voici :

« La victoire du catholicisme sur l’arianisme fut le premier miracle opéré par le baptême de Clovis. L’histoire des origines de la sainte Ampoule en est un second.

L’histoire de la Sainte Ampoule se situe entre deux silences. Celui, d’abord, des contemporains du baptême de Clovis alors que certains étaient pourtant friands de raconter des miracles, comme Grégoire de Tours qui décrit la scène : « Le roi demande, le premier, le baptême au pontife. Nouveau Constantin, il s’avance vers le bain qui doit enlever la lèpre invétérée qui le couvrait ; il vient laver dans une eau nouvelle les taches hideuses de sa vie passée. Comme il s’avance vers le baptême, le Saint de Dieu lui dit, de sa bouche éloquente : « Courbe humblement la tête, Sicambre, adore ce que tu as brûlé et brûle ce que tu as adoré« .

Beaucoup d’autres contemporains firent mention de ce baptême, sans parler de l’événement merveilleux de la Sainte Ampoule envoyée du ciel. La liste des témoignages serait longue à énumérer. On peut mentionner, par exemple, celui de saint Avit, évêque de Vienne, qui écrit à Clovis pour le féliciter.

Mais c’est aussi le silence des contemporains d’Hincmar, de ceux qui participent au sacre de Charles le chauve, en 869, comme roi de Lotharingie : Hincmar préside la cérémonie en présence de tous les grands du royaume et des évêques. Parmi eux l’archevêque de Sens qui, en tant que métropolitain de Paris, pouvait avoir des prétentions à être l’évêque du sacre. Hincmar, parlant du baptême de Clovis peut dire que celui-ci fût oint « par le chrême reçu du ciel, dont nous avons encore« . Et personne n’a protesté.

Par la suite, Hincmar va préciser les choses en écrivant la vie de saint Rémi : « Le chrême vint à manquer et, à cause de la foule du peuple, on ne pouvait aller en chercher. Alors, le saint prélat, levant les yeux et les mains au ciel, commença à prier en silence, et voici qu’une colombe, plus blanche que la neige, apporta dans son bec une petite ampoule pleine de saint chrême. Tous ceux qui étaient présents furent remplis de cette suavité inexprimable, le saint pontife prit la petite ampoule, la colombe disparut et Rémi répandit de ce chrême dans les fonts baptismaux…« 

Et pendant des siècles, les voix les plus autorisées, les ennemis les plus acharnés, mentionneront notre petite fiole et son origine céleste. Papes, évêques, théologiens, historiens et polémistes parleront de la sainte Ampoule comme d’un fait admirable, mais bien réel. Dom Marlot dans son livre sur le sacre « Le théâtre d’honneur et de magnificence », en donne une anthologie.
Mathieu Paris, historien anglais dira, vers 1250 dans son Histoire d’Angleterre, que « le roi de France est le premier des roys de la Chrétienté pour la céleste liqueur dont il est oint en son sacre« . Saint Thomas d’Aquin, à peu près à la même époque dit, dans son « Traité du gouvernement », que « nos roys sont sacrés d’une onction envoyée du ciel par le ministère d’une colombe« . Le pape Paul III, en 1545, dans la bulle de création de l’université de Reims, cite, dans ses motifs, qu’à Reims, « les Rois très chrétiens reçoivent la grâce de la sainte onction envoyée du ciel« .

Baptême-Sacre du Roi Clovis

Baptème-sacre du Roi Clovis

Ce n’est qu’au XVII° siècle qu’apparaît le premier détracteur, le franc-comtois Jean-Jacques Chifflet. Dans son traité sur l’ampoule rémoise, alors qu’il est bien crédule sur d’autres points, il tient à renverser la longue tradition du miracle rémois. Il met, principalement, en avant le silence des contemporains de l’événement.

Néanmoins, il semble difficile d’admettre qu’au milieu de l’admiration générale, Hincmar ait créé la légende de toutes pièces. Il avait donc des motifs sérieux pour appuyer ses dires.
Malheureusement, Hincmar ne nous a pas directement donné ses sources, et jamais nous ne saurons la vérité, mais peut-être pourrons nous l’approcher.
Depuis le XVII° siècle, les historiens ont avancé différentes possibilités de solutions. Il est fort probable que la vérité se trouve dans un savant dosage entre plusieurs d’entre elles.

Nous pouvons, envisager deux versions des faits.
- Soit, le miracle a bien eu lieu comme nous le raconte Hincmar. Peut-on ajouter que l’enjeu de la victoire de la vraie foi pouvait le justifier? Mais pour croire à un miracle, il faut que celui-ci soit sérieusement attesté. Ce n’est pas le cas ici, en particulier à cause du silence des contemporains.
- Soit le miracle a eu lieu à un autre moment. Ce fut la première position de repli des auteurs du XVII° siècle, comme les abbés Pluche et Vertot et bien d’autres après eux.

Il existe au diocèse de Reims une antique « préface des miracles de Saint Rémi » antérieure à Charlemagne. En voici la traduction donnée par l’abbé Pluche : « comme on cherchait le chrême pour baptiser un malade et qu’on n’en trouvait point, il (saint Rémi) fit mettre sur l’autel les ampoules vides, de manière que, s’étant en même temps prosterné pour prier, une céleste rosée répandit le don béni du saint chrême« . L’abbé Pluche de conclure : « Toutes les fables disparaissent et si le miracle de la sainte Ampoule n’est pas si éclatant qu’on le dit ordinairement, la relique n’en devient que plus véritable, puisque ce miracle est plus réel et plus sûr« .

Hincmar aurait donc utilisé d’autres éléments. Nous avons, alors, quatre hypothèses :

- D’abord, des textes anciens dont il ne reste que peu de choses. En 1945, Dom Lambot publie les oeuvres de Godescal d’Orbais. Au numéro 108, il fait référence à une antienne du bréviaire de Reims antérieure à Hincmar puisque son oeuvre lui est, elle-même, antérieure, et l’on trouve la formule : « le Saint chrême envoyé du ciel« . L’année d’après, F. Baix publiait un article sur les sources liturgiques de la « Vie de saint Rémi » par Hincmar. Il confirmait ainsi l’exemple de Dom Lambot. Hincmar n’est plus le faussaire dont on a souvent parlé. « Il a emprunté à la liturgie rémoise du VIII° siècle l’histoire de la sainte Ampoule« , comme le dit Monsieur Jean Dervisse dans sa thèse.

- Jean-Jacques Chifflet est à l’origine de la deuxième possibilité : une analogie avec le baptême du Christ. Celle-ci fut plus amplement étudiée par un Anglais, Sir Francis Oppenheimer. Nous savons par les Evangiles synoptiques qu’au moment du baptême du Christ, l’Esprit-Saint apparut sous la forme d’une colombe et celle-ci est toujours représentée dans les oeuvres sur le baptême du Christ. Pourquoi la même colombe ne serait-elle pas apparue au baptême de Clovis pour marquer l’importance de celui-ci ? C’est au IX° siècle, qu’apparaît la première représentation de la colombe tenant l’ampoule pour le baptême de Clovis, sur le plat en ivoire d’un livre provenant de Reims conservé, aujourd’hui, au musée de Picardie. Et par un choc en retour, apparaît à peu près à la même époque une représentation du baptême du Christ, dans laquelle la colombe tient une ampoule dans son bec. Sir F. Oppenheimer en donne plusieurs exemples. Parfois, la colombe aura deux ampoules, car le Christ est roi et prêtre. Dans le dessin du « Jardin des délices » de l’abbaye de Sainte Odile, la colombe devient une fiole ailée.

- Ensuite, comme le rappelle Marc Bloch dans « Les Rois Thaumaturges » en citant le Dictionnaire d’archéologie chrétienne de Dom Cabrol, il était d’usage dans l’Eglise primitive de conserver l’Eucharistie à l’autel, les saintes huiles au baptistère, dans une colombe. Le geste de l’évêque, levant les mains, pour prendre, dans la colombe, le chrême céleste (le mot pourrait être l’équivalent de saint) serait à l’origine du don venu du ciel par la colombe.

- La dernière possibilité est largement exposée par Sir F. Oppenheimer : Hincmar, en 852, a procédé à la translation du corps de saint Rémi du sarcophage, dans une chasse. Nous savons que les Romains plaçaient des fioles de parfums près des corps embaumés. Hincmar, trouvant les deux petites fioles près du corps de saint Rémi, aurait pensé que ces deux fioles, si précieuses que Saint Rémi ait été inhumé avec, seraient celles dont parle tout l’office de l’apôtre des Francs. On peut, du reste, faire la remarque que la Sainte Ampoule n’était pas conservée à la cathédrale, mais, bel et bien dans le tombeau de saint Rémi, près de la chasse qui renfermait son corps.

Voilà donc brièvement exposées les différentes hypothèses qui ont été émises sur l’origine de la sainte Ampoule. La vérité s’y trouve, ou peut-être est-elle encore ailleurs ? »

fleur de lys gif2

2) Présentation :

Cette Sainte Ampoule était une petite fiole de verre antique et blanchâtre (certains auteurs du XVIIIème siècle parlent parfois de cristal mais ils n’emploient pas ce mot de manière rigoureuse), haute de 42 millimètres environ.
Le baume qu’elle renfermait avait l’apparence d’une liqueur tirant sur le roux ; il était peu liquide et n’avait pas de transparence. En 1760, le vase semblait plein aux deux tiers et ceux qui ont pu l’examiner parlent de l’odeur exquise dégagée par son contenu.

fleur de lys gif2

3) Autres traditions au sujet de cette Ampoule :

La fascination exercée par cette précieuse relique, outre le récit très populaire de son origine, a donné cours à d’autres légendes : on prétendait par exemple que la quantité du baume ne diminuait jamais, et que la partie prélevées à l’occasion du Sacre se reformait aussitôt. On ajoutait aussi parfois que la santé du Roi de France influait sur le contenu de la Sainte Ampoule : son niveau baissait quand le Souverain était malade, puis augmentait quand il avait recouvré la santé.
En fait, lors du Sacre on prélevait une infime parcelle du baume contenu dans la Sainte Ampoule à l’aide d’une aiguille d’or et on le mélangeait avec du Saint Chrême sur une patène ; la cérémonie achevée, on replaçait dans la Sainte Ampoule ce qui restait sur la patène du mélange qu’on avait obtenu.

fleur de lys gif2

4) Résumé des cérémonies du Sacre :

La cérémonie du Sacre du Roi de France est un rituel ancien qui s’inspire de ce que les Saintes Ecritures nous disent de l’onction du roi David par le prophète Samuel et du couronnement de son fils, le roi Salomon. Ce ne fut pas un rituel fixé immuablement dès les origines de la monarchie française ; connu par les « ordines » (anciens livres liturgiques qui donnent la description des rites sacrés), le rituel du sacre des Rois de France s’étoffera  au cours du Moyen Âge et connaîtra encore quelques modifications sous l’Ancien Régime.

Le Sacre consiste tout d’abord en une simple onction sur le front du souverain (avant 816), à laquelle s’ajouteront le couronnement, la remise d’un sceptre et le serment de défendre l’Eglise (ordo d’Hincmar), l’apparition de l’anneau et de l’épée (Xème siècle), l’adoubement du chevalier (sacre de Philippe Auguste,  en 1179), le serment contre les hérétiques (début du XIIIème siècle). Au XIVème siècle est introduit le lever du Roi et la procession depuis le palais de l’archevêque jusqu’à la cathédrale (sacre de Charles V, en 1364).

Ceci étant précisé, nous pouvons maintenant donner le déroulement de cette cérémonie :

Le Roi arrive à Reims la veille, qui est un samedi, le Sacre ayant lieu un dimanche. Il réside à l’archevêché qui devient palais royal. Après la destruction du jubé (car tant qu’il existe le trône est installé sur le jubé lui-même), une haute estrade, sur laquelle on monte par des escaliers, a été préparée au milieu de la cathédrale «entre les deux chœurs», c’est à dire entre les deux rangées de stalles occupant les dernières travées de la nef. Après les complies, un peloton, composé des gardiens ordinaires et de délégués de la suite royale, surveille les portes de la cathédrale dans laquelle le Roi se recueille et prie une partie de la soirée et de la nuit. Puis le Roi se retire pour dormir dans la chambre qui lui a été préparée à l’archevêché.

Au lever du jour, deux pairs ecclésiastiques (les évêques le Laon et de Beauvais) viennent en cortège chercher le Roi.
C’est alors que se place un dialogue entre le chantre de la cathédrale et le grand chambellan. Le premier frappe avec son bâton à la porte de la chambre royale. « Que demandez-vous? » demande alors le grand chambellan de l’intérieur. « Le roi », répond le chantre. Le chambellan objecte : « Le roi dort ».
Ce rituel, fixé définitivement sous Louis XIII, est répété à trois reprises mais, à la fin du troisième dialogue, l’évêque de Laon dit : « Nous demandons N… que Dieu nous a donné pour Roi ».
La porte s’ouvre alors et le roi est conduit en procession, au chant du « Veni Creator », à l’intérieur de la cathédrale où le prélat consécrateur l’introduit solennellement dans le choeur. Le Roi a un siège placé au milieu du chœur, tandis que d’autres sièges, disposés de part et d’autre de l’autel, sont destinés aux pairs du Royaume et aux prélats.

Entre prime et tierce arrivent les moines de l’abbaye de Saint-Remi en procession portant la Sainte Ampoule, également escortée par des barons qui ont fait le serment de la défendre jusqu’à donner leur vie pour elle. L’archevêque va à leur rencontre et reçoit la Sainte Ampoule des mains de l’abbé et la dépose sur l’autel où ont déjà été déposés les « regalia« , les insignes royaux : la couronne, l’épée – dite de Charlemagne – dans son fourreau, les éperons d’or, le sceptre et une verge surmontée d’une main d’ivoire (la main de justice). Les « regalia » ont été apportés de l’abbaye de Saint-Denis-en-France, où ils sont ordinairement conservés, par le Père Abbé qui, debout à côté de l’autel, veille sur elles.

Le Roi enlève ses vêtements, à l’exception d’une tunique de soie et d’une chemise, dans lesquelles sont pratiquées des fentes sur la poitrine et entre les épaules (pour rendre plus aisées les onctions faites sur ces parties du corps).
Le Roi doit tout d’abord prêter plusieurs serments : debout, devant le maître-autel, sur lequel sont également posés les Saints Evangiles (l’Evangéliaire du Sacre, cela vaut la peine de le noter, est un manuscrit en caractères cyrilliques apporté par Anne de Kiev, lorsqu’elle épousa Henri 1er en 1051) et un reliquaire de la Sainte Croix, il promet de défendre l’Eglise, de lui conserver ses privilèges canoniques, de garder la paix et la justice de ses peuples et de chasser l’hérésie hors des frontières du Royaume.
Il est alors chaussé de sandales de pourpre, semés de lis d’or, par le grand chambellan de France, puis le duc de Bourgogne lui met les éperons, et l’archevêque lui remet l’anneau – l’union du Roi avec son peuple est une alliance comparable à celle du mariage – et l’épée (tirée de son fourreau) ; le Roi la confie ensuite au sénéchal de France qui la portera devant lui dans l’église et plus tard à la tête du cortège se rendant à l’archevêché.

Ce qui subsiste des Regalia :

Epée du Sacre

L’épée du Sacre

Eperons du Sacre - Copie

Les éperons du Sacre

Sceptre dit de Charlemagne

Le sceptre du Sacre, dit de Charlemagne

L’archevêque ouvre alors la Sainte Ampoule et retire une petite quantité de son contenu à l’aide d’une aiguille d’or : il le mélange au Saint Chrême préparé pour le Sacre du Roi, «qui seul parmi tous les princes de la terre excelle par le glorieux privilège d’être oint d’une huile envoyée du ciel». Tous ces rites sont accompagnés de diverses oraisons et bénédictions.
Le prélat procède alors aux onctions : sur la tête, sur la poitrine, entre les épaules et sur les jointures des bras, tandis que le chœur chante l’antienne suivante : « Ils ont oint Salomon roi« . Après cela, le chambellan de France revêt le Roi d’une tunique de pourpre et d’une chlamyde, l’archevêque lui remet le sceptre dans la main droite et la main de justice dans la main gauche, puis il va prendre la couronne sur l’autel.

couronne-reliquaire dite de Saint Louis

Couronne-reliquaire dite de Saint Louis

Les douze pairs du royaume, six ecclésiastiques et six laïcs, prennent alors place auprès du Roi. L’archevêque de Reims, les évêques de Beauvais, Châlons, Langres, Laon et Noyon, les ducs d’Aquitaine, de Bourgogne et de Normandie et les comtes de Champagne, de Flandre et de Toulouse soutiennent ensemble la couronne au-dessus du Roi avant que l’archevêque ne la pose seul sur la tête du nouveau souverain.

Sacre - miniature des Grandes Chroniques de France

Le Sacre (miniature des « Grandes Chroniques de France »)

Entourant ainsi le Roi, ils le conduisent sur l’estrade (ou sur le jubé quand celui-ci existait encore), où il prend place sur le trône. Là, le Roi reçoit l’hommage de l’archevêque et des onze autres pairs, tandis que retentit à chaque fois l’acclamation « Vivat rex in æternum! », reprise par la foule. Des oiseaux sont lâchés dans l’église tandis que retentissent les cloches de toutes les églises de la ville.
En raison du jeune âge des souverains lors de leur avènement, peu de Reines furent sacrées à Reims (la cérémonie avait donc lieu plus tard à l’abbaye de Saint-Denis) mais, si le Roi est marié, c’est à ce moment de la cérémonie que se place le Sacre de la Reine : elle reçoit à son tour deux onctions sur la tête et la poitrine ainsi que des « regalia » plus petits tels que couronne, anneau, sceptre, et main de justice.

La célébration de la Sainte Messe commence ensuite. Celle-ci comporte deux particularités : la première est qu’au cours de l’offertoire, il apporte à l’archevêque le pain et le vin, ainsi que treize pièces d’or symbolisant son union avec le peuple, et la seconde est qu’au moment de la sainte communion, le Roi redescend du trône pour venir jusqu’à l’autel, où il reçoit la communion sous les deux espèces de la main de l’archevêque (le calice qui est utilisé pour le Très Précieux Sang est celui qui est dit de Saint Remi).

Calice du Sacre dit de Saint Remi

Calice du Sacre, dit de Saint Remi.

A la fin de la cérémonie, l’archevêque enlève au Roi la lourde couronne et lui en impose une autre, plus légère, et c’est ainsi que, acclamés par la foule, ils se rendent au palais archiépiscopal pour le « festin du sacre » : à l’image du Christ au cours de la Sainte Cène, le Roi prend place au milieu des douze pairs, avec ses ornements, couronne sur la tête, le connétable brandissant l’épée devant lui. Quelques invités soigneusement choisis par l’étiquette assistent au repas, des princes du sang, des ambassadeurs, des seigneurs, des grands officiers du royaume, à l’exclusion des femmes qui y assistent depuis une tribune.

Dans les jours qui suivent, le Roi « touche les écrouelles » et nombre de guérisons sont constatées.

Toucher des écrouelles après le sacre

Toucher des écrouelles après le Sacre

Ce cérémonial  se reproduira pendant tout l’Ancien Régime jusqu’au 11 juin 1775, date du dernier Sacre avant la révolution.

A suivre > ici

Publié dans:De liturgia, Vexilla Regis |on 26 novembre, 2008 |2 Commentaires »

2008-63. Le 18 novembre nous fêtons les Bienheureuses Visitandines de Madrid martyrisées en 1936.

Croix de la Bienheureuse Maria Cecilia

Croix de la Bienheureuse Maria-Cecilia, déformée par les balles de la fusillade

Rappel historique :

La monarchie espagnole a été abolie en 1931.
L’hostilité des républicains envers la religion  catholique va devenir de plus en plus virulente à partir de 1933, après des élections favorables à la gauche. Rapidement une législation anticléricale est instaurée : interdiction  faite aux religieux d’enseigner et d’avoir des activités leur permettant de vivre, suppression des jésuites… et déjà, des églises sont incendiées.
La gauche républicaine a mal calculé ; il faut peu connaître le peuple espagnol pour penser qu’il accepte cette violence anti-religieuse sans réaction : les élections de décembre 1933 ramènent au pouvoir une majorité de droite. Peut-être la crise aurait-elle pu être terminée si, à ce moment, des solutions inspirées du catholicisme social avaient été mises en œuvre :  il n’en est malheureusement rien et les conservateurs paralysent les plans de réforme nécessaires.

L’été 1934 voit éclater la « révolution des Asturies » : des prêtres et des religieuses sont assassinés.
La gauche, jusqu’alors dispersée, se regroupe en un « frente popular » qui arrive au pouvoir lors des élections de février 1936 : composé de communistes, de socialistes et d’anarchistes d’opinions souvent divergentes, ce front populaire trouve son unité dans un anti-catholicisme haineux, et cela bien que les évêques espagnols aient – au début – reconnu sa légitimité.
Les violences éclatent dès juin 1936 : ce gouvernement républicain de style révolutionnaire se lance dans une sanglante persécution qui va faire une foule de victimes en quelques semaines. Bien évidemment, tout le peuple ne soutient pas cette persécution, mais  la terreur est à l’ordre du jour : à la chambre, un député monarchiste proteste et, dès le lendemain – 14 juillet 1936 – , il est assassiné.

Les différents partis de droite, apeurés, se regroupent dans un parti unique : la « Phalange ». Désormais, tous les ingrédients sont prêts pour une guerre civile.
Le général Francisco Franco se révolte et lance, le 18 Juillet, l’ « Alziamento Nacional » (souvent traduit par « Mouvement national » alors que littéralement cela signifie : soulèvement national). Il est suivi par une grande partie de l’armée.
L’Espagne entre  alors dans une terrible guerre civile : les « républicains » (appelés aussi – et à juste titre – « rouges » car leur but est de faire de l’Espagne un état satellite de l’URSS), renforcés par des « brigades internationales », et les « nationalistes » (ou « franquistes »), aidés en finale par la Wehrmacht allemande et les fascistes italiens, vont s’affronter sans merci pendant trente-deux mois (1936-1938).

A la faveur de la guerre, les « rouges » se livrent à la plus grande persécution religieuse qu’ait jamais connu l’Espagne : à cause de sa brièveté dans le temps et de son intensité, c’est un ouragan révolutionnaire comparable à celui de la révolution française, qui s’abat sur toutes les régions où domine leur influence politique.
Sur la liste noire des personnes à abattre, les ecclésiastiques figurent en tout premier lieu.
Les exactions se multiplient : incendies de couvents, d’évêchés, d’églises, destruction du patrimoine artistique sacré… etc.
Les républicains procèdent à des exécutions massives, accompagnées d’une férocité inouïe. Malheureusement, il y eut aussi des violences injustifiées et condamnables dans l’autre parti.

On dénombre parmi les victimes : 13 évêques, 4184 prêtres, 2385 religieux, 283 religieuses et des milliers de fidèles laïcs.

Ceux que l’Église béatifie sont vraiment martyrs car ils ont été tués en haine de la Foi : ce ne sont pas de simples « victimes de guerre », car ils n’étaient pas engagés dans les combats, ni dans les luttes partisanes.
Le Pape Jean-Paul II a tenu à le préciser le 11 mars 2001 : « Les bienheureux qui sont élevés à l’honneur des autels n’étaient pas impliqués dans des luttes politiques ou idéologiques, et ne voulaient pas y entrer. (…) Ils ont vécu en aimant et sont morts en pardonnant ».

Autel où sont conservées les reliques des Sept Bienheureuses Visitandines Martyres

Autel dans lequel sont conservées les reliques des sept Bienheureuses

Les sept Visitandines Martyres :

Le premier monastère de la Visitation en Espagne fut établi à Madrid en 1748. C’est à cette communauté qu’appartiennent les sept martyres que l’on célèbre le 18 novembre.

Lorsque éclate la guerre civile, les  moniales Visitandines se rendent rapidement compte qu’il est dangereux de rester en ville et décident de se retirer dans un petit village de Navarre, Oronoz. Toutefois un groupe de sept religieuses va rester sur place parce que l’église du couvent est encore ouverte au culte.
Avant de partir, la Mère Supérieure leur prépare – en cas de danger – un appartement où elle pourront trouver refuge, à proximité du monastère. Sœur Marie du Refuge est désignée pour diriger cette petite communauté : en vraie Visitandine, elle anime le courage, la confiance et la foi des autres sœurs.
Toutes sont conscientes d’être exposées à des sévices et à la mort violente mais, dans la prière et le silence, elles intensifient le don généreux d’elles-mêmes qu’elles ont déjà fait à Dieu par leur profession monastique, et elles s’offrent pour que la grâce de la paix soit rendue à l’Eglise d’Espagne.

Le 18 juillet 1936, le monastère est attaqué, pillé, incendié…
Les Visitandines ont eu le temps de fuir, mais elles ne peuvent plus quitter l’appartement en sous-sol où elles sont réfugiées : il est devenu un minuscule couvent où l’on prie constamment pour l’Espagne. Quelques prêtres, lorsque cela est possible, leur rendent visite et célèbrent pour elles la Sainte Messe. Lorsque le risque est plus important ils s’abstiennent de venir, mais la sœur d’une des religieuses leur apporte la sainte communion.
Leur présence est connue de leurs voisins, qui les aiment… à l’exception de deux personnes qui habitent l’immeuble et qui vont les dénoncer par haine de la religion.
Une période d’incertitude et d’angoisse commence alors : les sœurs subissent plusieurs fouilles au cours desquelles elles sont insultées et dépouillées de leurs biens. Lors de la fouille du 17 novembre, les miliciens annoncent qu’ils reviendront le lendemain.
Sœur Marie du Refuge propose à ses soeurs de les conduire dans des consulats où elles seront hors d’atteinte. Mais la ferveur des Filles de Saint François de Sales est plus forte que la crainte de la mort et elles s’écrient : « Quelle joie, le martyre va arriver bientôt! (…) Si l’Espagne doit être sauvée en versant notre sang, que ce soit le plus tôt possible!« 
Elles passent la nuit à prier.

Le 18 novembre 1936, vers 19h, une patrouille de la F.A.I (Fédération Anarchiste Ibérique) fait irruption dans l’appartement. On oblige toutes les religieuses à sortir, même Sœur Maria-Inès, malade, atteinte d’une forte fièvre.
Dans la rue on entend les cris de la populace. En voyant les Sœurs faire le signe de croix, une voix s’élève : « C’est ici qu’il faut les tuer, car se signer est une provocation! »
La sérénité des moniales contraste avec ce vacarme.
Elles sont fusillées quelques minutes plus tard, se tenant toutes par la main.

Cependant la plus jeune des religieuses – Soeur Maria-Cecilia, âgée de 26 ans – ne fut pas  atteinte par les balles et, prise de panique, lâchant la main de la soeur morte à côté d’elle, elle partit en courant dans la nuit. Un peu plus loin, croisant des policiers et reprenant courage, elle leur cria : « Je suis l’une des religieuses… »
Elle fut à nouveau arrêtée et on la conduisit dans l’une des innombrables prisons improvisées de la ville, dans lesquelles siégeaient des « tribunaux populaires ». Interrogée, elle témoigna sans faiblir de son identité et de sa foi et fut condamnée à mort.
On la fusilla au matin du 23 novembre, avec une autre femme et une dizaine de jeunes gens, contre un mur du cimetière. On peut donc dire qu’elle a subi le martyre à deux reprises.
Son corps, jeté dans une fosse commune, put être identifié, après la guerre, grâce à sa croix de Visitandine, tordue par les balles (vous pouvez en voir une photographie au commencement de cet article)
.

Ces 7 Bienheureuses Visitandines sont :
1) Sœur Marie du Refuge (Maria-Gabriela) de Hinojasa y Naveros, qui était née le 24 juillet 1872 à Alhama (Grenade) et était la responsable du groupe ;
2) Sœur Josefa-Maria (Maria del Carmen) Barrera y Izaguirre, née le 23 mai 1881 à El Ferrol (La Coruna) ;
3) Sœur Teresia-Maria (Laura) Cavestany y Anduaga, née le 30 juillet 1888 à Puerto Real (Cadix) ;
4) Sœur Maria-Angela (Martina) Olaizola y Garagarça, née le 12 novembre 1893 à Azpeitia (Guipuzcoa) ;
5) Sœur Maria-Engracia (Josepha-Joachima) Lecuona y Aramburu, née le 02 juillet 1897 à Oyarzun (Guipuzcoa) ;
6) Sœur Maria-Inès (Agnès) Zudaire y Galdeano, née le 28 janvier 1900 à Echavarri (Navarre) ;
7) Sœur Maria-Cecilia (Maria-Félicité) Cendoya y Araquistain, née le 10 janvier 1910 à Azpeitia (Guipuzcoa), celle qui fut exécutée le 23 novembre.

Elles ont été béatifiées, à Rome, le 10 mai 1998.

Publié dans:De liturgia, Nos amis les Saints |on 17 novembre, 2008 |4 Commentaires »

2008-58. Le 23 octobre, nous fêtons les Bienheureuses Ursulines martyres de Valenciennes :

En 1790, trente-deux religieuses habitaient le couvent des Ursulines de Valenciennes : conformément à leur vocation, elles se consacraient à l’éducation des jeunes filles.
Quand, le 18 août 1792, les congrégations religieuses enseignantes furent contraintes de se disperser, les Ursulines durent abandonner leur maison et s’exilèrent en Belgique, à Mons (deux religieuses Brigittines, chassées de leur couvent, s’intégrèrent alors à la communauté).

Au printemps 1793, les troupes autrichiennes occupèrent Valenciennes.
Les religieuses revinrent alors dans leur couvent, rouvrirent leurs classes et reprirent leur apostolat auprès de la jeunesse de la ville.
Cette situation dura plus d’un an.

Mais, en août 1794, l’armée autrichienne dut abandonner la ville qui fut investie par les troupes révolutionnaires.
Les « patriotes » valenciennois s’empressèrent d’incarcérer plus d’un millier de personnes, considérées comme ennemies de la république et accusées – selon la terminologie en vogue – d’être des « aristocrates » et des « fanatiques ». Parmi elles, dix religieuses Ursulines (dont les deux anciennes Brigittines) et une ancienne Clarisse qui avait rejoint la communauté des Ursulines, où sa soeur de sang était religieuse, parce que son monastère était supprimé : arrêtées le 3 septembre 1794, elles furent emprisonnées… dans leur propre couvent !
Notons au passage que la tête de Robespierre était tombée depuis déjà plusieurs semaines et que les livres d’histoire nous enseignent que, depuis lors, la « Terreur » était terminée…

Néanmoins, quelques jours après, les habitants de la place d’armes virent se dresser une guillotine à l’endroit traditionnel des exécutions capitales, soit, à quelques mètres près, entre l’entrée de la rue de Paris et celle de la ruelle Burianne.
Les Ursulines furent tenues au courant ; Soeur Anne-Marie Erraux avoua avoir une grande frayeur à se présenter devant le bourreau si cela devait se produire. La Mère Supérieure lui rétorqua : « Je passerai devant vous pour vous montrer l’exemple ».

Le 13 octobre, sept personnes (dont trois prêtres) furent condamnées à mort.
Le 15 octobre, sept autres prêtres furent guillotinés.
Enfin, le 17 octobre, cinq Ursulines et trois prêtres comparurent devant le tribunal.

Mère Marie-Clotilde avait donné ordre à ses Sœurs de déclarer qu’elles n’avaient pas émigré, puisqu’elles étaient allées à Mons avec un laisser-passer en règle et qu’elles n’étaient rentrées que pour rendre service aux habitants qui leur avaient demandé de reprendre l’instruction de leurs enfants.
Elles s’en tinrent à cette défense face au président qui les interrogeait. Puisqu’elles étaient sorties du territoire avec des papiers en règle, que pouvait-on encore leur reprocher ? Rien … et le tribunal ne pourrait que les relâcher.
Mais la « justice » révolutionnaire ne voyait pas les choses de la même façon et, surtout, elle ne pouvait admettre que les Ursulines eussent repris leur vie communautaire et réorganisé l’enseignement catholique dans une ville occupée par les Autrichiens.

Le Tribunal voulait donc  leur mort ; aussi rédigea-t-il une sentence où l’injuste se mêlait à l’infâme : « Les susnommées se sont rendues coupables du crime d’émigration en abandonnant, de leur propre et entière volonté, le territoire de la République. Au mépris des lois elles y sont revenues exercer, sous la protection de l’ennemi, des fonctions qui leur avaient été interdites. Nous avons jugé à l’unanimité qu’elles ont encouru la peine de mort prononcée par les décrets des 23 et 25 octobre 1792 ».

On peut imaginer l’émotion qui étreignit les cinq Ursulines en retrouvant leurs sœurs dans la prison et en leur apprenant la condamnation dont elles venaient d’être frappées.
L’éxécution eut lieu le même jour…

guillotine

Simplement vêtues d’un jupon et d’une chemise, les cheveux coupés courts pour faciliter le travail du couperet, elles s’avancèrent vers la guillotine en priant à haute voix avec une dignité et un calme qui impressionnèrent tous les spectateurs. A leur vue, la foule ne proféra ni cris de mort ni insultes. Des témoins déclarèrent ensuite avoir vu des gens pleurer, d’autres dirent avoir entendu ces paroles d’une religieuse à ses compagnes : « Courage, mes Sœurs, nous allons au ciel ! »

Les cinq autres Ursulines et la Clarisse ne doutaient point du sort qui les attendait.
Mère Marie-Clotilde put faire passer à l’une de ses nièces une lettre, conservée depuis lors avec piété par sa famille, dans laquelle elle exprimait les sentiments qui l’animaient à l’approche de la mort. Elle y disait notamment que le moment lui tardait de verser son sang pour sa Foi et ajoutait : « Prenez part à mon bonheur ! »

Le 23 octobre, elle furent convoquées devant la commission militaire.
Même interrogatoire, mêmes réponses, même sentence.
La supérieure eut beau vouloir tout prendre sur elle, les juges demeurèrent implacables.

Elles furent également exécutées le jour même.
Mère Marie-Clotilde déclara aux soldats de l’escorte : « Citoyens, nous vous sommes fort obligées, ce jour est le plus beau de notre vie ! »
Elle monta la première sur l’échafaud, en chantant le Magnificat, et montra, en ce suprême instant, toute la force d’âme dont elle avait donné tant de preuves durant sa vie.

Les corps des victimes furent transportés au cimetière Saint-Roch, récemment créé, mais on n’a jamais pu retrouver le lieu exact de leur inhumation.

Ces onze religieuses martyrisées furent béatifiées le 13 juin 1920 par le pape Benoît XV.
Voici les noms de ces femmes héroïques :

1 – Mère Marie-Clotilde de Saint-François-Borgia (née Clotilde-Angèle Paillot),  guillotinée à l’âge de 55 ans ;
2 – Soeur Marie-Ursule de Saint-Bernardin (née Hyacinthe-Augustine Bourla), 48 ans ;
3 – Soeur Marie-Cordule de Saint-Dominique (née Jeanne-Louise Barré), 44 ans ;
4 – Soeur Marie-Augustine du Sacré-Coeur (née Marie-Madeleine Déjardins), 34 ans ;
5 – Soeur Marie-Louise de Saint-François-d’Assise (née Marie-Geneviève Ducrez), 38 ans ;
6 – Soeur Anne-Marie (née Augustine Erraux), ancienne Brigittine, 32 ans ;
7 – Soeur Marie-Françoise (née Liévine Lacroix), ancienne Brigittine, 41 ans ;
8 – Soeur Marie-Scholastique de saint-Jacques (née Marie-Marguerite Leroux), 43 ans ;
9 – Soeur Marie-Laurentine de Saint-Stanislas (née Marie-Reine Prin), 47 ans ;
10 – Soeur Marie-Nathalie de Saint-Louis (née Marie-Louise Vanot), 66 ans,
11 – Soeur Joséphine (née Anne-Joseph Leroux), Clarisse, âgée de 47 ans.

Oraison : 
Seigneur notre Dieu, Vous avez glorifié par le martyre la bienheureuse Marie-Clotilde et ses compagnes ; faites, nous Vous en prions, que suivant l’exemple de leur foi et de leur charité apostolique, nous soyons affermis dans Votre amour de sorte que rien ne puisse nous séparer de Vous. Nous Vous le demandons par Jésus, Christ, Notre-Seigneur.
Ainsi soit-il.

Ursulines martyres de Valenciennes

2008-57. Les promesses du Sacré-Coeur en faveur de ceux qui pratiqueront cette dévotion.

A l’occasion de la fête de Sainte Marguerite-Marie (17 octobre – voir aussi l’article publié l’an dernier à cette même date, en cliquant ici > www), nous tenons à publier ici le texte des promesses que Notre-Seigneur Jésus-Christ a faites en faveur des personnes qui pratiqueraient la dévotion envers son Sacré-Coeur. Ces douze promesses constituent un résumé des paroles que Notre-Seigneur a adressées à Sainte Marguerite-Marie en diverses circonstances et en plusieurs occasions. Elles ont été (bien évidemment!) contestées mais il est facile à une personne familière des écrits de Sainte Marguerite-Marie de démontrer qu’elles sont authentiques même si, pour des raisons pratiques, elles ont été rédigées de manière plus simple.

Jésus manifestant son Coeur à Ste Marguerite-Marie

1. Je leur donnerai toutes les grâces nécessaires à leur état.

2. Je mettrai la paix dans leur famille.

3. Je les consolerai dans toutes leurs peines.

4. Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à l’heure de la mort.

5. Je répandrai d’abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises.

6. Les pécheurs trouveront dans mon Cœur la source et l’océan infini de la miséricorde.

7. Les âmes tièdes deviendront ferventes.

8. Les âmes ferventes s’élèveront à une grande perfection.

9. Je bénirai moi-même les maisons où l’image de mon Sacré-Cœur sera exposée et honorée.

10. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis.

11. Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon Cœur, et il n’en sera jamais effacé.

12. Je te promets, dans l’excès de la miséricorde de mon Cœur, que son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis du mois, neuf fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu’ils ne mourront point dans ma disgrâce, ni sans recevoir leurs Sacrements, et que mon divin Cœur se rendra leur asile assuré à cette dernière heure.

Voir aussi les prières en l’honneur du Sacré Coeur de Jésus que nous avons déjà publiées :
- la neuvaine de confiance > www ;
- la prière composée par Sainte Madeleine-Sophie Barat > www ;
- le « Souvenez-Vous » au Sacré-Coeur > www ;
- l’acte d’offrande de Saint Claude de la Colombière > www.

Prières et litanies en l’honneur de Saint Michel Archange.

Nous avions déjà évoqué ici (> www) les origines de la fondation de l’abbaye du Mont Saint-Michel, mais nous ne pouvons passer sous silence, en ce 16 octobre 2008, le treizième centenaire de la consécration du premier sanctuaire élevé sur le « Mont Tombe » par Saint Aubert, le 16 octobre 708. En cette circonstance, nous vous proposons quelques textes de prières à Saint Michel, toujours utiles dans les combats de notre vie spirituelle…

St  Michel au péril de la mer

Prière de Saint Louis de Gonzague à Saint Michel:

O Prince invincible, gardien fidèle de l’Eglise de Dieu et des âmes justes, vous qui, animé d’une si grande charité et d’un si grand zèle, avez livré tant de batailles et accompli d’entreprises, non pour vous acquérir à vous-même renommée et réputation comme le font les capitaines de ce monde, mais pour accroître et défendre la gloire et l’honneur que nous devons tous à notre Dieu en même temps que pour satisfaire au désir que vous aviez du salut des hommes, venez, je vous en prie, au secours de mon âme qui est attaquée continuellement et mise en danger par ses ennemis : la chair, le monde et le démon. Vous avez conduit jadis le peuple d’Israël dans le désert, veuillez aussi être mon guide et mon compagnon dans le désert de ce monde, jusqu’à ce que vous m’ayez conduit hors de tout danger dans la terre des vivants, dans cette bienheureuse patrie d’où nous sommes tous exilés. Ainsi soit-il.

* * *    * * *    * * *

Litanies de saint Michel

(pour la récitation privée)

Seigneur, ayez pitié de nous.
Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Christ, écoutez-nous.
Christ, exaucez-nous.
Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.
Sainte Marie, Reine des Anges, priez pour nous.
Saint Michel Archange, priez pour nous.
Saint Michel, princes très glorieux, priez pour nous.
Saint Michel, fort dans le combat, priez pour nous.
Saint Michel, vainqueur de Satan, priez pour nous.
Saint Michel, terreur des démons, priez pour nous.
Saint Michel, prince de la milice céleste, priez pour nous.
Saint Michel, héraut de la gloire divine, priez pour nous.
Saint Michel, joie des Anges, priez pour nous.
Saint Michel, honoré des Elus, priez pour nous.
Saint Michel, qui présentez au Très-Haut nos prières, priez pour nous.
Saint Michel, défenseur des âmes justes, priez pour nous.
Saint Michel, messager de Dieu, priez pour nous.
Saint Michel, dont la prière conduit aux cieux, priez pour nous.
Saint Michel, soutien du peuple de Dieu, priez pour nous.
Saint Michel, gardien et patron de l’Eglise, priez pour nous.
Saint Michel, bienfaiteur des peuples qui vous honorent, priez pour nous.
Saint Michel, porte-étendard du salut, priez pour nous.
Saint Michel, notre défenseur dans le combat, priez pour nous.
Saint Michel, ange de la paix, priez pour nous.
Saint Michel, introducteur des âmes dans la lumière sainte, priez pour nous.
Saint Michel, prévôt du Paradis, priez pour nous.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

V./ Priez pour nous, saint Michel Archange.
R./ Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Jésus-Christ.

Oraison :

Dieu tout puissant et éternel, qui avez établi saint Michel gardien de l’Eglise et prévôt du paradis, accordez par son intercession, à l’Eglise la prospérité et la paix, à nous la grâce en cette vie et la gloire dans l’éternité. Par Jésus-Christ, Notre Seigneur. Ainsi soit-il.

Imprimatur : Coutances, le 9 mars 1929. Théophile-Marie, évêque de Coutances et Avranches.

* * *    * * *    * * *

Prière à saint Michel, pour tous nos besoins :

O bienveillant Archange, votre puissance est si grande sur le Cœur de Dieu qu’il ne vous a jamais rien refusé, et votre charité pour nous est telle que tous ceux qui vous invoquent sont assurés de votre perpétuel secours. Pleins de confiance en votre protection, nous venons vous exposer humblement nos besoins. Vous savez s’ils sont nombreux et pressants. Dissipez nos ténèbres, conduisez-nous dans la voie, défendez-nous contre nos ennemis, guérissez nos plaies et prodiguez-nous toutes les tendresses qu’un saint amour peut vous inspirer envers vos fidèles clients. Ainsi soit-il.

Voir aussi les prières en l’honneur de Saint Michel publiées ici > www.

2008-51. A Lourdes, notre Saint-Père le Pape Benoît XVI nous a parlé de la Compassion aimante et souriante de Notre-Dame:

Nous ne publions pas ici l’intégralité des textes (discours, messages & homélies) que notre Saint-Père le Pape Benoît XVI nous a donnés à l’occasion de son voyage apostolique en France – vous pouvez les retrouver ici > www – mais en cette fête de Notre-Dame des Douleurs – fête patronale du « Refuge Notre-Dame de Compassion », au cours de la Sainte Messe qu’il a célébrée sur le parvis de la basilique du Rosaire à l’intention des personnes qui souffrent, il a prononcé une homélie qui nous touche particulièrement puisqu’elle met en valeur la Compassion aimante et souriante de Notre-Dame. Ce pourquoi nous en retranscrivons le texte intégral ci-dessous.

Piéta de Villeneuve les Avignon par Enguerrand Quarton (XVème siècle)

 » Chers frères dans l’Épiscopat et dans le Sacerdoce,
Chers malades, chers accompagnateurs et hospitaliers,
Chers frères et sœurs !

Nous avons célébré hier la Croix du Christ, l’instrument de notre Salut, qui nous révèle dans toute sa plénitude la miséricorde de notre Dieu. La Croix est en effet le lieu où se manifeste de façon parfaite la compassion de Dieu pour notre monde. Aujourd’hui, en célébrant la mémoire de Notre-Dame des Douleurs, nous contemplons Marie qui partage la compassion de son Fils pour les pécheurs. Comme l’affirme saint Bernard, la Mère du Christ est entrée dans la Passion de son Fils par sa compassion(cf. Homélie pour le dimanche dans l’Octave de l’Assomption). Au pied de la Croix se réalise la prophétie de Syméon : son cœur de mère est transpercé(cf. Lc 2, 35)par le supplice infligé à l’Innocent, né de sa chair. Comme Jésus a pleuré(cf. Jn 11,35), Marie a certainement elle aussi pleuré devant le corps torturé de son enfant. La discrétion de Marie nous empêche de mesurer l’abîme de sa douleur ; la profondeur de cette affliction est seulement suggérée par le symbole traditionnel des sept glaives. Comme pour son Fils Jésus, il est possible de dire que cette souffrance l’a conduite elle aussi à sa perfection (cf. Hb 2, 10), pour la rendre capable d’accueillir la nouvelle mission spirituelle que son Fils lui confie juste avant de « remettre l’esprit » (cf. Jn 19, 30) : devenir la mère du Christ en ses membres. En cette heure, à travers la figure du disciple bien-aimé, Jésus présente chacun de ses disciples à sa Mère en lui disant : « Voici ton Fils » (cf. Jn 19, 26-27).

Marie est aujourd’hui dans la joie et la gloire de la Résurrection. Les larmes qui étaient les siennes au pied de la Croix se sont transformées en un sourire que rien n’effacera tandis que sa compassion maternelle envers nous demeure intacte. L’intervention secourable de la Vierge Marie au cours de l’histoire l’atteste et ne cesse de susciter à son égard, dans le peuple de Dieu, une confiance inébranlable : la prière du « Souvenez-vous » exprime très bien ce sentiment. Marie aime chacun de ses enfants, portant d’une façon particulière son attention sur ceux qui, comme son Fils à l’heure de sa Passion, sont en proie à la souffrance;  elle les aime tout simplement parce qu’ils sont ses fils, selon la volonté du Christ sur la Croix. Le psalmiste, percevant de loin ce lien maternel qui unit la Mère du Christ et le peuple croyant, prophétise au sujet de la Vierge Marie que « les plus riches du peuple … quêteront ton sourire » (Ps 44, 13). Ainsi, à l’instigation de la Parole inspirée de l’Écriture, les chrétiens ont-ils depuis toujours quêté le sourire de Notre Dame, ce sourire que les artistes, au Moyen-âge, ont su si prodigieusement représenter et mettre en valeur. Ce sourire de Marie est pour tous ; il s’adresse cependant tout spécialement à ceux qui souffrent afin qu’ils puissent y trouver le réconfort et l’apaisement. Rechercher le sourire de Marie n’est pas le fait d’un sentimentalisme dévot ou suranné, mais bien plutôt l’expression juste de la relation vivante et profondément humaine qui nous lie à celle que le Christ nous a donnée pour Mère.

Désirer contempler ce sourire de la Vierge, ce n’est pas se laisser mener par une imagination incontrôlée. L’Écriture elle-même nous le dévoile sur les lèvres de Marie lorsqu’elle chante le Magnificat : « Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur » (Lc 1, 46-47). Quand la Vierge Marie rend grâce au Seigneur, elle nous prend à témoin. Marie partage, comme par anticipation, avec ses futurs enfants que nous sommes, la joie qui habite son cœur, pour qu’elle devienne la nôtre. Chaque récitation du Magnificat fait de nous des témoins de son sourire. Ici à Lourdes, au cours de l’apparition qui eut lieu le mercredi 3 mars 1858, Bernadette contempla de manière toute particulière ce sourire de Marie. Celui-ci fut la première réponse que la Belle Dame donna à la jeune voyante qui voulait connaître son identité. Avant de se présenter à elle, quelques jours plus tard, comme « l’Immaculée Conception », Marie lui fit d’abord connaître son sourire, comme étant la porte d’entrée la plus appropriée à la révélation de son mystère.

Dans le sourire de la plus éminente de toutes les créatures, tournée vers nous, se reflète notre dignité d’enfants de Dieu, cette dignité qui n’abandonne jamais celui qui est malade. Ce sourire, vrai reflet de la tendresse de Dieu, est la source d’une espérance invincible. Nous le savons malheureusement : la souffrance endurée rompt les équilibres les mieux assurés d’une vie, ébranle les assises les plus fermes de la confiance et en vient parfois même à faire désespérer du sens et de la valeur de la vie. Il est des combats que l’homme ne peut soutenir seul, sans l’aide de la grâce divine. Quand la parole ne sait plus trouver de mots justes, s’affirme le besoin d’une présence aimante : nous recherchons alors la proximité non seulement de ceux qui partagent le même sang ou qui nous sont liés par l’amitié, mais aussi la proximité de ceux qui nous sont intimes par le lien de la foi. Qui pourraient nous être plus intimes que le Christ et sa sainte Mère, l’Immaculée ? Plus que tout autre, ils sont capables de nous comprendre et de saisir la dureté du combat mené contre le mal et la souffrance. La Lettre aux Hébreux dit à propos du Christ, qu’il « n’est pas incapable de partager notre faiblesse ; car en toutes choses, il a connu l’épreuve comme nous » (cf. Hb 4, 15). Je souhaiterais dire, humblement, à ceux qui souffrent et à ceux qui luttent et sont tentés de tourner le dos à la vie : tournez-vous vers Marie ! Dans le sourire de la Vierge se trouve mystérieusement cachée la force de poursuivre le combat contre la maladie et pour la vie. Auprès d’elle se trouve également la grâce d’accepter, sans crainte ni amertume, de quitter ce monde, à l’heure voulue par Dieu.

Comme elle était juste l’intuition de cette belle figure spirituelle française, Dom Jean-Baptiste Chautard, qui, dans L’âme de tout apostolat, proposait au chrétien ardent de fréquentes « rencontres de regard avec la Vierge Marie » ! Oui, quêter le sourire de la Vierge Marie n’est pas un pieux enfantillage, c’est l’aspiration, dit le Psaume 44, de ceux qui sont « les plus riches du peuple » (v. 13). « Les plus riches », c’est-à-dire dans l’ordre de la foi, ceux qui ont la maturité spirituelle la plus élevée et savent précisément reconnaître leur faiblesse et leur pauvreté devant Dieu. En cette manifestation toute simple de tendresse qu’est un sourire, nous saisissons que notre seule richesse est l’amour que Dieu nous porte et qui passe par le cœur de celle qui est devenue notre Mère. Quêter ce sourire, c’est d’abord cueillir la gratuité de l’amour ; c’est aussi savoir provoquer ce sourire par notre effort pour vivre selon la Parole de son Fils Bien-aimé, tout comme un enfant cherche à faire naître le sourire de sa mère en faisant ce qui lui plaît. Et nous savons ce qui plaît à Marie grâce aux paroles qu’elle adressa aux serviteurs à Cana : « Faites tout ce qu’il vous dira »(cf. Jn 2, 5).

Le sourire de Marie est une source d’eau vive. « Celui qui croit en moi, dit Jésus, des fleuves d’eau vive jailliront de son cœur » (Jn 7, 38). Marie est celle qui a cru, et, de son sein, ont jailli des fleuves d’eau vive qui viennent irriguer l’histoire des hommes. La source indiquée, ici, à Lourdes, par Marie à Bernadette est l’humble signe de cette réalité spirituelle. De son cœur de croyante et de mère, jaillit une eau vive qui purifie et qui guérit. En se plongeant dans les piscines de Lourdes, combien n’ont-ils pas découvert et expérimenté la douce maternité de la Vierge Marie, s’attachant à elle pour mieux s’attacher au Seigneur ! Dans la séquence liturgique de cette fête de Notre-Dame des Douleurs, Marie est honorée sous le titre de « Fons amoris », «Source d’amour ». Du cœur de Marie, sourd, en effet, un amour gratuit qui suscite en réponse un amour filial, appelé à s’affiner sans cesse. Comme toute mère et mieux que toute mère, Marie est l’éducatrice de l’amour. C’est pourquoi tant de malades viennent ici, à Lourdes, pour se désaltérer auprès du « Fons amoris » et pour se laisser conduire à l’unique source du salut, son Fils, Jésus le Sauveur.

Le Christ dispense son Salut à travers les Sacrements et, tout spécialement, aux personnes qui souffrent de maladies ou qui sont porteuses d’un handicap, à travers la grâce de l’onction des malades. Pour chacun, la souffrance est toujours une étrangère. Sa présence n’est jamais domesticable. C’est pourquoi il est difficile de la porter, et plus difficile encore – comme l’ont fait certains grands témoins de la sainteté du Christ – de l’accueillir comme une partie prenante de notre vocation, ou d’accepter, comme Bernadette l’a formulé, de « tout souffrir en silence pour plaire à Jésus ». Pour pouvoir dire cela, il faut déjà avoir parcouru un long chemin en union avec Jésus. Dès à présent, il est possible, en revanche, de s’en remettre à la miséricorde de Dieu telle qu’elle se manifeste par la grâce du Sacrement des malades. Bernadette, elle-même, au cours d’une existence souvent marquée par la maladie, a reçu ce Sacrement à quatre reprises. La grâce propre à ce Sacrement consiste à accueillir en soi le Christ médecin. Cependant, le Christ n’est pas médecin à la manière du monde. Pour nous guérir, il ne demeure pas extérieur à la souffrance éprouvée ; il la soulage en venant habiter en celui qui est atteint par la maladie, pour la porter et la vivre avec lui. La présence du Christ vient rompre l’isolement que provoque la douleur. L’homme ne porte plus seul son épreuve, mais il est conformé au Christ qui s’offre au Père, en tant que membre souffrant du Christ, et il participe, en Lui, à l’enfantement de la nouvelle création.

Sans l’aide du Seigneur, le joug de la maladie et de la souffrance est cruellement pesant. En recevant le Sacrement des malades, nous ne désirons porter d’autre joug que celui du Christ, forts de la promesse qu’il nous a faite que son joug sera facile à porter et son fardeau léger (cf. Mt 11, 30). J’invite les personnes qui recevront l’onction des malades au cours de cette messe à entrer dans une telle espérance.

Le Concile Vatican II a présenté Marie comme la figure en laquelle est résumé tout le mystère de l’Église (cf. « Lumen Gentium »  n. 63-65). Son histoire personnelle anticipe le chemin de l’Église, qui est invitée à être tout aussi attentive qu’elle aux personnes qui souffrent. J’adresse un salut affectueux à toutes les personnes, particulièrement le corps médical et soignant, qui, à divers titres dans les hôpitaux ou dans d’autres institutions, contribuent aux soins des malades avec compétence et générosité. Je voudrais également dire à tous les hospitaliers, aux brancardiers et aux accompagnateurs qui, provenant de tous les diocèses de France et de plus loin encore, entourent tout au long de l’année les malades qui viennent en pèlerinage à Lourdes, combien leur service est précieux. Ils sont les bras de l’Église servante. Je souhaite enfin encourager ceux qui, au nom de leur foi, accueillent et visitent les malades, en particulier dans les aumôneries des hôpitaux, dans les paroisses ou, comme ici, dans les sanctuaires. Puissiez-vous, en étant les porteurs de la miséricorde de Dieu (cf. Mt 25, 39-40), toujours ressentir dans cette mission importante et délicate le soutien effectif et fraternel de vos communautés !

Le service de charité que vous rendez est un service marial. Marie vous confie son sourire, pour que vous deveniez vous-mêmes, dans la fidélité à son Fils, source d’eau vive. Ce que vous faites, vous le faites au nom de l’Église, dont Marie est l’image la plus pure. Puissiez-vous porter son sourire à tous !

En conclusion, je souhaite m’unir à la prière des pèlerins et des malades et reprendre avec vous un extrait de la prière à Marie proposée pour la célébration de ce Jubilé : « Parce que tu es le sourire de Dieu, le reflet de la lumière du Christ, la demeure de l’Esprit Saint, parce que tu as choisi Bernadette dans sa misère, que tu es l’étoile du matin, la porte du ciel, et la première créature ressuscitée, Notre-Dame de Lourdes », avec nos frères et sœurs dont le cœur et le corps sont endoloris, nous te prions ! Amen.  »

Publié dans:De liturgia, De Maria numquam satis |on 15 septembre, 2008 |Pas de commentaires »

2008-46. Notre Saint-Père le Pape Benoît XVI met en évidence deux saints : Thérèse-Bénédicte de la Croix et Maximilien-Marie Kolbe :

En ce mercredi 13 août 2008, notre Saint-Père le Pape Benoît XVI – rentré à Castel Gandolfo après quelques jours de repos dans la province du Sud Tyrol – , s’est montré au balcon de la Cour intérieure du Palais Apostolique pour rencontrer les fidèles rassemblés pour l’Audience générale du mercredi. Dans le discours en langue italienne, le Pape s’est arrêté sur les figures de deux Saints fêtés ces jours-ci : Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix (dans le monde Edith Stein) et Saint Maximilien-Marie Kolbe. Après le Pater Noster et la Bénédiction Apostolique, le Saint Père a adressé des salutations en diverses langues aux groupes de fidèles présents.

Catéchèse du Saint-Père en langue italienne

 » Chers frères et sœurs !

Rentré de Bressanone, où j’ai pu passer une période de repos, je suis content de vous rencontrer et de vous saluer, chers habitants de Castel Gandolfo, et vous, chers pèlerins, qui êtes venus aujourd’hui me rendre visite. Je voudrais encore une fois remercier ceux qui m’ont accueilli et ont veillé sur mon séjour en montagne. Ces journées ont été des journées de détente sereine, où je n’ai pas cessé de rappeler au Seigneur tous ceux qui se confient à mes prières. Et ceux qui m’écrivent en me demandant de prier pour eux, sont vraiment très nombreux. Ils me manifestent leurs joies, mais aussi leurs préoccupations, leurs projets de vie, mais aussi les problèmes familiaux et de travail, les attentes et les espoirs qu’ils portent dans leur cœur, à côté des inquiétudes liées aux incertitudes que l’humanité vit en ce moment. Je peux assurer à tous et à chacun mon souvenir, tout particulièrement dans la célébration quotidienne de la Sainte Messe et dans la récitation du Saint Rosaire. Je sais bien que le premier service que je peux rendre à l’Église et à l’humanité est vraiment celui de la prière, parce qu’en priant je mets avec confiance dans les mains du Seigneur, le ministère que Lui-même m’a confié, avec le destin de la communauté ecclésiale et civile tout entière.

Celui qui prie ne perd jamais l’espérance, même lorsqu’il lui arrive de se trouver dans des situations difficiles et même humainement désespérées. C’est ce que nous enseignent les Saintes Écritures et ce dont l’histoire de l’Église témoigne. Combien d’exemples, en effet, nous pourrions évoquer de situations dans lesquelles la prière a vraiment été un soutien sur le chemin des saints et du peuple chrétien! Parmi les témoignages de notre époque, je voudrais citer celui de deux saints dont nous célébrons la mémoire ces jours-ci : Thérèse-Bénédicte de la Croix, Edith Stein, dont nous avons célébré la fête le 9 août, et Maximilien-Marie Kolbe que nous célèbrerons demain, 14 août, veille de la solennité de l’Assomption de la Vierge Marie. Tous les deux ont terminé par le martyre leur expérience terrestre dans le camp d’Auschwitz. Apparemment, leurs existences pourraient être retenues comme une défaite, mais c’est précisément dans leur martyre que se reflète l’éclat de l’amour qui vainc les ténèbres de l’égoïsme et de la haine. On a attribué à Saint Maximilien Kolbe les paroles suivantes qu’il aurait prononcées dans la pleine fureur de la persécution nazie : « La haine n’est pas une force créatrice : c’est seulement l’amour ». Et la preuve héroïque de l’amour fut le don généreux qu’il fit de sa personne en échange de son compagnon de captivité, don qui a culminé quand il est mort de faim dans le bunker, le 14 août 1941.

Edith Stein, le 6 août de l’année suivante, à trois jours de sa fin dramatique, en approchant quelques sœurs du monastère d’Echt, en Hollande, leur a dit : « Je suis prête à tout. Jésus est même ici parmi nous. Jusqu’à présent, j’ai pu très bien prier et j’ai dit avec tout mon cœur : ‘Ave, Crux, spes unica’ ». Des témoins qui réussirent à fuir l’horrible massacre, racontèrent que Thérèse-Bénédicte de la Croix, alors qu’elle était vêtue du vêtement carmélitain et avançait consciente vers la mort, se distinguait par son comportement empli de paix et par son attitude sereine, par son comportement calme, et attentive aux nécessités de tous. La prière fut le secret de cette Sainte co-patronne de l’Europe, qui «après être parvenue à la vérité dans la paix de la vie contemplative, elle dût vivre jusqu’au bout le mystère de la Croix (Lettre Apostolique « Spes aedificandi » : Enseignements de Jean Paul II, XX, 2, 1999 pag.511).

« Ave Maria! » : ce fut la dernière invocation sur les lèvres saint Maximilien-Marie Kolbe alors qu’il tendait le bras à celui qui le tuait par une injection d’acide phénique. Il est émouvant de constater que le recours humble et confiant à la Vierge Marie est toujours source de courage et de sérénité. Alors que nous nous préparons à célébrer la solennité de l’Assomption, qui est une des célébrations mariales les plus chères à la tradition chrétienne, renouvelons notre confiance à Celle qui, du Ciel, veille avec un amour maternel sur nous à tout moment. C’est en effet ce que nous disons dans la prière familière de l’Ave Maria Lui demandant de prier pour nous «maintenant et à l’heure de notre mort».

Saint Maximilien-Marie Kolbe

2008-34 b. Premier anniversaire du motu proprio “Summorum Pontificum cura” (2ème partie).

« Paix liturgique«  (cf.www) nous a très aimablement autorisés (et nous en remercions chaleureusement les responsables) à reproduire ici la très pertinente analyse de Madame Henriette Ouliès parue dans « la lettre de Paix liturgique » N°117, en date du 4 juillet 2008. Ce texte présente une réflexion réaliste sur la situation à laquelle se trouvent confrontés la plus grande partie des fidèles demandant la mise en oeuvre des dispositions du motu proprio « Summorum Pontificum cura » dont nous célébrons le premier anniversaire.

Pourquoi nous est-il toujours aussi difficile de dialoguer avec nos pasteurs ?

1 – Négociation(s), dialogue(s) et rencontre(s) : d’abord quelques rappels

 

Une rencontre, fortuite ou arrangée, permet à deux parties de se faire face. La rencontre, hostile ou conviviale, stérile ou porteuse d’espérance, permet la reconnaissance de « l’autre ».

 

Le dialogue ne nécessite pas la volonté de parvenir à un accord, mais, en revanche, ne se justifie que si l’on cherche à mieux faire comprendre sa position et à mieux appréhender la position de son interlocuteur.En cas contraire, on parlera de « dialogue de sourds ».

 

L’art de la négociation réside dans la capacité du négociateur à définir l’attente de l’autre partie et les conditions que cette dernière est susceptible d’accepter afin d’obtenir satisfaction. Ceci présuppose que l’on souhaite parvenir à un accord y compris en concédant certains avantages à la partie adverse.

 

2 – Une situation étonnante pour les hommes ordinaires que nous sommes

 

Force est de constater que des milliers de fidèles attachés au rite extraordinaire de l’Eglise,depuis plus de 20 ans , ont en vain, chacun avec son charisme, essayé de rencontrer les autorités ecclésiastiques, d’amorcer un dialogue, de négocier l’application du Motu Proprio.

 

Comment expliquer cette situation sans jeter l’anathème sur ceux qui se dérobent à leur mission de Père, de Pasteur ?

 

Pour certains de nos interlocuteurs, la stratégie consiste à nous nier : « Je n’ai aucune demande… ou peut-être une ou deux ». Pour d’autres, à nous discréditer : « On ne peut pas dialoguer avec vous ».

 

Un grand nombre de prêtres interrogés se déclarent non concernés : « … essayez de voir à l’Evêché » ou peureux : « Je ne peux pas proposer ça à mon conseil paroissial ».

 

Certains interlocuteurs plus diplomates proposent, faute de possibilité dans leur paroisse, d’aller voir « ailleurs » ou de revenir en septembre prochain, « le temps d’y voir clair ».

 

D’autres enfin profitent du premier haussement de voix habituel dans la vie courante pour se déclarer attaqué, agressé, violenté, insulté… donc enfin en bonne position pour légitimement… cesser un dialogue qui n’avait pas commencé.

 

S’agit-il d’une stratégie concertée imposée par leurs auteurs à tous leurs confrères ou d’une attitude propre au clergé ?

 

Nous ne pouvons pas nier que l’épiscopat français ne partage pas notre sensibilité et que peu d’évêques souhaitent le succès d’une application généreuse des dispositions du Motu Proprio. Cependant, réduire la position de nos interlocuteurs à une sombre théorie du complot n’explique pas leur « comportemental ».

 

En fait, le refus de nous « rencontrer » relève d’une manière générale d’un état proche de la paranoïa, caractérisé par la surestimation pathologique du moi, la méfiance, la fausseté du jugement et l’inadaptation sociale et, pour certains d’entre eux, d’une perte du contact avec la réalité de nature schizophrène.

 

Ce constat est patent : Comment « nous » rencontrer, si « nous » n’existons pas ?. Comment accepter que nous existions alors qu’ils avaient décidé que nous n’existerions plus après quelques années d’interdiction de la Messe Tridentine ?

 

Vous pouvez les inviter aux pèlerinages de Chartres, à de grands rassemblements scouts… Ils ne voient qu’une assemblée de pauvres jeunes manipulés par des vieillards d’extrême droite.

 

Vous pouvez recueillir plus de 1 000 signatures sur une seule paroisse (comme à Versailles…) pour l’application du Motu Proprio Summorum Pontificum… Vous serez, au mieux, « pas représentatifs ».

 

LEUR PATHOLOGIE DU MOINECESSITE NOTRE NEGATION

 

En leur imposant de NOUS voir, de NOUS rencontrer, nous déclenchons chez eux un mécanisme de méfiance maladive. Qui êtes-vous ? De quelle paroisse dépendez-vous ? Où allez-vous à la Messe ? Vous habitez où ? Vous appartenez à quel groupe? Qui vous envoie ? Qui vous manipule ?

 

Cette méfiance est d’autant plus aiguë que leur fausseté de jugement nous avait « caractérisé » faussement. Ainsi, dans l’évêché de Nanterre, les fidèles qui depuis des années demandaient l’application du Motu Proprio (d’abord de 1988 puis de 2007) avaient été traités soit « d’anciens militants de l’Action Française, de Vichystes ou de Pétainistes, de nostalgiques de l’ OAS à relents d’antisémitisme » soit, ailleurs, « de provocateurs » ou « de simples d’esprit ». Etonnant quand on sait que la plupart de ces demandeurs n’ont pas trente ans…

 

Subitement confronté à des « Tradis » polymorphes, l’interlocuteur, bloqué dans ses certitudes, ne peut que refuser le dialogue. Nous n’existions pas, voilà que nous sommes différents de ce que nous devrions être ! « Vous êtes des Trotskystes » déclarait voici plus d’un an un jeune curé de Boulogne peu désireux d’entrer en dialogue avec ceux qui n’existaient pas !

 

Comment peuvent-ils comprendre qui nous sommes quand, autorisant « à titre testuel » une Messe, ils voient une assemblée jeune, socialement représentative de l’environnement, culturellement mélangée ?

 

Ils nous voulaient sectaires, ils découvrent des familles issues de leur paroisse qui viennent leur demander l’application du Motu Proprio. Ils nous imaginaient introvertis, ils voient des assemblées conviviales qui ne refusent pas de boire un kir après la Messe. Ils nous croyaient « hors du monde », ils font face à des gens responsables et dont certains sont emblématiques de leur métier. Ils croyaient aussi, peut-être, que nos femmes, nos filles, nos sœurs portaient le voile ?

 

La confrontation à la réalité conduit nos interlocuteurs à pallier leur inadaptation sociale par une attitude réactionnaire : « Comprenez que l’Eglise n’est pas une démocratie » ; « ce n’est pas parce que vous souhaitez me rencontrer, que je suis obligé de vous recevoir » ; « je suis le Curé, je suis seul à décider » ; « depuis quand les fidèles décident ? »

 

Cette attitude réactionnaire présente l’avantage de la confrontation à la réalité. Pour agressante qu’elle soit, cette phase est nécessaire à la reprise du contact avec le réel.

 

Nous pouvons observer des décisions mettant en évidence une perte du contact avec la réalité. Tel, voici un an, l’arrêt de « l’expérience » de Sainte-Marie-de-Fontenelles à Nanterre ; des lieus de cultes, chichement accordés ces derniers mois, vont être suspendus comme à Saint Pierre de Montrouge « afin de permettre une analyse de la situation et de prendre les décisions qui en découleront ». Ces attitudes sont d’un autre temps et disqualifient les néo-cléricalistes qui en usent.

 

Que faire ? Continuer à se faire connaître, en famille, individuellement, en groupe constitué. Ne pas les abandonner à leur malaise existentiel. Oublier leur colère, leur sursaut d’autorité, leurs erreurs de jugement passées et les conduire à nous aimer dans notre diversité pour réapprendre à vivre ensemble. Ne pas oublier que pour nous, tout est plus facile. Nous avons vécu depuis des années dans un bi-ritualisme PAS EUX. Nous assistons parfois, dans nos familles ou durant les vacances, au rite ordinaire, la réciproque n’était PAS VRAIE POUR EUX. Nous sommes demandeurs d’unité dans la diversité PAS EUX. Nous les connaissons, nous connaissons nos paroisses, ils ne nous connaissent pas… Pour eux, l’accueil des différences, l’enrichissement mutuel va devoir passer de la théorie… à la réalité bien matérielle.

 

Bien sûr, ils devraient le faire, gageons que cela leur est le plus souvent impossible ! Les rares cas où le dialogue s’instaure rend notre réflexion plus cruelle encore, lorsque nous voyons un homme cultivé et intelligent ne pas parvenir à sortir du carcan des modèles construits, ne pas être capable, ou très difficilement, de saisir le réel…

 

Mais que cela ne nous freine pas : des rencontres providentielles avec des hommes brillants qui se situaient aux antipodes de nous, ont montré que rien n’est impossible ! Ceux qui ont participé aux premiers colloques du C.I.E.L. et ont eu le privilège de dialoguer avec le père Gy peuvent en témoigner : lorsque la bonté et la charité sont au rendez-vous, le dialogue est non seulement possible mais fécond… D’autres rares exemples le confirment. Ainsi, avec la prière, il n’y a pas d’autre issue pratique pour sortir de cet enfermement.

Henriette Oulès

Membre du bureau du Mouvement pour la Paix liturgique et la Réconciliation dans l’Église.

Publié dans:De liturgia |on 7 juillet, 2008 |1 Commentaire »
1...394041424344

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi