Archive pour la catégorie 'Nos amis les Saints'

Prière pour renouveler le Vœu de Louis XIII :

Nous avons publié (cf. > ici) les prières liturgiques traditionnellement prescrites pour la procession du 15 août en accomplissement du Vœu de Sa Majesté le Roi Louis XIII.
Lors de la procession du Vœu de ce dernier 15 août, à la chapelle Notre-Dame de la Rose de Montélimar si chère à notre cœur, Monsieur l’Abbé, à la station, a en outre lu un texte de prière qui a retenu toute notre attention – et qui a d’ailleurs été très apprécié de tous les fidèles présents – dont il a publié le texte dans le bulletin paroissial. Il nous a dit qu’il tenait cette prière de l’un de ses confrères, lequel l’avait découvert il y a plusieurs années dans un manuel de dévotion.
Nous pensons que ce texte, d’une grande actualité, complète très heureusement les prières liturgiques de la Procession du Vœu de Louis XIII, et nous remercions vivement Monsieur l’Abbé de nous avoir autorisé à le publier dans ces pages.

Abraham Bosse voeu de Louis XIII

Gravure d’Abraham Bosse (1602-1676)
représentant le Vœu de Louis XIII

lys 2

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.
Ainsi soit-il.

Très douce Vierge Marie, qui avez jadis inspiré au Roi Louis XIII de vous consacrer sa personne, son royaume et ses sujets, daignez continuer d’étendre sur notre personne, notre famille, notre paroisse, notre diocèse et notre Patrie, la France, votre protection maternelle.
Nous aussi, et davantage que le pieux Roi, nous sommes en butte aux épreuves, aux divisions, aux révoltes et aux erreurs. Le démon et le monde mènent contre la Sainte Eglise, contre la Royauté de votre Fils, contre les familles chrétiennes et contre nos âmes fragiles, une guerre sans merci, cherchant à détruire tout ce qui glorifie Dieu et tout ce qui est soumis à Sa Sainte Volonté.
Le monde entier souffre de famine spirituelle, et il n’est presque plus personne pour prêcher la Vérité et répandre la grâce des sacrements. Les erreurs et le péché règnent partout, jusque dans le sanctuaire, et la foi de vos enfants est sans cesse menacée par des pasteurs indignes qui renient par leurs paroles ou par leurs actes l’Evangile de votre Divin Fils.

C’est pourquoi nous nous tournons vers vous avec ferveur et grande confiance, et nous venons à vos pieds nous consacrer à vous.
Conservez en notre intelligence la foi catholique dans son intégrité, et donnez-nous la grâce d’en porter témoignage.
Ranimez en notre cœur l’espérance, afin que nous désirions contempler la Trinité Sainte et vous-même dans le Ciel, et que nous demandions humblement à Dieu la fidélité qui y conduit.
Répandez en notre âme votre charité, pour qu’en toutes choses nous imitions vos vertus et suivions votre exemple.
Rétablissez dans notre patrie et dans ce qui fut la Chrétienté le règne de Jésus-Christ : que les institutions et les mœurs soient animées et réglées par la Sainte Loi de Dieu.
Avec vous et par votre intercession, ô Notre-Dame et notre Souveraine, nous voulons ici-bas travailler à la gloire de Dieu, et en jouir dans l’éternité.

Ainsi soit-il.

Louis XIII offrant sa couronne à Notre-Dame - Nicolas Coustou

SMTC le Roi Louis XIII offrant sa Couronne à la Vierge de Pitié
(maître-autel de la cathédrale Notre-Dame de Paris)

2018-73. « L’incomparable vertu du support des maussades et fâcheux prochains ».

21 août,
Fête de Sainte Jeanne-Françoise de Chantal ;
Mémoire de Saint Privat, premier évêque du Gévaudan et martyr ;
7ème jour dans l’octave de l’Assomption ;
Anniversaire de la naissance de Saint François de Sales (cf. > ici).

Vray portrait de la Rde Mère de Chantal

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Je vous ai déjà entretenu du gros volume des « Epistres spirituelles de la Mère Jeanne-Françoise Frémiot baronne de Chantal Fondatrice et première Supérieure de l’Ordre de la Visitation Saincte Marie » (1644), que nous possédons dans notre bibliothèque et dont j’avais eu l’occasion d’extraire pour vous une très belle lettre (cf. > ici).

Je voudrais aujourd’hui, livrer à votre lecture – et surtout à votre méditation – une autre lettre de cette très grande sainte. Je pense, en effet, qu’elle peut être utile à beaucoup d’âmes, car au-delà des circonstances particulières en lesquelles se trouvait la destinataire de cette missive (il s’agissait de la supérieure d’un monastère, qui se trouvait attaquée et calomniée par une personne extérieure), chacun peut profiter des sages conseils et avis que Sainte Jeanne-Françoise de Chantal prodigue ici : n’arrive-t-il pas très souvent que ceux qui veulent avancer dans les voies de la perfection et le service de Dieu se trouvent eux aussi en butte aux calomnies et aux propos malveillants de personnes – et même de très pieuses personnes -, aveuglées ou égarées par la passion ?
C’est d’ailleurs une réalité d’une constance absolue depuis Notre-Seigneur Lui-même, Lequel a été critiqué, rejeté, calomnié, livré aux païens et aux tourments de la Passion par les princes des prêtres et les plus rigoureux observateurs des préceptes religieux.
Il en sera ainsi pour Ses fidèles disciples jusqu’à la fin des temps…

Lully.

Note :
Sans rien altérer du style de Madame de Chantal, pour des raisons de compréhension nous avons travaillé à rendre la ponctuation et l’orthographe conformes aux règles actuelles de la langue française.

Epitre 101 Sainte Jeanne de Chantal

« Ma très chère fille, vous voilà en un exercice tout propre à vous faire devenir sainte : certes vous avez bon besoin d’un grand courage, mais j’espère que Dieu vous le fortifiera tous les jours davantage : ne vous abattez point, je vous en conjure : faites profit de ces riches occasions que Dieu vous présente pour acquérir la vraie humilité, douceur et patience ; et surtout cette grande leçon des saints, qui est l’incomparable vertu du support des maussades et fâcheux prochains.
Ma fille, regardez souvent notre Sauveur, parmi les diverses souffrances de Sa Passion : voyez comme on le baffoue, méprise et vilipande. Et enfin, Père, dit-Il, pardonnez-leur, car ils ne savent ce qu’ils font.
Cette pauvre chère personne ne sait certes que c’est qu’elle fait, car la passion la transporte : mais patience ! Allez avec Notre-Seigneur : remettez entièrement entre Ses mains sacrées la charge qu’Il vous a commise, et particulièrement celle ce cette pauvre âme, et vous y confiez. Vous verrez bientôt le calme et votre Maison pleine de bénédictions ; comme certes elle est, puisque la sainte union règne en toute la famille.
Cela n’est rien d’avoir une brebis qui s’écarte du troupeau. Portez votre Croix, généreusement : supportez avec une gaie douceur et patience tout ce que l’on dit de vous et de votre Maison : étant sans fondement, ni vérité, il passera et s’étouffera, et la bonne renommée subsistera.
Cependant profitez de cette occasion, je vous en conjure, car jamais peut-être n’en aurez-vous une semblable, pour vous conformer à Notre-Seigneur. Embrassez et chérissez tous ces mépris : cachez-les dans votre sein et vous enrichissez d’un si précieux trésor. Ne regardez ni la langue ni la main qui vous frappe, mais voyez en tout cela la seule très sainte volonté de Dieu, qui vous veut rendre conforme à Lui par cette tribulation.
Mais tenez-vous ferme et constante dans l’enclos d’une très humble générosité et d’une extraordinaire douceur, charité, égalité et modestie : ne laissez échapper une seule parole de ressentiment, et parlez sobrement avec support et charité.
Je vous prie, que chacun connaisse que l’esprit de Dieu habite en vous, et en vos filles. Ne refusez aucune soumission, s’il en faut faire, et dites toujours que vous ferez tout ce qui vous sera conseillé, et que Monseigneur l’Evêque ordonnera, que tout votre désir est de vivre en onbservance et paisible en votre Communauté.
Dieu soit votre Protecteur, ma très chère fille, et vous tienne en Sa main. »

armoiries de l'ordre de la visitation.gif

2018-72. 106ème pèlerinage légitimiste à Sainte-Anne d’Auray

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Nous vous invitons – si vous n’êtes pas déjà avertis – à prendre connaissance du programme suivant, et, en particulier si vous habitez dans l’Ouest de la France (mais pas que : il y aura des pèlerins du Sud-Est qui se rendront en Bretagne pour la circonstance !) à ne pas manquer de participer à ce pèlerinage légitimiste : une date importante dans le calendrier annuel des manifestations de la Légitimité !

Pèlerinage légitimiste Sainte-Anne d'Auray 2018

Pèlerinage légitimiste Sainte-Anne d'Auray 2018

Pèlerinage légitimiste Sainte-Anne d'Auray 2018

Pèlerinage légitimiste Sainte-Anne d'Auray 2018

Fleur de lys

Prière en l’honneur de notre Bienheureux Père Saint Augustin :

Cette prière est particulièrement recommandée
pour servir de neuvaine

du 19 au 27 août
en guise de
préparation 
à la fête de Saint Augustin

Saint Augustin - canivet XIXe siècle

Ô bienheureux Père Saint Augustin,

- Modèle pour toutes les âmes en quête de vérité,
qui avez peiné, entravé, sur les chemins tortueux des hommes
avant de trouver les chemins lumineux de Dieu et d’y marcher dans la plénitude de votre liberté,
nous nous émerveillons devant tout ce que la grâce a opéré en vous,
et nous vous prions de nous obtenir du Père des Lumières
les grâces d’une conversion intérieure toujours nécessaire parce que jamais totalement achevée,
afin que nous, qui avons été faits pour Dieu, nous nous attachions entièrement à Lui
et trouvions en Lui seul le repos auquel aspire notre cœur !

- Modèle de vie monastique,
qui avez donné à l’Occident latin la première Règle religieuse
et demeurez encore aujourd’hui le Père d’innombrables consacrés à travers toute la Chrétienté,
inspirez à de nombreuses âmes un amour sans partage pour Celui qui, seul,
Beauté toujours ancienne et Beauté toujours nouvelle, les remplira en plénitude.
Que soit rompue la surdité et balayée la cécité de leurs lourdeurs terrestres,
afin qu’embrasées pour la paix que donne le divin Rédempteur,
elles répondent à Ses appels et se consacrent entièrement à Lui,
au service de l’Eglise et de leurs frères !

- Modèle pour tous les Pasteurs de l’Eglise,
qui par une étude patiente et passionnée avez inépuisablement puisé la doctrine de Vérité aux sources vives des Ecritures,
et l’avez faite resplendir pour tous les âges,
enseignez aujourd’hui à tous ceux qui ont charge d’âme un semblable zèle à l’étude
et un attachement infaillible à la Sainte Tradition reçue des Apôtres,
afin que, évitant les écueils des erreurs et combattant impitoyablement l’hydre de l’hérésie,
ils conduisent sans faiblesse le troupeau de Dieu à la réconfortante rencontre de la Vérité suprême, source de toute vérité créée !   

- Docteur sublime de la grâce,
qui, nous donnant à contempler la céleste Cité de Dieu,
nous avez enseigné à lire l’histoire à la lumière de la sagesse mystérieuse de la Providence,
obtenez à tous les fidèles du Christ de fouler aux pieds l’amour de soi qui conduit au mépris de Dieu
pour vivre dès ici-bas de cet amour de Dieu qui va jusqu’au mépris de soi,
en sorte que la recherche des vertus prime ici-bas dans la construction de la cité terrestre qui prépare la cité du Ciel,
et que la Chrétienté, dont vous fûtes le théologien, renaisse de ses cendres
pour faire resplendir aux yeux de tous les hommes la lumière victorieuse du Christ notre Roi !

Ainsi soit-il !

Prière composée par Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

St Augustin écrivant la Cité de Dieu - Bâle 1515

Saint Augustin écrivant « La Cité de Dieu »
et décrivant les deux amours qui ont édifié les deux cités
(incunable de Bâle – 1515)

2018-69. « Réco-royco » à l’occasion de la Saint-Louis (25 août 2018).

Vitrail de Saint Louis avec la Sainte Couronne d'épines

Samedi 25 août 2018 :
Fête de Saint Louis, Roi de France

Saint Patron de notre Roi et de Monseigneur le Dauphin,
Céleste protecteur de tous les Capétiens et de la Royauté française.

fleur de lys gif2

Le Cercle Légitimiste du Vivarais abbé Claude Allier, auquel s’associe le Cercle Légitimiste du Dauphiné Crillon le Brave, vous invite à une journée de récollection et d’approfondissement spirituel au Mesnil-Marie, animée par le Prieur de la Confrérie Royale.
Cette journée marquera la reprise des activités de nos cercles après la (relative) pause estivale : les membres ou sympathisants de la Confrérie Royale qui se trouvent dans les environs géographiques, sont également chaleureusement invités à prendre part à cette « réco-royco ».

Programme de la journée (susceptible de légères modifications sauf en ce qui concerne l’heure de la Messe) :

10 h : Sainte Messe
– 11 h : 1er enseignement
– 12 h 30 : Repas tiré du sac
– 14 h : 2e enseignement
– 16 h : chapelet et vénération de la relique de Saint Louis

Pour participer :

L’inscription à cette journée est nécessaire (pour des raisons d’organisation pratique). Merci d’y procéder sans retard !
Courriel :  vivarais.legitimiste@gmail.com

Reliquaire de Saint Louis - Le Mesnil-Marie

Reliquaire de Saint Louis dans l’oratoire du Mesnil-Marie.

2018-61. Quelques annonces relatives à la vie du Mesnil-Marie, spécialement en ce qui concerne la préparation spirituelle et matérielle de la fête de Sainte Philomène.

Jeudi 2 août 2018,
Fête de Saint Alphonse-Marie de Ligori, docteur de l’Eglise ;
Commémoraison de Saint Etienne, pape et martyr ;
Dans l’Ordre de Saint François, fête de Notre-Dame des Anges,
avec, dans tout l’univers catholique, la possibilité d’obtenir l’indulgence de la Portioncule (cf. > ici).

Gisant de Sainte Philomène au Mesnil-Marie - détail

Gisant de Sainte Philomène dans l’oratoire du Mesnil-Marie (détail)

frise avec lys naturel

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Certains d’entre vous – en particulier ceux qui s’y étaient abonnés – ont pu constater que le site internet propre du Refuge Notre-Dame de Compassion est actuellement inacessible et qu’il n’y a plus de lettres d’information de cette provenance qui vous soient adressées : Frère Maximilien-Marie est trop pris par ses multiples responsabilités pour s’en occuper à l’heure actuelle et la personne qui l’avait créé s’étant éloignée, nous ne sommes pas en mesure d’en assurer la maintenance et les mises à jour. C’est certainement très regrettable, mais il difficile qu’il en soit autrement dans ces conditions.
En attendant que, peut-être, un jour, ce site soit à nouveau en service, je vais reprendre dans les pages de ce blogue les nouvelles, informations, annonces et compte-rendus d’activités de notre Mesnil-Marie.
Ce soir, en particulier, j’ai cinq informations à vous communiquer :

A – Du 2 au 10 août, neuvaine préparatoire à la fête de Sainte Philomène :

Ce 2 août commence la neuvaine préparatoire à la fête de Sainte Philomène : vous savez à quel point cette jeune martyre et très grand thaumaturge compte dans notre dévotion, et ceux qui sont venus au Mesnil-Marie savent aussi comment elle se plaît à accorder des grâces – parfois de véritables petits miracles – à ceux qui l’invoquent et la vénèrent dans notre modeste oratoire, où sont exposés son gisant et sa relique.

Nous vous invitons à vous unir à nous dans cette neuvaine du 2 au 10 août, et nous vous demandons de prier en particulier à l’intention de l’un de nos amis, prénommé Emmanuel, père de famille hospitalisé depuis le début juin et dont la santé nous cause d’assez vives inquiétudes.

Pour cette neuvaine, nous proposons les prières publiées > ici ; mais, cela n’a rien de contraignant : si certains préfèrent d’autres prières plus à leur goût, qu’ils les utilisent. Ce qui importe ce n’est pas la formule utilisée, mais la ferveur et la confiance avec lesquelles on recourt à sa puissante intercession.

B – Samedi 11 août, fête de Sainte Philomène :

Comme tous les ans, nous célèbrerons le 11 août au Mesnil-Marie la fête de Sainte Philomène. Cette année, c’est un samedi.

La Sainte Messe sera célébrée dans notre oratoire à 10 h précises.
Tous nos amis et tous ceux qui souhaitent honorer cette très grande sainte sont évidemment les bienvenus.

Après la Sainte Messe, aura lieu le repas – tiré du sac – et nous prévoyons un espace pique-nique à l’ombre d’un grand barnum qui nous a été prêté : les personnes qui possèdent tables et chaises pliantes et qui prévoient de rester pour le pique-nique, sont invitées à les apporter. Merci !
L’après-midi, un temps de prière aura encore lieu à l’oratoire et la relique de Sainte Philomène pourra être vénérée.

Pour information (1) : comme l’année dernière l’oratoire était archi-plein, nous avons respectueusement demandé à Monsieur l’Archiprêtre – selon les dispositions prévues par le motu proprio « Summorum Pontificum » (qu’il semblait ignorer) s’il accepterait de nous accorder l’usage de l’église d’un village voisin pour la célébration de la Sainte Messe.
Cette démarche a suscité quelques « complications » – je vous passe les détails – et s’est en définitive soldée par un refus. Plus exactement « on » nous a fait répondre que cette église nous serait volontiers prêtée à la condition que le prêtre célébrât cette Messe selon le missel de 1969, ce qui est évidemment et absolument inenvisageable pour ce qui nous concerne…
Vous le voyez, les attitudes sectaires à l’encontre des fidèles attachés à la Sainte Messe latine traditionnelle sont loin d’appartenir au passé.
Nous avons donc travaillé avec des amis pour augmenter au maximum le nombre de places dans notre oratoire… mais nous ne pouvons pas pousser les murs.

Pour information (2) : Pour préparer matériellement cette journée de prière et d’amitié, ce samedi 4 août est organisée une journée de travaux au Mesnil-Marie… Toutes les bonnes volontés – et tous les bras – sont les bienvenus !
Merci de nous contacter pour connaître les modalités pratiques de cette journée absolument nécessaire… 

Reliquaire de Sainte Philomène au Mesnil-Marie

Reliquaire de Sainte Philomène dans l’oratoire du Mesnil-Marie

frise avec lys naturel

C - Aide pour les travaux du Mesnil-Marie :

Nous avons dû faire remplacer une fenêtre qui avait été gravement endommagée lors d’un épisode de tempête hivernale, au mois de décembre 2016, et qui depuis n’assurait plus correctement son rôle d’isolation.
Profitant de la venue du menuisier pour son remplacement, nous lui avons également demandé quelques autres petites interventions telles que la consolidation d’une poutre et la pose d’une planche de châtaignier – soutenant un rembourrage de laine de chanvre – au-dessus de la porte-fenêtre de l’oratoire, afin d’obstruer une longue et profonde cavité qui datait de l’époque où ce qui est maintenant notre oratoire était une grange à foin et où à la place de cette porte-fenêtre se trouvait un antique portail.
Ces travaux ont un coût… et nous tendons une fois de plus la main afin de pouvoir honorer la facture du menuisier. Si vous souhaitez participer au règlement de ces travaux, vous pouvez le faire en cliquant > ici.

Dès à présent, nous remercions nos amis et bienfaiteurs pour leur généreux soutien, et nous les assurons de notre prière reconnaissante à toutes leurs intentions.

Chat noir et blanc merci

2018-54. Saint Vincent de Paul : un saint éminemment politique.

19 juillet,
Fête de Saint Vincent de Paul.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

La fête de Saint Vincent de Paul nous permet de célébrer dans la joie et l’action de grâces à Dieu, l’un des très grands saints de notre chère France : la vraie France, celle qui est née dans les fonts baptismaux de Reims et qui a été grande à la face de tous les peuples tant qu’elle est restée fidèle, en tant même que royaume, à la doctrine évangélique, et tant qu’elle s’est enorgueillie de proclamer dans le prologue de ses institutions sociales et politiques : « Vive le Christ qui aime les Francs ! »
En un temps où l’on confond quasi universellement la pratique de la charité chrétienne avec les oeuvres humanitaires ou la bienfaisance naturelle, il me semble utile de livrer à votre réflexion et méditation des extraits d’un texte très juste et très intéressant tiré d’un petit ouvrage de feu le Révérend Père Yves-Marie Salem-Carrière (+ 1994), lequel était un prêtre lazariste, c’est-à-dire un fils spirituel de Saint Vincent de Paul dont il avait bien approfondi les écrits et la pensée. Ce livre, publié en 1993 aux éditions Dominique Martin Morin, s’intitule « Saint Vincent de Paul et la Politique ».
Voici donc ces extraits du premier chapitre qui rappellent quelques vérités bien peu comprises et acceptées, aujourd’hui où la séparation absolue des domaines spirituels et temporels est professée comme une espèce de dogme non seulement par les laïcistes, mais également par un certain nombre d’hommes d’Eglise qui manquent cruellement de formation philosophique, de doctrine catholique… et de bon sens !

Lully.

Autres textes relatifs à Saint Vincent de Paul dans les pages de ce blogue :
- Témoignage de Saint Vincent de Paul sur la mort de Louis XIII > ici
- Le cœur de Saint Vincent de Paul et la France > ici
- Histoire des reliques de Saint Vincent de Paul > ici

Saint Vincent de Paul au Conseil de conscience de la Reine Anne d'Autriche

Saint Vincent de Paul au Conseil de conscience de la Reine Anne d’Autriche
(gravure d’après le tableau de Jean-François de Troy)

Un saint nécessairement politique
parce qu’il était au service du salut accompli par Notre-Seigneur.

« (…) Saint Vincent de Paul n’est pas un philanthrope, un précurseur de l’Internationale socialiste, un pionnier de la démocratie chrétienne. Il est le contraire même de l’esprit rousseauiste. « Rien ne me plaît qu’en Jésus-Christ ». L’incarnation, la Rédemption, l’Eglise sont la source de son dévouement envers les créatures de Dieu.

(…) La pensée politique de Saint Vincent n’est pas didactique, mais elle est formulée, ou du moins clairement exprimée, par deux certitudes qui la fondent et sans lesquelles on ne peut construire ou maintenir une Cité, un Peuple, un Etat, une Civilisation. 
(…) Première certitude vincentienne : la notion de « nature humaine », la définition de l’être humain et de son « infection » par le péché. Ce réalisme tragique, il faut le compléter par l’espérance dans le Salut en notre Sauveur Jésus-Christ. Cette notion de nature humaine a déjà des conséquences dans la politique, selon que le laxisme et le libéralisme seront de règle, ou bien qu’une nécessaire discipline et une autorité ferme empêcheront la déliquescence des peuples et des Etats.
Deuxième certitude : les vérités éternelles, vitales, enseignées par le Sauveur. Qu’on le veuille ou non, on ne peut gouverner ni diriger si on ignore les principes fondamentaux que le Christ a donnés au monde.
Un responsable politique, surtout au plus haut niveau, est bien obligé de se faire une idée sur l’homme. Cette « idée sur l’homme » va imprégner toute l’activité de la personne, même dans l’ordre économique et social, dans la législation, le Code civil, la Défense. La vie n’est pas neutre : les erreurs ou les rêveries s’achèvent dans le malheur. Le Seigneur est clair : « Celui qui bâtit sa maison sur le rocher, les ouragans, les pluies, les tempêtes déferleront sur elle, elle résistera. Celui qui a bâti sur le sable… elle sera détruite. »
A ces deux certitudes, Saint Vincent ajoute la constatation des évidences historiques, des expériences de chaque génération.
Nous pouvons donc affirmer que, si la pensée politique vincentienne n’a jamais pris le tout d’un traité de politique, sa réflexion, sa connaissance des rois et des peuples, assurent qu’il travailla solidement et pour toutes les époques. Sa pensée n’est pas celle d’une génération, influencée par les sentiments de son siècle : elle est, elle sera toujours, actuelle, classique, universelle. Car l’Histoire montre la vérité de la nature humaine et des enseignements évangéliques confiés à l’Eglise.
La politique vincentienne est une politique du salut des âmes, du salut des nations, c’est-à-dire de la conversion. Sinon, il y a perdition de l’homme et de la société. Pour un catholique, il n’y a pas d’autre politique : le refus de la rédemption, c’est la défaite pour toute société. Tout a été essayé, de l’Eglise assermentée au Ralliement. Il serait temps de repenser aux « deux Cités » de Saint Augustin ou aux « deux Etendards » de Saint Ignace de Loyola. Ce n’est pas du manichéisme, car la victoire du Bien est déjà assurée « per Christum ».
Cela dit et exposé, il faut « parler politique » ou « faire de la politique », comme M. Jourdain faisait de la prose. Saint Vincent s’est engagé sur ce terrain, non comme politicien, mais pour servir, sauver l’âme du peuple, l’âme de la Cité. L’idée de servir le Royaume du Christ en France est celle qui anime tous les prêtres, tous les baptisés qui savent leur devoir de collaborer à l’œuvre du « Salut des Nations », depuis la vocation du Peuple d’Israël, jusqu’à l’avènement final du Seigneur « quand les temps seront accomplis ».
Saint Vincent a noué des relations et des amitiés, non pas avec des politiciens principalement préoccupés par les joutes électorales, mais avec de vrais « hommes d’Etat », serviteurs du pays, poussés par un idéal noble, à l’intelligence lucide et à la volonté persévérante.

Entre 1601 et 1660, Saint Vincent a rencontré en tête-à-tête Henri IV puis Louis XIII, la Reine Anne d’Autriche après la Reine Marie de Médicis, et aussi Richelieu, Mazarin, le général de Gondi, ministre de la marine, les présidents de divers parlements, la duchesse d’Aiguillon, etc. Il s’occupera des affaires de Pologne, des troubles civils de la Fronde, des Croquants, des persécutions en Irlande ; il sera, bien sûr, en relations avec le pape et ses légats, avec des quantités d’évêques. Et, quotidiennement, la menace islamique ou arable l’occupera. Ainsi, grâce à son intelligence et à son cœur, il aura bien servi son pays en veillant aux intérêts de Dieu.

(…) Saint Vincent de Paul, qui a pesé la relativité de toutes choses humaines (…) affirme que les fondements de tout jugement, de toutes décisions, doivent se faire à la lumière des enseignements du Sauveur.
C’est ainsi, en se référant aux valeurs absolues de la doctine catholique, qu’il va mener son action politique (…).
Les réalités temporelles seront alors animées, vivifiées, par les vérités éternelles et l’unique finalité : « la gloire de Dieu et le salut des âmes » !

Quand il parle de l’autorité, de l’opinion, de l’emploi de la force, de l’éducation, de l’action caritative, sa pensée est d’abord imprégnée de la pensée du Christ. Dans ses relations avec les rois, les reines, les ministres, les parlements, on peut ainsi vérifier l’application de sa devise : « Rien ne me plaît qu’en Jésus-Christ ».
Etrange programme politique, aux yeux de nos contemporains, qui n’a plus rien à voir avec l’électoralisme et la démagogie devenus, chez nous, tabous et mythologiques.
Il y a un Sauveur, Il a parlé, Il a confié sa parole et ses sacrements à une Eglise catholique ; Il sauve les individus et les peuples, et Lui seul est Sauveur, pas un autre. Chacun est sauveur dans la mesure où il travaille avec Lui. »

Rd. Père Yves-Marie Salem-Carrière,
in « Saint Vincent de Paul et la Politique », éd. DMM 1993
(pp. 7, 8-11, 16)

Saint Vincent de Paul au Conseil de conscience de la Reine Anne d'Autriche - détail

2018-53. Lettre du Prieur de la Confrérie Royale à l’occasion du centième anniversaire du martyre de la famille impériale russe, le 17 juillet 1918.

1918 – 17 juillet – 2018

Icône sainte famille impériale russe

Icône de la sainte famille impériale russe martyre

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, vers le petit matin, dans la cave de la maison Ipatiev à Ekaterinbourg, petite ville de l’Oural, Leurs Majestés Impériales le Tsar Nicolas II Aleksandrovitch et la Tsarine Alexandra Feodorovna, ainsi que leurs cinq enfants : les grandes duchesses Olga, Tatiana, Maria et Anastasia et le Tsarévitch Alexis furent horriblement massacrés, puis leurs corps furent jetés dans une fosse à quelque deux kilomètres de là.

Il n’est point dans mon intention de relater les détails de cette abominable boucherie, ni même de rappeler les circonstances qui ont conduit à la chute de l’empire des Romanov.

Je veux en revanche insister sur le fait que, selon les paroles de Notre-Dame de Fatima quelques mois plus tôt, l’écroulement de cet empire russe chrétien, allait permettre que la Russie répandrait ses erreurs dans le monde provoquant guerres et persécutions.

A la suite de la famille impériale martyre, des centaines de milliers de moines, de moniales, de fidèles adultes et enfants, en Russie puis dans tous les pays où le communisme triomphant exporta ses doctrines abominables, derrière les rideaux de fer ou de bambou et sur tous les continents, ont subi le martyre sanglant en raison de leur fidélité au Christ.

Je veux en revanche insister sur le fait que les deux révolutions russes (1905 et 1917), ne sont que les filles et les épigones de l’abominable révolution de 1789, et que les bourreaux de 1917 et des décennies suivantes ne sont que les successeurs et continuateurs de ceux qui ont conduit à l’échafaud Leurs Majestés le Roi Louis XVI et la Reine Marie-Antoinette, Madame Elisabeth, les Bienheureuses Martyres d’Orange, les Bienheureuses Ursulines de Valenciennes, les Bienheureuses Filles de la Charité d’Arras, les Bienheureuses Carmélites de Compiègne (dont la fête liturgique se trouve justement en ce 17 juillet – cf. > ici), et tant de milliers d’autres connus ou anonymes ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont fait mourir à petit feu emmuré Sa Majesté le Roi Louis XVII, ou confiné plusieurs milliers de religieux et de prêtres dans les pontons des navires-mouroirs de Rochefort ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont fusillé et percé de baïonnettes les Bienheureux Martyrs d’Angers et d’Avrillé, les milliers de défenseurs de Lyon s’insurgeant contre la Convention ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont brûlé vifs les villageois et les tout petits enfants des Lucs sur Boulogne et les habitants de nombreux bourgs de nos bocages et de nos campagnes ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont égorgé avec une liesse satanique les détenus des prisons et des hôpitaux de Paris en septembre 1792, ou organisé des noyades en série dans des mises en scène aussi cruelles qu’impudiques… etc. …etc.

Je veux en revanche insister sur le fait que les millions de victimes des deux guerres mondiales du XXe siècle, ainsi que des guerres liées aux combats d’ « unification nationale » au XIXe siècle (par exemple pour l’Italie et l’Allemagne), ou des guerres dites d’indépendance au XXe siècle, comme encore les millions de victimes de toutes les idéologies qui découlent des divers avatars du nationalisme (dont les plus célèbres sont le fascisme et le national socialisme hitlérien) – ce nationalisme vers lequel lorgnent pourtant certains catholiques qui, ce faisant, croient être contre-révolutionnaires ! -, toutes, absolument toutes, sont en fait des victimes de la révolution dite française continuée, exportée, diversifiée, démultipliée, à la manière des têtes sans cesse renaissantes d’une hydre sortie de l’enfer.

Je pourrai développer cette sanglante et sinistre litanie sur des pages et des pages encore…

La nuit prochaine, nuit de l’exact centième anniversaire du martyre de la famille impériale russe, le Patriarche orthodoxe Cyrille de Moscou conduira une imposante procession sur 21 km – oui, vous avez bien lu : sur 21 km ! – à Ekaterinbourg.

Certes, je ne suis pas orthodoxe et je ne méconnais ni ne minimise les obstacles doctrinaux qui empêchent l’unité et la pleine communion entre orthodoxes et catholiques, néanmoins je ne peux que souscrire et reprendre à mon propre compte et pour le compte de toute la Confrérie Royale cette déclaration du Patriarche Cyrille : « Lavés par le sang de nos martyrs nous devons devenir un autre peuple qui ne permettra jamais plus d’outrager ses valeurs sacrées, de se refuser à Dieu » ; et l’on voudrait qu’aujourd’hui en Occident et dans l’Eglise catholique romaine des évêques aient des convictions suffisantes et assez de courage pour tenir le même langage au sujet de la révolution de 1789 et de toutes ses continuations : pour tenir le même langage lorsqu’ils sont interrogés par nos médias pourris, pour tenir le même langage en face des politiques marionnettes des loges, pour tenir le même langage surtout dans nos églises et nos cathédrales dévastées par la crise moderniste en face de fidèles qui, dans leur écrasante majorité, ne professent plus que des bribes de la foi authentique révélée par Notre-Seigneur !

Mon Dieu, donnez-nous des évêques et des prêtres capables de prêcher la pénitence et l’expiation au sujet de la satanique révolution, et, ce faisant, entraînant les âmes vers une authentique conversion des intelligences, une authentique conversion des cœurs et une authentique conversion des mœurs pour que la pureté et l’intégralité de la foi divine soit restaurée non seulement dans les âmes mais dans la société tout entière !

Le but de la révolution en effet, en 1789 comme en 1917, a été de détruire les monarchies chrétiennes, remparts de l’Eglise et de la foi, ce pourquoi la seule véritable et nécessaire contre-révolution se fonde sur la conversion profonde des individus, des institutions et des sociétés pour restaurer dans leur pureté et leur splendeur spirituelle des Rois et des Princes authentiquement chrétiens, participant de toute leur légitimité et de toute leur volonté aux desseins rédempteurs et sanctificateurs de Dieu, dans l’ordre social et politique qui leur a été départi par la divine Providence.

J’ai cru nécessaire de le rappeler avec force à l’occasion du centième anniversaire du massacre de Leurs Majestés Impériales le Tsar Nicolas II Aleksandrovitch, la Tsarine Alexandra Feodorovna, et leurs cinq enfants, authentiques martyrs comme la famille royale française lors de la grande révolution, parce que c’est en haine de la royauté chrétienne dont ils incarnaient les principes (malgré leurs faiblesses personnelles), en haine du Droit Divin, et donc en haine du Christ Notre-Seigneur, qu’ils ont été mis à mort.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur,
Prieur.

Blason Frère Maximilien-Marie

L’hymne « Salve, virilis pectoris Virgo ! » des vêpres de Sainte Jeanne d’Arc.

30 mai,
fête de Sainte Jeanne d’Arc, vierge,
céleste protectrice de la France avec Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, après Notre-Dame de l’Assomption
(en France, fête double de 2ème classe).

Pour nos amis qui ne seraient pas toujours très à l’aise avec la langue latine mais qui souhaiteraient néanmoins s’associer à la prière officielle de la Sainte Eglise au moyen des hymnes propres par lesquels le bréviaire chante la gloire de Sainte Jeanne d’Arc, voici le texte et une traduction de l’hymne « Salve, virilis pectoris Virgo » que l’on trouve aux premières et secondes vêpres de sa fête.

Vitrail Sainte Jeanne d'Arc - église Saint-Georges de Néris-les-Bains

Vitrail de Sainte Jeanne d’Arc
église Saint-Georges de Néris-les-Bains

fleur de lys gif2

Salve, virílis pectóris
Virgo, Patróna Gálliæ !
Torménta dira sústinens,
Christi refers imáginem.

Salut, ô Vierge au cœur viril,
Patronne de la France !
En supportant de cruels tourments,
Tu reproduis l’image du Christ.

Voces supérnas áudiens,
Iesu repléta lúmine,
Dum fata pandis pátriæ,
Silent pavéntque iúdices.

Lorsque, entendant les voix célestes,
Remplie de la lumière de Jésus,
Tu dévoiles les destins du pays,
Les juges se taisent et sont saisis de crainte.

Oppréssa flammis, clámitas
Iesum, crucémque fórtiter
Ampléxa, ad Ipsum, símplicis
Instar colúmbæ, pérvolas.

Étouffée par les flammes,
Tu appelles Jésus, et embrassant
Etroitement la croix, c’est vers Lui que,
Semblable à la candide colombe, tu t’envoles.

Choris beátis Vírginum
Adscrípta, cives ádiuva :
Te deprecánte, síngulis
Detur coróna glóriæ.

Admise parmi les chœurs bienheureux des Vierges,
Viens en aide à tes concitoyens ;
Que par ta prière, à chacun
soit donnée la couronne de gloire.

Sit laus Patri, sit Fílio :
Sancto decus Paráclito,
Qui corda amóre sáuciat,
Vires et auget lánguidis.

Louange soit au Père et au Fils,
Honneur au Saint Paraclet,
Qui blesse d’amour les cœurs
Et augmente la force des languissants.

Amen.

Blason de Sainte Jeanne d'Arc

Autres publications consacrées à Sainte Jeanne d’Arc dans les pages de ce blogue :

- A Sainte Jeanne d’Arc : prière pour la France et cantique du Père Doncœur > ici
– Extrait du panégyrique de Jeanne d’Arc par Monseigneur Pie > ici
– Sainte Jeanne d’Arc et la légitimité > ici
« Le cœur de Jeanne était resté intact et plein de sang » > ici
- Témoignage des dominicains qui assistèrent Jeanne d’Arc en son supplice > ici

– Témoignage du Frère Jean Pasquerel aumônier et confesseur de Jeanne > ici

12345...36

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi