Archive pour la catégorie 'Commentaires d’actualité & humeurs'

2020-108. Sans piété filiale, il ne peut exister de société durable.

A l’occasion des destructions et actes de vandalisme qui se sont produits aux Etats-Unis et un peu partout dans le monde, sous le prétexte du respect dû aux « hommes de couleur », des émeutiers ont voulu s’en prendre à la magnifique statue équestre de Saint Louis qui trône au centre de la ville de Saint-Louis du Missouri. Un prêtre courageux, l’abbé Stephen Schumacher a été l’une des figures majeures des défenseurs – dont un grand nombre de catholiques – qui ont protégé la statue du saint Roi et l’on nettoyée des insanités dont elle avait été souillée.
A l’occasion de la fête de Saint Louis, ce 25 août 2020, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, dont on sait qu’il nourrit une très grande dévotion envers son saint patron et ancêtre, a adressé à ces courageux défenseurs un message de remerciement qui, au-delà des propos simplement circonstanciels, énonce une fois de plus de grandes et belles vérités qui constituent une nouvelle leçon politique universelle

Statue de Saint Louis - Saint-Louis du Missouri

Statue de Saint Louis à Saint-Louis du Missouri

fleur de lys gif2

Sans piété filiale, il ne peut exister de société durable.

Message de Sa Majesté le Roi Louis XX
adressé
aux défenseurs de la statue de Saint Louis
à Saint-Louis du Missouri

25 août 2020

En cette fête de Saint Louis, mon aïeul et mon saint patron, mes pensées et mes prières se tournent avec reconnaissance vers ces Américains courageux qui ont empêché la destruction de la statue du saint roi à Saint-Louis du Missouri. Je pense tout particulièrement à l’abbé Stephen Schumacher, mais aussi à tous les laïcs anonymes qui ont fait bloc autour de lui.

Les violences contre le patrimoine et contre notre histoire participent toujours du même processus révolutionnaire et totalitaire qui coûta la vie à Louis XVI à qui les États-Unis doivent tant, et, depuis, à des dizaines de millions d’êtres humains. Ce processus vise à faire table rase du passé pour créer un « homme nouveau ».
Mais les hommes sont davantage que leur propre nature biologique : ils sont façonnés par l’œuvre des générations précédentes et ils ont une destinée surnaturelle. Nos saints et nos héros nous sont nécessaires pour mener une vie réellement humaine en nous offrant des modèles. Sans eux, nous ne sommes plus que des objets que les puissants du jour peuvent aisément réduire en esclavage.
Ce n’est pas en vain que la piété filiale, le respect de ce que nous ont transmis nos ancêtres, l’amour de la patrie constituent le quatrième commandement du Décalogue : sans piété filiale, il ne peut exister de société durable.

Aussi, je voudrais associer à ma prière reconnaissante tous ceux qui travaillent, dans les familles, les écoles, les universités – et partout ailleurs dans nos sociétés –, à transmettre la culture occidentale qui puise aux sources gréco-romaines et chrétiennes. Seuls des barbares irresponsables pourraient vouloir jeter aux orties ce trésor si riche et si essentiel à l’épanouissement de l’homme. 

Puisse Saint Louis, saint patron des chefs d’État, veiller sur leur mission et bénir une nouvelle floraison de la culture chrétienne pour le XXIème siècle ! 

Louis,
Duc d’Anjou

fleur de lys gif2

Défenseurs de la statue de Saint Louis à Saint-Louis du Missouri

Les défenseurs de la statue de Saint Louis fermes et paisible en face de la fureur des émeutiers

Abbé Stephen Shumacher et fidèles

Avec d’autres prêtres et de nombreux fidèles, chapelets en mains,
le jeune et courageux abbé Stephen Schumacher a défendu la statue de Saint Louis
contre la violence destructrice des émeutiers

fleur de lys gif2

2020-107. Message de Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX à l’occasion de la Saint-Louis.

Message pour la Saint-Louis 2020

Chers Amis, chers compatriotes,

Quelle tristesse de constater que d’année en année, la situation de la France se dégrade.
Fort de la responsabilité que m’imposent les huit siècles de royauté capétienne dont je suis l’héritier, la gravité actuelle de l’état de la France, m’amène à m’exprimer, en ce jour où l’Eglise fête Saint Louis, le modèle des gouvernants.

Force m’est de constater que notre pays s’enfonce vers des jours de plus en plus graves, alors que j’aimerais que mes déclarations puissent saluer le renouveau que tous les Français fidèles et qui croient en la destinée de leur pays, espèrent de tout leur cœur.

Atteinte depuis plusieurs années par une crise morale qui la fait douter d’elle-même, de sa mission, de son identité, la France doit aussi subir de nombreuses attaques venues de l’extérieur, tellement diffuses et perverses, qu’il est difficile de toujours bien les cerner, et de trouver les bonnes ripostes.

La difficulté est d’autant plus grande que la vérité n’est plus regardée en face et que les mots sont travestis par l’idéologie au point de perdre leur sens.

Ceux qui résistent vaillamment sans perdre confiance, souvent animés d’une foi profonde, ne suffisent pas à redresser la situation. Pareillement, nos militaires engagés sur de nombreux terrains au-delà de nos frontières, constatent que leur sacrifice et leur abnégation ne suffisent pas isolément à recréer une dynamique de vainqueur.
Les combats se gagnent certes sur le terrain, mais c’est d’abord dans les cœurs et les esprits que se forgent les conditions de la victoire qui doit trouver son expression politique.

Or, bien souvent, la France donne l’impression que cette volonté n’est plus là.

Pourtant il faudrait peu de choses : lui redonner le goût et le sens de la victoire qu’avait la France sûre d’elle-même et de sa mission ; et lui rappeler les grands moments de son passé qui demeurent des exemples pour demain.

Cet état d’esprit qui pourrait surgir à nouveau si les Français le veulent, semble oublié, annihilé.
Les « élites » depuis la Révolution n’ont agi que par intérêt. Quand reviendra-t-on au Bien Commun, à la justice, à la protection des plus faibles ? Quand acceptera-t-on de redonner aux mots leur sens et d’oublier qu’il n’y a ni incivilité, ni jeunes sauvageons mais violences gratuites et nouveaux barbares sans foi ni loi qu’il s’agit de combattre et de punir. En effet, chacun de leurs crimes ruine la vie sociale.

Or elle est déjà bien difficile pour de nombreux Français déjà confrontés à une situation économique et sociale souvent critique. Pourtant, la dernière crise sanitaire a montré combien nos compatriotes étaient capables de sursauts et d’initiatives quand l’Etat ne les oppresse pas ; quand il ne les accable pas d’une fiscalité de plus en plus lourde et injuste puisqu’elle n’assure plus les services publics même les plus essentiels ; quand l’Etat ne s’attaque pas aux libertés.

Les Français, en nombre toujours plus grand, se rendent compte que les institutions ne répondent plus à leurs attentes légitimes.

Combien de crises faudra-t-il encore ? combien de sacrifiés pour que les yeux s’ouvrent ? 

Il y a quelques mois, crise sanitaire aidant, des esprits lucides avaient posé la question de savoir si ces événements, dus largement au moins dans leurs conséquences, aux erreurs accumulées qui se traduisent par des centaines de milliers de mort, en France, en Europe et dans le monde entier, n’étaient pas l’occasion de réfléchir aux désordres des dernières décennies. Le beau symbole du « jour d’après » semblait porteur d’avenir.

En réalité quelques mois après, les mauvaises habitudes ont largement triomphé des bonnes résolutions et les jours d’après semblent encore plus catastrophiques que ceux d’avant. Le vote, devant une assemblée quasi déserte de la loi dite bio-éthique en est la plus éclatante manifestation… Elle est à la fois contraire à l’ordre naturel et à l’éthique. Elle cumule le déni du système représentatif actuel par la manière dont elle a été élaborée et la rupture avec les fondements de l’humanité. Les manipulations contre nature sont en train de franchir une nouvelle étape vers une société de chimère ou plus aucune limite ne semble retenir les hommes.
La société de la peur et des contraintes est aussi, désormais, celle de la mort planifiée.

Quel monde avons-nous devant nous ? Quel monde laisserons-nous à nos enfants ?

Je parle ici comme héritier et successeur des Rois de France mais aussi comme père et époux. Je sais combien de jeunes couples sont inquiets pour l’avenir de la société ; l’avenir de leurs enfants ; de nos enfants.

Heureusement les siècles d’histoire nous apprennent que les situations les plus terribles ne sont pas irréversibles. La France s’est sortie d’autres périls et cela même quand elle a failli perdre sa souveraineté comme au temps de Charles VII. La mission de Jeanne d’Arc l’a sauvé d’un péril d’autant plus éminent que l’ennemi était déjà installé sur notre sol. Celle qui est devenue en 1920 la patronne du Patriotisme a sauvé le pays et a restauré la monarchie légitime.

De tels exemples doivent nous redonner espoir et susciter de nouvelles initiatives pour reconstruire la France.

Puisse Saint Louis, modèle des souverains et des gouvernants, protéger la France et l’aider à retrouver le sens de sa mission.

Louis de Bourbon,
Duc d’Anjou.
Grandes armes de France

2020-105. « Les principes de la monarchie traditionnelle en France que j’incarne de nos jours ».

24 août,
Fête de l’apôtre Saint Barthélémy ;
Anniversaire du rappel à Dieu de SMTC le Roi Henri V, dit « le Comte de Chambord ».

lys.gif

En ce 24 août, anniversaire du rappel à Dieu de Monseigneur le Comte de Chambord, de jure SMTC le Roi Henri V, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, Duc d’Anjou, de jure SMTC le Roi Louis XX, a publié sur les réseaux sociaux un message qui, s’il ne comporte qu’une unique phrase, n’en est pas moins de la plus grande importance puisque, en rendant hommage à son prédécesseur, notre Souverain légitime se place, encore une fois, sans ambiguïté, dans l’exacte continuité de la pensée politique du Roi Henri V, renvoyant explicitement aux principes de la monarchie traditionnelle, c’est-à-dire sans compromission avec les faux principes issus de la révolution.
L’affirmation catégorique que le Prince incarne les principes de la royauté, que d’aucuns ne manqueront pas de critiquer, loin d’être une forme d’orgueil, est l’expression même de l’humilité du Souverain qui a conscience qu’il n’est que par les principes dont il est le serviteur, en raison des dispositions de la divine Providence qui s’exprime et agit au moyens des Lois fondamentales ; de là la phrase justement fameuse : « Ma personne n’est rien, c’est mon principe qui est tout ».
L’affirmation de ce très court et néanmoins magnifique message de ce jour est dans la parfaite lignée de la pensée du Grand Roi, dont Monseigneur le Prince Louis est aujourd’hui l’aîné des descendants, et des puissants rappels que fit Louis XV dans le splendide « discours de la Flagellation » (3 mars 1766).  

Que Dieu bénisse et garde le Roi Louis XX !

Comte de Chambord - Henri V

Henri d’Artois, « Comte de Chambord »,
de jure SMTC le Roi Henri V

En ce 24 août, anniversaire de sa mort, mes pensées se tournent vers le Comte de Chambord qui a maintenu avec tant de courage et d’abnégation, les principes de la monarchie traditionnelle en France, que j’incarne de nos jours.

Louis,
Duc d’Anjou

Armes de France & Navarre

Dans les pages de ce blogue, vous pouvez lire ou relire :
- Bref exposé des Lois fondamentales du Royaume de France > ici
- Les petites phrases de l’héritier du Grand Roi > ici
- La lettre du Comte de Chambord datée du 15 novembre 1869 > ici
- Actualité du Comte de Chambord > ici
- « Et d’abord, votre Prince, pourquoi n’habite-t-il pas en France ? > ici

lys.gif

2020-103. Quelques réflexions sur le thème de la vocation (1ère partie).

Vendredi 21 août 2020,
Fête de Sainte Jeanne-Françoise de Chantal (cf. > ici et > ici) ;
Anniversaire de la naissance de Saint François de Sales (cf. > ici) ;
Mémoire de Saint Privat, premier évêque du Gévaudan et martyr ;
7ème jour dans l’octave de l’Assomption.

La vocation de Saint Matthieu - Le Caravage - détail 1

frise

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Alors qu’approche le jour du quarantième anniversaire de mon entrée dans la vie religieuse (8 septembre 1980), je voudrais commencer aujourd’hui à votre intention la rédaction de quelques réflexions sur le thème de « la vocation ».
Cette lecture ne sera peut-être pas facile à tout le monde, parce qu’elle exigera une attention soutenue et la recherche d’une compréhension exacte, et non approximative, de mes propos, auxquels toutefois je vais m’efforcer de donner le maximum de concision et de clarté.

J’ai pleinement conscience que les sujets abordés ci-dessous – et dans les prochains jours ou semaines dans d’autres publications que j’ai en vue et qui en constitueront une suite – demandent de fournir un véritable effort intellectuel, et renvoient à un minimum de notions religieuses qui ne sont malheureusement plus très répandues en nos temps d’inculture généralisée, en nos temps de graves déficiences de l’enseignement religieux, en nos temps où règnent de manière tyrannique des habitudes de « prêt-à-penser » imposées par des médias fondamentalement antichrétiens.
Que personne donc ne se sente obligé d’aller plus avant dans cette lecture s’il n’est pas prêt à lui accorder cette attention soutenue et cet effort intellectuel.

Commençons donc par « dégrossir » des notions :

1) Il ne faut pas confondre « vocation » avec « attrait personnel » pour la vie religieuse ou le sacerdoce :

J’ai souvent – beaucoup trop souvent – l’impression, quand il s’agit de vocation, que beaucoup de catholiques, laïcs, mais aussi ecclésiastiques (ce qui peut paraître un comble), n’en ont finalement que des notions plutôt confuses, puisque lorsqu’on leur pose la question : « qu’est ce que la vocation ? », ils ne sont en effet pas capables d’apporter une réponse claire.

L’une des raisons de ce manque de clarté réside habituellement en ce qu’il est assez courant de faire une confusion entre ce qu’est véritablement la « vocation sacerdotale » et l’ « attrait du sacerdoce », ou bien entre la « vocation religieuse » et l’ « attrait pour la vie religieuse ».
Je m’explique : la vocation n’est pas un sentiment (et encore moins une sensation) ; elle n’est pas une impression subjective ; elle ne consiste pas en un état plus ou moins « mystique » accompagné de phénomènes irrationnels, incontrôlables ou incontrôlés…
Il peut certes arriver qu’un certain « attrait », que des « sentiments » ou que des « grâces mystiques » se produisent, pour faciliter l’éveil d’une vocation ou pour soutenir sa maturation ; mais « l’attrait personnel », les « sentiments » ou les « grâces mystiques » ne sont que des éléments périphériques, accessoires, très secondaires, et non essentiels.

La vocation de Saint Matthieu - Le Caravage - église Saint-Louis des Français à Rome

La vocation de Saint Matthieu
(Le Caravage – église Saint-Louis des Français, Rome)

2) La vocation consiste, dans son essence, en un appel officiel de l’Eglise :

En latin, le mot « vocatio, -onis » signifie : appel, invitation, convocation, voire assignation en justice. Le verbe latin « voco, -as, -are » duquel dérive le nom « vocatio » a pour premier sens « appeler » ; son radical est le mot « vox, vocis » qui désigne la voix. C’est dire que dans son sens originel, le mot « vocatio » ne désigne pas un appel intérieur, mais un appel extérieur, exprimé par la voix, qui frappe les oreilles, et qui par les sens remonte à l’intelligence : « Nihil est in intellectu quod non sit prius in sensu – Rien n’est dans l’intellect qui n’ait d’abord été dans les sens », selon la bonne vieille formule de Saint Thomas d’Aquin (in « Quaestiones disputatae – De veritate »).
Dans le domaine religieux, dans la doctrine catholique, le sens du mot « vocation » est tout à fait conforme à cette étymologie.
En effet
la vocation ce n’est pas une émotion personnelle, ce n’est pas une pieuse inclination, ce n’est pas un « sentiment spirituel » qui se produit dans le cœur ou dans l’âme d’un sujet.
Non ! En toute rigueur, par essence, la vocation c’est l’appel officiel, l’appel personnel précis adressé par l’Eglise à une personne.

Nul ne s’attribue à lui-même la vocation. Nul n’est le juge de sa propre vocation. Nul n’est le garant de sa propre vocation.
C’est Notre-Seigneur Jésus-Christ qui discerne et qui appelle, et Il le fait par Son Eglise. Rappelons-nous la belle et magistrale définition de notre incomparable Bossuet : « L’Eglise, c’est Jésus-Christ répandu et continué ».

Ainsi donc l’appel officiel de l’Eglise a un caractère hiérarchique et public, et il a lieu au cours d’une cérémonie liturgique.
Normalement, il est adressé à quelqu’un dont on juge, après un examen attentif et rigoureux, qu’il a les 
capacités réelles à accomplir une « mission » que l’Eglise lui confiera, ou à vivre les exigences propres à un état de vie.
Lorsque l’Eglise appelle un sujet, elle ne se préoccupe pas de ses « inclinations », de ses « sentiments », de ses « états d’âme » (fussent-ils spirituels) ou des « grâces mystiques particulières » qu’il pourrait avoir reçues ; elle demande seulement, en requérant des témoignages, si ce sujet est digne, et s’il a les qualités et les capacités requises pour l’état sacerdotal – ou l’état religieux – auquel elle l’appelle.

La vocation de Saint Matthieu - Le Caravage - détail 2

3) Quels sont les critères et les dispositions pris en compte par l’Eglise pour « donner la vocation » à une personne ?

Cette dignité, ces capacités et ces qualités requises pour être le sujet d’une vocation, ce sont la pratique des vertus morales, les aptitudes naturelles et spirituelles à accomplir les devoirs inhérents à cet état de vie, ainsi qu’une solide et rigoureuse formation doctrinale et spirituelle.

Voilà pourquoi, avant d’appeler un sujet au sacerdoce, dans sa sagesse multiséculaire, la Sainte Eglise impose une préparation à ceux qui ont manifesté des dispositions ou présenté une forme d’attrait pour le sacerdoce ou la vie religieuse : c’est le rôle du séminaire ou de la maison de formation d’un institut religieux. Les longues années de formation qui y sont dispensées permettent, en principe, un discernement, l’acquisition du bagage de vertus et les études indispensables pour envisager sérieusement l’état de vie sacerdotal ou religieux.

Ainsi, en réalité, l’entrée au séminaire ou au noviciat ne constitue pas la reconnaissance d’une vocation, mais marque seulement que l’Eglise prend en compte « l’attrait » pour le sacerdoce ou la vie religieuse, qu’elle va en étudier le sérieux et le bien fondé, qu’elle va l’éprouver, et qu’elle va donner à cette possible vocation les moyens d’aboutir, en la plaçant (normalement) dans les conditions les plus adaptées à son épanouissement.

Le nom de « séminaire » donné aux établissements dédiés à la formation de futurs prêtres est particulièrement éloquent : il vient du mot latin « semen, -inis » qui désigne la graine, la semence.
Un séminaire n’est ni plus ni moins qu’une pépinière ou une serre dans laquelle des semis sont placés dans les meilleures conditions de croissance et de maturation. Il s’y fera un tri, une sélection : certaines jeunes pousses s’y révéleront inaptes à devenir de bons plans et devront alors absolument être rejetées.

Au terme de ces années de formation spirituelle et doctrinale, l’Eglise se prononce : de là l’importance d’avoir dans un séminaire ou un noviciat des responsables dotés d’un bon jugement, d’une grande sagesse, d’un solide discernement, d’une vertu éprouvée, d’une vigilance sourcilleuse… Ce sont leurs avis qui seront particulièrement pris en compte par les hiérarques (évêques, ordinaires, supérieurs religieux…) auxquels appartiennent en propre la grâce et la mission d’appeler au sacerdoce ou à la vie religieuse.
Un séminariste ou un novice ne peuvent être sûrs qu’ils ont la vocation que le jour où officiellement, ils sont appelés aux Ordres Sacrés ou aux Vœux de religion : tant qu’ils n’ont pas reçu cet appel officiel, émanant de la hiérarchie ecclésiastique, ils ne peuvent certifier : « j’ai la vocation » ; en rigueur ils sont juste en droit de dire : « j’éprouve l’attrait pour le sacerdoce (ou la vie religieuse) et je me prépare à y être appelé par l’Eglise, si elle juge que j’en possède les dispositions requises ».

Certes, le discernement et l’appel officiel de l’Eglise, peuvent sanctionner, et en quelque sorte consacrer, un attrait spirituel dans l’âme de la personne appelée ; mais cela n’est pas obligé. L’existence de cet attrait n’est pas indispensable.
L’histoire de l’Eglise nous le montre par maints exemples : un homme qui n’avait pas songé au sacerdoce et qui n’éprouvait pas d’inclination particulière à devenir prêtre, peut très bien être appelé par l’Eglise à le devenir. 
Indépendamment du « ressenti » du sujet, la vocation est certaine à partir du moment où les responsables ecclésiastiques – qui ont grâce d’état pour cela et qui agissent pleinement selon ces grâces d’état – l’appellent officiellement, en conformité avec les règles canoniques et dans les cadres prévus par l’Eglise.
Que l’on se souvienne par exemple de la vocation de Saint Ambroise, lui qui lorsqu’il fut officiellement appelé par l’Eglise n’était même pas baptisé, et qui n’avait aucun attrait pour le sacerdoce. C’est au point que, pour tenter de dissuader ceux qui au nom de l’Eglise l’appelaient aux Saints Ordres (et qui donc lui « donnaient la vocation »), il fit même entrer des prostituées dans sa maison : force lui fut faite néanmoins de se rendre à la grâce et d’accepter la vocation certaine, la vocation divine qu’il recevait de l’appel de l’Eglise bien qu’il n’y eût même pas songé auparavant !

à suivre…

frise

2020-100. Faut-il en rire ou en pleurer ?

Le site internet grandpoitiers.fr, vitrine officielle de la grande intercommunalité qui regroupe une quarantaine de communes périphériques de la capitale du Poitou, a commis ces jours-ci une bourde significative.

C’est la saisie d’écran réalisée au moyen de son smartphone par une personne qui recherchait des renseignements pour les horaires des déchetteries qui l’a faite connaître puisqu’elle l’a ensuite diffusée sur les réseaux sociaux.
J’ai enregistré cette saisie d’écran, la voici :

Déchetteries du  GrandPoitiers 1

Ignorance ? erreur d’inattention ? la bourde a toutefois dû susciter un certain nombre de réactions puisque, à midi et demi, ce jeudi 13 août, lorsque je me suis rendu sur le sus-dit site internet, elle avait été corrigée comme ceci (saisie d’écran réalisée par moi-même) :

Déchetteries du  GrandPoitiers 2

Je me suis demandé, mais je n’ai pas les éléments pour y répondre de manière rigoureuse, quel est le pourcentage de Français qui savent pourquoi le 15 août est un jour férié, qui sont capables de dire ce que signifie le mot « assomption », qui savent que cette fête est la fête patronale de notre pays…

En dehors des chapelles et églises traditionnelles, dans lesquelles en principe la doctrine catholique est correctement enseignée, en beaucoup d’autres lieux de culte officiellement catholiques, les « fidèles » sont loin de savoir ce qu’est l’Assomption de Notre-Dame et ce qu’est le Vœu de Louis XIII : il n’est qu’à lire les sondages publiés de temps en temps par quelques organes de ce qui fut, il y a fort longtemps, « La Bonne Presse » pour se rendre compte qu’une majorité de « catholiques pratiquants » est dans une ignorance crasse de la doctrine catholique sur des points aussi essentiels que – excusez du peu ! – la Sainte Trinité, la Résurrection de Notre-Seigneur, ou la Transubstantiation ! Alors, l’Assomption… pensez donc !!!

Nous voyons là les fruits de plus de six décennies d’une « catéchèse » totalement indigente, d’une prédication inconsistante, d’une « remise en question » systématique de la doctrine catholique, et d’un refus affirmé de tout ce qui est traditionnel. Or Notre-Seigneur nous a donné un critère infaillible de discernement : « A fructibus eorum cognoscetis eos – Vous les reconnaîtrez à leurs fruits » (Matth. VII, 16).
Les fruits sont sous nos yeux, ils nous permettent de juger de la qualité de l’arbre : l’arbre de la façon de faire dans l’Eglise de France postconcilaire.

Voilà pourquoi la bourde du site de la communauté de communes de Poitiers et cités périphériques, loin de me porter à sourire, suscite en moi une immense tristesse car, au-delà de la faute (ignorance ou erreur d’inattention) du rédacteur de cette rubrique relative aux déchetteries de l’agglomération poitevine, c’est une majorité d’évêques, de prêtres, de religieux, de catéchistes et de « fidèles » qui sont les véritables responsables d’un vide abyssal, tant sur le plan de la doctrine que sur le plan de la plus élémentaire culture française.

2020-99. Alors que beaucoup de processions du Vœu de Louis XIII ne pourront avoir lieu ce 15 août 2020, ce que nous pouvons et même devons faire pour suppléer :

Jeudi 13 août 2020,
Fête de Sainte Radegonde, Reine des Francs et moniale.

Ingres : le voeu de Louis XIII

Jean-Dominique Ingres : le Vœu de Louis XIII
(tableau de la cathédrale de Montauban)

fleur de lys gif2

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans les circonstances présentes, hélas ! beaucoup de processions célébrées le 15 août pour renouveler le Vœu de Louis XIII ne pourront avoir lieu, soit parce que nos prêtres – même avec la meilleure volonté du monde – n’ont pas la possibilité matérielle ou le temps de les préparer, soit parce que les conditions dans lesquelles se trouvent ces jours-ci nos chapelles ou nos paroisses – et en particulier les contraintes prétendument sanitaires imposées par les diocèses ou les autorités civiles – n’autorisent pas les processions…

Loin de nous une mentalité défaitiste et une passive résignation cependant !
En ce saint jour de l’Assomption de Notre-Dame, il ne nous est pas permis de renoncer purement et simplement au renouvellement de la consécration de la France à Notre-Dame en qualité de souveraine.
Il  nous appartient donc à chacun, individuellement, en famille, ou avec quelques amis, d’y suppléer autant qu’il est en notre pouvoir, et de nous organiser pour placer cette année encore le Royaume des Lys – qui en a plus que jamais besoin – entre les mains de sa céleste souveraine et principale protectrice.

Ce que nous pouvons concrètement faire :

- Au moment qui nous sera le plus opportun dans la journée ou la soirée de ce 15 août, afin de rendre à Notre-Dame de l’Assomption, Reine et céleste protectrice du Royaume de France, l’hommage et la dévotion qui lui sont dus, dans notre maison, dans notre oratoire domestique, voire dans notre jardin si nous en avons un et que nous pouvons y dresser une sorte de petit reposoir avec une statue ou une belle image de la Mère de Dieu, ou bien encore si nous avons la possibilité de nous rendre dans une chapelle dédiée à la Très Sainte Vierge Marie, récitons les prières liturgiques traditionnelles prescrites pour le renouvellement du Vœu de Louis XIII (on peut les trouver > ici) ;

– Nous pouvons aussi, si la disposition des lieux le permet, placer à l’une de nos fenêtres donnant sur la rue une image ou une statue de la Très Sainte Mère de Dieu avec quelques fleurs, un cierge ou une veilleuse ;

– En sus des prières liturgiques traditionnelles, je vous engage à réciter la prière dont vous pouvez trouver le texte > ici.

Puisse notre ferveur et notre dévotion se faire inventives et audacieuses pour suppléer aux impossibilités qui nous sont imposées par ces temps malheureux qui sont aujourd’hui les nôtres…
Plus que jamais, nous avons le grave devoir de prier pour le Royaume des Lys, devenu majoritairement terre d’impiété et d’apostasie ; de prier pour notre Roi légitime, afin qu’il reçoive de Dieu toutes les grâces nécessaires à la charge que la Providence a déposée sur ses épaules, et de prier pour sa famille ; de prier les uns pour les autres, unis par les liens invisibles de la communion des saints, afin de nous soutenir et pour que cette prière fraternelle nous soit une force pour les jours difficiles qui s’approchent…

Très sainte et très fervente fête de l’Assomption, mes bien chers Amis !
Vôtre,
in Corde Jesu & Mariae.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

fleur de lys gif2

PS. Et n’oubliez pas – pour tous ceux qui le peuvent – de vous inscrire sans retard au pèlerinage organisé au Puy à l’occasion de la solennité de Saint Louis, les 29 et 30 août prochains cf. > ici

 Monogramme Marie 2

2020-96. Où le Maître-Chat Lully revient pour rappeler quelques salutaires leçons sur les dangers du relâchement de ceux dont on devrait au contraire attendre davantage d’édification.

Lettre d’outre-tombe
adressée par

Monseigneur le Maître-Chat Lully
à
celui qui fut ici-bas son humain de compagnie

Lully au crayon

Mon cher Papa-moine,

Ce sera demain le dixième dimanche après la Pentecôte et, avec tous les fidèles de la Sainte Eglise qui pratiquent le rite latin traditionnel, tu entendras le chant de la péricope évangélique dite « parabole du pharisien et du publicain » (Luc XVIII, 9-14).
Depuis le paradis des chats, où je suis établi en un poste d’observation privilégié qui me permet de pénétrer avec plus d’acuité encore que je n’en avais sur terre dans les replis – pas toujours édifiants – de la psychologie des hommes, il m’est permis de t’adresser, de temps en temps, quelques lignes, à fin, du moins l’espèré-je de tout cœur, de t’apporter consolation et force, et pour te stimuler dans tes bonnes dispositions.

Je te l’ai toujours dit, dans le temps où j’étais auprès de toi, et tu en avais de toute façon une compréhension plus aiguë qu’un très grand nombre de tes congénères, il faut craindre bien plus que la peste – et infiniment plus que ce coronavirus qui alimente aujourd’hui les peurs de tes contemporains et, surtout, les peu glorieuses manigances des hommes de l’ombre -, la mentalité pervertie d’un très grand nombre de fidèles et de clercs de la Sainte Eglise catholique, notre mère.
Nous savons bien que ce n’est ni la religion en sa réalité intrinsèque, ni la Foi révélée par le Christ, ni la Sainte Eglise par elle-même, qui sont les causes de ce que nous déplorons en ces fidèles et en ces clercs : cela tombe sous le sens pour tout homme intelligent, mais en ces temps de virulence accrue de l’antichristianisme il est toutefois bon de le redire.
C’est ici que se vérifie – une fois de plus, hélas ! – la vérité de l’antique adage latin attribué à Saint Grégoire le Grand : Corruptio optimi pessima - La corruption de ce qu’il y a de meilleur est la pire des choses.
Nous savons bien, nous ne savons que trop, que ce qui est ici en cause ce sont les tendances viciées de l’homme blessé par le péché originel.
Le drame survient lorsque des fidèles ou des clercs, qui devraient trouver dans la vertu de religion, dans la Foi divine reçue de Notre-Seigneur Jésus-Christ, dans tous les trésors de grâce, de purification et de sanctification offerts par la Sainte Eglise, les remèdes à leurs blessures et les forces pour vaincre les tentations, cessent d’avoir une conscience suraiguë de leur fragilité, se relâchent dans le combat spirituel, pactisent avec les subtiles et quasi insensibles séductions de l’esprit du monde, et s’imaginent plus ou moins consciemment qu’à partir du simple moment où ils sont catholiques pratiquants, religieux ou ministres ordonnés, ils se trouveraient établis de manière stable et définitive dans un état d’impeccabilité qui les exempterait de vigilance, d’effort et de lutte, alors qu’il est en tout autrement.
C’est bien parce qu’ils sont catholiques pratiquants, religieux ou clercs, que Dieu leur fait un devoir plus strict et une obligation très grave d’être encore davantage exigeants avec eux-mêmes !

C’est un sujet sur lequel il y aurait beaucoup à dire, beaucoup à écrire.
Et d’ailleurs, durant les quelque vingt siècles de la vie de l’Eglise, les prédicateurs, les moralistes, les saints et les docteurs ont insisté encore et encore sur les mille et un aspects de cette redoutable responsabilité qui est faite à tous les baptisés en général, mais d’une manière plus particulière encore aux consacrés, de ne jamais baisser la garde, et de se montrer toujours plus exigeants avec eux-mêmes et plus inexorablement méticuleux dans leur tendance à la perfection et leur recherche de la sainteté, se souvenant des graves avertissements de Notre-Seigneur Jésus-Christ : « Car à celui à qui on a donné beaucoup, on demandera beaucoup ; et de celui à qui on a confié beaucoup, on exigera davantage » (Luc XII, 48) ; et encore : « Vous êtes le sel de la terre. Que si le sel perd sa vertu, avec quoi le salera-t-on ? Il n’est plus bon qu’à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes » (Matth. V, 13).

Maintenant que je ne suis plus constamment auprès de toi pour te rappeler sans cesse à ces exigences (puisque c’est la vocation spécifique que Dieu donne aux chats auprès de leurs humains de compagnie, et plus encore lorsque ce sont des religieux), j’espère que tu ne te relâches pas et que tu veilles chaque jour à mettre en pratique les exemples que je t’ai donnés quotidiennement pendant nos treize années de vie commune…
Il t’est bien assez donné à toi-même de souffrir de toutes les indélicatesses qui découlent de ces déplorables relâchements de la vigilance dans la très exigeante pratique des vertus que l’on constate avec grande tristesse chez de nombreux fidèles ou ecclésiastiques, pour que tu ne doives pas t’exciter chaque jour à davantage d’efforts et de fermeté dans une intraitable rigueur.

Tu as été avec douleur et affliction le témoin de la chute lamentable d’un certain nombre de religieux et de prêtres.
Déjà, dans ton enfance, dans ces désastreuses années qui ont suivi le concile vaticandeux, tu as vu des prêtres qui défroquaient, préférant l’amour d’une créature charnelle à celui qu’ils avaient exclusivement et solennellement promis à Dieu au pied de Ses autels !
Mais cela ne s’est pas limité à cette période de folie et de « remise en question » qui a accumulé les ruines ; tout au long de tes bientôt quarante années de vie religieuse, tu as appris les défections, les trahisons de tant de consacrés.
Aujourd’hui encore, tu reçois l’annonce de scandales et de chutes pitoyables de prêtres que tu as connus, aux Messes desquels tu as assisté, des mains desquels tu as reçu la sainte communion… En l’apprenant, il t’est donné de ressentir une infime part de la douleur du divin Cœur de Jésus dans Sa Passion, abandonné, délaissé et trahi par ceux auxquels Il avait accordé Ses prédilections.

Ces prêtres, ces consacrés qui défaillent n’avaient-ils pas la vocation ?
Les longues années passées au séminaire ou dans leurs maisons de formation auraient probablement débusqué de fausses vocations. Du moins se prend-on à le croire pour ne pas désespérer complètement du discernement et du bon sens de ceux qui dirigent ces établissements…
Or donc, si la vocation était authentique à l’origine et que cependant ces prêtres ou religieux ont failli, la seule explication à leur chute réside dans leur attiédissement, dans leur manque de ferveur, dans leur relâchement dans le combat spirituel, et dans leur accoutumance coupable à cet état de tiédeur et de médiocrité.
Certes, seul Dieu, qui sonde les reins et les cœurs, peut être leur juste Juge et, à nous Ses créatures, il n’est pas donné de connaître ce qui n’appartient qu’à Dieu.
En revanche, constatant objectivement les faits de l’extérieur, cela doit porter tout fidèle, tout religieux et tout prêtre à davantage de générosité et d’ardeur dans sa vie personnelle, pour que, se sachant lui aussi faillible et pécheur, il se livre avec plus de pugnacité et d’acharnement aux combats qu’il lui appartient de soutenir en propre.

J’aurais encore beaucoup de choses à t’écrire, mon cher Papa-moine, mais il y a déjà là matière à de longues réflexions et méditations. Je te laisse donc t’y livrer avec assiduité et t’adresse avec ces lignes un chat-leureux ronronnement du paradis.

pattes de chatLully.  

mains jointes - prière

2020-90. « Le roi saint inspire vos travaux. Il est votre modèle au plan divin comme terrestre » (Louis XX).

Vendredi 24 juillet 2020,
Vigile de Saint Jacques le Majeur, apôtre ;
Mémoire de Sainte Christine, vierge et martyre.

Cahiers de l'université d'été Saint-Louis

« (…) La place que vous donnez à l’étude vous a amené à publier plusieurs Cahiers de l’Université Saint Louis d’un grand intérêt. Chacun de ces Cahiers et le Site « bibliothèque » Vive Le Roy qui les prolonge et multiplie leur audience, forment en effet un corpus. Cette pensée bien étayée et cohérente guide ensuite votre action au sein des différents cercles. Grâce au partage par internet votre influence peut atteindre et inspirer tous ceux qui cherchent les voies d’un renouveau pour notre pauvre pays qui se défait, trahi par les porteurs d’idéologies pernicieuses. L’arbre se juge à ses fruits…Vous faites partie de ceux qui préparent les récoltes futures ».

Louis XX          

fleur de lys gif2

Hier (cf. > ici), dans son très encourageant message à l’occasion de la trentième Université d’été Saint-Louis, dont la citation ci-dessus est extraite, notre Souverain Légitime a souligné la qualité des instruments d’étude et de formation développés par l’UCLF.
En effet, l’Union des Cercles Légitimistes de France propose – si vous ne l’aviez pas encore compris à la lecture de nombreuses publications dans ce modeste blogue, je vous le rappelle une fois de plus – un très important Programme d’études politiques qui est la base nécessaire de cette « pensée bien étayée et cohérente » louée par Sa Majesté.
Les Cahiers de l’Université Saint-Louis publiés chaque année, constituent une synthèse de la pensée royaliste facilement utilisable dans le cadre d’un travail en cellule d’étude.
A l’occasion de chacune de ces Universités d’été, de nouveaux textes illustrant la pensée légitimiste sont publiés.
L’édition de l’Université d’été 2020 est dès à présent disponible et téléchargeable : voir > ici.

Nous ne pouvons qu’encourager nos amis à les télécharger et à les étudier afin de « (faire) partie de ceux qui préparent les récoltes futures » eux aussi.

Couverture cahiers université d'été 2020

2020-88. « Pour nous catholiques, la conversion sincère des cœurs et des âmes demeure la priorité. »

Dimanche soir 19 juillet 2020,
7ème dimanche après la Pentecôte ;
Mémoire de Saint Vincent de Paul (cf. > ici, > ici et > ici).

A la fin de l’après-midi de ce dimanche, au lendemain même de l’incendie qui a ravagé une partie de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de jure Sa Majesté Très Chrétienne le Roi Louis XX, a publié sur les réseaux sociaux un nouveau message relatif à ce dramatique événement.

En voici le texte, dans lequel nous nous permettons de mettre en caractères gras quelques passages particulièrement forts :

Incendie de la cathédrale de Nantes - 18 juillet 2020

Passée la première stupeur devant un nouveau lieu de culte détruit par les flammes, le temps de la réflexion arrive avec la publication par le diocèse de Nantes des photos du terrible incendie qui vient de frapper la Cathédrale Saint Pierre et Saint Paul.
C’est une vision comme on ne les voit que dans les pays en guerre, comme chez nos chers et si persécutés frères Chrétiens d’Orient.

Ma première pensée se tourne vers les catholiques atteints en leur cœur.
Au-delà des dégâts matériels qui pourront être réparés, c’est surtout toute la vie sacramentelle du diocèse qui est atteinte, désorganisée.
L’Eglise de France n’a pas besoin d’épreuves de ce genre.
Ce nouveau drame arrive à un bien mauvais moment puisque les chrétiens n’étaient pas encore remis du confinement qui leur avait été imposé pour des raisons sanitaires, limitant grandement la pratique religieuse et l’accès au culte.

Avec cette nouvelle épreuve est-ce le temps d’une remise en cause profonde à opérer pour enfin répondre à la phrase si prophétique de Saint Jean Paul II, « France qu’as-tu fais des promesses de ton baptême ? ».
Pour nous catholiques, la conversion sincère des cœurs et des âmes demeure la priorité.
La France peu à peu n’a-t-elle pas perdu le sens de ses cathédrales, parce que l’histoire a voulu, qu’elles soient les plus belles du monde, en ne les appréciant plus qu’uniquement comme des témoignages culturels ?
En les voyant brûler nous sommes pourtant confrontés à une toute autre réalité. Une cathédrale qui brûle c’est avant tout un chemin vers Dieu, vers l’espérance et vers le salut des hommes qui se brouille.

En cette année johannique cette nouvelle épreuve par le feu est un symbole fort.

Que Saint-Pierre et Saint Paul, fondateurs de l’Eglise, et que Sainte Jeanne d’Arc, patronne secondaire de la France, soutiennent les catholiques éprouvés et ouvrent les yeux aux Français.

intérieur de la cathédrale de Nantes après l'incendie

Que l’on nous permette quelques mots de commentaires :

Notre Roi légitime montre une fois de plus en ce communiqué à quel point il est conscient de la charge et des responsabilités que la Providence, par le moyen des Lois fondamentales du Royaume, a placées sur ses épaules : il est le « Fils aîné de l’Eglise » et s’exprime en cette qualité.

Le Roi est catholique, et il affirme clairement sa foi catholique.
Le Roi est, selon l’expression consacrée par les siècles, l’ « Evêque du dehors » : cela signifie que s’il n’appartient pas à la hiérarchie consacrée par le sacrement de l’Ordre chargée du gouvernement de l’Eglise, sa mission temporelle de Roi Très Chrétien à la tête du Royaume des Lys est néanmoins ordonnée au salut des âmes de ses sujets.
A ce titre, suivant en cela l’exemple de Saint Louis, son ancêtre et son saint patron, Sa Majesté, au-delà de l’expression de son indignation et de sa souffrance en face des graves dégâts matériels causés à la cathédrale de Nantes, manifeste une fois de plus sa capacité à prendre du recul par rapport à l’émotion du moment, pour nous amener à réfléchir sur les causes profondes, les causes morales et spirituelles, qui favorisent la genèse de semblables drames, non seulement préjudiciables au patrimoine architectural et artistique, mais plus encore dommageables au patrimoine spirituel et à la vie cultuelle et sacramentelle des catholiques.

Voilà pourquoi les appels de notre Roi à « une remise en cause profonde », la mention de la « priorité » de « la conversion sincère des cœurs et des âmes », l’invocation des saints Pierre et Paul et de sainte Jeanne d’Arc afin que leurs prières « ouvrent les yeux des Français », sont ce qu’il nous faut non seulement retenir, mais méditer, approfondir, et par dessus tout concrétiser dans chacune de nos existences afin d’œuvrer efficacement à une authentique restauration royale, qui ne peut passer que par les voies d’une fidélité renouvelée à l’alliance scellée dans les fonts baptismaux de Reims, ainsi que l’avait rappelé le pape Jean Paul II lors de son premier voyage apostolique en France en juin 1980. 

Notre Roi a témoigné a plusieurs reprises déjà que la question de Jean Paul II, citée ici encore une fois, – « France, qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » - est fondamentale pour lui.
Dans la continuité de son précédent message publié à l’occasion de la fête de Saint Henri (cf. > ici et > ici), Sa Majesté montre à l’évidence que, comme Henri V l’avait exprimé : « Il faut pour que la France soit sauvée que Dieu y entre en Maître, pour que j’y puisse régner en Roi ».

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

Tribune du Grand Orgue de la cathédrale de Nantes après l'incendie

12345...37

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi