Archive pour la catégorie 'Chronique de Lully'

Recette du Mesnil-Marie : Riz au lait avec des pommes.

L’hiver est maintenant bien installé! Chlôris et moi n’avons pas tellement envie de sortir : la neige est partout, humide et froide, tandis qu’un vent glacial nous transperce la fourrure… Mais vous savez que les chats ne manquent pas d’astuces : pour occuper Chlôris – qui trouve parfois le temps un peu long – aussi bien que pour lui donner une bonne et solide formation ménagère, je lui apprends quelques recettes,  en commençant par les plus simples. Aujourd’hui le traditionnel riz au lait de nos grands mamans, mais agrémenté avec des pommes… Vous m’en donnerez des nouvelles!

Lully.

Ingrédients :

  • 1 litre de lait entier
  • 200 g de riz rond 
  • 75 g de sucre en poudre
  • 3 pommes
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 noix de beurre

Préparer un riz au lait :

- Verser le riz dans une passoire et le rincer sous l’eau froide.
- Faire bouillir 1 litre d’eau dans une casserole et y verser le riz dès l’ébullition.
- Faire cuire 3 minutes en maintenant une petite ébullition puis égoutter.
- Pendant ce temps, dans une grande casserole, faire bouillir le lait et le sucre.
- Dès que le riz est égoutté, le verser dans le lait bouillant.
-  Faire cuire 35 minutes à petit feu, surveiller et remuer régulièrement pour éviter qu’une peau ne se forme et que le contenu de la casserole ne déborde.
- Goûter en fin de cuisson pour vérifier la cuisson du riz et, si nécessaire prolonger un peu la cuisson : le riz doit avoir absorbé le lait mais l’ensemble doit rester « souple ».

Pour les pommes :

- Pendant que le riz cuit, éplucher les 3 pommes et les couper en tranches pas trop fines.
- Faire cuire les tranches de pommes 8 minutes environ dans une poêle avec le beurre.

- Quand le riz au lait et les pommes sont cuits, verser la moitié du riz dans une terrine. Verser les tranches de pommes sur le riz, puis ajouter l’autre moitié du riz au lait.

- Saupoudrer de sucre vanillé et mettre 10 minutes à four moyen (165°). On peut aussi ajouter par dessus des amandes effilées.

- Servir dès la sortie du four.

Chatons  & pommes

Un conseil du Maître Chat :  Les tranches de pommes fraîches sont préférables, mais l’on peut également remplacer les pommes par de la compote.

Publié dans:Recettes du Mesnil-Marie |on 11 décembre, 2008 |4 Commentaires »

2008-67. Notre Saint-Père le Pape Benoît XVI nous rappelle la spiritualité de l’Avent…

       A l’occasion du 1er dimanche de l’Avent, notre Saint Père le Pape Benoît XVI s’est rendu le dimanche 30 novembre 2008 à la basilique de Saint-Laurent hors les murs. Il y accomplissait une visite pastorale – comme évêque de Rome – mais venait aussi y célébrer « l’année laurentienne » (c’est à dire l’année jubilaire en l’honneur de Saint Laurent), promulguée pour honorer le 1750ème anniversaire du martyre du saint diacre. Le Pape Benoît XVI a rappelé le sens de l’Avent, et a aussi évoqué les figures de Pie XII et du Bienheureux Pie IX dont le corps repose dans la basilique et devant lequel le Souverain Pontife est allé se recueillir à l’issue de la Sainte Messe (cf. photo ci-dessous).

Benoît XVI se recueille devant la chasse de son prédécesseur le Bx Pie IX - 30 nov. 2008

Chers frères et sœurs,

       Avec ce premier dimanche de l’Avent, nous entrons dans cette période de quatre semaines par laquelle commence une nouvelle année liturgique et qui nous prépare immédiatement à la fête de Noël, mémoire de l’Incarnation du Christ dans l’histoire. Le message spirituel de l’Avent est toutefois plus profond et nous projette déjà vers le retour glorieux du Seigneur, à la fin de l’histoire. Adventus est le terme latin qui pourrait être traduit par «arrivée», «venue», «présence». Dans le langage du monde antique, il s’agissait d’un terme technique qui indiquait l’arrivée d’un fonctionnaire, en particulier la visite de rois ou d’empereurs dans les provinces, mais qui pouvait également être utilisé pour l’apparition d’une divinité, qui sortait de sa demeure cachée et manifestait ainsi sa puissance divine : sa présence était célébrée solennellement dans le culte.

   En adoptant le terme d’Avent, les chrétiens voulaient exprimer la relation particulière qui les unissait au Christ crucifié et ressuscité. Il est le Roi, qui, étant entré dans cette pauvre province dénommée terre, nous a fait don de sa visite, et, après sa Résurrection et son Ascension au ciel, a voulu dans tous les cas rester avec nous : nous percevons sa présence mystérieuse dans l’assemblée liturgique. En célébrant l’Eucharistie, nous proclamons en effet qu’Il ne s’est pas retiré du monde, et qu’il ne nous a pas laissés seuls, et, même si nous ne pouvons pas le voir et le toucher comme c’est le cas avec les réalités matérielles et sensibles, Il est toutefois avec nous et parmi nous ; il est même en nous, car il peut attirer à lui et communiquer sa vie à tout croyant qui lui ouvre son cœur. L’Avent signifie donc faire mémoire de la première venue du Seigneur dans la chair, en pensant déjà à son retour définitif et, dans le même temps, cela signifie reconnaître que le Christ présent parmi nous devient notre compagnon de voyage dans la vie de l’Église qui en célèbre le mystère. Chers frères et sœurs, cette conscience nourrie dans l’écoute de la Parole de Dieu devrait nous aider à voir le monde avec un regard différent, à interpréter les différents événements de la vie et de l’histoire comme des paroles que Dieu nous adresse, comme des signes de son amour qui nous assure de sa proximité dans chaque situation ; en particulier, cette conscience devrait nous préparer à l’accueillir lorsque « Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts ; et son règne n’aura pas de fin« , comme nous le répéterons d’ici peu dans le Credo. Dans cette perspective, l’Avent devient pour tous les chrétiens un temps d’attente et d’espérance, un temps privilégié d’écoute et de réflexion, à condition de se laisser guider par la liturgie qui nous invite à aller à la rencontre du Seigneur qui vient.

   «Viens, Seigneur Jésus» : chers amis, cette invocation ardente de la communauté chrétienne des débuts doit également devenir notre aspiration constante, l’aspiration de l’Église de tout temps, qui désire et se prépare à la rencontre avec son Époux. «Seigneur, fais resplendir ton visage et nous serons sauvés» : c’est la prière que nous avons élevée, il y a peu de temps, à travers les paroles du Psaume responsorial. Et le prophète Isaïe nous a révélé, dans la première lecture, que le visage de notre Sauveur est celui d’un père tendre et miséricordieux, qui prend soin de nous en toute circonstance car nous sommes l’œuvre de ses mains : «Toi, Seigneur, tu es notre Père, notre rédempteur, tel est ton nom depuis toujours» (Is. LXIII, 16). Notre Dieu est un père disposé à pardonner les pécheurs repentis et à accueillir tous ceux qui ont confiance dans sa miséricorde (cf. Is. LXIV, 4). Nous nous étions éloignés de Lui à cause du péché en tombant sous la domination de la mort, mais Il a eu pitié de nous et de sa propre initiative, sans aucun mérite de notre part, Il a décidé de venir à notre rencontre, en envoyant son Fils unique comme notre Rédempteur. Face à un si grand mystère d’amour, notre action de grâce s’élève spontanément, et notre invocation devient plus confiante : «Montre nous, Seigneur, ta miséricorde et donne-nous ton salut» (cf. verset d’acclamation de l’Evangile).

   Chers frères et sœurs, la pensée de la présence du Christ et de son retour certain quand les temps seront accomplis est plus que jamais significative dans votre Basilique qui jouxte l’imposant cimetière monumental du Verano, où reposent, dans l’attente de la Résurrection, un grand nombre de nos défunts. Combien de fois dans ce temple sont célébrées des liturgies d’obsèques ; combien de fois retentissent pleines de réconfort les paroles de la liturgie : «Dans le Christ ton Fils, notre Sauveur, resplendit devant nous l’espérance de la bienheureuse résurrection, et si la certitude de devoir mourir nous attriste, nous sommes réconfortés par la promesse de l’immortalité future!» (cf. 1ère préface pour les défunts).

   Mais votre Basilique monumentale, qui nous conduit par la pensée à celle des origines qui fut construite par l’empereur Constantin, puis transformée jusqu’à prendre sa forme actuelle, parle surtout du martyre glorieux de saint Laurent, archidiacre du Pape saint Sixte II et son délégué dans l’administration des biens communs de la communauté. Je suis venu aujourd’hui célébrer la Sainte Eucharistie pour m’unir à vous pour lui rendre hommage dans une circonstance véritablement particulière, à l’occasion de l’année jubilaire de saint Laurent, proclamée pour commémorer les 1750 ans de la naissance au ciel du saint diacre. L’histoire nous confirme combien le nom de ce saint, sur le tombeau duquel nous sommes réunis, est glorieux. Sa sollicitude pour les pauvres, le service généreux qu’il rendit à l’Église de Rome dans le domaine de l’assistance et de la charité, la fidélité au Pape, qu’il a poussée jusqu’à vouloir le suivre dans l’épreuve suprême du martyre, et le témoignage héroïque du sang, rendu peu de jours auparavant seulement, sont des faits universellement connus. Saint Léon le Grand, dans une belle homélie, commente ainsi l’atroce martyre de cet «illustre héros» : «Les flammes ne purent vaincre la charité du Christ ; et le feu qui le brûlait à l’extérieur fut plus faible que celui qui l’animait à l’intérieur». Et il ajoutait : «Le Seigneur a voulu exalter à ce point son nom glorieux dans le monde entier que de l’Orient à l’Occident, dans la splendeur infiniment vive de la lumière irradiée par les plus grands diacres, la même gloire qui est venue à Jérusalem à travers Etienne est échue également à Rome grâce à Laurent» (St Léon le Grand, homélie N° 85, 4).

   Nous célébrons cette année le 50e anniversaire de la mort du Serviteur de Dieu, le Pape Pie XII, et cela rappelle à notre mémoire un événement particulièrement dramatique dans l’histoire pluriséculaire de votre basilique, qui a eu lieu lors du second conflit mondial lorsque, exactement le 19 juillet 1943, un violent bombardement provoqua des dommages très graves au bâtiment et à tout le quartier, semant la mort et la destruction. On ne pourra jamais effacer de la mémoire de l’histoire le geste généreux accompli à cette occasion par mon vénéré prédécesseur, qui courut immédiatement porter secours et réconforter la population durement frappée, parmi les décombres encore brûlants. Je n’oublie pas, en outre, que cette même Basilique accueille les urnes de deux autres grandes personnalités : en effet, dans l’hypogée sont placées à la vénération des fidèles les dépouilles mortelles du bienheureux Pie IX, tandis que, dans l’atrium, est située la tombe d’Alcide de Gasperi, guide sage et tempéré de l’Italie dans les difficiles années de la reconstruction de l’après-guerre et, dans le même temps, éminent homme d’État capable de contempler l’Europe à travers une ample vision chrétienne.

   Tandis que nous sommes réunis ici en prière, je suis heureux de vous saluer tous avec affection, en commençant par le cardinal-vicaire, par Mgr le vice-gérant, qui est également l’Abbé commendataire de la basilique, par l’évêque auxiliaire du secteur Nord et par votre curé, le père Bruno Mustacchio, que je remercie pour les aimables paroles qu’il m’a adressées au début de la célébration liturgique. Je salue le ministre général de l’ordre des capucins, ainsi que les confrères de la communauté qui accomplissent leur service avec zèle et dévouement, en accueillant les nombreux pèlerins, en assistant avec charité les pauvres et en témoignant de l’espérance dans le Christ ressuscité à tous ceux qui se rendent en visite au cimetière du Verano. Je désire vous assurer de ma reconnaissance, et, surtout, de mon souvenir dans la prière. Je salue en outre les nombreux groupes engagés dans l’animation de la catéchèse, de la liturgie, de la charité, les membres des deux chœurs polyphoniques, le tiers-ordre franciscain local et régional. J’ai appris ensuite avec plaisir que ce lieu abrite depuis quelques années l’«atelier missionnaire diocésain», pour éduquer les communautés paroissiales à la conscience missionnaire, et je m’unis volontiers à vous pour souhaiter que cette initiative de notre diocèse contribue à susciter une courageuse action pastorale missionnaire, qui apporte l’annonce de l’amour miséricordieux de Dieu partout dans chaque lieu de Rome, en touchant en particulier les jeunes et les familles. Je voudrais enfin étendre ma pensée aux habitants du quartier, en particulier aux personnes âgées, aux malades, aux personnes seules et en difficulté. Je rappelle tous et chacun au cours de cette messe.

   Chers frères et sœurs, en ce début de l’Avent, quel meilleur message recueillir de saint Laurent que celui de la sainteté ? Il nous répète que la sainteté, c’est-à-dire aller à la rencontre du Christ qui vient continuellement nous rendre visite, ne passe pas de mode, et, avec le temps, resplendit même de façon lumineuse et manifeste la tension permanente de l’homme vers Dieu. Que cette célébration jubilaire soit donc l’occasion pour votre communauté paroissiale d’une adhésion renouvelée au Christ, d’un plus grand approfondissement du sens d’appartenance à son Corps mystique qui est l’Église, et d’un engagement constant d’évangélisation à travers la charité. Que Laurent, témoin héroïque du Christ crucifié et ressuscité, soit pour chacun un exemple d’adhésion docile à la volonté divine afin que, comme nous avons entendu l’apôtre Paul le rappeler aux Corinthiens, nous vivions nous aussi de façon à être «irréprochables» le jour du Seigneur (cf. 1 Cor. I, 7-9).

   Nous préparer à l’avènement du Christ est également l’exhortation que nous recueillons de l’Evangile d’aujourd’hui : «Veillez», nous dit Jésus dans la brève parabole de Luc du maître de la maison qui part, mais ne sait pas s’il reviendra (cf. Marc XIII, 33-37). Veiller signifie suivre le Seigneur, choisir ce qu’il a choisi, aimer ce qu’il a aimé, conformer sa vie à la sienne ; veiller signifie passer chaque instant de notre temps dans l’horizon de son amour sans se laisser abattre par les inévitables difficultés et problèmes quotidiens. C’est ce qu’a fait saint Laurent, et c’est ce que nous devons faire, et nous demandons au Seigneur de nous donner sa grâce afin que l’Avent soit un encouragement pour tous à marcher dans cette direction. Que l’humble Vierge de Nazareth, Marie, élue par Dieu pour devenir la Mère du Rédempteur, saint André, dont nous célébrons aujourd’hui la fête et saint Laurent, exemple d’intrépide fidélité chrétienne jusqu’au martyre, nous guident et nous accompagnent de leur intercession. Amen !

Guirlande de sapin - gif

2008-65. Première offensive hivernale.

Mardi 25 novembre 2008 au soir.

Chers Amis du « Refuge Notre-Dame de Compassion« ,

C’est aujourd’hui la fête de Sainte Catherine d’Alexandrie, et le dicton populaire des campagnes de France nous dit que « A la Sainte Catherine, tout bois prend racine » ; c’est en effet le jour qui est considéré comme la date limite des plantations  d’automne pour les fleurs et les arbres.

Fort heureusement, notre Frère n’avait pas attendu ce jour pour mettre en terre les bulbes de jonquilles, de tulipes et de jacinthes, les rhizomes de pivoine et d’iris, les plants d’altéas et d’oeillets de poète. Le dernier mis en terre fut un « cercis siliquastrum » (admirez combien je suis savant!), apporté vendredi dernier par Christian – l’ami botaniste – qui aida à le mettre en terre le jour-même (la lune était favorable) dans un endroit qui lui convienne. Comme c’était en outre le jour de la fête de la Présentation de Notre-Dame au Temple, cela paraissait vraiment de bon augure pour cet arbre, familièrement connu sous le nom d’arbre de Judée! Nous espérons maintenant que son enracinement et sa croissance seront bons et qu’à l’avenir nous pourrons nous émerveiller de ses fleurs à chaque mois d’avril.

Fleurs de l'arbre de Judée

(Arbre de Judée en fleurs – cliquer pour agrandir)

J’avais donc commencé par vous écrire qu’il était heureux que Frère Maximilien-Marie n’eût pas attendu ce 25 novembre pour les plantations : en effet, la neige (que nous avions déjà aperçue le 30 octobre cf.> www) a recommencé à paraître à la fin de l’après-midi de cette fête de la Présentation.

Notre Frère – qui avait pressenti son arrivée – avait rentré autant de bois qu’il était possible et en avait monté une réserve à proximité de la porte d’entrée (vous vous souvenez que le camion qui l’a apporté ne pouvait monter jusqu’à la maison et qu’il a dû déverser son chargement dans le chemin : la photo est ici > www) : il fait ce travail peu à peu son état de santé ne lui permet pas d’y travailler d’arrache-pied. Dans la soirée du vendredi 21 et la journée du samedi 22, le temps est resté assez couvert et le froid donnait l’impression de s’installer vraiment : à plusieurs reprises nous avons vu des flocons voltiger devant nos fenêtres, mais jusqu’à dimanche soir on ne pouvait pas vraiment parler d’enneigement… dans notre vallée tout au moins. Car, samedi après-midi, en allant faire les courses dans une petite ville située à quelque 1100 m d’altitude, Frère Maximilien-Marie s’est trouvé dans un paysage qu’il ne s’attendait pas à voir à un mois de la date officielle d’entrée dans l’hiver! La photo qui suit a été prise à ce moment-là, et vous serez sans  aucun doute sensibles à la beauté de dentelle de ces branchages enneigés (en cliquant sur la photo vous obtiendrez un plus grand format), mais vous conviendrez aussi sans peine qu’il a eu raison de ne pas s’attarder loin du « Mesnil-Marie » quand il s’est rendu compte que la neige commençait à tenir sur la route…

Arbres enneigés

Et puis, ce que le Frère nous avait raconté samedi, à son retour, nous avons commencé à le voir chez nous dimanche soir à la tombée de la nuit.  L’épisode neigeux de la fin du mois d’octobre n’était rien en comparaison : de gros flocons tombaient en silence et eurent tôt fait d’ensevelir tout le hameau sous  environ 3 centimètres d’une trompeuse couverture… La neige donne en effet une impression de douceur ouatée – presque de chaleur – quand on la voit de loin, mais il faudrait être fou pour aller se coucher dedans en espérant être bien au sec et bien au chaud!!!

Lundi 24 au matin, conformément à mon habitude, j’ai voulu sortir à cette heure où ce n’est plus vraiment la nuit et où l’on ne peut pas encore dire que le jour est là… Mais je vous assure que je ne me suis pas attardé dehors : ce qui était tombé la veille formait une croute craquante et glacée. Je suis vite revenu miauler plaintivement à la vitre pour demander à Frère Maximilien-Marie s’il ne pouvait pas enlever cette vilaine chose. Il m’a répondu qu’il n’y pouvait rien, lui-même a toutefois chaussé de grosses chaussures fourrées et enfilé un manteaux pour aller faire des photos.

2008-65. Première offensive hivernale. dans Chronique de Lully 24novembre08019.vignette       Chlôris regarde tomber les flocons

(Le « Mesnil-Marie » enneigé & Chlôris à la fenêtre – cliquer pour agrandir)

Chlôris et moi, nous l’avons observé par la fenêtre puis, alors que le soleil surgissait au-dessus des crêtes et faisait tout étinceler, nous avons voulu aller jouer dehors ; mais nous en avons eu rapidement assez!

Néanmoins si, vous, vous aimez la neige ou si tout simplement vous voulez  voir un  petit reportage  photographique sur cette première offensive de l’hiver, vous pourrez cliquer ici > www.

Moi, je retourne ronronner dans la douce chaleur du poêle, en vous adressant mes plus amicales et félines salutations.

Lully.

Publié dans:Chronique de Lully |on 25 novembre, 2008 |2 Commentaires »

2008-64. Où Lully vous parle des portes et des fenêtres du Mesnil-Marie.

Mercredi soir 19 novembre 2008.

Chers Amis du « Refuge Notre-Dame de Compassion« ,

Dans ma chronique du 13 novembre (ici > www), je vous annonçais que je reviendrai pour vous parler de nos fenêtres. En effet, vous vous souvenez peut-être du diaporama avec lequel nous vous présentions notre nouveau « Mesnil-Marie » (si vous désirez le revoir,  il vous suffit de cliquer ici > www).

Lorsque le Frère a visité la maison pour la première fois, il n’y avait aucune porte valable : à certains endroits, il s’agissait même seulement de lambeaux de portes! Sur le diaporama précédemment évoqué, ainsi que dans ma chronique du 26 mai dernier (ici > www), vous aviez pu admirer les premières portes mises en place (quatre sur cinq). Elles font  très justement l’admiration de tous ceux qui viennent nous voir et la fierté de notre menuisier (il envoie parfois chez nous les personnes qui lui demandent des huisseries pour les bâtisses anciennes qu’ils restaurent, afin qu’elles se rendent compte de ce qu’il peut réaliser). En bois du pays – le châtaignier – elles ont été conçues pour conserver les caractéristiques des portes anciennes, sans toutefois être des pastiches, et pour s’adapter au style de notre maison, tout en répondant aux exigences de sécurité, d’isolation ou de clarté souhaitées par les Frères.

Quant aux fenêtres, il y en avait trois récentes (avec vitrage isolant) aux ouvertures de la façade sud, mais pour onze autres ouvertures il y avait soit de vieilles fenêtres en mauvais état, soit de simples plaques de verre ou de plexiglas posées sans cadre, soit… rien du tout! Les menuisiers ont donc été appelés à la rescousse et, depuis deux semaines environ, ils ont mis en place les fenêtres, avec leur vitrage isolant, partout où elles manquaient (ou plus exactement presque partout, car il en manque encore deux). Point n’est besoin d’être grand clerc pour se rendre compte de la différence!

Avant et après!

La cinquième porte a été également mise en place. C’est celle qui est venu remplacer le grand portail de l’ancienne « fénière » (c’est-à-dire le grenier à foin, dans le patois local). Vous vous en souvenez peut-être, cette porte est située sur la façade arrière de la maison, du côté de la montagne, et – quoique très large – elle n’est pas visible : Frère Maximilien-Marie a donc voulu qu’elle soit vitrée au maximum de manière à faire largement entrer la lumière dans la grande pièce de travail que ce grenier est appelé à devenir. Toutes nos huisseries ont été enduites d’huile de lin : là encore il a été préféré recourir aux anciennes méthodes. L’huile de lin est un produit biologique très sain qui a des propriétés imperméabilisantes et protectrices pour le bois, qu’elle pénètre en profondeur au lieu de faire une couche en surface. Son application est facile et lorsqu’on doit en repasser sur les boiseries il n’est pas nécessaire – comme avec les vernis ou lazures – de poncer pour enlever la couche précédente, ce qui représente un gain de temps considérable! Ci dessous vous pouvez admirer comment Chlôris et moi-même sommes allés encourager Frère Maximilien-Marie quand il a commencé à enduire la nouvelle porte du grenier (et vous pouvez apercevoir les anciennes portes, déposées sur les côtés).

Lully et Chlôris inspectent les travaux

Les mulots et les loirs qui profitaient naguère du mauvais état de ces battants, rongés par l’humidité, pour entrer chez nous peuvent maintenant aller chercher leurs gites  d’hiver ailleurs. Cela réjouira sans doute une certaine Sophie qui me fait toujours des reproches sur mes instincts de chasseur (c’est pourtant le Bon Dieu qui m’a créé pour limiter la surpopulation souricière) et qui verse des larmes chaque fois qu’on lui parle des belles prises que Chlôris et moi-même réalisons : ne pouvant plus entrer frauduleusement dans notre « Mesnil-Marie » la race des rongeurs ne sera pas non plus exposée à nous servir d’apéritif…

Je vous adresse à tous mes très félines et distinguées salutations.

Lully.

Publié dans:Chronique de Lully |on 19 novembre, 2008 |5 Commentaires »

2008-63. Le 18 novembre nous fêtons les Bienheureuses Visitandines de Madrid martyrisées en 1936.

Croix de la Bienheureuse Maria Cecilia

Croix de la Bienheureuse Maria-Cecilia, déformée par les balles de la fusillade

Rappel historique :

   La monarchie espagnole a été abolie en 1931.
L’hostilité des républicains envers la religion catholique va devenir de plus en plus virulente à partir de 1933, après des élections favorables à la gauche. Rapidement une législation anticléricale est instaurée : interdiction  faite aux religieux d’enseigner et d’avoir des activités leur permettant de vivre, suppression des jésuites… et déjà, des églises sont incendiées.
La gauche républicaine a mal calculé ; il faut peu connaître le peuple espagnol pour penser qu’il accepte cette violence anti-religieuse sans réaction : les élections de décembre 1933 ramènent au pouvoir une majorité de droite. Peut-être la crise aurait-elle pu être terminée si, à ce moment, des solutions inspirées du catholicisme social avaient été mises en œuvre :  il n’en est malheureusement rien et les conservateurs paralysent les plans de réforme nécessaires.

   L’été 1934 voit éclater la « révolution des Asturies » : des prêtres et des religieuses sont assassinés.
La gauche, jusqu’alors dispersée, se regroupe en un « frente popular » qui arrive au pouvoir lors des élections de février 1936 : composé de communistes, de socialistes et d’anarchistes d’opinions souvent divergentes, ce front populaire trouve son unité dans un anti-catholicisme haineux, et cela bien que les évêques espagnols aient – au début – reconnu sa légitimité.
Les violences éclatent dès juin 1936 : ce gouvernement républicain de style révolutionnaire se lance dans une sanglante persécution qui va faire une foule de victimes en quelques semaines. Bien évidemment, tout le peuple ne soutient pas cette persécution, mais  la terreur est à l’ordre du jour : à la chambre, un député monarchiste proteste et, dès le lendemain – 14 juillet 1936 – , il est assassiné.

   Les différents partis de droite, apeurés, se regroupent dans un parti unique : la « Phalange ». Désormais, tous les ingrédients sont prêts pour une guerre civile.
Le général Francisco Franco se révolte et lance, le 18 Juillet, l’ « Alziamento Nacional » (souvent traduit par « Mouvement national » alors que littéralement cela signifie : soulèvement national). Il est suivi par une grande partie de l’armée.
L’Espagne entre  alors dans une terrible guerre civile : les « républicains » (appelés aussi – et à juste titre – « rouges » car leur but est de faire de l’Espagne un état satellite de l’URSS), renforcés par des « brigades internationales », et les « nationalistes » (ou « franquistes »), aidés en finale par la Wehrmacht allemande et les fascistes italiens, vont s’affronter sans merci pendant trente-deux mois (1936-1938).

   A la faveur de la guerre, les « rouges » se livrent à la plus grande persécution religieuse qu’ait jamais connu l’Espagne : à cause de sa brièveté dans le temps et de son intensité, c’est un ouragan révolutionnaire comparable à celui de la révolution française, qui s’abat sur toutes les régions où domine leur influence politique.
Sur la liste noire des personnes à abattre, les ecclésiastiques figurent en tout premier lieu.
Les exactions se multiplient : incendies de couvents, d’évêchés, d’églises, destruction du patrimoine artistique sacré… etc.
Les républicains procèdent à des exécutions massives, accompagnées d’une férocité inouïe. Malheureusement, il y eut aussi des violences injustifiées et condamnables dans l’autre parti.

   On dénombre parmi les victimes : 13 évêques, 4184 prêtres, 2385 religieux, 283 religieuses et des milliers de fidèles laïcs.

Ceux que l’Église béatifie sont vraiment martyrs car ils ont été tués en haine de la Foi : ce ne sont pas de simples « victimes de guerre », car ils n’étaient pas engagés dans les combats, ni dans les luttes partisanes.
Le Pape Jean-Paul II a tenu à le préciser le 11 mars 2001 : « Les bienheureux qui sont élevés à l’honneur des autels n’étaient pas impliqués dans des luttes politiques ou idéologiques, et ne voulaient pas y entrer. (…) Ils ont vécu en aimant et sont morts en pardonnant ».

Autel où sont conservées les reliques des Sept Bienheureuses Visitandines Martyres

Autel dans lequel sont conservées les reliques des sept Bienheureuses

Les sept Visitandines Martyres :

   Le premier monastère de la Visitation en Espagne fut établi à Madrid en 1748. C’est à cette communauté qu’appartiennent les sept martyres que l’on célèbre le 18 novembre.

   Lorsque éclate la guerre civile, les  moniales Visitandines se rendent rapidement compte qu’il est dangereux de rester en ville et décident de se retirer dans un petit village de Navarre, Oronoz. Toutefois un groupe de sept religieuses va rester sur place parce que l’église du couvent est encore ouverte au culte.
Avant de partir, la Mère Supérieure leur prépare – en cas de danger – un appartement où elle pourront trouver refuge, à proximité du monastère. Sœur Marie du Refuge est désignée pour diriger cette petite communauté : en vraie Visitandine, elle anime le courage, la confiance et la foi des autres sœurs.
Toutes sont conscientes d’être exposées à des sévices et à la mort violente mais, dans la prière et le silence, elles intensifient le don généreux d’elles-mêmes qu’elles ont déjà fait à Dieu par leur profession monastique, et elles s’offrent pour que la grâce de la paix soit rendue à l’Eglise d’Espagne.

   Le 18 juillet 1936, le monastère est attaqué, pillé, incendié…
Les Visitandines ont eu le temps de fuir, mais elles ne peuvent plus quitter l’appartement en sous-sol où elles sont réfugiées : il est devenu un minuscule couvent où l’on prie constamment pour l’Espagne. Quelques prêtres, lorsque cela est possible, leur rendent visite et célèbrent pour elles la Sainte Messe. Lorsque le risque est plus important ils s’abstiennent de venir, mais la sœur d’une des religieuses leur apporte la sainte communion.
Leur présence est connue de leurs voisins, qui les aiment… à l’exception de deux personnes qui habitent l’immeuble et qui vont les dénoncer par haine de la religion.
Une période d’incertitude et d’angoisse commence alors : les sœurs subissent plusieurs fouilles au cours desquelles elles sont insultées et dépouillées de leurs biens. Lors de la fouille du 17 novembre, les miliciens annoncent qu’ils reviendront le lendemain.
Sœur Marie du Refuge propose à ses soeurs de les conduire dans des consulats où elles seront hors d’atteinte. Mais la ferveur des Filles de Saint François de Sales est plus forte que la crainte de la mort et elles s’écrient : « Quelle joie, le martyre va arriver bientôt! (…) Si l’Espagne doit être sauvée en versant notre sang, que ce soit le plus tôt possible!« 
Elles passent la nuit à prier.

   Le 18 novembre 1936, vers 19h, une patrouille de la F.A.I (Fédération Anarchiste Ibérique) fait irruption dans l’appartement. On oblige toutes les religieuses à sortir, même Sœur Maria-Inès, malade, atteinte d’une forte fièvre.
Dans la rue on entend les cris de la populace. En voyant les Sœurs faire le signe de croix, une voix s’élève : « C’est ici qu’il faut les tuer, car se signer est une provocation! »
La sérénité des moniales contraste avec ce vacarme.
Elles sont fusillées quelques minutes plus tard, se tenant toutes par la main.

   Cependant la plus jeune des religieuses – Soeur Maria-Cecilia, âgée de 26 ans – ne fut pas  atteinte par les balles et, prise de panique, lâchant la main de la soeur morte à côté d’elle, elle partit en courant dans la nuit. Un peu plus loin, croisant des policiers et reprenant courage, elle leur cria : « Je suis l’une des religieuses… »
Elle fut à nouveau arrêtée et on la conduisit dans l’une des innombrables prisons improvisées de la ville, dans lesquelles siégeaient des « tribunaux populaires ». Interrogée, elle témoigna sans faiblir de son identité et de sa foi et fut condamnée à mort.
On la fusilla au matin du 23 novembre, avec une autre femme et une dizaine de jeunes gens, contre un mur du cimetière. On peut donc dire qu’elle a subi le martyre à deux reprises.
Son corps, jeté dans une fosse commune, put être identifié, après la guerre, grâce à sa croix de Visitandine, tordue par les balles (vous pouvez en voir une photographie au commencement de cet article)
.

Ces 7 Bienheureuses Visitandines sont :

1) Sœur Marie du Refuge (Maria-Gabriela) de Hinojasa y Naveros, qui était née le 24 juillet 1872 à Alhama (Grenade) et était la responsable du groupe ;
2) Sœur Josefa-Maria (Maria del Carmen) Barrera y Izaguirre, née le 23 mai 1881 à El Ferrol (La Coruna) ;
3) Sœur Teresia-Maria (Laura) Cavestany y Anduaga, née le 30 juillet 1888 à Puerto Real (Cadix) ;
4) Sœur Maria-Angela (Martina) Olaizola y Garagarça, née le 12 novembre 1893 à Azpeitia (Guipuzcoa) ;
5) Sœur Maria-Engracia (Josepha-Joachima) Lecuona y Aramburu, née le 02 juillet 1897 à Oyarzun (Guipuzcoa) ;
6) Sœur Maria-Inès (Agnès) Zudaire y Galdeano, née le 28 janvier 1900 à Echavarri (Navarre) ;
7) Sœur Maria-Cecilia (Maria-Félicité) Cendoya y Araquistain, née le 10 janvier 1910 à Azpeitia (Guipuzcoa), celle qui fut exécutée le 23 novembre.

Elles ont été béatifiées, à Rome, le 10 mai 1998.

Recette du Mesnil-Marie : une quiche aux navets et aux champignons.

Samedi soir 15 novembre 2008.

On nous avait donné des navets, de cette espèce qu’on nomme aussi « rave d’Auvergne à collet rouge », et Frère Maximilien-Marie les a apprêtés d’une manière délicieuse qui nous a tous enchantés (je dis bien nous, parce que moi aussi j’ai voulu en goûter et j’ai vraiment énormément aimé). J’ai donc résolu de vous en livrer les secrets pour que vous vous régaliez aussi… et pour qu’on ne puisse pas dire que je ne  vous donne que des recettes de gâteaux! Servie chaude avec des crudités de saison, cette quiche aux navets et aux champignons, facile à réaliser,  sera une entrée originale et délicieuse dont vous me direz des nouvelles!…

Lully.

Recette du Mesnil-Marie : une quiche aux navets et aux champignons. dans Chronique de Lully navets

Ingrédients :

Une pâte brisée ; deux navets raves de taille moyenne ; des champignons (si on a la chance d’en avoir des frais, c’est merveilleux, sinon on peut toujours utiliser une boite de  400 gr. de champignons de Paris en lamelles) ; 25 cl de crème fraîche épaisse ; 3 oeufs ; sel ; poivre ; muscade et fromage râpé (Emmental par exemple).

Préparation :

Epluchez les navets, découpez-les en tranches de 3 à 4 mm d’épaisseur, divisées ensuite en quarts ; faites-les cuire à la vapeur (ils doivent être tendres mais ne doivent pas s’écraser).  Pendant que les navets cuisent, faites cuire les champignons dans une poêle, avec un peu de sel et  un soupçon de poivre : arrêtez la cuisson au moment où ils commencent à être légèrement grillés en surface. Préchauffez votre four (180°)  et disposez la pâte brisée dans un moule à tarte (n’oubliez de la piquer avec une fourchette) : on recommande de la faire pré-cuire « à vide », mais ce n’est pas indispensable. Garnissez le fond de la pâte avec les navets et les champignons (sur plusieurs épaisseurs). Dans un jatte battez les oeufs avec la crème fraîche, salez, poivrez et ajoutez une pointe de muscade rapée : versez sur les navets et les champignons en veillant bien à ce que le liquide pénêtre bien dans les interstices, recouvrez de fromage râpé et enfournez (environ 45 minutes). Servez de préférence chaud.

Quiche aux navets

(Là c’est une photo prise par notre amie Clara qui vit au Québec et qui l’a testée aujourd’hui même).

2008-62. Terrassement et livraison de bois.

Jeudi soir 13 novembre 2008.

Chers Amis du « Refuge Notre-Dame de Compassion« ,

Il y a dix jours (cf. www) je vous avais fait le compte-rendu des aventures aquatiques de notre « Mesnil-Marie » à l’occasion de cet « épisode cévenol » (le vétérinaire qui s’occupe de Chlôris et de moi-même a employé cette expression et je l’ai bien retenue) particulièrement violent qui s’est abattu sur notre région au moment de la Toussaint.

Monsieur Opsilos avait ajouté un commentaire à mon récit dans lequel il écrivait: « Urgence drainage! » Les chats et le Frère en sont parfaitement convaincus, mais il y a des choses qui ne dépendent pas d’eux. Le problème réside en premier lieu dans le fait que ces pluies, qui ont duré pendant pratiquement douze jours, ont bien évidemment mis en retard les menuisiers-couvreurs qui doivent intervenir sur notre toiture pour la réviser et mettre en place l’isolation ; or ils ne peuvent commencer chez nous que lorsqu’ils auront terminé la toiture sur laquelle ils travaillent actuellement… En deuxième lieu, on peut dire qu’il en est de même pour l’entrepreneur de maçonnerie qui doit venir achever les travaux d’écoulement des eaux : lui aussi, en raison du mauvais temps, a accumulé du retard sur les chantiers qui précèdent le nôtre dans son calendrier. En troisième lieu, le plombier ne pourra poser les chenaux et les gouttières que lorsque les deux artisans précédemment cités auront achevé leur travail… Une fois que ces trois étapes auront été franchies, un grand pas en avant aura été fait pour la mise hors d’eau de notre « Mesnil-Marie« . Frère Maximilien-Marie dit avec un brin d’ironie qu’il fait du harcèlement moral auprès des artisans parce qu’il se rappelle régulièrement « à leur bon souvenir« ! Nous avons maintenant bon espoir que ces travaux soient entrepris avant la fin du mois de novembre, mais je compte sur vos prières pour que de nouvelles pluies ne viennent pas mettre de nouveaux délais à leur mise en oeuvre.

En attendant, un de nos voisins – Bruno – , voyant que Frère Maximilien-Marie  – très affaibli par deux virus – est contraint à beaucoup de repos et ne doit pas faire d’efforts physiques), s’est généreusement offert pour venir pendant plusieurs jours piocher le long du mur de l’ancienne étable, dont je vous disais que les siècles avaient accumulé contre lui un tas de terre et de pierres, responsable des infiltrations qui se font à travers le mur. Nous ne pouvons donc que remercier chaleureusement notre ami Bruno pour son esprit de service et la générosité avec laquelle il s’est donné à ce travail pénible.

Travaux le long du mur ouest

Vous avez ci-dessus une juxtaposition de trois clichés qui vous montrent cette précieuse avancée (vous pouvez cliquer sur l’image pour la voir en grand) : 1) à gauche, une vue prise au mois d’août juste avant le premier coup de pioche : vous voyez l’amas de terre, soutenu par un muret de pierre sèches, et le frêne que l’on aperçoit au sommet plonge des racines dans l’épaisseur même du mur de la maison! 2) au centre, un cliché qui montre le travail commencé par Frère Maximilien-Marie : le frêne a été coupé et une partie de la terre et des pierres a été enlevée ; le rocher sur lequel la maison est édifiée commence à apparaître juste à côté de la pierre d’angle. 3) à droite, une photo prise après le travail de Bruno : le mur est dégagé jusqu’au rocher sur lequel il s’appuie et on voit sur les pierres les traces de la terre enlevée ; on aperçoit aussi dans le mur les restes du tronc du frêne!

J’ai encore une autre photographie à vous montrer ce soir : celle de la grosse livraison de bois de chauffage qui nous a été faite le jeudi 6 novembre. Cela n’a pas été facile de trouver un important stock de bois sec (de préférence du hêtre) et Frère Maximilien-Marie avait dû passer de nombreux appels téléphoniques. Déjà une première livraison avait pu être faite à la fin septembre mais bien insuffisante pour passer toute la mauvaise saison. Maintenant nous devrions être tranquilles. Néanmoins, comme vous le voyez, le camion n’a évidemment pas pu venir jusqu’à la maison : sa manoeuvre était rendue encore plus malaisée qu’à l’accoutumée parce que les grosses pluies avaient détrempé et raviné le chemin. Il est donc monté à reculons aussi haut qu’il l’a pu et il a tout déversé dans le chemin, à charge pour notre Frère d’achever le transport jusqu’à la maison!

2008-62. Terrassement et livraison de bois. dans Chronique de Lully dsc02950

Enfin, vous le voyez, malgré les ralentissements imposés d’un côté par les intempéries et de l’autre par l’état de santé de Frère Maximilien-Marie, il y a quand même des choses qui avancent : dans quelques jours je reviendrai pour vous parler de nos fenêtres, mais pour le moment Chlôris et moi devons aller nous mettre à l’affut d’une vilaine souris qui vient, sans autorisation et sans gêne, faire ses courses dans la réserve de farine destinée à la préparation du pain : cela ne peut durer!

Lully chasseur

Je vous salue donc avec toute ma féline majesté et vous assure de la prière de Frère Maximilien-Marie à vos intentions.

Lully.

Publié dans:Chronique de Lully |on 13 novembre, 2008 |4 Commentaires »

2008-61. Les intempéries du haut pays cévenol.

Lundi soir 3 novembre 2008.

Chers Amis du « Refuge Notre-Dame de Compassion« ,

Plusieurs d’entre vous ont essayé de contacter le « Mesnil-Marie » ces derniers jours, après avoir été un peu alarmés par les nouvelles météorologiques qu’ils avaient entendues dans les journaux radiophoniques ou télévisés : quelques uns ont réussi à les joindre, mais d’autres n’y sont pas parvenus parce que nous sommes restés longtemps sans téléphone et sans Internet. Comme, ce soir, tout semble rentré dans l’ordre, je m’empresse de venir vous rassurer.

Déjà dans ma précédente chronique (ici > www), je vous disais que nous étions entrés dans une période pluvieuse… qui n’était pas tellement à mon goût. Mais au moment où je vous écrivais je n’imaginais pas ce qui allait nous arriver! Jamais je ne l’eusse cru si je ne l’eusse vu de mes propres yeux (Frère Maximilien-Marie insiste beaucoup pour que je m’exerce à une rigoureuse exactitude dans l’emploi des conjugaisons) : la neige est arrivée au matin du jeudi 30 octobre! Au début, j’ai cru que j’avais  été victime d’un enchantement – comme il en est question dans les livres de contes – et qu’ayant dormi environ deux mois je me réveillais à quelques jours de Noël. Cependant un coup d’oeil sur le calendrier m’a convaincu que ce n’était pas le cas.

Ainsi donc, la neige est tombée en abondance, serrée, pendant plus de trois heures, et – comme il avait gelé dans la nuit précédente -, nous craignions vraiment de la voir tenir au sol. Heureusement, il n’en a rien été! Les sommets environnants ont été saupoudrés de blanc et cela a fondu très rapidement. Lorsque, à la faveur d’une accalmie, Frère Maximilien-Marie est sorti pour faire quelques clichés, Chlôris et moi avons aussi fait quelques pas dehors : moi, je déteste la neige et je suis très vite rentré mettre mes pattes délicates au sec ; mais la petite Chlôris la découvrait pour la première fois et elle sautait pour attraper les flocons comme s’il se fût agi d’insectes, ce qui amusait beaucoup le Frère!

J’ai sélectionné quelques photos de ce premier jour de neige au « Mesnil-Marie » (comme d’habitude, il vous suffit de cliquer sur la vignette pour voir la photo en grand). Voici tout d’abord deux vues de notre maison : remarquez les flocons sur les troncs d’arbre et les plantes, et aussi la fumée qui sort de la cheminée, gage de siestes douillettes et prolongées auprès du poêle…

dsc02870.jpg     dsc02873.jpg

Les deux photos suivantes ont été prises depuis le « chambas » (c’est ainsi qu’en patois local on désigne les champs en terrasse étagés sur les flancs des montagnes) qui est juste au-dessus de chez nous :  sur la première, vous voyez notre toit et, au-delà, vous apercevez la forêt légèrement poudrée ; puis sur la seconde, vous voyez le tronc et les branches de l’un de nos noyers avec en arrière-plan la maison de notre voisine et amie, Pascale, qui régale ses hôtes avec de délicieuses recettes à base de plantes sauvages.

dsc02878.jpg     dsc02881.jpg

Mais ce fut une bien autre affaire le lendemain matin! En effet la pluie qui, dès le jeudi après-midi, avait succédé à la neige, est devenue véritablement diluvienne et quasi ininterrompue à partir du vendredi 31 octobre et pendant plus de deux jours. Le vent s’est mis à souffler avec une puissance de tempête, faisant voler des bâches de protection et même de vieilles portes qui protégeaient du bois de chauffage et du matériel de construction, alors qu’elles étaient pourtant lestées avec des lauzes ou des madriers! En entendant le mugissement des rafales, nous nous demandions si les cheminées et la toiture allaient tenir bon… Par les fenêtres, nous pouvions voir d’épais rideaux de pluie avançant en vagues successives, les arbres se tordre, et de lourds nuages sombres s’étirer, se déchirer et se recomposer à une vitesse folle.

Très rapidement, il fallut se mettre à écoper avec ténacité une eau qui s’infiltrait dans la maison avec encore plus de ténacité que Frère Maximilien-Marie n’en pouvait déployer. Pour comprendre ce phénomène, il faut bien vous rappeler que notre « Mesnil-Marie« , comme toutes les  maisons anciennes du hameau, est construit à flanc de montagne, directement sur le rocher qui affleure en de nombreux endroits.  Ainsi, dans le cas de précipitations abondantes et violentes, l’eau ruisselle sur la roche et par les veines de la roche. Notre « Mesnil-Marie » est une ancienne ferme qui a plus de 300 ans. L’ancienne étable, qui jouxte la grande pièce de vie et que l’on aménage peu à peu pour y installer les sanitaires dont la maison était totalement dépourvue à notre arrivée (vous avez une photo de cette pièce dans la chronique que j’avais rédigé à la fin du mois de septembre > www), est spécialement exposée aux inondations du fait que sur un côté entier c’est la roche qui sert de muraille et que sur une autre côté les siècles ont amassé, à l’extérieur, contre le mur une importante épaisseur de terre. L’eau  entre donc dans cette pièce par les veines du rocher et aussi en traversant le mur de pierre contre lequel la terre s’est accumulée. Les constructeurs avaient initialement prévu un système de drainage des eaux de ruissellement, mais des transformations successives et malheureuses l’ont rendu inopérant. Nous voulons bien sûr rétablir et améliorer ce drain, et aussi faire disparaître l’accumulation de la terre à l’extérieur du mur, mais jusqu’à présent nous n’avons pas eu le temps de le faire : Frère Maximilien-Marie a des problèmes de colonne vertébrale et son état de santé est assez précaire en ce moment.

Mais il faut que je reprenne mon récit au sujet de notre inondation. Frère Maximilien-Marie, à l’aide de pelles à balayures a donc dû remplir des seaux  qu’il fallait vider à l’extérieur. Un seau a une contenance de dix litres : il est donc assez facile de calculer – quand on remplit et vide des seaux par dizaines – que ce sont quelques milliers de litres qui ont ainsi été vidés… Toutefois cela ne pouvait suffire et l’ancienne étable avait, dès le vendredi soir, environ deux centimètres d’eau sur tout sa surface (fort heureusement, tout le matériel qui s’y trouve entreposé est déposé sur des palettes et il est donc resté  hors d’eau). Frère Maximilien-Marie s’est alors efforcé d’empêcher l’eau d’envahir la grande pièce  de vie qui est légèrement en contrebas de l’ancienne étable et il a effectivement réussi à la maintenir dans des limites raisonnables. Sur le cliché qui suit vous pourrez voir que, contrairement à la plupart de nos congénères, Chlôris ne craint pas l’eau et qu’elle profite de toutes les occasions pour patauger allègrement. Cette photo est prise au pied des deux marches qui font la communication entre l’ancienne étable et la salle à manger : à certains moments, l’eau coulait dans l’angle de la marche comme s’il s’était agi d’un robinet ouvert!

dsc02784.jpg

La petite rivière qui coule à une centaine de mètres en contrebas du « Mesnil-Marie » a pris très vite des proportions impressionnantes : son rugissement furieux emplissait le fond de la vallée, et nous pouvions apercevoir ses flots boueux roulant environ deux mètres au dessus de son niveau normal. Quant au tout petit ruisseau qui coule entre la maison de Pascale et la nôtre, et qui était quasi à sec depuis le mois de juillet, il est devenu un véritable torrent furieux. Le soir de la Toussaint, on ne pouvait plus le franchir, même en sautant, sinon chaussé de grandes bottes et en entrant dans l’eau qui, à l’endroit habituel du passage, s’étalait sur une largeur d’environs deux mètres.

Le matin de la Toussaint, il n’était évidemment pas question de parcourir une soixantaine de kilomètres dans de telles conditions pour aller assister à la Sainte Messe latine traditionnelle. Frère Maximilien-Marie a dû se contenter d’aller à la Messe paroissiale la plus proche, célébrée à B**** par un ancien missionnaire d’Afrique qui remplit les fonctions de « vicaire » dans la paroisse territoriale sur laquelle le « Mesnil-Marie » est implanté. Pour franchir les quelque sept kilomètres qui séparent le « Mesnil-Marie » de B****, il a fallu  plus de vingt minutes dans une ambiance qui avait un côté surréaliste. Le dimanche 2 novembre, pour aller à la messe dominicale Frère Maximilien-Marie n’a pu sortir du « Mesnil-Marie » et atteindre la voiture qu’à la condition d’avoir chaussé de grandes bottes de cahoutchouc, sans cela il lui était impossible de franchir le ruisseau!!! Voici justement une photo  qui réunit par juxtaposition deux prises de vues. A gauche, une photo prise le jeudi 30 en fin de matinée : on voit un peu de neige sur les troncs ; à droite, une vue de ce même ruisseau prise  à la faveur d’un rayon de soleil le dimanche 2 novembre en début d’après-midi. Le lieu où il faut le franchir pour arriver au « Mesnil-Marie » se situe au sommet de cette petite cascade.

dsc02869a.jpg

Bref, nous avons expérimenté ce que sont les grandes pluies d’automne en haut pays cévenol, et même  s’il y a eu pour nous quelque inconfort, je sais que cela n’est rien en comparaison des dégâts énormes qui ont été causés par les eaux en crue dans plusieurs villes et villages assez proches de chez nous.  Comme le dit Pascale : « Ici, l’eau ne fait que passer et nous ne sommes pas à plaindre en comparaison de ceux qui vivent dans les endroits où les eaux se rassemblent et s’accumulent. » Moi, de toute mon âme,  je rends grâces à Dieu pour les larges murs de pierre et la solide charpente de notre « Mesnil-Marie« , et je Le prie de venir en aide à tous les malheureuses victimes de ces intempéries, en suscitant les générosités et les aides dont elles ont besoin. 

Lully.

Publié dans:Chronique de Lully |on 3 novembre, 2008 |5 Commentaires »

2008-60. Saint Glinglin : un Saint dont tout le monde parle mais dont on ne peut jamais célébrer la fête!

 

2008-60. Saint Glinglin : un Saint dont tout le monde parle mais dont on ne peut jamais célébrer la fête! dans Chronique de Lully dyn002original100160gif2582326252bfec892843f9590a88cd226fbca7f

   Aujourd’hui, il fait ici un temps épouvantable ; un temps humide et froid : un temps à ne pas mettre un matou dehors !
Frère Maximilien-Marie essaie de me trouver quelques distractions pour que je trouve le temps un peu moins long. En faisant des rangements, il a retrouvé un gros livre de contes et il s’est écrié : « Ah, puisque nous sommes dans les jours proches de la fête de tous les Saints, voilà un livre qui est bien de circonstance ! » Et il me l’a tendu.
Le titre m’a étonné : « Les contes de la Saint Glinglin » (*).
Lorsque les hommes disent « à la Saint-Glinglin », ils veulent dire « jamais », et je me demandais bien pourquoi.
Alors je me suis assis près du poêle, j’ai ouvert le gros livre et j’ai lu à haute voix l’histoire de Saint Glinglin et de la belle Lurette :

livre000.gif

       « De son vrai nom, saint Glinglin s’appelait Galahan O’Galahan. C’était un Irlandais. Il était moine au monastère du bon abbé saint Brandan qui découvrit l’Amérique bien des siècles avant Christophe Colomb. Ayant appris la maçonnerie dans son enfance, il était devenu le tailleur de pierre du couvent. C’est lui qui creusa de ses mains, dans le granit le plus fin et le plus dur, l’auge miraculeuse à bord de laquelle saint Brandan s’embarqua pour aller découvrir l’Amérique. On le considérait comme le plus habile sculpteur de toute l’Irlande. Il faisait des statues, des chapiteaux, des tables, des cheminées. Tout le monde l’admirait beaucoup.
Seulement il avait un grave défaut : il était épouvantablement étourdi. Il oubliait tout, sauf l’heure des repas, et encore c’est parce qu’il avait faim. Il oubliait jusqu’à son nom.

   Même dans son métier, il avait des distractions lamentables. Un jour qu’on lui avait commandé une série de statues pour la nouvelle chapelle du couvent, il fit une grande barbe blanche à la Sainte Vierge et, à saint Pierre, il mit un chignon. Or, comme chacun le sait, saint Pierre est complètement chauve. Ce fut un beau scandale dans le chapitre, où les chauves ne manquaient pas. Galahan O’Galahan dut expier son double sacrilège par une pénitence de huit jours au pain et à l’eau.

   Le bon saint Brandan, qui l’aimait bien, était fort attristé par ces incartades.
- Mon petit, disait-il, prends garde à ton étourderie. Elle te jouera un mauvais tour.
- Je sais, mon Père, soupirait-il. Je me dis toujours que je vais faire attention, que je vais me rappeler les choses mais cinq minutes après, j’ai tout oublié, j’ai même oublié que je n’ai pas de mémoire !
- Hélas ! mon petit, je crains fort que cette malheureuse infirmité ne t’empêche d’être jamais un saint !

   Il faut vous dire qu’en Irlande, à cette époque, tous les gens qui se respectaient finissaient par devenir ou des rois ou des saints. Les autres étaient très mal considérés. C’est bien cela qui faisait souffrir Galahan. Il s’approchait de l’âge où un moine, conscient de ses devoirs, songeait à sa canonisation. Mais allez donc canoniser une tête de linotte pareille ! Le malheureux dépérissait à vue d’œil. Il ne se passait pas de semaines sans qu’il apprit qu’un des ses frères plus jeunes, parfois un de ceux qu’il avait connu moinillon, réussissait à faire son trou dans le calendrier. Chaque fois il passait la nuit en macérations et en prières, prenait de bonnes résolutions, jurait qu’il serait moins étourdi. Mais, le lendemain matin, il avait tout oublié.

   Un jour saint Brandan lui dit : « Mon enfant, tu as mauvaise mine. Il faut changer d’air. D’ailleurs les voyages forment la jeunesse et un gamin de soixante ans, comme toi, devrait en tirer profit. Va au port préparer mon auge miraculeuse. Je t’emmène avec moi en Aquitaine ».

   Saint Brandan avait en effet l’habitude d’aller chaque automne dans le Midi de la France pour y faire sa cure de raisin frais au moment de la vendange. Galahan O’Galahan ne se fit pas répéter deux fois l’ordre de son prieur. Il courut au port et passa l’auge à la pierre ponce afin qu’elle fendit mieux les flots. Sous le banc de granit, il logea le bissac qui contenait son maigre bagage et celui de saint Brandan. Il y ajouta les outils de son art, une gouge et un maillet, pour le cas où il rencontrerait quelque chose de pierre valant la peine d’être taillé.

   Un beau jour donc, l’abbé et le moine débarquèrent de l’auge sur les rives de la Garonne. C’était la mi-septembre et les paysans étaient dans les vignes en train de vendanger. A peine débarqué, saint Brandan s’en fut voir son vieil ami, le prieur du couvent de Saint-Macaire. Il laissa son auge à la garde de Galahan et, avant de partir, il lui recommanda bien de songer à venir le prendre au couvent un peu avant l’heure de complies.

   Il faisait un beau soleil, bien doré. Galahan fit quelques pas le long de la berge parmi les aubiers, puis soupirant d’aise, il s’étendit dans l’herbe. Trois minutes plus tard, il se relevait avec un cri de désespoir. Il avait tout oublié. Mais tout : les recommandations de l’abbé, l’heure où il devait aller le chercher, l’endroit où il avait amarré l’auge… Il avait même oublié le nom du pays où il se trouvait. La tête dans les mains, il se mit à pleurer.

   Au bout d’un moment, un léger bruit lui fit lever la tête. Il vit devant lui une petite fille qui le regardait curieusement avec ses grand yeux noirs. Elle pouvait avoir neuf ans.
C’était une très gentille petite fille et elle habitait Saint-Macaire, où son papa était tonnelier ; elle s’appelait Lurette. Et comme elle était fort jolie, quand on parlait d’elle on disait «la belle Lurette». C’est même sous ce nom qu’elle est devenue célèbre.

   Entre autres qualités, Lurette avait bon cœur. Elle s’assit à côté du moine.
- Pourquoi pleurez-vous ? dit-elle.
- Je… euh… j’ai oublié, répondit Galahan.

   C’était vrai, il avait oublié pourquoi il pleurait. Mais comme Lurette lui avait parlé en français, il s’était ressouvenu qu’il était en France. Cela le consola un peu. Il essuya ses larmes avec la robe de bure ; Lurette sourit.
- Comment vous appelez-vous ? demanda-t-elle.
- Galahan O’Galahan.

   Il faut dire qu’il parlait avec l’accent irlandais, qui tient un peu le milieu entre l’accent anglais et l’accent auvergnat. Lurette compris qu’il disait Glinglin.
- Glinglin, dit-elle, c’est un joli nom. On dirait une cloche du dimanche. La saint Glinglin sera une fête carillonnée.

   A ces mots, le malheureux eut une nouvelle crise de larmes. Pressé de questions affectueuses, il finit par expliquer à la petite fille la cause et l’origine de tous ses malheurs.
- C’est une maudite distraction, Lurette, j’ai la cervelle comme une passoire.
- Il faut vous en corriger, Glinglin. C’est une question de volonté.

   Elle répétait ce qu’elle avait entendu dire par sa maîtresse d’école. Lurette était une très bonne élève. Elle entreprit de faire l’éducation de son nouvel ami. Pour entraîner sa mémoire, elle lui apprenait la table de multiplication, la plus difficile, celle de sept. Pendant tout ce temps que les Irlandais restèrent en Aquitaine, le moine et la petite fille se retrouvèrent matin et soir. Glinglin, puisque c’était son nouveau nom, avait commencé une belle statue de Lurette et, tandis qu’il tapait à grands coups de maillet sur la gouge, ne s’interrompant que pour grappiller un raisin, elle lui posait des colles :
- Sept fois six, Glinglin ?
- Trente six… non, quarante deux, Lurette. Tourne un peu la tête à gauche.
- Sept fois neuf ?

   Ça c’était plus dur. Il se grattait la tête d’un air penaud.
- Sept fois neuf ?…Malheur, j’ai encore oublié ! Tu vois, je ne suis bon à rien, Lurette.
- Mais si, Glinglin. Un petit effort, voyons. Sept fois neuf soixante trois. Répétez…
- Sept fois neuf soixante trois. Relève cette mèche de cheveux.

   Et ainsi de suite. Quand vint le moment de quitter Lurette et de rentrer en Irlande, Glinglin avait fait des progrès considérables. En fermant les yeux et en serrant les dents, il arrivait à se rappeler les choses quelques fois deux heures de suite. Le bon abbé saint Brandan en fut ravi. Il donna sa bénédiction à Lurette et promit de ramener le moine avec lui l’année suivante.

   Pendant toute cette année là, Glinglin fut un modèle d’exactitude et d’attention ; il arrivait à l’heure aux offices. Il rangeait ses outils, le travail terminé, et se rappelait où il les avait mis le lendemain matin. En secret, il avait même appris la table de huit pour faire une surprise à Lurette.

   Vint enfin la saison des vendanges. Au moins quinze jours à l’avance, l’auge était prête. Un bon vent poussa saint Brandan et Glinglin vers l’Aquitaine. Par un soir d’or et de pourpre, ils touchèrent la rive. Debout à l’avant de l’auge, Glinglin cherchait Lurette des yeux.

   Hélas ! dans les vignes désertes, aucun vigneron ne chantait. A la chapelle du prieuré, une cloche sonnait le glas. Inquiets, les deux voyageurs mirent pied à terre et montèrent vers le village. A l’entrée du couvent, un moinillon tout en larmes leur conta la triste nouvelle : quelques jours plus tôt, Lurette avait été prise de fièvre et elle était morte le matin même en parlant de son grand ami Glinglin.

   On l’enterra dans le jardin du monastère et Glinglin lui fit une belle tombe sur laquelle il plaça la statue qu’il avait exécutée l’année précédente. Les gens allaient souvent la voir les jours de promenade et y posaient des fleurs. Elle est restée là pendant des siècles. Elle n’y est plus maintenant, mais elle y est restée si longtemps qu’on a pris l’habitude de la voir ; si bien qu’aujourd’hui, quand on veut dire qu’une chose est très ancienne, on dit : « Il y a belle lurette ». Saint Brandan abrégea sa visite. Le retour en Irlande fut triste. Glinglin était inconsolable. Un temps, il essaya de se souvenir des leçons que lui donnait sa petite amie, mais sa nature oublieuse reprit le dessus. Six mois plus tard, c’est à peine s’il savait encore sept fois deux quatorze. Bientôt, il ne lui resta plus que son chagrin. Il était plus étourdi, plus distrait que jamais, et saint Brandan abandonna toute espérance de le voir canoniser de son vivant.

   Il finit par mourir à son tour. Et, là encore, il fut victime de son incurable distraction. On lui avait pourtant bien expliqué le chemin du Paradis. Mais, au moment de partir, rien à faire, il avait tout oublié. Vers le haut ? vers le bas ? à droite ? à gauche ? au nord ? au sud ? Perdu dans l’espace immense, il erra des jours, des années, peut être des siècles. Il avait perdu tout espoir lorsqu’un beau matin, au détour d’un nuage, il tomba sur la porte du Paradis. Il sonna. Avec un grand bruit de clefs, saint Pierre vint lui ouvrir. Il le toisa sans aménité.
- Ha, ha ! s’écria-t-il d’une voix aigre-douce. Mais c’est Galahan O’Galahan, l’illustre sculpteur, qui nous fait enfin l’honneur d’une visite. Que viens-tu faire ici, songe creux ? Je te croyais au Purgatoire.

   Rien qu’au ton du grand saint Pierre, Glinglin comprit qu’il n’avait pas oublié l’affaire du chignon. Fort gêné, il se gratta la tête. Saint Pierre se méprit sur le sens de son geste.
- Quoi ? gronda-t-il. Quoi ? Tête de linotte, tu as le toupet de venir me demander une auréole ? T’imagines-tu que nous manquions de saints au point de prendre des faibles d’esprit, des gâcheurs de pierre, des… des coiffeurs pour dames ?

   Il s’étranglait d’indignation. Le pauvre moine ne savait que dire et regardait tristement la pointe de ses sandales quand soudain une voix claire lui fit lever les yeux comme jadis sur les bords de la Garonne.
- Glinglin, enfin vous voilà ! je commençais à m’ennuyer sans vous. Mais maintenant que vous êtes là, vous allez voir comme c’est amusant le Paradis. D’abord on va vous donner une auréole puisque vous êtes un saint, n’est ce pas bon saint Pierre ?
- Tu connais ce bon à rien, petite ? Eh bien, je ne te fais pas mon compliment. Quant à l’auréole, il peut se brosser, tu m’entends ?

   Toute rouge, Lurette tapa du pied : « Vous êtes un méchant, saint Pierre. Glinglin n’est pas un bon à rien. Seulement il est un peu étourdi. Mais il fait tout ce qu’il peut pour s’en corriger. Il sait la table de sept sur le bout du doigt. Tenez, écoutez : sept fois neuf, Glinglin ? »
- Cinquante six, répondit Glinglin en baissant le nez.
- Tu vois, ricana saint Pierre, un bon à rien, c’est ce que je disais… Eh là , petite, tu ne vas pas pleurer maintenant.

   Lurette était en larmes. Saint Pierre à gauche, Glinglin à droite essayaient vainement de la consoler. Quand elle fut un peu calmée, le porte-clefs du Paradis bougonna : « Bon, bon, ça va, je vais lui donner son auréole ».

   Il fouilla dans un coffre et en tira une vieille auréole dont la dorure commençait à s’écailler.
- Tiens, prends ça, toi. Elle est un peu rouillée, mais tu n’auras qu’à y mettre de l’huile de coude. Tu peux écrire « saint » sur ta carte de visite, animal. Mais c’est bien pour la petite que je fais ça.

   Le nouveau saint était radieux. L’auréole était un peu grande, mais il se garda bien de protester ; il lança un sourire de reconnaissance à Lurette. Déjà saint Pierre revenait avec un gros registre.
- Voyons un peu… il faut que je t’inscrive, maintenant. Nous disons, nom et qualité… Saint Galahan… sexe, masculin… Profession… hum, pas sculpteur tout de même… tailleur de pierre… nationalité, irlandaise. Bon. Maintenant, il te faut une fête. Ça va être commode, avec le calendrier chargé comme il l’est ! Enfin, voyons la date de ta mort ?

   Saint Glinglin pâlit sous sa nouvelle auréole. Depuis le temps qu’il errait dans l’espace, il avait perdu le compte des jours et il était bien incapable de dire quand il était mort.
- Je… je ne sais pas, bon saint Pierre.
- Tu ne sais pas ? Et qui va le savoir alors ? C’est tout de même un peu fort! et ta date de naissance ?
- Je… j’ai oublié, bon saint Pierre
- Tu commences à m’énerver à la fin ! bon sang, quel empoté ! Alors il n’y a plus qu’une solution. Donne moi la date de ton baptême. Vite !

   Saint Glinglin resta silencieux. Il avait aussi oublié la date de son baptême. Cette fois, saint Pierre se fâcha tout rouge : « Comment, mauvais chrétien ? Passe que tu oublies ta naissance et ta mort, qui ne sont d’ailleurs pas des événements bien remarquables ; mais ton baptême ! C’en est trop ! Tu as de la chance d’avoir déjà ton auréole. Les règlements ne me permettent pas de te la reprendre, sans cela ce serait déjà fait ! En tout cas pour la fête, tu attendras d’avoir retrouvé la mémoire ! Je t’ai assez vu ! »

   D’un geste sec, il referma son registre et, prenant Lurette par la main, rentra dans le paradis, laissant saint Glinglin planté sur le seuil.
- Mais, protesta faiblement le malheureux, quand pourrai-je entrer au Paradis ?
- Le jour de la saint Glinglin, lui jeta saint Pierre en claquant la porte.

   Et, depuis ce temps, assis sur un nuage à l’entrée du Paradis, le pauvre saint Glinglin essaie de retrouver le jour de son baptême qui sera aussi le jour de sa fête. Il n’y est pas encore parvenu ; de temps en temps, pour qu’il ne s’ennuie pas, Lurette lui porte un morceau d’étoile qu’il s’amuse à sculpter pour elle. Quand il n’est pas content de son travail, il jette les morceaux par dessus bord et ce sont les étoiles filantes… »

etoile019.gif

       Voilà, j’espère que ce conte vous aura plu autant qu’à moi. Frère Maximilien-Marie aussi l’aime beaucoup (même s’il trouve que Monsieur Escarpit n’a pas été très gentil avec le bon saint Pierre en le dépeignant comme un horrible grincheux rancunier) ; d’ailleurs pendant que je lisais il a éclaté de rire à plusieurs reprises !
Et puis, même si l’histoire s’achève de manière un peu triste, je trouve qu’il y a beaucoup de bons éléments à en tirer. En particulier, soyons honnête, je sais  enfin – et vous aussi maintenant vous savez – pourquoi on dit « il y a belle lurette » et « à la saint-glinglin ».
Alors, pour en revenir à la fête de Toussaint toute proche, je me permets de vous faire un sermon de douze mots : « N’attendez pas la saint Glinglin pour travailler à devenir des saints ! »

pattes de chatLully.                    

(*) Robert Escarpit : « Les contes de la Saint Glinglin ».

Nota bene :
M. Rat, dans son « Dictionnaire des locutions françaises » explique que les étudiants en droit apprennaient (l’apprennent-ils toujours ?) l’anecdote suivante : à une époque où les échéances de paiement étaient en référence avec les fêtes religieuses (par exemple « à la Saint-Michel »), un débiteur malicieux avait promis à son créancier (sans doute pas très avisé) qu’il le paierait le jour de la saint Glinglin. Le créancier ne voyant rien venir avait fini par porter l’affaire devant la justice et le tribunal avait, non sans humour (une fois n’est pas coutume), rendu le jugement suivant : 
« Attendu que la Saint-Glinglin ne figure pas dans le calendrier, mais qu’il existe à la date du 1er novembre une fête collective de tous les saints qui n’ont pu y trouver place ; attendu, en conséquence, qu’il y a lieu de fixer au 1er novembre la date de la Saint-Glinglin ; par ces motifs, contradictoirement et en dernier ressort, condamne le débiteur à payer la somme réclamée avant le 1er novembre ». Selon la jurisprudence française donc, la Saint Glinglin est reportée à la Toussaint !!!

1...132133134135136...147

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi