Archive pour la catégorie 'Memento'

2018-67. Non, il n’y a pas eu de dégâts dans notre Principauté…

Vendredi 10 août 2018,
Fête de Saint Laurent, diacre et martyr ;
Triste anniversaire de la prise des Tuileries…

Chers Amis du Refuge Notre-dame de Compassion,

Quelques uns d’entre vous, entendant parler des dégâts occasionnés par l’épisode cévenol de ce jeudi 9 août dans le département de l’Ardèche, nous ont adressé quelques très gentils messages en nous demandant si nous n’avions pas été sinistrés : qu’ils soient remerciés pour leur sollicitude !
Non ! Il n’y a eu aucun dommage dans notre « Principauté », soyez tout-à-fait rassurés. Les pluies y ont été violentes et abondantes mais n’ont causé aucun dommage, fort heureusement. Ni grêle, ni coupure d’électricité, ni inondation chez nous.
Les zones sinistrées se situent bien plus au sud.

Je profite simplement de ces quelques lignes pour vous adresser trois photographies prises hier en début de soirée par Frère Maximilien-Marie : elles vous suggèreront peut-être quelques impressions au sujet de la magnificence de ces hautes Boutières au cœur desquelles nous sommes établis, et dont la grandeur sauvage et la puissante sublimité sont, en toutes saisons et par tous les temps, bien propres à élever l’âme vers notre divin Créateur.

Après les orages - depuis le col de la Croix de Boutières

Depuis le col de la Croix de Boutières (1505 m d’altitude)
une vue des vallées et des sucs des hautes Boutières

Après les orages - Saint-Martial et son lac

Saint-Martial et son lac (environ 850 m d’altitude)

Après les orages - lac de Saint-Martial

Le lac de Saint-Martial après les orages, lorsque les brumes se dissipent…

Je profite également de cette courte publication pour vous rappeler que, en ce triste anniversaire de la prise des Tuileries et des infamies perpétrées à l’encontre de la famille royale, vous pouvez trouver dans les pages de ce blogue :
- Simples réflexions à propos du 10 août > ici
- Ainsi finit le régiment des Gardes Suisses du Roi de France > ici
- Témoignage de Pauline de Tourzel sur la prise des Tuileries et les événements qui suivirent > ici

Prions de tout notre cœur et de toute notre âme pour que cesse l’ignominie républicaine, fondée sur de telles abominations !

Lully.

Lys d'un drapeau des Gardes Suisses qui fut ramassé aux Tuileries par Cléry (Paris - musée Carnavalet)

Fragment d’un drapeau de la Garde Suisse
ramassé aux Tuileries par Cléry après les massacres et le pillage…

2018-66. « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ! »

9 août,
Fête de Saint Jean-Marie Vianney, confesseur (cf. > ici) ;
Mémoire de Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix, vierge et martyre (cf. > ici) ;
Mémoire de Saint Romain, martyr ;
Mémoire de la vigile de Saint Laurent ;
225ème anniversaire du commencement du siège de Lyon par les troupes de la Convention (9 août 1793).

Siège de Lyon août-octobre 1793

Le siège de Lyon par les troupes envoyées par la Convention
9 août – 9 octobre 1793

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

A partir du 9 août 1793, la ville de Lyon, en révolte ouverte contre la Convention depuis la fin du mois de mai, fut assiégée par une armée de quelque 65.000 hommes. Les défenseurs de la ville, eux, sont estimés à moins de 10.000 combattants.
Le siège lui-même, qui allait durer exactement deux mois, puisque la reddition eut lieu le 9 octobre 1793, fit un nombre inconnu de victimes (tuées au combat ou victimes de la faim et de la misère).
La répression impitoyable qui suivit, elle, dirigée principalement par Collot-d’Herbois et Fouché, fut l’occasion du massacre de presque 2.000 personnes : quelques unes furent guillotinées (mais cela était jugé trop long et trop coûteux), une centaine d’entre elles fut fusillée (mais cela aussi n’allait pas assez vite) et la très grande majorité fut l’objet de mitraillades collectives dans la plaine des Brotteaux.

On connaît le fameux décret de la Convention en date du 12 octobre 1793, voté à l’instigation de Barère : « Lyon perdra son nom, elle sera appelée Ville-Affranchie. Elle sera détruite. Tout ce qui fut habité par le riche sera démoli, il ne restera que la maison du pauvre, les habitations des patriotes égarés ou proscrits, les édifices spécialement employés à l’industrie et les monuments consacrés à l’humanité et à l’instruction publique. Il sera élevé sur les ruines de Lyon une colonne qui attestera à la postérité les crimes et la punition des royalistes de cette ville avec cette inscription : « Lyon fit la guerre à la liberté ; Lyon n’est plus. » »
C’est en effet une chose bien connue : « La pitié n’est pas révolutionnaire » (Westermann) !

Crypte de la chapelle expiatoire des Brotteaux

Crypte de la chapelle expiatoire des Brotteaux (Lyon)
dans laquelle sont conservés une partie des ossements des victimes de la répression du soulèvement de la ville contre la Convention

Mais je ne veux pas aujourd’hui m’étendre davantage sur cet épisode – qui nécessiterait à lui seul des pages et des pages d’études – : ce rappel n’est pour moi que l’occasion, le tremplin, pour quelques réflexions plus générales, et toujours très actuelles.

Au temps de la grande révolution, c’est au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité que l’on a commis des milliers et des milliers d’assassinats et que l’on a justifié des actes d’une barbarie qui dépasse tout ce que l’on peut imaginer. Et cela a continué bien au-delà des limites officielles de ladite révolution, puisque – c’est une évidence pour qui veut bien y réfléchir (voir par exemple > ici) – la révolution a continué bien au-delà, s’est étendue, s’est diversifiée, a opéré des changements d’apparence (mais non de substance)…
La révolution se perpétue et dure encore.

La révolution poursuit ses incommensurables ravages, dans l’ordre temporel… et dans la Sainte Eglise elle-même.
Oh ! Bien sûr, à l’intérieur de l’Eglise, il n’existe pas – au sens physique et matériel – de guillotine, de fusillades, de mitraillades, d’exécutions sommaires, de tribunaux d’exception, de comités de salut public, de loi des suspects, d’obligation de prêter les serments révolutionnaires, de déportations ou de camps de concentration…
Mais ils existent au sens psychologique et spirituel, et ce terrorisme-là n’est pas moins criminel et n’est pas moins dévastateur.

Ossuaire de la crypte de la chapelle expiatoire des Brotteaux - détail

Ossuaire de la crypte de la chapelle expiatoire des Brotteaux – détail.

Si, officiellement, un certain nombre de dispositions et de lois émanant du Saint-Siège Apostolique – notamment les mesures en faveur de la célébration de la Sainte Messe latine traditionnelle – garantissent les droits des fidèles ; si des évêques, encore trop rares, se démarquent de la « ligne du parti » (pardon, de l’inertie d’un consensus épiscopal figé par les toujours très prégnantes idéologies ecclésiastiques qui se sont imposées à l’occasion du concile vaticandeux) ; il n’en demeure pas moins toutefois que, mis à part en quelques oasis où l’on respire un air plus catholique, le terrorisme révolutionnaire ecclésiastique persiste, subsiste, se maintient, et prolonge son action mortifère.

A l’intérieur de la Sainte Eglise comme en politique, les libéraux ne l’ont jamais été que de nom et, en vérité je vous le dis, ils sont de très proches parents de Saint-Just (quelle sinistre ironie qu’un tel patronyme pour un tel personnage !) lorsqu’il  martelait : « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté ! ».

Malheureusement, les exemples actuels ne manquent pas pour illustrer mon propos.
Ils sont encore très nombreux, au Royaume de France, les prêtres et les fidèles qui, tout simplement parce qu’ils tentent de restaurer, parce qu’ils demandent, ou seulement parce qu’ils désirent l’enseignement d’une doctrine authentiquement catholique, la célébration des sacrements de manière authentiquement catholique, la transmission d’une spiritualité authentiquement catholique, sont méprisés, brimés, marginalisés, critiqués, suspectés, ignorés, rejetés, persécutés, exécutés dans leur réputation, guillotinés dans leurs moyens d’action, fusillés dans leurs initiatives, mitraillés dans leur aspirations et achevés sans ménagement à coups de crosse (car lorsque ce n’est plus celle des fusils de la liberté, il reste toujours celle des évêques).
Quant aux qualificatifs de « fanatiques », « aristocrates », « liberticides » ou « brigands » qui fleurissaient dans la bouche ou sous la plume des terroristes de 1793, ils existent toujours remis au goût du jour avec toutes les déclinaisons d’acception que l’on peut trouver pour « rétrogrades » et « intégristes », sans oublier, sous l’actuel pontificat, le terme « pharisien » par lequel il faut entendre le reproche d’être tout simplement et véritablement catholique dans sa doctrine et dans ses mœurs !

11 février 2013 - foudre sur la basilique Saint-Pierre

La spectaculaire photographie prise sur la place Saint-Pierre au Vatican le 11 février 2013

La révolution continue dans la Sainte Eglise, et malgré certaines tentatives pour en limiter la progression et les dégats, menées par exemple par Sa Sainteté le pape Benoît XVI et par quelques autres prélats qui ont vraiment pris la mesure de la gravité et des enjeux des combats présents, elle étend son œuvre de dévastation et de mort, orchestrée par ces modernes Saint-Just ecclésiastiques qui grenouillent à la Curie, dans les diocèses, dans les séminaires et dans les paroisses, et qui s’acharnent toujours, parfois sous des apparences conservatrices, à pratiquer et enseigner une exégèse, une liturgie, une doctrine et une morale polluées par tout ce que Grégoire XVI, le Bienheureux Pie IX et Saint Pie X ont fermement condamné.
Oui, ces Saint-Just-là sont toujours en place, et ils veulent substituer la fausse « liberté » révolutionnaire à la véritable liberté des enfants de Dieu, pleinement accordée à la Révélation divine (cf. conférence de Gustave Thibon publiée à partir d’ > ici).

Mais contre ceux qui s’opposent à la liberté surnaturelle des authentiques et fidèles croyants, la liberté surnaturelle de ceux auxquels il a été donné le pouvoir d’être faits enfants de Dieu, qui ne sont point nés du sang ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu (cf. Johan. I 12-13), il y aura toujours des Vendées immatérielles et des chouanneries spirituelles, héroïques dans leurs combats malgré tous les moyens colossaux et acharnés mis en œuvre afin de les détruire, pour faire triompher dans l’invisible le Sacré-Coeur et la glorieuse Croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ !

pattes de chatLully.

Scapulaire Sacré-Coeur

2018-65. « Frère, que faisiez-vous à 15 ans ? »

Mercredi 8 août 2018,
Fête de Saint Venance, évêque de Viviers et confesseur ;
Commémoraison des Saints Cyriaque, Large et Smaragde, martyrs.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Pendant quelques jours, Jean-Baptiste, filleul de Frère Maximilien-Marie, est resté avec nous au Mesnil-Marie. Il aura 16 ans dans deux mois, et il y a toujours eu une grande complicité entre le filleul et le parrain.
En septembre dernier, à l’occasion du repas d’anniversaire de ses 15 ans, Jean-Baptiste avait interrogé Frère Maximilien-Marie : « Frère, que faisiez-vous à 15 ans, vous ? », obligeant ainsi notre Frère à remonter quarante ans en arrière…

A la suite de cela, comme j’avais noté les réponses de Frère Maximilien-Marie, je lui ai moi-même posé d’autres questions afin d’obtenir quelques précisions supplémentaires : j’ai pensé qu’un certain nombre d’entre vous aurait quelque plaisir à cette parenthèse que je vous propose aujourd’hui.
Pour certains – qui ont à peu près le même âge que Frère Maximilien-Marie ou quelques années de plus – cela fera sans doute remonter à la surface quelques souvenirs personnels ; d’autres y trouveront l’occasion de connaître un peu mieux mon papa-moine ; pour d’autres encore, ce sera aussi l’opportunité – derrière ces souvenirs personnels – d’en apprendre un peu plus sur une période de l’histoire de l’Eglise dans le mi-temps de la seconde moitié du XXème siècle…

pattes de chat Lully.

Jean-Baptiste photographe du rétroviseur

Jean-Baptiste, le filleul de Frère Maximilien-Marie,
lui a demandé de regarder dans le rétroviseur de sa vie pour remonter 40 ans en arrière…

« Frère, que faisiez-vous à 15 ans ? »

Fr.Mx.M. :
« Ayant eu 15 ans après la fin de ma classe de seconde (mais nous préférions garder l’usage ancien et dire que nous avions fait nos « humanités »), je suis entré en première (mais nous préférions dire en classe de « rhétorique ») : je n’étais pas tout-à-fait le plus jeune de la classe, puisque l’une de mes camarades était née encore quelques semaines après moi et entrait en première alors qu’elle n’avait pas 15 ans accomplis.

J’étais dans une série littéraire, qui portait alors le nom  de « série A ». Si nous devions étudier l’anglais et une autre langue vivante, j’attachais cependant beaucoup plus d’importance à l’étude des langues anciennes : le latin, que je choisis alors de présenter comme première langue au bac, et le grec, dont je ferai ma seconde langue au bac.
Peux-tu alors imaginer que j’avais une chevelure abondante et plutôt longue qui me couvrait la nuque ? Souvent, pour aller en cours, je portais un bandeau de cuir large d’environ 2 cm qui me ceignait le front et était lacé à l’arrière de la tête !
Je n’aimais pas porter de « bloudjine », ni aucun vêtement trop standardisé : j’affectionnais les pantalons de velours noir et portais peu de chemises achetées dans le commerce – lorsque c’était le cas, je nouais alors un foulard de soie autour de mon cou – , mais la plupart du temps je dessinais mes chemises que ma mère confectionnait spécialement : chemises inspirées du style troubadour ou imitant celles du XVIIIème siècle…
Je ne portais jamais de couleurs vives, et marquais déjà une prédilection pour le noir.
En hiver, je portais rarement de manteau, mais j’avais réussi à me procurer une grande cape de laine noire qui avait appartenu à un prêtre !
Je n’avais pas davantage de cartable ou de sac à dos, mais c’est une malette de médecin de la fin du XIXème siècle qui m’en tenait lieu. »

malette de docteur

Question :
Et votre tenue ne vous attirait pas des réflexions ou des moqueries ?

Fr.Mx.M. :
« Parfois, si. En particulier de la part des lycéens des séries non littéraires. Mais d’une part je m’en fichais complètement et n’en tenais pas plus compte que s’il s’était agi des aboiements d’un chien derrière une clôture : les lycéens des séries scientifiques étaient à nos yeux des barbares voués à la bassesse des sciences positives ! Et d’autre part, dans ma classe, il y avait pas mal d’autres originaux : cette classe littéraire était composée d’élèves qui, pour la grande majorité, avaient véritablement choisi les lettres en raison d’une profonde motivation personnelle qui les portait vers l’art, la poésie, la littérature, les débats d’idée… etc.
Nous étions une vingtaine d’élèves dans cette classe, à part à peu près égales filles/garçons, et l’ambiance y était bonne. Rien à voir avec ces classes dites littéraires qui ne sont en réalité que le « fourre-tout » des élèves incapables de suivre une formation scientifique considérée comme unique sérieuse voie d’avenir.
Donc, pour en revenir à ta question, ces réflexions nous glissaient dessus comme l’eau sur les plumes d’un canard, seule comptait l’affirmation de notre individualité.
En revanche, ce qui m’attirait le plus de remarques blessantes, voire insultantes ou méchantes, et de moqueries, c’était le fait que je sois royaliste et fermement attaché à l’Ancien Régime. J’avais annoncé la couleur depuis déjà plusieurs années, et je commençais à avoir une argumentation, mais la plupart de ceux qui me critiquaient ou m’attaquaient ne voulaient pas d’une discussion sur le fond. Ils étaient formatés par l’enseignement de l’histoire officielle, et la remise en question de ces fausses vérités était tout simplement impossible pour eux. »

Question :
Et avec vos professeurs ?

Fr.Mx.M. :
« Dans ma classe, les relations avec les professeurs étaient généralement bonnes. Certes, nous en préférions certains à d’autres, et pour ce qui me concerne j’avais quelques difficultés avec ceux de mathématiques et de sport. Pour moi, il s’agissait davantage d’une attitude d’opposition à ces matières qu’aux personnes elles-mêmes.
J’aimais beaucoup mon professeur d’allemand, bien que n’étant pas un très bon germaniste, mais nous avions, en dehors des cours, de très longues et passionnantes discussions. Toutefois, mon professeur de prédilection était celui de grec classique : c’était un prêtre érudit, avec lequel j’ai beaucoup appris et bien au-delà des limites de sa matière. Les élèves de grec étaient si nombreux (!!!) qu’il s’agissait de fait d’un cours particulier. J’avais de fréquents contacts avec lui, en dehors des cours : histoire générale, politique, histoire de l’Eglise, histoire locale, musique, architecture, peinture, poésie étaient des sujets inépuisables et les heures filaient à la vitesse de l’éclair en sa compagnie !
J’avais aussi été profondément marqué par un autre prêtre, qui avait été mon professeur de français et de latin en classe de seconde, mais qui était mort prématurément à l’âge de 59 ans à la fin du mois d’août 1977 : lui aussi était un érudit, un humaniste, dont les cours subjuguaient les élèves qui en demandaient toujours davantage et eussent souhaité passer des heures et des heures avec lui. J’avais fermement espéré l’avoir encore en cours de latin et de français pour cette année de première, et sa mort nous avait profondément impressionés et peinés. C’est aussi avec cet abbé que j’avais commencé les cours de théâtre et l’année où je fus son disciple m’a marqué pour toute ma vie.
Il y avait enfin un autre prêtre professeur que je fréquentais assidûment : il enseignait la musique et était un virtuose à l’orgue. Mais dans ce contexte de l’après-concile et de l’après-68, c’était un prêtre en pleine crise « d’identité sacerdotale », tourmenté, déstabilisé, sans plus aucun repère doctrinal ni spirituel : si nous avions de longs échanges sur la musique, il y avait également de très longues heures pendant lesquelles j’essayais de lui tenir la tête hors de l’eau : te rends-tu compte ? J’avais 15 ans ; il avait 30 ans de plus que moi, il était prêtre… et c’était moi qui était son confident et qui le soutenait ! » 

Bédoin Sainte-Madeleine

Bédoin, sur les flancs du Mont Ventoux, la chapelle Sainte-Madeleine
autour de laquelle Dom Gérard Calvet commença la fondation monastique qui est aujourd’hui l’abbaye du Barroux.

Question :
Vous fréquentiez beaucoup de prêtres. Vous pensiez déjà à la vocation ?

Fr.Mx.M. :
« Oui et non ! Maintenant, je peux affirmer que l’appel de Dieu, pour moi, remonte très tôt dans mon enfance (autour de l’âge de 4 ans au moins), et lorsque je suis entré en sixième je parlais de manière certaine de mon attrait pour la vie religieuse.
Mais dans ce contexte difficile des années de l’après-concile et de l’après-68, tout ce que je voyais de l’Eglise catholique et de la plupart des prêtres me choquait, me dégoûtait et avait fini par m’éloigner de l’Eglise puisque tout ce à quoi j’aspirais pour la liturgie, la spiritualité et la doctrine, et qui appartenait à un passé encore proche, était ouvertement renié par la majorité du clergé que fréquentaient mes parents.
On ne cessait de me dire que ce pour quoi j’exprimais mon attachement était définitivement révolu, qu’il fallait tourner la page et évoluer… etc. Toutes mes aspirations spirituelles étaient brimées et pendant un temps je n’avais plus eu aucune espérance du côté de cette « Eglise moderne » dont la nouvelle liturgie et l’attitude de rupture avec sa Tradition multiséculaire étaient pour moi inconsistantes et repoussantes.
Lors de l’été 1976, quand éclata « l’affaire Lefèbvre », je découvris avec bonheur que la Tradition liturgique, doctrinale et spirituelle authentiquement catholique subsistait, malgré la persécution ouverte et injuste dont elle était accablée.
Au cours de ma classe de seconde, j’avais rencontré des lycéens qui partageaient ces mêmes aspirations ; j’avais aussi découvert le catéchisme traditionnel que l’on m’avait refusé quand j’étais allé au « caté » paroissial et aux cours de « catéchèse » du collège ; j’avais redécouvert la Sainte Messe latine traditionnelle, célébrée plus ou moins clandestinement par de vieux prêtres dans des chapelles de fortune : à cette époque, il n’y avait en effet les prêtres d’aucune « fraternité » pour perpétuer la Messe traditionnelle, et moi-même j’assistais de temps en temps à ces Messes clandestines en cachette de mes parents ; dans les couloirs du lycée, ancien petit séminaire, nous chantions à tue-tête la chanson de Georges Brassens « Sans le latin, sans le latin, la messe nous em….. », pour faire enrager les prêtres progressistes !
Au mois de février 1977, il y avait eu la « prise » de Saint-Nicolas du Chardonnet, à Paris, et nous étions impatients de voir se multiplier, dans toutes les régions, de tels coups d’éclat, pour le rétablissement du culte traditionnel.
Le 8 septembre 1977, en compagnie de ce prêtre dont je t’ai parlé qui était mon professeur de grec, je me suis rendu à la prise d’habit monastique d’un garçon un peu plus âgé que moi – puisqu’il venait de passer son bac – avec lequel j’avais fait du théâtre pendant mon année de seconde. Le monastère dans lequel il prenait l’habit était une petite communauté bénédictine traditionnelle qui se développait autour d’une petite chapelle édifiée au XIème siècle et placée sous le vocable de Sainte Marie-Magdeleine, à 3 km du village de Bédoin, sur les pentes du Mont Ventoux. Cette petite communauté fervente pratiquait la liturgie latine grégorienne et gardait les usages de la vie bénédictine traditionnelle : aussi les moines étaient-ils qualifiés d’ « intégristes ». Ces moines, qui faute de place, vivaient dans des caravanes, étaient jeunes, rayonnants de spiritualité et de joie intérieure, et leur supérieur, Dom Gérard Calvet, lors de cette prise d’habit, prêcha sur la grande apostasie qui affligeait l’Eglise. Quarante ans plus tard, j’ai encore dans l’oreille la mémoire vive de la force convaincante avec laquelle il parlait.
Cette découverte du petit monastère de Bédoin – qui allait quelques années plus tard déménager au Barroux – fut un véritable électrochoc spirituel et m’amena à me remettre à l’écoute de l’appel intérieur qui existait en moi depuis ma petite enfance et qui avait été étouffé par tant de voix étrangères et de vacarmes dévastateurs : cela ne se fit pas du jour au lendemain, d’autant qu’à cette époque je nourrissais de tendres sentiments pour une jeune fille de ma classe avec laquelle je passais aussi de longs moments… »

Souvenirs recueillis et transcrits par le Maître-Chat Lully.

chat internaute

Publié dans:Chronique de Lully, Memento |on 8 août, 2018 |11 Commentaires »

2018-64. « Etre offert pour la victoire » – Abbé Christian-Philippe Chanut.

In memoriam :

1948 – 7 août – 2018
70ème anniversaire de la naissance
de
Monsieur l’abbé Christian-Philippe Chanut
et
5ème anniversaire de son rappel à Dieu
2013 – 17 août – 2018

frise lys deuil

Monsieur l’abbé Christian-Philippe Chanut est né le 7 août 1948, à Talence. Il fut rappelé à Dieu le 17 août 2013.
Même si ces lignes sont beaucoup trop modestes pour saluer comme il convient la pieuse mémoire de ce prêtre dont nous étions honorés de la délicate amitié (ainsi que nous l’avions exprimé > ici), il nous est toutefois impossible de ne pas marquer dans ces pages ce double anniversaire : à quelques jours d’intervalle, le 70ème anniversaire de sa naissance et le 5ème anniversaire de sa mort.

Celui qui tentera un jour d’écrire une biographie véritablement exhaustive et totalement juste de l’abbé Chanut aura fort à faire s’il veut rendre dans toute sa vérité la figure d’un savant rigoureux et nuancé et d’un prêtre à la qualité spirituelle incomparable, sans exclure évidemment le rôle unique qu’il a joué dans le mouvement légitimiste sous les règnes de nos Souverains Alphonse II et Louis XX en sa qualité de Grand Aumônier de France.

Pour nous, aujourd’hui, relisons et méditons les paroles profondes qu’il prononça lors d’une méditation à l’occasion d’un pèlerinage de Paris à Chartres pour la Pentecôte. Ce qu’il enseigna, il le mit lui aussi en pratique dans cette longue maladie qui nous l’a ravi trop tôt.

Ce texte est extrait du précieux ouvrage publié par notre ami Jean de Waifhari : « Anthologie in memoriam – Abbé Christian-Philippe Chanut, le premier Grand Aumônier de France du XXIe siècle », aux éditions Exaltare Saint-Louis.
C’est nous qui nous permettons, dans le cours du texte, d’en marquer quelques passages en caractères gras, parce qu’il nous semble plus particulièrement important d’en souligner l’actualité pérenne et l’absolue nécessité en ces temps…

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

anthologie in memoriam -abbé Christian-Philippe Chanut

« Etre offert pour la victoire »

« Chacun de nous, sans doute depuis longtemps déjà, connaît nombre de ces beaux et admirables textes qui nous parlent de la vocation de la France. Nous aimons, à des moments privilégiés, les lire et les entendre, et alors, se produit parfois en nous comme une sorte de bouleversement intérieur qui envahit tout notre être d’un étrange enthousiasme. Mais, après que ces textes si forts et si grands nous ont comme élevés sur une montagne merveilleuse, force nous est de redescendre dans notre ordinaire vallée de larmes où toutes ces belles et formidables pensées nous apparaissent obsolètes, voire déplacées. La meilleure et la plus efficace manœuvre du démon est précisément de nous transporter bien haut avant de nous laisser retomber au plus bas pour nous ronger de toutes les ressources du pessimisme qui, après nous avoir désespérés sur les autres que nous finissons par ne plus vouloir aimer, nous fait désespérer sur Dieu qui nous abandonne aux mains des impies.

Or, le chrétien, configuré au Christ, lucide sur le monde comme le Christ, rejeté, moqué, torturé et tué avec le Christ, n’a pas d’autres armes que celles du Christ : la prière, le jeûne et l’aumône, c’est-à-dire le don de soi pour que nos ennemis deviennent nos frères. Avec la Vierge Marie, notre Mère et notre modèle, près du Christ en croix, unissons-nous à Ses souffrances et à Ses pensées pour être associés à Sa victoire. C’est assurément ce que fit la France, dans les terribles heures de la guerre de Trente Ans, lorsqu’elle se consacra à la Sainte Vierge Victorieuse de l’Assomption, en priant face et devant la statue de Notre-Dame des Douleurs.
Où que nous nous tournions dans l’histoire sainte de notre patrie, nous ne trouverons de résurrection qu’après que de pieuses âmes aient assumé les grandes tribulations dans la prière, la pénitence et la charité : voilà ce qui soutint les Gaules chrétiennes lors des invasions barbares et qui culmine dans l’exemple de Sainte Geneviève contre le péril Hun ; voilà d’où jaillit la France au baptême de Clovis ; voilà les saintes reines des terreurs mérovingiennes ; voilà les saints moines, avec les pèlerins des siècles de fer ; voilà le saint Roy Louis avec sa couronne d’épines ; voilà Sainte Jeanne d’Arc jusqu’au bûcher ; voilà les massacrés des guerres religieuses ; voilà les martyrs de la Révolution…
Comprenons, enfin, que si Dieu nous a déjà donné la victoire, c’est pour autant que, comme Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face, nous saurons nous offrir en holocauste, souffrant en nous, comme dit Saint Paul, ce qui reste à souffrir des souffrances du Christ.
Les voyons-nous, ces saints, au jour de la victoire ?
L’Apocalypse nous les montre autour du trône de l’Agneau immolé, attachés à Lui par la clarté fulgurante de sa parole et par toutes les grâces reçues du sacerdoce, vêtus de la robe blanche et portant à la main leurs palmes : ce sont les palmes du sang versé des martyrs, et ce sont aussi les palme œuvres secrètes des fidèles.

Ô Seigneur, par le ministère de votre Saint Archange Michel, apprenez-nous à combattre avec vos armes, assurez-nous de votre grâce, afin et pour, que nous sachions, au-delà des impressions et des sensations, que nous ne gagnons avec Vous qu’en priant, en nous mortifiant et aimant par amour de Vous ! Ainsi soit-il. »

Jean de Waifhari :
« Anthologie in memoriam – Abbé Christian-Philippe Chanut, le premier Grand Aumônier de France du XXIe siècle »,
Editions Exaltare Saint-Louis – pp. 217-218

frise lys deuil

2018-53. Lettre du Prieur de la Confrérie Royale à l’occasion du centième anniversaire du martyre de la famille impériale russe, le 17 juillet 1918.

1918 – 17 juillet – 2018

Icône sainte famille impériale russe

Icône de la sainte famille impériale russe martyre

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, vers le petit matin, dans la cave de la maison Ipatiev à Ekaterinbourg, petite ville de l’Oural, Leurs Majestés Impériales le Tsar Nicolas II Aleksandrovitch et la Tsarine Alexandra Feodorovna, ainsi que leurs cinq enfants : les grandes duchesses Olga, Tatiana, Maria et Anastasia et le Tsarévitch Alexis furent horriblement massacrés, puis leurs corps furent jetés dans une fosse à quelque deux kilomètres de là.

Il n’est point dans mon intention de relater les détails de cette abominable boucherie, ni même de rappeler les circonstances qui ont conduit à la chute de l’empire des Romanov.

Je veux en revanche insister sur le fait que, selon les paroles de Notre-Dame de Fatima quelques mois plus tôt, l’écroulement de cet empire russe chrétien, allait permettre que la Russie répandrait ses erreurs dans le monde provoquant guerres et persécutions.

A la suite de la famille impériale martyre, des centaines de milliers de moines, de moniales, de fidèles adultes et enfants, en Russie puis dans tous les pays où le communisme triomphant exporta ses doctrines abominables, derrière les rideaux de fer ou de bambou et sur tous les continents, ont subi le martyre sanglant en raison de leur fidélité au Christ.

Je veux en revanche insister sur le fait que les deux révolutions russes (1905 et 1917), ne sont que les filles et les épigones de l’abominable révolution de 1789, et que les bourreaux de 1917 et des décennies suivantes ne sont que les successeurs et continuateurs de ceux qui ont conduit à l’échafaud Leurs Majestés le Roi Louis XVI et la Reine Marie-Antoinette, Madame Elisabeth, les Bienheureuses Martyres d’Orange, les Bienheureuses Ursulines de Valenciennes, les Bienheureuses Filles de la Charité d’Arras, les Bienheureuses Carmélites de Compiègne (dont la fête liturgique se trouve justement en ce 17 juillet – cf. > ici), et tant de milliers d’autres connus ou anonymes ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont fait mourir à petit feu emmuré Sa Majesté le Roi Louis XVII, ou confiné plusieurs milliers de religieux et de prêtres dans les pontons des navires-mouroirs de Rochefort ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont fusillé et percé de baïonnettes les Bienheureux Martyrs d’Angers et d’Avrillé, les milliers de défenseurs de Lyon s’insurgeant contre la Convention ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont brûlé vifs les villageois et les tout petits enfants des Lucs sur Boulogne et les habitants de nombreux bourgs de nos bocages et de nos campagnes ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont égorgé avec une liesse satanique les détenus des prisons et des hôpitaux de Paris en septembre 1792, ou organisé des noyades en série dans des mises en scène aussi cruelles qu’impudiques… etc. …etc.

Je veux en revanche insister sur le fait que les millions de victimes des deux guerres mondiales du XXe siècle, ainsi que des guerres liées aux combats d’ « unification nationale » au XIXe siècle (par exemple pour l’Italie et l’Allemagne), ou des guerres dites d’indépendance au XXe siècle, comme encore les millions de victimes de toutes les idéologies qui découlent des divers avatars du nationalisme (dont les plus célèbres sont le fascisme et le national socialisme hitlérien) – ce nationalisme vers lequel lorgnent pourtant certains catholiques qui, ce faisant, croient être contre-révolutionnaires ! -, toutes, absolument toutes, sont en fait des victimes de la révolution dite française continuée, exportée, diversifiée, démultipliée, à la manière des têtes sans cesse renaissantes d’une hydre sortie de l’enfer.

Je pourrai développer cette sanglante et sinistre litanie sur des pages et des pages encore…

La nuit prochaine, nuit de l’exact centième anniversaire du martyre de la famille impériale russe, le Patriarche orthodoxe Cyrille de Moscou conduira une imposante procession sur 21 km – oui, vous avez bien lu : sur 21 km ! – à Ekaterinbourg.

Certes, je ne suis pas orthodoxe et je ne méconnais ni ne minimise les obstacles doctrinaux qui empêchent l’unité et la pleine communion entre orthodoxes et catholiques, néanmoins je ne peux que souscrire et reprendre à mon propre compte et pour le compte de toute la Confrérie Royale cette déclaration du Patriarche Cyrille : « Lavés par le sang de nos martyrs nous devons devenir un autre peuple qui ne permettra jamais plus d’outrager ses valeurs sacrées, de se refuser à Dieu » ; et l’on voudrait qu’aujourd’hui en Occident et dans l’Eglise catholique romaine des évêques aient des convictions suffisantes et assez de courage pour tenir le même langage au sujet de la révolution de 1789 et de toutes ses continuations : pour tenir le même langage lorsqu’ils sont interrogés par nos médias pourris, pour tenir le même langage en face des politiques marionnettes des loges, pour tenir le même langage surtout dans nos églises et nos cathédrales dévastées par la crise moderniste en face de fidèles qui, dans leur écrasante majorité, ne professent plus que des bribes de la foi authentique révélée par Notre-Seigneur !

Mon Dieu, donnez-nous des évêques et des prêtres capables de prêcher la pénitence et l’expiation au sujet de la satanique révolution, et, ce faisant, entraînant les âmes vers une authentique conversion des intelligences, une authentique conversion des cœurs et une authentique conversion des mœurs pour que la pureté et l’intégralité de la foi divine soit restaurée non seulement dans les âmes mais dans la société tout entière !

Le but de la révolution en effet, en 1789 comme en 1917, a été de détruire les monarchies chrétiennes, remparts de l’Eglise et de la foi, ce pourquoi la seule véritable et nécessaire contre-révolution se fonde sur la conversion profonde des individus, des institutions et des sociétés pour restaurer dans leur pureté et leur splendeur spirituelle des Rois et des Princes authentiquement chrétiens, participant de toute leur légitimité et de toute leur volonté aux desseins rédempteurs et sanctificateurs de Dieu, dans l’ordre social et politique qui leur a été départi par la divine Providence.

J’ai cru nécessaire de le rappeler avec force à l’occasion du centième anniversaire du massacre de Leurs Majestés Impériales le Tsar Nicolas II Aleksandrovitch, la Tsarine Alexandra Feodorovna, et leurs cinq enfants, authentiques martyrs comme la famille royale française lors de la grande révolution, parce que c’est en haine de la royauté chrétienne dont ils incarnaient les principes (malgré leurs faiblesses personnelles), en haine du Droit Divin, et donc en haine du Christ Notre-Seigneur, qu’ils ont été mis à mort.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur,
Prieur.

Blason Frère Maximilien-Marie

2018-52. « Il juge, il préside, il inspire… »

2006 – 10 juillet – 2018

frise

photo officielle des 12 ans de Lully

Portrait officiel de Son Altesse Sérénissime
Monseigneur le Maître-Chat Lully
à l’occasion du douzième anniversaire de sa naissance.

frise

Mardi 10 juillet 2018,
Fête de Sainte Félicité et de ses sept fils, ainsi que des Saintes Rufine et Seconde, martyrs ;
Anniversaire du rappel à Dieu de l’Abbé henri Huvelin (+ 10 juillet 1910).

Altesse Sérénissime,
Monseigneur,
Mon très cher Lully,

Voilà aujourd’hui douze ans que tu es venu au monde…
Qui, alors, pouvait soupçonner la place que tu remplirais dans la vie d’un moine augustinien et, par contre-coup, dans celle de ses amis, ainsi que – j’ose le dire – dans la sphère catholique et légitimiste ?
« Ad multos annos ! », chat que la divine Providence (« Deus, cujus Providentia in sui dispositione non fallitur » ainsi que nous le rappelait l’admirable collecte du septième dimanche après la Pentecôte) a placé près de moi comme un très fidèle et très affectionné compagnon, comme un maître de sagesse (oui ! oui !), et comme une extraordinaire manifestation de la sollicitude divine.
Je demande à Dieu, notre commun Créateur, de t’accorder encore de nombreuses et heureuses années ici-bas afin que, « esprit familier » du Mesnil-Marie, tu continues à juger, présider et inspirer, toi qui « pour dire les plus longues phrases (…) n’a plus besoin de mots ».

Ton immensément affectionné,

Frère Maximilien-Marie.

Chat gif en marche

Le Chat

I

Dans ma cervelle se promène,
Ainsi qu’en son appartement,
Un beau chat, fort doux et charmant.
Quand il miaule, on l’entend à peine,

Tant son timbre est tendre et discret ;
Mais que sa voix s’apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C’est là son charme et son secret.

Cette voix qui perle et qui filtre,
Dans mon fonds le plus ténébreux,
Me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases ;
Pour dire les plus longues phrases,
Elle n’a plus besoin de mots.

Non, il n’est pas d’archet qui morde
Sur mon coeur, parfait instrument,
Et fasse plus royalement
Chanter sa plus vibrante corde,

Que ta voix, chat mystérieux,
Chat séraphique, chat étrange,
En qui tout est, comme en un ange,
Aussi subtil qu’harmonieux !

II

De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu’un soir
J’en fus embaumé, pour l’avoir
Caressé une fois, rien qu’une.

C’est l’esprit familier du lieu ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu  ?

Quand mes yeux vers ce chat que j’aime
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement
Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

Charles Baudelaire (1821-1867)
in « Les Fleurs du mal ».

Chat gif en marche

Autres textes relatifs à l’anniversaire du Maître-Chat Lully :
- Lully a deux ans > ici
- Lettre à l’occasion du 8e anniversaire de Lully > ici
- Poèmes pour les 9 ans de Lully > ici
- Poème pour les 10 ans de Lully > ici

Publié dans:Chronique de Lully, Memento |on 10 juillet, 2018 |12 Commentaires »

2018-37. La Messe des Présanctifiés, au Vendredi de la Parascève.

10ème partie du récit du Maître-Chat Lully
relatant
la Semaine Sainte à La Garde-Freinet :

la Messe des Présanctifiés le Vendredi « in Parasceve »

Jeudi 3 mai 2018,
Fête de l’Invention de la Sainte Croix (cf. > ici)
Anniversaire du massacre des prêtres de Lamastre par les huguenots le 3 mai 1587 (cf. > ici et > ici)

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Je vais continuer aujourd’hui mes « reportages » photographiques sur les célébrations du Triduum Sacré selon les véritables et vénérables rites tels qu’ils figurent dans le missel tridentin, auxquelles Frère Maximilien-Marie et ses amis ont assisté lors de la dernière Semaine Sainte, auprès du monastère Saint-Benoît de La Garde-Freinet.
Ainsi donc, après mon compte-rendu de la Sainte Messe « in Cœna Domini » (cf. > ici), nous allons, très opportunément en cette fête de l’Invention de la Sainte Croix, revoir la cérémonie du Vendredi Saint, traditionnellement nommé Vendredi « in Parasceve ».

Encore une fois, nous renvoyons aux études publiées par Henri Adam de Villiers sur le blogue de la Schola Sainte-Cécile concernant la réforme de 1955, et en particulier > ici pour ce qui concerne la liturgie du Vendredi-Saint puisque les modifications « apportées au Vendredi Saint sont à la fois plus nombreuses et parfois plus complexes à analyser » et parce que « leur portée est aussi bien plus lourde de conséquences ».

La première modification subie par le missel tridentin lors de la réforme de 1955 est une modification de nom : depuis la plus haute antiquité (et parce que le terme est utilisé par les Saints Evangélistes eux-mêmes), la célébration liturgique du Vendredi-Saint porte le nom de « Feria sexta in Parasceve » c’est-à-dire : vendredi de la Parascève. Ce mot est passé directement du grec au latin et du latin au français sans être traduit : s’il signifie « préparation », son acception va toutefois bien au-delà de la simple évocation des préparatifs tels qu’on les conçoit dans la vie courante.
La Parascève des Juifs portait en elle toute la préparation sacrée du grand sabbat de la Pâque, et comprenait donc en particulier l’immolation de l’agneau pascal et tous les préparatifs rituels, conformes aux prescriptions de Moïse, pour le mémorial de cette nuit d’Egypte au cours de laquelle les maisons marquées par le sang de l’agneau avaient été préservées du passage de l’ange exterminateur, avant que le peuple Hébreu ne passe de l’esclavage à la liberté et ne franchisse la Mer Rouge. La Parascève chrétienne est celle de l’immolation de l’Agneau de Dieu véritable, qui prélude au passage de l’esclavage du péché à la liberté spirituelle des rachetés, communiquée par le saint baptême. L
e changement de dénomination survenu en 1955, sous le sempiternel prétexte bidon d’adopter un langage « plus adapté à la compréhension des hommes de ce temps » (sans doute devenus beaucoup moins intelligents que leurs ancêtres du VIIème, du XIIIème ou du XVIIème siècles !) abandonne un terme précis, lourd d’une évocation mystique séculaire, et c’est une grande perte.
Et dans le même temps, à l’intérieur de la Sainte Eglise de la même manière que dans la société civile, ceux qui prônent l’abandon de ces termes précis prétendûment mal compris ne se privent pas d’user et d’abuser de mots ou de formulations nouveaux, de néologismes, de sigles et d’abréviations, dont on se demande s’ils sont vraiment compréhensibles par les « hommes de ce temps » !

L’autre modification, bien mise en évidente par l’article du blogue de la Schola sainte-Cécile (cf. > ici), consiste, à travers de très nombreuses suppressions, en une atténuation des caractères antiques et traditionnels d’une Messe des Présanctifés, au point que la partie « eucharistique » de la liturgie du Vendredi-Saint dans le rite réformé en 1955 n’est plus à proprement parler une Messe des Présanctifiés mais se trouve réduite à une espèce de rite de communion en dehors de la Messe.
Je ne peux tout développer ici, aussi insisté-je vraiment pour que mes lecteurs se plongent avec la plus grande attention dans cette excellente étude rédigée par Henri Adam de Villiers.

Lully.

nika

Au début de la cérémonie, l’autel est nu, avec la croix voilée de violet et ses cierges éteints :

Vendredi Saint 1

Vendredi Saint 2

Le clergé entre en procession : il n’y a pas d’encens ni cierges pour les acolytes. Le célébrant est revêtu de la chasuble ; le diacre et le sous-diacre portent des chasubles pliés. Ces ornements sont de couleur noire comme à une messe des morts, puisqu’on célèbre la mort du Christ.
Le célébrant et ses ministres se prosternent de tout leur long au bas de l’autel, tandis que les autres clercs sont à genoux à leurs places respectives. Pendant ce temps, les acolytes disposent une seule nappe sur l’autel.

Vendredi Saint 3

Quand ils se relèvent, le célébrant et ses ministres génuflectent et montent à l’autel.
Après avoir baisé l’autel, le prêtre va au missel – du côté de l’épître – et commence à voix basse la lecture de la prophétie d’Osée. Le diacre et le sous-diacre sont en ligne derrière lui.

Vendredi Saint 4

Pendant ce temps, un lecteur fait à haute-voix la lecture de la prophétie d’Osée…

Vendredi Saint 5

… prophétie à la fin de laquelle le choeur chante le trait extrait du prophète Habacuc.
Lorsque le célébrant a terminé la lecture du trait au missel, il va à son siège, accompagné de ses ministres.

Vendredi Saint 6

A la fin du trait, le célébrant et ses ministres reviennent à l’autel. Le prêtre chante « Oremus », puis le diacre « Flectamus genua »

Vendredi Saint 7

Après un temps de prière silencieuse à genoux, le sous-diacre chante « Levate ! »
Tous se lèvent alors et le prêtre chante la collecte qui est la même qu’à la Messe « in Cœna Domini » : « Cette oraison commune aux deux Messes du Jeudi et du Vendredi Saint affirme magnifiquement l’unité théologique du Mystère pascal » (cf. article référencé ci-dessus).

Vendredi Saint 8

Le sous-diacre ayant déposé la chasuble pliée et reçu le lectionnaire des mains du cérémoniaire chante sur le ton commun la lecture du passage du livre de l’Exode relatif à l’agneau pascal.
Cette lecture est suivie d’un trait.

Vendredi Saint 9

Puis trois diacres chantent la Passion selon Saint Jean, de la même manière que l’on a chanté la Passion selon Saint Matthieu le dimanche des Rameaux (cf. > ici) et les Passions selon Saint Marc et selon Saint Luc les mardi et mercredi saints (cf. > ici).

Vendredi Saint 10

Génuflexion et temps de recueillement silencieux au moment où a été chantée la mort du Christ Notre-Seigneur :

Vendredi Saint 11

Lorsque les trois diacres ont achevé le chant de la Passion, le diacre ministre du célébrant dépose la chasuble pliée, revêt le stolon, reçoit l’évangéliaire mais  – comme aux Messes de Requiem – il ne reçoit pas la bénédiction du célébrant, et accompagné des acolytes qui – là encore comme aux Messes de Requiem – ne portent pas de cierges, il accomplit la procession de l’Evangile.

Vendredi Saint 12

Il chante la suite de la suite de la Passion selon Saint Jean qui raconte l’ensevelissement de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
L’évangéliaire n’est pas porté par le sous-diacre à baiser au prêtre, lequel n’est pas non plus encensé par le diacre.

Vendredi Saint 13

Après l’Evangile, le prêtre se place devant le missel, du côté de l’épître, avec le diacre et le sous-diacre en ligne derrière lui, et commence le chant des oraisons solennelles : chaque oraison est précédée d’une monition chantée par le prêtre les mains jointes sur le ton de la préface fériale, espèce d’invitatoire dans lequel est présentée l’intention ; cette monition est suivie d’un « Oremus », puis – sauf pour la huitième – d’un « Flectamus genua » du diacre et d’un « Levate » du sous-diacre. Puis vient l’oraison proprement dite, que le prêtre chante sur le ton férial les mains étendues.

Vendredi Saint 14

Vendredi Saint 15

 « Après les oraisons, le célébrant et ses deux ministres vont à la banquette, retirent leurs manipules. Le célébrant dépose sa chasuble noire, le sous-diacre sa chasuble pliée noire. Le diacre avait déjà déposé sa chasuble pliée noire pour le chant de l’Evangile de la Messe, pour lequel il avait pris le stolon ou étole large (originalement, une chasuble roulée en travers sur ses épaules), qu’il conserve.
Le diacre va alors chercher la croix voilée du maître-autel et l’apporte au prêtre. On procède au dévoilement de la croix en trois étapes :
1 – Le célébrant, qui s’est placé au coin postérieur de l’autel, côté épître (en ligne avec les chandeliers), reçoit la croix du diacre. Le célébrant découvre la partie haute de la croix, jusqu’à la traverse, de sorte qu’on ne puisse voir la tête du Christ. Il l’élève des deux mains, tournée vers le peuple, le diacre et le sous-diacre à ses côtés, à demi tournés vers la croix. Le célébrant chante une première fois Ecce lignum Crucis & ses ministres continuent avec lui pour chanter la suite : In quo salus mundi pependit. Le chœur répond Venite, adoremus. Tous s’agenouillent alors pour adorer le Christ, sauf le célébrant qui tient la croix » (citation de l’article référencé ci-dessus).

Vendredi Saint 16

« 2 – La même cérémonie se reproduit une seconde fois, cette fois au coin antérieur de l’autel, côté épître. Le prêtre dévoile cette fois le bras droit & la tête du Christ, et entonne un ton plus haut Ecce lignum Crucis qui est poursuivi par les ministres et auquel on répond comme précédemment » (ibid.).

Vendredi Saint 17

Vendredi Saint 18

« 3 – La même cérémonie est effectuée une troisième fois devant le milieu de l’autel, le célébrant découvre complètement le crucifix cette fois et entonne l’Ecce lignum Crucis un ton plus haut. Après le 3ème Venite, adoremus, tous demeurent à genoux cette fois (…) » (ibid.).

Vendredi Saint 19

Vendredi Saint 20

Puis la croix dévoilée est déposée sur un coussin posé au sol au lieu où se déroulera la cérémonie de l’adoration. Le célébrant et ses ministres vont à leurs places pour y retirer leurs chaussures, ce que font aussi tous les clercs présents, en signe de pénitence.
Pendant que le chœur interprête les chants prévus (les impropères, l’antienne « Crucem tuam » et l’hymne de Saint Venance Fortunat « Crux fidelis »), le célébrant, ses ministres, le clergé présent et les servants, vont adorer la croix, deux par deux, après avoir fait trois genuflections. 

Vendredi Saint 21

Vendredi Saint 22

Vendredi Saint 23

Lorsque les fidèles ont adoré la croix à la suite du clergé, celle-ci est est placée sur l’autel dont les cierges ont été allumés.
Puis, comme à une Messe, le diacre porte à l’autel la bourse contenant le corporal, qu’il déploie, ainsi qu’un purificatoire qu’il pose à côté.

Vendredi Saint 24

Le prêtre a repris la chasuble après l’adoration de la croix. Le sous-diacre a repris sa chasuble pliée.
Derrière la croix de procession, porté par un sous-diacre, accompagné des acolytes portant leurs cierges allumés, tout le clergé se rend au reposoir par le plus court chemin, suivi par les fidèles…

Vendredi Saint 25

Après un temps de recueillement silencieux, le diacre ouvre le tabernacle dans lequel se trouvent le calice et la patène contenant la grande Hostie consacrée la veille. Le célébrant se lève, impose l’encens dans deux encensoirs, se remet à genoux et encense le Saint-Sacrement.

Vendredi Saint 26

Puis ayant reçu le voile huméral, il prend le Saint-Sacrement que lui présente le diacre. Tous le clergé tient des cierges allumés et l’on retourne vers le sanctuaire en formant une procession solennelle qui est l’exacte réplique de celle qui, la veille, a amené le Saint-Sacrement au reposoir. On chante l’hymne « Vexilla Regis prodeunt ».

Vendredi Saint 27

Lorsque la procession arrive à l’autel, le diacre reçoit le Saint Sacrement des mains du prêtre, pose le calice sur le corporal au centre de l’autel, et défait le ruban qui retient le voile au calice : ce voile est alors disposé de la même manière qu’un voile de calice à une messe ordinaire.
Le Saint-Sacrement est alors à nouveau encensé par le célébrant agenouillé. C’est alors que commence le rite original de la Messe des Présanctifié tel qu’il a été fixé à l’époque de Saint Grégoire le Grand.

Vendredi Saint 28

« Le célébrant et ses ministres montent à l’autel et génuflectent. Le diacre retire le voile du calice, la patène et la pale, puis tient des deux mains la patène au dessus du corporal. Le prêtre prend alors le calice et fais glisser la grande hostie qu’il contient sur la patène, puis pose le calice sur le corporal. Il reçoit du diacre la patène et dépose l’hostie consacrée sur le corporal. Le diacre verse ensuite le vin dans le calice, et le sous-diacre un peu d’eau, comme à l’offertoire d’une messe. Le diacre donne le calice au prêtre, qui le replace sur le corporal et le couvre de la pale. Toutes les prières habituelles de l’offertoire – offrande du pain et du vin en vue du sacrifice, invocation de l’Esprit Saint sur les offrandes – sont ici totalement omises. Cette omission est intéressante car significative : on n’offre pas le pain, puisqu’il est déjà le Corps du Christ, on n’offre pas le vin, car il ne deviendra pas le Sang du Christ »  (article cité).

Vendredi Saint 29

« Cependant, le célébrant procède à l’encensement des oblats, de la croix et de l’autel, comme à l’offertoire ordinaire, avec les prières usuelles, mais il n’est pas encensé et on n’encense personne. Il génuflecte avec ses ministres à chaque fois qu’il passe devant le Corps du Seigneur. Il se lave les mains à l’ordinaire côté épître, mais sans accompagner ce lavabo du psaume habituel. Il revient au centre de l’autel pour dire la prière d’offertoire habituelle In spiritu humilitatis, laquelle indique bien qu’on accomplit un sacrifice (& sic fiat sacrificium nostrum in conspectu tuo hodie). Puis il baise l’autel et il se tourne à moitié, côté évangile, afin de ne pas tourner le dos au Saint Sacrement et dit : Orate fratres, invitation qui indique bien la réalisation d’un sacrifice : ut meum ac vestrum sacrificium acceptabile fiat apud Deum Patrem omnipotentem » (ibid.).

Vendredi Saint 30

Vendredi Saint 31

« La réponse habituelle Suscipiat n’est pas faite par les ministres, mais le célébrant passe directement au Pater, en omettant tout le canon de la messe (puisque l’hostie est déjà présanctifiée). Le Pater noster est chanté comme à l’ordinaire par le célébrant, sur le ton férial. A la suite du Pater, le célébrant chante les mains étendues le Libera nos, quæsumus Domine sur le ton férial des oraisons (là où d’ordinaire, il le récite en secret), en omettant du coup tous les gestes de la fraction de l’hostie qu’il accomplit à cet endroit en temps normal » (ibid).

Vendredi Saint 32

« A ce moment-là, le célébrant procède à l’élévation de l’hostie, qui est faite comme à une messe ordinaire et qui symbolise plus particulièrement en ce jour l’élévation du Corps du Christ sur la Croix, qui offre son sacrifice parfait au Père éternel : le diacre et le sous-diacre s’agenouillent un peu derrière le célébrant pour soulever sa chasuble. On utilise les crécelles à la place des clochettes, mais on n’encense pas » (ibid.).

Vendredi Saint 33

« Les ministres s’étant levés, le diacre découvre le calice. Le célébrant fait ensuite en silence la fraction de l’hostie, il la rompt en trois parts de la manière habituelle et laisse tomber la petite parcelle dans le calice comme à l’ordinaire. Puis il omet tout (Pax Domini, baiser de paix, Agnus Dei, etc…) jusqu’à la troisième oraison secrète avant la communion du célébrant (Perceptio Corporis tui). Notons que la seconde de ces oraisons secrètes – Domine Jesu Christe -, ici omise, fait référence au Corps et au Sang du Seigneur, ce qui n’est pas le cas de Perceptio Corporis tui qui elle ne parle que du Corps.
Le célébrant communie au Corps du Christ de la manière habituelle avec les oraisons communes. Puis il communie à la parcelle dans le calice et consomme le vin de celui-ci, mais en silence, sans les prières habituelles pour la communion au Sang du Christ.
Le célébrant est seul à communier en ce jour, selon un usage fort ancien » (ibid).

Vendredi Saint 34

« Le célébrant purifie ses doigts et le calice comme à l’ordinaire, et dit incliné à voix basse devant l’autel l’oraison habituelle Quod ore sumpsimus, mais omet la seconde, Corpus tuum, Domine, quod sumpsi, & Sanguis quem potavi, pour la même raison que précédemment : il communie bien au Corps du Christ mais pas au Sang du Christ. Le sous-diacre redispose le calice avec son voile comme à une messe puis le porte à la crédence, le diacre dépose son stolon pour reprendre sa chasuble pliée, comme à une messe de Carême. Tout le reste de la messe (antienne de communion, Postcommunion, Benedicamus Domino, Placeat, bénédiction, dernier évangile) est omis…

Vendredi Saint 35

Vendredi Saint 36

Vendredi Saint 37

« Comme l’autel du reposoir a été ôté, et que tous les tabernacles sont vides et laissés ouverts, l’église – où domine la croix du Seigneur – semble alors comme vide de la présence divine, sentiment qui marque puissamment la mort du Christ et représente symboliquement ce moment si particulier du Samedi Saint qui commence dès les vêpres : la mise au tombeau et la descente de Notre-Seigneur aux Enfers » (ibid.).

Vendredi Saint 38

A suivre :
La Vigile Pascale > ici.

2018-36. Centenaire de la première Messe de Saint Maximilien-Marie Kolbe.

1918 – 29 avril – 2018

Sant' Andrea delle Fratte - monument commémoratif de la 1ère messe de St Maximilien-Marie

Inscription en italien : « Dans cette chapelle de l’apparition,
Saint Maximilien-Marie Kolbe célébra sa première Messe, le 29 avril 1918 ».
Basilique Sant’ Andrea delle Fratte, Rome.

C’est le lendemain même de son ordination (cf. > ici), c’est-à-dire le lundi 29 avril 1918, que le Père Maximilien-Marie Kolbe célébra sa première Messe.

Profitons-en au passage – en ces temps d’ignorance où l’on a tendance à imaginer que des usages qui n’ont parfois pas plus de deux siècles constituent « la » Tradition de l’Eglise – pour rappeler que cela ne va pas forcément de soi qu’un nouvel ordonné célèbre sa première Messe le lendemain même de son ordination.
Au Moyen-Age ou même encore à l’époque moderne, il n’était pas rare qu’après s’être très longuement et consciencieusement préparés à recevoir le sacrement de l’Ordre, de jeunes prêtres attendissent encore plusieurs jours, voire plusieurs mois, dans une nouvelle étape de préparation spirituelle, avant de monter à l’autel pour y offrir le Saint-Sacrifice pour la première fois. A cet égard, le cas de Saint Ignace de Loyola et de Saint François-Xavier est particulièrement éloquent : c’est pratiquement une année entière après leur ordination (à Venise le 24 juin 1537) qu’ils célébrèrent leur première Messe.  

Sant' Andrea delle Fratte - extérieur

Basilique Sant’Andrea delle Fratte : vues extérieure et intérieure

Sant' Andrea delle Fratte - intérieur

Pour un jeune prêtre fervent et zélé, le choix du lieu de sa première Messe peut être revêtu d’un caractère symbolique fort. Ce fut bien le cas du tout jeune Père Maximilien-Marie Kolbe qui élut pour cette célébration la basilique de Sant’ Andrea delle Fratte.

Située dans le rione de Colonna, à deux pas de la place d’Espagne et de l’église de la Trinité des Monts, derrière le palais de « la Propaganda », cette église reconstruite à partir de la fin du XVIème siècle, présente toutes les caractéristiques du baroque romain, d’autant que les fameux architectes rivaux, Le Bernin et Borromini, y ont l’un et l’autre laissé leur empreinte.

Mais ce ne sont pas ses particularités artistiques qui avaient décidé du choix de cette église par le nouveau prêtre franciscain, lequel d’ailleurs n’avait pas demandé aux religieux Minimes qui desservent l’église à célébrer à l’autel majeur, mais avait choisi pour sa première Messe l’autel de la deuxième chapelle latérale sur le côté gauche de la nef : autel originellement dédié à l’archange Saint Michel et devenu depuis le 20 janvier 1842 l’autel de « la Madone du miracle« .

C’est très précisément ici que, ce 20 janvier 1842, Alphonse Tobie Ratisbonne, âgé de vingt-huit ans, comme un nouveau Saül, avait été terrassé par la grâce.

Sant' Andrea delle fratte - autel du miracle et de la 1ère messe

Basilique de Sant’ Andrea delle Fratte : autel de « la Madone du miracle ».
Sur l’arcature on lit (en italien) : « Ici apparut la Madone du miracle – 20 janvier 1842″
Devant les pilastres qui séparent cette chapelle latérale des chapelles voisines on voit,
du côté de l’Evangile, le buste d’Alphonse Ratisbonne,
qui fut converti ici par une apparition de la Vierge immaculée le 20 janvier 1842,
et du côté de l’épître le buste de Saint Maximilien-Marie Kolbe qui célébra sa première Messe à cet autel le lundi 29 avril 1918.

20 janvier 1842 – 20 janvier 1917 :
Tous les matins, les jeunes religieux qui suivaient leurs études au Collège Séraphique s’agenouillaient dans la chapelle pour un temps d’oraison en commun. Or ce 20 janvier 1917, le recteur du Collège, dans les indications qu’il donna pour la méditation du matin, n’évoqua pas la figure de Saint Sébastien, dont c’était la fête liturgique et qui est l’un des saints les plus populaires de Rome, mais il entretint les jeunes lévites du septante-cinquième anniversaire de la conversion d’Alphonse Ratisbonne.
Frère Maximilien-Marie avait-il déjà entendu parler de cette conversion spectaculaire ? Rien ne permet de l’affirmer ni de l’infirmer.
Ce qui est certain, c’est que septante-cinq ans après l’événement, son retentissement était véritablement intact et qu’il suscitait enthousiasme et zèle apostolique dans les coeurs catholiques fervents.
On était alors bien loin des coquecigrues et billevesées actuelles, qui ont pour conséquence le refus pratique de travailler à la conversion des Juifs. On rendait alors de sincères et vibrantes actions de grâces à Dieu pour – comme le dit le décret officiel de reconnaissance du miracle – « la conversion instantanée et parfaite d’Alphonse-Marie Ratisbonne du judaïsme ».

Or rien ne prédisposait Alphonse Ratisbonne à embrasser la foi catholique, car il était violemment obstiné dans les erreurs sur le christianisme héritées de son milieu. Rien, sauf le fait que, par convenance mondaine (il n’avait pas voulu froisser des amis catholiques de la meilleure société) et aussi un peu par jeu, il avait accepté de porter la « médaille miraculeuse » et de réciter chaque jour – sans conviction pourtant – le « Memorare ».
Entré dans cette église simplement pour accompagner un ami qui devait y rencontrer un prêtre à la sacristie, il l’attendait en déambulant comme on l’aurait fait dans un cabinet de curiosités. C’est alors que la Vierge immaculée, telle qu’elle est figurée sur la médaille, s’était révélée à ses yeux et que, tombant à genoux, il avait dans un unique et très bref instant connu et compris toutes les vérités de la foi et y avait adhéré. Dix jours plus tard, il recevait le saint baptême indispensable au salut (en ce temps-là on n’opposait pas d’interminables délais à la réception d’un sacrement si nécessaire), était confirmé et faisait sa première communion.

Nul doute que – qu’il la connût auparavant ou pas – cette conversion sensationelle rappelée par le recteur du Collège Séraphique en ce matin du 20 janvier 1917, n’ait compté pour beaucoup dans la maturation du projet de création de la « Militia Immaculatae », qui aboutirait quelque neuf mois plus tard, le 16 octobre 1917 au soir, ainsi que cela a été rapporté > ici.
De fait, le port et la diffusion de la « médaille miraculeuse » sera l’un des points caractéristiques fondamentaux de la Milice.  

Sant' Andrea delle Fratte - Madonne du miracle

Basilique de Sant’ Andrea delle Fratte : tableau de la « Madone du miracle »,
montrant la Très Sainte Vierge Marie dans l’attitude où elle a elle-même voulu être représentée sur la « médaille miraculeuse »,
médaille manifestée à Sainte Catherine Labouré le 27 novembre 1830.

Ainsi, tout est parfaitement ordonné dans la tête du jeune Père Maximilien-Marie Kolbe en ce moment où, devenu prêtre du Christ pour l’éternité, cinq mois et demi après la fondation de la « Militia Immaculatae », il vient célébrer à l’autel de la « Madone du miracle » sa toute première Messe, ce lundi 29 avril 1918 :
- l’autel est celui où la Vierge conçue sans péché est apparue, telle qu’elle est représentée sur la médaille, pour convertir parfaitement un ennemi du Christ Sauveur et de Son Eglise ;
- le formulaire de la Messe qu’il célèbre est celui de la Messe votive de la manifestation de la médaille miraculeuse (que l’on trouve au missel dans les Messes « pro aliquibuis locis » à la date du 27 novembre) ;
- l’intention pour laquelle il offre le Saint-Sacrifice est « la conversion des schismatiques, des non-catholiques et des maçons ».
Décidément, ce jeune prêtre et ardent « chevalier de l’Immaculée » est bien loin de ce faux œcuménisme « à deux balles » qui a prévalu au sein même de l’Eglise depuis quelques décennies !

Le lendemain, mardi 30 avril 1918, le Père Maximilien-Marie Kolbe ira célébrer sa deuxième Sainte Messe à la basilique de Saint-Pierre au Vatican et il l’offrira afin d’obtenir « la grâce  de l’apostolat et du martyre pour moi et pour les frères du collège ».
Ce en quoi, en ce qui le concerne lui-même du moins, il sera exaucé au-delà de tout ce qu’il avait alors sans doute pu imaginer.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Saint Maximilien-Marie Kolbe

Dans les pages de ce blogue vous trouverez aussi :
– Prières en l’honneur de Saint Maximilien-Marie Kolbe ici
– Catéchèse de Sa Sainteté le pape Benoît XVI sur Saint Maximilien-Marie ici
– Récit du martyre de Saint Maximilien-Marie Kolbe ici
– Témoignage d’un rescapé d’Auschwitz sur le martyre de Saint Maximilien-Marie ici
- Centenaire de l’ordination sacerdotale de Saint Maximilien-Marie > ici

– Centenaire de la fondation de la Militia Immaculatae (16 octobre 1917) ici

Publié dans:De liturgia, Memento, Nos amis les Saints |on 29 avril, 2018 |2 Commentaires »

2018-35. Centenaire de l’ordination sacerdotale de Saint Maximilien-Marie Kolbe.

1918 – 28 avril – 2018

Le dimanche 28 avril 1918, qui était cette année-là le quatrième dimanche après Pâques, fut célébrée, à Rome, l’ordination sacerdotale de celui qui deviendrait Saint Maximilien-Marie Kolbe.

Le jeune religieux avait atteint son vingt-quatrième anniversaire le 7 janvier précédent : entré au séminaire franciscain conventuel à l’âge de treize ans, Raimond Kolbe avait reçu, à l’âge de seize ans et demi, le 4 septembre 1910, en même temps que le saint habit, le nom de religion de Frère Maximilien ; deux ans plus tard (1912), il était envoyé à Rome pour ses études : il y resta sept ans.
Docteur en philosophie à l’âge de vingt-et-un ans et neuf mois (22 octobre 1915), il sera également reçu docteur en théologie à l’âge de vingt-quatre ans et demi (22 juillet 1919), juste à la veille de prendre le train pour rentrer dans son pays natal.

Notons au passage cette particularité : par sa naissance en 1894 dans la voïvodie de Lodz, Raimond Kolbe était de fait sujet de Sa Majesté Impériale le Tzar de toutes les Russies ; entré dans un couvent de Galicie – dans l’empire austro-hongrois, parce qu’il n’y avait pas de couvents franciscains pour le noviciat et les études dans l’Empire Russe -, puis placé dans un couvent de Cracovie pour le début de ses études religieuses, tout en restant sujet de l’empereur Nicolas II, c’est avec un des documents administratifs autrichiens qu’il prit la route pour Rome ; enfin, pour son retour, le Père Maximilien-Marie bénéficia de papiers polonais puisque le 11 novembre 1918, après cent-vingt-trois ans de partition entre la Russie, la Prusse et l’Autriche, la Pologne avait été reconstituée  en véritable état indépendant.

Saint Maximilien-Marie Kolbe jeune religieux

Le jeune Père Maximilien-Marie Kolbe

A propos de son accession au sacerdoce, le Père Maximilien-Marie Kolbe écrivit le 26 septembre 1918 à sa mère : « L’ordination sacerdotale est arrivée pour moi à l’improviste ». Cette expression a de quoi surprendre : n’était-il pas à Rome justement afin de s’y préparer au sacerdoce ?
Mais pour quelqu’un qui est bien au courant des usages ecclésiastiques traditionnels, il saute aux yeux que cette date d’ordination présente un caractère insolite : un dimanche – le quatrième après Pâques -, et non à l’occasion d’un samedi des Quatre-Temps, de la fête des Saints apôtres Pierre et Paul ou de quelque autre apôtre (l’usage de célébrer les ordinations le dimanche n’est en effet pas du tout traditionnel mais appartient aux modes qui ont prévalu seulement depuis les réformes postérieures au second concile du Vatican).
Ceci demande donc quelques explications.

Frère Maximilien avait prononcé à la fin du mois de juin 1914 le serment antimoderniste – prescrit par le motu proprio « Sacrorum antistitum » du 1er septembre 1910 (cf. > ici) – nécessaire pour accéder aux ordres sacrés, puis il avait été tonsuré par le cardinal Basil Pompilj, vicaire de Rome, le 28 octobre 1914, en la fête des Saints apôtres Simon et Jude : c’est à cette occasion qu’il rajouta le nom de Marie à celui de Maximilien reçu lors de sa prise d’habit. Quelques jours après, pour la fête de la Toussaint (1er novembre 1914), jour où il fit sa profession perpétuelle, il fut ordonné portier et lecteur par le même cardinal-vicaire ; enfin pour la vigile de Saint André (29 novembre 1914) il reçut les ordres d’exorciste et d’acolyte, toujours des mains du même cardinal.
Il fut ordonné sous-diacre le 16 juillet 1916, en la fête de Notre-Dame du Mont Carmel, et diacre le 28 octobre 1917, à nouveau en la fête des Saints apôtres Simon et Jude.
Mais pour l’ordination sacerdotale, initialement prévue le vendredi dans l’octave de la Pentecôte 24 mai 1918, il y eut des changements qui donnent à l’événement un aspect quasi rocambolesque.

Le Code de Droit Canonique voulu et préparé par le pape Saint Pie X avait été promulgué par son successeur, Benoît XV, le 27 mai 1917 et il devait entrer en vigueur à la Pentecôte 1918 (dimanche 19 mai 1918).
Or en vertu du canon 976, le Code dont les dispositions devraient être mises en application à partir de ce 19 mai 1918 interdisait d’ordonner prêtre un homme qui n’aurait pas atteint le milieu de sa quatrième année de théologie, et le Frère Maximilien-Marie n’en était qu’à la troisième année.

Qu’à cela ne tienne ! Si l’on veut échapper à une loi qui contrarie nos desseins, il n’y a finalement rien de plus simple que de se placer dans un cadre légal où elle n’a pas, ou plus, ou pas encore d’autorité.
Vivement désireux de ne pas retarder l’accès au sacerdoce de plusieurs jeunes lévites franciscains, le recteur du Collège Séraphique (faculté de théologie des Franciscains conventuels à Rome) demanda au cardinal Pompilj que les ordinations fussent avancées à une date précédant la Pentecôte… et le cardinal-vicaire acquiesça à une requête qui ne lui provenait d’ailleurs pas uniquement des franciscains mais également de plusieurs autres supérieurs ecclésiastiques.

Le 9 avril, Frère Maximilien-Marie fut informé qu’il devait se préparer aux examens finaux en vue du sacerdoce qui allaient donc être anticipés eux aussi ; examens auxquels il fut reçu, évidemment.
Le 20 avril, il commença les exercices spirituels de préparation à l’ordination.

Basilique Sant'Andrea della Valle

Rome : basilique Sant’ Andrea della Valle.
Edifiée de 1591 à 1663, elle est l’une des plus grandes églises de Rome après la basilique vaticane.
C’est l’église de la maison-mère de l’Ordre des Théatins.
C’est dans cette basilique que fut ordonné prêtre Saint Maximilien-Marie Kolbe.

Au matin du dimanche 28 avril 1918, en la basilique de Sant’ Andrea della Valle, au milieu d’une centaine d’autres ordinands, séculiers et réguliers de tous ordres et de tous pays, Frère Maximilien-Marie devint pour l’éternité prêtre de la Sainte Eglise Catholique.

On notera qu’à l’heure du sacrifice, lorsque le Lagerführer d’Auschwitz lui posera la question : « Qui es-tu ? », le Père Maximilien-Marie répondra simplement par ces deux mots : « Prêtre catholique ».
Au moment de rendre le témoignage suprême, la seule identité qu’il a mise en avant fut celle de son sacerdoce.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Basilique Sant' Andrea della Valle intérieur

Basilique sant’Andrea della Valle : intérieur.
Un décor fait pour magnifier la grandeur du Saint Sacrifice de la Messe
et la beauté du sacerdoce catholique.

Basilique Sant' Andrea della Valle sanctuaire

Basilique sant’Andrea della Valle : le sanctuaire.
Les trois panneaux peints qui l’ornent sont l’œuvre du napolitain Mattia Preti (1613-1699)
et représentent des scènes du martyre de l’apôtre Saint André, titulaire de cette église.

A suivre :
Centenaire de la première Messe de Saint Maximilien-Marie Kolbe > ici.

Dans les pages de ce blogue vous trouverez aussi :
- Prières en l’honneur de Saint Maximilien-Marie Kolbe > ici
- Catéchèse de Sa Sainteté le pape Benoît XVI sur Saint Maximilien-Marie > ici
- Récit du martyre de Saint Maximilien-Marie Kolbe > ici
- Témoignage d’un rescapé d’Auschwitz sur le martyre de Saint Maximilien-Marie > ici
- Centenaire de la fondation de la Militia Immaculatae (16 octobre 1917) > ici

palmes

Publié dans:De liturgia, Memento, Nos amis les Saints |on 27 avril, 2018 |4 Commentaires »
12345...24

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi