Archive pour la catégorie 'Commentaires d’actualité & humeurs'

2022-15. Comment sait-on que l’on aime Dieu ?

Mardi 8 février 2022,
Fête de Saint Jean de Matha, prêtre et confesseur,
co-fondateur de l’Ordre de la Sainte Trinité pour le rachat des chrétiens tombés au mains des païens mahométans.

Louis de Boullogne le jeune - l'amour divin représenté par un ange portant un cœur enflammé

Louis II de Boullogne, dit le jeune (1654-1733) :
l’amour divin représenté par un ange portant un cœur enflammé.

Sacré-Coeur

Il n’est pas rare que je sois interrogé de cette manière : « Comment puis-je savoir que j’aime Dieu ? » ou bien : « Comment fait-on pour aimer Dieu ? » ou encore – en période de doute ou d’inquiétude spirituelle – : « Vraiment, je ne suis pas sûr que j’aime Dieu. Il me semble que je n’éprouve rien pour Lui… »

C’est alors qu’il convient de rappeler, et de rappeler avec insistance, que l’amour pour Dieu n’est pas une affaire de sentiment (et encore moins de ressenti ou de sensation).
Comme j’aime souvent à le dire : le « senti » ment !
Nous atteignons Dieu par la foi, et la foi n’est ni une question de sensations et de sentiments, mais elle est l’adhésion à Dieu qui Se révèle. Elle n’est nullement affaire sensible, elle ne réside pas dans les sens, tout comme elle n’est pas du tout du domaine de la science ou de la compréhension intellectuelle.
Vertu théologale, elle est donnée au saint baptême : l’âme qui est en état de grâce a la foi, quels que soient par ailleurs ses tentations et ses états d’âme, quels que soient ses sentiments ou le ressenti qu’elle en a.

Il en est de même pour la vertu de charité, vertu théologale par laquelle nous aimons Dieu pour le motif qu’Il est le bien suprême et la bonté souveraine, et notre prochain pour l’amour de Lui.
C’est ce que nous récitons tous les jours le matin en nous réveillant après les actes de foi et d’espérance (ou du moins que nous devrions réciter : si nous ne le faisons pas déjà, hâtons-nous de prendre l’habitude de le faire !) : « Mon Dieu, je Vous aime de tout mon cœur, et par-dessus toutes choses, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable, et j’aime mon prochain comme moi-même pour l’amour de Vous ».
Dans cette courte prière tout est parfaitement exprimé.
Notre Mère la Sainte Eglise ne nous fait pas réciter des formules telles que : « Mon Dieu, je Vous aime parce que je le sens », ou bien : « Mon Dieu, je Vous aime parce que lorsque je pense à Vous j’ai le cœur qui palpite », ni : « Mon Dieu, je Vous aime parce que mon âme fond comme de la guimauve devant le feu quand je me tiens en Votre présence », ni aucune autre formule de teneur sentimentale ou sensible.
D’ailleurs combien de fois, dans le Saint Evangile, Notre-Seigneur nous a-t-Il demandé ou commandé de sentir ou de ressentir ?
Zéro fois !
En revanche, que demande-t-Il à ceux qui L’approchent et requièrent de Lui quelque grâce ?
« Crois-tu ? » – « Veux-tu ? »

L’amour est essentiellement un acte de la volonté.
Tu veux aimer ? Tu aimes.
Mais lorsque nous disons « vouloir » nous ne parlons pas de velléité ou de vague désir, ni de rêve ni d’aspiration romantique sentimentale.
Nous parlons d’une résolution ferme, d’un acte intérieur fort qui meut l’être profond et s’exprime par des engagements énergiques qui nous font adhérer totalement et sans réserve à Dieu et à Sa sainte volonté.
Voilà pourquoi aimer est un combat.
Voilà pourquoi aimer est une victoire qui ne s’obtient que de haute lutte, parce que notre nature, blessée par le péché originel et par les conséquences de tous nos péchés personnels, tend continûment à rechercher ses propres intérêts terrestres et immédiats plutôt que les biens spirituels et invisibles. C’est ce qu’a magistralement résumé notre Bienheureux Père Saint Augustin en décrivant les deux cités antagonistes : 
« Deux amours ont bâti deux cités : l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu fit la cité terrestre ; l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi fit la cité céleste. »
Voilà aussi pourquoi, de notre côté, la quête de l’amour de Dieu, la tension intérieure vers l’amour de Dieu, la volonté d’aimer Dieu s’accompagnent inévitablement d’efforts et de sacrifices qui peuvent sembler douloureux, puisqu’ils vont s’opposer – à l’intérieur de nous-mêmes – à toutes ces habitudes d’égoïsme et de recherche de soi qui nous portent au péché.
Dans le chapitre VII de l’épître aux Romains, aux versets 14 à 25, Saint Paul a exprimé avec une poignante intensité dramatique la souffrance qui accompagne cette recherche d’une parfaite adhésion à la volonté de Dieu en laquelle consiste Son amour.

Le Bienheureux – bientôt canonisé – Charles de Jésus, dans la dernière lettre qu’il a écrite, le jour même de son assassinat (1er décembre 1916) a écrit ses lignes sublimes qui sont tout-à-la-fois bouleversantes et encourageantes :
« (…) Notre anéantissement est le moyen le plus puissant que nous ayons de nous unir à Jésus et de faire du bien aux âmes ; c’est ce que Saint Jean de la croix répète presque à chaque ligne. Quand on peut souffrir et aimer, on peut beaucoup, on peut le plus qu’on puisse en ce monde : on sent qu’on souffre, on ne sent pas toujours qu’on aime et c’est une grande souffrance de plus ! Mais on sait qu’on voudrait aimer, et vouloir aimer c’est aimer. On trouve qu’on n’aime pas assez ; comme c’est vrai : on n’aimera jamais assez ! Mais le Bon Dieu qui sait de quelle boue Il nous a pétris et qui nous aime bien plus qu’une mère ne peut aimer son enfant, nous a dit, Lui qui ne ment pas, qu’Il ne repousserait pas celui qui vient à Lui… »
Par le mot « anéantissement » utilisé par le saint ermite du Hoggar, entendez en définitive non une destruction masochiste de notre personne mais une adhésion si parfaite à Dieu que Celui-ci va prendre toute la place en nous et n’y laisser plus subsister rien de peccamineux, rien de nos tendances égoïstes, rien d’imparfait. 

Saint Jean, « le disciple que Jésus aimait » qui reposa sur le Cœur de Notre-Seigneur lors de Ses ultimes épanchements et perçut la suavité ineffable de Ses battements (cf. > ici), dans sa première épître, a laissé à toute l’Eglise – à tous les fidèles de tous les temps jusqu’à la consommation des siècles – un critère infaillible pour nous permettre de savoir si nous aimons vraiment Dieu : « Haec est enim caritas Dei, ut mandata ejus custodiamus (…) : en ceci consiste en effet l’amour de Dieu, que nous gardions Ses commandements » (1ère épître de St Jean V, 3).
Ce n’est pas plus compliqué en définitive : tu veux savoir si tu aimes Dieu ? Tu veux savoir quel est ton degré d’amour de Dieu ? Eh bien regarde de quelle manière tu obéis à Ses commandements – à TOUS Ses commandements ! -, et avec quelles dispositions intérieures tu te plies à Ses préceptes…

« En ceci consiste l’amour de Dieu, que nous gardions Ses commandements ».
Aimer Dieu ne consiste pas à éprouver des sentiments et à avoir le cœur dégoulinant de douces sensations, mais à Lui obéir entièrement, sans retenue et sans marchandage comme le feraient des acheteurs de tapis dans un souk.
Lui obéir quoi qu’il nous en coûte et quelles que soient les conséquences humaines – mondaines ou de pénibilité personnelle – que nous en devions subir !

Ce n’est pas très « glamour », j’en conviens, mais c’est le seul critère certain et infaillible.
LE critère qui ne trompe pas et qu’il nous est facile de mettre en application pour nous livrer à une honnête vérification.

Certes, il ne faut pas raisonner de manière binaire : tout n’est pas toujours tout noir ou tout blanc.
Une faute de fragilité contre un commandement de Dieu n’est pas le signe que nous n’aimons absolument pas Dieu. Elle est le signe que notre amour est encore imparfait, et qu’il nous est nécessaire de travailler, de faire des efforts et de combattre pour que notre amour imparfait croisse et se purifie.
En revanche, la transgression pleinement libre, responsable et volontaire d’un précepte divin est le signe révélateur que nous n’avons pas un amour véritable de Dieu.

Car lorsqu’on prétend aimer Dieu, lorsqu’on tend à aimer Dieu, on n’opère pas de tri dans Ses commandements, on ne se compose pas un menu conforme à ses propres goûts comme dans un self-service en passant devant les diverses propositions du jour : « Ceci je vais le prendre, mais cela je vais le laisser… »
Les commandements de Dieu ne sont pas facultatifs, ils ne constituent pas des articles laissés à notre appréciation personnelle, à notre approbation ou à notre libre choix : ils s’imposent, et ils s’imposent à tous !
A tous les hommes !
Et je précise que les femmes sont des hommes comme les autres, et que les prêtres et religieux également sont des hommes comme les autres en face des commandements, et qu’ils ne jouissent pas de dérogation ou de dispense. Cela me semble aller sans dire, mais peut-être est-ce mieux en le disant…

Ainsi, pour mémoire, lorsqu’on veut aimer Dieu :
- L’adoration exclusive du seul vrai Dieu n’est pas facultative ;
- Le respect dû à Son saint nom n’est pas facultatif ;
- La sanctification du dimanche n’est pas facultative ;
- Le respect de ses parents et le juste amour de sa patrie ne sont pas facultatifs ;
- L’interdiction du mensonge, de la médisance et de la calomnie n’est pas facultative ;
- L’interdiction de la convoitise du bien d’autrui (et même par exemple, au sein du clergé, l’envie de telle cure ou de telle situation canonique accordées à autrui) et de la jalousie n’est pas facultative ;
- L’interdiction de la mise à mort d’autrui (hors le cas de légitime défense) n’est pas facultative [précisons que le 5ème commandement défend aussi de mettre autrui à mort dans sa réputation et dans son honneur, pas uniquement physiquement] ;
- L’interdiction de l’adultère n’est pas facultative ;
- L’interdiction de TOUS les actes sexuels en dehors du mariage et des finalités du mariage n’est pas facultative…

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

« Haec est enim caritas Dei, ut mandata ejus custodiamus ! »

Sacré-Coeur

2022-9. Le combat pour la légitimité : de la Pucelle d’Orléans à l’ère covidienne.

25 janvier 2022,
Fête de la conversion de Saint Paul.

Rappel :
Les membres de la Confrérie Royale s’engagent à sanctifier d’une manière particulière le 25 de chaque mois en redoublant de prières, en offrant avec encore davantage de ferveur qu’à l’accoutumée les exercices du devoir d’état, les peines et les joies de ce jour, en travaillant plus méticuleusement à sa sanctification, lorsque cela est possible en assistant à la Sainte Messe et en offrant la sainte communion à l’intention du Roi, ou encore en accomplissant quelque petit pèlerinage ou acte de dévotion supplémentaire offert à l’intention de Sa Majesté et du Royaume des Lys.

La lettre mensuelle, envoyée à tous les membres ainsi qu’aux amis qui ont manifesté le désir de la recevoir, à l’occasion de ce 25 de chaque mois, est écrite par les prêtres, religieux ou clercs membres de la Confrérie Royale. Son but est de raviver la ferveur et la détermination des membres, en leur proposant des réflexions et approfondissements toujours nécessaires.   

Cortège funèbre de Charles VI

Cortège funèbre de Charles VI
(Miniature des « Vigiles du roi Charles VII », œuvre de Martial d’Auvergne - fin du XVème siècle)

Le combat pour la légitimité :
de la Pucelle d’Orléans à l’ère covidienne.
 

Bien chers amis,

En cette nouvelle année, 2022e après la naissance du Sauveur, nous célébrons le 600e anniversaire de la mort du roi Charles VI et de l’avènement de Charles VII. Un événement à la fois triste et réconfortant.
L’année 1422 marqua, depuis deux années, avec la signature du traité de Troyes (21 mai 1420), l’une des soumissions les plus tragiques du beau pays de France. À la suite de terribles défaites militaires face à la puissante armée anglaise et à ses alliés bourguignons, le pauvre roi Charles VI, affaibli par une maladie de près de trente années, régnait sur un royaume divisé entre les factions. Il fut contraint d’accepter l’inacceptable : reconnaître comme son héritier le roi Henri V d’Angleterre, son cousin et son gendre, aux dépens de son fils légitime, le dauphin Charles.
La revanche des Plantagenêt a atteint son objectif : l’union des couronnes de France et d’Angleterre sur une même tête, tant attendue depuis la mort de Charles IV le Bel, en 1328.
La gesta Dei per Francos semblait être alors un chapitre définitivement clos. Les résistances étaient profondément affaiblies, en raison des dissensions nobiliaires et de l’hécatombe d’Azincourt, qui décima la fine fleur de la chevalerie française. Un tableau bien triste… Toute ressemblance avec la situation actuelle ne saurait être totalement fortuite !

Et pourtant, le Dieu de justice intervint pour remettre les pendules à l’heure.
Le 31 août 1422, Henri V mourut de dysenterie, dans sa 36e année. Il fut suivi dans la tombe, le 21 octobre, par Charles VI. L’héritier anglais était un enfant de moins d’un an, Henri VI, placé sous la régence de ses oncles, le duc de Bedford, en France, et le duc de Gloucester, outre-Manche. L’enfant est sacré roi d’Angleterre en octobre 1429, avant de recevoir illégitimement la consécration comme roi de France, en décembre 1431, au cours d’un voyage éclair dans le royaume. Mais à cette époque, les choses avaient bien changé dans le beau pays de France…
Héritier légitime humilié, le dauphin Charles, devenu pour ses partisans légitimes le roi Charles VII régnait bien lamentablement sur une portion congrue du vaste royaume des Lys, au sud de la Loire. « Le roi de Bourges », comme les Bourguignons le surnommaient par dérision, fut proclamé roi, quelques jours après la mort de son père, dans la cathédrale de la noble cité berrichonne, où il s’était retiré lors de la prise de Paris par les Bourguignons en 1418. Entouré d’une poignée de fidèles, exilé de sa capitale, dépourvu des ressources financières indispensables pour lever une armée nombreuse et compétente, le jeune souverain ne perdit néanmoins pas confiance dans la quête de ses droits et de sa couronne. Il lui manquait surtout l’onction du sacre de Reims qui devait lui accorder, aux yeux de ses sujets, sa pleine et entière légitimité. Les premières années de la reconquête furent difficiles. Petites victoires et singuliers revers s’alternaient inexorablement.
Charles VII dut se réfugier à Chinon, cité royale qu’il avait réussi à prendre aux Anglais en 1428. C’est alors que…

Sainte Jeanne d'Arc

L’intervention de la Providence : Jeanne !

Sire, n’entendez-vous pas cette rumeur qui provient des marches de votre bon royaume, à la frontière du duché de Lorraine ?
Le 25 février 1429, une jeune bergère de 16 ans prénommée Jeanne, native de Domrémy, arrivait à Chinon escortée de quelques hommes d’armes, pour y rencontrer le roi.
Ce qui fut alors pour certains une plaisanterie de mauvais goût, ou pour d’autres une diablerie fomentée par l’Anglois, s’avéra être finalement tout autre chose… « Gentil dauphin, je te dis de la part de Messire Dieu que tu es vrai héritier du trône de France » proclamait la jeune fille devant une assistance abasourdie. Et la pucelle d’ajouter qu’elle irait elle-même le conduire à Reims pour recevoir l’onction sainte avant que de bouter les envahisseurs hors du royaume.
Un examen effectué par des médecins et des théologiens reconnut la sincérité de Jeanne, désarmant ainsi les craintes et les hésitations d’un prince quelque peu pusillanime. C’est là que l’épopée commença, dont ne saurions, en quelques lignes, retracer les heures de gloire et de peine, et qui conduisit à la reconquête progressive du royaume des Lys par son souverain légitime. Celle qui allait reprendre Orléans, conduire Charles à Reims, remporter tant de victoires décisives sur l’ennemi, avait su, par son charisme tout droit inspiré du Ciel, galvaniser des troupes de soldats peu disciplinés et envenimer le courage des plus valeureux capitaines de ce temps, Dunois, La Hire, Xaintrailles, Ambroise de Loré, André de Rambures, et tant d’autres.
Jeanne fut l’étincelle qui sut raviver la grande geste de Dieu pour les Francs, la petite flamme d’espérance qui a rendu courage aux peuples de France asservis par la guerre et son cortège de misères. Et le résultat ne s’est pas fait attendre : la libération d’Orléans, le 8 mai 1429, marqua le début d’une reconquête progressive qui s’acheva, en dépit de la capture et de la mort de la Pucelle, le 31 mai 1431, par la quasi-totale reprise en main des territoires du royaume par les Valois – à l’exception de Calais, qui sera finalement reconquise par Henri II, en 1558.
Cette épopée n’aurait pu avoir lieu sans l’intervention divine, qui envoya une vierge, une fille du bon peuple de France, une nouvelle Judith pour assurer la délivrance de la Fille aînée de l’Église.

Une nouvelle reconquête ?

Six cents ans après l’avènement de Charles VII, notre beau pays connaît des affres on-ne-peut-plus similaires, quoique plus sinistres encore, puisqu’en 1422, l’Europe était le phare de la Chrétienté. L’histoire est faite de répétitions, permises par Dieu pour rappeler aux hommes qu’Il est le maître de l’histoire et de leur destinée, que Lui seul peut les extirper du chaos qui les menace à condition qu’ils retournent à l’obéissance et à la fidélité. L’infidélité et l’apostasie dont notre époque pâtit ne datent pas d’hier…
Mais nous voici à une époque charnière marquée par l’échec des léviathans modernes et par le désir des fils des ténèbres de bouleverser de nouveau les repères d’une humanité en pleine détresse, par le truchement d’une révolution idéologique, morale, médicale et migratoire incontournable – le
Great Reset tant souhaité et consciemment préparé par Klaus Schwab et les parangons du néo-mondialisme.
La crise covidienne jointe à la crise encore plus cinglante de l’Église, est le prétexte d’une
tabula rasa définitive d’une époque où subsistaient encore, malgré l’acharnement des hérauts de la post-modernité, des petites étincelles de l’ancien temps.
« Sans moi vous ne pouvez rien faire ! » (Jn XV, 5) Cette parole du Christ doit avant tout résonner à nos oreilles, avant de nous lancer dans des grands discours et de profondes analyses, avant de sortir le canon ou l’arbalète, avant de faire de grands plans de survivalisme. Notre secours vient de Dieu et de Dieu seul. Sainte Jeanne d’Arc en fut la preuve incarnée, à une époque où tout semblait perdu.
Notre combat pour la légitimité, pour le règne du Christ sur son beau royaume de France et sur l’humanité tout entière, pour la défense des droits et de la liberté de l’Église catholique, ne peut donc être efficace s’il n’est avant tout soutenu par la grâce divine. Mais ce combat demande aussi courage, détermination, conversion personnelle et pénitence en ces temps douloureux au milieu desquels il nous faut être des « martyrs », des témoins, et ne pas avoir peur de risquer son confort, sa notoriété, sa vie même pour la Vérité.
La reconquête est à ce prix.
Comment la Providence pourrait-elle soutenir des soldats apeurés et mollassons ?
« Aide-toi et le Ciel t’aidera » dit l’adage.

Qu’en ce début d’année 2022 le Ciel nous vienne en aide pour faire de nous des soldats intrépides du règne du Christ dans notre vie et dans notre beau pays de France, pour affronter les combats de demain et pour qu’à l’instar de Jeanne, nous fassions refleurir les beaux lys de la Fille aînée de l’Église !                                                                                              

Mathias Balticensis

Sainte Jeanne d'Arc chargeant - statue à Chinon

2022-7. « Français, ayons du cœur et de l’énergie. Montjoie Saint-Denis ! »

Editorial de

Monseigneur le Prince Louis de Bourbon,
de jure Sa Majesté le Roi Louis XX

publié dans « Valeurs Actuelles »
du 6 janvier 2022

Louis XX - Prince Louis de Bourbon

Avoir des ambitions, maîtriser son destin,
choisir l’humain, défendre le vrai, cultiver le beau.
En un mot : être la France.
Tel est le vœu que tous les responsables politiques
devraient former pour notre pays
en ces premiers jours de l’année.

Merveilleuse alchimie de la société française toute en équilibre et harmonie. Entre le ciel et la terre, entre le bien commun et l’égoïsme individuel. À l’image de Noël et du jour de l’An. Noël, la fête chrétienne de la naissance du Christ venu sauver le monde qui en a tant besoin ; les étrennes du Nouvel An, pour revenir sur terre et penser à soi. Les deux faces d’une même humanité. Rendre à Dieu et rendre à César ! Janvier, le temps des vœux, des bonnes résolutions, des compteurs remis à zéro pour repartir et pour s’ouvrir à l’avenir et le préparer. Avenir individuel si préoccupant pour chacun et pour les familles, mais encore plus pour notre cher et vieux pays.

N’est-il pas frappé par les crises sanitaire et économique ? N’est-il pas, plus gravement encore, atteint d’une sorte de doute sur son avenir même, qui entraîne une remise en cause existentielle ? La France dont certains de ses enfants semblent renier un passé plus que glorieux longtemps exalté et qu’ils feignent parfois de récuser ou d’oublier, alors que nombre de nations nous jalousent en l’admirant. Sans ce fondement fort, fruit des siècles de l’œuvre collective menée du roi au plus humble des sujets, l’avenir paraît parfois bien incertain tant il est fait de doutes et d’interrogations. Pourtant il ne s’agit pas d’être dans la nostalgie du temps d’avant.

Ce culte du passé pour lui-même n’est pas dans notre tradition. Pour sortir de la crise, il y a nécessité de retrouver l’énergie conquérante de ceux qui nous ont précédés et de redéfinir un projet de société. De retrouver le sens d’une communauté de destin. Allons ! Français, ayons du cœur et de l’énergie. Montjoie Saint-Denis ! Faire le contraire ne serait ni très capétien ni français !

Notre pays doit aborder la période actuelle comme l’occasion de s’ouvrir à une nouvelle Renaissance — comme l’est par nature la naissance du Christ, qui marque le début de l’histoire moderne du monde. Ce n’est pas rien, d’autant que la France a choisi aussi il y a quinze siècles de faire coïncider sa naissance officielle avec le baptême de Clovis à la Noël 496. Que de symboles pour retrouver espérance et volonté de se renouveler.

En ces premiers jours de l’année, faisons un vœu, un vœu collectif, d’une France qui, fidèle à ses traditions, son histoire et ses racines, profite des épreuves actuelles pour rebondir. Une France qui, de nouveau, se met à s’aimer elle-même à la fois pour ce qu’elle est mais aussi pour ce qu’elle peut apporter aux autres nations. N’est-ce pas, en effet, le monde entier qui est en attente et l’Europe tout particulièrement ? Mais pour espérer, ne faut-il pas un modèle ?

La France, inspirée par sa vision universaliste née de son baptême, a sur ce point un rôle à jouer. Faisons qu’elle retrouve le sens de sa mission, appuyée sur un régime sachant concilier le bien commun, sans lequel il n’y a pas de vie sociale ni la garantie des libertés individuelles, avec le développement pour tous afin de ne laisser personne en dehors. Que la France redevienne fière de son double héritage, gréco-romain d’une part et chrétien d’autre part — César et Dieu, encore une fois —, pour garantir l’harmonie sociale. Qu’elle sache exalter les grandeurs léguées par son histoire riche de quinze siècles, pour inspirer l’avenir.

Il est des moments où savoir regarder dans le miroir du passé, où se mêlent grands hommes et événements exaltants, permet de retrouver les énergies nécessaires pour construire demain, pour redonner du sens à une destinée commune.

Puisqu’il y a des échéances électorales avec des propositions qui, par nature, feront appel à une certaine démagogie, pourquoi ne pas chercher à élever le débat ? À échapper aux approches partisanes et donc réductrices, aux petits calculs, aux programmes qui se résument à des formules chocs, aux promesses qui seront bien vite oubliées. N’est-ce pas le moment de placer la barre plus haut ? Qu’est-ce qui sera le bon et le bien pour la France et les Français de demain ? Sur le long terme. Voir juste et voir loin.

Revenir aux fondamentaux si malmenés ces dernières décennies : faire du bien commun l’objectif de l’action ; défendre la famille naturelle en respectant l’éthique et le droit naturel ; affirmer la primauté de la vie humaine, de la conception à la mort ; exalter le beau ; revenir à la vérité et au réalisme en politique en oubliant le relativisme et les idéalismes dictés par les passions éphémères.

En politique, cela correspond à des réalités bien concrètes : souveraineté retrouvée, ce qui est possible grâce à la valeur de nos armes, à notre immense domaine maritime réparti sur les cinq continents, à notre langue, une des rares à être encore mondiales, à notre technologie de pointe en de nombreux domaines ; sécurité assurée et retrouvée pour tous, une des premières missions régaliennes largement bafouée par les territoires de non-droit et les communautarismes réducteurs ; justice garantissant les droits des faibles et des victimes… En un mot, avoir des ambitions ! Maîtriser son destin ! Être la France.

C’est ainsi que les Français l’aiment. Ils le rappelleront, n’en doutons pas, lors des prochaines échéances, pour écrire une nouvelle page de son avenir.

Prince Louis de Bourbon,
duc d’Anjou.

lys.gif

2022-6. Communiqué de Sa Majesté consécutif aux actes de vandalisme perpétrés à la basilique nécropole royale de Saint-Denis.

Basilique de Saint-Denys façade (état actuel)

Le 5 janvier dernier, des actes de vandalisme ont été perpétrés dans la basilique nécropole royale de Saint-Denis : un homme, présenté comme un marginal âgé d’une trentaine d’années, y est entré armé d’une barre de fer avec laquelle il a brisé trois statues, puis s’en est pris à plusieurs vitrines dans lesquelles étaient présentées des objets religieux vendus sur place.
Le recteur de la basilique cathédrale, l’abbé Jean-Christophe Helbecque a précisé : « Les trois statues abîmées sont des séries en plâtre relativement récentes, et sans valeur patrimoniale ». C’est heureux du point de vue patrimonial, cela n’ôte rien à la gravité spirituelle de l’acte.
Les motivations de l’homme, qui a été interpellé, ne sont pas très précises à ma connaissance : il aurait voulu pénétrer dans une partie de la basilique non accessible aux visiteurs, derrière le sanctuaire, et, en ayant été empêché, c’est alors qu’il est allé chercher la barre de fer avec laquelle il a commis ces destructions.

Cela nous amène à signaler, avec douleur et inquiétude, qu’en de nombreux autres points de France ces dernières semaines, les attaques contre les lieux de culte se sont multipliées, sans que cela ne suscite beaucoup de réactions ni d’indignations dans les médias ou la classe politique.

A la suite des actes de vandalisme du 5 janvier à la basilique de Saint-Denis, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, a publié la protestation suivante :

Message du Prince Louis suite aux actes de vandalisme à la basilique Saint-Denis

Louis XX

2022-3. Vœux et perspectives pour l’an de grâce 2022, assortis de quelques précisions…

Lundi soir 3 janvier 2022,
Fête de Sainte Geneviève, vierge (cf. ici et ici) ;
Mémoire de l’octave de Saint Jean.

Blogue vœux 2022 3

Le Mesnil-Marie, vu du nord-est, ce 1er janvier 2022

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans l’inexorable marche des années qui rythment nos vies terrestres, nous voici passés de 2021 à 2022 : l’an de grâce 2022 !
Nonobstant le fait que ce passage d’une année à l’autre n’est jamais qu’un repère pratique né d’une convention – nécessaire cependant pour avoir des références communes dans notre vie en société -, et en sous-entendant tout ce que j’avais écrit dans les sept parties de cet article que j’avais intitulé « Métaphysique des vœux » (à partir d’ > ici), le mois de janvier étant le « mois des vœux », il n’est pas déplaisant de venir vers vous pour vous présenter les miens d’une manière toute particulière, en dehors de la formule « Bonne année, bonne santé ! » si usée et émoussée.
Je vous souhaite – et je prie pour cela -, bien sûr, que l’année 2022 soit pour vous remplie de bonnes et belles choses, et, certes, que vous ayez une bonne santé (et là je pense d’une manière très instante à tous ceux, très nombreux, parmi mes amis et connaissances dont la santé est fragile, ou éprouvée, ou qui lors des ces derniers mois ou semaines, ont été bien malades), mais je vous souhaite par dessus tout la force spirituelle et la sérénité d’âme pour porter pas à pas le poids des jours, chargés de leurs bagages – tellement encombrants parfois – de moments heureux et d’épreuves, de joies et de tristesses, d’inquiétudes et d’espérances, de contrariétés et de consolations…
Je pourrais ici reprendre mot pour mot ce que j’avais écrit le 4 janvier 2017 et que j’avais appelé « Au-delà des vœux conventionnels » (cf. > ici).

Blogue vœux 2022 1

Le Mesnil-Marie, vu du sud, ce 1er janvier 2022

Beaucoup d’entre vous m’ont adressé de jolies cartes ou des courriels à l’occasion de ces fêtes de la Nativité, je les en remercie ici d’une manière globale et générale, espérant avoir le temps de répondre personnellement à chacun avant la fin de ce mois de janvier !
J’ai en effet beaucoup de courrier, papier ou électronique, en retard, vivant finalement toujours dans l’urgence des situations ou sollicitations immédiates, et manquant cruellement de temps pour tout faire.

Je voudrais d’ailleurs profiter de ces quelques lignes pour préciser quelques points…

A – « On n’arrive pas à vous joindre ! »
Combien de fois n’entends-je pas cette réflexion, avec plus ou moins de nuances.
J’en ai parfaitement conscience…
Mais je ne vous cèlerai pas qu’il n’y a aucune amélioration à attendre de ce point de vue-là, pour plusieurs raisons que je vais expliciter ci-dessous.
- 1) Un moine n’est pas un standardiste : il ne faut donc ordinairement pas s’attendre à « tomber sur lui » dès la fin de la troisième sonnerie du téléphone : pour ce qui me concerne cela ne se peut qu’à la condition que je me trouve dans mon bureau, et qu’en outre je sois disponible à ce moment-là.
- 2) Un moine n’est pas toujours disponible : Vous comprendrez aisément que je ne réponde pas au téléphone lorsque je suis en prière à la chapelle, lorsque je m’adonne à des travaux physiques à l’extérieur de la maison, lorsque je suis déjà pris par un visiteur, pendant certains temps d’étude qui exigent de moi une grande concentration, ou lorsque je suis au volant… etc.

C – Si donc vous avez besoin de vous entretenir avec moi, le mieux est de m’adresser un texto sur mon téléphone portable ou par courriel, afin que nous nous fixions un rendez-vous, et en me précisant – si possible – l’objet de l’entretien et le degré d’urgence.
Je ne peux d’ailleurs vous garantir de vous répondre aussitôt, pour les mêmes motifs que j’ai exposés ci-dessus.
Je ne veux – sauf urgence ou motif d’extrême importance – pas donner plus de temps aux entretiens téléphoniques que je n’en donnerais au parloir si je vivais dans une communauté.
Le fait que je sois seul au Mesnil-Marie, que ma vie ne soit pas celle d’un pur contemplatif cloîtré, que je me rende très souvent disponible et que je m’efforce souvent d’avoir une grande souplesse (le Bon Dieu m’ayant fait le don – un peu fatigant parfois – d’avoir un très mauvais sommeil et de ne dormir que très exceptionnellement plus de cinq heures par nuit : j’en profite bien souvent pour réciter mes heures et pour faire oraison), ne signifie en aucune manière que je n’ai rien à faire d’autre que musarder ou me complaire en relations humaines, certes agréables et édifiantes, mais qui ne peuvent absolument pas prendre le pas sur les impératifs essentiels de ma vie religieuse : « Messire Dieu premier servi ».

Blogue vœux 2022 11

A l’intérieur du Mesnil-Marie, ce 1er janvier 2022

D – Et pour les visites ?
Lorsque j’accueille quelque visiteur, je préfère évidemment avoir été prévenu de sa venue.
Il me semble que c’est la plus élémentaire des politesse que d
‘être totalement disponible à mes hôtes lorsqu’ils sont là, de manière à leur consacrer, en toute sérénité d’esprit, le temps qu’il faut pour écouter, répondre… etc. Ce n’est pas nécessairement le cas si, débarquant à l’improviste, ils me trouvent dans une tenue « improbable » – et pas toujours très ragoûtante -, comme ce fut le cas ce jour d’été où des personnes de passage me trouvèrent juché sur un escabeau, dans un vieux « ticheurte » troué avec de vieilles chaussettes dépareillées dans des « basquettes » sans âge, dégoulinant de sueur et de l’huile de lin dont j’étais en train d’enduire les poutres de l’avant-toit, puisqu’elle coulait le long du manche du pinceau, sur mes mains et mes bras !!!

Il peut aussi se trouver que je doive m’absenter pour visiter quelqu’un, faire des courses ou me rendre à un rendez-vous de santé (j’ai des séances de kinésithérapie très régulières en raison de l’état de ma colonne vertébrale), ou tout simplement pour faire un peu d’exercice physique : je trouve vraiment dommage – et cela s’est pourtant produit à plusieurs reprises – que des amis qui comptaient me faire une surprise se heurtassent à une porte close (je me suis retenu d’écrire : « trouvassent une maison close », mais tout le monde n’apprécie pas forcément mon humour un peu décalé !).

Vous le comprenez, ce n’est point-là de la misanthropie ou du repli sur soi, c’est juste une question d’ordre et de cohérence.

Blogue vœux 2022 4

Campanile du Mesnil-Marie ce 1er janvier 2022

E – Cela m’amène presque naturellement à répondre à cette autre question : « Mais que peut-il bien faire de ses journées ? »

- 1) Outre la récitation de l’office divin (qui demande environ deux heures à deux heures et demi quotidiennes) et celle du chapelet des Sept-Douleurs de Notre-Dame (cf. > ici), outre les prières de dévotion, l’oraison et la lectio divina, j’ai une vie d’étude
Mais ma vie ne se passant pas uniquement dans des sphères spirituelles désincarnées ou intellectuelles, je dois aussi faire face aux tâches ordinaires de la vie dans mon ermitage : le Mesnil-Marie est loin d’être fini de restaurer et d’aménager, et il y a encore beaucoup de travaux en perspectives en sus des nécessaires lessives, repassages, ménages, corvées de bois, entretiens récurrents… etc.
- 2) Par ailleurs, vous savez que je suis chanoine d’honneur du Chapitre de Saint Remi (cf. > ici, mais il faut noter qu’il n’est plus installé en Provence depuis quelques mois), avec le titre d’écolâtre, c’est-à-dire responsable de la formation : cela requiert de moi des séjours réguliers dans mon Chapitre et me demande du travail (des corrections de copie par exemple).
- 3) Je garde également mes responsabilités dans l’Union des Cercles Légitimistes de France et dans la Confrérie Royale, même si j’ai demandé l’an passé à ne plus être Prieur de cette dernière.
- 4) Au niveau local, j’entame ma sixième année de correspondant local de presse – ce qui me prend aussi du temps -, et je garde quelques responsabilités dans des associations, même si la « crise covid » a donné un grand coup de frein à leurs activités, et que je me suis mis en retrait de certaines d’entre elles.
- 5) Enfin, beaucoup d’entre vous le savent aussi, le Bon Dieu m’ayant fait le don de soulager certaines souffrances (brûlures ou inflammations connexes), je suis très souvent sollicité par des personnes, qui me joignent depuis toutes les provinces de France, et qui demandent mes prières afin d’alléger ou – parfois – faire entièrement passer leurs tourments. Je ne fais évidemment aucune « réclame », mais c’est le seul bouche à oreille qui fait qu’on me contacte du Languedoc ou d’Artois, de Bretagne ou de Provence, de Bourgogne ou de Guyenne, de Paris ou du Maine, d’Auvergne ou des Flandres…
Je sais que ce don est incompris de beaucoup et suscite souvent des questions – ou des réticences -, mais il ne s’agit pourtant de mon côté que d’une prière en invoquant la Très Sainte Trinité, la puissance de la Sainte Croix de NSJC et l’intercession des saints, pour des personnes endolories : pas de rite bizarre ni d’occultisme !

Blogue vœux 2022 13

L’oratoire du Mesnil-Marie ce 1er janvier 2022

F – Nous aimerions avoir davantage de vos nouvelles !
J’entends ou lis assez fréquemment cette remarque. Je suis touché de la sollicitude amicale dont elle témoigne, mais connaissant plusieurs centaines de personnes, avec lesquelles j’ai des relations d’amitié et de confiance, il m’est impossible d’entretenir avec chacune une correspondance suivie à la manière de ma si chère marquise de Sévigné.
Ce blogue a l’avantage de permettre un certain suivi, bien que moins personnel, avec ceux qui souhaitent garder le contact ; de même, en l’état actuel des choses, que Facebook… Je connais et comprends les craintes et réserves légitimes que l’on peut avoir envers les réseaux sociaux, mais je vois aussi chaque jour le profit spirituel qui résulte de ma présence et de mes publications : des amitiés fidèles se sont nouées, des contacts importants se sont établis… Ce sont aussi des « lieux d’évangélisation » où, modestement, le Refuge Notre-Dame de Compassion rayonne et fait du bien.
Cela présente aussi quelques inconvénients (et je vous en entretiendrai bientôt plus longuement), puisque tous les hommes ne sont pas « bonae voluntatis » et qu’il peut arriver que, exposé de la sorte, l’on puisse aussi être suivi par quelques personnes franchement malveillantes ou déséquilibrées.
Mais n’est-ce finalement pas le cas en toutes occurrences humaines ?
Et le fait de quelques méchants doit-il faire taire et paralyser ceux qui cherchent à faire le bien ?
J’envisage peut-être la publication – par courriel ou courrier papier – d’une lettre confidentielle aux Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion, mais c’est un surcroît de travail que je ne suis pas encore en mesure d’assumer.

Pour le reste, je suis, depuis déjà six mois, entré dans ma soixantième année : certains voudraient que j’organise une fête le jour de mes 60 ans, le dimanche 3 juillet prochain, mais j’avoue ne pas avoir le goût ni les moyens de cette organisation : comme ce sera un dimanche, dès à présent retenez que je vous invite à la Sainte Messe de ce jour, où que vous soyez, pour y déposer sous forme de prières les souhaits que votre amitié formule à mon intention !

Ma santé se maintient : mon médecin, que je vois régulièrement pour des contrôles depuis mon AVC d’avril 2013, s’emploie à maintenir mon foie malade dans les frontières du raisonnable, et s’attache patiemment à faire en sorte que ma vieille carcasse, malgré l’arthrose et autres sympathiques détraquements, me permette – selon les termes un peu crus de ce bon disciple d’Hippocrate - « d’em….er encore pendant très longtemps » les ennemis du trône et de l’autel !
Mes dernières analyses (à la fin juillet) montraient de manière indubitable que j’avais été touché par le virus de la covid, en raison du taux très élevé d’anticorps qui a été relevé dans mon sang ; mais je ne m’en suis pas rendu compte : point de fièvre ni de perte de goût ou d’odorat, pas d’embarras pulmonaires ou respiratoires. Peut-être était-ce lorsque, après Pâques, je me suis senti très fatigué ? Je l’avais alors attribué au contrecoup du grand carême et de la Semaine Sainte.
Je précise que je n’ai reçu aucune des injections prétendument vaccinales préconisées par le-gouvernement-qui-nous-veut-du-bien, et que je n’ai nulle intention d’en recevoir.

Blogue vœux 2022 5

La Vierge de l’accueil, à la porte du Mesnil-Marie, ce 1er janvier 2022

G – J’ai intitulé ce long bavardage « vœux et perspectives ».
Mes vœux, je vous les ai présentés au début ; passons maintenant aux perspectives, si vous le voulez bien.

On ne peut presque pas désormais ouvrir la radio pour écouter un bulletin « d’information » (sic) sans que le sujet soit abordé : le printemps prochain sera celui de nouvelles élections républicaines.
Cela ne concerne pas directement les Légitimistes, qui restent solidement campés dans la position préconisée par S.M. le Roi Henri V (cf. > ici) et rappelée par S.M. le Roi Alphonse II (cf. > ici).
Cela ne signifie cependant pas que les Légitimistes se désintéressent de l’actualité politique et de ses enjeux, ni qu’ils sont inactifs (il faudra que l’on m’explique d’ailleurs en quoi aller urner est une action politique efficace). Au-delà de la comédie des élections pestilentielles et de leurs coups de théâtre courtelinesques, nos perspectives sont celles de la Restauration royale, dans ses principes traditionnels, et non accommodée à la sauce parlementariste pimentée des venins maçonniques.
Nous ne voyons pas une Restauration en dehors d’une conversion générale des peuples de France au catholicisme et un retour à l’alliance scellée dans les fonts baptismaux de Reims : on ne restaurera pas la Royauté très chrétienne en dehors des voies que Dieu Lui-même a prises pour l’établir, c’est-à-dire la conversion, conséquente à la prière, à la pénitence et au travail des saints !
Dans la situation actuelle de l’Eglise et de notre France, cela peut sembler pure utopie à ceux qui manquent de foi, mais nous ne devons pas douter de l’action de la Providence qui peut se servir des bouleversements humains et des crises les plus graves pour toucher les cœurs et illuminer les intelligences.

Présentement, la dictature républicaine est en place, sous de patelines apparences libérales.
Elle va se manifester par des attaques de plus en plus cruelles et outrées contre le droit naturel et contre le droit divin : nous sommes déjà entrés dans les années où nous assisterons à l’aboutissement des horreurs initiées par le siècle des prétendues lumières et par la révolution de 1789, avant de les voir s’effondrer dans un paroxysme d’abominations.
Mais ce sont ces abominations même qui susciteront la prise de conscience, le « retour au réel » et le sursaut spirituel de beaucoup.

Pour l’heure, prions, veillons, offrons de généreux sacrifices, formons-nous avec avidité afin d’être « toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en nous » (1 Petr. III, 15). Travaillons avec ténacité à faire connaître et à défendre notre  Souverain légitime et les principes de la monarchie capétienne traditionnelle de droit divin.

Blogue vœux 2022 12

L’avenir immédiat ne sera pas tout rose pour les défenseurs de la Légitimité, comme pour les défenseurs de la Sainte Messe latine traditionnelle. Je l’ai déjà écrit et je le réécris : il faut passer par le temps d’une certaine clandestinité, par le temps de la résistance, du maquis et des catacombes.
A ce propos, permettez-moi de vous citer Georges Bernanos qui, dans les « Dialogues des carmélites », place ces mots sur les lèvres de leur aumônier au moment où les religieuses sont contraintes de quitter leur monastère :
 « Un poisson ne saurait vivre hors de l’eau, mais un chrétien peut très bien vivre hors la loi. Que nous garantissait la loi ? Nos biens et nos vies. Des biens auxquels nous avions renoncé, une vie qui n’appartient plus qu’à Dieu… Autant dire que la loi ne nous servirait pas à grand-chose… »

Bonne, heureuse et sainte année, mes chers Amis !
Bonne année dans l’indéfectible espérance !
Heureuse année à travers les médisances, calomnies, critiques et persécutions !
Sainte année dans la fidélité sans faille aux principes et envers Celui qui nous a aimés le premier et qui a versé Son Sang pour nous !

Que Dieu nous bénisse et nous garde !

 Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

Blogue vœux 2022 14

Vitrail de la chapelle du Refuge Notre-Dame de Compassion
dans la lumière de ce 1er janvier 2022.

2022-2. Vœux de SMTC le Roi Louis XX.

1er janvier 2022.

Vœux du Roi

En ce premier jour de l’année, faisons le vœu d’une France qui retrouve l’esprit de la volonté collective. La volonté qui fait gagner, et ouvre des voies nouvelles.
Pour se faire la France doit reprendre en mains ses destinées et retrouver l’amour de son histoire, de ses traditions et de ses grands hommes.
Louis de Bourbon, duc d’Anjou.

Armes de France & Navarre

2021-80. « Renoncer à l’impiété et aux désirs du siècle, et vivre sobrement, et justement, et pieusement dans ce monde, attendant la bienheureuse espérance… »

Vendredi 31 décembre 2021,
Fête de Saint Sylvestre 1er, pape et confesseur ;
7ème jour dans l’octave de la Nativité de NSJC ;
Anniversaire de la mort de Saint Jean-François Régis (cf. > ici), à La Louvesc.

ange de la gloire - vitrail de l'église Saint-Martin de Palaiseau

l’ « ange de la gloire »
(détail du vitrail de la Nativité, dans l’église Saint-Martin de Palaiseau)

Lanterne de Noël

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Nous voici au terme de cette année 2021, dont je vous écrivais en ses premiers jours qu’elle allait être pire que la précédente, laquelle, en définitive, en comparaison de celle qui va se clore en ce jour, nous apparait désormais presque auréolée de charmes idylliques.
Si je le puis me permettre d’ailleurs, je vous engage à aller relire ces vœux si particuliers que je vous écrivais en commençant l’année qui s’achève aujourd’hui (cf. > ici), avant de découvrir bientôt ceux que je vous adresserais pour 2022. Mais je ne vais pas anticiper…

Une année s’achève, une autre va commencer…
En beaucoup de lieux, l’abrutissement général va pousser des foules lobotomisées à s’étourdir de manière superficielle, même si – en raison des mesures à prétexte sanitaire -, cela restera contenu en des rassemblements limités en nombre.
Comme aux temps de Noé et de Lot (cf. Luc. XVII 26 et sq.), ils vont manger et boire sans se préoccuper de leurs âmes et sans tenir compte des avertissements que Dieu, dans Sa miséricordieuse patience, leur a donnés pour susciter leur conversion. Ils vont se « souhaiter la bonne année » sans, pour le plus grand nombre, aspirer à autre chose qu’à « profiter de la vie », et sans voir qu’approchent des jours plus terribles que ceux du déluge et plus redoutables que celui qui consuma Sodome par le feu et le soufre du ciel.
Car « Il est venu chez Lui, et les Siens ne L’ont pas reçu » (Johan. I, 11).

Mais, en notre Mesnil-Marie, sachez, bien chers Amis, qu’en union avec beaucoup d’entre vous – qui êtes de « ceux qui L’ont reçu » et auxquels a été « donné le pouvoir d’être faits enfants de Dieu » (cf. Johan. I, 12) et qui participerez à des soirées ou veillées de prière -, nous nous tiendrons à l’écart des divertissements terrestres, et des « sms », appels téléphoniques, courriels et de toute cette avalanche de messages convenus, parce que, dans le recueillement de notre chapelle silencieuse, nous supplierons pour la conversion des pauvres pécheurs, pour le salut de notre Royaume très aimé, pour que les cœurs se détournent des voies de l’erreur et du péché, pour que la Sainte Eglise déchirée et dévastée – parce qu’elle est livrée aux mercenaires et aux loups déguisés en brebis -, soit restaurée dans l’unité de l’intégrité et de l’intégralité de la foi.
Cramponnons-nous, agrippons-nous plus que jamais à la Bienheureuse Espérance – beatam spem – en nous souvenant de l’épître de la Messe de Minuit : « Appáruit grátia Dei Salvatóris nostri ómnibus homínibus, erúdiens nos, ut, abnegántes impietátem et sæculária desidéria, sóbrie et iuste et pie vivámus in hoc sǽculo, exspectántes beátam spem et advéntum glóriæ magni Dei et Salvatóris nostri Iesu Christi : qui dedit semetípsum pro nobis : ut nos redímeret ab omni iniquitáte, et mundáret sibi pópulum acceptábilem, sectatórem bonórum óperum : La grâce de Dieu notre Sauveur est apparue à tous les hommes, nous enseignant à renoncer à l’impiété et aux désirs du siècle, et à vivre sobrement, et justement, et pieusement dans ce monde, attendant la bienheureuse espérance et l’avènement de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ, qui S’est livré Lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple pur, agréable, et zélé pour les bonnes œuvres. » (Tit. II, 11-14).

Sursum corda !
Habemus ad Dominum !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

étoiles gif

2021-77. Le sectarisme et la cruelle impiété des promoteurs d’un concile gangrené par le modernisme ne nous effraient pas, ni ne peuvent entamer notre résolution et avoir raison de notre fidélité.

Lundi soir 20 décembre 2021,
Férie de la 4ème semaine de l’Avent 
et vigile de Saint Thomas.

La sainte messe catholique - Mysterium Fidei

nika

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

A quelques jours des célébrations, si chères à nos âmes, de la Nativité de notre divin Rédempteur, il me serait vraiment agréable de ne vous écrire que des choses iréniques et exemptes de toutes ces luttes bien fatigantes – épuisantes même parfois – qu’il nous faut continument mener, chaque jour et à chaque heure du jour, contre les forces maléfiques déchaînées, dans le monde et dans l’Eglise.
Las ! ce ne sera pas le cas…

L’ennemi du salut du genre humain, menteur et homicide dès le commencement (cf. Joan. VIII, 44), ne nous veut point laisser en repos, et il se plaît spécialement à polluer des produits nauséabonds de sa haine et de sa méchanceté les fêtes de Notre-Dame les plus fécondes en fruits de sérénité intérieure et de paisible intimité avec notre Mère céleste, pour les remplir de trouble et d’amertume.
C’est ainsi qu’après avoir souillé la fête de Notre-Dame du Mont Carmel (16 juillet) par son ignoble « motu sordido » ordonnant l’éradication de la Sainte Messe latine traditionnelle, le grimaçant et perfide occupant du trône pontifical a aussi souillé la fête de l’Expectation de l’enfantement de la Bienheureuse Vierge (18 décembre) par la publication d’un texte de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements agissant en son nom, qui, sous couvert de réponses à des questions qui auraient été posées par des évêques, vient préciser quelques uns des moyens par lesquels il compte parvenir à ses fins.
Car, oui, ce ne sont là que quelques unes des manières de sa « sollicitude paternelle » (!!!) et de sa « miséricorde » (!!!).
Attendez de voir les ordres de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et sociétés de vie apostoliques à laquelle ont été livrés pieds et poings liés les instituts et communautés ex-Ecclesia Dei : il faudrait être d’une inconscience et d’une naïveté coupables pour compter sur la protection du droit propre qui leur a été accordé à leur fondation.
Que les responsables de ces « communautés traditionnelles unies à Rome » se souviennent très exactement des agissements des sbires de François contre la florissante congrégation des Franciscains de l’Immaculée, et qu’ils prennent conscience qu’ils sont désormais exposés à des procédés bien plus iniques et bien plus cruels, dans leurs apostolats et dans leurs maisons de formation.

Naïveté coupable, écrivai-je ci-dessus, parce qu’il n’est raisonnablement et surnaturellement pas possible d’envisager que ceux qui poursuivent aujourd’hui cette extirpation violente de la liturgie latine traditionnelle, sont animés par la quête de la justice, la recherche du salut des âmes et le bien de toute l’Eglise.
Sans doute y en aura-t-il pour me reprocher de faire des procès d’intention, mais les faits sont là et « contra factum non fit argumentum » [contre l’évidence du fait, on n’argumente pas] : je voudrais vraiment me tromper ; vous verrez que l’avenir – hélas ! – me donnera raison.

Messe clandestine du Bx Noël Pinot

Messe clandestine du Bienheureux Noël Pinot
(peinture murale de l’église du Louroux-Béconnais)

Il faut dire et redire que notre attachement indéfectible à la Sainte Messe latine traditionnelle n’est pas une question d’esthétique, ni une question de latin.
Il est motivé par notre défense de la foi catholique dans son intégrité, telle qu’elle a été définie et précisée contre les hérésies protestantes sur le Saint-Sacrifice de la Messe, l’Eucharistie et le sacerdoce, en particulier lors du concile de Trente ; et nonobstant les protestations des personnes sincèrement catholiques mais attachées à la célébration de la messe réformée à la suite du concile vaticandeux, nous affirmons que cette nouvelle liturgie (de par la volonté même du pape Montini) n’exprime plus avec autant de force et de clarté cette doctrine catholique pérenne, mais y a introduit des éléments propres à édulcorer la foi…
La preuve en est dans tous ces « catholiques pratiquants » interrogés lors de sondages récurrents, qui ne croient plus à la transubstantiation, qui ne trouvent dans la messe qu’une rencontre festive de partage fraternel, qui ne voient dans l’Hostie qu’ils reçoivent que du pain exprimant de façon purement symbolique la présence du Christ, qui ne font plus la différence entre une messe et une réunion de prière sans prêtre… etc. La liste des erreurs et hérésies affirmées tranquillement par ces « catholiques pratiquants », voire membre des « équipes d’animation liturgique », pourrait malheureusement être allongée de manière navrante.

Ce que François – habitué lui-même à célébrer avec de multiples et aberrantes fantaisies lorsqu’il était archevêque de Buenos-Aires ainsi qu’en témoignent plusieurs vidéos disponibles sur Internet – veut imposer, en imposant avec dureté la liturgie postconciliaire, c’est une foi « nouvelle », marquée par les idées modernistes dont cette liturgie réformée est le véhicule.
Ce que François veut éradiquer, en éradiquant la liturgie latine traditionnelle, c’est la foi catholique traditionnelle.

Plusieurs théologiens, ou prétendus tels, qui ont participé au concile vaticandeux l’ont eux-mêmes qualifié de « 1789 dans l’Eglise ».
Soyons-leur reconnaissants de cet aveu et filons la métaphore : l’entière soumission à ce concile est comparable en bien des points à l’acceptation de la Constitution civile du clergé (notons au passage que cette dernière s’est largement inspirée des erreurs jansénistes, lesquelles aboutirent, entre autres, à la prétention d’épurer le missel et le bréviaire pour les ramener à une « pureté primitive » idéalisée, de célébrer en langue vernaculaire, de simplifier le culte, de réduire ses manifestations extérieures – processions par exemple – et le culte des saints, de réformer la vie religieuse et de réduire les indulgences… Cela ne vous rappelle-t-il rien ?).
Bref ! De même qu’il y eut des réfractaires à l’odieuse et sacrilège Constitution civile du clergé, il y a eu et il y a encore aujourd’hui des réfractaires aux mesures destructrices de la foi induites par un concile vérolé… Et la « sollicitude paternelle » de François à leur encontre est tout-à-fait comparable à celle dont la miséricordieuse révolution régénératrice de l’homme s’est comportée envers ceux qui ont perpétué malgré tout, dans la clandestinité et dans l’exercice quotidien d’un héroïsme admirable, au péril de leur vie, la Tradition vivante de la Sainte Eglise.

Nous avons aujourd’hui besoin de tels réfractaires, de tels non-jureurs qui résistent aux ordres iniques et qui, jusqu’au sacrifice d’eux-mêmes, continuent aux âmes la dispensation de la foi catholique authentique à travers le culte liturgique authentique.
Quelles que soient les vexations endurées, et les sanctions encourues.
Oui, quelles qu’elles soient !

Bx Noël Pinot montant à l'échaffaud

Le Bienheureux Noël Pinot montant à l’échaffaud
(peinture murale de l’église du Louroux-Béconnais)

Depuis ses origines, le maintien de la Vérité révélée, à l’encontre des doctrines humaines ou le refus des compromissions avec elles, a valu à l’Eglise des persécutions.
Les diktats bergogliens ne sauraient nous intimider ou nous effrayer : nous avons pour nous, aujourd’hui, les vingt siècles d’expérience d’une Eglise qui a survécu aux dix persécutions des césars païens, qui a résisté à Julien l’Apostat, qui a tenu bon en face des hérésiarques lorsqu’ils prenaient le pouvoir, qui a fait front à de nombreux antipapes, qui ne s’est pas couchée devant le cimeterre des sectateurs de Mahomet, qui s’est relevée des atrocités que lui ont fait subir les princes apostats ayant embrassé les hérésies des pseudo réformateurs, qui s’est perpétuée malgré la sanglante grande révolution dite française, qui s’est conservée à travers les déchainements des bolcheviks, de Staline, d’Hitler, des rouges d’Espagne, de Mao, de Castro, d’Enver Hoxha, d’Hô Chi Minh, de Tito et de beaucoup d’autres…
Le sectarisme et la cruelle impiété des promoteurs d’un concile gangrené par le modernisme ne nous effraient pas, ni ne peuvent entamer notre résolution et avoir raison de notre fidélité.

Un de mes amis me demandait si François voulait nous enfermer dans des « réserves » comme on l’a fait aux Etats Unis pour les peuples indiens, et je lui ai répondu que ce stade était aujourd’hui dépassé.
Paul VI avait voulu faire disparaître la liturgie latine traditionnelle de la même manière que les colons anglo-saxons avaient voulu faire disparaître les peuples originels d’Amérique du Nord ; Jean Paul II, par le motu proprio « Ecclesia Dei afflicta », avait, lui, suspendu le massacre et ouvert ces « réserves d’indiens », dans des frontières bien circonscrites ; Benoît XVI avait enlevé les barbelés qui bouclaient le périmètre des réserves et permis qu’une certaine circulation pût se faire : ce fut « Summorum Pontificum ». François, lui, a décidé de supprimer drastiquement les réserves et d’envoyer leurs occupants en camps d’extermination, car il ne tend à rien moins qu’une « solution finale ».

Ne nous berçons donc pas d’illusions et si, véritablement, nous tenons à garder, pour le bien et le salut de nos âmes, les richesses spirituelles irremplaçables de la liturgie traditionnelle, sachons nous engager dans un combat qui demandera de la fermeté, de la détermination, du sang-froid, de la clairvoyance, de l’intelligence, de la sagacité, de la constance, de la générosité, de l’abnégation, de l’esprit de sacrifice, de l’habileté – et même de la ruse -, de la force morale, de la persévérance et beaucoup de courage !

J’ai moi-même connu, dans les années 1970-1980, les messes clandestines, célébrées dans des greniers ou des caves aménagés.
Je racontais à des amis, il y a quelques jours, comment encore dans les premières années de ce XXIème siècle, un prêtre ami avait dû aménager en chapelle de fortune une grange qui lui était prêtée, à moins de 100 m d’une église vide dont on lui refusait l’usage (lors même qu’il fût canoniquement en règle). Cette grange était si froide qu’un dimanche de janvier il avait été impossible de faire l’aspersion en début de Grand’Messe, parce que l’eau bénite avait gelée (malgré le sel), et que nous n’avions pas pu dégager le goupillon de sa gangue de « glace bénite » !
C’est vrai, retourner aux catacombes nous imposera des sacrifices et mortifiera nos habitudes de confort, mais ce sera pour le plus grand bien de nos âmes.
Les disciples ne sont pas au-dessus de leur divin Maître, que les méchants et les hommes au cœur dur ont contraint à naître dans l’inconfort et le froid d’une grotte étable ; nous pouvons bien nous organiser, avec nos bons prêtres que nous soutiendrons avec tout le dévouement et la discrétion nécessaires, pour recevoir encore et toujours Jésus dans l’intégrité des Sacrements célébrés selon l’usage traditionnel, quand de nouveaux méchants et hommes au cœur dur leur refusent les églises et l’usage du missel et du rituel antérieurs au concile vaticandeux, dont nul pourtant n’a le pouvoir de leur dénier le droit.

 Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

Michaël Rieser - Découverte de l'étable

Saint Joseph découvre l’étable où la Vierge Marie pourra mettre au monde le Fils de Dieu
(peinture de Mickaël Rieser [1828-1905])

2021-75. Vraie et fausse obéissance dans l’Eglise.

Mercredi 15 décembre 2021,
Octave de l’Immaculée Conception (cf. > ici) ;
Mercredi des Quatre-Temps d’hiver (cf. > ici).

Après le temps d’une paix relative qu’avait occasionnée le pontificat de Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, l’arrivée de François au Vatican, vous vous en souvenez, mes bien chers Amis, avait aussitôt suscité les plus vives inquiétudes…
Et effectivement, très rapidement (il n’est que de relire ce qui a été publié dans ce blogue depuis 2013), la Sainte Eglise Romaine est entrée par sa faute dans une période encore plus violente de troubles et d’effrayantes ténèbres.
Une nouvelle étape a été franchie, dans cette escalade de méchancetés et de haine contre tout ce qui est véritablement catholique, par la publication du « motu sordido » Traditionis custodes (comprenez : « les geôliers de la Tradition ») et, vraisemblablement dans les tout prochains jours, des décrets d’application vont être publiés par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements et la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, pour dévoiler de manière encore plus précise les plans destructeurs de l’actuel occupant du siège pontifical.

C’est une véritable persécution que François a décidée, et qu’il veut mener jusqu’au bout pour l’extinction totale de la célébration de la Sainte Messe selon les rites multiséculaires antérieurs aux réformes qui ont suivi le concile vaticandeux

Cette éradication programmée, nous ne le répèterons jamais assez, est – si on veut bien se donner la peine de comprendre les explications données par François lui-même dans son « motu sordido » ainsi que dans la lettre aux évêques qui l’accompagne – liée à la volonté d’enterrer la doctrine catholique traditionnelle, la doctrine catholique reçue des Apôtres, dont la liturgie dite, par simplification, tridentine est l’expression la plus sûre, contrairement au rite réformé – ce rite bâtard – voulu et imposé par Paul VI.

Il n’est plus temps de « prendre des gants » et d’user de circonvolutions diplomatiques polies avec ceux qui veulent notre mort spirituelle et notre anéantissement !
Il est illusoire et vain de tenter de faire appel à son « cœur paternel » et à sa « miséricorde » !
Il faut regarder les choses avec lucidité et, sans céder aux émotions superficielles, il convient de réagir à ces événements avec l’esprit authentique de l’Eglise dans sa Tradition multiséculaire pour agir en conséquence : lorsque quelqu’un vous déclare la guerre, il n’est pas indiqué de lui fourbir des armes et de se livrer à sa merci !
Nous n’avons pas à nous soumettre et à nous aplatir devant des personnes, mues par la haine de la foi catholique authentique qu’elles veulent changer et faire évoluer en conformité avec les doctrines du monde, et qui n’ont pour nous que des paroles traîtresses et des desseins pervers !

Il y a 45 ans – alors qu’au cours de « l’été chaud » 1976 il avait été déclaré « suspens a divinis » par Paul VI -, Son Excellence Révérendissime Monseigneur Marcel Lefebvre, prononçait à Ecône un sermon, au cours de la Sainte Messe de la fête de l’Immaculée Conception (Messe au cours de laquelle les membres de la Fraternité Saint Pie X s’engagent, ou renouvellent leurs engagements), dans lequel il rappelait les principes catholiques de l’obéissance.
Puisque l’on ne se privera pas de nous accuser de désobéissance dans notre combat pour la liturgie latine traditionnelle, qui est un combat pour la foi catholique authentique, il m’a semblé bon et utile de publier ici la retranscription de ce sermon du 8 décembre 1976 qui n’a rien perdu de sa solidité doctrinale, de son actualité et de sa pertinence.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

Nota bene :
La retranscription en caractères gras de certains passages est de notre initiative, afin de bien mettre en valeur les phrases les plus importantes de ce beau texte.

Annonciation -détail d'un vitrail de l'église Saint-Aignan à Chartres

L’Annonciation
(détail d’un vitrail de l’église Saint-Aignan, à Chartres)

Mes bien chers frères,

Cette fête de l’Immaculée Conception, dont le dogme a été proclamé solennellement par le pape Pie IX en 1854, était confirmée ensuite, par la Sainte Vierge elle-même, à Bernadette, à Lourdes, en 1858.
Sans doute cette fête de l’Immaculée Conception est beaucoup plus ancienne que sa définition et précisément, la définition de ces dogmes, intervient toujours par les Souverains Pontifes, après que l’Église, dans sa tradition et sa foi, a montré d’une manière permanente, qu’elle croyait à cette Vérité que Notre Seigneur Jésus-Christ a révélée par ses apôtres.
Ainsi la vérité que nous fêtons aujourd’hui concernant l’Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge Marie est une vérité contenue dans la Révélation, affirmée par conséquent par Notre Seigneur Jésus-Christ Lui-même.
Cette fête nous donne une grande leçon et particulièrement à vous, mes chers amis, qui dans quelques instants allez prononcer votre engagement pour la première fois, ou le renouveler, je pense que je dois attirer votre attention sur le fait que cet engagement vous demande de pratiquer d’une manière toute particulière et véritablement avec tout votre cœur, avec toute votre adhésion, la sainte vertu d’obéissance.

Et s’il est une vertu qui ressort de cette fête de l’Immaculée Conception, c’est précisément la vertu d’obéissance.
Pourquoi ?
Parce que ce qui nous fait perdre la grâce sanctifiante, ce qui nous fait perdre l’amitié de Dieu, c’est le péché d’Ève, de la mère de l’humanité.

Par son péché, par sa désobéissance, elle a entraîné après elle, toutes les âmes qui l’ont suivie. Depuis que ce péché de nos premiers parents est intervenu dans l’histoire de l’humanité, tous ceux qui naissent désormais, naissent avec le péché originel.
Sauf la Très Sainte Vierge Marie, exceptée la Très Sainte Vierge Marie.
Ainsi donc Notre Seigneur Jésus-Christ a voulu. Dieu a voulu, que dans cette histoire de l’humanité, qui a été flétrie en quelque sorte par le péché de la désobéissance de la mère de l’humanité, que ce soit par une créature semblable, par notre Mère du Ciel, la Très Sainte Vierge Marie, que cette faute soit réparée.
Et si donc, c’est par une désobéissance qu’a commencé le péché dans l’humanité, c’est par l’obéissance de la Très Sainte Vierge Marie, que ce péché a été réparé.
Il y a donc là une antithèse admirable et qui a été voulue ou du moins permise par le Bon Dieu. Certes le Bon Dieu n’a pas voulu le péché, mais il a permis cette faute de l’humanité, comme le dit la liturgie du Samedi saint : felix culpa : heureuse faute, d’une certaine manière, dans un certain sens qui nous a mérité tant de grâces ; qui nous a mérité d’avoir au milieu de nous, le Fils de Dieu et qui nous a mérité d’avoir la Très Sainte Vierge Marie.

Et encore faudrait-il que nous profitions de cette leçon et de la grâce que nous offre la Très Sainte Vierge Marie. Leçon d’obéissance, grâce sanctifiante, elle qui est dite pleine de grâces.
Pourquoi est-elle pleine de grâces ?
Parce qu’elle a obéi, parce qu’elle s’est soumise à Dieu.
Et c’est cela précisément ce que nous devons avoir comme premier désir de nos existences.
La vertu d’obéissance est au cœur même de notre sanctification. Elle est au cœur de toute notre vie, de notre vie naturelle, de notre vie surnaturelle.
Il ne peut pas y avoir de véritable vie naturelle sans obéissance ; il ne peut y avoir de vraie vie surnaturelle sans l’obéissance.

Qu’est-ce donc que l’obéissance ? En quoi consiste-t-elle ?
Il me semble que l’on pourrait la définir comme la vertu de Dieu. Virtus Dei omnipotentis : La vertu de Dieu Tout-Puissant, s’infusant dans nos âmes, dans nos existences, dans notre volonté, dans notre intelligence, dans notre corps, cette vertu du Dieu Tout-Puissant.
Vertu qui est la force du Dieu Tout-Puissant s’inscrivant dans nos vies, dans notre vie quotidienne, dans nos existences. Parce que nous ne sommes rien, sans cette vertu du Dieu Tout-Puissant. Et cette vertu du Dieu Tout-Puissant, s’inscrit par les lois, par les commandements de Dieu, par les commandements de vie.
Aime ton Dieu ; aime ton prochain. Voilà ce que nous devons faire. Et c’est à cette condition que nous vivrons, que nous vivrons dans l’ordre naturel comme dans l’ordre surnaturel.
Nous devons donc, avant tout, avoir le désir de voir cette vertu de Dieu, cette vertu naturelle et surnaturelle de Dieu s’infuser dans nos âmes et nous prendre tout entier ; tout ce que nous sommes. Ne rien faire échapper à cette toute-puissance de Dieu en nous ; nous soumettre entièrement à la grâce du Bon Dieu, à sa force, à sa vie. Voilà ce qu’est l’obéissance et voilà le fruit de l’obéissance.
La vie naturelle, la vie surnaturelle et par le fait même, la vie de la vision béatifique, la vie éternelle, tout est inscrit dans cette vertu d’obéissance.

Ceci doit être, mes chers amis, pour vous, pendant que vous prononcerez votre engagement, une disposition profonde de vos âmes : Je veux être obéissant toute ma vie, obéissant à Dieu ; me soumettre à ce désir de Dieu, de me voir vivre, de me communiquer sa vie en me communiquant sa Vérité, sa Vérité dans nos intelligences, par la lumière naturelle de notre raison, de notre intelligence, mais nous aussi et surtout par la lumière de la foi. Car ce n’est pas autre chose que la foi. C’est l’obéissance de nos intelligences à la Révélation de Notre Seigneur Jésus-Christ qui nous donne sa Vérité, qui nous transmet sa Vérité.
Et cette Vérité est une source de vie. Elle sera pour vous une source de vie, une source de grâces. Alors soumettez pleinement vos intelligences et vos volontés à Notre Seigneur Jésus-Christ. Demandez-le par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie. Demandez-lui qu’elle vous donne cette grâce ; qu’elle vous donne cette humilité, de vous soumettre entièrement à la Sainte volonté de Notre Seigneur. Elle vous en a montré l’exemple par son Fiat, par son humilité.
Quia respexit humilitatem meam ; quia respexit humilitatem ancillæ suæ. Nous le chantons dans le Magnificat. C’est encore sa cousine Élisabeth qui lui dit : Et beata, quæ credidisti (Lc 1,45) : « Bienheureuse, parce que tu as eu la foi ».

La foi !
Et la foi n’est pas autre chose que l’obéissance de notre intelligence, que la soumission de nos intelligences à la Vérité révélée par l’autorité de Dieu.
Voilà ce que doit être votre obéissance.
Et par cette grâce d’obéissance, vous transformerez votre vie. Vos vies seront pleinement conformes à la volonté de Dieu.

Mais alors, évidemment, dans les circonstances dans lesquelles nous vivons, dans la confusion dans laquelle l’Église se trouve aujourd’hui, nous pouvons nous demander : Mais où est cette obéissance aujourd’hui ?
Comment se réalise, dans la Sainte Église, l’obéissance aujourd’hui ?

Eh bien, nous ne devons pas oublier, que la première de nos obéissances, notre obéissance fondamentale, notre obéissance radicale, notre obéissance doit être totale à Notre Seigneur Jésus-Christ, à Dieu. Car c’est Lui qui nous demande notre obéissance ; c’est Lui qui nous demande notre soumission. Et le Bon Dieu a tout fait, pour que nous soyons éclairés dans notre obéissance.
Pendant deux mille ans d’existence de l’Église, la lumière a été donnée, donnée par la Révélation, par les apôtres, par les successeurs des apôtres, par Pierre, par les successeurs de Pierre. Et s’il est arrivé d’aventure, que quelque erreur se soit glissée ou quelques transmissions de la Vérité n’aient pas été faites exactement, l’Église l’a redressé. L’Église a eu le soin de nous transmettre la Vérité conforme à la Vérité de Dieu.

Et voici que par un mystère insondable de la Providence – la Providence permet que notre temps soit peut-être un temps unique dans l’Histoire de l’Église -, que ces vérités ne sont plus transmises avec la fidélité avec laquelle l’Église les a transmises pendant deux mille ans.
Ne recherchons même pas la cause : d’une certaine manière, ne recherchons pas la responsabilité de ces faits.
Mais ces faits sont là devant nous.
La Vérité qui était enseignée aux enfants, aux pauvres : Pauperes evangelizantur (Mt 11,5) : « Les pauvres sont évangélisés », disait Notre Seigneur aux envoyés de saint Jean Baptiste.
Eh bien, aujourd’hui, les pauvres ne sont plus évangélisés. On ne leur donne plus le pain, le pain que les enfants réclament, le vrai pain : le pain de vie.

On a transformé nos Sacrifices, nos sacrements, nos catéchismes et alors nous sommes stupéfaits ; nous sommes douloureusement surpris.
Que faire devant cette réalité angoissante, déchirante, écrasante ?
Garder la foi !
Obéir à Notre Seigneur Jésus-Christ.
Obéir à ce que Notre Seigneur Jésus-Christ nous a donné pendant deux mille ans.
Dans un moment de terreur, dans un moment de confusion, dans un moment de désagrégation de l’Église, que devons-nous faire, sinon nous en tenir à ce que Jésus a enseigné et à ce que son Église nous a donné comme la Vérité pour toujours, définie pour toujours ?
On ne peut plus changer ce qui a été défini une fois pour toutes par les Souverains Pontifes, avec leur infaillibilité. Ce n’est plus changeable. Nous n’avons pas le droit de changer la Vérité qui est inscrite pour toujours dans nos livres saints. Car cette immutabilité de la Vérité correspond à l’immutabilité de Dieu. C’est une communication de l’immutabilité de Dieu à l’immutabilité de nos vérités.
Changer nos vérités, cela voudrait dire changer l’immutabilité de Dieu. Or nous le récitons tous les matins à Prime : Immotus in se permaneus : Dieu demeurant immuable en Lui-même comme tout le temps, demeurant jusqu’à la fin.
Alors nous devons donc nous attacher à cette vérité qui nous est enseignée d’une manière permanente et ne pas nous laisser troubler par le désordre que nous constatons aujourd’hui.
Et par conséquent, savoir à certains moments, ne pas obéir pour obéir.
Car c’est cela en définitive. Car cette vertu dont je vous parlais tout à l’heure du Dieu Tout-Puissant, le Bon Dieu a voulu qu’elle nous soit transmise d’une certaine manière, par les hommes qui participent à son autorité.

Mais dans la mesure où ses créatures ne sont pas fidèles à la transmission de cette vie, de cette vertu de Dieu, dans cette mesure là aussi, nous ne pouvons plus accepter leurs ordres et les obligations qu’ils nous imposent. Parce qu’obéir à des hommes qui transmettent d’une manière infidèle le message qui leur est donné, ce serait désobéir à Dieu. Ce serait désobéir au message de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Alors quand nous avons le choix : obéir au message de Notre Seigneur Jésus-Christ, ou obéir au message des hommes, qui nous sont transmis par les hommes, dans la mesure où le message qui nous est transmis par les hommes correspond au message de Notre Seigneur Jésus-Christ, nous n’avons aucun droit de ne pas leur obéir, jusqu’au dernier iota.
Mais dans la mesure où ces ordres, ou ces obligations qui nous sont donnés ne correspondent pas à ceux que Notre Seigneur Jésus-Christ nous donne, nous devons obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.
A ce moment-là, ces hommes ne remplissent pas la fonction pour laquelle ils ont reçu l’autorité que le Bon Dieu leur a donnée.
C’est pourquoi saint Paul disait lui-même : « Si un ange du Ciel ou nous-même dit-il – par conséquent si moi, Paul, disait saint Paul : Si un ange du Ciel ou moi-même Paul, je vous enseigne une vérité contraire à celles qui vous ont été enseignées primitivement, ne nous écoutez pas ».
C’est cela. Nous sommes devant cette réalité. Et je dirai moi-même bien volontiers, s’il m’arrivait à moi, de vous enseigner quelque chose qui soit contraire à ce que toute la Tradition de l’Église nous a enseigné, ne m’écoutez pas. À ce moment-là, vous avez le droit de ne pas m’obéir. Et vous avez le devoir de ne pas m’obéir, parce que je ne serais pas fidèle à la mission que le Bon Dieu m’a donnée.

Voilà ce que doit être notre obéissance : avant tout, obéir à Dieu !
C’est le seul moyen pour nous d’arriver à la vie éternelle. Car c’est cette obéissance qui commande la voie qui mène à la vie éternelle.
Et en cela nous suivons l’exemple de la Très Sainte Vierge Marie. Elle a été l’obéissance même. Elle est l’exemple le plus parfait, le plus beau, le plus sublime de l’obéissance, contrairement à la désobéissance de la mère de l’humanité.

Alors demandons aujourd’hui, mes bien chers amis, à la Très Sainte Vierge Marie de nous enseigner cette obéissance, de nous la faire garder jusqu’à notre mort. Et de faire en sorte que les promesses que vous allez faire dans quelques instants, soient vraiment l’expression de ce que vous avez au plus profond de votre âme. Et si, dans ces prières, il m’a semblé souhaitable de mettre la belle prière que nous enseigne le Missel Romain, peu avant la consécration de l’Eucharistie : « Hanc igitur oblationem servitutis nostræ - Recevez, ô mon Dieu, l’oblation de notre obéissance, de notre esclavage - Hanc oblationem servitutis nostræ », c’est ce que vous allez réciter. Eh bien que tous les jours, si le Bon Dieu vous fait la grâce d’être prêtre, quand vous réciterez cette prière – et dès à présent quand vous la récitez avec le prêtre – renouvelez votre profession d’obéissance et d’esclavage envers Dieu et envers la très Sainte Vierge Marie.
Que ce soit là, aujourd’hui, la grâce que le Bon Dieu vous accorde.

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

La Sainte Messe catholique dans sa liturgie classique

12345...44

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi