Archive pour la catégorie 'Prier avec nous'

Confiante supplication à Notre-Dame de Compassion.

Statue de N.D. de Compassion du Mesnil-Marie

Statue de Notre-Dame de Compassion de taille naturelle au Mesnil-Marie

Ô Notre-Dame de Compassion, je me présente humblement devant Vous pour implorer votre secours.

Vous êtes toute puissante auprès du Dieu d’Amour dont la dépouille mortelle repose sur vos genoux : son front blessé par les épines, son visage meurtri, ses yeux éteints, ses lèvres livides, son corps horriblement lacéré, les plaies de ses mains et de ses pieds, la blessure béante de son côté, indiquent ce qu’Il a souffert pour le salut de nos âmes.

Debout au pied de sa croix, Vous avez partagé son sacrifice et Vous êtes devenue, à un titre nouveau, Médiatrice de toutes grâces. C’est là, en effet, que Jésus notre Sauveur nous a confiés à votre maternelle sollicitude lorsqu’Il Vous a dit : « Voici votre fils » et qu’Il a ajouté en Vous montrant à Saint Jean : « Voilà votre Mère »!

Ô Marie, bénissez-moi, puisque donc je suis votre enfant! Obtenez-moi de vivre dans une conformité toujours plus grande avec les préceptes de vie et d’amour que Jésus nous a enseignés, et qu’Il soit toujours davantage le Roi de mon coeur.

Et puisque la Croix est le don le plus précieux qu’Il puisse partager avec ceux qu’Il appelle à devenir ses amis, apprenez-moi à sanctifier mes souffrances et à les unir au Saint Sacrifice de l’Agneau divin.

Votre regard tourné vers le Ciel m’enseigne que, loin de Vous replier sur votre souffrance, ô Vierge des Douleurs, Vous êtes parfaitement associée aux intentions rédemptrices de Jésus et que Vous priez pour moi, Vous intercédez pour moi, Vous offrez le martyre de votre Coeur pour moi…

Oui, ô Mère bien-aimée, Vous que la Sainte Eglise proclame Refuge des pécheurs et Consolatrice des affligés, priez, priez pour moi!

Priez pour les membres de ma famille, et en particulier pour ceux que la mort a ravis à notre affection (…). Priez pour nos malades (…) : adoucissez leurs souffrances, apaisez les inquiétudes de leurs coeurs et, s’il se peut, ramenez les à la pleine santé… Priez aussi pour tous ceux qui se recommandent à ma pauvre prière (…) : prenez et gardez dans votre Coeur compatissant toutes ces intentions que je porte devant Vous!

Aidé de votre secours, fortifié par votre exemple, j’élève moi aussi mon regard vers le Ciel et, dans les peines et les luttes, dans les souffrances et les épreuves de cette vie, je veux avec Vous redire la prière de Jésus agonisant : « Que votre volonté soit faite, ô mon Dieu, et non la mienne! » Cet abandon plein de confiance et cette foi pleine d’espérance seront pour mon âme une force ici-bas et la voie pour atteindre à votre suite le bonheur éternel dans lequel Vous régnez à jamais au sein de la Trinité Bienheureuse.

Ainsi soit-il.

Notre-Dame de Compassion, soyez notre refuge! (3 fois)

(Prière composée par Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur)

Sacrés Coeurs de Jésus et Marie

On trouvera > ici, l’histoire de la statue de Notre-Dame de Compassion vénérée au Mesnil-Marie.

Voici aussi quelques autres prières pour honorer la Compassion et les Douleurs de Notre-Dame :
- l’ Ave Maria de Notre-Dame des Douleurs > ici,
- une prière à la Vierge de Compassion pour les âmes du Purgatoire > ici,
- une neuvaine pour préparer la fête de Notre-Dame de Compassion > ici,
- et le chapelet des Sept Douleurs > ici.

2010-36. Prophétie et prière de Saint Pie X pour la France.

3 septembre, fête du saint Pape Pie X.

Profitons de la fête de ce jour pour publier un texte très célèbre mais qu’il est toujours bon et réconfortant de lire, particulièrement en nos temps de décadence sociale et spirituelle, temps d’incertitudes et de crise profonde pour notre Patrie.

Saint Pie X, qui aimait beaucoup la France et fut très affecté par les évènements douloureux qui affectèrent les catholiques français au cours de son pontificat (expulsion des congrégations, loi dite de « séparation des églises et de l’état », inventaires et vexations contre le clergé…), prononça un jour ces paroles que l’on considère comme une prophétie sur l’avenir de la France :

Saint Pie X

« Le peuple qui a fait alliance avec Dieu aux Fonts Baptismaux de Reims se repentira et retournera à sa première vocation.
Les mérites de tant de ses Fils qui prêchent la vérité de l’Evangile dans le monde presque entier et dont beaucoup l’ont scellée de leur sang, les prières de tant de Saints qui désirent ardemment avoir pour compagnons dans la Gloire Céleste les frères bien-aimés de leur patrie, la piété généreuse de tant de ses Fils, qui, sans s’arrêter à aucun sacrifice, pourvoient à la dignité du clergé et à la splendeur du culte catholique, et, par dessus tout, les gémissements de tant de petits enfants qui, devant les Tabernacles répandent leur âme dans les expressions que Dieu même met sur leurs lèvres, appelleront certainement sur cette nation les miséricordes Divines. Les fautes ne resteront pas impunies, mais elle ne périra jamais, la Fille de tant de mérites, de tant de soupirs et de tant de larmes.
Un jour viendra, et nous espérons qu’il n’est pas très éloigné, où la France, comme Saül sur le chemin de Damas, sera enveloppée d’une Lumière Céleste et entendra une voix qui lui répètera : « Ma Fille, pourquoi Me persécutes-tu ? » . Et, sur sa réponse : « Qui es-tu, Seigneur ? », la voix répliquera : « Je suis Jésus, que tu persécutes. Il t’est dur de regimber contre l’aiguillon, parce que, dans ton obstination, tu te ruines toi-même « . Et elle, tremblante, étonnée, dira : »Seigneur, que voulez-vous que je fasse ? ». Et Lui : « Lève-toi, lave-toi des souillures qui t’ont défigurée, réveille dans ton sein les sentiments assoupis et le pacte de notre alliance, et va, Fille Aînée de l’Eglise, nation prédestinée, vase d’élection, va porter, comme par le passé, Mon Nom devant tous les peuples et devant les rois de la Terre ».

A l’occasion de la béatification de Jeanne d’Arc, le saint Pontife prononça aussi les paroles suivantes :

« Je n’ai pas seulement l’espérance, j’ai la certitude du plein Triomphe… Je suis affermi dans cette certitude par la protection des martyrs qui ont donné leur sang pour la foi, et par l’intercession de Jeanne d’Arc, qui, comme elle vit dans le Coeur des Français, répète aussi sans cesse au Ciel la prière : Grand Dieu, sauvez la France ! ».

Avec les mots mêmes de Saint Pie X, prions aujourd’hui pour la France:

« Ô Marie, conçue sans péché, regardez la France, priez pour la France, sauvez la France!  Plus la France est coupable, plus elle a besoin de votre intercession : un mot à Jésus reposant dans vos bras, et la France est sauvée! Ô Jésus, obéissant à Marie, sauvez la France! »

Armoiries de Saint Pie X

Le discours prononcé par Sa Sainteté le Pape Pie XII à l’occasion
de la canonisation de Saint Pie X se trouve ici > www

Prières et litanies en l’honneur du Roi Saint Louis.

La fête de Saint Louis IX est l’occasion de prier d’une manière toute particulière pour la France et pour la famille royale : demandons au saint Roi de veiller du haut du Ciel sur le Royaume des Lys et de protéger sa descendance.
Notons au passage que Monseigneur le Duc d’Anjou, de droit Louis XX, est né 760 ans jour pour jour après son saint ancêtre.

lys.giflys.giflys.gif

Regardez-nous du haut du Ciel, Ô Saint monarque ! Et dans cette félicité éternelle que vous possédez, soyez sensibles à nos misères : tout indignes que nous sommes de votre secours, ne nous le refusez pas.

Regardez d’un œil favorable ce royaume que vous avez si sagement gouverné, et si tendrement aimé. Si, par la corruption des vices qui s’y sont introduits depuis votre règne, la face vous en paraît défigurée, que cela même soit un motif pour vous intéresser, comme son roi, à le renouveler : si vous y voyez des scandales, aidez-nous à les retrancher.

Étendez surtout votre protection sur notre auguste monarque. C’est votre fils, c’est le chef de votre maison, c’est l’imitation de vos vertus, c’est la vive image de vos héroïques et royales qualités : car il est comme vous le zèle de Dieu, il est comme vous le protecteur de la vraie religion, le restaurateur des autels, l’exterminateur de l’hérésie.

Obtenez-lui les grâces et les lumières dont il a besoin pour achever les grands desseins que Dieu lui inspire ; que cet esprit de Sainteté qui vous a dirigé dans toutes vos voies vienne reposer sur lui ; qu’il nous anime nous-mêmes, et qu’il nous conduise tous à l’éternité bienheureuse. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Ainsi soit-il.

(Bourdaloue – Péroraison du sermon pour la fête de Saint-Louis)

Saint Louis adorant l'Enfant Jésus que lui présente la Vierge

St Louis faisant hommage de sa couronne et de ses armes à l’Enfant Jésus.

Litanies de Saint Louis

 (extraites du Manuel du Tiers Ordre de Saint François)

Seigneur, ayez pitié de nous (bis)
Jésus-Christ, ayez pitié de nous (bis)
Seigneur, ayez pitié de nous (bis)
Jésus-Christ, écoutez-nous (bis)
Jésus-Christ, exaucez-nous (bis)

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Fils rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous

Sainte Marie, conçue sans péché, priez pour nous
Sainte Mère de Dieu,
Sainte Vierge des Vierges,

Saint Louis, prince admirable, priez pour nous
Saint Louis, lis de pureté,
Saint Louis, exemple d’humilité,
Saint Louis, image de vertu,
Saint Louis, prodige de pénitence,
Saint Louis, flamme d’amour et d’oraison,
Saint Louis, lampe ardente et brillante,
Saint Louis, vase d’élection,
Saint Louis, vase insigne de religion,
Saint Louis, miroir de la perfection chrétienne,
Saint Louis, très dévot à notre Père saint François,
Saint Louis, contempteur du monde et de ses honneurs,
Saint Louis, plein de zèle pour la maison de Dieu,
Saint Louis, tendre père des pauvres,
Saint Louis, remède des malades,
Saint Louis, appui de la veuve et de l’orphelin,
Saint Louis, juge béni des peuples,
Saint Louis, rédempteur des captifs,
Saint Louis, prédicateur des infidèles,
Saint Louis, deux fois victime pour les Lieux saints,
Saint Louis, terrible dans les combats,
Saint Louis, puissant dans les fers,
Saint Louis, gardien de la France,
Saint Louis, modèle des rois,
Saint Louis, digne de la couronne des rois sur la terre,
Saint Louis, plus digne de la couronne des saints dans le ciel,
Saint Louis, protecteur des armées françaises,
Saint Louis, protecteur du Tiers-Ordre séraphique , priez pour nous

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur

V. Priez pour nous, glorieux saint Louis
R. Afin que nous devenions dignes des promesses de N.-.S.J.-C.

Oraison :

Ô Dieu, qui avez transféré votre confesseur saint Louis d’un royaume terrestre à la gloire céleste, rendez-nous, par ses mérites et son intercession, participants du bonheur du Roi des rois, Jésus-Christ, votre Fils, qui vit et règne avec Vous dans l’unité du Saint Esprit pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

qbc5.jpeg

Sire le Roi, qui envoyiez vos plus beaux chevaliers en escoutes à la pointe de l’armée chrétienne, daignez vous souvenir d’un fils de France qui voudrait se hausser jusqu’à vous pour mieux servir sire Dieu et dame sainte Eglise. Donnez-moi du péché mortel plus d’horreur que n’en eut Joinville qui pourtant fut bon chrétien, et gardez-moi pur comme les lys de votre blason.
Vous qui teniez votre parole, même donnée à un infidèle, faites que jamais mensonge ne passe ma gorge, dût franchise me coûter la vie.
Preux inhabile aux reculades, coupez les ponts à mes feintises, et que je marche toujours au plus dru.
O le plus fier des barons français, inspirez-moi de mépriser les pensées des hommes et donnez-moi le goût de me compromettre et de me croiser pour l’honneur du Christ.
Enfin, Prince, Prince au grand coeur, ne permettez pas que je sois jamais médiocre,mesquin ou vulgaire, mais partagez-moi votre coeur royal et faites qu’à votre exemple je serve à la française, royalement.

Ainsi soit-il.

lys.giflys.giflys.gif

Récit de la mort de Saint Louis > ici
Texte des Enseignements de Saint Louis à son fils >
ici

Prière très efficace à Sainte Anne

pour recommander une intention particulière. 

Sainte Anne, la Vierge Marie et l'Enfant Jésus

Sainte Anne, la Sainte Vierge et l’Enfant Jésus.

Très glorieuse Sainte Anne, qui êtes pleine de bonté pour tous ceux qui vous invoquent et pleine de compassion pour tous ceux qui souffrent, me trouvant aux prises avec l’inquiétude et la peine, je viens me jeter à vos pieds et je vous supplie humblement d’intercéder en faveur de cette intention que je vous recommande avec ferveur (…).

Ô Vous qui en apparaissant à Yvon Nicolazic lui avez assuré que tous les trésors du Ciel sont entre vos mains, je vous demande avec une très grande confiance de présenter  mes nécessités à votre Fille très sainte, la Vierge pleine de grâces, et à Jésus,  le Fils de Dieu qui s’est fait votre petit-fils, pour qu’ils me fassent miséricorde.

Ne cessez pas, je vous en supplie, de vous faire mon avocate et d’intercéder pour moi, jusqu’à ce que ma demande obtienne une réponse favorable, si elle est conforme à la toute sainte et adorable Volonté de Dieu et au bien de mon âme. Obtenez-moi par-dessus tout, glorieuse Sainte Anne, d’entrer un jour dans le face à face éternel avec mon divin Sauveur pour le louer, le bénir et l’aimer avec vous et avec Marie dans la famille de tous les saints.

Ainsi soit-il.

(prière composée par Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur)

Publié dans:De liturgia, Nos amis les Saints, Prier avec nous |on 26 juillet, 2010 |Commentaires fermés

Consécration au Sacré-Coeur de Jésus.

Sacré-Coeur de Jésus

O Jésus, je Vous consacre mon coeur ; placez-le dans le Vôtre. C’est dans votre Coeur que je veux vivre et par votre Coeur que je veux aimer ; c’est dans votre Coeur que je veux vivre inconnu du monde et connu de Vous seul ; c’est dans ce Coeur que je puiserai les ardeurs de l’amour qui doit consumer le mien ; c’est en Lui que je trouverai la force, la lumière, le courage, la véritable consolation : quand je serai languissant, Il m’animera ; triste, Il me réjouira ; inquiet et troublé, Il me rassurera.

O Coeur de Jésus! Que mon coeur soit l’autel de votre Amour ; que ma langue publie votre bonté ; que mes yeux soient sans cesse fixés sur votre plaie ; que mon esprit médite vos perfections adorables ; que ma mémoire conserve à jamais le précieux souvenir de vos miséricordes ; que tout en moi exprime mon amour pour votre Coeur, ô Jésus! et que mon coeur soit prêt pour Vous à tous les sacrifices.

O Coeur de Marie! après le Coeur de Jésus le plus aimable, le plus compatissant et le plus miséricordieux de tous les coeurs, présentez au Coeur de votre Fils ma consécration, mon amour, mes résolutions. Il s’attendrira sur mes malheurs, Il m’en délivrera ; et après avoir été ma protectrice sur la terre, ô Mère de Jésus! vous serez ma Reine dans les cieux.

Ainsi soit-il.

Sacrés Coeurs de Jésus et Marie

Autres prières en l’honneur du Sacré-Coeur de Jésus : Neuvaine de Confiance > www , Prière de Sainte Madeleine-Sophie > www , Acte d’Offrande > www  et prière de Confiance > www composés par Saint Claude de La Colombière, « Souvenez-Vous » au Sacré-Coeur > www , Prière au Coeur Eucharistique de Notre-Seigneur > www , Prière d’union aux dispositions du Coeur de Jésus en forme de litanies > www .

Publié dans:De liturgia, Prier avec nous |on 30 juin, 2010 |4 Commentaires »

Prière d’union aux dispositions du Divin Coeur de Jésus en forme de litanies.

La prière suivante peut – bien évidemment – être récitée dans son intégralité, mais on peut aussi avec fruit, selon un usage très ancien, en écrire chacune des invocations sur des petits bouts de papier. Ensuite on plie et on dépose ces billets dans une petite corbeille que l’on garde près de soi ou un petit sac que l’on porte avec soi. Tout au long de la journée, on tire de temps en temps un de ces petits bouts de papier et l’invocation qui y est écrite sert à nourrir la prière et à entretenir l’union à Dieu pendant nos occupations ordinaires. De nombreux Saints avaient recours à cette méthode très simple qui peut cependant se révéler une aide très efficace…

Tendre confiance envers le Coeur de Jésus

Intentions, désirs et volontés du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Union intime du Coeur de Jésus avec votre Père céleste, je m’unis à vous.

Docilité du Coeur de Jésus aux motions du Saint-Esprit, je m’unis à vous.

Profonde disponibilité du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Humilité du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Douceur et paix du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Obéissance du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Silence éloquent du Coeur de Jésus,  je m’unis à vous.

Recueillement du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Ferveur embrasée du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Prières enflammées du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Profondes adorations du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Actions de grâces du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Confiance assurée du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Patience souveraine du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Invincible espérance du Coeur de Jésus,  je m’unis à vous.

Bonté ineffable du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Zèle fervent du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Charité universelle du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Miséricorde inépuisable du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Tendre sollicitude du Coeur de Jésus pour la conversion des pécheurs, je m’unis à vous.

Réparations du Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

Eternel amour qui consumez le Coeur de Jésus, je m’unis à vous.

(Prière composée par Frère Maximilien-Marie à partir d’anciennes invocations)

* * * * * * *

Autres prières en l’honneur du Sacré-Coeur de Jésus : Neuvaine de Confiance > www , Prière de Sainte Madeleine-Sophie > www , Acte d’Offrande > www  et prière de Confiance > www composés par Saint Claude de La Colombière, « Souvenez-Vous » au Sacré-Coeur > www , Prière au Coeur Eucharistique de Notre-Seigneur > www , Consécration au Sacré-Coeur > www .

Publié dans:Prier avec nous |on 22 juin, 2010 |6 Commentaires »

Prière au Coeur Eucharistique de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Cette  prière a été composée par le Révérend Père Lepidi, Maître du Sacré Palais (c’est-à-dire théologien attitré du Pape) sous les pontificats de Saint Pie X et de Benoît XV.

Adoration du Très Saint Sacrement

O Cœur Eucharistique, ô amour souverain du Seigneur Jésus, qui avez institué l’auguste Sacrement pour demeurer ici-bas au milieu de nous, pour donner à nos âmes votre chair comme nourriture et votre sang comme céleste breuvage, nous croyons fermement, Seigneur Jésus, à cet amour suprême qui institua la Très Sainte Eucharistie, et ici, devant cette Hostie, il est juste que nous adorions cet amour, que nous le confessions et l’exaltions comme le grand foyer de la vie de votre Eglise. Cet amour est pour nous une pressante invitation ; vous semblez nous dire : « Voyez combien je vous aime ! En vous donnant ma chair en nourriture et mon sang en breuvage, je veux, par ce contact, exciter votre charité, vous unir à moi ; je veux réaliser la transformation de vos âmes en moi, le Crucifié ; en moi qui suis le Pain de la vie éternelle ; donnez-moi donc vos cœurs, vivez de ma vie et vous vivrez de Dieu. » Nous le reconnaissons, ô Seigneur, tel est l’appel de votre Cœur Eucharistique, et nous vous en remercions, et nous voulons, oui, nous voulons y répondre. Accordez-nous la grâce de bien nous pénétrer de cet amour suprême par lequel, avant de souffrir, vous nous avez conviés à prendre et à manger votre Corps sacré. Gravez dans le fond de nos âmes le propos stable d’être fidèles à cette invitation. Donnez-nous la dévotion, la révérence nécessaires pour honorer, pour recevoir dignement le don de votre Cœur Eucharistique, ce don de votre amour final. Que nous puissions ainsi, par votre grâce, célébrer effectivement le souvenir de votre Passion, réparer nos offenses et nos froideurs, alimenter et accroître notre amour pour vous, et conserver toujours vivante dans nos cœurs la semence de la bienheureuse immortalité.

Ainsi soit-il.

Publié dans:Prier avec nous |on 2 juin, 2010 |1 Commentaire »

2010-25. Le Sacré-Coeur et la Sainte Eucharistie.

Le jeudi qui suit la fête de la Sainte Trinité est le jour désigné par Notre-Seigneur Jésus-Christ Lui-même pour célébrer la Fête du Très Saint Sacrement.
En France, le concordat napoléonien ayant supprimé un grand nombre de fêtes religieuses chômées qui tombaient en semaine, la solennité en est reportée au dimanche suivant.
Il n’en demeure pas moins que pour l’Eglise universelle, c’est bien toujours en ce jeudi que la fête est célébrée et que notre Saint-Père le Pape procède à la Procession solennelle du Très Saint-Sacrement dans les rues de Rome.

Puisque nous avons commencé le mois du Sacré-Coeur, attachons-nous aujourd’hui à relever combien Notre-Seigneur Jésus-Christ a voulu que le culte de son Sacré-Coeur soit lié au culte de la Sainte Eucharistie.

La dévotion envers le Coeur adorable de Jésus n’a pas été « inventée » au XVIIème siècle ; on peut dire qu’elle est aussi ancienne que l’Eglise elle-même. Toutefois jusqu’aux apparitions dont fut favorisée Sainte Marguerite-Marie, le culte du Sacré-Coeur était surtout resté le fait d’un nombre assez restreint d’âmes choisies. Nous avions déjà eu l’occasion (ici > www) de parler de Sainte Gertrude d’Helfta et de la révélation du Coeur de Jésus qui lui avait été faite le jour de la fête de Saint Jean. La sainte avait alors entendu que la révélation des merveilles du Coeur de Jésus avait « été mise en réserve pour les derniers temps, afin que lorsque la charité du monde alangui ira se refroidissant, il éprouve un renouveau de ferveur à la révélation de semblables merveilles

Au XVIIème siècle donc, Sainte Marguerite-Marie – moniale de la Visitation de Paray-le-Monial – fut l’instrument choisi par la Providence pour faire connaître au « monde alangui » non seulement le Coeur divin du Sauveur, mais aussi l’esprit dans lequel et la manière selon laquelle son culte doit être pratiqué. En tout premier lieu, il importe de  remarquer que la plupart des grandes révélations reçues par Sainte Marguerite-Marie se sont produites en présence du Très Saint-Sacrement.

Apparition du Sacré-Coeur à Sainte Marguerite-Marie

Notre-Seigneur, déchirant en quelque sorte le voile eucharistique  pour manifester son Coeur, attire notre attention sur le Très Saint Sacrement : Il proclame hautement l’amour dont – vivant dans l’Hostie – Il est embrasé ; Il fait connaître à quel point l’indifférence et les manques de respect des hommes envers ce Sacrement Le font souffrir ; Il demande avec insistance un culte d’amour et de réparation qui fasse contrepoids aux outrages dont Il est la victime. Voici pour rappel quelques extraits des écrits de Sainte Marguerite-Marie qui sont parmi les plus importants.

* * * * * * *

Sainte Marguerite-Marie avait déjà reçu de nombreuses grâces mystiques, mais le jour de la fête de Saint Jean l’Evangéliste – 27 décembre 1673 – (notons le parallélisme avec la grâce qu’avait reçu Sainte Gertrude en cette même fête quelque quatre siècles auparavant) Notre-Seigneur lui révèle pour la première fois les mystères de Son divin Coeur.

« Une fois que j’étais devant le Saint-Sacrement (…), Il me fit reposer fort longtemps sur sa divine poitrine, où il me découvrit les merveilles de son amour et les secrets inexplicables de son Coeur sacré, qu’il m’avait toujours tenus cachés jusqu’alors qu’il me l’ouvrit pour la première fois (…). Il me dit : « Mon divin Coeur est si passionné d’amour pour les hommes, et pour toi en particulier, que, ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu’il les répande par ton moyen et qu’il se manifeste à eux pour les enrichir de ses précieux trésors que je te découvre, et qui contiennent les grâces sanctifiantes et salutaires nécessaires pour les retirer de l’abîme de perdition (…). »

Un peu plus tard Sainte Marguerite-Marie entend ces paroles:

« J’ai une soif ardente d’être aimé des hommes dans le Très Saint Sacrement, et je ne trouve presque personne qui s’efforce selon mon désir de me désaltérer en usant envers moi de quelque retour. »

Ensuite il y a cette importante révélation (date incertaine, mais sans doute un vendredi) au cours de l’année 1674 :

« Une fois entre autres que le Saint Sacrement était exposé, mon doux Maître se présenta à moi tout éclatant de gloire avec ses cinq plaies brillantes comme cinq soleils, et de cette sacrée humanité sortaient des flammes de toutes parts, mais surtout de son adorable poitrine qui ressemblait à une fournaise ; et s’étant ouverte, me découvrit son tout aimant et tout aimable Coeur, qui était la vive source de ces flammes.

« Ce fut alors qu’il me découvrit les merveilles inexplicables de son pur amour et jusqu’à quel excès il l’avait porté d’aimer les hommes, dont il ne recevait que des ingratitudes et méconnaissances : « Ce qui m’est beaucoup plus sensible, me dit-il, que tout ce que j’ai souffert en ma Passion ; d’autant que s’ils me rendaient quelque retour d’amour, j’estimerais peu tout ce que j’ai fait pour eux et voudrais, s’il se pouvait, en faire davantage, mais ils n’ont que des froideurs et du rebut pour tous mes empressements à leur faire du bien. Toi du moins, donne-moi ce plaisir de suppléer à leur ingratitude autant que tu pourras en être capable. Sois attentive à ma voix et à ce que je te demande :

« Premièrement, tu me recevras dans le Saint Sacrement autant que l’obéissance te le voudra permettre, quelques mortifications qui t’en doivent arriver, lesquelles tu dois recevoir comme des gages de mon amour.

« Tu communieras, de plus, tous les premiers vendredis de chaque mois; et toutes les nuits du jeudi au vendredi, je te ferai participer à cette mortelle tristesse que j’ai bien voulu sentir au jardin des Olives…« 

Enfin il y a cette apparition, connue sous le nom de « grande révélation« . Elle eut lieu en 1675 :

« Etant une fois devant le Saint-Sacrement, un jour de son octave (…) me découvrant son Coeur, il me dit:

« Voilà ce Coeur qui a tant aimé les hommes, qu’il n’a rien épargné jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les froideurs et les mépris qu’ils ont pour moi dans ce sacrement d’amour. Mais ce qui m’est encore plus sensible, c’est que ce sont des coeurs qui me sont consacrés qui en usent ainsi. C’est pour cela que je te demande que le premier vendredi d’après l’octave du Saint Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Coeur, en communiant ce jour-là, et en lui faisant réparation d’honneur par une amende honorable, pour réparer les ingratitudes qu’il a reçues pendant le temps qu’il a été exposé sur les autels (…).« 

* * * * * * *

Nous le disions plus haut, mais j’insiste parce que les textes vous l’ont bien fait ressortir  et parce que le culte du Sacré-Coeur a été dévié de cette orientation voulue par Jésus : la dévotion au divin Coeur de Jésus, telle que Notre-Seigneur Lui-même l’a enseignée à Sainte Marguerite-Marie et telle qu’il a voulu qu’elle la transmette aux hommes, est un culte de réparation pour tous les péchés commis envers le Saint Sacrement (Jésus emploie les mots d’indifférences, froideurs, mépris, manques de respects, irrévérences, sacrilèges…), soit lorsqu’il est exposé sur les autels, soit lorsqu’il est reçu indignement dans la sainte communion (en se plaignant que ce sont des consacrés qui en usent ainsi!).

La manière dont il veut que cette réparation soit accomplie, c’est de contrebalancer ces fautes par un plus grand amour, un plus grand respect, une plus grande adoration, une plus grande attention envers la Sainte Eucharistie : en communiant davantage, en communiant avec plus de ferveur, et en consacrant plus de temps à l’adoration du Très Saint Sacrement.

coeurdejsus.jpg

Prière au Coeur Eucharistique de N.S.J.C. écrite par le Rd Père Lepidi > www.

Prière de consécration à la Sainte Vierge « O Domina mea », attribuée à saint Louis de Gonzague :

Statue de N.D. de Compassion du Mesnil-Marie

Statue de Notre-Dame de Compassion, au Mesnil-Marie.

O Domina mea, Sancta Maria, Mater Dei ac mea, me in tuam benedictam fidem ac singularem custodiam et in sinu misericordiae tuae, hodie et quotidie et in hora exitus mei animam meam et corpus meum tibi commendo ; omnem spem et consolationem meam, omnes angustias et miserias meas ; vitam et finem vitae meae tibi committo, ut per tuam sanctissimam intercessionem et per tua merita, omnia dirigantur et disponantur opera secundum tuam tuique Filii voluntatem.

Amen.

Traduction :

O ma Souveraine, sainte Marie, Mère de Dieu et la mienne, je me recommande à Vous ; aujourd’hui, tous les jours de ma vie et à l’heure de ma mort, je mets mon âme et mon corps sous votre protection bénie et sous votre garde très spéciale, et je me jette dans le sein de votre miséricorde. Je vous confie toute mon espérance et toute ma consolation, toutes mes angoisses et toutes mes misères, ma vie et la fin de ma vie, afin que par votre très sainte intercession et par vos mérites, toutes mes actions soient dirigées et disposées selon votre volonté et celle de votre Fils.   

Ainsi soit-il.

Petite BD en rapport avec St Louis de Gonzague > ici.

1...2627282930...36

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi