Archive pour la catégorie 'Lectures & relectures'

2021-57. C’est Lui qui te conduit à Lui-même, et pour y parvenir ne cherche personne que Lui.

Voici un court sermon (note : il porte le numéro CXLI) de notre Bienheureux Père Saint Augustin qui n’en est pas moins riche d’enseignements précieux et actuels : en effet, en ces temps de renouveau du paganisme et de rejet du christianisme, la démonstration du Docteur d’Hippone commentant le chapitre premier de l’épître aux Romains, peut nous apprendre à argumenter nous-mêmes avec les néopaïens de notre temps, tout en nous fortifiant dans notre attachement pour Celui qui, étant la vérité et la vie, s’est aussi fait pour nous la voie qui y conduit. 

Christ-Roi - église Sainte-Marie à Ely  Cambridgeshire

Le Christ-Roi, vitrail de l’église Sainte-Marie à Ely (Cambridgeshire)

frise

C’est Lui qui te conduit à Lui-même,
et pour y parvenir ne cherche personne que Lui.

§ 1. Les philosophes ont pu avec les lumières de la raison se faire quelque idée de la grandeur et de la majesté de Dieu, mais ils ont retenu cette vérité dans l’iniquité.

Pendant qu’on lisait l’Evangile saint, vous avez entendu, entre autres, ces paroles du Seigneur Jésus : « Je suis la voie et la vérité et la vie » (Jean, XIV, 6).
Quel homme n’aspire à la vérité et à la vie ?
Mais chacun n’en découvre pas la voie.
Quelques philosophes même profanes ont vu en Dieu une vie éternelle et immuable, intelligible et intelligente, sage et principe de toute sagesse ; en Lui aussi ils ont vu une vérité ferme, stable, invariable et comprenant les idées et les formes de toutes les créatures. Malheureusement ils ne l’ont vue que de loin et du sein de l’erreur ; aussi n’ont-ils point découvert la route qui conduit à la possession de ce magnifique, de cet heureux et ineffable héritage.
Ce qui prouve en effet qu’ils ont vu réellement, autant du moins que l’homme en est capable, le Créateur à travers la créature, l’ouvrier à travers son ouvrage et dans le monde l’auteur même du monde, c’est le témoignage, irrécusable pour les Chrétiens, de l’Apôtre Saint Paul.
Il dit donc en parlant d’eux : « La colère de Dieu éclate du haut dit ciel contre toute l’impiété ». Vous reconnaissez bien ici le langage de l’Apôtre : « La colère de Dieu éclate du haut du ciel contre toute l’impiété et l’injustice de ces hommes qui retiennent la vérité dans l’iniquité ».
L’Apôtre dit-il que ces hommes ne possèdent pas la vérité ? Non, mais ils « la retiennent dans l’iniquité ». Ce qu’ils possèdent est bon, mais ils ont tort de le garder ainsi : « ils retiennent la vérité dans l’iniquité ».

§ 2.  En effet, ils ont connu Dieu à travers Sa création, mais l’orgueil les a égarés.

On pouvait demander à saint Paul : comment ces impies sont-ils parvenus à la vérité ? Dieu a-t-il adressé la parole à quelqu’un d’entre eux ? Ont-ils reçu de Lui la loi, comme le peuple d’Israël, par le ministère de Moïse ? Comment alors peuvent-ils retenir la vérité, fût-ce dans l’iniquité même ?
— Prêtez l’oreille à ce qui suit, c’est la réponse : « Parce que ce qui est connu de Dieu est manifeste en eux ; Dieu le leur a manifesté ».

— Comment ! Il le leur a manifesté et Il ne leur a pas donné Sa loi ?
— Voici de quelle manière : « En effet, ses invisibles perfections ; rendues compréhensibles par ses oeuvres, sont devenues visibles ».
Interroge le monde et la magnificence du ciel, l’éclat et la disposition des astres, le soleil qui suffit pour former le jour, et la lune qui nous ranime pendant la nuit ; interroge cette terre qui produit en abondance et la verdure et les arbres, qui se couvre d’animaux et qu’embellit le genre humain ; interroge la mer, les grands et nombreux poissons qui la remplissent ; interroge l’atmosphère et les oiseaux qui en font la vie ; interroge enfin tous les êtres et dis-moi si tous ne te répondent pas à leur manière : C’est Dieu qui nous a faits.
De nobles philosophes ont ainsi interrogé l’univers, et cet œuvre leur a fait connaître l’ouvrier.
Mais alors, comment dire que la colère de Dieu éclate contre leur impiété ?
C’est qu’ « ils  retiennent la vérité dans l’injustice ».
Venez, Apôtre, expliquez-vous. Déjà vous avez montré comment ils sont parvenus à connaître Dieu : « Ses invisibles perfections, dit-il, rendues compréhensibles par Ses œuvres, sont devenues visibles, aussi bien que Sa puissance éternelle et Sa divinité : de sorte qu’ils sont inexcusables. Car après avoir connu Dieu ils ne L’ont point glorifié comme Dieu ni ne Lui ont rendu grâces ; mais ils se sont perdus dans leurs pensées et leur cœur insensé s’est obscurci ».
C’est toujours l’Apôtre qui parle et non pas moi : « Et leur cœur insensé s’est obscurci. Ainsi en disant qu’ils étaient sages ils sont devenus fous ». L’orgueil leur a fait perdre ce que la curiosité leur avait fait découvrir. « En disant qu’ils étaient sages », en s’attribuant les dons de Dieu, « ils sont devenus fous ». Encore une fois c’est l’Apôtre qui l’assure : « En disant qu’ils étaient sages, ils sont devenus fous » !

§ 3. Cet égarement les a conduits jusqu’à l’idolâtrie, qui est le comble de l’égarement.

Montrez maintenant, prouvez qu’ils étaient fous.
O Apôtre, vous nous avez fait voir comment ils ont pu parvenir à connaître Dieu, « c’est que rendues compréhensibles par Ses œuvres, Ses invisibles perfections sont devenues visibles ». Montrez-nous de la même manière comment « en se disant sages ils sont devenus fous ».

— Le voici : C’est parce qu’ « ils ont changé, répond-il, la gloire du Dieu incorruptible contre une image représentant un homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes et des reptiles » (Rom. I, 18-23). Les païens en effet se sont faits des dieux des figures de ces animaux.
Quoi ? tu connais Dieu et tu adores une idole !
Tu connais la vérité et tu la retiens dans l’injustice !
Ce que te révèle l’œuvre de Dieu, tu le sacrifies à l’oeuvre d’un homme !
Tu as tout examiné, tu as saisi l’harmonie du ciel et de la terre, de la mer et de tous les éléments ; et tu ne veux pas remarquer que comme le monde est l’ouvrage de Dieu, cette idole est simplement l’ouvrage d’un homme. Si cet homme pouvait donner un cœur à son idole comme il lui a donné une physionomie, cette idole adorerait son auteur.
N’est-il par vrai, mon ami, que cette idole est l’œuvre d’un homme, de même que tu es l’œuvre de Dieu ?
Qu’est-en effet ton Dieu? Celui qui t’a formé. Et le Dieu de l’ouvrier en idoles ? Celui également qui l’a formé. Le dieu de l’idole n’est-il donc pas aussi l’auteur de l’idole, et ne s’ensuit-il pas que si cette idole avait un cœur, elle adorerait aussi l’ouvrier qui l’a formée ?

C’est ainsi que ces philosophes ont retenu la vérité dans l’iniquité et qu’après l’avoir vue, ils n’ont point trouvé le chemin qui conduit à elle.

§ 4. Nous sommes heureux que la Vérité même se soit faite notre voie dans la personne de Jésus-Christ ! Attachons-nous inséparablement à Lui.

Mais le Christ est dans le sein de Son Père la vérité et la vie, il est le Verbe de Dieu et c’est de lui qu’il est écrit : « La vie, était la lumière des hommes » (Jean, I, 4) ; Il est donc dans le sein de Son Père la vérité et la vie, et comme nous n’avions pas le moyen de nous réunir à cette vérité, Lui, le Fils de Dieu, qui est éternellement avec Son Père la vérité et la vie, S’est fait homme pour devenir notre voie.
Suis cette voie de Son humanité, et tu arrives à la divinité.
C’est Lui qui te conduit à Lui-même, et pour y parvenir ne cherche personne que Lui.
Hélas ! nous serions toujours égarés, s’Il n’avait daigné Se faire notre voie ; Il est réellement devenu la voie où tu dois marcher.
Je ne te dirai donc pas : Cherche la voie. Cette voie s’est présentée elle-même devant toi ; en avant, marche!
Ce sont les mœurs qui doivent marcher en toi en non les pieds ; car il en est beaucoup dont les pieds vont bien, tandis que leur conduite va mal, et tout en courant bien ils se précipitent hors de la voie. Tu rencontreras effectivement des hommes dont la conduite est régulière, mais qui ne sont pas chrétiens : ils courent bien, mais hélas ! hors de la voie, et plus ils courent, plus ils s’égarent, puisqu’ils s’éloignent de leur chemin. Ah ! si ces hommes entraient dans la voie, s’ils s’y tenaient, quelle sûreté pour eux , puisqu’ils courraient sans s’égarer ! Combien au contraire ils sont à plaindre de tant marcher sans être dans la voie !
Mieux vaut y marcher en boitant, que de n’y être pas en marchant d’un pas ferme.
Que votre charité veuille se contenter de ceci.

Prière après le Sermon :
Tournons-nous avec un cœur pur vers le Seigneur notre Dieu, le Père tout-puissant ; rendons-Lui d’immenses et abondantes actions de grâces ; supplions de toute notre âme Son incomparable bonté de vouloir bien agréer et exaucer nos prières ; qu’Il daigne aussi, dans Sa force, éloigner de nos actions et de nos pensées l’influence ennemie, multiplier en nous la foi, diriger notre esprit, nous donner des pensées spirituelles et nous conduire à Sa propre félicité : au nom de Jésus-Christ, Son Fils et Notre-Seigneur, Lequel, étant Dieu, vit et règne avec Lui dans l’unité du Saint-Esprit et durant les siècles des siècles. Ainsi-soit-il.

Sandro Boticelli St Augustin dans sa cellule

Sandro Boticelli : Saint Augustin étudiant dans sa cellule

frise

2021-56. Usquequo Domine ?

Lettre du 25 octobre 2021

aux membres et amis de la Confrérie Royale

Usquequo Domine ?[1]

 

« Comment ne pas penser au “cloaque d’impureté” dont parlait Notre-Dame, d’autant plus insupportable à regarder que les criminels sont précisément ceux qui, par leur consécration, devraient être l’image-même du Christ ? ».

Guillaume de Thieulloy


La Salette : statue de la Vierge en pleurs.

En la Saint-Louis 2020, nous déplorions qu’il y ait « grande pitié au clergé de France ! ». Que peut-on dire une année après, en ce 175e anniversaire du message de Notre-Dame à La Salette ?

« De grands troubles arriveront, dans l’Eglise, et partout. Puis, après [cela], notre Saint-Père le pape sera persécuté. Son successeur sera un pontife que personne [n'] attend. […] Tout ce que je vous dis là arrivera dans l’autre siècle, [au] plus tard aux deux mille ans » (Maximin). « Le monde content de ne manquer de rien recommencera ses désordres, abandonnera Dieu, et se livrera à ses passions criminelles. [Parmi] les ministres de Dieu, et les Epouses de Jésus-Christ, il y en a qui se livreront au désordre, et c’est ce qu’il y aura de [plus] terrible. Enfin, un enfer règnera sur la terre » (Mélanie).

            Ce mardi 5 octobre a été publié le rapport[2] de 2500 pages de la C.I.A.S.E. (Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Eglise), présidé par un Socialiste ancien président des dîners de la Grande Loge de France[3] et vice-président du Conseil d’État qui eut l’honneur d’annoncer sa bénédiction à la condamnation à mort de Vincent Lambert, et secondé par une féministe d’extrême-gauche[4] (pardon pour le pléonasme).

Selon Mgr Éric de Moulins-Beaufort : « Ce travail de vérité était nécessaire, nous [les évêques de France] l’accueillons comme un bienfait (sic) »[5]. Monsieur Maugendre le corrige avec brio : « Ce travail de trente-deux mois, mené par vingt-et-un commissaires, demandé et financé (coût : 3 M € – vous lisez bien : trois millions d’euros : 3 000 000 €, merci aux généreux donateurs du Denier de l’Église ! – par la Conférence des Evêques de France est un véritable réquisitoire contre l’Eglise, parfaitement mis en scène par la diatribe introductive de François Devaux, une des victimes du père Preynat, interpellant son auditoire composé d’évêques, de prêtres, de religieuses, etc. : « Vous êtes une honte pour notre humanité (…) Vous devez payer pour tous ces crimes[6] (…) Vous taire »[7].

En l’occurrence, les têtes mitrées seraient bien inspirées de retenir la leçon, plutôt que d’oser affirmer comme Mgr Christian Nourrichard[8] : « Toute l’Église en porte la responsabilité collective, ce qui me fait honte »[9] (sic !). Il serait plus juste de dire que toute l’Église a honte d’épiscopes plaçant de manière irresponsable et criminelle à des postes de responsabilité des prédateurs connus. En condamnant celui qui scandalise un seul de ces petits qui croient en Lui (Matth. XVIII, 6), Notre-Seigneur n’exempte aucunement (bien au contraire) le scandaleux de sa responsabilité (« il vaudrait mieux pour lui qu’on lui mît au cou une grosse meule de moulin, et qu’on le jetât dans la mer », Luc. XVII, 2 : il ne s’agit pas de tout le troupeau de pourceaux de Matth. VIII, 32) : celle-ci n’est pas noyée dans la responsabilité collective de la société, dans le grand tout qui n’est rien… L’on retrouve le maître-mot des politiques : « responsable mais pas coupable »…

Au passage, afin de détendre un instant l’atmosphère, merci de prier pour que le « diocèse » jumelé au sien[10] quitte l’état de viduité et vacance…[11]

diocèse anglican de Salisbury

« Karen », Mme l’évêquesse administrateuse du « diocèse » anglican de Salisbury
jumelé à celui ( « catholique ») d’Évreux.

Guillaume de Thieulloy lui rétorquait d’avance :

« Certains réclament que toute l’Église soit, en quelque sorte, solidairement responsable de ces turpitudes. Mais c’est tout simplement hors de question. Je trouvais déjà assez choquant que notre denier du culte finance cette commission dont nous savions par avance qu’elle nous condamnerait en bloc […]. Alors n’imaginez pas que nous donnions un kopeck pour tenter de combler ce tonneau des Danaïdes que va être la tentative d’indemnisation des victimes. Nous donnons pour faire vivre nos saints prêtres, non pas pour exonérer de leurs responsabilités les s******** ! »[12].

Selon un confrère curé, « Le péché majeur qu’il faudrait dénoncer n’est ni un phénomène abominable mais statistiquement mineur déguisé en épidémie générale, ni le cléricalisme, c’est la pratique désormais sacralisée de la repentance sur le dos du voisin. On y ajoutera l’oubli, plus que suspect, l’amnésie que l’on peine à croire inconsciente, vis-à-vis des comportements qui ont réellement et généralement portés préjudice à l’Église au cours de ces années. Dans la vieille morale d’autrefois, cela s’appelait le ‘mensonge par omission’ »[13].

« Les fausses bonnes intentions, la dégoulinade de la commisération et de la compassion, la coulpe battue sur la poitrine des anciens ressemblent à un vaste simulacre. Écœurant, car qui va payer concrètement les pots cassés de l’incurie passée ? Le petit peuple chrétien et le bas clergé, qui vont éponger la honte au quotidien, les quolibets et les outrages. Ceux-là même que l’on a sommé pendant des décennies de changer de liturgie, de morale, de catéchisme, de sacerdoce. Bien calfeutrés dans les beaux quartiers, les grands-prêtres et le sanhédrin n’en verront rien, drapés dans leur bonne conscience ravalée à neuf par leurs faux aveux.

Quitte à être sanctionné et stigmatisé encore, nous pouvons prophétiser ce que seront les conséquences globales d’une campagne qui détourne des causes réelles des problèmes. Le soupçon systématique porté sur le clergé de base finira de faire écrouler nos communautés et d’assécher les vocations. Quant à la frénésie de dénonciation qui saisit les autorités au moindre début de soupçon jeté sur les clercs, avant même le début du commencement d’une vérification, elle prolongera l’épidémie de suicides qui touche aujourd’hui le clergé français »[14]. 

Le pitoyable document « fait à Courtalain le 31 août 2021 »[15] par les supérieurs des communautés ex-Ecclesia Dei adflicta et néo-Traditionis custodes s’appuie sur Amoris laetitia et Lumen Gentium, et craignant pour les inévitables futures Visites apostoliques, demande un médiateur empreint d’humanité. Les « Instituts signataires », se sentant « soupçonnés, mis en marge, bannis », réaffirment leur fidélité à François et leur « adhésion au magistère (y compris à celui de Vatican II et à ce qui suit) », « comme le prouvent les nombreuses études et thèses de doctorat faites par plusieurs d’entre nous depuis 33 ans ».

Il aura fallu ce motu proprio pour que nos courageux clercs ‘identitaires’, qui assuraient qu’ils « ne lâchaient rien » (du Concile ? des compromissions ?), fassent amende honorable :

« Des fautes ont-elles été commises ? Nous sommes prêts, comme l’est tout chrétien, à demander pardon si quelques excès de langage ou de la défiance vis-à-vis de l’autorité ont pu s’introduire chez tel ou tel de nos membres. Nous sommes prêts à nous convertir si l’esprit de parti ou l’orgueil a pollué nos cœurs. Nous supplions que s’ouvre un dialogue humain, personnel, plein de confiance, loin des idéologies ou de la froideur des décrets administratifs. Nous voudrions pouvoir rencontrer une personne qui sera pour nous le visage de la Maternité de l’Eglise. Nous voudrions pouvoir lui raconter la souffrance, les drames, la tristesse de tant de fidèles. […] 

Nous sommes désireux de confier les drames que nous vivons à un cœur de père. Nous avons besoin d’écoute et de bienveillance et non de condamnation sans dialogue préalable. Le jugement sévère crée un sentiment d’injustice et produit les rancœurs. La patience adoucit les cœurs. Nous avons besoin de temps.

On entend parler aujourd’hui de visites apostoliques disciplinaires pour nos Instituts. Nous demandons des rencontres fraternelles où nous puissions expliquer qui nous sommes et les raisons de notre attachement à certaines formes liturgiques. Nous désirons avant tout un dialogue vraiment humain et miséricordieux : ‘Sois patient envers moi !’. […]

Avec confiance, nous nous tournons tout d’abord vers les évêques de France afin qu’un vrai dialogue soit ouvert et que soit désigné un médiateur qui soit pour nous le visage humain de ce dialogue »[16].

Contrastant avec eux, l’abbé Laguérie appelle un chat, un chat dans son adresse aux évêques de France et de Navarre qui mérite d’être lue[17].

De même, de manière moins colérique mais bien profonde, un curé de campagne s’indigne :

« Quelle fut l’attitude générale des autorités, pendant les années 1965-2000, vis-à-vis des pervers, des déviants et des pécheurs publics ? Officiellement, c’est de n’avoir rien fait. C’est ce qu’on leur reproche aujourd’hui. À quelques rares exceptions près. Mais la question n’est pas là. Elle est : pourquoi ? Pas par complicité avec le mal, généralement, mais par soumission à l’ ‘air du temps’, par lâcheté, par conformisme social, par relativisme. ‘Interdit d’interdire’ était devenu le fondement du comportement des autorités en matière de gouvernement. Il fallait être ‘ouvert’, ‘tolérant’, ‘accueillant’. Le droit canonique et les règles, imparfaits mais largement suffisant pour faire le ménage si l’on avait voulu, étaient inutilisés parce que : ‘ringards’, ‘dépassés’, ‘intégristes’, ‘fermés’. ‘Tolérance et ouverture’, que de crimes n’a-t-on pas couvert en leur nom ! »[18].

Monsieur Maugendre analyse :

« L’Église en Occident est immergée dans une société qui, déjà avant mai 68, avait fait de la satisfaction des désirs et des pulsions de chacun sa règle fondamentale. Il s’agit de jouir sans entraves en rejetant toutes les normes. Nous vivons dans une société profondément érotisée, les films X de Canal plus n’ayant été que l’aboutissement logique de l’exaltation des sens amorcée au cinéma par des personnalités comme Brigitte Bardot ou Roger Vadim. Si le désir est roi et sa satisfaction la règle suprême, les plus faibles sont condamnés à subir la loi des plus forts, nonobstant les grandes déclarations sur les droits de l’homme. Est-il bien cohérent de laisser libre cours à la pornographie sur les réseaux sociaux, ou ailleurs, et après venir se plaindre que des adultes passent à l’acte ?  Quelle est cette société dans laquelle 10% des personnes majeures affirment avoir été agressées sexuellement avant leurs 18 ans ? »[19].    

« Même si ne sont mis en cause que 2,5% des prêtres le discrédit de l’institution est considérable et sera certainement durable. Après la révélation d’événements analogues l’Église d’Irlande ne s’est pas remise du séisme. Cet automne les vingt-six diocèses irlandais ont vu se présenter quatre candidats ! La crédibilité de l’Église et la simple justice exigent le châtiment des coupables, l’accompagnement et la réparation vis-à-vis des victimes mais aussi la mise en œuvre de décisions courageuses pour que de telles horreurs ne se reproduisent pas.

            Cependant, la liberté de l’Eglise va être entravée car la pression médiatique, politique et sociale sera importante pour que soient transcrites dans le droit de l’Eglise les préconisations du rapport Sauvé. L’heure approche où ce sont les pouvoirs publics qui, au nom de la lutte contre les abus sexuels, ou pour d’autres raisons, interviendront directement dans le fonctionnement de l’Église. Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des Evêques de France, a fait part de sa honte, de son effroi, demandé pardon. Il en appelle à une nécessaire purification. En fait, c’est à une véritable réforme intellectuelle et morale, profonde et intégrale, que nous convient ces tragiques événements. Analogue à celle de la Contre-réforme catholique, au lendemain de la crise protestante. Une réforme fondée sur l’exigence, le sacrifice, le sens de Dieu et du péché, la primauté de la contemplation, etc. Une réforme radicale car on ne résout pas les problèmes avec le mode de pensée qui les a engendrés. Or le rapport Sauvé ne fait que des préconisations juridiques et institutionnelles en appelant même à la puissance publique. Les appels à une sensibilisation des séminaristes à ces difficultés risquent de passer à côté de l’essentiel, par manque de connaissances sur l’identité-même du prêtre »[20].

            « Exposer, aujourd’hui, les véritables plaies de l’‘Église de France’ : l’amateurisme en fait de gestion des ressources humaines, le carriérisme des personnalités les plus alignées, la désinvolture dans le dialogue avec les personnes et les communautés, les carences de la formation sacerdotale et diaconale, la réticence à annoncer clairement la doctrine catholique ? Ce n’est visiblement pas à l’ordre du jour… »[21].

Et le comble est la convocation du président de la Conférence des Évêques de France par le ministre de l’Intérieur[22]. L’archevêque de Reims avait tout de même réagi à la recommandation scandaleuse de la commission Sauvé d’imposer le viol du secret de confession : « Le secret de la confession s’impose à nous et s’imposera à nous et, en ce sens-là, il est plus fort que les lois de la République parce qu’il ouvre un espace de parole, libre, qui se fait devant Dieu »[23].

« Il n’y a rien de plus fort que les lois de la République. Ça tient en une phrase et c’est très clair »[24] a aussitôt lancé en guise de menace Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, à destination des ex-préfets violets, aujourd’hui fonctionnaires bénévoles et pourtant zélés. Léon XIII l’avait appris à nos dépens, et les supérieurs Traditionis custodes également bientôt : ramper devant les ennemis de l’Église n’a toujours fait qu’exacerber l’audace des méchants. C’est une morale qu’il nous faut tous retenir.

Les fidèles de ces communautés dans le diocèse de Nantes viennent d’en faire les frais :

« Pour les mariages, baptêmes et enterrements, même si vous désirez l’église de votre village d’enfance, vous n’y aurez pas droit parce que vous ne serez pas un paroissien de cette église. Pour les écoles, Monseigneur Percerou a eu des phrases très inquiétantes. En effet, […] il a posé la question de savoir s’il était normal que des enfants soient élevés dans le seul rite tridentin. Sa réponse murmurée était qu’il ne le croyait pas. Enfin, nous sommes effondrés par les menaces claires contre les instituts traditionnels. « Ils devront choisir » ils devront décider s’ils restent dans l’Église… »[25].

« Les livres liturgiques promulgués par les Saints Pontifes Paul VI et Jean Paul II, conformément aux décrets du Concile Vatican II, sont – selon François – la seule expression de la lex orandi du Rite romain » (1er article du motu proprio)[26], alors que Mgr Gamber expliquait : « la nouvelle liturgie est un ritus modernus et non plus un ritus romanus » au sens traditionnel (il faudrait plutôt dire latin) : si un Catholique ne se reconnaît aucunement dans ce nouveau rite romain, comme le P. Joseph Gelineau qui écrivait lui-même : « Non seulement les paroles, les mélodies et certains gestes sont différents mais, à dire la vérité, il s’agit d’une liturgie différente de la messe. Ceci doit être dit sans ambiguïté : le rite romain tel que nous l’avons connu n’existe plus : il est détruit », et Cristiana de Magistris : « [la liturgie de Paul VI] – comme cela a largement été démontré – a de loin outrepassé les prescriptions conciliaires, créant une liturgie ex novo, se trouvant en complète discontinuité non seulement avec la tradition présente dans le Missel de Saint Pie V mais aussi avec la volonté même des Pères conciliaires »[27] et « cette Liturgie faite ‘sans contact avec la réalité’ (Cardinal Ratzinger) ne peut plus être considérée comme partie du Rite romain »[28], la question à poser est alors : les pasteurs de ce rite néo-romain sont-ils les propres pasteurs de ce Catholique vétéro-romain ?

M. de Lassus interroge : « Et quel est le statut de l’ancien rite ? Ceux qui l’utilisent encore ont-ils perdu la qualité de catholique ? »[29].

« Deux Églises ? […] Aujourd’hui l’Usus antiquior ne peut plus être lex orandi ; l’Église a donc changé, au moins sous certains aspects. C’est ce que constatait en son temps Mgr Bennelli qui parlait de l’ ‘Église conciliaire’. Mais s’il existe une Église conciliaire, il existe nécessairement une ‘Église non conciliaire’. Car tout comme le désordre n’est concevable que par rapport à un ordre, une ‘Église conciliaire’ ne peut se concevoir que par rapport à une ‘Église non conciliaire’. Y aurait-il deux Églises ? Le concept choquerait plus d’un théologien. Jésus-Christ n’a fondé qu’une seule et unique Église qui se maintient grâce à la succession apostolique. Pourtant des révélations privées récentes ont parlé de deux Églises. Dans les années 1960, saint Padre Pio dit un jour avec tristesse à Don Amorth : ‘Vous savez, Gabriele ? Satan s’est introduit au sein de l’Église et, dans très peu de temps, il arrivera à gouverner une fausse Église’. Certes, Padre Pio ne parle pas d’ ‘Église conciliaire’, mais de ‘fausse Église’. Quoi qu’il en soit, il eut la révélation qu’à court terme nous verrions la naissance d’une fausse Église à côté de la vraie »[30].

Sans aller jusqu’à parler de fausse Église, peut-on se demander s’il n’existerait pas en droit une Église latine différente de celle inséparable du nouveau rite ? L’on pourrait penser que oui : les fidèles attachés à la liturgie latine devraient ne dépendre que d’évêques catholiques propres à ce rite et donc à l’Église rituelle correspondante, comme le veut la pratique de l’Église, et qui ne peut donc être l’Église latine prétendument réformée, de même que l’Église assermentée (et rapidement schismatique) différait sous la Révolution de l’Église insermentée ou réfractaire. Le « Concile » ou ses suites auraient donc fait naître une nouvelle Église rituelle : l’Église latine (entièrement, chose inouïe) « réformée », et qui a précisément voulu tout réviser (Sacrements, Sacramentaux, Code de droit canonique, usages, etc.) : « que, là où il en est besoin [?], on les révise entièrement avec prudence [NDLR : hum…] dans l’esprit d’une saine tradition [?!] et qu’on leur rende une nouvelle vigueur en accord avec les circonstances et les nécessités d’aujourd’hui »[31].

L’on peut donc s’interroger sur la valeur des paroles de Benoît XVI : « Il n’est pas convenable de parler de ces deux versions du Missel Romain comme s’il s’agissait de ‘deux Rites’. Il s’agit plutôt d’un double usage de l’unique et même Rite »[32]. François le contredit… mais également l’histoire réelle, car il est patent que les fidèles traditionnels ne se reconnaissent pas entièrement dans les formules, canons, etc. de cette Église rituelle latine prétendument réformée, puisque tout en conservant le même siège et les mêmes édifices, les Catholiques attachés au rite latin immémorial considèrent depuis 50 ans qu’on leur a changé leur religion[33].

« Le Missel réformé a été une catastrophe à tous les niveaux : liturgique, dogmatique et moral. Le résultat, évident aux yeux de tous, est qu’il a vidé les églises, les couvents et les séminaires. Ne pouvant l’imposer par la force de la tradition, qu’il ne véhicule pas, on cherche à l’imposer à coups de lois »[34]. En effet, déplorait Mgr Gamber : « Aujourd’hui, nous nous trouvons face aux ruines d’une Tradition presque bimillénaire », et la crise que nous souffrons est absolument unique. Cristiana de Magistris ajoute : « Que le Rite romain ne survive plus dans le Missel réformé de Paul VI, ce sont des liturgistes, amis et ennemis de la Tradition, qui le disent. Dès lors, le Missel réformé – comme l’affirme K. Gamber – mérite le titre de Missel modernus mais non pas de romanus ».

Ce qui est dit du missel, selon l’adage lex orandi, lex credendi, ne doit-il pas l’être également du rite lui-même, et donc de l’Église rituelle qu’est l’Église latine ? Pour Gamber : « Plus d’un auteur (Gaetano, Suarez) exprime l’opinion selon laquelle l’abolition du Rite traditionnel ne rentre pas dans les pouvoirs du Pape […] et qu’il n’est certainement pas du devoir du Siège apostolique de détruire un Rite de tradition apostolique mais que son devoir est de le maintenir et de le transmettre »[35] : or, puisque le but clairement poursuivi est l’extinction du rite romain traditionnel et l’intégration de ses fidèles au rite réformé, il existe pour tout corps vivant une loi imprescriptible : l’instinct de survie.

« Lorsque, le 3 avril 1969, Paul VI promulgua le Novus Ordo Missae, il pensait au fond qu’au bout de quelques années la messe traditionnelle ne serait plus qu’un souvenir. La rencontre de l’Église et du monde moderne […] prévoyait la disparition de tout l’héritage de l’Église ‘constantinienne’. Et l’ancien rite romain, restauré par saint Pie V en 1570, après la dévastation liturgique protestante, semblait destiné à disparaître. Jamais prévision ne fut plus démentie par les faits »[36].

Benoît XVI « rendit son plein droit d’existence à l’ancien rite romain (malheureusement appelé « forme extraordinaire ») qui, juridiquement, n’avait jamais été abrogé mais s’était trouvé, de fait, interdit pendant quarante ans »[37]. Il est une « immuable lex orandi qu’aucun pape jamais ne pourra abroger »[38].

« Le pape François n’a pas jugé nécessaire d’intervenir devant la déchirure de l’unité provoquée par les évêques allemands, souvent tombés dans l’hérésie au nom du concile Vatican II, mais il semble convaincu que les seules menaces contre l’unité de l’Église viennent de ceux qui ont posé des questions à propos de ce concile, comme des questions ont été posées, sans jamais avoir reçu de réponse, à propos d’Amoris Laetitia »[39].

De même, note en souriant M. de Lassus,
« C’est exactement l’inverse de ce qu’affirme Querida Amazonia qui, à propos de ‘la multiple richesse des dons et des charismes que l’Esprit répand dans la communauté’, dit : ‘L’Eucharistie, source et sommet, exige que cette richesse multiforme se développe’ (n° 92) et précise : ‘La diversité légitime ne nuit pas à la communion et à l’unité de l’Église, mais elle la manifeste et la sert, ce dont témoigne la pluralité des rites et des disciplines existants’ (n° 111). Pourquoi la diversité amazonienne ne nuit pas à l’unité mais au contraire la renforce, alors que la diversité au sein du rite romain lui nuirait ? De même, dans la déclaration d’Abou Dhabi, il est affirmé : ‘Le pluralisme et les diversités de religion [sic !], de couleur, de sexe, de race et de langue sont une sage volonté divine’. Pourquoi la diversité des rites ne le serait pas ? ».

            Mais François a-t-il seulement lu… les textes du concile vaticandeux ?

« Obéissant fidèlement à la Tradition, le saint Concile déclare que la sainte Mère l’Église considère comme égaux en droit et en dignité tous les rites légitimement reconnus, et qu’elle veut, à l’avenir, les conserver et les favoriser de toutes manières »[40].

Et comment le rite propre et au moins semi-millénaire de la principale Église rituelle au sein de l’Église universelle – qui selon ledit concile « subsiste dans » l’Église catholique, tandis que nous l’affirmons persister dans cette même Église et lui être identifiée – pourrait-il ne plus être reconnu ? Quand bien même, Benoît XVI a affirmé que « ce Missel n’a jamais été juridiquement abrogé »[41], et François ne l’a pas canoniquement supprimé[42].

Mais avec un admirable à-propos :

« L’époque étant aux ‘mesures barrières’, le Motu proprio établit que le rite ancien n’a plus aucun droit de cité dans les églises paroissiales, et ce immédiatement, tant le risque de contagion semble devenu grand. La célébration de l’ancien rite ne pourra se faire que dans de rares lieux dûment certifiés par l’évêque. Ainsi, comme les lépreux autrefois, pour éviter toute contagion, les fidèles contaminés par l’Usus antiquior seront tenus soigneusement à l’écart des communautés paroissiales. […] Ceux-ci sont devenus en quelque sorte les lépreux de l’Église conciliaire »[43].

Il « manifeste son refus de la lex orandi traditionnelle et, implicitement, de la lex credendi exprimée par l’ancien rite. La paix que le motu proprio de Benoît XVI avait tenté d’assurer dans l’Eglise est finie et Josef Ratzinger, est condamné à assister, huit ans après sa renonciation au pontificat, à la guerre déclarée par son successeur, comme dans l’épilogue d’une tragédie grecque »[44].

Les années de « restauration » vécues sous Benoît XVI (mais entamées dès 2003) sont révolues, que personne ne se leurre plus. Aujourd’hui, les prêtres et fidèles refusant célébration comme concélébration de la liturgie prétendument réformée doivent se préparer spirituellement, psychologiquement et matériellement à ne plus pouvoir célébrer la liturgie latine traditionnelle dans les églises publiques.

« Nous-mêmes, qui avons la chance imméritée de connaître la messe tridentine et d’en bénéficier, nous possédons un trésor dont nous ne mesurons pas toujours toute la valeur […]. Quand quelque chose de précieux est attaqué ou méprisé, on en mesure mieux toute la valeur. Puisse ce ‘choc’ provoqué par la dureté des textes officiels du 16 juillet dernier, servir pour que notre attachement à la messe tridentine soit renouvelé, approfondi, redécouvert ; cette messe, notre messe, doit être réellement pour nous comme la perle de l’Évangile pour laquelle on renonce à tout, pour laquelle on est prêt à tout vendre. Celui qui n’est pas prêt à verser son sang pour cette messe n’est pas digne de la célébrer. Celui qui n’est pas prêt à renoncer à tout pour la garder n’est pas digne d’y assister »[45]. 

 « Douter du Concile, c’est […] finalement, douter du Saint-Esprit lui-même qui guide l’Église » écrivait François aux évêques le 16 juillet[46]. Le but affiché : « pourvoir au bien – mais puisque c’est pour votre bien, vous dit-on ! – de ceux qui sont enracinés dans la forme de célébration précédente et ont besoin de temps pour revenir au Rite romain promulgué par les saints Paul VI et Jean-Paul II »[47]. Comme le commente le Pr de Mattei, « pour atteindre cet objectif, il faut une patiente rééducation des récalcitrants »[48].

 Interrompu le 7 juillet 2007, le compte-à-rebours de destruction programmée du rite bimillénaire de l’Église latine (et non romaine, comme dit par la lettre apostolique) a été réactionné par François, avec la complicité active de nombreux évêques, même si c’est tout l’épiscopat qui est sommé d’agir, présenté comme étant à l’initiative : réconforté par saint Pie V lui-même (sic !)[49] – « Le motu proprio invoque donc l’autorité de qui le condamne »[50] (C. de Magistris) – et « Répondant à vos demandes, je prends la ferme décision – avec le secours de Votre sainte grâce ? – d’abroger toutes les normes, instructions, concessions et coutumes antérieures à ce Motu Proprio, et de conserver les livres liturgiques promulgués par les Saints Pontifes Paul VI et Jean-Paul II, conformément aux décrets du Concile Vatican II, comme la seule expression de la lex orandi du rite romain »[51]. Et ceux qui ne veulent pas y revenir, au nom du « pas de retour en arrière »… ? Et ceux qui ne l’ont jamais suivi ?

« Sur le plan du droit, la révocation de la liberté de chaque prêtre de célébrer selon les livres liturgiques antérieurs à la réforme de Paul VI est un acte manifestement illégitime. Le Summorum Pontificum de Benoît XVI a rappelé effectivement que le rite traditionnel n’a jamais été abrogé et que chaque prêtre a pleinement le droit de le célébrer où que ce soit dans le monde. Traditionis custodes interprète ce droit comme un privilège concédé comme tel par le Législateur Suprême. Ce modus procedendi est en tout cas tout à fait arbitraire parce que la licéité de la messe traditionnelle ne naît pas d’un privilège mais de la reconnaissance d’un droit subjectif de chaque fidèle, qu’il soit laïc, clerc ou religieux. Benoît XVI en fait n’a jamais rien « concédé » mais il n’a fait que reconnaître le droit d’utiliser le missel de 1962, ‘jamais abrogé’, et d’en recueillir les fruits spirituels. Le principe que reconnaît le document Summorum Pontificum est le caractère immuable de la bulle Quo primum de saint Pie V, du 14 juillet 1570 »[52].

Alors que nous avons célébré le 7 octobre dernier le 450e anniversaire de la victoire de Lépante, faut-il rappeler les paroles finales du même saint Pie V lors de l’extension universelle du Missel Romain, en date du 14 juillet 1570 ?

Les « prêtres de quelque nom qu’ils seront désignés, ou les religieux de n’importe quel ordre, ne peuvent être tenus de célébrer la messe autrement que nous l’avons fixée, et jamais et en aucun temps qui que ce soit ne pourra les contraindre et les forcer à laisser ce missel ou à abroger la présente instruction ou la modifier, mais qu’elle demeurera toujours en vigueur et valide, dans toute sa force […]. Qu’absolument personne, donc, ne puisse déroger à cette page qui exprime Notre permission, Notre décision, Notre ordonnance, Notre commandement, Notre précepte, Notre concession, Notre indult, Notre déclaration, Notre décret et Notre interdiction, ou n’ose témérairement aller à l’encontre de ses dispositions. Si cependant quelqu’un se permettait une telle altération, qu’il sache qu’il encourrait l’indignation de Dieu tout-puissant et de ses bienheureux apôtres Pierre et Paul » (bulle Quo primum tempore[53]).

Que ce ‘quelqu’un’ se le tienne pour dit, puisque selon Roberto de Mattei, il « a pour objectif de réprimer toute expression de fidélité à la liturgie traditionnelle. Mais il aura pour effet d’attiser une guerre qui, inévitablement, débouchera sur le triomphe de la Tradition de l’Église »[54].

« En bonne logique, l’ère de l’herméneutique de la continuité, avec ses équivoques, ses illusions et ses efforts impossibles, est drastiquement révolue, balayée d’un revers de manche »[55]. « Traditionis custodes prive du bien spirituel de la messe de toujours ceux qui ont un droit inaliénable à ce bien dont ils ont besoin pour persévérer dans la foi », et « confirme le processus de centralisation du pouvoir du pape François, en contradiction avec ses références récurrentes à la ‘synodalité’ dans l’Église »[56].

Le temps des ténèbres a commencé, et Notre Seigneur nous avertit : par la sainte liturgie immémoriale, par les Sacrements,

« La lumière est encore pour un peu de temps au milieu de vous. Marchez, pendant que vous avez la lumière, afin que les ténèbres ne vous surprennent point : celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière. Jésus dit ces choses, puis il s’en alla, et se cacha loin d’eux » (Joann. XII, 35-36).

Que le souvenir des tristes événements vécus en France lors du premier confinement, avec la complicité et culpabilité actives du haut-clergé, et de trop de clercs (même parfois d’« instituts signataires »), soit pour nous le signe, le marqueur d’un avenir à préparer dès maintenant :

  • Le temps des catacombes commence, dont acte.
  • Le relèvement postérieur à la crise est à préparer dès aujourd’hui.

Formons-nous ; sanctifions-nous ; édifions en nous et autour de nous le Règne de Dieu.

            Pour finir, méditons les paroles adressées par Véronique Lévy à ses frères prêtres[57]. Que de belles choses prépare actuellement le Bon Dieu, comme la conversion de la sœur de l’un des représentants les plus autorisés du système antichrétien qui paraît triompher… comme un certain Vendredi de l’an 33. Une autre Véronique, autre Chrétienne venue du judaïsme, s’était déjà illustrée, courageusement, en femme virile, tandis que les Apôtres se comportaient – hormis saint Jean – en traîtreuses femmelettes, premier épisode évangélique de la collégialité.

Symboliquement, la descendance apostolique de Judas est si nombreuse… Que saint Jean se hâte donc de réveiller dans le corps épiscopal les grâces de fidélité et de courage qui en firent le seul Apôtre digne parmi tout le Collège apostolique, à l’heure décisive du Sacrifice du Christ.

Voici que notre sainte Mère l’Église revit la Passion, en cette époque où il nous est mystérieusement donné de vivre. Cela fut moultes fois prédit, prophétisé, et une analyse spirituelle et surnaturelle ne peut aujourd’hui que le confirmer.

Dictature ecclésiale doublée d’une dictature étatique en marche : que faut-il pour que le Clergé ouvre les yeux ? Et se contentera-t-il de mouvements de paupières ?

A perfidia Cleri, libera nos Domine.
Deus meus, dona nobis viri ut sacerdotes.
Deus meus, dona nobis sancti viri ut sacerdotes.
Deus meus, dona nobis multi sanctique viri ut sacerdotes [58].

Abbé Louis de Saint-Taurin +

Notes:

[1] « Jusqu’où Seigneur ? » (Ps. XII).

[2] Nous savons ce qu’il faut penser des rapports comme des experts autoproclamés : Le blog de Jeanne Smits: La face cachée de l’histoire de “Traditionis custodes”

[6] Et non faire payer les fidèles !

[8] https://laportelatine.org/actualites/communiques/peut-on-esperer-une-reaction-de-rome-leveque-devreux-participe-a-une-ordination-de-femmes; https://laportelatine.org/actualites/publications/clovis-fideliter/le-diocese-devreux-est-il-catholique-par-come-previgny

[24] Alors qu’il y a pourtant un contre-exemple criant : l’Union Européenne considère ses diktats comme supérieurs à la souveraineté des États membres, ce contre quoi lutte actuellement la Pologne.

[42] Benoît XVI précise encore : « La dernière version du Missale Romanum, antérieure au Concile, qui a été publiée sous l’autorité du Pape Jean XXIII en 1962 et qui a été utilisée durant le Concile, pourra en revanche être utilisée comme Forma extraordinaria de la Célébration liturgique », ce qui ne pouvait donc pas être le cas avant 2007…

[49] « La lettre de présentation du Motu proprio ajoute que sa démarche est comparable à celle ayant inspiré la bulle Quo primum tempore de saint Pie V. Il y a là une contre-vérité manifeste, car saint Pie V a éliminé le nouveau (à savoir tout ce qui avait moins de 200 ans) pour ne conserver que l’ancien (à savoir tout ce qui pouvait justifier d’un usage continu depuis au moins 200 ans), alors que Traditionis custodes élimine tout ce qui est ancien […] pour imposer que ce qui est nouveau (c’est-à-dire ce qui a été créé de toutes pièces il y a à peine 50 ans). Ainsi, en suivant les critères définis par saint Pie V, le nouvel Ordo Missae (NOM) aurait été interdit, puisqu’il ne peut justifier d’un usage continu depuis 200 ans » (M. de Lassus, Pourquoi la diversité amazonienne ne nuit pas à l’unité mais au contraire la renforce, alors que la diversité au sein du rite romain lui nuirait ? – Le Salon Beige).

[53] Quo primum tempore : la bulle qui rend libre à perpétuité la messe traditionnelle – Vive le Roy. Le cardinal Medina Estevez, qui vient de nous quitter (R.I.P.), soutint en tant que Préfet du Culte divin que ce document n’avait… aucune force contraignante !

[58] De la perfidie du Clergé, libérez-nous Seigneur.
Mon Dieu, donnez-nous des prêtres virils.
Mon Dieu, donnez-nous de saints prêtres virils.
Mon Dieu, donnez-nous beaucoup de saints prêtres virils.

2021-54. Testament de Sa Majesté la Reine Marie-Thérèse de France.

19 octobre,
Fête de Saint Théofrède de Carméri, abbé et martyr (cf. > ici) ;
Mémoire de Saint Pierre d’Alcantara, confesseur ;
Mémoire de la Bienheureuse Agnès de Jésus (cf. > ici et > ici) ;
Anniversaire de la mort de S.M. la Reine Marie-Thérèse de France.

Marie-Thérèse-Charlotte de France - Antoine-Jean Gros 1816

Marie-Thérèse-Charlotte de France (1778-1851),
Fille de France,
- « Madame Royale » à sa naissance (19 décembre 1778) ;
- SAR Madame la duchesse d’Angoulême, à partir de son mariage (9 juin 1799) ;
- Madame la Dauphine de France, à la mort de SMTC le Roi Louis XVIII (16 septembre 1824) ;
- SM la Reine Marie-Thérèse, à la mort de SMTC le Roi Charles X (6 novembre 1836) ;
portant en exil le titre de comtesse de Marnes.

Sa Majesté la Reine Marie-Thérèse de France, née Marie-Thérèse-Charlotte de France, fille de leurs Majestés le Roi Louis XVI et la Reine Marie-Antoinette de Habsbourg-Lorraine, est pieusement décédée en exil, en son château de Frohsdorf, proche de Vienne en Autriche, le dimanche 19 octobre 1851 à 11 h et quart du matin.
C’est, selon le diagnostic des médecins qui l’ont soignée dans sa dernière et courte maladie, une pleuro-pneumonie qui l’a emportée, à l’âge de 72 ans et 10 mois.

La nouvelle de sa mort arriva à Paris le mercredi 22 octobre et y suscita une grande émotion, et pas uniquement dans les milieux légitimistes, car, ainsi que l’écrit Hélène Becquet (note) : « Celle qui incarnait la royauté persécutée par les révolutions meurt sur sa terre d’exil et avec elle tout un pan de l’histoire de la royauté semble disparaître ».
Pendant des semaines, les cérémonies religieuses vont se succéder : des services funèbres seront célébrés dans plus d’une centaine de villes, et dans plus d’une vingtaine d’entre elles l’évêque lui-même pontifiera. Le Midi de la France se distinguera particulièrement par le nombre et la ferveur des hommages publics à sa pieuse mémoire.
Même le « prince-président », Louis-Napoléon Bonaparte (il est vrai aussi que, préparant son coup d’état, Louis-Napoléon se ménage l’appui des catholiques et de tout ce qu’il y a de « conservateur » en France), assiste à Saint-Cloud à une Messe de Requiem célébrée pour celle qui est tout à la fois fille, sœur, nièce, épouse et tante de Rois : leurs Majestés les Rois Louis XVI, Louis XVII, Louis XVIII, Charles X, Louis XIX et Henri V.

château de Frohsdorf (près de Vienne)

Le château de Frosdorf, près de Vienne :
acheté en 1839 par le duc de Blacas pour le compte du « comte et de la comtesse de Marnes »
c’est-à-dire pour Leurs Majestés le Roi Louis XIX et la Reine Marie-Thérèse ;
à la mort de cette dernière le château devient la propriété de la « comtesse de Chambord »,
épouse de SM le Roi Henri V 
qui y décédera lui-même le 24 août 1883.

On trouvera ci-dessous le texte complet du testament de cette pieuse Reine dont le règne (6 novembre 1836 – 3 juin 1844) se passa tout entier en terre d’exil.
Malgré le caractère un peu fastidieux du détail des legs qu’elle veut voir accomplis après sa mort, nous avons tenu à publier l’intégralité de ce testament car au-delà des détails de cette liste, nous devrons admirer en ces dispositions la ferme volonté de cette édifiante Princesse de ne voir aucun de ses fidèles amis et serviteurs rester sans récompense ni témoignage de sa sincère reconnaissance.
On sera surtout profondément édifié des sentiments d’humilité, de soumission à Dieu, de pardon et de foi dont ces lignes témoignent.

Nous nous souviendrons surtout que la Dauphine puis Reine de France, sera la principale éducatrice de son neveu, Henri, duc de Bordeaux puis comte de Chambord, et que c’est principalement d’elle que notre grand et cher Henri V tient sa parfaite éducation politique, sans contamination avec les faux principes de la révolution et du libéralisme. En définitive, le « testament politique » de la Reine Marie-Thérèse se trouve tout entier dans la fermeté héroïque et dans la défense courageuse des principes traditionnels de la royauté, que maintiendra contre vents et marées le très avisé et très sage Henri V.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

Crypte renfermant les tombes royales au couvent de la Castagnevizza

Le « Saint-Denis de l’exil » : crypte renfermant les tombes de leurs Majestés Charles X,
Louis XIX et Marie Thérèse de France, Henri V et Marie-Thérèse d’Autriche-Este,
et de la Princesse Louise d’Artois duchesse souveraine, puis régente, de Parme.
La tombe de la Reine Marie-Thérèse de France est la première à droite en entrant.

frise lys

 Testament de Sa Majesté la Reine Marie-Thérèse de France :
(l’original se trouve aux archives de Vienne – Autriche)

Au nom de la Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit.

Je me soumets en tout aux volontés de la Providence, je ne crains pas la mort et malgré mon peu de mérites, je m’en rapporte entièrement à la miséricorde infinie de Dieu, lui demandant toutefois le temps et la grâce de recevoir les derniers sacrements de l’Eglise, avec la piété la plus fervente.
Je meurs dans la religion catholique, apostolique et romaine dans laquelle j’ai vécu aussi fidèlement qu’il m’a été possible et à qui je dois toutes les consolations de ma vie.

A l’exemple de mes parents, je pardonne de tout mon cœur et sans exception à tous ceux qui ont pu me nuire et m’offenser, demandant sincèrement à Dieu d’étendre sur eux Sa miséricorde, aussi bien que sur moi-même, et le suppliant de m’accorder le pardon de mes fautes.
Je remercie tous les Français qui sont restés attachés à ma famille et à moi, des preuves de dévouement qu’ils nous ont données, des peines qu’ils ont subies à cause de nous.
Je prie Dieu de répandre Ses bénédictions sur la France que j’ai toujours aimée au milieu même de mes plus amères afflictions.

Je remercie l’empereur d’Autriche de l’asile qu’il a accordé à ma famille et à moi dans ses Etats. Je suis reconnaissante des preuves d’intérêt et d’amitié que j’ai reçues de la famille impériale, surtout dans des circonstances bien douloureuses, et des sentiments que m’ont manifestés plusieurs personnes dans ce pays, particulièrement les habitants de Gorice [sic].

Ayant toujours considéré mon neveu Henri et ma nièce Louise comme mes enfants, je leur donne ma bénédiction maternelle, ils ont eu le bonheur d’être élevés dans les principes de notre sainte religion, qu’ils soient toujours les dignes descendants de Saint Louis. Puisse mon neveu consacrer ses heureuses facultés à l’accomplissement des grands devoirs que sa position lui impose. Puisse-t-il ne s’écarter jamais des voies de la modération, de la Justice et de la Vérité.

J’institue mon neveu Henri, comte de Chambord, pour mon héritier universel.

Je nomme le duc de Blacas, le comte de Montbel, le comte de Bouillé et le baron Billot pour mes exécuteurs testamentaires.

Je donne et lègue à ma nièce Thérèse, archiduchesse d’Autriche, comtesse de Chambord, ma terre de Frohsdorf en Basse-Autriche.

Ma cassette contenant mes diamants, perles et bijoux et l’étui de ceux qu’elle renferme et ceux déposés au Trésor impérial à Vienne, ainsi que mes papiers d’affaire, sera remise à mes exécuteurs testamentaires après ma mort.
Mes diamants et perles seront partagés également par tiers entre mon neveu Henri, comte de Chambord, mes deux nièces Thérèse, comtesse de Chambord, et Louise, duchesse de Parme.

Je lègue à la comtesse Marie-Anne Ezterhazy, un rang de perles en souvenir de mon amitié pour sa mère et pour elle. Ces perles seront prélevées sur ma cassette par mes exécuteurs testamentaires avant le partage ci-dessus.

Je veux être enterrée à Gorice [sic] dans le caveau des Franciscains près de mon mari et de son père. Il ne sera pas célébré de service solennel, des messes seront dites pour le salut de mon âme.

Je défends qu’on procède à l’autopsie de mon corps.

Je lègue une somme de vingt-cinq mille francs à faire dire des messes de mort à mon intention. Je lègue aux pauvres une somme égale de vingt-trois mille francs. Mes exécuteurs testamentaires règleront l’emploi de ces deux sommes.

Je lègue le grand portrait de mon neveu peint à Rome à sa sœur et le grand portrait de celle-ci à sa mère qui le l’a donné.

Je laisse à Mme la duchesse de Blacas douairière mon petit crucifix en or qui est indulgencié.
Je laisse à Mme la duchesse d’Escars mon album peint par elle et les dames de la Maison de mon mari.
Je lègue au comte Charles O’Hegerty mon écuyer une somme de cinquante mille francs une fois payée.
Je lègue à la comtesse Caroline de Choiseul qui a été près de moi une somme annuelle de trois mille francs.
Je lègue au baron Théodore Charlet, qui m’a bien servie pendant de nombreuses années, une somme de cent mille francs, ma petite argenterie et la pendule qui est dans mon salon que je lui avais donnée.
Je lègue à Mlle Sophronie Bougon la continuation de trois mille francs de pension annuelle que je lui ai accordée à la mort de son père.
Je lègue à Marie et Henri de Sainte-Preuve, les deux enfants de Mme de Sainte-Preuve, ma première femme, la somme de cent mille francs à chacun dont leur mère aura la jouissance.
Je lègue à Mme de Sainte-Preuve toute ma garde-robe ainsi que les bijoux en or, en corail et pierre noire qui sont dans ma cassette.

Je veux que toutes les feuilles, papiers et livres écrits de ma main qui sont dans ma cassette ou dans mes tables soient brûlés par mes exécuteurs testamentaires.

Je lègue à Mme Narcisse Le Roux, ma seconde femme, une somme de vingt mille francs réversible à ses enfants.
Je lègue à Patinote et Louis Le Lièvre, mes deux valets de chambre, à chacun une somme de vingt mille francs.
Je donne à Tom Ford une somme de vingt mille francs y compris les douze mille francs dont je lui fais la rente depuis son mariage.
Je donne à mes deux cochers André et Joseph une année de gages.

Mes chevaux et mes voitures seront vendus et le produit de cette vente sera partagé entre Narcisse Le Roux et mes deux gens d’écurie.

Fait et entièrement écrit de ma main en mon château de Frohsdorf le 1er juillet 1851
Marie-Thérèse-Charlotte de France, comtesse de Marnes.

testament de SM la Reine Marie-Thérèse de France

Image diffusée après la mort de la Reine Marie-Thérèse
sur laquelle figurent les phrases les plus emblématiques de son testament

frise lys

Note :
Hélène Becquet « Marie-Thérèse de France – l’orpheline du Temple » – éd. Perrin 2012.

2021-53. «(…) Ces esprits de malice contre qui il nous est commandé de lutter (…)»

21ème dimanche après la Pentecôte.

ténèbres

Le sermon CCXXII de Saint Augustin est un court sermon prononcé pendant la Sainte Nuit Pascale : il y commente les paroles de Saint Paul qui nous sont données à méditer dans l’épître du 21ème dimanche après la Pentecôte, à propos des esprits de ténèbres. On peut résumer le propos de notre Bienheureux Père Saint Augustin de la sorte : En dissipant les ténèbres de cette nuit où nous veillons solennellement pour prier, rappelons-nous que nous devons lutter contre les esprits de ténèbres qui cherchent constamment à nous nuire.

* * * * *

Quoique la solennité même de cette sainte nuit vous excite à veiller et à prier, mes bien-aimés, nous ne devons pas moins sérieusement vous adresser la parole ; c’est à la voix du pasteur d’éveiller le troupeau sacré pour le mettre en garde contre les bêtes nocturnes, contre les puissances ennemies et jalouses, contre les esprits de ténèbres : « Nous n’avons pas, dit l’Apôtre, à lutter contre la chair et le sang », en d’autres termes, contre des hommes faibles et revêtus d’un corps mortel : « mais contre les princes, les puissances et les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits de malice répandus dans le ciel » (Ephés. VI, 12).

N’en concluez pas que le démon et ses anges, désignés par ces expressions de l’Apôtre, gouvernent le monde dont il est écrit : « Et le monde a été fait par lui » (Jean I, 10). Car, après les avoir nommés les dominateurs du monde, lui-même a craint qu’on ne comprît ici le monde désigné tant de fois dans l’Ecriture sous les noms du ciel et de la terre, et comme pour s’expliquer il a ajouté aussitôt : « de ténèbres », autrement : d’infidèles.
Aussi dit-il à ceux qui dès lors étaient devenus fidèles : « Autrefois vous étiez ténèbres, vous êtes maintenant lumière dans le Seigneur » (Eph. V, 3). Si donc ces esprits de malice sont dans le ciel, ce n’est pas dans le ciel où brillent les astres qui y sont placés avec tant d’ordre et où demeurent les anges, mais dans la sombre habitation de cette basse atmosphère où s’épaississent les nuages, et dont il est écrit : « Il couvre le ciel de nuées » (Ps. CXLVI, 8). Là aussi volent les oiseaux, et on les appelle : « Les oiseaux du ciel » (Ps. XLIX, 11). C’est donc dans ce ciel inférieur et non point dans la sereine tranquillité du ciel supérieur qu’habitent ces esprits de malice contre qui il nous est commandé de lutter, pour mériter, après avoir vaincu les mauvais anges, d’être associés au bonheur éternel des bons anges. Voilà pourquoi, en parlant ailleurs de l’empire ténébreux du diable, le même Apôtre dit : « Selon l’esprit de ce monde, selon le prince des puissances de l’air, lequel agit maintenant dans les enfants de la défiance » (Eph. II, 2). Par conséquent, l’esprit de ce monde ne signifie autre chose que les dominateurs du monde ; et de même que l’Apôtre indique ce qu’il entend par l’esprit de ce monde en ajoutant : « Les fils de la défiance », ainsi explique-t-il aussi sa pensée en mettant : « De ténèbres ». A ces mots également : « Le prince des puissances de l’air », il oppose ceux-ci : « Dans le ciel ».

Grâces donc au Seigneur notre Dieu qui nous a délivrés de cette puissance de ténèbres et qui nous a transférés dans le royaume du Fils de son amour (cf. Colos. I, 12, 13). Mais une fois séparés de ces ténèbres par la lumière de l’Evangile, et rachetés de cette tyrannie au prix d’un sang divin, veillez et priez pour ne succomber pas à la tentation (cf. Matt. XV, 41). Vous qui avez la foi agissant par la charité (cf. Gal. V, 6), de votre cœur a été expulsé le prince de ce monde (cf. Jean, XII, 31) ; mais il rôde au dehors, comme un lion rugissant, cherchant quelqu’un à dévorer (cf. I Pierre V, 3). Peu lui importe par où il entre ; ne lui laissez donc aucune ouverture, et pour vous défendre, faites demeurer en vous Celui qui l’a expulsé en souffrant pour vous. Quand il vous dirigeait, « vous étiez ténèbres; mais vous êtes maintenant lumière dans le Seigneur ; vivez comme des enfants de lumière » (Eph. V, 8) ; en garde contre les ténèbres et les puissances de ténèbres, veillez au sein de la lumière où vous venez de naître ; et du sein de cette lumière qui est comme votre mère, implorez le Père des lumières.

Combat de St Michel et des anges.

2021-52. Le 13 octobre, nous fêtons le Bienheureux Pierre-Adrien Toulorge, chanoine régulier de Prémontré, victime de la Terreur, martyr de la Vérité.

13 octobre,
Fête du Bienheureux Pierre-Adrien Toulorge, prêtre martyr de la révolution ;
Mémoire des Saints Martial et Fauste, martyrs.

palmes

Muneville le Bingard - le village et l'église carte postale ancienne

Au centre du village de Muneville-le-Bingard, l’église Saint-Pierre,
où fut baptisé le Bienheureux Pierre-Adrien Toulorge le jour-même de sa naissance : 4 mai 1757

Pierre-Adrien Toulorge est né et a été baptisé le 4 mai 1757, dans une modeste famille chrétienne – laboureurs de père en fils – à Muneville-le-Bingard, paroisse sise à quelque deux lieues et demi au nord de Coutances.
Pierre-Adrien était le dernier d’une fratrie de trois : sa mère mourut quatre jours après sa naissance. Quatre ans et demi plus tard, son père se remaria avec une veuve exemplaire.
La paroisse de Muneville-le-Bingard, d’après les renseignements que l’on peut trouver dans les registres et témoignages de l’époque, était plutôt fervente et exemplaire, guidée par un curé et deux vicaires pieux et édifiants. En témoignent les onze vocations sacerdotales qui en sortirent pendant cette période.
Pierre-Adrien, qui avait des prédispositions pour les choses religieuses, fut initié à la langue latine par l’un des vicaires. Sa vocation s’éveillant et s’affermissant, il partit pour le collège de Coutances, dont le supérieur et les régents étaient des prêtres et qui avait excellente réputation.
Du collège, où il avait suivi le cours de philosophie, le jeune homme entra ensuite au grand séminaire qui était tenu par les Eudistes – qu’on appelait alors « prêtres de la mission » – pour faire sa théologie. Le supérieur du séminaire était le Révérend Père François Lefranc, qui sera du nombre des martyrs des Carmes, le 2 septembre 1792. Tonsuré et minoré le 12 juin 1778, il fut ordonné sous-diacre le 23 septembre 1780, puis diacre le 8 mai 1781. En revanche la date exacte de son ordination sacerdotale, probablement au printemps ou au début de l’été 1782, nous est inconnue.

Doville l'ancienne église

La vieille église de Doville (XIème siècle), isolée sur une colline :
elle vit les prémices du ministère du Bienheureux Pierre-Adrien Toulorge

Le jeune prêtre, âgé de 25 ans, fut nommé vicaire à Doville, une minuscule paroisse au nord de Neufmesnil : bourg se trouvant lui-même environ 5 lieues au nord de Muneville-le-Bingard.
La cure de Doville dépendait de l’abbaye de Blanchelande, toute proche.

L’abbaye Notre-Dame et Saint-Nicolas de Blanchelande avait été fondée au XIIème siècle. C’était une abbaye de Prémontrés.
Les Prémontrés sont des chanoines réguliers de Saint Augustin, fondés par Saint Norbert de Xanten en 1121. Ce sont donc des réguliers, mais ils assurent un ministère paroissial. A la veille de la révolution, il y avait en France une centaine d’abbayes de Prémontrés desservant près d’un millier de paroisses.

Abbaye de Blanchelande état actuel

Le pavillon abbatial de l’abbaye de Blanchelande, à Neufmesnil :
lorsque Pierre-Adrien Toulorge y entra, la communauté n’était pas très nombreuse.
Confisquée puis vendue comme bien national, une partie de ses bâtiments conventuels,
et surtout l’église abbatiale dans son intégralité, ont été malheureusement démolis.

Le curé de Doville était donc un chanoine régulier Prémontré, le Révérend Père François Le Canut, donc l’exemple devait être particulièrement édifiant puisque le cœur de son vicaire fut peu à peu gagné à l’idéal des fils de Saint Norbert, si bien que Pierre-Adrien demanda – et obtint – d’entrer à l’abbaye de Blanchelande en 1787. Désormais revêtu de l’habit blanc des chanoines de Prémontré, frère Pierre-Adrien fut d’abord envoyé faire son noviciat à l’abbaye de Beauport, avec d’autres jeunes confrères, puis revint dans son abbaye, où il prononce ses vœux (à cette époque les vœux temporaires n’existent pas) à l’été 1788.
Ni le nouveau chanoine – ni personne alors – ne peut penser que dans quelques mois seulement, le Royaume va basculer dans le cahot de la grande révolution…

ancien réfectoire de l'abbaye de Blanchelande, transformé en chapelle au XIXe siècle

L’ancien réfectoire des chanoines réguliers Prémontrés de Blanchelande
transformé en chapelle au XIXe siècle en conséquence de la démolition de l’église abbatiale à la révolution

Avant même de sonner le glas de la royauté, la révolution de 1789 s’attaque à l’Eglise catholique romaine : elle interdit la profession religieuse, s’empare des biens de l’Eglise (terres et bâtiments), disperse les communauté et entreprend de constituer une Eglise nationale dont elle veut aligner les principes sur ceux de la révolution. C’est la fameuse « constitution civile du clergé » qui prévoit, entre autres, que l’État assurera le traitement des évêques et des curés, qui devront être élus par les citoyens. Devenant des fonctionnaires, les ministres du culte sont contraints de prêter un serment de fidélité à la nation. Quant aux religieux, réputés inutiles et expulsés de leurs maisons, vendues comme bien national, ils reçoivent en échange une pension de l’État.

Le Révérend Père Pierre-Adrien, chassé de Blanchelande et désemparé, trouve d’abord refuge chez des amis à Neufmesnil.
Mais à l’été 1792, alors que le Pape Pie VI a condamné cette « Église constitutionnelle » organisée en dehors des principes de l’Eglise romaine, alors que, à la suite de la prise des Tuileries, le Roi et sa famille sont emprisonnés au Temple, alors que – en tous lieux – les serviteurs fidèles du Trône et de l’Autel sont jetés en prison, alors que, bientôt après, la Terreur est à l’ordre du jour et que les septembriseurs vont multiplier les massacres, alors que la république est proclamée, les prêtres reçoivent l’ordre de prêter le « serment constitutionnel ».
Dans un tel contexte, des milliers de prêtres français prennent le chemin de l’exil.
Pierre-Adrien s’embarque alors précipitamment pour Jersey, pour fuir ce régime impie. Mais presque aussitôt arrivé dans l’île – où plusieurs centaines de prêtres coutançais se sont réfugiés – il réalise son erreur : n’étant pas curé, il n’a à strictement parler pas d’obligation légale à prêter le serment, et donc – en principe du moins – aucune raison de s’exiler.
Soucieux du bien spirituel des fidèles laissés à l’abandon en Normandie, il décide de revenir discrètement en Cotentin.

Messe sous la terreur

Messe clandestine pendant la Terreur

Débarqué à Portbail vers le 20 octobre, le Père Pierre-Adrien apprend alors que la législation antireligieuse s’est encore durcie : tout émigré rentré en France est d’office condamné à mort s’il ne reprend pas le chemin de l’exil.
Il ne lui reste donc plus qu’à s’enfoncer dans le maquis.
Pendant les neuf mois qui suivent nous n’avons aucun renseignement certain sur les lieux de son ministère clandestin et de ses cachettes : sans doute passe-t-il de maison en maison, portant dans un petit sac sa soutane blanche, ses ornements liturgiques, une pierre d’autel, quelques livres et un calice d’étain avec sa patène en fer blanc, et reste probablement aux alentours des paroisses qu’il connaît, où il a de la famille et quelques amis fidèles…
La Convention, dont les ordres sont relayés par les clubs de patriotes, intensifie toujours davantage la traque des prêtres réfractaires.
Le 2 septembre 1793, véritablement épuisé par cette vie itinérante, le Père Pierre-Adrien est recueilli par une ancienne religieuse qui va s’employer à lui trouver un refuge. Las ! le lendemain, il est découvert, caché dans le grenier de la Dame Marotte Fosse qui est venue le chercher chez la religieuse et l’a emmenée, déguisé en femme, jusqu’au hameau de Neufmesnil où elle habite : mais des témoins, appâtés par la récompense promise et intrigués par l’allure étrange de la femme qui accompagne la Dame Fosse, sont allés les dénoncer.
Arrêtés, ils sont conduits à la prison de Carentan. Pierre-Adrien est terrorisé, si bien qu’au cours des interrogatoires il commence par nier avoir émigré à Jersey. Mais dans son cachot, bouleversé d’avoir menti pour sauver sa tête, il est saisi par la Grâce : il comprend que seule la Vérité le rendra libre. Alors il revient sur ses déclarations et avoue son émigration. Transféré à Coutances, il comparaît plusieurs fois devant la cour criminelle, qui siège à l’évêché. Les juges hésitent – parce qu’on n’a pas de preuves matérielles de l’émigration, hors les aveux du prêtre lui-même – mais le jugement tombe le 12 octobre, sévère, pour l’exemple : La peine de mort. La sentence sera exécutée dans les 24 heures.
Pierre-Adrien répond seulement : « Deo gratias ! » Quand il rentre à la prison, ses compagnons d’infortune croient, en voyant son visage illuminé, qu’il a été acquitté. Mais lui : « Bonne nouvelle, mes amis, mon procès a été jugé en ma faveur ». Pendant la nuit où il se prépare au martyre, il écrit à un ami : « Comment peut-il se faire, tout pécheur que je suis, que j’aie le bonheur d’être couronné du martyre ? Demain, tu auras un protecteur dans le Ciel ».

Coutances place de la Croûte

La place de la Croûte, à Coutances.
C’était une voie large et pentue sur laquelle se tenaient les foires aux bestiaux ;

c’est là que fut dressée la guillotine sous le couperet de laquelle le Père Pierre-Adrien Toulorge subit le martyre

Le 13 octobre 1793 était un dimanche, le vingt-et-unième après la Pentecôte.
Avec ses codétenus prêtres, le Père Pierre-Adrien récita le bréviaire, rempli d’une allégresse toute surnaturelle. Quand le bourreau vint le chercher, il les embrassa, les priant de ne point être tristes. Eux s’agenouillèrent pour lui demander sa bénédiction.
Sous bonne escorte (car on craignait un soulèvement), il fut conduit jusqu’à la place de la Croûte, où était dressée une guillotine. La foule était muette d’émotion. C’était la première fois depuis le début de la révolution qu’allait avoir lieu une exécution capitale.
Le jeune prêtre – il était âgé de 37 ans – était revêtu d’une espèce de longue redingote verte. On lui avait attaché les cheveux, relevés et non pas coupés.
Il monta à l’échafaud sans faiblir et sur la dernière marche, avant que les aides du bourreau ne s’emparassent de lui, il dit les mots du répons de l’office de complies : « In manus tuas, Domine, commendo spiritum meum : entre vos mains, Seigneur, je remets mon esprit ». Puis il ajouta : « Je vous demande le rétablissement et la conservation de votre Sainte Eglise. Pardonnez, je vous prie, à mes ennemis. »

Il est quatre heures et demie, lorsque le bourreau montre la tête sanglante de Pierre-Adrien à la foule qui reste silencieuse. Plusieurs témoins ont affirmé que, par delà le supplice, son visage gardait une impression d’extraordinaire sérénité.
Une charrette emmena sa dépouille jusqu’au cimetière Saint-Pierre .
Un de ses biographes a écrit : « Pierre-Adrien, ce jeune chrétien qui a voulu suivre le Seigneur dans le sacerdoce, puis dans la consécration religieuse, n’avait pas choisi d’être un martyr. Il n’avait pas un tempérament héroïque, il a été affronté à des circonstances historiques trop violentes pour lui, il a fui, il s’est caché, il a menti et sa faiblesse a bien paru lors de son procès. Mais Dieu, qu’il cherchait bravement, de tout son cœur, l’a repris. Quittant toute peur, il a alors préféré Celui qui dit : « Je suis le chemin, la Vérité et la vie », et il a connu le prix fort de cette Vérité ! C’est précisément pour cette raison que la Congrégation pour les Causes des saints a retenu sa vie et sa mort courageuse pour la proposer à la vénération des fidèles et nous encourager tous à servir la Vérité, sans crainte et sans hypocrisie ».

Église Saint-Pierre de Muneville-le-Bingard -Vitrail représentant le Bienheureux Pierre-Adrien

Vitrail de l’église de Muneville-le-Bingard
réalisé à l’occasion du centenaire du martyre du Père Pierre-Adrien Toulorge
(il n’était pas encore béatifié)

Dès le lendemain de sa mort, le Révérend Père Pierre-Adrien fut considéré par de nombreuses personnes comme un saint et qualifié de « martyr de la vérité », expression née du peuple lui-même. Il s’agissait à la fois des personnes qui l’avaient connu, mais aussi, de celles qui avaient été impressionnées par ses dernières paroles et son exécution.
Le premier centenaire de sa mort fut célébré solennellement par Monseigneur Germain, évêque de Coutances et Avranches. En 1926, le pape Pie XII béatifia les martyrs de septembre 1792, parmi lesquels le Père François Lefranc, supérieur du séminaire de Coutances à l’époque où y étudia l’abbé Toulorge, si bien que dès cette époque des démarches furent entreprises pour que le Père Pierre-Adrien soit aussi élevé sur les autels. Ces démarchess furent longues, avec des moments de stagnation. Finalement, le Révérend Père Pierre-Adrien Toulorge a été 
béatifié le 29 avril 2012 dans la cathédrale de Coutances, siège épiscopal de son diocèse d’origine et ville de son martyre, sous la présidence du cardinal Angelo Amato, mandaté de Rome par Sa Sainteté le pape Benoît XVI.

palmes

2021-51. La sainteté de Brigitte, caractérisée par la multiplicité des dons et des expériences, fait d’elle une éminente figure dans l’histoire de l’Europe.

8 octobre,
Fête de Sainte Brigitte de Suède, veuve, co-patronne de l’Europe ;
Commémoraison de Sainte Pélagie, pénitente.

Trois lys blancs

Catéchèse de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI
à l’occasion de l’audience générale
du mercredi 27
 octobre 2010 

Sainte Brigitte fondatrice

Sainte Brigitte de Suède, fondatrice de la double communauté de Vadstena

Chers frères et sœurs,

En la veille fervente du grand jubilé de l’an 2000, le vénérable serviteur de Dieu Jean Paul II proclama Sainte Brigitte de Suède co-patronne de toute l’Europe. Ce matin, je voudrais présenter sa figure, son message, et les raisons pour lesquelles cette sainte femme a beaucoup à enseigner — aujourd’hui encore — à l’Eglise et au monde.

Nous connaissons bien les événements de la vie de Sainte Brigitte, car ses pères spirituels rédigèrent sa biographie pour promouvoir son procès de canonisation immédiatement après sa mort, en 1373.
Brigitte était née 70 ans auparavant, en 1303, à Finster, en Suède, une nation du nord de l’Europe qui, depuis trois siècles, avait accueilli la foi chrétienne avec le même enthousiasme que celui avec lequel la sainte l’avait reçue de ses parents, des personnes très pieuses, appartenant à de nobles familles proches de la maison régnante.

Nous pouvons distinguer deux périodes dans la vie de cette sainte.

La première est caractérisée par son mariage heureux. Son mari s’appelait Ulf et était gouverneur d’un important territoire du royaume de Suède. Le mariage dura vingt-huit ans, jusqu’à la mort d’Ulf. Huit enfants furent issus de ce mariage, dont la deuxième, Karin (Catherine) est vénérée comme sainte. Cela est un signe éloquent de l’engagement éducatif de Brigitte à l’égard de ses enfants. D’ailleurs, sa sagesse pédagogique fut appréciée au point que le roi de Suède, Magnus, l’appela à la cour pour une certaine période, dans le but d’introduire sa jeune épouse, Blanche de Namur, à la culture suédoise.

Brigitte, qui reçut une direction spirituelle d’un religieux érudit qui l’introduisit à l’étude des Ecritures, exerça une influence très positive sur sa famille qui, grâce à sa présence, devint une véritable «Eglise domestique».
Avec son mari, elle adopta la Règle des Tertiaires franciscains. Elle pratiquait avec générosité des œuvres de charité envers les pauvres : elle fonda également un hôpital. Auprès de son épouse, Ulf apprit à améliorer son caractère et à progresser dans la vie chrétienne. Au retour d’un long pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, accompli en 1341 avec d’autres membres de sa famille, les époux formèrent le projet de vivre dans la continence ; mais peu de temps après, dans la paix d’un monastère dans lequel il s’était retiré, Ulf conclut sa vie terrestre.

Cette première période de la vie de Brigitte nous aide à apprécier ce que nous pourrions définir aujourd’hui comme une authentique «spiritualité conjugale» : ensemble, les époux chrétiens peuvent parcourir un chemin de sainteté, soutenus par la grâce du sacrement du mariage. Souvent, comme ce fut le cas dans la vie de sainte Brigitte et d’Ulf, c’est la femme qui, avec sa sensibilité religieuse, sa délicatesse et sa douceur, réussit à faire parcourir à son mari un chemin de foi. Je pense avec reconnaissance à de nombreuses femmes qui, jour après jour, illuminent aujourd’hui encore leur famille par leur témoignage de vie chrétienne. Puisse l’Esprit du Seigneur susciter aujourd’hui également la sainteté des époux chrétiens, pour montrer au monde la beauté du mariage vécu selon les valeurs de l’Evangile : l’amour, la tendresse, l’aide réciproque, la fécondité dans l’engendrement et l’éducation des enfants, l’ouverture et la solidarité envers le monde, la participation à la vie de l’Eglise.

Devenue veuve, Brigitte commença la deuxième période de sa vie. Elle renonça à contracter un autre mariage pour approfondir l’union avec le Seigneur à travers la prière, la pénitence et les œuvres de charité. Les veuves chrétiennes peuvent donc trouver elles aussi chez cette sainte un modèle à suivre. En effet, à la mort de son mari, Brigitte, après avoir distribué ses biens aux pauvres, tout en ne choisissant jamais la consécration religieuse, s’installa au monastère cistercien d’Alvastra. C’est là que commencèrent les révélations divines, qui l’accompagnèrent pendant tout le reste de sa vie. Celles-ci furent dictées par Brigitte à ses secrétaires-confesseurs, qui les traduisirent du suédois en latin et les rassemblèrent dans une édition de huit livres, intitulés Revelationes (Révélations). A ces livres s’ajoute un supplément, qui a précisément pour titre Revelationes extravagantes (Révélations supplémentaires).

Les Révélations de sainte Brigitte présentent un contenu et un style très variés.
Parfois, la révélation se présente sous forme de dialogue entre les Personnes divines, la Vierge, les saints et également les démons ; des dialogues dans lesquels Brigitte intervient elle aussi.
D’autres fois, en revanche, il s’agit du récit d’une vision particulière ; et d’autres encore racontent ce que la Vierge Marie lui révèle à propos de la vie et des mystères de son Fils. La valeur des Révélations de sainte Brigitte, qui fut parfois objet de certains doutes, fut précisée par le vénérable Jean Paul II dans la Lettre Spes Aedificandi : «En reconnaissant la sainteté de Brigitte, l’Eglise, sans pour autant se prononcer sur les diverses révélations, a accueilli l’authenticité globale de son expérience intérieure» (n. 5).

De fait, en lisant ces Révélations, nous sommes interpellés sur des thèmes importants. Par exemple, on retrouve fréquemment la description, avec des détails très réalistes, de la Passion du Christ, pour laquelle Brigitte eut toujours une dévotion privilégiée, contemplant dans celle-ci l’amour infini de Dieu pour les hommes. Sur les lèvres du Seigneur qui lui parle, elle place avec audace ces paroles émouvantes : «O mes amis, j’aime si tendrement mes brebis, que, s’il était possible, j’aimerais mieux mourir autant de fois pour chacune d’elles de la mort que je souffris pour la rédemption de toutes, que d’en être privé» (Revelationes, Livre I, c. 59). La maternité douloureuse de Marie, qui en fit la Médiatrice et la Mère de miséricorde, est aussi un thème qui revient souvent dans les Révélations.

En recevant ces charismes, Brigitte était consciente d’être la destinataire d’un don de grande prédilection de la part du Seigneur : «Or, vous, ma fille — lisons-nous dans le premier livre des Révélations —, que j’ai choisie pour moi [...] aimez-moi de tout votre cœur [...] mais plus que tout ce qui est au monde» (c. 1). Du reste, Brigitte savait bien, et elle en était fermement convaincue, que chaque charisme est destiné à édifier l’Eglise. C’est précisément pour ce motif qu’un grand nombre de ses révélations étaient adressées, sous formes d’avertissements parfois sévères, aux croyants de son temps, y compris les autorités politiques et religieuses, pour qu’elles vivent de façon cohérente leur vie chrétienne; mais elle faisait toujours cela avec une attitude de respect et en pleine fidélité au Magistère de l’Eglise, en particulier au Successeur de l’apôtre Pierre.

En 1349, Brigitte quitta définitivement la Suède et se rendit en pèlerinage à Rome. Elle entendait non seulement prendre part au Jubilé de 1350, mais elle désirait aussi obtenir du Pape l’approbation de la Règle d’un Ordre religieux qu’elle entendait fonder, consacré au Saint Sauveur, et composé de moines et moniales sous l’autorité de l’abbesse. Cela ne doit pas nous surprendre : il existait au Moyen-Age des fondations monastiques avec une branche masculine et une branche féminine, mais pratiquant la même règle monastique, qui prévoyait la direction d’une Abbesse. De fait, dans la grande tradition chrétienne, une dignité propre est reconnue à la femme, et — toujours à l’exemple de Marie, Reine des Apôtres — une place propre dans l’Eglise qui, sans coïncider avec le sacerdoce ordonné, est tout aussi importante pour la croissance spirituelle de la Communauté. En outre, la collaboration d’hommes et de femmes consacrés, toujours dans le respect de leur vocation spécifique, revêt une grande importance dans le monde d’aujourd’hui.

A Rome, en compagnie de sa fille Karin, Brigitte se consacra à une vie d’intense apostolat et de prière. Et de Rome, elle partit en pèlerinage dans divers sanctuaires italiens, en particulier à Assise, patrie de saint François, pour lequel Brigitte a toujours nourri une grande dévotion. Enfin, en 1371, elle couronna son plus grand désir : le voyage en Terre Sainte, où elle se rendit en compagnie de ses fils spirituels, un groupe que Brigitte appelait «les amis de Dieu».

A cette époque-là, les Papes se trouvaient en Avignon, loin de Rome : Brigitte se tourna vers eux avec une grande tristesse, afin qu’ils reviennent au siège de Pierre, dans la Ville éternelle.

Elle mourut en 1373, avant que le Pape Grégoire XI ne rentre définitivement à Rome. Elle fut enterrée provisoirement dans l’église romaine «San Lorenzo in Panisperna», mais en 1374, ses enfants Birger et Karin la ramenèrent dans leur patrie, au monastère de Vadstena, siège de l’Ordre religieux fondé par Sainte Brigitte, qui connut immédiatement une remarquable expansion. En 1391, le Pape Boniface IX la canonisa solennellement.

La sainteté de Brigitte, caractérisée par la multiplicité des dons et des expériences que j’ai voulu rappeler dans ce bref portrait biographique et spirituel, fait d’elle une éminente figure dans l’histoire de l’Europe. Originaire de Scandinavie, Sainte Brigitte témoigne de la manière dont le christianisme a profondément imprégné la vie de tous les peuples de ce continent. En la déclarant co-patronne de l’Europe, le Pape Jean Paul II a souhaité que Sainte Brigitte — qui vécut au XIVe siècle, lorsque la chrétienté occidentale n’était pas encore frappée par la division — puisse intercéder efficacement auprès de Dieu, pour obtenir la grâce tant attendue de la pleine unité de tous les chrétiens.

Chers frères et sœurs, nous voulons prier à cette même intention, qui nous tient beaucoup à cœur, et pour que l’Europe sache toujours se nourrir à ses propres racines chrétiennes, tout en invoquant la puissante intercession de Sainte Brigitte de Suède, fidèle disciple de Dieu et co-patronne de l’Europe [...]. 

Voir aussi les visions reçues par Sainte Brigitte concernant l’intercession de Saint Denis pour la France > ici

Extase de Sainte Brigitte

Extase de Sainte Brigitte

2021-50. De la bataille de Lépante.

7 octobre,
Fête de Notre-Dame de la Victoire du Très Saint Rosaire.

Lépante Grazio Cossali (1563-1629)

Notre-Dame de la Victoire du Très Saint Rosaire à Lépante
tableau de Grazio Cossali (1563-1629)

Lépante ! Pour tout catholique un peu instruit et vivant des valeurs traditionnelles de la Chrétienté, ce nom a une espèce de résonnance à la fois chevaleresque, héroïque et sainte, propre à galvaniser les énergies et à susciter de nouvelles générosités dans le combat incessant de la Sainte Eglise contre tout ce qui s’oppose au Royaume de Dieu.

Lépante ! Une bataille navale. Mais bien plus qu’une bataille navale. « LA » bataille navale qui résume en trois syllabes toute la résistance chrétienne contre cette manifestation de l’Antéchrist qu’est la pseudo religion mahométane, agrégat d’hérésies et amoncellement de blasphèmes contre le vrai Dieu et la Révélation authentique et définitive : celle qui a été accomplie en Notre-Seigneur Jésus-Christ, Verbe de Dieu incarné, unique Rédempteur et Fondateur de l’Eglise.

La bataille de Lépante s’est déroulée le dimanche 7 octobre 1571.
Elle vit s’affronter la flotte ottomane, alors dominante en Méditerranée, et la flotte chrétienne rassemblée à l’initiative du pape Saint Pie V. Elle était constituée d’éléments espagnols, vénitiens, génois, maltais, savoyards et pontificaux, réunis sous le nom de Sainte Ligue.

7 octobre 1571 bataille de Lépante

La bataille navale de Lépante : 7 octobre 1571

Contexte :

Depuis le début du XVIème siècle, les Turcs pratiquaient de plus en plus razzias sur les côtes occidentales de la Méditerranée, pillant les villes littorales, dévastant leurs campagnes et emmenant de nombreux prisonniers qui étaient réduits en esclavage.
En 1570, l’île de Chypre tomba sous les assauts des Turcs et quelque 20.000 chrétiens furent massacrés à Nicosie. Cette nouvelle mit en émoi l’Occident, et des princes chrétiens répondirent à l’appel du pape à former la Sainte-Ligue pour sécuriser les côtes méditerranéennes.
Les bâtiments se réunirent à Messine au cours de l’été 1571.
Les principaux chefs de la Sainte-Ligue étaient Don Juan d’Espagne (demi frère du roi Philippe II d’Espagne, car c’était un bâtard de Charles Quint), qui fut nommé amiral en chef, Marc-Antonio Colonna, commandant de la flotte pontificale, et Sebastiano Venier, doge de Venise.

Les vainqueurs de Lépante

Les trois principaux vainqueurs de Lépante :
de gauche à droite Marc-Antonio Colonna, Don Juan d’Autriche et le doge Sebastiano Venier

Préparatifs de la bataille :

Le départ fut donné le 16 septembre.
L’aumônerie des équipages était assurée par des Capucins et des Jésuites qui administraient les sacrements aux militaires et les exhortaient. Afin d’implorer la protection divine sur la flotte chrétienne, Saint Pie V avait publié un jubilé solennel, ordonné un jeûne et exhorté tous les fidèles à la prière publique du Saint Rosaire.

La flotte de la Sainte-Ligue, divisée en quatre escadres, se dirigea vers l’île de Corfou et mouilla dans le port de Gomenitsa. Les éclaireurs découvrirent la flotte turque dans le port d’une ancienne cité grecque de la côte septentrionale du golfe de Corinthe, alors nommée Lépante, dont le nom ancien – et contemporain – est Naupacte (Ναύπακτος, Naupaktos).
L’attente commença.

Dans la nuit du 6 au 7 octobre, malgré le vent défavorable, la flotte chrétienne se dirigea vers les îles Curzolari, au large du golfe de Patras. Par cette manœuvre, les navires ennemis se retrouvaient enfermés dans une anse et contraints à la bataille.
Au matin du dimanche 7 octobre, les religieux exhortèrent les combattants et donnèrent l’absolution générale. Après une brève et fervente prière, un cri jaillit de milliers de voix : Vive le Christ !

Les Turcs alignaient 222 galères, 60 autres navires, 750 canons, 34.000 soldats, 13.000 marins et 41.000 rameurs esclaves.
Les chrétiens possédaient 207 galères (105 vénitiennes, 81 espagnoles, 12 pontificales, Malte, Gênes et Savoie 3 chacune), 30 autres navires, 6 galéasses, 1.800 canons, 30.000 soldats, 12.900 marins et 43.000 rameurs.
Don Juan avait divisé la flotte en quatre escadres.
Les galères vénitiennes constituaient l’avant-garde et devaient désorganiser les Turcs grâce à leur artillerie. Derrière eux naviguaient trois escadres : à l’aile gauche le vénitien Agostino Barbarigo, à droite l’amiral Giovanni Andrea Doria, et au centre Don Juan. La quatrième escadre, sous les ordres d’Alvaro de Bazan, marquis de Santa Cruz, formait l’arrière-garde.
L’aile gauche de la flotte turque était commandée par le renégat calabrais Uluds Ali (Verres), Pacha d’Alger, l’aile droite par Mohammed Saulak, gouverneur d’Alexandrie, le centre par le grand amiral Muesinsade Ali.

Marc-Antonio Colonna à Lépante, fresque de Giovanni Coli au palais Colonna à Rome

Marc-Antonio Colonna à la bataille de Lépante
Détail d’une fresque du palais Colonna (Rome)

Déroulement des combats :

Vers midi, le vent, jusque là favorable pour les Turcs, se calma. Sous un ciel sans nuage, les deux flottes s’affrontent : l’une sous la bannière du Crucifix, l’autre sous le drapeau violet du sultan brodé du nom d’Allah.
Les Turcs tentent de déborder leurs ennemis des deux côtés. Pour les en empêcher, Doria étend sa ligne si loin, qu’un espace se forme, entre l’aile droite et le centre, dans lequel l’ennemi peut facilement pénétrer. Le combat prend alors une tournure dangereuse : par d’habiles manœuvres des Turcs, Doria est repoussé en pleine mer avec 50 galères.

Heureusement la bataille se déroule mieux sur l’aile gauche : les Vénitiens combattent avec autant de ténacité que de réussite, bien que leur chef Barbarigo tombe mortellement blessé, abattu d’une flèche, reçue dans l’œil.

C’est au centre que la bataille est la plus violente : Don Juan, avec 300 soldats espagnols expérimentés à bord, se dirige directement contre le navire d’Ali sur lequel se trouvent 400 janissaires. Avec lui, les galères de Colonna, de Requesens, de Venier et les princes de Parme et d’Urbino participent vaillamment à la lutte sanglante qui reste longtemps indécise. Mais vers 16 heures, la mort du grand amiral turc Ali va décider de la victoire.

Lorsque les Turcs apprennent la déroute de leur centre, leur aile gauche cède également et en conséquence Uluds doit interrompre le combat engagé contre Doria et commence une retraite, s’ouvrant la voie avec 40 galères, au prix de lourdes pertes.

L’épuisement des rameurs et le soudain déclenchement d’une tempête empêchent de pourchasser les ennemis, mais la victoire des chrétiens est néanmoins complète. Les Turcs ont perdu environ 20.000 hommes, et 3.500 sont fait prisonniers ; 117 de leurs galères ont été prises et 50 coulées. Du côté des vainqueurs on a perdu 12 galères, il y a eu 7.500 morts et 20.000 blessés.

42 prisonniers appartenaient à des familles turques éminentes : parmi eux se trouvaient le gouverneur d’Eubée et deux fils du grand amiral Ali. Mais le plus beau butin fut la délivrance de 12.000 esclaves chrétiens galériens, dont 2.000 espagnols, qui durent leur libération à la victoire.
Parmi les blessés chrétiens se trouvaient Venier, ainsi qu’un génie alors inconnu du monde, le poète Cervantes. Parmi les autres combattants, parce qu’il était alors soldat sous l’étendard de Venise, se trouvait aussi le futur Saint Camille de Lellis.

Lazzaro baldi : St Pie V en prière reçoit la révélation de la victoire de Lépante

Lazzaro Baldi (1624-1703) : vision de Saint Pie V lui révélant la victoire de la flotte chrétienne à Lépante

La prière de Saint Pie V

Les pensées de Saint Pie V accompagnaient continuellement la flotte chrétienne. Jour et nuit, par une prière ardente, il la recommandait à la protection du Très-Haut. Lors d’un consistoire, le 27 août, le Souverain Pontife avait invité les cardinaux à jeûner un jour par semaine et à donner des aumônes extraordinaires. Le 26 septembre 1571, lors d’une audience, il confia  à l’ambassadeur espagnol, qu’il jeûnait trois jours par semaine et consacrait de nombreuses heures supplémentaires à la prière.  Et nous savons désormais que cette prière fut pleinement exaucée.

Dans la nuit du 21 au 22 octobre, un courrier envoyé par le nonce à Venise, remet au cardinal Rusticucci une lettre contenant la nouvelle de la grande victoire obtenue à Lépante sous le commandement de Don Juan. Mais Saint Pie V en avait déjà eu surnaturellement connaissance dès le soir de la bataille et en avait fait part à son entourage.

Même si l’empire ottoman créera rapidement une nouvelle flotte, la force navale turque ne fut plus jamais une menace aussi redoutable pour l’Occident : le cauchemar de son invincibilité avait été dissipé. La Chrétienté occidentale respira : les églises vibrèrent aux accents du Te Deum.
Saint Pie V fit frapper des médailles commémoratives sur lesquelles étaient gravées les paroles du psalmiste : « La droite du Seigneur a fait de grandes choses ; cela vient de Dieu ». Lorsqu’il reçut Don Juan victorieux, lui apportant l’étendard turc de la galère amirale [cf. note en bas de ce texte], le saint pontife ne craignit pas de le saluer par cette citation du prologue de l’Evangile de Saint Jean : « Fuit homo missus a Deo qui nomen erat Joannes : il y eut un homme envoyé par Dieu dont le nom était Jean » !

Le pape attribua la victoire au Rosaire de Notre Dame, du fait que la bataille avait été remportée le premier dimanche d’octobre, alors que les confréries du Rosaire faisaient leurs processions à Rome. Il ordonna donc que, chaque année, une fête d’action de grâce soit célébrée en commémoration de la victoire, à son jour anniversaire, sous le titre de Notre Dame de la Victoire. Il fit aussi ajouter aux litanies de Lorette l’invocation « Auxilium christianorum, ora pro nobis : Secours des chrétiens, priez pour nous ! »
Plus tard Grégoire XIII décida que la fête serait célébrée sous le titre de fête du Saint Rosaire. Elle reçut au XXème siècle le titre actuel habituel de fête de Notre-Dame du Rosaire, mais certains calendriers propres conservent le nom de Notre-Dame de la Victoire du Très Saint Rosaire.

Note :
L’étendard pris aux Turcs à Lépante fut déposé comme une sorte d’ex-voto à la basilique de Sainte Marie-Majeure… Jusqu’à ce que, le 29 janvier 1965, Paul VI le rendit aux Turcs sous le prétexte d’établir des « relations apaisées ». 

Le Crucifix de Lépante

Crucifix qui se trouvait à la proue de la galère amirale de Don Juan d’Autriche à la bataille de Lépante
aujourd’hui conservé dans la chapelle du Saint-Sacrement dans la cathédrale de Barcelone

2021-44. Les caractéristiques de l’âme chrétienne.

16ème dimanche après la Pentecôte :
Epître : Eph. III, 13-21 ; Evangile : Luc. XIV, 1-11.

Benozzo Gozzoli - Saint Augustin étudiant avec ses disciples

Saint Augustin et ses premiers moines étudiant
(détail d’une fresque de Benozzo Gozzoli dans l’église Sant’Agostino de San-Giminiano)

Les caractéristiques de l’âme chrétienne :
méditation sur les textes de la Sainte Ecriture
de la Messe du 16ème dimanche après la Pentecôte

Présence de Dieu :
« Faites, ô Seigneur, que mon âme soit bien enracinée dans la charité et l’humilité ».

frise

Méditation :

1 – L’épître que nous lisons aujourd’hui à la Messe, est un des plus beaux passages des lettres de Saint Paul. Nous y trouvons le fameux conseil de l’Apôtre aux Ephésiens qui, dans ses trois parties, résume toute la substance de la vie intérieure.
« Que le Père de Notre-Seigneur Jésus-Christ… vous donne… d’être puissamment affermis, par Son Esprit, en vue de la croissance de votre homme intérieur » (Eph. III, 16). L’homme intérieur, est l’esprit humain régénéré par la grâce, c’est l’homme spirituel qui a renoncé aux plaisirs des sens et à tout ce qui est matériel. Cet homme se trouve en chacun de nous et doit être fort pour pouvoir soutenir la lutte contre l’homme animal qui, malheureusement, vit encore en nous, tant que , tant que nous sommes sur cette terre, et tente de nous entraîner vers ce qui est bas. L’Apôtre demande avec raison cette force à l’Esprit-Saint, parce que la force de notre vertu est insuffisante si elle n’est corroborée par celle que le Saint-Esprit répand en nous au moyen de Ses dons.
« Que le Christ habite en vos cœurs par la foi » (Eph. III, 17). Le Christ, avec le Père et le Saint-Esprit, habite déjà dans l’âme en état de grâce, mais Sa présence peut devenir toujours plus « profonde », et dans la mesure même de sa profondeur, l’âme sera pénétrée de la divine charité, au point d’être vraiment « enracinée » dans la charité et « fondée » sur elle. Voulons-nous croître dans l’amour ? Tenons-nous en contact avec la source de l’amour, avec Dieu vivant dans notre âme.
« Que vous puissiez saisir… la charité du Christ qui défie toute connaissance » (Eph. III, 18-19). Le point culminant de la vie spirituelle, c’est de comprendre autant qu’il est possible à des créatures, le mystère de l’amour de Dieu. Le christianisme est tout amour : nous sommes chrétiens dans la mesure où nous vivons dans l’amour, et comprenons l’amour de Dieu.
Cependant, ce mystère nous laisse toujours un peu incrédules, un peu sceptiques. Oh ! si nous pouvions voir, comme les bienheureux, comment Dieu est charité et ne veut que la charité ; que la voie pour aller à Lui est celle de l’amour ; que la souffrance, la mortification, l’humilité, ne sont que des moyens pour arriver à l’amour parfait, pour correspondre à l’amour de Dieu-Charité ! Alors, nous serions vraiment « remplis de toute la plénitude de Dieu » (Eph. III, 19).

guérison de l'hydropique - mosaïque Santa Maria Nuova Monreale

La guérison de l’hydropique
(détail d’une mosaïque dans la cathédrale Santa Maria Nuova de Monreale – Sicile)

2 – Saint Paul nous a exhortés, dans l’épître, à être enracinés dans l’amour. Dans l’Evangile, Jésus nous exhorte à être enracinés dans l’amour et l’humilité.
Malgré la désapprobation tacite des pharisiens, fruit de l’étroitesse de leur esprit et de leur cœur, Jésus guérit, un jour de sabbat, un pauvre hydropique, et nous enseigne une fois de plus la grande importance de l’amour du prochain. C’est en vain que nous croirions être enracinés dans l’amour de Dieu, si nous ne l’étions également dans celui du prochain. Comment peut-on s’imaginer qu’un acte de charité fraternelle soit en opposition avec la loi de la sanctification de la fête ? Telles sont les aberrations auxquelles on arrive lorsqu’on prétend aimer Dieu en veillant uniquement à ses propres intérêts, sans aucune pensée pour les nécessités d’autrui. Ce n’est pas là du christianisme, mais du pharisaïsme, destructeur de la charité.
Pour être enraciné dans l’amour, il faut l’être également dans l’humilité, car l’humble est seul capable d’aimer vraiment Dieu et le prochain. L’Evangile nous donne donc une leçon d’humilité, en condamnant la chasse aux honneurs. Il ne faut pas croire qu’il s’agisse seulement d’honneurs matériels, il faut entendre aussi : honneurs moraux, c’est-à-dire ces places que notre orgueil tend à occuper dans l’estime et la considération d’autrui.
C’est un fait humiliant de constater comment notre « moi » veut toujours occuper une place supérieure à celle qui lui revient, et cela à notre confusion, car « quiconque s’élèvera sera abaissé » (Luc. XIV, 11).
« Mettons-nous à la dernière place, dit Saint Bernard. Il n’y a pas de dommage à nous humilier et nous croire inférieurs à ce que nous sommes en réalité. Mais le danger est terrible et le mal très grand si nous voulons nous élever, même d’un seul pouce, au-dessus de ce que nous sommes, et nous préférer, ne fut-ce qu’à un seul homme. Il n’est pas dangereux de se pencher un peu trop pour passer par une porte trop basse, mais il sera très périlleux de s’élever à un seul doigt de plus que la hauteur de la traverse, parce qu’on se heurte et se blesse la tête. De même, il ne faut pas craindre de nous humilier trop, mais avoir en horreur le plus petit sentiment de présomption ».
Demandons dès lors au Seigneur, comme l’ont fait les saints, de nous envoyer une humiliation chaque fois que notre orgueil tentera de nous élever au-dessus des autres. Ce sera le moyen le plus sûr pour nous enraciner dans l’humilité. Nous le serons alors aussi dans la charité et possèderons, de cette manière, les deux caractéristiques fondamentales de l’âme chrétienne.

Benozzo Gozzoli - adoration des anges - Chapelle du Palais Medici Riccardi à Florence

Adoration des anges
(détail d’une fresque  de Benozzo Gozzoli dans la chapelle du Palais Medici-Riccardi à Florence)

Colloque :

« Augmentez, Seigneur, ma foi en Votre amour, afin que je puisse Vous dire en toute vérité : « Nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru » (1a Joan. IV, 16). C’est là le grand acte de notre foi, c’est le moyen de rendre à notre Dieu amour pour amour ; c’est là « le secret caché au cœur du Père » (Coloss. I, 26) que nous pénétrons enfin et toute notre âme tressaille…» (Sainte Elisabeth de la Trinité).
O Seigneur, rendez-moi capable de croire à Votre amour excessif pour moi. Je ne m’arrêterai plus, alors, aux goûts, aux sentiments, peu m’importera de Vous sentir ou non, de recevoir de Vous la joie ou la douleur : je croirai à Votre amour et cela suffit.
« Faites, ô Dieu, que mon âme pénètre dans votre profondeur, et y demeure enracinée et fondée dans l’amour.
« O Seigneur, lorsque je considère en moi-même Votre immensité, Votre fidélité, Vos preuves d’amour, Vos bienfaits, et qu’ensuite je me regarde moi-même et vois mes crimes, je ne puis que me tourner vers mon âme dans un profond sentiment de mépris ; toutefois ce mépris ne m’abaisse pas autant que je le voudrais.
« O Seigneur, plongez-moi dans l’humilité ! Il me semble qu’ainsi je serai plongée en Vous car, en vivant en Vous, Vérité même, il est impossible de ne pas connaître son néant. L’âme humble est le récipient de choix et l’amphore capable de recevoir Votre grâce, et en elle seule Vous la versez. Faites donc, ô Seigneur, que je sois humble et comprenne que l’humble ne Vous élèvera jamais assez et ne s’abaissera jamais assez lui-même » (Sainte Elisabeth de la Trinité).

Rd. Père Gabriel de Sainte-Marie-Madeleine,
in « Intimité divine », vol. 2 pp.404-407

St-Esprit & Ste Bible

2021-43. Message de Sa Majesté le Roi Louis XX à l’occasion de la fête de Saint Louis 2021.

Mercredi 25 août 2021.

En cette fête de Saint Louis, son ancêtre et son saint patron, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, a adressé le message suivant à tous les Français :

Aigues-Mortes statue de Saint Louis

Statue de Saint Louis à Aigues-Mortes

Chers Français,

Je ressens de plus en plus l’expression d’une inquiétude profonde à l’égard de notre nation, de nos vies et de nos problèmes quotidiens, générée par une situation de crise, dont les racines sont profondes. Cette inquiétude s’accroît alimentée par une succession d’évènements que le pays semble subir et qui ne trouvent que des solutions partielles et qui interpellent notre société.

La crise concerne tous les secteurs, affectant davantage les plus faibles.

Cette crise de caractère religieux, social, juridique, économique et philosophique qui affecte de nombreux Français, nécessite des solutions durables et équitables.

La situation des plus humbles ne s’améliore pas et la fracture des territoires demeure. Il y a là une source d’injustice et d’exacerbation des divisions entre tous, comme si la division et la confrontation étaient la marque d’une nouvelle société ; alors que la concorde et l’unité sont les seuls moyens pour trouver une solution de justice.

La crise de confiance s’est accentuée actuellement par la persistance de la crise sanitaire et ses conséquences. Devant la gravité de la situation, les solutions proposées sont techniques, uniformes et rapides, reposant sur une sorte de certitude acquise, implacable et incontournable, contre laquelle personne ne peut exprimer ses inquiétudes, alors qu’il aurait fallu y répondre avec transparence, sans pouvoir laisser penser que le bien public puisse cacher d’autres intérêts.

Nous sommes tous concernés face à l’avenir, avec le sentiment apparemment de plus en plus partagé que notre société est confrontée à des enjeux de fond, qui ne sont pas nouveaux, et aux effets plus rapides que par le passé.

Ce sentiment est renforcé par les dangers, que chacun ressent, d’une situation internationale de moins en moins prévisible, voire dangereuse. Les risques grandissent de possibles conflits susceptibles de menacer notre pays, notre société, notre forme de vie et nos valeurs sociales et politiques ; la plus grande faiblesse est celle de ne pas savoir ce que l’on défend.

Face à toutes ces questions, les interrogations et les doutes augmentent. La culture de l’oubli contribue, elle aussi, au dérèglement social. En effet, la culture, la connaissance partagée, le lien moral et éthique véhiculé par une langue commune est d’abord ce qui unit et non ce qui oppose. Les menées actuelles sont absolument contraires à l’esprit d’unité du corps social défendu durant des siècles qui a permis tant de succès et de progrès à notre société.

Ainsi, il nous faut revenir aux fondements de la société française et de son identité : la justice, le bien commun, la souveraineté, la volonté de sacrifice, le discernement et l’esprit critique, la nécessité de croire à la communauté et à la générosité avec une plus grande cohésion sociale. En se référant à eux, nos institutions retrouveront leur finalité, celle d’unifier la France et de l’aider à se dépasser. Pour sortir de cette phase négative comme la France en a déjà connue et qu’elle a toujours surmontée, il s’agit de retrouver notre esprit de cohésion et notre attachement à nos valeurs pour que la France reste la France.

Je souhaite ainsi rendre hommage à tous ceux qui agissent et assument leur devoir d’état, malgré toutes les difficultés qu’ils rencontrent dans leurs vies quotidiennes.

Je pense spécialement aux jeunes couples qui s’engagent dans ce sens, en s’attachant à accomplir avec enthousiasme, au prix de difficultés souvent considérables, leur rôle de transmission vis-à-vis de leurs enfants.

Je pense aux personnels de santé, tellement surchargés en ce moment, confrontés de plus en plus à des problèmes éthiques touchant à la vie, et qui, de ce point de vue, s’emploient à résister à des pratiques contre-nature, dans la pleine conscience de leur devoir.

Mais je pense aussi à tous ceux, entrepreneurs, militaires, professionnels divers qui œuvrent déjà, chacun à sa place, pour que notre pays s’affirme fier de lui-même, soucieux et attentif à mettre en valeur le plein héritage de son histoire pour bâtir son avenir.

Nous devons donc nous attacher à nous retrouver tous unis dans un souci de succès, de générosité et de cohésion sociale, en nous fondant sur l’expérience de la France. Tel est ce que peuvent nous apprendre nos quinze siècles de civilisation. Tel est ce qu’il faut redonner comme espoir à nous tous.

Puisse ce message vous aider et vous encourager à aller de l’avant ! Gardons l’espoir de ceux qui s’engagent, œuvrons pour le bien commun, renforçons notre communauté et les liens qui nous unissent pour affronter les difficultés présentes.

Que le souvenir de Saint Louis, fêté en ce jour, et toute la gloire de la France nous aident ainsi à trouver des modèles pour l’avenir en apportant la paix et la justice entre tous les Français.

grandes armes de France

12345...51

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi