Archive pour la catégorie 'Annonces & Nouvelles'

2012-23. Avant d’entrer dans le Triduum Sacré.

(chronique du mois de mars 2012 & réflexions sur l’actualité par le Maître-Chat Lully)

Mardi Saint 3 avril 2012

2012-23. Avant d'entrer dans le Triduum Sacré. dans Annonces & Nouvelles DSC09910-Copie-222x300

« La Croix se dresse tandis que le monde tourne »
(cliquer pour agrandir) 

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Le mois de mars s’est achevé alors que – par les premières vêpres du second dimanche de la Passion – nous venions d’entrer dans la Semaine Sainte.
Aussi l’un des premiers buts de ma petite chronique de ce jour est-il de vous souhaiter de vivre le Triduum Sacré - le moment le plus important de toute l’année chrétienne – dans une très grande ferveur de l’esprit et en vous unissant de tout votre coeur à Notre-Seigneur Jésus-Christ, unique Sauveur de l’humanité, dans la célébration des mystères de notre Rédemption.

coeurdejsuscopie chronique Lully dans Chronique de Lully

J’ai choisi à dessein de mettre en tête de ma publication de ce jour la devise de l’Ordre des Chartreux, sur fond de photo du petit campanile de notre Mesnil-Marie : « Stat Crux dum volvitur orbis – la Croix se dresse tandis que le monde tourne » (vous vous souvenez peut-être que je vous avais expliqué que nous sommes installés à l’intérieur du « désert » de l’antique Chartreuse de Bonnefoy, cf. > www).

Que voyons-nous autour de nous?
Des agitations de toutes sortes, des soubresauts et des secousses dans la société, des révolutions et des effondrements dans le domaine politique, des revirements constants qui prouvent l’inconstance – et souvent aussi l’inconsistance – de la plupart des affaires humaines!
Tout ce tourbillon du monde n’est qu’une spirale infernale (je choisis cet adjectif à dessein), n’est que la vertigineuse accélération de la décadence…

« Volvitur orbis : la terre tourne ».
Ce tourbillon, cette décadence sont manifestés par la montée en puissance de fausses doctrines religieuses, par le matraquage incessant de fausses doctrines politiques, par la surenchère des leurres électoraux, par l’inflation des mensonges médiatiques, par l’écroulement des constructions politico-économiques moribondes (comme le sont l’actuelle « Union Européenne » ou l’Euro…) que, au mépris de plus en plus manifeste du bien des peuples, l’on s’obstine à maintenir en vie au moyen de véritables dictatures masquées, alors qu’elles sont gangrenées par d’immondes cancers généralisés…
Me revient à la mémoire la sentence sans appel énoncée sous l’inspiration du Saint-Esprit par le prophète Jérémie : « Voici ce que déclare le Seigneur : Maudit soit l’homme qui met sa confiance en l’homme et qui s’appuie sur un être de chair, et dont le coeur se retire du Seigneur! » (Jér. XVII, 5).

« Stat Crux! La Croix se dresse, la Croix demeure, la Croix est stable… ».
Il ne peut pas y avoir de point d’ancrage solide hormis celui que Dieu Lui-même a établi au centre de l’histoire de l’humanité : la Croix de Son divin Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ.
Comme l’a magnifiquement exprimé Monsieur l’abbé Eric Iborra, vicaire à la paroisse Saint-Eugène et Sainte Cécile de Paris, dans sa prédication du premier dimanche de la Passion (il faut en lire le texte tout entier, ici > www) : « … de notre point de vue, qui est celui de la vérité révélée, toute doctrine, et en particulier toute doctrine religieuse, qui relativise la centralité du Christ dans l’histoire est fausse. La croix juge toute doctrine religieuse comme elle juge aussi tout comportement humain. (…) Depuis deux mille ans, et malgré leurs infidélités dans l’histoire, les chrétiens savent qu’on rend gloire à Dieu et qu’on travaille à l’extension de son règne non en usant des armes de ce monde, dont le prince est homicide et mensonger dès l’origine, mais en imitant celui qui n’a eu d’autres armes que la vérité et la charité. »

C’est pourquoi, en face de la Croix de Notre-Seigneur, en face des vérités éternelles du salut révélées par Dieu, en face de la plénitude personnelle de la Révélation : Jésus-Christ vrai Dieu et vrai homme, toutes les gesticulations de l’actualité (et particulièrement en notre France avec cette ridicule « campagne électorale »), ne nous apparaissent – vues d’ici – que comme une misérable, pitoyable et mensongère comédie à laquelle nous ne pouvons pas (non possumus!) et laquelle il ne convient pas (non expedit!) d’accorder un véritable intérêt (*).

coeurvendeen Culture & Patrimoine dans Commentaires d'actualité & humeurs

Mais il est bien temps que j’en vienne à ma partie « chronique »!

- Au début du mois de mars, notre petite paroisse traditionnelle a eu la tristesse de perdre l’un de ses membres les plus fidèles, Pierre, 72 ans, parti vers Dieu dans des dispositions véritablement admirables. Ses funérailles, qui ont eu lieu le premier samedi du mois 3 mars, ont bien évidemment été célébrées selon le rituel traditionnel : notre petite église était bien pleine pour cette cérémonie qui, contrairement aux commentaires idiots que l’on entend habituellement chaque fois qu’il y a des obsèques religieuses, n’est pas une « cérémonie d’hommage » mais une une cérémonie de suffrages (cf. > www).
Je signale la chose parce que, en dehors de notre modeste communauté paroissiale, il y avait de nombreuses personnes qui n’ont évidemment pas l’habitude de la liturgie grégorienne traditionnelle des funérailles : personnes d’un « certain âge » qui l’ont oubliée et personnes plus jeunes qui ne l’ont jamais connue, ce qui était en particulier le cas des employés des pompes funèbres… Hé bien, d’une manière générale et quasi unanime, les assistants à ces funérailles ont été impressionnés par la beauté de ce rite, par sa sobre gravité et par la consolation surnaturelle qu’il apporte aux âmes, au contraire de la plupart des célébrations de funérailles actuellement pratiquées dans les paroisses, où le rite – déjà fort édulcoré par la « réforme liturgique » – est encore dilué dans un fatras de paroles où dominent la mièvrerie et le sentimentalisme…

- Le mois de mars, avec ses exceptionnelles conditions météorologiques, a été essentiellement marqué, pour Frère Maximilien-Marie, par la reprise des travaux extérieurs : jardinage, arrachage de végétation sèche, taille, désherbage, reprises de petits travaux de terrassement… etc. Il a beaucoup apprécié qu’une connaissance de Paris (qu’elle soit vivement remerciée) vienne passer une semaine ici et se consacre à certains travaux – coupe d’arbustes, arrachage d’anciennes souches, transports divers – qui demandent des efforts que la colonne vertébrale de notre Frère ne peut habituellement pas supporter…

DSC09875-Copie-225x300 élections

Défrichage et débroussaillage…

- Nous avons aussi eu notre veillée mensuelle « Culture & Patrimoine », le soir du mardi 20 mars : elle a été brillamment animée par notre ami Frédéric, fils du célèbre vulcanologue Haroun Tazieff, qui nous a parlé de son père, de ses travaux, de l’apport prodigieux qu’il avait fait aux sciences de la terre, du volcanisme de notre contrée, et des projets importants qui peuvent se développer dans notre région en lien d’une part avec le monde de la recherche scientifique et d’autre part avec les autres lieux façonnés par les volcans, non seulement géologiquement et géographiquement parlant, mais aussi dans les constituants humains et patrimoniaux…
Notre seul regret est qu’il n’y ait eu que cinq personnes à participer à cette veillée qui fut tellement riche et intéressante que les discussions se sont prolongées fort avant dans la nuit!

- Un autre des évènements marquants du mois de mars qui vient de s’achever, a été un travail important de réaménagement de notre petite église de Ceyssac, point visible de ralliement de notre paroisse non territoriale traditionnelle (qui, rappelons-le, rassemble des fidèles de trois diocèses, puisque les diocèses de Mende et de Viviers n’appliquent pas le motu proprio Summorum Pontificum).
A l’approche des fêtes pascales, et profitant du grand ménage que l’on fait toujours à cette occasion, une vaillante et généreuse équipe de paroissiens a pu non seulement faire la chasse aux araignées jusqu’au sommet des voûtes et des vitraux, non seulement cirer et faire briller l’autel et les bancs, mais aussi arracher une infâme moquette grise qui avait été collée dans le sanctuaire au cours des redoutables années 70, procéder à un réaménagement de la disposition des statues (plus conforme à ce qui fut à l’origine) et à l’installation d’un « chemin » sur les marches de l’autel, mais également aussi récupérer et remettre en place les stations du Chemin de la Croix, qui avaient été « liquidées » au moment de l’après concile, mais récupérées par un particulier qui les avait entreposées depuis lors au fond de son garage…

Ceyssac-1-300x225 funérailles traditionnelles

Notre petite église de Ceyssac, sous le double vocable de la Sainte Croix et du Sacré-Coeur

- Comme chaque année, la préparation des fêtes de Pâques demande à notre Frère beaucoup d’investissement (répétition des chants – même s’il n’est pas un grand expert du grégorien! -, préparation de matériel, décoration du cierge pascal…).

- Je dois aussi signaler la commémoraison de la Compassion de la Très Sainte Vierge Marie, le vendredi de la Passion 30 mars,  que nous avons célébrée ici-même du mieux que nous avons pu – bien que ce soit en tout petit comité – , et en priant spécialement lors de la Sainte Messe à l’intention de tous les amis et bienfaiteurs, vivants et défunts, du Refuge Notre-Dame de Compassion. Voici la photo de notre oratoire prise à cette occasion :

DSC09897-Copie-300x225 mars 2012

Comme je vous l’écrivais au début de cette chronique, chers Amis, Frère Maximilien-Marie et moi-même vous souhaitons un très ferventes et très beau Triduum Pascal. Nous vous restons unis dans le Coeur de Jésus et Marie et nous recommandons nous-mêmes à vos bonnes prières tandis que, en guise d’au-revoir, je vous dédie ces quelques violettes du Mesnil-Marie

patteschats Mesnil-MarieLully.

(*) « Non possumus » et « non expedit » : comprenne qui pourra!

DSC09889-2-300x207 Notre-Dame de Compassion

Violettes du Mesnil-Marie (cliquer pour agrandir)

Vous pouvez nous aider à continuer les travaux d’aménagement du Refuge Notre-Dame de Compassion :
pour faire un don cliquer ci-dessous.

btn_donateCC_LG Stat Crux dum volvitur orbis

2012-21. « Les vrais rationalistes sont les chrétiens ».

Notre fidèle amie Marie-Christine Ceruti-Cendrier, professeur titulaire à la faculté de théologie de l’université d’état de Minsk (Biélorussie), qui avait déjà publié – en 1997, chez Téqui – un excellent livre, dont nous ne cessons de recommander la lecture, intitulé « Les Evangiles sont des reportages n’en déplaise à certains »

2012-21.

… vient de faire paraître un nouvel ouvrage d’apologétique que nous nous empressons de vous signaler et qui a cette fois pour titre : « Les vrais rationalistes sont les chrétiens ».
Je ne peux mieux faire que de vous recopier ci-dessous avec son aimable autorisation la présentation qu’elle a rédigée elle-même de ce livre dont elle nous a écrit : «  Je prie pour que ce livre aide la foi des gens qui le liront. En fait c’est le fruit de recherches qui ont débuté quand j’étais étudiante… »
Qu’elle soit ici chaleureusement remerciée pour son patient travail et son zèle à défendre la foi divinement révélée contre les attaques innombrables et les erreurs de nos temps troublés.

Lully.

livre000 anti-christianisme dans Lectures & relectures

« Rationalistes » un nom usurpé.
Ce livre démontre par les mathématiques, la physique, l’astronomie, la biologie… que la raison ne se trouve pas du côté de ceux qui s’obstinent à vouloir que le hasard soit rationnel. Il explique par quelles mystifications les pseudo-rationalistes sont parvenus à faire croire que l’athéisme est cohérent et à forcer les Chrétiens eux-mêmes à se persuader que leur foi est étrangère à la raison.

En effet la question qui se pose aujourd’hui n’est plus pourquoi l’humanité a-t-elle créé la religion, par quel processus l’idée d’une divinité a-t-elle pu germer et/ou comment se fait-il que le Christianisme se soit développé, mais plutôt comment l’athéisme peut-il bien s’expliquer, comment une telle obstination en fait obscurantiste pour nier l’évidence est-elle possible.
Les sciences de la nature, chacune de son côté, en se développant, buttent devant l’impossibilité logique de l’absence d’une intelligence extérieure au monde, sur la nécessité d’un début de l’univers, sur une complexité du vivant inexplicable par le hasard, sur l’omniprésence d’une information qui n’a rien de matériel, sur des lois physiques qui sont justement des lois, sur des mathématiques qui se permettent de se présenter comme extérieures à la volonté de l’homme, sur une terre, une galaxie, un univers qui apparaissent comme un immense mécanisme organisé pour permettre la vie.
Et en face de cela nous trouvons des efforts désespérés et quelque peu pitoyables pour essayer de gommer ces difficultés. Tout y passe, la panspermie, le multivers, le hasard, la sélection (qui ne peut sélectionner que ce qui existe déjà, pis qui ne peut sélectionner le meilleur qu’en vertu d’un choix de valeur, surtout quand il s’agit de matière inanimée, mais même dans le cas du vivant – pourquoi la vie serait-elle préférable à la mort ou au néant si ce n’est à cause d’une loi, d’une loi préexistante?), la divinisation de la nature qui prend la forme d’une certaine écologie et qui n’est qu’un panthéisme déguisé, l’affirmation divertissante que les organismes vivants ne sont que bricolage – avec des broutilles d’exemples qui ne servent à démontrer que notre ignorance.
Evidemment le brouillage de pistes et la loi du silence sont fort en vogue aussi. Quand la connaissance scientifique devient trop explicite en faveur d’une existence dont on ne veut pas, on s’arrange pour qu’elle ne perce pas.

Et quand ce n’est pas suffisant la fureur prend place. Une fureur relevant d’un déséquilibre affectif, nerveux et certainement pas rationnel, bien surprenante chez ceux qui s’affirment comme détenant le monopole de la rationalité justement;

Avant d’aborder l’examen du mécanisme intérieur psychologique qui porte à ces conséquences étranges, il ne sera pas mauvais d’évaluer les arguments avoués ou plutôt brandis extérieurement et officiellement pour rejeter la valeur rationnelle du Christianisme.
Le Christianisme a-t-il été source d’ignorance et d’obscurantisme et dans ce cas comment se fait-il que ce sont les pays de vieille culture catholique qui sont aujourd’hui les leaders de la science et du progrès?
De la morale chrétienne et de la morale athée, statistiques en main, laquelle bloque-t-elle davantage l’évolution positive de la société et de l’individu?
Comment se fait-il que la religion la plus persécutée dans le temps et l’espace tienne encore debout si elle est aussi irrationnelle qu’on le prétend?

En effet c’est sur ces arguments-là qu’on essaie de tuer le Christianisme.
Les vraies raisons de cette volonté de carnage ne peuvent pas être avancées. La guerre psychologique a besoin de s’appuyer sur des motifs rationnels en non psychiques voire pathologiques. Le Christianisme est présenté comme un amas de croyances subjectives, émotionnelles, et fanatiques.
Il est temps de renverser les rôles… et de nous poser la question :
Le Christianisme est-il irrationnel ou est-il l’entité qui, plus que toutes les autres, a défendu et promu la valeur de la raison?

Marie-Christine Ceruti-Cendrier.

les-vrais-rationalistes-sont-les-chretiens.net_-203x300 apologétique

Dominique Martin-Morin éditeur – février 2012

2012-15. Restauration du monument du Comte de Chambord à Sainte-Anne d’Auray

Le monument du Comte de Chambord
à Sainte-Anne d’Auray
a été édifié en 1889,
grâce à une souscription nationale lancée par la Société Saint-Henri.

Il représente le Prince, à genoux en prière,
face à la statue de Sainte Anne en haut du clocher de la basilique.
Le Prince a la couronne de France à ses pieds sur un coussin
et est revêtu du manteau du sacre.
Il est entouré de sainte Jeanne d’Arc, sainte Geneviève,
Duguesclin et Bayard.

2012-15. Restauration du monument du Comte de Chambord à Sainte-Anne d'Auray dans Annonces & Nouvelles monument-du-comte-de-chambord-sainte-anne-dauray-225x300

(cliquez sur la photo pour la voir en plus grand)

L’Association Saint-Henri, qui a succédé à la Société Saint-Henri,
est propriétaire du monument.
Elle a entrepris d’importants travaux de restauration et d’amélioration du site.
Ces travaux seront terminés pour le
100ème pèlerinage légitimiste en septembre prochain.

L’Institut de la Maison de Bourbon
et

l’Union des Cercles Légitimistes de France
ont décidé de participer à cette restauration.

Une subvention publique n’étant pas envisageable,
votre aide est indispensable pour mener à bien les travaux.

* * *
Pour bénéficier du reçu fiscal,
votre don doit être adressé à l’Institut de la Maison de Bourbon.

Télécharger la circulaire de l’Institut de la Maison de Bourbon
et le coupon-réponse correspondant.

grandesarmesdefrancecopie.vignette IMB dans Vexilla Regis

Publié dans:Annonces & Nouvelles, Vexilla Regis |on 24 février, 2012 |1 Commentaire »

2012-11. Fête catholique & légitimiste à Lyon – 28 avril 2012.

2012-11. Fête catholique & légitimiste à Lyon - 28 avril 2012. dans Annonces & Nouvelles lys5

Après le succès remporté l’an dernier par la première édition (nous en avions parlé ici, cf. > www), nous sommes heureux d’annoncer la réédition de la Fête catholique et légitimiste du Lyonnais et de la Bourgogne en avril prochain : tous les légitimistes des provinces proches de Lyon (Auvergne, Bourbonnais, Bourgogne, Dauphiné, Savoie, Velay, Vivarais, et même de plus loin…) sont bien évidemment les bienvenus!

lys5 28 avril 2012 dans Vexilla Regis

Fête-catholique-légitimiste-28-avril-2012 fête catholique et légitimiste

Modalités pratiques :

- A 12h 30 : Déjeuner animé par le Choeur de la Joyeuse Garde > inscriptions obligatoires avant le 16 avril (prix du repas : 17 €/pers.)

                           ou bien repas tiré du sac (dans une salle réservée à cet effet).

- Informations & Inscriptions/réservations :
guy.m.boyard@orange.fr - 06 87 31 20 27    ou     henriburgat@free.fr - 06 76 79 63 60

- Essayons le covoiturage : aux contacts indiqués ci-dessus, signalez les places dont vous disposez ou votre demande.

lys5 légitimisme

 

Publié dans:Annonces & Nouvelles, Vexilla Regis |on 17 février, 2012 |Commentaires fermés

2012-1. Voeux pour l’an de grâce 2012.

2012-1. Voeux pour l'an de grâce 2012. dans Annonces & Nouvelles DSC09551-Copie-300x225

Les sucs des hautes Boutières et le Mont Gerbier de Joncs
vus depuis le village de Borée ce 1er janvier 2012 (cliquer pour voir en plus grand format).

Dimanche soir, 1er janvier 2012.

C’est au terme d’un dimanche bien chargé que je viens vers vous pour vous présenter mes traditionnels voeux du jour de l’an.
Tandis que « le soir étend sur la terre son grand manteau de velours » (cantique à Notre-Dame des Eclaireurs), je tiens à vous dire à quel point je pense à vous et combien ma prière et mes voeux appellent sur vous les bénédictions du Ciel.

Au cours des heures de recueillement de la soirée d’hier et de la nuit passée, dans notre oratoire du Mesnil-Marie où l’on éprouve si bien la douce et enveloppante protection de Notre-Dame de Compassion, j’ai présenté au Coeur très aimant de Jésus et Marie chacun de vous, chers Amis, « en détails » : c’est-à-dire que j’ai véritablement pensé à chacune de vos personnes, à vos vies et à vos situations présentes, à vos projets et à vos espérances, à vos préoccupations et à vos inquiétudes, à vos familles et à vos proches, à toutes ces intentions que vous m’avez confiées… vos malades et vos défunts, ces soucis nombreux qui vous font sentir leur poids.

Ma prière et mes voeux appellent sur vous les bénédictions du Ciel.
Point de voeux de « bonne année » à la va-vite, non! même pas en donnant à la formule un aspect un peu plus religieux en vous souhaitant laconiquement une « heureuse et sainte année ».
Vous savez que je ne suis pas de ceux qui majorent l’importance du passage à la nouvelle année : l’année civile n’a qu’une importance très relative, elle n’est qu’un « repère » pour mesurer l’écoulement du temps, et l’écoulement du temps doit surtout nous faire prendre conscience que ce temps ne nous est donné que pour préparer l’éternité.
Alors justement, la belle tradition de ces voeux du nouvel an n’a finalement d’intérêt et de force que si elle exprime en vérité la bénévolence du coeur à la lumière de l’éternité qui nous est promise!

Oh! combien je voudrais pouvoir écrire à chacun d’entre vous de manière très personnelle, prendre le temps d’une conversation coeur à coeur avec chacun de vous…
C’est malheureusement impossible, mais si je dois me résoudre ce soir à vous écrire d’une manière générale, recevez toutefois chacun de ces mots, chacune de ces phrases comme vous étant personnellement dédiés : ma prière et mes voeux appellent sur chacun d’entre vous les bénédictions du Ciel!

Et ma prière et mes voeux appellent aussi les bénédictions du Ciel sur ceux qui se sont éloignés, ceux dont diverses circonstances ou le jeu des évènements nous ont éloignés, ceux desquels par quelques incompréhensions nous avons été séparés, ceux aussi avec lesquels il y a moins « d’atomes crochus », ceux dont nous avons pu avoir à souffrir de quelque manière et ceux que j’ai pu – malheureusement! – peiner ou offenser moi-même parfois…

Ma prière et mes voeux appellent les bénédictions du Ciel sur cette terre en quête de paix et de légitime prospérité humaine ; ma prière et mes voeux appellent spécialement les bénédictions du Ciel sur ce Royaume terrestre – jadis « le plus beau Royaume qui fut jamais sous le ciel » – aujourd’hui pitoyablement livré aux mains de ceux qui lui font perdre son âme…

Ma prière et mes voeux appellent les bénédictions du Ciel sur la Sainte Eglise du Christ : « Mon Dieu, faites l’unité des esprits dans la vérité, et l’union des coeurs dans la charité! »

Ma prière et mes voeux de ce jour de l’an sont aux dimensions du monde, aux dimensions du Coeur de « Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés et ne voudrait en perdre aucun »!

« Que le Dieu de la persévérance et de la consolation » (Rom. XV, 5) soit avec chacun de vous et qu’Il le soit tous les jours et à chaque instant de chaque jour de cet an nouveau pour vous donner Sa grâce et Sa force.
Ma prière et mes voeux appellent sur vous toutes les nécessaires et les plus douces des bénédictions du Ciel! 

Frère Maximilien-Marie.

coeurdejsus.vignette bénédictions divines dans Commentaires d'actualité & humeurs

2011-92. Près de la Crèche, nos voeux pour Noël 2011.

Vendredi 23 décembre 2011,
anniversaire de la mort de la Vénérable Thérèse de Saint Augustin (Madame Louise de France).

2011-92. Près de la Crèche, nos voeux pour Noël 2011. dans Annonces & Nouvelles lanterne

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Nous sommes à l’avant-veille de Noël. Demain – jour de vigile -, nous serons pendant toute la journée dans un recueillement et un silence encore plus grands que pendant tout le temps de l’Avent qui s’achève.  Pour la Sainte Messe de la Nativité – dûment célébrée à minuit -, puisque les routes du Mézenc sont praticables (ce qui n’était pas le cas l’an dernier) et devraient le rester, Frère Maximilien-Marie pourra se rendre à l’église de Ceyssac, juste à côté du Puy-en-Velay : c’est là que se trouve le lieu de culte de notre paroisse selon la « forme extraordinaire du rite romain ».

Pour moi, pendant ce temps, j’assurerai la garde de notre Mesnil-Marie et je veillerai auprès de la crèche en attendant mon papa-moine ; à son retour, je l’accompagnerai pour déposer l’Enfant Jésus dans sa mangeoire-berceau.
Tout est bien prêt pour L’accueillir : Frère Maximilien-Marie a terminé hier soir de préparer notre grande crèche, à son grand soulagement. L’an dernier, il était un peu affolé et n’avait pu l’achever – dans l’urgence – que le 24 décembre dans l’après-midi ; cela était dû aux conditions climatiques : la neige et le gel, qui avaient été très rigoureux tous les jours précédents la Vigile de Noël, l’avaient jusque alors empêché de ramasser la mousse et de couper les branchages nécessaires!

Moi, j’ai aidé comme je l’ai pu à la préparation de cette crèche, mais je ne suis pas un grand bricoleur, alors j’ai surtout donné des idées et suggéré certains aménagements. Ensuite, j’allais in situ pour vérifier que tout était bien comme je l’avais préconisé : j’ai inspecté les collines et les pâturages, j’ai vérifié que l’étable assurerait un véritable abri à la Sainte Famille, j’ai même testé la solidité de certaines maisons de Bethléem, ce qui n’a pas du tout amusé Frère Maximilien-Marie qui m’a taquiné en me disant que j’étais trop gros… Cela ne m’a pas fait très plaisir, mais il est pourtant bien vrai qu’il n’y avait pas de place suffisante pour moi dans cette hôtellerie!

DSC09404-Copie-300x225 crèche dans Chronique de Lully

Vous pourrez visionner, ci-dessous, une vidéo de notre crèche… Afin de vous la présenter bien complète nous y avions placé l’Enfant Jésus mais, sitôt le tournage accompli, nous l’avons prestement enlevé!!! Vous allez entendre notre Frère Maximilien-Marie vous donner les principales explications du travail qu’il a réalisé.

Image de prévisualisation YouTube

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter à mon tour, à la suite des voeux que Frère Maximilien-Marie a formulé à votre intention à la fin de ce mini-film, de belles, ferventes et saintes fêtes de la Nativité de notre Sauveur!

Puisse le divin Enfant de la crèche faire descendre sur vous Ses plus douces bénédictions, et que, par l’intercession de Sa Très Sainte Mère et de Saint Joseph, Il exauce vos prières, accorde force et réconfort à vos malades, donne la consolation aux affligés et fasse entrer vos défunts dans la lumière et la gloire de Son Royaume éternel… Ainsi soit-il!

 Lully.

couronnechat Mesnil-Marie dans De liturgia

 Pour connaître l’origine de la dévotion à la Crèche > www.

2011-85. Le Refuge Notre-Dame de Compassion sur Facebook.

Jeudi 17 novembre 2011,
Fête de Saint Grégoire de Tours, historien des Francs.

Chers Amis,

Beaucoup d’entre vous le savent déjà, notre humble Refuge Notre-Dame de Compassion est présent sur Facebook : il y est d’abord présent sous la forme d’une « page » que même les non-inscrits peuvent consulter (cf. > www) et sur laquelle sont publiés certains de nos actualités ou de nos « coups de coeur ».

Mais Frère Maximilien-Marie y est également présent par un profil personnel.
Il ne fait pas partie de ceux qui cherchent à enfler leur liste d’ « amis » : ils sont strictement triés et relativement peu nombreux.
Il ne cherche pas à augmenter démesurément le nombre de ses contacts (ce sont essentiellement des personnes qu’il connaît et estime déjà dans la « vraie vie ») : il privilégie les échanges personnels de qualité et je peux vous assurer  qu’il y en a, j’en suis témoin!…

Lully à l'ordinateur!!!

Certains de nos amis se sont effrayés ou ont émis des réserves au sujet de cette présence sur Facebook.
Certes – nous en sommes pleinement conscients -, les réseaux sociaux sont le domaine d’une virtualité qui peut être pleine de mensonges et de tromperies ; ils permettent un « flicage » qui est véritablement effrayant, c’est vrai ; ils sont aussi l’amplificateur, la caisse de résonance et le démultiplicateur de toutes les passions et turpitudes, lâchetés et méchancetés,  péchés et tares de l’humanité, c’est encore vrai!

Mais j’attirerai justement votre attention sur le fait que les réseaux sociaux en général et Facebook en particulier ne sont que des amplificateurs, des caisses de résonance et des démultiplicateurs : ils ne sont pas l’origine de tout le mal qu’ils peuvent véhiculer.
La source de ce mal se trouve dans le coeur de l’homme
; ce mal on le trouve en toute société, parce qu’elle est composée d’hommes pécheurs. Le coeur de l’homme et, par conséquent, la société se pervertissent d’autant plus que les hommes tournent le dos à Dieu, se révoltent contre sa loi de sainteté et sont rebelles à sa grâce…

Il est bien vrai que l’on peut retrouver tout ce mal, décuplé, sur ces réseaux sociaux qui se sont tellement développés sur Internet : mais il est également vrai qu’on peut y trouver de bonnes, voire d’excellentes choses, et il est encore tout aussi vrai qu’on peut les utiliser pour de bonnes choses.
Le mal n’est pas une fatalité, et ce qui peut servir d’instrument au mal, pourquoi ne pas le faire aussi concourir à quelque bien?

Au Mesnil-Marie, nous ne sommes pas des Amish : ce n’est pas en supprimant le progrès technique que l’on éliminera le mal de la société ou du coeur de l’homme, mais c’est en y faisant pénétrer l’influence et la grâce divines le plus largement possible!

Il importe certes d’exercer un discernement, un jugement, une maîtrise et un contrôle qui soient pleinement et rigoureusement cohérents avec la foi qui nous habite et le zèle qui nous anime.
Cela n’est-il pas justement bien plus accordé à l’esprit de l’Evangile et à l’exemple des saints?
Je me souviens d’avoir lu que certains visiteurs de Niepokalanow posaient à Saint Maximilien-Marie Kolbe des questions de ce genre : « Tout de même, ces rotatives et machines à imprimer de tout denier cri, cette station de radio… pensez-vous que Saint François d’Assise aurait approuvé cela? » Et le Père Kolbe répondait calmement : « Si Saint François était là, il retrousserait ses manches et se mettrait au travail avec nous! »

Dans un texte que je vais très bientôt mettre en ligne in extenso sur ce blogue, notre amie Isabelle a écrit : « Si aujourd’hui des réseaux dit sociaux existent, autant les utiliser, non pas comme d’aucuns en ont peur, peur d’être fiché, réduits au silence. Puisque réseaux il y a,  utilisons-les pour clamer, informer, penser et proposer, crier et non nous taire.  Et même si tout ce que nous y disons est archivé, et bien tant mieux. D’éminents spécialistes de la communication mettent en garde par rapport au fait que sur ces réseaux tout est entendu, vu. Retournons donc l’arme et utilisons cette fenêtre de prime abord sans vue pour faire voir, non pas nous-mêmes, mais ce monde qui n’est qu’imposture, faciès non aimable. Il nous incombe de nous éduquer pour changer la face du monde… »

Sur Facebook, Frère Maximilien-Marie a créé et anime quelques « groupes ». Ils ont pour noms :

- « Prions pour nos malades » : conformément à son titre, ce groupe permet de recommander à tous ceux qui y sont inscrits des intentions de prière pour des personnes en souffrance (physique, psychologique et/ou spirituelle), et je puis témoigner que ces prières de personnes éloignées géographiquement mais qui ont pu se réunir en Dieu grâce à Internet, ont obtenu déjà des grâces signalées.

- « Requiem aeternam dona eis, Domine » : là encore le titre est assez explicite, c’est un groupe dans lequel sont confiés à la prière de tous les membres les âmes des personnes dont on apprend le décès.

- « Amour & Réparation » : ce groupe propose de petits jalons sans prétention, pour soutenir et encourager fraternellement ses membres dans leur marche spirituelle à l’occasion des moments forts de la liturgie (fêtes, temps liturgiques spécifiques) selon la spiritualité du Sacré Coeur de Jésus et du Coeur douloureux et immaculé de Marie.

- « Gustave Thibon » : lieu d’échanges et de partage Pour tous ceux qui trouvent un aliment intellectuel et spirituel dans les écrits, la pensée et l’exemple du « paysan philosophe » Gustave Thibon (1903-2001).

- « Défense et promotion de la réception traditionnelle de la Sainte Communion » : groupe initialement créé en protestation des abus de pouvoir de nombreux prêtres ou évêques qui, en France, ont utilisé le fallacieux prétexte de la grippe A pour interdire la réception de la Sainte Communion de manière traditionnelle et pour imposer la communion dans la main…!!!
Alors que la grippe A appartient au passé, les idéologues co
ntinuent occasionnellement leurs mesures vexatoires contre les fidèles qui persistent à vouloir recevoir la Sainte Communion sur la langue.
De son côté, notre Saint-Père le Pape enseigne par l’exemple que la manière officielle de communier, même dans la « forme ordinaire du rite romain », demeure la réception de la Sainte Eucharistie sur la langue, à genoux, avec le plateau de communion.
Sachons le dire, sachons défendre et promouvoir la manière traditionnelle de recevoir la Sainte Communion ; sachons rappeler que la « communion dans la main » n’est qu’une permission et ne constitue en aucune manière la norme liturgique.

- « A mort le Père Noël, vive l’Enfant Jésus! » : avec ce titre intentionnellement provocateur, ce groupe se propose de rassembler ceux qui en ont par dessus la tête de cet vieillard obèse et bêtifiant aux couleurs de Coca-Cola, imposé par ceux qui ont transformé la fête de la Naissance du Sauveur dans la pauvreté en une scandaleuse débauche de consommation, et qui veulent au contraire s’employer dans leur famille et autour d’eux à remettre à l’honneur les traditions chrétiennes de la fête de Noël.

- « Je soutiens et défends la doctrine légitimiste traditionnelle » : espace restreint d’échanges d’informations et de communication entre personnes de confiance qui se réfèrent de manière stricte aux principes et valeurs de la monarchie capétienne traditionnelle telles qu’elles sont défendues et promues par l’U.C.L.F. (Union des Cercles Légitimistes de France) sans cependant prétendre être un organe officiel de l’Union.

Et puis il y a, bien sûr, un groupe des « Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion« , réunissant les « facebookers » qui désirent soutenir notre oeuvre par leur prière et leur amitié.

Voici en résumé ce que notre Frère appelle parfois en riant sa « paroisse virtuelle », mais je puis vous assurer que là on a bien dépassé le stade de la virtualité informatique et qu’on est entré, en se servant des possibilités offertes par Internet et par Facebook, dans le domaine de la surnaturalité chrétienne!

Lully à l'ordinateur!!!   Lully.

Publié dans:Annonces & Nouvelles, Chronique de Lully |on 17 novembre, 2011 |6 Commentaires »

2011-50. Chronique des mois de mai et juin 2011 au « Mesnil-Marie ».

Lundi 27 juin 2011,
fête de Notre-Dame du Perpétuel-Secours
(1).

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Le mois de juin, mois du Sacré-Coeur, va s’achever dans quelques jours. D’une manière assez exceptionnelle, cette année (en raison de la date de Pâques très tardive), la fête du Sacré-Coeur de Jésus ne sera donc pas célébrée au cours du mois de juin, mais le sera ce prochain vendredi, 1er juillet, l’emportant sur celle du Très Précieux Sang (2).
Moi, je trouve cette occurrence assez plaisante puisque, en conséquence, dimanche prochain 3 juillet, qui sera le dimanche de la solennité du Sacré-Coeur de Jésus (3), mon papa-moine aura en même temps son anniversaire et l’une de ses fêtes patronales.

En attendant, je me propose de vous parler de quelques éléments remarquables de ces mois de mai et juin (ainsi que je l’avais fait pour les mois de mars et avril, ici > www).

coeurdejsuscopie.jpg

Je vous ai parlé (ici > www) du Grand Chanéac et j’avais déjà évoqué la promenade que Frère Maximilien-Marie avait organisée à la mi-mai à l’occasion du cent-soixante dixième anniversaire de la mort de notre chef chouan local ; je n’y reviendrai donc pas ici. Toutefois je me dois de mentionner le fait que plusieurs voix se sont élevées pour demander à notre Frère de pérenniser ces « sorties contées » et d’en proposer de manière régulière au cours de l’été, voire à la demande de groupes déjà constitués.

C’est ainsi que ce dernier samedi, 25 juin, il a conduit un petit groupe de personnes très intéressées « sur les pas du Grand Chanéac« . Pour le plus grand nombre d’entre elles, il s’agissait de véritables découvertes : non seulement à propos du Grand Chanéac ou des lieux visités, mais aussi sur la réalité de ce qu’a été la révolution dans nos contrées.

Je me dois de signaler que les médias locaux (radio et presse) ainsi que les Offices de Tourisme, dans lesquels nous comptons de véritables amis, se font les précieux relais de l’annonce de ces promenades et je veux leur adresser un merci chaleureux… ou plus exactement chat-l’heureux, hi! hi! hi!

Enfin, avant de clore ce sujet, je vous invite à vous émerveiller sur l’un des paysages que l’on peut admirer au cours de ces promenades.
Paysage typique de nos hautes Boutières et surtout lieux où le Grand Chanéac s’est illustré : la vallée encaissée qui est exactement au centre du cliché a été surnommée « gouffre de l’enfer » et fut l’un des lieux où les chouans et les prêtres réfractaires pouvaient se mettre en sûreté en cas de danger
(cliquer sur la photo pour la voir en plus grand format).

 Vallée de l'infernet et site du mas des Sucheyres (St Martial & St-Andéol de Fourchades)

coeurdejsuscopie.jpg

Parmi les grâces du mois de mai, il en est une qu’il ne faut pas que j’omette de vous rapporter.
Je sais en effet que tous nos amis fidèles s’en réjouiront, même si c’est après coup, et qu’ils ne manqueront pas d’y voir un bel encouragement de la divine Providence.

De quoi s’agit-il donc?
Voici : le 24 mai, en la fête de Notre-Dame Auxiliatrice (
c’est-à-dire Secours des chrétiens, vocable qui lui avait été donné après la bataille de Lépante, et en l’honneur duquel le Pape Pie VII avait plus tard institué cette fête de reconnaissance envers la Vierge Marie par le secours de qui l’Eglise avait surmonté les épreuves infligées par l’impie Napoléon), pour la première fois depuis notre arrivée ici, un prêtre ami, de passage au Mesnil-Marie, a célébré la Sainte Messe dans notre oratoire!

Oratoire (provisoire) du Mesnil-Marie

L’oratoire (provisoire) du « Mesnil-Marie » (cliquer sur la photo pour voir en grand).

Comme vous pouvez l’imaginer, Frère Maximilien-Marie avait sorti pour la circonstance le plus beau de nos ornements mariaux.

En revanche, tout comme lors de ma dernière chronique, les travaux de notre future Crypte Sainte Philomène sont toujours à l’arrêt : rien n’a avancé depuis la fin du mois de mars (cf > www).

coeurdejsuscopie.jpg

Je n’insisterai pas sur la grande et belle journée catholique et légitimiste qui a eu lieu à côté de Bourg-en-Bresse, le 28 mai, et à laquelle notre Frère a été très heureux de participer puisque je l’avais déjà évoquée ici > www.
Je veux cependant insister sur le fait qu’il est important que d’autres rassemblements de ce type soient organisés, à travers toute la France.

En raison même de l’évidente faillite du système actuel et des désastres humains et spirituels qu’il engendre, c’est un véritable acte de charité surnaturelle que de faire connaître la vérité sur la monarchie capétienne traditionnelle et sur les solutions efficaces – puisqu’elles ont fait leurs preuves! – qu’elle peut apporter à nos temps difficiles…

coeurdejsuscopie.jpg

Vendredi dernier, c’était la Saint-Jean d’été.

C’est une tradition maintenant bien rétablie dans notre hameau que celle du repas – très animé et joyeux – qui en réunit les habitants, avant d’allumer le feu et de sauter au dessus de ses flammes…

Notre feu de la Saint-Jean 2011

« Jean était la lampe qui brûle et qui éclaire, et vous avez accepté de vous réjouir un moment à sa lumière » (Jn. V,35).

C’est frère Maximilien-Marie qui, en 2009, a eu l’initiative de la restauration de cette belle fête entre voisins, qui se faisait jadis dans tous les hameaux et villages mais qui s’est perdue en de trop nombreux endroits. Et je peux vous assurer (en confidence : n’allez pas le répéter!) que mon papa-moine a bien sauté par dessus le feu!

coeurdejsuscopie.jpg

Hier, dimanche 26 juin, c’était la solennité de la Fête-Dieu. Cette fête est l’une des plus chères à la dévotion catholique. 

Si le Jeudi-Saint nous donne de célébrer l’institution de la Sainte Eucharistie (et celle nécessairement connexe du sacerdoce), la Fête du Très Saint-Sacrement est une affirmation solennelle de notre foi dans la présence réelle, substantielle et permanente de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans le Saint-Sacrement de l’autel.
Cette proclamation est rendue plus nécessaire encore à notre époque, où des prêtres – et parfois même des évêques – ne sont plus capables d’enseigner la foi authentique de l’Eglise (peut-être parce qu’ils n’y croient plus?… Il y a peu, j’ai lu une homélie, prononcée lors d’une ordination, qui m’a fait bondir et sortir mes griffes tellement elle semblait éloignée de l’enseignement officiel de l’Eglise…).

Comme vous vous en doutez, Frère Maximilien-Marie a travaillé activement pour que la Sainte Messe et la procession de ce jour soient les plus belles possibles, en fonction des modestes possibilités de notre chère paroisse d’adoption.

Reposoir de la Fête-Dieu

Vous pouvez voir ci-dessus une photo qui a été prise, hier, au reposoir qui avait été dressé au terme de la procession : en la regardant, j’étais moi-même très fier parce que plusieurs des ornements que l’on y voit proviennent de notre Mesnil-Marie et contribuent vraiment à glorifier Jésus-Eucharistie!

coeurdejsuscopie.jpg

Enfin je terminerai ma chronique de ce soir par l’évocation d’un autre évènement qui a été pour nous une véritable joie : il s’agit de la parution d’un nouvel ouvrage – posthume – de notre cher Gustave Thibon!

Intitulé « Parodies et mirages ou la décadence d’un monde chrétien« , il s’agit, comme pour la dernière publication (« Au pied de la lettre« , en 2006), d’un recueil de notes inédites, rédigées entre 1935 et 1978.
Comme le dit la
présentation de l’éditeur (éditions du Rocher), à travers ses toujours « merveilleux aphorismes », avec l’impitoyable lucidité qui le caractérise,« le philosophe s’interroge sur la modernité, le progrès, les mythes et les réalités du monde moderne qui n’a jamais été autant rattrapé qu’aujourd’hui par ses fautes passées ».

Pour conclusion, je voudrais donc vous relever cette citation : « L’Eglise est si faible aujourd’hui en face des hommes et des Etats… Comment ne prendrions-nous pas parti pour elle? Mais autre chose est le faible qui meurt le glaive à la main et les yeux tournés vers le ciel, autre chose est le faible qui vit d’atermoiements, de concessions, de diplomatie rance et caduque. » (p.144).
Mais je sais bien – ou du moins j’espère bien – que, en terminant avec ces mots, je ne vous donne pas vraiment une conclusion : ces graves paroles ne sont-elles pas pour chacun une invitation pressante à réfléchir et à prendre les mesures personnelles et spirituelles qui s’imposent, afin que l’Eglise puisse compter sur des défenseurs animés d’un authentique esprit chevaleresque?

Chat bottéLully.     

(1) Voir – ou revoir – l’article sur l’icône miraculeuse de Notre-Dame du Perpétuel-Secours, ici > www.
(2) La fête du Très Précieux Sang est reportée cette année au lundi 4 juillet.
(3) En France, cette année, c’est la solennité des Saints Apôtres Pierre et Paul qui doit normalement l’emporter ce prochain dimanche, mais pas dans notre paroisse toutefois parce que le Sacré-Coeur est le titulaire de notre église.

Chasuble du Sacré-Coeur (peinture sur soie - détail)

Chasuble du Sacré-Coeur (peinture sur soie – détail)
Sacristie du « Mesnil-Marie » (cliquer sur la vignette pour voir l’image en grand format)

Pour aider aux travaux du Mesnil-Marie et en particulier pour l’achèvement de la Crypte Sainte Philomène > www.

2011-40. Chronique pour les mois de mars et avril 2011 au Mesnil-Marie.

Mercredi 4 mai 2011.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Alléluia! Ils sont revenus les jours de l’allégresse pascale : j’espère que vous avez tous passé une fervente Semaine Sainte et que vous pouvez maintenant profiter pleinement de la splendeur et de la joie des solennité de Pâques, qui font si bien ressortir la grandeur de l’amour que Dieu a déployé pour nous par le Sacrifice de Son Fils, Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Hier, 3 mai, nous célébrions la fête de la découverte de la Sainte Croix (par l’impératrice Sainte Hélène) et, devant les reliques de la Passion que nous avons la très grande joie de conserver dans notre oratoire du Mesnil-Marie (photo ci-dessous), nous pouvions méditer et exulter : « Vraiment il est digne et juste, c’est notre devoir et notre salut de Vous rendre grâces toujours et en tout lieu, Seigneur, Père Saint, Dieu éternel et tout puissant, qui avez attaché le salut du genre humain au bois de la Croix, afin que de là où la mort était sortie de là aussi la vie surgisse, en sorte que le démon qui avait vaincu par l’arbre (du paradis) fût à son tour vaincu par l’arbre (de la Croix)… »

Pâques, en effet, ne nous fait pas oublier la Passion, mais lui donne la plénitude de son sens ; Pâques ne fait pas disparaître la Croix, mais la fait resplendir!

Il y a bien longtemps que je ne vous ai pas écrit, mais je puis vous assurer que ce n’est en rien de l’oubli : chacun de nos amis, et chacune des intentions – heureuses ou tristes -  qui nous sont recommandées sont chaque jour bien présents dans nos prières. En une période comme celle des fêtes pascales, nous demandons à Dieu, par l’intercession de Notre-Dame de Compassion, de vous bénir et de vous combler de Ses grâces, de vous remplir de Sa force et de Ses consolations, et tout particulièrement de transformer vos peines et vos soucis en motifs de joie, en sorte que vous puissiez chanter avec le psalmiste : « La droite du Seigneur a déployé sa puissance, la droite du Seigneur m’a relevé : je ne mourrai pas, mais je vivrai et je proclamerai les oeuvres du Seigneur, alléluia! » (offertoire de la fête du 3 mai).

Reliques de la Passion conservées au Mesnil-Marie

Reliquaire de la Sainte Croix,
fac-similés des saints clous de la Crucifixion (qui ont touché à l’original conservé à Rome),
médaillon contenant des parcelles des rochers de Gethsémani et du Calvaire
ainsi qu’un fragment du Saint Sépuclre. 

Après ces considérations d’ordre général, il me revient aussi de vous donner quelques nouvelles de notre Mesnil-Marie, d’autant que notre cher Frère est assez surchargé de travail, de sollicitations et de préoccupations : pouvez-vous imaginer que lorsqu’il a rallumé l’ordinateur au soir du Saint Jour de Pâques, il a trouvé pas moins de soixante-douze messages personnels qui étaient arrivés dans sa boite aux lettres pour cette seule journée!… Et il en est encore venu d’autres, bien évidemment, dans les jours qui ont suivi, qui s’ajoutaient à tous ceux qui étaient arrivés pendant la fin du carême et auxquels il n’avait pas encore pu donner de réponse!!!

Comme il lui est impossible de passer toutes ses journées rivé à son bureau (car il lui faut habituellement assurer tout seul les tâches de la vie ordinaire en maintenant un équilibre entre la vie spirituelle, l’étude et la lecture, les travaux de la maison et ceux de l’extérieur, sans parler des imprévus : par exemple les personnes qui viennent frapper à la porte du Mesnil-Marie et viennent recommander une intention, donner des nouvelles ou demander un conseil…), Frère Maximilien-Marie m’a donc chargé de vous remercier, tous et chacun, pour vos messages, et il m’a en outre soigneusement recommandé d’adresser un merci très spécial à ceux qui ont ajouté à leurs voeux l’envoi d’une offrande pour permettre au Refuge Notre-Dame de Compassion de vivre, de se développer et d’oeuvrer, puisque – je dois bien le répéter – nous ne dépendons en tout que des dons suscités par la Providence. C’est en effet sans aucune aide pécuniaire d’une congrégation religieuse ou d’un diocèse, ni sans aucune subvention de quelque organisme ou collectivité, que nous travaillons à la remise en état de notre Mesnil-Marie, que nous mangeons et assurons les dépenses de chaque jour et que nous essayons de développer au mieux le rayonnement de cette oeuvre…

Justement, après la construction du mur que j’avais relatée ici > www, je dois vous signaler quelque avancement dans les travaux de notre future Crypte Sainte Philomène : ils étaient à l’arrêt depuis le printemps de l’année dernière (cf. > www). Au cours de la première partie du carême, les maçons sont revenus et ils ont mené à bien la totalité du rejointoiement à la chaux de cette voûte, dans une belle teinte qui la met bien en valeur :

Travaux de rejointoiement de la Crypte Sainte Philomène

Est-il nécessaire de préciser que j’allais chaque soir faire une très rigoureuse inspection des travaux de la journée?

Lully inspecte les travaux

Après le départ des maçons, Dominique, notre ami l’électricien, a pu mettre en place l’isolation au sol et la résistance électrique qui permettront le chauffage de la Crypte et il a aussi encastré les réceptacles des lampes :

Crypte Sainte Philomène : isolation du sol et pose de la résistance électrique pour le chauffage

Mais depuis la fin du mois de mars les travaux sont à nouveau suspendus : il faudra maintenant que les maçons reviennent et coulent la dernière partie de la dalle. Lorsque celle-ci sera achevée, il faudra encore démolir l’escalier qui permet actuellement de descendre dans la Crypte – parce qu’il est inadapté et dangereux – et, à partir du niveau définitif du sol, réédifier un escalier approprié.  Ce n’est qu’ensuite qu’on pourra procéder aux aménagements et aux finitions. Vous le voyez, nous ne sommes pas encore au bout des travaux, et nous avons bien besoin de l’aide de Sainte Philomène… ainsi que de nouvelles générosités pour en venir à bout!

Pour le reste, Frère Maximilien-Marie a profité des beaux jours du mois de mars et du mois d’avril pour épierrer  et apprêter le terrain désormais soutenu par le mur édifié en bordure de route (cf. > www). Il y a ensuite planté des iris, des lupins, des lys, des hémérocalles, des pivoines, des ibiscus… etc. dont je vais régulièrement surveiller la croissance et empêcher la dévastation par les mulots et les rats taupiers. Avant la Semaine Sainte, notre Frère a aussi transporté quantité de brouettes de mauvaise terre, de vieilles racines et de cailloux qu’il avait dégagés en nettoyant les rochers aux alentours du Mesnil-Marie.

Et pour terminer ce tour d’horizon des travaux, il me faut ajouter que nous sommes un peu inquiets parce que le grand mur de soutènement que vous voyez ci-dessous sur la gauche, en continuité de la façade de la maison, montre des signes de fragilité au point que nous craignons son écroulement à l’endroit où une voûte y est pratiquée… De ce fait, mon papa-moine m’a fermement recommandé de ne pas aller me promener dans ces parages!

La façade du Mesnil-Marie au printemps caressée par le dernier rayon du soleil à son coucher

Façade du Mesnil-Marie caressée par les rayons du soleil couchant.

Pour revenir à des sujets spirituels, je dois dire que notre Frère s’est – bien entendu – pas mal investi pour les longues cérémonies de la Semaine Sainte célébrées dans sa « paroisse d’élection » (cf. > www) – paroisse de rite latin traditionnel en application du motu proprio « Summorum Pontificum cura«  bien sûr -, cérémonies pour lesquelles il avait à coeur d’emporter, lorsque la petite sacristie de la paroisse manquait du matériel nécessaire, les plus beaux des ornements que nous possédons ici.

Avant d’achever la chronique de ce jour, je ne résiste pas à la tentation de vous inviter à écouter, en conformité avec la liturgie, ce Regina coeli composé par le génial surintendant des musiques royales dont je porte le nom :

Image de prévisualisation YouTube

Et au sujet de la répétition de ces innombrables « alléluia!« , voici pour terminer quelques lignes de notre Bienheureux Père Saint Augustin que je laisse à votre méditation :

« Alleluia signifiant « Louez Dieu! », louons le Seigneur, mes frères, louons-le par notre conduite et par nos paroles, par nos sentiments et par nos discours, par notre langage et par notre vie. Dieu ne veut aucun désaccord dans celui qui répète ce chant. Commençons donc par mettre d’accord en nous la langue avec la vie, la conscience avec les lèvres ; oui, mettons d’accord nos moeurs avec nos paroles, dans la crainte que nos bonnes paroles ne rendent témoignage contre nos mauvaises moeurs. » (Saint Augustin – sermon 256 sur la louange divine).

pattes de chat Lully.

Pour aider à la vie
et au développement du Refuge Notre-Dame de Compassion > www

12345

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi