Archive pour la catégorie 'De Maria numquam satis'

Prière de louange en l’honneur de la Sainte Mère de Dieu

prononcée par
Saint Cyrille d’Alexandrie
au
Concile d’Ephèse

11 octobre,
Fête de la Maternité divine de la Bienheureuse Vierge Marie.

« En l’an 1931, aux applaudissements de tout l’univers catholique, on célébrait le quinzième centenaire du concile d’Éphèse, au cours duquel la bienheureuse Vierge Marie, de qui est né Jésus, fut proclamée, contre l’hérésie de Nestorius, Mère de Dieu par les Pères en union avec le Pape Célestin ; le Souverain Pontife Pie XI voulut que le souvenir de cet heureux événement fut perpétué par un témoignage constant de sa piété. Il existait à Rome un monument glorieux de la proclamation d’Éphèse, l’arc triomphal de la basilique de Sainte-Marie-Majeure, sur l’Esquilin, orné par son prédécesseur Sixte III d’admirables mosaïques, mais détérioré par l’injure du temps ; il le fit heureusement restaurer à ses frais, ainsi que l’aile transversale de la basilique. Il décrivit dans une lettre encyclique la vraie physionomie du concile œcuménique d’Éphèse et exposa abondamment et avec piété le privilège ineffable de la Maternité divine de la bienheureuse Vierge Marie, afin que la connaissance d’un mystère si sublime se gravât plus profondément dans les âmes des fidèles. En même temps il proposa Marie Mère de Dieu, bénie entre toutes les femmes, et la famille de Nazareth, comme un modèle à imiter, illustre entre tous, tant pour la dignité et la sainteté d’un chaste mariage que pour la pieuse éducation de la jeunesse. Enfin, pour que subsistât aussi un monument liturgique, il décréta que la fête de la Maternité divine de la bienheureuse Vierge Marie serait célébrée chaque année le 11 octobre par l’Église universelle, sous le rite double de deuxième classe, avec une Messe et un office propres ».

(sixième leçon des matines de cette fête).

Mosaïque de la cathédrale grecque Sainte Sophie à Washington

Mosaïque de la cathédrale grecque de Washington

Salut, Marie, Mère de Dieu, Vierge et Mère, vous qui portez la Lumière, vase incorruptible.

Salut, Vierge Marie, Mère et servante ; Vierge à cause de Celui qui est né de votre virginité, Mère à cause de Celui que vous avez porté dans vos bras et nourri de votre lait, servante à cause de Celui qui a pris la forme d’un serviteur. Car le Roi est entré dans Sa cité, ou plutôt dans votre sein, et Il en est sorti comme Il l’a voulu, et votre porte est demeurée scellée. Vous L’avez conçu sans la volonté d’un homme et vous L’avez enfanté d’une manière divine.

Salut, Marie, temple où Dieu descend, temple sacré comme le prophète David l’avait proclamé : votre temple est saint, admirable en justice.

Salut, Marie, trésor de tout l’univers ; salut, Marie, colombe sans tache ; salut, Marie, flambeau qui ne peut s’éteindre : c’est de vous qu’est né le Soleil de justice.

Salut, Marie, lieu de Celui qui n’a pas de lieu, vous qui avez tenu enfermé dans votre sein le Fils unique, Dieu le Verbe, vous qui avez produit sans charrue et sans semence l’épi incorruptible.

Salut, Marie : à cause de vous les prophètes chantent et les bergers entonnent avec les anges l’hymne redoutable : « Gloire à Dieu dans les hauteurs, et sur la terre paix aux hommes de bonne volonté ».

Salut, Marie, Mère de Dieu : à cause de vous les anges se réjouissent et les archanges éclatent en chants retentissants.

Salut, Marie, Mère de Dieu : à cause de vous les mages viennent adorer, conduits par une étoile étincellante.

Salut, Marie, Mère de Dieu : à cause de vous les douze Apôtres furent choisis.

Salut, Marie, Mère de Dieu : à cause de vous Jean bondit dans le sein de sa mère et le flambeau adora la Lumière éternelle.

Salut, Marie, Mère de Dieu, par qui est venue la grâce ineffable, dont l’Apôtre disait : « La grâce de Dieu est apparue aux hommes pour leur salut ».

Salut, Marie, Mère de Dieu : c’est de vous qu’est venue la Lumière véritable, Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui dit dans l’Evangile : « Je suis la Lumière du monde ».

Salut, Marie, Mère de Dieu, c’est de vous que S’est levée la Lumière pour ceux qui étaient assis dans les ténèbres et à l’ombre de la mort ; car le peuple qui gisait dans les ténèbres a vu une grande lumière. Quelle est cette Lumière, sinon Notre-Seigneur Jésus-Christ, la Lumière véritable qui éclaire tout homme venant en ce monde ?

Salut, Marie, Mère de Dieu : c’est par vous qu’est annoncé dans l’Evangile : « Béni soit Celui qui vient au Nom du Seigneur ! » ; c’est par vous que les villages, dans les îles, les Eglises des justes sont fondées.

Salut, Marie, Mère de Dieu : par vous est venu le vainqueur de la mort et le destructeur de l’enfer.

Salut, Marie, Mère de Dieu : par vous est venu le Créateur qui a racheté Sa créature de la faute et l’a conduite au Royaume du ciel.

Salut, Marie, Mère de Dieu : par vous a brillé la lumière de la Résurrection.

Salut, Marie, Mère de Dieu : par vous a jailli le baptême redoutable de la sanctification dans le Jourdain.
Salut, Marie, Mère de Dieu : par vous Jean et le Jourdain ont été sanctifiés et le démon a été écrasé.

Salut, Marie, Mère de Dieu : par vous tout esprit qui croit est protégé.

Trois lys blancs

2018-85. Entretiens spirituels donnés lors de la fête de Notre-Dame de Compassion au Mesnil-Marie.

Jeudi 20 septembre 2018,
Fête de Saint Eustache et de ses compagnons, martyrs ;
Vigile de Saint Matthieu, apôtre ;
Mémoire du 6ème jour dans l’octave de Notre-Dame des Douleurs.

Pieta - oratoire du Mesnil-Marie

Piéta dans l’oratoire du Mesnil-Marie
(Note : cette statue est en bois polychrome : elle a fait l’objet d’un très mauvais travail de peinture en 1911,
mais cette peinture écaillée en plusieurs endroits semble révéler une polychromie beaucoup plus ancienne
et nous sommes portés à la dater de la fin du XVIIIème siècle ou du premier quart du XIXème)

frise avec lys naturel

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Lorsque nous annonçâmes la journée de récollection du samedi 15 septembre dernier, en notre Mesnil-Marie, à l’occasion de la fête patronale du Refuge Notre-Dame de Compassion (cf. > ici), quelques uns d’entre vous nous ont exprimé leur regret de ne pouvoir y participer, soit en raison d’obligations diverses déjà contractées, soit en raison de soucis de santé, soit encore tout simplement en raison de l’éloignement géographique.
Une dizaine de personnes avaient pu nous rejoindre, et l’une de nos fidèles amies a enregistré les deux communications que Frère Maximilien-Marie a données ce jour-là, si bien que, disposant désormais de ces enregistrements nous sommes en mesure de les adresser à ceux qui souhaiteraient les écouter.

La première intervention, celle du matin, intitulée « Importance et actualité du culte des Douleurs de la Mère de Dieu », dure presque 1 h et 10 mn. Partant du Saint Evangile – en redressant au passage quelques erreurs modernes – Frère Maximilien-Marie peint à grands traits une fresque du développement continu du culte de la Mère des Douleurs, demandé à plusieurs reprises par la Très Sainte Vierge Marie en plusieurs apparitions authentifiées par l’Eglise, et évoque les principales pratiques de cette dévotion.
La seconde communication, celle de l’après-midi, intitulée « Vie chrétienne et souffrance », dure un peu plus de 50 mn, et notre Frère y rappelle avec la grande Tradition spirituelle combien il ne peut pas y avoir de vie chrétienne authentique sans  l’union à la Croix de Notre-Seigneur, source de grandes souffrances certes mais plus encore source de joie surnaturelle et de fécondité spirituelle.
Dans l’une et l’autre, Frère Maximilien-Marie s’adresse à son auditoire avec beaucoup de simplicité, comme dans des entretiens familiers.

Si vous souhaitez donc avoir accès à ces enregistrements, il suffit de nous écrire > ici, et de nous les demander : nous vous ferons alors parvenir par courriel * (wetransfer) un lien de téléchargement valable quelques jours. Vous pourrez alors télécharger un fichier « zippé », dont il vous faudra ensuite extraire les deux fichiers audio contenant ces deux communications que vous pourrez alors écouter à votre guise…

* Nota bene :
Lorsque vous écrivez votre adresse électronique dans le formulaire de contact, assurez vous de le faire sans faute. Il nous arrive fréquemment de ne pouvoir répondre à des messages qui nous sont adressés parce que des erreurs ont été commises dans la retranscription.

Coeur de Marie aux sept glaives

2018-81. De la Révérende Mère Anne-Marie de Jésus-Crucifié, qui joua un rôle fondamental dans la consécration du Royaume de France à Notre-Dame.

1653 – 4 septembre – 2018

365ème anniversaire du rappel à Dieu
de la
Réverende Mère Anne-Marie de Jésus-Crucifié
née Anne de Goulaine

frise avec lys naturel

De la même manière que l’événement fondateur qu’est le Baptême de Clovis – en lequel se fait la naissance du Royaume de France – est entouré d’une pléiade de très grands saints, ainsi aussi cet autre événement majeur de notre histoire qu’est la consécration du Royaume à Notre-Dame par SMTC le Roi Louis XIII (cf. > ici) est lui aussi entouré d’une constellation de très grandes âmes, dont la plupart ne sont malheureusement pas assez connues aujourd’hui. 
Nous aurons l’occasion de parler prochainement plus en détail du Révérend Père Joseph de Paris, capucin, né François Le Clerc du Tremblay, un personnage-clef pour le règne de Louis XIII, mais en ce 4 septembre 2018, à l’occasion de l’exact 365ème anniversaire de son rappel à Dieu, le 4 septembre 1653, il faut prioritairement évoquer la figure de l’une de ses filles spirituelles, la Révérende Mère Anne-Marie de Jésus-Crucifié, née Anne de Goulaine. Elle est en effet une mystique de tout premier ordre et son influence fut déterminante dans la maturation du Vœu de Louis XIII.

Rde Mère Anne-Marie de Jésus-Crucifié - Anne de Goulaine

La Révérende Mère Anne-Marie de Jésus-Crucifié avec son ange gardien

Anne de Goulaine naquit le 20 septembre 1599, au château de Poulmic, édifié sur la presqu’île de Crozon (il n’en reste rien aujourd’hui).
Elle était la troisième fille de Messire Jean de Goulaine, seigneur et baron du Faoüet, cadet du marquis de Goulaine, et de Madame Anne de Ploeuc, sœur du marquis de Tymeur.
Dès son plus jeune âge, Anne fut favorisée de grâces extraordinaires, en particulier la compagnie visible de son saint ange gardien, mais également préscience et lecture dans les âmes…
A plusieurs reprises, elle fut miraculeusement soulagée dans ses maladies et consolée par la visite des saints. En contre partie de ces faveurs célestes, elle subit aussi de manière extraordinaire des vexations et attaques diaboliques.

Ses deux sœurs ainées étant entrées dans la congrégation des Bénédictines de Notre-Dame du Calvaire que venaient de fonder le Révérend Père Joseph de Paris (du Tremblay) et la Révérende Mère Antoinette de Sainte-Scholastique (née Antoinette d’Orléans-Longueville), ses parents résolurent de la marier. Mais Anne aspirait elle aussi depuis sa plus tendre enfance à la consécration totale et sa détermination inflexible, opposée au dessein de ses parents, fut à l’origine de longues années d’affrontements et de souffrances, chacun campant fermement sur ses positions.

A la mort de son père, qui rend son âme à Dieu revenu à des dispositions plus conformes aux desseins du Ciel sur sa fille, Anne ne peut toutefois pas encore réaliser sa vocation. Si sa mère a renoncé à la marier et lui laisse donner libre cours à sa dévotion, elle est cependant malade et c’est à Anne qu’incombent les responsabilités de gestion et d’administration des domaines familiaux et les devoirs mondains y afférant.
Elle passe alors la plus grande partie de ses nuits en oraison et emploie tout le temps libre que lui laisse sa charge à visiter et soigner les pauvres et les malades du voisinage.
Les vexations et sévices diaboliques s’intensifient, mais les grâces divines augmentent elles aussi : à plusieurs reprises elle est favorisée de visions de Notre-Seigneur ou de Notre-Dame.

Enfin, en 1629, une communauté de Bénédictines du Calvaire s’étant établie à Morlaix – communauté dont l’une de ses sœurs est sous-prieure -, et Madame de Goulaine ayant cédé, Anne peut réaliser sa vocation et entrer au couvent. Cela se fait donc le 4 août 1629 : Anne est âgée de 29 ans et un peu plus de dix mois, âge très avancé pour une entrée en religion à cette époque.
Ayant accompli le postulat canonique, qui est alors de trois mois, elle est admise à la vêture le 4 novembre 1629 et reçoit, en même temps que le saint 
habit, le nom de Sœur Anne-Marie de Jésus Crucifié.

Pendant son noviciat, Sœur Anne-Marie continue à être favorisée de grâces extraordinaires et à être terriblement attaquée par le démon. Ses supérieures la feront passer par de rigoureuses épreuves pour s’assurer que les voies de la jeune religieuse sont bien de Dieu. Mais force est de constater que « ce trait puissant qui la possédait et l’attirait à la conversation céleste, ne l’empêchait pas d’agir extérieurement et de vaquer aux œuvres de charité et d’obéissance et d’assister à toutes les observances ».
Le Vendredi Saint 29 mars 1630, à midi, en présence de toute la communauté assemblée, Sœur Anne-Marie reçoit les sacrés stigmates. Par la suite, tous les vendredis, ces plaies seront revivifiées.

Normalement, elle eût dû prononcer ses vœux solennels un an après sa prise d’habit, donc en novembre 1630 ; mais informés des phénomènes mystiques hors du commun dont était gratifiée la novice, les supérieurs de Paris avaient exprimé le désir d’examiner eux-mêmes la jeune religieuse avant de l’admettre à la profession solennelle. Finalement, le voyage à Paris ne put avoir lieu comme initialement prévu et la supérieure de Morlaix fut autorisée à recevoir les vœux de Sœur Anne-Marie, à condition que, sitôt après, cette dernière partirait pour la capitale.
Cette profession solennelle eut lieu le 27 juin 1631, qui était cette année-là le vendredi après l’octave de la fête du Très Saint-Sacrement, c’est-à-dire le jour que quelques années plus tard  Notre-Seigneur Lui-même désignera pour qu’y soit célébrée la fête de Son Sacré-Coeur.
Lors de cette profession, dont on peut deviner avec quelle ferveur Sœur Anne-Marie s’y prépara et l’accomplit, eut lieu un nouveau prodige : alors qu’elle venait de prononcer ses vœux devant le Saint-Sacrement exposé, un rayon sortit de la Sainte Hostie et vint se poser dans un cœur qu’elle avait dessiné au-dessous de sa signature, sur l’acte manuscrit de sa profession, y laissant une petite goutte de Sang que l’on peut encore voir aujourd’hui, puisque ce document est conservé (archives du ministère des Affaires étrangères).

Conformément aux ordres reçus, Sœur Anne-Marie de Jésus-Crucifié fut alors envoyée à Paris où elle arriva à la fin du mois d’août et où elle restera jusqu’à la fin de sa vie, c’est-à-dire pendant 22 ans.
Le couvent dans lequel elle a vécu, en bordure du Marais, est aujourd’hui détruit, son souvenir ne subsiste que par le nom d’un boulevard et d’une station de métro : « Filles du Calvaire ».
Le Révérend Père Joseph de Paris (du Tremblay) ne la ménagera pas, tout en étant absolument convaincu du caractère surnaturel divin des voies mystiques dans lesquelles elle avance : mais il est de son devoir de la prémunir contre toute espèce d’illusion, manque d’humilité, complaisance en soi-même et contre tout mouvement de vénération indiscrète. Sous sa direction ferme, Mère Anne-Marie continue à croître dans une union à Dieu toujours plus intense, en humilité et en charité, dans une vie immolée et souffrante, jusqu’au moment de sa sainte mort, survenue le lundi 4 septembre 1653, à quelques jours de son 54ème anniversaire.

Vœu de Louis XIII - Simon Vouet

Vœu de Louis XIII
par Simon Vouet (vers 1633)
Mairie de Neuilly-Saint-Front (Picardie)

Mère Anne-Marie de Jésus-Crucifié et le Vœu de Louis XIII :

Le Révérend Père Joseph de Paris fut surnommé, on s’en souvient, l’ « Eminence grise » : « grise » en raison de la couleur de sa bure délavée de capucin ; « Eminence » en raison du rôle très important qu’il joua auprès du Roi Louis XIII aux côtés de Son Eminence Armand du Plessis cardinal de Richelieu, dont il fut le principal et très sage conseiller.
Les Bénédictines du Calvaire, et tout spécialement celles de Paris qui avaient de fréquents contacts avec leur fondateur, le Père Joseph, étaient donc particulièrement sollicitées pour soutenir de leurs prières et de leurs sacrifices la Personne du Roi, lui obtenir toutes les grâces nécessaires dans l’accomplissement de sa charge, et seconder dans l’invisible la politique du Roi Très Chrétien.
Or les années 1635-1636 furent particulièrement critiques pour le Royaume.

Décidés à dégager la France de l’étau dans lequel la tient dangereusement la Maison de Habsbourg, le Roi et le Cardinal lui ont déclaré la guerre. Si les débuts de la campagne ont été ponctués par de brillants succès, les revers se produisent bientôt et les Espagnols envahissent les provinces septentrionales du Royaume, s’approchant dangereusement de Paris.
Déjà, depuis le début la décennie, l’idée d’un vœu du Souverain à la Vierge s’était fait jour et revenait de manière récurrente : malgré la paix d’Alais (1629) – véritable terme des guerres civiles dites « de religion » – on pouvait craindre à tout moment un sursaut de trahison des sectateurs de la religion prétendue réformée, toujours prompts à s’allier avec les ennemis du Royaume. Un Royaume dont l’avenir était incertain du fait de l’absence d’héritier…
Les ferventes supplications de tous les couvents du Royaume sont instamment sollicitées. Le Roi écrit aux évêques pour qu’ils prescrivent et instituent dans tous les diocèses des prières publiques solennelles.

Après la prise de Corbie (15 août 1636), les Espagnols arrivent aux portes de Compiègne : la route de Paris leur est ouverte.
Le Roi qui a imploré d’une manière particulière le secours de la Sainte Mère de Dieu et qui, en gage de ce recours particulier à sa protection, a offert une lampe d’argent à Notre-Dame de Paris, reçoit alors communication des révélations particulières qui ont été accordées par Notre-Seigneur Jésus-Christ à Mère Anne-Marie de Jésus-Crucifié.
La moniale assure que Corbie va être reprise mais surtout elle fait porter à la connaissance du pieux monarque les grands desseins de Notre-Seigneur : « Je l’aime et l’aimerai s’il Me veut donner son cœur. Pour cela il faut qu’il M’aime plus qu’il ne fait… Il n’est pas né pour lui- même, mais pour Moi et son peuple (…). Je veux aussi qu’il fasse honorer Ma Mère en son royaume en la manière que Je lui ferai connaître. Je rendrai son royaume par l’intercession de ma Mère la plus heureuse patrie qui soit sous le ciel ».
Et c’est alors que tout semblait désespéré, alors que le Roi se murait dans sa mélancolie, alors que le Cardinal – devenu l’objet des huées de la foule – semblait perdre confiance en lui-même, alors que des trahisons se tramaient dans l’armée, alors que les Parisiens commençaient à s’enfuir en direction de Chartres ou d’Orléans, qu’un sursaut d’énergie, de patriotisme et de courage se produit : en quelques jours une armée de plus de quarante mille hommes est levée avec laquelle, ayant déjoué de nouveaux complots contre sa personne et évincé les chefs incapables, le Cardinal – présent lui-même à l’armée – reconquiert Corbie le 10 novembre de cette même année 1636, conformément aux prophéties de la religieuse.

L’année 1636 s’achève sur des succès militaires et dans l’action de grâces à Dieu.
Louis XIII et le Cardinal savent désormais que l’offrande d’un luminaire d’argent – fut-il somptueux – à Notre-Dame de Paris n’est point suffisant. Plusieurs témoignages nous assurent que Louis XIII consacre de manière privée sa Personne et son Royaume à Notre-Dame dans les premiers mois de l’année 1637 : mais cela non plus n’est pas suffisant.
On conserve, en date d’octobre 1637, plusieurs brouillons sur lesquels on voit, raturé et corrigé de la main du Cardinal, un projet de prières publiques pour la consécration du Royaume à la Vierge, et des lettres patentes que Sa Majesté présente finalement au Parlement au mois de décembre 1637 : lettres patentes par lesquelles, en vertu de son autorité souveraine, il déclare se mettre personnellement, lui et son royaume, sous la protection de la Très Sainte Vierge Marie.

La suite, on la connaît : le 10 février 1638 le Roi signe et promulgue l’Edit de Saint-Germain et c’est à Abbeville, où il se trouve au milieu de ses armées, que le 15 août 1638 il accomplira lui-même les cérémonies qu’il a prescrites dans tout le Royaume à perpétuité, et que nous nous faisons encore aujourd’hui un honneur et un devoir d’accomplir fidèlement tous les 15 août.

La Révérende Mère Anne-Marie de Jésus-Crucifié va demeurer encore 15 ans sur cette terre après que sa « mission publique » a été conduite à sa réalisation : 15 années vécues encore dans d’extraordinaires voies de souffrance et d’amour ; 15 ans, c’est d’ailleurs aussi le temps que Notre-Dame est restée sur cette terre après l’Ascension de son divin Fils dans l’attente de Le rejoindre.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

Abraham Bosse voeu de Louis XIII

Le Vœu de Louis XIII (gravure d’Abraham Bosse) 

2018-78. Samedi 15 septembre : Journée de prière et de récollection au Mesnil-Marie, à l’occasion de la fête de Notre-Dame des Sept-Douleurs.

Statue de N.D. de Compassion du Mesnil-Marie

A l’occasion de sa fête patronale principale,

le Refuge Notre-Dame de Compassion

vous propose

une journée de prière et de récollection

au Mesnil-Marie

le samedi 15 septembre 2018

Programme de la journée :

- 10 h  (précises) : Sainte Messe chantée (rite latin traditionnel évidemment).
11 h 30 : 1er enseignement : « Importance et actualité du culte des Douleurs de la Mère de Dieu »
- 13 h : repas tiré du sac
- 14 h 30 : 2nd enseignement : « Vie chrétienne et souffrance »
16 h : chapelet des Sept-Douleurs de Notre-Dame et salut du Très Saint-Sacrement

Inscription nécessaire  (par courriel ou par téléphone) ou bien > ici

Blason du Refuge Notre-Dame de Compassion

Prière pour renouveler le Vœu de Louis XIII :

Nous avons publié (cf. > ici) les prières liturgiques traditionnellement prescrites pour la procession du 15 août en accomplissement du Vœu de Sa Majesté le Roi Louis XIII.
Lors de la procession du Vœu de ce dernier 15 août, à la chapelle Notre-Dame de la Rose de Montélimar si chère à notre cœur, Monsieur l’Abbé, à la station, a en outre lu un texte de prière qui a retenu toute notre attention – et qui a d’ailleurs été très apprécié de tous les fidèles présents – dont il a publié le texte dans le bulletin paroissial. Il nous a dit qu’il tenait cette prière de l’un de ses confrères, lequel l’avait découvert il y a plusieurs années dans un manuel de dévotion.
Nous pensons que ce texte, d’une grande actualité, complète très heureusement les prières liturgiques de la Procession du Vœu de Louis XIII, et nous remercions vivement Monsieur l’Abbé de nous avoir autorisé à le publier dans ces pages.

Abraham Bosse voeu de Louis XIII

Gravure d’Abraham Bosse (1602-1676)
représentant le Vœu de Louis XIII

lys 2

Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.
Ainsi soit-il.

Très douce Vierge Marie, qui avez jadis inspiré au Roi Louis XIII de vous consacrer sa personne, son royaume et ses sujets, daignez continuer d’étendre sur notre personne, notre famille, notre paroisse, notre diocèse et notre Patrie, la France, votre protection maternelle.
Nous aussi, et davantage que le pieux Roi, nous sommes en butte aux épreuves, aux divisions, aux révoltes et aux erreurs. Le démon et le monde mènent contre la Sainte Eglise, contre la Royauté de votre Fils, contre les familles chrétiennes et contre nos âmes fragiles, une guerre sans merci, cherchant à détruire tout ce qui glorifie Dieu et tout ce qui est soumis à Sa Sainte Volonté.
Le monde entier souffre de famine spirituelle, et il n’est presque plus personne pour prêcher la Vérité et répandre la grâce des sacrements. Les erreurs et le péché règnent partout, jusque dans le sanctuaire, et la foi de vos enfants est sans cesse menacée par des pasteurs indignes qui renient par leurs paroles ou par leurs actes l’Evangile de votre Divin Fils.

C’est pourquoi nous nous tournons vers vous avec ferveur et grande confiance, et nous venons à vos pieds nous consacrer à vous.
Conservez en notre intelligence la foi catholique dans son intégrité, et donnez-nous la grâce d’en porter témoignage.
Ranimez en notre cœur l’espérance, afin que nous désirions contempler la Trinité Sainte et vous-même dans le Ciel, et que nous demandions humblement à Dieu la fidélité qui y conduit.
Répandez en notre âme votre charité, pour qu’en toutes choses nous imitions vos vertus et suivions votre exemple.
Rétablissez dans notre patrie et dans ce qui fut la Chrétienté le règne de Jésus-Christ : que les institutions et les mœurs soient animées et réglées par la Sainte Loi de Dieu.
Avec vous et par votre intercession, ô Notre-Dame et notre Souveraine, nous voulons ici-bas travailler à la gloire de Dieu, et en jouir dans l’éternité.

Ainsi soit-il.

Louis XIII offrant sa couronne à Notre-Dame - Nicolas Coustou

SMTC le Roi Louis XIII offrant sa Couronne à la Vierge de Pitié
(maître-autel de la cathédrale Notre-Dame de Paris)

Le cantique « Prends mon coeur : le voilà ! »

En ce jour de fête de la Très Sainte Vierge Marie, nous avons plaisir à renouveler notre consécration personnelle à Notre-Dame et à lui offrir notre cœur avec toujours plus de ferveur et d’amour.
Voici un ancien cantique que nous aimons beaucoup au Mesnil-Marie parce qu’il exprime bien tout ceci : hommage filial, confiance en sa protection maternelle, préservation et secours dans les tentations, imitation de ses vertus et persévérance finale…
En somme, ces cinq couplets résument tout ce qui constitue la dévotion à Marie.

J’ai même trouvé un enregistrement de ce cantique chanté par Tino Rossi (!!!). Le voici (faire un clic droit sur l’image ci-dessous, puis « ouvrir le lien dans un nouvel onglet ») :

Image de prévisualisation YouTube

Trois lys blancs

Cœur très pur de Marie

Prends mon cœur le voilà, Vierge ma bonne Mère :
C’est pour se reposer qu’il a recours à Toi ;
Il est las d’écouter les vains bruits de la terre,
Ta secrète parole est si douce pour moi.

-1 -
Que j’aime de Ton front la couronne immortelle,
Ton sourire si doux, Ton regard maternel !
Mère, plus je Te vois, plus je Te trouve belle
Et je viens déposer mon cœur sur Ton autel.

- 2 -
Tu le sais inconstant : hâte-Toi de le prendre,
Peut-être que ce soir il ne sera plus mien ;
Il me faudrait pleurer pour me le faire rendre.
Oh ! cache-le bien vite et mets-le dans le Tien.

- 3 -
Et puis si, quelquefois, je Te le redemande,
Oh ! ne me le rends plus mais dis-moi, dès ce jour,
Dis-moi que Tu ne peux accueillir ma demande
Que je Te l’ai donné, qu’il est Tien sans retour !

- 4 -
Rends-moi pur à Tes yeux, donne-moi l’innocence,
Un bon cœur pour T’aimer et Ton sein pour dormir,
La foi, la charité, la sublime espérance,
Tes vertus ici-bas, un beau jour pour mourir.

- 5 -
Quand mes yeux obscurcis baisseront vers la tombe,
Quand ma lèvre aura bu le calice de fiel,
Donne-moi pour voler des ailes de colombe
Et viens me recevoir à la porte du Ciel.

Monogramme des Servites

Autres textes de consécration à Notre-Dame publiés dans ce blogue :
- Consécration personnelle « O Domina mea » de St Louis de Gonzague > ici
- Consécration du genre humain au Coeur immaculé de Marie (Pie XII) > ici
- Prière de St Germain de Constantinople > ici
et aussi…
- BD « La nouvelle arche » > ici
- BD « Dans l’arche du Coeur immaculé » > ici

2018-45. « Je n’avais plus ce mal dans la jambe ; je n’en revenais pas ! »

Vendredi des Quatre-Temps d’été, 25 mai 2018.

En corollaire à mes deux publications précédentes (cf. > ici et > ici) relatives au pèlerinage légitimiste auprès de Notre-Dame du Puy, je voudrais  publier, afin que vous en rendiez grâce avec nous, le témoignage d’une personne – qui ne sera désignée ici que par l’initiale de son prénom – qui, à l’occasion du pèlerinage organisé par la Confrérie Royale en mai 2017, a éprouvé une sensible amélioration de sa santé. Elle a bien voulu en faire un compte-rendu écrit, que nous avons remis à Monsieur le Recteur de la cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation, car même s’il n’y a pas au Puy-en-Velay un « bureau des constations » comme il en existe un à Lourdes, ni de commission médicale pour étudier les guérisons, les autorités diocésaines du Puy et le rectorat de la cathédrale tiennent à réunir les témoignages des grâces, tant spirituelles que physiques, reçues dans le sanctuaire.
Lors du premier pèlerinage légitimiste au Puy, à l’occasion du Grand Jubilé, en juin 2016, un pèlerin avait bénéficié d’une guérison remarquable d’un glaucome (voir > ici) ; lors du deuxième pèlerinage, en mai 2017, il y a eu la grâce physique dont vous allez lire le récit ; si d’aventure quelque participant à ce troisième pèlerinage avait éprouvé quelque bienfait signalé obtenu par l’intercession de Notre-Dame du Puy, qu’il n’hésite pas à nous en faire part.
Pour nous, nous ne pouvons pas ne pas y voir le signe que le Roi du Ciel et Sa Très Sainte Mère ont pour agréables les pèlerinages de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay et qu’ils le manifestent !

Pierre des fièvres - Cathédrale du Puy

La « pierre des fièvres » dans la cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation au Puy-en-Velay :
lors de ses deux apparitions en l’an 45 et en l’an 225,
la Sainte Mère de Dieu a demandé aux deux femmes auxquelles elle s’est manifestées et qu’elle a guéries
de se coucher sur cette grande dalle de basalte.

  • - Petit résumé de ma guérison :

« Je me suis rendue en mai 2017 au pèlerinage organisé par la « Confrérie Royale » au Puy-en-Velay.
Cela faisait presque 10 mois que j’avais mal à une jambe.

En effet, le 26 juillet 2016 dans la soirée j’ai eu subitement une sorte de mal dans la jambe, un peu comme une sciatique. C’était très douloureux pour macher car je n’arrivais pas à plier le genou, cela me faisait comme une barre et, à chaque sortie, je m’arrêtais très souvent pour m’asseoir sur un banc. Aussi lorsque j’allais faire des courses cela était assez pénible de rester debout devant les rayons. Cependant je ne suis jamais allée consulter un docteur.

Arrivée à la cathédrale du Puy, je me suis allongée sur la Pierre aux fièvres en pensant surtout à la guérison d’un petit garçon handicapé et j’ai beaucoup demandé pour lui. J’ai un peu demandé pour moi, mais je pensais que pour lui c’était pire et, à chaque fois que j’ai eu l’occasion de m’allonger dessus, jusqu’au dernier jour, le dimanche matin, j’ai demandé de tout mon coeur à la Sainte Vierge et à Jésus de guérir cet enfant.

Dans le milieu de la semaine qui a suivi mon retour du pèlerinage, quelqu’un au bureau s’est rendu compte que je marchais mieux. Effectivement, je n’avais plus ce mal dans la jambe ; je n’en revenais pas ! Ayant porté cette souffrance pendant 10 mois environ, j’étais soulagée et agréablement surprise.

A l’heure actuelle, j’ai toujours parfois mal aux genoux mais c’est à cause du poids et cela n’a plus rien à voir avec ce mal dans la jambe qui me faisait souvent boiter.

J’ai pensé d’abord que peut-être une personne aurait pu prier pour moi car cela m’arrive aussi de le faire sans en parler spécialement, mais j’ai bien sûr pensé également à la Pierre aux fièvres.

J’ai remercié notre chère Mère du Ciel ainsi que son Fils tout-puissant, Notre-Seigneur Jésus-Christ, pour m’avoir guérie.

Alléluia !

A. »

Statue de la Vierge Noire

Notre-Dame du Puy, priez pour nous !

2018-44. Après le 3ème pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay : 2ème partie.

Jeudi dans l’octave de la Pentecôte, 24 mai 2018 ;
7ème anniversaire de la première Sainte Messe célébrée au Mesnil-Marie (cf. > ici) ;
Anniversaire du commencement du massacre des religieux otages des communards en 1871 (cf. > ici).

Notre-Dame du Puy - Vierge Noire - 12 mai 2018

Notre-Dame du Puy :
Vierge Noire, copie du XVIIème siècle de la statue offerte par Saint Louis brûlée le 8 juin 1794,
couronnée le 8 juin 1856 au nom du Bienheureux Pie IX

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans la première partie de mes quelques considérations consécutives au troisième pèlerinage légitimiste « pour le Roi et la France » organisé par la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, je vous faisais part de cinq raisons principales pour lesquelles il convient par-dessus tout que se pèlerinage se perpétue et prenne de l’ampleur précisément en ce lieu (cf. > ici).
Si vous le voulez bien, je vais maintenant développer à votre intention deux autres points de mes réflexions relatives à ce pèlerinage des 11 et 12 mai dernier : cela a trait à sa qualité spirituelle et à l’esprit particulier qui y a présidé.

  • B – Un pèlerinage d’une grande densité spirituelle :

Il importe d’abord de souligner qu’en fixant le pèlerinage annuel de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay aux vendredi et samedi dans l’octave de l’Ascension, ses fondateurs l’ont placé, et cela n’a rien d’un hasard, au commencement de la neuvaine préparatoire à la Pentecôte, c’est-à-dire dans le moment particulièrement intense où la Sainte Eglise, avec les Apôtres et les disciples, se retrouve dans « la chambre haute » – le Cénacle – autour de Notre-Dame, afin d’être entraînée par elle dans la prière, afin de se préparer à l’irruption du divin Paraclet, afin d’être enrichie par une nouvelle plénitude du Don septiforme.
La « Chambre angélique », puisqu’il se faut bien souvenir que tel est le nom propre donné par les âges de foi à l’insigne cathédrale du Puy édifiée sur les hauteurs du Mont Anis, est une bien belle figuration de cette « chambre haute » désignée par le livre des Actes des Apôtres : les grands escaliers ou les ruelles pentues de la vieille ville qu’il faut nécessairement gravir pour entrer dans le sanctuaire vénéré sont bien le signe réel et le symbole expressif de la hauteur surnaturelle de ce lieu choisi et désigné par la Très Sainte Vierge Marie elle-même pour y dispenser les grâces que le Saint-Esprit, son divin Epoux, veut répandre par sa médiation, par son intercession.
Ainsi donc, tant par le lieu que par la période de l’année liturgique où il est établi, ce pèlerinage légitimiste est providentiellement fixé dans une dimension d’une portée symbolique et prophétique dont nous ne cesserons pas, à l’avenir, d’approfondir la richesse.

Ajoutons à cela, malgré certes des imperfections et d’évidentes nécessités d’amélioration dont les organisateurs ont conscience et qu’ils s’efforcent de résoudre chaque année, la rare qualité des célébrations liturgiques et l’excellence des enseignements donnés lors des conférences : il convient au premier chef d’en remercier nos chanoines, nos abbés, les lévites et servants d’autel, qui apportent un si grand soin aux cérémonies ; il convient ensuite d’en savoir gré aux intervenants qui ont approfondi avec une érudite méticulosité les sujets qu’ils ont traités.

A la clef, j’ai pu entendre ou lire les témoignages de plusieurs personnes qui ont signifié à Frère Maximilien-Marie que ces deux jours de pèlerinage légitimiste au Puy avaient porté des fruits de grâce tels qu’il leur semblait avoir accompli une semaine complète de retraite et qu’elles avaient eu bien du mal à « aterrir » lors de leur retour dans le quotidien, et même plusieurs jours après encore…

Qu’à Dieu Notre-Seigneur et à Notre-Dame en soient toute la gloire et notre vive action de grâces !

Encensement de la Vierge Noire

Encensement de la Vierge Noire
dans l’insigne cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation du Puy
le samedi 12 mai 2018

  • C – Une véritable réunion de famille :

Enfin, il est un autre écho qui est parvenu de divers côtés à mes oreilles et qui se trouve excellemment résumé par ces lignes touchantes qu’un pèlerin a adressées à Frère Maximilien-Marie : « Si je devais retenir un mot de ce séjour, c’est celui que vous avez judicieusement prononcé, cher Frère Maximilien, et qui résume parfaitement ces journées, c’est le mot « FAMILLE ». Ceci est tellement vrai que, le moment venu, il était difficile de se séparer, le hall du Grand Séminaire se transformant en quai de gare… »
Ce n’est en effet pas un propos en l’air d’affirmer que l’esprit qui a présidé à ce pèlerinage a été un esprit de famille : celui de la famille légitimiste.
Un autre pèlerin confiait à Frère Maximilien-Marie qu’il avait eu l’évidence spirituelle de se trouver comme à une grande réunion de famille : ces « cousinades » qui sont à la mode et qui permettent de réunir pendant une journée ou deux tout ce qu’il est possible des descendants d’une même lignée, pour re-former ou reserrer des liens que les circonstances de la vie auraient tendance à distendre. Il y a des cousins que l’on connaît plus que d’autres, certains que, en raison simplement parfois de la proximité géographique, l’on côtoie plus fréquemment, et il en est d’autres que l’éloignement ne permet pas de connaître aussi bien qu’on le souhaiterait. Ainsi en est-il de la Légitimité, ainsi en est-il de l’UCLF, ainsi en est-il de la Confrérie Royale et de ses sympathisants.
Ce sentiment était renforcé par la présence de familles ou de plusieurs membres de mêmes familles naturelles, et de la présence de pèlerins de toutes les générations, mais cela a également une autre cause, qui 
a été justement soulignée par Frère Maximilien-Marie dans son intervention du samedi matin 12 mai, comme l’évoquait la citation faite ci-dessus.

Bien sûr, et ce ne sont pas de vains mots, la monarchie capétienne traditionnelle réalise (et ce mot signifie : rend réel, concret, incarné dans les choses) un système politique au sommet duquel se trouve la figure du Père.
Le Roi est père de son peuple, et le Royaume est la famille des familles. Le droit naturel et divin qui régit la royauté monarchique légitime est l’extension dans l’ordre social du droit naturel et divin qui régit les familles.
De fait, lorsque les légitimistes sont réunis, même si le Roi n’est pas physiquement présent, on peut dire qu’il exerce cependant à cet endroit-là une présence spirituelle prépondérante qui est exactement du même ordre que ce qui réunit ontologiquement des frères de sang lorsqu’ils se retrouvent.
Mais il convient d’aller plus loin encore.
Qu’est-ce qui caractérise une famille ?
Ce sont, cela a été dit ci-dessus, les liens du sang.
Or, on peut très légitimement (!) parler de la famille légitimiste, parce que ce sont de véritables liens du sang qui en unissent les membres : premièrement parce que chrétiens et catholiques, sujets du Roi Très Chrétien, ils sont nourris de la Sainte Eucharistie qui fait couler en eux substantiellement le Sang Précieux de l’Agneau rédempteur ; mais encore et aussi, parce que le sang sacré de deux Rois martyrs – Louis XVI et Louis XVII -, d’une Reine et d’une Fille de France guillotinées, et d’innombrables martyrs de la révolution persécutrice coule spirituellement en eux, les fait vivre, anime leurs engagements et leur espérance, eux qui sont les successeurs et les héritiers du combat contre-révolutionnaire.

Icône des martyrs royaux filigranée 421x600

La sainte icône de nos Souverains Martyrs
bénite lors du premier pèlerinage légitimiste au Puy
à l’occasion du Grand Jubilé de l’an de grâce 2016
(voir > ici)

Voilà donc, chers Amis, quelques réflexions que je tenais à partager avec vous, dans l’action de grâces et dans un zèle renouvelé et stimulé à la suite de ce troisième pèlerinage de la Légitimité organisé au Puy-en-Velay par la Confrérie Royale.

Souhaitons maintenant que ce pèlerinage connaisse de nouveaux développements et prions ardemment pour cela.

Lully.

Retenez dès à présent les dates du 4ème pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, pour le Roi et la France :
il commencera au soir du jeudi de l’Ascension 30 mai 2019, et se poursuivra dans la journée du vendredi 31 mai – fête de Marie Reine – , pour s’achever en début d’après-midi le samedi 1er juin, nous permettant d’inaugurer magnifiquement le mois du Sacré-Coeur de Jésus.
Notez dès à présent ces dates et réservez-les !

Bannière de la Confrérie Royale à la cathédrale du Puy

La bannière de la Confrérie Royale quittant la cathédrale du Puy
pour y revenir en tête de pèlerins toujours plus nombreux…

2018-43. Après le 3ème pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay : 1ère partie.

Mercredi des Quatre-Temps d’été 23 mai 2018.

Sortie de la cathédrale samedi 12 mai 2018

Les pèlerins au sortir de la cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation du Puy-en-Velay
le samedi 12 mai 2018 après la cérémonie de réception dans la Confrérie Royale.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dix jours après la conclusion du troisième pèlerinage organisé par la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, « pour le Roi et la France », et alors que Frère Maximilien-Marie a, dès le soir du 12 mai, publié sur les deux blogues de la Confrérie Royale un billet d’action de grâces (cf. > ici ou > ici), je veux à mon tour revenir sur cet événement, et y ajouter quelques commentaires.
En outre, j’ai eu le temps de recueillir plusieurs échos de participants à ces journées, et cela n’a pas manqué d’alimenter ma réflexion.

Procession vers la cathédrale

Les pèlerins de la Légitimité en procession vers la cathédrale

  • A – Le Puy-en-Velay, lieu suréminemment idéal pour un pèlerinage légitimiste :

Bien sûr, il y a sur tout le territoire du Royaume de France une très impressionnante quantité de lieux de pèlerinage et de sanctuaires qui sont intimement liés à notre histoire, à notre histoire catholique et royale, aux grâces de prédilection que le Roi du Ciel a accordées à ce Royaume des Lys, par Sa Très Sainte Mère ou par Ses saints.
Bien sûr, il ne s’agit pas ici d’engager une « guerre des Madones » en opposant une basilique à une autre, un vocable à un autre, une représentation de Notre-Dame à une autre…
Néanmoins il faut bien réaliser que le Puy-en-Velay est un lieu suréminemment idéal pour un pèlerinage légitimiste reconduit d’année en année, 1) en raison de son antiquité, 2) en raison de la place particulière qu’il a eu dans la dévotion royale, 3) en raison de la situation et de la grâce unique de cette cité, 4) en raison de la place qu’a tenu ce sanctuaire dans la mystique contre-révolutionnaire, et 5) en raison l’accueil que l’on peut qualifier d’officiel qui y est réservé aux pèlerinages de la Confrérie Royale.

A 1 – En raison de son antiquité :
Selon la Tradition, authentifiée par le Saint-Siège en de nombreuses occasions (par exemple pour les leçons de matines dans les bréviaires du diocèse antérieurs à la révolution liturgique), la Très Sainte Mère de Dieu est apparue ici d’abord en l’an 45 de notre ère, sous le pontificat de Saint Georges, premier évêque du Velay qui avait été envoyé par Saint Pierre, puis une seconde fois en l’an 225. Il s’agit donc de la plus ancienne de toutes les apparitions de la Madone sur le sol de ce qui deviendra la France.
Beaucoup de catholiques et de Français l’ignorent malheureusement aujourd’hui (d’autant plus que, au mépris des traditions les plus solidement établies, la « version officielle » actuellement distillée mentionne cette apparition au conditionnel et la situe au Vème siècle !!!). Dans le combat contre-révolutionnaire qui s’impose aujourd’hui, il importe de réaffirmer non seulement par les paroles et les écrits la tradition authentique, mais en outre il sied de la faire revivre plus intensément par nos pèlerinages qui renouent avec la procession vingt fois séculaire des pèlerins qui ont accouru ici de toutes les provinces du Royaume, et de bien au-delà.

Aux pieds de la Vierge Noire le 12 mai 2018

Les pèlerins de la Légitimité aux pieds de la Vierge Noire
dans la cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation le samedi 12 mai 2018

A 2 – En raison de la place particulière que ce sanctuaire a eu dans la dévotion royale :
L’un de nos bons abbés, présent lors de tous les pèlerinages qu’a organisés la Confrérie Royale au Puy, a pu cette année, dans une communication aussi savante et bien documentée que fervente et pieuse, dérouler sous les yeux de ses auditeurs la frise magnifique des vingt souverains qui, de Dagobert 1er (au milieu de la 1ère moitié du VIIème siècle) jusqu’à Alphonse II (le 25 août 1979) sont venus se prosterner ici devant la Reine du Ciel.
Quel est le sanctuaire qui a vu autant de nos Rois pèlerins ?
Sans omettre de signaler la dévotion très particulière de Saint Charlemagne, de Saint Louis et de Charles VII pour la Madone du Puy, ni les faveurs royales accordées au sanctuaire par des souverains et princes qui, s’ils n’y purent venir, ne manquèrent cependant pas, de loin, d’honorer et de maintenir les privilèges de ce haut-lieu spirituel unique.

A 3 – En raison de la situation et de la grâce unique de cette cité :
Si l’on ne se rend pas aussi aisément au Puy qu’à Paris, surtout lorsque l’on part de provinces éloignées telles que la Lorraine, l’Artois, la Bretagne, la Normandie, la Guyenne ou le Roussillon, la situation géographique de l’antique cité des Vellaves demeure néanmoins assez centrale et ne nécessite jamais plus de 12 h de route. Je sais bien qu’il y en a qui voudraient toujours tout avoir juste à côté de chez eux et sans effort ; toutefois les Légitimistes – du moins osé-je l’espérer ! – n’appartiennent pas à la race des « ramollos » mais à celle des intrépides, des ardents, des preux, des chouans que la difficulté stimule bien plus qu’elle ne les abat…
Et il faut ajouter qu’il règne au Puy-en-Velay une atmosphère unique : tout concourt ici à donner à l’âme de profondes et durables impressions.
Quand je dis « tout », c’est véritablement « tout » : le cadre naturel, prodigieusement façonné par les volcans ; l’architecture particulière et audacieuse de la cité ; le sentiment de croiser les siècles passés, vivants, à chaque coin de rue ; l’imprégnation spirituelle – qui demeure palpable malgré la déchristianisation, la sécularisation et la profanation -, résultat de longs siècles de ferveur religieuse pendant lesquels de pieux fidèles, de ferventes moniales, des religieux héroïques et sacrifiés, de grands prélats, ainsi que de nombreux saints, ont en quelque sorte durablement ensemencé la grâce divine dans une « ville sainte », si bien que lorsqu’une âme bien disposée arrive au Puy, de nos jours encore, elle éprouve tout-à-la-fois le sentiment d’un dépaysement et celui de revenir dans la maison ancestrale et familière qu’elle n’eût jamais dû quitter : la Chrétienté !

Vue générale du Puy-en-Velay

Le Puy-en-Velay : vue générale depuis le parvis du sanctuaire de Saint-Joseph de Bon-Espoir à Espaly-Saint-Marcel

A 4 – En raison de la place qu’a tenu ce sanctuaire dans la mystique contre-révolutionnaire :
Le Puy est une cité éminemment contre-révolutionnaire.
- Contre-révolutionnaire, parce que c’est le premier et le plus antique de tous les lieux connus d’apparition mariale sur le sol de ce qui deviendra la France, le premier et le plus antique de tous les lieux du futur Royaume des Lys où la Très Sainte Mère de Dieu a demandé que l’on mît à part un lieu pour qu’il lui fût dédié, le premier et le plus antique des sanctuaires consacrés par les Anges eux-mêmes. Or Saint Michel et ses anges, dans le combat qui eut lieu dans le ciel aux commencements du monde, et Notre-Dame dans le « Fiat » de sa bienheureuse Annonciation, sont les chefs de file de la lutte victorieuse contre le premier de tous les révolutionnaires : Lucifer, l’ange révolté, l’inspirateur et le soutien de tous les révolutionnaires.
- Contre-révolutionnaire, parce que c’est là que la vierge guerrière de Donremy, au commencement de sa mission manda sa mère et ses frères pour la représenter au Grand Jubilé du Vendredi Saint 1429, afin d’obtenir de la Vierge du Puy toutes les grâces qui permettraient de rendre le Royaume à son Roi légitime, si bien que – en le préservant de la domination des Godons – il serait aussi préservé de l’hérésie au siècle suivant.
- Contre-révolutionnaire, parce que le dernier évêque-comte du Velay, Son Excellence Monseigneur Marie-Joseph de Galard de Terraube (1735-1804), fut l’un des plus lucides et des plus courageux parmi les évêques d’Ancien Régime, et qu’avant d’être contraint à l’exil il organisa admirablement la résistance de son clergé et de ses fidèles contre la révolution et contre la « constitution civile du clergé », de sorte que, malgré la persécution, la spoliation et la profanation de la cathédrale, le Velay fut une terre exemplaire de fidélité catholique et royale pendant la tourmente.
- Contre-révolutionnaire, parce que, dès 1790 puis en 1792, l’abbé Claude Allier, initiateur des Camps de Jalès (cf. > ici) et le comte de Saillans (cf. > ici), soutenus par les Princes en exil, voyaient prophétiquement dans la ville du Puy le point de ralliement, tant au point de vue spirituel qu’au point de vue stratégique, à partir duquel une « grande armée catholique et royale d’Orient » pourrait se former et marcher sur Paris pour rendre au Roi son trône de droit divin, et – ce faisant – rendre à l’Eglise et aux peuples de France leur protecteur naturel et le garant de leurs libertés.

Statue de Sainte Jeanne d'Arc cathédrale du Puy

Cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation du Puy-en-Velay :
détail de la statue de Sainte Jeanne d’Arc.

A 5 – En raison l’accueil que l’on peut qualifier d’officiel qui y est réservé aux pèlerinages de la Confrérie Royale :
Fondée le 25 août 2015, en la fête de Saint Louis et en l’année du troisième centenaire de la mort du Grand Roi, la Confrérie Royale s’est aussitôt employée à organiser un pèlerinage « pour le Roi et la France », conjointement avec l’UCLF, à l’occasion du Grand Jubilé du Puy pour l’an de grâce 2016 (cf. > ici).
L’accueil sympathique et la bénédiction accordés à ce pèlerinage, officiellement légitimiste, par Son Excellence Monseigneur l’Evêque du Puy, le message officiel adressé par Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX, message dont la teneur n’est pas simplement circonstantielle mais pérenne (cf. > ici), ainsi que de grandes grâces obtenues lors de ce pèlerinage jubilaire (par exemple > celle-ci), ont convaincu les fondateurs de la Confrérie Royale de reconduire d’année en année ce pèlerinage légitimiste auprès de Notre-Dame du Puy. Ainsi, de la même manière qu’il y a tous les ans un pèlerinage légitimiste à Sainte-Anne d’Auray le dernier dimanche de septembre, il y a désormais tous les ans un pèlerinage légitimiste les vendredi et samedi qui suivent l’Ascension, au Puy-en-Velay. Il faut absolument que tous les légitimistes le considèrent comme une institution et une date majeure de leur calendrier.
Cette décision de reconduire chaque année le pèlerinage au Puy « pour le Roi et la France » a été accueillie avec bienveillance et respect par les autorités diocésaines (cf. > ici), auxquelles nous voulons témoigner de la plus profonde gratitude, et cela aussi constitue un élément important qu’il faut noter et appécier dans toute sa consistance et sa valeur surnaturelle.

J’aurais encore plusieurs choses à vous livrer au sujet de ce pèlerinage, mais ce sera pour plus tard, car déjà ce soir je vous laisse ample matière à réflexion…

Lully. 

A suivre > ici

Le plus jeune pèlerin 6 ans

Le plus jeune des pèlerins de ce 3ème pèlerinage annuel de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay,
âgé de 6 ans, très fier de porter une reproduction de la bannière de Sainte Jeanne d’Arc lors de la procession à la cathédrale.

12345...15

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi