Archive pour la catégorie 'Prier avec nous'

Deux prières de Sainte Marguerite-Marie au Sacré-Coeur de Jésus :

Vitrail de la chapelle du Sacré-Coeur église de Bagnères de Luchon

Vitrail de la chapelle du Sacré-Coeur dans l’église de Bagnères de Luchon

« O Coeur divin, qui nous avez montré sur la Croix l’excès de votre amour et de votre miséricorde en Vous laissant ouvrir pour donner une entrée aux nôtres, recevez-les donc maintenant en les attirant par les liens de votre ardente charité, pour les consommer par la véhémence de votre amour.

O Coeur très libéral, soyez tout notre trésor et notre seule suffisance.
O Coeur très aimant et très désirable, apprenez-nous à Vous aimer et à ne désirer que Vous.
O Coeur très favorable et qui prenez tant de plaisir de nous faire du bien, faites-moi celui d’acquitter ma dette envers la divine justice.
Je suis insolvable, payez pour moi. Réparez les maux que j’ai faits, par les biens que Vous avez faits.
Et afin que je Vous doive tout, recevez-moi, ô Coeur charitable, à l’heure redoutable de ma mort.
Cachez mon âme de la divine colère, que j’ai souvent irritée.
Paraissez et répondez pour moi ; car je n’ai rien fait qui ne me condamne à un supplice éternel, si Vous ne me justifiez.

Hélas ! Ne souffrez pas que je sois privée de Vous aimer éternellement.
Je languis du désir d’être unie à Vous, de Vous posséder et m’abîmer dans Vous, pour ne plus vivre que de Vous qui êtes ma demeure pour toujours.

C’est en Vous, ô Coeur tout aimable, que je veux aimer, agir et souffrir.
Consommez donc en moi tout ce qu’il y a de moi-même ; et mettez en place ce qui est de Vous et me transformez en Vous.
Que je ne vive que de Vous et pour Vous. Soyez donc ma vie, mon amour et mon tout. Amen. »

(in « Vie et oeuvres de la Bienheureuse Marguerite-Marie Alacoque », 1915. T.2 p.790)

Vitrail du Sacré-Coeur église de Bagnères de Luchon - détail 1

« O Coeur embrasé et vivant d’amour ! ô sanctuaire de la Divinité, temple de la majesté souveraine, autel de la divine charité, Coeur qui brûlez d’amour et pour Dieu et pour moi, je Vous adore, je Vous aime, je me fonds d’amour et de respect devant Vous !
Je m’unis à vos saintes dispositions ; je veux, oui je veux et brûler de vos feux et vivre de votre vie.
Que j’ai de joie de Vous voir heureux et content ! Que je prends part à vos grâces, à vos douleurs et à votre gloire, et que de bon coeur je voudrais mourir et souffrir, plutôt que de Vous déplaire !
O mon coeur, il ne faut plus agir que par les mouvements du Coeur sacré de Jésus ; il faut expirer en silence devant Lui à tout ce qui est humain et naturel.

O Coeur divin, je m’unis à Vous et me perds en Vous. Je ne veux plus vivre que de Vous, par Vous et pour Vous.
Ainsi tout mon emploi sera de demeurer en silence et en respect, anéantie devant Vous comme une lampe ardente qui se consomme devant le Saint Sacrement.
Aimer, souffrir et mourir ! Amen. »

(ibid. p.807)

Vitrail du Sacré-Coeur église de Bagnères de Luchon - détail 2

Autres prières au Sacré-Coeur publiées dans ce blogue :
- neuvaine de confiance > www
- prière de Sainte Madeleine-Sophie Barat > www
- « Souvenez-Vous » au Sacré-Coeur > www
- acte d’offrande de Saint Claude de La Colombière > www
- prière d’union en forme de litanies > www
- consécration au Coeur de Jésus > www
- salutations au Coeur de Jésus par Sainte Marguerite-Marie > www
- prière au Coeur Eucharistique de NSJC > www
- cantiques au Sacré-Coeur > www

Chapelet pour demander les sept dons du Saint-Esprit.

Mercredi des Quatre-Temps d’été
(mercredi dans l’octave de la Pentecôte).

Après nous être préparés avec ferveur par une neuvaine à la magnifique fête de la Pentecôte, la célébration de son octave nous donne d’approfondir toujours davantage notre connaissance et notre amour de la troisième Personne de la Très Sainte Trinité.

Parmi les pratiques de dévotion en l’honneur du Saint-Esprit, en voici une qui est très simple mais de laquelle on pourra retirer de grands fruits spirituels : c’est le chapelet des sept dons du Saint-Esprit.
Il consiste en sept « septaines » au cours desquelles on récite les prières et invocations suivantes :

Les sept dons du Saint-Esprit

On commence par réciter le Credo (le symbole de Nicée-Constantinople, plutôt que le symbole des Apôtres), suivi du Pater noster, de trois Ave Maria et d’un Gloria Patri puis…

Première septaine :
- Venez en nous, Esprit de la crainte du Seigneur !
- puis sept fois :
V./ : Venez, Esprit-Saint, remplissez le coeur de vos fidèles.
R./ : Et allumez en eux le feu de votre amour.

Deuxième septaine :
- Venez en nous, Esprit de Piété !
- puis sept fois : 
V./ : Venez, Esprit-Saint, remplissez le coeur de vos fidèles.
R./ : Et allumez en eux le feu de votre amour.

Troisième septaine :
- Venez en nous, Esprit de science !
- puis sept fois : 
V./ : Venez, Esprit-Saint, remplissez le coeur de vos fidèles.
R./ : Et allumez en eux le feu de votre amour.

Quatrième septaine :
- Venez en nous, Esprit de force !
- puis sept fois : 
V./ : Venez, Esprit-Saint, remplissez le coeur de vos fidèles.
R./ : Et allumez en eux le feu de votre amour.

Cinquième septaine :
- Venez en nous, Esprit de conseil !
- puis sept fois : 
V./ : Venez, Esprit-Saint, remplissez le coeur de vos fidèles.
R./ : Et allumez en eux le feu de votre amour.

Sixième septaine :
- Venez en nous, Esprit d’intelligence !
- puis sept fois : 
V./ : Venez, Esprit-Saint, remplissez le coeur de vos fidèles.
R./ : Et allumez en eux le feu de votre amour.

Septième septaine :
- Venez en nous, Esprit de sagesse !
- puis sept fois : 
V./ : Venez, Esprit-Saint, remplissez le coeur de vos fidèles.
R./ : Et allumez en eux le feu de votre amour.

On termine ce « chapelet » par trois Gloria Patri.

Vitrail Saint-Esprit Basilique Vaticane

Publié dans:Prier avec nous |on 11 juin, 2014 |1 Commentaire »

2014-55. Juin, mois du Sacré-Coeur de Jésus.

Mois du Sacré-Coeur

1er juin,
commencement du mois du Sacré-Coeur de Jésus.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans la dévotion catholique, depuis le début du XIXe siècle, le mois de juin est particulièrement dédié à honorer le Sacré-Coeur de Jésus et à approfondir les mystères qu’Il renferme.

Il existe d’excellents ouvrages consacrés au culte du Sacré-Coeur, à son histoire, aux saints par lesquels cette dévotion a été insufflée dans l’Eglise, mais il en est un, dont je vous ai déjà parlé, et que je recommande tout particulièrement ; il s’intitule : « Le Sacré-Coeur de Jésus, deux mille ans de miséricorde ».
Cet ouvrage est une véritable somme spirituelle et doctrinale, fruit d’un patient et long travail, inspiré par l’amour et la gratitude.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez donc vous reporter à ce que je vous en écrivais ici > le Sacré-Coeur de Jésus, deux mille ans de miséricorde.

Toujours dans les pages de ce blogue vous pourrez lire ou relire avec fruit plusieurs de mes précédentes publications…

1) des textes de notre glorieux Père Saint Augustin concernant le mystère du Coeur du Christ :
- dans les traités sur l’Evangile de Saint Jean > le Coeur ouvert.
- l’homélie sur l’unique passage du Saint Evangile dans lequel Jésus a Lui-même parlé de Son Coeur doux et humble de coeur.

2) des textes rappelant les révélations accordées à Sainte Marguerite-Marie :
- la première « grande révélation » Coeur passionné d’amour pour les hommes.
- la deuxième « grande révélation » l’image du Sacré-Coeur.
- la troisième « grande révélation » la communion des premiers vendredis et l’heure sainte.
- la « grande révélation » de 1675 la fête réparatrice en l’honneur du Sacré-Coeur.
- les grâces promises à ceux qui pratiqueront la dévotion envers le Sacré-Coeur les promesses du Sacré-Coeur.
- Un texte pour approfondir les liens entre la Sainte Eucharistie et le Sacré-Coeur > Sacré-Coeur & Eucharistie.
- une bande dessinée reprenant les grands thèmes des révélations accordées à Sainte Marguerite-Marie Je veux que tu me serves d’instrument

3) l’encyclique du Pape Pie XI « Miserentissimus Redemptor ».

4) des textes pour la prière :
Neuvaine de confiance.
Prière de Sainte Madeleine-Sophie Barat.
- Le « Souvenez-vous » au Sacré-Coeur.
- L’Acte d’offrande de Saint Claude de La Colombière.
- Une prière d’union en forme de litanies.
- Une consécration au Sacré-Coeur de Jésus.
- Des salutations du Coeur de Jésus composées par Sainte Marguerite-Marie.
- Une prière au Coeur eucharistique de Notre-Seigneur.
- Deux cantiques que nous aimons spécialement au Mesnil-Marie.

Je vous souhaite un bon et surtout très fervent mois du Sacré-Coeur de Jésus !

Lully.    

Sacré-Coeur gif

Prière à la Très Sainte Vierge Marie, Reine.

Prière composée par
Sa Sainteté le Pape Pie XII

et qu’il récita en italien,
après avoir couronné l’icône de Marie « Salus Populi Romani »,
en la Basilique de Saint-Pierre au Vatican,
le 1er novembre 1954.

Le mois de mai, mois de Marie, s’achève par la fête de Marie, Reine.
Cette fête fut instituée afin de clore solennellement le mois de Marie, le 31 mai : c’est une initiative de Sa Sainteté le Pape Pie XII qui l’annonça dans l’encyclique « Ad caeli Reginam », en date du 11 octobre 1954
Vingt jours plus tard, le 1er novembre 1954 (jour du quatrième anniversaire de la proclamation du dogme de l’Assomption), dans la basilique Saint-Pierre, le Saint-Père couronnait solennellement la célèbre icône de Marie appelée « Salus Populi Romani », habituellement gardée dans la chapelle Borghèse de la basilique de Sainte Marie aux Neiges et qui, pour cette occasion, avait été portée en procession jusqu’au Vatican.
C’est en cette circonstance que le Vénérable Pie XII prononça la prière dont nous publions le traduction française ci-dessous, prière dont les termes conservent une pertinente actualité.

Pie XII couronnement de l'icône Salus Populi Romani

Sa Sainteté le Pape Pie XII
devant l’icône « Salus Populi Romani »
le 1er novembre 1954

* * * * * * *

Du fond de cette terre de larmes où l’humanité souffrante se traîne péniblement, dans les remous d’une mer sans cesse agitée par le vent des passions, nous levons les yeux vers vous, ô Marie, Mère très aimée, pour puiser le réconfort dans la contemplation de votre gloire et pour vous saluer Reine et Maîtresse des cieux et de la terre, notre Reine et notre Dame.

Votre Royauté, nous voulons l’exalter avec la légitime fierté des fils, et la reconnaître comme due à la suprême excellence de tout votre être, ô très douce et vraie Mère de Celui qui est Roi par droit propre, par héritage, par conquête.

Régnez, ô notre Mère et notre Dame, en nous montrant le chemin de la sainteté, en nous dirigeant et assistant, afin que nous ne nous en éloignions jamais.

Au plus haut des cieux, vous exercez votre Royauté sur les armées des anges qui vous acclament comme leur Souveraine, sur les légions des Saints qui se délectent dans la contemplation de votre éclatante beauté ; régnez de même sur le genre humain tout entier, surtout en ouvrant le chemin de la foi à ceux qui ne connaissent pas encore votre divin Fils.

Régnez sur l’Eglise, qui professe et fête votre suave domination et qui recourt à vous comme à un sûr refuge au milieu des calamités de notre temps. Mais régnez spécialement sur cette portion de l’Eglise qui est persécutée et opprimée, lui donnant la force pour supporter les adversités, la constance pour ne pas plier sous les injustes oppressions, la lumière pour ne pas tomber dans les embûches de l’ennemi, la fermeté pour résister aux attaques ouvertes, et, à chaque instant, une inébranlable fidélité à votre Royaume.

Régnez sur les intelligences, afin qu’elles ne recherchent que la vérité ; sur les volontés, afin qu’elles ne suivent que le bien ; sur les coeurs, afin qu’ils aiment uniquement ce que vous aimez vous-même.

Régnez sur les individus et sur les familles comme sur les sociétés et les nations ; sur les assemblées des puissants, sur les conseils des sages, comme sur les modestes aspirations des petits.

Régnez sur les routes et les places publiques, dans les cités et les villages, dans les vallées et les montagnes, dans les airs, sur la terre et sur les mers.

Et accueillez la dévote prière de ceux qui savent que votre Royaume est un royaume de miséricorde, où toute supplication trouve accueil, toute douleur un réconfort, toute infortune un soulagement, toute infirmité la santé et où, comme sur un signe de vos très douces mains, de la mort même renaît la vie souriante.

Accordez-nous que ceux qui maintenant, dans toutes les parties du monde, vous acclament et vous reconnaissent pour Reine et Maîtresse, puissent un jour au ciel jouir de la plénitude de votre Royaume, dans la vision de votre Fils, qui, avec le Père et le Saint-Esprit, vit et règne, dans les siècles des siècles.

Ainsi soit-il !

On peut voir sur la vidéo ci-dessous une séquence filmée de cette cérémonie du 1er novembre 1954.

Image de prévisualisation YouTube

Armoiries de Pie XII

Nota bene : le 31 mai nous faisons aussi la mémoire de Sainte Pétronille,
céleste protectrice de la « noble nation des Francs », cf. > www

2014-51. « C’est seulement quand tous les recours aux moyens humains seront épuisés et que tout semblera perdu que le Sacré-Coeur interviendra. »

Vendredi 23 mai 2014,
fête de Saint Didier, archevêque de Vienne et martyr,
et fête de Sainte Jeanne-Antide Thouret.

la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre vers la fin du XIXe siècle

La basilique du Sacré-Coeur à Montmartre au tout début du XXe siècle :
les travaux de la basilique ne sont pas achevés mais le funiculaire – installé en 1900 – est en service.
On remarquera surtout la représentation du Sacré-Coeur aux bras étendus qui figure sur cette carte,
elle correspond à l’image demandée par Notre-Seigneur à Madame Royer. 

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Il n’est pas dans mon habitude de citer ou de promouvoir des faits d’ordre mystique (apparitions, révélations, prophéties… ) ou les personnes qui sont supposées avoir bénéficié de ces phénomènes, lorsqu’ils ne sont pas dûment authentifiés par la Sainte Eglise.
Je veux néanmoins évoquer aujourd’hui la figure exceptionnelle de Madame Edith Royer, et je le ferai en fait sans enfreindre en rien la règle énoncée ci-dessus puisque, même si cette sainte personne n’a pas été béatifiée ou canonisée (alors que d’autres personnes dont les exemples semblent bien plus contestables l’ont été !), de son vivant même, ses voies mystiques ont toujours fait l’objet d’une vivilante attention de la part des autorités ecclésiastiques (prêtres théologiens et évêques) et considérées par elles comme authentiques.

Aperçu biographique :

Née  le 14 juin 1841 dans une famille de la bonne société catholique bourguignonne, Edith Challan-Belval fut attirée dès son enfance par la vie religieuse et la pénitence.
Contrainte au mariage par sa famille, elle devient en 1860 Madame Charles Royer, et mettra au monde quatre filles.
Tout en accomplissant ses devoirs d’épouse et de mère, et remplissant son rôle dans la société, elle est appelée par Notre-Seigneur à une vie de très grandes mortifications et d’intense union à Dieu.
A partir de la guerre en 1870, elle est favorisée de visions prophétiques : Notre-Seigneur insiste sur le culte dû à Son divin Coeur, et rappelle énergiquement que la dévotion au Sacré-Coeur n’est qu’un leurre si elle n’est pas animée par l’esprit de réparation et la pénitence. Il fait d’elle la continuatrice de Sainte Marguerite-Marie et lui confie la mission de créer une « Association de Prière et de Pénitence en union avec le Sacré Cœur pour le triomphe de l’Eglise et le salut des nations ».
Les voies mystiques de Madame Royer sont alors étudiées par les autorités religieuses et agréées : l’ « Association de Prière et de Pénitence » est créée, érigée canoniquement à Montmartre, et devient tout d’abord le troisième degré de l’Archiconfrérie du Vœu National ; elle en est séparée quelques années plus tard pour être élevée à la dignité d’Archiconfrérie Universelle en 1894 par le pape Léon XIII.

Devenue veuve, Madame Royer espèrera toujours réaliser son désir de vie religieuse contemplative, mais elle en sera empêchée par la maladie.
Jusqu’à la fin de sa vie elle sera favorisée de grâces mystiques exceptionnelles et, en particulier, elle annoncera et décrira les malheurs de la guerre de 1914, mais aussi les évènements qui la suivront.
Elle rendit son âme à Dieu, il y a quatre-vingt-dix ans, le 3 avril 1924 dans sa quatre-vingt-troisième année.

Madame Edith Royer

Madame Edith Royer (1841-1924) 

1914 – 24 mai – 2014

Le 24 mai 1914 – il y a donc précisément cent ans – , Madame Royer, qui était malade, reçut la visite d’un prêtre qui partait prêcher à Paray-le-Monial.
Elle lui confia une prophétie (dont vous trouverez le texte ci-dessous, en italique et de couleur marron), en lui demandant d’en faire connaître la teneur aux personnes devant lesquelles il devrait prendre la parole, ce qu’il fit effectivement, suscitant un grand émoi dans son auditoire.

Si la situation était alors tendue en Europe, peu de personnes pensaient à l’imminence de la guerre : l’attentat perpétré à Saréjo contre l’archiduc-héritier François-Ferdinand de Habsbourg aurait lieu un mois et quatre jours plus tard (28 juin 1914), et c’est lui qui – par le jeu des alliances – mettrait en route l’engrenage fatal de la guerre européenne puis mondiale.

Les « sillons profonds remplis de sang » décrits par Madame Royer, font immédiatement penser à la guerre des tranchées, que nul ne pouvait envisager en mai 1914 ; « le ciel plein de combats » annonce évidemment les premiers combats aériens que nul n’imaginait alors ; « les églises détruites et les cathédrales dévastées » font surgir sous nos yeux ces terribles photographies des villages de Picardie ou d’Artois ou des cathédrales de Reims  et d’Arras bombardés…
Mais surtout, nous retiendrons ce que Madame Royer laisse entrevoir de la situation du monde et de la France après la « grande guerre » : la fausse paix fragilement construite par une diplomatie à courtes-vues et la prédominance de sauvages intérêts économiques et financiers qui mettront l’équilibre du monde en péril, la décadence des moeurs, le déclin de la France, l’échec de toutes les solutions humaines et la guerre civile psychologique que se livrent les partis et les hommes politiques incapables, qui peut-être finira par s’exprimer dans des faits dramatiques… mais, malgré tout, Madame Royer annonce aussi des perspectives
1) de conversion par le recours au Coeur de Jésus, et
2) de relèvement grâce à un « Elu de Dieu » que, dans d’autres confidences, elle désignera expressément comme un Roi.
Voici donc le texte de cette prophétie :

« (…) La guerre est proche. J’ai vu dans mon oraison le sol de la France labouré de sillons profonds, remplis de sang, le ciel plein de combats, nos campagnes ravagées, nos églises détruites et nos cathédrales, elles-mêmes, dévastées.
La paix qui suivra cette guerre sera une fausse paix. La lutte continuera sous des formes diplomatiques, sociales, économiques, financières.
Le monde croulera dans l’impiété, l’impureté, le complet oubli de Dieu et courra ainsi à son châtiment.
Les Français iront jusqu’aux confins du désespoir. Ils ne reprendront courage que contre eux-mêmes. Une à une, les solutions proposées pour porter remède à leurs maux échoueront.
C’est seulement quand tous les recours aux moyens humains seront épuisés et que tout semblera perdu que le Sacré-Coeur interviendra.
Alors apparaîtra l’Elu de Dieu, et la France ne pourra nier qu’elle devra au Sacré-Coeur seul son salut ! »

Sacré-Coeur

« Cœur de Jésus, ayez pitié de nous, pardonnez-nous, sauvez-nous ! »

(invocation inspirée à Madame Royer)

Sacré-Coeur aux bras étendus - Madame Royer

Le Sacré-Coeur aux bras étendus :
Notre-Seigneur a dit à Madame Royer qu’Il voulait qu’Il soit représenté ainsi.

Bénédiction des roses de Sainte Rita en faveur des malades.

- le 22 mai -

rose rouge

Dans l’Ordre de Saint Augustin et dans les sanctuaires où elle est particulièrement honorée, existe une bénédition des roses en l’honneur de Sainte Rita dont la formule ne se trouve pas dans le rituel romain traditionnel (et encore moins dans le pseudo rituel publié en 1984) : cette bénédiction appartient en effet au rituel propre des religieux augustiniens, et c’est pourquoi j’ai résolu d’en donner ci-dessous les textes, en latin et en français, spécialement à l’intention des prêtres et des religieux qui désireraient l’utiliser pour le bien des fidèles.

Mais expliquons tout d’abord l’origine de cette très ancienne tradition de la bénédiction des roses de Sainte Rita.
On rapporte que, dans le dernier hiver qu’elle passa sur cette terre (hiver 1456-1457), alors qu’elle était déjà très affaiblie, Rita reçut en son couvent de Cascia, la visite de l’une de ses cousines qui lui demanda en partant ce qu’elle pourrait lui rapporter qui lui fasse plaisir. Rita lui répondit : « Une rose de mon petit jardin de Roccaporena« .
Comme nous l’avons dit, c’était le plein hiver, et la cousine se dit que Soeur Rita délirait probablement un peu en souhaitant une rose en cette saison.
Mais en passant devant la maison familiale où Rita était née, à Roccaporena, quelle ne fut pas sa surprise de voir dans le jardin une superbe rose rouge : elle s’empressa donc de la cueillir et l’apporta à la future sainte.
Par ce prodige, Dieu avait manifesté la délicatesse de Sa sollicitude pour celle qui, durant toute sa vie, s’était tellement unie à Lui, dans la charité et dans les souffrances, et Il voulait lui prodiguer quelque consolation dans ses ultimes souffrances terrestres.
Depuis ce temps, Rita est la sainte des roses.

Voilà pourquoi, sanctionnant une dévotion populaire très grande, à Cascia même et dans toute l’Italie, le pape Léon XIII – qui l’a canonisée – a approuvé l’usage de bénir des roses, le 22 mai, au cours de la Messe en l’honneur de Sainte Rita.
Ces roses bénites sont ensuite portées ou envoyées aux malades et aux affligés. 

Il ne s’agit pas seulement d’un « signe d’amitié et de solidarité » – comme je l’ai lu sous la plume d’un prêtre qui ne connaît sans doute pas grand chose à la doctrine catholique des sacramentaux – mais bien d’une grâce surnaturelle qui est attachée par la Sainte Eglise à ces fleurs, pour que, en fonction de la foi et de la confiance en Dieu de ceux qui les reçoivent et qui invoquent avec ferveur Sainte Rita, elles leur apporte consolation, force spirituelle, et parfois ammélioration de la santé ou totale guérison, ainsi que cela a été reconnu en de multiples occasions…

Le transitus de Sainte Rita

Le « transitus » de Sainte Rita (c’est-à-dire son passage de cette vie à la vie éternelle).

Formule de bénédiction des roses de Sainte Rita
(texte latin et traduction tirées du bréviaire augustinien)

V./ Adjutorium nostrum in nomine Domini.
R./ Qui fecit caelum et terra.
V./ Domine, exaudi orationem meam.
R./ Et clamor meus ad Te veniat.
V./ Dominus vobiscum.
R./ Et cum spiritu tuo.

Oremus :

Deus, creator et conservator generis humani, dator gratiae spiritualis et largitor humanae salutis, benedictione sancta tua, bene + dic has rosas, quas pro gratiis exsolvendis, cum devotione et veneratione beatae Ritae, hide tibi praesentamus et petimus benedici, et infunde in  eis per virtutem Sanctae Cru + cis benedictionem : ut quibuscumque infirmitatibus appositae fuerint, seu illorum, qui eas in domibus suis, vel locis cum devotione habuerint aut portaverint, infirmitates sanentur : discedant diaboli, contremiscant et fugiant pavidi cum suis ministris de habitationibus illis, nec amplius tibi servientes inquietare praesumant. Per Dominum…

R./ Amen

On asperge les roses d’eau bénite et on les encense.

Oremus :

Exaudi nos, deus salutaris noster, ut sicut de Beatae Ritae festivitate gaudemus ; ita piae devotionis erudiamur affectu. Per Dominum nostrum…

R./ Amen.

rose rouge

V./ Notre secours est dans le nom du Seigneur.
R./ Qui a fait le ciel et la terre.
V./ Seigneur, exaucez ma prière.
R./ Et que mon cri parvienne jusqu’à Vous.
V./ Le Seigneur soit avec vous.
R./ Et avec votre esprit.

Prions :

O Dieu, createur et protecteur du genre humain, qui donnez la grâce spirituelle et le salut aux hommes, béni + ssez de votre bénédiction sainte ces roses, que nous Vous présentons, avec action de grâces, en témoignage de dévotion et de vénération pour votre Bienheureuse Rita ; et nous Vous prions de les bénir en ce jour et d’accorder à ces roses, par la vertu de votre Sainte Croix +, votre bénédiction, afin que toute maladie à laquelle elles seront opposées, soit guérie ; ou donnez à ceux qui les garderont et emporteront en leurs demeures ou en quelque autre lieu avec confiance, d’être délivrés de la maladie ; que les démons s’éloignent, soient saisis de peur et fuient de ces demeures, terrifiés, avec leurs suppôts, et qu’ils se gardent d’inquiéter encore vos serviteurs. Par Notre-Seigneur jésus-Christ…

R./ Ainsi soit-il !

Prions :

Exaucez-nous, ô Dieu notre Sauveur, afin qu’en célébrant avec joie la fête de la Bienheureuse Rita, nous soyons animés d’une fervente dévotion. Par Jésus-Christ Notre-Seigneur…

R./ Ainsi soit-il !

rose rouge

Litanies et prière à Sainte Rita > www 

Litanies de Sainte Rita & prière en l’honneur de Sainte Rita :

Sainte Rita, parfois appelée aussi Rita de Cascia (du nom de la petite ville d’Ombrie qui fut le théâtre de sa vie et où son corps est conservé et exposé à la vénération des fidèles), est l’une des plus pures gloires ainsi que la grande thaumaturge de l’Ordre de Saint Augustin.
Sa fête est célébrée le 22 mai, jour anniversaire de sa mort (22 mai 1457).

Voici des litanies et une prière, réputée très « efficace », pour la prier et solliciter sa bienveillante intercession.

Sainte Rita tableau du XVIIIe siècle

Sainte Rita (tableau du XVIIIe siècle)

Litanies de Sainte Rita :

Seigneur, ayez pitié de nous. (bis)
Jésus-Christ, ayez pitié de nous. (bis)
Seigneur, ayez pitié de nous. (bis)

Jésus-Christ, écoutez-nous. (bis)
Jésus-Christ, exaucez-nous. (bis)

Père céleste qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils, Rédempteur du monde qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Sainte Trinité qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Marie, immaculée Mère de Dieu, priez pour nous.
Marie, Reine et réconfort des affligés, priez pour nous.
Marie, Reine de tous les saints, priez pour nous.
Marie, protectrice aimante de sainte Rita, priez pour nous.

Sainte Rita, notre avocate toute puissante, priez pour nous.
Sainte Rita, don choisi du ciel, priez pour nous.
Sainte Rita prédestinée à la gloire, priez pour nous.
Sainte Rita, admirable dès l’enfance, priez pour nous.
Sainte Rita, désireuse de la solitude, priez pour nous.
Sainte Rita, modèle de pureté, priez pour nous.
Sainte Rita, exemple d’amabilité, priez pour nous.
Sainte Rita, miroir d’obéissance, priez pour nous.
Sainte Rita, modèle des épouses et des mères, priez pour nous.
Sainte Rita, invincible dans la patience, priez pour nous.
Sainte Rita, admirable d’énergie, priez pour nous.
Sainte Rita, héroïque dans le sacrifice, priez pour nous.
Sainte Rita, généreuse dans le pardon, priez pour nous.
Sainte Rita, martyre de pénitence, priez pour nous.
Sainte Rita, veuve très sainte, priez pour nous.
Sainte Rita, magnifique pour les pauvres, priez pour nous.
Sainte Rita, prompte à suivre la vocation, priez pour nous.
Sainte Rita, miraculeusement appelée au cloître, priez pour nous.
Sainte Rita, modèle de vie religieuse, priez pour nous.
Sainte Rita, miracle de mortification, priez pour nous.
Sainte Rita, vase de myrrhe odorante, priez pour nous.
Sainte Rita, jardin choisi de toutes les vertus, priez pour nous.
Sainte Rita, pleine d’amour pour le Crucifié, priez pour nous.
Sainte Rita, transpercée par une épine de Jésus, priez pour nous.
Sainte Rita, fille aimante de Marie, priez pour nous.
Sainte Rita, languissante d’amour divin, priez pour nous.
Sainte Rita, reçue avec joie au Ciel, priez pour nous.
Sainte Rita, parée d’une gloire sublime, priez pour nous.
Sainte Rita, perle du Paradis, priez pour nous.
Sainte Rita, gloire de l’Ordre Augustinien, priez pour nous.
Sainte Rita, pierre précieuse de l’Ombrie, priez pour nous.
Sainte Rita, d’une extraordinaire puissance, priez pour nous.
Sainte Rita, astre bienfaisant des égarés, priez pour nous.
Sainte Rita, sûr réconfort des éprouvés, priez pour nous.
Sainte Rita, ancre de salut, priez pour nous.
Sainte Rita, protectrice des malades, priez pour nous.
Sainte Rita, secours dans les dangers, priez pour nous.
Sainte Rita, sainte des impossibles, priez pour nous.
Sainte Rita, avocate des cas désespérés, priez pour nous.
Sainte Rita, secours pour tous, priez pour nous.
Sainte Rita, merveille du monde, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

V./ : Priez pour nous, glorieuse Sainte Rita.
R./ : Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Oraison :

O Dieu, qui avez daigné donner à Sainte Rita la grâce d’aimer ses ennemis, et de porter en son coeur et sur son front les marques de Votre Charité et de Votre Passion, nous Vous en supplions, par son intercession et par ses mérites, donnez-nous de savoir pardonner nous aussi à nos ennemis, et de contempler les douleurs de Votre Passion, afin d’obtenir les récompenses que Vous avez promises pour les doux et pour les affligés. O Vous qui vivez et règnez avec le Père dans du Saint-Esprit, un seul Dieu, pour les siècles des siècles.

Ainsi soit-il !

chasse dans laquelle est exposé le corps de Sainte Rita

Cascia, basilique Sainte Rita : corps de Sainte Rita exposé dans une chasse.

Prière pour demander des grâces par l’intercession de Sainte Rita :

O Sainte Rita, que Dieu, dans Son infinie miséricorde, a choisie pour devenir, parmi les saintes du Ciel, l’une des principales bienfaitrices de ceux qui sont aux prises avec les difficultés et en proie à l’affliction, daignez, je vous en supplie humblement, intercéder en faveur de cette intention que je vous recommande avec ferveur… (on peut la nommer ici) et lui obtenir une issue favorable, si cela est conforme à la gloire de Dieu et à notre plus grand bien spirituel.
Fortifiez notre foi et notre espérance, aidez-nous à croître dans la charité, enseignez-nous à être toujours plus fidèles à Dieu, notre souverain Seigneur, et à marcher dans l’obéissance à Ses préceptes, afin que nous puissions, nous et ceux qui nous sont chers, recevoir Sa bénédiction, être protégés des maux de l’âme et du corps, recevoir Sa force dans nos épreuves, et accueillir Ses divines consolations, dès maintenant et dans l’éternité.

Ainsi soit-il !

rose rouge

Bénédiction des roses de Sainte Rita en faveur des malades > www

Prière pour demander des grâces par l’intercession de Madame Elisabeth de France.

1764 – 1794 – 2014

3 mai & 10 mai

En cette année 2014, nous commémorons, à quelques jours d’intervalle, le deux-cent-cinquantième anniversaire de la naissance de Madame Elisabeth de France, à Versailles, le 3 mai 1764, puis le deux-cent-vingtième anniversaire de son martyre, à Paris, le 10 mai 1794, alors qu’elle était âgée de trente ans et sept jours.

Beaucoup d’entre vous connaissent déjà – au moins succinctement – la biographie de Madame Elisabeth, que je ne vais pas reprendre ici. Je me contente de rappeler à quel point cette pieuse et vertueuse princesse se montra un grand soutien spirituel et moral – au milieu de leurs épouvantables épreuves qu’elle partagea – pour son frère et sa belle-soeur, Leurs Majestés le Roi Louis XVI et la Reine Marie-Antoinette, ainsi que pour sa nièce, Marie-Thérèse de France, « Madame Royale ».
Et puis, tout le monde sait qu’elle mourut, au sens propre du terme, « en odeur de sainteté », puisque – par un prodige qui frappa de stupeur tous les assistants et dont ils rendirent témoignage – , lorsque sa tête tomba sous le couperet, un parfum de rose véritablement surnaturel se répandit sur toute la place alors nommée « de la révolution », c’est-à-dire l’actuelle place de la concorde.

En ces jours anniversaires de sa naissance et de son martyre, avec une grande ferveur, supplions-la d’intercéder pour la France, puisqu’elle a tant prié pour que la foi catholique n’y périsse pas.
Prions-la aussi aux intentions de nos familles, et demandons-lui pour chacun d’entre nous la grâce de demeurer – comme elle-même – forts et fidèles, constants et persévérants, confiants et abandonnés au divin Coeur de Jésus, au milieu des intenses combats actuels contre l’esprit du mal déchaîné…

Alexandre Kucharski portrait de Madame Elisabeth à la prison du Temple - 1793

Alexandre Kucharski : portrait de Madame Elisabeth à la prison du Temple – 1793

Prière pour demander des grâces
par l’intercession de Madame Élisabeth de France :

O Dieu, qui par un effet admirable de Votre Providence, avez daigné enrichir le cœur de Votre servante Madame Élisabeth de France, des trésors les plus précieux de la nature et de la grâce : pour que ces dons ne demeurent pas stériles en son âme, daignez avoir pour agréables les prières que nous Vous adressons par son intercession (on peut ici énumérer les intentions recommandées à l’intercession de la servante de Dieu), et donnez-nous d’imiter, avec son abandon à cette même Providence, son abnégation et sa générosité dans le sacrifice, afin que, par une sainte vie, nous méritions tous d’avoir part à la joie dont Vous couronnez Vos élus.

Ainsi soit-il.

Pater noster, Ave Maria, Gloria Patri…

Imprimatur
A. Laveille, Vic. Capit.

Meaux, le 11 juillet 1921

On trouvera la fameuse prière de confiance et d’abandon de Madame Elisabeth ici > www.

Ex-voto envoyé par Madame Elisabeth à la cathédrale de Chartres - 1791

Les deux Coeurs unis de Jésus & Marie :
ex-voto en vermeil envoyé à la cathédrale de Chartres par Madame Elisabeth en 1791
pour demander à Notre-Dame la conservation de la foi catholique en France.

Prière pour demander à Dieu la conversion des Francs-Maçons.

Nul n’ignore les liens des actuels dirigeants de la république française avec la Franc-Maçonnerie et tout spécialement avec le Grand Orient, l’obédience qui est la plus virulente contre le christianisme.
Nous avons retrouvé cette prière, revêtue de l’imprimatur et à laquelle Sa Sainteté le Pape Léon XIII avait accordé des indulgences afin d’encourager à la réciter. Nous la publions parce qu’elle nous semble ne rien avoir perdu de son actualité.

Sacré-Coeur Roi

Seigneur Jésus-Christ, qui Vous plaisez à faire éclater votre toute-puissance principalement en pardonnant aux pécheurs, vous qui avez dit : Priez pour ceux qui vous persécutent et vous calomnient ; nous implorons la clémence de Votre Coeur Sacré pour des âmes créées à l’image de Dieu, qui ont été misérablement trompées par les séductions perfides de la franc-maçonnerie et se précipitent dans la voie de leur perte éternelle.
Ne permettez pas, nous Vous en conjurons, que l’Eglise, Votre sainte épouse, soit opprimée par eux plus longtemps, mais apaisé par l’intrcession de la Bienheureuse Vierge Marie, Votre Mère, et par les prières des justes, daignez Vous souvenir de Votre miséricorde infinie.
Oubliez leur perversité, et faites que, revenant à Vous, ils consolent l’Eglise par une éclatante pénitence et obtiennent la gloire éternelle. O Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles.

Ainsi soit-il !

Imprimatur :
2 juillet 1896 – Fr. Card. Richard, arch. Parisiensis
Indulgence de 100 jours – Léon XIII, 11 août 1898.

Saint Michel gif

Publié dans:Prier avec nous |on 23 avril, 2014 |Pas de commentaires »
12345...21

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi