Archive pour la catégorie 'Nos amis les Saints'

2018-44. Après le 3ème pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay : 2ème partie.

Jeudi dans l’octave de la Pentecôte, 24 mai 2018 ;
7ème anniversaire de la première Sainte Messe célébrée au Mesnil-Marie (cf. > ici) ;
Anniversaire du commencement du massacre des religieux otages des communards en 1871 (cf. > ici).

Notre-Dame du Puy - Vierge Noire - 12 mai 2018

Notre-Dame du Puy :
Vierge Noire, copie du XVIIème siècle de la statue offerte par Saint Louis brûlée le 8 juin 1794,
couronnée le 8 juin 1856 au nom du Bienheureux Pie IX

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans la première partie de mes quelques considérations consécutives au troisième pèlerinage légitimiste « pour le Roi et la France » organisé par la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, je vous faisais part de cinq raisons principales pour lesquelles il convient par-dessus tout que se pèlerinage se perpétue et prenne de l’ampleur précisément en ce lieu (cf. > ici).
Si vous le voulez bien, je vais maintenant développer à votre intention deux autres points de mes réflexions relatives à ce pèlerinage des 11 et 12 mai dernier : cela a trait à sa qualité spirituelle et à l’esprit particulier qui y a présidé.

  • B – Un pèlerinage d’une grande densité spirituelle :

Il importe d’abord de souligner qu’en fixant le pèlerinage annuel de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay aux vendredi et samedi dans l’octave de l’Ascension, ses fondateurs l’ont placé, et cela n’a rien d’un hasard, au commencement de la neuvaine préparatoire à la Pentecôte, c’est-à-dire dans le moment particulièrement intense où la Sainte Eglise, avec les Apôtres et les disciples, se retrouve dans « la chambre haute » – le Cénacle – autour de Notre-Dame, afin d’être entraînée par elle dans la prière, afin de se préparer à l’irruption du divin Paraclet, afin d’être enrichie par une nouvelle plénitude du Don septiforme.
La « Chambre angélique », puisqu’il se faut bien souvenir que tel est le nom propre donné par les âges de foi à l’insigne cathédrale du Puy édifiée sur les hauteurs du Mont Anis, est une bien belle figuration de cette « chambre haute » désignée par le livre des Actes des Apôtres : les grands escaliers ou les ruelles pentues de la vieille ville qu’il faut nécessairement gravir pour entrer dans le sanctuaire vénéré sont bien le signe réel et le symbole expressif de la hauteur surnaturelle de ce lieu choisi et désigné par la Très Sainte Vierge Marie elle-même pour y dispenser les grâces que le Saint-Esprit, son divin Epoux, veut répandre par sa médiation, par son intercession.
Ainsi donc, tant par le lieu que par la période de l’année liturgique où il est établi, ce pèlerinage légitimiste est providentiellement fixé dans une dimension d’une portée symbolique et prophétique dont nous ne cesserons pas, à l’avenir, d’approfondir la richesse.

Ajoutons à cela, malgré certes des imperfections et d’évidentes nécessités d’amélioration dont les organisateurs ont conscience et qu’ils s’efforcent de résoudre chaque année, la rare qualité des célébrations liturgiques et l’excellence des enseignements donnés lors des conférences : il convient au premier chef d’en remercier nos chanoines, nos abbés, les lévites et servants d’autel, qui apportent un si grand soin aux cérémonies ; il convient ensuite d’en savoir gré aux intervenants qui ont approfondi avec une érudite méticulosité les sujets qu’ils ont traités.

A la clef, j’ai pu entendre ou lire les témoignages de plusieurs personnes qui ont signifié à Frère Maximilien-Marie que ces deux jours de pèlerinage légitimiste au Puy avaient porté des fruits de grâce tels qu’il leur semblait avoir accompli une semaine complète de retraite et qu’elles avaient eu bien du mal à « aterrir » lors de leur retour dans le quotidien, et même plusieurs jours après encore…

Qu’à Dieu Notre-Seigneur et à Notre-Dame en soient toute la gloire et notre vive action de grâces !

Encensement de la Vierge Noire

Encensement de la Vierge Noire
dans l’insigne cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation du Puy
le samedi 12 mai 2018

  • C – Une véritable réunion de famille :

Enfin, il est un autre écho qui est parvenu de divers côtés à mes oreilles et qui se trouve excellemment résumé par ces lignes touchantes qu’un pèlerin a adressées à Frère Maximilien-Marie : « Si je devais retenir un mot de ce séjour, c’est celui que vous avez judicieusement prononcé, cher Frère Maximilien, et qui résume parfaitement ces journées, c’est le mot « FAMILLE ». Ceci est tellement vrai que, le moment venu, il était difficile de se séparer, le hall du Grand Séminaire se transformant en quai de gare… »
Ce n’est en effet pas un propos en l’air d’affirmer que l’esprit qui a présidé à ce pèlerinage a été un esprit de famille : celui de la famille légitimiste.
Un autre pèlerin confiait à Frère Maximilien-Marie qu’il avait eu l’évidence spirituelle de se trouver comme à une grande réunion de famille : ces « cousinades » qui sont à la mode et qui permettent de réunir pendant une journée ou deux tout ce qu’il est possible des descendants d’une même lignée, pour re-former ou reserrer des liens que les circonstances de la vie auraient tendance à distendre. Il y a des cousins que l’on connaît plus que d’autres, certains que, en raison simplement parfois de la proximité géographique, l’on côtoie plus fréquemment, et il en est d’autres que l’éloignement ne permet pas de connaître aussi bien qu’on le souhaiterait. Ainsi en est-il de la Légitimité, ainsi en est-il de l’UCLF, ainsi en est-il de la Confrérie Royale et de ses sympathisants.
Ce sentiment était renforcé par la présence de familles ou de plusieurs membres de mêmes familles naturelles, et de la présence de pèlerins de toutes les générations, mais cela a également une autre cause, qui 
a été justement soulignée par Frère Maximilien-Marie dans son intervention du samedi matin 12 mai, comme l’évoquait la citation faite ci-dessus.

Bien sûr, et ce ne sont pas de vains mots, la monarchie capétienne traditionnelle réalise (et ce mot signifie : rend réel, concret, incarné dans les choses) un système politique au sommet duquel se trouve la figure du Père.
Le Roi est père de son peuple, et le Royaume est la famille des familles. Le droit naturel et divin qui régit la royauté monarchique légitime est l’extension dans l’ordre social du droit naturel et divin qui régit les familles.
De fait, lorsque les légitimistes sont réunis, même si le Roi n’est pas physiquement présent, on peut dire qu’il exerce cependant à cet endroit-là une présence spirituelle prépondérante qui est exactement du même ordre que ce qui réunit ontologiquement des frères de sang lorsqu’ils se retrouvent.
Mais il convient d’aller plus loin encore.
Qu’est-ce qui caractérise une famille ?
Ce sont, cela a été dit ci-dessus, les liens du sang.
Or, on peut très légitimement (!) parler de la famille légitimiste, parce que ce sont de véritables liens du sang qui en unissent les membres : premièrement parce que chrétiens et catholiques, sujets du Roi Très Chrétien, ils sont nourris de la Sainte Eucharistie qui fait couler en eux substantiellement le Sang Précieux de l’Agneau rédempteur ; mais encore et aussi, parce que le sang sacré de deux Rois martyrs – Louis XVI et Louis XVII -, d’une Reine et d’une Fille de France guillotinées, et d’innombrables martyrs de la révolution persécutrice coule spirituellement en eux, les fait vivre, anime leurs engagements et leur espérance, eux qui sont les successeurs et les héritiers du combat contre-révolutionnaire.

Icône des martyrs royaux filigranée 421x600

La sainte icône de nos Souverains Martyrs
bénite lors du premier pèlerinage légitimiste au Puy
à l’occasion du Grand Jubilé de l’an de grâce 2016
(voir > ici)

Voilà donc, chers Amis, quelques réflexions que je tenais à partager avec vous, dans l’action de grâces et dans un zèle renouvelé et stimulé à la suite de ce troisième pèlerinage de la Légitimité organisé au Puy-en-Velay par la Confrérie Royale.

Souhaitons maintenant que ce pèlerinage connaisse de nouveaux développements et prions ardemment pour cela.

Lully.

Retenez dès à présent les dates du 4ème pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, pour le Roi et la France :
il commencera au soir du jeudi de l’Ascension 30 mai 2019, et se poursuivra dans la journée du vendredi 31 mai – fête de Marie Reine – , pour s’achever en début d’après-midi le samedi 1er juin, nous permettant d’inaugurer magnifiquement le mois du Sacré-Coeur de Jésus.
Notez dès à présent ces dates et réservez-les !

Bannière de la Confrérie Royale à la cathédrale du Puy

La bannière de la Confrérie Royale quittant la cathédrale du Puy
pour y revenir en tête de pèlerins toujours plus nombreux…

2018-43. Après le 3ème pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay : 1ère partie.

Mercredi des Quatre-Temps d’été 23 mai 2018.

Sortie de la cathédrale samedi 12 mai 2018

Les pèlerins au sortir de la cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation du Puy-en-Velay
le samedi 12 mai 2018 après la cérémonie de réception dans la Confrérie Royale.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dix jours après la conclusion du troisième pèlerinage organisé par la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, « pour le Roi et la France », et alors que Frère Maximilien-Marie a, dès le soir du 12 mai, publié sur les deux blogues de la Confrérie Royale un billet d’action de grâces (cf. > ici ou > ici), je veux à mon tour revenir sur cet événement, et y ajouter quelques commentaires.
En outre, j’ai eu le temps de recueillir plusieurs échos de participants à ces journées, et cela n’a pas manqué d’alimenter ma réflexion.

Procession vers la cathédrale

Les pèlerins de la Légitimité en procession vers la cathédrale

  • A – Le Puy-en-Velay, lieu suréminemment idéal pour un pèlerinage légitimiste :

Bien sûr, il y a sur tout le territoire du Royaume de France une très impressionnante quantité de lieux de pèlerinage et de sanctuaires qui sont intimement liés à notre histoire, à notre histoire catholique et royale, aux grâces de prédilection que le Roi du Ciel a accordées à ce Royaume des Lys, par Sa Très Sainte Mère ou par Ses saints.
Bien sûr, il ne s’agit pas ici d’engager une « guerre des Madones » en opposant une basilique à une autre, un vocable à un autre, une représentation de Notre-Dame à une autre…
Néanmoins il faut bien réaliser que le Puy-en-Velay est un lieu suréminemment idéal pour un pèlerinage légitimiste reconduit d’année en année, 1) en raison de son antiquité, 2) en raison de la place particulière qu’il a eu dans la dévotion royale, 3) en raison de la situation et de la grâce unique de cette cité, 4) en raison de la place qu’a tenu ce sanctuaire dans la mystique contre-révolutionnaire, et 5) en raison l’accueil que l’on peut qualifier d’officiel qui y est réservé aux pèlerinages de la Confrérie Royale.

A 1 – En raison de son antiquité :
Selon la Tradition, authentifiée par le Saint-Siège en de nombreuses occasions (par exemple pour les leçons de matines dans les bréviaires du diocèse antérieurs à la révolution liturgique), la Très Sainte Mère de Dieu est apparue ici d’abord en l’an 45 de notre ère, sous le pontificat de Saint Georges, premier évêque du Velay qui avait été envoyé par Saint Pierre, puis une seconde fois en l’an 225. Il s’agit donc de la plus ancienne de toutes les apparitions de la Madone sur le sol de ce qui deviendra la France.
Beaucoup de catholiques et de Français l’ignorent malheureusement aujourd’hui (d’autant plus que, au mépris des traditions les plus solidement établies, la « version officielle » actuellement distillée mentionne cette apparition au conditionnel et la situe au Vème siècle !!!). Dans le combat contre-révolutionnaire qui s’impose aujourd’hui, il importe de réaffirmer non seulement par les paroles et les écrits la tradition authentique, mais en outre il sied de la faire revivre plus intensément par nos pèlerinages qui renouent avec la procession vingt fois séculaire des pèlerins qui ont accouru ici de toutes les provinces du Royaume, et de bien au-delà.

Aux pieds de la Vierge Noire le 12 mai 2018

Les pèlerins de la Légitimité aux pieds de la Vierge Noire
dans la cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation le samedi 12 mai 2018

A 2 – En raison de la place particulière que ce sanctuaire a eu dans la dévotion royale :
L’un de nos bons abbés, présent lors de tous les pèlerinages qu’a organisés la Confrérie Royale au Puy, a pu cette année, dans une communication aussi savante et bien documentée que fervente et pieuse, dérouler sous les yeux de ses auditeurs la frise magnifique des vingt souverains qui, de Dagobert 1er (au milieu de la 1ère moitié du VIIème siècle) jusqu’à Alphonse II (le 25 août 1979) sont venus se prosterner ici devant la Reine du Ciel.
Quel est le sanctuaire qui a vu autant de nos Rois pèlerins ?
Sans omettre de signaler la dévotion très particulière de Saint Charlemagne, de Saint Louis et de Charles VII pour la Madone du Puy, ni les faveurs royales accordées au sanctuaire par des souverains et princes qui, s’ils n’y purent venir, ne manquèrent cependant pas, de loin, d’honorer et de maintenir les privilèges de ce haut-lieu spirituel unique.

A 3 – En raison de la situation et de la grâce unique de cette cité :
Si l’on ne se rend pas aussi aisément au Puy qu’à Paris, surtout lorsque l’on part de provinces éloignées telles que la Lorraine, l’Artois, la Bretagne, la Normandie, la Guyenne ou le Roussillon, la situation géographique de l’antique cité des Vellaves demeure néanmoins assez centrale et ne nécessite jamais plus de 12 h de route. Je sais bien qu’il y en a qui voudraient toujours tout avoir juste à côté de chez eux et sans effort ; toutefois les Légitimistes – du moins osé-je l’espérer ! – n’appartiennent pas à la race des « ramollos » mais à celle des intrépides, des ardents, des preux, des chouans que la difficulté stimule bien plus qu’elle ne les abat…
Et il faut ajouter qu’il règne au Puy-en-Velay une atmosphère unique : tout concourt ici à donner à l’âme de profondes et durables impressions.
Quand je dis « tout », c’est véritablement « tout » : le cadre naturel, prodigieusement façonné par les volcans ; l’architecture particulière et audacieuse de la cité ; le sentiment de croiser les siècles passés, vivants, à chaque coin de rue ; l’imprégnation spirituelle – qui demeure palpable malgré la déchristianisation, la sécularisation et la profanation -, résultat de longs siècles de ferveur religieuse pendant lesquels de pieux fidèles, de ferventes moniales, des religieux héroïques et sacrifiés, de grands prélats, ainsi que de nombreux saints, ont en quelque sorte durablement ensemencé la grâce divine dans une « ville sainte », si bien que lorsqu’une âme bien disposée arrive au Puy, de nos jours encore, elle éprouve tout-à-la-fois le sentiment d’un dépaysement et celui de revenir dans la maison ancestrale et familière qu’elle n’eût jamais dû quitter : la Chrétienté !

Vue générale du Puy-en-Velay

Le Puy-en-Velay : vue générale depuis le parvis du sanctuaire de Saint-Joseph de Bon-Espoir à Espaly-Saint-Marcel

A 4 – En raison de la place qu’a tenu ce sanctuaire dans la mystique contre-révolutionnaire :
Le Puy est une cité éminemment contre-révolutionnaire.
- Contre-révolutionnaire, parce que c’est le premier et le plus antique de tous les lieux connus d’apparition mariale sur le sol de ce qui deviendra la France, le premier et le plus antique de tous les lieux du futur Royaume des Lys où la Très Sainte Mère de Dieu a demandé que l’on mît à part un lieu pour qu’il lui fût dédié, le premier et le plus antique des sanctuaires consacrés par les Anges eux-mêmes. Or Saint Michel et ses anges, dans le combat qui eut lieu dans le ciel aux commencements du monde, et Notre-Dame dans le « Fiat » de sa bienheureuse Annonciation, sont les chefs de file de la lutte victorieuse contre le premier de tous les révolutionnaires : Lucifer, l’ange révolté, l’inspirateur et le soutien de tous les révolutionnaires.
- Contre-révolutionnaire, parce que c’est là que la vierge guerrière de Donremy, au commencement de sa mission manda sa mère et ses frères pour la représenter au Grand Jubilé du Vendredi Saint 1429, afin d’obtenir de la Vierge du Puy toutes les grâces qui permettraient de rendre le Royaume à son Roi légitime, si bien que – en le préservant de la domination des Godons – il serait aussi préservé de l’hérésie au siècle suivant.
- Contre-révolutionnaire, parce que le dernier évêque-comte du Velay, Son Excellence Monseigneur Marie-Joseph de Galard de Terraube (1735-1804), fut l’un des plus lucides et des plus courageux parmi les évêques d’Ancien Régime, et qu’avant d’être contraint à l’exil il organisa admirablement la résistance de son clergé et de ses fidèles contre la révolution et contre la « constitution civile du clergé », de sorte que, malgré la persécution, la spoliation et la profanation de la cathédrale, le Velay fut une terre exemplaire de fidélité catholique et royale pendant la tourmente.
- Contre-révolutionnaire, parce que, dès 1790 puis en 1792, l’abbé Claude Allier, initiateur des Camps de Jalès (cf. > ici) et le comte de Saillans (cf. > ici), soutenus par les Princes en exil, voyaient prophétiquement dans la ville du Puy le point de ralliement, tant au point de vue spirituel qu’au point de vue stratégique, à partir duquel une « grande armée catholique et royale d’Orient » pourrait se former et marcher sur Paris pour rendre au Roi son trône de droit divin, et – ce faisant – rendre à l’Eglise et aux peuples de France leur protecteur naturel et le garant de leurs libertés.

Statue de Sainte Jeanne d'Arc cathédrale du Puy

Cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation du Puy-en-Velay :
détail de la statue de Sainte Jeanne d’Arc.

A 5 – En raison l’accueil que l’on peut qualifier d’officiel qui y est réservé aux pèlerinages de la Confrérie Royale :
Fondée le 25 août 2015, en la fête de Saint Louis et en l’année du troisième centenaire de la mort du Grand Roi, la Confrérie Royale s’est aussitôt employée à organiser un pèlerinage « pour le Roi et la France », conjointement avec l’UCLF, à l’occasion du Grand Jubilé du Puy pour l’an de grâce 2016 (cf. > ici).
L’accueil sympathique et la bénédiction accordés à ce pèlerinage, officiellement légitimiste, par Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Puy, le message officiel adressé par Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX, message dont la teneur n’est pas simplement circonstantielle mais pérenne (cf. > ici), ainsi que de grandes grâces obtenues lors de ce pèlerinage jubilaire (par exemple > celle-ci), ont convaincu les fondateurs de la Confrérie Royale de reconduire d’année en année ce pèlerinage légitimiste auprès de Notre-Dame du Puy. Ainsi, de la même manière qu’il y a tous les ans un pèlerinage légitimiste à Sainte-Anne d’Auray le dernier dimanche de septembre, il y a désormais tous les ans un pèlerinage légitimiste les vendredi et samedi qui suivent l’Ascension, au Puy-en-Velay. Il faut absolument que tous les légitimistes le considèrent comme une institution et une date majeure de leur calendrier.
Cette décision de reconduire chaque année le pèlerinage au Puy « pour le Roi et la France » a été accueillie avec bienveillance et respect par les autorités diocésaines (cf. > ici), auxquelles nous voulons témoigner de la plus profonde gratitude, et cela aussi constitue un élément important qu’il faut noter et appécier dans toute sa consistance et sa valeur surnaturelle.

J’aurais encore plusieurs choses à vous livrer au sujet de ce pèlerinage, mais ce sera pour plus tard, car déjà ce soir je vous laisse ample matière à réflexion…

Lully. 

A suivre > ici

Le plus jeune pèlerin 6 ans

Le plus jeune des pèlerins de ce 3ème pèlerinage annuel de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay,
âgé de 6 ans, très fier de porter une reproduction de la bannière de Sainte Jeanne d’Arc lors de la procession à la cathédrale.

2018-36. Centenaire de la première Messe de Saint Maximilien-Marie Kolbe.

1918 – 29 avril – 2018

Sant' Andrea delle Fratte - monument commémoratif de la 1ère messe de St Maximilien-Marie

Inscription en italien : « Dans cette chapelle de l’apparition,
Saint Maximilien-Marie Kolbe célébra sa première Messe, le 29 avril 1918 ».
Basilique Sant’ Andrea delle Fratte, Rome.

C’est le lendemain même de son ordination (cf. > ici), c’est-à-dire le lundi 29 avril 1918, que le Père Maximilien-Marie Kolbe célébra sa première Messe.

Profitons-en au passage – en ces temps d’ignorance où l’on a tendance à imaginer que des usages qui n’ont parfois pas plus de deux siècles constituent « la » Tradition de l’Eglise – pour rappeler que cela ne va pas forcément de soi qu’un nouvel ordonné célèbre sa première Messe le lendemain même de son ordination.
Au Moyen-Age ou même encore à l’époque moderne, il n’était pas rare qu’après s’être très longuement et consciencieusement préparés à recevoir le sacrement de l’Ordre, de jeunes prêtres attendissent encore plusieurs jours, voire plusieurs mois, dans une nouvelle étape de préparation spirituelle, avant de monter à l’autel pour y offrir le Saint-Sacrifice pour la première fois. A cet égard, le cas de Saint Ignace de Loyola et de Saint François-Xavier est particulièrement éloquent : c’est pratiquement une année entière après leur ordination (à Venise le 24 juin 1537) qu’ils célébrèrent leur première Messe.  

Sant' Andrea delle Fratte - extérieur

Basilique Sant’Andrea delle Fratte : vues extérieure et intérieure

Sant' Andrea delle Fratte - intérieur

Pour un jeune prêtre fervent et zélé, le choix du lieu de sa première Messe peut être revêtu d’un caractère symbolique fort. Ce fut bien le cas du tout jeune Père Maximilien-Marie Kolbe qui élut pour cette célébration la basilique de Sant’ Andrea delle Fratte.

Située dans le rione de Colonna, à deux pas de la place d’Espagne et de l’église de la Trinité des Monts, derrière le palais de « la Propaganda », cette église reconstruite à partir de la fin du XVIème siècle, présente toutes les caractéristiques du baroque romain, d’autant que les fameux architectes rivaux, Le Bernin et Borromini, y ont l’un et l’autre laissé leur empreinte.

Mais ce ne sont pas ses particularités artistiques qui avaient décidé du choix de cette église par le nouveau prêtre franciscain, lequel d’ailleurs n’avait pas demandé aux religieux Minimes qui desservent l’église à célébrer à l’autel majeur, mais avait choisi pour sa première Messe l’autel de la deuxième chapelle latérale sur le côté gauche de la nef : autel originellement dédié à l’archange Saint Michel et devenu depuis le 20 janvier 1842 l’autel de « la Madone du miracle« .

C’est très précisément ici que, ce 20 janvier 1842, Alphonse Tobie Ratisbonne, âgé de vingt-huit ans, comme un nouveau Saül, avait été terrassé par la grâce.

Sant' Andrea delle fratte - autel du miracle et de la 1ère messe

Basilique de Sant’ Andrea delle Fratte : autel de « la Madone du miracle ».
Sur l’arcature on lit (en italien) : « Ici apparut la Madone du miracle – 20 janvier 1842″
Devant les pilastres qui séparent cette chapelle latérale des chapelles voisines on voit,
du côté de l’Evangile, le buste d’Alphonse Ratisbonne,
qui fut converti ici par une apparition de la Vierge immaculée le 20 janvier 1842,
et du côté de l’épître le buste de Saint Maximilien-Marie Kolbe qui célébra sa première Messe à cet autel le lundi 29 avril 1918.

20 janvier 1842 – 20 janvier 1917 :
Tous les matins, les jeunes religieux qui suivaient leurs études au Collège Séraphique s’agenouillaient dans la chapelle pour un temps d’oraison en commun. Or ce 20 janvier 1917, le recteur du Collège, dans les indications qu’il donna pour la méditation du matin, n’évoqua pas la figure de Saint Sébastien, dont c’était la fête liturgique et qui est l’un des saints les plus populaires de Rome, mais il entretint les jeunes lévites du septante-cinquième anniversaire de la conversion d’Alphonse Ratisbonne.
Frère Maximilien-Marie avait-il déjà entendu parler de cette conversion spectaculaire ? Rien ne permet de l’affirmer ni de l’infirmer.
Ce qui est certain, c’est que septante-cinq ans après l’événement, son retentissement était véritablement intact et qu’il suscitait enthousiasme et zèle apostolique dans les coeurs catholiques fervents.
On était alors bien loin des coquecigrues et billevesées actuelles, qui ont pour conséquence le refus pratique de travailler à la conversion des Juifs. On rendait alors de sincères et vibrantes actions de grâces à Dieu pour – comme le dit le décret officiel de reconnaissance du miracle – « la conversion instantanée et parfaite d’Alphonse-Marie Ratisbonne du judaïsme ».

Or rien ne prédisposait Alphonse Ratisbonne à embrasser la foi catholique, car il était violemment obstiné dans les erreurs sur le christianisme héritées de son milieu. Rien, sauf le fait que, par convenance mondaine (il n’avait pas voulu froisser des amis catholiques de la meilleure société) et aussi un peu par jeu, il avait accepté de porter la « médaille miraculeuse » et de réciter chaque jour – sans conviction pourtant – le « Memorare ».
Entré dans cette église simplement pour accompagner un ami qui devait y rencontrer un prêtre à la sacristie, il l’attendait en déambulant comme on l’aurait fait dans un cabinet de curiosités. C’est alors que la Vierge immaculée, telle qu’elle est figurée sur la médaille, s’était révélée à ses yeux et que, tombant à genoux, il avait dans un unique et très bref instant connu et compris toutes les vérités de la foi et y avait adhéré. Dix jours plus tard, il recevait le saint baptême indispensable au salut (en ce temps-là on n’opposait pas d’interminables délais à la réception d’un sacrement si nécessaire), était confirmé et faisait sa première communion.

Nul doute que – qu’il la connût auparavant ou pas – cette conversion sensationelle rappelée par le recteur du Collège Séraphique en ce matin du 20 janvier 1917, n’ait compté pour beaucoup dans la maturation du projet de création de la « Militia Immaculatae », qui aboutirait quelque neuf mois plus tard, le 16 octobre 1917 au soir, ainsi que cela a été rapporté > ici.
De fait, le port et la diffusion de la « médaille miraculeuse » sera l’un des points caractéristiques fondamentaux de la Milice.  

Sant' Andrea delle Fratte - Madonne du miracle

Basilique de Sant’ Andrea delle Fratte : tableau de la « Madone du miracle »,
montrant la Très Sainte Vierge Marie dans l’attitude où elle a elle-même voulu être représentée sur la « médaille miraculeuse »,
médaille manifestée à Sainte Catherine Labouré le 27 novembre 1830.

Ainsi, tout est parfaitement ordonné dans la tête du jeune Père Maximilien-Marie Kolbe en ce moment où, devenu prêtre du Christ pour l’éternité, cinq mois et demi après la fondation de la « Militia Immaculatae », il vient célébrer à l’autel de la « Madone du miracle » sa toute première Messe, ce lundi 29 avril 1918 :
- l’autel est celui où la Vierge conçue sans péché est apparue, telle qu’elle est représentée sur la médaille, pour convertir parfaitement un ennemi du Christ Sauveur et de Son Eglise ;
- le formulaire de la Messe qu’il célèbre est celui de la Messe votive de la manifestation de la médaille miraculeuse (que l’on trouve au missel dans les Messes « pro aliquibuis locis » à la date du 27 novembre) ;
- l’intention pour laquelle il offre le Saint-Sacrifice est « la conversion des schismatiques, des non-catholiques et des maçons ».
Décidément, ce jeune prêtre et ardent « chevalier de l’Immaculée » est bien loin de ce faux œcuménisme « à deux balles » qui a prévalu au sein même de l’Eglise depuis quelques décennies !

Le lendemain, mardi 30 avril 1918, le Père Maximilien-Marie Kolbe ira célébrer sa deuxième Sainte Messe à la basilique de Saint-Pierre au Vatican et il l’offrira afin d’obtenir « la grâce  de l’apostolat et du martyre pour moi et pour les frères du collège ».
Ce en quoi, en ce qui le concerne lui-même du moins, il sera exaucé au-delà de tout ce qu’il avait alors sans doute pu imaginer.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Saint Maximilien-Marie Kolbe

Dans les pages de ce blogue vous trouverez aussi :
– Prières en l’honneur de Saint Maximilien-Marie Kolbe ici
– Catéchèse de Sa Sainteté le pape Benoît XVI sur Saint Maximilien-Marie ici
– Récit du martyre de Saint Maximilien-Marie Kolbe ici
– Témoignage d’un rescapé d’Auschwitz sur le martyre de Saint Maximilien-Marie ici
- Centenaire de l’ordination sacerdotale de Saint Maximilien-Marie > ici

– Centenaire de la fondation de la Militia Immaculatae (16 octobre 1917) ici

Publié dans:De liturgia, Memento, Nos amis les Saints |on 29 avril, 2018 |2 Commentaires »

2018-35. Centenaire de l’ordination sacerdotale de Saint Maximilien-Marie Kolbe.

1918 – 28 avril – 2018

Le dimanche 28 avril 1918, qui était cette année-là le quatrième dimanche après Pâques, fut célébrée, à Rome, l’ordination sacerdotale de celui qui deviendrait Saint Maximilien-Marie Kolbe.

Le jeune religieux avait atteint son vingt-quatrième anniversaire le 7 janvier précédent : entré au séminaire franciscain conventuel à l’âge de treize ans, Raimond Kolbe avait reçu, à l’âge de seize ans et demi, le 4 septembre 1910, en même temps que le saint habit, le nom de religion de Frère Maximilien ; deux ans plus tard (1912), il était envoyé à Rome pour ses études : il y resta sept ans.
Docteur en philosophie à l’âge de vingt-et-un ans et neuf mois (22 octobre 1915), il sera également reçu docteur en théologie à l’âge de vingt-quatre ans et demi (22 juillet 1919), juste à la veille de prendre le train pour rentrer dans son pays natal.

Notons au passage cette particularité : par sa naissance en 1894 dans la voïvodie de Lodz, Raimond Kolbe était de fait sujet de Sa Majesté Impériale le Tzar de toutes les Russies ; entré dans un couvent de Galicie – dans l’empire austro-hongrois, parce qu’il n’y avait pas de couvents franciscains pour le noviciat et les études dans l’Empire Russe -, puis placé dans un couvent de Cracovie pour le début de ses études religieuses, tout en restant sujet de l’empereur Nicolas II, c’est avec un des documents administratifs autrichiens qu’il prit la route pour Rome ; enfin, pour son retour, le Père Maximilien-Marie bénéficia de papiers polonais puisque le 11 novembre 1918, après cent-vingt-trois ans de partition entre la Russie, la Prusse et l’Autriche, la Pologne avait été reconstituée  en véritable état indépendant.

Saint Maximilien-Marie Kolbe jeune religieux

Le jeune Père Maximilien-Marie Kolbe

A propos de son accession au sacerdoce, le Père Maximilien-Marie Kolbe écrivit le 26 septembre 1918 à sa mère : « L’ordination sacerdotale est arrivée pour moi à l’improviste ». Cette expression a de quoi surprendre : n’était-il pas à Rome justement afin de s’y préparer au sacerdoce ?
Mais pour quelqu’un qui est bien au courant des usages ecclésiastiques traditionnels, il saute aux yeux que cette date d’ordination présente un caractère insolite : un dimanche – le quatrième après Pâques -, et non à l’occasion d’un samedi des Quatre-Temps, de la fête des Saints apôtres Pierre et Paul ou de quelque autre apôtre (l’usage de célébrer les ordinations le dimanche n’est en effet pas du tout traditionnel mais appartient aux modes qui ont prévalu seulement depuis les réformes postérieures au second concile du Vatican).
Ceci demande donc quelques explications.

Frère Maximilien avait prononcé à la fin du mois de juin 1914 le serment antimoderniste – prescrit par le motu proprio « Sacrorum antistitum » du 1er septembre 1910 (cf. > ici) – nécessaire pour accéder aux ordres sacrés, puis il avait été tonsuré par le cardinal Basil Pompilj, vicaire de Rome, le 28 octobre 1914, en la fête des Saints apôtres Simon et Jude : c’est à cette occasion qu’il rajouta le nom de Marie à celui de Maximilien reçu lors de sa prise d’habit. Quelques jours après, pour la fête de la Toussaint (1er novembre 1914), jour où il fit sa profession perpétuelle, il fut ordonné portier et lecteur par le même cardinal-vicaire ; enfin pour la vigile de Saint André (29 novembre 1914) il reçut les ordres d’exorciste et d’acolyte, toujours des mains du même cardinal.
Il fut ordonné sous-diacre le 16 juillet 1916, en la fête de Notre-Dame du Mont Carmel, et diacre le 28 octobre 1917, à nouveau en la fête des Saints apôtres Simon et Jude.
Mais pour l’ordination sacerdotale, initialement prévue le vendredi dans l’octave de la Pentecôte 24 mai 1918, il y eut des changements qui donnent à l’événement un aspect quasi rocambolesque.

Le Code de Droit Canonique voulu et préparé par le pape Saint Pie X avait été promulgué par son successeur, Benoît XV, le 27 mai 1917 et il devait entrer en vigueur à la Pentecôte 1918 (dimanche 19 mai 1918).
Or en vertu du canon 976, le Code dont les dispositions devraient être mises en application à partir de ce 19 mai 1918 interdisait d’ordonner prêtre un homme qui n’aurait pas atteint le milieu de sa quatrième année de théologie, et le Frère Maximilien-Marie n’en était qu’à la troisième année.

Qu’à cela ne tienne ! Si l’on veut échapper à une loi qui contrarie nos desseins, il n’y a finalement rien de plus simple que de se placer dans un cadre légal où elle n’a pas, ou plus, ou pas encore d’autorité.
Vivement désireux de ne pas retarder l’accès au sacerdoce de plusieurs jeunes lévites franciscains, le recteur du Collège Séraphique (faculté de théologie des Franciscains conventuels à Rome) demanda au cardinal Pompilj que les ordinations fussent avancées à une date précédant la Pentecôte… et le cardinal-vicaire acquiesça à une requête qui ne lui provenait d’ailleurs pas uniquement des franciscains mais également de plusieurs autres supérieurs ecclésiastiques.

Le 9 avril, Frère Maximilien-Marie fut informé qu’il devait se préparer aux examens finaux en vue du sacerdoce qui allaient donc être anticipés eux aussi ; examens auxquels il fut reçu, évidemment.
Le 20 avril, il commença les exercices spirituels de préparation à l’ordination.

Basilique Sant'Andrea della Valle

Rome : basilique Sant’ Andrea della Valle.
Edifiée de 1591 à 1663, elle est l’une des plus grandes églises de Rome après la basilique vaticane.
C’est l’église de la maison-mère de l’Ordre des Théatins.
C’est dans cette basilique que fut ordonné prêtre Saint Maximilien-Marie Kolbe.

Au matin du dimanche 28 avril 1918, en la basilique de Sant’ Andrea della Valle, au milieu d’une centaine d’autres ordinands, séculiers et réguliers de tous ordres et de tous pays, Frère Maximilien-Marie devint pour l’éternité prêtre de la Sainte Eglise Catholique.

On notera qu’à l’heure du sacrifice, lorsque le Lagerführer d’Auschwitz lui posera la question : « Qui es-tu ? », le Père Maximilien-Marie répondra simplement par ces deux mots : « Prêtre catholique ».
Au moment de rendre le témoignage suprême, la seule identité qu’il a mise en avant fut celle de son sacerdoce.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Basilique Sant' Andrea della Valle intérieur

Basilique sant’Andrea della Valle : intérieur.
Un décor fait pour magnifier la grandeur du Saint Sacrifice de la Messe
et la beauté du sacerdoce catholique.

Basilique Sant' Andrea della Valle sanctuaire

Basilique sant’Andrea della Valle : le sanctuaire.
Les trois panneaux peints qui l’ornent sont l’œuvre du napolitain Mattia Preti (1613-1699)
et représentent des scènes du martyre de l’apôtre Saint André, titulaire de cette église.

A suivre :
Centenaire de la première Messe de Saint Maximilien-Marie Kolbe > ici.

Dans les pages de ce blogue vous trouverez aussi :
- Prières en l’honneur de Saint Maximilien-Marie Kolbe > ici
- Catéchèse de Sa Sainteté le pape Benoît XVI sur Saint Maximilien-Marie > ici
- Récit du martyre de Saint Maximilien-Marie Kolbe > ici
- Témoignage d’un rescapé d’Auschwitz sur le martyre de Saint Maximilien-Marie > ici
- Centenaire de la fondation de la Militia Immaculatae (16 octobre 1917) > ici

palmes

Publié dans:De liturgia, Memento, Nos amis les Saints |on 27 avril, 2018 |4 Commentaires »

2018-31. Pèlerinage en l’honneur de Sainte Roseline de Villeneuve.

6ème partie du récit du Maître-Chat Lully
relatant
la Semaine Sainte à La Garde-Freinet :

Pèlerinage en l’honneur de Sainte Roseline de Villeneuve :

Mardi 17 avril 2018 ;
Fête de Saint Robert de Turlande, abbé ;
Mémoire de Saint Anicet, pape et martyr.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Il est temps que je poursuive la narration de ce qui s’est passé à l’occasion de cette belle Semaine Sainte en Provence, et, après le récit de la visite à nos amis Messieurs les Chanoines de Saint-Remi (cf. > ici), que je vous raconte le pèlerinage qui fut accompli auprès de Sainte Roseline de Villeneuve, aux Arcs-sur-Argens.
C’était le mercredi saint 28 mars.

A – Qui est Sainte Roseline de Villeneuve ?

Fille d’Arnaud II de Villeneuve et de Sybille de Burgolle de Sabran, Roseline (en latin « Rossolina » mais en provençal « Roussouline ») aînée de six enfants, naquit le 12 janvier 1263 au château des Arcs (aujourd’hui les Arcs-sur-Argens).
Les familles de Villeneuve et de Sabran sont au nombre des principales familles nobles de Provence, tant par leur ancienneté, leur origine, leurs alliances et les services qu’elles rendirent.
Par sa mère, Roseline est cousine de Saint Elzéar de Sabran (1285-1323), de 22 ans son cadet mais qui décèdera 6 ans avant elle.

Roseline fut imprégnée d’un profond esprit évangélique dès son enfance, du fait d’une éducation profondément et authentiquement chrétienne, mais aussi en raison d’une prédilection divine manifestée dès avant sa naissance.
Pendant sa grossesse, sa mère avait entendu une voix lui dire : « Tu enfanteras une rose sans épine, une rose dont le parfum embaumera toute la contrée », et l’on raconte qu’un doux parfum de rose l’enveloppait souvent.
Elle faisait preuve d’une grande sollicitude envers les pauvres et leur distribuait d’abondantes aumônes sous forme de vivres, ce qui mettait à mal les réserves du château. Son père la réprimanda à plusieurs reprises pour ces largesses qu’il considérait comme exagérées, mais Roseline, mue par une ardente charité, considérait qu’il était plus important de nourrir les pauvres que de conserver d’abondantes réserves. Un jour où elle était âgée d’une douzaine d’années, elle se fit surprendre par son père alors qu’elle avait rempli son tablier de pains pris à la cuisine. « Que portes-tu là ? » lui demanda-t-il. Toute rougissante, elle répondit : « Ce sont des roses, père » ; et dépliant son tablier, elle laissa échapper une brassée de roses des plus odorantes.
Cet épisode connu sous le nom de « miracle des roses » eut lieu en plein mois de janvier ; cela convainquit Arnaud II que la main de Dieu reposait sur sa fille. Le souvenir de cet événement subsiste aujourd’hui dans les lieux, puisque dans les ruines du château des Arcs on montre la « porte du miracle », à côté du donjon.

Miracle des roses - Ste Roseline - retable chapelle Sainte-Roseline 1635

Statue de Sainte Roseline rappelant le miracle des roses
(statue du retable principal réalisée en 1635, dans la chapelle Sainte-Roseline – Les Arcs)

A l’âge de 15 ans (en 1278), Roseline entra à la chartreuse de Saint-André-de-Ramières, près de Prébayon, au pied du mont Ventoux. Puis elle fut envoyée, pour continuer son noviciat, à la chartreuse Notre-Dame de Bertaud près de Gap.
Elle fut admise à la profession religieuse à la Noël 1280, quelques jours avant son dix-huitième anniversaire.

Alors qu’un soir, elle était chargée de préparer le repas de la communauté, elle tomba en extase : Notre-Seigneur se tenait près d’elle et elle s’entretint avec lui « dans le doux secret de son cœur », ainsi que le rapporte la chronique...
Mais quand la communauté entra au réfectoire, rien n’était prêt. La prieure était sur le point de réprimander Soeur Roseline, quand apparurent des anges qui dressèrent les tables et y disposèrent la nourriture.
Ce miracle inspira à Marc Chagall une mosaïque qui occupe tout une travée de la chapelle Sainte-Roseline : « le repas des anges »

Mosaïque de Marc Chagall

Marc Chagall : « le repas des anges » (1975)
Chapelle Sainte-Roseline, les Arcs-sur-Argens

En 1285, Soeur Roseline est appelée à la chartreuse de la Celle-Roubaud, proche des Arcs, dont l’une de ses tantes, Jeanne de Villeneuve, était la fondatrice et la prieure.
A la mort de cette dernière, en 1300, Soeur Roseline est élue pour lui succéder et elle exercera cette charge priorale pendant 28 ans.
Elle reçut la consécration abbatiale de Jacques d’Euse, évêque de Fréjus, futur pape Jean XXII.

Bien que soumise à une clôture stricte, Roseline garde un continuel souci pour les pauvres et les nécessiteux. A la porte du couvent, les malheureux sont toujours accueillis comme Notre-Seigneur Lui-même et ils reçoivent nourriture, vêtements, paroles d’encouragement et de consolation.

Le plus célèbre des nombreux miracles qui lui sont attribués est celui de la libération de son frère Henrion, commandeur des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem : en 1310 il était tombé aux mains des Sarrasins et se trouvait emprisonné sur l’île de Rhodes.
Par la puissance de sa prière, Roseline fit tomber ses chaînes et il fut transporté miraculeusement en Provence.

En 1328, Mère Roseline, usée par les responsabilités de sa tâche et par ses mortifications, se démet de la charge priorale en demandant à redevenir simple religieuse.
Elle meut moins d’un an après, le 17 janvier 1329, âgée de 66 ans.

B – Miracles de Sainte Roseline :
conservation miraculeuse de son corps et de ses yeux.

Dès l’annonce de sa mort, de nombreux pèlerins affluent et des miracles se produisent, en particulier des guérisons de paralytiques et d’aveugles.
Ensevelie dans le cimetière du couvent, la dépouille mortelle exhalait depuis sa tombe une puissante odeur de rose : le pape Jean XXII chargea donc Elzéar de Villeuneuve, frère de la sainte et évêque de Digne, de présider à l’exhumation de son corps et de le transférer dans le cloître : il apparut parfaitement conservé, et ses yeux avaient même gardé tout leur éclat, comme s’ils étaient vivants.

D’autres translations eurent lieu (en 1344 et en 1360), puis le corps fut caché par les moniales à l’occasion des troubles de la guerre de cent-ans. Tellement bien caché qu’on perdit le souvenir du lieu où il avait été mis à l’abri !
Deux-cent-quatre-vingt ans plus tard, Sainte Roseline se manifesta elle-même à un aveugle pour lui révéler l’endroit où reposait son corps et, en signe de la vérité de cette apparition, elle lui rendit la vue : la redécouverte du corps toujours intact de Sainte Roseline donna lieu à une nouvelle translation, le 20 octobre 1657.
Le miracle de l’éclat vivant des yeux de Sainte Roseline entraîna la décision de les conserver à part, dans une boite d’argent, tandis que le corps incorrompu était renfermé dans une châsse de bois.

Reliquaire des yeux de Sainte Roseline

Reliquaire des yeux de Sainte Roseline :
monstrance du XIXe siècle, chef-d’œuvre d’Armand Caillat grand prix de l’exposition universelle de Paris en 1889,
dans lequel se trouve la boite d’argent du XVIIème siècle, scellée, où sont enfermés les yeux de Sainte Roseline ;
cette boite d’argent a, sur le devant, la forme d’un masque percé de deux ouvertures laissant apparaître les yeux.

Le 21 février 1660, Louis XIV, accompagné de sa mère la Reine Anne d’Autriche, se rendit à Cotignac pour y rendre grâce de sa naissance (puisque la chapelle de Notre-Dame de Grâces de Cotignac avait été l’un des trois sanctuaires désignés par la Sainte Mère de Dieu au Frère Fiacre de Sainte-Marguerite, en 1637, pour l’accomplissement des neuvaines par lesquelles sa naissance avait été obtenue).
Entendant parler du miracle de la conservation des yeux de Sainte Roseline, le Grand Roi dépêcha aux Arcs son médecin personnel – Antoine Vallot – pour en vérifier l’authenticité. C’est lui qui, pour s’assurer qu’il n’y avait point de supercherie et qu’il s’agissait bien d’yeux véritables, eut l’idée de percer l’un d’eux avec son stylet : aussitôt l’œil s’obscurcit tandis qu’un liquide s’en échappait.
Voilà pourquoi, de nos jours, dans la monstrance qui les présente aux fidèles, l’oeil gauche de Sainte Roseline est comme desséché.

yeux de Sainte Roseline

Yeux de Sainte Roseline de Villeneuve :
on voit ici, incluse dans le reliquaire d’Armand Caillat, la boite d’argent du XVIIème siècle dont la face présente la forme d’un masque.
L’oeil gauche – donc à droite sur la photo – est celui que le Docteur Vallot a percé en 1660, et se présente sous une forme grisâtre, amorphe et desséchée.
L’œil droit – à gauche sur la photo – dont l’éclat semble encore « vif », semble avoir conservé sa forme mais l’iris est indissociable de la pupille.

D’autres translations eurent lieu, en 1835 et en 1894.
En 1881, le corps ne présentait pas de trace de corruption mais avait subi des dégradations provoquées par des insectes qui s’étaient introduits dans la châsse, dont l’étanchéité n’était pas des meilleures.
En 1894, la situation était si critique qu’une intervention rapide s’imposait. Le travail fut confié au Docteur Pietro Neri qui, après des examens minutieux, conclut que les dommages « n’auraient pas été si grands si le corps n’avait pas été transporté dans une atmosphère pareille où, en raison de puissantes causes, il n’aurait jamais pu à la longue conserver son intégrité ».

Pour sauver ce qui pouvait l’être, le Docteur Neri procéda non pas à un embaumement, comme on le trouve parfois écrit, mais à une véritable restauration. Le squelette lui-même était attaqué : après un énergique traitement contre les parasites, il fallut maintenir ensemble les ossements à l’aide d’une structure metallique, puis, sur ce squelette remis en forme sur lequel il ne restait que très peu de tissus organiques, le Docteur Neri reconstitua un corps modelé en cire d’abeilles donnant l’apparence d’un corps momifié.
De nouveaux travaux de conservation furent à nouveaux pratiqués en 1995 et les examens pratiqués à cette époque ont permis de comprendre et de prendre la mesure de tout ce qu’avait fait le Docteur Neri un siècle plus tôt et au sujet duquel on n’avait finalement peu de détails.
Depuis les travaux de restauration de 1995 et la reconnaissance et l’authentification des restes de Sainte Roseline attestés par l’évêque de Fréjus et Toulon en janvier 1996, la dépouille de Sainte Roseline de Villeneuve est à nouveau exposée dans la chapelle Sainte-Roseline, dans une châsse vitrée.

châsse avec les restes de Sainte Roseline

Châsse exposant la dépouille mortelle de Sainte Roseline de Villeneuve :
c’est-à-dire son squelette sur lequel un corps d’apparence momifié a été reconstitué en cire d’abeilles teinte.

C – La chapelle Sainte Roseline :
des splendeurs baroques dans un austère écrin roman.

Comme je l’ai écrit en commençant ce récit, Frère Maximilien-Marie et ses amis se sont rendus à la chapelle Sainte-Roseline, aux Arcs-sur-Argens, le mercredi saint 28 mars.
A la veille d’entrer dans le Triduum Sacré, c’était un pèlerinage pour demander à cette sainte la grâce de vivre avec ferveur les célébrations du mystère pascal.

La chapelle Sainte-Roseline se trouve dans la campagne, au milieu des vignobles : propriété de la commune des Arcs, elle est attenante aux bâtiments de l’ancienne chartreuse, aujourd’hui appelés « Château Sainte-Roseline », car ils sont pour l’essentiel occupés par une exploitation vinicole qui produit des vins de prestige.

IMG_8817 - Copie

La chapelle elle-même est, pour la plus grande partie, un bâtiment du XIème siècle. A l’origine il y eut ici l’ermitage d’un certain Roubaud : « la Celle-Roubaud », qui est le nom originel du monastère, signifie « la cellule de Roubaud ».

Du XIème au XIIème siècle, ce fut d’abord un monastère de bénédictines.
En 1260, les bénédictines cédèrent la place à un groupe de moniales chartreusines qui essaimaient à partir de la chartreuse Notre-Dame de Bertaud, près de Gap, sous la conduite de Mère Jeanne de Villeneuve, tante de Sainte Roseline.
En 1420, les chartreusines quitteront les lieux et en 1505 des franciscains prendront leur place et mettront le monastère sous le vocable de Sainte Catherine d’Alexandrie.
Ce n’est qu’au XIXème siècle que le nom de « chapelle Sainte-Roseline » s’imposera.

chapelle Sainte-Roseline arrivée

Chapelle Sainte-Roseline, les Arcs-sur-Argens :
l’arrivée à la chapelle depuis la route qui passe en dessous du chevet.

La route qui permet d’arriver à la chapelle Sainte-Roseline passe sur le côté est des anciens bâtiments claustraux, une large voie bordée d’arbres monte depuis la route vers la chapelle : déjà peu visible de loin, on imagine qu’elle l’est encore moins lorsque les feuilles ont poussé.
On longe la façade nord de la chapelle…

chapelle Sainte-Roseline façade nord

Chapelle Sainte-Roseline, façade nord

… pour arriver devant façade principale de l’église : la façade occidentale, puisque l’édifice est correctement orienté.

chapelle Sainte-Roseline façade occidentale

Chapelle Sainte-Roseline, façade occidentale : entrée principale.

Quand on entre dans la chapelle par la porte de cette façade principale, l’oeil est aussitôt ravi par un spectacle sublime : la sobriété de l’architecture romane – massive et austère à l’extérieur, épurée à l’intérieur – est merveilleusement enrichie par les décors baroques des retables dont la luxuriance dorée transporte d’un saisissement qui confine à l’extase.

chapelle Sainte-Roseline vue intérieure générale

Chapelle Sainte-Roseline :
ce qui se découvre au regard dès que l’on franchit le porche d’entrée.

Le cancel (c’est-à dire la clôture du choeur) en bois de noyer daté de 1658, porte des éléments décoratifs qui appartiennent encore au style maniériste, propre à la dernière partie de la renaissance. Les stalles qui se trouvent derrière sont de même style. Au-dessus de la porte se trouve une statuette de Sainte Catherine d’Alexandrie, figurée avec la roue de son martyre : c’est l’une des marques laissées par le vocable donné au couvent par les Franciscains qui ont occupé les lieux à partir du début du XVIème siècle.  

chapelle Sainte-Roseline entrée du choeur

Chapelle Sainte-Roseline : l’entrée du choeur

Quand on franchit la porte du cancel, le sompteux retable baroque du sanctuaire apparaît dans toute sa richesse.
Il est daté de 1635.
Son décor foisonnant d’anges et de colonnes torses surmonté du saint Crucifix, est l’écrin d’une descente de croix du XVème siècle, en bois polychrome.
Les statues de Sainte Catherine d’Alexandrie (du côté de l’Evangile) et de Sainte Roseline (du côté de l’épître) encadrent cette déposition, en dessous de laquelle sont représentées des scènes d’apparition du Christ ressuscité.

chapelle Sainte-Roseline retable

Le grand retable baroque de 1635 dans le sanctuaire.

chapelle Sainte-Roseline panneau central du retable

La déposition de Croix du XVème siècle enchâssée au centre du grand retable de 1635.

Malheureusement, les vandales de « l’après-concile », afin de faire place à un ridicule « autel-face-au-peuple », ont carrément découpé la table de l’autel lui-même pour la réduire au format d’une tablette de quelque 10 cm de large !

Dans une chapelle latérale que l’on ne soupçonne pas lorsque l’on se trouve dans la nef et qui s’ouvre directement sur le côté gauche du sanctuaire, se trouve un retable secondaire, dédié à Saint Antoine de Padoue.
Ce retable, quoique d’une grande simplicité, est lui aussi merveilleusement baroque et sert d’écrin à des oeuvres antérieures, comme la prédelle qui représente des saints de l’Ordre franciscain de par et d’autre d’un Christ de pitié.

Chapelle Sainte-Roseline retable de Saint Antoine de Padoue

Autel de Saint Antoine de Padoue.

Un troisième retable baroque enrichit cette chapelle : il se trouve dans la nef, à main gauche, juste à l’entrée principale.
Il comprend en son centre une merveilleuse Nativité, attribuée à l’école des frères Bréa, peintres niçois du XVIème siècle spécialistes des retables. Certains commentateurs l’attribuent à François Bréa (1495-1562).

chapelle Sainte-Roseline retable de la Nativité

Retable de la Nativité

Les donateurs en prière se trouvent de part et d’autre de Saint Joseph et de Notre-Dame. Juste au-dessus de l’Enfant Jésus est représentée Sainte Roseline, de petite taille, entourée des enfants des donateurs et de petits anges.
Derrière la donatrice est représenté Saint François d’Assise aisément identifiable par les stigmates dont il est blessé.

panneau central du retable de la Nativité

La Nativité, datée de 1541, attribuée à l’école des frères Bréa.

A la fin des années soixante du précédent siècle, la chapelle Sainte-Roseline se trouvait dans un état déplorable, quasi à l’abandon.
C’est le mécénat de Marguerite et Aimé Maeght qui fut à l’origine de sa renaissance et de sa restauration. C’est aussi ce qui explique la présence d’oeuvres contemporaines à l’intérieur de l’édifice : nous avons mentionné plus haut la grande mosaïque de Marc Chagall, mais on trouve aussi là des vitraux de Jean Bazaine et Raoul Ubac ainsi qu’un lutrin en bronze de Diego Giacometti. Mais il faut bien reconnaître que nous n’avons pas plus prêté d’attention à ces représentations d’ « art contemporain » que si elles eussent été totalement invisibles.
En revanche, nous nous attardâmes avec délices à l’examen des ex-votos populaires et naïfs, bien restaurés, qui célèbrent les miracles accomplis par l’intercession de Sainte Roseline et expriment la reconnaissance des bénéficiaires de ces grâces signalées.

L’aboutissement de cette restauration entreprise depuis 1969 a été le classement de la chapelle Sainte-Roseline par les Monuments Historiques, en 1980.

D – L’étole et le manipule des moniales chartreusines.

Il reste à donner quelques explications au fait que, dans sa châsse, le corps de Sainte Roseline, revêtu de l’habit des moniales chartreusines, porte également une étole diaconale, depuis l’épaule gauche vers la hanche droite, et un manipule sur le poignet gauche.

Reliques de Sainte Roseline

Gisant contenant les reliques de Sainte Roseline de Villeneuve :
conformément à la tradition des moniales chartreusines elle porte l’étole diaconale et le manipule.

Il s’agit là d’une coutume particulière des moniales chartreuses – ou chartreusines – : lors de leur consécration (car leur profession religieuse s’accompagne d’un rituel de consécration des vierges qui est une survivance de l’usage antique), elles reçoivent le manipule et l’étole diaconale.
Elles ne les portent ensuite que le jour du cinquantième anniversaire de leur consécration, et elles en sont revêtues sur leur lit de mort avant d’être exposées et ensevelies avec.

Cet usage ne signifie pas du tout qu’elles ont été considérées comme des « diacres féminins » ni même comme des « diaconesses » : ces dernières d’ailleurs – n’en déplaise aux modernistes dont l’ampleur de l’ignorance n’a d’égale que leur empressement à adhérer aux stupidités issues de la contestation des prétendus réformés -, n’ont jamais reçu quelque degré que ce soit du sacrement de l’Ordre.
De très savantes études sur les rituels cartusiens de consécration des vierges ont démontré que la collation de l’étole et du manipule est un usage qui apparaît tardivement – au XVème siècle -, d’abord dans les Flandres, avant de se généraliser progressivement dans tout l’Ordre.
Il est probable que ce privilège fut accordé aux chartreusines par imitation de ceux dont jouissaient quelques (peu nombreux) monastères italiens de contemplatives.

Cela signifie donc que Sainte Roseline, à la fin du XIIIème siècle et au début du XIVème, n’a en réalité jamais porté l’étole ni le manipule, puisqu’ils ne commencent à apparaître dans quelques maisons flamandes de l’Ordre qu’au XVème siècle.
Leur attribution à sa dépouille mortelle constitue donc un fabuleux anachronisme !

L’innovation audacieuse des moniales chartreusines flamandes du XVème siècle n’a bien évidemment jamais constitué une revendication de type féministe à une ordination diaconale, comme cela peut se trouver aujourd’hui au milieu des autres délires de type moderniste ; elle n’est qu’une espèce de représentation symbolique du statut particulier de la femme consacrée à Dieu et ensevelie dans la solitude du désert, désert que veulent reproduire les monastères cartusiens : par l’immolation silencieuse et cachée de sa consécration totale à Dieu, la moniale chartreusine participe à l’immolation du Christ Lui-même, le Christ souverain prêtre, le Christ serviteur (le mot grec « diakonos » signifie « serviteur »), le Christ immolé au service du salut des hommes.

chapelle Sainte-Roseline croix du pignon occidental

Chapelle Sainte-Roseline : croix au faîte du pignon occidental.

A suivre :
Les offices des Ténèbres > ici

2018-24. Vœux de Pâques 2018.

Χριστός Ανέστη !
Αληθώς Ανέστη !

Surrexit Dominus vere !

Le Seigneur est vraiment ressuscité !

CORNELISZ VAN OOSTSANEN, Jacob 1507

L’apparition à Sainte Marie-Magdeleine au matin de Pâques
(Jakob Cornelisz van Oostanen – 1507)

* * *

Saint Jour de Pâques 1er avril 2018,
à La Garde-Freinet.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Certains d’entre vous le savent déjà, mon papa-moine et moi-même n’avons pas passé la Semaine Sainte au Mesnil-Marie, mais, avec un petit groupe d’amis, nous sommes depuis le samedi de la Passion 24 mars en terre provençale et nous avons vécu toute cette semaine la plus importante de l’année chrétienne au rythme des offices célébrés dans le cadre du Monastère Saint-Benoît de La Garde-Freinet, avec la liturgie selon le Missel Romain de 1953, c’est-à-dire avec les rites antérieurs à la réforme survenue sous le pontificat de Pie XII.

J’ai à ma disposition aujourd’hui plusieurs centaines de photographies prises au cours de ces cérémonies tous les jours de cette Semaine Sainte, et dans les prochains jours je vous pourrai faire des comptes-rendus plus détaillés de ces moments non seulement très spirituels mais véritablement historiques, puisque c’est la première fois depuis 1955 que Rome a permis à plusieurs communautés et paroisses traditionnelles à travers le monde de reprendre cette liturgie plus que millénaire et donc véritablement traditionnelle.

Mais en cette fin d’après-midi, je viens vers vous aujourd’hui uniquement pour vous souhaiter de belles, joyeuses et saintes Pâques pendant les cinquante jours où la Sainte Eglise va maintenant exulter dans la contemplation de la glorieuse Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Et puis je souhaite aussi vous annoncer que demain matin, lundi de Pâques 2 avril, sur la route du retour en Vivarais, nous ferons halte à la basilique royale de Sainte Marie-Magdeleine, à Saint-Maximin, où nous aurons une Sainte Messe solennelle dans la crypte devant le reliquaire du chef de celle qui, au matin de Pâques, fut la première – après Notre-Dame – à être gratifiée de l’apparition de Jésus ressuscité, et fut alors promue par Lui « apôtre des Apôtres ».

Vous pouvez dès à présent être assurés que nous porterons toutes les intentions de nos amis et bienfaiteurs auprès de Sainte Marie-Magdeleine, et que nous la prierons pour qu’elle vous accorde à tous et à chacun des grâces d’amour toujours plus grand et de ferveur toujours plus intense dans votre relation personnelle vivante avec le divin Coeur de Jésus !

Patte de chat Lully.

Joyeuses Pâques

2018-18. Un chef-d’œuvre de Poussin retrouvé : « Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste ».

9 mars,
Fête de Sainte Françoise Romaine.

A – Qui est Sainte Françoise Romaine ?

Sainte Françoise, communément appelée Françoise Romaine, née en 1384 de Paolo Bussa de Leoni et de Giacobella de Roffredeschi, appartient par sa naissance à la haute noblesse de Rome. Bien qu’attirée depuis l’enfance par la vie religieuse, elle est mariée à l’âge de 13 ans à Lorenzo Ponziani, lui aussi d’une grande famille romaine.
Epouse exemplaire et mère aimante (elle mettra au monde trois enfants), elle mêne une vie de grande piété et de pénitence tout en assurant parfaitement ses responsabilités domestiques et sociales.
A Rome, la seconde moitié du « trecento » et la première moitié du « quatrocento » constituent une période de grands troubles sociaux et politiques  (ceux-là même qui ont contraint les papes à fuir la Ville où ils ne s’estimaient plus en sécurité et où l’indépendance du pouvoir spirituel n’était plus garantie, pour s’installer en Avignon). Et comme un malheur n’arrive jamais seul, ces turbulences et ces violences sont accompagnées d’épidémies mortifères : à plusieurs reprises, la peste ravage la cité.
Françoise se dévoue auprès des malades et entraîne des dames de la haute société à se mettre au service des nécessiteux, vendant toilettes et parures pour subvenir à leurs besoins. Cette pratique de la charité va de pair avec un développement de la vie intérieure et de la ferveur. Ainsi, Françoise qui a des liens spirituels avec la congrégation bénédictine olivétaine et qui est favorisée de grâces mystiques très élevées (vision constante de son ange gardien, apparitions de saints, états d’oraison supérieurs, union transformante avec le Christ… ), se trouve-t-elle bientôt à la tête d’un groupe de femmes pour lesquelles elle fonde un couvent d’oblates bénédictines, dans lequel elle se retire à la mort de son époux (1436). Elle y passe les quatre dernières années de sa vie, s’adonnant avec prédilection aux tâches les plus humbles de la vie de communauté.
Elle rend son âme à Dieu le 9 mars 1440, et le peuple romain non seulement reconnaît en elle l’un de ses plus beaux fleurons de sainteté mais il la prend en outre d’une manière toute particulière comme protectrice : exemple d’une vie conjugale harmonieuse, les jeunes mariés se confient spécialement à sa prière ; modèle des mères, elle qui a perdu un enfant encore jeune, elle devient la consolatrice des familles éprouvées par le deuil ; active pour le soulagement des nécessiteux, son exemple stimule la pratique des œuvres de miséricorde ; se dépensant lors des épidémies, on l’invoque avec succès quand la peste réapparait ; éducatrice d’âmes tendues vers la perfection chrétienne, les religieux prennent exemple sur sa ferveur et ses vertus ; veuve courageuse, elle est le parangon des femmes auxquelles la mort a ravi l’époux très aimé…
Dès le moment de sa mort, le pape Eugène IV (pape de 1431 à 1447) va œuvrer pour sa glorification, mais sa canonisation ne sera finalement célébrée qu’en 1608.

Sainte Françoise Romaine - châsse

Châsse renfermant le squelette de Sainte Françoise Romaine
(crypte de l’église Santa Maria Novella, au forum, à Rome)

frise

B – Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste :

B1 – Contexte dans lequel l’œuvre voit le jour.

Au printemps de l’année 1656, la peste a fait sa réapparition dans la moitié sud de la péninsule italienne, remontant de la région napolitaine jusqu’à Rome.
La hiérarchie ecclésiastique a ordonné des prières publiques pour obtenir de Dieu la cessation de l’épidémie, et le peuple des fidèles s’est tourné avec un redoublement de ferveur vers ses saints intercesseurs de prédilection. A Rome même, la très populaire Sainte Françoise a été ardemment sollicitée, elle que les Romains surnomment « l’Avocate de Rome ».

La cessation du fléau a été relativement rapide et c’est pourquoi le cardinal secrétaire d’Etat Giulio Rospigliosi, futur pape Clément XI (de juin 1667 à décembre 1669), a commandé à Nicolas Poussin un ex-voto pour commémorer l’intercession bénéfique de la sainte protectrice de Rome.

Nicolas Poussin (1594-1667), après un court séjour en France est revenu vivre à Rome à l’automne 1642. Au moment de cette commande du cardinal Rospigliosi il est âgé de 60 ans, et bien qu’il lui reste encore onze années de vie il se trouve déjà, dans une phase déclinante. Déclin non de son art, qui est en pleine maturité, mais en raison de sa santé : il est en particulier affecté par un tremblement de la main qui s’accentue de mois en mois. Véritable drame pour un perfectionniste tel que lui, qui malgré ce handicap grandissant produit encore de purs chefs-d’œuvre !
Le tableau, intitulé « Sainte Françoise Romaine annonce à Rome la fin de la peste » (mais on lui trouve aussi parfois comme nom « la vision de Sainte Françoise Romaine ») mesure 1,21 m de hauteur et 1,02 m de largeur : il fut livré à son commanditaire en 1657 ou 1658, mais ne fut jamais exposé dans une église. Destiné à la collection particulière du cardinal Rospigliosi, ce dernier ne le fit pas entrer dans les collections pontificales lorsqu’il devint le pape Clément XI, et le tableau revint à ses parents et héritiers après sa mort. 

B2 – Histoire rocambolesque d’un chef-d’œuvre perdu pendant deux-cents ans.

Le tableau reste dans les collections privées des héritiers du pape Clément XI jusqu’à la fin du XVIIIe siècle où l’on perd sa trace :  au cours des XIXe et XXe siècles, il ne sera plus connu que grâce à deux gravures dues à Giacomo del Po et à Girard Audran.
Or, en 1998, l’œuvre réapparait sur le marché de l’art parisien : les experts l’identifient formellement. C’est alors que l’on va parvenir à reconstituer ce que fut son étonnant destin pendant exactement deux-cents ans.
En effet, en 1798 le tableau fut vendu avec une partie de la collection Rospigliosi-Pallavicini : le honteux traité de Tolentino imposé au Pape Pie VI et aux Etats de l’Eglise par le Directoire (cf. > ici) eut de telles conséquences pour les familles romaines que certaines en furent réduites à liquider une partie de leur patrimoine artistique.
On ne sait pas vraiment chez qui fut le tableau pendant la première moitié du XIXe siècle, mais on le retrouve dans la collection du secrétaire de l’Académie de France à Rome (Villa Médicis), Alexis Le Go, qui, en 1873, amène le tableau dans son château de Jean Val (commune de Le Val, au nord de Brignoles). Passant d’héritiers en héritiers, le chef-d’œuvre perd son identité et, à la fin du XXe siècle, n’est plus considéré par son détenteur que comme un « nid à poussière » encombrant, dont – sait-on jamais ? – on pourra peut-être tirer un peu d’argent…
C’est ainsi qu’il arrive entre les mains d’un expert qui le reconnaît parce qu’il connaît les gravures réalisées à la fin du XVIIe siècle par Giacomo del Po et Girard Audran.
Le musée du Louvre s’en porte alors acquéreur pour quelque 45 millions d’euros.
Restauré, le « Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste » se trouve désormais habituellement exposé dans le département des peintures de l’aile Richelieu (2ème étage, salle 12), y venant fort heureusement compléter la période de la maturité du peintre, assez faiblement représentée.

Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste - Nicolas Poussin

« Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste »
Nicolas Poussin (musée du Louvre)

B3 – Lecture de l’œuvre.

Nicolas Poussin a fait de cet ex-voto en l’honneur de Sainte Françoise Romaine une composition plutôt solennelle, dans laquelle on retrouve les références classiques – antiques ou modernes – qui sont l’une de ses caractéristiques.
La scène se déroule sur le devant d’une imposante architecture marquée par des pilastres classiques encadrant une grande arcade.
La peste y est personnifiée, au second plan sur le côté droit, et cette représentation reprend les traits du « Gladiateur emportant un enfant mort », célèbre statue antique des collections Farnèse (aujourd’hui au musée archéologique de Naples). Quant à la femme allongée en-dessous de la nuée qui porte la sainte et figurant l’une des victimes de l’épidémie, elle n’est ni plus ni moins qu’une citation de la très fameuse « Sainte Cécile » de Carlo Maderno réalisée en 1600 (église Sainte-Cécile au Transtévère, à Rome).

Le tableau représente les forces spirituelles qui ont concouru à obtenir du Ciel l’éloignement du fléau et, par delà l’épidémie, il célèbre la victoire sur le démon qui répand ou aggrave les maux qui affligent l’humanité.
La mise en scène est articulée autour d’une diagonale qui descend depuis l’angle supérieur gauche jusqu’à l’angle inférieur droit : c’est sur cette diagonale que se trouvent les deux personnages principaux, au premier plan.
On voit donc la sainte patronne et protectrice de Rome, Françoise Romaine, apparaître dans une nuée : elle tient en ses mains des flèches brisées, symbole de la défaite de la peste dont les traits frappaient le peuple romain. Ce message est adressé à un personnage féminin agenouillé à même le sol, qui personnifie Rome. Remarquez la correspondance des regards et des visages qui expriment avec une réelle intensité la compassion victorieuse de la sainte et la confiante imploration de la cité.
La plupart des commentateurs pense que la femme personnifiant la ville de Rome est probablement un portrait.
Certains avancent le nom de la princesse Anna Colonna, qui décéda en 1658 justement et qui était alliée à toutes les grandes familles romaines – dont les Rospigliosi-Pallavicini – en sus du fait qu’elle était apparentée au pape Urbain VIII Barberini (lequel avait lui-même été l’officiant de son mariage).
D’autres y voient une carmélite, qui personnifierait donc alors la prière d’intercession.
D’autres commentateurs en revanche voient dans la femme agenouillée la représentation de Sainte Françoise Romaine intercédant, et dans la femme qui apparaît dans la nuée soit la Vierge Marie soit la figure allégorique de la miséricorde divine.

En arrière des deux personnages principaux, on voit, bien séparées par la diagonale qui scinde le tableau en deux parties bien distinctes, en bas à gauche une victime qui a succombé à la peste et qui suggère donc la victoire (pour un temps du moins) du fléau, tandis que, dans la partie supérieure à droite, on voit la personnification de la peste qui fuit, chassée par un archange guerrier (ce qui n’est pas sans évoquer l’épisode de la peste qui ravageait Rome au début du pontificat de Saint Grégoire le Grand et qu’apparut Saint Michel rengainant son épée au sommet du môle d’Hadrien, appelé depuis lors « château Saint-Ange ») : la figure de l’épidémie entraîne dans sa fuite deux autres victimes : un jeune homme étendu à terre qu’elle tire par le pied, et un enfant qu’elle porte sur son épaule gauche.

Poussin - Sainte Françoise Romaine détail 1

Au-delà des querelles d’interprétation qui agitent les experts, ce qui nous importe à nous, et particulièrement en ce saint temps de carême, c’est la puissance avec laquelle le génie de Nicolas Poussin, malgré sa main malade, a exprimé la force de la prière et l’efficacité de l’intercession des saints, en même temps qu’il illustre magnifiquement ce que la liturgie nous fait répéter :
« O Dieu que la faute offense et que la pénitence apaise, jetez les yeux avec bonté sur Votre peuple en prière, et détournez les châtiments de Votre colère que nous méritons pour nos péchés : Deus, qui culpa offenderis, paenitentia placaris : preces populi tui supplicantis propitius respice, et flagella tuae iracundiae, quae pro peccatis nostris meremur, averte » (collecte du jeudi après les cendres).

pattes de chat Lully.

Poussin - Sainte Françoise Romaine détail 2

frise

2018-9. Des Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie et du scapulaire noir de Notre-Dame des Sept Douleurs.

12 février,
Fête des Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie.

Monogramme des Servites

Monogramme des Servites de Marie

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Vous ne serez sans doute pas étonnés si je vous dit que les Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie sont au nombre de nos saints de prédilection au Mesnil-Marie.
Parce que d’une part leur dévotion est peu répandue en France et que d’autre part l’Ordre des Servites est y également assez peu connu, je me propose aujourd’hui de vous en parler un peu.

- Qui étaient ils ?

Bonfilio [Bonfils] dei Monaldi (né probablement en 1198), Giovanni [Jean] di Buonagiunta (né en 1206), Benedetto [Benoît] – dit Manetto – dell’ Antella (né en 1203), Bartolomeo [Barthélémy] – dit Amadeo – degli Amidei (né en 1204), Ricovero [Ricover] – dit Uguccio [Hugues] – dei Lipi-Uguccioni (né en 1204),  Ghirardino [Girardin] – dit Sostène – Sostegni (né en 1205) et Alessio [Alexis] Falconieri (né en 1200) appartenaient aux meilleures familles de l’opulente cité commerçante de Florence, en Toscane :  en 1233, ils étaient tous âgés de 30 à 35 ans.

Pour avoir de bons repères chronologiques, il faut se souvenir qu’en 1233, nous sommes seulement la septième année après la mort de Saint François d’Assise (+ 3 octobre 1226).  C’est une période particulièrement riche et intense dans le domaine de la spiritualité et de la quête de Dieu, en cette période que l’on a appelée « l’Italie des communes » : de très nombreux laïcs des deux sexes, aspirent à une vie fervente et pénitente sans pour autant entrer dans les ordres monastiques traditionnels dont les grandes abbayes étendent leurs vastes domaines à l’extérieur des cités, tout en exerçant de véritables droits féodaux. C’est ce qui explique le succès des fondations de Saint François d’Assise et de Saint Dominique de Guznam et des Tiers-Ordres pour les fidèles laïcs rattachés à ces deux familles religieuses ; c’est ce qui explique également le souci de réforme des Ordres anciens qui se fait alors jour ; c’est ce qui explique aussi la multiplication des mouvements spirituels pénitents, sous forme de confréries ou de petites fraternités (avec de graves dérives parfois).

Florence vers 1493

Florence : représentation ancienne
(à l’époque où vécurent les Sept Saints Fondateurs, la coupole de la cathédrale n’existait évidemment pas)

- Leur vocation :

Le 15 août 1233 donc, ces sept très fervents laïcs participaient à une pieuse réunion de la confrérie mariale à laquelle ils appartenaient, lorsque la Sainte Mère de Dieu leur apparut à chacun séparément leur demandant, comme le dit la quatrième leçon du brévaire pour la fête de ce jour, « d’embrasser un genre de vie plus saint et plus parfait ».
La biographie rédigée à partir des documents anciens lors de leur canonisation, en 1888 [« Histoire des Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie » par le Père Sostène-Marie Ledoux – éd. Delhomme et Briguet, 1888], met dans la bouche de Notre-Dame les paroles suivantes :
« Quittez le monde, retirez-vous ensemble dans la solitude, afin d’y combattre contre vous-mêmes et d’y vivre entièrement pour Dieu. Vous jouirez ainsi de consolations toutes célestes. Ma protection et mon assistance ne vous manqueront jamais ».

Ils se rendirent compte qu’ils étaient sept à avoir bénéficié de cette même grâce et de ce même appel, et ayant demandé conseil à l’archevêque de Florence, le 8 septembre suivant, en la fête de la Nativité de Notre-Dame,  « afin de débuter dans une vie plus sainte au jour même où la Mère de Dieu avait commencé sa vie très sainte parmi les mortels » (bréviaire – 4ème leçon de matines), ayant renoncé à leur rang et à leurs richesses et portant un rude cilice sous des habits de pauvres, ils commencèrent à mener la vie commune dans une humble masure accolée à un oratoire hors des murs de la ville.
« Dieu montra par un miracle combien cette résolution, Lui était agréable. Peu de temps après, comme ces sept hommes parcouraient la ville de Florence, en demandant l’aumône aux portes des maisons, il arriva tout à coup qu’ils furent acclamés Serviteurs de la bienheureuse Vierge Marie par la voix de petits enfants, et entre autres de Saint Philippe Beniti à peine âgé de quatre mois. Ce nom leur fut désormais toujours conservé » (bréviaire – 5ème leçon de matines)..

Il faut apporter ici une précision lexicale : en français, on parle des Servites de Marie, et on rapproche bien sûr le mot « servite » de celui de « serviteur ». En français, un « serviteur » est une personne qui est « au service » d’une autre, d’où le sens habituel de domestique, d’employé de maison. Même s’il se trouve dans un emploi subalterne, un « serviteur » demeure une personne qui jouit pleinement de ses droits civiques, qui est salariée mais juridiquement libre au regard de la loi.
En italien, comme en latin, on emploie le mot « servi ». Or « servi » est le pluriel de « servus » qui exprime en fait bien autre chose que notre moderne idée de « service ». Un « servus », en latin classique, c’est un esclave. Aussi pour bien comprendre en vérité le nom qui fut attribué miraculeusement à nos sept Florentins par les petits enfants il faut avoir bien présente à l’esprit cette notion d’esclavage : un « servus » ne s’appartient pas à lui-même, il est la propriété d’une autre personne qui a tous les droits sur lui. Les Servites de Marie sont les esclaves de la Sainte Mère de Dieu : ils ont abdiqué leur liberté entre ses mains, ils lui appartiennent en totalité, ils sont dans son entière dépendance, ils sont ses esclaves. Si l’on voulait rendre exactement en français tout ce que contient le mot – latin ou italien – « servi », il faudrait plutôt le traduire par « serf ». L’idée du « saint esclavage de Marie » n’est donc pas une notion inventée de toutes pièces par Saint Louis-Marie Grignion de Montfort.

C’est très probablement dès le début de leur vie commune aux portes de Florence que les Sept Saints Fondateurs adoptèrent la pratique de la récitation du chapelet des Sept Douleurs (voir > ici).
C’est là aussi qu’ils adoptèrent un règlement de vie commune et qu’ils décidèrent d’être des mendiants, dépendant totalement des aumônes et dons suscités par la divine Providence dans le coeur de charitables fidèles.

Sept Saints Fondateurs des Servites

Les Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites de Marie
recevant de la Très Sainte Vierge l’habit noir et le scapulaire noir en l’honneur de ses Sept Douleurs.

- La fondation de l’Ordre des Servites :

La cinquième leçon du bréviaire continue : « Voulant éviter le concours du peuple et pressés par l’amour de la solitude, ils se retirèrent tous au mont Sénar. Ils y commencèrent un genre de vie vraiment céleste. Habitant des cavernes, vivant d’eau et d’herbes sauvages, ils mortifiaient leur corps par des veilles et d’autres austérités. La passion du Christ et les douleurs de sa Mère affligée étaient l’objet de leurs continuelles méditations. Comme ils s’y livraient avec plus d’ardeur un jour de Vendredi Saint, la bienheureuse Vierge elle-même leur apparut à deux reprises, leur montrant l’habit sombre qu’ils devaient revêtir, et leur fit connaître qu’elle aurait pour très agréable qu’ils établissent dans l’Église un nouvel Ordre religieux, destiné à garder perpétuellement et à propager parmi les peuples la dévotion aux douleurs qu’elle a souffertes pour nous au pied de la croix du Seigneur… »

Le Mont Sénar – en italien Monte Senario – est une élévation qui se trouve à 4 lieues au nord de Florence et culmine à quelque 818 mètres.
C’était un endroit paisible et boisé relativement difficile d’accès, ce qui en faisait un lieu propice à la solitude et à une vie de recueillement, et il appartenait en partie à la mense épiscopale de Florence.
Nos sept pieux Florentins, dont la vie fervente et mortifiée aux portes de la cité attirait de plus en plus de visiteurs désireux de les interroger et de s’entretenir de spiritualité avec eux, aspirèrent rapidement à une plus grande solitude. S’ils ne possédaient rien, ils étaient toutefois les protégés de l’archevêque. Rien d’étonnant dès lors à ce que la Madone leur désignât elle-même ce mont pour qu’ils en fassent leur thébaïde et que le pieux archevêque ne s’empressât d’acquiescer à ce qu’ils s’y retirassent. C’était à la fin du mois de mai 1234.
Ils bâtirent une chapelle (un prêtre s’était adjoint à eux en qualité de chapelain) et aménagèrent pour eux-mêmes les grottes et cavités naturelles qui se trouvaient aux alentours : leur vie dès lors s’équilibra entre les offices en commun et les moments de prière et de travail en solitaires. A tour de rôle, ils allaient quêter dans les villages voisins.
Peu à peu, des jeunes gens vinrent les trouver et leur demandèrent de s’associer à leur vie si édifiante.

L’apparition de la Très Sainte Mère de Dieu authentifiée par l’Eglise et rappelée dans la cinquième leçon du bréviaire citée plus haut eut lieu le Vendredi Saint  13 avril 1240. Ils virent, au milieu d’une nuée d’anges dont certains portaient les instruments de la Passion, la Vierge Marie resplendissante qui portait en ses mains des vêtements de couleur noire. Tout près d’elle, un ange tenait un livre dans une main et une palme d’or dans l’autre. Elle leur adressa ces paroles :
« (…) Voyez le genre de vêtements dont je veux que vous soyez revêtus : ils indiquent par leur couleur sombre les douleurs que j’ai ressenties en ce jour par suite de la mort de mon Fils unique. Vous avez dédaigné les vêtements aux couleurs variées usités dans le monde ; aussi il vous sera désormais facile de porter ceux-ci, qui rappelleront extérieurement les douleurs que j’ai endurées dans mon cœur. Recevez également cette Règle d’Augustin, afin qu’ornés du titre d’or de mes Serviteurs, vous obteniez cette palme de la vie éternelle ».

L’archevêque de Florence, lui-même averti par une communication de la Mère de Dieu, fut heureux de présider lui-même à la cérémonie de vêture au cours de laquelle ils prirent le saint habit confectionné sur le modèle que leur avait montré la Bienheureuse Vierge, puis, après le temps du noviciat de recevoir leurs vœux de religion.

couvent et basilique du Monte Senario

Couvent et basilique du Monte Senario (état actuel)
lieu où se retirèrent les Sept Saints Fondateurs et où la Madone leur remit le scapulaire noir en l’honneur de ses Sept Douleurs

- Développement et approbation de l’Ordre – mort et canonisation des Sept Saints Fondateurs :

« Ces bienheureux Pères, auxquels de nombreux compagnons vinrent bientôt s’adjoindre, commencèrent alors à parcourir les villes et les bourgades de l’Italie, principalement celles de l’Étrurie ; ils prêchèrent partout Jésus crucifié, apaisant les discordes civiles et rappelant au sentier de la vertu une multitude presque infinie de pauvres égarés. La France, l’Allemagne et la Pologne, aussi bien que l’Italie, eurent part à leurs travaux évangéliques. Enfin, après avoir répandu au loin la bonne odeur du Christ et s’être rendus illustres par des miracles, ils quittèrent cette terre pour s’en aller au Seigneur. Comme la religion et la vraie fraternité les avaient réunis dans un seul et même amour pendant leur vie, ainsi, après leur mort, furent-ils ensevelis dans le même tombeau et entourés de la même vénération parmi les peuples.
Les souverains Pontifes Clément XI et Benoît XIII confirmèrent de leur autorité suprême le culte qui leur était constamment rendu depuis plusieurs siècles. Léon XIII ayant approuvé les miracles que Dieu avait opérés par leur intercession, après que, déclarés Vénérables, il eut été permis de les invoquer en commun, les inscrivit au catalogue des Saints dans la cinquantième année de son sacerdoce et régla qu’à l’avenir, un Office et une Messe seraient célébrés chaque année en leur honneur dans l’Église universelle »
(bréviaire – sixième leçon de matines).

Je n’entrerai pas dans les détails des développements de l’Ordre, ni des péripéties et controverses qui agitèrent l’Eglise à cette époque et suscitèrent quelques difficultés pour sa reconnaissance définitive par le Saint Siège comme Ordre mendiant de droit pontifical. Je n’entrerai pas davantage dans les détails de la vie et de la mort des Sept Saints Fondateurs : six d’entre eux furent ordonnés prêtres, mais Saint Alexis Falconieri, par humilité, refusa d’être élevé au sacerdoce et voulut s’attacher aux plus humbles tâches pour le service de ses frères. En revanche il survécut longuement à ses six compagnons puisqu’il s’éteignit le 17 février 1310 à l’âge de 110 ans !
Il fut le directeur spirituel de sa petite nièce, Sainte Julienne Falconieri (1270-1341), fondatrice des Soeurs Servites de Marie.

Basilique du Monte Senario - châsse des Sept Saints Fondateurs

Basilique du Monte Senario :
en arrière de l’autel majeur, sous le ciborium, la châsse qui renferme les corps des Sept Saints Fondateurs

- Le scapulaire noir des Sept Douleurs de Notre-Dame :

Le scapulaire noir des Sept Douleurs de Notre-Dame, est un scapulaire approuvé par l’Eglise qui y a attaché des grâces spirituelles et des indulgences.
Comme tous les scapulaires, il se compose de deux rectangles de laine noire reliés entre eux par des cordons. Bien qu’elles ne soient pas nécessaires, sur ces rectangles d’étoffe sont souvent cousues des représentations pieuses de la Piéta ou du Coeur de Marie transpercé de sept glaives.
Ce scapulaire noir est la « réduction » du grand scapulaire des religieux tel qu’il fut donné par la Mère de Dieu elle-même aux Sept Saints Fondateurs de l’Ordre des Servites le Vendredi Saint 13 avril 1240.
Originellement, le scapulaire noir des Sept Douleurs était donné aux membres des confréries de la Vierge des Douleurs et du Tiers Ordre des Servites de Marie comme signe de leur lien avec l’Ordre. Les personnes qui le portent doivent s’engager à réciter quotidiennement au moins sept Pater noster et sept Ave Maria en l’honneur des Sept Douleurs de Notre-Dame et à les honorer par une vie chrétienne exemplaire, la pratique de la pénitence et la méditation assidue des souffrances de Marie.
Autrefois, seuls les Servites étaient habilités à les bénir et à les imposer, mais à l’heure actuelle le code de droit canonique en vigueur autorise tout prêtre à administrer tous les sacramentaux dont les scapulaires font partie.

Il ne faut pas confondre le scapulaire noir des Sept Douleurs de Notre-Dame avec le scapulaire noir de la Passion dont l’origine se trouve dans la congrégation des Passionistes.

Sept Saints Fondateurs - détail

«Voyez le genre de vêtements dont je veux que vous soyez revêtus :
ils indiquent par leur couleur sombre les douleurs que j’ai ressenties en ce jour par suite de la mort de mon Fils unique.»

Es_063

2018-6. De la Bienheureuse Marie-Christine de Savoie, reine des Deux-Siciles.

31 janvier,
Fête de la Bienheureuse Marie-Christine de Savoie,
Mémoire de Saint Jean Bosco, confesseur.

frise

Avec la Bienheureuse Marie-Christine de Savoie, nous est donnée une preuve supplémentaire de l’extraordinaire fécondité spirituelle des royautés catholiques traditionnelles – dans les membres des familles que Dieu choisit pour perpétuer l’institution royale aussi bien que dans leurs oeuvres – à partir du moment où elles correspondent en vérité aux grâces que Dieu leur confère et fait passer par elles.

La Bienheureuse Marie-Christine appartient en outre à la prodigieuse cohorte des « jeunes saints » qui, tels Saint Louis de Gonzague, Saint Gabriel de l’Addolorata, Saint Dominique Savio, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et plusieurs centaines d’autres, sont parvenus à la plénitude de leur sainteté avant d’avoir atteint l’âge de 25 ans !

Armes de la Maison de Savoie

Blason de la Maison de Savoie

Une illustre parentèle :

La Bienheureuse Marie-Christine de Savoie est, ainsi que son nom l’indique, issue de la lignée des comtes de Savoie-Piémont, lignée qui régna depuis 1263 sur le comté puis duché souverain de Savoie et sur la Principauté du Piémont, ainsi que, à partir de 1720, sur le royaume de Sardaigne.
Les Savoie-Piémont descendent du Bienheureux Amédée IX de Savoie (1435-1472) – élevé sur les autels en 1677 grâce à l’initiative et aux efforts qu’avait entrepris Saint François de Sales – , et de Yolande de France (1434-1478), fille de Charles VII le victorieux. De ce fait, les princes de la maison de Savoie-Piémont portent aussi dans leurs veines du sang de Saint Louis.

En outre, fille du Roi Victor-Emmanuel 1er  de Sardaigne (1759-1824), dont la mère était Marie-Antoinette d’Espagne, Marie-Christine est une arrière-petite-fille de Philippe V d’Espagne (1683-1746) et descend donc du Roi-Soleil.
Son père, Victor-Emmanuel 1er, a succédé à son frère aîné Charles-Emmanuel IV (1741-1819) lequel avait été l’époux de la Vénérable Marie-Clotilde de France (1759-1802) ; il est également le frère des princesses Marie-Josèphe et Marie-Thérèse de Savoie, épouses respectives des comtes de Provence et d’Artois, frères puînés du Roi Louis XVI.
Dans un arbre généalogique Marie-Christine de Savoie est donc nièce par alliance des Rois de France Louis XVI, Louis XVIII et Charles X.

Enfin, par sa mère, Marie-Thérèse d’Autriche-Este (1773-1832), Marie-Christine de Savoie est une arrière petite-fille de François-Etienne de Lorraine, empereur germanique sous le nom de François 1er (1708-1765), et de Marie-Thérèse de Habsbourg, impératrice consort, roi de Bohème, roi de Hongrie et archiduchesse d’Autriche (1717-1780).
Notre Reine Marie-Antoinette (1755-1793) est donc la grand-tante de la princesse Marie-Christine de Savoie.

La vue d’un tel tableau d’alliances illustres – illustres par la sainteté, illustres par le zèle catholique et illustres par la défense des valeurs traditionnelles de la royauté – , ne peut que nous porter à déplorer que, après l’abdication du Roi Victor-Emmanuel 1er (en 1821) et la mort sans postérité de son successeur le Roi Charles-Félix (1765-1831), la branche cadette des Savoie-Carignan, devenue l’héritière des duché de Savoie, principauté de Piémont et royaume de Sardaigne, ait adopté des idées libérales et se soit ensuite compromise de la manière que l’on sait, dans l’aventure de l’unité italienne avec ses dérives anticatholiques et ses alliances maçonniques !

Bienheureuse Marie-Christine de Savoie

La Bienheureuse Marie-Christine de Savoie,
reine des Deux-Siciles (1812-1836)

Biographie :

Mais revenons à la Bienheureuse Marie-Christine.

Dernière des sept enfants de Victor-Emmanuel 1er de Sardaigne et de Marie-Thérèse d’Autriche-Este, Marie-Christine naît le 14 novembre 1812 à Cagliari, en Sardaigne.
En effet, en raison de l’occupation par les troupes révolutionnaires puis napoléoniennes de la Savoie et du Piémont, la cour de Turin avait dû se réfugier sur ses terres insulaires sardes.
A la chute de l’empire baudruche de Napoléon, le Roi Victor-Emmanuel 1er récupère la partie continentale de son royaume (duché de Savoie, comté de Nice, Pas de Suse, marquisat de Saluces et principauté de Piémont) que le Congrès de Vienne augmente même du territoire de la défunte république de Gênes.

Déjà enfant, la personnalité de Marie-Christine peut être caractérisée par deux points principaux : une force d’esprit hors du commun et une grande foi.
A l’occasion de l’Année Sainte de 1825 (elle est alors âgée de treize ans), à Rome, où elle rencontre à plusieurs reprises Sa Sainteté le Pape Léon XII, elle attire l’attention et impressionne tant par ses qualités que par sa beauté.

En 1821, son père, le Roi Victor-Emmanuel 1er a préféré abdiquer plutôt que d’octroyer une constitution libérale sous la pression d’une insurrection révolutionnaire ; il meurt en 1824. Son successeur, son frère puîné le Roi Charles-Félix, moyennant quelques réformes, parviendra à maintenir la constitution traditionnelle de ses Etats.

Pendant toutes ces années, la cour de Turin est réputée austère et profondément imprégnée de ferveur religieuse, mais cela ne suffit pas à Marie-Christine dans le coeur de laquelle croît le désir d’être religieuse cloîtrée. Toutefois, écoutant l’avis de son directeur spirituel et du Roi, elle accepte de se marier avec son lointain cousin, le Roi Ferdinand II des Deux-Siciles.
Elle dira : « Je ne sais comment j’ai pu changer d’opinion et dire « oui » alors que j’étais totalement inclinée vers la vie religieuse. Je ne peux que le voir comme la volonté de Dieu. »
Le mariage est célébré au printemps 1832.

Après l’arrivée de Marie-Christine, la cour de Naples se rendit rapidement compte que Ferdinand II n’avait pas seulement une reine à ses côtés, mais également une conseillère de grande valeur.
Le peuple napolitain acclamait déjà son immense générosité : en guise de cadeau de mariage, n’avait-elle pas partagé sa propre dot entre 240 jeunes femmes napolitaines pour qu’elles puissent se marier ? N’était-ce pas aussi elle qui, avec le produit de la vente des cadeaux qu’elle avait reçus pour ses noces, avait payé l’emprunt de tant de gages au Mont de Piété ?
Voilà pourquoi la pluie qui avait accueilli les nouveaux époux dans le port le jour de leur arrivée, était interprétée par beaucoup comme un signe de prospérité et de bénédictions célestes pour tout le Royaume.

Peu à peu, Marie-Christine, par sa délicatesse et sa constance, conquit la cour de Naples.
La première à ressentir le changement fut sa belle-mère, qui avait depuis longtemps une relation difficile avec son fils. La patience et la délicate sollicitude de Marie-Christine permirent la réconciliation de la mère et du fils.
Ses exemples de foi et de cohérence chrétienne influèrent aussi sur la cour de Naples qui n’était pas particulièrement connue pour sa bonne conduite : elle introduisit la prière et la Sainte Messe dans la vie de la cour, et entraîna son époux – d’un tempérament exubérant et parfois fantasque – dans une vie plus fervente.

La Reine Marie-Christine avait un très grand souci des pauvres, nous l’avons déjà souligné, mais elle manifesta en outre une attention toute spéciale aux condamnés à mort. Elle sauva la vie de beaucoup de condamnés, même celle de l’un d’entre eux qui avait attenté à la vie de son époux. On a écrit que pendant ses trois années de règne à Naples, l’échafaud ne fut pas utilisé. Pour celle que le peuple napolitain surnomma très rapidement « la Reginella santa », la loi la plus grande était la miséricorde.

Avant chaque conseil d’Etat, Ferdinand II passait chez son épouse et récitait avec elle trois Ave Maria, invoquait l’Esprit-Saint puis demandait la bénédiction de sa femme. Pendant que se déroulait le conseil d’Etat, Marie-Christine continuait de prier dans la chapelle du palais.
Le Roi Ferdinand II se souviendra, ému, de ces moments, et dira que beaucoup de décisions justes et prudentes furent dues à son épouse.

L’attention de la Reine se porta également sur le travail de ses sujets, en particulier les femmes. Elle créa et développa pour elles la « Colonia San Leucio » où furent produites des soieries qui étaient exportées dans toute l’Europe.
Le statut de cette « Colonia » était très avancé pour l’époque : droits héréditaires égaux pour les hommes et les femmes, éducation scolaire obligatoire, gestion collective du travail et des bénéfices, prise en charge des orphelins, …etc.

En 1835, enfin, la Reine put annoncer au Roi Ferdinand II qu’elle allait être mère : tous deux avaient multiplié les pèlerinages et les supplications pour obtenir un héritier au trône de Naples.
Mais cette joie fut bientôt marquée par l’inquiétude et la souffrance en raison des difficultés des derniers mois de la grossesse.

Le 6 janvier 1836, naquit l’héritier du trône, prénommé François – le futur François II des Deux-Siciles.
Mais la Reine Marie-Christine était rongée par une infection généralisée et se trouva bientôt à toute extrémité.
Le 31 janvier, elle demanda à embrasser une dernière fois son petit François, puis elle déclara au Roi : « Maintenant vous répondrez de lui devant Dieu et devant le peuple… Quand il sera grand, vous lui direz que sa mère est morte pour lui. »

Ce même jour, 31 janvier 1836, à Casertes, elle rendit sa belle âme à Dieu, Souverain des Rois de la terre : elle était âgée de 23 ans deux mois et 15 jours.
L’annonce de sa maladie et de sa mort produisirent une consternation générale. Elle n’avait été Reine que pendant trois années, mais ces trois années avait profondément impressionné et marqué tout son peuple.

Bienheureuse Marie-Christine de Savoie

Vingt-trois ans plus tard, en 1859, le Bienheureux Pie IX la déclare vénérable.
En cette même année 1859, a lieu, à la mort de Ferdinand II, son père, l’avènement du très pieux Roi François II qui vient d’épouser Marie-Sophie, duchesse en Bavière, soeur cadette de l’impératrice Elisabeth (« Sissi »).
François II a été le dernier souverain régnant sur les Deux-Siciles, puisqu’en 1860 et 1861 son royaume fut envahi par les troupes de Garibaldi puis par l’armée piémontaise…

Les remous politiques de la deuxième moitié du XIXème siècle et du XXème siècle n’ont pas facilité l’avancement du procès en béatification de la Reine Marie-Christine.
Enfin, en 2013, a été officiellement reconnu un miracle survenu par son intercession et le Saint-Siège donna son aval pour sa béatification.
Celle-ci a été célébrée à Naples le samedi 25 janvier 2014, dans la basilique Santa-Chiara (Sainte-Claire), nécropole des Rois de Naples.

Trois lys blancs

Publié dans:De liturgia, Nos amis les Saints, Vexilla Regis |on 31 janvier, 2018 |2 Commentaires »
12345...36

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi