Archive pour la catégorie 'Chronique de Lully'

2017-1. Sept cartes du Nouvel An 1917.

Mardi soir 3 janvier 2017,
Fête de Sainte Geneviève (cf. > ici et > ici),
Octave de Saint Jean.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Frère Maximilien-Marie, après l’adresse des voeux que vous avez certainement reçue (cf. > ici), reprendra la parole bientôt afin de développer quelques réflexions qui lui tiennent à coeur, dans le contexte actuel.
En attendant, de manière un peu plus anecdotique, je voulais vous faire découvrir sept cartes du nouvel an qui sont très exactement centenaires, puisqu’elles ont toutes été envoyées à l’occasion du 1er janvier 1917, et qui ne manquent pas de charme.

Les deux premières sont tout-à-fait dans le style de la « belle époque » et évoquent encore la frivolité désuète et les galanteries badines de la fin du XIXème siècle :

Blogue janvier 2017 1

Blogue janvier 2017 2

Toutefois, beaucoup de ces cartes de voeux de notre collection – on le comprend aisément en cette période de guerre – ont des accents patriotiques et veulent entretenir l’espérance de la victoire.
Ainsi celle-ci où le coq gaulois, campé sur le gui du nouvel an, annonce une aurore de gloire et de victoire pour 1917, au-delà de l’évocation des combats en cours (guerre des tranchées, barbelés, explosion) :

Blogue janvier 2017 3

Et sur celle-là, c’est la victoire personnifiée par une femme effleurant d’un pied léger le sol français, qui brandit la palme immense de la victoire de telle manière qu’elle semble fustiger le soldat allemand culbuté devant elle :

Blogue janvier 2017 4

La carte ci-dessous est allemande et montre deux fêtards dans une position cocasse.
Le clairon qu’embouche l’un d’eux doit-il sonner la proclamation de la prochaine victoire de l’Allemagne ?

Blogue janvier 2017 5

Les deux cartes suivantes, d’origine britannique, sont à l’adresse des soldats alliés. La première à l’intention des troupes françaises :

Blogue janvier 2017 6

Et la seconde pour les soldats belges, francophones aussi bien que néerlandophones :

Blogue janvier 2017 7

Pour nous qui, avec le recul, savons que 1917 ne sera pas encore l’année de la cessation du conflit, mais bien au contraire l’année où les propositions de paix de l’empereur Charles 1er de Habsbourg et la tentative de médiation du pape Benoît XV se heurteront à une inflexible volonté des dirigeants français de poursuivre les combats, non pas en considération du bien des peuples, mais pour des raisons purement idéologiques, ces cartes « patriotiques » demeurent comme les témoignages éloquents des aberrations auxquelles peut aboutir le dévoiement nationaliste, héritage direct des idées de la révolution française.

Prions Dieu de guérir aujourd’hui en profondeur les coeurs des Français de ce funeste poison nationaliste, si contraire aux préceptes évangéliques, et si néfaste au développement d’une authentique politique chrétienne…

pattes de chatLully.

Publié dans:Chronique de Lully |on 3 janvier, 2017 |1 Commentaire »

2016-95. « Montrant en tout douceur et contentement pour Lui faire plaisir »…

Samedi 31 décembre 2016,
Fête de Saint Sylvestre, pape et confesseur,
Mémoire du 7e jour dans l’octave de la Nativité.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

De la même manière que je ne souhaite pas le « bonjour » la veille au soir pour la journée du lendemain, je ne présente pas de voeux de « bonne année » avant que la nouvelle année ne soit arrivée.
Pour ce 31 décembre donc, même si la journée est bien avancée, vous devrez vous contenter d’une de ces belles formules de jadis que nous affectionnons tant, en particulier le magnifique souhait provençal : « A l’an que vèn, se sian pas mai que sian pas mens : A l’année prochaine, et si nous ne sommes pas plus nombreux, que nous ne soyons pas moins nombreux ! » (voir > ici).
Nous nous retrouverons donc l’un de ces prochains jours, si Dieu nous les accorde, pour exprimer et développer les voeux de nouvel an.

En attendant, et parce que depuis le 24 décembre je n’ai pas pu le faire, ayant été très occupé par mes fonctions de garde-malade, je me hâte de terminer aujourd’hui auprès de vous cette année de publications sur mon blogue, en vous offrant cette petite image de Noël, que Frère Maximilien-Marie et moi avions mise de côté il y a déjà plusieurs semaines en prévision de ces fêtes de la Nativité 2016.

Montrant en tout douceur et contentement

« …Montrant en tout douceur et contentement pour Lui faire plaisir… »

Cette ancienne image de dévotion est d’une teneur toute salésienne, et nous devons en recueillir la leçon très précieusement : Quoi qu’il advienne, tout est voulu – ou du moins permis – par Dieu, dans les mystères de Sa Sagesse et de Sa Providence qui n’ont nuls comptes à nous rendre, et dont, avec une absolue confiance, nous devons simplement être persuadés que cela peut être utile au bien de nos âmes, à notre sanctification et à notre croissance dans la foi, l’espérance et la charité…
Alors, quels que soient les événements qui nous touchent, affectent ou éprouvent, efforçons-nous de montrer, en tout et toujours, douceur et contentement, et, dans notre âme, de faire monter le chant du saint abandonnement vers le Coeur de l’Enfant-Dieu.

C’est bien ce à quoi nous nous sommes appliqués, en notre Mesnil-Marie, depuis l’avant-veille de Noël.

Je vous ai écrit, ci-dessus, que j’avais été très occupé par mes fonctions de garde-malade : c’est qu’en effet Frère Maximilien-Marie a commencé à ressentir les atteintes d’une angine le vendredi 23 décembre en fin de journée… Au terme d’une nuit sans sommeil, il s’est révélé, le 24 au matin donc, qu’il avait une fièvre déjà importante.
Malgré les « remèdes de cheval » qu’il a absorbés tout au long du jour afin de la neutraliser, notre Frère – qui n’imaginait pas un seul instant qu’il puisse « laisser tomber » Monsieur l’Abbé pour les cérémonies de la Sainte Nuit et du Jour de Noël – avait plus de 39,5° le samedi 24 en début de soirée : il n’était évidemment pas question de sortir, de prendre le volant et de faire une heure de route pour aller préparer la Messe de Minuit, la chanter, la servir, … etc.
Et il en fut de même le Saint Jour de la Nativité…

Une semaine après, bien que n’ayant plus de fièvre, Frère Maximilien-Marie est encore bien fatigué et tousse toujours.
Il a été examiné par son médecin, lequel a confirmé et le diagnostic que j’avais posé et les soins que j’avais déjà prescrits. Il ne s’agit pour lui maintenant que d’être patient et prudent dans l’attente d’un total rétablissement, montrant en tout douceur et contentement pour faire plaisir à Jésus, puisque Jésus a voulu ou permis que ce soit sous sa couette que, cette année, notre Frère s’unisse au mystère de la Nativité du divin Rédempteur.

Pour terminer l’année avec le sourire, j’ai demandé à Frère Maximilien-Marie de réaliser, selon mes indications, un petit dessin que je puisse vous livrer. Le voici, avec sa légende…

A l’année prochaine !

pattes de chatLully.

Moine malade :
(les numéros figurant sur le dessin renvoient à des explications publiées en dessous)

Moine malade

1 – Moine fiévreux, « chouté » par les médicaments, pratiquant le saint abandonnement à Dieu, et montrant douceur et contentement en sa maladie (note-à-benêts : on remarquera que le moine alité est tout-à-fait comme les icebergs, c’est-à-dire que la partie la plus importante est invisible).
2 – Empilement de couettes.
3 – Garde-malade qui se transforme volontiers en bouillotte-ronronnante.
4 – Livres (ne sont ici figurés de manière symbolique que quelques exemplaires, car en réalité ils sont environ une centaine à environner le lit de Frère Maximilien-Marie).
5 – Mini-crèche provenant d’Amérique latine et installée à l’intérieur d’une tasse (Important : ne pas boire !).
6 – Tasse avec infusion de thym-citron-miel (Important : boire !).
7 – Sirop homéopathique pour soigner la toux (Frère Maximilien-Marie l’appelle « sirop pour ma toux et pour matou » étant donné qu’il soigne aussi bien sa toux à lui que la mienne).

Sacré-Coeur gif

Publié dans:Chronique de Lully |on 31 décembre, 2016 |5 Commentaires »

2016-93. Du caractère historique absolument certain des Saints Evangiles.

20 décembre.

A l’occasion de chaque grande fête chrétienne, en France de manière particulière, des émissions télévisées ou radiophoniques, des allusions plus ou moins grossières faites par tel ou tel présentateur ou animateur, sont l’occasion d’attaquer le christianisme, de proférer quelque blasphème contre Notre-Seigneur ou la Très Sainte Vierge Marie, de tourner en ridicule les mystères révélés par Dieu, ou de critiquer de diverses façons la foi de la Sainte Eglise… etc.
Nous sommes en effet dans un temps de persécution religieuse qui si, en nos pays occidentaux, ne prend pas – pas encore – une tournure sanglante générale, s’exerce néanmoins au travers d’une déconsidération habituelle, au travers de moqueries et de critiques, au travers de pressions psychologiques exercées principalement par les médias…

L’un des moyens utilisé (ce n’est pas le seul, mais c’en est l’un des principaux) pour déconsidérer le christianisme et pour en détruire la crédibilité, consiste à le réduire à une croyance purement humaine, et à présenter ses textes fondateurs comme des écrits sans consistance historique, mais seulement comme l’expression humaine de la foi des chrétiens à la fin du premier siècle, chrétiens qui n’auraient donc pas connu le Christ Lui-même et n’auraient pas été les témoins de Sa vie et de Ses miracles.

Monsieur l’abbé Jean Carmignac, que j’ai eu l’insigne privilège et honneur d’approcher et avec lequel j’ai pu échanger lorsque j’étais jeune religieux (j’en ai donné quelque témoignage en 2011 à l’occasion du 25e anniversaire de sa mort, cf. > ici) a travaillé d’une manière scientifique incontestable à démontrer le caractère historique des Saints Evangiles, ce qui lui valut – pendant sa vie et encore aujourd’hui trente ans après sa mort – d’être attaqué, mis à l’écart, odieusement vilipendé et même persécuté par quelques membres influents de l’Eglise…

Monsieur l'Abbé Jean Carmignac

Monsieur l’abbé Jean Carmignac.

L’association Jean Carmignac travaille à maintenir la mémoire de l’abbé Jean Carmignac, à défendre et à faire connaître ses travaux, à promouvoir les conclusions scientifiques qu’il a découvertes et défendues, à favoriser tout ce qui permet de développer et d’approfondir encore ses conclusions.

Le livre des Saints Évangiles étant le principal document (mais pas le seul) que nous possédons sur Jésus-Christ, le divin fondateur de la religion chrétienne, il est donc très important d’en étudier la valeur historique, pour savoir si ce que nous connaissons de Notre-Seigneur Jésus-Christ est du domaine de l’histoire véritable ou de la légende.

Après avoir publié en 1997 « Les Evangiles sont des reportages, n’en déplaisent à certains » (éd. Pierre Téqui), ouvrage que nous ne cessons de recommander, notre grande et fidèle amie Marie-Christine Ceruti-Cendrier, aujourd’hui présidente de l’association Jean Carmignac, a réalisé une vidéo très pédagogique, destinée à un large public, qui présente un résumé bien complet des données actuelles venant corroborer le caractère historique absolument certain des Saints Evangiles.

Prenez 50 minutes pour la visionner – et ne vous contentez pas d’une seule fois, car il faut bien connaître ces choses pour pouvoir répondre aux objections et argumenter en face de nos détracteurs – et faites-la connaître autour de vous… sans aucune modération.
C’est important, très important !

Image de prévisualisation YouTube

Un chrétien qui ne se forme pas est un chrétien fragile.
Un catholique qui n’a pas le souci d’approfondir sans cesse (et jusqu’à la fin de ses jours), sur des bases toujours plus solides, ce qu’il a appris au catéchisme, est un catholique exposé à toutes sortes d’erreurs ou de déviances.

Si la foi – qui est surnaturelle – ne dépend certes pas de la connaissance intellectuelle, il importe néanmoins de bien comprendre que le sur-naturel, par définition, vient se greffer sur ce qui est naturel, et donc que toutes les connaissances humaines qui peuvent venir consolider les fondations naturelles de la foi, ne sont pas à négliger.
En nos temps où tant de voix ennemies veulent faire croire que la foi chrétienne ne repose sur rien de solide, et qu’elle n’est en conséquence qu’une croyance parmi d’autres et sur le même plan que les autres, c’est même une grave faute morale que de ne pas faire l’effort d’approfondir et d’étudier avec persévérance et ténacité tout ce qui peut renforcer nos convictions catholiques.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.    

St-Esprit & Ste Bible

2016-92. Adaptation au monde moderne ?

Parmi les reproches qui sont faits à l’encontre des Légitimistes qui, à la suite de Monseigneur le Comte de Chambord, de jure Sa Majesté le Roi Henri V, maintiennent coûte que coûte les principes de la royauté française traditionnelle et refusent toute compromission avec les idées qui ont causé la révolution ou en sont les conséquences, il y a celui de ne pas savoir « s’adapter au monde moderne ».
Cela peut se décliner avec des formes voisines, telles que « ne pas comprendre les aspirations de son temps », « ne pas savoir s’inscrire dans le mouvement général », « laisser passer les opportunités d’entrer dans la modernité que nous tend l’Histoire », et autres formules de pure rhétorique qui ne servent qu’à masquer l’abandon des principes pérennes et solides.

Il en est de même dans l’Eglise où l’abandon – la trahison – de la Tradition, reçue des Apôtres et développée organiquement au fil des siècles par les Pères, les saints Docteurs, les Pontifes fidèles (car il en est qui ne le furent pas), les conciles authentiques (car là encore il en est qui ne sont que des brigandages) …etc. , fait l’objet de pseudo justifications sous la formule incantatoire, quasi dogmatique et indéfiniment répétée par les chantres du « renouveau », d’ « adaptation au monde moderne » (ou « au monde de ce temps »).
Dans l’une des conférences de Gustave Thibon – encore et toujours ! – , j’ai relevé une citation qui n’a pas besoin d’être longue pour être percutante, comme souvent.
C’est une réflexion de simple bon sens, une fois de plus ; mais, parce que justement le bon sens est ce qui semble faire le plus défaut dans certains raisonnements, dans certaines intelligences, dans certaines structures d’enseignement, dans certaines sacristies, dans certains presbytères, évêchés ou palais apostoliques, il est bien nécessaire que ce que le bon sens inspire soit rappelé à temps et à contretemps : « opportune, importune » (2 Tim. IV, 2).
Dans ces quelques lignes qui suivent, je me suis autorisé à reproduire en caractères gras ce qui m’y apparaissait comme plus spécialement important.

Lully.

IMG_5245 - Copie

*  *  *

Adaptation au monde moderne ?

« (…) Je crois que ceux qui parlent de s’adapter à tout prix au monde moderne ne savent pas ce dont le monde moderne a besoin : il a besoin de ce qui lui manque, il n’a pas besoin qu’on surabonde dans son propre sens. Il faut différer beaucoup de son siècle pour le servir.
Au reste, aujourd’hui, la modernité commence à se vomir elle-même. Si l’on nous accuse d’immobilisme, parce que, selon la belle formule d’un jeune philosophe contemporain, nous voulons « nous rapprocher de ce qui ne change jamais plus que nous adapter à ce qui change toujours », parce que nous sommes plus soucieux de nous dépasser nous-mêmes que de ne pas nous laisser dépasser, nous répondrons que se rapprocher du modèle divin, sculpter l’existence à l’image de l’essence, imprimer sur ce qui est la marque de ce qui doit être, cela exige tout de même beaucoup d’énergie, de vigilance, d’initiative et de liberté, infiniment plus que suivre passivement le courant de la mode et se laisser emporter comme une feuille morte par « l’air du temps »… ».

Gustave Thibon,
in « Morales de toujours et morales éternelles »,
conférence du 27 mars 1973 à Waremme (Belgique)
« Les hommes de l’éternel », ed. Mame – Paris 2012 – p. 89]

Gustave Thibon

2016-90. L’alliance adultère de l’Eglise et de la révolution.

Vendredi 9 décembre 2016,
2e jour dans l’octave de l’Immaculée Conception.

Vierge séraphique

La Vierge séraphique :
« Gaude, Maria Virgo, cunctas hæreses sola interemisti in universo mundo »
(Réjouissez-vous ô Vierge Marie, vous seule avez vaincu toutes les hérésies dans le monde entier)

Alors que le mois de décembre file à la vitesse « V » et entraîne cette année 2016 vers sa fin, je veux revenir sur un anniversaire  que nous n’avons pas eu le temps de mentionner à sa date exacte, le 29 août dernier, mais sur lequel nous avons abondamment réfléchi et médité pendant des mois et des mois : le quarantième anniversaire de ce que, in illo tempore, l’on a appelé « la Messe de Lille », au cours de cet été 1976 qui a manifesté d’une manière médiatique retentissante le courage exemplaire de Son Excellence Monseigneur Marcel Lefèbvre.
Je devine déjà que certaines personnes, qui ne nous aiment guère, vont s’empresser de tirer profit de cette publication pour nous clouer au pilori du « lefèbvrisme », crime que certains ecclésiastiques – surtout lorsqu’ils se gargarisent de tolérance et de miséricorde – considèrent comme absolument impardonnable, tant en ce monde que dans l’autre.

Pour ce qui me concerne, je n’étais alors que dans la pensée de Dieu. Mais notre Frère, qui était alors âgé de 14 ans, s’en souvient parfaitement ; et pour cause.
Dégoûté – c’est exactement le terme qui convient, car il y avait vraiment de quoi inspirer la nausée – du pseudo catholicisme que son entourage familial, paroissial, diocésain et scolaire (car il était scolarisé dans un collège tenu par des religieux totalement sécularisés et sinistrés par le modernisme triomphant), le futur Frère Maximilien-Marie s’éloignait de l’Eglise, de Notre-Seigneur Jésus-Christ et même de Dieu, puisque cette « Eglise conciliaire » ne lui apportait rien de consistant, liturgiquement, spirituellement et doctrinalement.
En revanche, il gardait au coeur le souvenir fervent de la Messe qu’il avait connue avant la réforme liturgique : Messe dont il n’avait pas besoin de comprendre matériellement les mots latins pour comprendre spirituellement les mystères qu’elle célébrait, et pour être comme irrésistiblement élevé vers Dieu…
Mais tous – parents, éducateurs, prêtres et religieux – lui répétaient à satiété que tout cela était révolu, définitivement révolu, et qu’il fallait « vivre avec son temps » : c
e temps du « printemps de l’Eglise » et d’une « dynamique nouvelle », « plus évangélique »… Tu parles ! On n’a jamais vu l’Eglise en perte de dynamisme et d’influence autant qu’en ces années-là : les fidèles en masse abandonnaient la pratique religieuse et s’éloignaient de la morale évangélique aussi bien que de la foi, tandis que les clercs apostasiaient et défroquaient comme jamais ! 

Bref ! Lorsque, le 29 juin 1976, les médias commencèrent à parler des ordinations sacerdotales conférées par Son Excellence Monseigneur Lefèbvre malgré la défense qui lui en avait été signifiée par le Saint-Siège, lorsque le 22 juillet 1976 fut fulminée contre lui une suspens a divinis, et lorsque le 29 août suivant Monseigneur Lefèbvre prononça, à Lille, une homélie fleuve – véritablement historique – , celui qui deviendrait Frère Maximilien-Marie recommença à s’intéresser à l’Eglise catholique et se sentit envahi par une espérance jamais éprouvée jusqu’alors ;  espérance qui ne l’a jamais quitté depuis.
Car c’est cette homélie fleuve – et particulièrement les extraits que je vais publier ci-dessous – qui lui donnèrent le goût et le courage d’ouvrir le livre du catéchisme qu’on ne lui avait jamais enseigné – ni à la paroisse ni au collège – , de s’instruire de la foi catholique authentique (dont on peut dire qu’on avait pris grand soin de lui cacher jusque là), de l’approfondir et d’en vivre.
Car cet adolescent dégoûté, qui sera quelques années plus tard Frère Maximilien-Marie, n’est pas devenu « lefèbvriste » à ce moment-là. Il est tout simplement devenu vraiment catholique, dans un milieu et en un moment où quasi tous – parents, éducateurs, prêtres et religieux – cessaient en réalité de l’être, même s’ils continuaient à « aller à la Messe » et à fréquenter les structures institutionnelles de l’Eglise.

Quarante ans plus tard, il est bon et salutaire de relire les paroles fortes et quasi prophétiques de Monseigneur Lefèbvre, à Lille, ce 29 août 1976.
La dénonciation vigoureuse de « l’alliance adultère de l’Eglise et de la révolution » a peut-être pris davantage de force et de sens de nos jours, en 2016, qu’alors, puisque plus encore qu’en 1976 nous constatons que les vocations sacerdotales sont en chute libre, que la pratique religieuse se raréfie encore, que les paroisses rurales – territorialement surdimensionnées – sont réduites à des coquilles vides ou presque, que des diocèses autrefois florissants se retrouvent avec beaucoup moins de prêtres qu’au sortir de la grande révolution, que ceux qui se disent catholiques remettent en question des pans entiers de la doctrine révélée (la divinité du Christ et Sa Résurrection, le Saint-Sacrifice de la Messe et la Présence réelle, le purgatoire, voire – excusez du peu – le dogme de la Sainte Trinité, puisqu’ils affirment avoir le « même Dieu » que les mahométans qui nient catégoriquement la Sainte Trinité et la divinité de Notre-Seigneur Jésus-Christ !) …etc.

Pour marquer donc, dans l’action de grâces, ce quarantième anniversaire, après en avoir longuement parlé avec notre Frère Maximilien-Marie, il nous a semblé important et utile de reproduire ci-dessous ces extraits – non pas « lefèbvristes » mais tout simplement pleinement catholiques – de cette fameuse homélie de Lille.

Lully.

Lille 29 août 1976 Monseigneur Lefèbvre

Son Excellence Monseigneur Marcel Lefèbvre
à Lille, le dimanche 29 août 1976.

L’alliance adultère de l’Eglise et de la révolution.

« (…) Que s’est-il passé dans ce concile?
Nous pouvons le savoir facilement en lisant les livres de ceux qui ont été précisément les instruments de ce changement dans l’Eglise qui s’est opéré sous nos yeux. Lisez par exemple : « L’oecuménisme vu par un franc-maçon » de Marsaudon. Lisez le livre du sénateur du Doubs, Monsieur Prélot, « Le Catholicisme libéral », écrit en 1969. Il vous dira que c’est le concile qui est à l’origine de ce changement, lui catholique libéral, il le dit dans les premières pages de son livre : «Nous avons lutté pendant un siècle et demi pour faire prévaloir nos opinions à l’intérieur de l’Eglise, et nous n’y avons pas réussi. Enfin est venu Vatican II et nous avons triomphé. Désormais les thèses et les principes du catholicisme libéral sont définitivement et officiellement acceptés par la Sainte Eglise».
Vous croyez que ce n’est pas là un témoignage ? Ce n’est pas moi qui le dis, cela. Mais lui le dit en triomphant, nous, nous le disons en pleurant.

Qu’est-ce qu’ont voulu en effet les catholiques libéraux pendant un siècle et demi ?
Marier l’Eglise et la révolution, marier l’Eglise et la subversion, marier l’Eglise et les forces destructrices de la société et de toutes sociétés, la société familiale, civile, religieuse.
Ce mariage de l’Eglise, il est inscrit dans le concile. Prenez le schéma « Gaudium et Spes », et vous y trouverez : «Il faut marier les principes de l’Eglise avec les conceptions de l’homme moderne». Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire qu’il faut marier l’Eglise, l’Eglise catholique, l’Eglise de Notre-Seigneur Jésus-Christ, avec des principes qui sont contraires à cette Eglise, qui la minent, qui ont toujours été contre l’Eglise.

C’est précisément ce mariage qui a été tenté dans le concile par des hommes d’Eglise, et non par l’Eglise, car jamais l’Eglise ne peut admettre une chose comme celle-là.
Pendant un siècle et demi précisément, tous les Souverains Pontifes ont condamné ce catholicisme libéral, ont refusé ce mariage avec les idées de la révolution, de ceux qui ont adoré la Déesse-Raison.
Les papes n’ont jamais pu accepter des choses semblables. Et pendant cette révolution, des prêtres sont montés à l’échafaud, des religieuses ont été persécutées et également assassinées. Souvenez-vous des pontons de Nantes où étaient amassés tous les prêtres fidèles et que l’on coulait au large. Voilà ce qu’a fait la révolution !
Eh bien ! je vous le dis, mes biens chers frères, ce qu’a fait la révolution n’est rien à côté de ce qu’a fait le concile Vatican II, rien !
Il eut mieux valu que les 30, les 40, les 50000 prêtres qui ont abandonné leur soutane, qui ont abandonné leur serment fait devant Dieu, soient martyrisés, aillent à l’échafaud, ils auraient au moins gagné leur âme. Maintenant, ils risquent de la perdre (…).

En définitive, la révolution française lorsqu’elle faisait des martyrs accomplissait l’adage des premiers siècles : «Sanguis martyrum, semen christianorum», le sang des martyrs est une semence de chrétiens. Et ils le savent bien ceux qui persécutent les chrétiens, ils ont peur d’en faire des martyrs. Et on ne veut plus faire de martyrs !
Cela a été le summum de la victoire du démon : détruire l’Eglise par obéissance. Détruire l’Eglise par obéissance. Nous la voyons détruite tous les jours sous nos yeux : les séminaires vides, ce beau séminaire de Lille qui était rempli de séminaristes, où sont-ils ces séminaristes ? Qui sont-ils encore ces séminaristes ? Savent-ils qu’ils vont être prêtres ? Savent-ils ce qu’ils vont faire quand ils vont être prêtres ?
Ah ! Et cela précisément parce que cette union voulue par les catholiques libéraux entre l’Eglise et la Révolution est une union adultère ! De cette union adultère ne peut venir que des bâtards.
Et qui sont ces bâtards ? Ce sont nos rites. Le rite de la nouvelle messe est un rite bâtard. Les sacrements sont des sacrements bâtards. Nous ne savons plus si ce sont des sacrements qui donnent la grâce ou qui ne la donnent pas. Nous ne savons plus si cette messe nous donne le Corps et le Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ ou si elle ne les donne pas. Les prêtres qui sortent des séminaires ne savent plus eux-mêmes ce qu’ils sont. C’est le cardinal de Cincinnati qui, à Rome, disait : « Pourquoi il n’y a plus de vocations ? parce que l’Eglise ne sait plus ce qu’est un prêtre ».
Alors, comment peut-elle encore former des prêtres si elle ne sait plus ce qu’est un prêtre ? Les prêtres qui sortent des séminaires sont des prêtres bâtards. Ils ne savent pas ce qu’ils sont. Ils ne savent pas qu’ils sont faits pour monter à l’Autel, pour offrir le Sacrifice de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et pour donner Jésus-Christ aux âmes, et appeler les âmes à Jésus-Christ. Voilà ce que c’est qu’un prêtre, et nos jeunes qui sont ici le comprennent bien. Toute leur vie va être consacrée à cela, à aimer, à adorer, à servir Notre-Seigneur Jésus-Christ dans la Sainte Eucharistie, parce qu’ils y croient, à la présence de Notre-Seigneur dans la Sainte Eucharistie !

Cette union adultère de l’Eglise et de la révolution se concrétise par le dialogue.
L’Eglise, si elle a à dialoguer, c’est pour convertir. Notre-Seigneur a dit : «Allez, enseignez toutes les nations, convertissez-les». Mais il n’a pas dit : «Dialoguez avec elles pour ne pas les convertir, pour essayer de vous mettre sur le même pied qu’elles».
L’erreur et la vérité ne sont pas compatibles. Si on a de la charité pour les autres (…), on doit leur donner Notre-Seigneur, leur donner la richesse que l’on a et non pas converser avec eux, dialoguer avec eux sur un pied d’égalité.
La vérité et l’erreur ne sont pas sur un pied d’égalité. Ce serait mettre Dieu et le diable sur le même pied, puisque le diable est le père du mensonge, le père de l’erreur (…) ».

Son Excellence Monseigneur Marcel Lefèbvre (1905-1991),
ancien archevêque de Dakar, ancien délégué apostolique pour l’Afrique française,
archevêque-évêque émérite de Tulle, ancien supérieur général de la Congrégation du Saint-Esprit,
homélie du dimanche 29 août 1976, Lille. 

Armoiries de Mgr Lefèbvre

Armoiries de S.Exc. Mgr. Marcel Lefèbvre

2016-87. Où à l’occasion de la fête de Saint Nicolas, Maître-Chat Lully publie quelques images anciennes liées à cette fête.

6 décembre,
Fête de Saint Nicolas de Myre.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Au Mesnil-Marie, nous avons une grande dévotion pour Saint Nicolas de Myre : nous honorons en lui tout à la fois le grand défenseur de la foi de Nicée contre l’hérésie arienne, le coeur immensément charitable qui s’ingénia à soulager les misères matérielles et morales, le thaumaturge dont l’intercession suscita de prodigieux miracles, mais aussi le personnage si populaire dans la Chrétienté auquel se rattachèrent de pieuses légendes devenues inséparables de son culte, quand bien même leur historicité semble infondée…

En ce saint temps de l’Avent – qui même s’il n’est pas chargé par autant d’austérités que le Carême demeure toute de même un temps de pénitence et d’ascèse – , la fête de Saint Nicolas est une pause pendant laquelle nous nous laissons aller à une espèce de joie enfantine débordante : notre Frère Maximilien-Marie fredonne – ou parfois même chante à tue-tête – quasi toute la journée avec une mine ravie la célèbre légende de Saint Nicolas (à certains moments, il esquisse même des pas de danse !), et moi j’ai toujours droit à une friandise dont je me pourlèche les moustaches !!!

Je ne vous étonnerai sans doute pas si je vous dis que, dans les réserves d’images de Frère Maximilien-Marie, les représentations de Saint Nicolas sont très nombreuses.
Alors aujourd’hui, juste pour le plaisir, j’en ai extrait sept parmi les plus anciennes : en l’occurrence, il y a quatre cartes postales du début du XXe siècle et trois images en chromolithographie.
Leur naïveté m’enchante et j’espère que la reproduction que j’en fais ci-dessous vous plaira : c’est mon cadeau à votre intention pour la Saint Nicolas !

Puissent ces images de jadis faire briller en vos yeux, et plus encore en vos coeurs, des étoiles d’enfantine allégresse…

St Nicolas 2016-87 1

* * *

St Nicolas 2016-87 2

* * *

St Nicolas 2016-87 3

* * *

St Nicolas 2016-87 4

* * *

St Nicolas 2016-87 5

* * *

St Nicolas 2016-87 6

* * *

St Nicolas 2016-87 7

Comme vous l’avez remarqué, cette dernière carte postale met en scène un extrait de la légende de Saint Nicolas, avec des enfants costumés…
Comme je regrette que nous n’en possédions pas tous les épisodes, car cette carte devait, selon toute vraisemblance, appartenir à une série illustrant l’antique comptine !
Allez ! Pour terminer, vous la chanterez bien en entier avec nous :

Image de prévisualisation YouTube

Bonne et belle fête de Saint Nicolas !

pattes de chatLully.

St Nicolas gif

2016-86. Sauvez Rome et la France, au nom du Sacré-Coeur !

3 décembre,
Fête de Saint François-Xavier.

Je vous rappelais hier, chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, à l’occasion de l’anniversaire de la bataille de Loigny (2 décembre 1870), l’influence qu’elle avait exercé sur la genèse du Voeu National au Sacré-Coeur (cf. > ici), dont le cantique « Pitié, mon Dieu ! » fut l’expression.

J’en profite aujourd’hui pour compléter ce que je vous écrivais au sujet des afflictions de l’Eglise et des malheurs de la France - n’en déplaise à ces « idiots utiles » qui, dans la société civile mais plus encore dans l’Eglise, nous serinent que tout va bien - :
1 – si la spoliation des Etats de l’Eglise livrés aux exactions de la secte maçonnique fut alors un grand malheur, voir aujourd’hui l’Eglise livrée à la propagation de l’hérésie moderniste est un malheur encore plus grand ;
2 – si la captivité du Bienheureux Pie IX dans l’enceinte de la Cité Vaticane fut alors la cause d’une profonde tristesse pour tous les catholiques, la pusillanimité des pasteurs aux doctrines pour le moins floues ou hésitantes (quand elles ne sont pas carrément hétérodoxes) est aujourd’hui la cause d’une tristesse infiniment plus profonde pour les fidèles qui ont conservé la foi de la Tradition reçue des Apôtres ;
3 – si la défaite militaire de la France devant le rouleau compresseur prussien fut alors le motif d’une immense humiliation, la déroute sociale, intellectuelle, culturelle, morale et spirituelle de notre pays est aujourd’hui le motif d’une humiliation mille fois plus immense ;
4 – si l’invasion du territoire français par les troupes germaniques fut alors à l’origine d’une dramatique inquiétude, la collaboration des gouvernements successifs de la république à une invasion mahométane mortifère est aujourd’hui la raison pleinement justifiée d’une clairvoyante inquiétude à la perspective des drames que cette invasion engendrera immanquablement…

Mais si ces grands malheurs des années 1870 et 1871 furent aussi l’occasion d’un grand sursaut spirituel, à combien plus forte raison aujourd’hui les grands malheurs de la France et de l’Eglise doivent-ils entraîner une saine et sainte réaction surnaturelle par un authentique retour à Dieu : conversion ; pénitence et réparation ; recours fervent à ces puissants intercesseurs que sont les Saints de France ; instantes supplications adressées à la Très Sainte ViergeMarie, Reine de France ; et – par dessus tout – appels pressants au Sacré-Coeur.

Marseille basilique Sacré-Coeur vitrail du voeu national

Le Voeu National au Sacré-Coeur
(vitrail de la basilique du Sacré-Coeur à Marseille)

Voilà pourquoi Frère Maximilien-Marie a composé de nouvelles paroles, plus adaptées aux circonstances présentes, pour le cantique « Pitié, mon Dieu ! »

Notre Frère y a rétabli le refrain originel  : « Sauvez Rome et la France, au nom du Sacré-Coeur ! » (et non pas « Sauvez, sauvez la France… », puisque ce cantique avait été écrit dans le contexte de la spoliation des Etats Pontificaux et de l’écrasement de la France sous la botte prussienne), qui prend aujourd’hui un sens nouveau, encore plus exact, encore plus tragique, comme je le faisais remarquer ci-dessus.
Toutefois il en a réécrit les couplets afin de les faire davantage coller à l’actualité de l’Eglise et de notre malheureux pays.

Voici donc cette réactualisation de l’ancien cantique du Voeu National :

1- Pitié, mon Dieu ! car Votre Sainte Eglise
De toutes parts se trouve menacée ;
Jusqu’en son sein, il en est qui pactisent
Avec l’esprit de l’enfer déchaîné :

Refrain :  Dieu de clémence ! ô Dieu vainqueur !
                   Sauvez Rome et la France, au nom du Sacré-Coeur ! (bis)

2 – Pitié, mon Dieu ! apostate est la France :
Elle renie son Seigneur et son Roi !
Que Votre Amour brise sa résistance
Et la ramène à Votre sainte loi !

3 – Pitié, mon Dieu ! d’un horrible naufrage
La Chrétienté se trouve menacée.
Ressuscitez les glorieux lignages
De l’héroïsme et de la sainteté !

4 – Pitié, mon Dieu ! que ce monde coupable,
Abandonnant ses chemins dépravés,
Dans l’unité de l’amour véritable,
Par Votre Eglise, trouve enfin sa paix !

(paroles réécrites par Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur)

le Voeu National - mosaïque de la basilique de Montmartre

Le Voeu National au Sacré-Coeur
(mosaïque de la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre, Paris)

Prions et supplions, donc, en revenant au divin Coeur de Jésus dont la miséricorde et la puissance infinies peuvent seules endiguer le déferlement du mal…

Lully.

Autre cantique en l’honneur du Sacré-Coeur publié dans ce blogue :
- « Règne à jamais, Coeur glorieux ! » > ici

Sacré-Coeur gif

2016-83. « Jean de la Croix nous apprendra à mettre notre vie intérieure à l’unisson des épreuves qui nous accablent du dehors. »

24 novembre,
Fête de Saint Jean de la Croix.

Saint Jean de la Croix - Avila monastère de l'Incarnation

Saint Jean de la Croix
(Avila, monastère de l’Incarnation)

A l’occasion de la fête de Saint Jean de la Croix, voici une page remarquable de Gustave Thibon : il s’agit du commencement d’une conférence que le philosophe avait intitulée « Saint Jean de la Croix et le monde moderne ». Le philosophe y fait ressortir, avec sa décapante pertinence accoutumée, à quel point la doctrine spirituelle du « Docteur mystique » nous est nécessaire et salutaire…

« Jean de la Croix nous apprendra à mettre notre vie intérieure à l’unisson des épreuves qui nous accablent du dehors. »

« Ce n’est pas sans une grande confusion intérieure que j’ose parler de Jean de la Croix. Je crains de ne vous apporter que des mots. Est-il possible de commenter un tel message sans le vivre intérieurement ? Je songe avec angoisse aux profondes vérités spirituelles qui nous ont été révélées par les sages, les prophètes et les saints. Tout ce que l’homme pouvait dire de Dieu, il l’a dit : les secrets de l’amour et de la vie éternelle traînent dans des livres que nous avons tous lus. Et ces choses que nous savons tous, nous les vivons si peu… C’est là un scandale dont l’habitude seule nous empêche de mesurer l’étendue.
Que je vous entretienne ce soir de Jean de la Croix, que vos esprits et le mien baignent pendant une heure dans ces certitudes nourricières qui sont l’âme de notre destin, et que nous retournions, vous et moi, avec le même coeur charnel empli des mêmes vanités, voilà bien la meilleure preuve du péché originel et du désordre profond installé dans notre nature.
Celui qui n’a pas médité anxieusement sur ce manque de force attractive des vérités suprêmes, sur cette inertie du verbe divin en nous, ne sait rien de la bassesse et de la malice de l’homme.
Il ne sert de rien d’invoquer ici notre faiblesse – nous savons être forts pour conquérir les choses d’en-bas – , ni notre égoïsme : un être fini ne peut pas être absolument égoïste, et nous nous immolons tous les jours aux objets les plus pauvres et les plus caducs. Quels sacrifices ne fait pas l’avare pour un peu d’or, ou l’ambitieux pour de vains honneurs !
Nous ne sommes lâches que devant Dieu.
Nous ne sommes ni faibles, ni égoïstes, nous sommes idolâtres.

Jean de la Croix est le grand médecin de l’idolâtrie, tout simplement parce qu’il croit en Dieu au sens fort, au sens vivant du mot. Etymologiquement « croire » signifie prêter, confier. Celui qui croit se confie à Dieu.
La doctrine de Jean peut se résumer en deux mots : tout et rien. Dieu est tout et la créature n’est rien. Plus que cela : il faut que la créature ne soit rien pour tout recevoir. Dieu, qui peut tout, ne travaille en quelque sorte qu’à partir du néant. Nous étions néant quand Dieu nous a appelés à la vie naturelle, il faut que nous redevenions néant pour recevoir dans sa plénitude la vie surnaturelle. C’est le sens du mot de Jésus à Nicodème : « Si l’homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu ».
Mais avant de renaître, il faut mourir. Nos échecs, nos lenteurs et nos reculs dans la voie divine procèdent de ce que nous n’avons pas fait le vide en nous, de ce que nous n’avons pas renoncé pour Dieu à tout ce qui n’est pas Dieu. Nous sommes des mendiants aux mains pleines… 
« Toute la beauté des créatures est souveraine laideur devant la beauté infinie de Dieu… Toute la grâce, tout le charme des créatures est matière insipide et répugnante en face de la beauté divine… Tout ce que les créatures du monde renferment de bonté n’est que suprême malice en présence de la bonté divine. Dieu seul est bon… Toute la sagesse du monde n’est que pure et souveraine ignorance devant la sagesse de Dieu… Toute la puissance, toute la liberté du monde n’est que servitude, détresse et captivité, vis-à-vis de la liberté et de la domination divines… » « Ne donnez rien aux créatures si vous voulez garder la face de Dieu présente, claire et pure en votre âme… Dieu et les créatures ne se ressemblent pas. »

Il faut choisir. On ne peut pas poursuivre à la fois le néant et l’absolu. Ces créatures qui ne sont rien, il faut que nous les traitions comme rien.
Le rien… Dans ce monde en délire, où tous les appuis naturels nous manquent à la fois, nous sommes mieux placés que jamais pour sonder le vide de tout le créé.
Biens matériels, liberté, sécurité, vie, patrie, êtres chers, tout ce que nous aimons est vertigineusement précaire et menacé, notre coeur de chair saigne par toutes ses fibres, le rien déborde de toutes parts sur le monde… Excellente préparation extérieure à l’enseignement de Jean de la Croix.
Mais à quoi sert que le rien déferle autour de nous, si nous gardons dans nos âmes les racines des affections dont l’objet nous est ravi ?
Jean de la Croix nous apprendra à mettre notre vie intérieure à l’unisson des épreuves qui nous accablent du dehors. »

Gustave Thibon,
« Saint Jean de la Croix et le monde moderne »
in « Ils sculptent en nous le silence » -Ed. François-Xavier de Guibert, 2003, pp. 29-32.

Christ en croix dessiné par Saint Jean de la Croix

Christ en croix dessiné par Saint Jean de la Croix

Sur Saint Jean de la Croix, voir aussi dans ce blogue :
– Résumé biographique et poème « C’est de nuit » > ici
– Bande dessinée : « Libérer le vol de l’âme » > ici

2016-80. Où, à l’occasion de la fête des Saintes Reliques, le Maître-Chat narre la manière dont il a été en pèlerinage auprès des reliques de Saint Antoine le Grand.

Samedi soir 5 novembre 2016,
Fête des Saintes Reliques.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire dans ce blogue (cf. > ici), chaque 5 novembre, nous célébrons la fête des Saintes Reliques, fête propre à un certain nombre de diocèses et de congrégations.

En notre Mesnil-Marie, vous le savez aussi, nous gardons dans l’oratoire un assez grand nombre de reliques pour la conservation et l’exposition desquelles notre Frère Maximilien-Marie a aménagé une ancienne bonnetière du début du XVIIIe siècle…

Sacellum reliquiarum dans l'oratoire du Mesnil-Marie

« Sacellum reliquiarum » :
l’armoire des reliques dans l’oratoire du Mesnil-Marie.

L’un des derniers reliquaires à avoir pris place dans le « sacellum reliquiarum » – l’armoire des reliques – est un morceau de bure, découpé en forme de tunique, qui a été mis en contact direct avec la Sainte Tunique d’Argenteuil.
En effet, comme notre Frère ne pouvait se rendre à la basilique Saint-Denys d’Argenteuil à l’occasion de l’ostension solennelle qui a eu lieu au printemps dernier, il a obtenu du très sympathique recteur de la basilique ce que l’on appelle en jargon ecclésiastique un « tetigit » (ce qui signifie littéralement « il a touché »), c’est-à-dire un morceau d’étoffe qui a touché à l’insigne relique et qui, de ce fait, est devenu lui-même une relique de troisième classe ; c’est un usage très ancien de l’Eglise, puisque, par exemple, on sait que les premiers chrétiens mettaient des linges au contact des tombes des Saints Apôtres Pierre et Paul et les rapportaient chez eux comme des reliques.

Reliquaire de la Sainte Tunique

« Tetigit » de la Sainte Tunique d’Argenteuil au Mesnil-Marie.

Mais, si j’ai pris ce soir la plume, c’est pour vous raconter que, il y a quelques semaines, je ne me suis pas contenté de vénérer les reliques conservées dans notre oratoire, aussi précieuses soient-elles, mais que j’ai eu l’occasion de me rendre « en chair et en os », comme on dit familièrement, en pèlerinage auprès des reliques de Saint Antoine le Grand. Le fait est assez rare pour que je le souligne, puisque, de manière habituelle, je ne quitte le Mesnil-Marie et ne monte en automobile que pour me rendre chez Madame la Doctoresse des chats…

Je vous ai transcrit, il y a quelques années, une belle histoire de notre Frère Maximilien-Marie sur les liens privilégiés qu’eurent de nombreux saints avec les animaux (cf. la première des quatre parties > ici ; ensuite cliquer sur le lien en fin de chaque épisode). Or, s’il est un saint qui a un rapport très particulier avec les animaux, c’est bien Saint Antoine le Grand, appelé aussi parfois Saint Antoine d’Egypte, « père de tous les moines d’Orient et d’Occident », pour la fête duquel, le 17 janvier, la Sainte Eglise a même institué une bénédiction des animaux (voir > ici).

Saint Antoine le Grand entouré d'animaux - détail de la châsse de Saint Antoine

Saint Antoine le Grand dans le désert entouré d’animaux qu’il bénit
(bas relief d’argent – détail de la châsse de Saint Antoine le Grand à Saint-Antoine-l’Abbaye)

Les reliques de Saint Antoine le Grand se trouvent, depuis la seconde moitié du XIe siècle, dans l’église abbatiale du village aujourd’hui dénommé Saint-Antoine-l’Abbaye, en Dauphiné, à une trentaine de lieues environ de notre Mesnil-Marie.
Frère Maximilien-Marie s’y rend lui-même en pèlerinage environ une fois par an. D’habitude, il ne m’y emmène pas, car il sait que je n’apprécie pas trop les voyages en automobile…

…Toutefois, à la mi-octobre dernière, notre Frère devait se rendre à La Salette : en effet, l’association des descendants des Zouaves Pontificaux, avec laquelle vous savez qu’il a des liens étroits (cf. par exemple > ici), en cette année du cent-septentième anniversaire de l’apparition et parce que Maximin Giraud a lui-même intégré un temps le corps des Zouaves Pontificaux, tenait à La Salette son assemblée générale annuelle. C’était donc une occasion unique d’approfondir le message donné aux hommes par la Sainte Mère de Dieu sur la sainte montagne, et de réfléchir sur les prolongements de cette apparition dans l’histoire de l’Eglise et de la Chrétienté… D’ailleurs, Frère Maximilien-Marie était sollicité pour donner une conférence sur ces thèmes lors du séjour.

Bref ! Accompagné d’un ami, notre Frère devait partir pour La Salette le 13 octobre dans la matinée et ne revenir que le samedi 15 octobre en fin d’après-midi.
Il m’a demandé si – bien que je n’aimasse point les longs trajets en voiture – je voulais l’accompagner, ou si je préférais rester pendant trois jours tout seul au Mesnil-Marie (avec toutefois la visite d’un voisin une fois par jour pour remplir mon écuelle). Tout bien réfléchi, j’ai opté pour le voyage à La Salette : même si je savais qu’à l’hôtellerie du sanctuaire je resterai dans sa cellule, du moins étais-je sûr que je ne serai jamais trop longtemps séparé de mon papa-moine !

Saint-Antoine-l'Abbaye

Saint-Antoine-l’Abbaye : l’abbatiale dominant le village.

De La Salette même, je ne vous dirai rien de plus aujourd’hui car cela n’entre pas dans mon propos, mais c’est parce que je m’étais montré particulièrement sage et patient durant les longs voyages et pendant le séjour à l’hôtellerie du sanctuaire que, lors de notre retour, Frère Maximilien-Marie a proposé que nous fassions une halte à Saint-Antoine-l’Abbaye, afin qu’il puisse me présenter directement à la bénédiction et protection de Saint Antoine le Grand.
Sitôt dit, sitôt fait, car le village n’est pas très éloigné de l’autoroute que nous empruntions.

Maître-autel de l'abbatiale Saint-Antoine

Maître-autel de l’abbatiale, à l’intérieur duquel sont conservées les reliques de Saint Antoine.

C’est dans mon panier de voyage que Frère Maximilien-Marie m’a introduit dans l’abbatiale : il m’en avait tellement parlé que j’ai bien reconnu tout ce qu’il m’ en avait décrit.

J’ai été impressionné par la majesté et les proportions du splendide maître-autel de marbre et de bronze à l’intérieur duquel sont conservées les reliques du saint anachorète.
Mais je me suis aussi très rapidement senti en pays de connaissance, puisque deux de mes congénères montent la garde de part et d’autre du lieu sacré où sont conservées ces insignes reliques…

Lion gardant les reliques de Saint Antoine

Lion gardant les reliques de Saint Antoine (détail du maître-autel)

C’est par l’arrière du maître-autel que, à travers une lourde grille de bronze, l’on peut apercevoir la châsse d’argent en laquelle sont renfermés les précieux ossements du grand Saint Antoine.

arrière du maître-autel

L’arrière du maître-autel et la grille par laquelle on aperçoit le reliquaire.

Frère Maximilien-Marie m’a alors fait sortir de mon panier, et, me tenant dans ses bras, m’a présenté à cette grille, pour que je sois au plus près des reliques…

Lully près des reliques de Saint Antoine 1

Lully près des reliques de Saint Antoine 2

Dans mon coeur, je me suis uni à la prière affectueuse de mon papa-moine qui me confiait à la protection de Saint Antoine et me recommandait à sa bénédiction.

J’ai aussi pu admirer cette très belle châsse, et frère Maximilien-Marie m’a expliqué que, lors du pèlerinage annuel (à l’Ascension, je crois), elle est extraite du maître-autel, portée en procession dans la cour d’honneur de l’abbaye, et que, à l’issue de cette procession, les fidèles ont l’habitude de passer sous le reliquaire maintenu un peu en hauteur.

châsse de Saint Antoine le grand

Châsse de Saint Antoine le Grand, en bois sombre et en argent, telle qu’on peut l’apercevoir à travers la grille du maître-autel (les bas reliefs représentent des scènes de la vie et la mort de Saint Antoine).

Ce samedi 15 octobre, où je fus donc « présenté à Saint Antoine », reste donc un grand et beau jour pour moi : je suis vraiment très heureux d’avoir pu approcher si près de sa châsse et j’ai voulu profiter de la fête liturgique propre des saintes reliques pour vous partager ma joie…

Pour terminer, laissez-moi vous montrer ce beau tableau d’un peintre baroque de l’école napolitaine, Francesco Guarino (1611-1654), représentant la rencontre de Saint Antoine avec le centaure : j’aime particulièrement cette oeuvre parce que Saint Antoine y est vêtu de noir et de blanc… comme je le suis moi-même !

pattes de chatLully.

Francesco Guarino Saint Antoine et le centaure 1642

Francesco Guarino : Saint Antoine et le centaure (1642)

12345...72

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi