Archive pour la catégorie 'Prier avec nous'

2018-78. Samedi 15 septembre : Journée de prière et de récollection au Mesnil-Marie, à l’occasion de la fête de Notre-Dame des Sept-Douleurs.

Statue de N.D. de Compassion du Mesnil-Marie

A l’occasion de sa fête patronale principale,

le Refuge Notre-Dame de Compassion

vous propose

une journée de prière et de récollection

au Mesnil-Marie

le samedi 15 septembre 2018

Programme de la journée :

- 10 h  (précises) : Sainte Messe chantée (rite latin traditionnel évidemment).
11 h 30 : 1er enseignement : « Importance et actualité du culte des Douleurs de la Mère de Dieu »
- 13 h : repas tiré du sac
- 14 h 30 : 2nd enseignement : « Vie chrétienne et souffrance »
16 h : chapelet des Sept-Douleurs de Notre-Dame et salut du Très Saint-Sacrement

Inscription nécessaire  (par courriel ou par téléphone) ou bien > ici

Blason du Refuge Notre-Dame de Compassion

Litanies en l’honneur de notre Bienheureux Père Saint Augustin.

(pour la récitation privée)

canivet avec Saint Augustin

Canivet représentant Saint Augustin
(collection du Mesnil-Marie)

Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exauce-nous.

Père Céleste qui es Dieu, ayez pitié de nous.
Fils, Rédempteur du monde, qui es Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint qui es Dieu, ayez pitié de nous.
Trinité Sainte qui es un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.
Sainte Mère de Dieu, priez pour nous.
Siège de la Sagesse, priez pour nous.

Saint Augustin, notre Bienheureux Père, priez pour nous.

Saint Augustin, fils des larmes d’une mère vertueuse, priez pour nous.
Saint Augustin, exemple sublime de conversion, priez pour nous.
Saint Augustin, règle vivante pour les âmes contrites, priez pour nous.
Saint Augustin, infatigable chercheur de Dieu, priez pour nous.
Saint Augustin, inlassable contemplateur de la Très Sainte Trinité, priez pour nous.
Saint Augustin, scrutateur persévérant des mystères de la grâce, priez pour nous.
Saint Augustin, dont le cœur fut embrasé par le feu du divin Amour, priez pour nous.
Saint Augustin, zélateur de la vie monastique, priez pour nous.
Saint Augustin, modèle pour la vie apostolique, priez pour nous.
Saint Augustin, réceptacle de la Sagesse divine, priez pour nous.
Saint Augustin, gloire du collège des évêques, priez pour nous.
Saint Augustin, colonne de la foi catholique, priez pour nous.
Saint Augustin, lumière pour tous ceux qui enseignent, priez pour nous.
Saint Augustin, prédicateur ardent de la Parole divine, priez pour nous.
Saint Augustin, source inépuisable de l’éloquence chrétienne, priez pour nous.
Saint Augustin, commentateur inégalable des Saintes Ecritures, priez pour nous.
Saint Augustin, gardien de la vérité contre l’erreur, priez pour nous.
Saint Augustin, exterminateur des hérésies, priez pour nous.
Saint Augustin, défenseur de la Sainte Église contre ses ennemis, prie pour nous.
Saint Augustin, docteur sublime de la grâce, priez pour nous.
Saint Augustin, Père humble et miséricordieux, priez pour nous.
Saint Augustin, puissant consolateur des âmes affligées, priez pour nous.
Saint Augustin, éclat resplendissant de la gloire de Dieu, priez pour nous.
Saint Augustin, brillant miroir de la sainteté, priez pour nous.
Saint Augustin, modèle de toutes les vertus, priez pour nous.
Saint Augustin, patriarche d’innombrables familles religieuses, priez pour nous.
Saint Augustin, lumière incomparable de l’Occident, priez pour nous.

Agneau de Dieu qui enlevez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu qui enlevez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu qui enlevez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

V./: Priez pour nous, ô notre glorieux Père Saint Augustin ;
R./: Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Prions :

Dieu tout-puissant et miséricordieux, qui, renouvelant dans Votre Eglise le miracle de la colonne de nuée et de feu, avez communiqué avec une incommensurable largesse la pénétrante intelligence des mystères de Votre Sagesse à notre Bienheureux Père Saint-Augustin, et qui avez surabondamment embrasé son cœur de la flamme de Votre Amour divin de sorte qu’il puisse la propager à travers tous les siècles dans les âmes de Vos fidèles, à sa prière et par son intercession, accordez-nous, nous Vous en supplions, d’affronter victorieusement les épreuves et les tempêtes de ce monde qui passe pour atteindre heureusement aux rivages de la patrie éternelle que Vous nous avez promise. Nous vous le demandons par Jésus-Christ, Notre-Seigneur.

Ainsi soit-il.

Sacré-Coeur gif

Voir aussi :
- Prière à notre Bienheureux Père Saint Augustin > ici
- L’hymne « Magne Pater Augustine » pour la fête de Saint Augustin > ici
Les cinq catéchèses du Saint-Père Benoît XVI consacrées à Saint Augustin en  2008, à partir d’ ici
- La catéchèse du Saint Père Benoît XVI du 25 août 2010 sur Saint Augustin ici
- Les « trois conversions de Saint Augustin » par le Saint-Père Benoît XVI en pélerinage à Pavie en avril 2012 ici
- L’importance de la part monastique dans la vie de Saint Augustin ici
- Prière pour la conversion de ses moeurs, attribuée à Saint Augustin ici
- Le génie, les mérites et la gloire de Saint Augustin (Poujoulat) ici
- Une prière au Saint Esprit extraite des œuvres de Saint Augustin > ici
- La Règle donnée aux serviteurs de Dieu par notre Bienheureux Père Saint Augustin > ici

2018-77. Lettre du Prieur de la Confrérie Royale à l’occasion de la Saint-Louis et du troisième anniversaire de la fondation de ladite Confrérie.

« A fructibus eorum cognoscetis eos »
(Matth. VII, 16)
« Vous les reconnaîtrez à leurs fruits »

Saint Louis - vitrail

Chers Membres et Amis de la Confrérie Royale,

Cette fête de Saint Louis, plus encore que tous les autres « 25 du mois » – pourtant déjà spécialement consacrés à davantage de prière pour notre Souverain légitime, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX -, nous invite à redoubler de ferveur : « Domine, salvum fac Regem nostrum Ludovicum : Seigneur, sauvez notre Roi Louis ! ».
Cette fête de Saint Louis, modèle de tous les Rois chrétiens, nous stimule à être toujours plus dévoués à la prière pour le Roi Très Chrétien.
Cette fête de Saint Louis, céleste patron de notre Prince Louis ainsi que de Monseigneur le Dauphin, et protecteur particulier des Capétiens, exige de nous que nous nous montrions toujours plus généreux et exigeants dans l’accomplissement de ce à quoi nous nous sommes engagés en devenant membres de cette Confrérie.
Nous ne sommes pas entrés dans cette milice spirituelle – car c’en est une – par mondanité, mais pour mener un combat, au service du Roi de la terre lieu-tenant du Roi du Ciel, par les armes de la prière et de la pénitence.

Quitte à passer pour un radoteur et un rabat-joie, mon devoir de Prieur est de vous le rappeler, à temps et à contretemps.
Mon devoir de Prieur m’impose d’insister, aujourd’hui et demain, et jusqu’au bout de mes forces, sur le fait que, pour fléchir le Ciel et en faire descendre d’abondantes grâces sur le Royaume des Lys et son Souverain légitime, il est nécessaire et indispensable, d’ajouter à nos prières des sacrifices et des mortifications volontaires.
Ayez en mémoire que Saint Louis non seulement donnait la première place à Dieu, par la prière, dans ses journées, mais qu’en outre il était assidu et constant dans la pénitence, portant haire et cilice, pratiquant rigoureusement le jeûne et se faisant donner la discipline.

fleur de lys gif2

Chers Amis, en ce 25 août 2018, notre humble Confrérie Royale célèbre le troisième anniversaire de sa fondation : cette journée est donc aussi marquée par une profonde action de grâces.
Action de grâces pour son développement : développement qui s’effectue – lentement mais sûrement – par une croissance continue en effectifs et en audience, mais surtout par la croissance spirituelle de chacun des membres. Nombreux, en effet, sont ceux qui peuvent témoigner que les engagements qu’ils ont pris en entrant dans cette Confrérie sont une force et un puissant stimulant pour leur vie chrétienne tout entière, en même temps qu’ils sont source d’épanouissement et de joie.
Les fondateurs de cette Confrérie Royale sont eux-mêmes émerveillés, même s’il ne s’agit pas de choses spectaculaires, par la manière dont la divine Providence qui s’est servie d’eux comme de pauvres instruments, conduit les choses, bien au-delà de ce qu’ils pouvaient concevoir ou imaginer quand, le 25 août 2015, ils ont annoncé cette fondation.

Mais nous savons et n’oublions jamais que marcher à la suite de Notre-Seigneur Jésus-Christ signifie, immanquablement, d’embrasser Sa Croix et d’avoir part à Ses opprobres. S’il n’en était pas ainsi d’ailleurs, nous pourrions – et même devrions – douter de la vérité surnaturelle de l’œuvre entreprise.
Nous ne pouvons donc pas nous étonner du fait que la Confrérie Royale soit tantôt méprisée, tantôt combattue, tantôt calomniée : cela est déjà une réalité, et, compte-tenu des enjeux pour lesquels elle a été créée, il faut être certain que cela n’ira pas en diminuant.

fleur de lys gif2

Méprisée, combattue, calomniée : la Confrérie Royale doit bien sûr s’y attendre de la part des ennemis de la Royauté traditionnelle et de toutes les valeurs humaines et spirituelles dont elle est la synthèse. Ces dignes héritiers des sans-culottes et des septembriseurs ont au moins le mérite d’être cohérents avec les idées perverses dont ils se sont faits les serviteurs.
Jusqu’à présent, certes, ils ne nous ont pas maltraités physiquement, pas jetés en prison, pas torturés, pas envoyés à la guillotine. Cela viendra peut-être un jour, et nous devons non seulement nous préparer à cela (car la persécution viendra peut-être plus rapidement qu’on ne l’imagine) mais nous devons avoir le désir de rendre le témoignage suprême du sang versé « pour Dieu et pour le Roi ».
Néanmoins, il est déjà arrivé que nous recevions des insultes et faisions l’objet d’agressions verbales, avec toutes les « délicatesses de langage » dont les personnes grossières dans leur mentalité et dans leurs mœurs sont évidemment capables. Mais de cela nous ne nous formalisons pas trop ; il n’y a là rien que de très conforme à la logique des « deux cités » décrites par Saint Augustin : « Deux amours ont donc bâti deux cités, l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu, la cité de la terre ; l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi, la cité de Dieu ».

Méprisée, combattue, calomniée, la Confrérie Royale l’est aussi par de sincères serviteurs de Dieu : fidèles de la Sainte Eglise catholique qui ne sont pourtant pas des apostats, prêtres ou religieux qui ne sont pourtant pas des clercs dévoyés, prélats réputés pour leur soutien aux valeurs traditionnelles, royalistes défendant les principes d’une monarchie chrétienne, voire même légitimistes affichés et « engagés »… etc.
Faut-il s’en étonner ? Certainement pas !
C’est par ceux dont Il a dit qu’ils siégeaient dans la chaire de Moïse et qu’il fallait pratiquer ce qu’ils enseignaient (mais pas imiter leur conduite) que Notre-Seigneur Jésus-Christ a été attaqué de la manière la plus virulente, plus que par les impies et les païens auxquels ils finiront par Le livrer.

Les catholiques – et plus encore les clercs – qui calomnient et colportent des mensonges sur la Confrérie Royale auront à en rendre compte au tribunal de Dieu, parce qu’ils enfreignent gravement le 8ème précepte du décalogue dont ils sont supposés faire une application exemplaire. Quant à nous, nous avons mieux à faire que de nous justifier nous-mêmes (cf. Rom. VIII, 33).

fleur de lys gif2

La seule réponse qu’il est en notre devoir et pouvoir de donner, est celle d’une toujours plus grande fidélité aux exigences auxquelles nous nous sommes librement et volontairement engagés, afin d’obtenir le maximum de grâces au Roi que nous avons l’honneur de servir et, à travers lui, à la France.
Notre-Seigneur a donné un critère de discernement infaillible au moyen duquel toute âme de bonne volonté est capable de se faire une opinion objective et solide : « A fructibus eorum cognoscetis eos : vous les reconnaîtrez à leurs fruits ! » (Matth. VII, 16).

Je terminerai donc par quelques questions auxquelles je n’apporterai pas moi-même de réponse : la Confrérie Royale porte-t-elle ses adhérents à mieux aimer et servir Dieu, oui ou non ? La Confrérie Royale est-elle un « club » mondain et superficiel, oui ou non ? La Confrérie Royale diffuse-t-elle des idées contraires aux desseins de Dieu sur la France, oui ou non ? La Confrérie Royale pose-t-elle des obstacles à une authentique restauration de la monarchie traditionnelle, oui ou non ? Les pèlerinages et manifestations organisés par la Confrérie Royale portent-ils des fruits de grâce et de vie spirituelle, oui ou non ?

Ainsi donc : « Si cette entreprise ou cette œuvre est des hommes, elle se dissipera ; mais si elle est de Dieu, vous ne pourrez la détruire, et peut-être que vous vous trouveriez à combattre contre Dieu même ! » (Act. V, 38-39).

Votre très humble et très dévoué,
in Corde Iesu & Mariae.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur,
Prieur.
Blason Frère Maximilien-Marie

Prière pour renouveler le Vœu de Louis XIII :

Nous avons publié (cf. > ici) les prières liturgiques traditionnellement prescrites pour la procession du 15 août en accomplissement du Vœu de Sa Majesté le Roi Louis XIII.
Lors de la procession du Vœu de ce dernier 15 août, à la chapelle Notre-Dame de la Rose de Montélimar si chère à notre cœur, Monsieur l’Abbé, à la station, a en outre lu un texte de prière qui a retenu toute notre attention – et qui a d’ailleurs été très apprécié de tous les fidèles présents – dont il a publié le texte dans le bulletin paroissial. Il nous a dit qu’il tenait cette prière de l’un de ses confrères, lequel l’avait découvert il y a plusieurs années dans un manuel de dévotion.
Nous pensons que ce texte, d’une grande actualité, complète très heureusement les prières liturgiques de la Procession du Vœu de Louis XIII, et nous remercions vivement Monsieur l’Abbé de nous avoir autorisé à le publier dans ces pages.

Abraham Bosse voeu de Louis XIII

Gravure d’Abraham Bosse (1602-1676)
représentant le Vœu de Louis XIII

lys 2

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.
Ainsi soit-il.

Très douce Vierge Marie, qui avez jadis inspiré au Roi Louis XIII de vous consacrer sa personne, son royaume et ses sujets, daignez continuer d’étendre sur notre personne, notre famille, notre paroisse, notre diocèse et notre Patrie, la France, votre protection maternelle.
Nous aussi, et davantage que le pieux Roi, nous sommes en butte aux épreuves, aux divisions, aux révoltes et aux erreurs. Le démon et le monde mènent contre la Sainte Eglise, contre la Royauté de votre Fils, contre les familles chrétiennes et contre nos âmes fragiles, une guerre sans merci, cherchant à détruire tout ce qui glorifie Dieu et tout ce qui est soumis à Sa Sainte Volonté.
Le monde entier souffre de famine spirituelle, et il n’est presque plus personne pour prêcher la Vérité et répandre la grâce des sacrements. Les erreurs et le péché règnent partout, jusque dans le sanctuaire, et la foi de vos enfants est sans cesse menacée par des pasteurs indignes qui renient par leurs paroles ou par leurs actes l’Evangile de votre Divin Fils.

C’est pourquoi nous nous tournons vers vous avec ferveur et grande confiance, et nous venons à vos pieds nous consacrer à vous.
Conservez en notre intelligence la foi catholique dans son intégrité, et donnez-nous la grâce d’en porter témoignage.
Ranimez en notre cœur l’espérance, afin que nous désirions contempler la Trinité Sainte et vous-même dans le Ciel, et que nous demandions humblement à Dieu la fidélité qui y conduit.
Répandez en notre âme votre charité, pour qu’en toutes choses nous imitions vos vertus et suivions votre exemple.
Rétablissez dans notre patrie et dans ce qui fut la Chrétienté le règne de Jésus-Christ : que les institutions et les mœurs soient animées et réglées par la Sainte Loi de Dieu.
Avec vous et par votre intercession, ô Notre-Dame et notre Souveraine, nous voulons ici-bas travailler à la gloire de Dieu, et en jouir dans l’éternité.

Ainsi soit-il.

Louis XIII offrant sa couronne à Notre-Dame - Nicolas Coustou

SMTC le Roi Louis XIII offrant sa Couronne à la Vierge de Pitié
(maître-autel de la cathédrale Notre-Dame de Paris)

Le cantique « Prends mon coeur : le voilà ! »

En ce jour de fête de la Très Sainte Vierge Marie, nous avons plaisir à renouveler notre consécration personnelle à Notre-Dame et à lui offrir notre cœur avec toujours plus de ferveur et d’amour.
Voici un ancien cantique que nous aimons beaucoup au Mesnil-Marie parce qu’il exprime bien tout ceci : hommage filial, confiance en sa protection maternelle, préservation et secours dans les tentations, imitation de ses vertus et persévérance finale…
En somme, ces cinq couplets résument tout ce qui constitue la dévotion à Marie.

J’ai même trouvé un enregistrement de ce cantique chanté par Tino Rossi (!!!). Le voici (faire un clic droit sur l’image ci-dessous, puis « ouvrir le lien dans un nouvel onglet ») :

Image de prévisualisation YouTube

Trois lys blancs

Cœur très pur de Marie

Prends mon cœur le voilà, Vierge ma bonne Mère :
C’est pour se reposer qu’il a recours à Toi ;
Il est las d’écouter les vains bruits de la terre,
Ta secrète parole est si douce pour moi.

-1 -
Que j’aime de Ton front la couronne immortelle,
Ton sourire si doux, Ton regard maternel !
Mère, plus je Te vois, plus je Te trouve belle
Et je viens déposer mon cœur sur Ton autel.

- 2 -
Tu le sais inconstant : hâte-Toi de le prendre,
Peut-être que ce soir il ne sera plus mien ;
Il me faudrait pleurer pour me le faire rendre.
Oh ! cache-le bien vite et mets-le dans le Tien.

- 3 -
Et puis si, quelquefois, je Te le redemande,
Oh ! ne me le rends plus mais dis-moi, dès ce jour,
Dis-moi que Tu ne peux accueillir ma demande
Que je Te l’ai donné, qu’il est Tien sans retour !

- 4 -
Rends-moi pur à Tes yeux, donne-moi l’innocence,
Un bon cœur pour T’aimer et Ton sein pour dormir,
La foi, la charité, la sublime espérance,
Tes vertus ici-bas, un beau jour pour mourir.

- 5 -
Quand mes yeux obscurcis baisseront vers la tombe,
Quand ma lèvre aura bu le calice de fiel,
Donne-moi pour voler des ailes de colombe
Et viens me recevoir à la porte du Ciel.

Monogramme des Servites

Autres textes de consécration à Notre-Dame publiés dans ce blogue :
- Consécration personnelle « O Domina mea » de St Louis de Gonzague > ici
- Consécration du genre humain au Coeur immaculé de Marie (Pie XII) > ici
- Prière de St Germain de Constantinople > ici
et aussi…
- BD « La nouvelle arche » > ici
- BD « Dans l’arche du Coeur immaculé » > ici

2018-72. 106ème pèlerinage légitimiste à Sainte-Anne d’Auray

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Nous vous invitons – si vous n’êtes pas déjà avertis – à prendre connaissance du programme suivant, et, en particulier si vous habitez dans l’Ouest de la France (mais pas que : il y aura des pèlerins du Sud-Est qui se rendront en Bretagne pour la circonstance !) à ne pas manquer de participer à ce pèlerinage légitimiste : une date importante dans le calendrier annuel des manifestations de la Légitimité !

Pèlerinage légitimiste Sainte-Anne d'Auray 2018

Pèlerinage légitimiste Sainte-Anne d'Auray 2018

Pèlerinage légitimiste Sainte-Anne d'Auray 2018

Pèlerinage légitimiste Sainte-Anne d'Auray 2018

Fleur de lys

Prière en l’honneur de notre Bienheureux Père Saint Augustin :

Cette prière est particulièrement recommandée
pour servir de neuvaine

du 19 au 27 août
en guise de
préparation 
à la fête de Saint Augustin

Saint Augustin - canivet XIXe siècle

Ô bienheureux Père Saint Augustin,

- Modèle pour toutes les âmes en quête de vérité,
qui avez peiné, entravé, sur les chemins tortueux des hommes
avant de trouver les chemins lumineux de Dieu et d’y marcher dans la plénitude de votre liberté,
nous nous émerveillons devant tout ce que la grâce a opéré en vous,
et nous vous prions de nous obtenir du Père des Lumières
les grâces d’une conversion intérieure toujours nécessaire parce que jamais totalement achevée,
afin que nous, qui avons été faits pour Dieu, nous nous attachions entièrement à Lui
et trouvions en Lui seul le repos auquel aspire notre cœur !

- Modèle de vie monastique,
qui avez donné à l’Occident latin la première Règle religieuse
et demeurez encore aujourd’hui le Père d’innombrables consacrés à travers toute la Chrétienté,
inspirez à de nombreuses âmes un amour sans partage pour Celui qui, seul,
Beauté toujours ancienne et Beauté toujours nouvelle, les remplira en plénitude.
Que soit rompue la surdité et balayée la cécité de leurs lourdeurs terrestres,
afin qu’embrasées pour la paix que donne le divin Rédempteur,
elles répondent à Ses appels et se consacrent entièrement à Lui,
au service de l’Eglise et de leurs frères !

- Modèle pour tous les Pasteurs de l’Eglise,
qui par une étude patiente et passionnée avez inépuisablement puisé la doctrine de Vérité aux sources vives des Ecritures,
et l’avez faite resplendir pour tous les âges,
enseignez aujourd’hui à tous ceux qui ont charge d’âme un semblable zèle à l’étude
et un attachement infaillible à la Sainte Tradition reçue des Apôtres,
afin que, évitant les écueils des erreurs et combattant impitoyablement l’hydre de l’hérésie,
ils conduisent sans faiblesse le troupeau de Dieu à la réconfortante rencontre de la Vérité suprême, source de toute vérité créée !   

- Docteur sublime de la grâce,
qui, nous donnant à contempler la céleste Cité de Dieu,
nous avez enseigné à lire l’histoire à la lumière de la sagesse mystérieuse de la Providence,
obtenez à tous les fidèles du Christ de fouler aux pieds l’amour de soi qui conduit au mépris de Dieu
pour vivre dès ici-bas de cet amour de Dieu qui va jusqu’au mépris de soi,
en sorte que la recherche des vertus prime ici-bas dans la construction de la cité terrestre qui prépare la cité du Ciel,
et que la Chrétienté, dont vous fûtes le théologien, renaisse de ses cendres
pour faire resplendir aux yeux de tous les hommes la lumière victorieuse du Christ notre Roi !

Ainsi soit-il !

Prière composée par Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

St Augustin écrivant la Cité de Dieu - Bâle 1515

Saint Augustin écrivant « La Cité de Dieu »
et décrivant les deux amours qui ont édifié les deux cités
(incunable de Bâle – 1515)

2018-70. De la restauration de notre statue du Saint Enfant Jésus de Prague.

Jeudi 16 août 2018,
Fête de Saint Roch (cf. > ici) ;
Mémoire de Saint Joachim, père de la Bse Vierge Marie ;
Mémoire du 2e jour dans l’octave de l’Assomption.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Vous savez – du moins pour ceux qui ne nous connaissent pas uniquement par le moyen de ce blogue et qui sont déjà venus en notre Mesnil-Marie – que nous avons la joie d’y posséder une reproduction du Saint Enfant Jésus de Praque qui bénéficie du statut de relique. J’ai déjà eu l’occasion de vous expliquer pour quelles raisons > ici.
Dans cet article, je vous donnais aussi l’historique de cette statue qui a été offerte à Frère Maximilien-Marie par les religieuses de la Visitation de Chartres, au temps où il a été affilié à ce monastère (aujourd’hui fermé, malheureusement).
Lorsque ma Très Honorée Mère Anne-Françoise, alors supérieure du couvent de Chartres, a donné la statue à notre Frère, elle lui a expliqué – j’en parlais dans cette publication dont vous trouvez le lien ci-dessus – que cette sainte image avait souffert lors de l’expulsion des religieuses au début du XXème siècle : en particulier les doigts de la main droite, qui bénit, avaient été abîmés et à la base du cou il se trouvait une large fissure, comme en témoignent les clichés ci-dessous.

Voici d’abord la statue tout entière, sans ses parures :

Statue de l'Enfant Jésus avant restauration

Voici le détail des mains abîmées.
Remarquez aussi la fissure au niveau du cou, la peinture écaillée en plusieurs endroits et l’absence de la croix sur le globe impérial :

mains abîmées

Et voici la partie arrière de la tête où l’on voit bien la grande fissure, prolongée par plusieurs petites :

cou abîmé arrière

Or, d’excellents amis et authentiques bienfaiteurs de notre Mesnil-Marie, connaissant un monsieur dont la profession est la restauration de décors peints et de statues dont ils avaient pu eux-mêmes apprécier l’excellence du travail, ont proposé à Frère Maximilien-Marie d’emporter notre cher Enfant Jésus de Prague pour qu’il bénéficie des bons soins de l’homme de l’art.

C’est ainsi que, dûment empaquetée, notre statue est partie pour un nouveau voyage à travers la France… et nous a été rapportée le samedi 11 août à l’occasion de la fête de Sainte Philomène, où, puisqu’elle avait fait l’objet d’une restauration, après la Sainte Messe, elle a reçu une nouvelle bénédiction.

Presque dans le même temps, notre chère amie M., qui nous avait fait la joie de confectionner la parure verte de l’Enfant Jésus il y a deux ans (cf. > ici) est venue nous rendre visite et nous a rapporté les vêtements bleu ciel qu’elle a très minutieusement restaurés, parce qu’ils avaient souffert des outrages du temps : des coutures avaient lâché, et la dentelle au point d’Alençon (une vraie merveille !) des manchettes et de la colerette présentaient des déchirures…
Bref ! Pour ces fêtes de l’Assomption, notre Saint Enfant Jésus de Prague restauré a repris sa place dans notre oratoire revêtu de la parure qui convient pour les grandes fêtes de Sa Très Sainte Mère.
Je vous laisse l’admirer :

Statue et parure restaurées

Vous pouvez donc voir que l’Enfant Jésus peut à nouveau bénir de toute Sa main, et vous remarquez également que son globe impérial, débarrassé de la peinture dorée maladroite qui l’affligeait a retrouvé sa croix. Quant au cou il a été parfaitement restauré et tous les accrocs de peinture ont été réparés. 

Statue restaurée détail

Nous sommes infiniments reconnaissants à nos amis et à l’artiste qui ont pris en charge cette restauration et à notre amie M. dont les doigts de fée ont fait merveille pour que la parure bleu ciel de l’Enfant Jésus puisse à nouveau lui être enfilée, et nous prions avec une immense gratitude pour que le divin Sauveur les bénisse et les comble de grâces !

Lully.

frise avec lys naturel

Publié dans:Chronique de Lully, Prier avec nous |on 16 août, 2018 |7 Commentaires »

2018-69. « Réco-royco » à l’occasion de la Saint-Louis (25 août 2018).

Vitrail de Saint Louis avec la Sainte Couronne d'épines

Samedi 25 août 2018 :
Fête de Saint Louis, Roi de France

Saint Patron de notre Roi et de Monseigneur le Dauphin,
Céleste protecteur de tous les Capétiens et de la Royauté française.

fleur de lys gif2

Le Cercle Légitimiste du Vivarais abbé Claude Allier, auquel s’associe le Cercle Légitimiste du Dauphiné Crillon le Brave, vous invite à une journée de récollection et d’approfondissement spirituel au Mesnil-Marie, animée par le Prieur de la Confrérie Royale.
Cette journée marquera la reprise des activités de nos cercles après la (relative) pause estivale : les membres ou sympathisants de la Confrérie Royale qui se trouvent dans les environs géographiques, sont également chaleureusement invités à prendre part à cette « réco-royco ».

Programme de la journée (susceptible de légères modifications sauf en ce qui concerne l’heure de la Messe) :

10 h : Sainte Messe
– 11 h : 1er enseignement
– 12 h 30 : Repas tiré du sac
– 14 h : 2e enseignement
– 16 h : chapelet et vénération de la relique de Saint Louis

Pour participer :

L’inscription à cette journée est nécessaire (pour des raisons d’organisation pratique). Merci d’y procéder sans retard !
Courriel :  vivarais.legitimiste@gmail.com

Reliquaire de Saint Louis - Le Mesnil-Marie

Reliquaire de Saint Louis dans l’oratoire du Mesnil-Marie.

12345...37

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi