Archive pour la catégorie 'Memento'

2016-66. A propos de la révocation de l’Edit de Nantes…

Jeudi 1er septembre 2016,
Fête de Saint Gilles, abbé et confesseur,
Anniversaire du rappel à Dieu de Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XIV.

Coysevox  Louis XIV en empereur romain - Carnavalet

Sa Majesté le Roi Louis XIV figuré en empereur romain :
oeuvre d’Antoine Coysevox et destinée à l’Hôtel de Ville de Paris,
où elle fut inaugurée le 14 juillet 1689 ;
cette statue se trouve aujourd’hui dans la cour d’honneur de l’Hôtel Carnavalet, à Paris.

fleur de lys gif2

Ce n’est pas pour rien que je me prénomme Lully : je suis un chat louisquatorzien !
A chaque 1er septembre, Frère Maximilien-Marie et moi évoquons avec émotion l’anniversaire du rappel à Dieu de celui qui demeure à jamais « le Grand Roi »
Nous étions heureux, l’année dernière à cette date, de pouvoir faire célébrer dans l’oratoire du Mesnil-Marie une sainte messe de requiem en sa pieuse mémoire à l’occasion du troisième centenaire de son trépas (cf. > ici).
Comme on continue de salir sa figure en colportant une légende noire, et tout spécialement à propos de la révocation de l’édit de Nantes (oui, même dans des pages qui se prétendent royalistes et légitimistes j’ai lu le texte odieux d’un auteur contemporain qui ternissait la mémoire du Grand Roi à ce propos !), nous continuerons à défendre l’honneur et l’action de ce Roi vraiment Très Chrétien, ainsi que je l’ai déjà fait par exemple > ici !
J’ai été particulièrement heureux que Mademoiselle Marie-Françoise Ousset, qui nous honore de son amitié, dans une nouvelle lettre à Louis XIV publiée sur le site d’ICHTUS ( nota : « nouvelle lettre » parce qu’il y avait déjà eu une première lettre ouverte à Louis XIV) rétablisse la vérité historique si malmenée (puisque, selon les dogmes de la pensée unique contemporaine il n’y a que de méchants catholiques pervers qui persécutent de gentils protestants aux moeurs pures) : qu’elle en soit très chat-leureusement remerciée !

Lully.

fleur de lys gif2

Cher Louis XIV,

Comme vous le savez, sans doute, beaucoup vous reprochent encore de nos jours la « Révocation de l’Edit de Nantes ». Ce sont, en général des gens cultivés, scrupuleux ; les autres, lorsqu’ils entendent « lady de Nantes », pensent qu’il s’agit d’une jeune femme anglaise !

Je dois vous avouer, pour ma part, que j’ai toujours beaucoup aimé les protestants. Je les trouve mieux élevés, mieux habillés, plus sérieux que les cathos et puis le fait même de protester m’a toujours plus. Pour moi, ils avaient raison de protester contre ces méchants catholiques qui les empêchaient de pratiquer leur religion, avaient organisé le massacre de Wassy * en 1562, de la « St-Barthélémy » en 1572 et avaient donc fait 30.000 morts dans toute la France.

C’était aller un peu trop vite en la matière. D’abord, le mot « protestant » vient de pro-testarer = pour témoigner. De plus, bien avant la St Barthélémy ou Wassy, il y avait eu le Sac de Rome par les milices protestantes luthériennes du Connétable de Bourbon qui, comme d’autres français de haut lignage, était passé à la Réforme. En la fête de la Pentecôte, le 6 mai 1527, les romains étant à la messe, c’est l’assaut aux cris de « Vivat Lutherus Pontifex ». Le Pape doit se réfugier au Château St-Ange. Massacres, pillages, destructions dureront 8 jours, les tombeaux des Papes profanés, leurs cadavres aussi, des religieuses violées. Total : 20 à 40.000 catholiques tués. C’est ce que le Petit Robert avec une pudeur merveilleuse relate en une seule phrase : « le sac de la ville par les Impériaux permit finalement d’améliorer l’urbanisme » ! Mais, réfléchissez un peu, Petit Co…heu non ! Petit Robert ! A l’époque, les impériaux, c’est-à-dire l’armée de Charles-Quint, étaient pour la plupart espagnols et catholiques, donc, en principe, ils étaient à la messe eux aussi. Ceux qui ont attaqué ce sont bien les lansquenets luthériens. En revanche, on ne connait aucune riposte côté catholique.

Toujours bien avant Wassy, le protestant Caboche (tête dure sans doute !) avait tenté d’assassiner Henri II. Puis, le 13 mars 1560, c’était la Conjuration d’Amboise menée par Condé mais financée par l’Angleterre pour enlever le jeune François II à l’influence des Guise jugée trop catholiques. En 1560 et 61 c’est le ravage de la Provence par Antoine de Mauvans sur lequel les livres préfèrent nous laisser dans l’ignorance !

Peut-être, Sire, vous a-t-on appris, qu’en la seule année 1561 (toujours avant Wassy), à La Rochelle, le 9 juin, les protestants enferment les catholiques dans l’église St-Barthélémy et y mettent le feu ; le même jour, à Orange, le Président du Parlement, Perrinet Parpaille **, passe à la Réforme et à la tête de 1.500 huguenots, profane les églises, fait égorger les opposants et massacrer un millier de paysans avant de piller la cathédrale. A Montpellier le 13 juillet puis le 19 octobre, 800 protestants attaquent l’église St-Pierre : prêtres et fidèles sont égorgés. Le 20 au matin, les mêmes pillent les 60 autres églises et chapelles, égorgent plus de 200 catholiques, déterrent 40 cadavres et leur arrachent les entrailles. A Montauban : le 15 août, l’église St-Jacques est pillée, les catholiques rassemblés dans l’église tués. A Montpellier, le 19 octobre au soir, 800 huguenots attaquent l’église St-Pierre. Prêtres et fidèles sont égorgés : 50 morts. Le lendemain matin c’est plus de 200 catholiques qui le sont. Mais certains historiens disent que l’année fatale entre toutes pour l’art français fut 1562.

Etait-ce en réaction au « Massacre de Wassy » qui eut lieu le 1er mars ? C’est en tous cas le 8 mars que le Comte de Montgommery (celui qui tua Henri II d’un coup de lance dans l’œil) passé au protestantisme, saccage la cathédrale et le palais épiscopal d’Avranches ; en cette année que les calvinistes jouèrent à la boule avec la tête du roi Louis XI avant de brûler ses os ainsi que ceux de sa fille, Ste Jeanne de France qui avait créé l’ordre des Annonciades. Son corps était bien conservée pourtant disent les textes. Puis Tours est prise, Montbrison, et le Baron des Adrets force les catholiques à se jeter du haut d’une tour du château : 800 morts. A Orléans les églises furent mises à sac pendant 12 jours (Jeanne d’Arc devait « brûler » d’impatience de ne pouvoir reprendre l’étendard !).
Sans parler de l’abbaye de Fontevraud, de SaumurSt-Benoit sur LoireMehunAvranches, Meaux, et des abbayes des Hommes et des Femmes à Caen ! Au total : 22.000 églises et 2.000 couvents détruits. Calvin n’avait-il pas dit : « Des images en un temple sont une abomination, une souillure » ? Ce qui choquait aussi beaucoup le peuple était de voir les calvinistes jeter les hosties aux chiens, cirer leurs bottes avec l’huile sainte et souiller les bénitiers de leurs excréments.

La guerre continue sous la régence de Catherine de Médicis et le poète Ronsard lui reprochera son attitude fluctuante : « Si vous hussiez puni par le glaive tranchant le huguenot mutin, l’hérétique méchant, le peuple fut en paix : mais votre connivence a perdu le renom et l’empire de France ». Il dira aussi « Mais ces nouveaux Chrétiens qui la France ont pillée, volée, assassinée, à force dépouillée… Vivent sans châtiment, et à les ouïr dire, C’est Dieu qui les conduit… En la dextre ont le glaive, et en l’autre le feu, et comme furieux qui frappent et enragent, volent les temples saints et les villes saccagent. Et quoi ! Brûler maisons, piller et brigander, tuer, assassiner, par force commander, n’obéir plus aux rois, amasser des armées, appelez-vous cela Églises réformées ? »

Je préfère m’arrêter là, Sire, de peur de vous lasser. Ces faits sont consignés, entre autres, dans les livres éblouissants de clarté et de concision mentionnés à la fin de cette lettre ***, livres qui n’excusent pas la « St-Barthélémy » mais montrent qu’il y a eu beaucoup plus de « St Barthélémy» côté protestants.

Pour mettre fin à ces guerres, votre grand’père, Henri IV, en publiant ce fameux Edit de Nantes en 1598, confirme et multiplie les avantages déjà accordés aux protestants par les rois précédents. Par cet édit, les « Réformés » sont les maîtres à Chatellerault, La Rochelle, Royan, Saumur, Bergerac, Montauban, Nimes, Arles, Briançon et Montpellier. Ils avaient aussi 200 « places de sûreté ». Les catholiques n’y avaient aucun droit. De plus, une indemnité annuelle leur était versée par les finances royales. Alors qu’ils ne représentaient que 7 à 8 % de la population, ils possédaient en fait le quart de la France. Dans quel pays protestant, a-t-on jamais donné les mêmes avantages aux catholiques ? Aucun ! Bien au contraire, en Angleterre, tous les ans des jésuites sont pendus, souvent écartelés après (c’est quand même mieux que de l’être avant !). Que demande en contrepartie cet édit ? Que les réformés reconnaissent la religion catholique, rendent les biens pris à l’Eglise et paient la dime comme de vulgaires papistes !

Tout de même, Sire, pourquoi avoir révoqué l’Edit de Nantes ? Vous n’aviez pourtant aucune aversion contre les protestants : ils n’étaient pas interdits à Versailles. Souvenez-vous aussi que, tout jeune, en 1661, vous aviez même envoyé dans chaque province deux commissaires, l’un catholique l’autre réformé, chargés d’enquêter sur la situation réelle des protestants et, avant même les résultats de l’enquête, vous avez augmenté les libertés des protestants. Mais, en 1680, les résultats de l’enquête arrivent et montrent que les protestants perturbent encore les cérémonies catholiques, mettent le feu aux maisons des papistes, s’opposent à la collecte de la taille et à l’entretien des routes. Alors vous interdisez aux catholiques de se faire protestants ; vous faites démolir leurs temples ; des avantages fiscaux sont proposés à ceux qui se convertissent ; ceux qui tenteraient de fuir seraient condamnés aux galères. Parfaitement ! Les protestants sont partis contre votre gré, avec beaucoup d’argent (preuve qu’ils en avaient durant votre règne). Quelle perte pour la France tant d’intelligences en fuite ! (80 ou 100.000 d’après Vauban ; 200.000 d’après le protestant François Bluche). Bizarre que l’Allemagne, principale bénéficiaire de cette émigration, ne réapparaisse sur la scène internationale que 160 ans plus tard ! Ce n’est surtout pas, bien sûr, les deux millions de morts de la Révolution Française avec la fuite ou la décapitation systématique des élites pendant la Terreur qui fut une perte ! « La Révolution n’a pas besoin de savants » ! Cher Louis XIV ! Allez-voir Lavoisier : il vous expliquera ! Mais soyons honnêtes par cette Révocation, vous excluez aussi les protestantes des métiers de sages-femmes, les hommes de la Justice, puis de votre police (preuve qu’ils y étaient !). Vous allez me dire qu’en terre réformée cela fait 120 ans que les catholiques en sont exclus et qu’en France même, votre arrière grand’mère, la très protestante Jeanne d’Albret, épouse d’Antoine de Bourbon, avait non seulement interdit aux catholiques de pratiquer et d’enseigner sur ses terres, mais obligation leur était faite de loger des « ministres » calvinistes.

Ce qui m’a fort étonnée en l’apprenant c’est que les dragonnades, au départ, c’est cela, aussi étonnant que cela puisse paraître aujourd’hui ! « Imaginées par l’intendant de Louis XIII, René de Marillac, elles consistaient, en ces temps où les soldats n’ont pas toujours de casernes, à imposer le logement et la rémunération d’un soldat aux sujets mauvais payeurs de taxes. Dorénavant, les réformés perdent le privilège qui les en dispensait et étaient ramenés au régime général ». Et oui ! Les protestants avaient beaucoup de privilèges ! Il est bien évident qu’il y eut des exactions côté catho. Mais il est bien évident surtout que les protestants formaient un état dans l’état. Ils étaient plus anglais que français, plus proches de votre grand ennemi Guillaume d’Orange que des légitimes rois de France. On pourrait facilement les accuser de « connivence avec l’ennemi ». Plusieurs fois la flotte anglaise avait essayé de prendre La Rochelle avec leur approbation. Les chefs protestants étaient tellement sûrs de leur victoire finale que Louis de Condé avait fait graver, le 10 novembre 1567, une médaille à son effigie sous le vocable de « Louis XIII » et Guillaume III d’Orange une en argent sur laquelle était gravé : « Guillaume III, par la grâce de Dieu, roi de Grande-Bretagne, de France et d’Irlande, 1695 ». Ils se voyaient déjà rois de France ! Alors votre père, le vrai Louis XIII, a été très sévère : après avoir entouré la ville de bastions et de murailles, il l’affamée pour qu’elle se rende.

* * *

Mais, cher Louis XIV, ce n’est pas vous qui auriez dit : « Tous ceux qui le peuvent doivent assommer, égorger, passer au fil de l’épée, secrètement ou en public en songeant qu’il n’est rien de plus vénimeux, de plus nuisible de plus diabolique qu’un rebelle. Il faut l’abattre comme un chien enragé ». C’est Luther, texte publié le 15 mai 1525. Ce Luther qui se repentira à la fin de sa vie : « Notre doctrine n’a servi qu’à aggraver les désordres du monde… » a-t-il écrit,  « C’est le diable qui pousse les magistrats des villes et les burgraves des campagnes à piller et à voler les biens ecclésiastiques pour en faire un usage coupable. Autrefois, les rois et les princes dotaient et enrichissaient les lieux de culte. Aujourd’hui, ils les pillent au point de n’en laisser que les murs ».

Mais est-ce bien nécessaire de rappeler le passé alors que tous les chrétiens se sont réconciliés ? Parce que l’histoire est un éternel recommencement, que les erreurs du passé ressemblent souvent à celles du présent, que les connaître peut nous aider à ne pas y retomber ? Certes !

Ne vaut-il pas mieux se rappeler les beaux exemples, ceux qui peuvent rapprocher les gens ? Faire aimer les beautés de notre pays par exemple en faisant comprendre le poids d’amour et de patience qu’il a fallu pour les réaliser ? J’en suis encore plus convaincue et je sais que beaucoup s’y emploient déjà.

Alors, cher Louis XIV, sans vouloir vous déranger dans votre paradis, comme vous avez maintenant beaucoup de temps et comme nous savons depuis Pierre Desproges que « l’éternité c’est long surtout à la fin ! », si vous pouviez intervenir auprès des saints qui ont su avec bonté et intelligence, convertir beaucoup de nos frères protestants : St François de Sales, St François Régis, St Charles Borromée, par exemple. Qu’ils prient pour que nous sachions ce qu’il faut faire, pour que ces massacres ne recommencent pas car une nouvelle guerre de religion a déjà commencé.

En vous en remerciant par avance, je vous prie d’agréer, cher Louis XIV, l’expression de ma toujours « irrévocable » admiration.

Marie-Françoise OUSSET.

Coysevox bas-relief de la statue de Louis XIV - la religion terrassant l'hérésie

La religion terrassant l’hérésie,
bas-relief d’Antoine Coysevox ornant la statue de Louis XIV en empereur romain,
dans la cour de l’Hôtel Carnavalet, à Paris.

Notes :
* : parti avec sa femme et son fils, le duc de Guise va à la messe sur ses terres à Wassy accompagné de son escorte. Dans la grange face à l’église, 500 réformés venus de toute la région chantent des psaumes, cérémonie autorisée hors les murs de la ville mais non à l’intérieur. Il s’approche, est accueilli à coups de pierres, est blessé au visage. C’est alors que son escorte riposte : il y eut des blessés des deux côté : une vingtaine de morts côté protestants. Vincent Beurtheret *** avec humour fait remarquer qu’« Aucun paragraphe du code calviniste n’impose que les psaumes soient chantés une pierre à la main – même les bijoux étant interdits. On en doit déduire que le duc était attendu ». Tactique bien connue : provoquer, faire croire qu’on a été agressé pour mieux agresser à son tour. On pourrait ajouter que lorsqu’on veut « en découdre », on ne part pas avec femme et enfant.

** (le nom de « parpaillots » donné aux protestants ne vient pas de lui mais du fait que les protestants revêtaient souvent des tuniques blanches qui le faisaient ressembler à des papillons : parpayots en provençal !)

*** Lire :   « Frères réformés, si vous saviez » de Vincent Beurtheret ; « Le protestantisme assassin » de Michel Defaye – Ed. Le Sel de décembre 2006 ; « Histoire du vandalisme en France » de Louis Réau.

fleur de lys gif2

Publié dans:Memento, Vexilla Regis |on 1 septembre, 2016 |1 Commentaire »

2016-62. Au milieu de la destruction, de la terreur et du mal, il redonna l’espérance.

1941 – 14 août – 2016

75ème anniversaire du martyre de
Saint Maximilien-Marie Kolbe

palmes

A l’occasion du soixante-quinzième anniversaire du martyre de Saint Maximilien-Marie Kolbe, le 14 août 1941, nous reproduisons ci-dessous une traduction de l’entretien qu’avait accordé en 2004 le Polonais Michael Micherdzinski, qui était l’un des rescapés du camp d’extermination d’Auschwitz et qui avait été le témoin direct du sacrifice héroïque de Saint Maximilien-Marie.
Les questions avaient été posées par  le Révérend Père Witold Pobiedzinski, ofm cord., et cette « intervioue » avait été alors publiée dans plusieurs journaux polonais.

Autel de St Maximilien-Marie - basilique de Padoue retable de Pietro Annigoni

Saint Maximilien-Marie Kolbe, prêtre et martyr :
retable peint par Pietro Annigoni (1910-1988)
pour l’autel dédié au saint dans la basilique de Padoue.

palmes

- Vous étiez prisonnier au camp de concentration d’Auschwitz pendant cinq ans. Là-bas vous avez connu personnellement Saint Maximilien-Marie Kolbe. Quelle fut, pour vous et pour les autres prisonniers, l’importance de la présence de ce moine au milieu de vous ? 

Tous les prisonniers envoyés à Auschwitz étaient accueillis par les mêmes mots : « Vous n’êtes pas dans un sanatorium mais dans un camp de concentration allemand pour lequel il n’existe pas d’autre sortie que la cheminée. Les Juifs peuvent vivre pendant deux semaines, les prêtres survivent un mois et le reste vit trois mois. Ceux à qui cela ne plaît pas peuvent tout de suite aller au grillage ».
Cela voulait dire qu’ils pouvaient être tués car ils faisaient passer un courant à haute-tension sans arrêt dans les grillages qui entouraient le camp.
Ces mots, prononcés dès l’arrivée, enlevaient tout espoir aux prisonniers.
J’ai reçu une grâce incroyable à Auschwitz, car je séjournais dans un bloc avec le Père Maximilien, et je me suis tenu en rang avec lui au moment de la sélection pour la mort. Je fus témoin oculaire de son sacrifice héroïque qui m’a redonné l’espoir, ainsi qu’aux autres prisonniers.

- Quelles furent les circonstances de cet événement, digne du plus haut intérêt, puisqu’il pousse les gens à poser la question : pourquoi a-t-il fait cela, et au nom de quelles valeurs ? 

Il y a soixante-trois ans (note : ce témoignage a été retranscrit en 2004), le mardi 29 juillet 1941, à environ une heure de l’après-midi, juste après l’appel de la mi-journée, les sirènes se mirent à hurler. Plus de cent décibels traversèrent le camp. Les prisonniers accomplissaient leurs tâches à la sueur de leur front. Le hurlement des sirènes signifiaient une alerte, et l’alerte voulait dire qu’un prisonnier manquait à l’appel.
Les S.S. firent immédiatement cesser le travail et commencèrent à diriger les prisonniers du camp vers le lieu de l’appel afin de vérifier le nombre des prisonniers.
Pour nous qui travaillions sur la construction d’une usine à caoutchouc aux alentours, cela voulait dire une marche de sept kilomètres vers le camp. On nous poussa à aller plus vite.
L’appel mit en évidence une chose tragique : il manquait un prisonnier à l’appel, dans notre bloc 14a. Quand je dis « dans notre bloc », je veux dire celui du Père Maximilien, de Franciszek Gajowniczek, d’autres et aussi le mien. C’était un message terrifiant.
On laissa aller tous les autres prisonniers qui furent autorisés à se rendre dans leurs blocs.
On nous annonça la punition : rester au garde-à-vous sans couvre-chef, jour et nuit, sans manger. La nuit, il faisait très froid. Quand les SS avait une relève de la garde, nous nous regroupions telles des abeilles, ceux qui se tenaient au-dehors réchauffaient ceux qui se trouvaient au milieu et alors nous changions de position.

De nombreuses personnes âgées ne purent résister à la corvée de rester debout nuit et jour dans le froid. Nous espérions au moins qu’un petit peu de soleil nous réchaufferait. Le matin, l’officier allemand nous cria : « Parce qu’un prisonnier s’est échappé et que vous ne l’en avez pas empêché ou arrêté, dix d’entre vous vont mourir de faim afin que les autres se souviennent que même les plus petites tentatives d’évasion ne seront pas tolérées. »
La sélection débuta.

- Que se passe-t-il chez un homme quand il sait que c’est peut-être le dernier moment de sa vie ? Quels sentiments accompagnaient les prisonniers qui purent entendre la sentence qui les condamnait à la mort ? 

Je préférerais m’épargner le souvenir des détails de ce moment terrible.
Je dirai en gros à quoi ressemblait cette sélection. Le groupe entier s’avança jusqu’à la première ligne. Devant, deux pas devant nous, un capitaine allemand se tenait debout. Il nous regardait dans les yeux, comme un vautour. Il toisait chacun d’entre nous, et ensuite il levait sa main et disait : « Du ! », ce qui veut dire « Toi ». Ce “Du !” voulait dire la mort par la faim ; et il continuait ainsi.
Les S.S. sortaient alors des rangs le pauvre prisonnier (ndt : qui avait été désigné), notaient son numéro et le mettaient à part sous surveillance.
“Du !” semblait comme un marteau battant une commode vide. Tout le monde avait peur à chaque fois que le doigt bougeait.
Le rang qui avait été inspecté avançait de quelques pas, afin qu’un espace entre les rangs permît l’inspection, et avec le rang suivant se formait un couloir d’une largeur de trois ou quatre mètres. Le S.S. marchait dans ce couloir et disait encore : “Du ! Du !”
Nos cœurs faisaient un bruit sourd. Avec ce bruit dans nos têtes, le sang montait à nos tempes et c’était comme si ce sang allait jaillir de nos nez, de nos oreilles et de nos yeux. C’était dramatique.

- Comment se comporta Saint Maximilien pendant cette sélection ? 

Le Père Maximilien et moi-même étions dans la septième rangée. Il se tenait à ma gauche, deux ou trois camarades peut-être me séparaient de lui.
Quand les rangées devant nous diminuèrent, une peur de plus en plus grande nous saisit. Je dois dire : peu importe la détermination ou la frayeur d’un homme, aucune philosophie ne lui est alors utile. Heureux celui qui croit, qui est capable de se reposer sur quelqu’un, de demander à quelqu’un la miséricorde. J’ai prié la Mère de Dieu.
Je dois l’avouer avec honnêteté : je n’ai jamais prié, ni avant ni après, avec autant de ferveur qu’alors.
Bien que l’on puisse encore entendre « Du ! », la prière en moi me changea suffisamment pour que je me calme. Les gens ayant la foi n’étaient pas aussi effrayés. Ils étaient prêts à accepter en paix leur destin, presque en héros. C’était formidable.
Les S.S. passèrent à côté de moi, me balayant du regard, puis passèrent à côté du Père Maximilien.
Franciszek Gajowniczek leur plut ; il se tenait à la fin de la rangée, et il était un sergent de 41 ans de l’armée polonaise. Quand l’allemand dit « Du ! » et le montra du doigt, le pauvre homme s’exclama : « Jésus ! Marie ! Ma femme, mes enfants ! »
Bien sûr, les S.S. ne prêtaient pas attention aux paroles des prisonniers et écrivaient juste leur numéro.
Gajowniczek assura plus tard que, s’il avait péri dans le bunker de la faim, il n’aurait pas su qu’une telle plainte, une telle supplique était sortie de sa bouche.

- La sélection terminée, est-ce que les prisonniers restant ressentaient un soulagement parce que la grande peur était finie ? 

La sélection prit fin, dix prisonniers ayant été choisis. C’était leur ultime appel.
Quant à nous, nous pensions que ce cauchemar debout allait prendre fin : nous avions mal à la tête, nous voulions manger, nos jambes étaient enflées.
Soudain, il y eut une agitation dans ma rangée. Nous nous tenions espacés par un intervalle équivalent à la longueur de nos sabots, quand, tout à coup, quelqu’un se mit à avancer entre les prisonniers. C’était le Père Maximilien.
Il avançait à petits pas, puisque personne ne pouvait faire de grands pas avec des sabots étant donné qu’il fallait retrousser ses orteils pour empêcher les sabots de tomber.
Il se dirigea tout droit vers le groupe de S.S. qui se tenait près du premier rang des prisonniers.
Tout le monde tremblait, parce qu’il s’agissait là de la transgression d’une des règles les plus importantes, et cela voulait dire qu’il y aurait un rude châtiment à la clef. Sortir du rang voulait dire la mort.
Les nouveaux prisonniers qui arrivaient dans le camp, ne sachant rien de cette interdiction étaient battus jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus travailler. Cela équivalait à aller au bunker de la faim.
Nous étions certains qu’ils tueraient le Père Maximilien avant qu’il n’arrive au bout. Mais quelque chose d’extraordinaire se produisit, qui ne fut jamais observé dans l’histoire des sept-cents camps de concentration du Troisième Reich : il n’est jamais arrivé qu’un prisonnier de camp puisse quitter la rangée sans être puni. C’était quelque chose de si inimaginable pour les S.S. qu’ils restèrent interloqués. Ils se regardèrent les uns les autres sans réaliser ce qui se passait.

- Que se passa-t-il ensuite ? 

Le Père Maximilien marchait dans ses sabots et son uniforme rayé de prisonnier avec son bol sur le côté. Il ne marchait pas comme un mendiant, ni comme un héros. Il marchait comme un homme conscient de sa grande mission. Il se tenait calmement face aux officiers.
Le commandant du camp retrouva finalement ses esprits. Furieux, il demande à son adjoint : « Was will dieses Polnische Schwein ? Que veut ce cochon de Polonais ?”
Ils commencèrent à chercher le traducteur, mais il se trouva que le traducteur n’était pas nécessaire. Le Père Maximilien répondit calmement : « Ich will sterben für ihn : je veux mourir à sa place », en montrant de sa main Gajowniczek qui se tenait à côté.
Les Allemands restèrent abasourdis, la bouche ouverte d’étonnement. Pour eux, représentants de l’impiété du monde, il était incompréhensible que quelqu’un souhaitât mourir pour un autre homme.
Ils regardèrent le Père Maximilien d’un regard interrogateur : Est-ce qu’il est devenu fou ? Peut-être n’avons-nous pas compris ce qu’il a dit ?
Finalement, la deuxième question arriva : « Wer bist du ? Qui es-tu ? »
Le Père Maximilien répondit : « Ich bin ein Polnischer Katolischer Priester : je suis un prêtre catholique polonais »
Ici, le prisonnier confessa qu’il était polonais, donc qu’il venait de la nation qu’ils détestaient. De plus, il manifestait qu’il était un homme du clergé. Pour les S.S. le prêtre était un reproche pour la conscience.
Il est intéressant de noter que, dans ce dialogue, le Père Maximilien n’utilisa pas une seule fois le mot « s’il vous plait ». En parlant comme il le fit, il a brisé le pouvoir de droit de vie ou de mort que les allemands avaient usurpé, et il les força à parler autrement. Il se comportait comme un diplomate expérimenté. Seulement, au lieu d’une queue de pie, d’une écharpe ou de décorations, il se présentait lui-même dans un costume rayé de prisonnier, avec un bol et des sabots.
Un silence mortel régnait et chaque seconde sembla durer des siècles.
Finalement, quelque chose arriva, que ni les Allemands ni les prisonniers n’ont compris jusqu’à ce jour. Le capitaine S.S. se tourna vers le Père Maximilien et s’adressa à lui avec le « Sie » (« vous ») de politesse et lui demanda : « Warum wollen Sie für ihn sterben ? : Pourquoi voulez-vous mourir à sa place ? »
Toutes les règles établies par les S.S. s’effondraient. Un moment auparavant, il l’avait appelé  « cochon de Polonais », et maintenant il se tournait vers lui et le vouvoyait.
Les S.S. et les officiers ordinaires qui se tenaient près de lui n’étaient pas sûrs d’avoir bien entendu. Une seule fois, dans l’histoire des camps de concentration, un officier de haut-rang, responsable du meurtre de milliers de personnes, s’est adressé de cette manière à un prisonnier.
Le Père Maximilien répondit : « Er hat eine Frau und Kinder : Il a une femme et des enfants ». Ce qui est le résumé de tout le catéchisme : il montrait à tous ce que la paternité et la famille veulent dire.
Il avait deux doctorats, soutenus à Rome « summa cum laude » (la meilleure note possible), et il était éditeur, missionnaire, enseignant académique de deux universités à Cracovie et à Nagasaki. Il pensait que sa vie valait moins que la vie d’un père de famille ! Quelle formidable leçon de catéchisme !

- Comment l’officier réagit-il aux paroles du Père Maximilien ? 

Tout le monde attendait de voir ce qui allait se passer ensuite.
Le S.S. se savait maître de la vie et de la mort. Il pouvait donner l’ordre de le battre très violemment pour avoir enfreint la règle stricte concernant le fait de sortir du rang.
Et, plus important encore : comment un prisonnier osait-il lui prêcher la morale ?
L’officier pouvait les faire condamner tous les deux à la mort par la faim.
Après quelques secondes, le S.S. dit : « Gut » (« Bon »).
Il était d’accord avec le Père Maximilien et admettait qu’il avait raison. Cela voulait dire que le bien avait gagné contre le mal, le mal absolu.
Il n’y a pas de plus grand mal que, par haine, de condamner un homme à périr de faim. Mais il n’y a pas non plus de plus grand bien que de donner sa propre vie pour un autre homme. Le bien absolu gagne.
Je voudrais insister sur les réponses du Père Maximilien : on l’a questionné à trois reprises, et par trois fois il a répondu avec concision et brièveté, usant de quatre mots. Le chiffre quatre dans la Bible signifie symboliquement l’homme tout entier.

- Quelle importance eut pour vous, et pour les autres prisonniers restant, d’avoir été témoins de tout ceci ? 

Les Allemands laissèrent Gajowniczek retourner dans le rang et le Père Maximilien prendre sa place.
Les condamnés devaient retirer leurs sabots parce qu’ils ne leur étaient plus d’aucune utilité. La porte du bunker de la faim était ouverte seulement pour en sortir les cadavres.
Le Père Maximilien entra en dernier avec son binôme, et il l’aida même à marcher. C’était comme ses propres obsèques avant sa mort.
Devant le bloc, on leur dit de retirer leurs uniformes rayés et on jeta les prisonniers dans une cellule de huit mètres carrés. La lumière du jour filtrait à travers les trois barreaux de la fenêtre sur le sol froid, dur et humide et les murs noirs.
Un autre miracle arriva là-bas.
Le Père Maximilien, bien qu’il ne respirât plus qu’avec un seul poumon, survécut aux autres prisonniers. Il demeura vivant dans la chambre de la mort pendant 386 heures. Tous les médecins reconnaîtront que c’est incroyable.
Après cette agonie horrible, le bourreau dans un uniforme médical lui fit une injection mortelle. Mais il ne succomba pas non plus… Il durent l’achever avec une seconde injection.
Il mourut la veille de l’Assomption de la Sainte Vierge Marie, Son Commandant-en-Chef.
Toute sa vie, il avait voulu travailler et mourir pour Marie l’Immaculée. C’était sa plus grande joie.

- En référence à la première question, pouvez-vous, s’il vous plaît, développer : qu’est-ce que cette attitude extraordinaire du Père Maximilien – être délivré de la mort par la faim – signifia pour vous ? 

Le sacrifice du Père Maximilien inspira de nombreuses activités ; il renforça le travail du groupe de résistance du camp, l’organisation clandestine des prisonniers, et cela marqua une division entre le temps « d’avant » et le temps « d’après » le sacrifice du Père Maximilien.
De nombreux prisonniers ont survécu à leur passage au camp, grâce à l’existence et aux opérations de cette organisation. Quelques-uns d’entre nous reçurent de l’aide, deux pour cent. J’ai reçu cette grâce, vu que je suis l’un de ces deux. Franciszek Gajowniczek fut non seulement secouru mais vécut encore 54 ans.
Notre saint compagnon-prisonnier secourut, par-dessus tout, l’humanité en nous. Il était un guide spirituel dans le bunker de la faim, il donna du soutien, il dirigea les prières, il pardonna les péchés et il accompagna les mourants vers l’autre monde avec le signe de la Croix. Il renforça la foi et l’espoir en nous qui avions survécu à la sélection.
Au milieu de cette destruction, de cette terreur et de ce mal, il redonna l’espérance.

Voir aussi l’article publié en 2011 pour le 70e anniversaire de ce martyre > ici.

Autel de St Maximilien-Marie - basilique de Padoue - détail
Saint Maximilien-Marie Kolbe, prêtre et martyr,
détail du retable de Pietro Annigoni

dans la basilique de Padoue.
Publié dans:De liturgia, Memento, Nos amis les Saints |on 13 août, 2016 |3 Commentaires »

2016-60. Du 275e anniversaire de la mort de Don Antonio Vivaldi et du 3e centenaire de sa « Juditha triumphans ».

Jeudi 28 juillet 2016,
Fête des Saints Nazaire et Celse, martyrs, Victor 1er, pape et martyr,
et Innocent 1er, pape et confesseur ;

En Bretagne, fête de Saint Samson de Dol, évêque et confesseur.

Caravage Judith tranchant la tête d'Holopherne 1598

Le Caravage : Judith tranchant la tête d’Holopherne (1598)

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Sans doute, les événements de ces derniers jours peuvent-ils – naturellement et de façon très légitime – alimenter la réflexion et susciter commentaires ou messages.

Pour ce qui me concerne, je ne veux pas (du moins pour le moment) entrer dans une surenchère de gloses.
Aussi ai-je délibérément pris le parti de n’aborder l’actualité que d’une manière qui, pour être indirecte et allusive, n’en touche pas moins à la réalité profonde, et non épiphénoménique (si l’on me permet ce néologisme) des maux de ce temps.

Ce 28 juillet 2016 marque très précisément le 275e anniversaire de la mort de l’un des compositeurs que nous affectionnons le plus au Mesnil-Marie (car même si je me prénomme Lully, je n’en goûte pas moins d’autres génies musicaux) : Don Antonio Vivaldi, qui rendit son âme à son Créateur, à Vienne, le 28 juillet 1741.

Je ne vais pas faire ici un résumé de la vie de celui que sa chevelure fit surnommer « il prete rosso : le prêtre roux ».
Je ne veux pas non plus m’étendre sur les qualités ou les vices – réels ou supposés car c’est sans aucune preuve qu’on lui a prêté une vie dissolue – du compositeur : même s’il ne célébrait pas la sainte messe, nous avons par ailleurs des témoignages sur sa réelle dévotion, ainsi que sur sa stricte fidélité à la récitation du bréviaire et au port de l’habit ecclésiastique.

Je ne suis pas non plus en mesure de publier quelque « scoupe » sur les derniers mois, les derniers jours et les dernières heures du génialissime vénitien, qui restent – et peut-être resteront – toujours environnés d’un certain mystère : Don Antonio a quitté Venise, qu’il ne reverra jamais, en mai 1740, pour un voyage qu’il prévoyait long… Par quelles villes avait-il prévu de passer ? Il est difficile de le préciser.
Vienne, sans nul doute, mais quand y arriva-t-il exactement ? Nul ne peut le dire.
Ce qui est certain c’est que la mort de l’empereur Charles VI, au mois d’octobre, le prive d’un précieux mécène.
Sans protecteur ni ressources stables, pour survivre « à la petite semaine », Vivaldi compose et vend quelques compositions ainsi qu’en fait foi le dernier autographe connu de sa main : un reçu daté du 28 juin 1741 pour le paiement de concertos.
Le 27 ou le 28 juillet 1741, il décède, pauvre et seul, âgé de 63 ans et à peine 5 mois.
Ses funérailles, célébrées le 28, sont celles des indigents.

La maison dans laquelle il logea, le cimetière où il fut inhumé, tout a disparu…
Il ne nous reste que sa musique.
Sa prodigieuse et incomparable musique.

seul portrait authentique Vivaldi Rome - 1723

Le seul portrait authentique et certain d’Antonio Vivaldi qui nous soit parvenu
est une esquisse, presque une caricature, réalisée par Pier Leone Ghiezzi.
Datée de 1723, elle est conservée à la bibliothèque du Vatican.

Mais plutôt que de rester à ruminer la tristesse des circonstances dans lesquelles Don Antonio Vivaldi s’est éteint, je veux m’attacher aujourd’hui à évoquer l’un de ses plus époustoufflants chefs d’oeuvre, l’oratorio intitulé « Juditha triumphans devicta Holofernis barbarie », plus couramment appelé « Juditha triumphans ».

C’est le seul des quatre oratorios composés par Vivaldi qui nous soit parvenu, à ce jour (sous la référence RV 644) : le manuscrit, longtemps oublié, en a été retrouvé à Turin en 1926.
Le livret est l’oeuvre de Iacopo Cassetti. On le trouvera en intégralité (texte latin et traduction) > ici.
Cela vaut vraiment le coup d’en lire attentivement les textes.

L’oratorio fut composé entre la fin du mois d’août et le mois de novembre 1716 où il fut représenté à l’Ospedale della Pietà. Il connut un vif succès.

En reprenant l’histoire de Judith, racontée par le livre éponyme de l’Ancien Testament, c’est une actualisation symbolique à laquelle se livre l’oratorio car, de fait, il célèbre la victoire de la Sérénissime sur le Croissant, à Corfou, le 18 août 1716.

En effet, en juillet 1716, la flotte turque avait assiégé l’île de Corfou, cherchant à s’en emparer : malgré la résistance acharnée des Corfiotes, l’île – qui s’était placée sous la protection de Venise depuis la fin du XVe siècle et qui constituait une sorte de poste avancé de la Chrétienté face à l’empire Ottoman – était bien près de succomber.
La république de Venise contracta une alliance avec le Saint Empire Romain Germanique, et la flotte, commandée par le comte Johann Matthias von der Schulenburg, remporta, le 18 août 1716, une bataille décisive qui contraignit les Ottomans à lever le siège : cela se passait il y a trois siècles exactement…

Et l’histoire recommence toujours.
Et pas seulement autour de l’île de Corfou, mais dans toute la Chrétienté, qui apparaît bien tiède et fissurée dans ses forces spirituelles ; car ce ne sont pas les gesticulations exubérantes, et souvent bien superficielles, d’un « grand rassemblement festif » qui sont l’indice de la véritable vitalité de la Chrétienté…

« Arma, caedes, vindictae, furores… Armes, carnages, vengeance, fureurs guerrières, pauvreté, terreur, précédez-nous ! Tournoyez ! Livrez bataille ! O sorts de la guerre, attirez mille plaies, mille morts ! » C’est ce que chantent en choeur les soldats assyriens – symbolisant les troupes mahométanes – au début de l’oeuvre, accompagnés par les cuivres.

 Image de prévisualisation YouTube

Le choeur final « Salve, invicta Iuditha », désormais considéré comme l’hymne de Venise, fait chanter aux femmes de Judée les paroles suivantes : « Salut, ô Judith invaincue, belle, splendeur de la patrie et espérance de notre salut, tu es vraiment le modèle de la plus haute vertu, tu seras toujours glorieuse dans le monde ! Le barbare Thrace ainsi vaincu, que la Reine de la mer soit triomphante ! Et que l’ire divine étant ainsi apaisée, Adria vive et règne dans la paix ! »

Image de prévisualisation YouTube

Qu’en face des modernes Holopherne, ce qui est encore lucide et courageux dans la Chrétienté sache donc, comme Judith armée de foi, de jeûne et de prière, mais aussi avec une intelligence tactique inspirée, brandissant avec une juste maîtrise les véritables glaives qui s’imposent, repousser victorieusement la barbarie mahométane et les complices sournois qui la favorisent au milieu de nous…

Etendard vénitien gif

Publié dans:Memento |on 28 juillet, 2016 |1 Commentaire »

2016-50. Du 30 juin, jour de la fête de Saint Martial et anniversaire de notre installation pérenne en ce village qui porte son nom.

Jeudi soir 30 juin 2016
Fête de Saint Martial, apôtre de l’Aquitaine,
et céleste protecteur de notre paroisse.

30 juin 2016 à la tombée du jour

Le campanile du Mesnil-Marie à la tombée du jour ce 30 juin 2016

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Il ne m’est pas possible de laisser passer complètement ce jour sans revenir vers vous pour partager l’action de grâces qui monte de nos coeurs, au Mesnil-Marie, en cette soirée du 30 juin.

C’est qu’en effet, il y a huit ans exactement, au soir du 30 juin 2008, Frère Maximilien-Marie arrivait ici depuis le Vexin français (cf. > ici), au volant d’un dernier camion de déménagement.
Pendant les quatre mois précédents, il avait effectué de nombreux allers et retours entre le Vexin et le Vivarais afin de préparer ici l’installation du Refuge Notre-Dame de Compassion : si vous vous reportez à mes chroniques des mois de mars, avril, mai et juin de l’année 2008, vous y retrouverez les récits de toutes ces péripéties…

Le 30 juin est donc l’anniversaire de notre implantation stable et pérenne en ces lieux, et nous faisons monter vers Dieu de très vifs et fervents remerciements pour la manière dont Sa Providence a conduit et dirigé toutes choses : « Deus, cujus Providentia in sui dispositione non fallitur : ô Dieu, dont la Providence ne faillit jamais en ses dispositions » proclame l’oraison du septième dimanche après la Pentecôte, oraison très particulièrement aimée et souvent répétée par Frère Maximilien-Marie.

L’une de ces admirables dispositions de la Providence ne réside-t-elle pas dans le fait que le 30 juin est justement le jour de la fête de Saint Martial ?
Ainsi donc, les circonstances extérieures qui imposaient à Frère Maximilien-Marie de rendre à cette date du 30 juin les clefs de la propriété que nous occupions auparavant dans le Vexin, faisaient-elles, du même coup, que l’installation permanente du Refuge Notre-Dame de Compassion dans un hameau de ce village, placé sous le vocable et la céleste protection de Saint Martial, s’accomplissait au soir de sa fête : prodigieuse coïncidence en laquelle nous ne voyons pas un hasard, mais un merveilleux « clin-Dieu » !

Saint-Martial et son lac - 30 juin 2016

Le village de Saint-Martial en Boutières se mirant dans son lac, ce 30 juin 2016.

Depuis, nous avons appris à mieux connaître et à mieux aimer ce saint dont, je dois bien l’avouer, nous ne savions pas grand chose à notre arrivée.

Quelle joie de découvrir les magnifiques traditions anciennes à son sujet !
Saint Martial est en effet cet enfant que Notre-Seigneur Jésus-Christ donna à Ses disciples comme modèle à imiter pour entrer dans le Royaume des Cieux (cf. Matth. XVIII, 1-5) ; il est ce jeune garçon qui, lors de la première multiplication des pains présenta à Jésus les cinq pains d’orge et les deux poissons (cf. Johan. VI, 9) ; attaché particulièrement à Saint Pierre, dont il était parent, il fut ordonné prêtre puis consacré évêque par lui et missionné dans les Gaules dont il évangélisa la grande province romaine d’Aquitaine (note 1), fondant le siège épiscopal de Limoges ; c’est lui aussi qui, après la première apparition de la Sainte Vierge au Puy, assura à Saint Georges, premier évêque du Velay, que c’était bien la Sainte Mère de Dieu qui  s’était manifestée et y apporta comme relique l’une des sandales de Notre-Dame…

Bien sûr, depuis une bonne centaine d’années, les rationalistes et les démolisseurs de tout poil se sont acharnés à démolir ces anciennes traditions, et ils ont repoussé au IIIe siècle l’existence de Saint Martial, au sujet duquel finalement on ne saurait quasi plus rien du tout !

Saint-Martial l'église - 30 juin 2016

L’église de Saint-Martial.

Avec de nombreux papes et avec quelques conciles sérieux des siècles passés, nous maintenons les traditions anciennes relatives à Saint Martial et à son apostolicité.

Nous le prions pour qu’il continue à protéger ce village et ses habitants, placés sous sa protection depuis près de dix-sept siècles (note 2).
Frère Maximilien-Marie a pris l’habitude de l’invoquer (avec l’ange gardien de la paroisse) à chaque fois que, s’étant absenté, il rentre dans les limites historiques du territoire de cette paroisse de Saint-Martial.

Nous déplorons au plus haut point le fait que, en raison de la raréfaction catastrophique des vocations de prêtres diocésains, la suppression de toutes les anciennes paroisses (fondues dans de « nouvelles paroisses » inhumaines, parce que surdimensionnées et artificielles) ait, de fait, entraîné l’abandon de la célébration des fêtes patronales et la désaffection envers ces saints dont le culte villageois avait contribué à façonner l’identité des communautés humaines naturelles, historiques et spirituelles.

Saint-Martial intérieur de l'église - 30 juin 2016

Intérieur de l’église de Saint-Martial.

Comme, traditionnellement, une indulgence plénière est concédée par la Sainte Eglise à celui qui accomplit une pieuse visite dans une église paroissiale au jour de la fête de son titulaire, notre Frère Maximilien-Marie n’a pas manqué de se rendre au village, cet après-midi, pour aller se recueillir dans l’église…

L’église actuelle de Saint-Martial est un édifice néo-roman du XIXe siècle sans grand caractère : la vétusté de l’ancienne église, très dégradée après la grande révolution, et l’accroissement de la population de la paroisse aux XVIIIe et XIXe siècles avaient alors rendu nécessaire la construction d’un édifice plus vaste.
Bien trop vaste aujourd’hui : juchée dans le fond de l’abside, la grande statue de Saint Martial, en pierre blanche, haute d’environ trois mètres, n’y est plus guère l’objet d’une dévotion empressée, et, sauf à l’occasion des funérailles et d’un dimanche par mois, son auguste dextre levée ne bénit plus guère qu’une grand’ nef vide !

Statue de Saint Martial

Statue de Saint Martial, en pierre de Saint-Paul-Trois-Châteaux, haute d’environ 3 m,
dans le fond du sanctuaire de l’église de Saint-Martial en Boutières.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, à l’occasion de ce 30 juin, fête de Saint Martial et huitième anniversaire de notre arrivée en ces terres commises à sa garde et protection, n’était-il pas juste et bon que j’évoque avec vous la figure et la sainteté de ce très grand saint, égal aux Apôtres, et que je vous emmène virtuellement en cette église de notre paroisse territoriale qui lui est dédiée ?
Je me suis rendu compte, en effet, que je ne l’avais encore jamais fait, et j’espère que le grand Saint Martial ne m’en tiendra pas rigueur…

Patte de chat  Lully.

Saint-Martial le 30 juin 2016

Le village de Saint-Martial tel qu’il se découvre à la vue quand on arrive par l’est.

Note 1 : l’ancienne province romaine d’Aquitaine, nommée Gaule Aquitaine, est l’une des trois divisions de la Gaule romaine (les deux autres étant la Gaule Lyonnaise et la Gaule Belgique) : au nord elle s’étendait jusqu’à la Loire, englobant donc le Poitou, l’Aunis, la Saintonge, l’Angoumois, le Limousin, le Berry, le Bourbonnais, l’Auvergne, le Velay, la Guyenne, la Gascogne et le Béarn… et même, pendant un temps, le territoire de l’Helvie qui correspond à peu près à la superficie de l’actuel département de l’Ardèche.

Note 2 : Avec le docte Paul Camus (1874-1939), historien incomparable de Saint-Martial depuis les périodes les plus reculées jusqu’au XIXe siècle, on peut penser qu’il y eut ici dès le IIIe siècle un oratoire chrétien dédié à Saint Martial qui devint vers le VIe siècle le noyau autour duquel se constitua la paroisse de Saint-Martial en Boutières.

2016-35. Du saint abbé Blachère, curé de Saint-Andéol de Fourchades.

1741 – 6 mai – 2016

275e anniversaire du rappel à Dieu
de
l’abbé Noël-André Blachère

Saint-Andéol de Fourchades

Saint-Andéol de Fourchades : l’église et les quelques maisons qui l’entourent dans le grandiose panorama des sucs volcaniques des hautes Boutières.

A trois lieues à peine de notre Mesnil-Marie se trouve l’église de Saint-Andéol de Fourchades et je ne peux laisser s’achever cette journée du 6 mai sans vous y emmener faire un tour.

Très ancienne paroisse des hautes Boutières, jadis très étendue (elle a été scindée en deux paroisses au milieu du XIXe siècle, puis en deux communes en 1904), dont la population dépassa 1100 habitants à la fin du XIXe siècle, Saint-Andéol de Fourchades est aujourd’hui un tout petit village qui compte à peine 60 habitants.
Le « chef-lieu », où se trouvent la mairie et l’église, compte moins de dix maisons (la population se trouve en effet répartie dans de nombreux hameaux) et la plupart d’entre elles sont des constructions du XIXe siècle.
Avant la révolution, il n’existait sans doute pas plus de trois maisons autour de l’église.

Saint-Andéol de Fourchades fut une très ancienne seigneurie – antérieure à l’an mil – dont la juridiction s’étendait bien au-delà des limites actuelles de la commune.

St-Andéol de Fourchades au milieu du XXe siècle

Saint-Andéol de Fourchades : le « chef-lieu » au milieu du XXe siècle

L’église actuelle, qui remonte au XVe siècle, a été pratiquement reconstruite au XIXe siècle.
Au milieu du XXe siècle, elle est restée fermée une quinzaine d’années car les voûtes menaçaient de s’effondrer, et ce ne fut pas une petite victoire de la municipalité et du comité paroissial d’alors de réunir les sommes nécessaires et de s’employer aux travaux indispensables pour la consolider et en permettre la réouverture.
Malheureusement les aménagements intérieurs « post-conciliaires » n’ont pas laissé susbsister grand’chose de ce qui faisait le charme des petites églises de nos villages, si bien que lorsqu’on en franchit le seuil aujourd’hui on est frappé par son absolu manque de caractère et d’harmonie…

Mais l’on ne vient pas à Saint-Andéol de Fourchades pour l’esthétique intérieure de son église : au-delà des très regrettables misères que les hommes sont capables d’infliger aux lieux, il y a des éléments invisibles sur lesquels ils n’ont heureusement pas de prise.
En l’occurrence, ce qui attire les âmes à Saint-Andéol de Fourchades c’est, malgré la mort et malgré les siècles qui passent, la sainteté d’un prêtre qui est resté ici comme vicaire puis curé pendant quelque quarante-six ans, depuis 1695 jusqu’à sa mort en 1741.
C’était un temps où les évêques n’avaient pas encore adopté la ridicule manie de changer leurs curés de paroisse tous les 6 ans…

Ce saint prêtre – « saint Blachère » comme l’appellent encore de nombreuses personnes – est l’abbé Noël-André Blachère : né le jour de Noël 25 décembre 1663, au hameau de Laval, paroisse de Sanilhac, près de Largentière, dans les Cévennes vivaroises.
Il était issu d’une honnête et pieuse famille paysanne.

Sa vie ne nous est connue que de manière fragmentaire par les traditions consignées dans un opuscule, publié en 1877, réédité en 1997.
La plupart des documents le concernant ont malheureusement disparu, soit au moment de la révolution, soit dans deux incendies successifs qui ont ravagé le presbytère de Saint-Andéol de Fourchades à la fin du XIXe siècle.

Eglise de St-Andéol de F. photo ancienne

Saint-Andéol de Fourchades : photo de l’église avec le presbytère sur sa droite (milieu du XXe siècle).

Attiré par le sacerdoce dès avant son adolescence, Noël-André Blachère, dont les parents soutinrent la vocation, fut élève au collège des jésuites d’Aubenas.
Il fut ensuite admis au séminaire de Viviers (un des premiers en France à avoir été confié aux prêtres de Saint-Sulpice) et élevé à la grâce insigne du sacerdoce par Monseigneur Louis-François de la Baume de Suze (1602-1690), le grand évêque de Viviers au XVIIe siècle, protagoniste d’un magnifique renouveau spirituel de ce diocèse pendant ses soixante-et-onze ans d’épiscopat ; il est – rappelons-le – l’évêque qui missionna Saint Jean-François Régis

Après quelques années de vicariat à Baix, village vivarois de la vallée du Rhône, l’abbé Blachère fut nommé curé de Juvinas – paroisse de moyenne montagne au nord de Vals-les-Bains – , puis, à l’âge de 32 ans, envoyé comme curé à Saint-Andéol-de-Fourchades, poste qu’il occupa jusqu’à la fin de ses jours.

A la vérité, lorsque l’abbé Blachère arriva à Saint-Andéol de Fourchades, il y avait déjà un curé-prieur dans cette paroisse qui devait compter alors quelque 500 âmes : l’abbé de Tautilhac ; mais ce prêtre était âgé et infirme.
L’abbé Noël Blachère lui servit de vicaire « avec droit de succession » pendant quelques mois, avant que le prieur ne se retire dans le manoir famillial, à une lieue et demi de là, sur la paroisse de Saint-Martial.

Monsieur Blachère – c’est ainsi que l’on nommait les prêtres au grand siècle – pendant le temps de son ministère, fut un curé exemplaire dans l’accomplissement de tous ses devoirs : il fit arranger l’église et la dota de trois autels de bois avec des retables dans le goût de l’époque ; il pourvut la sacristie d’ornements convenables, et s’appliqua à rendre les cérémonies du culte les plus belles possibles et les plus exactement conformes aux prescriptions reçues du saint concile de Trente dont Monseigneur de la Baume de Suze avait introduit la discipline dans le diocèse de Viviers ; il forma des chantres et des servants d’autel ; il s’appliqua à instruire tous les fidèles dans la vérité catholique nécessaire à leur salut ; il les forma à la prière et à la pratique des vertus chrétiennes, et pour cela il promut la confession et la communion fréquentes ; il s’appliqua fidèlement à la visite des pauvres et des malades, ainsi qu’au soulagement des nécessiteux ; il développa la confrérie des pénitents et tout ce qui pouvait concourir à la ferveur et à la pratique de la charité…

En toutes ces choses, l’abbé Blachère prêcha d’exemple et édifia sa paroisse, tant par son caractère que par ses vertus ; il ne ménagea pas sa peine et transforma sa paroisse, qui devint un modèle de ferveur et de régularité chrétienne.

St-Andéol de F. Croix de l'ancien cimetière

Saint-Andéol de Fourchades : croix qui se dressait jadis au centre du cimetière jouxtant l’église.

Plein de miséricorde et de charité pastorale, doux et patient avec les autres, l’abbé Blachère était dur avec lui-même : il menait une vie pénitente et mortifiée.
Autant veillait-il avec un soin scrupuleux sur tout ce qui touchait au culte et à la gloire de Dieu, autant négligeait-il tout ce qui touchait à sa personne : sa nourriture était frugale, son vêtement était pauvre, et toute espèce de luxe était bannie de son presbytère, à tel point que son évêque se mit un jour en devoir de lui intimer l’ordre de prendre un plus grand soin de lui-même et de son intérieur !

Les hautes vertus et l’exemplarité de Monsieur Blachère ne manquèrent pas de susciter des jalousies et quelques acrimonies sacerdotales chez ses confrères moins édifiants : il eut à souffrir de certains de leurs procédés peu évangéliques.

Surtout, sa sainteté éclata à travers des dons de thaumaturge : sans doute, sa connaissance des plantes et de leurs vertus médicinales l’aida-t-elle à soigner certaines affections, mais beaucoup de guérisons qu’il opéra de son vivant ne se peuvent expliquer naturellement.
Ajoutons à cela une connaissance de certaines choses cachées qu’il ne put apprendre que par une révélation céleste.

La tradition locale nous rapporte que la Très Sainte Vierge Marie, à laquelle il vouait évidemment une très profonde dévotion, se manifesta à lui à plusieurs reprises, et que c’est d’elle qu’il reçut les indications pour découvrir une source dans la cave du presbytère qu’il avait fait reconstruire.
Depuis presque trois siècles, l’eau de cette source a été maintes et maintes fois l’instrument de guérisons inexplicables…

A deux-cents toises environ de l’église de Saint-Andéol, au pied d’un bloc d’orgues basaltiques, un minuscule oratoire dédié à la Très Sainte Vierge perpétue le souvenir du lieu où l’abbé Blachère aimait à se retirer dans la contemplation et l’oraison, et où la Sainte Mère de Dieu l’aurait comblé de ses grâces.

St Andéol de F. oratoire de l'abbé Blachère

Saint-Andéol de Fourchades : l’oratoire du saint abbé Blachère, lieu d’une intensité spirituelle palpable.

Monsieur Blachère s’éteignit dans sa paroisse de Saint-Andéol de Fourchades le 6 mai 1741 dans sa soixante-dix-huitième année.

Au début de cette année 1741, en considération du fait qu’il avait mal aux jambes, l’évêque de Viviers lui avait adjoint un vicaire, Monsieur Riffard : c’était un enfant de la paroisse, qu’il avait catéchisé et instruit, et dont la vocation était redevable des exemples de son saint curé.
Le mercredi qui suivit le troisième dimanche après Pâques, 26 avril 1741, Monsieur Blachère dut s’aliter : il fut pris de vomissements et s’affaiblit rapidement, puisqu’il ne pouvait garder aucune nourriture.
Ce qui lui fut le plus douloureux sans doute fut de ne pouvoir, en raison de ses nausées, recevoir la sainte communion en viatique, lui qui avait été si fidèle à la célébration de la Sainte Messe et si dévot envers le Saint Sacrement.

Il demanda à se confesser et à recevoir l’extrême-onction, et finalement, ce samedi 6 mai 1741 - redisons-le : le samedi est le jour dédié à la Vierge Marie dans la piété catholique – , vers les sept heures du soir, il rendit sa belle âme à Dieu.

Ses funérailles furent célébrées le lundi 8 mai parmi un grand concours de peuple et il fut inhumé dans l’église.
A partir de ce moment, sa tombe devint un lieu de pèlerinage : les gens des alentours – mais parfois aussi de loin – vinrent de manière régulière dans l’église de Saint-Andéol de Fourchades pour se confier à son intercession… et ils revinrent pour remercier puisque des grâces spirituelles et des guérisons advenaient en réponse à leurs prières.
Tout au long des XVIIIe et XIXe siècles, le récit de toutes ces grâces fut consigné dans des cahiers conservés au presbytère. En 1877 on estimait que cela représentait un volume d’environ 600 pages. Malheureusement, comme nous l’avons dit plus haut, ces documents ont disparu dans l’incendie du presbytère à la fin du XIXe siècle.

Le 27 septembre 1874, S. Exc. Mgr. Louis Delcusy, évêque de Viviers, manda son grand vicaire pour procéder, en présence du clergé local, à l’ouverture de la tombe de l’abbé Blachère et à la reconnaissance de ses restes. Un procès-verbal fut dressé.

En 1881, l’incendie du presbytère, qui se communiqua en partie à l’église, n’endommagea pas les restes de l’abbé Blachère qui, après les réparations, furent placés dans un caveau spécial, aménagé au pied  de la marche du sanctuaire, du côté de l’épître.
Lors des travaux de restauration du XXe siècle, une nouvelle pierre tombale a été placée au-dessus du caveau du saint prêtre.

St-Andéol de F. tombe de l'abbé Blachère

Saint-Andéol de Fourchades : actuelle pierre tombale de l’abbé Noël Blachère dans l’église.

Malgré la déchristianisation galopante de nos contrées, encore si ferventes il y a seulement six décennies, la mémoire de l’abbé Blachère se perpétue et, même ténu, le mouvement de piété et de confiance qui porte des âmes à venir se recommander à son intercession n’a pas disparu.

La dévotion envers le saint curé de Saint-Andéol de Fourchades et les prières faites sur sa tombe vont de pair avec le recours priant aux bienfaits de la source miraculeuse qu’il avait fait sourdre.

Les analyses pratiquées sur cette eau ont montré qu’il s’agit d’une eau très pure qui ne possède pas de propriétés chimiques particulières mais, par ailleurs, plusieurs géobiologistes consultés ont pu attester de son intensité énergétique.
Hélas, trois fois hélas ! une pollution des terres environnantes a entraîné la pollution de cette source miraculeuse, dont l’accès a été condamné, il y a 4 ans, par décision conjointe des autorités municipales et religieuses, comme le montrent deux avis placardés sur la porte cadenassée qui permettait naguère d’accéder à la cave du presbytère depuis l’église de Saint-Andéol de Fourchades
Plusieurs démarches ont été entreprises de divers côtés afin que ce problème de pollution soit résolu et pour que la source puisse être rendue à la dévotion des fidèles, mais elles sont restées infructueuses jusqu’à ce jour.
Aussi ne pouvons-nous que supplier le saint abbé Blachère d’intercéder puissamment pour que cesse ce déplorable état de fait, et pour que nous puissions à nouveau bénéficier des vertus surnaturelles de cette source que la divine Providence a voulu en ce lieu pour le soulagement des malades et la consolation des âmes affligées.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur

L'oratoire de l'abbé Blachère

Saint-Andéol de Fourchades : l’oratoire du saint abbé Blachère
un lieu extraordinaire où l’on a l’impression que le Ciel et la terre se rejoignent
et dont on ne s’arrache jamais qu’avec peine…

Publié dans:Memento, Nos amis les Saints |on 6 mai, 2016 |1 Commentaire »

2016-29. Une femme forte qui a envisagé la mort avec une fermeté et une soumission étonnantes.

1696 – 17 avril – 2016

Trois-cent-vingtième anniversaire du trépas
de
Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné

« Vous comprenez mieux que personne, Monsieur, la grandeur de la perte que nous venons de faire, et ma juste douleur. Le mérite distingué de Madame de Sévigné vous était parfaitement connu. Ce n’est pas seulement une belle-mère que je regrette, ce nom n’a pas accoutumé d’imposer toujours ; c’est une amie aimable et solide, une société délicieuse. Mais ce qui est encore bien plus digne de notre admiration que de nos regrets, c’est une femme forte dont il est question, qui a envisagé la mort, dont elle n’a point douté dès les premiers jours de sa maladie, avec une fermeté et une soumission étonnantes. Cette personne, si tendre et si faible pour tout ce qu’elle aimait, n’a trouvé que du courage et de la religion quand elle a cru ne devoir songer qu’à elle, et nous avons dû remarquer de quelle utilité et de quelle importance il est de se remplir l’esprit de bonnes choses et de saintes lectures, pour lesquelles Madame de Sévigné avait un goût, pour ne pas dire une avidité surprenante, par l’usage qu’elle a su faire de ces bonnes provisions dans les derniers moments de sa vie. Je vous conte tous ces détails, Monsieur, parce qu’ils conviennent à vos sentiments et à l’amitié que vous aviez pour celle que nous pleurons : et je vous avoue que j’en ai l’esprit si rempli, que ce m’est un soulagement de trouver un homme aussi propre que vous à les écouter, et à les aimer. J’espère, Monsieur, que le souvenir d’une amie qui vous estimait infiniment contribuera à me conserver dans l’amitié dont vous m’honorez depuis longtemps ; je l’estime et la souhaite trop pour ne pas la mériter un peu. J’ai l’honneur, etc. »

Lettre de François de Castellane-Ornano-Adhémar de Monteil,
comte de Grignan, beau-fils de Madame de Sévigné,
à Philippe-Emmanuel de Coulanges, cousin et ami de la marquise,
23 mai 1696.

Grignan - dalle du sanctuaire de la collégiale

Collégiale Saint-Sauveur de Grignan,
dalle dans le pavement du sanctuaire indiquant l’emplacement du caveau des Adhémar
où fut inhumée Madame de Sévigné le 18 avril 1696
(la date gravée est en effet celle des funérailles et non celle du décès)

Lundi 18 avril 2016.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Hier, dimanche 17 avril, profitant du fait que ni le chant liturgique ni le service d’autel ne requeraient sa présence à notre paroisse de rite latin traditionnel, notre Frère Maximilien-Marie s’est accordé une escapade dominicale pour marquer le trois-cent-vingtième anniversaire du rappel à Dieu de celle qu’il surnomme en riant sa « chouchoute » : Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné.
L’esprit éblouissant et le style incomparable de Madame de Sévigné constituent en effet de continuelles sources de joie intellectuelle pour notre Frère, que j’ai déjà vu éclater d’un rire communicatif à la lecture de certaines saillies de l’épistolière, mais aussi très souvent irrépressiblement ému par la joaillière splendeur de ses phrases.

Hier donc, franchissant « ce diantre de Rhône », Frère Maximilien-Marie s’est d’abord rendu à la Sainte Messe à la chère chapelle Notre-Dame de la Rose, à Montélimar, après laquelle il s’est engagé sur la route de Grignan.
Pendant ce trajet, des pluies très violentes ont soudain noyé la campagne ; et la marquise aurait eu beau jeu de redire : « Que vous êtes excessifs en Provence ! Tout est extrême : vos chaleurs, vos sereins, vos bises, vos pluies hors de saison, vos tonnerres en automne ; il n’y a rien de doux ni de tempéré. Vos rivières sont débordées, vos champs noyés et abîmés… »
Mais bientôt, en même temps que s’apaisaient les vents et la pluie, à un détour de la route, voici, se découpant sur un ciel encore bien sombre, la silhouette du « royal château d’Apollidon » (surnom que, séduite par les descriptions de Françoise-Marguerite, la marquise donna un jour au château de Grignan : Apollidon était un chevalier, héros d’un roman espagnol traduit en français, qui avait fait édifier un palais enchanteur pour Grimanese sa jeune épouse).

Grignan - "le royal château d'Apollidon"

Couronnant le village de Grignan et couvrant de ses terrasses la toiture même de la collégiale Saint-Sauveur,
le « royal château d’Apollidon »

Madame de Sévigné a séjourné à Grignan à trois reprises : la première fois entre la fin juillet 1672 et le début octobre 1673 (14 mois), la deuxième d’octobre 1690 à novembre 1691 (13 mois) et la troisième depuis mai 1694 jusqu’à sa mort, le 17 avril 1696.
Ce faisant, la marquise a donné au village – particulièrement charmant – une renommée universelle, et son souvenir demeure aujourd’hui l’une des principales raisons de sa prospérité touristique.

Ce dernier dimanche, le ciel maussade et les averses faisaient que ni le village ni le château n’étaient envahis par des hordes bruyantes ; et c’était très bien ainsi.
Notre Frère en a rapporté quelques beaux clichés, dont je veux vous faire profiter vous aussi, accompagnés de quelques belles citations de la chère marquise, ou se rapportant à ses derniers moments ici-bas…
Pour moi, je lui emprunte aujourd’hui pour la faire mienne la conclusion de l’une de ses lettres :
« Je vous souhaite tous les biens, et je prie Dieu qu’il vous garantisse de tous les maux ».

pattes de chatLully

Grignan - façade sur la cour d'honneur

« Je trouve le meilleur air du monde à votre château… »
Façade sur la cour d’honneur, dite façade François Ier.

Grignan - vos terrasses d'argent

« Vos terrasses d’argent… »
La façade François Ier vue depuis la grande terrasse au-dessus de la collégiale.

Grignan - la cour du puits

« Vous me peignez Grignan d’une beauté surprenante (…)
J’ai dans la tête la beauté de vos appartements. »
La cour du puits avec la tour du veilleur.

Grignan - le vent

« Le ciel de votre Provence est dans un désordre qui fait peur… »

Grignan - vue depuis la terrasse

« Nous sommes exposés à tous les vents.
C’est le vent du midi, c’est la bise, c’est à qui nous insultera ; ils se battent entre eux pour avoir l’honneur de nous renfermer dans nos chambres (…).

Nos montagnes sont charmantes dans leur excès d’horreur. Je souhaite tous les jours un peintre pour bien représenter l’étendue de toutes ces épouvantables beautés (…).
Contez un peu cela à notre duchesse de Chaulnes, qui nous croit dans des prairies, avec des parasols, nous promenant à l’ombre des orangers ! »
Le paysage qui se découvre depuis la grande terrasse en direction du sud ouest.

Grignan - le parvis de la collégiale vu depuis la terrasse

 « Je suis embarquée dans la vie sans mon consentement. Il faut que j’en sorte ; cela m’assomme. Et comment en sortirai-je ? Par où ? Par quelle porte ? Quand sera-ce ? En quelle disposition ? Souffrirai-je mille et mille douleurs, qui me feront mourir désespérée ? Comment serai-je avec Dieu ? Qu’aurai-je à lui présenter ? La crainte, la nécessité feront-elles mon retour vers lui ? N’aurai-je aucun autre sentiment que celui de la peur ? Que puis-je espérer ? Suis-je digne du paradis ? Suis-je digne de l’enfer ? Quelle alternative ! Quel embarras ! Rien n’est si fou que de mettre son salut dans l’incertitude, mais rien n’est si naturel… »
Le parvis de la collégiale Saint-Sauveur depuis la terrasse du château qui la recouvre.

Grignan - arrivée à la collégiale par le chemin de ronde

L’arrivée à la collégiale Saint-Sauveur par le chemin de ronde.
5 février 1696 : Marie de Rabutin-Chantal fête son septantième anniversaire.
Mademoiselle de La Fayette le lui a déjà dit un peu brutalement : elle est « vieille » ; et elle le sait.
La petite-fille de Sainte Jeanne de Chantal s’est déjà détachée du monde, de la ville et de la Cour dont la société l’ennuie, où elle ne se sent plus à sa place.
Pour elle désormais, « Paris est en Provence… »

Grignan - parvis et portail de la collégiale

Parvis et portail de la collégiale Saint-Sauveur.
Lors de ce troisième et ultime séjour à Grignan, Madame de Sévigné voit l’établissement de ses petits-enfants :
Louis-Provence a épousé le 2 janvier 1695 Anne-Marguerite de Saint-Amans ;
Pauline – qui éditera les lettres de sa grand’mère – a épousé Louis III de Simiane le 29 novembre 1695 ;
Marie-Blanche, l’aînée, est entrée à la Visitation d’Aix depuis déjà longtemps.
Une inquiétude ravage son coeur de mère : la santé de Françoise-Marguerite, pour laquelle on a craint le pire :
« Il me semble que les mères ne devraient pas vivre assez longtemps pour voir leurs filles dans de pareils embarras ;
je m’en plains respectueusement à la Providence. »

Grignan - tympan de la collégiale

Sculptures et dédicace du portail de la collégiale Saint-Sauveur.
« Pour moi, je ne suis plus bonne à rien ; j’ai fait mon rôle et, par mon goût, je ne souhaiterais jamais une si longue vie ; il est rare que la fin et la lie n’en soient humiliantes.
Mais nous sommes heureux que ce soit la volonté de Dieu qui la règle, comme toutes les choses de ce monde :
tout est mieux entre ses mains qu’entre les nôtres. »

Tandis que Madame de Grignan va se remettre tout doucement, Madame de Sévigné tombe à son tour malade le 6 avril 1696.

Grignan - intérieur de la collégiale

Intérieur de la collégiale Saint-Sauveur.
Pendant les dix jours de son crépuscule, où la fièvre ne la quitte pas, Madame de Sévigné se prépare à la mort en pleine conscience et avec une foi parvenue à la sérénité :
elle désire une fin vraiment chrétienne et souhaite partir sans regret ;
elle reçoit les sacrements en toute lucidité et se tourne totalement vers Dieu.
Pour partir plus paisiblement, elle demande même à Françoise-Marguerite de ne pas venir la visiter !
Alors que le jour ne point pas encore, vers 5 h du matin, ce 17 avril 1696,
l’âme de Marie de Rabutin-Chantal s’envole vers les Cieux…
« Dieu fait tout, il est le maître de tout, et voici comment nous devrions penser ; j’ai lu ceci en bon lieu : Quel mal peut-il arriver à une personne qui sait que Dieu fait tout, et qui aime tout ce que Dieu fait ?
Voilà sur quoi je vous laisse… »

Grignan - emplacement du caveau des Adhémar

Le lendemain, 18 avril 1696, les funérailles de Madame de Sévigné sont célébrées dans la collégiale Saint-Sauveur et son corps est déposé dans le caveau des Adhémar, creusé sous le sanctuaire.
Les impies profaneront sa dépouille, encore revêtue de sa robe de brocatelle bleue, en 1793.

Le comte de Grignan a ordonné que l’on ne sonne pas les glas, ni au moment de son dernier soupir, ni pour annoncer les offices funèbres : on craignait trop qu’en les entendant Françoise-Marguerite, à laquelle on n’a pas encore annoncé la mort de sa mère, ne comprenne et ne meurre de chagrin…

Grignan - détail du maître-autel

Ange du retable du maître-autel de la collégiale Saint-Sauveur de Grignan.

N’y a-t-il point au Ciel d’écritoire, Marquise ?
Comme il nous serait pourtant plaisant que vous nous mandiez
la chose la plus étonnante, la plus surprenante, la plus merveilleuse,
la plus miraculeuse, la plus triomphante, la plus étourdissante, la plus inouïe,
la plus singulière, la plus extraordinaire, la plus grande,
la plus éclatante, la plus secrète jusqu’à aujourd’hui,
la plus brillante et la plus digne d’envie :
la description faite par vous du Royaume de Dieu !

Publié dans:Memento |on 18 avril, 2016 |3 Commentaires »

2016-26. Où, à l’occasion du centenaire du rappel à Dieu du chanoine Antoine Crozier, le Maître-Chat Lully publie quelques citations méconnues de ce très grand maître spirituel.

Samedi 9 avril 2016.
Dans l’Ordre de Saint-Augustin, la fête de la translation de Sainte Monique.

Sacré-Coeur

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans les pages de ce blogue, j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer la très remarquable figure du chanoine Antoine Crozier (1850-1916), en publiant l’intégralité du texte de l’opuscule « Vivons pour le Bon Dieu » et de son « Chemin de Croix pour la France ».

Pour une évidente raison de facilité, on présente souvent le chanoine Crozier comme étant un prêtre lyonnais d’une très haute spiritualité, qui fut en étroite relation d’amitié spirituelle avec le Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916).
Mais il est tout aussi évident qu’on ne peut le « réduire » à cette seule amitié, et encore moins à le placer dans l’ombre du saint ermite saharien.

J’espère avoir un jour la possibilité de vous parler de manière plus exhaustive de sa vie, qui mérite bien d’être connue, d’autant qu’à l’heure actuelle les biographies les plus intéressantes – notamment celle du Révérend Père Maillet, mariste lyonnais, publiée en 1948 – sont quasi introuvables ! Néanmoins, de manière récurrente, dans des publications plus récentes concernant le Bienheureux Charles de Foucauld, ou au sujet des grandes figures lyonaises de spiritualité aux XIXe et XXe siècles, trouve-t-on la mention de plus en plus appuyée du chanoine Crozier et du rayonnement spirituel qu’il exerça, profondément et longtemps après sa mort, sur un très grand nombre d’âmes.
C’est ainsi aussi que nous avons eu la très grande joie et consolation de voir réédité, en avril 2010 (éditions P. Téqui), grâce au zèle diligent d’un ami prêtre, l’opuscule « Comment il faut aimer le Bon Dieu », précieux vademecum de vie chrétienne fervente, d’une stupéfiante simplicité autant que d’une permanente actualité, qui avait connu de très nombreuses éditions depuis sa première publication en 1882, mais qui avait été bien occulté depuis le triomphe apparent de la désertification spirituelle consécutive au second concile du Vatican.

Ce 10 avril 2016 est le jour exact du centenaire du rappel à Dieu du chanoine Antoine Crozier : accablé de souffrances, âgé de seulement de soixante-six ans et deux mois, il s’endormit dans le Seigneur le lundi de la Passion 10 avril 1916, à son domicile (rue du Doyenné, à l’ombre de la Primatiale Saint-Jean dans laquelle il avait reçu les sacrés stigmates de Notre-Seigneur seize ans plus tôt).

Pour marquer ce centenaire, j’ai décidé de vous offrir un petit florilège de citations tirées des lettres de direction sprituelle du chanoine Antoine Crozier.
Je vous en souhaite bonne lecture ; je vous souhaite surtout d’y puiser de grandes forces spirituelles et consolations.

Lully.

frise

Memento mortuaire du chanoine Antoine Crozier

Memento mortuaire du chanoine Antoine Crozier

frise

Petit florilège de citations tirées de la correspondance spirituelle
du
chanoine Antoine Crozier :

« Je crains toujours d’opposer à Notre-Seigneur des obstacles et des bornes.
Je crois voir et sentir que le don de mon coeur à Jésus n’a pas cette générosité, cette plénitude, cette universalité que l’amour d’un Dieu a bien le droit d’attendre et d’exiger…
Il faut un coeur donné, livré, pour donner à Jésus des âmes et des coeurs ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Ne nous laissons pas absorber par l’intensité et la continuité de la lutte intérieure et extérieure. Soyons toujours et quand même joyeux et dilatés… Dieu aime les âmes gaies.
Les âmes sont comme les plantes : il n’y a que celles qui sont largement épanouies qui reçoivent abondamment la rosée et le soleil, et produisent des fruits… 

Quel puissant apostolat que celui de la joie, de l’amabilité et de la sérénité ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Un simple acte d’universel abandon est une prière toute puissante sur le Coeur de Dieu.
Quelles grâces peut obtenir, pour l’Eglise et pour les âmes, une vie toute d’abandon et d’union à toutes les volontés de Dieu, à tous les desseins de Jésus ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Pour nous, perdre du temps, c’est perdre de l’amour et des âmes ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« La prière la plus parfaite est celle de Jésus : Seigneur, que Votre volonté se fasse et non la mienne !
Ne nous lassons pas de la répéter dans les plus profondes ténèbres et les crises les plus aigües. »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Etre saint, c’est rude, cela coûte, il ne faut rien se passer…
La peine, la lutte, cela fait entrer le métier de la sainteté dans le corps : il faut absolument s’y mettre, et ce n’est pas fini. C’est immense, c’est pressé ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Je crois, j’adore, j’aime dans la nuit, sans voir les étoiles, ni ce qu’elles cachent. J’attends avec une ferme confiance la vision de la réalité qui, seule, me remplira, me rassasiera. 
Est-ce trop d’acheter par les sacrifices de ma foi, par les obscurités de mon pauvre esprit et par les angoisses de mon pauvre coeur, la vision et la possession des divines splendeurs ?
Du fond de nos ténèbres, nous pouvons toujours prier, aimer.
Oui, tout cela sans enthousiasme, mais avec le calme résolu, inébranlable d’une volonté qui ne sait ni se refuser ni se reprendre… »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« La prière suprême, c’est le fiat de l’Agonie : Que Votre volonté se fasse et non la mienne !
Et le fiat de la mort : O Mon Père, Je remets Mon âme entre Vos mains ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« S’abandonner, c’est plus que se donner ; c’est l’acte décisif de l’amour, de cet amour parfait qui n’aime absolument plus rien que le Bon Plaisir de Dieu. »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« L’oeuvre des oeuvres, c’est la sanctification des âmes.
Cela doit nous faire comprendre combien nous devons être fidèles à la grâce, combien nous devons discerner les moindres souffles de l’Esprit d’Amour. »

Sacré-Coeur

Prière pour demander la glorification de l’Abbé A. Crozier > ici

2016-22. Procès-verbal de l’interrogatoire du chevalier François-Athanase de Charette de la Contrie, la veille de son exécution.

1796 – 29 mars – 2016

Accipe sanctum gladium, munus a Deo, quo deicies adversarios populi mei Israel :
Reçois le glaive saint, don de Dieu, avec lequel tu extermineras les ennemis de mon peuple Israël !
(2 Machab. XV, 16) 

F.A. de Charette - Vitrail de l'église de Beaupréau

François-Athanase de Charette de la Contrie
(détail d’un vitrail de l’église de Baupréau – Anjou)

Le récit des derniers instants du Chevalier de Charette est bien connu, aussi n’est-ce point lui que je vais rapporter ici.
Comme pour Jean-Nicolas Stofflet le 25 février dernier (cf. > ici), j’ai pris le parti de retranscrire dans son intégralité le procès-verbal de l’interrogatoire de François-Athanase de Charette de la Contrie, qui eut lieu le « 8 germinal an IV », c’est-à-dire le lundi 28 mars 1796, tel qu’il est publié dans le même ouvrage intitulé : « Correspondance secrète de Charette, Stofflet, Puisaye et autres… » (je renvoie aussi à la présentation de ce livre que j’ai déjà faite > ici).

Comme à mon accoutumée, je respecte l’orthographe et la ponctuation utilisées dans cette édition réalisée deux ans et demi après les faits.

incipit de l'interrogatoire de Charette

Interrogatoire prèté devant nous Pierre Perrin, rapporteur près le conseile militaire du 4° bataillon de l’Hérault, désigné par le général Dutilh, pour faire les fonctions de rapporteur dans le jugement du nommé CHARETTE, chef des brigands, détenu dans la maison d’arestation du Bouffay, à Nantes, ainsi qu’il suit :

Demande : Quel est votre nom, votre âge, vos qualités ?
Réponse : François-Athanase Charette de la Contrie, âgé de 33 ans, natif de Couffé, département de la Loire-Inférieure, lieutenant de vaisseau avant la révolution, et à présent lieutenant-général nommé par le roi Louis XVIII, et en dernier lieu, chef de l’armée royale de la Vendée.

D. Qui vous avoit nommé chef de l’armée royale de la Vendée ?
R. Louis XVIII.

D. Par quelle voie et à quelle époque avez-vous reçu cette nomination ?
R. Qu’il ne se rappelle précisément de l’époque ; mais qu’il croit que c’est depuis environ sept mois, par la voie de M. Lefevre, émigré, employé au service de l’Angleterre, et qu’au surplus on peut connoître précisément la date de ladite nomination au moyen des papiers qui ont été pris sur lui par le général Travot.

D. Vous étiez donc en relation avec Louis XVIII ?
R. Que c’est par le canal du comte d’Artois qu’il reçut ladite nomination, et qu’il n’avoit point de relation directe avec Louis XVIII.

D. Votre correspondance avec le comte d’Artois étoit-elle bien active ?
R. Non.

D. Quel étoit le but de cette correspondance ?
R. Que c’étoit pour lui faire connoître l’état de son armée.

D. Cette correspondance existoit-elle depuis long-temps ?
R. Elle existoit depuis environ 8 mois.

D. Avant l’époque où votre correspondance avec le comte d’Artois a commencé, à qui rendiez-vous compte de la situation de votre armée, et dans quel dessein faisiez-vous la guerre ?
R. Qu’il ne rendoit aucun compte à personne, et qu’il avoit en vue de procurer à la France un gouvernement monarchique.

D. Ne vous étiez-vous pas soumis aux lois de la république lors de la pacification qui eut lieu à Nantes ?
R. Que par le traité qu’il avoit fait avec les représentans du peuple, il s’étoit soumis aux lois de la république.

D. Pourquoi avez-vous ensuite repris les armes contre elle ?
R. Parce que la république avoit placé des postes dans l’intérieur du pays qui étoit sous ses ordres, et parce que les républicains avoient marché contre l’un de ses chefs de division, et enlevé un autre, ainsi que plusieurs commandans de paroisses.

D. Puisque vous vous étiez soumis aux lois de la république, et que vous étiez rentré sous l’obéissance de ses lois, vous ne deviez point vous formaliser de ce que le gouvernement républicain exerçoit sa surveillance dans le pays de la Vendée ?
R. Qu’il ne s’étoit soumis au gouvernement républicain qu’autant qu’il n’établiroit aucun poste dans l’intérieur de son armée, et qu’il lui laisseroit la surveillance du pays insurgé, comme chef de la garde territoriale qui devoit se former d’après le traité, et qu’il n’a rompu les engagemens que lorsque le gouvernement a eu rompu les siens envers lui.

D. N’avez-vous pas fait plusieurs prisonniers dans l’intervalle de la pacification, et ne les avez-vous pas fait ensuite fusiller ?
R. Que non, pendant la pacification ; mais qu’il en a fait au moment et après la déclaration de guerre.

D. Quels sont les moyens que vous avez pris pour débaucher les troupes républicaines ?
R. Qu’il n’en avoit pris aucun.

D. Pourquoi dans la proclamation que vous fites en recommençant la guerre, avez-vous taxé de mauvaise foi les représentans du peuple, que vous dites avoir traité avec vous, ainsi que le général Canclaux ?
R. Que c’est parce que les représentans du peuple Ruelle et quelques autres, ainsi que le général Canclaux, lui avoient fait entrevoir dans la conversation, au moment de la pacification, qu’un état de paix seroit plus favorable et conduiroit plutôt à ce but de son parti, ce qui n’ayant pas lieu, il s’est cru autorisé par la suite de les accuser de l’avoir trompé.

D. Aviez-vous quelques articles secrets, traités avec les représentans du peuple ?
R.  Qu’il n’en avoit point par écrit ; qu’il n’y avoit eu que des conjectures tirées de l’état du gouvernement, alors divisé, et que ces conjectures avoient d’autant plus de vraisemblance qu’elles étoient étayées de l’opinion d’hommes, revêtus de la confiance publique.

D. Pourquoi avez-vous cherché à persuader dans votre proclamation que les représentans du peuple vous avoient livré des armes et des munitions de guerre ?
R. Que c’est parce que le représentant Ruelle avoit fait délivrer des sabres à quelques uns de ses officiers, et parce qu’il lui étoit facile de se procurer des poudres, à Nantes, à raison du peu de surveillance qui y existoit alors.

D. Vous êtes-vous procuré une grande quantité de munitions à l’époque de la pacification ?
R. Qu’il s’est procuré à-peu-près quatre à cinq cents livres de poudre.

D. Quelles sont les personnes qui vous ont procuré, à Nantes, une si grande quantité de poudre ?
R. Qu’il ne sait point quelles sont les personnes qui lui procuroient cette poudre ; qu’il remettoit de l’argent à des individus de son armée qui lui rapportoient la poudre.

D. Dans quelle intention vous pourvoyiez-vous ainsi de munitions de guerre ?
R. Que c’étoit par prévoyance, et pour être en état de se défendre, dans le cas où il seroit obligé de reprendre les armes.

D. Quels sont les moyens que vous avez employés pour opérer, depuis la pacification, des rassemblemens nombreux dans la Vendée ?
R. Que c’est en mettant en pied son armée, et au moyen de sa proclamation.

D. N’avez-vous pas forcé, à main armée, les habitans paisibles à reprendre les armes ?
R. Que non.

D. N’avez-vous pas connoissance que quelqu’un de vos chefs de division ou officiers inférieurs, ayent employé des moyens violens contre ces habitans ?
R. Non.

D. Au nom de qui, pour qui, et dans quelles vues faisiez-vous ainsi la guerre à votre patrie ?
R. Au nom du roi, pour le roi, et pour la monarchie.

D. Comptiez-vous sur quelques factions puissantes dans le gouvernement, pour soutenir vos prétentions ?
R. Que non.

D. A qui rendiez-vous compte de vos opérations dans la Vendée ?
R. A personne.

D. N’y avez-vous pas exercé une autorité despotique ? N’avez-vous pas disposé arbitrairement des personnes et des propriétés, soit en levant des taxes sur les habitans, soit en faisant fusiller ceux qui ne se conformoient pas à vos ordres ?
R. Qu’il régissoit le pays avec douceur, qu’il ne levoit aucune taxe, et qu’il ne faisoit fusiller personne.

D. Etoit-ce en vertu des pouvoirs que vous avez dit vous avoir été conférés par Louis XVIII que vous régissiez ainsi le pays ?
R. Que c’étoit d’après l’autorité dont le roi l’avoit revêtu, et la confiance que les habitans avoient en lui.

D. Etiez-vous en correspondance avec les émigrés, descendus à l’île d’Yeu ?
R. Que non.

D. Avez-vous correspondu avec l’Angleterre, et avez-vous reçu de la part des Anglais, des moyens de secours pour continuer la guerre ?
R. Qu’il n’avoit point de correspondance directe avec le gouvernement anglais ; mais seulement avec le comte d’Artois, qui, à ce qu’il croit, étoit l’intermédiaire, et qu’il a reçu un convoi de munitions, en poudre, canons et fusils, qui fut débarqué sur la côte de Saint-Jean-de-Mont.

D. Etiez-vous en correspondance avec Stofflet ?
R. Rarement.

D. Quel étoit le but de votre correspondance ?
R. Que c’étoit de cimenter l’union entre eux.

D. Avez-vous quelquefois agi de concert avec lui depuis la pacification ?
R. Que non.

D. Aviez-vous quelques correspondances avec les Chouans ?
R. Qu’il n’avoit écrit que deux ou trois lettres à Scepeaux, dans le style honnête et familier.

D. Vos opérations militaires avoient-elles quelques corrélations avec celles des chouans ?
R. Que non.

D. Connoissiez-vous un centre d’autorité, qui réunit une domination commune sur vous et votre armée, sur celle de Stofflet, et sur celle des Chouans ?
R. Que non.

D. Aviez-vous quelques correspondances dans l’intérieur, en receviez-vous des moyens pour prolonger la guerre ?
R. Que non.

D. Quels étoient donc vos moyens pour continuer la guerre au moment où vous avez été pris ?
R. Qu’il n’avoit presque plus alors aucuns moyens, vu que les commandans de division s’étoient déjà rendus, et que ceux des paroisses rendoient les armes, ainsi que les soldats.

D. Quelle étoit l’organisation de l’armée que vous commandiez ?
R. Qu’elle étoit distribuée en 11 ou 12 divisions, et qu’il n’avoit d’officiers supérieurs dans son état-major, qu’un major général sans fonctions militaires, et deux approvisionneurs.

D. Quels étoient les chefs de division ?
R. MM. Fougaret, Guérin, Laroberie, Rézeau, Savin, Dabbaye, Lecouvreur, Dubois et Lemoine.

D. Aviez-vous des magasins de subsistances pour votre armée ?
R. Qu’il en avoit ; mais que les troupes républicaines s’en étoient emparées.

D. Aviez-vous des magasins d’armes et munitions de guerre ?
R. Que non.

D. Reste-t-il encore beaucoup de munitions et d’armes dans la Vendée ?
R. Qu’il n’en sait rien ; qu’on lui a pris tout ce qu’il avoit à l’entrepôt, et qu’il ignore les armes qui ont été rendues et celles qui restent au pouvoir des habitans.

D. Quel étoit l’esprit des habitans quelque temps avant votre arrestation ? Croyez-vous qu’ils fussent portés à continuer encore la guerre ?
R. Qu’il ne connoissoit pas l’esprit des habitans ; mais qu’il en avoit été abandonné.

D. N’avez-vous pas, depuis peu, donné des ordres au nom du roi, aux habitans de prendre les armes, sous peine d’être fusillés ?
R. Qu’il avoit fait cet ordre ; mais qu’il ne le rendit pas général.

D. Pourquoi après que vos rassemblemens furent dispersés par les troupes républicaines, et que les habitans vous eurent abandonné, n’avez-vous pas cherché à quitter le sol de la Vendée ?
R. Parce qu’il n’a pas voulu abandonner la cause qu’il soutenoit.

D. Avez-vous eu connoissance de l’assassinat commis sur le curé de la Rabatelière ?
R. Qu’il en a eu connoissance deux jours après qu’il a été commis ; mais qu’il l’a été à son insu.

D. Avez-vous quelques autres renseignemens à donner sur la guerre de la Vendée ?
R. Que non.

Lecture faite de son interrogatoire, a dit, que ses réponses contenoient vérité ; et néanmoins a rétracté la réponse faite à l’interrogat, portant : quels étoient les chefs de divisions ?

Julien Le Blant - Exécution du général de Charette

Le célèbre tableau de Julien Le Blant (1851-1936) représentant l’exécution du général de Charette
sur la place Viarme, à Nantes, le 29 mars 1796.

Concernant l’éxécution de Charette, voir aussi > ici

Publié dans:Memento, Vexilla Regis |on 29 mars, 2016 |3 Commentaires »

2016-17. Du 280e anniversaire de la mort de Jean-Baptiste Pergolèse.

1736 – 17 mars – 2016

Jean-Baptiste Pergolèse

Jean-Baptiste Draghi, dit Pergolèse

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

En ce 17 mars 2016, nous ne célébrons pas seulement la mémoire de Sainte Gertrude de Nivelles, céleste protectrice des chats (cf. > ici) – fête patronale que mon papa-moine n’a pas manqué de me fêter, vous le pensez bien ! – mais nous commémorons aussi le rappel à Dieu d’un jeune artiste de 26 ans, qui s’éteignit en ce jour il y a 280 ans : Jean-Baptiste Draghi, dit Pergolèse.
Ce surnom de PergolèsePergolesi en italien – lui vient de ce que sa famille était originaire de la ville de Pergola, dans les Marches.

Né le 4 janvier 1710, à Jesi, dans la province d’Ancône, Giovanni-Battista Draghi était un enfant remarquablement doué : ce pourquoi, à l’âge de 12 ans, il fut envoyé pour étudier au « Conservatoire des pauvres de Jésus-Christ » (Conservatorio dei poveri di Gesù Cristo) où il fut un élève brillant sous la férule de professeurs exigeants et réputés de l’école napolitaine de musique alors en pleine gloire. La formation musicale y était axée sur les beautés et les prouesses de l’opéra napolitain et de la polyphonie religieuse en vogue.
A sa sortie du Conservatoire, à l’âge de 21 ans (1731), porté par un véritable succès, Jean-Baptiste Pergolèse reçoit des commandes d’opéras et d’oeuvres religieuses : dès l’année suivante (1732), il est appelé à la charge de maître de chapelle du prince Ferdinando Colonna Stigliano, écuyer du vice-roi de Naples.

Je ne m’étends pas ici sur sa carrière et sur sa production musicale… fort courte, puisque dès l’année 1735 il commence à manifester les signes de la maladie qui va l’emporter : la tuberculose.
Au début de l’année 1736, alors qu’il vient tout juste de célébrer son 26e anniversaire, son état de santé l’oblige à se retirer hors de Naples : il est accueilli au couvent des Capucins de Pouzzoles.
Il compose là quelques dernières oeuvres religieuses pour l’église conventuelle des Pères Capucins ; et c’est aussi très probablement là qu’il a écrit la toute dernière, son Stabat Mater, commande du duc de Maddaloni, son mécène, qui lui aurait demandé cette oeuvre pour l’église napolitaine de la Vierge des Sept Douleurs (Santa Maria dei Sette Dolori), église dans laquelle le duc possédait une chapelle votive et où il faisait exécuter des œuvres religieuses chaque troisième dimanche de septembre (pour la solennité des Sept Douleurs de Notre-Dame).

Jean-Baptiste Pergolèse rend son âme à Dieu le 17 mars 1736, âgé de 26 ans deux mois et treize jours.

Dernier chef d’oeuvre d’un jeune compositeur qui a traversé le firmament de la musique baroque napolitaine avec la fulgurance d’une étoile filante d’un éclat particulier, le Stabat Mater de Pergolèse est bien justement l’un des plus célèbres du genre.
Sa renommée fut rapide à travers l’Europe baroque au point que plusieurs compositeurs de renom lui feront des emprunts, le reprendront ou l’adapteront. Pour n’en citer qu’un, et non des moindres : Jean-Sébastien Bach, dès 1740, dans sa cantate « Tilge, Höchster, meine Sünde » (BWV 1083).
En France, le « Manuscrit des Menus Plaisirs du Roy » en conserve aussi une transcription comportant quelques variantes.

En cette veille de la Commémoraison solennelle des Sept Douleurs de Notre-Dame, fête liturgique assignée au vendredi de la Passion, et qui est si importante pour le Refuge Notre-Dame de Compassion, il m’a semblé opportun de rappeler ce deux-cent-quatre-vingtième anniversaire et de vous offrir les enregistrements de deux interprétations de ce sublime Stabat Mater : le premier est un enregistrement public réalisé au Théâtre des Champs-Elysées le 27 janvier 2014, avec Andreas Scholl et Klara Ek, accompagnés par l’ « Academy of Ancient Music » ; le second restitue la version du « Manuscrit des Menus Plaisirs du Roy » évoquée ci-dessus, interprétée par « les Pages & les chantres de la Chapelle Royale » sous le direction d’Olivier Schneebeli.

Puisse cette écoute être pour vous, comme elle l’est pour nous au Mesnil-Marie, bien chers Amis, le support d’une méditation fervente à l’occasion de cette Commémoraison solennelle de la Compassion de Notre-Dame

Lully.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Coeur de Marie aux sept glaives

Publié dans:De liturgia, Memento, Prier avec nous |on 17 mars, 2016 |1 Commentaire »
12345...22

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi