Archive pour la catégorie 'Memento'

2016-22. Procès-verbal de l’interrogatoire du chevalier François-Athanase de Charette de la Contrie, la veille de son exécution.

1796 – 29 mars – 2016

Accipe sanctum gladium, munus a Deo, quo deicies adversarios populi mei Israel :
Reçois le glaive saint, don de Dieu, avec lequel tu extermineras les ennemis de mon peuple Israël !
(2 Machab. XV, 16) 

F.A. de Charette - Vitrail de l'église de Beaupréau

François-Athanase de Charette de la Contrie
(détail d’un vitrail de l’église de Baupréau – Anjou)

Le récit des derniers instants du Chevalier de Charette est bien connu, aussi n’est-ce point lui que je vais rapporter ici.
Comme pour Jean-Nicolas Stofflet le 25 février dernier (cf. > ici), j’ai pris le parti de retranscrire dans son intégralité le procès-verbal de l’interrogatoire de François-Athanase de Charette de la Contrie, qui eut lieu le « 8 germinal an IV », c’est-à-dire le lundi 28 mars 1796, tel qu’il est publié dans le même ouvrage intitulé : « Correspondance secrète de Charette, Stofflet, Puisaye et autres… » (je renvoie aussi à la présentation de ce livre que j’ai déjà faite > ici).

Comme à mon accoutumée, je respecte l’orthographe et la ponctuation utilisées dans cette édition réalisée deux ans et demi après les faits.

incipit de l'interrogatoire de Charette

Interrogatoire prèté devant nous Pierre Perrin, rapporteur près le conseile militaire du 4° bataillon de l’Hérault, désigné par le général Dutilh, pour faire les fonctions de rapporteur dans le jugement du nommé CHARETTE, chef des brigands, détenu dans la maison d’arestation du Bouffay, à Nantes, ainsi qu’il suit :

Demande : Quel est votre nom, votre âge, vos qualités ?
Réponse : François-Athanase Charette de la Contrie, âgé de 33 ans, natif de Couffé, département de la Loire-Inférieure, lieutenant de vaisseau avant la révolution, et à présent lieutenant-général nommé par le roi Louis XVIII, et en dernier lieu, chef de l’armée royale de la Vendée.

D. Qui vous avoit nommé chef de l’armée royale de la Vendée ?
R. Louis XVIII.

D. Par quelle voie et à quelle époque avez-vous reçu cette nomination ?
R. Qu’il ne se rappelle précisément de l’époque ; mais qu’il croit que c’est depuis environ sept mois, par la voie de M. Lefevre, émigré, employé au service de l’Angleterre, et qu’au surplus on peut connoître précisément la date de ladite nomination au moyen des papiers qui ont été pris sur lui par le général Travot.

D. Vous étiez donc en relation avec Louis XVIII ?
R. Que c’est par le canal du comte d’Artois qu’il reçut ladite nomination, et qu’il n’avoit point de relation directe avec Louis XVIII.

D. Votre correspondance avec le comte d’Artois étoit-elle bien active ?
R. Non.

D. Quel étoit le but de cette correspondance ?
R. Que c’étoit pour lui faire connoître l’état de son armée.

D. Cette correspondance existoit-elle depuis long-temps ?
R. Elle existoit depuis environ 8 mois.

D. Avant l’époque où votre correspondance avec le comte d’Artois a commencé, à qui rendiez-vous compte de la situation de votre armée, et dans quel dessein faisiez-vous la guerre ?
R. Qu’il ne rendoit aucun compte à personne, et qu’il avoit en vue de procurer à la France un gouvernement monarchique.

D. Ne vous étiez-vous pas soumis aux lois de la république lors de la pacification qui eut lieu à Nantes ?
R. Que par le traité qu’il avoit fait avec les représentans du peuple, il s’étoit soumis aux lois de la république.

D. Pourquoi avez-vous ensuite repris les armes contre elle ?
R. Parce que la république avoit placé des postes dans l’intérieur du pays qui étoit sous ses ordres, et parce que les républicains avoient marché contre l’un de ses chefs de division, et enlevé un autre, ainsi que plusieurs commandans de paroisses.

D. Puisque vous vous étiez soumis aux lois de la république, et que vous étiez rentré sous l’obéissance de ses lois, vous ne deviez point vous formaliser de ce que le gouvernement républicain exerçoit sa surveillance dans le pays de la Vendée ?
R. Qu’il ne s’étoit soumis au gouvernement républicain qu’autant qu’il n’établiroit aucun poste dans l’intérieur de son armée, et qu’il lui laisseroit la surveillance du pays insurgé, comme chef de la garde territoriale qui devoit se former d’après le traité, et qu’il n’a rompu les engagemens que lorsque le gouvernement a eu rompu les siens envers lui.

D. N’avez-vous pas fait plusieurs prisonniers dans l’intervalle de la pacification, et ne les avez-vous pas fait ensuite fusiller ?
R. Que non, pendant la pacification ; mais qu’il en a fait au moment et après la déclaration de guerre.

D. Quels sont les moyens que vous avez pris pour débaucher les troupes républicaines ?
R. Qu’il n’en avoit pris aucun.

D. Pourquoi dans la proclamation que vous fites en recommençant la guerre, avez-vous taxé de mauvaise foi les représentans du peuple, que vous dites avoir traité avec vous, ainsi que le général Canclaux ?
R. Que c’est parce que les représentans du peuple Ruelle et quelques autres, ainsi que le général Canclaux, lui avoient fait entrevoir dans la conversation, au moment de la pacification, qu’un état de paix seroit plus favorable et conduiroit plutôt à ce but de son parti, ce qui n’ayant pas lieu, il s’est cru autorisé par la suite de les accuser de l’avoir trompé.

D. Aviez-vous quelques articles secrets, traités avec les représentans du peuple ?
R.  Qu’il n’en avoit point par écrit ; qu’il n’y avoit eu que des conjectures tirées de l’état du gouvernement, alors divisé, et que ces conjectures avoient d’autant plus de vraisemblance qu’elles étoient étayées de l’opinion d’hommes, revêtus de la confiance publique.

D. Pourquoi avez-vous cherché à persuader dans votre proclamation que les représentans du peuple vous avoient livré des armes et des munitions de guerre ?
R. Que c’est parce que le représentant Ruelle avoit fait délivrer des sabres à quelques uns de ses officiers, et parce qu’il lui étoit facile de se procurer des poudres, à Nantes, à raison du peu de surveillance qui y existoit alors.

D. Vous êtes-vous procuré une grande quantité de munitions à l’époque de la pacification ?
R. Qu’il s’est procuré à-peu-près quatre à cinq cents livres de poudre.

D. Quelles sont les personnes qui vous ont procuré, à Nantes, une si grande quantité de poudre ?
R. Qu’il ne sait point quelles sont les personnes qui lui procuroient cette poudre ; qu’il remettoit de l’argent à des individus de son armée qui lui rapportoient la poudre.

D. Dans quelle intention vous pourvoyiez-vous ainsi de munitions de guerre ?
R. Que c’étoit par prévoyance, et pour être en état de se défendre, dans le cas où il seroit obligé de reprendre les armes.

D. Quels sont les moyens que vous avez employés pour opérer, depuis la pacification, des rassemblemens nombreux dans la Vendée ?
R. Que c’est en mettant en pied son armée, et au moyen de sa proclamation.

D. N’avez-vous pas forcé, à main armée, les habitans paisibles à reprendre les armes ?
R. Que non.

D. N’avez-vous pas connoissance que quelqu’un de vos chefs de division ou officiers inférieurs, ayent employé des moyens violens contre ces habitans ?
R. Non.

D. Au nom de qui, pour qui, et dans quelles vues faisiez-vous ainsi la guerre à votre patrie ?
R. Au nom du roi, pour le roi, et pour la monarchie.

D. Comptiez-vous sur quelques factions puissantes dans le gouvernement, pour soutenir vos prétentions ?
R. Que non.

D. A qui rendiez-vous compte de vos opérations dans la Vendée ?
R. A personne.

D. N’y avez-vous pas exercé une autorité despotique ? N’avez-vous pas disposé arbitrairement des personnes et des propriétés, soit en levant des taxes sur les habitans, soit en faisant fusiller ceux qui ne se conformoient pas à vos ordres ?
R. Qu’il régissoit le pays avec douceur, qu’il ne levoit aucune taxe, et qu’il ne faisoit fusiller personne.

D. Etoit-ce en vertu des pouvoirs que vous avez dit vous avoir été conférés par Louis XVIII que vous régissiez ainsi le pays ?
R. Que c’étoit d’après l’autorité dont le roi l’avoit revêtu, et la confiance que les habitans avoient en lui.

D. Etiez-vous en correspondance avec les émigrés, descendus à l’île d’Yeu ?
R. Que non.

D. Avez-vous correspondu avec l’Angleterre, et avez-vous reçu de la part des Anglais, des moyens de secours pour continuer la guerre ?
R. Qu’il n’avoit point de correspondance directe avec le gouvernement anglais ; mais seulement avec le comte d’Artois, qui, à ce qu’il croit, étoit l’intermédiaire, et qu’il a reçu un convoi de munitions, en poudre, canons et fusils, qui fut débarqué sur la côte de Saint-Jean-de-Mont.

D. Etiez-vous en correspondance avec Stofflet ?
R. Rarement.

D. Quel étoit le but de votre correspondance ?
R. Que c’étoit de cimenter l’union entre eux.

D. Avez-vous quelquefois agi de concert avec lui depuis la pacification ?
R. Que non.

D. Aviez-vous quelques correspondances avec les Chouans ?
R. Qu’il n’avoit écrit que deux ou trois lettres à Scepeaux, dans le style honnête et familier.

D. Vos opérations militaires avoient-elles quelques corrélations avec celles des chouans ?
R. Que non.

D. Connoissiez-vous un centre d’autorité, qui réunit une domination commune sur vous et votre armée, sur celle de Stofflet, et sur celle des Chouans ?
R. Que non.

D. Aviez-vous quelques correspondances dans l’intérieur, en receviez-vous des moyens pour prolonger la guerre ?
R. Que non.

D. Quels étoient donc vos moyens pour continuer la guerre au moment où vous avez été pris ?
R. Qu’il n’avoit presque plus alors aucuns moyens, vu que les commandans de division s’étoient déjà rendus, et que ceux des paroisses rendoient les armes, ainsi que les soldats.

D. Quelle étoit l’organisation de l’armée que vous commandiez ?
R. Qu’elle étoit distribuée en 11 ou 12 divisions, et qu’il n’avoit d’officiers supérieurs dans son état-major, qu’un major général sans fonctions militaires, et deux approvisionneurs.

D. Quels étoient les chefs de division ?
R. MM. Fougaret, Guérin, Laroberie, Rézeau, Savin, Dabbaye, Lecouvreur, Dubois et Lemoine.

D. Aviez-vous des magasins de subsistances pour votre armée ?
R. Qu’il en avoit ; mais que les troupes républicaines s’en étoient emparées.

D. Aviez-vous des magasins d’armes et munitions de guerre ?
R. Que non.

D. Reste-t-il encore beaucoup de munitions et d’armes dans la Vendée ?
R. Qu’il n’en sait rien ; qu’on lui a pris tout ce qu’il avoit à l’entrepôt, et qu’il ignore les armes qui ont été rendues et celles qui restent au pouvoir des habitans.

D. Quel étoit l’esprit des habitans quelque temps avant votre arrestation ? Croyez-vous qu’ils fussent portés à continuer encore la guerre ?
R. Qu’il ne connoissoit pas l’esprit des habitans ; mais qu’il en avoit été abandonné.

D. N’avez-vous pas, depuis peu, donné des ordres au nom du roi, aux habitans de prendre les armes, sous peine d’être fusillés ?
R. Qu’il avoit fait cet ordre ; mais qu’il ne le rendit pas général.

D. Pourquoi après que vos rassemblemens furent dispersés par les troupes républicaines, et que les habitans vous eurent abandonné, n’avez-vous pas cherché à quitter le sol de la Vendée ?
R. Parce qu’il n’a pas voulu abandonner la cause qu’il soutenoit.

D. Avez-vous eu connoissance de l’assassinat commis sur le curé de la Rabatelière ?
R. Qu’il en a eu connoissance deux jours après qu’il a été commis ; mais qu’il l’a été à son insu.

D. Avez-vous quelques autres renseignemens à donner sur la guerre de la Vendée ?
R. Que non.

Lecture faite de son interrogatoire, a dit, que ses réponses contenoient vérité ; et néanmoins a rétracté la réponse faite à l’interrogat, portant : quels étoient les chefs de divisions ?

Julien Le Blant - Exécution du général de Charette

Le célèbre tableau de Julien Le Blant (1851-1936) représentant l’exécution du général de Charette
sur la place Viarme, à Nantes, le 29 mars 1796.

Publié dans:Memento, Vexilla Regis |on 29 mars, 2016 |1 Commentaire »

2016-17. Du 280e anniversaire de la mort de Jean-Baptiste Pergolèse.

1736 – 17 mars – 2016

Jean-Baptiste Pergolèse

Jean-Baptiste Draghi, dit Pergolèse

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

En ce 17 mars 2016, nous ne célébrons pas seulement la mémoire de Sainte Gertrude de Nivelles, céleste protectrice des chats (cf. > ici) – fête patronale que mon papa-moine n’a pas manqué de me fêter, vous le pensez bien ! – mais nous commémorons aussi le rappel à Dieu d’un jeune artiste de 26 ans, qui s’éteignit en ce jour il y a 280 ans : Jean-Baptiste Draghi, dit Pergolèse.
Ce surnom de PergolèsePergolesi en italien – lui vient de ce que sa famille était originaire de la ville de Pergola, dans les Marches.

Né le 4 janvier 1710, à Jesi, dans la province d’Ancône, Giovanni-Battista Draghi était un enfant remarquablement doué : ce pourquoi, à l’âge de 12 ans, il fut envoyé pour étudier au « Conservatoire des pauvres de Jésus-Christ » (Conservatorio dei poveri di Gesù Cristo) où il fut un élève brillant sous la férule de professeurs exigeants et réputés de l’école napolitaine de musique alors en pleine gloire. La formation musicale y était axée sur les beautés et les prouesses de l’opéra napolitain et de la polyphonie religieuse en vogue.
A sa sortie du Conservatoire, à l’âge de 21 ans (1731), porté par un véritable succès, Jean-Baptiste Pergolèse reçoit des commandes d’opéras et d’oeuvres religieuses : dès l’année suivante (1732), il est appelé à la charge de maître de chapelle du prince Ferdinando Colonna Stigliano, écuyer du vice-roi de Naples.

Je ne m’étends pas ici sur sa carrière et sur sa production musicale… fort courte, puisque dès l’année 1735 il commence à manifester les signes de la maladie qui va l’emporter : la tuberculose.
Au début de l’année 1736, alors qu’il vient tout juste de célébrer son 26e anniversaire, son état de santé l’oblige à se retirer hors de Naples : il est accueilli au couvent des Capucins de Pouzzoles.
Il compose là quelques dernières oeuvres religieuses pour l’église conventuelle des Pères Capucins ; et c’est aussi très probablement là qu’il a écrit la toute dernière, son Stabat Mater, commande du duc de Maddaloni, son mécène, qui lui aurait demandé cette oeuvre pour l’église napolitaine de la Vierge des Sept Douleurs (Santa Maria dei Sette Dolori), église dans laquelle le duc possédait une chapelle votive et où il faisait exécuter des œuvres religieuses chaque troisième dimanche de septembre (pour la solennité des Sept Douleurs de Notre-Dame).

Jean-Baptiste Pergolèse rend son âme à Dieu le 17 mars 1736, âgé de 26 ans deux mois et treize jours.

Dernier chef d’oeuvre d’un jeune compositeur qui a traversé le firmament de la musique baroque napolitaine avec la fulgurance d’une étoile filante d’un éclat particulier, le Stabat Mater de Pergolèse est bien justement l’un des plus célèbres du genre.
Sa renommée fut rapide à travers l’Europe baroque au point que plusieurs compositeurs de renom lui feront des emprunts, le reprendront ou l’adapteront. Pour n’en citer qu’un, et non des moindres : Jean-Sébastien Bach, dès 1740, dans sa cantate « Tilge, Höchster, meine Sünde » (BWV 1083).
En France, le « Manuscrit des Menus Plaisirs du Roy » en conserve aussi une transcription comportant quelques variantes.

En cette veille de la Commémoraison solennelle des Sept Douleurs de Notre-Dame, fête liturgique assignée au vendredi de la Passion, et qui est si importante pour le Refuge Notre-Dame de Compassion, il m’a semblé opportun de rappeler ce deux-cent-quatre-vingtième anniversaire et de vous offrir les enregistrements de deux interprétations de ce sublime Stabat Mater : le premier est un enregistrement public réalisé au Théâtre des Champs-Elysées le 27 janvier 2014, avec Andreas Scholl et Klara Ek, accompagnés par l’ « Academy of Ancient Music » ; le second restitue la version du « Manuscrit des Menus Plaisirs du Roy » évoquée ci-dessus, interprétée par « les Pages & les chantres de la Chapelle Royale » sous le direction d’Olivier Schneebeli.

Puisse cette écoute être pour vous, comme elle l’est pour nous au Mesnil-Marie, bien chers Amis, le support d’une méditation fervente à l’occasion de cette Commémoraison solennelle de la Compassion de Notre-Dame

Lully.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Coeur de Marie aux sept glaives

Publié dans:De liturgia, Memento, Prier avec nous |on 17 mars, 2016 |1 Commentaire »

2016-16. Procès-verbal de la comparution de Jean-Nicolas Stofflet devant la commission militaire qui l’a envoyé à la mort.

1796 – 25 février – 2016

* * *
220e anniversaire de l’exécution

de

Jean-Nicolas Stofflet

frise lys deuil

Jean-Nicolas Stofflet

C’est le 25 février 1796 vers 10 h du matin que Jean-Nicolas Stofflet fut fusillé à Angers, au Champ-de-Mars (aujourd’hui « jardin du Mail »), avec quatre compagnons d’armes.
J’ai déjà résumé la biographie de Stofflet dans les pages de ce blogue (voir > ici) et j’ai également publié le texte de la proclamation par laquelle il annonça la reprise des combats, à la fin de janvier 1796 (voir > ici).

Pour marquer le deux-cent-vingtième anniversaire de sa mort héroïque, je veux aujourd’hui publier le texte du procès-verbal de son interrogatoire devant la commission militaire qui l’a envoyé à la mort. Il est daté du « 5 ventôse an IV », c’est-à-dire du 24 février 1796, la veille de l’exécution.
Je le reproduis ci-dessous tel que je l’ai découvert dans l’ouvrage intitulé : « Correspondance secrète de Charette, Stofflet, Puisaye, et autres… ».

Ce livre, en deux tomes, a été publié à Paris, sans nom d’auteur chez F. Buisson – imprimeur libraire sis au n° 20 de la rue Haute-Feuille – , en « l’an VII de la république française » (note : l’an VII de la république va du 22 septembre 1798 au 22 septembre 1799) : sa parution a donc suivi de quelque deux années et demi seulement l’exécution de Stofflet.

Après avoir scanné l’incipit de cet interrogatoire, j’en ai recopié le texte complet en respectant l’orthographe et la ponctuation utilisées dans l’ouvrage.

A la lecture de ce procès-verbal, on est frappé finalement par l’insignifiance des questions posées : on a envie de dire que c’est une comparution de pure forme, puisque de toute manière, le verdict est connu d’avance et ne dépendra pas de cette comparution.

Lully.

frise lys deuil

Incipit de l'interrogatoire de Stofflet

Interrogé de ses noms, prénoms, âge, qualités et demeure ?
- A répondu s’appeler Nicolas Stofflet, âgé de 44 ans, natif de Luneville, département de la Meurthe, ci-devant province de Lorraine, d’aucun métier ; qu’il a servi pendant 18 ans, après lequel temps, il s’est retiré à Maulevrier, département de Maine-et-Loire.

Interrogé de ce qu’il faisoit au pays de Maulevrier ?
- A répondu, en qualité de garde-chasse, jusqu’à l’époque de la révolution, que depuis, il a fait la guerre, en prenant les armes contre la république jusqu’au moment que la pacification fut faite entre lui et les représentans du peuple.

Interrogé, si depuis la pacification faite avec les représentans, il n’a pas repris les armes contre la république, et s’il n’a pas, par une proclamation qui a la date d’environ un mois, engagé tous les royalistes et habitants du pays insurgé, à se réunir à lui pour marcher contre les républicains ?
- A répondu, qu’oui ; parce qu’on n’avoit pas tenu les conditions de la pacification, passée avec les représentans du peuple à Monglande (note *).

Interrogé au nom de qui il combattoit contre la république ?
- A répondu que c’étoit au nom du roi, c’est-à-dire, du premier homme qu’on auroit pu mettre sur le trône.

Interrogé s’il n’a pas provoqué la dissolution des armées républicaines, en faisant proposer aux chefs de cantonnemens ou garnisons, des appointemens considérables, s’ils vouloient passer au service du roi, sous le commandement de lui Stofflet ?
- A répondu que non ; d’ailleurs, ajoute-t-il, où voudriez-vous que j’aie pris de l’argent.

Interrogé en quelle qualité il commandoit dans les armées royales ?
- A répondu, en qualité de commandant, depuis le commencement.

Interrogé de nous dire les noms des principaux chefs qui servoient sous son commandement ?
- A répondu, qu’ils se nommoient Nicolas, de la commune de Cholet ; Nicolas Blin de Tousol ; Guichard, de Soloire.

Interrogé, si lorsqu’il a été arrêté dans la commune de la Poitevinière, il n’avoit pas le dessein, avec le rassemblement qu’il avoit ordonné, d’attaquer les postes, et sur lesquels il avoit jeté ses vues ?
- A répondu qu’oui ; et d’attaquer le poste qu’il auroit cru le plus foible ; et que le rassemblement qu’il avoit fait, pouvoit monter à 3 ou 400 hommes.

Interrogé, quelles fonctions remplissoit Bernier, ci-devant curé ?
- Celle de commissaire général, et que sa demeure habituelle étoit au Lavoir.

Interrogé où il prenoit ses munitions, s’il n’avoit pas des agens dans les villes environnantes le pays insurgé, ou dans celle qui sont au milieu du pays occupé par les troupes républicaines ?
- A répondu, qu’il les achetoit du premier venu, c’est-à-dire, des habitans du pays, qui s’en procuroient dans différens endroits ; qu’il n’avoit point d’agens dans les villes environnantes le pays insurgé ; que la poudre qu’il achetoit n’étoit point en cartouches.

Interrogé quelles fonctions remplissoient auprès de lui les cinq autres accusés ?
- A répondu qu’ils n’en remplissoient aucune, à l’exception de Moreau, qui étoit son domestique.

Interrogé combien il avoit de chevaux, et où ils étoient, quand lui accusé a été arrêté ?
- A répondu qu’ils étoient dans différentes métairies, et qu’il en avoit particulièrement deux dans la forêt de Vézin.

Interrogé s’il n’avoit pas une caisse militaire, et où elle étoit déposée ?
- A répondu qu’il n’en avoit point, parce qu’il ne soldoit point ses troupes.

Interrogé pourquoi, lorsqu’il a été arrêté, il s’est révolté contre la troupe, qui avoit été pour s’emparer de lui ?
- A répondu que c’étoit pour se faire tuer sur le champ.

Lecture à lui faite de l’interrogation, a dit ses réponses contenir vérité, et a signé avec nous et le citoyen Crolbo, que le conseil a choisi pour secrétaire.

Signé : STOFFLET, et CROLBO, secrétaire.

Signature de Stofflet

Note * : Monglande = mauvaise graphie de « Mont-Glonne », qui était le nom par lequel avait été rebaptisée la paroisse de Saint-Florent le Vieil pendant la période révolutionnaire. On se souvient que Stofflet avait refusé de signer le traité de pacification à La Jaunaye, le 17 février 1795. Il n’avait accepté cette pacification qu’à contre-coeur et plus tard : c’est à Saint-Florent le Vieil, le 2 mai 1795 qu’il avait finalement signé la paix.

frise lys deuil

Publié dans:Memento, Vexilla Regis |on 24 février, 2016 |Pas de commentaires »

2016-13. L’allocution consistoriale « Gravissimum » du 21 février 1906.

Samedi des Quatre-Temps de printemps 20 février 2016 ;
Anniversaire de l’exécution d’Andreas Hofer (cf. > ici).

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Il semblerait que, en France, les catholiques sont désormais tellement habitués à la loi du 9 décembre 1905, dite loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, qu’ils n’en voient plus du tout la malice, ni la grave offense à Dieu et à Ses droits qu’elle représente.
De nos jours, il y a même des prêtres, des évêques et des cardinaux, qui invoquent cette loi inique, conçue dans les loges maçonniques en vue d’affaiblir l’Eglise, dans le but de revendiquer « une saine laïcité » ! Ils me font penser à des dindes qui manifesteraient contre toute modification du menu traditionnel de Noël.

A l’occasion de son cent-dixième anniversaire, j’ai donc résolu aujourd’hui de publier ci-dessous le texte complet de l’allocution consistoriale « Gravissimum » (21 février 1906) par laquelle le Pape Saint Pie X, dix jours après l’encyclique « Vehementer nos » (11 février 1906), a élévé de solennelles protestations contre la loi du 9 décembre 1905 : rien ne vous empêche, bien sûr, de vous plonger (ou replonger) dans le texte de l’encyclique (voir la note 2 en bas de page), mais le texte de l’allocution reproduit ci-dessous en constitue une sorte de résumé, plus facile à lire et à retenir.
On notera que c’est véritablement en vertu de son autorité apostolique que Saint Pie X s’est exprimé, ce qui signifie que cette condamnation requiert un assentiment entier de la part des fidèles de la Sainte Eglise.

Que Dieu nous fasse miséricorde, qu’Il aie pitié de la France, et qu’Il nous donne la grâce de travailler à sa conversion et à son relèvement !

Lully.

Avertissement : Les notes explicatives, tout comme la retranscription de certains passages en caractères gras, sont de notre fait.

Tiare et clefs de Saint Pierre

Saint Pie X

Allocution Gravissimum
prononcée au consistoire du 21 février 1906
par le Pape Saint Pie X.

Vénérables Frères,

Ayant à remplir un acte très grave de Notre charge apostolique, Nous vous avons aujourd’hui convoqués.

Nombreuses sont les amertumes et les injustices infligées chaque jour, dans cette tempête désastreuse, à l’Église et à Nous, qui, malgré notre indignité, la gouvernons comme vicaire de Jésus-Christ. Mais Nous souvenant néanmoins de la patience de ce même Jésus-Christ et confiant dans Ses promesses certaines, Nous Nous efforçons de supporter l’adversité avec mansuétude ; afin que, comme Lui, Nous marchions dans l’espérance de la gloire des fils de Dieu.
Mais l’offense infligée naguère (1) à l’Église et à Nous est si grave et si violente que Nous ne pouvons la passer sous silence, et, le voudrions-Nous, Nous ne pourrions la taire sans manquer à notre devoir.

Rappel du droit et des faits

Vous devinez, Vénérables Frères, que Nous voulons parler de cette loi absolument inique, ourdie pour la ruine du catholicisme, qui vient d’être promulguée en France en vue de la séparation de l’État d’avec l’Église.

Notre récente Encyclique adressée aux évêques, au clergé et au peuple français (2) a montré pleinement combien cette loi est odieuse et contraire aux droits de Dieu et de l’Église. Mais pour ne négliger en aucun point Notre charge apostolique, Nous Nous proposons de préciser et de confirmer solennellement, en votre présence auguste, ce que Nous avons dit.

En effet, pouvons-Nous ne pas réprouver cette loi, lorsque son titre même montre sa malice et la condamne ?
Il s’agit, Vénérables Frères, de séparer violemment l’État de l’Église. Donc, telle qu’elle est, elle tend au mépris du Dieu éternel et Très-Haut, puisqu’elle affirme qu’aucun culte ne Lui est dû par l’État. Or, Dieu n’est pas seulement le Seigneur et le Maître des hommes considérés individuellement, mais Il L’est aussi des nations et des États ; il faut donc que ces nations et ceux qui les gouvernent Le reconnaissent, Le respectent et Le vénèrent publiquement.

Si l’oubli de ce devoir et ce divorce sont partout injurieux pour la majesté divine, ils sont en France une ingratitude plus grande et un malheur plus funeste.

Car si l’on considère en toute vérité l’ancienne gloire de la France, on reconnaîtra qu’elle lui vient en majeure partie, et de beaucoup, de la religion et de l’union constante avec le Saint-Siège, qui en découlait. De plus, cette union de l’Église et de l’État était sanctionnée en France par un pacte solennel (3).

Or, ce qui ne se ferait pour aucun État, si petit qu’il fût, on l’a fait pour le Siège apostolique, dont l’autorité et l’importance sont si grandes dans le monde.

En effet, au mépris de tout devoir d’urbanité, contrairement au droit des gens et aux règles des États, ce pacte, si solennel et si légitime, a été déchiré sans aucune déclaration préalable de la volonté de le rompre, par le fait d’une des parties seulement, sans égard à la foi jurée.

Et maintenant, si nous examinons la teneur même de la loi, qui ne voit que le fait de sa proposition détruit la constitution même par laquelle Jésus-Christ a façonné l’Église qu’Il a acquise par Son sang ?

Ainsi, on n’y trouve aucune mention du Pontife Romain ni des évêques. Au contraire, toute l’administration et toute la surveillance du culte public sont remises à des associations de citoyens (4) auxquelles seules, dans tout le domaine religieux, la république reconnaît des droits civils. Et si quelque contestation s’élève entre elles, ce n’est pas par les évêques ni par Nous que le litige sera jugé et tranché, mais par le Conseil d’État.

Après l’adoption de cette loi, ce qu’il faut penser, Vénérables Frères, de la liberté de l’Église, Nous l’avons exposé plus amplement dans la Lettre Encyclique rappelée plus haut (2).

Mais ici Nous dirons en résumé que, d’un côté, les évêques ne peuvent plus régir le peuple chrétien dans la pleine souveraineté de leur charge, de l’autre, on enlève au peuple chrétien le droit très sacré de professer librement sa religion ; enfin, l’action de l’Église sur la société est affaiblie sur de nombreux points ou tout fait entravée.

Or, cette violation des droits et cette diminution de liberté s’aggravent encore de ce fait que l’Église, par le seul pouvoir de la loi, au mépris de la justice et nonobstant la foi des traités, est troublée dans la légitime possession de son patrimoine.

Quant à la République, elle se délie de toute obligation de subvenir aux dépenses annuelles de la religion, dépenses que, par une convention, elle avait prises à sa charge en compensation de la spoliation officielle (5).

Condamnation sans appel

Après vous avoir fait, en raison de l’importance du sujet, ces communications, Nous rappelant les devoirs de la charge apostolique par laquelle Nous sommes tenu de protéger et de défendre par tous les moyens les droits sacrés de l’Église, Nous prononçons solennellement en votre auguste assemblée Notre sentence sur cette loi.

En vertu de la suprême autorité dont Nous jouissons comme tenant la place du Christ sur la terre, Nous la condamnons et réprouvons comme injurieuse au Dieu très bon et très grand, contraire à la divine constitution de l’Église, favorisant le schisme, hostile à Notre autorité et à celle des pasteurs légitimes, spoliatrice des biens de l’Église, opposée au droit des gens, ennemie du Siège apostolique et de Nous-même, très funeste aux évêques, au clergé et aux catholiques de France ; Nous prononçons et Nous déclarons que cette loi n’aura jamais et en aucun cas aucune valeur contre les droits perpétuels de l’Église.

Paternelle sympathie

Et maintenant, Notre cœur se tourne vers la nation française ; avec elle, Nous sommes affligé ; avec elle, Nous pleurons. Que personne ne pense que Notre amour pour elle s’est refroidi parce que Nous avons été si amèrement traité. Nous songeons avec douleur à ces Congrégations privées de leurs biens et de leur patrie (6). Nous voyons avec une paternelle inquiétude des multitudes d’adolescents réclamant une éducation chrétienne. Nous avons devant les yeux les évêques, Nos Frères, et les prêtres jetés au milieu des tribulations et exposés à des maux plus graves encore. Nous chérissons les fidèles opprimés sous cette loi ; Nous les embrassons d’un cœur paternel et plein d’amour.

L’audace et l’iniquité des méchants ne pourront jamais effacer les mérites acquis par la France, durant le cours des siècles, envers l’Église. Notre espoir est que ces mérites s’accroîtront encore quand les temps seront redevenus paisibles. C’est pourquoi Nous exhortons Nos Fils chéris à ne pas se décourager ni se laisser abattre par les épreuves et les difficultés des temps. Qu’ils veillent, fermes dans la foi ; qu’ils agissent virilement, se rappelant la devise de leurs ancêtres : Christus amat Francos (7). Le Siège apostolique sera toujours près d’eux, ne laissant jamais la Fille aînée de l’Église réclamer inutilement les secours de sa sollicitude et de sa charité.

Armoiries de Saint Pie X

Notes :
1) La loi dite de séparation de l’Eglise et de l’Etat a été votée le 9 décembre 1905, soit deux mois et demi avant cette allocution.
2) L’encyclique « Vehementer nos », datée du 11 février 1906 (10 jours avant ce discours devant l’ensemble des cardinaux). On en trouvera le texte complet > ici.
3) Le « pacte de Reims », au baptême de Clovis, qui a fait naître la France de l’union sacrée de la Royauté franque avec le catholicisme.
4) La loi du 9 décembre 1905 ordonne la création d’association cultuelles, régies par des laïcs, auxquelles sera dévolue l’administration des biens des Eglises.
5) La loi de 1905 abolit le traitement versé par l’Etat aux ministres du Culte : or ce « salaire » des prêtres par l’Etat, en France, avait été établi au moment du concordat de 1801 pour compenser le vol – car c’en était un – des biens du clergé, lors de la grande révolution. En 1801, l’Eglise avait donc accepté de ne pas réclamer la restitution des biens qui lui avaient été volés, et qui avaient assuré jusqu’à la révolution la subsistance des ecclésiastiques et le fonctionnement des oeuvres éducatives et caritatives de l’Eglise de France, contre la promesse de voir ses ministres payés par l’Etat. La loi de 1905 renouvelle donc en quelque manière le vol perpétré à la révolution.
6) Depuis 1880 et jusqu’à cette loi du 9 décembre 1905, la troisième république n’a cessé de persécuter l’Eglise catholique par une surenchère de lois visant à limiter par tous les moyens l’influence de l’Eglise dans la société : en particulier par des lois de plus en plus sévères contre les congrégations religieuses qui contraignirent un grand nombre de religieux, spoliés de leurs couvents, à prendre la route de l’exil.
7) Christus amat Francos : le Christ aime les Francs (prologue de la Loi salique).

Tiare et clefs de Saint Pierre

2016-6. « Celui qui fut à sa manière un sillon de lumière et dont la voix reste en quelque sorte la messagère du salut de la France… »

Voici le texte de l’Eloge funèbre de Sa Majesté le Roi Louis XVI qui a été prononcé ce 21 janvier 2016 par le Révérend Père Augustin Pic o.p. (cf. > ici) au cours de la Sainte Messe de Requiem célébrée à la Basilique-nécropole royale de Saint-Denys.

Nous sommes infiniment reconnaissants au Révérend Père Pic de nous en avoir communiqué le texte avec célérité et de nous avoir très amicalement autorisés à le publier.

Nous souhaitons très vivement que ce non seulement très beau, mais surtout très profond enseignement ne fasse pas l’objet d’une lecture superficielle, mais qu’il soit lu et relu, approfondi et médité, en raison de l’excellence des vérités qu’il transmet avec autant d’élévation et de vigueur.

frise lys

Statue de S.M. le Roi Louis XVI dans le déambulatoire de la basilique de Saint-Denys

Orant de Sa Majesté le Roi Louis XVI
dans le déambulatoire de la Basilique royale de Saint-Denys

Oraison funèbre de Louis XVI

Saint-Denis, jeudi 21 janvier 2016

Tantus labor non sit cassus …

Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Ainsi soit-il.

A mesure que l’ancien fatalisme perdait de sa force, on pensa que les grands malheurs ont pour cause le libre choix des individus. Et, certes, à regarder ce que la raison, l’expérience et la Révélation enseignent, là est bien la vérité. Mais à considérer par ailleurs les complexités de l’Histoire, on ne saurait ignorer que tout ce qui arrive, en bon autant qu’en mauvais, résulte aussi des déterminismes, que produiront toujours en se compénétrant, et le mouvement du temps qui passe et l’enchaînement des effets à leurs causes. De sorte que nous pâtissons aujourd’hui d’erreurs, sottises ou méchancetés de nos Pères où nous n’eûmes aucune part, tout en commettant celles que nos enfants ou neveux à naître auront à supporter demain, sans avoir pu y mettre du leur. Et ce mal, sachons-le, durera dans la chair de péché qui est nôtre jusqu’à la fin du monde. Ainsi, sans le ravage du Palatinat par Louis XIV puis les guerres criminelles de Bonaparte, aurions-nous eu l’horrible Premier conflit mondial ? Mais sans les décisions irréfléchies des vainqueurs de 1918 d’une part, l’affligeante République de Weimar de l’autre, aurions-nous connu le sommet d’ignominie que fut le régime hitlérien ? Ou encore, sans l’oppression des masses ouvrières par une industrialisation anarchique dont s’indignait si justement notre pieux Henri V, aurions-nous eu le Communisme et par lui, autant qu’avec le Nazisme, des forfaits presque impossibles à décrire et à dénombrer ?

Sentir assez cette conspiration des libertés délinquantes et des déterminismes historiques dut être, dès avant la Révolution et pendant, une souffrance bien grande et un impératif de dévouement bien fort pour le chef-né de la France. Chrétiens, c’est là ce que dut vivre, à l’intime et jusqu’à la mort

TRES HAUT, TRES PUISSANT,

TRES EXCELLENT PRINCE

LOUIS XVI

ROI de FRANCE et de NAVARRE.

Lorsque le futur monarque vint au monde, tout en un sens était déjà consommé puisque le mal avait commencé bien avant lui. En un autre, la puissance de la grâce et la part restée bonne en l’homme après le péché d’Adam étant à jamais le ferment de tous les renouveaux, tout demeurait possible. Aussi montrerai-je d’abord quelle conscience eut Louis de la perversité de son siècle, et non seulement de son siècle mais des deux qui l’avaient préparé ; je dirai ensuite et surtout quelle espérance contre toute espérance il garda en Dieu et en ses chers Français, et quelle leçon il laisse ainsi, à tous les cœurs désireux aujourd’hui encore de s’élever eux-mêmes et d’élever autrui.

I

Dans le premier temps de sa réflexion sur la crise révolutionnaire, soit dès 1789, l’abbé Barruel expliqua celle-ci non, comme à partir de 1792, par le fameux triple complot, philosophique, maçonnique et illuministe mais par la seule philosophie du XVIIIe siècle. Loin de s’en tenir là toutefois, c’est ultimement par une décadence du clergé, et déjà bien ancienne, qu’il expliqua ce philosophisme même et son dessein de détruire, ou d’asservir au moins, le Trône et l’Autel.

Remontons plus haut, donc. Des historiens ultérieurs ont assez montré l’ébranlement de la conscience individuelle et collective que produisirent les guerres religieuses du XVIe siècle, guerres dont l’origine fut, avouons-le, dans les scandales de la finissante Eglise médiévale presque autant que dans les erreurs de Luther. Et de là quel désenchantement, cynique et libertaire, habita ces jeunesses « d’après-guerres de religion » qui fleurirent entre 1580 et 1650, et quel sentiment d’une faillite radicale de la Chrétienté, injuste au fond mais vraisemblable à vues seulement humaines, anima tout ce qui prétendit, dès le temps d’Henri IV et de Louis XIII, préparer un avenir meilleur. Et c’est dans les horreurs d’une guerre de Trente Ans, aussi religieuse en son fond qu’au siècle précédent, plus tard encore dans l’interminable querelle de la grâce et dans celle du pur amour, dont le Christianisme sortit durablement ridiculisé aux yeux des mondains qu’il devait convertir, enfin dans l’échec, au tournant de 1700, de la réunion tant attendue des Eglises qui sembla consacrer à jamais la rupture du XVIe siècle et le relativisme religieux, c’est dans ces faits, dis-je, et bien d’autres, que l’incertitude et l’errance des cœurs et des esprits, souvent respirées dès la naissance et absorbées dès le lait maternel, trouvèrent leur irréversible aggravation.

En voici pour symbole, le Régent, d’après l’abbé Proyart, historien contre-révolutionnaire, et contemporain si méconnu, de l’abbé Barruel : « Dans l’emportement de ses passions, écrit-il, il prétendait que la conscience n’était qu’une chimère mais … il en était sans cesse obsédé, et plus cruellement les jours consacrés aux plus saints mystères de la Religion. La monstrueuse affectation qu’il mettait à profaner ces jours … trahissaient visiblement mais ne guérissait pas les frayeurs secrètes dont le retour de ces solennités remplissaient son cœur coupable ». Voyez, donc, chez un seul, ce vertige intérieur de toute une société, chrétienne encore par le fond, mais que l’air du temps pervertit et entraîne presque malgré soi au pire ; voyez l’enchevêtrement des libres décisions mauvaises, et d’un état d’empêchement au bien, où une sorte d’hérédité de la rébellion jetait la conscience française. Comment ne pas penser alors aux paroles de Dieu selon Son Prophète, reprises par Jésus-Christ Lui-même : Je les ai aveuglés pour qu’ils ne voient pas, sinon ils comprendraient et se convertiraient. Mystérieux croisement des choix humains et des dispositions divines.

Quelle exacte perception eut Louis XVI d’un pareil état ? Moraliste, il n’ignora pas la force subversive des passions charnelles lorsqu’elles entendent substituer un ordre temporel humain à celui que Dieu veut. Historien et politique, il sut quels maux les clergés attiédis ou dévoyés et les querelles religieuses valent à tous les royaumes. Sans doute pensa-t-il à ce sujet comme Louis XIV dans ses Mémoires et Réflexions au Grand Dauphin, document dont il remit personnellement le manuscrit au général de Grimoard, en 1785, pour qu’il fût publié : « L’Eglise, disait le grand roi, sans compter ses maux ordinaires, après de longues disputes sur des matières … dont on avouait que la connaissance n’était nécessaire à personne pour le salut, les différents s’augmentant chaque jour avec la chaleur et l’opiniâtreté des esprits, et se mêlant sans cesse à de nouveaux intérêts humains, était enfin ouvertement menacée d’un schisme par des gens d’autant plus dangereux qu’ils pouvaient être très utiles, d’un grand mérite, etc. ».

Bref, quoi qu’il en soit de ses limites ou de ses erreurs, Louis XVI eut conscience du mal, très désolé de l’abaissement moral et spirituel de ses peuples et de la perte de ce qu’on appelait en ce temps-là l’esprit public, c’est-à-dire de tout souci pour le bien commun, temporel et éternel.

 

II

Formé politiquement et spirituellement, ce prince professait, au moins d’intention et pour l’essentiel, une juste conception de l’humain, une anthropologie chrétienne, et en ce sens, l’homme des Lumières qu’il fut indubitablement n’en demeura pas moins jusqu’à sa fin à l’opposé de ces Lumières, qui réduisaient et réduisent encore aujourd’hui le sommet, que nous sommes, de toute la création visible, à n’être qu’animal et machine, à n’exister que pour la chair et la sensualité.

Ce chrétien, donc – et mûri par l’épreuve – regardait l’homme comme à la fois déterminé par ses contextes dans l’espace et dans le temps, la seule liberté pure et absolue étant Dieu, et libre par nature et sous la grâce. De sorte que ce Fils de saint Louis, ultimement désabusé, ultimement résigné, osons dire même ultimement et intimement usé, garda j’en suis sûr, et emporta dans cette mort qui, nous le souhaitons, le fit monter au ciel, la certitude que la victoire sur tous les déterminismes d’une part et toutes les perversions de l’autre est, de par Dieu, et demeure, une possibilité et une vocation, une grâce et un devoir. Et de nos jours, où plus rebelles sont les libertés et plus oppressants que jamais ces déterminismes, à un point que ni lui ni personne en son temps n’eussent imaginé ou conçu, pareille vérité ne laisse pas de s’imposer à nous avec une force nouvelle.

Dans la tristesse de ses derniers temps, Louis XVI apparaît donc, majestueux et humble, en rien moins qu’en homme et en roi de l’espérance. Si en effet la formule « Le roi ne meurt pas en France » fut, à la veille de la mort, sa dernière profession monarchique, elle exprima aussi sa certitude qu’au fond de nous resteront toujours, tant qu’il y aura une France, l’amour et la nostalgie de celui qui doit l’incarner. Au cœur d’un Français, non, la figure royale ne saurait mourir.

Mais il y a plus. En disculpant le Peuple du sacrilège que fut le régicide, il entrevit la permanence de son Christianisme au-delà du bouleversement ou de la cessation de la Chrétienté. Et le cours même de la Révolution lui donnera raison, car la Terreur, on le sait trop peu, s’explique en partie par la furie que suscita, vigoureuse, la résistance sacerdotale et laïque d’une religion que les naïfs ou les menteurs disaient usée par tant de siècles. Or, pour avoir alors donné si grand nombre de saints et de martyrs, pour avoir opéré par la suite un relèvement spirituel comme celui dont s’honore le XIXe siècle, ne fallait-t-il pas que quelque chose de la Foi fût resté intact dans les entrailles de la Nation ? Et pour avoir suscité récemment encore les protestations que l’on sait, de toute une jeunesse, contre les lois que l’on sait, ne faut-il pas que, par un côté, la France tienne encore et toujours, trop peu mais réellement, aux promesses d’un Baptême qui fut mystérieusement le sien autant que celui de Clovis ? Oui, Louis XVI resta, dans l’insondable chagrin des derniers mois de sa monarchie puis de sa vie, l’homme de l’espérance, et c’est à ce titre, plus qu’à bien d’autres peut-être, qu’il garde un droit, le droit, par-delà plus de deux cents ans, à notre gratitude, à notre vénération et, dans la personne de son successeur, à notre fidélité.

Cédons la péroraison, bien chers Frères, à Mgr Freppel, grand évêque si justement apprécié d’Henri V. Car les paroles vibrantes qu’il prononça en 1873, quelques mois seulement avant l’affaire du drapeau, disent bien, quatre-vingts ans presque jour pour jour après le triste 21 janvier, le fond du cœur de celui que nous commémorons : « Le plus grand des malheurs pour un siècle ou pour un pays, c’est l’abandon ou l’amoindrissement de la vérité. On peut se relever de tout le reste ; on ne se relève jamais du sacrifice des principes. Les caractères peuvent fléchir à des moments donnés et les mœurs publiques recevoir quelque atteinte du vice ou du mauvais exemple mais rien n’est perdu tant que les vraies doctrines restent debout dans leur intégrité. Avec elles, tout se refait tôt ou tard, les hommes et les institutions, parce qu’on est toujours capable de revenir au bien lorsqu’on n’a pas quitté le vrai. Ce qui enlèverait jusqu’à l’espoir même du salut, ce serait la désertion des principes, en dehors desquels il ne se peut rien édifier de solide et de durable. Aussi le plus grand service qu’un homme puisse rendre à ses semblables, aux époques de défaillances ou d’obscurcissement, c’est d’affirmer la vérité sans crainte, alors même qu’on ne l’écouterait pas car c’est un sillon de lumière qu’il ouvre à travers les intelligences, et si sa voix ne parvient pas à dominer les bruits du moment, du moins sera-t-elle recueillie dans l’avenir comme la messagère du salut ». Voilà ce qu’on peut lire dans le Panégyrique de saint Hilaire, du 19 janvier 1873.

Que celui qui fut à sa manière un sillon de lumière et dont la voix reste en quelque sorte la messagère du salut de la France, alors même qu’après le bien on en vient désormais à quitter aussi le vrai, soit pour elle et pour chacun de nous s’il a plu à Dieu de le mettre en cette position, un puissant intercesseur, au côté du saint roi de sa dynastie et sous le manteau de la Vierge de l’Assomption, notre Mère et Patronne à jamais.

Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Ainsi soit-il.

Armes de France - Vitrail de l'une des cryptes de Saint-Denys

Grandes armes de France
(vitrail dans l’une des cryptes de la Basilique royale de Saint-Denys)

frise lys

Tous les textes relatifs à Sa Majesté le Roi Louis XVI et à son martyre
publiés dans les pages de ce blogue :
- Un récit des dernières heures du Souverain ici
- Le testament de Louis XVI ici

- Son voeu au Sacré-Coeur ici
- Maximes et pensées de Louis XVI ici
- La complainte « Louis XVI aux Français » ici
- L’allocution consistoriale du Pape Pie VI sur le martyre de Louis XVI ici
- L’oraison funèbre de Louis XVI prononcée à Rome devant le Pape ici
- Le récit de l’exhumation des restes de Louis XVI et Marie-Antoinette en janvier 1815 – à partir d’ ici
- Le transfert des dépouilles royales à Saint-Denis (21 janvier 1815) ici
- Les funérailles solennelles des Souverains martyrs le 21 janvier 1815 ici
- La publication de la correspondance et des récits de l’abbé Edgeworth (Rd.P. Augustin Pic) > ici
- La Messe de Requiem composée par Cherubini à la mémoire de Louis XVI (20 janvier 1816) ici

Publié dans:Lectures & relectures, Memento, Vexilla Regis |on 22 janvier, 2016 |2 Commentaires »

2016-5. Abbé Edgeworth de Firmont : correspondance, récits, lettres inédites.

frise lys

Plutôt que de dire que « nous lisons », il est plus exact de dire que « nous étudions » en ce moment, au Mesnil-Marie, le gros volume (presque 600 pages), que le Révérend Père Pic o.p. - bien connu pour sa sûreté doctrinale, théologique et politique – a fait paraître aux éditions du Cerf en 2013.

Cet ouvrage est remarquable à plus d’un titre : d’une part il réunit tous les écrits actuellement connus sortis sous la plume de l’Abbé Edgeworth de Firmont, ce prêtre dont la mémoire reste à jamais bénie pour le ministère qu’il accomplit auprès de Sa Majesté le Roi Louis XVI les 20 et 21 janvier 1793 ; mais d’autre part, à travers une longue et rigoureuse introduction, puis par des notes précises, il nous permet d’entrer  de manière exacte dans l’univers de cet ecclésiastique et d’en saisir au mieux toute l’envergure et l’importance, qui ne se réduit pas à sa seule présence auprès du Roi-martyr à l’instant suprême.

Un ouvrage qui devrait figurer dans toutes les bibliothèques de ceux qui s’intéressent au vrai visage de la révolution et qui vénèrent la famille royale immolée.
Un ouvrage qui ne doit pas seulement être bien placé sur une étagère, mais qu’il convient de lire plus d’une fois, d’approfondir et même, en certains passages, de méditer assidûment afin de se bien pénétrer de toute sa richesse historique et spirituelle.

Edgeworth Pic

Abbé Edgeworth de Firmont : « Correspondance, récits, lettres inédites »
Edition établie, présentée et annotée par le Rd. Père Augustin Pic op
(Ed. du Cerf – 2013)

Quatrième de couverture :

Les brefs mémoires et la correspondance de l’abbé Edgeworth de Firmont, ultime confesseur de Louis XVI, ont été publiés presque huit ans après sa mort en 1807, sous la Restauration. L’essentiel en a été repris en Angleterre, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, dans une petite monographie traduite en France à l’occasion du bicentenaire de la Révolution. Ces textes et cette étude n’avaient toutefois donné lieu à aucune approche historique de fond. La découverte d’une trentaine de lettres manuscrites nous a donné l’occasion de reprendre l’ensemble de ces textes pour les faire mieux connaître.
On trouvera réunis ici les textes de 1815 et 1818, dont la Relation des derniers instants du Roi et ces lettres nouvelles sont aussi intéressantes sur la vie et l’esprit de leur auteur qu’utiles pour vérifier l’authenticité des pièces déjà publiées. L’introduction fait état des connaissances sur le personnage, par la mise en lumière de ses réseaux de relations et d’amitiés en France, en Irlande, en Angleterre et ailleurs, de son statut institutionnel dans l’Eglise de Paris pendant la crise révolutionnaire (historiquement douteux avant ces nouvelles lettres), de son lien à la famille royale aux Tuileries puis au Temple, de ses fonctions auprès de Louis XVIII émigré, de ses convictions sur le rapport du politique et du religieux, et de sa spiritualité.
Cette première étude sur un homme dont le souvenir qu’on en garde se réduit le plus souvent au célèbre « Fils de saint Louis, montez au ciel », qu’il ne se souvenait plus d’avoir prononcé un certain 21 janvier 1793, permet aussi d’entrevoir quelques personnalités, maintenant bien oubliées, du clergé contre-révolutionnaire.

Augustin Pic, dominicain, docteur en théologie de l’université de Strasbourg, est enseignant en spiritualité à l’université catholique de l’Ouest (Angers).

Abbé Henri Essex Edgeworth de Firmont

frise lys

Tous les textes relatifs à Sa Majesté le Roi Louis XVI et à son martyre
publiés dans les pages de ce blogue :
- Un récit des dernières heures du Souverain > ici
- Le testament de Louis XVI > ici

– Son voeu au Sacré-Coeur > ici
– Maximes et pensées de Louis XVI > ici
– La complainte « Louis XVI aux Français » > ici
– L’allocution consistoriale du Pape Pie VI sur le martyre de Louis XVI > ici
– L’oraison funèbre de Louis XVI prononcée à Rome devant le Pape > ici
– Le récit de l’exhumation des restes de Louis XVI et Marie-Antoinette en janvier 1815 – à partir d’ > ici
– Le transfert des dépouilles royales à Saint-Denis (21 janvier 1815) > ici
– Les funérailles solennelles des Souverains martyrs le 21 janvier 1815 > ici
– La Messe de Requiem composée par Cherubini à la mémoire de Louis XVI (20 janvier 1816) > ici

Publié dans:Memento, Nos amis les Saints, Vexilla Regis |on 20 janvier, 2016 |1 Commentaire »

2016-4. La poussière transfigurée dansera dans ton soleil !

2001 – 19 janvier – 2016

Quinzième anniversaire du rappel à Dieu
de

Gustave Thibon.

frise

A l’occasion du quinzième anniversaire du rappel à Dieu de Gustave Thibon (19 janvier 2001), j’ai résolu de publier ci-dessous l’un de ses poèmes.

Cela surprendra peut-être plus d’un de mes lecteurs habituels : en effet, malgré le fait que deux recueils de poèmes figurent en bonne place dans ses bibliographies complètes, on a souvent tendance à oublier que Gustave Thibon était épris de poésie, qu’il goûtait fort les oeuvres d’un très grand nombre de poètes et qu’il connaissait par coeur une quantité prodigieuses de vers (et dans plusieurs langues).
Thibon est en vérité un orfèvre de la langue française. Les aphorismes qui constituent la majeure partie de son oeuvre sont ciselés comme de purs et fins joyaux ; ils témoignent au plus haut point d’une maîtrise parfaite des sons et du rythme des mots et des phrases, et de leur puissance évocatrice. N’est-ce pas là justement l’essence de la poésie ?
Dans la présentation qui figure sur la quatrième de couverture du recueil « Offrande du soir », publié en 1946 chez Lardanchet, on trouve ces deux phrases admirables : « (…) Le poète est celui qui crée de nouveaux rapports entre les choses et nous, qui nous les fait voir comme nous ne les avions jamais vues encore, dans une sorte de contact ineffable. Par son pouvoir de rayonnement, la poésie nous conduit à une plus vaste compréhension de nous-même et du monde et jusqu’au mystère de l’être»
Comme cette définition du poète et de son oeuvre correspond bien à la personne et aux écrits de Gustave Thibon !

Le poème « Deus omnium » est le quatrième de la deuxième partie de ce petit recueil : écrit en vers libres (comme d’ailleurs tous les poèmes qui y figurent), il n’a rien à voir avec le romantisme, le sentimentalisme ou la mièvrerie badine auxquels on assimile souvent la poésie. Nous nous trouvons ici dans une forme de poésie qui, si elle est intimiste, n’en est pas moins exactement métaphysique.
En moins d’une vingtaine de lignes, c’est une sorte d’expérience intérieure d’une rare densité qui est exprimée et qui, si elle devait faire l’objet d’explications et de commentaires requerrait plusieurs épais volumes : la vérité de l’homme y est mise en lumière, tandis que dans l’ombre se devine la vérité de Dieu.
Théologie apophatique faite poème !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

frise

Gustave Thibon

DEUS OMNIUM

Dans le coeur de l’homme, j’ai vu la fange et la corruption,
Et mon espoir en l’homme a pleuré, mais n’a pas fléchi :
La vie bourdonne au sein de la pourriture, une eau vierge dort dans la fange !
- Dans le coeur de l’homme, j’ai vu aussi la poussière,
Poussière de vice et de vertu, résidu neutre et stérile du bien et du mal…
Alors, j’ai tremblé pour l’homme,
L’image de l’homme a brouillé mon coeur comme une nausée.
- Attitudes, mensonges émoussés, sang tourné en salive, échanges solennels de fausse monnaie, prudence creuse en quête d’un ordre éteint – cette cendre s’amoncelle et monte, elle comble l’urne humaine ;
Là, aucune vie ne peut trouver sa pâture – pas même la mouche de l’ordure, pas même le ver du remords.
- Je ne crains pas la fange, je crains la poussière !
Allons ! La nausée n’est pas un verdict intégral. L’homme est injuste et fermé, traître au Oui suprême, idolâtre par omission, qui n’a pas surmonté son plus quotidien, son plus réfractaire hoquet.
La poussière aussi t’appartient, Seigneur, la poussière aussi chantera ta gloire !
Ton amour a des secrets qui fécondent même les entrailles absentes de la vanité !
- Un coup de balai de ta justice qui bouleverse l’ordre mort des poudreux atomes,
Puis un rayon de ta pitié sur la vitre humaine,
Et la poussière transfigurée dansera dans ton soleil !

Gustave Thibon, in « Offrande du Soir », éditions Lardanchet 1946, pp. 79-80.

Offrande du soir - Gustave Thibon 1946

frise

Autres publications consacrées à Gustave Thibon dans les pages de ce blogue :

- Courte présentation biographique de Gustave Thibon > www
– « Gustave Thibon : dix ans déjà ! » (2011) > www
– « Eloignement et connaissance » (extrait de « Retour au réel ») > www
– Le message de ND de La Salette au monde paysan > www
– « Le goût de l’aliment éternel » > www
– « Libertés » (extrait de « Diagnostics ») > www
- Eglise et politique : c’est l’absolu qui me donne la norme du relatif www
- Le sport dans la société moderne (in « L’Equilibre et l’harmonie ») www

–  Vertu d’espérance et optimisme (in « L’Equilibre et l’harmonie ») www
– Sur la démocratie et le suffrage universel www
– « Gustave Thibon – la leçon du silence » par Raphaël Debailiac www
– « Dépendance et liberté » (in « Retour au réel ») www
– « Quel avenir pour l’Occident ? » (R. Debailiac) www
– Sur la révolution française www
– « L’homme a besoin de racines » (retranscription d’un entretien radiophonique) www

2015-108. Du huit-cent-cinquantième anniversaire de la canonisation de Saint Charlemagne et de la séquence « Urbs Aquensis » en son honneur.

1165 – 29 décembre – 2015

Charlemagne trésor d'aix la chapelle détail de la chasse 1215 orfèvre rhénan anonyme

Trésor de la cathédrale d’Aix-la-Chapelle : le Bienheureux Charlemagne
(détail de l’un des reliquaires – bronze doré 1215)

C’est aujourd’hui, 29 décembre 2015, le huit-cent-cinquantième anniversaire de la cérémonie de canonisation du Bienheureux Charlemagne (rappelons qu’à cette époque on ne faisait pas encore de différence entre les « bienheureux » et les « saints »), qui fut célébrée à Aix-la-Chapelle le 29 décembre 1165.

Je n’ai aucune envie de redire ici ce que j’ai déjà eu l’occasion d’écrire à ce sujet le 28 janvier 2014 à l’occasion du douzième centenaire de la mort du grand Roi des Francs et Empereur (cf. > ici), même si quelques « catho-hyper-coincés » – qui s’estiment sans doute mieux inspirés que le pape Benoît XIV (1740-1758) qui trancha pourtant la question, au terme d’une polémique de plusieurs siècles – continuent à nous faire grief de conserver et de défendre le culte liturgique du Bienheureux Charlemagne.

Justement, dans un premier temps, la fête de la translation de Saint Charlemagne (on entend par translation l’acte de transporter des reliques d’un lieu à un autre, en l’occurrence il s’agissait ici de la cérémonie par laquelle on avait retiré ses restes de son tombeau pour les déposer dans une chasse et les exposer à la vénération des fidèles, le 29 décembre 1165) fut célébrée avec plus d’éclat que son dies natalis (le jour anniversaire de sa mort, c’est-à-dire le 28 janvier).
Ce n’est qu’après 1215 que la fête de Saint Charlemagne au 28 janvier supplanta en solennité l’anniversaire du 29 décembre.

C’est du temps où la principale fête du saint roi et empereur était donc celle du 29 décembre que date la séquence « Urbs Aquensis », dont je publie aujourd’hui, à l’occasion de ce huit-cent-cinquantième anniversaire, le texte latin et la traduction ci-dessous.

Cette pièce constitue l’un des plus anciens témoins qui soient parvenus jusqu’à nous de la liturgie de Saint Charlemagne.
D’Aix-la-Chapelle pour laquelle elle avait été composée, cette prose se répandit assez rapidement dans tout l’empire (parfois avec des adaptations : des villes qui avaient été elles aussi des résidences impériales substituant leur nom à celui d’Aix à la première ligne).
Abandonné au XIX ème siècle, l’usage de cette séquence a été rétabli à Aix-la-Chapelle en 1931 (on en trouvera la partition sur le site de la Schola Sainte-Cécile > ici).

Au temps de la guerre de cent ans, Sainte Jeanne d’Arc voyait Saint Louis et Saint Charlemagne à genoux devant le trône de Dieu, Le suppliant pour la France et pour son Roi légitime.
Ainsi donc de même, en nos temps troublés et malheureux, recourrons avec ferveur à l’intercession du saint empereur pour que Dieu délivre la France et l’Europe des grands maux dont elles sont menacées…

Lully.

Armoiries de Charlemagne

Urbs Aquensis, urbs regalis,
Regni sedes principalis,
Prima regni curia,

Regi regum pange laudes
Quae de magni regis gaudes
Caroli praesentia.

Iste coetus psallat laetus,
Psallat chorus hic sonorus
Vocali concordia.

At dum manus operatur
Bonum, quod cor meditatur,
Dulcis est psalmodia.

Hac in die duo festa
Magni regis magna gesta
Recolat Ecclesia.

Reges terrae et omnes populi
Omnes simul plaudant et singuli
Celebri laetitia.

 

Hic est Christi miles fortis
Et invictae dux cohortis
Decem sternit millia.

Terram purgat lolio
Atque metis gladio
Ex messe zizania.

Hic est magnus imperator,
Boni fructus bonus sator
Et prudens agricola.

Infideles hic convertit
Fana, deos, hic evertit
Et confregit idola.

Hic superbos domat reges,
Hic regnare santas leges
Fecit cum justitia.

Quam tuetur sine fine
Ut et justus, sed nec sine
Sit misericordia.

Oleo laetitiae unctus dono gratiae
Ceteris prae regibus, cum corona gloriae
Majestatis regiae, insignitur fascibus.

 

O Rex mundi triumphator,
Jesu Christi conregator,
Sit pro nobis exorator,
Sancte Pater Carole,

Emundati a peccatis,
Ut in regno claritatis
Nos, plebs tua, cum beatis
Caeli simus incolae.

Stella maris, ô Maria,
Mundi salus, vitae via,
Vacillantum rege gressus
Et ad Regem des accessus
In perenni gloria.

Christe, splendor Dei Patris,
Incorruptae Fili Matris,
Per hunc sanctum, cujus festa
Celebramus, nobis praesta
Sempiterna gaudia.

Amen.

Cité d’Aix, cité royale,
Siège principal de la royauté,
Palais préféré de nos princes,

du Roi des rois chante la louange,
en ce jour où tu te réjouis de la fête
du grand roi Charles.

Que notre chœur chante dans l’allégresse, que le clergé fasse entendre le mélodieux accord des voix.

Quand la main est occupée aux bonnes œuvres, ce que le cœur médite
est une douce psalmodie.

En ce double jour de fête,
que l’Église honore
la grande geste du grand roi.

Que les rois de la terre et tous les peuples applaudissent ensemble et fassent entendre un unique concert joyeux.

C’est ici le fort soldat du Christ,
et le chef de l’invincible cohorte
qui en renverse dix mille.

Il purge la terre de l’ivraie,
et de son glaive il affranchit la moisson
en extirpant l’ivraie.

C’est là le grand Empereur,
bon semeur d’une bonne semence
et prudent cultivateur.

Il convertit les infidèles,
il renverse temples et dieux,
et il brise les idoles.

Il dompte les rois superbes,
il fait régner les saintes lois
avec la justice.

Les yeux sans cesse fixés sur elle,
De sorte qu’en étant juste, il ne soit
Cependant pas sans miséricorde.

Il est sacré de l’huile de liesse, par un don de grâce, plus que tous les autres rois.
Avec la couronne de gloire, il reçoit les insignes de l’Impériale Majesté.

Ô Roi triomphateur du monde,
toi qui règnes avec Jésus-Christ,
sois pour nous un intercesseur,
ô Charles, notre père saint !

Afin que, purs de tout péché,
dans le royaume de la lumière,
nous, ton peuple, avec les bienheureux
Nous soyons habitants du Ciel.

Étoile de la mer, ô Marie,
salut du monde, voie de la vie,
dirige nos pas vacillants
et donne-nous accès auprès du Roi
dans la gloire sans fin.

Ô Christ, splendeur de Dieu le Père,
fils d’une Mère sans tache,
par ce Saint dont nous célébrons la fête, daigne nous accorder
l’éternelle joie.

Ainsi soit-il !

Aix-la-Chapelle, cathédrale

Aix-la-Chapelle : la cathédrale

2015-107. Où l’on évoque, au jour du centenaire de sa naissance, la figure d’Edith Piaf et ses liens privilégiés avec Sainte Thérèse de Lisieux.

Samedi des Quatre-Temps d’hiver 19 décembre 2015,
mémoire du Bienheureux Urbain V (cf. > ici),
centenaire de la naissance d’Edith Piaf.

Edith Piaf enfant

Edith toute petite fille

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Je fais partie de ceux que sa voix émeut et chamboule jusqu’au plus intime de l’être – cela ne se contrôle pas, c’est physique – , je suis aussi du nombre de ceux que sa vie si chaotique touche profondément, et ce n’est pas en raison d’une frénésie « pipole ». Voilà pourquoi je ne veux pas laisser passer ce 19 décembre 2015 sans évoquer le centenaire de la naissance d’Edith Giovanna Gassion, née à Paris le 19 décembre 1915, mondialement connue sous son nom de scène : Edith Piaf.

Certaines bonnes âmes réprouveront peut-être mon attachement à cette « fille de rien », élevée dans une maison close, sans éducation religieuse, aux défauts si marqués, à la vie sentimentale si agitée et scandaleuse, et à laquelle l’Eglise refusera les funérailles ecclésiastiques (note *) : « J’ai péché… Mea culpa !… Que ceux qui n’ont jamais péché me jettent la première pierre ; que ceux qui n’ont jamais aimé me refusent une prière… » a-t-elle chanté dans « Mea culpa ».
Et finalement, même si la grâce de Dieu nous a préservés de semblables errements, n’en est-il pas pourtant ainsi aussi pour chacun d’entre nous ?

Tout à la fois ange et démon, Edith, même si elle n’a pas fait de déclarations ni de déballages intimes sur cet aspect encore largement ignoré de sa vie, était en dépit de tout animée par une profonde et sincère croyance : la foi des pauvres gens qui n’ont pas reçu d’instruction religieuse et auxquels la rue a servi d’école de vie.
Une foi authentique toutefois, qui ne se pose pas de questions théologiques mais croit en une vie éternelle au-delà de la mort et qui, dans l’ignorance pratique du Bon Dieu, de Sa Loi et de Ses sacrements, cherche cependant à aller vers Lui par l’intercession de Ses saints.
« Il n’est pas possible qu’une fois mort on ne soit vraiment que poussière… Il y a quelque chose qui nous échappe, que nous ne connaissons pas… Je crois en Dieu. Il serait trop injuste que ceux qui ont souffert sur cette terre ne trouvent la paix que réduits en poussière. Le Paradis viendra… après le Jugement dernier » dit-elle à son infirmière quelques jours avant de mourir. Et aussi : « Je n’ai pas peur de la mort. C’est une autre vie qui commence », et elle lui demande d’aller à l’église Sainte-Rita de Nice pour y faire brûler un cierge. L’infirmière objecte : « Mais, Edith, j’y suis allée la semaine dernière… » et s’attire cette réponse : « Retournes-y, deux cierges valent mieux qu’un ! »

La foi fruste d’Edith s’exprimait dans le culte des saints, et au plus haut point par la relation privilégiée qu’elle eut avec Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.
Ses proches en ont témoigné : Edith la colérique, Edith la jalouse, Edith la luxurieuse, et malgré tout Edith au coeur d’enfant vivait dans une proximité quotidienne et quasi physique avec la petite carmélite de Lisieux.

On le sait, à l’âge de six ans, devenue aveugle à cause d’une kératite aigüe, Edith fut guérie à la suite d’un pélerinage à Lisieux.
Je ne peux d’ailleurs m’empêcher de sourire en pensant à ce pèlerinage si peu conventionnel où l’on vit une mère maquerelle et ses « filles » – qui, même si elles avaient fait de gros efforts de tenue afin de paraître « respectables », ne pouvait pas passer inaperçues – venir s’agenouiller et prier sur la tombe de la bienheureuse, avec une petite fille portant un bandeau noir sur les yeux…
Depuis lors, Edith a toujours gardé un lien intime et profond avec la sainte carmélite : elle retournera souvent prier à Lisieux (y emmenant parfois ses amants !) ; tous les soirs, elle s’agenouillait pour prier devant l’image de Thérèse posée en évidence sur son chevet, lors même qu’il y avait un homme dans son lit ; il lui est arrivé de monter à genoux – incognito – les escaliers de la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre, pour demander pardon à la sainte après une mauvaise action ; et plusieurs fois aussi il est arrivé à Edith de sentir un parfum de rose surnaturel, signe des grâces de Thérèse…
Chaque fois qu’elle entrait en scène, Edith se signait et embrassait la croix qu’elle portait toujours autour du cou.

« Edith et Thérèse, la Sainte et la Pécheresse » : Jacqueline Cartier et Hugues Vassal ont cosigné, il y a déjà plusieurs années, cet ouvrage qu’on ne peut lire (ou relire) sans émotion.
N
ous touchons là au mystère des âmes et à la stupéfiante manière dont le Bon Dieu peut établir des relations privilégiées entre certaines d’entre elles pour, malgré tout, communiquer Ses grâces et oeuvrer au salut des pécheurs.

Ici, je ne peux m’empêcher de vous rapporter, en guise de conclusion, cette admirable citation du chanoine Antoine Crozier, ce prêtre lyonnais stigmatisé que j’aime tant et qui fut l’ami intime du Bienheureux Charles de Foucauld (cf. > ici et ici) :
« De même qu’Il va prendre très loin, sur l’immensité des mers, les pluies qu’Il fait tomber dans nos champs, Dieu va prendre plus loin encore les grâces qu’Il nous donne. Et c’est ainsi que, dans le livre de nos vies, les plus belles pages sont souvent écrites par les mérites des autres, par les prières de quelque moine ou de quelque carmélite, immolés silencieusement au fond de leur cloître »

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.       

Edith et Thérèse la sainte et la pécheresse

« Edith et Thérèse – la Sainte et la Pécheresse »
Jacqueline Cartier et Hugues Vassal (ed. Anne Carrière)

Note * : on remarquera toutefois que malgré le refus des funérailles à l’église (l’Osservatore Romano faisant remarquer qu’elle avait vécu en état de péché public), plusieurs ecclésiastiques furent présents au cimetière lors des obsèques d’Edith. Outre le curé de sa paroisse parisienne et le Rd Père Leclerc, dominicain et aumônier du monde des spectacles, fut aussi présent Monseigneur Martin, venu spécialement de Rome pour la circonstance, qui gardait à Edith une reconnaissance éternelle parce que, à Marseille, « elle l’avait sauvé du suicide et lui avait rendu la foi ».

Publié dans:Memento, Nos amis les Saints |on 19 décembre, 2015 |8 Commentaires »
12345...21

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi