Archive pour la catégorie 'De liturgia'

2018-24. Vœux de Pâques 2018.

Χριστός Ανέστη !
Αληθώς Ανέστη !

Surrexit Dominus vere !

Le Seigneur est vraiment ressuscité !

CORNELISZ VAN OOSTSANEN, Jacob 1507

L’apparition à Sainte Marie-Magdeleine au matin de Pâques
(Jakob Cornelisz van Oostanen – 1507)

* * *

Saint Jour de Pâques 1er avril 2018,
à La Garde-Freinet.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Certains d’entre vous le savent déjà, mon papa-moine et moi-même n’avons pas passé la Semaine Sainte au Mesnil-Marie, mais, avec un petit groupe d’amis, nous sommes depuis le samedi de la Passion 24 mars en terre provençale et nous avons vécu toute cette semaine la plus importante de l’année chrétienne au rythme des offices célébrés dans le cadre du Monastère Saint-Benoît de La Garde-Freinet, avec la liturgie selon le Missel Romain de 1953, c’est-à-dire avec les rites antérieurs à la réforme survenue sous le pontificat de Pie XII.

J’ai à ma disposition aujourd’hui plusieurs centaines de photographies prises au cours de ces cérémonies tous les jours de cette Semaine Sainte, et dans les prochains jours je vous pourrai faire des comptes-rendus plus détaillés de ces moments non seulement très spirituels mais véritablement historiques, puisque c’est la première fois depuis 1955 que Rome a permis à plusieurs communautés et paroisses traditionnelles à travers le monde de reprendre cette liturgie plus que millénaire et donc véritablement traditionnelle.

Mais en cette fin d’après-midi, je viens vers vous aujourd’hui uniquement pour vous souhaiter de belles, joyeuses et saintes Pâques pendant les cinquante jours où la Sainte Eglise va maintenant exulter dans la contemplation de la glorieuse Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Et puis je souhaite aussi vous annoncer que demain matin, lundi de Pâques 2 avril, sur la route du retour en Vivarais, nous ferons halte à la basilique royale de Sainte Marie-Magdeleine, à Saint-Maximin, où nous aurons une Sainte Messe solennelle dans la crypte devant le reliquaire du chef de celle qui, au matin de Pâques, fut la première – après Notre-Dame – à être gratifiée de l’apparition de Jésus ressuscité, et fut alors promue par Lui « apôtre des Apôtres ».

Vous pouvez dès à présent être assurés que nous porterons toutes les intentions de nos amis et bienfaiteurs auprès de Sainte Marie-Magdeleine, et que nous la prierons pour qu’elle vous accorde à tous et à chacun des grâces d’amour toujours plus grand et de ferveur toujours plus intense dans votre relation personnelle vivante avec le divin Coeur de Jésus !

Patte de chat Lully.

Joyeuses Pâques

2018-23. De la divine efficacité de la troisième parole de Notre-Seigneur sur la Croix.

Durham, Sainte Marguerite d'Antioche Crucifixion par Burlison et Grylls

Crucifixion
Verrière de l’église Sainte-Marguerite d’Antioche à Durham (Angleterre)

Arrêtons-nous pour réfléchir à l’un des aspects de la troisième parole de Notre-Seigneur Jésus-Christ sur la croix :

« Femme, voilà votre fils » – « Voici ta Mère ».

Il faut insister sur le fait, dont nous devons avoir une certitude absolue, que les paroles divines du Verbe de Dieu incarné ont le pouvoir de rendre absolument réel ce qu’elles énoncent.

Ainsi, lorsque le Fils de Dieu dit au vent et aux flots déchaînés : « Calmez-vous ! », il se fait aussitôt un grand calme ; lorsque le Fils de Dieu dit aux infirmes : « Soyez guéris ! », ceux qui avaient été sourds, muets, aveugles, paralysés… etc. n’ont plus aucune séquelle de leur infirmité et sont parfaitement guéris ; lorsque le Fils de Dieu commande aux corps morts de la fille de Jaïre, du fils de la veuve de Naïm, ou de son ami Lazare – qui est en décomposition putride depuis quatre jours - : « Cessez d’être morts, soyez à nouveau vivants ! », ces corps ne sont effectivement plus morts, mais à nouveau pleins de vie.

Et lorsque le Fils de Dieu dit sur le pain qui n’est encore réellement que du pain et sur le vin qui n’est encore réellement que du vin : « Ceci est Mon Corps… Ceci est Mon Sang… », la substance du pain et la substance du vin cessent d’être, et il n’y a plus, en leur lieu et place, que la substance de la chair et la substance du sang du divin Sauveur, ne conservant que les apparences du pain et du vin !

Oui, la parole du Verbe incarné est toujours efficace : elle accomplit toujours, dans une réalité parfaite, ce qu’elle énonce, ce qu’elle ordonne.
C’est une parole créatrice.

Le Christ Jésus l’a fait comprendre à ceux qui murmuraient en l’entendant dire au paralytique de Capharnaüm : « Tes péchés sont pardonnés ».
Le miracle de la guérison physique du paralytique démontre que la parole du Sauveur est toujours efficace, et que ce n’est pas parce qu’elle énonce le changement d’une réalité invisible qu’elle ne serait plus efficace : si la parole de Jésus accomplit le miracle de la guérison, c’est bien le signe qu’elle est tout aussi efficace lorsqu’elle dit que le péché est pardonné. « Afin donc que vous sachiez que le Fils de l’Homme a sur la terre le pouvoir de remettre les péchés : Je te le commande – dit-il au paralytique -, lève-toi, emporte ton grabat, et va dans ta maison ! » (Marc II, 10).

Et donc, de la même manière, lorsque le Fils de Dieu en Croix, déclare : « Voici, votre fils… Voici, ta Mère… », Sa parole a autant d’efficacité réelle que lorsqu’elle opère des miracles physiques et que lorsqu’elle change la substance du pain en Corps véritable et la substance du vin en Sang véritable.

La Très Sainte Vierge Marie ne devient pas symboliquement la mère des hommes, et les sauvés ne deviennent pas « en quelque sorte » ses enfants : non ! La parole créatrice du Verbe Incarné opère le changement ontologique en même temps qu’elle l’énonce.
La parole créatrice du Verbe Incarné change une réalité en une autre, indépendamment de la subsistance des apparences.

Notre-Dame devient réellement, substantiellement et ontologiquement ma mère au pied de la Croix, et dès le moment où Jésus a prononcé cette parole du haut de Sa croix, et avant même que je ne vienne au jour, je suis devenu réellement son enfant, d’une réalité bien plus forte et profonde que n’est la maternité charnelle de celle qui m’a formé dans ses entrailles et qui m’a mis au jour !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur

Durham, Sainte Marguerite d'Antioche Crucifixion par Burlison et Grylls - détail

2018-22. Deux avis importants et urgents…

 

- Pèlerinage du Puy : plus qu’une semaine pour vous inscrire !

Attention ! A ce jour, 16 mars, il reste moins de 10 jours pour adresser vos inscriptions pour le pèlerinage légitimiste auprès de Notre-Dame du Puy des 11 & 12 mai (voir ou revoir le programme > ici) au Secrétariat de la Confrérie Royale.

En effet, nous devons impérativement transmettre aux services d’intendance du grand séminaire du Puy-en-Velay les réservations des chambres au début du mois d’avril.
En outre, à partir du samedi 24 mars au petit matin et jusqu’au mardi 3 avril, il n’y aura personne dans les locaux du secrétariat (Semaine Sainte oblige) : débrouillez-vous donc pour que vos courriers d’inscription nous parviennent au plus tard le vendredi 23 mars.

La célèbre citation de Nicolas Boileau « Hâtez-vous lentement » n’a donc pas de place ici !!!

 Pèlerinage Légitimiste le Puy-en-Velay 4 juin 2016

 Photo du premier pèlerinage légitimiste à la sortie de la cathédrale du Puy,
lors du grand jubilé de 2016

lys.gif

- Semaine Sainte : il reste deux ou trois places !

De quoi s’agit-il ?
De vivre la totalité de la Semaine Sainte [c'est-à-dire depuis le samedi 24 mars, jusqu'au lundi de Pâques 2 avril], en Provence, dans un lieu idyllique, rustique et très au calme, à 20 km de la mer envion, et surtout auprès d’un monastère où sera pratiquée la liturgie latine selon les rites antérieurs à la réforme de 1955, c’est-à-dire selon les rites qui ont eu cours pendant plus de mille ans en Occident (puisque les rites de la Semaine Sainte ont été retouchés sous le pontificat de Pie XII et que la cheville ouvrière de cette réforme fut déjà le Père Bugnini qui oeuvrera ensuite pour l’élaboration de la « nouvelle messe » après le concile V2).

L’hébergement se fait dans un petit mas, en compagnie de Frère Maximilien-Marie et du Maître-Chat Lully (oui, vous avez bien lu : le Maître-Chat sera présent !), avec des laïcs de confiance, dans une ambiance de simplicité et d’amitié. Deux prêtres éminents de la Confrérie Royale seront aussi présents à proximité.
Le coût de l’hébergement (9 nuits) reste modique. Les frais de nourriture seront à partager.
Au moment où ces lignes sont publiées, il reste deux places disponibles, éventuellement trois.

Les amis du Refuge Notre-Dame de Compassion qui souhaiteraient participer et disposer de plus amples renseignements sont invités à se manifester dans les plus brefs délais  > contact.

Semaine Sainte église

L’église du monastère dans laquelle seront célébrés les offices de la Semaine Sainte

lys.gif

2018-18. Un chef-d’œuvre de Poussin retrouvé : « Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste ».

9 mars,
Fête de Sainte Françoise Romaine.

A – Qui est Sainte Françoise Romaine ?

Sainte Françoise, communément appelée Françoise Romaine, née en 1384 de Paolo Bussa de Leoni et de Giacobella de Roffredeschi, appartient par sa naissance à la haute noblesse de Rome. Bien qu’attirée depuis l’enfance par la vie religieuse, elle est mariée à l’âge de 13 ans à Lorenzo Ponziani, lui aussi d’une grande famille romaine.
Epouse exemplaire et mère aimante (elle mettra au monde trois enfants), elle mêne une vie de grande piété et de pénitence tout en assurant parfaitement ses responsabilités domestiques et sociales.
A Rome, la seconde moitié du « trecento » et la première moitié du « quatrocento » constituent une période de grands troubles sociaux et politiques  (ceux-là même qui ont contraint les papes à fuir la Ville où ils ne s’estimaient plus en sécurité et où l’indépendance du pouvoir spirituel n’était plus garantie, pour s’installer en Avignon). Et comme un malheur n’arrive jamais seul, ces turbulences et ces violences sont accompagnées d’épidémies mortifères : à plusieurs reprises, la peste ravage la cité.
Françoise se dévoue auprès des malades et entraîne des dames de la haute société à se mettre au service des nécessiteux, vendant toilettes et parures pour subvenir à leurs besoins. Cette pratique de la charité va de pair avec un développement de la vie intérieure et de la ferveur. Ainsi, Françoise qui a des liens spirituels avec la congrégation bénédictine olivétaine et qui est favorisée de grâces mystiques très élevées (vision constante de son ange gardien, apparitions de saints, états d’oraison supérieurs, union transformante avec le Christ… ), se trouve-t-elle bientôt à la tête d’un groupe de femmes pour lesquelles elle fonde un couvent d’oblates bénédictines, dans lequel elle se retire à la mort de son époux (1436). Elle y passe les quatre dernières années de sa vie, s’adonnant avec prédilection aux tâches les plus humbles de la vie de communauté.
Elle rend son âme à Dieu le 9 mars 1440, et le peuple romain non seulement reconnaît en elle l’un de ses plus beaux fleurons de sainteté mais il la prend en outre d’une manière toute particulière comme protectrice : exemple d’une vie conjugale harmonieuse, les jeunes mariés se confient spécialement à sa prière ; modèle des mères, elle qui a perdu un enfant encore jeune, elle devient la consolatrice des familles éprouvées par le deuil ; active pour le soulagement des nécessiteux, son exemple stimule la pratique des œuvres de miséricorde ; se dépensant lors des épidémies, on l’invoque avec succès quand la peste réapparait ; éducatrice d’âmes tendues vers la perfection chrétienne, les religieux prennent exemple sur sa ferveur et ses vertus ; veuve courageuse, elle est le parangon des femmes auxquelles la mort a ravi l’époux très aimé…
Dès le moment de sa mort, le pape Eugène IV (pape de 1431 à 1447) va œuvrer pour sa glorification, mais sa canonisation ne sera finalement célébrée qu’en 1608.

Sainte Françoise Romaine - châsse

Châsse renfermant le squelette de Sainte Françoise Romaine
(crypte de l’église Santa Maria Novella, au forum, à Rome)

frise

B – Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste :

B1 – Contexte dans lequel l’œuvre voit le jour.

Au printemps de l’année 1656, la peste a fait sa réapparition dans la moitié sud de la péninsule italienne, remontant de la région napolitaine jusqu’à Rome.
La hiérarchie ecclésiastique a ordonné des prières publiques pour obtenir de Dieu la cessation de l’épidémie, et le peuple des fidèles s’est tourné avec un redoublement de ferveur vers ses saints intercesseurs de prédilection. A Rome même, la très populaire Sainte Françoise a été ardemment sollicitée, elle que les Romains surnomment « l’Avocate de Rome ».

La cessation du fléau a été relativement rapide et c’est pourquoi le cardinal secrétaire d’Etat Giulio Rospigliosi, futur pape Clément XI (de juin 1667 à décembre 1669), a commandé à Nicolas Poussin un ex-voto pour commémorer l’intercession bénéfique de la sainte protectrice de Rome.

Nicolas Poussin (1594-1667), après un court séjour en France est revenu vivre à Rome à l’automne 1642. Au moment de cette commande du cardinal Rospigliosi il est âgé de 60 ans, et bien qu’il lui reste encore onze années de vie il se trouve déjà, dans une phase déclinante. Déclin non de son art, qui est en pleine maturité, mais en raison de sa santé : il est en particulier affecté par un tremblement de la main qui s’accentue de mois en mois. Véritable drame pour un perfectionniste tel que lui, qui malgré ce handicap grandissant produit encore de purs chefs-d’œuvre !
Le tableau, intitulé « Sainte Françoise Romaine annonce à Rome la fin de la peste » (mais on lui trouve aussi parfois comme nom « la vision de Sainte Françoise Romaine ») mesure 1,21 m de hauteur et 1,02 m de largeur : il fut livré à son commanditaire en 1657 ou 1658, mais ne fut jamais exposé dans une église. Destiné à la collection particulière du cardinal Rospigliosi, ce dernier ne le fit pas entrer dans les collections pontificales lorsqu’il devint le pape Clément XI, et le tableau revint à ses parents et héritiers après sa mort. 

B2 – Histoire rocambolesque d’un chef-d’œuvre perdu pendant deux-cents ans.

Le tableau reste dans les collections privées des héritiers du pape Clément XI jusqu’à la fin du XVIIIe siècle où l’on perd sa trace :  au cours des XIXe et XXe siècles, il ne sera plus connu que grâce à deux gravures dues à Giacomo del Po et à Girard Audran.
Or, en 1998, l’œuvre réapparait sur le marché de l’art parisien : les experts l’identifient formellement. C’est alors que l’on va parvenir à reconstituer ce que fut son étonnant destin pendant exactement deux-cents ans.
En effet, en 1798 le tableau fut vendu avec une partie de la collection Rospigliosi-Pallavicini : le honteux traité de Tolentino imposé au Pape Pie VI et aux Etats de l’Eglise par le Directoire (cf. > ici) eut de telles conséquences pour les familles romaines que certaines en furent réduites à liquider une partie de leur patrimoine artistique.
On ne sait pas vraiment chez qui fut le tableau pendant la première moitié du XIXe siècle, mais on le retrouve dans la collection du secrétaire de l’Académie de France à Rome (Villa Médicis), Alexis Le Go, qui, en 1873, amène le tableau dans son château de Jean Val (commune de Le Val, au nord de Brignoles). Passant d’héritiers en héritiers, le chef-d’œuvre perd son identité et, à la fin du XXe siècle, n’est plus considéré par son détenteur que comme un « nid à poussière » encombrant, dont – sait-on jamais ? – on pourra peut-être tirer un peu d’argent…
C’est ainsi qu’il arrive entre les mains d’un expert qui le reconnaît parce qu’il connaît les gravures réalisées à la fin du XVIIe siècle par Giacomo del Po et Girard Audran.
Le musée du Louvre s’en porte alors acquéreur pour quelque 45 millions d’euros.
Restauré, le « Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste » se trouve désormais habituellement exposé dans le département des peintures de l’aile Richelieu (2ème étage, salle 12), y venant fort heureusement compléter la période de la maturité du peintre, assez faiblement représentée.

Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste - Nicolas Poussin

« Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste »
Nicolas Poussin (musée du Louvre)

B3 – Lecture de l’œuvre.

Nicolas Poussin a fait de cet ex-voto en l’honneur de Sainte Françoise Romaine une composition plutôt solennelle, dans laquelle on retrouve les références classiques – antiques ou modernes – qui sont l’une de ses caractéristiques.
La scène se déroule sur le devant d’une imposante architecture marquée par des pilastres classiques encadrant une grande arcade.
La peste y est personnifiée, au second plan sur le côté droit, et cette représentation reprend les traits du « Gladiateur emportant un enfant mort », célèbre statue antique des collections Farnèse (aujourd’hui au musée archéologique de Naples). Quant à la femme allongée en-dessous de la nuée qui porte la sainte et figurant l’une des victimes de l’épidémie, elle n’est ni plus ni moins qu’une citation de la très fameuse « Sainte Cécile » de Carlo Maderno réalisée en 1600 (église Sainte-Cécile au Transtévère, à Rome).

Le tableau représente les forces spirituelles qui ont concouru à obtenir du Ciel l’éloignement du fléau et, par delà l’épidémie, il célèbre la victoire sur le démon qui répand ou aggrave les maux qui affligent l’humanité.
La mise en scène est articulée autour d’une diagonale qui descend depuis l’angle supérieur gauche jusqu’à l’angle inférieur droit : c’est sur cette diagonale que se trouvent les deux personnages principaux, au premier plan.
On voit donc la sainte patronne et protectrice de Rome, Françoise Romaine, apparaître dans une nuée : elle tient en ses mains des flèches brisées, symbole de la défaite de la peste dont les traits frappaient le peuple romain. Ce message est adressé à un personnage féminin agenouillé à même le sol, qui personnifie Rome. Remarquez la correspondance des regards et des visages qui expriment avec une réelle intensité la compassion victorieuse de la sainte et la confiante imploration de la cité.
La plupart des commentateurs pense que la femme personnifiant la ville de Rome est probablement un portrait.
Certains avancent le nom de la princesse Anna Colonna, qui décéda en 1658 justement et qui était alliée à toutes les grandes familles romaines – dont les Rospigliosi-Pallavicini – en sus du fait qu’elle était apparentée au pape Urbain VIII Barberini (lequel avait lui-même été l’officiant de son mariage).
D’autres y voient une carmélite, qui personnifierait donc alors la prière d’intercession.
D’autres commentateurs en revanche voient dans la femme agenouillée la représentation de Sainte Françoise Romaine intercédant, et dans la femme qui apparaît dans la nuée soit la Vierge Marie soit la figure allégorique de la miséricorde divine.

En arrière des deux personnages principaux, on voit, bien séparées par la diagonale qui scinde le tableau en deux parties bien distinctes, en bas à gauche une victime qui a succombé à la peste et qui suggère donc la victoire (pour un temps du moins) du fléau, tandis que, dans la partie supérieure à droite, on voit la personnification de la peste qui fuit, chassée par un archange guerrier (ce qui n’est pas sans évoquer l’épisode de la peste qui ravageait Rome au début du pontificat de Saint Grégoire le Grand et qu’apparut Saint Michel rengainant son épée au sommet du môle d’Hadrien, appelé depuis lors « château Saint-Ange ») : la figure de l’épidémie entraîne dans sa fuite deux autres victimes : un jeune homme étendu à terre qu’elle tire par le pied, et un enfant qu’elle porte sur son épaule gauche.

Poussin - Sainte Françoise Romaine détail 1

Au-delà des querelles d’interprétation qui agitent les experts, ce qui nous importe à nous, et particulièrement en ce saint temps de carême, c’est la puissance avec laquelle le génie de Nicolas Poussin, malgré sa main malade, a exprimé la force de la prière et l’efficacité de l’intercession des saints, en même temps qu’il illustre magnifiquement ce que la liturgie nous fait répéter :
« O Dieu que la faute offense et que la pénitence apaise, jetez les yeux avec bonté sur Votre peuple en prière, et détournez les châtiments de Votre colère que nous méritons pour nos péchés : Deus, qui culpa offenderis, paenitentia placaris : preces populi tui supplicantis propitius respice, et flagella tuae iracundiae, quae pro peccatis nostris meremur, averte » (collecte du jeudi après les cendres).

pattes de chat Lully.

Poussin - Sainte Françoise Romaine détail 2

frise

« Rejetez donc loin de nous l’esprit mauvais et muet, ô Seigneur ! »

3ème dimanche de carême.

L’abbé Isaac de l’Etoile (vers 1105 – vers 1178) a écrit cette prière comme une sorte de développement personnalisé de l’Evangile que nous entendons au troisième dimanche de carême (Luc XI, 14-28).

Luc XI 14 expulsion du démon muet

Luc XI, 14 : « En ce temps-là, Jésus expulsait un démon, et c’était un démon muet.
Et lorsqu’Il eût chassé le démon, le muet parla et les foules furent dans l’admiration. »

Seigneur Jésus, qui ouvrez, sans que personne ne puisse fermer, et qui êtes apparu pour dissiper les oeuvres du démon, chassez de Votre serviteur toute complaisance pour le péché, et donnez-moi un coeur contrit et repentant.
En m’inspirant des désirs plus purs, une crainte plus vive, une réserve plus vigilante, déliez le frein qui retient ma langue. Et moi, après avoir été muet, j’ouvrirai la bouche pour publier Vos louanges, à la grande admiration, non seulement des hommes, mais des anges et même des démons. Voici en effet que nous sommes devenus un spectacle pour le monde, pour les anges et pour les hommes, pour les bons et pour les méchants.
Faites donc qu’on admire les paroles de Votre serviteur ; non pas seulement celles que profère sa bouche, mais celles qui résonnent dans ses actions, car les actes sont eux-mêmes des paroles.
Faites que Votre serviteur prononce des paroles d’humilité pour Votre grande gloire et l’édification du prochain, et ceci dans sa parole, dans son coeur et dans ses actes.
Qu’il n’ait pas à craindre de perdre ce qui peut être conservé dans l’éternité. Qu’il n’hésite pas à abandonner un espoir qui l’aurait trompé, afin de ne pas perdre ce qui donne un réconfort éternel.
Rejetez donc loin de nous l’esprit mauvais et muet, ô Seigneur, Vous qui êtes le Verbe du Père. Faites que la parole de vérité nous donne le pouvoir de la parole pour Vous confesser et Vous rendre gloire. O Vous qui vivez et régnez avec le Père et le Saint-Esprit, dans tous les siècles. Ainsi soit-il !

expulsion du démon muet - détail

Publié dans:De liturgia, Prier avec nous |on 3 mars, 2018 |5 Commentaires »

2018-15. « Vos jeûnes plairont à Dieu si vous purifiez votre conscience par des bonnes oeuvres. »

Voici un très court, mais très « percutant » sermon de notre glorieux Père Saint Augustin qui a trait au saint temps du Carême et à l’esprit avec lequel nous devons vivre ce temps de pénitence et de jeûne. Il fait la suite du sermon 66 que nous avons déjà publié > ici.

Bartolomeo Schedoni La charité 1611 Napoli

La Charité (Bartolomeo Schedoni, 1611)

Sermon 67 : Esprit dans lequel le jeûne doit être pratiqué.

Résumé : § 1 – La pratique du jeûne doit être associée à la lutte contre le péché. § 2 – Jeûne et charité : enseignement du prophète Isaïe. § 3 – Le jeûne pour être agréable à Dieu dépasse la seule expiation pour s’épanouir dans les oeuvres de miséricorde.

1 – Par l’organe d’Isaïe, l’Esprit-Saint réprimande en ces termes les hommes obstinés dans leurs imperfections : « Je ne puis supporter ni vos jeûnes, ni le grand jour, dit le Seigneur » (Isaïe, I, 13). Le jeûne approuvé par le Très-Haut ne consiste pas seulement à suspendre l’alimentation du corps, mais encore à s’abstenir de toute action mauvaise. Ayez donc soin que votre esprit ne reste point appesanti par le péché, qu’il ne se laisse point entraîner par les charmes du vice ; à ce prix, vos jeûnes seront des plus agréables à Dieu. Si de longues privations ont épuisé votre corps, si vous lui avez refusé la nourriture, mais sans vous dépouiller de vos vices et en persévérant dans le péché, bien loin de plaire à Dieu, vous ne lui inspirez que de l’horreur. Vos jeûnes plairont à Dieu si vous purifiez votre conscience par des bonnes oeuvres. Pourquoi torturer votre corps par la faim, si vous le flattez honteusement parle péché ? Imposez d’abord à votre coeur le jeûne du péché, et pratiquez ensuite le jeûne corporel. Le jeûne n’est autre chose que l’humiliation de l’âme. Or, quelle humiliation peut-il y avoir à se priver de nourriture et à multiplier le nombre de ses péchés ? Si donc c’est par esprit de piété que vous imposez des jeûnes à votre corps, avant tout renoncez à vos vices, éteignez le feu de vos passions, brisez l’impétuosité de vos esprits, triomphez des ardeurs de la concupiscence, étouffez les flammes de l’avarice, donnez toute l’extension possible à votre charité, et versez dans le sein des pauvres le superflu de vos richesses. Que toutes les passions du corps viennent se briser contre la force de l’âme, afin que cette âme se trouve aidée par la sainteté du corps. Quelle assurance n’aurons-nous pas alors d’obtenir tout ce que nous demandons, si notre chaste corps et notre coeur pieux se portent avec une sainte envie à l’accomplissement des devoirs de la religion ? De telles dispositions enflamment de plus en plus la piété et méritent que nos prières soient de plus en plus couronnées par une sainteté à toute épreuve.

2 – En agissant autrement, lors même que vous courberiez la tête pour la couvrir de cendres, lors même que votre cou serait chargé de chaînes et que des larmes abondantes couleraient de vos yeux pour implorer la miséricorde de Dieu, tout cela serait vain pour vous. La faveur divine ne pourrait s’incliner vers vous, parce que vous auriez violé le devoir de la charité à l’égard du prochain. En effet, voici ce que nous lisons : « Le jeûne que j’ai choisi consiste-t-il à faire qu’un homme afflige son âme pendant un jour, qu’il donne comme un mouvement circulaire à sa tête, et qu’il prenne le sac et la cendre ? Ce n’est pas là ce que j’appellerai un jeûne agréable. Mais rompez les chaînes de l’impiété ; délivrez-vous de l’obstination au mal ; renvoyez libres ceux qui sont opprimés par la servitude, et brisez tout ce qui charge votre conscience. Rompez votre pain pour celui qui a faim, et faites entrer dans votre maison les pauvres et ceux qui n’ont point d’asile. Lorsque vous verrez un homme nu, revêtez-le et ne méprisez point votre propre chair. Alors votre lumière éclatera comme l’aurore, et vous recouvrerez bientôt votre santé ; votre justice marchera devant vous, et la gloire du Seigneur vous protégera. Alors vous invoquerez le Seigneur, et il vous exaucera ; vous crierez vers lui, et il vous dira : Me voici » (Isaïe, LVIII, 5-9). En suivant cette conduite, l’homme, même en dehors des époques du jeûne, obtient fréquemment ce qu’il désire, et dans les temps de pénitence il acquiert des titres plus abondants à la reconnaissance.

3 – Tel est le jeûne que Jésus-Christ désire ; tel est le jeûne agréable au Dieu tout-puissant. Comme on le voit, ce jeûne n’est pas inspiré par le souvenir des fautes graves et nombreuses, par le désir d’acquérir la gloire temporelle, ou par la vaine cupidité d’accroître son patrimoine, mais par le sentiment religieux et par une franche et sincère dévotion. Que des oeuvres vraiment pieuses viennent s’ajouter à d’aussi belles dispositions, et alors il sera impossible de déterminer les heureux fruits qui en résulteront. Le chrétien sentira que Dieu lui est propice et le favorise de son auguste présence. Accomplissez donc les oeuvres de miséricorde, et vous aurez sanctifié votre jeûne. Aux pauvres affamés donnez la nourriture, et les faveurs de la sainteté engraisseront votre âme. Donnez des vêtements à celui qui est nu, et vos péchés seront couverts. Empressez-vous d’offrir l’hospitalité au voyageur, afin que Dieu vous reçoive dans son royaume, par Jésus-Christ Notre-Seigneur, à qui appartiennent l’honneur et la gloire dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Prière et jeûne pour la France

2018-12. Du Saint Mors de Constantin que l’on vénère en la cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras.

Vendredi de la 1ère semaine de Carême,
Quatre-Temps de printemps,
Fête des Saints Clous et de la Sainte Lance de Notre-Seigneur.

Fleur de Lys

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Parmi les fêtes anciennes qui n’appartiennent pas au calendrier romain universel mais au calendrier propre de certains diocèses et congrégations, se trouve, assignée au vendredi de la première semaine de carême, la fête en l’honneur des Saints Clous et de la Sainte Lance qui transpercèrent le Corps de Notre-Seigneur en Sa douloureuse Passion.
C’est la raison pour laquelle j’ai résolu aujourd’hui de vous « emmener » jusqu’à Carpentras, capitale du Comtat Venaissin, cité jadis prestigieuse dans la cathédrale de laquelle on vénère depuis le XIIIème siècle l’un des Saints Clous de la Passion connu sous le nom de « Saint Mors de Carpentras » ou, mieux encore, « Saint Mors de Constantin ».

Carpentras les toits de la ville et le clocher de la cathédrale

Carpentras :
- Le clocher de la cathédrale Saint-Siffrein dominant les toits de la vieille ville ;
- Et les armoiries de la cité : « de gueules, au Saint Mors d’Argent ».

Sainte Hélène, impératrice mère de Saint Constantin 1er le Grand, avait retrouvé à Jérusalem, on le sait, le bois de la Sainte Croix et plusieurs autres instruments de la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
Selon la leçon du bréviaire pour la fête de l’Invention de la Sainte Croix (3 mai), elle apporta à son fils les Clous qui avaient servi à fixer notre divin Rédempteur au bois de Son supplice : « Clavos etiam attulit filio ».
Avec l’un d’entre eux, elle fit réaliser une lame circulaire qui fut enchâssée dans la couronne impériale, et avec un deuxième elle fit fabriquer un mors pour le cheval de bataille de Constantin. Saint Ambroise lui-même l’atteste dans l’oraison funèbre de l’empereur Saint Théodose : « De uno clavo frœnos fieri praecipit, de altero diadema intexuit (…) utroque usus est Constantinus : De l’un des Clous elle ordonna de faire un mors de cheval ; elle en enchâssa un autre dans un diadème (…) Constantin se servit de l’un et de l’autre » (St Ambroise, « De obitu Theodosii oratio » 47).

Saint Ambroise, dans le même texte, à l’encontre de ceux qui trouveraient cette manière de procéder étrange ou qui se scandaliseraient de cette transformation des Clous sacrés de la Passion, loin d’en blâmer la sainte impératrice, l’exalte au contraire comme obéissant à une inspiration céleste et comme « visitée de Dieu pour relever les rois et pour les instruire : elle place la Croix sur leur front pour qu’elle y soit adorée, la Croix dans leurs mains pour qu’elle les dirige ; la couronne est faite de la Croix, afin que la foi resplendisse ; le frein (mors) est fait de la Croix, afin que la vraie puissance gouverne ; un Clou de Jésus-Christ sur le front, où est l’intelligence, un autre Clou de Jésus-Christ dans les mains, où est le commandement. (…) Les rois abusaient de leur indépendance pour courir au vice, ils s’y précipitaient comme des êtres sans raison ; voici la Croix du Seigneur qui les domptera et qui les relèvera de leurs chutes. (…) Cette transformation des Clous de Jésus-Christ n’est donc pas de l’insolence, elle est un acte de piété : non insolentia ista, sed pietas est ! » (St Ambroise, ibid. 47, 48, 51).

Le Saint Mors de Constantin - Carpentras

Carpentras, cathédrale Saint-Siffrein : le Saint Mors de Constantin.

Il est très probable que les successeurs de Saint Constantin n’utilisèrent plus le Saint Mors pour diriger leurs impériales montures mais qu’ils le conservèrent dans la chapelle palatine avec les autres précieuses reliques qui s’y trouvaient rassemblées.

Quoique rares, les autres citations antiques qui en parlent sont néanmoins remarquables.
Ainsi le pape Vigile (élu le 29 mars 537, mort le 7 juin 555), lors du deuxième concile de Constantinople (553) prête-t-il serment en présence du Saint Mors : « Et juravit Beatissimus Papa Vigilius (…) per virtutem sanctorum Clavorum ex quibus crucifixus est Dominus Deus noster, et per sancta quatuor Evangelia, ita per istam virtutem sancti Frœni : Et le Bienheureux Pape Vigile jura (…) par la vertu des saints Clous avec lesquels fut crucifié le Seigneur notre Dieu, et par les quatre saints Evangiles, de même par la vertu spéciale du saint Mors » (Act. conc. quint. – Baluze T.1).
Un autre témoignage se trouve chez Saint Grégoire de Tours (538-594) qui rapporte comment l’empereur Justin II le jeune (vers 520-578) fut délivré d’une obsession diabolique par l’imposition du Saint Mors : « Cum tertia die Frœnum capiti collocasset, locum insidiandi inimicus ultra non habuit : quand le troisième jour il eût placé le Mors sur sa tête, l’ennemi ne trouva plus moyen de le surprendre » (St Greg. de Tours, « De gloria martyrum », liv.1 chap.6).
La mention suivante ne paraît pas avant le XIIème siècle où un chroniqueur scandinave anonyme énumère, parmi les reliques vénérées à Constantinople, « le Mors du roi Constantin ».

C’est lors de l’odieux sac de Constantinople perpétré par les croisés en 1204 que le Saint Mors disparaît de la capitale impériale.
On ne possède aucun détail sur les circonstances du larcin ni sur son auteur. Tout ce que l’on sait, c’est que le Saint Mors réapparaît vingt-deux ans plus tard dans la capitale du Comtat Venaissin, puisque en 1226 il figure sur le sceau de l’évêque Isnard.
A partir de 1260, il devient l’emblème de la ville dont les armes sont désormais : « de gueules, au Saint Mors d’argent »
.

Peut-être des documents attestant de l’authenticité du Saint Mors et racontant de quelle manière il avait été apporté à Carpentras existaient-ils dans les archives de l’évêché ou de la cathédrale, mais celles-ci furent en bonne partie détruites en 1314 dans l’incendie qui fut allumé lors de l’attaque du conclave qui suivit la mort de Clément V (nota : de ce fait le conclave, qui avait débuté le 1er mai 1314 à Carpentras, fut interrompu le 24 juillet de cette même année et ne se réunit à nouveau qu’au début du mois de mars 1316, à Lyon, et aboutit à l’élection laborieuse de Jean XXII le 7 août 1316 : l’Eglise était restée sans pape pendant deux ans et un peu plus de trois mois !).

Reliquaire du Saint Mors de Constantin

Le reliquaire du Saint Mors de Constantin dans son tabernacle
(Carpentras – cathédrale Saint Siffrein)

Le Saint Mors pèse 350 grammes. C’est, écrit Rohault de Fleury, « un véritable mors de cheval, semblable à ceux dont les Romains avaient coutume de se servir. (…) La partie intérieure, que les éperonniers appelent canon ou embouchure, est longue de 17 centimètres. Le mors est entier : c’est un filet en deux parties qui se pénètrent en formant une espèce de charnière ; l’une des boucles est entièrement soudée, l’autre est fermée à chaud et non soudée ; au canon sont attachées deux branches qui ont chancune 160 millimètres de long et 11 millimètres de diamètre. On remarque à chaque extrémité un fourreau en argent doré de 50 millimètres de long ; à l’extrémité de l’embouchure, c’est-à-dire vers le milieu des branches, pendent deux anneaux assez longs et de deux grandeurs différentes. La forge de cette pièce est difficile par son ajustement avec l’appendice des branches ; elle est soignée et apparente. On ne voit pas de trace de lime » (Rohault de Fleury, in « Mémoire sur les instruments de la Passion »).
Tous les historiens qui ont examiné le Saint Mors de près s’accordent pour affirmer qu’il s’agit bien d’un mors byzantin réalisé au IVème siècle.

Le reliquaire médiéval dans lequel il était conservé jusqu’à la révolution était en vermeil : il a – évidemment ! (c’est presque un pléonasme que de le dire) – été détruit par les patriotes qui faisaient main basse sur les métaux précieux en même temps qu’ils s’acharnaient à profaner tout ce qu’il y avait de plus saint dans tout le Royaume.
Fort heureusement, le Saint Mors lui-même échappa à la destruction ou au vol, et fut simplement déposé à la bibliothèque de la ville, où il demeura à titre de « curiosité » jusqu’à la fin de la tourmente.

Le reliquaire actuel, de style néo-byzantin en bronze doré, a été réalisé en 1872 par l’orfèvre lyonnais Thomas Joseph Armand-Calliat.
Sur un pied circulaire, orné de quatre chevaux, est érigée une tige cylindrique munie d’un nœud, comme les calices ou les ostensoirs. Sur ce nœud sont fixés quatre médaillons en émail champlevé représentant les principaux épisodes de l’histoire de la relique.
La custode dans laquelle est enfermé le Saint Mors est tapissée d’un fond damassé, blanc nacré et rouge, constellé de petits clous d’or. Elle est entourée de rinceaux entrelacés dans lesquels sont représentés quatre chérubins aux six ailes émaillées.
Le bord de la custode déroule, en lettres d’or sur un fond d’émail noir, une citation du prophète Zacharie : « In die illa erit, quod super Frœnum equi sanctum Domino omnipotenti : en ce jour-là, le Mors du cheval sera consacré au Seigneur tout-puissant » (Zach. XIV, 20).
Sur le pied est inscrite la citation de Saint Ambroise que nous avons déjà raportée au commencement de cette notice : « De uno clavo frœnos fieri prœcepit, de altero diadema intexuit ; utroque usus est Constantinus ».

autel du Saint Mors

Autel du Saint Mors
(Carpentras – cathédrale Saint Siffrein)

Je n’ai pas trouvé de prière particulière en l’honneur du Saint Mors, sinon ces versets et cette oraison liturgiques que le clergé de la cathédrale Saint-Siffrein rajoutait à l’office des laudes et des vêpres  pour célébrer la commémoraison de l’insigne relique :

Verset et oraison pour la commémoraison du Saint Clou

Pour nous, en sus, nous nous inspirerons des splendides paroles de Saint Ambroise pour supplier le Roi des rois à l’intention de Son lieutenant au Royaume des Lys :

O Dieu, dont la Providence a permis que le Saint Mors du premier empereur chrétien, Saint Constantin le Grand, forgé à partir de l’un des Clous sacrés par lesquels Vous fûtes attaché à la Croix, soit recueilli en ce Comtat qui est aujourd’hui terre de France, nous Vous prions de regarder avec miséricorde le Royaume des Lys égaré loin de Vous : daignez Vous souvenir de toutes les grâces, faveurs et promesses que Vous avez accordées à ses peuples, et, par les mérites de Votre bienheureuse Passion dont nous vénérons avec ferveur ici-bas les précieuses reliques, par l’intercession de Notre-Dame, Votre Mère très sainte debout au pied de la Croix, et à la prière de tous les saints de France, ramenez ce Royaume dans les voies de la conversion, de la pénitence et de la fidélité à Vos desseins ; rendez-lui son Souverain légitime, et donnez-lui de marcher dignement sous l’étendard sacré de la Croix.
Que Votre sainte Croix soit sur son front pour y être adorée ; que Votre sainte Croix soit dans ses mains pour les diriger ; que sa couronne soit faite de la Croix, afin que la foi resplendisse ; que son pouvoir découle de la Croix, afin que la vraie puissance gouverne ; afin qu’à sa suite, les peuples de France, soumis à Vous dans leur intelligence comme dans leurs actes, vivent dans le rayonnement de paix et d’amour de Votre divin Coeur !

Ainsi soit-il.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Reliquaire du Saint Mors - la custode

Fleur de Lys

2018-9. Des Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie et du scapulaire noir de Notre-Dame des Sept Douleurs.

12 février,
Fête des Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie.

Monogramme des Servites

Monogramme des Servites de Marie

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Vous ne serez sans doute pas étonnés si je vous dit que les Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie sont au nombre de nos saints de prédilection au Mesnil-Marie.
Parce que d’une part leur dévotion est peu répandue en France et que d’autre part l’Ordre des Servites est y également assez peu connu, je me propose aujourd’hui de vous en parler un peu.

- Qui étaient ils ?

Bonfilio [Bonfils] dei Monaldi (né probablement en 1198), Giovanni [Jean] di Buonagiunta (né en 1206), Benedetto [Benoît] – dit Manetto – dell’ Antella (né en 1203), Bartolomeo [Barthélémy] – dit Amadeo – degli Amidei (né en 1204), Ricovero [Ricover] – dit Uguccio [Hugues] – dei Lipi-Uguccioni (né en 1204),  Ghirardino [Girardin] – dit Sostène – Sostegni (né en 1205) et Alessio [Alexis] Falconieri (né en 1200) appartenaient aux meilleures familles de l’opulente cité commerçante de Florence, en Toscane :  en 1233, ils étaient tous âgés de 30 à 35 ans.

Pour avoir de bons repères chronologiques, il faut se souvenir qu’en 1233, nous sommes seulement la septième année après la mort de Saint François d’Assise (+ 3 octobre 1226).  C’est une période particulièrement riche et intense dans le domaine de la spiritualité et de la quête de Dieu, en cette période que l’on a appelée « l’Italie des communes » : de très nombreux laïcs des deux sexes, aspirent à une vie fervente et pénitente sans pour autant entrer dans les ordres monastiques traditionnels dont les grandes abbayes étendent leurs vastes domaines à l’extérieur des cités, tout en exerçant de véritables droits féodaux. C’est ce qui explique le succès des fondations de Saint François d’Assise et de Saint Dominique de Guznam et des Tiers-Ordres pour les fidèles laïcs rattachés à ces deux familles religieuses ; c’est ce qui explique également le souci de réforme des Ordres anciens qui se fait alors jour ; c’est ce qui explique aussi la multiplication des mouvements spirituels pénitents, sous forme de confréries ou de petites fraternités (avec de graves dérives parfois).

Florence vers 1493

Florence : représentation ancienne
(à l’époque où vécurent les Sept Saints Fondateurs, la coupole de la cathédrale n’existait évidemment pas)

- Leur vocation :

Le 15 août 1233 donc, ces sept très fervents laïcs participaient à une pieuse réunion de la confrérie mariale à laquelle ils appartenaient, lorsque la Sainte Mère de Dieu leur apparut à chacun séparément leur demandant, comme le dit la quatrième leçon du brévaire pour la fête de ce jour, « d’embrasser un genre de vie plus saint et plus parfait ».
La biographie rédigée à partir des documents anciens lors de leur canonisation, en 1888 [« Histoire des Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie » par le Père Sostène-Marie Ledoux – éd. Delhomme et Briguet, 1888], met dans la bouche de Notre-Dame les paroles suivantes :
« Quittez le monde, retirez-vous ensemble dans la solitude, afin d’y combattre contre vous-mêmes et d’y vivre entièrement pour Dieu. Vous jouirez ainsi de consolations toutes célestes. Ma protection et mon assistance ne vous manqueront jamais ».

Ils se rendirent compte qu’ils étaient sept à avoir bénéficié de cette même grâce et de ce même appel, et ayant demandé conseil à l’archevêque de Florence, le 8 septembre suivant, en la fête de la Nativité de Notre-Dame,  « afin de débuter dans une vie plus sainte au jour même où la Mère de Dieu avait commencé sa vie très sainte parmi les mortels » (bréviaire – 4ème leçon de matines), ayant renoncé à leur rang et à leurs richesses et portant un rude cilice sous des habits de pauvres, ils commencèrent à mener la vie commune dans une humble masure accolée à un oratoire hors des murs de la ville.
« Dieu montra par un miracle combien cette résolution, Lui était agréable. Peu de temps après, comme ces sept hommes parcouraient la ville de Florence, en demandant l’aumône aux portes des maisons, il arriva tout à coup qu’ils furent acclamés Serviteurs de la bienheureuse Vierge Marie par la voix de petits enfants, et entre autres de Saint Philippe Beniti à peine âgé de quatre mois. Ce nom leur fut désormais toujours conservé » (bréviaire – 5ème leçon de matines)..

Il faut apporter ici une précision lexicale : en français, on parle des Servites de Marie, et on rapproche bien sûr le mot « servite » de celui de « serviteur ». En français, un « serviteur » est une personne qui est « au service » d’une autre, d’où le sens habituel de domestique, d’employé de maison. Même s’il se trouve dans un emploi subalterne, un « serviteur » demeure une personne qui jouit pleinement de ses droits civiques, qui est salariée mais juridiquement libre au regard de la loi.
En italien, comme en latin, on emploie le mot « servi ». Or « servi » est le pluriel de « servus » qui exprime en fait bien autre chose que notre moderne idée de « service ». Un « servus », en latin classique, c’est un esclave. Aussi pour bien comprendre en vérité le nom qui fut attribué miraculeusement à nos sept Florentins par les petits enfants il faut avoir bien présente à l’esprit cette notion d’esclavage : un « servus » ne s’appartient pas à lui-même, il est la propriété d’une autre personne qui a tous les droits sur lui. Les Servites de Marie sont les esclaves de la Sainte Mère de Dieu : ils ont abdiqué leur liberté entre ses mains, ils lui appartiennent en totalité, ils sont dans son entière dépendance, ils sont ses esclaves. Si l’on voulait rendre exactement en français tout ce que contient le mot – latin ou italien – « servi », il faudrait plutôt le traduire par « serf ». L’idée du « saint esclavage de Marie » n’est donc pas une notion inventée de toutes pièces par Saint Louis-Marie Grignion de Montfort.

C’est très probablement dès le début de leur vie commune aux portes de Florence que les Sept Saints Fondateurs adoptèrent la pratique de la récitation du chapelet des Sept Douleurs (voir > ici).
C’est là aussi qu’ils adoptèrent un règlement de vie commune et qu’ils décidèrent d’être des mendiants, dépendant totalement des aumônes et dons suscités par la divine Providence dans le coeur de charitables fidèles.

Sept Saints Fondateurs des Servites

Les Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie
recevant de la Très Sainte Vierge l’habit noir et le scapulaire noir en l’honneur de ses Sept Douleurs.

- La fondation de l’Ordre des Servites :

La cinquième leçon du bréviaire continue : « Voulant éviter le concours du peuple et pressés par l’amour de la solitude, ils se retirèrent tous au mont Sénar. Ils y commencèrent un genre de vie vraiment céleste. Habitant des cavernes, vivant d’eau et d’herbes sauvages, ils mortifiaient leur corps par des veilles et d’autres austérités. La passion du Christ et les douleurs de sa Mère affligée étaient l’objet de leurs continuelles méditations. Comme ils s’y livraient avec plus d’ardeur un jour de Vendredi Saint, la bienheureuse Vierge elle-même leur apparut à deux reprises, leur montrant l’habit sombre qu’ils devaient revêtir, et leur fit connaître qu’elle aurait pour très agréable qu’ils établissent dans l’Église un nouvel Ordre religieux, destiné à garder perpétuellement et à propager parmi les peuples la dévotion aux douleurs qu’elle a souffertes pour nous au pied de la croix du Seigneur… »

Le Mont Sénar – en italien Monte Senario – est une élévation qui se trouve à 4 lieues au nord de Florence et culmine à quelque 818 mètres.
C’était un endroit paisible et boisé relativement difficile d’accès, ce qui en faisait un lieu propice à la solitude et à une vie de recueillement, et il appartenait en partie à la mense épiscopale de Florence.
Nos sept pieux Florentins, dont la vie fervente et mortifiée aux portes de la cité attirait de plus en plus de visiteurs désireux de les interroger et de s’entretenir de spiritualité avec eux, aspirèrent rapidement à une plus grande solitude. S’ils ne possédaient rien, ils étaient toutefois les protégés de l’archevêque. Rien d’étonnant dès lors à ce que la Madone leur désignât elle-même ce mont pour qu’ils en fassent leur thébaïde et que le pieux archevêque ne s’empressât d’acquiescer à ce qu’ils s’y retirassent. C’était à la fin du mois de mai 1234.
Ils bâtirent une chapelle (un prêtre s’était adjoint à eux en qualité de chapelain) et aménagèrent pour eux-mêmes les grottes et cavités naturelles qui se trouvaient aux alentours : leur vie dès lors s’équilibra entre les offices en commun et les moments de prière et de travail en solitaires. A tour de rôle, ils allaient quêter dans les villages voisins.
Peu à peu, des jeunes gens vinrent les trouver et leur demandèrent de s’associer à leur vie si édifiante.

L’apparition de la Très Sainte Mère de Dieu authentifiée par l’Eglise et rappelée dans la cinquième leçon du bréviaire citée plus haut eut lieu le Vendredi Saint  13 avril 1240. Ils virent, au milieu d’une nuée d’anges dont certains portaient les instruments de la Passion, la Vierge Marie resplendissante qui portait en ses mains des vêtements de couleur noire. Tout près d’elle, un ange tenait un livre dans une main et une palme d’or dans l’autre. Elle leur adressa ces paroles :
« (…) Voyez le genre de vêtements dont je veux que vous soyez revêtus : ils indiquent par leur couleur sombre les douleurs que j’ai ressenties en ce jour par suite de la mort de mon Fils unique. Vous avez dédaigné les vêtements aux couleurs variées usités dans le monde ; aussi il vous sera désormais facile de porter ceux-ci, qui rappelleront extérieurement les douleurs que j’ai endurées dans mon cœur. Recevez également cette Règle d’Augustin, afin qu’ornés du titre d’or de mes Serviteurs, vous obteniez cette palme de la vie éternelle ».

L’archevêque de Florence, lui-même averti par une communication de la Mère de Dieu, fut heureux de présider lui-même à la cérémonie de vêture au cours de laquelle ils prirent le saint habit confectionné sur le modèle que leur avait montré la Bienheureuse Vierge, puis, après le temps du noviciat de recevoir leurs vœux de religion.

couvent et basilique du Monte Senario

Couvent et basilique du Monte Senario (état actuel)
lieu où se retirèrent les Sept Saints Fondateurs et où la Madone leur remit le scapulaire noir en l’honneur de ses Sept Douleurs

- Développement et approbation de l’Ordre – mort et canonisation des Sept Saints Fondateurs :

« Ces bienheureux Pères, auxquels de nombreux compagnons vinrent bientôt s’adjoindre, commencèrent alors à parcourir les villes et les bourgades de l’Italie, principalement celles de l’Étrurie ; ils prêchèrent partout Jésus crucifié, apaisant les discordes civiles et rappelant au sentier de la vertu une multitude presque infinie de pauvres égarés. La France, l’Allemagne et la Pologne, aussi bien que l’Italie, eurent part à leurs travaux évangéliques. Enfin, après avoir répandu au loin la bonne odeur du Christ et s’être rendus illustres par des miracles, ils quittèrent cette terre pour s’en aller au Seigneur. Comme la religion et la vraie fraternité les avaient réunis dans un seul et même amour pendant leur vie, ainsi, après leur mort, furent-ils ensevelis dans le même tombeau et entourés de la même vénération parmi les peuples.
Les souverains Pontifes Clément XI et Benoît XIII confirmèrent de leur autorité suprême le culte qui leur était constamment rendu depuis plusieurs siècles. Léon XIII ayant approuvé les miracles que Dieu avait opérés par leur intercession, après que, déclarés Vénérables, il eut été permis de les invoquer en commun, les inscrivit au catalogue des Saints dans la cinquantième année de son sacerdoce et régla qu’à l’avenir, un Office et une Messe seraient célébrés chaque année en leur honneur dans l’Église universelle »
(bréviaire – sixième leçon de matines).

Je n’entrerai pas dans les détails des développements de l’Ordre, ni des péripéties et controverses qui agitèrent l’Eglise à cette époque et suscitèrent quelques difficultés pour sa reconnaissance définitive par le Saint Siège comme Ordre mendiant de droit pontifical. Je n’entrerai pas davantage dans les détails de la vie et de la mort des Sept Saints Fondateurs : six d’entre eux furent ordonnés prêtres, mais Saint Alexis Falconieri, par humilité, refusa d’être élevé au sacerdoce et voulut s’attacher aux plus humbles tâches pour le service de ses frères. En revanche il survécut longuement à ses six compagnons puisqu’il s’éteignit le 17 février 1310 à l’âge de 110 ans !
Il fut le directeur spirituel de sa petite nièce, Sainte Julienne Falconieri (1270-1341), fondatrice des Soeurs Servites de Marie.

Basilique du Monte Senario - châsse des Sept Saints Fondateurs

Basilique du Monte Senario :
en arrière de l’autel majeur, sous le ciborium, la châsse qui renferme les corps des Sept Saints Fondateurs

- Le scapulaire noir des Sept Douleurs de Notre-Dame :

Le scapulaire noir des Sept Douleurs de Notre-Dame, est un scapulaire approuvé par l’Eglise qui y a attaché des grâces spirituelles et des indulgences.
Comme tous les scapulaires, il se compose de deux rectangles de laine noire reliés entre eux par des cordons. Bien qu’elles ne soient pas nécessaires, sur ces rectangles d’étoffe sont souvent cousues des représentations pieuses de la Piéta ou du Coeur de Marie transpercé de sept glaives.
Ce scapulaire noir est la « réduction » du grand scapulaire des religieux tel qu’il fut donné par la Mère de Dieu elle-même aux Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites le Vendredi Saint 13 avril 1240.
Originellement, le scapulaire noir des Sept Douleurs était donné aux membres des confréries de la Vierge des Douleurs et du Tiers Ordre des Servites de Marie comme signe de leur lien avec l’Ordre. Les personnes qui le portent doivent s’engager à réciter quotidiennement au moins sept Pater noster et sept Ave Maria en l’honneur des Sept Douleurs de Notre-Dame et à les honorer par une vie chrétienne exemplaire, la pratique de la pénitence et la méditation assidue des souffrances de Marie.
Autrefois, seuls les Servites étaient habilités à les bénir et à les imposer, mais à l’heure actuelle le code de droit canonique en vigueur autorise tout prêtre à administrer tous les sacramentaux dont les scapulaires font partie.

Il ne faut pas confondre le scapulaire noir des Sept Douleurs de Notre-Dame avec le scapulaire noir de la Passion dont l’origine se trouve dans la congrégation des Passionistes.

Sept Saints Fondateurs - détail

«Voyez le genre de vêtements dont je veux que vous soyez revêtus :
ils indiquent par leur couleur sombre les douleurs que j’ai ressenties en ce jour par suite de la mort de mon Fils unique.»

Es_063

2018-8. Edit de Saint-Germain par lequel Sa Majesté le Roi Louis XIII a publié et ordonné la consécration du Royaume de France à la Très Sainte Vierge Marie sous le vocable de son Assomption.

- 10 février 1638 -

lys.gif

En l’an 1636, la Très Sainte Vierge Marie fit savoir à la Révérende Mère Anne-Marie de Jésus Crucifié (de Goulaine), religieuse stigmatisée que Monsieur le Cardinal de Richelieu tenait en très haute estime, qu’elle désirait que la France lui soit solennellement consacrée par le Roi. L’année suivante, Sa Majesté le Roi Louis XIII, « dans le secret de son coeur », consacra sa personne et son Royaume à Notre-Dame. Dans le même temps, par tout le Royaume, montaient vers le Ciel d’ardentes prières pour qu’un Dauphin fût donné à la France. Leurs Majestés elles-mêmes, multipliaient les prières, les pèlerinages et les pieuses donations afin d’obtenir un héritier, attendu depuis vingt-deux années.
La Sainte Mère de Dieu répondit en apparaîssant à un religieux augustin du couvent de Notre-Dame des Victoires, dnt l’église venait d’être fondée depuis peu par le Roi, en action de grâces pour la victoire sur les protestants. La Très Sainte Vierge Marie demandait en particulier trois neuvaines réalisées successivement en son sanctuaire de Cotignac en Provence, à Notre-Dame de Paris et dans l’église Notre-Dame des Victoires.
Ces faits mystiques furent portés à la connaissance de Sa Majesté la Reine Anne. Le religieux, frère Fiacre de Sainte-Marguerite, acheva les trois neuvaines demandées par la Madone le 5 décembre 1637 et c’est très exactement neuf mois après jour pour jour, le 5 septembre 1638, que naquit le Dauphin Louis Dieudonné, futur Louis XIV (cf. > ici).
Dès que la Reine fut certaine de sa grossesse, et sans attendre la naissance pour savoir si l’enfant royal serait garçon ou fille, Sa Majesté le Roi Louis XIII publia, le 10 février 1638, cet Edit de Saint-Germain, acte officiel par le moyen duquel il fait connaître au Royaume de France la consécration qu’il fait de sa personne, de sa couronne et de tout son Royaume à Notre-Dame et promulgue la manière dont cette consacration devra être solennellement renouvelée chaque année à la date du 15 août.

Louis XIII offrant sa couronne à Notre-Dame - Nicolas Coustou

Louis XIII offrant sa couronne à Notre-Dame
(oeuvre de Nicolas Coustou – détail du monument du Vœu de Louis XIII à Notre-Dame de Paris)

lys.gif

Louis, par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre,
à tous ceux qui ces présentes lettres verront,
salut.

Dieu, qui élève les rois au trône de leur grandeur, non content de nous avoir donné l’esprit qu’Il départ à tous les princes de la terre pour la conduite de leurs peuples, a voulu prendre un soin si spécial et de notre personne et de notre Etat, que nous ne pouvons considérer le bonheur du cours de notre règne sans y voir autant d’effets merveilleux de Sa bonté que d’accidents qui nous menaçaient.
Lorsque nous sommes entré au gouvernement de cette couronne, la faiblesse de notre âge donna sujet à quelques mauvais esprits d’en troubler la tranquillité ; mais cette main divine soutint avec tant de force la justice de notre cause que l’on vit en même temps la naissance et la fin de ces pernicieux desseins.
En divers autres temps, l’artifice des hommes et la malice du démon ayant suscité et fomenté des divisions non moins dangereuses pour notre couronne que préjudiciables à notre maison, Il lui a plu en détourner le mal avec autant de douceur que de justice ; la rébellion de l’hérésie ayant aussi formé un parti dans l’Etat, qui n’avait d’autre but que de partager notre autorité, Il S’est servi de nous pour en abattre l’orgueil, et a permis que nous ayons relevé Ses saints autels, en tous les lieux où la violence de cet injuste parti en avait ôté les marques.
Si nous avons entrepris la protection de nos alliés, iI a donné des succès si heureux à nos armes qu’à la vue de toute l’Europe, contre l’espérance de tout le monde, nous les avons rétablis en la possession de leurs Etats dont ils avaient été dépouillés. Si les plus grandes forces des ennemis de cette couronne se sont ralliées pour conspirer sa ruine, Il a confondu leurs ambitieux desseins, pour faire voir à toutes les nations que, comme Sa Providence a fondé cet Etat, Sa bonté le conserve, et Sa puissance le défend.
Tant de grâces si évidentes font que pour n’en différer pas la reconnaissance, sans attendre la paix, qui nous viendra de la même main dont nous les avons reçues, et que nous désirons avec ardeur pour en faire sentir les fruits aux peuples qui nous sont commis, nous avons cru être obligés, nous prosternant aux pieds de Sa Majesté divine que nous adorons en trois Personnes, à ceux de la Sainte Vierge et de la sacrée Croix, où nous vénérons l’accomplissement des mystères de notre Rédemption par la vie et la mort du Fils de Dieu en notre chair, de nous consacrer à la grandeur de Dieu par Son Fils rabaissé jusqu’à nous et à ce Fils par Sa mère élevée jusqu’à Lui ; en la protection de laquelle nous mettons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et tous nos sujets pour obtenir par ce moyen celle de la Sainte Trinité, par son intercession et de toute la cour céleste par son autorité et exemple, nos mains n’étant pas assez pures pour présenter nos offrandes à la pureté même, nous croyons que celles qui ont été dignes de Le porter, les rendront hosties agréables, et c’est chose bien raisonnable qu’ayant été médiatrice de ces bienfaits, elle le soit de nos actions de grâces.

A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que, prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l’effort de tous ses ennemis, que, soit qu’il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire.
Et afin que la postérité ne puisse manquer à suivre nos volontés à ce sujet, pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de l’église cathédrale de Paris, avec une image de la Vierge qui tienne entre ses bras celle de son précieux Fils descendu de la Croix ; nous serons représenté aux pieds du Fils et de la Mère, comme leur offrant notre couronne et notre sceptre [note].

Nous admonestons le sieur archevêque de Paris, et néanmoins lui enjoignons, que tous les ans, le jour et fête de l’Assomption, il fasse faire commémoration de notre présente déclaration à la Grand’ Messe qui se dira en son église cathédrale, et qu’après les vêpres dudit jour il soit fait une procession en ladite église, à laquelle assisteront toutes les compagnies souveraines, et le corps de la ville, avec pareille cérémonie que celle qui s’observe aux processions générales plus solennelles.
Ce que nous voulons aussi être fait en toutes les églises tant paroissiales, que celles des monastères de ladite ville et faubourgs ; et en toutes les villes, bourgs et villages dudit diocèse de Paris.

Exhortons pareillement tous les archevêques et évêques de notre royaume, et néanmoins leur enjoignons de faire célébrer la même solennité en leurs églises épiscopales, et autres églises de leurs diocèses ; entendant qu’à ladite cérémonie les cours de parlement, et autres compagnies souveraines, et les principaux officiers des villes y soient présents.
Et d’autant qu’il y a plusieurs églises épiscopales qui ne sont point dédiées à la Vierge, nous exhortons lesdits archevêques et évêques en ce cas, de lui dédier la principale chapelle desdites églises, pour y être faite ladite cérémonie ; et d’y élever un autel avec un ornement convenable à une action si célèbre, et d’admonester tous nos peuples d’avoir une dévotion toute particulière à la Vierge, d’implorer en ce jour sa protection, afin que, sous une si puissante patronne, notre royaume soit à couvert de toutes les entreprises de ses ennemis, qu’il jouisse longuement d’une bonne paix ; que Dieu y soit servi et révéré si saintement que nous et nos sujets puissions arriver heureusement à la dernière fin pour laquelle nous avons tous été créés ; car tel est notre bon plaisir.

Donné à Saint-Germain-en-Laye, le dixième jour de février, l’an de grâce mil-six-cent-trente-huit, et de notre règne le vingt-huitième.

signature de Louis XIII

Armes de France & Navarre

[note] Louis XIII mourut sans avoir pu réaliser ce dessein mais Louis XIV se chargea d’acquitter le monument prévu par le vœu de son père. La décoration du chœur de Notre-Dame, entreprise par le Grand Roi, ne fut achevée qu’en 1714 : la Très Sainte Vierge Marie y est représentée assise au pied de la croix, tenant le Christ mort sur ses genoux ; du côté de l’épître Louis XIII, et du côté de l’Evangile Louis XIV – puisqu’il voulut se réunir à son père dans cet acte solennel – offrent leur couronne à la Vierge. Malgré les saccages et pillages des révolutions et troubles politiques de la fin du XVIIIe siècle et du XIXe siècle, et malgré le démantèlement du maître-autel de la cathédrale lors de la réforme liturgique postérieure au second concile du Vatican, ces œuvres sont encore à leur place dans le fond du sanctuaire de Notre-Dame de Paris, ainsi qu’on peut le voir ci-dessous.

Voir aussi dans les pages de ce blogue :
- Manière d’accomplir la procession du Vœu de Louis XIII > ici
- Décret de Pie XI proclamant ND de l’Assomption patronne principale de la France > ici

P1080750 France, Paris, «le voeu de Louis XIII» dans le fond du choeur de la cathédrale Notre-Dame; Louis XIII et Louis XIV entourent la Vierge de pitié «Pieta»

Monument du Vœu de Louis XIII (cathédrale Notre-Dame de Paris)

12345...48

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi