Archive pour la catégorie 'De liturgia'

2022-94. « Les catholiques vous regardent comme le réparateur de la foi ancienne, et tous les hérétiques vous détestent. »

4 septembre,
L’octave de notre Bienheureux Père Saint Augustin (double majeur) ;
Mémoire de Sainte Rosalie la Palermitaine, vierge, née du sang de France ;
Anniversaire du rappel à Dieu de la Vénérable Anne-Marie de Jésus Crucifié (cf. > ici).

   Au jour octave de Saint Augustin, nous vous proposons un texte court mais d’une grande densité qui constitue l’un des plus beaux parmi les éloges de notre Bienheureux Père, puisqu’il est de la plume de Saint Jérôme lui-même : ce grand défenseur de la vérité que fut le moine pugnace de Bethléem, rendant hommage à cet autre indéfectible défenseur de la vérité que fut le Docteur d’Hippone, pouvions-nous rêver mieux ?

Statue de Saint Augustin - oratoire du Mesnil-Marie

Statue de Saint Augustin dans l’oratoire du Mesnil-Marie

frise

Lettre de Saint Jérôme de Stridon, prêtre,
à
notre Bienheureux Père Saint Augustin
(en l’an 418)

   « J’ai toujours eu pour votre béatitude le respect qui lui est dû, me faisant un plaisir et un devoir d’aimer et de respecter une personne dont le cœur est la demeure de Jésus-Christ.
Mais aujourd’hui ces sentiments d’estime et de vénération que j’ai pour vous sont devenus encore plus vifs qu’ils n’étaient (si néanmoins cela est possible), de telle sorte que je ne puis être un moment sans parler de vous, et sans faire l’éloge de votre zèle et de la fermeté avec laquelle vous vous êtes opposé aux pernicieux desseins des ennemis de l’Eglise. Vous avez mieux aimé, autant qu’il a été en votre pouvoir, vous sauver seul du milieu de Sodome que de demeurer avec ceux qui périssaient, et de vous voir enveloppé dans leur ruine.
Fasse le ciel que ce beau zèle que vous avez pour les intérêts de Jésus-Christ, ne se refroidisse jamais !
Tout Rome vous applaudit. Les catholiques vous regardent comme le réparateur de la foi ancienne, et ce qui relève encore davantage votre gloire, tous les hérétiques vous détestent.
Ils ne me haïssent pas moins, et s’ils n’ont pas le pouvoir de nous tuer l’un et l’autre, ils en ont du moins la volonté.
Je prie Notre-Seigneur Jésus-Christ qu’il vous conserve, et je conjure votre béatitude de ne me point oublier ».

frise

Saint Augustin - canivet XIXe siècle

2022-93. Méditation sur l’Evangile de la guérison des dix lépreux (treizième dimanche après la Pentecôte).

13ème dimanche après la Pentecôte.

Méditation sur l’Evangile de la guérison des dix lépreux

(Luc. XVII, 11-19)

Guérison des dix lépreux - détail la supplication

   Présence de Dieu :
« O Jésus Sauveur, j’ai besoin de Vous ! Guérissez-moi ! Ayez pitié de moi ! »

   Méditation :

1 – Dans le cycle des dimanches qui suivent la Pentecôte, l’Eglise continue à nous montrer, tantôt sous un aspect, tantôt sous un autre, l’œuvre miséricordieuse de Jésus envers nos âmes.
Il y a quinze jours, elle nous la montrait esquissée dans la guérison du sourd-muet ; dimanche dernier, dans l’acte miséricordieux du bon Samaritain, et aujourd’hui, dans la scène émouvante des dix lépreux guéris par le Seigneur.
De cette manière, l’Eglise veut nous empêcher de nous endormir, de perdre la conscience de notre misère et du besoin immense que nous avons continuellement de l’œuvre rédemptrice de Jésus. En même temps, elle veut nous faire sentir que cette œuvre est toujours en acte, que nous vivons sous son influence chaque jour et à chaque moment.
Le passage évangélique choisi pour la Messe de ce jour, a une efficacité toute particulière pour mettre en évidence l’aspect central de la Rédemption : la guérison de nos âmes de la lèpre du péché.
Dès l’antiquité, la lèpre a été considérée comme la figure la plus propre à nous donner une idée de la laideur du péché. Il serait difficile, en effet, d’imaginer quelque chose de plus horrible, de plus rebutant. Et cependant, alors que la lèpre du corps est réellement redoutée, quelle indifférence, quelle désinvolture, même parmi les chrétiens, envers la lèpre de l’âme. Comme nous sommes éloignés de ce sentiment profond et réaliste qui animait les saints à l’égard de l’offense de Dieu.
« Oh ! s’exclame Sainte Thérèse d’Avila, comme nous comprenons mal que le péché est une guerre ouverte, une guerre de tous nos sens et de toutes les puissances de notre âme, contre Dieu ! Celui qui est le plus puissant est celui qui ourdit les plus noires trahisons contre son souverain Roi » (Exclamations XIV).
Un des fruits de l’Evangile d’aujourd’hui, est précisément celui de réveiller en nous l’horreur du péché, d’exciter dans nos âmes un repentir vif et efficace pour les fautes commises, et un sentiment d’humilité profonde dans l’aveu de notre misère.
Allons nous aussi, avec les dix lépreux, à la rencontre du Seigneur, et crions : « Jésus, Maître, ayez pitié de nous ! »

Guérison des dix lépreux

2 – Dans l’Evangile, nous trouvons aussi les remèdes au péché.
Avant tout, une humilité sincère qui reconnaît sa misère personnelle ; mais l’humilité ne suffit pas, il faut qu’elle soit accompagnée d’un recours confiant à Dieu.
Conscients de leur état pitoyable, les pauvres lépreux ont mis leur confiance en Jésus en Lui adressant leur invocation pleine de foi : ce fut le premier pas vers la guérison. Certaines âmes pleurent leurs misères, s’en affligent, mais n’en guérissent pas, parce qu’elles ne savent pas recourir en toute confiance à Jésus, l’unique Médecin capable de les guérir. Les péchés commis les retiennent, elles n’osent presque pas approcher de Lui, ni se confier en Sa miséricorde. Ces âmes n’ont pas encore compris que c’est précisément parce que nous sommes pécheurs que nous devons aller à Jésus et que « ce ne sont pas les bien portants qui ont besoin du médecin mais les malades » (Luc. V, 31).
Le divin Maître n’a pas guéri directement les lépreux, mais les a renvoyés aux prêtres : « Allez vous montrer aux prêtres ». Ils ont obéi sans discuter, sans douter et, « comme ils y allaient, les voilà guéris ». Jésus agit de même à notre égard : c’est toujours Lui qui guérit, mais ordinairement, Il veut le faire par l’intermédiaire de Ses ministres.
Certaines âmes n’ont pas suffisamment foi dans la parole et l’œuvre du ministre de Dieu, elles ne croient pas assez à l’efficacité des sacrements, de l’absolution sacramentelle et vivent, dès lors, dans de continuelles angoisses.
Lorsqu’une âme a exposé avec sincérité l’état de sa conscience, c’est-à-dire qu’elle n’a eu aucune intention de tromper, elle doit demeurer en paix et s’en remettre pleinement au jugement du prêtre. En ce cas, douter de la parole du ministre de Dieu, de l’absolution reçue, c’est douter de Jésus Lui-même, car c’est Lui qui a décidé d’agir en nous moyennant Son représentant.
Des dix lépreux guéris, un seul a senti le devoir de revenir pour exprimer sa reconnaissance au Seigneur. « Heureuse l’âme, commente Saint Bernard, qui se tourne vers Dieu à chaque don de Sa grâce, vers Celui qui répond à notre gratitude pour les bienfaits reçus, par de nouveaux bienfaits. Ce qui nous empêche d’avancer dans la vie chrétienne, c’est l’ingratitude, car Dieu estime comme perdu ce que nous recevons sans reconnaissance, et Il S’abstient de nous accorder de nouvelles grâces ».

Guérison des dix lépreux - détail la reconnaissance

   Colloque :

« O Seigneur, Médecin des âmes, guérissez-moi, afin que je reconnaisse Vos dons, ô Santé de mon âme, et Vous remercie de tout mon cœur, des bienfaits dont Vous m’avez nourri dès ma jeunesse et continuerez à me nourrir jusque dans un âge avancé. Dans Votre bonté, ne m’abandonnez pas, je Vous prie. Vous m’avez créé lorsque je n’existais pas ; Vous avez voulu me racheter lorsque je périssais et étais mort ; Vous êtes descendu jusqu’à la mort et avez assumé la mortalité ; Roi, Vous êtes venu au serviteur pour le racheter et Vous Vous êtes donné Vous-même, afin que je vive ; Vous avez subi et vaincu la mort, et en Vous humiliant, Vous m’avez rétabli.
Je périssais, j’étais éloigné, plongé dans le péché ; Vous êtes venu à moi pour me racheter. Vous m’avez tant aimé que Vous avez donné Votre Sang pour moi. Vous m’avez aimé, Seigneur, plus que Vous-même, puisque Vous avez voulu mourir pour moi. A un prix si élevé Vous m’avez ramené de l’exil, délivré de la servitude, retiré du supplice, appelé de Votre Nom, marqué de Votre Sang, afin que Votre souvenir fût toujours auprès de moi et qu’Il ne Se retirât jamais de mon cœur Celui qui pour mon amour ne S’est pas retiré de la croix. Vous m’avez oint de cette huile avec laquelle Vous avez été oint, afin que par Vous, ô Christ, je sois appelé chrétien. Votre grâce et Votre miséricorde m’ont ainsi toujours devancé. Souvent, Vous m’avez délivré de dangers graves et nombreux, ô mon Libérateur ; lorsque j’errais, Vous m’avez reconduit sur la voie droite ; quand je gisais dans l’ignorance, Vous m’avez enseigné ; corrigé, quand je péchais ; consolé quand j’étais triste ; réconforté quand je désespérais ; relevé quand je tombais ; soutenu lorsque j’étais sur pied ; guidé lorsque je cheminais ; reçu quand je suis venu ; gardé quand je dormais ; exaucé quand je Vous invoquais » (Saint Augustin). 

Guérison des dix lépreux - détail le Christ médecin des âmes et des corps

Voir aussi :
- La lèpre est la figure des fausses doctrines > ici

2022-92. Soyons des Mousquetaires spirituels !

Mercredi 24 août 2022,
139ème anniversaire de la sainte mort de Henri V, « Comte de Chambord ».

Domine salvum fac Regem - fresque au dessus de l'orgue de la chapelle royale à Versailles

« Domine, salvum fac Regem ! »
au-dessus de l’orgue à la voûte de l’abside de la Chapelle Royale de Versailles

Blason de la Confrérie Royale

2015 – 25 août – 2022

septième anniversaire de la fondation
de la
Confrérie Royale

Bien chers membres et amis de la Confrérie Royale,

   Ce 25 août 2022 marque donc le septième anniversaire de la fondation de notre si chère Confrérie Royale : l’usage associe au septième anniversaire des personnes l’expression d’ « âge de raison », et j’espère qu’il en est bien ainsi pour cette Confrérie dont les membres s’engagent solennellement, et certains par un vœu – ce qui est loin d’être anodin – à prier quotidiennement, et plusieurs fois par jour, pour notre Roi légitime, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX.

   Qu’il me soit permis, en ma qualité de cofondateur de la Confrérie (mais ce titre de « cofondateur » n’est pas un motif d’orgueil, car nous avons bien conscience que nous avons été mus et poussés par une inspiration et une détermination qui ne sont pas de notre fait, mais nous poussent à n’être toujours davantage que d’humbles et dociles instruments entre les mains de la divine Providence), de vous renvoyer à l’annonce que j’en avais faite dans le modeste « Blogue du Mesnil-Marie » le 25 août 2015, et de vous inviter avec une certaine insistance à relire la présentation de Monsieur l’Abbé Louis de Saint-Taurin qui y était publiée et qui a marqué le commencement de cette aventure (voir > ici).
   Il est important que nous revenions souvent aux fondamentaux de ce qui nous anime et que nous en ravivions la ferveur et l’enthousiasme des débuts !
   Il est important que nous nous efforcions de lutter, de toutes les manières possibles, contre les habitudes qui ont tendance à se transformer en ronronnements affadis et en routines mortifères !
   Il ne serait pas superflu qu’à l’occasion de ce septième anniversaire de notre fondation, chacun des membres de la Confrérie, dans son cœur, en présence de Dieu Trois Fois Saint, en présence de notre très douce Mère et Reine – Notre-Dame de l’Assomption -, et en présence des Saints protecteurs de la France, renouvelle son engagement, et prie pour qu’en lui le sel ne s’affadisse pas, afin de ne pas mériter d’être jeté dehors et foulé aux pieds par les passants (cf. Matth. V, 13).

   Je reviens maintenant sur le mot principal qui se trouve dans l’expressions « âge de raison » : notre attachement à la Monarchie capétienne traditionnelle de droit divin, et à Celui qui aujourd’hui en incarne les Principes, c’est-à-dire l’Aîné des Capétiens, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, n’est pas un attachement de sensiblerie ni de sentiment ; il est fondé dans des faits solides, attestés par l’histoire la plus certaine, et dans une logique rationnelle imparable qui découle de ces événements, qui ne sont pas de fumeuses légendes.

   Quels sont ces événements ?
-         C’est la fondation de la Royauté franque indissociablement unie à la foi catholique romaine, en la personne de Clovis, entouré de saints et de circonstances où il est impossible de ne pas voir le doigt de Dieu : Sainte Geneviève et Sainte Clotilde, Saint Remi et Saint Vaast, la miraculeuse victoire de Tolbiac et le don surnaturel du Chrême céleste apporté par une colombe qui n’était pas de la terre, pour ne citer que les principaux.
-         C’est la manière dont Dieu a suscité tout au long de l’histoire des deux premières races de nos Rois, des nuées de saints, dont la prière et les sacrifices ont, malgré les infidélités et les péchés malheureusement liés à nos vies humaines grevées par l’héritage d’Adam, enraciné en profondeur la foi chrétienne et sa pratique assidue dans ce Royaume des Lys.
-         C’est enfin l’aboutissement et la plénitude apportées par les Capétiens qui ont fait de la Royauté franque la plus achevée, la plus équilibrée, la plus sage et la plus rayonnante de toutes les monarchies, montrée en exemple et soutenue par les exhortations des plus grands hommes de Dieu.
-         C’est la geste johannique qui vint, en un temps de crise et de désarroi profond, faire briller au sommet du firmament les principes de la Légitimité, leur conférant un éclat incomparable pour la suite des siècles !
-         C’est aussi, a contrario, l’acharnement de tout ce qu’il y a d’impie et de révolté contre l’ordre divin pour détruire cette Monarchie capétienne de droit divin dont la fondation n’appartient pas aux hommes mais à Dieu : la révolution, par ses principes, par ses hommes, par ses actes, et par ce qu’elle a mis en œuvre depuis la fin du XVIIIème siècle et jusqu’à ces jours que nous vivons, prouve de manière évidente combien cette Royauté qu’elle abhorre est de Dieu ! Car ce que la révolution a combattu, en 1789 et en 1830, et depuis à travers toutes les institutions républicaines, ce ne sont pas les imperfections inhérentes à toute société terrestre, mais bien ce que la Monarchie traditionnelle de droit divin avait de plus pur et de plus saint, pour y substituer les faux principes de l’ange révolté et de ses suppôts !

   Les légitimistes d’aujourd’hui ne sont pas des irréalistes perdus dans d’évanescentes rêveries, ne sont pas d’inconsistants nostalgiques des perruques poudrées et des chaises à porteurs, ne sont pas d’inconséquents déconnectés du monde où la Providence a permis qu’ils naquissent : leurs convictions sont enracinées dans ce qu’il y a de plus raisonnable au regard de l’histoire et du plan de Dieu, leur action est ce qui est aujourd’hui de plus conforme à la raison quand on veut bien se donner la peine d’être pleinement cohérent.

   Puisse la lumière immarcescible de cette raison divine et royale non seulement habiter en nous, mais rayonner à travers nous, par notre vie de cohérence totale avec les principes de la Royauté traditionnelle auxquels nous adhérons de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit !

   Nous sommes indubitablement à une heure grave, très grave, pour la France, pour l’Eglise, pour l’humanité tout entière.
C’est l’heure de la puissance des ténèbres.
C’est l’heure où les forces du mal sont coalisées dans un assaut peut-être jamais vu encore dans l’histoire humaine pour achever le triomphe de la révolution.
C’est l’heure où ceux qui veulent être du côté de Dieu et de Sa loi, du côté de Ses desseins de salut, du côté de Ses projets miséricordieusement grandioses sur la France à travers l’institution et la conservation de sa Royauté sacrée, ne doivent pas s’assoupir, mais redoubler de générosité et de zèle, redoubler de ferveur et de don d’eux-mêmes, redoubler de vigilance et d’ardeur au combat !

   Il se trouve que cette année 2022 est aussi celle du quatrième centenaire de la création, par SM le Roi Louis XIII, de la Compagnie des Mousquetaires du Roi.
Je ne vais pas entreprendre ici une histoire, même résumée, de ce que fut ce corps d’élite. Nous essaierons toutefois de nous extraire des fantaisies romanesques par lesquelles le génial Alexandre Dumas a conféré une aura légendaire à ces soldats, en prenant malheureusement des libertés coupables avec l’histoire, pour nous attacher à la réalité :

-         Les Mousquetaires étaient un corps d’élite : nous devons aspirer à l’être nous aussi !
-         Les Mousquetaires étaient prioritairement au service de la Personne auguste du Souverain : nous devons l’être aussi !
-         Les Mousquetaires étaient réputés pour leur intrépidité, leur vaillance, leur courage : nous devons l’être aussi !
-         Les Mousquetaires ne se ménageaient pas : nous ne le devons pas non plus !
-         Les Mousquetaires se sont distingués en de nombreuses batailles : distinguons-nous aujourd’hui dans les batailles qu’il faut soutenir pour Dieu et pour le Roi !
-         Les Mousquetaires étaient des hommes au mérite reconnu : que nos exemples de fidélité et d’exactitude dans l’accomplissement de nos devoirs de bons et authentiques catholiques, et de loyaux sujets de Sa Majesté soient notre meilleure recommandation !

   Oui, chers membres de la Confrérie Royale, soyons aujourd’hui, et chaque jour, ces Mousquetaires spirituels qui luttent par la prière, la pratique fervente des sacrements et l’usage assidu des sacramentaux que la Sainte Eglise met à notre disposition, et qui tiennent à distance de la Personne aimée de notre Souverain légitime, tout ce qui cherche à Lui nuire et à entraver Son action.

Domine, salvum fac Regem nostrum Ludovicum !
Domine, salvum fac Regem,
et exaudi nos in die qua invocaverimus Te !

   Je vous souhaite à tous un joyeux et saint anniversaire, puisque nous sommes les membres du corps spirituel de la Confrérie Royale,

Vôtre, in Corde Iesu & Mariae.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

Mousquetaires du Roi

Citations et prières de Sainte Jeanne-Françoise de Chantal :

21 août,
Fête de Sainte Jeanne-Françoise Frémyot de Chantal ;
Anniversaire de la naissance de Saint François de Sales (21 août 1567 – cf. > ici).

Ste Jeanne de Chantal et St François de Sales - vitrail au monastère de la Visitation de Paris

Saint François de Sales donnant à Sainte Jeanne-Françoise de Chantal le blason de la Visitation
(vitrail du monastère de la Visitation de Paris)

Citation de Sainte Jeanne de Chantal (extraite des entretiens spirituels au Filles de la Visitation) :

    »Ne pensez point à ce que vous ferez et à ce qui vous arrivera ; abandonnez toute votre âme, votre esprit, et même votre corps dans le sein de la Divine Providence ; car Notre-Seigneur en aura assez ayant plus d’amour et de soin pour nous, que la mère la plus passionnée n’a de nourrir et élever son enfant. oui, certainement, Dieu pense plus par le menu à nos nécessités pour petites et minces qu’elles soient, en a plus de soin qu’une tendre mère et nourrice ne fait de son petit qu’elle aime tendrement. »

Prière du matin extraite d’une lettre de Sainte Jeanne de Chantal à son frère Monseigneur André Frémyot :

   O très sainte Volonté de mon Dieu, qui m’avez environnée de Vos Miséricordes, je Vous en rends infinies grâces : je Vous adore du profond de mon âme ; et, de toutes mes forces et affections, j’unis dès maintenant et pour toujours ma volonté à la Vôtre, particulièrement en tout ce que je ferai, et en tout ce qu’il Vous plaira de m’envoyer cette journée, consacrant de nouveau à Votre souveraine Gloire mon âme, mon esprit, mon corps, et toutes mes actions et pensées, paroles, œuvres, et tout mon être, Vous suppliant de toute l’humilité de mon cœur d’accomplir en moi Vos éternels Desseins, sans me permettre que j’y donne aucun empêchement. Vos yeux qui pénètrent les plus intimes replis de mon cœur, voient que tout mon désir est d’accomplir cette sainte Volonté ; mais ils voient aussi ma faiblesse et mon impuissance : c’est pourquoi, prosterné aux pieds de votre infinie Miséricorde, je Vous conjure mon Sauveur, de m’octroyer la grâce de l’accomplir parfaitement, afin que, comme un feu de votre céleste Amour, je Lui sois un sacrifice agréable, qui sans fin Vous loue et bénisse avec la glorieuse Vierge et tous les saints.
Ainsi soit-il. 

Ste Jeanne de Chantal et St François de Sales - détail du vitrail

Citation (extraite des entretiens spirituels aux Filles de la Visitation) :

    »Sachez que la mesure de la Providence de Dieu sur nous, est la même que celle de la confiance que nous avons pour Lui, et que son soin est d’autant plus achevé que notre abandon entre ses Mains sacrées est plus parfait et plus entier. »

Prière d’abandon à la divine  Providence :

   O Bonté souveraine de la souveraine Providence de mon Dieu, je me délaisse pour jamais entre Vos bras ; soit que Vous me soyez douce ou rigoureuse, menez-moi désormais par où il Vous plaira. Je ne regarderai point les chemins par où Vous me ferez passer, mais Vous, ô mon Dieu, qui me conduisez ; mon cœur ne trouve point de repos hors des bras et du sein de cette céleste Providence, ma vraie mère, ma force et mon rempart ; c’est pourquoi je me résous, moyennant Votre aide divine, ô mon Sauveur, de suivre Vos désirs et ordonnances sans jamais regarder où éplucher les causes de pourquoi Vous faites ceci plutôt que cela, mais à yeux clos je Vous suivrai selon Vos volontés divines sans rechercher mon propre goût ; c’est à quoi je me détermine de laisser tout faire à Dieu, ne me mêlant que de me tenir en repos entre Ses bras, sans désirer chose quelconque, que selon qu’Il m’incitera à désirer, à vouloir et à souhaiter. Je Vous offre ce désir, ô mon Dieu, Vous suppliant de le bénir, entreprenant le tout appuyé sur Votre bonté, libéralité et miséricorde, en la totale confiance en Vous et défiance de moi et de mon infinie misère et infirmité.
Ainsi soit-il.

anges adorant le Sacré-Cœur - détail du vitrail

Vous pouvez aussi lire ou relire dans ce blogue :
- Lettre de Sainte Jeanne de Chantal après la mort de Saint François de Sales > ici
- Lettre de Sainte Jeanne de Chantal sur le support des imperfections du prochain > ici

2022-90. Ce n’est qu’après avoir nous-mêmes observé la parole de Dieu que nous avons le droit de l’annoncer à notre prochain.

Onzième dimanche après la Pentecôte ;
Evangile : Marc VII, 31-37.

   C’est dans ses homélies sur le prophète Ezéchiel que le pape Saint Grégoire le Grand a donné un commentaire de la péricope évangélique proclamée à la Sainte Messe de ce onzième dimanche après la Pentecôte dont certains extraits sont donnés à méditer au troisième nocturne des matines de ce jour. Voici, ci-dessous, le passage complet duquel sont tirées les leçons de ce troisième nocturne (cf. Saint Grégoire le Grand, Homélies sur Ezéchiel I, 10 – PL LXXVI, 893-894).

Bartholomeus Breenbergh - la guérison du sourd-muet de la Décapole 1635 - Louvre

La guérison du sourd-muet de la Décapole
(Bartholomeus Breenbergh – 1635 – Musée du Louvre)

frise

Ce n’est qu’après avoir nous-mêmes observé la parole de Dieu
que nous avons le droit de l’annoncer à notre prochain.

§ 1 – La guérison du sourd-muet :

   Il faut noter avec soin que le Seigneur ordonne au prophète [Ezéchiel] d’écouter d’abord Ses paroles et de ne parler qu’ensuite (cf. Ezech. III, 10). En effet, nous écoutons la parole de Dieu si nous l’observons. Et ce n’est qu’après l’avoir nous-mêmes premièrement observée, que nous avons le droit de l’annoncer à notre prochain. C’est ce que nous confirme l’Evangéliste Marc, lorsqu’il nous raconte ce miracle du Seigneur : « On Lui présenta un sourd-muet, en Le priant de lui imposer les mains » (Mc. VII, 32). Il nous décrit ensuite les actes successifs de cette guérison : « Le Seigneur lui mis les doigts dans les oreilles, puis avec un peu de salive, lui toucha la langue. Levant ensuite les yeux vers le ciel, Il soupira et lui dit : Ephpheta, c’est-à-dire : ouvre-toi ! Et aussitôt les oreilles de l’infirme s’ouvrirent, le lien qui retenait sa langue se dénoua et il parlait correctement » (Mc. VII, 33-35).

§ 2 – Les doigts :

   Or pourquoi Dieu, qui a créé toutes choses, a-t-Il voulu, pour guérir ce sourd-muet, lui mettre les doigts dans les oreilles, et lui toucher la langue avec un peu de salive ?
Que figurent les doigts du Rédempteur sinon les dons du Saint-Esprit ?
C’est pourquoi Il dit ailleurs, après avoir chassé un démon : « Si c’est par le doigt de Dieu que J’expulse les démons, c’est donc que le royaume de Dieu commence à se réaliser parmi vous » (cf. Lc, XI, 20). Et comme un autre Evangéliste, à propos de la même scène, Le fait S’exprimer ainsi : « Si c’est par l’Esprit de Dieu que J’expulse les démons, c’est donc que le Royaume de Dieu est déjà venu à vous » (cf. Matth. XII, 28) ; de la comparaison de ces deux passages nous pouvons conclure que l’Esprit est appelé le doigt de Dieu. 

Mettre les doigts dans l’oreille d’un sourd, c’est donc ouvrir son âme à l’obéissance par les dons de l’Esprit-Saint.

§ 3 – La salive :

   Mais que signifie toucher la langue de l’infirme avec un peu de salive ?
La salive qui sort de la bouche du rédempteur, c’est la Sagesse divine que nous recevons dans la parole de Dieu. Car la salive descend de la tête dans la bouche, et lorsque le Christ, qui est cette Sagesse, touche notre langue, Il la dispose promptement à l’office de la prédication.

§ 4 – Un soupir :

   « Et levant les yeux vers le ciel, Il soupira ». Ce n’est pas qu’Il eût besoin de soupirer, puisqu’Il donnait Lui-même ce qu’Il demandait ; mais Il nous apprenait à soupirer vers Celui qui règne dans le ciel, afin qu’Il ouvre nos oreilles par les dons de l’Esprit-Saint, et qu’Il délie notre langue pour la prédication, par la salive de Sa bouche, c’est-à-dire par la science de la parole divine.

§ 5 – « Ouvre-toi » :

    »Jésus dit ensuite : Ephpheta, c’est-à-dire : ouvre-toi ! Et à l’instant même les oreilles de l’infirme s’ouvrirent et le lien qui retenait sa langue se dénoua ».
Il faut ici remarquer que s’il est dit : « Ouvre-toi », c’est parce que ses oreilles étaient fermées. Mais une fois les oreilles de son cœur ouvertes pour obéir, sa langue devait assurément par une suite logique être aussi déliée, afin qu’il pût exhorter le prochain à le suivre dans la pratique du bien. Ainsi le texte ajoute-t-il avec raison : « Et il parlait correctement ». Car celui-là parle correctement, qui réalise d’abord dans l’obéissance, ce que par la parole il recommande d’observer.

Saint Grégoire le Grand - Matthias Stom

Matthias Stom (v. 1589 – ap. 1650) : Saint Grégoire le Grand

2022-89. Prédication de Monsieur l’Abbé Christian-Philippe Chanut à l’occasion de la fête de l’archange Saint Michel.

17 août,
Dans l’Ordre de Saint-Augustin, la fête de Sainte Claire de Montefalco, vierge ;
Mémoire de Saint Carloman, fils aîné de Charles Martel et frère de Pépin le Bref, confesseur ;
Mémoire de Saint Hyacinthe, confesseur ;
Mémoire de Sainte Jeanne de la Croix, vierge ;
Mémoire du 3ème jour dans l’octave de l’Assomption ;
Anniversaire du rappel à Dieu de Monsieur l’Abbé Christian-Philippe Chanut (+ 17 août 2013).

Abbé Chanut et Duchesse d'Anjou et de Ségovie

Madame la Duchesse d’Anjou et de Ségovie accompagnée de Monsieur l’Abbé Chanut
en 1995 à l’occasion d’une cérémonie royale commémorative

frise lys

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

   A l’occasion de l’anniversaire du rappel à Dieu de Monsieur l’Abbé Christian-Philippe Chanut, notre ami regretté (cf. > ici), Grand Aumônier de France et fondateur des Compagnons de Saint Michel archange, nous avons la joie de vous proposer l’enregistrement de l’une de ses prédications, dans laquelle il commente la péricope évangélique Jean I, 45-51.
C’est le passage où l’apôtre Philippe vient trouver Nathanaël pour lui dire « nous avons trouvé le Messie » : Monsieur l’Abbé développe donc plusieurs points de réflexion au sujet de Nathanaël, futur apôtre Saint Barthélémy, avant d’arriver à l’archange Saint Michel, puisque la conclusion de la présentation de Nathanaël à Jésus se termine sur cette sentence de Notre-Seigneur : « En vérité, en vérité, Je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme ».
En effet, ce qui nous est donné d’entendre ici avec bonheur est une homélie prononcée à l’occasion de la fête de Saint Michel archange, en 2002. 

   Il est émouvant de retrouver la voix de notre ami dans cet enregistrement, et nous sommes plein de reconnaissance envers les éditions Exaltare de l’avoir mis en ligne il y a tout juste une semaine.

(faire un clic droit sur l’image ci-dessous, puis : ouvrir dans un nouvel onglet)

Image de prévisualisation YouTube

Saint Michel gif

2022-88. Une pensée réconfortante en regard des menaces de tous ordres auxquelles notre pays semble devoir faire face…

15 août 2022,
Fête de l’Assomption de Notre-Dame,
Fête patronale du Royaume de France.

   Un peu avant le milieu de la matinée de cette fête de l’Assomption, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX, a publié sur les réseaux sociaux un court message à l’adresse de ses sujets, à l’occasion de la fête patronale du Royaume.
   Encore une fois, à travers quelques phrases lourdes de sens, Sa Majesté nous livre des éléments de méditation et d’action importants, si on ne se contente pas d’une lecture superficielle.

Champaigne - Vœu de Louis XIII - musée des beaux-arts Caen

Le vœu de Louis XIII
(Philippe de Champaigne – musée des beaux-arts de Caen)

fleur de lys gif2

   En consacrant la France à la Vierge Marie, le 10 février 1638, et en formulant le vœu que cette consécration soit renouvelée, le 15 août de chaque année, mon aïeul, Louis XIII, a placé notre pays dans une situation de dévotion religieuse qui perdure au-delà des aléas de l’histoire.

   Tant que continueront à se dérouler dans notre pays, les messes, cérémonies, et processions qui marquent le 15 août, cette bienveillance divine continuera d’être manifestée à l’égard de la France, pour tous ceux qui se reconnaissent en elle.

   Cette pensée réconfortante ne doit-elle pas être présente tout particulièrement en ce moment de notre histoire, en regard des menaces de tous ordres auxquelles notre pays semble devoir faire face ?

Trois lys blancs

Litanies de Saint Jean-Marie Vianney.

9 août,
Fête de Saint Jean-Marie Vianney, prêtre et confesseur,
céleste protecteur de tous les curés de l’univers et de tout le clergé de France.

Nota bene:
Au Mesnil-Marie, nous suivons le calendrier liturgique en vigueur avant toutes les réformes intervenues dans la seconde partie du XXème siècle, et nous célébrons donc la fête de Saint Jean-Marie Vianney à la date qui lui a été assignée lors de sa béatification et de sa canonisation, c’est-à-dire le 9 août, quand bien même a-t-elle été déplacée depuis à d’autres dates…

Châsse dans laquelle est exposé le corps incorrompu de Saint Jean-Marie Vianney (basilique d'Ars)

Basilique d’Ars-sur-Formans :
châsse présentant le corps incorrompu de Saint Jean-Marie Vianney

Sainte Eucharistie

Litanies de Saint Jean-Marie Vianney

Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus, écoutez-nous.
Jésus, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Jean-Marie Vianney, prévenue de la grâce dès votre enfance, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, modèle de piété filiale, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, dévot serviteur du Coeur Immaculé de Marie, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, lis de pureté, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, vaillant imitateur des souffrances du Christ, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, abîme d’humilité, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, séraphin dans la prière, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, fidèle adorateur du Très Saint Sacrement, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, amant de la sainte pauvreté, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, tendre ami des pauvres, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, pénétré de la crainte des Jugements de Dieu, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, fortifié par les missions divines, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, tourmenté par l’enfer, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, modèle des vertus sacerdotales, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, pasteur ferme et prudent, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, dévoré de zèle, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, assidu au chevet des malades, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, catéchiste infatigable, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, prédicateur aux paroles de flamme, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, sage directeur des âmes, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, doué de l’esprit de conseil, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, éclairé de célestes lumières, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, redouté du démon, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, compatissant à toutes les misères, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, providence des orphelins, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, favorisé du don des miracles, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, qui avez réconcilié tant de pécheurs avec Dieu, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, qui avez affermi tant de justes dans le bien, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, qui avez goûté les délices de la mort, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, qui jouissez de la gloire du Ciel, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, secourable à tous ceux qui vous invoquent, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, patron du clergé de France et de tous les curés de l’univers, priez pour nous.
Saint Jean-Marie Vianney, protecteur de nos soldats, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur,
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous.

V./ : Priez pour nous, saint Jean-Baptiste-Marie Vianney.
R./ : Afin que nos soyons rendus dignes des promesses de Jésus-Christ.

Prions :
Dieu tout-puissant et miséricordieux, qui avez rendu Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney admirable par son zèle pastoral et par son constant amour de la prière et de la pénitence, faites-nous la grâce, nous vous en supplions, de gagner au Christ, à son exemple et par son intercession, les âmes de nos frères et de parvenir avec eux à la gloire éternelle. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur.
Ainsi soit-il.

Sainte Eucharistie

Autres publications de ce blogue relatives à Saint Jean-Marie Vianney :
– Un très important discours de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI > ici
– « Il est là dans le Sacrement de Son Amour » (enseignement du Saint Curé d’Ars) > ici
– Attitudes du fidèle à l’église (sermon du Saint Curé d’Ars) > ici

2022-86. De la correspondance à la grâce.

Neuvième dimanche après la Pentecôte.
[Epître : 1 Cor. X, 6-13 / Evangile : Luc XIX, 41-47].

Adoration du veau d'or - Domenico Gargiulo

Domenico Gargiulo (1609-1675) : l’adoration du veau d’or
[musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg]

Présence de Dieu : « O Seigneur, faites que Votre grâce ne soit pas vaine en moi ! »

Méditation :

   1 -  Aujourd’hui la liturgie nous invite à réfléchir sur le grave problème de notre correspondance à la grâce. Elle nous présente le triste tableau des vicissitudes d’Israël, le peuple élu, que Dieu avait comblé de bienfaits, auréolé de grâces, protégé avec un soin jaloux et qui, toutefois, s’est perdu par son infidélité.
Après avoir touché, dans l’Epître, certains points de la prévarication d’Israël, Saint Paul conclut : « Toutes ces choses leur arrivaient en figure et elles ont été écrites pour notre instruction… Que celui donc qui croit être ferme prenne garde de tomber ».
C’est un puissant rappel à la vigilance, à l’humilité. Si Dieu nous a prévenus de Ses grâces, s’Il nous a appelés à une vie intérieure plus intense, à une plus grande intimité avec Lui, tout cela, loin de nous rendre présomptueux, doit creuser dans notre cœur une humilité plus profonde : les dons de Dieu doivent être gardés sous la cendre d’une humble défiance de soi. Malheur à nous si nous devions nous croire affranchis désormais de ces faiblesses que nous rencontrons et condamnons peut-être chez les autres ! Répétons plutôt humblement : Seigneur, aidez-moi, sinon je pourrais faire pire.
Mais en nous exhortant à l’humilité, Saint Paul nous pousse aussi à la confiance car « Dieu est fidèle et ne permettra pas que vous soyez tentés au-dessus de vos forces, et même Il vous fera tirer avantage de la tentation, afin que vous puissiez persévérer ».
L’Apôtre nous enseigne aussi que la conscience de notre faiblesse ne doit pas nous décourager, parce que Dieu est toujours prêt à nous soutenir de Sa grâce. Dieu connaît nos faiblesses, les luttes que nous devons soutenir, les tentations qui nous assaillent et, pour chacune d’elles, Il nous donne la mesure de grâce nécessaire pour en triompher.
Il est vrai que, lorsque la rafale fait rage, nous ressentons uniquement le choc de la lutte, alors que la grâce par laquelle Dieu vient à notre secours, demeure entièrement cachée. Cependant, elle est là, nous devons en être assurés, parce que « Dieu est fidèle ».
« Dieu m’a toujours secouru, disait Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Je compte sur Lui. La souffrance pourra atteindre au paroxysme, mais je suis sûre qu’Il ne m’abandonnera pas » (Histoire d’une âme XII).

Flevit super illam - Enrique Simonet 1892

« Flevit super illam » – toile monumentale d’Enrique Simonet (1892 – musée de Malaga)

   2 – Reprenant le sujet de l’Epître, l’Evangile nous montre Jésus pleurant sur Jérusalem.
Le Créateur, le Seigneur, le Sauveur, pleure sur la ruine de Ses créatures, du peuple qu’Il a aimé avec prédilection, jusqu’à le choisir comme compagnon de Sa vie terrestre, et qu’Il aurait voulu sauver à tout prix.
« Jérusalem, Jérusalem… que de fois J’ai voulu rassembler vos enfants, comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! » (Matth. XXIII, 37). Telle fut l’attitude constante de Jésus envers la cité sainte, mais celle-ci est toujours demeurée aveugle à toute lumière, sourde à toute invitation et le Sauveur, peu de jours avant d’aller à Sa passion, lui lança le rappel ultime et désolé : « Si tu connaisais, toi aussi, du moins en ce jour qui t’est donné, ce qui ferait ta paix! » Mais, encore une fois, la cité résiste et Jésus, après l’avoir tant aimée, après avoir tant pleuré sur elle, comme un père pleure son fils dévoyé, lui prédit sa ruine : « tes ennemis… ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’a pas reconnu l’heure où tu as été visitée ».
Et toi, sais-tu reconnaître les moments où le Seigneur rend visite à ton âme ?
Une bonne parole, lue ou entendue, peut-être même au hasard, un exemple édifiant, une inspiration intérieure, une lumière nouvelle qui te fait voir tes défauts plus à fond, qui t’ouvre de nouvelles perspectives de vertu et de bien, – voilà autant de visites de Jésus.
Comment y corresponds-tu ? Ton âme est-elle sensible à ces lumières, à ces rappels ? Ne te surprends-tu pas quelquefois à tourner le regard ailleurs, de crainte que la lumière entrevue ne demande des sacrifices trop durs à ton amour-propre ?
Oh ! Si tu avais toujours reconnu le moment où le Seigneur t’a invité ! Si tu t’étais toujours ouvert à Son action !
Tâche donc de recommencer aujourd’hui, comme chaque fois qu’il t’arrivera de céder à la nature.
« Ce qui ferait ta paix », ton bien, ta sanctification, se trouve précisément dans cette adhésion continuelle aux motions de la grâce.

Colloque :

   « Ainsi que je Vous l’ai confessé auparavant, ô gloire de ma vie, ô Seigneur mon Dieu, force de mon salut, j’ai mis quelquefois mon espoir dans ma force qui n’était cependant rien ; c’est lorsque j’ai voulu courir, me croyant très ferme, que je suis tombé le plus vite et que j’ai reculé au lei d’avancer ; ce que je croyais atteindre s’est éloigné de moi et ainsi, ô Seigneur, Vous avez mis de manières différentes mes forces à l’épreuve. Sous Votre lumière, je vois maintenant que je n’ai pu accomplir par moi-même ce que j’avais le plus l’intention de faire. Je me disais : je ferai ceci, je terminerai cela, et je ne fis ni l’un ni l’autre. J’en avais bien la volonté, mais non le pouvoir, et lorsqu’il y avait capacité, la volonté faisait défaut, parce que je me fiais à mes forces. Soutenez-moi donc, ô Seigneur, car seul, je ne puis rien ; mais quand Vous êtes ma stabilité, je suis vraiment fort ; mais lorsque je veux être ma propre stabilité, alors je ne suis que faiblesse » (Saint Augustin).
« O Seigneur, enseignez-moi à être toujours docile à Votre grâce, à Vous dire toujours oui. Dire toujours oui à Votre Volonté, signifiée dans Vos commandements, aux inspirations intimes par lesquelles Vous me sollicitez, m’invitez à une plus intense union, à un dévouement plus généreux, un détachement plus total. Faites que je sois toujours prêt[e] à Vous ouvrir la porte de ma volonté, mieux, à la tenir toujours large ouverte, afin que Vous puissiez y entrer et que je ne perde pas une seule de Vos visites, pas une de ces touches délicates, et qu’aucune de Vos demandes ne m’échappe.
Faites-moi bien comprendre que la vraie paix ne consiste pas à être exempt[e] de difficultés, à suivre mes désirs. Ce n’est pas en cela que je dois la rechercher, mais dans l’adhésion totale à Votre Volonté, dans la docilité aux inspirations du Saint-Esprit » (Sœur Carmela du Saint-Esprit, ocd).

Père Gabriel de Sainte Marie-Madeleine, ocd
in « Intimité Divine – méditations sur la vie intérieure pour tous les jours de l’année »
2ème volume (juin à novembre) pp.201-204

Mosaïque de l'autel de l'église Dominus flevit -Jérusalem

« Jérusalem, Jérusalem… que de fois J’ai voulu rassembler vos enfants,
comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! »

Mosaïque de l’autel de l’église « Dominus flevit » à Jérusalem
(lieu où, selon la Tradition, NSJC a versé des pleurs sur Jérusalem)

123456...88

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi