Archive pour la catégorie 'Annonces & Nouvelles'

2020-81. Appel en faveur du « camp-chantier Saint Constantin » du 5 au 11 juillet 2020.

Mardi 23 juin 2020,
Mardi dans l’octave du Sacré-Cœur ;
Vigile de la Nativité de Saint Jean-Baptiste ;
7ème jour du carême des Saints Apôtres (cf. > ici).

nain piocheur

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Vous vous en souvenez très probablement, le samedi 21 décembre dernier, le Mesnil-Marie a vu l’assez spectaculaire effondrement d’une partie du mur de soutènement de la terrasse Saint-Constantin, ainsi dénommée parce que c’est là qu’a été solennellement bénite, le 14 septembre 2013, la grande croix érigée pour célébrer le dix-septième centenaire de l’Edit de Milan.
Je vous avais alors montré les photographies de cet éboulement, et vous pouvez les revoir encore > ici.

Six mois se sont écoulés et les choses sont restées en l’état,
- d’une part parce qu’un hiver fort peu rigoureux et plutôt sec ainsi que les rares pluies du printemps qui vient de s’achever n’ont  - Dieu merci ! – pas aggravé la situation (je n’ai constaté que la chute de quelques pierres occasionnée par l’épisode de pluie et de vent qui a saccagé le barnum qui avait été monté sur la terrasse Saint-Charlemagne – cf. > ici) ;
- et d’autre part parce que jusqu’à présent il ne m’a pas été possible d’y commencer des travaux…

Effondrement de la terrasse Saint Constantin état au 23 juin 2020

L’effondrement de la terrasse Saint-Constantin :
état des lieux ce 23 juin 2020

L’urgence actuelle consiste à dégager et à trier l’amoncellement de pierres, gravats et terre consécutif à cet éboulement.
Evidemment, ce serait beaucoup trop simple si une mini-pelle ou quelque autre engin de chantier pouvait accéder à cet endroit : mais ce n’est pas le cas.
La seule solution donc est d’y travailler « à l’ancienne », c’est-à-dire à la pioche, à la pelle et à la brouette. Quand on est « tradi », on l’est jusqu’au bout, si j’ose dire !!!

Plusieurs jeunes gens et jeunes adultes sont décidés, avec courage et générosité, à venir au Mesnil-Marie du 5 au 12 juillet pour se consacrer à ce travail ingrat, fécond en fatigues et courbatures.
Comme il s’agit de travailler en vue de la consolidation et reconstruction de cette terrasse Saint-Constantin, je n’ai pas résisté à la tentation de donner à ce séjour de travail absolument bénévole le nom de « Camp-chantier Saint-Constantin », plaçant ainsi les labeurs et la générosité de ses participants sous la céleste protection du premier empereur chrétien, celui qui, après avoir été victorieux par la puissance de la Croix (cf. > ici et > ici), mit fin aux persécutions, permit à la Sainte Eglise de sortir des catacombes, la combla de bienfaits, convoqua le concile de Nicée (325) pour le triomphe de la vraie foi, et qui est honoré par les chrétiens d’Orient du titre magnifique d’ « égal aux Apôtres ».

Le Bernin statue équestre de Constantin (détail)

Le Bernin : détail de la statue équestre de Saint Constantin dans le narthex de la basilique vaticane

Afin de permettre à ces bénévoles d’avoir les sanitaires, les douches et toutes autres installations nécessaires à ce séjour, j’ai retenu la totalité de la maison d’hôtes de ma plus proche voisine (« Le hameau gourmand » cf. > ici), même s’il est probable qu’il faudra rajouter quelques tentes (je comptais sur le barnum pour y installer quelques couchages, mais il est actuellement absolument inapte à toute utilisation, en raison des dégâts subis pendant la nuit du 11 au 12 juin cf. > ici).
Cela permet aussi de disposer d’une cuisine et d’une salle à manger adaptées à un groupe, ce qui n’est pas le cas en mon ermitage.
La préparation des repas est assurée par deux dames amies, et un encadrement spirituel est également assuré pendant toute la durée du séjour avec la Sainte Messe quotidienne, des temps de prière et des enseignements spirituels.
C’est donc toute une petite communauté de 15 à 20 personnes qui sera présente au Mesnil-Marie en ce début juillet. 

Ces bénévoles donnant de leur temps et de leur personne, le Refuge Notre-Dame de Compassion prend en charge la nourriture de tout ce petit monde, la location du « Hameau Gourmand » (qui s’élève à 890 € pour la semaine), en sus évidemment de l’achat de tout le matériel nécessaire à ce chantier : j’ai commandé des pelles, des pioches, des gants de travail… etc.

Plusieurs de nos amis, que l’effondrement de ce mur de soutènement avait émus, avaient demandé à ce moment-là s’ils pouvaient nous aider à financer les travaux. L’occasion s’en présente donc maintenant et je tends une fois de plus la main vers vous afin de solliciter votre générosité…

Main tendue

En outre, si quelqu’un parmi vous connaît quelque « tuyau » pour que l’on nous donne, ou prête pour la durée de ce « camp-chantier », ou permette d’acquérir à un prix raisonnable une ou deux tentes de 5 ou 6 places, comme le sont les tentes de patrouille des scouts, qu’il n’hésite pas à nous contacter dans les plus brefs délais…

Location du « Hameau gourmand », nourriture, matériel, tentes… voilà donc tout ce qui motive aujourd’hui cet appel à votre générosité en faveur du « Camp-chantier Saint-Constantin » qui va commencer dans quelques jours.

Puisse Dieu vous rendre en grâces abondantes
ce que Sa Providence vous inspirera de donner
pour la réalisation de ces travaux !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

Pour aider le « camp-chantier Saint-Constantin » > ici 

sept nains

2020-70. Juste pour information…

Oh ! c’est juste une information, comme ça…
Pour le cas où vous ne l’auriez pas reçue : je ne pense pas, en effet, que les grands médias vous le retransmettent de cette manière, en présentant les chiffres dans les perspectives qui pourraient s’imposer.
Et ces chiffres sont ceux communiqués par l’ONU et l’Organisation Mondiale de la Santé.

Pour moi, cela se passe de commentaires.

décès dans le monde 1er janvier-1er mai 2020

2020-66. Appel pour l’Eglise et pour le monde aux fidèles Catholiques et aux hommes de bonne volonté.

Depuis ce jeudi 7 mai en fin d’après-midi en Italie, puis ce vendredi 8 mai dans la journée, plusieurs médias catholiques ont diffusé le texte d’un « Appel » pressant relatif à l’état de l’Eglise et du monde dans la crise actuelle. Nous estimons qu’il n’est pas inutile que ce texte, important figure aussi dans les pages de ce blogue, vous invitant à le lire avec la plus grande attention et à réfléchir sur les graves avertissements dont il est porteur, qui sont très proches de l’analyse que nous faisons sur la situation présente.
A titre personnel, j’ai ajouté ma signature à cet appel. Vous-mêmes, Amis lecteurs, ferez en votre âme et conscience ce qu’il vous semble juste et bon.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

* * * * * * *

Mater Ecclesiae

* * * * * * *

Appel pour l’Eglise et pour le monde
aux fidèles Catholiques
et aux hommes de bonne volonté

En ce temps de très grave crise, nous, Pasteurs de l’Église Catholique, en vertu de notre mandat, considérons comme notre devoir sacré de lancer un Appel à nos Confrères dans l’Épiscopat, au Clergé, aux Religieux, au Peuple de Dieu et à tous les hommes de bonne volonté. Cet Appel est également signé par des intellectuels, des médecins, des avocats, des journalistes et des professionnels, qui en partagent le contenu. Il est ouvert à la signature de ceux qui voudront en partager le contenu.

Les faits ont montré que, sous prétexte de l’épidémie de Covid-19, en bien des cas les droits inaliénables des citoyens ont été violés, en limitant d’une manière disproportionnée et injustifiée leurs libertés fondamentales, y compris l’exercice de la liberté de culte, d’expression et de mouvement. La santé publique ne doit pas et ne peut pas devenir une excuse pour bafouer les droits de millions de personnes dans le monde, et encore moins pour exonérer l’autorité civile de son devoir d’agir avec sagesse pour le bien commun; cela est d’autant plus vrai que les doutes croissent quant à l’effective contagiosité, à la dangerosité et à la résistance du virus: de nombreuses voix faisant autorité dans le monde de la science et de la médecine confirment que l’alarmisme à propos du Covid-19 amplifié par les médias ne semble absolument pas justifié.

Nous avons des raisons de croire – sur la base des données officielles relatives à l’incidence de l’épidémie, et sur celle du nombre de décès – qu’il existe des pouvoirs fort intéressés à créer la panique parmi la population dans le seul but d’imposer de façon permanente des formes de limitation inacceptables de la liberté, de contrôle des personnes, de suivi de leurs mouvements. Ces formes de limitations liberticides sont un prélude inquiétant à la création d’un Gouvernement Mondial hors de tout contrôle.

Nous croyons aussi que dans certaines situations les mesures de confinement prises, y compris la fermeture des activités commerciales, ont conduit à une crise qui a submergé des secteurs entiers de l’économie, ce qui favorise l’ingérence des puissances étrangères, avec des répercussions sociales et politiques graves. Ces formes d’ingénierie sociale doivent être empêchées par ceux qui ont la responsabilité du gouvernement, en adoptant des mesures pour protéger les citoyens, dont ils sont les représentants et pour les intérêts desquels ils ont l’obligation de s’engager. Il est également nécessaire d’aider la famille, cellule de base de la société, en évitant de pénaliser déraisonnablement les personnes faibles et âgées par la séparation forcée et douloureuse de leurs proches. La criminalisation des relations personnelles et sociales doit également être jugée comme une partie inacceptable du projet de ceux qui favorisent l’isolement des individus afin de mieux les manipuler et les contrôler.

Nous demandons à la communauté scientifique de veiller à ce que les soins pour le Covid-19 soient promus honnêtement pour le bien commun, en évitant scrupuleusement que des intérêts iniques influencent les choix des gouvernements et des organismes internationaux. Il n’est pas raisonnable de pénaliser des remèdes qui se sont révélés efficaces, souvent peu coûteux, uniquement parce qu’on veut donner la priorité à des traitements ou des vaccins qui ne sont pas aussi fiables mais qui garantissent aux sociétés pharmaceutiques des bénéfices bien plus importants, qui pèsent sur la santé publique. Nous rappelons également, en tant que Pasteurs, que pour les Catholiques, il est moralement inacceptable de recevoir des vaccins dans lesquels du matériau provenant de fœtus avortés est utilisé.

Nous demandons également aux Gouvernements de veiller afin d’éviter de la manière la plus rigoureuse toute forme de contrôle des personnes, à la fois par le biais de systèmes de suivi et par toute autre forme de localisation : la lutte contre le Covid-19 – aussi grave soit-il – ne doit pas être le prétexte pour approuver des projets douteux d’entités supranationales nourrissant de très forts intérêts commerciaux et politiques. En particulier, les citoyens doivent avoir la possibilité de refuser ces limitations de la liberté personnelle, sans qu’il soit imposé aucune forme de sanction à ceux qui ne veulent pas recourir aux vaccins, ni accepter des méthodes de suivi et tout autre instrument similaire. Il faut considérer également la contradiction flagrante dans laquelle se trouvent ceux qui poursuivent des politiques de réduction drastique de la population et qui se présentent en même temps comme des bienfaiteurs de l’humanité sans aucune légitimité politique ou sociale. Enfin, la responsabilité politique de ceux qui représentent le peuple ne peut absolument pas être confiée à des techniciens qui vont jusqu’à revendiquer pour eux-mêmes des formes inquiétantes d’immunité pénale.

Nous demandons instamment aux médias de s’engager activement dans une information objective qui ne pénalise pas la dissidence en recourant à des formes de censure, comme cela se produit couramment sur les réseaux sociaux, dans la presse et à la télévision. L’information correcte exige qu’un espace soit accordé aux voix qui ne sont pas alignées sur la pensée unique, permettant aux citoyens d’évaluer consciemment la réalité, sans être indûment influencés par des interventions partisanes. Une confrontation démocratique et honnête est le meilleur antidote au risque de voir imposées des formes subtiles de dictature, vraisemblablement pires que celles que notre société a vu naître et mourir dans un passé récent.

Enfin, Nous rappelons, en tant que Pasteurs responsables du Troupeau du Christ, que l’Église revendique fermement son autonomie dans le gouvernement, dans le culte, dans la prédication. Cette autonomie et cette liberté sont un droit inhérent que le Seigneur Jésus-Christ lui a donné pour la poursuite de ses propres fins. Pour cette raison, en tant que Pasteurs, Nous revendiquons fermement le droit de décider de manière indépendante de la célébration de la Messe et des Sacrements, tout comme nous exigeons une autonomie absolue dans les questions qui relèvent de notre juridiction immédiate, telles que les normes liturgiques et les méthodes d’administration de la Communion et des Sacrements. L’État n’a pas le droit de s’ingérer, pour quelque raison que ce soit, dans la souveraineté de l’Église. La collaboration de l’Autorité ecclésiastique, qui n’a jamais été refusée, ne peut impliquer de la part de l’Autorité civile des formes d’interdiction ou de limitation du culte public ou du ministère sacerdotal. Les droits de Dieu et des fidèles sont la loi suprême de l’Église à laquelle elle ne veut ni ne peut déroger. Nous demandons que les limitations à la célébration des fonctions publiques du culte soient supprimées.

Nous invitons les personnes de bonne volonté à ne pas se soustraire à leur devoir de coopérer en vue du bien commun, chacune selon son état et ses possibilités et dans l’esprit d’une sincère Charité fraternelle. Cette coopération, souhaitée par l’Église, ne peut cependant être dissociée du respect de la Loi naturelle, ni de la garantie des libertés des individus. Les devoirs civils auxquels les citoyens sont tenus impliquent la reconnaissance par l’État de leurs droits.

Nous sommes tous appelés à évaluer les faits actuels conformément à l’enseignement de l’Évangile. Cela implique de choisir son camp : avec le Christ, ou contre le Christ. Ne soyons pas intimidés ou effrayés par ceux qui nous font croire que nous sommes une minorité : le Bien est beaucoup plus répandu et puissant que ce que le monde veut nous faire croire. Nous nous trouvons en train de lutter contre un ennemi invisible, qui sépare les citoyens entre eux, les enfants des parents, les petits-enfants des grands-parents, les fidèles de leurs pasteurs, les étudiants des enseignants, les clients des vendeurs. Ne permettons pas que des siècles de civilisation chrétienne soient anéantis sous le prétexte d’un virus, en laissant s’établir une tyrannie technologique haineuse dans laquelle des personnes anonymes et sans visage peuvent décider du sort du monde en nous confinant dans une réalité virtuelle. Si tel est le plan auquel les puissants de la terre entendent nous plier, sachez que Jésus-Christ, Roi et Seigneur de l’Histoire, a promis que « les portes des Enfers ne prévaudront pas » (Mt 16, 18).

Confions à Dieu Tout-Puissant ceux qui gouvernent les nations, afin qu’Il les éclaire et les guide dans ces moments de grande crise. Qu’ils se souviennent que, tout comme le Seigneur jugera les Pasteurs pour le troupeau qui leur a été confié, de même Il jugera ceux qui détiennent le pouvoir et qui ont le devoir de préserver et de gouverner leurs peuples.

Prions avec foi le Seigneur pour qu’Il protège l’Église et le monde. Que la Très Sainte Vierge, Auxiliatrice des Chrétiens, écrase la tête de l’ancien Serpent, confonde et déroute les plans des enfants des ténèbres.

8 Mai 2020
Vierge du Rosaire de Pompéi

Source > ici

Prélats qui ont signé cet appel :

Mgr Carlo Maria Viganò, archevêque, nonce apostolique
Cdl Joseph Zen Ze-kiun, évêque émérite de Hong Kong
Cdl Janis Pujats, archevêque émérite de Riga
Cdl Gerhard Ludwig Mueller, préfet émérite de la Congrégation de la Doctrine de la foi
Mgr Luigi Negri, archevêque émérite deFerrara-Comacchio
Mgr Joseph Strickland, évêque de Tyler, Texas
Mgr Thomas Peta, archevêque métropolitain d’Astana
Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana
Mgr Jan Pawel Lenga, archevêque émérite de Karaganda
Mgr Rene Henry Gracida, évêque émérite de Corpus Christi
Mgr Andreas Laun, évêque auxiliaire de Salzbourg
Mgr Robert Muetsaerts, évêque auxiliaire de Den Bosch

Si vous désirez vous aussi signer, c’est > ici

Archange Saint Michel

2020-63. Pèlerinage annuel de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay (21-23 mai 2020) : par la force des choses, une formule différente !

Nous reproduisons ici à l’intention des amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, qui sont aussi pour beaucoup des amis de la Légitimité et de la Confrérie Royale, le courriel envoyé aujourd’hui par le Prieur de cette dernière pour ce qui concerne le pèlerinage annuel au Puy-en-Velay que les circonstances rendent physiquement impossible à la date prévue, mais qui aura cependant bien lieu d’une manière spirituelle

Nous vous invitons instamment à faire connaître ce « pèlerinage à distance » autour de vous, et vous engageons à être très nombreux à y prendre part.

frise lys

Mercredi 6 mai 2020,

Chers membres et amis de la Confrérie Royale,                      

Ainsi que je vous l’annonçais dans ma lettre du mardi de Pâques (cf. ici), notre pèlerinage annuel au Puy, qui commence habituellement le jeudi de l’Ascension en fin d’après-midi et se déroule sur la journée du vendredi et la matinée du samedi, ne peut avoir lieu, en raison des dispositions imposées aux fidèles par la bêtise d’un gouvernement impie et la lâcheté d’un épiscopat sans virilité (dispositions contraires à la justice, contraires aux droits des fidèles, et – par dessus tout – contraires aux droits de Dieu Notre-Seigneur et à l’honneur qui Lui est dû).
Du moins ne peut-il pas avoir lieu dans les formes souhaitées et prévues, mais nous le maintenons d’une manière spirituelle par le moyen d’internet.

mains jointes - prière

- Concrètement, cela signifie qu’il n’y aura pas de rassemblement « physique » dans la chère cité du Puy-en-Velay (donc pas de frais de voyage, pas de frais d’hébergement et de restauration !!!), et cependant une forme de rassemblement spirituel, aux mêmes dates, à des moments particuliers de la journée, afin de prier ensemble pour le Roi et la France (c’est le but premier de ce pèlerinage), en nous « transportant » par la pensée et la prière, dans ce sanctuaire qui est le lieu de la première apparition mariale connue sur le territoire qui deviendra la France, et qui fut toujours si cher à la piété de nos Rois.

- Concrètement aussi, cela signifie aussi qu’il y a des inscriptions et que les « pèlerins de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay » de ce mois de mai 2020, par le fait même de leur inscription, s’engagent à se rendre disponibles aux moments prévus dans le programme du pèlerinage pour prier en s’unissant aux autres pèlerins inscrits, et qu’ils offrent leurs prières, mais aussi quelques sacrifices ou pénitences volontaires (laissés à la discrétion et générosité de chacun, mais en ayant conscience qu’il ne saurait y avoir de vrai pèlerinage sans pénitence) à l’intention de notre Souverain légitime, ainsi que pour la conversion des cœurs et des intelligences des Français.     

- Concrètement encore, il n’y aura pas de diffusion de cérémonie ou de conférence par internet, nous n’avons pas les moyens ni les capacités pour mettre cela en place, en revanche rien n’empêche que certains participants à ce pèlerinage spirituel, qui se trouvent géographiquement proches, se rassemblent pour l’un ou plusieurs de ces moments de prière en commun programmés.    

- A tous ceux qui seront inscrits, sera envoyé – le mercredi 20 mai – par internet un dossier comprenant le programme détaillé des temps de prière, mais aussi quelques photos du Puy facilitant le « déplacement virtuel » aux pieds de la Vierge Noire devant laquelle se sont agenouillés papes, rois et saints, ainsi que des textes à lire et approfondir, tenant lieu des conférences qui eussent dû avoir lieu au Puy.

Notre-Dame du Puy - Vierge Noire - 12 mai 2018

- Voici un premier aperçu du programme de ce pèlerinage un peu particulier :                

1) Jeudi soir 21 mai - Fête de l’Ascension de Notre-Seigneur :

- à 20 h 30 : « Veni Creator » avec son oraison ; lecture du texte d’introduction au pèlerinage et récitation d’une dizaine de chapelet.

Ad libitum : ceux qui le peuvent, sont invités à faire ce soir-là une heure sainte pour la France, chez eux (devant une belle image ou une statue du Sacré-Cœur s’ils en ont une) ou – si cela est possible – dans une église ou une chapelle devant le Saint Tabernacle.                 

2) Vendredi 22 mai :

- Après la prière du matin : lecture du texte de la première conférence.

- A 11 h, en union avec la Sainte Messe à laquelle se trouveront les fondateurs de la Confrérie Royale : récitation du chapelet.

- A 15 h : Chemin de Croix pour la France (si possible dans une église ou une chapelle, sinon chez soi).

- A 18 h : lecture du texte de la deuxième conférence.

- A 20 h 30 : lecture de la 3ème conférence ; litanies de la Sainte Vierge.

3) Samedi 23 mai :

- Après la prière du matin : lecture de la quatrième conférence.

- A 11 h, en union avec la Sainte Messe à laquelle se trouveront les fondateurs de la Confrérie Royale : récitation du chapelet.

- Selon les possibilités de chacun, nous vous encourageons, dans l’après-midi de ce samedi, à accomplir un petit pèlerinage en vous rendant dans un sanctuaire proche de chez vous (lieu de pèlerinage régional, ou simplement à défaut église ou chapelle de votre village ou de votre quartier si elle est ouverte), pour y prier pour le Roi et la France, en faisant le déplacement à pied, même si ce n’est que sur quelques centaines de mètres.
Aux membres de la Confrérie Royale, je demande qu’à ce moment-là ils renouvellent chacun avec ferveur leur engagement ou leur vœu de consécration à la Couronne de France.

prière à Notre-Dame

Inscriptions (elles sont ouvertes dès maintenant et jusqu’au 19 mai, date butoir) ou demandes de renseignements complémentaires : pelerinage.confrerie@gmail.com              

Enfin, il faut préciser que ce pèlerinage n’est pas réservé aux seuls membres de la Confrérie, mais qu’il est ouvert à toutes les âmes de bonne volonté, qui veulent prier pour le Roi et la France.

Soyons plus que jamais unis et généreux,
pour Dieu et pour le Roi !  

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,
Prieur.

Armoiries Frère Maximilien Marie

Affiche Pèlerinage Puy-en-Velay 2020

2020-45. Lettre du Prieur de la Confrérie Royale à l’occasion des fêtes pascales 2020 & Neuvaine pour notre Roi.

Voici la lettre adressée aux membres et sympathisants de la Confrérie Royale par Frère Maximilien-Marie à l’occasion des fêtes pascales :

Blason de la Confrérie Royale

Lettre du Prieur de la Confrérie Royale
à l’occasion des fêtes pascales
de
l’an de grâce 2020

Résurrection vitrail de Kempe  St Andrew, West Wratting, Cambridgeshire

Mardi de Pâques 14 avril 2020.

Chers membres et amis de la Confrérie Royale,

En tout premier lieu,  ces quelques lignes vous rejoindront pour vous souhaiter à chacun de belles, bonnes et ferventes fêtes pascales, malgré les difficultés (voire l’impossibilité) dans lesquelles se trouvent la plupart d’entre vous pour assister à la Sainte Messe et pour recevoir les sacrements.
Je prie ardemment Notre-Seigneur vainqueur de toutes les forces de mort et de toutes les puissances du mal, et Sa Très Sainte Mère, Notre-Dame de Compassion et de Consolation, de vous accorder toutes les grâces et bénédictions « supplétives » pour croître en profondeur spirituelle et ne pas céder aux insidieuses tentations du découragement qui peuvent s’immiscer dans ces confinements qu’il vous faut subir…       

J’espère, chers membres de notre chère petite – mais valeureuse – Confrérie Royale, que vous êtes tous en bonne santé, ainsi que vos proches : si, par malheur, il arrivait que l’un ou l’autre d’entre vous fût atteint par cette épidémie, n’hésitez surtout pas à nous le signaler afin que nous prions encore davantage pour vous !
N’hésitez pas non plus, en messagerie privée, à nous faire part de vos nouvelles : même si les réponses ne sont pas toujours rapides (faute d’un secrétariat [poste qui occuperait presque une personne à plein temps !]), il est toujours important pour votre Prieur et les fondateurs de la Confrérie de savoir comment vous allez et de maintenir un lien concret de nature quasi familiale à l’intérieur de notre Confrérie.

Je ne m’étendrai pas ici en commentaires sur l’actualité, tant dans la société que dans l’Eglise : il y aurait beaucoup à dire, certes, mais je ne suis pas certain que ce soit maintenant le moment pour le faire.

En revanche, j’insiste pour que chacun lise, RELISE et approfondisse les divers messages de notre Roi légitime, les reprenne, les médite et s’en nourrisse spirituellement.
Monseigneur le Prince Louis de Bourbonde jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX, a une parole juste, forte, éclairante et stimulante qui nécessite, spécialement de notre part, la plus grande attention

N’hésitez pas à faire célébrer des Saintes Messes par les prêtres de la Confrérie (en raison du confinement et de l’interdiction pratique de la célébration des offices publics certains commencent à manquer d’honoraires de Messes et à sentir cruellement l’absence des quêtes qui leur permettent de subsister !) : Saintes Messes à l’intention de vos familles, à l’intention de vos défunts – ou des défunts morts sans les secours de la religion et pour lesquels personne ne prie -, à l’intention des malades, à l’intention des pauvres pécheurs à l’agonie, pour implorer de Dieu la cessation de l’épidémie ; et aussi Saintes Messes pour la France, pour la personne auguste de notre Roi légitime – n’oublions pas qu’il va fêter dans quelques jours son 46ème anniversaire -, pour la protection de notre belle Famille Royale… etc. … etc.

Je vous exhorte à profiter des temps « libres » que peuvent vous laisser la suppression de certaines activités pour intensifier votre vie de prière : redoublons de prières aux saints protecteurs de la France, aux saints thaumaturges dont la puissance dans les temps d’épidémie a été si souvent vérifiée par le passé, aux saints qui peuvent nous préserver de toutes les pestes du corps et plus encore de l’âme, à Messire Saint Michel, et bien sûr à notre très douce Dame et Reine Marie !   

Plus que jamais soyons ardents à sanctifier nos journées rythmées par la récitation de la prière pour le Roi à la suite du « Regina cœli » (qui remplace l’Angélus pendant le temps pascal), à marquer et à offrir avec toujours plus de zèle et de générosité la journée du 25 de chaque mois
Et en préparation de l’anniversaire de la naissance de notre bien-aimé Souverain, qui est aussi l’anniversaire de la naissance de son ancêtre Saint Louis pour lequel il nourrit une grande vénération, je vous invite à faire une neuvaine à son intention, du vendredi 17 au samedi 25 avril : pour cette neuvaine, je publie ci-dessous comme proposition de prière, une fameuse prière du Révérend Père Louis Bourdaloue, composée originellement pour Louis XIV, dont Louis XX est aujourd’hui l’aîné des descendants.      

Les circonstances actuelles, en particulier le prolongement du « confinement » jusqu’à la date du 11 mai (au moins… car nous ne sommes pas à l’abri de nouvelles rallonges  ou du moins de limitations imposées aux déplacements et rassemblements, aussi pieux qu’en soient les motifs !), nous contraignent à modifier les prévisions et annonces précédemment faites concernant le 5ème pèlerinage annuel au Puy-en-Velay, prévu du 21 au 23 mai.
Attention ! Je ne parle pas d’annulation pure et simple : à cette date-là, le pèlerinage aura bien lieu, mais d’une manière différente et vous recevrez dans quelques jours les modalités auxquelles vous pourrez TOUS y prendre part… sans bouger de chez vous !

En outre, nous sommes en train d’étudier la possibilité d’un rassemblement au Puy vers la fin de l’été (peut-être à l’occasion de la solennité de Saint Louis, c’est-à-dire le dimanche 30 août : tout ceci reste à organiser et à préciser).     

Enfin, je vous demande de diffuser largement ce message autour de vous, d’être vraiment des membres actifs de la Confrérie Royale, et « d’enrôler » un maximum d’âmes de bonne volonté pour cette neuvaine à l’intention de notre Roi légitime vénéré, afin d’obtenir du Ciel le maximum de grâces pour sa personne et pour l’assister dans la mission qui lui a été dévolue par la naissance.

Avec l’assurance de ma prière dévouée et de mes sentiments les plus religieusement chouans.  

Vive Dieu ! Vive le Roi !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur,
Prieur.
Armoiries Frère Maximilien Marie

 

 

 

 

Neuvaine à Saint Louis, à l’intention de Sa Majesté le Roi

du 17 au 25 avril 2020

« Regardez-nous du haut du Ciel, ô Saint Monarque !
Et dans cette félicité éternelle que vous possédez, soyez sensibles à nos misères : tout indignes que nous sommes de votre secours, ne nous le refusez pas. Regardez d’un œil favorable ce Royaume que vous avez si sagement gouverné, et si tendrement aimé. Si, par la corruption des vices qui s’y sont introduits depuis votre règne, la face vous en paraît défigurée, que cela même soit un motif pour vous intéresser, comme son roi, à le renouveler : si vous y voyez des scandales, aidez-nous à les retrancher.
Étendez surtout votre protection sur notre auguste Monarque. C’est votre fils, c’est le Chef de votre Maison, c’est l’imitation de vos vertus, c’est la vive image de vos héroïques et royales qualités : car il est comme vous le zèle de Dieu, il est comme vous le protecteur de la vraie religion, le restaurateur des autels, l’exterminateur de l’hérésie.
Obtenez-lui les grâces et les lumières dont il a besoin pour achever les grands desseins que Dieu lui inspire ; que cet esprit de sainteté qui vous a dirigé dans toutes vos voies vienne reposer sur lui ; qu’il nous anime nous-mêmes, et qu’il nous conduise tous à l’éternité bienheureuse.
Ainsi soit-il ! »
           

Saint Louis, priez pour nous !
Sainte Jeanne d’Arc, priez pour nous !
Saints et Saintes de France, priez pour nous !

????????????????????????????????????????????

2020-42. D’un grand chandelier des Ténèbres arrivé ce jour au Mesnil-Marie.

Vendredi de la Passion 3 avril, au soir ;
Fête de la Compassion de Notre-Dame ;
Anniversaire du rappel à Dieu de Madame Edith Royer (cf. > ici).

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Beaucoup d’entre vous le savent, ces dernières années, à l’occasion de la Semaine Sainte, je m’absentais du Mesnil-Marie, pour me rendre dans des lieux (monastères ou paroisses) où je pouvais profiter de la plénitude de la liturgie.

Depuis ces deux dernières années en outre, il était enfin possible d’avoir le déploiement de la véritable liturgie traditionnelle, c’est-à-dire antérieure aux réformes de la Vigile Pascale et de la Semaine Sainte accomplies sous le pontificat de Pie XII : ces réformes, fallacieusement qualifiées de « restauration de la Semaine Sainte », qu’avec un certain nombre d’amis ecclésiastiques et liturgistes nous considérons comme un « cheval de Troie » dans le missel habituellement utilisé dans les églises ou chapelles où l’on célèbre la Messe traditionnelle.

Et voici que, avec les mesures édictées par le gouvernement de la république sur lesquelles nombre d’évêques ont surenchéri de manière à rendre quasi impossible l’assistance à la Sainte Messe et la réception des sacrements, mes prévisions de cette année pour la Semaine Sainte sont « tombées à l’eau ».
Cependant la divine Providence – qui est pour moi pleine de prévenantes attentions – a voulu que l’un de mes amis prêtres se trouvât ici-même, au Mesnil-Marie, pour des motifs liés à sa santé, au moment du déclenchement du confinement. Le voilà donc cloîtré en ma petite « Principauté monastique »… Ce qui me vaut évidemment la grâce infinie de profiter de sa Messe privée quotidienne (au moment même où le plus grand nombre des fidèles se trouve contraint de « jeûner » de l’assistance à la Messe et des sacrements) : si les règles liturgiques du carême le permettaient, j’en chanterais d’interminables alléluias !

Le Mesnil-Marie le 25 mars 2020

Le Mesnil-Marie, en la fête de l’Annonciation de Notre-Dame
Mercredi 25 mars 2020

Le confinement se prolongeant – ce qui était une évidence dès le début, et il est fort probable qu’il se prolongera encore au-delà du 15 avril -, conformément aux dispositions prévues par la discipline ecclésiastique, nous nous apprêtons donc à célébrer, de notre mieux en ce confinement, les offices de la Semaine Sainte dans l’oratoire du Mesnil-Marie.

La Providence m’a permis, année après année, de recueillir, recevoir, racheter, rassembler à peu près tout le matériel liturgique nécessaire pour les célébrations très particulières de ces jours sacrés entre tous.
Il me manquait néanmoins un meuble très caractéristique des matines des Jeudi, Vendredi et Samedi Saints : le grand chandelier triangulaire dont on éteint un à un les cierges à la fin de chacun des psaumes (sauf le dernier au sommet), d’où le nom de « Ténèbres » donné à ces offices (je vous renvoie au « reportage » qui en avait été fait en 2018 et publié > ici).
Cela fait des années que je cherchais un chandelier des Ténèbres, en vain…

1 - début office

L’office des ténèbres en 2018

Lundi dernier, rentrant de faire les courses hebdomadaires, je suis passé devant l’atelier d’un jeune ferronnier auquel j’avais jadis eu recours : voyant qu’il s’y trouvait, je me suis arrêté et lui ai demandé (en gardant bien les distances de sécurité) s’il aurait le temps de réaliser un tel chandelier avant le Mercredi Saint. Ce jeune homme a été très intéressé, presque enthousiasmé, par ma demande au point qu’il a fait des recherches passionnées le soir chez lui, et que nous en avons reparlé plusieurs fois au téléphone, pour que l’œuvre fût conforme au symbolisme liturgique traditionnel.

Evidemment, il ne pouvait s’agir de confectionner un chandelier tel qu’on en trouve dans les cathédrales ou les grandes églises : il fallait qu’il soit proportionné à mon oratoire.
Nous nous sommes mis d’accord pour un triangle équilatéral (symbole trinitaire), portant un cercle (dont la forme évoque, entre autres, celle de la Sainte Hostie) dans lequel s’inscrit la Croix de Jérusalem, appelée aussi Croix de Terre-Sainte.

Il a travaillé avec tant d’ardeur et d’enthousiasme que le chandelier était achevé hier au soir et qu’en ce vendredi de la Passion, fête de la Compassion de Notre-Dame, juste avant le Chemin de Croix, il m’a été livré : il n’y a pas de hasard !

Pour vous le présenter, je l’ai placé là où il devra se trouver pour l’office des Ténèbres :

Chandelier des ténèbres 1

Les côtés du triangle mesurent 70 cm. Sa hauteur (jusqu’à la coupelle du pique-cierge du sommet) est de 1,82 m, ce qui portera la flamme du plus haut cierge à quelque 2,12 m au début de l’office.

chandelier des ténèbres 2

Son poids total est d’une trentaine de kilos.

chandelier des ténèbres 3

Je suis véritablement enchanté de ce travail, bien fait, et mené à son accomplissement en trois jours : je vous l’ai dit, il n’y a pas de hasard !

Evidemment, ce travail a un coût…
Aussi, si – pour la gloire de Dieu et l’amour de Notre-Dame de Compassion – certains d’entre vous veulent participer financièrement, même par une toute petite somme, au règlement de la facture de ce chandelier des ténèbres, nous leur en serons infiniment reconnaissants.
Pour faire un don via Paypal, aller > ici ; pour un virement ou une offrande par chèque, nous contacter > ici.

Je remercie par avance tous ceux qui se feront à leur tour les instruments de la Providence, et je les assure de ma prière à leurs intentions. Ce matin, la Sainte Messe a été offerte pour tous les bienfaiteurs et amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, vivants et défunts.

Soyez bénis : que le Cœur de Jésus et Marie vous protège et vous garde !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

Statue de N.D. de Compassion du Mesnil-Marie

2020-41. Trois brefs messages de Sa Majesté.

Mardi 31 mars 2020,
Mardi de la Passion.

Armes de France & Navarre

Au cours de la semaine écoulée, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX, a publié, par le moyen des réseaux sociaux trois communiqués dont vous trouverez ci-dessous les textes :

A – Le 24 mars 2020 – Hommage appuyé au Cercle Saint Louis Roi de France de Nîmes, membre de l’UCLF, pour son action caritative nommée « La Poule au pot d’Henri IV » :

« Je souhaitais, en ces temps de confinement et de difficultés, vous faire part d’une belle œuvre que je souhaiterais voir rayonner ! L’opération « la poule-au-pot d’Henri IV », à l’initiative du Cercle Saint-Louis, Roi de France réunit depuis le 1er décembre 2019, une équipe de 15 bénévoles qui accueille dans le centre-ville de Nîmes des personnes de la rue, des personnes âgées et isolées. Ils apportent réconfort aux personnes les plus fragiles en leur offrant un plat de cuisine familiale, chaud, à emporter, avec la possibilité de se recueillir en la chapelle voisine, d’être accompagnées dans les démarches administratives et d’avoir un vestiaire à disposition.

Un temps de réconfort où la charité chrétienne, inspirée par Saint Louis, et le service du bien commun ont trouvé toute leur expression. Mettons-nous ainsi à la suite d’Henri IV pour offrir aux peuples de France la fameuse poule-au-pot !Dans la situation actuelle, avec le COVID-19, où les personnes de la rue sont encore plus dans le besoin, et avec les encouragements des autorités civiles, ils continuent leur service d’accueil des personnes les plus fragiles pendant la période de confinement, bravo pour ce dévouement !
Les Lys servent le bien commun. »

Pour plus de renseignements sur cette belle œuvre – et éventuellement pour lui adresser des dons pour soutenir son action -, voir > ici

La Poule au pot - Cercle légitimiste de Nîmes

frise lys

B – 26 mars 2020 – Mort de la Princesse Marie-Thérèse de Bourbon-Parme :

Troisième enfant du Prince François-Xavier de Bourbon-Parme et de Madeleine de Bourbon-Busset, née à Paris le 28 juillet 1933, la Princesse Marie-Thérèse de Bourbon-Parme était la filleule de sa tante paternelle l’Impératrice et Reine Zita de Bourbon-Parme (cf. > ici). Célibataire et connue pour des engagements que nous pouvons qualifier de non conformistes qui lui ont parfois valu le surnom de « princesse rouge », la Princesse Marie-Thérèse s’est éteinte à Paris ce 26 mars 2020 dans sa 87ème année : elle est le premier membre d’une famille royale à succomber à l’épidémie de COVID-19.
A l’annonce de sa mort Monseigneur le Prince Louis de Bourbon a publié le 28 mars le communiqué suivant :

« J’apprends avec regret le décès jeudi de ma cousine la Princesse Marie-Thérèse de Bourbon-Parme, atteinte par le covid-19. J’assure sa famille et ses proches de mes prières et de ma sympathie dans ce deuil. »

Princesse Marie-Thérèse de Bourbon-Parme

frise lys

C – 26 mars 2020 au soir – Libération des bénévoles de l’association SOS Chrétiens d’Orient retenus captifs en Irak depuis le 20 janvier :

La belle association SOS Chrétiens d’Orient (que nous avions évoquée > ici) et tous ses amis qui priaient en union avec elle depuis l’enlèvement à Bagdad de trois de ses bénévoles français et de leur accompagnateur irakien, le 20 janvier dernier, a eu la très grande joie d’apprendre, le 26 mars au soir, leur libération. Ce fut une explosion d’action de grâces à Dieu pour cet heureux dénouement.
Le 29 mars, Monseigneur a publié le communiqué suivant :

Grande joie d’avoir appris la libération jeudi des quatre otages de l’association SOS Chrétiens d’Orient enlevés à Bagdad le 20 janvier dernier. La France a déployé tous ses efforts pour parvenir à ce dénouement avec le soutien des autorités irakiennes.
En ces jours de prière intense pour les catholiques et à l’aube de Pâques, n’oublions pas les chrétiens d’Orient et leur espérance obstinée. N’oublions pas ces communautés qui ont pratiquement l’âge du Christ et qui sont très souvent les otages d’une politique qui les dépasse et qui les broie.
Leur courage reste extraordinaire.
Que Saint Louis les protège !

Louis,
Duc d’Anjou

SOS Chrétiens d'Orient

Nous nous permettons de recommander chaleureusement à votre générosité, particulièrement en ces jours où il faut concrétiser nos offrandes de carême, cette association amie.

frise lys

2020-34. « Illuminons l’Annonciation ! »

Nos Seigneurs les Cardinaux, Archevêques et Evêques de France ont publié il y a quelques jours un texte qui s’adresse pour une part à tous les Français, et pour une autre part à tous les catholiques de France, demandant à ce que, ce prochain mercredi 25 mars, fête de l’Annonciation de la Bienheureuse Vierge Marie et jour anniversaire de l’Incarnation de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à 19 h 30, toutes les cloches des églises de France sonnent pendant dix minutes (rappelons au passage que le son des cloches, lesquelles reçoivent une bénédiction très particulière, a un pouvoir d’exorcisme contre les puissances maléfiques), et que dans le même moment les Français allument sur leurs fenêtres au moins une bougie, ou des lumignons ainsi qu’on le fait au soir du 8 décembre, en signe d’espérance, et pour les catholiques en signe d’une grande prière commune montant à ce moment-là vers le Ciel par l’intercession de Notre-Dame…
Voici le texte introductif de Son Excellence Révérendissime Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des Evêques de France et l’appel co-signé de tous les Evêques de France. 

Annonciation

« L’ensemble des évêques de France invite les Français à un geste commun le mercredi 25 mars prochain. Les catholiques lui donneront une signification particulière en raison de la fête de l’Annonciation, mais tout le monde peut s’y joindre : déposer une bougie sur sa fenêtre au moment où les cloches sonneront sera une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays. Ce sera aussi l’expression de notre désir que la sortie de l’épidémie nous trouve plus déterminés aux changements de mode de vie que nous savons nécessaires depuis des années. Nous, catholiques, demanderons en même temps à la Vierge Marie de remplir nos cœurs de foi, d’espérance et de charité en ces temps et de nous obtenir la grâce de l’Esprit-Saint pour que nous sachions trouver les gestes nécessaires. »

Mgr Éric de Moulins-Beaufort
Archevêque de Reims
Président de la Conférence des Evêques de France.

illuminons l'Annonciation

La première partie de ce texte s’adresse à tous les Français de bonne volonté :

« Notre pays, avec de nombreux autres, traverse une grande épreuve. Le chef de l’État nous appelle à laisser de côté nos divisions et à vivre ce temps dans la fraternité. C’est pourquoi nous avons voulu que ce message destiné en premier lieu aux catholiques s’adresse aussi à tous nos concitoyens sans distinction. 

Nous le faisons dans un esprit d’humilité, mais avec la certitude que la foi chrétienne a une mission spécifique dans ce monde et qu’elle ne doit pas s’y dérober. Nous pensons aussi à tous ceux et celles qui partagent avec nous la foi en Dieu et la conviction qu’Il accompagne notre vie. Nous pensons enfin à tous ceux et celles qui ne croient pas mais souhaitent que la solidarité et l’esprit de service s’accroissent entre les hommes. 

À tous, nous disons notre désir que notre communauté nationale sorte grandie de cette épreuve. Depuis bien des années déjà notre humanité a l’intuition qu’elle doit changer radicalement sa manière de vivre. La crise écologique nous le rappelle sans cesse, mais la détermination a fait largement défaut jusqu’ici pour prendre ensemble les décisions qui s’imposent et pour s’y tenir. Osons le dire, l’égoïsme, l’individualisme, la recherche du profit, le consumérisme outrancier mettent à mal notre solidarité. Nous avons le droit d’espérer que ce que nous vivons en ce moment convaincra le plus grand nombre, qu’il ne faut plus différer les changements qui s’imposent : alors, ce drame porteur d’angoisse n’aura pas été traversé en vain. 

Le mercredi 25 mars, à 19h30 

Un peu partout en France, les cloches de toutes les églises sonneront pendant dix minutes, non pour appeler les fidèles à s’y rendre, mais pour manifester notre fraternité et notre espoir commun. 

Elles sonneront comme elles ont sonné aux grandes heures de notre histoire, la Libération par exemple. En réponse à ce signe d’espoir, nous invitons tous ceux qui le voudront à allumer des bougies à leur fenêtre. Ce geste, qui est de tradition dans la ville de Lyon, est un signe d’espérance qui transcende les convictions particulières : celui de la lumière qui brille dans les ténèbres !

Ce qui suit s’adresse maintenant spécifiquement aux catholiques :

Mercredi 25 mars, nous fêterons l’Annonciation du Seigneur. Elle eut lieu à Nazareth, chez une jeune fille, Marie. Dans sa maison, le Ciel rencontre la terre ; dans sa maison, le salut du monde est conçu ; dans sa maison, une joie nouvelle apparaît, la joie de l’Évangile, une joie pour le monde: «Car rien n’est impossible à Dieu» (Lc 1, 37).

Cette année, sans l’avoir voulu, nous fêterons l’Annonciation, confinés, dans nos maisons ! Pouvons-nous célébrer cette fête plus en vérité, plus intensément, plus en communion?

Quand les cloches sonneront, le 25 mars, à 19h30, que chaque disciple de Jésus, dans sa maison, ouvre sa Bible (ou son ordinateur) et lise, seul ou en famille, le récit de l’Annonciation, dans l’Évangile selon saint Luc, chapitre 1, versets 26 à 38.

Et qu’au même moment chaque maison allume une ou plusieurs bougies, à sa fenêtre, pour dire son espérance et conforter celle de ses voisins.

Nous prierons en communion par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie en nous unissant au chapelet récité, à Lourdes, chaque jour à 15h30. Nous demanderons à Marie de nous protéger et de nous aider à mieux accueillir Jésus dans nos maisons, dans nos cœurs, dans nos vies comme elle l’a fait elle-même pour nous: «Que tout m’advienne selon ta parole» (Lc 1, 38) – [1ère dizaine].

Nous confierons à Marie qui devient Mère du Sauveur et qui deviendra notre Mère, nos frères et sœurs malades, nos frères et sœurs soignants, notre communauté humaine éprouvée. Nous lui dirons que nous voulons les aimer comme nous aimons Jésus, «le fruit béni de ses entrailles» (cf. Lc 1, 42), Lui qui a pris sur lui nos souffrances et nos péchés [2ème dizaine].

Nous pourrons aussi confier nos craintes et nos doutes à celle qui fut toute bouleversée et s’interrogea: «Comment cela va-t-il se faire?» (Lc 1, 34). La peur d’une vie remise à Dieu, différente de celle dont nous rêvons, rejoint la peur de la mort. Marie la connaît de l’intérieur et nous pouvons lui dire sans cesse: «Prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort», comme l’Église nous l’a appris [3ème dizaine].

Enfin, poussés par l’Esprit, nous pourrons dire à Jésus: «Guéris-nous !» Nous ne savons pas quelle sera la réponse sinon que, dans quelques jours, nous fêterons la passion, la mort et la résurrection de Jésus, le premier-né d’une multitude de frères qu’il fait entrer dans la vie de Dieu [4ème dizaine.]

[5ème dizaine avec intentions particulières].

Ouvrir sa fenêtre, allumer une bougie est un geste de communion que nous voulons offrir à toute la nation pour qu’elle rende hommage aux défunts, victimes du Covid-19, et aussi à ceux qui donnent de l’espoir, soignants, autorités mais aussi famille, amis, voisins.

C’est pourquoi nous vous demandons de relayer ce message très largement autour de vous, par tous les moyens autorisés à votre disposition ! »

Les Évêques de France

l'apparition de ND de Lourdes

2020-33. Concession de l’indulgence plénière en ce temps d’épidémie mondiale.

Crucifix chapelle Rome

Alors que toute l’humanité est « menacée par une maladie invisible et insidieuse » et que nombre de fidèles vivent des angoisses et des incertitudes au quotidien, ainsi que « des souffrances physiques et morales », Son Eminence Révérendissime Monsieur le cardinal Mauro Piacenza, grand pénitencier, ce vendredi 20 mars 2020, a publié avec l’autorité du Siège Apostolique un décret qui accorde l’indulgence plénière aux fidèles affectés par le Conoravirus Covid-19 en quarantaine dans les hôpitaux ou chez eux, ainsi qu’au personnel de santé, à leurs proches et à ceux qui assistent les malades en s’exposant au risque de la contamination et à tous ceux qui prennent soin d’eux à quelque titre, y compris par la prière

Cette indulgence peut en effet être obtenue par les « fidèles qui offrent la visite au Saint-Sacrement, ou l’adoration eucharistique ou la lecture de la Bible durant au moins une demi-heure, ou la récitation du chapelet, ou le Chemin de croix, ou la récitation du chapelet de la Divine Miséricorde, pour implorer de Dieu Tout-Puissant la fin de l’épidémie, le soulagement pour ceux qui en sont affectés et le salut éternel de ceux que le Seigneur a appelés à lui ».

La Pénitencerie Apostolique rappelle en même temps que les conditions pour obtenir cette indulgence sont : le détachement du péché, l’union spirituelle à la messe, au chapelet, au Chemin de croix ou à d’autres dévotions grâce aux moyens de communication, ou au moins la prière du Credo, du Notre Père et une invocation à la Vierge Marie, « en offrant cette épreuve dans un esprit de foi en Dieu et de charité envers les frères, avec la volonté de réaliser les conditions habituelles (confession sacramentelle, communion eucharistique et prière aux intentions du pape), dès que cela sera possible ».

L’Eglise, conclut le décret, prie pour ceux qui sont dans l’impossibilité de recevoir le sacrement des malades, en les confiant à la Miséricorde divine. Elle accorde l’Indulgence plénière aux fidèles à l’article de la mort, s’ils y sont « disposés » et s’ils avaient l’habitude de réciter quelque prière dans leur vie : l’Eglise supplée alors aux trois conditions de l’indulgence, mais elle préconise d’avoir un crucifix avec soi.

tiare et clefs.gif

12345...14

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi