Archive pour la catégorie 'Memento'

2018-37. La Messe des Présanctifiés, au Vendredi de la Parascève.

10ème partie du récit du Maître-Chat Lully
relatant
la Semaine Sainte à La Garde-Freinet :

la Messe des Présanctifiés le Vendredi « in Parasceve »

Jeudi 3 mai 2018,
Fête de l’Invention de la Sainte Croix (cf. > ici)
Anniversaire du massacre des prêtres de Lamastre par les huguenots le 3 mai 1587 (cf. > ici et > ici)

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Je vais continuer aujourd’hui mes « reportages » photographiques sur les célébrations du Triduum Sacré selon les véritables et vénérables rites tels qu’ils figurent dans le missel tridentin, auxquelles Frère Maximilien-Marie et ses amis ont assisté lors de la dernière Semaine Sainte, auprès du monastère Saint-Benoît de La Garde-Freinet.
Ainsi donc, après mon compte-rendu de la Sainte Messe « in Cœna Domini » (cf. > ici), nous allons, très opportunément en cette fête de l’Invention de la Sainte Croix, revoir la cérémonie du Vendredi Saint, traditionnellement nommé Vendredi « in Parasceve ».

Encore une fois, nous renvoyons aux études publiées par Henri Adam de Villiers sur le blogue de la Schola Sainte-Cécile concernant la réforme de 1955, et en particulier > ici pour ce qui concerne la liturgie du Vendredi-Saint puisque les modifications « apportées au Vendredi Saint sont à la fois plus nombreuses et parfois plus complexes à analyser » et parce que « leur portée est aussi bien plus lourde de conséquences ».

La première modification subie par le missel tridentin lors de la réforme de 1955 est une modification de nom : depuis la plus haute antiquité (et parce que le terme est utilisé par les Saints Evangélistes eux-mêmes), la célébration liturgique du Vendredi-Saint porte le nom de « Feria sexta in Parasceve » c’est-à-dire : vendredi de la Parascève. Ce mot est passé directement du grec au latin et du latin au français sans être traduit : s’il signifie « préparation », son acception va toutefois bien au-delà de la simple évocation des préparatifs tels qu’on les conçoit dans la vie courante.
La Parascève des Juifs portait en elle toute la préparation sacrée du grand sabbat de la Pâque, et comprenait donc en particulier l’immolation de l’agneau pascal et tous les préparatifs rituels, conformes aux prescriptions de Moïse, pour le mémorial de cette nuit d’Egypte au cours de laquelle les maisons marquées par le sang de l’agneau avaient été préservées du passage de l’ange exterminateur, avant que le peuple Hébreu ne passe de l’esclavage à la liberté et ne franchisse la Mer Rouge. La Parascève chrétienne est celle de l’immolation de l’Agneau de Dieu véritable, qui prélude au passage de l’esclavage du péché à la liberté spirituelle des rachetés, communiquée par le saint baptême. L
e changement de dénomination survenu en 1955, sous le sempiternel prétexte bidon d’adopter un langage « plus adapté à la compréhension des hommes de ce temps » (sans doute devenus beaucoup moins intelligents que leurs ancêtres du VIIème, du XIIIème ou du XVIIème siècles !) abandonne un terme précis, lourd d’une évocation mystique séculaire, et c’est une grande perte.
Et dans le même temps, à l’intérieur de la Sainte Eglise de la même manière que dans la société civile, ceux qui prônent l’abandon de ces termes précis prétendûment mal compris ne se privent pas d’user et d’abuser de mots ou de formulations nouveaux, de néologismes, de sigles et d’abréviations, dont on se demande s’ils sont vraiment compréhensibles par les « hommes de ce temps » !

L’autre modification, bien mise en évidente par l’article du blogue de la Schola sainte-Cécile (cf. > ici), consiste, à travers de très nombreuses suppressions, en une atténuation des caractères antiques et traditionnels d’une Messe des Présanctifés, au point que la partie « eucharistique » de la liturgie du Vendredi-Saint dans le rite réformé en 1955 n’est plus à proprement parler une Messe des Présanctifiés mais se trouve réduite à une espèce de rite de communion en dehors de la Messe.
Je ne peux tout développer ici, aussi insisté-je vraiment pour que mes lecteurs se plongent avec la plus grande attention dans cette excellente étude rédigée par Henri Adam de Villiers.

Lully.

nika

Au début de la cérémonie, l’autel est nu, avec la croix voilée de violet et ses cierges éteints :

Vendredi Saint 1

Vendredi Saint 2

Le clergé entre en procession : il n’y a pas d’encens ni cierges pour les acolytes. Le célébrant est revêtu de la chasuble ; le diacre et le sous-diacre portent des chasubles pliés. Ces ornements sont de couleur noire comme à une messe des morts, puisqu’on célèbre la mort du Christ.
Le célébrant et ses ministres se prosternent de tout leur long au bas de l’autel, tandis que les autres clercs sont à genoux à leurs places respectives. Pendant ce temps, les acolytes disposent une seule nappe sur l’autel.

Vendredi Saint 3

Quand ils se relèvent, le célébrant et ses ministres génuflectent et montent à l’autel.
Après avoir baisé l’autel, le prêtre va au missel – du côté de l’épître – et commence à voix basse la lecture de la prophétie d’Osée. Le diacre et le sous-diacre sont en ligne derrière lui.

Vendredi Saint 4

Pendant ce temps, un lecteur fait à haute-voix la lecture de la prophétie d’Osée…

Vendredi Saint 5

… prophétie à la fin de laquelle le choeur chante le trait extrait du prophète Habacuc.
Lorsque le célébrant a terminé la lecture du trait au missel, il va à son siège, accompagné de ses ministres.

Vendredi Saint 6

A la fin du trait, le célébrant et ses ministres reviennent à l’autel. Le prêtre chante « Oremus », puis le diacre « Flectamus genua »

Vendredi Saint 7

Après un temps de prière silencieuse à genoux, le sous-diacre chante « Levate ! »
Tous se lèvent alors et le prêtre chante la collecte qui est la même qu’à la Messe « in Cœna Domini » : « Cette oraison commune aux deux Messes du Jeudi et du Vendredi Saint affirme magnifiquement l’unité théologique du Mystère pascal » (cf. article référencé ci-dessus).

Vendredi Saint 8

Le sous-diacre ayant déposé la chasuble pliée et reçu le lectionnaire des mains du cérémoniaire chante sur le ton commun la lecture du passage du livre de l’Exode relatif à l’agneau pascal.
Cette lecture est suivie d’un trait.

Vendredi Saint 9

Puis trois diacres chantent la Passion selon Saint Jean, de la même manière que l’on a chanté la Passion selon Saint Matthieu le dimanche des Rameaux (cf. > ici) et les Passions selon Saint Marc et selon Saint Luc les mardi et mercredi saints (cf. > ici).

Vendredi Saint 10

Génuflexion et temps de recueillement silencieux au moment où a été chantée la mort du Christ Notre-Seigneur :

Vendredi Saint 11

Lorsque les trois diacres ont achevé le chant de la Passion, le diacre ministre du célébrant dépose la chasuble pliée, revêt le stolon, reçoit l’évangéliaire mais  – comme aux Messes de Requiem – il ne reçoit pas la bénédiction du célébrant, et accompagné des acolytes qui – là encore comme aux Messes de Requiem – ne portent pas de cierges, il accomplit la procession de l’Evangile.

Vendredi Saint 12

Il chante la suite de la suite de la Passion selon Saint Jean qui raconte l’ensevelissement de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
L’évangéliaire n’est pas porté par le sous-diacre à baiser au prêtre, lequel n’est pas non plus encensé par le diacre.

Vendredi Saint 13

Après l’Evangile, le prêtre se place devant le missel, du côté de l’épître, avec le diacre et le sous-diacre en ligne derrière lui, et commence le chant des oraisons solennelles : chaque oraison est précédée d’une monition chantée par le prêtre les mains jointes sur le ton de la préface fériale, espèce d’invitatoire dans lequel est présentée l’intention ; cette monition est suivie d’un « Oremus », puis – sauf pour la huitième – d’un « Flectamus genua » du diacre et d’un « Levate » du sous-diacre. Puis vient l’oraison proprement dite, que le prêtre chante sur le ton férial les mains étendues.

Vendredi Saint 14

Vendredi Saint 15

 « Après les oraisons, le célébrant et ses deux ministres vont à la banquette, retirent leurs manipules. Le célébrant dépose sa chasuble noire, le sous-diacre sa chasuble pliée noire. Le diacre avait déjà déposé sa chasuble pliée noire pour le chant de l’Evangile de la Messe, pour lequel il avait pris le stolon ou étole large (originalement, une chasuble roulée en travers sur ses épaules), qu’il conserve.
Le diacre va alors chercher la croix voilée du maître-autel et l’apporte au prêtre. On procède au dévoilement de la croix en trois étapes :
1 – Le célébrant, qui s’est placé au coin postérieur de l’autel, côté épître (en ligne avec les chandeliers), reçoit la croix du diacre. Le célébrant découvre la partie haute de la croix, jusqu’à la traverse, de sorte qu’on ne puisse voir la tête du Christ. Il l’élève des deux mains, tournée vers le peuple, le diacre et le sous-diacre à ses côtés, à demi tournés vers la croix. Le célébrant chante une première fois Ecce lignum Crucis & ses ministres continuent avec lui pour chanter la suite : In quo salus mundi pependit. Le chœur répond Venite, adoremus. Tous s’agenouillent alors pour adorer le Christ, sauf le célébrant qui tient la croix » (citation de l’article référencé ci-dessus).

Vendredi Saint 16

« 2 – La même cérémonie se reproduit une seconde fois, cette fois au coin antérieur de l’autel, côté épître. Le prêtre dévoile cette fois le bras droit & la tête du Christ, et entonne un ton plus haut Ecce lignum Crucis qui est poursuivi par les ministres et auquel on répond comme précédemment » (ibid.).

Vendredi Saint 17

Vendredi Saint 18

« 3 – La même cérémonie est effectuée une troisième fois devant le milieu de l’autel, le célébrant découvre complètement le crucifix cette fois et entonne l’Ecce lignum Crucis un ton plus haut. Après le 3ème Venite, adoremus, tous demeurent à genoux cette fois (…) » (ibid.).

Vendredi Saint 19

Vendredi Saint 20

Puis la croix dévoilée est déposée sur un coussin posé au sol au lieu où se déroulera la cérémonie de l’adoration. Le célébrant et ses ministres vont à leurs places pour y retirer leurs chaussures, ce que font aussi tous les clercs présents, en signe de pénitence.
Pendant que le chœur interprête les chants prévus (les impropères, l’antienne « Crucem tuam » et l’hymne de Saint Venance Fortunat « Crux fidelis »), le célébrant, ses ministres, le clergé présent et les servants, vont adorer la croix, deux par deux, après avoir fait trois genuflections. 

Vendredi Saint 21

Vendredi Saint 22

Vendredi Saint 23

Lorsque les fidèles ont adoré la croix à la suite du clergé, celle-ci est est placée sur l’autel dont les cierges ont été allumés.
Puis, comme à une Messe, le diacre porte à l’autel la bourse contenant le corporal, qu’il déploie, ainsi qu’un purificatoire qu’il pose à côté.

Vendredi Saint 24

Le prêtre a repris la chasuble après l’adoration de la croix. Le sous-diacre a repris sa chasuble pliée.
Derrière la croix de procession, porté par un sous-diacre, accompagné des acolytes portant leurs cierges allumés, tout le clergé se rend au reposoir par le plus court chemin, suivi par les fidèles…

Vendredi Saint 25

Après un temps de recueillement silencieux, le diacre ouvre le tabernacle dans lequel se trouvent le calice et la patène contenant la grande Hostie consacrée la veille. Le célébrant se lève, impose l’encens dans deux encensoirs, se remet à genoux et encense le Saint-Sacrement.

Vendredi Saint 26

Puis ayant reçu le voile huméral, il prend le Saint-Sacrement que lui présente le diacre. Tous le clergé tient des cierges allumés et l’on retourne vers le sanctuaire en formant une procession solennelle qui est l’exacte réplique de celle qui, la veille, a amené le Saint-Sacrement au reposoir. On chante l’hymne « Vexilla Regis prodeunt ».

Vendredi Saint 27

Lorsque la procession arrive à l’autel, le diacre reçoit le Saint Sacrement des mains du prêtre, pose le calice sur le corporal au centre de l’autel, et défait le ruban qui retient le voile au calice : ce voile est alors disposé de la même manière qu’un voile de calice à une messe ordinaire.
Le Saint-Sacrement est alors à nouveau encensé par le célébrant agenouillé. C’est alors que commence le rite original de la Messe des Présanctifié tel qu’il a été fixé à l’époque de Saint Grégoire le Grand.

Vendredi Saint 28

« Le célébrant et ses ministres montent à l’autel et génuflectent. Le diacre retire le voile du calice, la patène et la pale, puis tient des deux mains la patène au dessus du corporal. Le prêtre prend alors le calice et fais glisser la grande hostie qu’il contient sur la patène, puis pose le calice sur le corporal. Il reçoit du diacre la patène et dépose l’hostie consacrée sur le corporal. Le diacre verse ensuite le vin dans le calice, et le sous-diacre un peu d’eau, comme à l’offertoire d’une messe. Le diacre donne le calice au prêtre, qui le replace sur le corporal et le couvre de la pale. Toutes les prières habituelles de l’offertoire – offrande du pain et du vin en vue du sacrifice, invocation de l’Esprit Saint sur les offrandes – sont ici totalement omises. Cette omission est intéressante car significative : on n’offre pas le pain, puisqu’il est déjà le Corps du Christ, on n’offre pas le vin, car il ne deviendra pas le Sang du Christ »  (article cité).

Vendredi Saint 29

« Cependant, le célébrant procède à l’encensement des oblats, de la croix et de l’autel, comme à l’offertoire ordinaire, avec les prières usuelles, mais il n’est pas encensé et on n’encense personne. Il génuflecte avec ses ministres à chaque fois qu’il passe devant le Corps du Seigneur. Il se lave les mains à l’ordinaire côté épître, mais sans accompagner ce lavabo du psaume habituel. Il revient au centre de l’autel pour dire la prière d’offertoire habituelle In spiritu humilitatis, laquelle indique bien qu’on accomplit un sacrifice (& sic fiat sacrificium nostrum in conspectu tuo hodie). Puis il baise l’autel et il se tourne à moitié, côté évangile, afin de ne pas tourner le dos au Saint Sacrement et dit : Orate fratres, invitation qui indique bien la réalisation d’un sacrifice : ut meum ac vestrum sacrificium acceptabile fiat apud Deum Patrem omnipotentem » (ibid.).

Vendredi Saint 30

Vendredi Saint 31

« La réponse habituelle Suscipiat n’est pas faite par les ministres, mais le célébrant passe directement au Pater, en omettant tout le canon de la messe (puisque l’hostie est déjà présanctifiée). Le Pater noster est chanté comme à l’ordinaire par le célébrant, sur le ton férial. A la suite du Pater, le célébrant chante les mains étendues le Libera nos, quæsumus Domine sur le ton férial des oraisons (là où d’ordinaire, il le récite en secret), en omettant du coup tous les gestes de la fraction de l’hostie qu’il accomplit à cet endroit en temps normal » (ibid).

Vendredi Saint 32

« A ce moment-là, le célébrant procède à l’élévation de l’hostie, qui est faite comme à une messe ordinaire et qui symbolise plus particulièrement en ce jour l’élévation du Corps du Christ sur la Croix, qui offre son sacrifice parfait au Père éternel : le diacre et le sous-diacre s’agenouillent un peu derrière le célébrant pour soulever sa chasuble. On utilise les crécelles à la place des clochettes, mais on n’encense pas » (ibid.).

Vendredi Saint 33

« Les ministres s’étant levés, le diacre découvre le calice. Le célébrant fait ensuite en silence la fraction de l’hostie, il la rompt en trois parts de la manière habituelle et laisse tomber la petite parcelle dans le calice comme à l’ordinaire. Puis il omet tout (Pax Domini, baiser de paix, Agnus Dei, etc…) jusqu’à la troisième oraison secrète avant la communion du célébrant (Perceptio Corporis tui). Notons que la seconde de ces oraisons secrètes – Domine Jesu Christe -, ici omise, fait référence au Corps et au Sang du Seigneur, ce qui n’est pas le cas de Perceptio Corporis tui qui elle ne parle que du Corps.
Le célébrant communie au Corps du Christ de la manière habituelle avec les oraisons communes. Puis il communie à la parcelle dans le calice et consomme le vin de celui-ci, mais en silence, sans les prières habituelles pour la communion au Sang du Christ.
Le célébrant est seul à communier en ce jour, selon un usage fort ancien » (ibid).

Vendredi Saint 34

« Le célébrant purifie ses doigts et le calice comme à l’ordinaire, et dit incliné à voix basse devant l’autel l’oraison habituelle Quod ore sumpsimus, mais omet la seconde, Corpus tuum, Domine, quod sumpsi, & Sanguis quem potavi, pour la même raison que précédemment : il communie bien au Corps du Christ mais pas au Sang du Christ. Le sous-diacre redispose le calice avec son voile comme à une messe puis le porte à la crédence, le diacre dépose son stolon pour reprendre sa chasuble pliée, comme à une messe de Carême. Tout le reste de la messe (antienne de communion, Postcommunion, Benedicamus Domino, Placeat, bénédiction, dernier évangile) est omis…

Vendredi Saint 35

Vendredi Saint 36

Vendredi Saint 37

« Comme l’autel du reposoir a été ôté, et que tous les tabernacles sont vides et laissés ouverts, l’église – où domine la croix du Seigneur – semble alors comme vide de la présence divine, sentiment qui marque puissamment la mort du Christ et représente symboliquement ce moment si particulier du Samedi Saint qui commence dès les vêpres : la mise au tombeau et la descente de Notre-Seigneur aux Enfers » (ibid.).

Vendredi Saint 38

A suivre :
La Vigile Pascale > ici.

2018-36. Centenaire de la première Messe de Saint Maximilien-Marie Kolbe.

1918 – 29 avril – 2018

Sant' Andrea delle Fratte - monument commémoratif de la 1ère messe de St Maximilien-Marie

Inscription en italien : « Dans cette chapelle de l’apparition,
Saint Maximilien-Marie Kolbe célébra sa première Messe, le 29 avril 1918 ».
Basilique Sant’ Andrea delle Fratte, Rome.

C’est le lendemain même de son ordination (cf. > ici), c’est-à-dire le lundi 29 avril 1918, que le Père Maximilien-Marie Kolbe célébra sa première Messe.

Profitons-en au passage – en ces temps d’ignorance où l’on a tendance à imaginer que des usages qui n’ont parfois pas plus de deux siècles constituent « la » Tradition de l’Eglise – pour rappeler que cela ne va pas forcément de soi qu’un nouvel ordonné célèbre sa première Messe le lendemain même de son ordination.
Au Moyen-Age ou même encore à l’époque moderne, il n’était pas rare qu’après s’être très longuement et consciencieusement préparés à recevoir le sacrement de l’Ordre, de jeunes prêtres attendissent encore plusieurs jours, voire plusieurs mois, dans une nouvelle étape de préparation spirituelle, avant de monter à l’autel pour y offrir le Saint-Sacrifice pour la première fois. A cet égard, le cas de Saint Ignace de Loyola et de Saint François-Xavier est particulièrement éloquent : c’est pratiquement une année entière après leur ordination (à Venise le 24 juin 1537) qu’ils célébrèrent leur première Messe.  

Sant' Andrea delle Fratte - extérieur

Basilique Sant’Andrea delle Fratte : vues extérieure et intérieure

Sant' Andrea delle Fratte - intérieur

Pour un jeune prêtre fervent et zélé, le choix du lieu de sa première Messe peut être revêtu d’un caractère symbolique fort. Ce fut bien le cas du tout jeune Père Maximilien-Marie Kolbe qui élut pour cette célébration la basilique de Sant’ Andrea delle Fratte.

Située dans le rione de Colonna, à deux pas de la place d’Espagne et de l’église de la Trinité des Monts, derrière le palais de « la Propaganda », cette église reconstruite à partir de la fin du XVIème siècle, présente toutes les caractéristiques du baroque romain, d’autant que les fameux architectes rivaux, Le Bernin et Borromini, y ont l’un et l’autre laissé leur empreinte.

Mais ce ne sont pas ses particularités artistiques qui avaient décidé du choix de cette église par le nouveau prêtre franciscain, lequel d’ailleurs n’avait pas demandé aux religieux Minimes qui desservent l’église à célébrer à l’autel majeur, mais avait choisi pour sa première Messe l’autel de la deuxième chapelle latérale sur le côté gauche de la nef : autel originellement dédié à l’archange Saint Michel et devenu depuis le 20 janvier 1842 l’autel de « la Madone du miracle« .

C’est très précisément ici que, ce 20 janvier 1842, Alphonse Tobie Ratisbonne, âgé de vingt-huit ans, comme un nouveau Saül, avait été terrassé par la grâce.

Sant' Andrea delle fratte - autel du miracle et de la 1ère messe

Basilique de Sant’ Andrea delle Fratte : autel de « la Madone du miracle ».
Sur l’arcature on lit (en italien) : « Ici apparut la Madone du miracle – 20 janvier 1842″
Devant les pilastres qui séparent cette chapelle latérale des chapelles voisines on voit,
du côté de l’Evangile, le buste d’Alphonse Ratisbonne,
qui fut converti ici par une apparition de la Vierge immaculée le 20 janvier 1842,
et du côté de l’épître le buste de Saint Maximilien-Marie Kolbe qui célébra sa première Messe à cet autel le lundi 29 avril 1918.

20 janvier 1842 – 20 janvier 1917 :
Tous les matins, les jeunes religieux qui suivaient leurs études au Collège Séraphique s’agenouillaient dans la chapelle pour un temps d’oraison en commun. Or ce 20 janvier 1917, le recteur du Collège, dans les indications qu’il donna pour la méditation du matin, n’évoqua pas la figure de Saint Sébastien, dont c’était la fête liturgique et qui est l’un des saints les plus populaires de Rome, mais il entretint les jeunes lévites du septante-cinquième anniversaire de la conversion d’Alphonse Ratisbonne.
Frère Maximilien-Marie avait-il déjà entendu parler de cette conversion spectaculaire ? Rien ne permet de l’affirmer ni de l’infirmer.
Ce qui est certain, c’est que septante-cinq ans après l’événement, son retentissement était véritablement intact et qu’il suscitait enthousiasme et zèle apostolique dans les coeurs catholiques fervents.
On était alors bien loin des coquecigrues et billevesées actuelles, qui ont pour conséquence le refus pratique de travailler à la conversion des Juifs. On rendait alors de sincères et vibrantes actions de grâces à Dieu pour – comme le dit le décret officiel de reconnaissance du miracle – « la conversion instantanée et parfaite d’Alphonse-Marie Ratisbonne du judaïsme ».

Or rien ne prédisposait Alphonse Ratisbonne à embrasser la foi catholique, car il était violemment obstiné dans les erreurs sur le christianisme héritées de son milieu. Rien, sauf le fait que, par convenance mondaine (il n’avait pas voulu froisser des amis catholiques de la meilleure société) et aussi un peu par jeu, il avait accepté de porter la « médaille miraculeuse » et de réciter chaque jour – sans conviction pourtant – le « Memorare ».
Entré dans cette église simplement pour accompagner un ami qui devait y rencontrer un prêtre à la sacristie, il l’attendait en déambulant comme on l’aurait fait dans un cabinet de curiosités. C’est alors que la Vierge immaculée, telle qu’elle est figurée sur la médaille, s’était révélée à ses yeux et que, tombant à genoux, il avait dans un unique et très bref instant connu et compris toutes les vérités de la foi et y avait adhéré. Dix jours plus tard, il recevait le saint baptême indispensable au salut (en ce temps-là on n’opposait pas d’interminables délais à la réception d’un sacrement si nécessaire), était confirmé et faisait sa première communion.

Nul doute que – qu’il la connût auparavant ou pas – cette conversion sensationelle rappelée par le recteur du Collège Séraphique en ce matin du 20 janvier 1917, n’ait compté pour beaucoup dans la maturation du projet de création de la « Militia Immaculatae », qui aboutirait quelque neuf mois plus tard, le 16 octobre 1917 au soir, ainsi que cela a été rapporté > ici.
De fait, le port et la diffusion de la « médaille miraculeuse » sera l’un des points caractéristiques fondamentaux de la Milice.  

Sant' Andrea delle Fratte - Madonne du miracle

Basilique de Sant’ Andrea delle Fratte : tableau de la « Madone du miracle »,
montrant la Très Sainte Vierge Marie dans l’attitude où elle a elle-même voulu être représentée sur la « médaille miraculeuse »,
médaille manifestée à Sainte Catherine Labouré le 27 novembre 1830.

Ainsi, tout est parfaitement ordonné dans la tête du jeune Père Maximilien-Marie Kolbe en ce moment où, devenu prêtre du Christ pour l’éternité, cinq mois et demi après la fondation de la « Militia Immaculatae », il vient célébrer à l’autel de la « Madone du miracle » sa toute première Messe, ce lundi 29 avril 1918 :
- l’autel est celui où la Vierge conçue sans péché est apparue, telle qu’elle est représentée sur la médaille, pour convertir parfaitement un ennemi du Christ Sauveur et de Son Eglise ;
- le formulaire de la Messe qu’il célèbre est celui de la Messe votive de la manifestation de la médaille miraculeuse (que l’on trouve au missel dans les Messes « pro aliquibuis locis » à la date du 27 novembre) ;
- l’intention pour laquelle il offre le Saint-Sacrifice est « la conversion des schismatiques, des non-catholiques et des maçons ».
Décidément, ce jeune prêtre et ardent « chevalier de l’Immaculée » est bien loin de ce faux œcuménisme « à deux balles » qui a prévalu au sein même de l’Eglise depuis quelques décennies !

Le lendemain, mardi 30 avril 1918, le Père Maximilien-Marie Kolbe ira célébrer sa deuxième Sainte Messe à la basilique de Saint-Pierre au Vatican et il l’offrira afin d’obtenir « la grâce  de l’apostolat et du martyre pour moi et pour les frères du collège ».
Ce en quoi, en ce qui le concerne lui-même du moins, il sera exaucé au-delà de tout ce qu’il avait alors sans doute pu imaginer.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Saint Maximilien-Marie Kolbe

Dans les pages de ce blogue vous trouverez aussi :
– Prières en l’honneur de Saint Maximilien-Marie Kolbe ici
– Catéchèse de Sa Sainteté le pape Benoît XVI sur Saint Maximilien-Marie ici
– Récit du martyre de Saint Maximilien-Marie Kolbe ici
– Témoignage d’un rescapé d’Auschwitz sur le martyre de Saint Maximilien-Marie ici
- Centenaire de l’ordination sacerdotale de Saint Maximilien-Marie > ici

– Centenaire de la fondation de la Militia Immaculatae (16 octobre 1917) ici

Publié dans:De liturgia, Memento, Nos amis les Saints |on 29 avril, 2018 |2 Commentaires »

2018-35. Centenaire de l’ordination sacerdotale de Saint Maximilien-Marie Kolbe.

1918 – 28 avril – 2018

Le dimanche 28 avril 1918, qui était cette année-là le quatrième dimanche après Pâques, fut célébrée, à Rome, l’ordination sacerdotale de celui qui deviendrait Saint Maximilien-Marie Kolbe.

Le jeune religieux avait atteint son vingt-quatrième anniversaire le 7 janvier précédent : entré au séminaire franciscain conventuel à l’âge de treize ans, Raimond Kolbe avait reçu, à l’âge de seize ans et demi, le 4 septembre 1910, en même temps que le saint habit, le nom de religion de Frère Maximilien ; deux ans plus tard (1912), il était envoyé à Rome pour ses études : il y resta sept ans.
Docteur en philosophie à l’âge de vingt-et-un ans et neuf mois (22 octobre 1915), il sera également reçu docteur en théologie à l’âge de vingt-quatre ans et demi (22 juillet 1919), juste à la veille de prendre le train pour rentrer dans son pays natal.

Notons au passage cette particularité : par sa naissance en 1894 dans la voïvodie de Lodz, Raimond Kolbe était de fait sujet de Sa Majesté Impériale le Tzar de toutes les Russies ; entré dans un couvent de Galicie – dans l’empire austro-hongrois, parce qu’il n’y avait pas de couvents franciscains pour le noviciat et les études dans l’Empire Russe -, puis placé dans un couvent de Cracovie pour le début de ses études religieuses, tout en restant sujet de l’empereur Nicolas II, c’est avec un des documents administratifs autrichiens qu’il prit la route pour Rome ; enfin, pour son retour, le Père Maximilien-Marie bénéficia de papiers polonais puisque le 11 novembre 1918, après cent-vingt-trois ans de partition entre la Russie, la Prusse et l’Autriche, la Pologne avait été reconstituée  en véritable état indépendant.

Saint Maximilien-Marie Kolbe jeune religieux

Le jeune Père Maximilien-Marie Kolbe

A propos de son accession au sacerdoce, le Père Maximilien-Marie Kolbe écrivit le 26 septembre 1918 à sa mère : « L’ordination sacerdotale est arrivée pour moi à l’improviste ». Cette expression a de quoi surprendre : n’était-il pas à Rome justement afin de s’y préparer au sacerdoce ?
Mais pour quelqu’un qui est bien au courant des usages ecclésiastiques traditionnels, il saute aux yeux que cette date d’ordination présente un caractère insolite : un dimanche – le quatrième après Pâques -, et non à l’occasion d’un samedi des Quatre-Temps, de la fête des Saints apôtres Pierre et Paul ou de quelque autre apôtre (l’usage de célébrer les ordinations le dimanche n’est en effet pas du tout traditionnel mais appartient aux modes qui ont prévalu seulement depuis les réformes postérieures au second concile du Vatican).
Ceci demande donc quelques explications.

Frère Maximilien avait prononcé à la fin du mois de juin 1914 le serment antimoderniste – prescrit par le motu proprio « Sacrorum antistitum » du 1er septembre 1910 (cf. > ici) – nécessaire pour accéder aux ordres sacrés, puis il avait été tonsuré par le cardinal Basil Pompilj, vicaire de Rome, le 28 octobre 1914, en la fête des Saints apôtres Simon et Jude : c’est à cette occasion qu’il rajouta le nom de Marie à celui de Maximilien reçu lors de sa prise d’habit. Quelques jours après, pour la fête de la Toussaint (1er novembre 1914), jour où il fit sa profession perpétuelle, il fut ordonné portier et lecteur par le même cardinal-vicaire ; enfin pour la vigile de Saint André (29 novembre 1914) il reçut les ordres d’exorciste et d’acolyte, toujours des mains du même cardinal.
Il fut ordonné sous-diacre le 16 juillet 1916, en la fête de Notre-Dame du Mont Carmel, et diacre le 28 octobre 1917, à nouveau en la fête des Saints apôtres Simon et Jude.
Mais pour l’ordination sacerdotale, initialement prévue le vendredi dans l’octave de la Pentecôte 24 mai 1918, il y eut des changements qui donnent à l’événement un aspect quasi rocambolesque.

Le Code de Droit Canonique voulu et préparé par le pape Saint Pie X avait été promulgué par son successeur, Benoît XV, le 27 mai 1917 et il devait entrer en vigueur à la Pentecôte 1918 (dimanche 19 mai 1918).
Or en vertu du canon 976, le Code dont les dispositions devraient être mises en application à partir de ce 19 mai 1918 interdisait d’ordonner prêtre un homme qui n’aurait pas atteint le milieu de sa quatrième année de théologie, et le Frère Maximilien-Marie n’en était qu’à la troisième année.

Qu’à cela ne tienne ! Si l’on veut échapper à une loi qui contrarie nos desseins, il n’y a finalement rien de plus simple que de se placer dans un cadre légal où elle n’a pas, ou plus, ou pas encore d’autorité.
Vivement désireux de ne pas retarder l’accès au sacerdoce de plusieurs jeunes lévites franciscains, le recteur du Collège Séraphique (faculté de théologie des Franciscains conventuels à Rome) demanda au cardinal Pompilj que les ordinations fussent avancées à une date précédant la Pentecôte… et le cardinal-vicaire acquiesça à une requête qui ne lui provenait d’ailleurs pas uniquement des franciscains mais également de plusieurs autres supérieurs ecclésiastiques.

Le 9 avril, Frère Maximilien-Marie fut informé qu’il devait se préparer aux examens finaux en vue du sacerdoce qui allaient donc être anticipés eux aussi ; examens auxquels il fut reçu, évidemment.
Le 20 avril, il commença les exercices spirituels de préparation à l’ordination.

Basilique Sant'Andrea della Valle

Rome : basilique Sant’ Andrea della Valle.
Edifiée de 1591 à 1663, elle est l’une des plus grandes églises de Rome après la basilique vaticane.
C’est l’église de la maison-mère de l’Ordre des Théatins.
C’est dans cette basilique que fut ordonné prêtre Saint Maximilien-Marie Kolbe.

Au matin du dimanche 28 avril 1918, en la basilique de Sant’ Andrea della Valle, au milieu d’une centaine d’autres ordinands, séculiers et réguliers de tous ordres et de tous pays, Frère Maximilien-Marie devint pour l’éternité prêtre de la Sainte Eglise Catholique.

On notera qu’à l’heure du sacrifice, lorsque le Lagerführer d’Auschwitz lui posera la question : « Qui es-tu ? », le Père Maximilien-Marie répondra simplement par ces deux mots : « Prêtre catholique ».
Au moment de rendre le témoignage suprême, la seule identité qu’il a mise en avant fut celle de son sacerdoce.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Basilique Sant' Andrea della Valle intérieur

Basilique sant’Andrea della Valle : intérieur.
Un décor fait pour magnifier la grandeur du Saint Sacrifice de la Messe
et la beauté du sacerdoce catholique.

Basilique Sant' Andrea della Valle sanctuaire

Basilique sant’Andrea della Valle : le sanctuaire.
Les trois panneaux peints qui l’ornent sont l’œuvre du napolitain Mattia Preti (1613-1699)
et représentent des scènes du martyre de l’apôtre Saint André, titulaire de cette église.

A suivre :
Centenaire de la première Messe de Saint Maximilien-Marie Kolbe > ici.

Dans les pages de ce blogue vous trouverez aussi :
- Prières en l’honneur de Saint Maximilien-Marie Kolbe > ici
- Catéchèse de Sa Sainteté le pape Benoît XVI sur Saint Maximilien-Marie > ici
- Récit du martyre de Saint Maximilien-Marie Kolbe > ici
- Témoignage d’un rescapé d’Auschwitz sur le martyre de Saint Maximilien-Marie > ici
- Centenaire de la fondation de la Militia Immaculatae (16 octobre 1917) > ici

palmes

Publié dans:De liturgia, Memento, Nos amis les Saints |on 27 avril, 2018 |4 Commentaires »

2018-11. Nous avons lu et nous avons aimé : « Un Pape dans la tourmente – Pie VI, de Rome à Valence ».

* * *

Serge Stolf Pie VI éditions Delatour

Quatrième de couverture :

« Pie VI est le dernier pape du XVIIIe siècle, mort en 1799 en déportation à Valence, dans la Drôme. Son long pontificat a été marqué par la montée grandissante de la philosophie des Lumières dans son offensive antichrétienne et antiromaine, et par la Révolution française qui bouleversa les rapports anciennement établis entre monarchie et Eglise.
L’année 2017 marque le tricentenaire de la naissance de ce pape italien et fournit l’occasion à la présente biographie d’évoquer la personnalité d’un homme confronté à la tourmente où risqua d’être emportée la papauté.
Cet ouvrage restitue les grands moments de cet affrontement idéologique et politique qui met en jeu une conception nouvelle de la liberté et des rapports entre le pouvoir laïque et l’Eglise.

Serge Stolf est professeur émérite de l’Université Grenoble Alpes. Ses travaux portent principalement sur l’humanisme italient et latin à la Renaissance. Ses thèmes de recherche sont orientés vers l’éthique humaniste, et les liens entre culture profane et culture chrétienne. Il est l’auteur d’une biographie sur le pape Pie II qui a été primée par l’Académie française, Les lettres et la tiare : E.S. Piccolomini, un humaniste au XVe siècle. »

* * *

Commentaires de Lully :

C’est avec un immense intérêt que nous avons appris la publication de cet ouvrage, et c’est avec un plaisir encore plus grand que nous en avons fait une lecture attentive en notre Mesnil-Marie.
D’abord parce qu’il est bien écrit.
Et ensuite parce qu’en à peine 160 pages ce livre donne une idée exacte de la personnalité du pape Pie VI et des luttes qu’il eut à soutenir : le ton est juste, précis ; la présentation des faits est rigoureuse ; de très intéressantes citations  de textes majeurs aujourd’hui malheureusement méconnus (voire totalement ignorés) apportent au récit une grande richesse, et donnent envie d’approfondir ces enseignements de Pie VI relatifs à la révolution.
Le récit des derniers jours du « ci-devant pape » (!!!) sont sobres, sans exaltation romantique, ils ne donnent que plus de force à la réalité profonde de ce drame.
Cela nous a donné le goût d’en lire davantage et c’est ainsi que, nous avons eu la bonne fortune de trouver chez un bouquiniste une édition ancienne de l’ « Histoire de l’enlèvement et de la captivité de Pie VI », de l’abbé Baldassari. C’est en résumant les récits de ce dernier, certaines indications données par Monsieur Serge Stolf dans l’ouvrage que nous présentons ici, complétés par des précisions que nous sommes allés chercher dans des ouvrages généraux d’histoire de l’Eglise et de la papauté, que nous avons pu vous présenter le récit du départ de Rome de Pie VI captif publié > ici.

Nous espérons très fermement, en 2019, pouvoir commémorer comme il convient le 220ème anniversaire de la mort de Pie VI à Valence, survenue le 29 août 1799.

« Un Pape dans la tourmente – Pie VI, de Rome à Valence »
est publié aux éditions Delatour, et peut être commandé en ligne > ici

armoiries de Pie VI

2018-10. Il y a 220 ans, le 20 février 1798, le Pape Pie VI était emmené captif par les révolutionnaires français.

1798 – 20 février – 2018

Départ de Pie VI de Rome le 20 février 1798

Départ de Rome de Sa Sainteté Pie VI escorté par les dragons français
survenu dans la nuit du 20 février 1798

Le 20 février 1798, bien avant l’aube, une voiture attelée fut amenée aux portes du palais apostolique du Vatican, un octogénaire malade et affaibli y monta avec beaucoup de peine. Bientôt l’équipage s’enfoncerait dans la nuit, en direction du nord.

Le vieillard perclus qui était emmené ainsi sous bonne escorte était Sa Sainteté le Pape Pie VI, captif des troupes françaises, contraint de quitter Rome, livrée à l’invasion, au pillage, à la révolution et au sacrilège.
Dix-huit mois plus tard (le 29 août 1799), le « ci-devant pape » – ainsi que le désignait la langue officielle – rendrait l’âme à Valence, en Dauphiné, au terme d’un incroyable chemin de croix.

tiare et clefs.gif

Né à Césène, en Romagne, le 25 décembre 1717, Jean-Ange Braschi, avait été élu au souverain pontificat le 15 février 1775 et avait choisi de prendre le nom de Pie VI, en hommage à Saint Pie V, pape de de la mise en oeuvre du concile de Trente et de la victoire de Lépante.
Son pontificat de vingt-quatre années et demi reste l’un des plus longs de l’histoire. Il en est aussi l’un des plus mouvementés et des plus dramatiques, puisqu’il vit l’aboutissement des funestes idées du « siècle des lumières » se concrétiser dans l’effroyable tourbillon de violence, de sang versé et d’impiété de la révolution.

Au-delà de tous les bouleversements politiques, le but ultime de la révolution était l’anéantissement du catholicisme.
Louis XVI aurait conservé et sa couronne et sa tête s’il avait souscrit aux mesures anti-catholiques de la révolution, et la monarchie capétienne traditionnelle n’a été combattue et abattue que parce que le Roi Très Chrétien était le rempart de la Sainte Eglise.

Il n’est évidemment pas possible de détailler ici tout ce qu’entreprit la révolution à l’encontre de l’Eglise catholique, et il faut bien garder à l’esprit que, même si pour des raisons tactiques elle a parfois fait semblant de revenir sur ses mesures persécutrices et accordé une certaine forme de liberté de culte (comme par exemple lors du traité de La Jaunaye signé avec Charette et Sapinaud en 1795), la révolution n’en poursuit pas moins l’éradication de la foi chrétienne et tend toujours et par tous les moyens à la destruction de l’Eglise.

Le Directoire (26 octobre 1795 – 9 novembre 1799) – l’histoire officielle a tendance à le faire oublier – , fut une période d’acharnement anti-catholique qui à bien des égards n’a rien à envier à la terreur robespierriste. En France, la traque contre les prêtres réfractaires y connaît un regain d’énergie, leurs emprisonnements et déportations sont remis à l’ordre du jour.
Et hors de France, le général Bonaparte reçoit du gouvernement de la première république la mission de se rendre à Rome pour y éteindre « le flambeau du fanatisme ».

En mai 1796, les troupes françaises envahirent donc la Romagne.
Pie VI, qui se savait dans l’incapacité absolue de soutenir une guerre et qui voulait par-dessus tout éviter des effusions de sang, se vit imposer par Bonaparte l’armistice de Bologne (23 juin 1796) dont les conditions étaient exhorbitantes, mais conservaient – théoriquement – au Souverain Pontife sa souveraineté territoriale et sa liberté spirituelle. Toutefois, le Directoire augmentant sans cesse ses prétentions et le peuple romain se soulevant contre les conditions exigées par les Français, Pie VI, soutenu par le Sacré-Collège unanime, rejeta les conditions de l’armistice de Bologne et tenta de trouver des soutiens du côté de l’empereur François II et du roi Ferdinand de Naples.

Lorsque Bonaparte eut connaissance des négociations entamées entre le Saint-Siège et Vienne, il envahit les Marches, s’empara d’Ancône et de Lorette (dont il pilla le trésor pour l’envoyer à Paris), et imposa aux plénipotentiaires envoyés par Pie VI – auxquels le pape avait donné la consigne de « faire tous les sacrifices, sauf en ce qui concerne la religion » – le traité de Tolentino (19 février 1797) aux termes duquel le Saint-Siège reconnaissait la république française, abandonnait ses droits sur Avignon et le Comtat venaissin, cédait à la France d’importants territoires des Etats pontificaux, s’engageait à lui payer en quatre mois la somme de 32.700.000 francs et à lui livrer des quantités d’objets d’art et de manuscrits.

Le traité de Tolentino marquait, du moins en apparence, la fin du conflit entre la France et le Saint-Siège. Les relations diplomatiques furent rétablies, et la France désigna comme ambassadeur à Rome l’un des frères du général victorieux : Joseph Bonaparte.
Ce dernier arriva dans la Ville Eternelle accompagné du général Léonard Duphot.

Or, comme dans tous les pays qui avaient été plus ou moins subjugués par les victoires françaises, à Rome même l’agitation était à son comble : des partisans des idées révolutionnaires multipliaient les troubles et fomentaient des émeutes. Le 28 décembre 1797, à l’occasion de l’une d’elles, le général Duphot qui tentait d’empêcher une bataille de rues entre les factieux et les troupes pontificales, reçut une balle qui lui fut fatale.
Joseph Bonaparte prétendit alors que l’ambassade de France avait été violée et le Directoire ordonna aux troupes françaises d’envahir l’Etat pontifical.  

Pie VI reçoit l'ordre du Directoire

Le 15 février 1798, le général Cervoni, envoyé par Berthier, présente à Sa Sainteté le Pape Pie VI l’ordre du Directoire
lui signifiant sa destitution et lui enjoignant de quitter Rome où la république a été proclamée

Le 10 février 1798, un corps de 15.000 hommes placé sous le commandement du général Louis-Alexandre Berthier, marcha sur Rome. Pie VI, qui n’était pas en mesure de repousser l’invasion, capitula. De nouvelles conditions accablantes furent imposées au Saint-Siège.
Les troupes françaises entrèrent dans la ville le 11 février.
C’était la première fois depuis le mémorable sac de 1527 perpétré par les troupes de l’empereur Charles Quint (cf. > ici) que la Ville Eternelle se trouvait envahie.
Le 15 février 1798, la république était proclamée à Rome et l’on planta, sur le Capitole, un « arbre de la liberté » surmonté du bonnet rouge. Le pape, dont on célébrait ce jour-là les cérémonies anniversaires de l’élection, déclaré déchu, était « invité » à partir. C’est le général Cervoni, envoyé par Berthier, qui avait été chargé de cette mission.
Le 16 février, les troupes françaises bivouaquèrent sur la place Saint-Pierre et prirent le contrôle de toutes les issues du Vatican. Ils allèrent même jusqu’à hisser le drapeau tricolore sur les palais apostoliques.
Berthier institua un gouvernement provisoire composé de sept consuls à la tête desquels il plaça un prêtre apostat nommé Bassal, ancien curé de Versailles.
Dès lors, les militaires français multiplièrent les vexations à l’encontre du Souverain Pontife dont on commença à préparer le départ en répandant peu à peu le bruit qu’il le ferait de son plein gré et en faisant même courir le bruit que le pape avait résolu d’abandonner l’état ecclésiastique !

Enfin, le mardi 20 février 1798, qui était la veille du mercredi des cendres, à peu près trois heures avant le lever du jour, un détachement militaire français entra dans la cour principale du palais.
L’abbé Baldassari, témoin de ces événements, raconte :
« Deux officiers français chefs de bataillon, réunirent les autres officiers qui étaient de garde au Vatican, et ils allèrent ensemble à l’appartement de Sa Sainteté ; ils témoignèrent un grand désir qu’on hâtât le départ, qui cependant avait été fixé à deux heures avant la pointe du jour. Pie VI aurait pu se rendre à leurs sollicitations ; il était prêt avant qu’on vinsse l’importuner ; mais il était impossible de partir avant que les chevaux de poste fussent arrivés. Cette raison, toute décisive qu’elle était, ne put satisfaire les officiers français ; ils s’emportèrent en blasphèmes, et leur colère ne s’apaisa que lorsqu’on vint les avertir que tout était prêt pour le départ.
Le saint Père, vêtu de la simarre blanche, avait déjà entendu la messe, à genoux, dans sa chapelle particulière, avec cette piété qu’on avait toujours admirée en lui. En sortant de l’oratoire, il prit le manteau rouge et le chapeau papal ; puis tenant d’une main la canne dont il avait coutume de se servir dans ses promenades à la campagne, et appuyé de l’autre sur le bras de son maître de chambre, il s’avança vers sa voiture de voyage. Sa figure respirait un courage tranquille. Ceux de sa maison qui se trouvaient au Vatican l’accompagnèrent silencieux et consternés ; je le suivis aussi (…).
Le saint Père étant monté dans la voiture qui lui était destinée, Mgr Caracciolo et le médecin et camérier secret de’ Rossi, tous deux en habits de prélats, se placèrent en face de Sa Sainteté ; en même temps les autres personnes de la suite montèrent dans les autres voitures, et on n’attendait plus que le moment de se mettre en route, quand les deux chefs de bataillon qui avaient eu constamment l’oeil sur Sa Sainteté, demandèrent la voiture dont ils comptaient se servir eux-mêmes. Comme on ignorait que ces deux Français eussent été choisis pour diriger le voyage, personne ne répondait. Voyant qu’on restait muet et qu’on ne leur amenait pas de voiture, ils se mirent à crier et à tempêter. Le majordome essaya de les calmer et leur dit avec douceur : qu’on avait préparé autant de voitures qu’il en fallait pour la suite du saint Père, et cela au su et avec l’approbation du gouvernement romain, et de l’autorité militaire française ; qu’on avait fait venir de la poste le nombre de chevaux accordé par le gouvernement, et nécessaire pour le voyage ; que pour ce qui les regardait, il semblait assez naturel que d’autres que le Pape et ses serviteurs eussent songé à les pourvoir de voiture. A des paroles si polies et si raisonnables, les deux officiers ne répondirent que par des gestes et des propos furibonds ; ils voulurent qu’on leur donnât sur-le-champ une voiture qui se trouvait dans la remise du palais, et ils firent dételer les chevaux d’une des voitures de la suite de Sa Sainteté pour les appliquer à leur usage. Ce furent de nouveaux frais que le Pape eut à supporter ; et les personnes de sa suite, qui occupaient la voiture dont on prit les chevaux, furent obligées de suspendre leur départ, jusqu’à ce qu’on leur permît d’en avoir d’autres, permission qui se fit attendre pendant plus d’une demi-journée.
Les deux officiers français ayant enfin commandé de partir, il survint un nouvel incident qui causa quelque trouble au saint Père. Les dragons français qui composaient l’escorte, au lieu de se tenir prêts à marcher, curieux, sans doute, de voir le Pape, se groupèrent autour du carrosse de Sa Sainteté. Au même moment on entendit de toutes parts des cris confus. Pie VI témoigna de l’inquiétude, et il tournait ses regards de côté et d’autre, pour voir d’où provenaient ces clameurs. C’étaient les deux commissaires, et ensuite tous les officiers qui éclataient en reproches et en menaces contre les soldats, dont le désordre et l’indiscipline retardaient ainsi le départ. Ces cris cessèrent enfin, et la voiture du Pape s’avança précédée et suivie d’un fort détachement de dragons. O séparation douloureuse ! il nous sembla qu’on nous arrachait le coeur ; nous nous mîmes à genoux pour recevoir la bénédiction apostolique, et le 20 février de l’année 1798, une heure environ avant le jour, Pie VI abandonna pour toujours le palais du Vatican et la ville de Rome » (« Histoire de l’enlèvement et de la captivité de Pie VI » par Monsieur l’abbé Baldassari).

Départ de Pie VI de Rome le 20 février 1798 - détail

Pie VI emmené captif par les troupes françaises le 20 février 1798
(détail de la gravure publiée en haut de page)

Pie VI, qui avait eu 80 ans le 25 décembre 1797, et qui était déjà affaibli physiquement par la maladie, commençait ainsi l’ultime étape de son pélerinage terrestre, lui auquel on attribue la sentence de la « prophétie » de Saint Malachie : « Peregrinus apostolicus – le pélerin apostolique ».
Au cours des dix-huit mois qui lui restent à vivre, il va être d’abord être emmené à Sienne, puis à la chartreuse de Florence, et enfin, par Bologne, Parme, Turin, le col du Mont-Cenis, Briançon et Grenoble, il arrivera à Valence, où il mourra d’épuisement le 29 août 1799.

armoiries de Pie VI

2018-8. Edit de Saint-Germain par lequel Sa Majesté le Roi Louis XIII a publié et ordonné la consécration du Royaume de France à la Très Sainte Vierge Marie sous le vocable de son Assomption.

- 10 février 1638 -

lys.gif

En l’an 1636, la Très Sainte Vierge Marie fit savoir à la Révérende Mère Anne-Marie de Jésus Crucifié (de Goulaine), religieuse stigmatisée que Monsieur le Cardinal de Richelieu tenait en très haute estime, qu’elle désirait que la France lui soit solennellement consacrée par le Roi. L’année suivante, Sa Majesté le Roi Louis XIII, « dans le secret de son coeur », consacra sa personne et son Royaume à Notre-Dame. Dans le même temps, par tout le Royaume, montaient vers le Ciel d’ardentes prières pour qu’un Dauphin fût donné à la France. Leurs Majestés elles-mêmes, multipliaient les prières, les pèlerinages et les pieuses donations afin d’obtenir un héritier, attendu depuis vingt-deux années.
La Sainte Mère de Dieu répondit en apparaîssant à un religieux augustin du couvent de Notre-Dame des Victoires, dnt l’église venait d’être fondée depuis peu par le Roi, en action de grâces pour la victoire sur les protestants. La Très Sainte Vierge Marie demandait en particulier trois neuvaines réalisées successivement en son sanctuaire de Cotignac en Provence, à Notre-Dame de Paris et dans l’église Notre-Dame des Victoires.
Ces faits mystiques furent portés à la connaissance de Sa Majesté la Reine Anne. Le religieux, frère Fiacre de Sainte-Marguerite, acheva les trois neuvaines demandées par la Madone le 5 décembre 1637 et c’est très exactement neuf mois après jour pour jour, le 5 septembre 1638, que naquit le Dauphin Louis Dieudonné, futur Louis XIV (cf. > ici).
Dès que la Reine fut certaine de sa grossesse, et sans attendre la naissance pour savoir si l’enfant royal serait garçon ou fille, Sa Majesté le Roi Louis XIII publia, le 10 février 1638, cet Edit de Saint-Germain, acte officiel par le moyen duquel il fait connaître au Royaume de France la consécration qu’il fait de sa personne, de sa couronne et de tout son Royaume à Notre-Dame et promulgue la manière dont cette consacration devra être solennellement renouvelée chaque année à la date du 15 août.

Louis XIII offrant sa couronne à Notre-Dame - Nicolas Coustou

Louis XIII offrant sa couronne à Notre-Dame
(oeuvre de Nicolas Coustou – détail du monument du Vœu de Louis XIII à Notre-Dame de Paris)

lys.gif

Louis, par la grâce de Dieu, Roi de France et de Navarre,
à tous ceux qui ces présentes lettres verront,
salut.

Dieu, qui élève les rois au trône de leur grandeur, non content de nous avoir donné l’esprit qu’Il départ à tous les princes de la terre pour la conduite de leurs peuples, a voulu prendre un soin si spécial et de notre personne et de notre Etat, que nous ne pouvons considérer le bonheur du cours de notre règne sans y voir autant d’effets merveilleux de Sa bonté que d’accidents qui nous menaçaient.
Lorsque nous sommes entré au gouvernement de cette couronne, la faiblesse de notre âge donna sujet à quelques mauvais esprits d’en troubler la tranquillité ; mais cette main divine soutint avec tant de force la justice de notre cause que l’on vit en même temps la naissance et la fin de ces pernicieux desseins.
En divers autres temps, l’artifice des hommes et la malice du démon ayant suscité et fomenté des divisions non moins dangereuses pour notre couronne que préjudiciables à notre maison, Il lui a plu en détourner le mal avec autant de douceur que de justice ; la rébellion de l’hérésie ayant aussi formé un parti dans l’Etat, qui n’avait d’autre but que de partager notre autorité, Il S’est servi de nous pour en abattre l’orgueil, et a permis que nous ayons relevé Ses saints autels, en tous les lieux où la violence de cet injuste parti en avait ôté les marques.
Si nous avons entrepris la protection de nos alliés, iI a donné des succès si heureux à nos armes qu’à la vue de toute l’Europe, contre l’espérance de tout le monde, nous les avons rétablis en la possession de leurs Etats dont ils avaient été dépouillés. Si les plus grandes forces des ennemis de cette couronne se sont ralliées pour conspirer sa ruine, Il a confondu leurs ambitieux desseins, pour faire voir à toutes les nations que, comme Sa Providence a fondé cet Etat, Sa bonté le conserve, et Sa puissance le défend.
Tant de grâces si évidentes font que pour n’en différer pas la reconnaissance, sans attendre la paix, qui nous viendra de la même main dont nous les avons reçues, et que nous désirons avec ardeur pour en faire sentir les fruits aux peuples qui nous sont commis, nous avons cru être obligés, nous prosternant aux pieds de Sa Majesté divine que nous adorons en trois Personnes, à ceux de la Sainte Vierge et de la sacrée Croix, où nous vénérons l’accomplissement des mystères de notre Rédemption par la vie et la mort du Fils de Dieu en notre chair, de nous consacrer à la grandeur de Dieu par Son Fils rabaissé jusqu’à nous et à ce Fils par Sa mère élevée jusqu’à Lui ; en la protection de laquelle nous mettons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et tous nos sujets pour obtenir par ce moyen celle de la Sainte Trinité, par son intercession et de toute la cour céleste par son autorité et exemple, nos mains n’étant pas assez pures pour présenter nos offrandes à la pureté même, nous croyons que celles qui ont été dignes de Le porter, les rendront hosties agréables, et c’est chose bien raisonnable qu’ayant été médiatrice de ces bienfaits, elle le soit de nos actions de grâces.

A ces causes, nous avons déclaré et déclarons que, prenant la très sainte et très glorieuse Vierge pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre Etat, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l’effort de tous ses ennemis, que, soit qu’il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, il ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire.
Et afin que la postérité ne puisse manquer à suivre nos volontés à ce sujet, pour monument et marque immortelle de la consécration présente que nous faisons, nous ferons construire de nouveau le grand autel de l’église cathédrale de Paris, avec une image de la Vierge qui tienne entre ses bras celle de son précieux Fils descendu de la Croix ; nous serons représenté aux pieds du Fils et de la Mère, comme leur offrant notre couronne et notre sceptre [note].

Nous admonestons le sieur archevêque de Paris, et néanmoins lui enjoignons, que tous les ans, le jour et fête de l’Assomption, il fasse faire commémoration de notre présente déclaration à la Grand’ Messe qui se dira en son église cathédrale, et qu’après les vêpres dudit jour il soit fait une procession en ladite église, à laquelle assisteront toutes les compagnies souveraines, et le corps de la ville, avec pareille cérémonie que celle qui s’observe aux processions générales plus solennelles.
Ce que nous voulons aussi être fait en toutes les églises tant paroissiales, que celles des monastères de ladite ville et faubourgs ; et en toutes les villes, bourgs et villages dudit diocèse de Paris.

Exhortons pareillement tous les archevêques et évêques de notre royaume, et néanmoins leur enjoignons de faire célébrer la même solennité en leurs églises épiscopales, et autres églises de leurs diocèses ; entendant qu’à ladite cérémonie les cours de parlement, et autres compagnies souveraines, et les principaux officiers des villes y soient présents.
Et d’autant qu’il y a plusieurs églises épiscopales qui ne sont point dédiées à la Vierge, nous exhortons lesdits archevêques et évêques en ce cas, de lui dédier la principale chapelle desdites églises, pour y être faite ladite cérémonie ; et d’y élever un autel avec un ornement convenable à une action si célèbre, et d’admonester tous nos peuples d’avoir une dévotion toute particulière à la Vierge, d’implorer en ce jour sa protection, afin que, sous une si puissante patronne, notre royaume soit à couvert de toutes les entreprises de ses ennemis, qu’il jouisse longuement d’une bonne paix ; que Dieu y soit servi et révéré si saintement que nous et nos sujets puissions arriver heureusement à la dernière fin pour laquelle nous avons tous été créés ; car tel est notre bon plaisir.

Donné à Saint-Germain-en-Laye, le dixième jour de février, l’an de grâce mil-six-cent-trente-huit, et de notre règne le vingt-huitième.

signature de Louis XIII

Armes de France & Navarre

[note] Louis XIII mourut sans avoir pu réaliser ce dessein mais Louis XIV se chargea d’acquitter le monument prévu par le vœu de son père. La décoration du chœur de Notre-Dame, entreprise par le Grand Roi, ne fut achevée qu’en 1714 : la Très Sainte Vierge Marie y est représentée assise au pied de la croix, tenant le Christ mort sur ses genoux ; du côté de l’épître Louis XIII, et du côté de l’Evangile Louis XIV – puisqu’il voulut se réunir à son père dans cet acte solennel – offrent leur couronne à la Vierge. Malgré les saccages et pillages des révolutions et troubles politiques de la fin du XVIIIe siècle et du XIXe siècle, et malgré le démantèlement du maître-autel de la cathédrale lors de la réforme liturgique postérieure au second concile du Vatican, ces œuvres sont encore à leur place dans le fond du sanctuaire de Notre-Dame de Paris, ainsi qu’on peut le voir ci-dessous.

Voir aussi dans les pages de ce blogue :
- Manière d’accomplir la procession du Vœu de Louis XIII > ici
- Décret de Pie XI proclamant ND de l’Assomption patronne principale de la France > ici

P1080750 France, Paris, «le voeu de Louis XIII» dans le fond du choeur de la cathédrale Notre-Dame; Louis XIII et Louis XIV entourent la Vierge de pitié «Pieta»

Monument du Vœu de Louis XIII (cathédrale Notre-Dame de Paris)

2017-95. Où, à propos de l’anniversaire de la naissance de Sa Majesté le Roi Henri IV, le Maître-Chat Lully répond à quelques objections qui sont souvent opposées aux Légitimistes.

13 décembre,
Fête de Sainte Lucie, vierge et martyre ;
6ème jour dans l’octave de la Conception immaculée de Notre-Dame ;
Anniversaire de la naissance de SM le Roi Henri IV le Grand (13 décembre 1553).

Carapace berceau de Henri IV au château de Pau

Chambre natale de SM le Roi Henri IV au château de Pau :
selon la tradition, cette carapace de tortue de mer fut utilisée comme berceau pour Henri de Navarre à sa naissance ;
objet d’un véritable culte jusqu’à la révolution, ce berceau-carapace échappa à la fureur des « patriotes »;
à la Restauration (1822), il fut entouré de six lances en bois doré surmontées d’une couronne de lauriers et d’un casque superbement empanaché de plumes blanches, pour figurer les hauts faits d’armes du premier Roi Bourbon.

Armes de France & Navarre

Roi de France et de Navarre

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Je vous ai déjà entretenus de la célébration traditionnelle qui se déroule à Rome, dans l’archibasilique-cathédrale du Latran, chaque 13 décembre (ou parfois à une date proche) : la Messe « pro felici ac prospero statu Galliae : pour le bonheur et la prospérité de la France », à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Sa Majesté le Roi Henri IV le Grand (13 décembre 1553 – voir > ici et > ici).

Je voudrais aujourd’hui profiter de cet anniversaire pour, une fois de plus, réfuter l’une de ces objections qui sont relativement fréquemment opposées aux légitimistes au sujet de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX.
Il y a quelques mois (cf. > ici), j’ai argumenté sur les raisons pour lesquelles il est préférable que, quoique étant de plein droit Français, Monseigneur le duc d’Anjou et sa famille ne résident pas de manière habituelle sur le sol français.
Aujourd’hui, je voudrais répondre à la critique suivante, que je rapporte à peu de choses près dans les termes où je l’ai lue ou entendue à plusieurs reprises :
« Quoi qu’il en soit des côtés sympathiques ou attachants de sa personne, le Prince Louis de Bourbon n’est pas de culture française, il parle le français avec un fort accent espagnol, et son français est même parfois approximatif. Quelle différence avec, par exemple, le Prince Reza Pahlavi, l’un des fils du Shâh, qui parle le français à la perfection et sans accent !… »

fleur de lys gif2

1) La première remarque qu’il convient de faire ici, c’est que cet argument fallacieux dérive plus ou moins de ce pseudo « principe de nationalité », fréquemment invoqué par les orléanistes – mais pas uniquement eux – pour dénier au Prince Louis de Bourbon tout droit dynastique.
Je dis bien « pseudo principe ».
En effet, d’une part la « nationalité » n’a jamais fait partie des Lois fondamentales qui règlent la succession à la Couronne de France (cf. > ici) parce que c’est le fait d’être « du Sang de France », c’est-à-dire descendant de Hugues Capet par les mâles, qui fait qu’un homme est dynaste ; et d’autre part parce que la « nationalité » est une invention révolutionnaire et républicaine qui n’a pas beaucoup de sens pour le droit traditionnel de l’Ancien Régime.
Cela permet au passage de faire ressortir combien, sur ce point particulier comme pour beaucoup d’autres, les opposants à la Légitimité sont en fait, à des degrés divers, pénétrés par les idées de la révolution.

fleur de lys gif2

2) Ma deuxième remarque consiste à mettre en évidence que ceux qui mettent en avant ces prétendues objections placent de fait leurs appréciations humaines subjectives au-dessus des règles objectives traditionnelles de la royauté capétienne.
Aujourd’hui on récusera les droits dynastiques d’un Prince au prétexte de l’éducation qu’il a reçue, de son accent, ou de sa manière de s’exprimer, et demain – parce que, ce faisant, on ouvre la porte à toutes espèces de dénégations au nom de ce qui ne nous plaît pas – on s’insurgera contre la légitimité du Prince qui ne sera pas assez grand, ou qui n’aura pas les yeux de la couleur que l’on aime, ou qui sera bègue (mais cela s’est déjà vu d’avoir un roi bègue : ce fut le cas de Louis II [846-879]), boiteux ou contrefait (en ce cas Louis XI n’eût jamais pu régner !), ou bien qui n’aura pas eu les maîtres et éducateurs que l’on eût souhaités pour lui, ou qui ne sera pas né au bon endroit, ou que sais-je encore ?
De telles objections n’ont finalement plus de limites et peuvent donner lieu à tous les abus et dérives de la subjectivité. Cela revient en effet à « choisir son roi » en fonction de critères personnels, et l’on arrive rapidement aux mêmes dérives que sous cette république où l’on a vu récemment des électeurs urner en faveur d’un candidat à la présidence non parce qu’ils avaient lu son programme (et y avaient adhéré) mais seulement parce qu’ils lui trouvaient un joli minois !
On ne choisit pas son Roi : le Roi est donné par Dieu ! Et ce sont les Lois fondamentales qui le désignent indubitablement et objectivement en dehors de tous les critères humains.
Qu’on me permette ici de faire remarquer que, selon les appréciations actuelles de ces crypto-nationalistes, Henri III de Navarre n’eût jamais dû accéder au trône de France et devenir Henri IV : en effet, il n’avait pas la « nationalité française » ; il était souverain d’un royaume étranger ; il parlait plus volontiers le patois béarnais que la langue française ; il avait un accent épouvantable qui devait tour à tour faire se gausser ou choquer les très suffisantes et minaudantes cocottes – mâles et femelles – de la Cour ; son éducation et sa culture s’apparentaient à celles des jeunes rustres avec lesquels il avait joué et s’était roulé par terre dans son adolescence ; et – c’est bien là sans aucun doute le plus fort de tous les arguments contre son accession au trône – il puait l’ail !
J’exagère à peine. Mais cela met bien en évidence l’inconsistance et l’inanité de ces objections adressées aux légitimistes à propos de ces « défauts » de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon que l’on monte en épingle.
Pour clore ce chapitre, je veux renvoyer mes lecteurs au chapitre XVI du 1er livre des Rois (selon la Vulgate) où l’on lit comment le prophète Samuel fut envoyé à Bethléem pour y donner l’onction royale à l’un des fils de Jessé. Samuel, impressionné par la beauté, la taille et la force de l’aîné, entend le Seigneur lui dire : « Ne regarde point son visage, ni la hauteur de sa stature, parce que Je l’ai rejeté et que Moi Je ne juge point selon le regard de l’homme ; car l’homme voit ce qui paraît, mais le Seigneur regarde le coeur » (1 Reg. XVI, 7).
Ainsi en est-il de nos jours encore, car c’est bien la Sainte Providence de Dieu qui a donné à la Royauté française ses Lois fondamentales réglant la succession au trône, et le Seigneur par la voix de ces Lois nous dit aujourd’hui : « Ne regardez pas à l’accent, à la culture ou à l’élocution du Prince : ce ne sont là que des apparences qui arrêtent vos regards et les empêchent de voir la réalité profonde et objective qui, elle, vous est accessible par les Lois fondamentales que j’ai voulues pour ce Royaume, et dont les siècles ont démontré le bien-fondé, la pertinence et la sagesse ! Il vaut mieux un Prince qui parle le français avec un accent espagnol mais dont les paroles énoncent fidèlement les principes traditionnels de la sainte Royauté héritée de Clovis, de Saint Charlemagne, de Saint Louis, de Louis XIV, d’Henri V qu’un autre prince qui parlerait peut-être impeccablement le français mais pour tenir un discours pénétré par les idées de la révolution et de la maçonnerie, hérité de Louis-Philippe… »

fleur de lys gif2

3) La troisième et dernière réflexion que je veux vous livrer aujourd’hui se place dans la continuité de la précédente mais la développe d’une autre manière. Voici :
S’ils étaient vraiment cohérents avec cette espèce de crypto-nationalisme qui leur fait traiter Monseigneur le Prince Louis de Bourbon d’ « espagnol », ils devraient, en toute logique, refuser de voir monter sur le trône de France tout descendant d’un souverain étranger au Royaume de France, tout descendant de Henri III de Navarre à quelque degré que ce soit, et ils devraient contester la légitimité pour la France de tous les princes de la Maison de Bourbon, puisque tous descendants du Roi béarnais : les diverses formes d’invocation d’un prétendu « principe de nationalité » - même lorsqu’elle se fait au travers du reproche de l’imparfaite maîtrise d’une langue ou d’un accent qui n’a pas l’heur de plaire à des oreilles nationalistes – conduisent le plus logiquement du monde à exclure aussi de la Couronne de France les princes de la Maison d’Orléans et de la Maison de Parme qui, de nos jours, voudraient la revendiquer pour leurs personnes.
Toutefois, je crains qu’aveuglés par la passion et par leur sujectivisme, ils ne parviennent pas à s’établir dans une logique objective et sereine !

fleur de lys gif2

Henri IV & Louis XX

Pour nous, sans sentimentalisme, sans recourir à des critères de pure apparence et subjectifs, nous nous attachons fermement et paisiblement à l’objectivité des Lois fondamentales du Royaume de France, rempart et force de la Légitimité, et nous chantons avec une joie et une ferveur indicibles ainsi que nos ancêtres :

Chantons l’antienne qu’on chantera dans mille ans :
Que Dieu maintienne en paix ses descendants
Jusqu’à ce qu’on prenne la lune avec les dents !

Vive la France, vive le Roi Henri !
Qu’à Reims on danse en disant comme Paris :
Vive la France, vive le roi Henri !

Pour écouter l’hymne « Vive Henri IV » somptueusement  harmonisé par Tchaikovsky
faire un clic droit sur l’image ci-dessous puis « ouvrir dans un nouvel onglet >

Image de prévisualisation YouTube

fleur de lys gif2

2017-90. Quand nos chouans des hautes terres tenaient la république en échec : la bataille du Clapas.

- 21 novembre 1797 -

Scapulaire Sacré-Coeur

Ce 21 novembre 2017 a marqué le deux-cent-vingtième anniversaire de ce que les ouvrages d’histoire locale appellent « la bataille du Clapas ».

Le Clapas est le nom d’un suc volcanique, situé entre le Mont Gerbier de Jonc (au pied duquel sont les sources de la Loire) et la ferme de Bourlatier (localement bien connue parce qu’elle est aujourd’hui un lieu emblématique du tourisme aux confins des Boutières et du plateau). En raison de l’amoncellement des blocs volcaniques qui le composent, se suc peut donner l’impression, de loin, de ruines antiques. C’est d’ailleurs l’explication de son nom : un « clapas », en patois, c’est un gros tas de cailloux.
Au milieu du XVIIe siècle, les seigneurs de Fourchades et Saint-Martial firent construire une grande ferme au pied du Clapas. A moins de 500 mètres de la ferme de Bourlatier, elle fut d’abord appelée « grange neuve de Bourlatier » ; mais bientôt le suc qui la domine lui donna son nom et on ne la connut plus guère que comme la ferme du Clapas.

Au moment de la grande révolution, François Chanéac, dit « le Grand Chanéac » (cf. > ici) en était le fermier, à la suite de son père.
Les Chanéac en effet, quoique propriétaires aisés de plusieurs domaines, étaient également fermiers du Clapas, propriété seigneuriale.
Cette ferme, située sur le territoire de la paroisse de Saint-Martial, se trouve en même temps aux confins de celle de Saint-Andéol de Fourchades (Bourlatier appartient à Saint-Andéol) et du mandement de Goudoulet : cette situation fait d’elle un point stratégique, idéalement situé, entre plateau vivarois et vallées profondes des hautes Boutières.

Saint-Martial - le suc du Clapas et la ferme du même nom

Saint-Martial : le suc du Clapas et, à son pied, la ferme à laquelle il donne son nom.
Pendant la grande révolution, le Grand Chanéac était fermier du Clapas
qui était l’un des lieux stratégiques de la chouannerie vivaroise.

Alors que le soulèvement vendéen ne dure qu’un peu plus de 9 mois (de mars à décembre 1793), la résistance du Vivarais à la révolution s’étale sur presque 10 ans : d’août 1790 jusqu’au début de l’année 1800.

Cette résistance a commencé avec les « Camps de Jalès » (cf. > ici), qui tendaient d’abord à la constitution d’une « armée catholique et royale d’Orient », mais l’échec du soulèvement du comte de Saillans, en juillet 1792 (cf. > ici), entraîne un changement de méthode : de la constitution d’une armée qui devait mener campagne à la manière des troupes régulières on passe à une guérilla, faite de mouvements sporadiques nombreux, rondement menés, accomplis par de petites troupes à géométrie variable conduites par des chefs locaux déterminés, en lien les uns avec les autres. C’est donc à proprement parler une chouannerie, qui bénéficie du soutien actif d’une grande partie de la population, surtout dans les campagnes, mais très spécialement sur le plateau vivarois et dans les hautes Boutières, zones difficiles d’accès.
Cette opposition est motivée par une fervente fidélité à la religion catholique – qui se trouve alors persécutée et dont les biens ont été spoliés -, par le refus de la conscription militaire, par le mécontentement de l’augmentation continue des impôts depuis le début de la révolution, et par l’attachement aux traditions et particularismes locaux contre le nivellement centralisateur jacobin.

François Chanéac, dit « le Grand Chanéac » (1759-1841), demeure encore dans les mémoires comme l’une des figures les plus populaires parmi les chefs de la chouannerie vivaroise, aux côtés d’une dizaine d’autres meneurs.
Doté d’un charisme particulier, chevauchant sa jument noire à laquelle il a donné le nom symbolique de « la Vendée », il peut très rapidement rassembler sa troupe qui, selon les besoins, peut se composer de quelques dizaines à plusieurs centaines de combattants.
Les révolutionnaires les qualifient de « brigands », car le terme de chouans ne leur sera appliqué qu’au XXème siècle, mais il s’agit bien d’une chouannerie en tout comparable à celles de Bretagne, de Normandie ou du Maine.

Au cours des années 1795 à 1799, loin de s’essouffler, la chouannerie du plateau vivarois décuple son activité, jusqu’à faire des incursions dans les petites villes des vallées, où les révolutionnaires sont les maîtres, et jusqu’à inspirer des craintes à Paris, car le Directoire reçoit régulièrement des comptes-rendus qui le navrent…

C’est donc ainsi qu’à l’automne 1797, le Directoire confie au général Boisset la mission d’en finir avec les « brigands » du plateau ardéchois.

Chouans en embuscade

Joseph-Valérian de Boisset (1750-1824), natif de Montélimar, a commencé sa carrière militaire sous l’Ancien Régime, mais il s’est mis au service de la révolution (et a alors abandonné sa particule). En 1794, il a été promu général de brigade à l’armée du Nord, et après avoir servi dans l’armée de Sambre-et-Meuse puis dans celles des Pyrénées, en 1796 il est nommé commandant des forces armées des départements du Gard et de l’Ardèche.

Le 19 novembre 1797 (29 brumaire de l’an VI selon le ridicule calendrier révolutionnaire), il quitte Privas à la tête de troupes de lignes et de forces de gendarmerie en direction du Mont Gerbier de Jonc.
Des ordres ont été envoyés aux gardes nationales d’Antraïgues et de Burzet, bourgades où les révolutionnaires sont plus zélés, pour qu’elles le rejoignent.
C’est ainsi que la garde nationale de Burzet, composée d’une trentaine d’hommes, se porte sur place et y arrive avant Boisset et ses troupes.
Avant donc que la jonction ne soit réalisée, les chouans de François Chanéac, embusqués et maîtres du terrain, tombent sur la garde nationale de Burzet et la mettent en déroute ; trois de ses hommes sont tués dans la bagarre. Les « crapauds bleus » (c’est par ce surnom infamant que les gens des hautes Boutières et du Plateau appellent les gardes nationaux) s’enfuient à toutes jambes, poursuivis par les chouans.
Ce combat a lieu dans l’après-midi et la soirée du 21 novembre 1797 (1er frimaire de l’an VI).

Boisset apprend la nouvelle le lendemain, alors qu’il se trouve à Antraïgues. Il accélère la marche de ses troupes auxquelles il fait mener une véritable battue, le 23 novembre et les jours suivants, aux alentours de Lachamp-Raphaël, des Sagnes, de Bourlatier, du Clapas et du Gerbier.
Il a même installé son QG dans la ferme du Clapas : dans le lieu habituel de la vie du Grand Chanéac et de sa famille (qui ont évidemment pris le maquis).
Mais tout ce déploiement de forces armées n’aboutit à rien : les chouans et la plus grande partie de la population des villages ont tous disparu. On ne retrouve que les trois cadavres des malheureux gardes nationaux de Burzet.

En cette fin novembre, le brouillard, le vent, le froid se font en outre complices des chouans.
Boisset et ses troupes n’ont nulle envie de s’éterniser dans ces contrées où non seulement les hommes mais la nature elle-même leur sont hostiles. Il se retirent bredouilles.

Quelques jours plus tard, le général Boisset est réformé : son échec est interprété par certains comme une trahison ; on le soupçonne de connivence avec les contre-révolutionnaires !

Véritable événement historique, quoique bien oubliée, « la bataille du Clapas est une victoire de la chouannerie et de François Chanéac… », écrit Régis Dallard qui, dans son ouvrage « Le Grand Chanéac, de l’histoire à la mémoire » (Prix Marcel Boulle 2001 – Mémoire d’Ardèche et Temps Présent, p.94) a établi la réalité de ces faits que les gens du haut pays se racontaient jadis avec fierté à la veillée.

pattes de chatLully.

Mont Gerbier de Jonc un soir d'automne

Le Mont Gerbier de Jonc dans la lumière d’un soir d’automne menaçant.

Scapulaire Sacré-Coeur

Publié dans:Memento, Vexilla Regis |on 23 novembre, 2017 |1 Commentaire »

2017-88. Poésie : Vitrail (José-Maria de Hérédia).

22 novembre 2017.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

La nuit tombe ; au-dehors le vent du sud affole la girouette ; le feu ronronne dans notre gros poêle…
Douce quiétude des soirs d’automne en notre Mesnil-Marie.

Si, en cette journée du 22 novembre, nous avons célébré la fête de Sainte Cécile (cf. > ici), je reviens auprès de vous pour encore quelques autres lignes qui, d’une certaine manière, ne nous éloignerons pas du thème de cette musique sur laquelle la vierge martyre Cécile exerce son beau patronage.

C’est qu’en effet je voudrais, ce soir, dans l’ambiance chat-l’heureuse et feutrée de notre thébaïde, partager un peu de poésie avec vous.
La poésie est musique. La poésie est harmonie.
Non seulement harmonie et musique des ryhtmes et des rimes, des mots et des sons, mais aussi harmonie et musique des images et des couleurs intérieures qu’elle enfante.

Nous autres, chats, sommes de purs poètes : tout lieu dans lequel nous vivons est un petit Parnasse !
C’est bien là, ce qui explique ma publication de ce soir : ce 22 novembre 2017 a marqué le cent-septante-cinquième anniversaire de la naissance d’un poète à la lyre enchanteresse : José-Maria de Hérédia.

Né à Cuba le 22 novembre 1842, sujet de la Couronne espagnole, José-Maria a des ascendances françaises (sa mère est née Girard d’Houville) et a suivi une partie de ses études en France, où il s’installe définitivement à l’âge de 19 ans (1861).
Fin lettré et esthète raffiné, le jeune Hérédia va être rapidement en relation avec les fondateurs du mouvement parnassien dont il deviendra l’une des figures de proue.

En 1893 – il a donc 51 ans -, il publie son unique recueil : « Trophées », qui comprend cent-dix-huit sonnets et quatre poèmes plus longs. C’est également l’année où il reçoit la nationalité française.
L’année suivante, il est élu à l’Académie Française.
Il s’est éteint le 2 octobre 1905, alors qu’il approchait de son soixante-troisième anniversaire.

J’ai donc choisi de relire avec vous ce pur et sublime joyau qu’est le poème intitulé « Vitrail », ciselé comme une minutieuse merveille d’orfèvrerie, dont la puissance évocatrice a charmé mon papa-moine lorsqu’il avait 11 ans, qui ne l’a, depuis lors, jamais oublié, et qui le récite encore avec délices, comme une intemporelle incantation à la plus pure beauté… 

pattes de chatLully.

Vitrail & gisants - basilique de Saint-Denis

* * * * * * *

Vitrail

Cette verrière a vu dames et hauts barons 
Étincelants d’azur, d’or, de flamme et de nacre, 
Incliner, sous la dextre auguste qui consacre, 
L’orgueil de leurs cimiers et de leurs chaperons ;

Lorsqu’ils allaient, au bruit du cor ou des clairons, 
Ayant le glaive au poing, le gerfaut ou le sacre, 
Vers la plaine ou le bois, Byzance ou Saint-Jean d’Acre, 
Partir pour la croisade ou le vol des hérons.

Aujourd’hui, les seigneurs auprès des châtelaines, 
Avec le lévrier à leurs longues poulaines, 
S’allongent aux carreaux de marbre blanc et noir ;

Ils gisent là sans voix, sans geste et sans ouïe, 
Et de leurs yeux de pierre ils regardent sans voir 
La rose du vitrail toujours épanouie.

                                                    José-Maria de Hérédia.

* * * * * * *

Gisants - Basilique de Saint-Denis

12345...24

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi