Archive pour la catégorie 'Memento'

2015-75. Du cardinal François de Joyeuse, grand serviteur de la Sainte Eglise et de la Couronne de France.

1615 – 23 août – 2015

Quatrième centenaire du rappel à Dieu
de
Son Eminence Révérendissime le cardinal François de Joyeuse.

François cardinal de Joyeuse par Thierry Bellangé

François, cardinal de Joyeuse (portrait par Thierry Bellangé).

A chaque 23 août, il me plaît de rappeler la pieuse mémoire du cardinal François de Joyeuse.
Mais, en cette année 2015, comme ce dimanche 23 août marque très exactement le quatrième centenaire de son trépas, permettez-moi donc d’évoquer plus au long en votre aimable compagnie ce très grand serviteur de la Sainte Eglise et de la Couronne de France.

J’ai déjà eu le plaisir de présenter, dans les pages de ce blogue, la famille de Joyeuse, à propos du très fameux Père Ange de Joyeuse (1563-1608), qui fut successivement archi-mignon du Roi Henri III, gouverneur de provinces, religieux capucin dès son veuvage et prêtre, contraint de quitter son ordre pour prendre les armes et devenir le troisième duc de Joyeuse, lieutenant du Roi Henri IV pour le Languedoc, maréchal de France, puis à nouveau capucin (cf. > ici).
Cet extraordinaire Père Ange de Joyeuse, comme j’avais eu l’occasion de le préciser alors, était le troisième garçon d’une fratrie de sept. François - dont je vais aujourd’hui vous entretenir – était le deuxième des sept fils.

Il naquit à Carcassonne, en la fête de Saint Jean-Baptiste, le 24 juin 1562.
Son frère aîné, Anne de Joyeuse, étant destiné à la carrière militaire, François fut dès son enfance destiné à l’Eglise par ses très pieux et fervents parents.
Avec ses deux frères puinés, Henri (futur Père Ange) et Scipion, après ses études à Toulouse, il fut envoyé au très réputé Collège de Navarre, à Paris.
Il passera ensuite un doctorat in utroque jure (c’est-à-dire en droit civil et en droit ecclésiastique) à l’université d’Orléans.

Très appréciée de Sa Majesté le Roi Henri III, spécialement en raison de sa ferveur catholique et de son engagement contre les protestants, la famille de Joyeuse est comblée d’honneur : Anne est fait amiral, puis la vicomté de Joyeuse (en Vivarais) est élevée pour lui au rang de duché-pairie (1581) ; Henri devient grand-maître de la garde-robe du Roi ; Scipion, chevalier de Malte, est promu Grand Prieur de Toulouse ; quant à François, n’étant encore que diacre, il est élu, à l’âge de dix-neuf ans (1581) à l’archevêché de Narbonne, puis élevé au cardinalat (consistoire du 12 décembre 1583).

Armoiries du cardinal François de Joyeuse

Armoiries du cardinal François de Joyeuse.

François se rend à Rome : il n’y est pas encore pour le conclave qui élit Sixte Quint, le 24 avril 1585, mais c’est des mains de ce dernier qu’il reçoit son chapeau avec le titre de cardinal-prêtre de Saint-Sylvestre au Champ de Mars (San Silvestro in Capite), le 20 mai 1585.
Il reçoit la consécration épiscopale l’année suivante (1586 : il a 24 ans), puis, en 1587, il est nommé « cardinal protecteur des affaires de France en cour de Rome » (à ce titre, il représente les intérêts des sujets français établis à Rome, ainsi que les intérêts du Roi de France auprès du Saint-Siège), et son siège cardinalice est transféré à la Trinité-des-Monts.
L’année 1588 le voit promu commandeur de l’Ordre du Saint-Esprit (institué dix ans plus tôt par Henri III) et il est transféré à l’archevêché de Toulouse.

A la mort d’Henri III (2 août 1589), le cardinal de Joyeuse, avec son jeune frère Scipion (deuxième duc de Joyeuse, puisque l’aîné, Anne, est mort au combat en 1587), prend une part active aux combats de la Ligue, qui refuse l’accession d’un souverain non catholique au trône de France.
Période troublée et pleine de rebondissements qui ne l’empêche cependant pas de participer aux deux conclaves qui vont se succéder, à Rome, au cours des années 1591 et 1592 (élections d’Innocent IX puis de Clément VIII).
A la mort de Scipion (10 septembre 1592), avec le clergé, la noblesse et le peuple de Toulouse, François intervient auprès de son seul frère survivant, le Père Ange, pour qu’il sorte de chez les capucins et prenne la tête des armées de la Ligue en Languedoc : le cardinal de Joyeuse agit donc rapidement auprès du Pape pour que les voeux du Père Ange soient transférés dans l’Orde de Malte.
C’est ainsi que le Père Ange, par obéissance à ses supérieurs ecclésiastiques, redevient Henri, qu’il devient le troisième duc de Joyeuse, et qu’il troque la bure contre la cuirasse !

Mais le 25 juillet 1593, à Saint-Denis, Henri IV abjure solennellement le protestantisme : l’obstacle qui l’empêchait d’accéder au trône est levé, et François de Joyeuse se range sans tarder sous son obédience.
La mort du cardinal-archevêque de Reims, Nicolas de Pellevé (28 mars 1594), va faire de lui le principal prélat de l’Eglise de France. Transféré au siège cardinalice de Saint-Pierre aux Liens, il va maintenant s’employer à obtenir du Pape Clément VIII la levée des sanctions canoniques qui pèsent sur Henri IV : l’absolution du Roi par le Pape est enfin prononcée le 17 septembre 1595.
Le cardinal de Joyeuse a donc, dans son rôle et ses compétences de Prince de l’Eglise, joué un rôle prépondérant pour la pacification et la réunification du Royaume.
Henri IV le confirme alors dans sa mission de « protecteur des affaires de France en cour de Rome ».

En septembre 1598, le Roi Bourbon qui est dans sa quarante-cinquième année et qui n’a pas de descendance de Marguerite de Valois (épousée le 18 août 1572), lui demande d’oeuvrer pour obtenir du Saint-Siège la déclaration de nullité de ce mariage, contracté sous une contrainte certaine.
Une fois de plus la mission de François de Joyeuse est couronnée de succès : le 17 décembre 1599, le mariage avec Marguerite de Valois est déclaré nul par le Pape. Henri IV peut donc, en toute régularité canonique, contracter un véritable mariage (puisque le précédent n’en était donc pas un).
Le 9 décembre 1600, Marie de Médicis débarque à Marseille : le cardinal François de Joyeuse l’y attend et l’accueille. Il l’accompagne à Lyon, où les noces déjà célébrées par procuration font l’objet de nouvelles cérémonies (17 décembre 1600).
L’année suivante, la Reine Marie met au monde un fils, le futur Louis XIII : l’avenir de la royauté est assuré !
Ainsi, non content d’avoir joué un rôle prépondérant pour la pacification et la réunification du Royaume, le cardinal François de Joyeuse, toujours dans son rôle et ses compétences de Prince de l’Eglise, a-t-il également pris une part non négligeable à la pérennité de la dynastie des Bourbons.

Rubens sacre de Marie de Médicis

Pierre-Paul Rubens : sacre de Marie de Médicis à Saint-Denis, le 13 mai 1610.

En 1604, il est promu cardinal-évêque de Sabine et il est ensuite transféré à l’archevêché de Rouen. A Rome, il participe aux deux conclaves de l’année 1605 qui élisent Léon XI puis Paul V.
Ce dernier le choisit en 1607 pour une mission diplomatique délicate auprès de la république de Venise, sur laquelle le Pape avait jeté l’interdit : le cardinal de Joyeuse permettra la réconciliation de la Sérénissime avec le Saint-Siège.

Paul V fera encore de lui son légat aux cérémonies du baptême du futur Louis XIII (né le 27 septembre 1601, il a juste été ondoyé à la naissance et les cérémonies solennelles du baptême sont célébrées le 17 juillet 1606).
Son frère puiné, Henri, redevenu le Père Ange, meurt en odeur de sainteté le 28 septembre 1608, et François devient alors le quatrième duc de Joyeuse (lorsqu’il mourra, le duché échoira à sa nièce Henriette-Catherine, fille d’Henri, après laquelle il passera à la maison de Guise).

Le 13 mai 1610, à Saint-Denis, c’est lui qui préside la cérémonie du sacre de la Reine Marie (Marie de Médicis fut la dernière Reine de France à recevoir le sacre).
Le lendemain, 14 mai, le Bon Roi Henri était assassiné dans les circonstances que l’on sait.

Rubens sacre de Marie de Médicis - détail

Le cardinal de Joyeuse couronnant Marie de Médicis à Saint-Denis le 13 mai 1610
(détail du grand tableau de Rubens)

Cinq mois plus tard, le 17 octobre 1610, le cardinal François de Joyeuse célèbre le sacre du jeune Louis XIII dans  la cathédrale de Reims : en effet, l’archevêque de Reims Louis III de Guise n’a qu’une quinzaine d’années et, n’étant donc pas encore consacré, ne peut officier.
Quelques mois plus tard, le 17 août 1611, le Pape Paul V le nomme doyen du Sacré-Collège, titre auquel est traditionnellement attaché le titre de cardinal-évêque d’Ostie : pour la quatrième fois donc François de Joyeuse change de titulature cardinalice.

Il est âgé seulement de cinquante-et-un ans, mais il a déjà trente-deux ans de carrière ecclésiastique, trente-deux ans d’une vie des plus actives dans une période de l’histoire de l’Eglise et de la France particulièrement dense et tourmentée : en cette année 1613, le cardinal de Joyeuse subit une attaque cérébrale dont il va garder des séquelles.
Cela ne l’empêche pas toutefois de tenir encore une place prépondérante lors des Etats Généraux qui s’ouvrent à Paris le 27 octobre 1614, après un jeûne public de trois jours et une procession solennelle.
François de Joyeuse y préside la Chambre du Clergé, et son influence détermine l’adoption des décrets du Concile de Trente dans le Royaume.

C’est alors qu’il est à nouveau en route pour la Ville Eternelle que le cardinal François de Joyeuse est atteint par la dysenterie qui va l’emporter : il doit interrompre son voyage et s’arrêter au collège des Jésuites d’Avignon. C’est là qu’il rend son âme à Dieu, le 23 août 1615 : il était âgé de cinquante-trois ans et deux mois.
Son corps d’abord inhumé dans la chapelle du collège des Jésuites de Pontoise fut ensuite transporté dans la chapelle Saint-Louis du collège des Jésuites de Rouen (actuel lycée Corneille) ; son coeur est resté dans la chapelle du collège des Jésuites d’Avignon.

Ce très grand serviteur de la Sainte Eglise et de la Couronne de France ne méritait-il pas que l’on célébrât aujourd’hui sa pieuse mémoire et que l’on rappelât ses très méritoires actions pour l’honneur de l’une et de l’autre, et pour l’exaltation de l’une par l’autre ?

Lully.

Détail d'une gravure représentant sacre de Louis XIII (17 octobre 1610)

François cardinal de Joyeuse conférant les onctions du sacre au jeune Louis XIII, le 17 octobre 1610, à Reims
(détail d’une gravure légendée publiée après l’événement).

Publié dans:Memento, Vexilla Regis |on 23 août, 2015 |1 Commentaire »

2015-65. Où Gustave Thibon, interrogé sur ses racines paysannes, citant Dante, expliquait que l’homme doit être enraciné pour parvenir à la contemplation des vérités éternelles.

Mardi 16 juin 2015,
fête de Saint Jean-François Régis (cf. > ici).

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Parmi les commémorations remarquables de cette année 2015, il y a  le sept-cent-cinquantième anniversaire de la naissance de Dante.

C’est en effet au printemps de l’année 1265 (entre la mi-mai et la mi-juin : on n’en connaît pas la date exacte) qu’est né, à Florence, Durante degli Alighieri, couramment appelé Dante Alighieri.
Ecrivain et poète, il est considéré comme le « père de la langue italienne » et demeure à jamais l’un des plus grands poètes de la période médiévale, l’un des plus grands écrivains de la Chrétienté.
Il est également un homme politique qui prend une part active non seulement à l’administration de la ville de Florence, mais encore à la lutte armée, à la diplomatie, et aux mouvements d’idée de son temps.

Les célébrations du sept-cent-cinquantième anniversaire de la naissance de Dante ont été solennellement inaugurées au début du mois de mai par les autorités italiennes lors d’une cérémonie au Sénat au cours de laquelle l’acteur Roberto Benigni a lu le Chant XXXIII du « Paradis », celui qui marque la fin du voyage du poète et s’achève dans la contemplation de la splendeur divine.

Au passage, je ne peux m’empêcher d’imaginer – et de vous porter à imaginer – quel déchaînement de furieuse bêtise laïciste et quelles manifestations de l’intégrisme maçonnique déclancherait en France la lecture publique et officielle, au parlement, d’un texte poétique qui commence par magnifier la Très Sainte Vierge Marie et se termine de manière quasi extatique sur la louange de l’incommensurable lumière, beauté et sagesse de Dieu  (cf. > Parad. cant. XXXIII) !

Plusieurs centaines de cérémonies ou manifestations culturelles, célébrant Dante et son oeuvre, marqueront les prochains mois, non seulement en Italie, mais dans le monde entier.
J’encourage bien évidemment mes fidèles lecteurs et amis à profiter de cet anniversaire pour découvrir – s’ils ne la connaissent pas déjà – ou pour relire de manière méditative l’oeuvre majeure de l’Alighieri : la justement célèbre « Divine Comédie ».

Ma – très modeste – contribution à cet anniversaire, se bornera à faire paraître, ci-dessous, un texte – à ma connaissance non encore publié par écrit - (je l’ai moi-même retranscrit) de Gustave Thibon, : il est extrait d’un entretien qu’il avait accordé à la radio diocésaine de Viviers, quelques semaines après la publication de « Au soir de ma vie » (1993), et dont nous conservons précieusement l’enregistrement au Mesnil-Marie.
Interrogé sur ses origines paysannes, Gustave Thibon se saisit de l’occasion pour parler du nécessaire enracinement de l’homme, et c’est alors qu’il appuie son propos sur l’exemple et une citation de Dante, dont la lecture lui était familière.

Le style oral, le style de la conversation impromptue qui est celui de cet entretion, remettra immanquablement dans l’oreille de ceux qui ont eu le bonheur de l’entendre et d’échanger avec lui, les accents à la fois rocailleux et chantants, de Gustave Thibon.

Lully.

Domenico di Michelino - 1465 - Dante illuminant Florence par son oeuvre

Dante illuminant Florence par son oeuvre :
détail de « Dante et les trois royaumes », huile sur toile de Domenico di Michelino, 1465
(musée de l’Oeuvre du Duomo – Florence)

giglio

« L’homme a besoin de racines : de racines sur la terre qui lui permettent de fleurir dans le ciel… et d’avoir même des racines dans le ciel. »

* * * * * * *

« Paysan, eh bien, oui ! c’est l’homme du pays, l’homme de la terre, l’homme enraciné, l’homme d’un terroir, l’homme localisé en quelque sorte, c’est-à-dire l’homme qui a des racines.
Notez bien que les racines ne suffisent pas. Seulement, les fleurs, eh bien, naissent des racines en quelque sorte.
Il n’y a pas de belle floraison s’il n’y a pas d’enracinement. Alors je crois beaucoup, eh bien, aux racines terrestres qui sont nécessaires même pour l’épanouissement spirituel le plus universel.

A ce sujet je pourrai citer une anecdote : vous savez que Dante a été exilé de Florence à la fin de sa vie, dans ces querelles des gibelins et des guelfes qu’on a oubliées aujourd’hui. Il était donc exilé à Ravenne, et quelqu’un lui avait écrit : tu dois être bien malheureux loin de ta patrie. Et alors il a répondu un très beau mot, en latin d’ailleurs – je traduis - , il a répondu : « Les hautes vérités dans leur douceur suprême sont visibles sous tous les cieux » !
Alors moi je commenterai : elles sont visibles sous tous les cieux, mais elles ne poussent pas dans toutes les terres ! Et si Dante n’avait pas été un florentin, s’il n’avait pas été nourri de cette civilisation extraordinaire de Florence, il n’aurait pas pu voir les vérités suprêmes sous tous les cieux.

Je crois que c’est extrêmement important.
Regardez les grandes oeuvres du génie humain : les plus universelles, les plus admirées dans le monde entier, sont des œuvres enracinées.
« L’Illiade » est une œuvre très localisée : le conflit des Troyens, bon, ainsi de suite… « La Divine Comédie » de Dante est florentine jusqu’au dernier point : il y parle de toutes les familles de Florence. Le « Quichotte » de Cervantès : c’est localisé dans la Castille, et en même temps ça a une portée universelle. Le « Mireille » et le « Calendal » de Mistral sont des œuvres enracinées dans la Provence et qui prennent également une portée universelle…

Alors, l’homme a besoin de racines : de racines sur la terre qui lui permettent de fleurir dans le ciel… et d’avoir même des racines dans le ciel.
Platon parlait du double enracinement de l’homme qui est en même temps enraciné dans la terre et en même temps ouvert aux vérités célestes, qui viennent d’en-haut.
Je crois que cette union est absolument nécessaire.

Simone Weil a été très méchante pour les Américains – je m’empresse de dire Simone Weil la grande, la philosophe, pas la femme politique, n’est-ce pas ! – ; eh bien, (elle) disait en parlant des Américains - elle était en Amérique à la fin de sa vie – un peu sévèrement : « Ils sont impropres au surnaturel parce qu’ils n’ont pas assez d’enracinement terrestre ». Peut-être exagérait elle un peu, mais enfin il y a de ça, quoi !

C’est pourquoi je crois profondément à une vie qui est très près de la terre et qui permet de monter plus haut ! »

Gustave Thibon
réponse à Monsieur l’abbé Estieule qui l’interrogeait pour « Radio présence »
(entretien enregistré au Mas de Libian, à Saint-Marcel d’Ardèche, en 1993).

Miniature Divine Comédie Cod. It. IX. 276 1380-1400 - Bibliothèque Marciana, Venisee

Détail d’une miniature du manuscrit de la « Divine Comédie » des années 1380-1400
(Codex it. IX-276, Bibliothèque Marciana, Venise)

2015-64. La révolution française ne fut pas une révolution de type politique et social, mais une révolution d’essence métaphysique et spirituelle caractérisée par la haine de la religion chrétienne.

Dimanche 14 juin 2015,
Dimanche dans l’octave du Sacré-Coeur, 3e après la Pentecôte.
Anniversaire du massacre des catholiques et des capucins de Nîmes en 1790.

Clergé malmené

Ecclésiastiques malmenés et chassés (gravure de l’époque révolutionnaire)

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Vous le savez bien, au Mesnil-Marie nous essayons de n’oublier aucun des anniversaires de nos grands héros chrétiens et français et de ceux qui ont été martyrisés ou sacrifiés sur l’autel de l’idéologie révolutionnaire.

Ainsi, en ce 14 juin, nous nous souvenons avec émotion et piété des catholiques et des capucins de Nîmes qui ont été massacrés en haine de la foi catholique et de la fidélité à la monarchie traditionnelle, par les révolutionnaires huguenots les 13 et 14 juin 1790 : je vous ai longuement raconté ces faits (et je vous renvoie à cette publication > ici).
Des faits qui ne doivent pas tomber dans l’oubli, et ce d’autant plus que la plupart des livres d’histoire ou bien les cèlent ou bien les édulcorent et les minimisent. C’est ainsi que ce massacre de plusieurs centaines de catholiques, onze mois seulement après la « prise » de la Bastille et un mois tout juste avant la fête de la fédération (en une période où l’on voudrait nous faire croire que la terreur n’avait pas commencé et que la « nation unanime » communiait dans l’enthousiasme aux idées nouvelles) est officiellement pudiquement appelé « bagarre de Nîmes », comme s’il s’agissait d’un banal fait divers entre quelques individus avinés à la sortie d’un bistrot !

Au risque de passer pour importun, j’insiste, chaque fois qu’il m’en est donné l’occasion, et je répète et répèterai encore pour dire que l’essence de la révolution française – et par conséquent de la république qui en est le fruit – c’est l’antichristianisme.

Dans la bibliothèque du Mesnil-Marie, nous avons un ouvrage qui date un peu, dans la mesure où il avait été rédigé et publié pour anticiper ce fameux bicentenaire de la révolution de 1789 que la république mitterrandienne s’apprêtait à célébrer, afin de prémunir contre les contre-vérités qui n’allaient pas manquer de nous être ressassées à cette occasion.
Ce livre a été écrit par le Rd. Père Yves-Marie Salem-Carrière et s’intitule : « Terreur révolutionnaire et résistance catholique dans le Midi ». Il présente de manière succincte un ensemble de faits tus, oubliés ou minimisés prouvant l’antichristianisme viscéral de la révolution et rappelle – comme le titre l’indique – les divers mouvements de résistance qui s’y opposèrent en Languedoc.

Cet ouvrage est préfacé par notre cher Gustave Thibon.
Au-delà des caractères circonstanciels liés à l’auteur, à l’ouvrage lui-même et au contexte de sa parution, Gustave Thibon, de sa plume aiguisée, a bien su mettre en évidence (qui d’ailleurs pourrait en douter ?) les caractéristiques de la révolution.

Comme l’ouvrage du Rd. Père Salem-Carrière est aujourd’hui difficile à trouver, à l’occasion du triste anniversaire du massacre des catholiques et des capucins de Nîmes, j’ai donc résolu de recopier ci-dessous à votre intention, chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, le texte de cette préface de notre cher Gustave !

Lully.

Le Pape Pie VI caricaturé en âne (détail d'une gravure révolutionnaire de 1790)

Le Pape Pie VI caricaturé en âne, détail d’une estampe révolutionnaire de 1790

La Révolution française ne fut pas une révolution de type politique et social, mais une révolution d’essence métaphysique et spirituelle,
caractérisée avant tout par la haine de la religion chrétienne.

 * * *

« Je tiens à souligner l’importance de ce travail du P. Salem sur les causes et les effets de la fièvre révolutionnaire dans notre province du Languedoc.
Son livre est convaincant, non seulement par les idées qu’il défend mais par les faits qu’il rapporte. Car, si l’on peut discuter sans fin sur les idées, on ne peut pas récuser les faits. « Vous connaîtrez l’arbre à ses fruits », dit l’Evangile.

La conclusion que tire le P. Salem de cet exposé de tant d’horreurs mêlées à tant d’héroïsmes est que la Révolution française ne fut pas une révolution de type politique et social comme tant d’autres au long de l’histoire, mais une révolution d’essence métaphysique et spirituelle, caractérisée avant tout par la haine de la religion chrétienne et de ses institutions.

Il ne s’agit pas d’idéaliser la société de l’Ancien Régime. Il y avait certes des abus à supprimer et des réformes à accomplir et l’Eglise même, au cours des âges, n’a jamais cessé de se réformer pour mieux adapter ses structures temporelles à son modèle éternel.

Or il apparaît clairement ici que le vœu profond des organisateurs de la Révolution ne fut pas de corriger les imperfections de ces vieilles institutions qui reposaient toutes sur un fondement religieux mais de renverser ce fondement même, c’est-à-dire de substituer le culte de l’homme au culte divin. Quitte, ensuite, car tout idolâtrie se retourne contre elle-même, à fouler aux pieds ces fameux droits de l’homme si hautement proclamés en mettant la terreur au service du délire idéologique.

Il suffit pour faire éclater cette contradiction entre les principes et leurs conséquences de juxtaposer les trois grands mots de la devise républicaine et leur interprétation par les ouvriers de la terreur.
Liberté ? Oui mais « pas de liberté pour les ennemis de la liberté », c’est-à-dire pour tous ceux qui ne partagent pas la nouvelle conception de la liberté.
Egalité ? Oui encore, mais imposée par la violence : « l’égalité ou la mort ».
Fraternité ? Mais toujours le même refrain : « Sois mon frère ou je te tue ».

Et toutes ces atrocités sont barbouillées d’inepties grandiloquentes où le grotesque s’allie au tragique. On en trouvera ici maints exemples puisés dans les discours ou dans les faits, dont le plus drôle est celui du coq au cocorico séditieux jugé et exécuté en bonne et due forme (voir la note * en bas de page).

Mais ce sombre tableau garde un côté lumineux : celui où sont relatés la vigueur de la résistance populaire à l’influence idéologique et l’héroïsme de tant de prêtres et de fidèles qui préférèrent la mort à l’apostasie.

Cela dit, nous célébrerons nous aussi le bicentenaire de la Révolution mais celui de ses victimes et de ses martyrs et non celui de ses auteurs et de ses bourreaux. »

Gustave Thibon.
Préface du livre du Rd Père Yves-Marie Salem-Carrière, lazariste,
intitulé « Terreur révolutionnaire et résistance catholique dans le Midi »
(ed. Dominique Martin Morin – 1989).

Terreur révolutionnaire et résistance catholique dans le Midi - R.P. Salem-Carrière

Note * : Les catholiques fidèles poussaient fréquemment le cri de « cocorico » en présence des prêtres jureurs : c’était une manière de leur rappeler le reniement de Saint Pierre et de les inciter à la conversion.
En conséquence, le « cocorico » était fort mal perçu par les sans-culottes. Le Rd. Père Salem-Carrière rapporte donc qu’à Montpellier, le 5 décembre 1791, lors des funérailles d’un « patriote », lorsque le curé constitutionnel parut, un puissant « cocorico » retentit à une fenêtre. Voici la suite telle qu’elle est racontée dans son livre :

« Les gardes nationaux montèrent au deuxième étage chez mademoiselle Sauvaire, vendeuse de faïence, saisirent un coq en cage sur la fenêtre et amenèrent la fille avec eux au tribunal correctionnel.
Le juge l’interrogea :
- Vous avez dressé le coq pour vous moquer des prêtres assermentés.
- C’est un cadeau, répondit-elle, je l’ai mis en cage parce que étant très maigre je voulais l’engraisser.
- Oui, mais ce n’est pas un animal à mettre en cage sur une fenêtre.
- Si je l’avais laissé libre dans mon magasin de faïence il aurait tout cassé.
Ainsi se déroula le dialogue « patriotique » et le jugement suit la logique révolutionnaire. La fille est condamnée à deux jours de prison et à une amende.
Et le coq ?
Le juge propose de l’offrir à l’hôpital. Non pas, estime le tribunal, les malades qui absorberaient son bouillon pourraient devenir aristocrates ou monarchistes.
« Qu’on le décapite, crie un assistant, puisqu’il a chanté en nous insultant. »
Aussitôt un garde saisit son sabre et décapite l’animal… »

(in « Terreur révolutionnaire et résistance catholique dans le Midi » p. 54).

Coq sur un canon (époque révolutionnaire)

Coq sur un canon
(peinture sur faïence – époque révolutionnaire)

2015-62. De la très humble femme par laquelle Dieu a voulu donner à Son Eglise la victoire sur Napoléon.

Mardi 9 juin 2015,
Mardi dans l’octave du Très Saint-Sacrement,
Commémoraison des Saints Prime et Félicien, martyrs,
Commémoraison de la Bienheureuse Anne-Marie Taïgi.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Parmi les saints pour lesquels nous nourissons une spéciale dévotion au Mesnil-Marie, se trouve la Bienheureuse Anne-Marie Taïgi.

Née en mai 1769 à Sienne, Anne-Marie Giannetti est l’exacte contemporaine de Napoléon Bonaparte qui naît le 15 août de cette même année à Ajaccio.
A la suite de revers de fortune, les parents d’Anne-Marie s’installent à Rome : la vie de la famille est pauvre, parfois proche de la misère.

Au soir du mercredi saint 16 avril 1783, Anne-Marie est du nombre de ces enfants et adolescents de la Ville Eternelle qui, mus par le seul Saint-Esprit, au moment de la mort de Saint Benoît-Joseph Labre (cf. > www et aussi > www), sans qu’ils en eussent été avertis de manière naturelle, sont sortis de leurs maisons pour crier dans les rues : « E morto il santo : le saint est mort ! »
C’est d’ailleurs la maman d’Anne-Marie qui fut choisie pour faire la toilette funèbre du saint pélerin : Anne-Marie l’accompagnait ; elle connaissait de vue, comme tout le petit peuple de Rome, le saint mendiant français, mais lors de sa mort on peut dire que l’adolescente – elle a alors quatorze ans – a compris beaucoup de choses spirituelles dont elle restera profondément marquée pour le restant de ses jours.

Gisant St Benoît-Joseph Labre à Ste Marie des Monts

Tombe de Saint Benoît-Joseph Labre, à Rome, dans l’église de Saint-Martin des Monts.

Anne-Marie dut bientôt se louer comme domestique et, pour préserver sa vertu, elle épouse Dominique Taïgi, « homme de peine » du palais Chigi.
Ce mariage n’a rien à voir avec les clichés de la passion sentimentale et du romantisme : ce sera pourtant un véritable mariage d’amour, bâti sur un profond respect mutuel et, par dessus tout, sur les valeurs chrétiennes.

Dominique Taïgi est sans nul doute un brave homme, honnête, droit et courageux ; toutefois il est aussi un véritable rustre par ses manières, et par sa propension à piquer de violentes colères.
Anne-Marie sera toujours d’une inaltérable patience avec lui, de même qu’avec ses parents, aigris et grincheux, qu’elle soigne. Elle ne fera jamais rien sans la permission de son époux ; de son côté, celui-ci acceptera aussi – sans bien la comprendre puisque cela dépasse tout ce qu’il pourrait imaginer – l’aventure spirituelle de son épouse, et il ne s’opposera pas à la grâce de Dieu.
Dominique et Anne-Marie donneront la vie à sept enfants, mais ils auront le chagrin d’en perdre trois en bas âge.

Mère attentive à l’éducation de ses enfants, femme d’intérieur dont le logement modeste est toujours propre, Anne-Marie fait la cuisine, coud les vêtements de toute la maisonnée, tient les comptes…
Rien ne distingue sa vie de celle de toutes les mères des familles pauvres qui l’entourent, sinon le rayonnement d’une joie et d’une ferveur peu communes et une sérénité inaltérable, quelles que soient les épreuves traversées.
Dominique témoignera : « Elle parlait de Dieu sans devenir ennuyeuse comme le sont beaucoup de dévotes ! »

A la vie d’apparence très ordinaire d’Anne-Marie, se superpose une vie chrétienne exemplaire : elle est tertiaire trinitaire, participe aux réunions de sa confrérie, assiste quotidiennement à la Sainte Messe, et se soumet à une direction spirituelle exigeante… Et Dieu la submerge d’un véritable océan de grâces mystiques : Dieu fait à tout moment irruption dans sa vie, qu’elle soit à l’église ou dans sa cuisine, en pleine lessive ou en train de converser avec un Monsignore, qu’elle soit à table avec les siens ou allongée aux côtés de Dominique qui dort du sommeil du juste. Elle, avec familiarité, demande au Très-Haut : « Laissez-moi, Seigneur, je suis mère de famille. »

La grâce mystique spéciale qui caractérise Anne-Marie est que, pendant plus de quarante années, elle a en permanence auprès d’elle (qui est seule à le voir) un globe lumineux, comme un petit soleil, à l’intérieur duquel, sous une grande couronne d’épines, elle contemple la divine Sagesse. En regardant dans ce « soleil », elle peut connaître tout ce qui se passe dans le monde et dans l’Eglise, tous les événements – passés, présents et futurs – , ainsi que l’état de la conscience et les pensées secrètes de chacun.
Ce don de prophétie et de prescience lui amenait beaucoup de monde, de simples fidèles comme des Princes de l’Eglise, venant lui demander conseil, et que, toute sa vie, elle a reçus avec une infinie patience et sollicitude.
En cela s’est accompli ce que Notre-Seigneur lui fit un jour connaître dans son action de grâces après la Sainte Communion : « Je te destine à convertir des âmes et à consoler toutes les catégories de personnes : prêtres, frères, moines, prélats, cardinaux, et même Mon Vicaire ».

la Bienheureuse Anne-Marie Taïgi

La Bienheureuse Anne-Marie Taïgi

C’est que notre Bienheureuse vit dans une période de l’Eglise et de l’Europe durant laquelle, en sus des « habituels » problèmes que peuvent avoir les fidèles pour bien conduire leur vie selon les voies de Dieu, les épreuves vont se multiplier : c’est la fin du siècle des prétendues « lumières » – siècle de la création et du développement de la Franc-Maçonnerie et de quelques autres sectes pseudo-spiritualistes antichrétiennes – , cette période est celle qui voit en France le déchaînement de la révolution avec ses attaques contre la Sainte Eglise Romaine.

Après avoir dépouillé l’Eglise de France de ses biens et tenté de la séparer de Rome, après avoir pillé les sanctuaires et fermé les maisons religieuses, après avoir multiplié les sacrilèges et les profanations, après avoir déporté ou massacré des milliers d’ecclésiastiques et de catholiques fidèles, la révolution « française » a voulu exporter ses théories blasphématoires et s’est lancée à la conquête de l’Europe : pour cela, l’enfer a finalement misé sur le génie orgueilleux et dévoyé d’un tacticien militaire qui est, comme je l’écrivais en commençant, l’exact contemporain d’Anne-Marie : Napoléon Bonaparte.

C’est lui, Bonaparte, qui par le traité de Tolentino (19 février 1797) imposé au Pape Pie VI, porte atteinte à l’intégrité des Etats de l’Eglise et ordonne le pillage de leurs oeuvres d’art ; bientôt après, la « république romaine » est proclamée ; Pie VI, emmené captif par les troupes françaises, meurt d’épuisement à Valence (29 août 1799) où on lui fait des funérailles civiles !
C’est lui, Bonaparte, qui impose au Saint-Siège un concordat (15 juillet 1801) qui, s’il permet le rétablissement du culte catholique en France, n’en tend pas moins à faire de l’Eglise de France la servante de ses ambitions et de son pouvoir.
C’est lui, Napoléon, qui ne voulant pas seulement soumettre l’Eglise de France à son implaccable volonté mais l’Eglise catholique tout entière, persécute odieusement le Pape Pie VII, annexe les Etats de l’Eglise, fait enlever et emprisonner le Souverain Pontife, puis déchaîne sa colère contre les cardinaux et les évêques fidèles…

Anne-Marie voit et sait toutes ces choses.
Elle a demandé à Dieu la signification de cette terrible permission par laquelle ce Napoléon a pu s’emparer – par d’épouvantables tueries et un amoncellement de ruines – d’un continent tout entier, et porter atteinte, d’une façon aussi barbare, à tout droit humain et divin.
Et Anne-Marie a reçu de Dieu cette réponse : 
« A cette fin, J’ai mandaté Napoléon. Il était le ministre de Mes fureurs ; il devait punir les iniquités des impies, humilier les orgueilleux. Un impie a détruit d’autres impies ».
Les choses sont donc bien claires : dans le plan de la divine Sagesse, l’impie Napoléon a été une espèce de « fléau de Dieu » pour que la révolution soit punie par ce qu’elle avait elle-même enfanté !

Le geai dépouillé de ses plumes empruntées caricature de Napoléon

Caricature inspirée de la fable de La Fontaine : « Le geai paré des plumes du paon ».
L’oiseau prétentieux a la tête de Napoléon ; des aigles – symboles des puissances souveraines d’Europe – lui arrachent les plumes qu’il avait volées pour paraître plus grand (ces plumes sont l’Espagne, la Bohême, la Pologne).

Le 9 juin 1815 - lors même que les puissances alliées poursuivaient Napoléon de leurs armées – , s’achevait le Congrès de Vienne, qui, vaille que vaille, redonnait une stabilité à l’Europe sur la base du principe de légitimité.
Neuf jours plus tard, le 18 juin 1815, à Waterloo, la folle tentative de Napoléon pour reprendre les rênes de la France et du monde allait recevoir la fin qu’elle méritait. 

Mais, en vérité, la victoire n’appartient ni aux congressistes de Vienne, ni aux Souverains alliés, ni à Wellington : elle est à Anne-Marie Taïgi.  
Car, loin des affrontements diplomatiques, loin des champs de bataille, loin des coulisses des palais, loin des intrigues politiques et loin de toute l’agitation du monde, la divine Sagesse avait aussi confié à l’épouse exemplaire de l’ « homme de peine » du palais Chigi, à la modeste mère de famille des quartiers populaires de Rome, à l’humble tertiaire priante et pénitente, la mission d’opposer un contrepoids, par sa vie fervente et mortifiée, aux ambitions démesurées et au plan orgueilleux du Bonaparte.
La fin de l’usurpation, la fin de vingt-trois années de guerres européennes ininterrompues commencées par la révolution et poursuivies par l’empire (1792-1815), la fin de la persécution de l’Eglise, la fin de la spoliation des Etats de l’Eglise, la fin de l’emprisonnement du Pape, c’est Anne-Marie qui les a obtenues par ses prières et ses pénitences.

Reconnue pour la sagesse de ses conseils et la justesse de ses prémonitions, Anne-Marie, après 1815, continuera, comme si de rien n’était, à mener sa vie humble et exemplaire, de mère de famille, puis de grand’mère.
Après Pie VII, elle continuera semblablement à soutenir Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI et leurs combats contre l’esprit de la révolution et les sociétés secrètes.
Je ne peux résumer ici tout ce que sa vie comporte de faits prodigieux, d’exemples admirables, ni toutes les prophéties – certaines très précises – qu’elle a transmises, concernant l’avenir du monde et de l’Eglise : cela demande des livres entiers.

Corps de la Bienheureuse Anne-Marie Taïgi, église Saint-Chrysogone

Corps de la Bienheureuse Anne-Marie Taïgi – Basilique Saint-Chrysogone au Transtévère, Rome.

Anne-Marie Taïgi rendit son âme à son Créateur à l’aube du vendredi 9 juin 1837, après trois heures d’agonie.
Elle était âgée de soixante-huit ans et vingt jours.

Déclarée « vénérable » par le Bienheureux Pie IX, elle a été béatifiée par Benoît XV le 30 mai 1920.
Son corps repose dans l’église Saint-Chrysogone au Transtévère (basilique desservie par les Pères Trinitaires, puisqu’elle était tertiaire de leur Ordre) : c’est là qu’il y a dix ans, notre Frère Maximilien-Marie a obtenu des religieux une relique de cette très humble femme par laquelle Dieu a voulu donner à Son Eglise la victoire sur Napoléon.

En ce 9 juin 2015, deuxième centenaire de la conclusion du Congrès de Vienne, et à quelques jours du bicentenaire de la victoire de Waterloo (18 juin), je considérais qu’il était de mon devoir de vous donner ici à propos de ces événements, chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, un éclairage différent de celui de l’histoire officielle…

Lully.

Reliquaire de la Bienheureuse Anne-Marie Taïgi - Refuge ND de Compassion

Médaillon reliquaire de la Bienheureuse Anne-Marie Taïgi, au Mesnil-Marie.

2015-61. « Ils m’ont jeté vivant sous des murs funéraires… »

1795 – 8 juin – 2015

Deux-cent-vingtième anniversaire
du rappel à Dieu
de

Sa Majesté le Roi Louis XVII

frise lys deuil

Ce 8 juin 2015 marque le deux-cent-vingtième anniversaire de la mort, dans les épouvantables conditions que l’on sait, de « l’Enfant du Temple », Sa Majesté le Roi Louis XVII.

Foin des délires obsessionnels survivantistes ! Le petit Roi est bien mort dans l’horrible prison, âgé de dix ans deux mois et douze jours, et son règne – du sinistre 21 janvier 1793 à ce 8 juin 1795 – a été de deux ans quatre mois et dix-huits jours : un règne qui s’est tout entier écoulé entre les murs lugubres de ce donjon, dans les mauvais traitements, dans le broiement de ses plus chères aspirations, dans la déréliction, dans la maladie et l’agonie du coeur et de l’esprit avant de connaître, épuisé, l’agonie du corps.

Enfant martyr, la république qui a voulu pour lui un tel sort tombe sous le coup de la malédiction contenue dans les paroles du Christ : « Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits d’entre Mes frères, c’est à Moi que vous l’avez fait ! » (cf. Matth. XXV, 40 b).
Roi martyr, dont le sceptre, le manteau et la couronne ne furent ici-bas que de dérision et d’opprobre, comme ceux dont Jésus-Christ, Roi des rois, fut affublé par la soldatesque en Sa douloureuse Passion.

Sans doute, sans aucun doute, le sort atroce réservé à cet enfant-roi entrait-il surnaturellement dans un plan divin d’expiation et de rédemption qui échappe à toute logique humaine, et qui a mis en réserve pour la France – au jour où pénitente et dévouée : Gallia poenitens et devota, elle reviendra, par un même mouvement de conversion, à son Dieu et à sa vocation – des trésors de grâce.
Mais aujourd’hui, tout cela est enveloppé par le secret divin.

Pour l’heure, afin de marquer cet anniversaire, que nous célébrons avec des sentiments de foi et d’espérance, je veux vous livrer le poème intitulé « Louis XVII » que Victor Hugo a publié au livre premier de son recueil « Odes et ballades ».
On se souviendra de ce fait que si ce génie de la poésie française a malheureusement fini en républicain apostat (« je refuse la prière de toutes les Eglises »), il avait été à ses débuts un ardent légitimiste…

Ce long poème, qui met en scène l’entrée au paradis du petit Roi-martyr, contient plus d’un passage admirable et le regretté Révérend Père Jean Charles-Roux (cf. > ici) avait voulu qu’il conclut son très beau livre – que nous ne pouvons que chaleureusement recommander – intitulé : Louis XVII – la Mère et l’Enfant martyrs (ed. du Cerf – 2007).

Lully.

frise lys deuil

Louis XVII
(Victor Hugo, in « Odes et Ballades » -  Livre 1er, ode V)
* * *
Louis XVII mourant
I
En ce temps-là, du ciel les portes d’or s’ouvrirent ;
Du Saint des Saints ému les feux se découvrirent ;
Tous les cieux un moment brillèrent dévoilés ;
Et les élus voyaient, lumineuses phalanges,
Venir une jeune âme entre de jeunes anges
Sous les portiques étoilés.
C’était un bel enfant qui fuyait de la terre ;
Son œil bleu du malheur portait le signe austère ;
Ses blonds cheveux flottaient sur ses traits pâlissants ;
Et les vierges du ciel, avec des chants de fête,
Aux palmes du martyre unissaient sur sa tête
La couronne des innocents.
II
On entendit des voix qui disaient dans la nue :
- « Jeune ange, Dieu sourit à ta gloire ingénue ;
Viens, rentre dans ses bras pour ne plus en sortir ;
Et vous, qui du Très-Haut racontez les louanges,
Séraphins, prophètes, archanges,
Courbez-vous, c’est un roi ; chantez, c’est un martyr ! »
- « Où donc ai-je régné ? demandait la jeune ombre.
Je suis un prisonnier, je ne suis point un roi.
Hier je m’endormis au fond d’une tour sombre.
Où donc ai-je régné ? Seigneur, dites-le moi.
Hélas ! mon père est mort d’une mort bien amère ;
Ses bourreaux, ô mon Dieu, m’ont abreuvé de fiel ;
Je suis un orphelin ; je viens chercher ma mère,
Qu’en mes rêves j’ai vue au ciel. »
Les anges répondaient : – « Ton Sauveur te réclame.
Ton Dieu d’un monde impie a rappelé ton âme.
Fuis la terre insensée où l’on brise la croix.
Où jusque dans la mort descend le régicide,
Où le meurtre, d’horreurs avide,
Fouille dans les tombeaux pour y chercher des rois. »
- « Quoi ! de ma lente vie ai-je achevé le reste ?
Disait-il ; tous mes maux, les ai-je enfin soufferts ?
Est-il vrai qu’un geôlier, de ce rêve céleste,
Ne viendra pas demain m’éveiller dans mes fers ?
Captif, de mes tourments cherchant la fin prochaine.
J’ai prié : Dieu veut-il enfin me secourir ?
Oh ! n’est-ce pas un songe ? a-t-il brisé ma chaîne ?
Ai-je eu le bonheur de mourir ?
« Car vous ne savez point quelle était ma misère !
Chaque jour dans ma vie amenait des malheurs ;
Et, lorsque je pleurais, je n’avais pas de mère
Pour chanter à mes cris, pour sourire à mes pleurs.
D’un châtiment sans fin languissante victime,
De ma tige arraché comme un tendre arbrisseau,
J’étais proscrit bien jeune, et j’ignorais quel crime
J’avais commis dans mon berceau.
« Et pourtant, écoutez : bien loin dans ma mémoire,
J’ai d’heureux souvenirs avant ces temps d’effroi ;
J’entendais en dormant des bruits confus de gloire,
Et des peuples joyeux veillaient autour de moi.
Un jour tout disparut dans un sombre mystère ;
Je vis fuir l’avenir à mes destins promis ;
Je n’étais qu’un enfant, faible et seul sur la terre,
Hélas ! et j’eus des ennemis !
« Ils m’ont jeté vivant sous des murs funéraires ;
Mes yeux voués aux pleurs n’ont plus vu le soleil ;
Mais vous que je retrouve, anges du ciel, mes frères,
Vous m’avez visité souvent dans mon sommeil.
Mes jours se sont flétris dans leurs mains meurtrières,
Seigneur, mais les méchants sont toujours malheureux ;
Oh ! ne soyez pas sourd comme eux à mes prières,
Car je viens vous prier pour eux. »
Et les anges chantaient : – « L’arche à toi se dévoile,
Suis-nous ; sur ton beau front nous mettrons une étoile.
Prends les ailes d’azur des chérubins vermeils ;
Tu viendras avec nous bercer l’enfant qui pleure,
Ou, dans leur brûlante demeure,
D’un souffle lumineux rajeunir les soleils ! »
III
Soudain le chœur cessa, les élus écoutèrent ;
Il baissa son regard par les larmes terni ;
Au fond des cieux muets les mondes s’arrêtèrent,
Et l’éternelle voix parla dans l’infini :
« O roi ! je t’ai gardé loin des grandeurs humaines.
Tu t’es réfugié du trône dans les chaînes.
Va, mon fils, bénis tes revers.
Tu n’as point su des rois l’esclavage suprême,
Ton front du moins n’est pas meurtri du diadème,
Si tes bras sont meurtris de fers.
« Enfant, tu t’es courbé sous le poids de la vie ;
Et la terre, pourtant, d’espérance et d’envie
Avait entouré ton berceau !
Viens, ton Seigneur lui-même eut ses douleurs divines,
Et mon Fils comme toi, roi couronné d’épines,
Porta le sceptre de roseau. »
                                                                                    (décembre 1822)

Ecce Homo par Philippe de Champaigne

2015-56. Où le Maître-Chat vous livre une fois de plus ses convictions profondes et réflexions, à l’occasion du cent-nonantième anniversaire du Sacre de Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Charles X.

1825 – 29 mai – 2015

Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Charles X

Vendredi des Quatre-Temps de Pentecôte 29 mai 2015.

Depuis ce matin, chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, en notre Mesnil-Marie résonnent les puissantes harmonies de la Messe Solennelle en la majeur pour choeur et orchestre composée par Luigi Cherubini pour le Sacre de Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Charles X.
C’est en effet aujourd’hui l’exact cent-nonantième anniversaire de cette cérémonie, qui fut donc célébrée à Reims le dimanche 29 mai 1825.

Permettez-moi, à cette occasion, de vous faire une fois de plus part de quelques unes de mes réflexions :

A) Tout d’abord au sujet de cette Messe Solennelle pour le Sacre de Charles X composée par Cherubini :
Il s’agit incontestablement d’une oeuvre « romantique », et ceux qui me connaissent savent bien (je ne m’appelle pas Lully pour rien !) que je ne prise habituellement pas beaucoup le romantisme.
Néanmoins Berlioz – qui n’aimait guère Cherubini en tant qu’homme – a porté sur sa musique un jugement qui mérite d’être cité, puisqu’il estimait qu’elle « jaillissait des profondeurs de la méditation chrétienne et respirait l’amour divin ».
Le Credo de cette Messe, tout spécialement, force l’adhésion par sa puissance.

Je n’ai pas trouvé d’enregistrement disponible sur Internet que je puisse vous proposer ici, chers Amis. Cette Messe a été enregistrée par le Philamornia Orchestra & Chorus sous la direction de Riccardo Muti, grand « cherubinien » s’il en est, et je ne puis que vous encourager à vous la procurer ou à l’écouter si cela vous est possible.

Sacre de Charles X 29 mai 1825

Le Sacre de Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Charles X par François Gérard.

B) Cet anniversaire est pour nous en demi-teinte :
- d’une part, en effet, il nous remplit d’une nostalgie voilée de tristesse, lorsque nous pensons que ce fut le dernier Sacre à avoir été célébré en notre France, et que, depuis 1830, celle-ci est en quelque sorte orpheline…
- mais d’autre part ce rappel historique nous remplit d’une douce et ferme espérance.
Puisque ce 29 mai 1825 refermait quasi miraculeusement – pour quelques trop courtes années, certes ! – l’horrible parenthèse de la révolution et de l’empire, en renouant l’alliance séculaire entre le Ciel et la France, scellée dans les fonts baptismaux de Reims (que romprait à nouveau la révolution de 1830, la « monarchie de juillet » et les régimes suivants), nous espérons, d’une manière toute surnaturelle, le temps béni de la conversion de la France et de son retour à ses anciennes et saintes traditions, et, dans cette espérance, nous renouvelons avec ferveur nos engagements de coeur et d’âme pour Dieu et pour le Roi légitime.

Scapulaire Sacré-Coeur

C) Je vais bientôt revenir vers vous pour porter à votre connaissance des récits contemporains relatant le Sacre de Charles X.
En attendant, je vous invite à lire ou à relire ce que j’ai publié en novembre 2008  au sujet de la Sainte Ampoule du Sacre des Rois de France :
- 1ère partie : des origines à la révolution > ici
- 2ème partie : de la révolution à nos jours > ici
J’ai illustré ces articles avec des clichés montrant ce qui a subsisté des Regalia (c’est-à-dire des objets à forte valeur symbolique et sacrée qui étaient utilisés pour le Sacre de nos Rois) : quelques uns avaient échappé aux destructions et profanations révolutionnaires, et d’autres durent être refaits après la révolution, justement à l’occasion du Sacre de Charles X.

Reconstitution de la couronne de Charles X

Reconstitution de la couronne de Charles X

D) Notons au passage que la couronne de Charles X – chef-d’oeuvre de l’orfèvre Evrard Bapst (1771-1842) – , dépouillée des pierres diamants et saphirs de la Couronne qui l’ornaient, mais malgré tout conservée dans les caves du ministère des finances, fut sacrifiée sur l’autel du sectarisme laïc et républicain de la fin du XIXe siècle.
En effet, plutôt que d’être restituée au fils d’Evrard Bapst qui souhaitait la racheter, elle fut volontairement brisée, lors de la célèbre vente des diamants de la Couronne, organisée en 1887 par la troisième république sous l’impulsion de Jules Grévy, afin que disparaisse spectaculairement ce symbole de la monarchie et pour briser avec elle tout espoir de restauration…
Les « valeurs de la république » ne sont décidemment pas les nôtres, puisque nous ne pouvons que constater (je n’interprête pas, je me contente de laisser la parole aux faits) que la république française est ontologiquement liée au mépris des racines et des gloires de la vraie France, à la barbarie, au vandalisme, à la destruction et à la laideur ! 

Image de prévisualisation YouTube

Guillaume du Faÿ : lamentation sur la Sainte Mère Eglise Constantinopolitaine

E) Ma dernière réflexion enfin est liée à un autre anniversaire, infiniment triste et absolument désolant : le 29 mai 1453, Constantinople – la ville de Saint Constantin le Grand, la capitale de ce qui subsistait de l’Empire Romain chrétien – tombait sous les assauts des païens mahométans.
Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire (cf. > ici), je voudrais que cet anniversaire soit à perpétuité célébré par une journée de deuil européen ; il me semble que ce serait en effet salutaire pour la santé mentale du vieux continent et pour sa survie !

De nos jours, ouvertement et sans vergogne, sous nos yeux, la république maçonnique unit ses noirs desseins destructeurs à ceux de cette fausse religion afin de faire barrage au christianisme et à ses forces de vie, naturelle et surnaturelle.
Nous gardons fermement au coeur la certitude que, finalement, « les portes de l’enfer ne prévaudront pas » : ni contre la Sainte Eglise, ni contre la France dont la divine Providence a voulu qu’elle fût le porte-glaive, par sa monarchie légitime traditionnelle.

Bien sûr, en attendant la victoire finale dont nous sommes pourtant certains, nous voyons s’accumuler les dégâts, immenses et dramatiques : dégâts matériels et économiques, dégâts familiaux et sociaux, dégâts politiques et culturels, dégâts psychologiques et spirituels, jusqu’à la perte éternelle de très nombreuses âmes…
Cependant notre foi et notre espérance parlent plus haut et plus fort que toutes ces voix qui nous porteraient au découragement et, animés par une ardente charité, nous proclamons sans hésitation et sans relâche que le divin Coeur de Jésus sera vainqueur et qu’Il régnera !

Lully.

Lully défenseur de la couronne

Publié dans:Memento, Vexilla Regis |on 29 mai, 2015 |5 Commentaires »

2015-55. In memoriam : Jacques-Joseph de Cathelineau, le Saint de la Garde de Charles X.

Mercredi des Quatre-Temps de Pentecôte 27 mai 2015,
Commémoraisons de Saint Bède le Vénérable et de Saint Jean 1er,
Anniversaire de l’assassinat de Jacques-Joseph de Cathelineau (27 mai 1832).

Détail d'un vitrail de la Pentecôte

Détail d’un ancien vitrail représentant la Pentecôte.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Comme elle est belle, dans son flamboiement de rouge et d’or, notre liturgie catholique traditionnelle de la Pentecôte !
Si nous avons, avec une ardente ferveur, préparé la fête de la Pentecôte par une neuvaine de prière, l’octave qui, tout au long de cette semaine, prolonge la fête, nous donne d’approfondir – on n’a jamais fini de le faire – la connaissance des sept Dons du Saint-Esprit et de leur rôle dans notre vie chrétienne.

Ces dons sont manifestes dans la vie des saints, puisqu’ils se sont montrés particulièrement dociles à l’action du Saint-Esprit ; aussi les exemples qu’ils nous ont laissés nous stimulent-ils et nous entraînent-ils sans cesse.
Ainsi, ces jours derniers, bien que justement la célébration de l’octave ne nous permît que d’en faire la commémoraison, nous avons été heureux des fêtes de deux saints qui nous sont particulièrement chers :
- tout d’abord, lundi, Sainte Madeleine-Sophie Barat, dont ce 25 mais 2015 marquait le cent-cinquantième anniversaire du bienheureux trépas, le 25 mai 1865, et dont nous aimons à répéter la belle prière au Sacré-Coeur (on la trouvera ici).
- et hier, mardi, Saint Philippe Néri : ce 26 mai était aussi le quatre-cent-vingtième anniversaire de son rappel à Dieu (26 mai 1595). Nous aurons l’occasion de reparler de lui, puisque le 21 juillet prochain sera le cinquième centenaire de sa naissance (21 juillet 1515).

Mais en ce 27 mai, c’est d’un autre de nos « saints de prédilection » que je désire vous entretenir : bien que non canonisé par l’Eglise, déjà de son vivant le surnom de « saint » lui était donné par ses contemporains ; et si nous ne pouvons pas lui attribuer un culte public, rien ne s’oppose à ce que nous le vénérions dans nos coeurs, et à ce que nous nous recommandions à ses prières…

Jacques Joseph de Cathelineau par Girodet

Jacques-Joseph de Cathelineau, portrait par Girodet.

Né au Pin-en-Mauges le 28 mars 1787, Jacques-Joseph était le huitième des onze enfants du « Saint d’Anjou », Jacques Cathelineau (voir > ici) et de son épouse, Louise Godin : il fut leur seul fils (un premier garçon, également prénommé Jacques leur était né en 1785 mais il n’avait vécu que seize jours).

Jacques-Joseph avait donc tout juste six ans lorsque le 12 mars 1793 son père prit la tête des hommes de sa paroisse et partit en chantant le « Vexilla Regis » pour combattre la république impie et sacrilège.
On sait que le premier généralissime de la Grande Armée Catholique et Royale succomba à ses blessures quatre mois plus tard, le 14 juillet 1793 : on imagine sans peine ce que furent alors les difficultés et les épreuves de sa mère, veuve avec cinq enfants survivants en bas-âge, dans une Vendée ravagée par les colonnes infernales…

La veuve de Louis-Marie de Lescure (cf. > ici) et future marquise de La Rochejaquelein, Victoire de Donissan, prit le jeune Jacques-Joseph sous sa protection.
A l’âge de vingt-et-un ans, il épousa en 1808, à La Jubaudière, Marie-Catherine Coiffard.

Sept ans plus tard, les Cent Jours lui donnèrent l’occasion de faire ses premières armes aux côtés d’Auguste de La Rochejaquelein et de Charles-Marie de Beaumont d’Autichamp.

En 1816, Sa Majesté le Roi Louis XVIII demanda à plusieurs artistes des portraits en pied des généraux qui avaient combattu pour la cause royale pendant la grande révolution. La série devait bien évidemment comprendre un portrait de Jacques Cathelineau qui fut commandé à Anne-Louis Girodet de Roucy-Trioson (1767-1824).
Girodet commença donc par portraiturer Jacques-Joseph, car ceux qui avaient connu son père, le généralissime, certifiaient qu’il en était le portrait vivant.
Le tableau reproduit ci-dessus fut achevé en 1822 : Jacques-Joseph, lorsqu’il posa pour l’artiste, avait donc presque le même âge que son père en 1793.
On est frappé par la vie, l’intériorité, la pure ardeur et le caractère que dégage cette oeuvre.

Jacques-Joseph fut anobli par une ordonnance du 14 mars 1816 suivie de la délivrance de lettres patentes le 15 novembre 1817, avec règlement d’armoiries et adjonction d’une particule au patronyme, en considération des mérites de son père.

Armoiries famille de Cathelineau

Armoiries de la famille de Cathelineau :
d’azur à l’étendard d’argent chargé d’un cœur de gueules sommé d’une croix du mesme ;
devise : « Dieu et le Roi ».

Jacques-Joseph suivit les glorieux et saints exemples de son père : si ce dernier avait mérité d’être surnommé « le Saint d’Anjou », lui-même, que Sa Majesté le Roi Charles X avait élevé en grade dans sa garde personnelle, mérita bientôt par ses vertus et sa piété d’être surnommé à la Cour : « le Saint de la Garde ».

Après la révolution de juillet 1830, il se retira.
Mais en 1832, lorsque Madame la duchesse de Berry tenta de soulever l’Ouest et de reformer la Grande Armée Catholique et Royale, en vue de renverser Louis-Philippe, on le retrouve comme commandant aux côtés d’Auguste de La Rochejaquelein et de Charles de Charette de La Contrie, sous la lieutenance-générale de Charles-Marie de Beaumont d’Autichamp.

Las ! on sait comment le soulèvement tourna court.
Avant même la date prévue pour le déclanchement des opérations, Jacques-Joseph de Cathelineau fut repéré et pris en chasse par les gens d’arme de Louis-Philippe.
Caché au manoir de la Chaperonnière, sur la paroisse de Jallais, avec deux autres légitimistes – Messieurs de Civrac et Moricet – , c’est là qu’il fut sommairement exécuté, le dimanche 27 mai 1832.

Château de la Chaperonnière (Jallais)

Le château de la Chaperonnière (Jallais)

Voici le récit de ses derniers moments :
« Du fond de sa cachette, Cathelineau entend les menaces qui sont faites au métayer Guinhut que l’on avait attaché à l’appui d’une poutre du grenier. On amasse de la paille sous ses pieds et on lui dit qu’on va le faire brûler s’il ne veut pas découvrir la cachette. Le brave Guinhut se tait : on le frappe à coups de crosse de fusil ; il se tait encore ; alors on pousse la cruauté jusqu’à lui enfoncer le canon d’un fusil dans la bouche et à lui faire cracher le sang. Guinhut reste muet. Un horrible concert de blasphèmes et d’injures retentit à ses oreilles : « Chouans ! Brigands ! Restes de 93 ! » criaient les soldats, « il faut les assommer tous ! Si tu ne dis rien, on le fusille. »
Durant ce vacarme, au milieu duquel se font entendre des cris de mort contre le fidèle et héroïque père Guinhut, Cathelineau n’y tient plus ; pour le sauver, il soulève la trappe de la cachette et s’écrie : « Nous nous rendons ! »
Le lieutenant Régnier saisit aussitôt le fusil d’un de ses soldats et tire sur lui presque à bout portant. Cathelineau tombe mort.
Son corps ensanglanté fut déposé dans une charrette et conduit à Cholet où, pendant la nuit, il resta exposé le long du mur de la prison…»

Le lendemain, lundi 28 mai 1832, il fut inhumé au cimetière de Saint-Pierre.
Vingt-six ans plus tard, le 5 octobre 1858, son fils Henri, fit exhumer ses restes pour les transférer à Saint-Florent le Vieil, où ils furent ensevelis auprès de ceux de son père, dans la chapelle Saint-Charles, où ils reposent désormais côte-à-côte, dans l’attente de la résurrection bienheureuse.

Tombe des Cathelineau - chapelle Saint-Charles à Saint-Florent le Vieil

Tombeaux du Généralissime Jacques Cathelineau (1759-1793)
et de son fils Jacques-Joseph de Cathelineau (1787-1832)
dans la chapelle Saint-Charles, à Saint-Florent le Vieil.

Achevons le récit d’aujourd’hui par une anecdote qui illustre comment « le Saint de la Garde de Charles X » avait admirablement su transmettre à son fils les valeurs chrétiennes qui sont la force de la fidélité légitimiste et méritent que l’on combatte jusqu’à se sacrifier soi-même.

Henri de Cathelineau était âgé de dix-neuf ans à la mort de Jacques-Joseph : traqué par les soldats de l’usurpateur du trône, il dut fuir, se cacher, errer…
Un matin, dans un champ, il se retrouva ayant à sa portée le lieutenant homicide en position de faiblesse. Dans un premier mouvement, il le mit en joue ; mais, abaissant presque aussitôt son arme, il lui cria : « Au nom du Bon Dieu, je te pardonne, assassin de mon père ! »

Une telle marque de force morale, de crainte des jugements de Dieu, de piété véritable, de sagesse, n’est-ce point là l’oeuvre irréfutable des dons du Saint-Esprit dans une âme ?

Lully.

lys2.gif

2015-46. De Saint Benoît du Pont, couramment appelé Saint Bénézet, dont nous célébrons la fête le 14 avril.

Reconstitution numérique en 3 D du Pont Saint Bénézet, tel qu’il pouvait se présenter au milieu du XVIe siècle :

Image de prévisualisation YouTube

16 avril,
fête de Saint Benoît-Joseph Labre (cf. > ici)

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Si je vous parle du pont d’Avignon, vous allez probablement immédiatement penser à la célèbre chanson enfantine… et peut-être même vous mettre à la fredonner de façon spontanée.
Mais le « grand public » sait-il que le nom propre de ce pont fameux entre tous est « Pont Saint Bénézet » ?
Et combien savent encore qui est ce Saint Bénézet qui a donné son nom à ce pont ?
C’est ce que je me propose de vous expliquer maintenant, avant de vous emmener – un peu plus tard – en pélerinage sur les lieux de sa naissance.

Sur le pont d'Avignon refrain

La célèbre chanson « Sur le Pont d’Avignon » remonterait au XVe siècle
mais elle a connu un regain de popularité depuis le milieu du XIXe siècle.

Bénézet est un diminutif provençal du prénom latin Benedictus, en francais Benoît.
Dans les livres liturgiques, Saint Bénézet est donc officiellement appelé tantôt « Saint Benoît le jeune » ou « le petit » (en latin : Benedictus junior), en rapport avec sa petite taille et son jeune âge – nuances exprimées par la forme provençale – , tantôt « Saint Benoît du Pont » (en latin : Benedictus de Ponte), ce qui est bien sûr le rappel de l’oeuvre pour laquelle Dieu le suscita.

Selon toute vraisemblance, son patronyme était Chautard.
Il naquit au hameau du Villard, paroisse de Burzet, au diocèse de Viviers, dans la seconde moitié du XIIe siècle (d’aucuns disent en 1165, d’autres entre 1154 et 1159).
Tous les textes néanmoins sont unanimes pour situer en l’an 1177 son arrivée en Avignon.

Les sources de l’histoire de Saint Bénézet sont des plus fiables. Elles se trouvent principalement
- 1) dans deux chartes, de 1180 et 1181, donc rédigées du vivant du jeune saint ;
- 2) dans une charte de 1185 (année qui suivit sa mort), qui nous est parvenue à travers une copie authentique qui en fut réalisée au XIVe siècle ;
- 3) dans la chronique de Robert d’Auxerre (+ 1212), commencée en 1190 ;
- 4) dans une « légende » du début du XIIIe siècle, en langue provençale : le mot légende ne doit pas être entendu au sens de « récit fantaisiste sans consistance historique », mais compris dans son sens latin le plus strict : « ce qui doit être lu ». Ainsi la « légende de Saint Bénézet » est-elle bien un texte historique (on pourrait dire une version officielle) destiné à faire connaître l’oeuvre de Saint Bénézet et de ses continuateurs.

Lithographie fin XIXe s - Pont Saint Bénézet vu du rocher des Doms

Le Pont Saint Bénézet vu depuis le rocher des Doms – lithographie de la fin du XIXe siècle..

Sans qu’il ne nous soit rien révélé sur la vie du jeune homme depuis sa naissance, les récits les plus anciens nous racontent d’emblée sa vocation.
Alors que le jeune homme était en train de garder les brebis, il entendit distinctement des paroles qui s’adressaient à lui, sans voir cependant qui lui parlait.
Voici une traduction de ce que rapporte la « légende » en provençal : 

- Bénézet, mon fils, entends la voix de Jésus-Christ.
- Qui êtes-vous, Seigneur, qui me parlez ? J’entends votre voix mais ne vous vois pas.
- Ecoute donc, Bénézet, et n’aie point peur. Je suis Jésus-Christ qui, par une seule parole, ai créé le ciel, la terre et la mer et tout ce qu’ils renferment.
- Seigneur, que voulez-vous que je fasse ?
- Je veux que tu quittes les brebis que tu gardes, car tu me feras un pont sur le fleuve Rhône.
- Seigneur, je ne sais où est le Rhône et je n’ose abandonner les brebis de ma mère !
- Ne t’ai-je pas dit de croire ? Viens donc hardiment, car je ferai surveiller tes brebis et je te donnerai un compagnon qui te conduira jusqu’au Rhône. 

L’injonction divine se serait renouvelée à trois reprises avant que Bénézet ne se mette en route.

Comme le lui avait assuré la voix divine, il rencontra bientôt un homme vêtu comme un pélerin qui s’offrit à lui comme compagnon de route. Il s’agissait en réalité, comme pour le jeune Tobie dans l’Ancien Testament, d’un ange qui avait revêtu une apparence humaine.
L’ange conduisit Bénézet jusqu’au Rhône : Bénézet fut d’abord effrayé par la taille du fleuve et se demandait comment il serait possible de mener à bien une telle mission. Mais son céleste compagnon lui prodigua des conseils pour arriver jusqu’en Avignon et pour ce qu’il devrait y accomplir.

Statue reliquaire de Saint Bénézet - Avignon

Statue reliquaire de Saint Bénézet, Avignon :
elle représente le jeune homme portant une énorme pierre (voir ci-dessous).

Bénézet, entré dans la cité d’Avignon, alla trouver l’Evêque qui était en train de prêcher au peuple ; il lui dit à haute voix : « Ecoutez-moi et comprenez-moi, car Jésus-Christ m’a envoyé vers vous afin que je fasse un pont sur le Rhône » (texte traduit de la « légende » provençale).

En entendant ces paroles, l’évêque pensa avoir affaire à un insensé et perturbateur de l’ordre public ; il fit donc appel au prévot (ou viguier), devant lequel Bénézet maintint ses allégations :  « Mon Seigneur Jésus-Christ m’a envoyé en cette cité afin que je fasse un pont sur le Rhône ». 
Le viguier lui répondit : 
« C’est toi, si chétif personnage et qui ne possède rien, qui déclare que tu feras un pont où Dieu, ni Saint Pierre, ni Saint Paul, ni encore Charlemagne, ni aucun autre n’a pu le faire ? Ce serait merveilleux.
Attends ! je sais qu’un pont est fait de pierres et de chaux : je te donnerai une pierre que j’ai dans mon palais et, si tu peux la remuer et la porter, je croirais que tu pourras faire le pont ».

Bénézet, mettant sa confiance en Notre-Seigneur, retourna vers l’évêque et lui dit qu’il le ferait aisément.
L’Evêque dit : « Allons donc, et voyons les merveilles que tu nous promets ! » 
Il partit avec l’évêque, et le peuple avec eux ; et Bénézet prit seul la pierre que trente hommes n’auraient pu déplacer, aussi légèrement que s’il se fût agi d’un caillou, et il la mit au lieu où le pont a son pied. 
Les gens voyant cela crièrent au miracle et disaient que grand et puissant est Notre-Seigneur dans ses œuvres.  Et alors le viguier fut le premier à le nommer Saint Bénézet, lui baisant les mains et les pieds, et lui offrit trois cents sous, et dans ce lieu lui furent donnés cinq mille sous.
Maintenant vous avez entendu de quelle manière, frères, le pont fut commencé afin que vous tiriez profit de ce grand bienfait.
Et Dieu fit nombre de miracles en ce jour : par lui, il rendit la vue, fit entendre les sourds et marcher les paralytiques
 (texte traduit de la « légende » provençale).

Les deux chapelles superposées dédiées à Saint Bénézet et à Saint Nicolas

Avignon, Pont Saint Bénézet : les deux chapelles superposées.
La chapelle inférieure est dédiée à Saint Bénézet et la chapelle supérieure à Saint Nicolas.

Des compagnons, les « Frères de l’oeuvre du pont » ou « Frères pontifes », rejoignirent Bénézet. Après la mort de Bénézet, ce sont eux qui achevèrent la construction du pont (1188).

A côté du chantier, Bénézet avait acquis une maison qui, en sus d’être le lieu où ces pieux laïcs menaient une forme de vie commune, partagée entre les exercices de piété, le travail et la mendicité – car il fallait recueillir des aumônes pour la construction – , était ouverte à l’accueil des pélerins et au soin des malades.

Bénézet rendit son âme à Dieu le 14 avril 1184, entouré d’une immense vénération populaire, une vénération principalement due aux miracles de guérison qu’il accomplissait.
Les diverses enquêtes ecclésiastiques menées après sa mort citent un grand nombre de témoins directs attestant de ses dons de thaumaturge.

Son corps fut d’abord enseveli dans la chapelle construite sur le pont même : la chapelle Saint Bénézet (par la suite, le pont sera exhaussé et cette chapelle se retrouva en contrebas : on édifia au-dessus une deuxième chapelle, dédiée à Saint Nicolas, si bien que la chapelle Saint Bénézet en devint en quelque sorte la crypte).
En 1331, sans qu’il s’agisse à proprement parler d’une « canonisation » au sens moderne du mot, le pape Jean XXII, officialisa le culte qui était rendu à Saint Bénézet depuis sa mort, et que ses prédécesseurs avaient accepté, en composant pour lui un office liturgique propre et en fixant sa fête au 14 avril.

Le corps de Saint Bénézet fut retiré de la chapelle du pont au XVIIe siècle, à la suite d’une série de crues exceptionnelles qui avaient fait craindre pour la sécurité du lieu, et il fut déposé dans l’église du couvent des Célestins : à cette occasion, on constata que ce corps était incorrompu et exhalait une odeur suave.

Lors de la détestable révolution, malheureusement, la tombe fut violée et les restes de Saint Bénézet furent horriblement profanés. Une partie cependant put ensuite être récupérée, mise en lieu sûr, puis finalement déposée dans la collégiale Saint-Didier d’Avignon.
En 1849, l’archevêque d’Avignon procéda à une nouvelle reconnaissance des reliques de Saint Bénézet : il en donna une partie au diocèse de Viviers, où ces reliques furent distribuées entre la cathédrale, le grand séminaire et sa paroisse natale de Burzet.

L’examen des ossements montre qu’il devait avoir entre 25 et 30 ans au moment de sa mort, et qu’il mesurait environ 1,60 m.

Tombeau de Saint Bénézet dans la collégiale Saint-Didier - Avignon

Actuel tombeau de Saint Bénézet dans la collégiale Saint-Didier, en Avignon.

A suivre : petit pélerinage à la maison natale de Saint Bénézet > ici

2015-42. Où au jour du cinquième centenaire de la naissance de Sainte Thérèse de Jésus il est rappelé, par son exemple, qu’on n’entre dans les voies de l’amour de Dieu et de la sainteté qu’en passant par la porte de la Passion du Verbe Incarné.

Samedi de la Passion 28 mars 2015,
Fête de Saint Jean de Capistran
Cinquième centenaire de la naissance de Sainte Thérèse de Jésus.

Statue de Sainte Thérèse par Gregorio Fernandez - 1625

Sainte Thérèse de Jésus, réformatrice du Carmel et « mère des spirituels »
(oeuvre de Gregorio Fernandez – 1625)

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

A la veille d’entrer dans la Grande Semaine, l’attention de notre âme est aujourd’hui retenue par un anniversaire qui intéresse au premier chef non seulement l’Ordre du Carmel réformé, non seulement le Royaume d’Espagne et non seulement la ville d’Avila, mais tous ceux qui veulent « voir Dieu » et vivre avec Lui une vie d’amour et d’intimité féconde : 28 mars 1515 – 28 mars 2015, c’est aujourd’hui l’exact cinquième centenaire de la naissance de Teresa Sanchez de Cepeda Davila y Ahumada, religieuse carmélite, réformatrice de son Ordre, fondatrice de monastères, maîtresse de vie spirituelle, et pour l’éternité Sainte Thérèse de Jésus (plus communément appelée Sainte Thérèse d’Avila).

J’ose espérer que tous nos amis ont déjà lu l’autobiographie de Sainte Thérèse (on peut même la lire « en ligne » en totalité).
Il n’y a rien de mieux, en effet, que d’aller puiser à la source même, plutôt que dans des récits de tiers – aussi remarquables soient-ils – : ce cinquième centenaire est l’occasion propice pour lire et relire les textes sortis de la plume de la Grande Thérèse, et je me garderai bien d’en faire ici le résumé !

Néanmoins, comme nous sommes aujourd’hui le samedi de la Passion et que nous entrons ce soir dans la célébration des souffrances rédemptrices de Notre-Seigneur Jésus-Christ, je rappelerai seulement qu’il a fallu attendre l’année 1555 - l’année de son quarantième anniversaire donc – pour que Soeur Thérèse de Ahumada, comme l’on disait couramment alors dans son monastère de l’Incarnation, se convertisse vraiment à une vie fervente, entre dans les voies de l’oraison et de la véritable union à Dieu.

Sainte Thérèse aux pieds du Christ à la colonne - Gregorio Fernandez

La « conversion » de Sainte Thérèse devant une représentation du Christ à la colonne, en 1555
(oeuvre de Gregorio Fernandez)

Après avoir raconté sans fard qu’elle était sa vie de tiédeur et ses résistances à la grâce, Sainte Thérèse commence le chapitre IX de son autobiographie par ces lignes :
« Mon âme fatiguée aspirait au repos, mais de tristes habitudes ne lui permettaient pas d’en jouir. Or, il arriva un jour qu’entrant dans un oratoire, j’aperçus une image de Jésus-Christ couvert de plaies, qui se trouvait là pour être exposée dans une fête prochaine. Elle était si touchante, c’était une représentation si vive de ce que Notre-Seigneur endura pour nous, qu’en voyant le divin Maître dans cet état, je me sentis profondément bouleversée. Au souvenir de l’ingratitude dont j’avais payé tant d’amour, je fus saisie d’une si grande douleur qu’il me semblait sentir mon cœur se fendre. Je tombai à genoux près de mon Sauveur, en versant un torrent de larmes, et je le suppliai de me fortifier enfin de telle sorte que je ne l’offense plus désormais. »

Après cet événement déterminant, la carmélite s’attacha à méditer sur les mystères de la vie de notre divin Rédempteur, elle précise que la contemplation de la Sainte Agonie de Gethsémani lui fut spécialement profitable : « Je méditais avec prédilection sa prière au jardin des Olives. Là, je me plaisais à lui tenir compagnie. Je considérais la sueur et la tristesse qu’il avait endurées en ce lieu. »

Notons bien cette constante que l’on retrouve dans la vie de très nombreux saints : la contemplation de la douloureuse Passion de Jésus, la méditation assidue de la Passion du Sauveur, l’approfondissement jamais épuisé des mystères sacrés de la Passion de Notre-Seigneur sont essentiels à la connaissance de l’amour de Jésus-Christ et au progrès dans la vie spirituelle.

Nul besoin d’en dire beaucoup plus.
En ces célébrations de la Semaine Sainte, puissiez-vous, chers Amis, à l’exemple de Sainte Thérèse de Jésus, entrer vous aussi toujours plus avant dans les voies de l’amour de Dieu et de la sainteté, en passant avec ferveur et générosité par la seule véritable porte de la vie spirituelle, la seule véritable porte de la vie nouvelle, la seule véritable porte de la vie éternelle : la bienheureuse Passion du Verbe Incarné.

Lully.

Christ à la colonne, détail - Gregorio Fernandez

Christ à la colonne, détail
(oeuvre de Gregorio Fernandez – couvent d’Avila)

1...34567...22

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi