Archive pour la catégorie 'Prier avec nous'

2023-21. Récapitulatif des publications de ce blogue consacrées à Saint François de Sales depuis les origines jusqu’au 29 janvier 2023.

29 janvier 2023,
Fête de Saint François de Sales, évêque et confesseur, docteur de l’Eglise.

Saint François de Sales

   Voici le récapitulatif des principales publications de ce blogue consacrées à Saint François de Sales :

A – Eléments biographiques :

- Présentation de la vie et de l’œuvre de Saint François de Sales par Benoît XVI > ici
- La naissance de Saint François de Sales (21 août 1567) > ici
- Liens de Saint François de Sales avec le Saint Suaire > ici
- La mort de Saint François de Sales (28 décembre 1622) > ici

B – La fondation de la Visitation :

- Les préludes à la fondation de l’Ordre > ici
- La fondation (dimanche de la Sainte Trinité 1610) > ici
- La fin et l’esprit de la Visitation > ici

C – Glorification de Saint François de Sales :

- Sentiments de Madame de Chantal après la mort de Saint François de Sales > ici
- Béatification et canonisation de Saint François de Sales > ici
- Sa proclamation comme Docteur de l’Eglise > ici

C – Prières :

C1 : Prières à Saint François de Sales :

- Litanies de Saint François de Sales > ici

C2 – Prières de Saint François de Sales :

- « Ayez mémoire et souvenance… » (paraphrase du « Memorare » par Saint François de Sales > ici
- Louange de Saint François de Sales à la Très Sainte Vierge > ici

D – Varia :

- Trois livres du Père Gilles Jeanguenin pour mieux connaître Saint François de Sales > ici
- Conseils spirituels de Saint François de Sales au début de l’année liturgique > ici
- Ouverture de l’année jubilaire du 4ème centenaire de la Visitation > ici

- Jubilé d’argent d’affiliation à l’Ordre de la Visitation > ici

St François de Sales

2023-20. Messe de la fête de Saint Charlemagne dans le propre du diocèse de Paris.

28 janvier,
Fête de Saint Charlemagne, Roi des Francs et empereur d’Occident, confesseur (cf. > ici, > ici, et > ici) ;
Mémoire de Sainte Véronique Binasco, vierge de l’Ordre de Saint-Augustin ;
Mémoire de Saint Pierre Nolasque, confesseur ;
Mémoire de Sainte Agnès, vierge et martyre, pour la seconde fois ;
Anniversaire de la mort d’Henri du Vergier de La Rochejaquelein, 3e généralissime de la Grande Armée Catholique et Royale (+ 28 janvier 1794).

Armoiries de Charlemagne

   Voici les textes propre de la Messe de Saint Charlemagne tels qu’ils se trouvaient dans le propre du diocèse de Paris. Les trois évêques de la famille de Gondi qui romanisèrent la liturgie de la capitale supprimèrent cette fête, qui subsista cependant en certaines églises, en particulier celles liées à l’université de la Sorbonne – dont Saint Charlemagne était le saint patron –, jusqu’à la révolution.

Cathédrale ND de Paris - chapelle du déambulatoire

Basilique-cathédrale Notre-Dame de Paris :
fresque de Saint Charlemagne
au-dessus de l’autel de la chapelle Saint-Louis (dans le déambulatoire).

frise fleurs de lys

Introït (Ps. XXXV, 30-31 & 1)

   Os iusti * meditábitur sapiéntiam, et lingua ejus loquétur judícium : lex Dei ejus in corde ipsíus. – Ps. Noli æmulári in malignántibus : * neque zeláveris faciéntes iniquitátem. – ℣. Glória Patri.    La bouche du juste méditera la sagesse et sa langue proférera l’équité ; la loi de son Dieu est dans son cœur. – Ps. Ne porte pas envie au méchant et ne sois pas jaloux de ceux qui commettent l’iniquité. – ℣. Gloire au Père.

Collecte

   Deus qui superabundanti fœcunditáte bonitatis tuæ beatum Carolum imperatorem & confessorem tuum, deposito carnis velamine, immortalitatis trabea sublimasti, concede, quæsumus, ut quem ad laudem & gloriam tui nominis honore imperii exaltasti in terris, pium ac propitium intercessorem habere mereamur in cœlis.    O Dieu, qui, dans la surabondante fécondité de Votre bonté, avez décoré du manteau de la glorieuse immortalité le bienheureux Empereur Charlemagne , après qu’il a eu déposé le voile de la chair : accordez à nos prières de mériter pour pieux intercesseur dans les cieux, celui que Vous avez élevé sur la terre à l’honneur de l’Empire, pour la louange & la gloire de Votre nom.

On ajoute les collectes des mémoires du jour.

Lectio libri Sapientiæ (X, 10-14) :

   Justum deduxit Dominus per vias rectas, & ostendit illi regnum Dei, & dedit illi scientiam sanctorum : honestavit illum in laboribus, & complevit labores illius. In fraude circumvenientium illum affuit illi, & honestum fecit illum. Custodivit illum ab inimicis, & a seductoribus tutavit illum, & certamen forte dedit illi, ut vinceret & sciret, quoniam omnium potentior est sapientia. Hæc venditum justum non dereliquit, sed a peccatoribus liberavit eum : descenditque cum illo in foveam, & in vinculis non dereliquit illum, donec afferret illi sceptrum regni, & potentiam adversus eos, qui eum deprimebant : et mendaces ostendit, qui maculaverunt illum, et dedit illi claritatem æternam, Dominus Deus noster.    Le Seigneur a conduit le juste par des voix droites & lui a fait voir le royaume de Dieu, & lui a donné la science des saints ; Il l’a enrichi dans ses travaux, & lui en a fait recueillir de grands fruits. Il l’a aidé contre ceux qui voulaient le surprendre par leurs tromperies, & Il l’a fait devenir riche. Il l’a protégé contre ses ennemis, l’a défendu des séducteurs, & l’a engagé dans un rude combat, afin qu’il demeurât victorieux, & qu’il sût que la sagesse est plus puissante que toutes choses. C’est elle qui n’a point abandonné le juste lorsqu’il fut vendu, mais l’a délivré des mains des pécheurs : elle est descendue avec lui dans la fosse, & elle ne l’a point quitté dans ses chaînes, jusqu’à ce qu’elle lui eût mis entre les mains le sceptre royal, & qu’elle l’eût rendu maître de ceux qui l’avaient traité si injustement ; elle a convaincu de mensonges ceux qui l’avaient déshonoré, & lui a donné un nom éternel.

Graduel (Ps. XX, 4-5) :

   Dómine, * prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis : posuísti in cápite ejus corónam de lápide pretióso. – ℣. Vitam pétiit a te, & tribuísti ei longitúdinem diérum in sæculum sæculi.    Seigneur, vous l’avez devancé par vos bénédictions de choix ; vous avez posé sur sa tête une couronne ornée de pierres précieuses. – ℣. Il vous a demandé la vie, & vous la lui avez accordée au long des jours dans les siècles des siècles.

Alleluia (Osée 14, 6) :

   Alleluia, alleluia. – ℣. Justus germinábit sicut lílium : et florébit in ætérnum ante Dóminum. Alleluia.    Alléluia, alléluia. – ℣. Le juste germera comme le lis, & il fleurira éternellement devant le Seigneur. Alléluia.

Après la Septuagésime - Trait (Ps. CXI, 1-3) :

   Beátus vir, * qui timet Dóminum : in mandátis ejus cupit nimis. – ℣. Potens in terra erit semen ejus : generátio rectórum benedicétur. ℣. Glória & divítiæ in domo ejus : & justítia ejus manet in sæculum sæculi.    Bienheureux l’homme qui craint le Seigneur, & qui met sa joie à observer Ses commandements. ℣. Puissante sur la terre sera sa descendante ; la postérité des justes sera bénie. ℣. La gloire & la richesse sont dans sa maison, & sa justice demeure dans les siècles des siècles.

+ Sequéntia sancti Evangélii secúndum Lucam (XII, 35-40) :

   In illo témpore : Dixit Jesus discípulis suis : Sint lumbi vestri præcíncti, et lucernæ ardéntes in mánibus vestris, et vos símiles homínibus exspectántibus dóminum suum, quando revertátur a núptiis : ut, cum vénerit et pulsáverit, conféstim apériant ei.Beáti servi illi, quos, cum vénerit dóminus, invénerit vigilántes : amen, dico vobis, quod præcínget se, et fáciet illos discúmbere, et tránsiens ministrábit illis. Et si vénerit in secúnda vigília, et si in tértia vigília vénerit, et ita invénerit, beáti sunt servi illi. Hoc autem scitóte, quóniam, si sciret paterfamílias, qua hora fur veníret, vigiláret útique, et non síneret pérfodi domum suam. Et vos estóte paráti, quia, qua hora non putátis, Fílius hóminis véniet.    En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Que vos reins soient ceints, et les lampes allumées dans vos mains. Et vous, soyez semblables à des hommes qui attendent que leur maître revienne des noces, afin que, lorsqu’il arrivera et frappera, ils lui ouvrent aussitôt. Heureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera veillant ; en vérité, je vous le dis, il se ceindra, les fera asseoir à table, et passant devant eux, il les servira. Et, s’il vient à la seconde veille, s’il vient à la troisième veille, et qu’il les trouve en cet état, heureux sont ces serviteurs ! Or, sachez que, si le père de famille savait à quelle heure le voleur doit venir, il veillerait certainement, et ne laisserait pas percer sa maison. Vous aussi, soyez prêts ; car, à l’heure que vous ne pensez pas, le Fils de l’homme viendra.

Offertoire (Ps. LXXXVIII, 25) :

   Véritas mea & misericórdia mea cum ipso : & in nómine meo exaltábitur cornu ejus.    Ma fidélité & ma miséricorde lui sont acquises, & Mon Nom exaltera sa corne.

Secrète :

   Hostias tibi, Dómine, per sancti Caroli imperatóris & confessóris tui commemoratióne deferimus : suppliciter exorántes, ut peccatórum indulgentiam nobis quos pariter mentis & corporis conferant salutem.    Nous Vous apportons, Seigneur, ces offrandes pour la commémoraison de Votre saint empereur & confesseur Charles, afin qu’elles nous apportent, à nous qui Vous supplions, le pardon des péchés et nous confèrent également le salut de l’âme & du corps.

Communion (Matth. XXIV, 46-47) :

   Beátus servus, quem, cum vénérit Dóminus, invénerit vigilántem : amen, dico vobis, super ómnia bona sua constítuet eum.    Bienheureux le serviteur que son maître, à son retour, trouvera veillant ; en vérité, je vous le dit, il l’établira sur tous ses biens.

Postcommunion :

   Sanctificet nos, omnipotens Deus, sancti corporis & sanguinis tui veneranda perceptio : ut intercendente beato Carolo imperatore & confessore tuo : per hæc mysteria nostre salutis et fidei in præsenti peccatórum veniam : & in futuro vitam consequi mereámur ætérnam.    Que la respectueuse réception, Dieu tout-puissant, de Votre saint Corps & de Votre Sang, nous sanctifie ; que par l’intercession du bienheureux Charles Votre empereur & Votre confesseur, & par ces mystères de notre salut et de notre foi, nous méritions de recevoir aujourd’hui le pardon des péchés & dans le futur la vie éternelle.

 

Saint Charlemagne - vitrail de l'église de Chatou

Saint Charlemagne
(vitrail de l’église de Chatou – diocèse de Versailles)

Trois ferventes supplications pour demander à Dieu de croître dans sa vie chrétienne, extraites des œuvres de Saint Jean Chrysostome.

27 janvier,
Fête de Saint Jean Chrysostome.

saint Jean Chrysostome -fresque XIIe s - Eglise Panagia-Asinou-Mont-Troodos - Chypre

Saint Jean Chrysostome
(fresque du XIIe siècle – Chypre)

nika

« Accordez-nous, Seigneur, d’observer cette règle de vie : vouloir ce que Vous voulez » :

    Accordez-nous, Seigneur, d’observer cette règle de vie : vouloir ce que Vous voulez.
Venez en aide aux pauvres résolutions de notre volonté : elle a le désir d’accomplir ce que Vous ordonnez, mais la faiblesse du corps l’entrave.
Tendez la main à ceux qui voudraient courir mais qui ne font que boiter. Notre âme a des ailes, mais la chair l’attire en bas ; elle est prompte à tendre vers les réalités d’en-haut, mais elle est alourdie, elle est inclinée vers les réalités de la terre.
Que Votre secours nous vienne en aide ; ce qui paraissait impossible deviendra alors aisé.
Ainsi soit-il.

nika

« Seigneur, que Votre volonté soit faite en moi pauvre pécheur » :

Seigneur, recevez-moi dans mon repentir.
Seigneur, ne m’abandonnez point.
Seigneur, préservez-moi de tout péril.
Seigneur, donnez-moi de bonnes pensées.
Seigneur, donnez-moi des larmes, et le souvenir de la mort, et la componction.
Seigneur, faites naître en moi le désir de confesser mes péchés.
Seigneur, donnez-moi l’humilité, la chasteté et l’obéissance.
Seigneur, accordez-moi la patience, le courage et la douceur.
Seigneur, introduisez dans mon cœur la racine de tous les biens : Votre crainte salutaire.
Seigneur, rendez-moi capable de Vous aimer de toute mon âme et de toute ma force, et d’accomplir en toute chose Votre volonté.
Seigneur, protégez-moi contre certains hommes, contre les démons, contre les passions et toute autre chose pernicieuse.
Vous le savez, Seigneur, qu’il Vous appartient d’accomplir tout ce qui Vous plaît : aussi que Votre volonté soit faite en moi pauvre pécheur, car vous êtes béni dans tous les siècles.
Ainsi soit-il.

nika

« Seigneur, ne me privez point de Vos biens célestes » :

Seigneur, ne me privez point de Vos biens célestes. Seigneur, délivrez-moi des peines éternelles.
Seigneur, j’ai péché par paroles, par pensées, par actions, pardonnez-le-moi.
Seigneur, sauvez-moi de toute ignorance, de l’oubli, de la pusillanimité et de l’endurcissement du cœur.
Seigneur, daignez me soustraire à toute tentation. Seigneur, éclairez mon âme obscurcie par la convoitise.
Seigneur, si j’ai péché comme homme, Vous comme Dieu de miséricorde, qui connaissez l’infirmité de mon âme, ayez pitié de moi.
Seigneur, que votre Grâce vienne à mon secours, afin que j’exalte Votre saint nom.
Seigneur Jésus-Christ, inscrivez-moi, Votre serviteur, au livre de vie et accordez-moi une bonne fin.
Seigneur, mon Dieu, quoique je n’aie rien fait de bon devant Vous, accordez-moi la grâce de faire le premier pas dans le bien.
Seigneur, que mon cœur reçoive la rosée de Votre grâce.
Souverain Maître des cieux et de la terre, souvenez-Vous de Votre mauvais serviteur, nonobstant son impureté et son ignominie, lorsque sera venu Votre règne éternel.
Ainsi soit-il.

cierges devant une icône

2023-16. Préparation spirituelle aux célébrations anniversaires du martyre de Sa Majesté le Roi Louis XVI.

20 janvier 2023,
Fête des Saints Fabien, pape, et Sébastien, martyrs.

       Cette journée du 20 janvier est particulièrement propice à une préparation spirituelle au terrible anniversaire que tout vrai bon Français commémore avec émotion et ferveur chaque 21 janvier : celui de l’exécution, de l’assassinat, du martyre de Sa Majesté le Roi Louis XVI.
Ce modeste blogue a déjà beaucoup publié à l’occasion du retour annuel des commémorations de ce régicide, au point qu’il devient difficile de retrouver ces textes. C’est pourquoi, nous vous proposons ci-dessous une liste de liens vers une partie des articles qui se trouvent déjà dans ces pages, et qui peuvent déjà, comme en une sorte de vigile, aider à entrer dans l’esprit des célébrations de demain.

Louis XVI consacrant la France au Sacré-Coeur - église de Saint-Vran

Louis XVI consacrant la France au Sacré-Cœur
(détail d’un vitrail de l’église de Saint-Vran, diocèse de Saint-Brieuc)

frise lys

A – Textes de Sa Majesté le Roi Louis XVI

- « Maximes écrites de la main de Louis XVI » (pendant sa formation ou les premières années de son règne) > ici
- Le Vœu de Louis XVI au Sacré-Cœur de Jésus (1792> ici
- Précisions supplémentaires au sujet du Vœu de Louis XVI au Sacré-Cœur > ici
- Testament de Sa Majesté le Roi Louis XVI (25 décembre 1792) > ici

B – Complainte : « O mon peuple, que vous ai-je donc fait ? » :

- Cette complainte fut composée, selon toute vraisemblance, en 1792, sans doute après la violation des Tuileries et l’emprisonnement de la Famille Royale au Temple, et elle se répandit parmi les Français fidèles. Elle reprend la forme des Impropères du Vendredi Saint > ici

C – Les dernières heures du Roy-martyr :

- Récit circonstancié des dernières heures de Sa Majesté (20 et 21 janvier 1793) > ici

D – Pourquoi Louis XVI est véritablement un martyr au sens religieux exact de ce mot :

- Sermon de Saint Augustin sur ce qui constitue le martyre > ici
- Paroles de Sa Sainteté le Pape Pie VI sur la mort de Louis XVI (11 juin 1793) > ici

E – Textes de réflexion et d’approfondissement :

- Réflexions pour bien comprendre ce que fut en réalité l’assassinat de S.M. le Roi Louis XVI > ici
- Pourquoi continuer à faire célébrer des Messes de Requiem pour le Roi-martyr alors que nous avons la conviction qu’il est au ciel ? > ici

F – La Sainte Icône de la Famille Royale et la prière pour obtenir des grâces par l’intercession de nos Princes martyrs :

- Cette icône, écrite selon le strict canon iconographique des Eglises d’Orient a été écrite par une artiste russe en 2016, et se trouve vénérée dans l’oratoire de notre Mesnil-Marie : on peut en obtenir des reproductions au format A4 (pour encadrer et exposer) ou au format carte postale. Au verso figure une prière pour demander des grâces par l’intercession de nos Princes martyrs. Voir > ici 

Louis XVI enlevé à l'affection des siens

Louis XVI enlevé à l’affection des siens
(gravure réalisé lorsque le Roi fut isolé pour son procès)

2023-11. Le premier miracle de Jésus.

Deuxième dimanche après l’Epiphanie.

Cana - Denys Calvaert - 1592

Denys Calvaert (1540-1619) : les noces de Cana (1592)

frise

Le premier miracle de Jésus :

Présence de Dieu :

O Jésus, je Vous supplie de renouveler aujourd’hui en moi le grand miracle que Vous avez opéré un jour en faveur des époux de Cana !

Méditation :

   1 – La liturgie commence à nous parler de la vie publique de Jésus, à présent que le cycle de Son Enfance est clos. Pendant l’octave de l’Epiphanie, elle a rappelé le Baptême du Sauveur dans les eaux du Jourdain, fait qui a marqué le début de Son apostolat ; aujourd’hui, elle nous parle de Son premier miracle destiné, comme l’Epiphanie et le Baptême, à manifester au monde Sa gloire de Fils de Dieu.
« En ce temps-là, il se fit des noces à Cana en Galilée ; et la Mère de Jésus y était. Jésus aussi fut convié aux noces… » rapporte l’Evangile du jour. Immédiatement et au premier plan à côté du Sauveur, nous trouvons la Très Sainte Vierge, dans sa maternelle fonction de médiatrice de toutes les grâces. Le miracle de Cana, le premier miracle de Jésus, s’opère par son intercession puissante jusqu’à faire anticiper l’heure du Christ. « Mon heure n’est pas encore venue », avait répondu le Sauveur à Sa Mère.
Mais cette réponse apparemment négative ne trouble pas Marie. Elle n’insiste pas. Sûre de son Fils et pleine d’une amoureuse confiance en Lui, elle dit aux serviteurs : « Faites tout ce qu’Il vous dira ».
Jésus est vaincu par l’humilité, la délicatesse, la foi, l’abandon confiant de Sa Mère. Pour nous prouver combien elle est puissante sur Son divin Cœur, Il condescend à son désir : le miracle est accompli.
A côté de la foi de Marie, nous pouvons admirer celle des serviteurs, ainsi que leur prompte obéissance. Suivant le conseil de Marie, ils exécutent immédiatement les ordres de Jésus : ils remplissent d’eau les urnes et vont y puiser ensuite. Pas un seul moment de doute, pas une seule protestation, mais une obéissance simple comme celle des enfants.
Apprenons à croire, à obéir, à avoir recours à la puissante intercession de Marie.

Cana - Denys Calvaert - détail 1

   2 – « L’eau était changée en vin ».
Le miracle que Jésus opéra à Cana continue à se renouveler sur nos autels d’une manière encore beaucoup plus admirable : un peu de pain et un peu de vin sont changés en Corps du Christ, et ce Corps est offert comme nourriture à nos âmes.

Voilà pourquoi, dans la Messe de ce jour, l’antienne de la Communion rapporte le passage de l’Evangile relatant la transformation de l’eau en vin. Pour nous aussi, Jésus a « réservé le bon vin jusqu’à ce moment ». C’est le vin précieux de la Très Sainte Eucharistie qui enivre nos âmes de Son Corps et de Son Sang.
Nous pourrions penser encore à une autre transformation merveilleuse que Jésus accomplit dans nos âmes au moyen de la grâce : l’eau de notre pauvre nature humaine est rendue participante de la nature divine, elle est transformée dans le vin très noble de la vie du Christ Lui-même. L’homme devient membre du Christ, fils adoptif de Dieu, temple de l’Esprit-Saint. La Très Sainte Vierge nous enseigne précisément aujourd’hui comment nous pouvons et devons favoriser en nous cette précieuse transformation : « Faites tout ce que Jésus vous dira », nous répète-t-elle, comme jadis aux serviteurs du banquet de Cana. Marie nous invite à suivre et à mettre en pratique tous les enseignements, tous les préceptes de Jésus nous indiquant la voie pour arriver à une transformation totale en Lui.
D’un cœur humble et docile, avec une foi vive et un parfait abandon, confions-nous donc à Jésus par les mains de Marie.

Cana - Denys Calvaert - détail 2

Colloque :

   Quel encouragement pour moi, ô Seigneur, de trouver aujourd’hui, à Vos côtés, Votre très douce Mère !
Près de Marie, sous son regard maternel, protégé par sa puissante intercession, tout devient facile et simple. Comme Vous avez bien fait, ô Jésus, de nous donner Votre douce Mère, de nous donner aussi une maman pour notre vie spirituelle ! Oui, Seigneur, je veux suivre le précieux conseil de Marie et faire tout ce que Vous me direz, tout ce que Vous voudrez de moi.
Je voudrais imiter l’obéissance prompte et aveugle des serviteurs du festin : obéir ainsi, toujours, en tout, à vos enseignements, conseils préceptes ; Vous obéir aussi dans la personne de mes supérieurs, même lorsque je ne vois pas l’opportunité de leurs ordres, de leurs dispositions, même lorsqu’ils me demandent des choses difficiles ou qui me semblent absurdes. Je voudrais plus encore imiter l’abandon de Votre Mère qui, avec tant de délicatesse, Vous confie et son désir d’aider les époux, et la nécessité où ils se trouvent. Votre refus apparent ne la trouble pas, elle n’insiste pas, ne demande rien, mais est certaine, profondément certaine, que Votre Cœur, infiniment bon et tendre vis-à-vis de n’importe quelle misère, y pourvoira abondamment.
O Seigneur, c’est avec une confiance semblable et un pareil abandon qu’aujourd’hui je veux Vous exposer, moi aussi, mon indigence. La voyez-Vous ? Mon âme, comme les urnes du banquet, est remplie d’eau, l’eau froide et insipide de ma misère, des faiblesses que je ne parviens pas à vaincre complètement. Avec le Psalmiste, je dis : « les eaux sont venues jusqu’à mon âme » (Ps. LXVIII, 1) et la tiennent submergée, presque noyée dans l’incapacité, l’impuissance.
Je crois, Seigneur, je crois que, si Vous le voulez, Vous pourrez changer toute cette eau dans le vin très précieux de Vitre amour, de Votre grâce, de Votre vie. Vous êtes si puissant, si miséricordieux, que ma misère, si grande soit-elle, ne Vous épouvante pas, parce que devant Vous, l’Infini, elle est toujours bien peu de chose.
De même que pendant la Sainte Messe, les gouttes d’eaux versées dans le calice, sont changées au même titre que le vin, ainsi, dans Votre Sang, ô Seigneur, prenez ma misère, plongez-la dans Votre Cœur et faites-la disparaître en Vous.

Cana - Denys Calvaert - détail 3

Humble prière d’un théologien (Saint Hilaire de Poitiers)

14 janvier,
Fête de Saint Hilaire de Poitiers, évêque et confesseur, docteur de l’Eglise (cf. > ici et > ici).

   La théologie n’est rien si elle n’est pas profondément animée d’une foi vive et d’un ardent amour de Dieu.
En cette fête de Saint Hilaire de Poitiers, unissons-nous à ses propres mots pour confesser la foi trinitaire, la foi de Nicée, et pour demander à Dieu de toujours Le mieux connaître et mieux aimer, afin de Le mieux faire connaître, en ces temps où l’orthodoxie de la doctrine est mise à mal par de très nombreuses hérésies.

St Hilaire combattant l'arianisme au concile de Sébacée - vitrail de l'église St-Hilaire de Montcuq

Saint Hilaire combattant l’arianisme lors du concile de Séleucie (en 359) 
[vitrail de l'église Saint-Hilaire, à Montcuq]

       O Père, Dieu tout-puissant,
J’ai bien conscience que c’est à Vous que je dois consacrer l’occupation principale de ma vie. Que toutes mes paroles et mes pensées s’entretiennent de Vous.

   Car ce don de la parole que Vous m’avez accordé ne peut pas me rapporter un plus grand bienfait que celui-ci : Vous servir par la prédication et montrer qui Vous êtes. Vous êtes le Père, Celui du Fils unique de Dieu. Je dois le montrer soit au monde qui l’ignore, soit à l’hérétique qui le refuse.

   Ma volonté n’a pas d’autre raison d’être ; du reste, je dois implorer la grâce de Votre assistance et de Votre miséricorde, pour que Vous gonfliez du souffle de Votre Esprit les voiles déployées pour Vous par notre profession de foi, et que Vous nous poussiez dans cette course de la prédication. Car Il n’est pas infidèle à Sa promesse, Celui qui a dit : Demandez, et l’on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez, et l’on vous ouvrira (Luc XI, 9).

   Etant pauvres, nous demanderons ce dont nous sommes dépourvus ; nous fournirons un effort acharné pour scruter la parole de Vos prophètes et de Vos Apôtres, nous frapperons à tous les accès d’une compréhension qui nous est fermée. Mais c’est à Vous d’exaucer la demande, d’accorder ce qu’on cherche, d’ouvrir la porte fermée.

   Nous vivons en effet dans une sorte de torpeur, à cause de notre engourdissement naturel et nous sommes empêchés de comprendre Vos mystères par une ignorance invincible due à la faiblesse de notre esprit. Mais le zèle pour Votre enseignement fortifie notre perception de la science divine, et l’obéissance de la foi nous soulève au-dessus de notre capacité naturelle de connaître. Nous espérons donc que Vous stimulerez les débuts difficiles de cette entreprise, que Vous la fortifierez par une réussite croissante, que Vous l’appellerez à partager l’esprit des prophètes et des Apôtres ; nous voudrions comprendre leurs paroles dans le sens où ils les ont prononcées, et employer des termes exacts pour rendre fidèlement les réalités qu’ils ont exprimées.

   De fait, nous allons parler de ce qu’ils ont proclamé dans le mystère : Vous, Dieu éternel, Père du Fils qui est éternellement Dieu ; Vous, l’unique à n’avoir pas eu de naissance, et l’unique Seigneur, Jésus-Christ, né de Vous par une naissance éternelle ; il ne faut pas en faire un dieu de plus, à cause d’une diversité qui est réelle ; on ne doit pas dire non plus qu’il n’est pas engendré de Vous, qui êtes le seul Dieu ; et il ne faut pas professer qu’Il est autre chose que le vrai Dieu, Lui qui est né de Vous, le Père, qui êtes vrai Dieu.

   Accordez-nous donc le sens exact des mots, la lumière de l’intelligence, la noblesse du langage, l’orthodoxie de la foi ; ce que nous croyons, accordez-nous de l’affirmer aussi. C’est-à-dire, puisque nous connaissons par les prophètes et les Apôtres un seul Dieu, Vous, le Père, et un seul Seigneur, Jésus-Christ, qu’il nous soit donné aujourd’hui, contre les hérétiques négateurs, de Vous célébrer comme étant Dieu, mais non un Dieu solitaire, et de prêcher ce Dieu sans commettre d’erreur. Ainsi soit-il !

Sainte Hilaire de Poitiers, in « Traité sur la Trinité », PL 10, 48-49.

St Hilaire proclamé docteur de l'Eglise par le Bx Pie IX - vitrail de l'église St-Hilaire de Montcuq

Saint Hilaire proclamé Docteur de l’Eglise par le Bienheureux Pie IX (en 1851) 
[vitrail de l'église Saint-Hilaire, à Montcuq]

2023-2. Vœux de Son Altesse Félinissime le Prince Tolbiac aux amis du Refuge Notre-Dame de Compassion.

5 janvier 2023,
Vigile de l’Epiphanie ;
Mémoire de Saint Télesphore, pape et martyr ;
Mémoire de Saint Siméon le stylite, ermite et confesseur ;
Anniversaire de la naissance de Jacques Cathelineau (cf. > ici).

Tolbiac - illustrations vœux 5 janvier 2023

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

   Après la publication des vœux de Leurs Majestés comme première publication de l’année (cf. > ici), c’est à moi que Frère Maximilien-Marie a confié le soin de vous présenter les vœux du Mesnil-Marie : « Tu es le successeur du Maître-Chat Lully, m’a-t-il dit ; il est donc juste que ce soit toi qui te mettes à l’œuvre pour cet exercice important des premiers jours de l’année civile. C’est une tradition qui compte beaucoup chez les humains et tu as bien compris que, désormais, beaucoup d’humains te regardent car tu es devenu un authentique représentant de notre modeste Refuge Notre-Dame de Compassion… »
C’était sans appel, je n’avais plus qu’à m’exécuter : j’ai donc invoqué le Saint-Esprit, ainsi que Frère Maximilien-Marie m’a appris à le faire, et j’ai noté mes idées sur un petit carnet avant de finaliser leur rédaction.
Et puis, comme nous, les chats, nous faisons, depuis fort longtemps, partie des thèmes de prédilection pour l’illustration des cartes de vœux du Nouvel An, je me suis aussi inspiré de ce que les chats des âges passés ont permis d’exprimer sur les cartes anciennes…

1) Pour une vraie « Bonne Année » : laissez le Saint-Esprit gonfler votre voile !

Voeux 2023 1

   Si vous êtes baptisé, si vous êtes en état de grâce, le Saint-Esprit réside en vous d’une manière particulière : soyez à son écoute !
Faites silence pour entendre la voix de ce Maître intérieur, et obéissez à Ses inspirations avec l’absolue certitude qu’Il désire uniquement votre salut et votre sanctification.
Si vous n’êtes pas très sûr de bien comprendre ce qu’Il susurre à l’intérieur de votre âme, recourrez aux conseils et au discernement d’un guide spirituel auquel vous savez pouvoir faire pleinement confiance, puis avancez, le cœur serein et pleinement dilaté, en chantant intérieurement :

Esprit Saint,
âme de mon âme, je vous adore,
éclairez-moi, guidez-moi,
fortifiez-moi, consolez-moi,
dites-moi ce que je dois faire,
donnez-moi vos ordres.
Je vous promets de me soumettre à tout ce que vous désirez de moi,
et d’accepter tout ce que vous permettrez qui m’arrive,
faites-moi seulement connaître votre volonté.

(Prière du Cardinal Mercier).

2) Pour une vraie « Bonne Année » : vivez en harmonie !

Voeux 2023 2

   Vous le savez, nous les chats, nous sommes très particulièrement sensibles à l’harmonie des formes, des volumes, des espaces, des ambiances et de nos environnements : sur ce point-là, au moins, imitez-nous ; soyez des chats !
Comment ? En étant cohérents, absolument cohérents : que votre vie extérieure manifeste votre foi, votre espérance et votre charité.
Ce que vous affirmez de vos convictions intellectuelles et spirituelles, que votre comportement en témoigne bien davantage que vos paroles. Foin des fausses notes et des accords dissonants ou imparfaits : vivez en harmonie ! Soyez harmonie !  

3) Pour une « Bonne Année » : ne vous laissez pas paralyser par les épines !

Voeux 2023 3

   En cette période de Noël, vous les humains, vous aimez décorer vos maisons et vos crèches avec du houx. Si vous avez apporté un sapin dans votre maison, vous savez aussi que ses feuilles sont en réalité des épines, et certaines peuvent piquer, de la même manière que les pointes acérées des feuilles de houx… Malgré cela, vous en faites des ornements et vous vous réjouissez auprès d’eux. Que ce que vous faites avec ces végétaux piquants soit pour vous une parabole : la vie ici-bas vous fait, et fera encore, rencontrer bien des épines ; certaines épreuves vous sembleront bien lourdes ; certaines blessures vous paraîtront bien profondes et impossible à cicatriser… N’envenimez pas votre douleur avec le poison du repli sur vous-même et de l’amertume.
Dépassez la piqûre, dépassez la blessure, transcendez la douleur ! Avec Jésus, pour Lequel vous décorez vos maisons à Noël, transformez les épines et les feuilles piquantes de la vie en ornements surnaturels et salvateurs, par l’offrande généreuse et par l’amour, fixant vos regards sur le bois de la Croix qu’annonçait le bois de la Crèche…

4) Pour une « Bonne Année » : composez chaque jour un bouquet !

Voeux 2023 4

   Votre Père céleste très aimant, vous donne et vous comble chaque jour : vous ne pourrez jamais lui rendre l’équivalent, ni même le dixième, ni même le centième de tout ce qu’Il fait pour vous…
Notre très douce Dame Marie vous protège, veille maternellement sur vous, intercède pour vous et, parfois, répare vos bêtises avant que le Bon Dieu n’ait le temps de froncer le sourcil : vous ne pourrez jamais lui rendre l’équivalent de tout ce dont vous lui êtes redevable…
Mais comme un petit enfant aimant, malgré ses maladresses et ses chutes, vous pouvez chaque soir leur offrir un petit bouquet dont les humbles fleurettes leur diront merci : ne passez pas un soir sans revenir vers Dieu notre Père et vers Notre-Dame avec quelques humbles fleurs cueillies et réunies au fil du jour… Petites fleurs de vos efforts, petites fleurs de vos sacrifices, petites fleurs de vos actes de vertu, petites fleurs assemblées en bouquet que vous posez sans rien dire entre leurs mains, en leur donnant un humble et tendre baiser.

5) Pour une « Bonne Année » : pardonnez et vengez-vous par la bonté !

Voeux 2023 5

   Je sais très bien que ce n’est pas facile, car moi-même je suis plutôt un bagarreur, et lorsque l’un de mes congénères m’agresse, je riposte spontanément avec mes griffes et mes jeunes crocs acérés…
Et pourtant, le Saint Evangile nous enseigne avec insistance, par de nombreuses répétitions dans les Ecritures Sacrées, qu’il nous faut pardonner, pardonner encore, pardonner sans limite, pardonner toujours, pardonner sans se lasser ! C’est d’ailleurs LA condition pour que nous puissions nous-mêmes être pardonnés par Dieu, auquel nous demandons plusieurs fois par jour « remettez-nous nos dettes selon la mesure avec laquelle nous-mêmes nous remettons à nos débiteurs » (Pater noster).
C’est une source de très grande sérénité intérieure et de joie profonde que de savoir non seulement pardonner, mais aussi « se venger » à la manière des saints : non pas se venger en rendant le mal pour le mal, œil pour œil et dent pour dent, mais se venger en rendant le bien pour le mal, un bienfait pour un crasse, un sourire pour une grimace, une amabilité pour une vacherie, un mot gentil pour une insulte… etc.
C’est ainsi que le Bon Dieu Lui-même Se venge des pécheurs : à leurs outrages et abominations, Il a répondu par le don de Son Fils bien-aimé , un don total jusqu’à la Croix.

Alors, oui, de tout cœur, chers Amis : Sainte Année !
C’est bien ainsi que, tous, malgré les épreuves qui viennent,
- épreuves qui peuvent être bien graves et bien terribles en 2023 -
malgré la méchanceté des hommes et la dureté des événements
nous vivrons, envers et contre tout, une bonne et heureuse année !

Patte de chatTolbiac

bd0ada9d9edfe9a176d26ac386ef0b84

2023-1. Vœux de Leurs Majestés pour l’an de grâce 2023.

1er janvier 2023,
Fête de la Circoncision de NSJC et octave de la Nativité (cf. > ici) ;
Jour de l’an (cf. > ici).

Trois lys blancs

1er janvier 2023 - Louis XX et la Famille Royale

En ce premier jour de l’année, la Princesse Marie-Marguerite et moi, vous souhaitons une bonne année 2023.

Ayons l’espérance au cœur et la volonté d’être les serviteurs du bien
pour une société plus juste et pour une France unie.

Que Saint Louis, modèle des gouvernants, veille sur notre pays et son salut.

Armes de France & Navarre

2022-140. Faisons fructifier le temps.

31 décembre,
Fête de Saint Sylvestre 1er, pape et confesseur ;
7ème jour dans l’octave de la Nativité ;
Anniversaire de la sainte mort de Saint Jean-François Régis (31 décembre 1640 – cf. > ici).

Angelots annonçant la Nativité - Goupy

Faisons fructifier le temps :

Présence de Dieu :

En ce dernier jour de l’an, je me recueille aux pieds de Jésus Enfant pour examiner, à la lumière de l’éternité, la valeur du temps.

Méditation :

   1 – Le temps passe et ne revient pas. Dieu a assigné à chacun de nous un temps déterminé pour réaliser Son plan divin sur notre âme ; nous avons uniquement ce temps, nous n’en avons pas d’autre ! Le temps mal employé est perdu pour toujours. Notre vie est faites de cette course ininterrompue du temps, de ce flux continuel, qui ne connaît pas de reflux.
Dans l’éternité, au contraire, nous serons fixés, stabilisés à jamais, dans le degré d’amour que nous aurons atteint ici-bas, dans le temps. Si ce degré est grand, nous serons éternellement établis dans ce grand degré d’amour et de gloire, mais si nous ne possédons qu’un petit degré, nous n’en aurons pas davantage pendant toute l’éternité. Lorsque le temps sera écoulé, le progrès ne sera plus possible : « Ainsi donc, pendant que nous en avons le temps, faisons ce qui est bien » (Gal. VI, 10).
« Il s’agit de donner à chaque instant le maximum d’amour, de rendre éternel l’instant qui fuit, lui donnant valeur d’éternité » : voilà la meilleure manière d’employer le temps que Dieu nous a accordé. La charité nous permet d’adhérer avec soumission et amour à la volonté de Dieu. Ainsi, au soir de la vie, aurons-nous réalisé le plan divin sur notre âme. En effet, nous serons parvenus alors au degré d’amour que Dieu attend de chacun de nous, pour L’aimer et Le glorifier in aeternum.

Crèche et rayon de lumière - Gouppy

   2 – L’augmentation de la charité en nous dépend donc de nos actes méritoires, c’est-à-dire de nos bonnes œuvres accomplies sous la propulsion de la charité.
Tout acte bon mérite un accroissement de charité ; celui-ci peut-être accordé soit immédiatement, soit seulement à la fin de notre vie, selon que notre âme met dans ses actes tout l’amour dont elle est capable ou, au contraire, les pose nonchalamment, avec mesquinerie ou négligence. Dans le premier cas, l’augmentation de la, charité se produit à la manière des intérêts immédiatement incorporés au capital et qui, par conséquent, fructifient avec lui. Dans le second cas, elle est pareille à ces intérêts indépendants du capital, ne croissant pas avec lui, tout en demeurant la propriété du bénéficiaire.
Certes, pour que le mérite de nos bonnes œuvres – c’est-à-dire l’augmentation de charité méritée – soit immédiatement accordé à l’âme, il lui faut remplir une condition : agir avec tout l’amour dont elle est capable, déployer totalement sa bonne volonté et sa générosité. Il semble qe l’âme s’ouvre pour recevoir un accroissement d’amour dont l’effet s’ajoute immédiatement au capital de charité qu’elle possède, en augmentant le degré et l’intensité.
Pour accroître notre amour, nous n’avons ici-bas que la brève journée de notre vie terrestre. Or, si nous voulons en retirer le plus de fruit possible, nous devons surmonter notre inertie naturelle et accomplir nos bonnes œuvres « de tout notre cœur ». Alors notre amour croîtra démesurément et notre âme pourra dire au Seigneur, comme Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus : « Votre amour a grandi avec moi et maintenant c’est un abîme dont je ne puis sonder la profondeur » (Histoire d’une âme, X).
Il convient donc de nous presser, tant que en avons encore le temps, car « vient la nuit où personne ne peut travailler » (Jean IX, 14).

Concert angélique - Gouppy

Colloque :

   Seigneur, si je parcours du regard cette année écoulée, année que Votre divine Providence m’avait accordée pour augmenter en moi Votre amour, je ne puis que me lamenter quand je constate une nouvelle fois combien je Vous ai peu aimé, ô mon Dieu ! Comme j’ai mal employé mon temps !

   Oh ! « comme mes désirs ont tardé à s’enflammer, et comme Vous avez commencé de bonne heure, ô Seigneur, à m’amener à Vous et m’appeler pour que je me consacre à Vous tout entière ! Abandonneriez-Vous, par hasard, le misérable ou éloigneriez-Vous le pauvre mendiant quand il veut se rapprocher de Vous ? Y aurait-il des limites, ô Seigneur, à Vos grandeurs et à la magnificence de Vos œuvres ? O mon Dieu et ma Miséricorde, comme il Vous serait facile de manifester à présent en Votre servante les trésors de Votre amour ! Vous êtes tout-puissant, ô grand Dieu ! Montrez donc maintenant si mon âme se comprend bien quand elle considère le temps perdu et affirme qu’en un seul instant Vous puvez, Seigneur, me le faire regagner. Mais il semble que je déraisonne, car le temps perdu ne saurait, dit-on, se recouvrer.
Béni soit mon Dieu ! Je confesse Votre souveraine puissance. Si Vous êtes tout-puissant, et Vous l’êtes certainement, qu’y a-t-il d’impossible à Celui qui peut tout ?
Vous le savez bien, ô mon Dieu, malgré mes misères, je n’ai jamais cessé de reconnaître la grandeur de Votre puissance et de Votre miséricorde. En cela, au moins, je ne Vous ai point offensé ; tenez-en compte, ô Seigneur. Réparez donc, mon Dieu, le temps que j’ai perdu, donnez-moi Votre grâce pour le présent et pour l’avenir, afin que je paraisse devant Vous revêtue de la robe nuptiale. Si Vous le voulez, Vous le pouvez » (Sainte Thérèse de Jésus, Exclamations IV).

   De mon côté, Seigneur, je ne trouve comme moyen efficace de regagner le temps perdu que de m’exercer de toutes mes forces à augmenter mon amour. Oui, mon amour croîtra, si je réussis à accomplir pour Vous « de tout mon cœur » ou « de toute ma bonne volonté » chacun de mes devoirs, chaque œuvre bonne.
Hélas ! je suis si faible, si lâche, si indolent, je fuis si facilement l’effort, j’évite ou du moins diminue, la portée de mes sacrifices ! Ma nature tend toujours au plus facile, au moins fatigant, elle tombe aisément dans le laisser-aller ou l’ennui. Aidez-moi, Seigneur, renflouez mon amour par la force toute-puissante du Vôtre. Ce que j’exécute pour Vous est si minime, si ténu ; faites au moins, ô mon Dieu, que je l’accomplisse avec le maximum d’amour dont Vous m’avez rendu capable.

Rd Père Gabriel de Sainte Marie-Madeleine, 
in « Intimité divine », 31 décembre.

Voir aussi :
« Renoncer à l’impiété et aux désirs du siècle, et vivre sobrement,
et justement, et pieusement dans ce monde, attendant la bienheureuse espérance… » > ici

adoration anges et enfants - Gouppy

Lanterne de Noël

12345...65

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi