Archive pour la catégorie 'Intentions de priere'

Prière à Monseigneur Saint Michel pour la sécurité et la prospérité de l’Eglise et de la France :

 Premier mardi du mois :

   Nous avons expliqué l’origine de cette dévotion et l’institution de la Messe des premier mardi de chaque mois due à la piété de Sa Majesté la Reine Anne d’Autriche (cf. > ici) : beaucoup de fidèles n’ont malheureusement pas la possibilité d’assister à une Sainte Messe ce jour-là et désirent néanmoins marquer, selon leur état, leur supplication à Monseigneur Saint Michel pour notre cher Royaume, en lequel il y a « grande pitié ». Nous proposons donc à ces personnes de réciter au moins cette prière (dont nous ne connaissons pas l’origine exacte mais fut publiée en 1906 avec la permission de l’archevêché de Paris).

Premier mardi du mois - dévotion à Saint Michel pour la France - blogue

   Seigneur, daignez Vous souvenir que dans les circonstances douloureuses de notre histoire, Vous avez fait de l’Archange Saint Michel l’instrument de Votre Miséricorde à notre égard.
Nous ne saurions l’oublier, alors que notre pays traverse des moments particulièrement difficiles. C’est pourquoi nous Vous supplions de conserver à notre patrie, la France, la protection dont Vous l’avez jadis entourée par le ministère de cet Archange vainqueur.

   Et vous, ô Saint Michel, Prince des Milices célestes, venez vers nous !
Tournez-vous vers nous, nous nous en supplions !

   Vous êtes l’Ange gardien de l’Eglise et de la France ; c’est vous qui avez inspiré et soutenu Sainte Jeanne d’Arc dans sa mission libératrice. Venez encore à notre secours : sauvez-nous !
Nous mettons nos personnes, nos familles, nos paroisses, la France entière, sous votre spéciale protection.
Nous en avons la ferme espérance : vous ne laisserez pas périr le peuple qui vous a été confié et qui en tant d’endroits, vous honore depuis des siècles, comme au Mont Saint-Michel.

Que Dieu suscite parmi nous des saints !
Par eux, ô Archange Saint Michel, faites triompher l’Eglise dans la lutte qu’elle soutient contre l’enfer déchaîné et, par la force du Saint Esprit, établissez le Règne du Christ sur nos cœurs, sur nos familles, sur l’Eglise et sur la France, afin que la Paix du Ciel y demeure à jamais. 

Ainsi soit-il !

(avec la permission de l’Ordinaire, Paris 30 juin 1906)

Saint Michel Archange, priez pour nous,
combattez avec et pour nous !
(x 3)

Autres prières à Saint Michel pour la France :
- Prière de consécration de la France à Saint Michel par les évêques de France en 1912 > ici
- Prière à Saint Michel composée par Madame Louise de France pour la conservation du Royaume > ici

Lys en vignette typographique - blogue

2023-138. Premier vendredi du mois de novembre : le Sacré-Cœur et les âmes du Purgatoire.

Premier vendredi du mois de novembre.

anges adorant le Sacré-Cœur - détail du vitrail

       Le Cœur très sacré et adorable de notre divin Rédempteur ne peut bien évidemment et en aucune manière être insensible aux souffrances des âmes qui L’aiment, aux souffrances des âmes qui sont sincèrement attachées à Son service, aux souffrances des âmes qui n’aspirent qu’à Lui être unies éternellement : cela est vrai pour les âmes des hommes qui sont en chemin sur cette terre ; cela est vrai aussi pour les âmes des trépassés qui sont encore retenues dans le Purgatoire.
Ces âmes, en effet, sont celles d’êtres humains morts en état de grâce (sinon elles seraient en enfer), des âmes d’élus, des âmes confirmées en grâce, des âmes qui ne pourront ensuite qu’entrer dans la béatitude du Ciel éternel, qui ne pourront plus qu’hériter de la gloire, qui iront infailliblement Le louer et bénir dans le Paradis !
Oh ! Comme elles sont chères au Cœur de Jésus, les âmes du Purgatoire !

   Le divin Cœur de Jésus a déjà tout fait pour elles ; Il ne peut faire davantage qu’Il n’a déjà fait.
La Rédemption est accomplie, surabondante et parfaite ; la satisfaction absolue a été offerte ; l’admirable et exacte réparation a été présentée par Lui au Père de toute justice. Qu’eût-Il dû et pu faire encore pour le salut et la sanctification des hommes dont Il ne Se soit pas déjà acquitté ?
Il ne peut plus souffrir. Il ne peut plus mourir.

   Si, il y a encore une chose qu’Il peut faire, et qu’Il réalise à tout moment : par Ses divines inspirations, susurrées dans les âmes des fidèles qui ne sont pas polluées par les hérésies néo-protestantes et modernistes au sujet du Purgatoire, et par la prédication de Ses quelques prêtres fidèles, Notre-Seigneur Jésus-Christ excite Ses véritables enfants à penser aux âmes du Purgatoire, à prier pour les âmes du Purgatoire, à offrir pour elles, en guise de suffrages, des pénitences volontaires et des sacrifices, à obtenir pour elles de précieuses indulgences, à faire offrir à leur intention des Saintes Messes qui les puissent soulager et délivrer.
« Toutes les fois que tu délivreras une âme par l’offrande du Saint Sacrifice, cela M’est aussi agréable que si tu Me rachetais Moi-même de la captivité, et Je saurai bien t’en récompenser », a-t-Il un jour affirmé à Sainte Gertrude.

   Amis du Sacré-Cœur, âmes fidèles pénétrées du désir de Lui offrir des cœurs dans lesquels Il Se puisse reposer et recevoir des consolations et retours d’amour, il vous est impossible de ne pas communier aux ardents désirs de Jésus de voir ces âmes qu’Il aime et qui L’aiment, encore éloignées de la béatitude qu’Il désire d’un ardent désir leur donner enfin en éternel partage.
Il vous est impossible de ne pas désirer ardemment vous aussi que ces pauvres exilées parviennent à la céleste patrie.
Il vous est impossible de ne pas être dévorés d’un zèle fervent pour la purification totale et la délivrance de ces âmes qui, parvenues au ciel, formeront une éclatante couronne d’adoration, d’action de grâces, de louange et d’amour autour de la Très Sainte Trinité.

   Pourriez-vous, si vraiment vous aimez Jésus et êtes sensibles aux désirs de Son Cœur, être sourds aux supplications des âmes captives qui demandent leur délivrance, et qui du fond des brûlants abîmes de l’expiation et de la satisfaction, aspirent au lieu du rafraîchissement, du repos et de la paix ?
Elles vous supplient : « Ayez pitié de nous ! »
Il y a parmi elles des personnes que vous avez connues, que vous avez aimées : des parents, des aïeux, des ancêtres qui languissent – certains depuis des siècles peut-être – dans les flammes purificatrices, et qui ont besoin de vous, de vos prières, de vos suffrages, de vos sacrifices, des indulgences qu’il vous est possible d’obtenir à leur intention…
Elles crient vers vous : « Ayez pitié de nous ! »

   Ne l’oublions jamais : ces âmes, une fois délivrées du Purgatoire, ne se montreront point ingrates ni avares en intercessions pour vous.
Introduites dans la bienheureuse éternité grâce à l’aide de vos suffrages, elles se feront à leur tour vos avocates devant le souverain Juge, ainsi que vos bienfaitrices par leurs prières à votre intention.

Cœur-Sacré de Jésus, nous Vous en supplions, donnez-leur le repos éternel !

Cœur douloureux et immaculé de notre Mère compatissante,
introduisez vous-même ces âmes purifiées auprès du divin Cœur de Jésus !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

église paroissiale de La Salette vitrail du Purgatoire

Prière publiée par Son Excellence Monseigneur Athanasius Schneider pour ces temps d’extrême danger pour la Sainte Eglise.

4 octobre 2023,
Fête de Saint François d’Assise, confesseur ;
Mémoire de Saint Ammon de Nitrie, ermite, abbé et confesseur :
Mémoire de Sainte Aure de Paris, vierge et abbesse.

       Nous avons déjà publié à plusieurs reprises (cf. > ici, > ici et > ici) des textes de Son Excellence Monseigneur Athanasius Schneider, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Sainte-Marie d’Astana, dont la parole, toujours pondérée ne manque néanmoins ni de pertinence ni de vigueur.
Le courageux prélat, à la perspective des présents événements romains, a publié à la date très symbolique du 29 septembre, fête de Saint Michel archange, une prière pour la Sainte Eglise que nous reproduisons volontiers dans les pages de notre modeste blogue.

 Statue de Saint Michel au sommet du Château Saint-Ange Rome

       Seigneur Jésus-Christ, notre Dieu et Sauveur, Vous êtes le Chef de l’Église, Votre Épouse sans tache et Votre Corps mystique. Regardez avec miséricorde la profonde détresse à laquelle notre Sainte Mère l’Église a été soumise. La confusion doctrinale, l’abomination morale et l’abus liturgique ont atteint, de nos jours, un niveau sans précédent. « Ô Dieu, les nations ont envahi ton héritage, elles ont profané ton saint temple, elles ont fait de Jérusalem un monceau de pierres » (Ps 79, 1). Les hommes d’Église qui ont perdu la vraie foi et sont devenus les promoteurs d’un programme mondialiste ont l’intention de changer Vos vérités et Vos commandements, la Constitution divine de l’Église et la tradition apostolique.

   Seigneur, avec un esprit humble et un cœur contrit, nous Vous supplions d’empêcher les ennemis de l’Église de triompher par une victoire sur l’Église catholique authentique obtenue avec l’imposition d’une Église contrefaite sous le couvert de la « synodalité ». Réveillez Votre puissance, Seigneur, et venez au secours de Votre Église avec Votre force toute-puissante. Car là où le péché et l’apostasie abondent dans l’Église, la victoire de Votre grâce surabondera.

   Nous croyons fermement que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre Votre Église. En cette heure où notre chère et sainte Mère l’Église souffre son Golgotha, nous promettons de rester avec elle. Acceptez gracieusement nos souffrances intérieures et extérieures, que nous offrons humblement en union avec le Cœur Immaculé de Marie, Mère de l’Église, en réparation de nos propres péchés et des péchés de sacrilège et d’apostasie au sein de l’Église.

   Seigneur, envoyez vos Saints Anges sous le commandement de Saint Michel Archange pour apporter ta lumière céleste au Pape et aux participants du synode, et pour faire échouer les plans de vos ennemis au sein de l’assemblée synodale. Seigneur, regardez avec miséricorde les petits de l’Église, regardez les âmes cachées qui se sacrifient pour l’Église, regardez toutes les larmes, les soupirs et les supplications des vrais enfants de l’Église, et par les mérites du Cœur Immaculé de Votre très sainte Mère, levez-Vous, Seigneur, et par Votre intervention accordez à Votre Église de saints pasteurs qui, imitant Votre exemple, donneront leur vie pour Vous et pour Vos brebis. Seigneur, nous Vous en supplions : par la Très Sainte Vierge Marie, accordez-nous un pape saint, zélé dans la promotion et la défense de la foi catholique, nous Vous en supplions, accordez-nous le ! Par la Très Sainte Vierge Marie, accordez-nous de saints et intrépides évêques, nous Vous en supplions, accordez-nous les ! Par la Très Sainte Vierge Marie, accordez-nous de saints prêtres, hommes de Dieu, nous Vous en supplions, accordez-nous les ! En Vous, Seigneur, nous plaçons notre espérance : ne nous faites jamais rougir de honte. À Vous, Seigneur Jésus-Christ, reviennent tout honneur et toute gloire dans Votre sainte Église. Vous vivez et régnez avec le Père dans l’unité du Saint-Esprit : Dieu, pour les siècles des siècles.

Ainsi soit-il !

+ Athanasius Schneider,
29 septembre 2023.

Archange Saint Michel

Prière pour demander à Dieu de saints prêtres par l’intercession de Saint Charles de Jésus.

9 juin,
Anniversaire de l’ordination sacerdotale de Saint Charles de Jésus (cf. > ici) ;
1er décembre,
Anniversaire de la mort et fête liturgique de Saint Charles de Jésus (cf. > ici et > ici).

Bienheureux Charles de Foucauld

Prière pour demander à Dieu
de saints prêtres,
par l’intercession de Saint Charles de Jésus

       O Jésus, qui nous avez donné dans la personne de Saint Charles de Jésus un modèle éminent de sainteté sacerdotale, nous Vous supplions humblement d’accorder à Votre Eglise des prêtres zélés et fervents, des prêtres chastes et purs, des prêtres généreux et fidèles, des prêtres épris de perfection évangélique, qui entraîneront nos âmes dans les chemins de la sainteté que Vous voulez pour chacun de nous !

   Seigneur, qui avez fait de Saint Charles de Jésus un prêtre selon Votre Cœur, à sa prière, embrasez aujourd’hui le cœur de tous Vos prêtres des flammes de Votre ardente charité : qu’elles en chassent toute affection désordonnée et toute attache à l’esprit du monde, toute espèce de vanité et de carriérisme, pour n’y plus laisser vivre et croître dans toute sa pureté que Votre Amour miséricordieux !

   Prêtre éternel et souverain, qui, par le sacrement de l’Ordre, avez rendu les prêtres de Votre Eglise participant au mystère incommensurable de Votre médiation de grâce et qui renouvelez par leurs mains l’offrande de Votre Sacrifice du Calvaire, nous Vous en supplions : à la prière et par les mérites de Saint Charles de Jésus, accordez-nous de nombreuses et authentiques vocations sacerdotales qui glorifieront le Saint-Sacrifice de la Messe et établiront par lui Votre Règne dans tous les cœurs.

Ainsi soit-il.

(prière composée par Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur)

Chasuble et aube de la première messe du Bienheureux Charles de Foucauld

Chasuble de la première Messe de Saint Charles de Jésus

2023-66. Bon signe, bon signe !

Comme les autres mois, nous pensons utile aux lecteurs de ce blogue de leur reproduire ci-dessous la lettre mensuelle de la Confrérie Royale.

Lettre mensuelle aux membres et amis
de la
Confrérie Royale

- 25 mai 2023 -

Blason de la Confrérie Royale

« Bon signe ! Bon signe ! »

« (…) Affermissant les âmes des disciples,
les exhortant à persévérer dans la foi,
et disant que c’est par beaucoup de tribulations
qu’il nous faut entrer dans le Royaume de Dieu.»
(Actes des Apôtres, XIV, 21)

Messieurs les Chanoines,
Mes Révérends Pères et Frères,
Messieurs les Abbés,
Chers Membres et Amis de la Confrérie Royale,

       Ce huitième pèlerinage annuel dans la cité sainte du Puy-en-Velay, à l’occasion du dernier « pont » de l’Ascension, a réuni un groupe fervent de pèlerins, pas très nombreux, mais fort édifiants. Nous devons rendre grâces à Dieu pour l’heureux déroulement de ce pèlerinage, et nous ne doutons pas qu’il aura des retombées de grâces, pour les personnes présentes, pour ceux qui, étant empêchés de venir, nous avaient recommandé leurs intentions, pour toute la Confrérie Royale, et – bien sûr – pour notre Souverain légitime, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX, ainsi que pour la France, même si, pour l’heure – hélas ! – nous assistons plutôt au déchaînement des forces du mal et aux efforts décuplés des ennemis, toujours à l’œuvre, du Trône et de l’Autel.

    Sans vouloir majorer en quelque manière ce qui ne mérite pas de l’être, je dois toutefois signaler à tous nos membres que notre pèlerinage a suscité quelques remous de surface localement : des vaguelettes sur la mare aux canards.
Un article, publié sur Internet par un organe local d’information la veille même de notre arrivée, intitulé « Les fous du Roi reviennent au Puy-en-Velay », signalait notre pèlerinage, avec une évidente mauvaise intention : celle de lui nuire en lui suscitant des oppositions. Nous avons d’ailleurs découvert à cette occasion (nous l’avions ignoré jusqu’alors) que ce même site nous avait déjà signalés en juin 2022, et que la Licra (ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) avait alors tenté d’intimider – avec un certain succès – le directeur d’un établissement dans lequel nous étions logés lors de précédents pèlerinages, mais où toutefois nous n’avions plus sollicité d’hébergement en 2022. Dans la foulée du sus évoqué site Internet, le vendredi matin, un organe de la presse papier publiait à son tour un petit article, un peu moins hostile, à notre pèlerinage.
Je préfère ne pas épiloguer sur l’action de ces trublions, qui ne nous ont jamais contactés et se contentent de critiquer en se fondant sur les seules bases de leur ignorance et de leurs idéologies, mais je suis disposé à communiquer aux membres et amis de la Confrérie qui écriront pour les demander, les liens vers ces articles, s’ils désirent en faire la lecture.
L’un des effets visibles de ces publications a été de constater qu’en quelques endroits de la ville du Puy, des autocollants, aussi laids qu’agressifs, avaient été apposés pour s’opposer à notre présence.
Il n’y a, en définitive, en tout cela rien qui doive nous étonner ou nous effrayer : « Si le monde vous hait, sachez qu’il M’a eu en haine avant vous. Si vous aviez été du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes point du monde, et que Je vous ai choisis du milieu du monde, c’est pour cela que le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que Je vous ai dite : le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi… » (Jean, XV, 18-20a).

   En revanche, il peut être spirituellement intéressant, voire fructueux, de tirer quelques réflexions et d’approfondir certains points de ces récents événements. C’est à cela que je vous invite ci-dessous :

   1) Si, sur cette terre, et particulièrement en notre Occident déchristianisé et apostat, il se trouve beaucoup d’hommes (jusque dans les rangs des catholiques) qui doutent de la puissance et de l’efficacité de la prière, Satan, lui, y croit fermement.
Il est donc parfaitement dans sa logique de s’agiter pour empêcher la prière. L’ennemi de notre salut déploiera de nombreuses industries pour nous détourner de la prière individuelle, lorsque nous décidons de prendre un temps d’oraison ou de réciter le saint rosaire, par exemple, en suscitant, juste à ce moment-là, de prétendues urgences visant à nous faire différer ou annuler ce temps de prière. Il en est de même pour nos modestes pèlerinages de la Confrérie Royale : l’ennemi de l’ordre social chrétien et du salut de la France, multiplie les oppositions et contrariétés afin de les empêcher.
C’est finalement un bon signe ; le signe qu’ils contrarient ses plans de haine et de perdition. Lorsque nous comprenons bien cela, une seule conclusion s’impose : tenir bon et continuer ! 

   2) Ce même constat doit être établi au sujet du lieu de ce pèlerinage annuel qui commence au jour de l’Ascension.
Nous avons déjà exposé à de nombreuses reprises les motifs qui ont présidé au choix de la ville sainte du Puy-en-Velay : premier lieu d’apparition de la Très Sainte Mère de Dieu sur le sol de ce qui deviendra la France, promesses faites par elles, place de ce pèlerinage dans l’histoire du Royaume de France et dans celle de la spiritualité (notamment par le moyen des saints qui sont venus en ce lieu et des grâces qu’ils y ont reçues… etc.).
Il y a de nombreux lieux de pèlerinages et sanctuaires sur le sol de France, qui retiennent l’attention des Légitimistes en général et de la Confrérie Royale en particulier : nous ne les dédaignons absolument pas et – cela aussi a toujours été dit à l’attention de ceux qui veulent bien l’entendre – les prêtres et religieux de la Confrérie Royale sont tout disposés à y organiser des pèlerinages, en collaboration avec les Légitimistes de ces provinces.
Toutefois, nous n’abandonnerons pas le pèlerinage du Puy, quelles que soient les oppositions qu’il suscite. Pour ce qui concerne le choix de ce lieu aussi, l’adversité et les contrariétés sont un bon signe ! Ce n’est pas parce que les ennemis de la Tradition catholique et monarchique du Royaume veulent occuper tout le terrain, que nous sommes décidés à le leur céder.

   3) Ce qui provoque les cris horrifiés et les virulentes critiques de ceux qui voudraient empêcher notre pèlerinage, c’est ce qui constitue l’essence même de notre Confrérie Royale : prier pour le Roi légitime et pour une authentique restauration de la monarchie capétienne traditionnelle. Le trône de Saint Louis et la foi de Saint Louis !
Cela déchaîne les sarcasmes et l’antagonisme de tous ceux qui haïssent la doctrine traditionnelle de l’Eglise, la morale traditionnelle de l’Eglise, la liturgie traditionnelle de l’Eglise ? Bon signe ! Bon signe !
Il serait au contraire de très mauvais augure d’être soutenus, loués et encouragés, par tous les thuriféraires d’une prétendue modernité qui a renié la Révélation chrétienne et la morale chrétienne, et qui applaudit et défend toutes les déviances politiques et sociétales, spirituelles et morales…

   Qu’ajouter en conclusion ?
Simplement qu’il est plus que jamais important que chacun des membres de la Confrérie Royale se renouvelle dans la ferveur et le zèle, que – combattant toute forme de routine et de découragement – chacun prenne de plus généreuses résolutions pratiques et concrètes pour faire connaître la Confrérie Royale et y attirer de nouveaux membres, et que, dès à présent, chacun fasse tout son possible pour prendre part à ses activités (en particulier le pèlerinage au Puy-en-Velay en 2024) !

   Je vous remercie de bien vouloir recevoir ces réflexions et cet appel en vos cœurs devant Dieu et en présence de notre très douce Mère céleste, et vous demande de bien vouloir prier pour moi qui de par ma charge priorale doit à l’exemple des saints apôtres « affermir les âmes des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c’est par beaucoup de tribulations qu’il nous faut entrer dans le Royaume de Dieu » (cf. Act. XIV, 21).

Votre très humble et dévoué serviteur,
in Corde Jesu & Mariae.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,
Prieur.

Le Puy en Velay ville sanctuaire

Le Puy-en-Velay, ville sanctuaire

2023-27. « Voici que nous montons à Jérusalem ».

25 février 2023

Lettre mensuelle
aux membres et amis de la
Confrérie Royale

frise fleurs de lys

Rappel :

       Les membres de la Confrérie Royale s’engagent à sanctifier d’une manière particulière le 25 de chaque mois de la manière suivante, en sus des 3 angélus quotidiens qu’ils offrent habituellement en y ajoutant l’oraison pour le Roi extraite du Missel romain : chaque 25 du mois donc, ils redoublent de prières, et offrent avec encore davantage de ferveur qu’à l’accoutumée les exercices de leur devoir d’état ainsi que les peines et les joies de ce jour ; ils travaillent plus méticuleusement à leur sanctification ; et, lorsque cela leur est possible, ils assistent à la Sainte Messe et offrent la sainte communion à l’intention du Roi ; ou bien encore, ils accomplissent quelque petit pèlerinage ou acte de dévotion supplémentaire, offerts à l’intention de Sa Majesté et du Royaume des Lys.
La lettre mensuelle, envoyée à tous les membres ainsi qu’aux amis qui ont manifesté le désir de la recevoir, à l’occasion de ce 25 de chaque mois, est écrite par les prêtres, religieux ou clercs membres de la Confrérie Royale. Le but de cette lettre est de raviver la ferveur et la détermination des membres, en leur proposant des réflexions et des approfondissements, qui sont toujours nécessaires.

entête confrérie royale carême

« Voici que nous montons à Jérusalem » (Matth. XX, 18)

Samedi 25 février,
En la fête de sainte Isabelle de France, sœur de saint Louis IX.

       Au Temps de la Septuagésime, qui précède durant trois semaines la sainte Quarantaine appelée Carême, dom Prosper Guéranger rappelait l’état d’esprit dans lequel nous devions entrer : « Le Chrétien, s’il veut entrer dans l’esprit de l’Église, doit faire trêve à cette fausse sécurité, à ce contentement de soi qui s’établissent trop souvent au fond des âmes molles et tièdes, et n’y produisent que la stérilité. Heureux encore lorsque ces dispositions n’amènent pas insensiblement l’extinction du véritable sens chrétien ! Celui qui se croit dispensé de cette vigilance continuelle tant recommandée par le Sauveur, est déjà sous la main de l’ennemi ; celui qui ne sent le besoin d’aucun combat, d’aucune lutte pour se maintenir et pour cheminer dans le bien, à moins d’avoir été honoré d’un privilège aussi rare que dangereux, doit craindre de ne pas être dans la voie de ce royaume de Dieu qui ne s’enlève que de vive force ; celui qui oublie les péchés que la miséricorde de Dieu lui a pardonnés, doit redouter d’être le jouet d’une illusion périlleuse. Rendons gloire à Dieu, dans ces jours que nous allons consacrer à la courageuse contemplation de nos misères, et venons puiser, dans la connaissance de nous-mêmes, des motifs nouveaux d’espérer en Celui Que nos faiblesses et nos fautes n’ont point empêché de S’abaisser juqu’à nous, pour nous relever jusqu’à Lui » (Septuagésime, chap. III).

   Cette consigne de l’Année liturgique, il n’est pas trop tard pour la mettre en pratique, je vous rassure, d’autant que le Carême proprement dit, c’est-à-dire liturgique (c’est le jeûne quadragésimal qui commence le Mercredi des Cendres), commence ce samedi midi avec les Vêpres anticipées avant le déjeuner. C’est à saint Charlemagne que l’on doit cette mesure disciplinaire, désireux que les domestiques et familiers de sa Cour n’aient pas à attendre la nuit qu’ait pris fin le propre déjeuner de la Cour, en fin de journée.

   Notre prieur a déjà beaucoup écrit et relayé de sermons de Pères de l’Église sur ce si important temps du Carême, et particulièrement sa « pratique » (thème cher également à dom Guéranger) : sachons en profiter et les méditer sérieusement, afin de mettre en œuvre, comme nos aïeux, une véritable pénitence, et non pas un sucre en moins dans le café… « Voici le temps favorable, voici les jours de salut ! » (II Cor. VI, 2) va s’écrier la Liturgie. Ne perdons pas ces grâces que nous prépare le Seigneur.

   Seuls les Orientaux sont encore fidèles à un vrai Carême. L’Occident l’a complètement soit oublié, soit défiguré, même dans « nos milieux » : il semble que ce que beaucoup (même ecclésiastiques) considèrent comme des « pratiques d’un autre temps », se soient réfugié dans les seuls monastères, hormi quelques exceptions de clercs et de laïques mortifiés « dans le monde » selon l’esprit de l’Église.

   Membres de la Confrérie Royale, désireux de – et résolus à – utiliser tous les trésors liturgiques pour faire avancer notre cause, à savoir la deuxième demande du Pater noster, faisons donc jeûner nos corps et prier nos âmes comme jadis les Ninivites. Et Dieu sait que notre pauvre société est dans un état bien plus grave que cette cité syrienne ; pour cela, soyons bien plus désireux d’un résultat miséricordieux que ce pauvre Jonas. Abandonner viande et productions animales, comme nous le rappellent plusieurs fois chaque jour les oraisons liturgiques, pour nous concentrer sur l’Unique Nécessaire (Dieu, est-il besoin de le rappeler ?). Ne les faisons donc pas mentir, ces prières, notamment nous, MM. du Clergé, qui les récitons tant de fois machinalement ; et n’imitons pas le clergé vétérotestamentaire qui proclamait un Messie qu’il fut non seulement incapable de reconnaître à Son Heure, mais qu’il fit ignominieusement périr !

   Comme le disaient les anciens auteurs : le Royaume est un corps (dont le roi est la tête), et l’Église, depuis au moins saint Gélase Ier, voit dans ce corps la partie proprement étatique et temporelle, laïque aussi, de la société (tandis qu’en l’âme se mire l’autorité spirituelle). Un corps mystique à l’image de celui que constitue l’Église. Le corps mystique du Royaume doit pratiquer le jeûne, la prière et l’aumône pour son propre salut. Il est en effet « des démons qu’on ne peut chasser que par le jeûne et la prière » (Matth. XVII, 21) : utilisons donc les bons moyens pour les meilleurs effets, puisque la France est désormais bien plus infestée et possédée que Marie-Madeleine avec ses sept démons.

   « Que Votre règne arrive […] sur la terre comme au Ciel ! » : le règne du Christ vrai roi de France et de son lieutenant « commendataire », pour gloser les paroles de sainte Jeanne d’Arc, selon notre devise tirée des leçons de Matines de son office liturgique : « Ad pristinum regnum restituendum », qui ne dit pas autre chose. Un tel cadeau, une si grande grâce ne méritent-ils pas des efforts redoublés ?

   Rien n’est à négliger, pour « un royaume éternel et universel, royaume de vérité et de vie, royaume de sainteté et de grâce, royaume de justice, d’amour et de paix » (préface du Christ Roi), et précisons : de vraie justice, de véritable amour et de véridique paix. Qui ne peuvent tous trois ne se trouver qu’en la Personne adorable du Seigneur Jésus, et qu’un seul régime (quel mot affreux !) a été capable de confesser sur (et dans) ce sol de France. Osons alors le mot : faisons régime pour un meilleur régime !

   « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Joann. XV, 3). Concentrons-nous, après avoir contemplé notre misère (personnelle comme sociale, historique comme contemporaine), sur Ce Fils d’un Dieu venu tout réparer et « faire toutes choses nouvelles » (Isaïe XLIII, 19 ; Apocalypse XXI, 5). Nouvelles et anciennes en même temps, car re-formées sur le plan de Dieu malheureusement rejeté.

Voici la définition même de la Restauration.
Et notre France en a grand besoin.

+ Abbé Louis de Saint-Taurin

P.S. : Ce 28 février, n’oublions pas dans nos prières M. Pierre Bodin †, ancien président de l’U.C.L.F. et qui était non seulement membre d’honneur mais membre plénier de la Confrérie. Cela fera deux mois que Dieu l’a rappelé à Lui.

armoiries confrérie royale

2023-1. Vœux de Leurs Majestés pour l’an de grâce 2023.

1er janvier 2023,
Fête de la Circoncision de NSJC et octave de la Nativité (cf. > ici) ;
Jour de l’an (cf. > ici).

Trois lys blancs

1er janvier 2023 - Louis XX et la Famille Royale

En ce premier jour de l’année, la Princesse Marie-Marguerite et moi, vous souhaitons une bonne année 2023.

Ayons l’espérance au cœur et la volonté d’être les serviteurs du bien
pour une société plus juste et pour une France unie.

Que Saint Louis, modèle des gouvernants, veille sur notre pays et son salut.

Armes de France & Navarre

2022-71. Triduum de Sainte Philomène du 9 au 11 août 2022.

Lundi soir 13 juin 2022.

portrait-sainte-philomene-xixe - Copie

Comme chaque année, la fête de Sainte Philomène sera célébrée au Mesnil-Marie le 11 août : en 2022 donc, ce sera un jeudi.
Comme chaque année, ce jeudi 11 août 2022, une Sainte Messe sera assurée dans le rite latin traditionnel et les personnes qui le souhaitent pourront pique-niquer sur place ; l’après-midi un temps de prière et la vénération de la relique de Sainte Philomène seront proposés.

Et comme l’année dernière (cf. > ici), en préparation de cette journée de fête de Sainte Philomène au Mesnil-Marie, une marche priante est organisée à l’intention des amateurs de pèlerinage à pied.

Ce pèlerinage aux allures de randonnée commencera le mardi 9 août au matin : la marche se fera donc sur les journées de mardi et de mercredi et n’excèdera pas 35 km au total.
Il est souhaitable que le rassemblement se fasse au lieu du départ, le lundi 8 août en fin d’après-midi. L’arrivée au Mesnil-Marie sera dans l’après-midi du mercredi 10 août.

Nous allons travailler dans les prochaines semaines à peaufiner le programme, les parcours et tous les détails pratiques, mais si d’ores et déjà des personnes sont intéressées et souhaitent ou participer ou aider à l’organisation, nous leur demandons de se signaler dans les meilleurs délais.
… Et nous demandons à nos amis et aux dévots de Sainte Philomène de bien vouloir faire connaître dans leur entourage l’existence de ce pèlerinage. Nous vous en remercions par avance !

Contact / renseignements  > ici

Gisant de Sainte Philomène au Mesnil-Marie - détail

2022-53. Message de Sa Majesté le Roi après l’attentat contre un prêtre à Nice ce dimanche 24 avril 2022.

Dimanche de Quasimodo 24 avril 2022.

Ce dimanche matin 24 avril 2022, dans l’église Saint-Pierre d’Arène, à Nice, au moment de la célébration de la Messe paroissiale, un individu d’une trentaine d’années a porté un assez grand nombre de coups de couteau au thorax du vicaire d’origine polonaise, le Père Krzyzstof (Christophe) Rudzinski ; une vierge consacrée de la paroisse, Sœur Marie-Claude, qui a tenté de s’interposer, a elle aussi été blessée, à la main, mais sans trop de gravité. Le prêtre a été transporté au CHU Pasteur, de Nice. Dans l’après-midi il a été annoncé que le pronostic vital du prêtre n’est pas engagé. Quant à l’agresseur, il s’est rendu aux forces de l’ordre sans que ces dernières n’aient eu besoin de faire usage de leurs armes ; il a été placé en garde à vue. On parle de troubles bipolaires et de déséquilibre psychique. D’après une source policière, l’homme aurait spontanément déclaré à la Police qu’il est de confession juive et que, en ce jour d’élections, il voulait tuer Emmanuel Macron, mais qu’il s’était finalement rabattu sur une église…

Eglise Saint-Pierre d'Arène Nice 24 avril 2022

Secours et forces de police autour de l’église Saint-Pierre d’Arène, à Nice,
ce dimanche de Quasimodo 24 avril 2022 après l’attentat contre le Père Krzyzstof Rudzinski.

Après avoir appris cet attentat sacrilège contre l’ecclésiastique, Monseigneur le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX, a aussitôt publié ce communiqué par l’intermédiaire des réseaux sociaux :

Je viens d’apprendre avec une immense tristesse qu’un prêtre et qu’une religieuse ont été poignardés à plusieurs reprises dans l’église Saint-Pierre d’Arène de Nice.

J’adresse mes pensées et mes prières pour le Père Christophe et la Sœur Marie-Claude qui ont été pris en charge par les pompiers, leurs proches et toute la communauté catholique.

Grandes armes de France

12345...8

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi