Archive pour la catégorie 'Textes spirituels'

2011-51. Au jour de son jubilé sacerdotal, notre Saint-Père le Pape Benoît XVI nous livre une magnifique méditation sur le sacerdoce.

(1951 – 29 juin – 2011)

tiarepie9.gif

Voici tout d’abord une vidéo présentant des images de la cérémonie du 29 juin 1951 au cours de laquelle l’abbé Joseph Ratzinger reçut l’ordination sacerdotale dans la cathédrale de Freising :

Image de prévisualisation YouTube

tiarepie9.gif

Homélie de notre Saint-Père le Pape Benoît XVI à l’occasion de ses soixante ans de sacerdoce en la fête des Saints Apôtres Pierre et Paul, 29 juin 2011 :

Chers frères et sœurs,

«Non iam dicam servos, sed amicos» – «Je ne vous appelle plus serviteurs mais amis!» (cf. Jn15, 15). À soixante années du jour de mon Ordination sacerdotale, j’entends encore résonner en moi ces paroles de Jésus, que notre grand Archevêque, le Cardinal Faulhaber, avec une voix désormais un peu faible et cependant ferme, nous adressa à nous les nouveaux prêtres à la fin de la cérémonie d’Ordination. Selon le déroulement liturgique de l’époque, cette acclamation signifiait alors aux nouveaux prêtres l’attribution explicite du mandat pour remettre les péchés. «Non plus serviteurs, mais amis» : je savais et j’avais conscience qu’à ce moment précis, ce n’était pas seulement une parole rituelle, ni une simple citation de la Sainte Écriture. J’avais conscience qu’en ce moment-là, le Seigneur Lui-même me l’adressait de façon toute personnelle. Dans le Baptême et dans la Confirmation, Il nous avait déjà attirés vers Lui, Il nous avait déjà accueillis dans la famille de Dieu. Cependant, ce qui arrivait à ce moment-là était quelque chose de plus encore. Il m’appelle ami. Il m’accueille dans le cercle de ceux auxquels il s’était adressé au Cénacle. Dans le cercle de ceux que Lui connaît d’une façon toute particulière et qui ainsi sont amenés à Le connaître de façon particulière. Il me donne la faculté, qui fait presque peur, de faire ce que Lui seul, le Fils de Dieu, peut dire et faire légitimement : Moi, je te pardonne tes péchés. Il veut que moi – par son mandat – je puisse prononcer avec son «Je» une parole qui n’est pas seulement une parole mais plus encore une action qui produit un changement au plus profond de l’être. Je sais que derrière cette parole, il y a sa Passion à cause de nous et pour nous. Je sais que le pardon a son prix : dans sa Passion, Lui-même est descendu dans la profondeur obscure et sale de notre péché. Il est descendu dans la nuit de notre faute, et c’est seulement ainsi qu’elle peut être transformée. Et par le mandat de pardonner, Il me permet de jeter un regard sur l’abîme de l’homme et sur la grandeur de sa souffrance pour nous les hommes, qui me laisse deviner la grandeur de son amour. Il me dit : «Non plus serviteurs, mais amis». Il me confie les paroles de la Consécration eucharistique. Il m’estime capable d’annoncer sa Parole, de l’expliquer de façon juste et de la porter aux hommes d’aujourd’hui. Il s’en remet à moi. «Vous n’êtes plus serviteurs mais amis» : c’est une affirmation qui procure une grande joie intérieure et qui, en même temps, dans sa grandeur, peut faire frémir au long des décennies, avec toutes les expériences de notre faiblesse et de son inépuisable bonté.

«Non plus serviteurs mais amis» : dans cette parole est contenu tout le programme d’une vie sacerdotale. Qu’est-ce que vraiment l’amitié ? Idem velle, idem nolle – vouloir les mêmes choses et ne pas vouloir les mêmes choses, disaient les anciens. L’amitié est une communion de pensée et de vouloir. Le Seigneur nous dit la même chose avec grande insistance : «Je connais les miens et les miens me connaissent» (cf. Jn 10, 14). Le Pasteur appelle les siens par leur nom (cf. Jn 10, 3). Il me connaît par mon nom. Je ne suis pas n’importe quel être anonyme dans l’immensité de l’univers. Il me connaît de façon toute personnelle. Et moi, est-ce que je Le connais Lui? L’amitié qu’Il me donne peut seulement signifier que moi aussi je cherche à Le connaître toujours mieux ; que moi dans l’Écriture, dans les Sacrements, dans la rencontre de la prière, dans la communion des Saints, dans les personnes qui s’approchent de moi et que Lui m’envoie, je cherche à Le connaître toujours plus. L’amitié n’est pas seulement connaissance, elle est surtout communion du vouloir. Elle signifie que ma volonté grandit vers le «oui» de l’adhésion à la sienne. Sa volonté, en effet, n’est pas pour moi une volonté externe et étrangère, à laquelle je me plie plus ou moins volontiers, ou à laquelle je ne me plie pas. Non, dans l’amitié, ma volonté en grandissant s’unit à la sienne, sa volonté devient la mienne et ainsi, je deviens vraiment moi-même. Outre la communion de pensée et de volonté, le Seigneur mentionne un troisième, un nouvel élément : Il donne sa vie pour nous (cf. Jn 15, 13 ; 10, 15). Seigneur, aide-moi à Te connaître toujours mieux! Aide-moi à ne faire toujours plus qu’un avec ta volonté! Aide-moi à vivre ma vie non pour moi-même, mais à la vivre avec Toi pour les autres! Aide-moi à devenir toujours plus Ton ami!

La Parole de Jésus sur l’amitié se place dans le contexte du discours sur la vigne. Le Seigneur associe l’image de la vigne avec la tâche confiée aux disciples : «Je vous ai institués pour que vous alliez et que vous portiez du fruit et un fruit qui demeure» (Jn 15, 16). La première tâche donnée aux apôtres, aux amis, est de se mettre en route – institués pour que vous alliez -, de sortir de soi-même et d’aller vers les autres. Puissions-nous ici entendre ensemble la parole du Ressuscité adressée aux siens, avec laquelle Saint Matthieu termine son évangile : «Allez et enseignez à tous les peuples…» (cf. Mt 28, 19s). Le Seigneur nous exhorte à dépasser les limites du milieu dans lequel nous vivons, à porter l’Évangile dans le monde des autres, afin qu’il envahisse tout et qu’ainsi le monde s’ouvre au Royaume de Dieu. Cela peut nous rappeler que Dieu-même est sorti de Lui-même, Il a abandonné sa gloire pour nous chercher, pour nous donner sa lumière et son amour. Nous voulons suivre le Dieu qui se met en chemin, surpassant la paresse de rester repliés sur nous-mêmes, afin que Lui-même puisse entrer dans le monde.

Après la parole sur la mise en route, Jésus continue : portez du fruit, un fruit qui demeure! Quel fruit attend-Il de nous? Quel est le fruit qui demeure? Eh bien, le fruit de la vigne est le raisin à partir duquel se prépare par la suite le vin. Arrêtons-nous un instant sur cette image. Pour que le bon raisin puisse mûrir, il faut non seulement du soleil mais encore de la pluie, le jour et la nuit. Pour que parvienne à maturité un vin de qualité, il faut le foulage, le temps nécessaire à la fermentation, le soin attentif qui sert au processus de la maturation. Le vin fin est caractérisé non seulement par sa douceur, mais aussi par la richesse de ses nuances, l’arôme varié qui s’est développé au cours du processus de maturation et de fermentation. N’est-ce pas déjà une image de la vie humaine, et selon un mode spécial, de notre vie de prêtre? Nous avons besoin du soleil et de la pluie, de la sérénité et de la difficulté, des phases de purification et d’épreuve, comme aussi des temps de cheminement joyeux avec l’Évangile. Jetant un regard en arrière nous pouvons remercier Dieu pour les deux réalités : pour les difficultés et pour les joies, pour les heures sombres et les heures heureuses. Dans les deux cas nous reconnaissons la présence continuelle de son amour, qui toujours nous porte et nous supporte.

Maintenant, nous devons cependant nous demander : de quelle sorte est le fruit que le Seigneur attend de nous? Le vin est l’image de l’amour : celui-ci est le vrai fruit qui demeure, celui que Dieu veut de nous. N’oublions pas pourtant que dans l’Ancien Testament le vin qu’on attend du raisin de qualité est avant tout une image de la justice qui se développe dans une vie vécue selon la loi de Dieu! Et nous ne disons pas qu’il s’agit d’une vision vétérotestamentaire et dépassée aujourd’hui : non, cela demeure toujours vrai. L’authentique contenu de la Loi, sa summa, est l’amour pour Dieu et le prochain. Ce double amour, cependant, n’est pas simplement quelque chose de doux. Il porte en lui la charge de la patience, de l’humilité, de la maturation dans la formation de notre volonté jusqu’à son assimilation à la volonté de Dieu, à la volonté de Jésus-Christ, l’Ami. Ainsi seulement, l’amour véritable se situe aussi dans le devenir vrai et juste de tout notre être, ainsi seulement il est un fruit mûr. Son exigence intrinsèque, la fidélité au Christ et à son Église, requiert toujours d’être réalisée aussi dans la souffrance. Ainsi vraiment grandit la véritable joie. Au fond, l’essence de l’amour, du vrai fruit, correspond à l’idée de se mettre en chemin, de marcher : l’amour signifie s’abandonner, se donner ; il porte en soi le signe de la croix. Dans ce contexte Grégoire-le-Grand a dit une fois : si vous tendez vers Dieu, veillez à ne pas le rejoindre seul (cf. H Ev 1,6,6 : PL 76, 1097s) – une parole qui doit nous être, à nous comme prêtres, intimement présente chaque jour.

Chers amis, je me suis peut-être attardé trop longtemps sur la mémoire intérieure des soixante années de mon ministère sacerdotal. Il est maintenant temps de penser à ce qui est propre au moment présent.

À l’occasion de la Solennité des Saints Apôtres Pierre et Paul, j’adresse mon salut le plus cordial au Patriarche Œcuménique Bartolomeo Ier et à la Délégation qu’il a envoyée et que je remercie vivement pour la visite appréciée en cette heureuse circonstance des Saints Apôtres Patrons de Rome. Je salue également Messieurs les Cardinaux, les Frères dans l’Épiscopat, Messieurs les Ambassadeurs et les Autorités civiles, ainsi que les prêtres, les compagnons de ma première Messe, les religieux et les fidèles laïcs. Je vous remercie tous pour votre présence et pour votre prière.

Aux Archevêques Métropolitains nommés après la dernière Fête des grands Apôtres, le pallium va maintenant être imposé. Qu’est-ce que cela signifie? Celui-ci peut nous rappeler avant tout le joug léger du Christ qui nous est déposé sur les épaules (cf. Mt 11, 29s). Le joug du Christ est identique à son amitié. C’est un joug d’amitié et donc un «joug doux», mais justement pour cela aussi, un joug qui exige et qui modèle. C’est le joug de sa volonté, qui est une volonté de vérité et d’amour. Ainsi, c’est pour nous surtout le joug qui introduit les autres dans l’amitié avec le Christ et nous rend disponibles aux autres pour en prendre soin comme Pasteurs. Avec cela, nous atteignons un sens supplémentaire du pallium : tissé avec de la laine des agneaux bénis en la fête de Sainte Agnès, il nous rappelle ainsi le Pasteur devenu Lui-même Agneau par amour pour nous. Il rappelle le Christ qui a marché sur les montagnes et dans les déserts, où son agneau – l’humanité – s’était égaré. Le pallium nous rappelle que Lui a pris l’agneau, l’humanité – moi – sur ses épaules, pour me ramener à la maison. Il nous rappelle de cette manière que, comme Pasteurs à son service, nous devons aussi porter les autres, les prendre, pour ainsi dire, sur nos épaules et les porter au Christ. Il nous rappelle que nous pouvons être Pasteurs de son troupeau qui reste toujours sien et ne devient pas nôtre. Enfin, le pallium signifie aussi très concrètement la communion des Pasteurs de l’Église avec Pierre et avec ses successeurs – il signifie que nous devons être des Pasteurs pour l’unité et dans l’unité et que c’est seulement dans l’unité dont Pierre est le symbole que nous conduisons vraiment vers le Christ.

Soixante années de ministère sacerdotal – chers amis, je me suis peut-être trop attardé sur des éléments particuliers. Mais en cet instant, je me suis senti poussé à regarder ce qui a caractérisé ces dizaines d’années. Je me suis senti poussé à vous dire – à tous, prêtres et Évêques comme aussi aux fidèles de l’Église – une parole d’espérance et d’encouragement ; une parole, murie à travers l’expérience, sur le fait que le Seigneur est bon. Cependant, c’est surtout un moment de gratitude : gratitude envers le Seigneur pour l’amitié qu’Il m’a donnée et qu’Il veut nous donner à tous. Gratitude envers les personnes qui m’ont formé et accompagné. Et en tout cela se cache la prière qu’un jour le Seigneur dans sa bonté nous accueille et nous fasse contempler sa joie. Amen !

tiarepie9.gif

Prière pour la sanctification du clergé > www.

2011-49. De Saint Louis de Gonzague et de la garde des sens.

2011-49. De Saint Louis de Gonzague et de la garde des sens. dans Bandes dessinées stanze59copie

St Louis de Gonzague
retable de l’autel dans la chambre qu’il occupa au « Collège Romain »

Le 21 juin, l’Eglise célèbre la fête de Saint Louis de Gonzague, céleste protecteur de la jeunesse chrétienne.

Je n’ai pas pour dessein aujourd’hui de vous raconter ici la vie de cet admirable modèle de ferveur, de vertu, d’amour de Dieu et du prochain, mais je voudrais seulement et brièvement vous soumettre quelques réflexions que je me suis faites alors que je méditais, couché à l’ombre d’un arbuste, tandis que le soleil dardait d’implacables rayons.

Frère Maximilien-Marie m’a raconté que lorsqu’il était au collège et au lycée, il avait entendu certains de ses professeurs, qui étaient des religieux, et aussi des prêtres, se moquer de la manière dont Saint Louis de Gonzague s’était appliqué à préserver la pureté de son âme en s’appliquant au contrôle de ses sens : c’était l’ « après soixante-huit », et les « chers frères » s’imaginaient peut-être que toute l’ascèse enseignée par les Saintes Ecritures elles-mêmes et par vingt siècles de tradition spirituelle n’avait plus lieu d’être… Tout était permis!

Je ne m’étendrai pas sur tous les naufrages spirituels, sur tous les échecs, sur toutes les expériences douloureuses dont les adolescents de ce temps ont été les victimes, parce que les prétendus « éducateurs chrétiens » de ces années folles avaient trahi les grands principes de la prudence et de la sagesse, hérités de la pédagogie des saints des âges précédents.

L’expression « garde des sens » – qui désigne l’exercice ascétique par lequel une personne contrôle ses sens afin de ne pas être à leur remorque, afin de ne pas laisser son esprit devenir l’esclave des sensations, des sentiments et des impressions – semble avoir disparu du langage chrétien. Si vous tapez dans un moteur de recherche sur internet les expressions « garde des sens » ou « contrôle de ses sens », les résultats que vous obtiendrez sont éloquents : on a l’impression qu’il n’y a plus que les « pratiques spirituelles » de l’Extrême-Orient qui en parlent! Peut-être est-ce là une des raisons qui font que beaucoup d’occidentaux en quête de renouveau spirituel et de purification vont les chercher dans le bouddhisme tibétain, dans l’hindouisme ou dans certaines sectes qui promettent un affranchissement de la tyrannie des passions?

Je n’en dirai pas davantage : je vous laisse réfléchir à cela par le moyen d’une petite bande dessinée de notre Frère Maximilien-Marie dont j’ai fait ci-dessous la copie à votre intention.

Lully.

lys.giflys.giflys.gif

alcoledestlouisdegonzague1 dans Commentaires d'actualité & humeurs

alcoledestlouisdegonzague2 dans De liturgia

lys.giflys.giflys.gif

Prière pour se confier à la protection particulière de Saint Louis de Gonzague :

O très glorieux et très aimable Saint Louis de Gonzague, je m’adresse à vous avec grande confiance et je vous choisis pour mon modèle et spécial protecteur!

Tournez vers moi vos regards pleins de bonté et, par vos prières, obtenez-moi, s’il vous plait, les bonnes inspirations pour me conduire en cette vie : éclairez mon cœur et rendez-le fort contre toutes les tentations de l’orgueil, de l’égoïsme et de la sensualité ; enseignez-moi à déjouer les pièges de l’ennemi et à marcher dans les voies de la fidélité ; intercédez sans cesse en ma faveur auprès de Jésus et de Marie, afin qu’après avoir imité vos vertus sur cette terre, je parvienne avec vous dans le Royaume céleste.

Ainsi soit-il.

(prière composée par Frère Maximilien-Marie)

Voir aussi  :
- la vision de Sainte Marie-Madeleine de’ Pazzi > ici
- la prière de consécration à la Sainte Vierge « O Domina mea »,
attribuée à Saint Louis de Gonzague > ici

lys.giflys.giflys.gif

Autres bandes dessinées de Frère Maximilien-Marie publiées dans ce blogue : « Saint Joseph et le placage » (> ici); “Une lettre pour toi” (> ici); “La préférée de Dieu” (> ici); “Concurrence” (> ici); “J’enrage!” (> ici); “Pas meilleur que les autres” (> ici); “Grindsel le séraphin se pose quelques bonnes questions” (> ici); “Comment se forment les perles” ( > ici), et « Au jour le jour » (> ici).

2011-48. Le Symbole de Saint Athanase (Quicumque).

Le « Symbole de Saint Athanase » – appelé aussi « Quicumque » (qui est le premier mot latin de cette profession de foi trinitaire) est récité au bréviaire romain traditionnel à la suite du troisième psaume de l’office de Prime, la plupart des dimanches de l’année (mais – hélas ! – seulement le jour de la fête de la Très Sainte Trinité dans le bréviaire de 1962 et plus du tout dans les éditions postérieures du bréviaire !!!).

Le nom de Saint Athanase qui lui est donné ne veut pas dire que c’est le célèbre patriarche d’Alexandrie qui en a rédigé le texte, mais signifie que ce résumé de la foi trinitaire exprime la foi de Saint Athanase, champion de l’orthodoxie – c’est-à-dire de la foi droite – à l’époque de l’hérésie arienne. 

Linz - Sommet de la colonne de la Sainte Trinité

«Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, tenir la foi catholique : s’il ne la garde pas entière et pure, il périra sans aucun doute pour l’éternité.

Voici la foi catholique : nous vénérons un Dieu dans la Trinité et la Trinité dans l’Unité, sans confondre les Personnes ni diviser la substance : autre est en effet la Personne du Père, autre celle du Fils, autre celle du Saint-Esprit ; mais une est la divinité du Père, du Fils et du Saint-Esprit, égale la gloire, coéternelle la majesté.

Comme est le Père, tel est le Fils, tel est aussi le Saint-Esprit : incréé est le Père, incréé le Fils, incréé le Saint-Esprit ; infini est le Père, infini le Fils, infini le Saint-Esprit ; éternel est le Père, éternel le Fils, éternel le Saint-Esprit ; et cependant, ils ne sont pas trois éternels, mais un éternel ; tout comme ils ne sont pas trois incréés, ni trois infinis, mais un incréé et un infini. De même, tout-puissant est le Père, tout-puissant le Fils, tout-puissant le Saint-Esprit ; et cependant ils ne sont pas trois tout-puissants, mais un tout-puissant. Ainsi le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu ; et cependant ils ne sont pas trois Dieux, mais un Dieu. Ainsi le Père est Seigneur, le Fils est Seigneur, le Saint-Esprit est Seigneur ; et cependant ils ne sont pas trois Seigneurs, mais un Seigneur ; car, de même que la vérité chrétienne nous oblige à confesser que chacune des personnes en particulier est Dieu et Seigneur, de même la religion catholique nous interdit de dire qu’il y a trois Dieux ou trois Seigneurs.

Le Père n’a été fait par personne et il n’est ni créé ni engendré ; le Fils n’est issu que du Père, il n’est ni fait, ni créé, mais engendré ; le Saint-Esprit vient du Père et du Fils, il n’est ni fait, ni créé, ni engendré, mais il procède. Il n’y a donc qu’un Père, non pas trois Pères ; un Fils, non pas trois Fils ; un Saint-Esprit, non pas trois Saint-Esprit. Et dans cette Trinité il n’est rien qui ne soit avant ou après, rien qui ne soit plus grand ou plus petit, mais les Personnes sont toutes trois également éternelles et semblablement égales. Si bien qu’en tout, comme on l’a déjà dit plus haut, on doit vénérer, et l’Unité dans la Trinité, et la Trinité dans l’Unité. Qui donc veut être sauvé, qu’il croie cela de la Trinité.

Mais il est nécessaire au salut éternel de croire fidèlement aussi en l’incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ. C’est donc la foi droite que de croire et de confesser que notre Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, est Dieu et homme. Il est Dieu, de la substance du Père, engendré avant les siècles, et il est homme, de la substance de sa mère, né dans le temps ; Dieu parfait, homme parfait composé d’une âme raisonnable et de chair humaine, égal au Père selon la divinité, inférieur au Père selon l’humanité. Bien qu’il soit Dieu et homme, il n’y a pas cependant deux Christ, mais un Christ ; un, non parce que la divinité a été transformée en la chair, mais parce que l’humanité a été assumée en Dieu ; un absolument, non par un mélange de substance, mais par l’unité de la personne. Car, de même que l’âme raisonnable et le corps font un homme, de même Dieu et l’homme font un Christ. Il a souffert pour notre salut, il est descendu aux enfers, le troisième jour il est ressuscité des morts, il est monté aux cieux, il siège à la droite du Père, d’où il viendra juger les vivants et les morts. A sa venue, tous les hommes ressusciteront avec leurs corps et rendront compte de leurs propres actes : ceux qui ont bien agi iront dans la vie éternelle, ceux qui ont mal agi, au feu éternel.

Telle est la foi catholique : si quelqu’un n’y croit pas fidèlement et fermement, il ne pourra être sauvé. »

Mystère de la Sainte Trinité

Prière de Sainte Thérèse Couderc à la Sainte Trinité > ici, « O mon Dieu, Trinité que j’adore » de Sainte Elisabeth de la Trinité > ici, et prière de Saint Augustin > ici.

2011-47. De Saint Jean-François Régis, « apôtre du Vivarais et du Velay ».

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans notre petite province, la date du 16 juin est importante sur le plan spirituel, car c’est le jour de la fête de celui qui est invoqué comme « apôtre du Vivarais et du Velay » : Saint Jean-François Régis.

Estampe du XVIIe s. représentant Saint Régis (musée de Rennes)

Portrait de Saint Régis sur une estampe du XVIIe siècle
conservée au musée de Rennes.

Aperçu de la biographie de Saint Jean-François Régis :

Languedocien, né à Fontcouverte (à égale distance de Narbonne et de Carcassonne) le 31 janvier 1597, dans une famille de petite noblesse, Jean-François de Régis, qui a manifesté très jeune une grande maturité spirituelle, entre au noviciat de la Compagnie de Jésus à l’âge de 19 ans.

Après deux années de noviciat et les premiers voeux, les constitutions de Saint Ignace prévoient que le nouveau religieux sera exercé à l’enseignement : le jeune Régis est donc professeur de grammaire pendant trois ans, avant d’être envoyé étudier la philosophie pendant trois autres années à l’université de Tournon sur Rhône.
C’est le premier contact de Jean-François Régis avec le haut-Vivarais, terriblement meurtri au sortir des « guerres de religion » : il emploie le temps que ses études laissent libre à catéchiser les enfants des villages des environs et à leur apprendre à aimer Notre-Seigneur.

Vinrent deux autres années de professorat – au collège du Puy-en-Velay – , puis les études de théologie à Toulouse.
Le Père Régis célébra sa première Messe le dimanche de la Sainte Trinité, 26 mai 1630 (note : on ne connaît pas de manière exacte la date de son ordination sacerdotale. Fut-il ordonné au samedi des Quatre-Temps d’été 25 mai 1630, ou bien – selon un usage assez courant à cette époque-là et conformément à l’exemple de Saint Ignace lui-même qui avait attendu un an et demi pour se préparer à célébrer sa première messe – avait-il été ordonné bien avant ? La date de sa première Messe, elle, est certaine parce qu’il l’annonça lui-même à sa mère dans une lettre).
Il est dans sa trente-quatrième année et il lui reste dix ans à vivre.

Rempli de zèle missionnaire et enthousiasmé au récit des labeurs apostoliques et du martyre des Jésuites qui évangélisent le Nord de l’Amérique, le Père Régis eût désiré qu’on l’envoyât au Canada, mais ses supérieurs le désignèrent pour répondre à la demande de Monseigneur Louis-François de La Baume de Suze, évêque de Viviers, qui entreprenait la reconstruction spirituelle de son diocèse après les ravages causés par l’hérésie protestante. « Votre Canada, c’est le Vivarais ! », lui déclara le prélat en lui montrant son diocèse du haut d’un promontoire. Et il est bien vrai que Saint Jean-François Régis se trouvera parfois dans des conditions tout aussi extrêmes que celle du grand Nord canadien, au cours des rudes et longs hivers vivarois !

Mgr de la Baume de Suze envoie Saint Régis en mission en Vivarais

« Votre Canada, c’est le Vivarais ! » :
Mgr de La Baume de Suze confie à St Régis l’évangélisation du Vivarais
(scène du diorama de Georges Serraz – La Louvesc).

Désormais, le Père Régis, que les habitants du Vivarais et du Velay n’appelleront bientôt plus que « le bon père » ou « le saint père », passera le plus clair de son temps dans ces missions de l’intérieur qui refont le tissu chrétien de la France.

A partir de 1636, il est rattaché au collège du Puy-en-Velay. La vie du Père Régis s’articule autour de deux pôles :

a) pendant la belle saison (au cours de laquelle le peuple des campagnes est très pris par les travaux des champs) un apostolat essentiellement urbain : assistance aux malades et aux mourants, visite des prisonniers, création et animation d’oeuvres de miséricorde (soupe et vestiaire populaires, refuge pour les jeunes filles afin de les arracher à la prostitution et en faveur desquelles il encourage l’artisanat de la dentelle qui leur assure un gagne-pain…), catéchismes dans les églises de la ville, longues heures au confessionnal…

b) pendant la mauvaise saison (qui peut durer six, voire huit, mois dans les villages situés en altitude), pendant laquelle les travaux des champs sont impossibles, les missions dans les paroisses de montagne.

Saint Régis prêchant en plein air dans un paysage hivernal

Saint Jean-François Régis, debout sur une congère, sollicité par les foules avides de l’entendre,
prêche en plein air, dans les montagnes du Vivarais
(scène du diaporama de Georges Serraz – La Louvesc).

Il parcourt les plateaux vellaves et les escarpements vivarois à pied, par tous les temps : avec son visage riant, ses manières simples et franches, sa constante disponibilité, sa capacité à parler, prêcher et entendre les confessions en occitan, sa ferveur joyeuse et conquérante, et par dessus tout le rayonnement d’une charité inépuisable, le Père Régis multiplie les conversions et enracine fortement et durablement le peuple des montagnes dans la foi catholique.

Pour ces montagnards du Vivarais et du Velay – race plutôt trapue, râblée – , Jean-François Régis, qui mesure au moins 1,92 m, paraît presque un géant ; mais s’il est capable, à l’occasion, de faire preuve d’une étonnante force physique, c’est sa douceur qui impressionne et subjugue.

Le Père Régis fait preuve d’une endurance quasi incroyable : très austère pour lui-même, ne dormant guère plus de trois heures par nuit (il emploie le temps où les autres dorment à de longues heures d’oraison et d’adoration du Saint-Sacrement), il ne lui vient même pas à l’esprit qu’il devrait se ménager un peu lorsque tant d’âmes sont assoiffées de Dieu et de la grâce !

La veille de Noël 1640, il arrive à La Louvesc après avoir été égaré par une tempête de neige et passé la nuit dans une masure en ruines.
Malgré la fièvre qui le ronge déjà, il se met aussitôt au confessionnal, prêche, célèbre la Sainte Messe et… tombe d’épuisement dans l’église glaciale.
Transporté au presbytère et couché près de la cheminée, il confesse encore et encore pendant des heures.

Le 31 décembre, un peu avant minuit, il se redresse dans un ultime effort et le frère qui le veille l’entend prononcer : « Ah! mon frère, je vois Notre-Seigneur et Notre-Dame qui m’ouvrent les portes du Paradis… » Après un dernier « in manus tuas », il rend son âme de feu à Dieu. Il était âgé de quarante-trois ans et onze mois.

Mort de Saint Jean-François Régis

« Ah! mon frère, je vois Notre-Seigneur et Notre-Dame qui m’ouvrent les portes du Paradis… »
Mort de Saint Jean-François Régis le 31 décembre 1640 un peu avant minuit
(scène du diorama de Georges Serraz – La Louvesc)

La mission qu’il a ouverte sur la montagne, dans cette bourgade loin de tout, le 24 décembre 1640 ne sera jamais clôturée, mais elle se perpétue depuis lors : son tombeau, jalousement conservé par les montagnards, devient aussitôt un lieu de pèlerinage sur lequel les grâces physiques et spirituelles se multiplient.

Canonisé le 16 juin 1737, c’est le jour anniversaire de cette glorification qui est désigné pour être désormais celui de sa fête liturgique (le 31 décembre ne s’y prêtant pas).

Importance du culte de Saint Jean-François Régis en Vivarais et en Velay :

Dans tout le diocèse de Viviers et dans une partie importante de celui du Puy-en-Velay, le souvenir et le culte de Saint Jean-François Régis sont restés très vivants et très enracinés pendant plus de trois siècles : pratiquement pas une église où l’on ne trouve sa statue (il serait plus exact d’écrire « où l’on ne trouvait sa statue » car malheureusement un certain nombre d’églises a été dévasté par la fureur iconoclaste de la désastreuse période post-conciliaire), quand il ne s’agit pas aussi d’un vitrail ou d’un autel qui lui est dédié ; de nombreux villages et hameaux ont conservé le souvenir de son passage, des carrefours ou des places où il a prêché et qui sont encore signalés par une croix ou une statue, des maisons dans lesquelles il a mangé ou dormi, des fontaines ou des sources qu’il a bénies et dont on recueille toujours l’eau avec vénération… etc.

La Louvesc reste un lieu de pèlerinage où, à la suite de nombreux saints (Saint Benoît-Joseph Labre, Saint Marcellin Champagnat, Saint Jean-Marie Vianney, Sainte Philippine Duchesne, Sainte Thérèse Couderc… etc.), les fidèles viennent implorer une grâce, remercier, puiser des forces spirituelles et grandir dans leur vie chrétienne.

Mais il n’y a pas que La Louvesc ; il existe aussi de petits pèlerinages locaux – églises paroissiales ou chapelles marquées par le souvenir de Saint Régis – qui font, le 16 juin, l’objet d’une cérémonie annuelle, sans parler, au Puy-en-Velay, de l’église dite « du collège » (parce qu’elle fut la chapelle du collège des jésuites auquel Saint Régis était rattaché, cf. supra) où cette célébration revêt toujours une solennité particulière.

Certes, à La Louvesc ou ailleurs, les pèlerins ne sont plus aussi nombreux qu’ils le furent dans les périodes de grande ferveur populaire : depuis une cinquantaine d’années la déchristianisation officielle de la société se fait malheureusement sentir, ajoutée à la sécularisation d’un clergé qui, sous prétexte « d’ouverture au monde » ou de « concile », s’est laissé entraîné par le naturalisme, les idéologies destructrices de la foi, du zèle et de la ferveur, et a souvent critiqué – voire combattu – les marques de la dévotion populaire…

Saint Jean-François Régis au Mesnil-Marie :

En notre Mesnil-Marie, nous sommes très heureux d’avoir hérité d’une statue et de reliques de Saint Jean-François Régis, bien à l’honneur dans notre oratoire provisoire en ce 16 juin (cf. photo ci-dessous).

Mais il y a plus encore : nous avons la certitude morale que Saint Régis est passé dans notre hameau, soit à l’occasion de sa mission au Cheylard et dans les alentours, en 1635, soit à l’occasion de celle à Fay-le-Froid (aujourd’hui Fay-sur-Lignon) et autour du Mézenc, en 1636.

En effet, sans s’astreindre à établir un itinéraire détaillé et exhaustif de tous les lieux dans lesquels est passé le saint missionnaire, les contemporains ont écrit au sujet de ces missions dans notre contrée que le Père Régis n’avait pas laissé un hameau, fut-il très éloigné, ni n’avait pas laissé une ferme, aussi isolée qu’elle fut, sans aller y porter la sainte parole de Dieu.
A cette époque-là, notre hameau – où était tout de même établi un notaire royal ! – pouvait compter une dizaine de feux et sa population être de 30 à 50 âmes.
Saint Jean-François Régis
, dont le passage est dûment attesté à quelques kilomètres d’ici, est donc très certainement venu y prêcher : comme je l’ai écrit plus haut, si nous n’en avons pas la trace sur un document, nous en avons la certitude morale !

Voilà pourquoi, en mémoire de ses missions dans les Boutières et autour du Mézenc, Frère Maximilien-Marie a résolu d’édifier, dès que cela sera possible, un oratoire dédié à Saint Jean-François Régis dans notre jardin de fleurs en bordure du chemin. En attendant et dès à présent, qu’il bénisse le Refuge Notre-Dame de Compassion et tous ses amis fidèles.

Lully.

Statue et reliquaire de Saint Jean-François Régis dans l'oratoire du Mesnil-Marie

Statue et reliques de Saint Jean-François Régis au Mesnil-Marie.

Articles connexes :
les « Litanies de Saint Jean-François Régis » > ici
et la chronique d’un pèlerinage à La Louvesc au cours de l’été 2008 > ici

Litanies de Saint Jean-François Régis

(pour la récitation privée – copiées sur un ancienne image souvenir du pèlerinage de La Louvesc, imprimée « cum permissu superiorum » chez Bonamy, éditeur pontifical à Poitiers)

Souvenir du pèlerinage de Saint Jean-François Régis à La Louvesc

Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous. (bis)
Jésus-Christ, exaucez-nous. (bis)

Père Céleste qui, êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, conçue sans péché, priez pour nous.
Saint Régis, fervent adorateur de la Sainte Eucharistie, priez pour nous.
Saint Régis zélé serviteur de Marie, priez pour nous.
Saint Régis, très digne fils de Saint Ignace, priez pour nous.
Saint Régis, fidèle imitateur de Saint François-Xavier, priez pour nous.
Saint Régis, tout brûlant de l’amour de Dieu, priez pour nous.
Saint Régis, victime de la charité chrétienne, priez pour nous.
Saint Régis, modèle parfait de toutes les vertus, priez pour nous.
Saint Régis, fidèle observateur de la vie religieuse, priez pour nous.
Saint Régis, protecteur des innocents, priez pour nous.
Saint Régis, habile à ramener les pécheurs, priez pour nous.
Saint Régis, qui avez bravé mille dangers pour le salut des âmes, priez pour nous.
Saint Régis, apôtre infatigable du Vivarais et du Velay, priez pour nous.
Saint Régis, providence des malheureux, priez pour nous.
Saint Régis, ange tutélaire de notre patrie, priez pour nous.
Saint Régis, honneur et gloire de la Compagnie de Jésus, priez pour nous.
Saint Régis, très zélé propagateur de la gloire de Dieu, priez pour nous.
Saint Régis, illustre par un grand nombre de miracles, priez pour nous.
Saint Régis, puissant intercesseur auprès de Dieu, priez pour nous.
Saint Régis, notre modèle, priez pour nous.
Saint Régis, notre protecteur et notre père, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

V. Priez pour nous, Saint Jean-François Régis,
R. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Oraison :

O Dieu, qui avez rendu illustre le bienheureux Jean-François Régis, votre confesseur, par une charité merveilleuse et une invincible patience à soutenir beaucoup de travaux pour le salut des âmes, faites par votre grâce, qu’instruits par ses exemples et aidés de son intercession, nous obtenions les récompenses de la vie éternelle. Nous Vous le demandons par Jésus-Christ Notre-Seigneur.

Ainsi soit-il.

La Louvesc vue générale

La Louvesc (vue générale) avec les flèches de la basilique de Saint Régis.

 

2011-46. De l’anniversaire de l’ordination sacerdotale du Bienheureux Charles de Jésus.

Jeudi 9 juin 2011.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Le dimanche 9 juin 1901 – il y a donc exactement 110 ans aujourd’hui en cette année 2011 – le vicomte Charles-Eugène de Foucauld de Pontbriand, fut ordonné prêtre de la Sainte Eglise Catholique Romaine, dans la chapelle du grand séminaire de Viviers.
Même s’il y résida peu, celui que l’on appelle souvent « le Père de Foucauld », demeurera toute sa vie prêtre du diocèse de Viviers, gardant toujours une immense gratitude et affection filiale pour son évêque, Son Excellence Monseigneur Frédéric Bonnet (1835-1923), qui avait compris la vocation si particulière du moine et lui permit de la réaliser en l’incardinant.

Motif central de la chasuble de la première messe du Bienheureux Charles de Foucauld

Je ne peux pas revenir en détail sur la biographie du Bienheureux Charles de Jésus. Néanmoins je me dois de rappeler brièvement que, le 16 janvier 1890 – c’est-à-dire cinq ans et à peine trois mois après sa conversion (1886) -, il était entré au noviciat de la Trappe de Notre-Dame des Neiges, aux confins du Vivarais et du Gévaudan. Il y reçut le saint habit avec le nom de Frère Marie-Albéric, mais il ne resta à Notre-Dame des Neiges qu’un peu plus de six mois car, selon sa demande, le 26 juin 1890, il fut envoyé au monastère de Notre-Dame du Sacré-Coeur, à Akbès, en Syrie…

Trappe de Notre-Dame des Neiges

Trappe de Notre-Dame des Neige
(de l’abbaye que connut le Père de Foucauld seule a subsisté la grande façade que l’on voit ici)

Frère Marie-Albéric demeura à Akbès jusqu’au 10 septembre 1896. Les sept années qu’il passa sous l’habit des frères trappistes n’étaient en effet qu’une étape. Sa vocation particulière mûrissait : en janvier 1897, le Père Abbé Général des Trappistes, reconnaissant l’authenticité des appels intérieurs de Frère Marie-Albéric, lui donna l’autorisation de quitter l’Ordre pour aller vivre à Nazareth.

Pendant quelque trois années, devenu Frère Charles, il reçoit de nouvelles lumières sur les voies dans lesquelles Notre-Seigneur veut qu’il s’engage : en particulier, il se rend à l’idée – qu’il avait d’abord repoussée – de devenir prêtre ; c’est dans cette perspective qu’il quitte Nazareth, le 1er août 1900, et qu’il rentre en France. Le 29 septembre, après avoir revu l’abbé Henri Huvelin à Paris, il revient à Notre-Dame des Neiges, afin de s’y préparer au sacerdoce. Le Père Abbé, Dom Martin Martin, lui confère les ordres mineurs le 7 octobre 1900, en la fête de Notre-Dame du Rosaire.

Charles – qui par délicatesse envers ses hôtes a repris le nom de Frère Albéric pendant ce second séjour à l’abbaye – achève donc ses études de théologie, mais il vit dans une sorte de continuelle « distraction » des choses de la terre, tellement il est absorbé en Dieu. Le religieux qui fut chargé de lui apprendre à dire la Messe a raconté que, à chaque parole du rituel, son élève entrait en contemplation, comme perdu, immobile et muet, et qu’il fallait le tirer par la manche pour qu’il revienne à lui : « Il suffisait de le voir quelques instants pour avoir l’impression nette qu’on était en présence d’un saint. »

Motif central de la chasuble de la première messe du Bienheureux Charles de Foucauld

Enfin, il accomplit l’ultime préparation à l’ordination sacerdotale par un mois complet de retraite, du 9 mai au 9 juin 1901, en méditant surtout les Épîtres, le Cantique des Cantiques et les Saints Évangiles. Il passe toute la nuit du samedi 8 au dimanche 9 juin en prière au pied du Saint-Sacrement.

Son ordination sacerdotale ne fut pas célébrée dans la cathédrale de Viviers mais dans la chapelle du grand séminaire, au cours d’une cérémonie distincte des ordinations de prêtres destinés au service du diocèse. Le Père Augustin Martin, trappiste, frère du Père Abbé, fut ordonné en même temps que lui. Précisons encore que c’est Monseigneur Montéty, lazariste et archevêque in partibus de Bérythe, qui lui conféra la prêtrise, alors que Monseigneur Frédéric Bonnet, qui l’avait accepté au nombre des prêtres du diocèse de Viviers, assistait au trône à la cérémonie.

Sa Grandeur Monseigneur Joseph-Michel-Frédéric Bonnet, évêque de Viviers, avait bien compris les caractères propres et originaux de cette vocation : s’il accepta d’incardiner Charles de Foucauld dans son diocèse, il lui conféra un statut de « prêtre libre » et lui facilitera toujours les démarches canoniques afin qu’il puisse exercer son ministère en conformité avec sa vocation particulière. Au printemps 1911, lorsqu’il reviendra passer quelques semaines en France, le Père de Foucauld ne manquera pas de faire étape à Viviers afin d’y rendre visite à son évêque vénéré et de lui rendre compte de ses labeurs apostoliques.

Chapelle du grand séminaire de Viviers (vue ancienne)

Chapelle du grand séminaire de Viviers (état ancien)

Le lendemain de son ordination – donc le lundi 10 juin 1901 -, Charles de Foucauld célèbre sa première Messe à la Trappe de Notre-Dame des Neiges. Sa sœur, Marie de Blic, a fait le voyage pour la circonstance. Tous les assistants sont bouleversés par la ferveur du nouveau prêtre.

Pour cette première Messe, il a revêtu une chasuble qui a été spécialement préparée par sa cousine, Marie de Bondy, selon des indications que Charles avait écrites dans plusieurs lettres où il précisait de manière très détaillée ce qu’il souhaitait pour les couleurs, le tissu, la doublure et les motifs.

Cette chasuble est actuellement exposée, avec l’aube d’ordination, dans le petit musée de l’abbaye de Notre-Dame des Neiges :

Chasuble et aube de la première messe du Bienheureux Charles de Foucauld

Lorsque Charles de Foucauld est ordonné, il est dans sa quarante-troisième année. Il y a quinze ans qu’il a été converti dans le confessionnal de l’abbé Huvelin et il lui reste quinze ans à vivre. «Je connais intimement depuis onze ans M. Charles de Foucauld, et je n’ai jamais vu que dans les livres, de tels prodiges de pénitence, d’humilité, de pauvreté et d’amour de Dieu…», écrira Dom Martin, Abbé de Notre-Dame des Neiges.

Le 1er septembre 1901, il quitte Notre-Dame des Neiges et part pour l’Afrique. Il a choisi Béni-Abbès pour y établir sa « khaoua » (fraternité), sous la Règle de Saint Augustin. Ce choix est déterminé par la situation géographique et militaire de ce lieu, avec l’espérance d’une intervention française au Maghreb qui lui permettrait de retourner dans son cher Maroc : Béni-Abbès était alors un ksar de cent-trente feux près duquel avait été installée une redoute abritant trois compagnies du 2ème Régiment de Tirailleurs Algériens, commandées par le capitaine du Faÿ de Choisinet, tandis que le « Bureau Arabe » y est tenu par le lieutenant Huot, neveu de son grand ami Laperrine.

A son arrivée au Sahara, fin octobre 1901, Foucauld prit le nom de Frère Charles de Jésus, nom sous lequel il signera toujours ses lettres désormais. Mais les officiers du Sud, les Pères Blancs, puis la grande majorité des personnes l’appelleront  généralement « le Père de Foucauld« .

Ce matin, à l’occasion de ce cent-dixième anniversaire, Frère Maximilien-Marie m’a raconté avec émotion comment, le 13 novembre 2005, il a participé à la cérémonie de béatification du Bienheureux Charles de Jésus, accompagnant la délégation de l’Ecole de Cavalerie de Saumur, puis il m’a montré le médaillon reliquaire qui lui a été offert par le postulateur de la cause pour l’oratoire de notre Mesnil-Marie, dans lequel est renfermé une parcelle de vêtement de ce Bienheureux que nous aimons très particulièrement.

Relique du Bienheureux Charles de Foucauld

J’achèverai ma modeste chronique de ce jour en recommandant à tous ceux qui ont, comme nous, une dévotion spéciale envers le Bienheureux Charles de Jésus de prier par son intercession afin d’obtenir à notre Eglise, à nos diocèses et à nos paroisses, de bons et saints prêtres, qui entraîneront les âmes sur les chemins du Ciel!

Lully.         

Motif central de la chasuble de la première messe du Bienheureux Charles de Foucauld

Prière pour obtenir de saints prêtres,
par l’intercession du Bienheureux Charles de Foucauld

O Jésus, qui nous avez donné dans le Bienheureux Charles de Jésus un modèle éminent de sainteté sacerdotale, nous Vous supplions humblement d’accorder à Votre Eglise des prêtres zélés et fervents, des prêtres chastes et purs, des prêtres généreux et fidèles, des prêtres épris de perfection évangélique, qui entraîneront nos âmes dans les chemins de la sainteté que Vous voulez pour chacun de nous!

Seigneur, qui avez fait de Charles de Foucauld un prêtre selon Votre Coeur, à sa prière, embrasez aujourd’hui le coeur de tous Vos prêtres des flammes de Votre ardente charité : qu’elles en chassent toute affection désordonnée et toute attache à l’esprit du monde, toute espèce de vanité et de carriérisme, pour n’y plus laisser vivre et croître dans toute sa pureté que Votre Amour miséricordieux!

Prêtre éternel et souverain, qui, par le sacrement de l’Ordre, avez rendu les prêtres de Votre Eglise participant au mystère incommensurable de Votre médiation de grâce et qui renouvelez par leurs mains l’offrande de Votre Sacrifice du Calvaire, nous Vous en supplions : à la prière et par les mérites du Bienheureux Charles de Jésus, accordez-nous de nombreuses et authentiques vocations sacerdotales qui glorifieront le Saint-Sacrifice de la Messe et établiront par lui Votre Règne dans tous les coeurs.

Ainsi soit-il.

(prière composée par Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur)

Motif central de la chasuble de la première messe du Bienheureux Charles de Foucauld

2011-45. Où, à propos de Sainte Jeanne d’Arc et de sa protection sur la France, il est question de légitimité dynastique.

Deuxième dimanche du mois de mai :
en France, solennité de Sainte Jeanne d’Arc, vierge, patronne de la France en second.

Blason de Sainte Jeanne d'Arc

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Vous vous en doutez, la solennité et fête nationale de ce jour est particulièrement joyeuse et fervente en notre Mesnil-Marie : Sainte Jeanne d’Arc !

2011-45. Où, à propos de Sainte Jeanne d'Arc et de sa protection sur la France, il est question de légitimité dynastique. dans Chronique de Lully dsc08061copiecopie

D’une manière habituelle, on entend dire qu’elle est « patronne secondaire de la France ».
Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire (par exemple > ici) – mais je veux insister et j’insisterai encore plus d’une fois sur ce point -, le qualificatif « secondaire » est inapproprié pour rendre la réalité de ce que le Saint-Siège a voulu en plaçant la France sous la protection céleste particulière de Sainte Jeanne d’Arc, et il vaut mieux utiliser l’expression : patronne de la France en second.
En Français, en effet, le qualificatif « secondaire » peut revêtir une nuance dépréciative : est secondaire ce qui est de moindre importance, voire de moindre qualité.

L’intention de l’Eglise en proclamant Sainte Jeanne d’Arc (comme aussi Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus) patronne de la France en second n’était évidemment pas de dire que c’était un patronage de seconde zone ou auquel il fallait attribuer une moindre importance : cela signifiait seulement que, en sus de la protection de Notre-Dame de l’Assomption et au vu des besoins spirituels de notre Patrie dans les temps modernes, l’Eglise voulait que la France soit encore plus et mieux protégée grâce à Sainte Jeanne d’Arc, que la France bénéficie d’une manière plus spéciale des prières et des mérites de Sainte Jeanne d’Arc, que la France se ressente davantage des bienfaits de l’intercession de Sainte Jeanne d’Arc…

La manière dont la fête liturgique de Sainte Jeanne d’Arc est traitée dans le calendrier liturgique français issu de la réforme de 1969 est à proprement parler scandaleuse, puisqu’elle y est reléguée au rang de « mémoire facultative » le jour du 30 mai, et que la solennité reportée au deuxième dimanche de mai  (jour de la fête nationale civile) en est carrément absente, alors que ces deux fêtes eussent dû rester au rang le plus élevé des célébrations liturgiques, ainsi que nous le faisons toujours avec le calendrier traditionnel !

blasonjdarc dans Commentaires d'actualité & humeurs

Je voudrais aujourd’hui insister sur un titre dont on peut qualifier Sainte Jeanne d’Arc : elle est la sainte de la légitimité dynastique.

A un moment de l’histoire où, du fait d’un certain nombre de scandales et de mensonges, l’héritier du Trône en était arrivé à douter lui-même de sa propre légitimité, Jeanne a été suscitée par Dieu afin de lui rendre confiance, pour lui assurer « de par le Roi du Ciel » qu’il était vrai fils de Roi et légitime héritier de la Couronne et, en conséquence logique, pour l’amener à recevoir son « digne sacre » à Reims.
Ce faisant, Jeanne a suscité le sursaut psychologique et spirituel qui a refait l’unité et la force de la France.

C’est en rendant à la France son Roi légitime que la Pucelle a redonné confiance aux bons Français et a pu conduire les troupes à la victoire.
C’est en rendant à la France son Roi légitime que Jeanne a pu insuffler à toute la France un élan et une pugnacité qui ne se sont pas éteints avec les flammes du bûcher dans lequel elle a consommé son sacrifice.
C’est en rendant à la France son Roi légitime qu’elle a permis la victoire militaire sur l’envahisseur et, par conséquence, la conservation de la France dans le giron de l’Eglise Romaine : si, en effet, le Roi d’Angleterre était aussi devenu Roi de France, au siècle suivant la France aurait pu sombrer dans le schisme et les hérésies de l’anglicanisme.

Voilà pourquoi l’oraison propre de la fête de Sainte Jeanne d’Arc n’hésite pas à affirmer : « Ô Dieu, qui avez merveilleusement suscité la Bienheureuse vierge Jeanne pour la défense de la foi et de la patrie… Deus, qui beatam Joannam virginem ad fidem ac patriam tuendam mirabiliter suscitasti! »
La vocation militaire de Jeanne était ordonnée à la conservation de la Foi catholique en France.

eglisestphilbert1440 dans De liturgia

Ainsi on peut dire qu’en envoyant Jeanne au secours de la France envahie et humilié, Dieu a également confirmé de manière éclatante la justesse et la pertinence des Lois Fondamentales du Royaume : ces Lois sont l’une des expressions des desseins de Dieu sur la France ; elles sont la garantie institutionnelle d’une fidélité aux volontés de la Providence sur ce pays!

Dieu n’a pas voulu que Charles VII soit sacré à Reims, de préférence à son cousin anglais, par une espèce de divin caprice ; Il ne l’a pas voulu parce que Charles aurait été plus capable humainement de faire le bonheur de la France ou plus talentueux politiquement ; Il ne l’a même pas voulu parce que Charles VII aurait été plus vertueux ou plus pieux que son rival…
Non! Dans son omniscience éternelle, Dieu savait bien que Charles VII commettrait des fautes : des fautes graves parfois contre la morale chrétienne dans sa vie privée, et des fautes importantes aussi dans le gouvernement du Royaume et dans ses relations avec l’Eglise. Et cependant Il a tout de même voulu que ce soit lui – lui et pas un autre qui eût pu lui être supérieur en qualités humaines et spirituelles – qui soit reconnu comme Roi, parce qu’il était fils légitime de Charles VI et désigné comme Roi légitime par les Lois Fondamentales!

grandesarmesdefrancecopie dans Nos amis les Saints

Aujourd’hui, ces mêmes Lois Fondamentales désignent le Prince Louis-Alphonse de Bourbon, aîné des Capétiens, descendant direct de Saint Louis, d’Henri IV et de Louis XIV, comme héritier de la Couronne et du Trône de France.

C’est par fidélité aux desseins de Dieu sur la France et par obéissance aux dispositions de la Providence – exprimées dans les Lois Fondamentales -, et non en raison d’un attachement sentimental, non par nostalgie ou pour quelque autre raison humaine, que nous sommes attachés à la légitimité dynastique.

Nous ne sommes pas les supporters d’un « prétendant » : d’ailleurs le Prince Louis ne prétend à rien, n’a à prétendre à rien, puisque tout simplement il est.

Nous ne sommes pas entrés en légitimité (et j’emploie cette expression avec le même sens d’engagement et de don de soi qui sous-tend l’expression : entrer dans les ordres) parce que nous trouverions au Prince des qualités ou des vertus supérieures…
Nous ne sommes pas des idéalistes et nous sommes ennemis de toute forme de culte de la personnalité ; nous savons que nul homme n’est parfait, mais que tous et chacun portent en eux un mélange de qualités et de défauts, de vertus et de péchés : le Prince n’échappe pas à la complexité de cette réalité humaine…

Mais en revanche nous croyons en Dieu qui, par l’action de Ses saints, par les héros inspirés qu’Il a suscités, et surtout par l’obéissance à Ses lois et aux dispositions de Sa Providence peut changer le cours de l’histoire et redonner vie à un pays.

Nous croyons particulièrement que le Sacre peut infuser dans un homme une véritable efficience divine et qu’Il peut – à travers cet homme malgré ses imperfections – communiquer à une société tout entière et à un Etat des grâces desquelles découlent le bonheur et la prospérité terrestres eux-mêmes.

Puisse Sainte Jeanne d’Arc, intercéder puissamment pour notre France et lui permettre de revenir aux sources vives de la fidélité à sa vocation et de la légitimité voulue par Dieu!

Lully.

fleurdelys2 dans Vexilla Regis   fleurdelys2   fleurdelys2

2011-44. Les martyrs de la Commune.

Mardi 24 mai 2011, fête de Marie Auxiliatrice
(c’est à dire Secours des Chrétiens).

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Depuis le mois de mars déjà, diverses associations liées à la « libre-pensée », des francs-maçons, des anarchistes, associés à des syndicats et autres mouvements de gauche commémorent le cent quarantième anniversaire de la commune insurrectionnelle de Paris, avec la bienveillance de certaines autorités civiles ou politiques (quand leurs manifestations ne sont pas tout bonnement subventionnées avec l’argent public…).

Je n’ai bien évidemment pas le dessein d’écrire ici une histoire complète de cette période de l’histoire. Mais, en marge de ces célébrations, je me crois autorisé à rappeler ici des faits qui (ceux qui me connaissent s’en doutent déjà!) iront à l’encontre de ce que la littérature « hagiographique » laïque et républicaine tend à imposer comme vision des évènements. Je me crois d’autant plus autorisé à écrire que je n’ai, jusqu’à présent, lu ni entendu aucune voix ecclésiastique rappeler ce que furent en vérité ces évènements pour les catholiques et l’Eglise à Paris.

Après les durs mois du siège et l’occupation de la capitale par les Prussiens, les Parisiens pouvaient certes bien légitimement être exaspérés. Je ne nierai pas que la répression exercée par les Versaillais à l’encontre des communards, au cours de ce que l’on appelle « la semaine sanglante », n’ait été particulièrement cruelle. Mais je ne suis pas manichéen et je sais très bien que la bêtise, la haine, la cruauté et la violence ne se sont pas trouvées d’un seul côté au cours de ces évènements tragiques…

Cela étant dit, je vous invite au préalable à vous souvenir de quelques unes des paroles de la Très Sainte Vierge Marie quand elle apparut à Soeur Catherine Labouré dans la nuit du 18 au 19 juillet 1830, entre minuit et deux heures du matin, dans la chapelle de la rue du Bac.

Apparition de Notre-Dame à Soeur Catherine Labouré dans la nuit du 18 au 19 juillet 1830

Apparition de Notre-Dame dans la nuit du 18 au 19 juillet 1830 (chapelle de la rue du bac)
« Venez au pied de cet autel… »

Ici encore, je ne veux pas refaire le récit détaillé de cette longue apparition (deux heures!). Je me contenterai de citer quelques paroles de Notre-Dame telles que Soeur Catherine les consigna par écrit pour son directeur spirituel.

Dans un premier temps, la Vierge Marie annonce la toute proche révolution de la fin juillet 1830 :« Les temps sont très mauvais, des malheurs vont fondre sur la France : le trône sera renversé, le monde entier sera renversé par des malheurs de toutes sortes ». Sainte Catherine Labouré précise : « La Sainte Vierge avait l’air très peinée en disant cela ». Et Notre Dame poursuit : « Mais venez au pied de cet autel, là les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont avec confiance et ferveur… »

Puis la Sainte Vierge a continué ses annonces sur des évènements plus lointains :« Le moment viendra où le danger sera grand, on croira tout perdu, là je serai avec vous, ayez confiance, vous reconnaîtrez ma visite et la protection de Dieu et celle de saint Vincent sur les deux communautés. Mais il n’en est pas de même des autres Communautés. Il y aura des victimes » (ici Sainte Catherine note : « La Sainte Vierge avait les larmes aux yeux »). Mais ce n’est pas encore tout, Marie ajoute :« Il y aura bien des victimes, Monseigneur l’archevêque mourra. Mon enfant, la Croix sera méprisée, le sang coulera dans les rues » - ici, Sœur Catherine précise quela Sainte Vierge ne pouvait presque plus parler tant sa peine était grande : « Mon enfant, me dit-elle, le monde entier sera dans la tristesse ». À ces mots, je pensai : « Quand est‑ce que ce sera? » Et alors j’ai très bien compris : »quarante ans« .

Quarante ans!
La réponse s’est imprimée dans la pensée de Sainte Catherine Labouré. Et quarante ans plus tard la prophétie de Notre-Dame s’est réalisée.

Dès son déclenchement, l’insurrection s’afficha résolument et violemment hostile à l’Eglise Catholique.
J’ai cherché à savoir si d’autres édifices de culte avaient subi les mêmes profanations que les églises et si d’autres ministres de culte – protestants ou israélites – avaient été victimes de violences comparables à celles qui furent infligées au clergé catholique mais je n’ai rien trouvé à ce sujet.
Est-ce parce qu’il n’y en eut pas ou seulement parce que les historiens ont omis de le noter?

Une barricade pendant la Commune - 1871

Une barricade en 1871

Le jour même de sa proclamation, la Commune décréta la « séparation de l’Eglise et de l’Etat » et interdit la célébration de la Messe dans les hôpitaux.
Très rapidement, de nombreux couvents furent envahis et occupés : les religieuses furent humiliées, moquées et subirent des outrages sous leurs propres toits…
Pourtant, pendant toute la durée du siège – comme toujours – les congrégations avaient fait tout ce qui était en leur pouvoir pour soulager les affamés et soigner malades et blessés!

Plus grave encore, car aucun coeur véritablement catholique ne peut y penser sans frémir d’indignation et de douleur : les fédérés se livrèrent à de très nombreuses profanations délibérées du Très Saint Sacrement

Le mardi saint, 4 avril 1871, Monseigneur Georges Darboy, archevêque de Paris, l’abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine, et Monseigneur Auguste-Alexis Surat, archidiacre de Notre-Dame, sont pris en otages : d’abord enfermés à la prison de Mazas, ils seront plus tard transférés à la Roquette.
Un contemporain note dans son diaire à la date du 5 avril : « La consternation est partout, on vit dans la crainte, on est indigné ; mais on n’ose rien dire. Lorsque l’archevêque a comparu devant ses juges, il leur disait : «Mes enfants», à quoi ils ont répondu : «Nous ne sommes pas vos enfants, mais des magistrats!».

Monseigneur Georges Darboy

Monseigneur Darboy

Le même témoin note le lendemain, jeudi saint 6 avril : « On lit dans les rues des affiches épouvantables, disant qu’il faut piller les églises, assassiner les prêtres ».
Puis le 9 avril, qui était le dimanche de Pâques, il écrit encore : « La commune ne se contente pas d’afficher des proclamations sanguinaires, elle les met à exécution. On a arrêté 200 prêtres, fait fermer plusieurs églises, on a de la peine à trouver une messe ».

De fait, de nombreuses églises sont transformées en « clubs révolutionnaires » et sont le théâtre de scènes épouvantables : le drapeau rouge flotte sur Notre-Dame de Lorette dont un vicaire, l’abbé Jean-Marie-Noël Sabbatier, est emprisonné ; la célèbre Louise Michel, dont l’excitation – voisine de l’hystérie – est à son comble, « pontifie » dans le club qu’elle a installé dans l’église Saint-Bernard de la Chapelle ; Saint-Eustache et Saint-Nicolas des Champs ont tous les soirs des séances qui rappellent les heures les plus sombres de la grande terreur ; à la Sainte-Trinité, c’est un club où se réunissent uniquement des femmes qui montent en chaire pour éructer des horreurs, exhorter au pillage et appeler au massacre des prêtres… etc.
Le témoin que nous avons déjà cité note le 16 avril : « Les prêtres, habillés en bourgeois, se sauvent de Paris et vont chercher un refuge au milieu des Prussiens, près desquels ils sont plus en sûreté qu’avec les communeux qui ne respectent rien. »

Le 17 mai, jour où l’on annonce que les Versaillais vont entrer par la porte Maillot, notre témoin écrit : « Les communeux ont pillé Notre-Dame des Victoires, et y ont fait toutes sortes de profanations. Après des crimes aussi horribles, n’avons-nous pas à craindre que la vengeance de Dieu ne tombe sur cette ville si coupable. »

Les communards aux abois avaient en effet commencé à allumer des incendies en plusieurs points de la capitale : le palais des Tuileries sera l’une des plus célèbres victimes de cette folie incendiaire.
Ils vinrent à la basilique de Notre-Dame des Victoires en trainant des barils de pétrole, malmenèrent les prêtres et les fidèles qui voulaient s’opposer à ce sacrilège, mais avant de livrer l’église aux flammes ils voulurent la piller et la profaner de manière systématique.
Le Tabernacle fut violé, les Saintes Hosties jetées à terre et piétinées ; la statue de la Vierge à l’Enfant fut dépouillée des couronnes offertes par le Bienheureux Pie IX,
puis souillée de la plus ignominieuse façon ; les vases sacrés – que le curé avait pourtant tenté de préserver en les dissimulant dans le cénotaphe de Lully – furent profanés par des beuveries blasphématoires ; la châsse de Sainte Aurélie (jeune martyre des premiers siècles retrouvée dans les catacombes et dont les reliques avaient aussi été offertes à la basilique par le Bienheureux Pie IX) fut ouverte et ses ossements jetés au hasard ; le tombeau du saint abbé Desgenettes fut fracturé et sa tête, arrachée de son corps, piquée sur un fusil, fut promenée au milieu des rires et des blasphèmes…
En apprenant ces profanations, Sainte Catherine Labouré déclara : « Ils ont touché à Notre-Dame des Victoires : ils n’iront pas plus loin! »
Le 24 mai, jour de la fête de Marie Auxiliatrice, après sept jours de profanations et de scènes orgiaques, les fédérés s’enfuirent au son du clairon des Versaillais : la basilique du Coeur immaculé de Marie avait été terriblement éprouvée, mais elle avait échappé aux flammes et la statue miraculeuse, malgré les profanations, restait debout!

A la date du 29 mai, le témoin que nous avons déjà cité écrit :  « Après de bien mauvais jours, et de terribles émotions, nous voici enfin un peu tranquilles. On n’entend plus le canon ; mais hélas, on sait maintenant toute l’affreuse vérité, et tous les crimes qui ont été commis ».

Parmi les crimes qu’ils ont commis, les communards ont tué « in odio fidei » – en haine de la foi – 31 serviteurs de Dieu dont il serait aisé de reconnaître officiellement le martyre et d’obtenir la béatification si, jusqu’ici, le souci de ne pas trop déplaire à la république n’avait pas retenu « l’Eglise de France » dans cette procédure :

1) le 24 mai 1871, fusillés à la prison de la Roquette vers 20h30 : Son Excellence Monseigneur Georges Darboy, en compagnie de l’abbé Gaspard Deguerry, curé de la Madeleine, de l’abbé Jean-Michel Allard, aumônier des ambulances, et de deux Jésuites : les Révérends Pères Léon Ducoudray et Alexis Clerc (le premier était recteur de l’École Sainte-Geneviève).

Monseigneur Darboy sur son lit de mort

La dépouille de Monseigneur Darboy lors de ses funérailles, après la semaine sanglante.

2) le 25 mai 1871, massacrés dans la rue en fin d’après-midi à proximité de la Porte d’Italie : les dominicains du collège d’Arcueil. Leur supérieur était le Révérend Père Louis-Raphaël Captier, qui avait fondé le collège. Avec lui furent exécutés quatre prêtres de son ordre : les Pères Thomas Bourard, Constant Delhorme, Henri Cottrault et Pie-Marie Chatagneret, et huit laïcs qui étaient leurs auxiliaires au collège : Louis-Eugène-Antoine Gauquelin (professeur de mathématiques), François-Hermand Volant (surveillant), Aimé Gros (domestique), Antoine Gézelin Marce (domestique), Théodore Catala (surveillant), François-Sébastien-Siméon Dintroz (infirmier), Marie-Joseph Cheminal (domestique) et Germain-Joseph Petit (économe).
Ils avaient été arrêtés le 19 mai et emprisonnés au fort de Bicêtre, où ils souffrirent de la faim et de la soif, puis le 25 mai sous le prétexte de les conduire de Bicètre à une autre prison située avenue d’Italie, ils furent massacrés dans la rue.

Le massacre des otages de la rue Haxo, le 26 mai 1871

Exécution des otages, rue Haxo, le 26 mai 1871.

3) le 26 mai 1871, vers 15h, quarante-neuf prisonniers furent extraits de la prison de La Roquette et conduits, sur les hauteurs de Belleville : c’étaient 33 gardes de Paris, 2 gendarmes, 4 mouchards et 10 ecclésiastiques choisis au hasard.
Encadrés par les fédérés, ces otages montent à pied jusqu’à la cité de la rue Haxo qu’ils atteignent vers 17 h 30.
Malgré les réticences de leurs chefs militaires et cédant à une foule qui hurle à la mort, les fédérés tirent à volonté durant un quart d’heure sur les otages, tous exterminés, devant le haut mur qui se trouvait rue du Borrégo, à hauteur de l’actuelle Maison des Jeunes.

Voici la liste des ecclésiastiques qui furent massacrés : les Révérends Pères Jésuites Pierre Olivaint, recteur de la maison de la rue de Sèvres, Jean Caubert et Anatole de Bengy ; les Révérends Pères de la Congrégation des Sacrés-Coeurs de Picpus :  Ladislas Radigue, Polycarpe Tuffier, Marcellin Rouchouze et Frézal Tardieu ; un prêtre séculier : Jean-Marie-Noël Sabattier, vicaire à Notre-Dame de Lorette ; un  religieux de Saint-Vincent de Paul : Matthieu-Henri Planchat ; et l’abbé Paul Seigneret, séminariste de Saint-Sulpice.
Un oratoire sommaire fut édifié à l’emplacement des exécutions (81 rue Haxo) dès 1889, puis remplacé en 1894 par une chapelle d’environ 250 places agrandie quatre ans plus tard. A la suite de l’urbanisation du quartier, une véritable église fut construite entre 1936 et 1938 par l’architecte Julien Barbier : Notre-Dame des Otages.

4) le 27 mai 1871 enfin, subirent aussi le martyre : Monseigneur Auguste-Alexis Surat, archidiacre de Notre-Dame de Paris, qui avait été emprisonné en même temps que Monseigneur Darboy, et qui fut massacré dans la rue après avoir pu s’enfuir de la prison de la Roquette. Avec lui fut aussi martyrisé l’abbé Émile-Victor Bécourt, curé de Notre-Dame de Bonne Nouvelle.
Le Révérend Père Jean-Baptiste Houillon, des Missions Etrangères de Paris, revenu de Chine pour un congé de maladie en 1869, fut aussi massacré par les fédérés sur le Boulevard Richard Lenoir lors d’un transfert de prisonniers.

Reliques des cinq Jésuites martyrisés par les communards les 24 et 26 mai 1871

Nous conservons pieusement au « Mesnil-Marie » cinq enveloppes cachetées portant les noms des cinq Jésuites martyrisés par les communards les 24 et 26 mai 1871 et contenant des morceaux de leurs soutanes.

A Sainte Jeanne d’Arc : prière pour la France et cantique du Père Doncoeur.

Nous avons publié (cf. > ici) un extrait du très remarquable panégyrique de Jeanne d’Arc prononcé par Monseigneur Pie (il n’était alors que vicaire général du diocèse de Chartres) le 8 mai 1844. Nous vous proposons aujourd’hui une prière pour la France (qui peut servir de neuvaine) adressée à Dieu par l’intercession de celle qui est, après Notre-Dame de l’Assomption, patronne céleste de la France en second, ainsi qu’un chant à Sainte Jeanne d’Arc dont le Père Doncoeur – l’un des fondateurs du scoutisme catholique en France – rédigea les paroles sur l’air d’un ancien cantique béarnais.

A Sainte Jeanne d'Arc : prière pour la France et cantique du Père Doncoeur. dans De liturgia

Prière pour la France :

dont on peut faire une neuvaine préparatoire au jour de sa fête
du 21 au 29 mai de chaque année (fête liturgique)
ou bien durant les neuf jours qui précèdent le deuxième dimanche de mai (fête nationale)
et dans tous les moments où l’on veut prier plus instamment pour la France.

 * * *

Très saint et très haut Seigneur Jésus-Christ,
Roi des rois,
qui avez miraculeusement suscité Sainte Jeanne d’Arc
pour ramener à l’unité autour de son Prince légitime
le Royaume de France, divisé et humilié à la face des nations,
et pour lui conserver l’intégrité de la Foi :
du haut de votre trône céleste,
regardez encore aujourd’hui combien il y a grande pitié en ce pays, dont le reniement des promesses du baptême et l’apostasie officielle ont entraîné à nouveau la désunion et l’abaissement,
au point qu’il est devenu aujourd’hui un mauvais exemple pour la terre entière…

Par la puissante intercession de Sainte Jeanne d’Arc,
patronne de la France en second après votre très Sainte Mère,
nous Vous supplions, ô Jésus :
répandez sur ce pays qui proclamait jadis en préambule de ses lois
« Vive le Christ qui est Roi des Francs! »
de nouvelles et abondantes grâces de conversion et de Foi,
pour que les coeurs et les esprits reviennent à Vous!

Par la fervente intercession de Sainte Jeanne d’Arc,
qui fut attentive aux paroles et aux instructions du saint conseil par lequel Vous l’avez formée à sa mission,
nous Vous supplions, ô Jésus :
donnez à nos responsables religieux et civils
les très précieux dons de conseil et de sagesse
pour qu’ils conduisent le peuple de France
hors des sentiers de la perdition!

Par la glorieuse intercession de Sainte Jeanne d’Arc,
qui demeura indéfectiblement fidèle à sa vocation particulière quelque souffrance qu’il pût lui en coûter,
nous Vous supplions, ô Jésus :
suscitez aujourd’hui dans nos familles
de généreuses et solides vocations,
pour l’Eglise et pour la patrie,
dépouillées de toute ambition personnelle et de tout carriérisme,
de tout esprit de puissance et de lucre,
qui se dévoueront sans compter au bien spirituel et éternel de ce peuple dont Vous devez rester à jamais le Roi!

Par la continuelle intercession de Sainte Jeanne d’Arc,
qui jamais ne douta et resta toujours surnaturellement confiante dans l’adversité,
nous Vous supplions encore, ô Jésus :
délivrez-nous de toute désespérance,
mais rendez à Votre France son zèle et sa pugnacité,
sa ferveur et son enthousiasme,
pour combattre les démons de l’impiété et de la luxure,
de l’égoïsme et du mensonge
qui tiennent notre société en esclavage depuis près de deux siècles!

A la prière de Sainte Jeanne d’Arc,
donnez-nous, ô Jésus, le courage d’entrer dans les voies de la pénitence,
du recours confiant à Votre miséricorde,
de la réparation et du vrai renouveau!
Augmentez notre foi dans Votre Saint Évangile
et dans la doctrine traditionnelle de Votre Sainte Église,
qui, depuis deux mille ans, a uni les esprits, les cœurs, les familles et les nations!

A l’exemple de Sainte Jeanne d’Arc,
qui fit peindre sur son étendard Votre Saint Nom avec celui de Marie, Votre Mère,
et rendit son dernier soupir en criant une dernière fois Votre Nom béni,
donnez-nous, ô Jésus, un fervent esprit de prière et de constant recours à Votre sainte grâce,
pour que Votre Esprit Paraclet habite en nous, agisse en nous et oeuvre à travers nous!

Enfin, par les mérites du sacrifice de Sainte Jeanne d’Arc,
uni à Votre Saint Sacrifice du Calvaire, sans cesse renouvelé à l’autel de la Messe,
faites paraître, nous Vous en supplions,
ce monarque sacré que Vous nous avez promis par la bouche de tant de Vos saints,
afin qu’il renoue et revivifie l’alliance sainte conclue jadis dans les eaux baptismales de Reims
et rende à Votre peuple de France sa joie et son salut!

Ainsi soit-il!

(Prière composée par Frère Maximilien-Marie – reproduction autorisée à condition d’en mentionner la source)

 Jeannne d'Arc dans Nos amis les Saints

cantique-ste-jeanne-darc-pere-doncoeur neuvaine dans Prier avec nous

* * * * * * *

Sur les routes où nous chantons, 
Fais-nous joyeux, ô fière Jeanne ! 
De ton rire insolent et frais 
Tu fis pâlir les soudards anglais. 
Tu aimas les joyeux garçons 
Purs et hardis à tenir campagne ; 
Sur les routes où nous chantons, 
Fais-nous joyeux, ô fière Jeanne ! 

Sur les routes où nous peinons, 
Fais-nous plus durs, ô rude Jeanne ! 
Au grand trot de tes noirs coursiers 
Tu entrainas princes et Routiers. 
Sous l’effort quand nos corps ploieront, 
Garde nos cœurs de ces pleurs de femmes. 
Sur les routes où nous peinons, 
Fais-nous plus durs, ô rude Jeanne ! 

Sur les routes où nous luttons 
Fais-nous vainqueurs, ô forte Jeanne ! 
Dans l’effroi des sanglants combats 
Tu bondissais devant tes soldats. 
Sur tes pas, quand nous nous battrons, 
Nous saurons bien forcer les victoires. 
Sur les routes où nous luttons 
Fais-nous vainqueurs, ô forte Jeanne ! 

Sur les routes où nous mourrons, 
Emporte-nous, ô sainte Jeanne ! 
De la cendre de ton brasier 
Tu t’envolas en plein ciel de mai. 
De nos corps qui défailleront 
D’un vif élan fais jaillir nos âmes. 
Sur les routes où nous mourrons, 
Emporte-nous, ô sainte Jeanne!

blasonjdarc Père Doncoeur dans Vexilla Regis

1...9091929394...116

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi