Archive pour la catégorie 'Chronique de Lully'

2020-23. Avertissement de la plus haute importance.

Danger

Mercredi 5 février 2020,
Fête de Sainte Agathe, vierge et martyre ;
Anniversaire du martyre de la Bienheureuse Françoise Mézière (5 février 1794 – cf. > ici).

Bien chers Amis,

Je suis au regret de devoir vous mettre en garde de la manière la plus sérieuse contre des informations fallacieuses qui peuvent circuler soit au sujet du Refuge Notre-Dame de Compassion soit concernant ma propre personne.

Sans qu’il soit nécessaire d’entrer dans les détails, je dois néanmoins vous signaler que des individus, dont il est actuellement trop tôt pour dire s’ils agissent par pure malveillance ou en raison d’un dérangement psychologique, s’emploient à faire circuler de fausses nouvelles, en particulier au moyen de courriers postaux qui veulent imiter des lettres officielles émanant d’ecclésiastiques ou d’organismes divers.

Il s’agit ni plus ni moins d’usurpations d’identité, de faux et d’usages de faux.
A ces délits, peut s’ajouter parfois celui du harcèlement.

Il est de mon devoir de vous mettre en garde parce que ces personnes s’ingénient à trouver – même si c’est parfois de manière approximative – les coordonnées de certains de mes amis, afin de leur adresser des courriers qui ne sont ni plus ni moins que des « infox ».
C’est pourquoi, tout en élevant ici de véhémentes protestations contre ces procédés malhonnêtes, et par ailleurs tout en engageant les démarches qui conviennent devant les autorités judiciaires, je me dois de vous en avertir, pour ne pas être moi-même suspecté de favoriser les désordres liés à toute diffusion de fausse nouvelle.

En outre, je vous demande instamment de bien vouloir tenir compte des avis suivants :

1) Tout courrier postal ou courriel que vous pourriez recevoir au sujet du Refuge Notre-Dame de Compassion ou de moi-même, et toute nouvelle qui n’émane pas très explicitement de nous doivent être tenus pour suspects (en cas de doute, il est très facile de me contacter directement pour vérification), et leur contenu traité avec la plus grande circonspection.

2) Je vous demande également, si cela vous arrivait, de me faire parvenir ces courriers avec leurs enveloppes.

Je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien portez à cet avertissement,  ainsi que de l’amicale collaboration dont vous voudrez bien m’assister si vous étiez malheureusement touchés par les agissements de ces individus.

Avec l’assurance de ma religieuse amitié,

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

Blason du Refuge Notre-Dame de Compassion

2020-21. « O Jésus, avec les mains de Marie, je veux m’offrir aujourd’hui avec Vous au Père éternel. »

2 février,
Fête de la Purification de Notre-Dame.

Chandeleur - Purification - Présentation au temple

Elévation :
« O Seigneur, je viens à Vous et Vous supplie, par l’intercession de la Sainte Vierge Marie, de purifier mon âme… »

Méditation :

1er point :

La solennité de ce jour, qui clôt le temps de Noël, est une fête de Jésus aussi bien que de Marie : Jésus est présenté au temple par Sa Mère quarante jours après Sa naissance, selon la prescription de la loi ; Marie se soumet au rite de la purification.

La liturgie célèbre, avant tout, la première entrée de Jésus-Enfant dans le temple : « Voici que le Seigneur Dominateur vient dans Son saint temple : Réjouis-toi et sois dans l’allégresse, Sion, en accourant au-devant de ton Dieu » (bréviaire). Allons à Sa rencontre nous aussi ; que nos sentiments rivalisent avec ceux du vieillard Siméon qui « mû par l’Esprit-Saint, alla au temple » et, plein de joie, reçut l’Enfant Jésus dans ses bras.

Aujourd’hui, pour mieux célébrer cette rencontre, l’Eglise bénit les cierges et nous les remet ; en procession, cierges allumés, nous entrons dans le temple. Le cierge allumé est le symbole de la vie chrétienne, de la foi et de la grâce qui doivent resplendir dans notre âme. Mais il est aussi l’image du Christ, lumière du monde, « lumière qui doit éclairer les nations », tel que L’a salué Siméon. Le cierge allumé nous rappelle que nous devons toujours porter avec nous le Christ, source de notre vie, auteur de la foi et de la grâce. Jésus Lui-même, par Sa grâce, nous dispose à aller à Sa rencontre avec une foi plus vive et un plus grand amour. Puisse, en ce jour, notre rencontre avec Lui être particulièrement intime et sanctifiante !

Jésus est présenté au temple pour être offert au Père. Le rachat n’a pas d’effet sur Lui comme sur les autres premiers-nés des Hébreux. Il est la Victime qui devra être immolée pour le salut du monde. Sa présentation au temple est, pour ainsi dire, l’offertoire de Sa vie, le sacrifice s’accomplira plus tard sur le Calvaire. Offrons-nous en même temps que Jésus.

Chandeleur - Vieillard Siméon

2ème point :

Jésus est présenté au temple par Sa Mère : contemplons donc aujourd’hui Marie dans sa fonction de Co-Rédemptrice.
La Vierge n’ignorait pas que Jésus était le Sauveur du monde et, à travers le voile de la prophétie, elle sentait que Sa mission s’accomplirait dans une mystère de douleur auquel elle aurait à participer, en sa qualité de Mère. La prophétie de Siméon : « Quant à toi, un glaive de douleur transpercera ton âme » (Luc II, 35), confirma son intuition. Dans le secret de son cœur, Marie dut répéter en cet instant son fiat : « Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon votre parole » (Luc I, 38). En offrant son Fils, elle s’offre elle-même, toujours intimement unie à Son sort à Lui.

Mais avant d’entrer dans le temple pour y présenter Jésus, Marie veut se soumettre à la loi de la purification légale. Bien qu’elle soit consciente de sa virginité, elle se met au rang de toutes les autres mères juives et, confondue avec elles, elle attend humblement son tour, portant « une paire de tourterelles », l’offrande des pauvres. Nous voyons Jésus et Marie se soumettre à des lois auxquelles ils n’étaient pas tenus : Jésus ne devait pas être racheté, Marie ne devait pas être purifiée. Leçon d’humilité et de respect envers la loi de Dieu.

Il y a des lois auxquelles nous sommes tenus et auxquelles notre amour-propre nous soustrait sous de faux prétextes : ce sont des dispenses abusives réclamées au nom de droits en réalité inexistants. Humilions-nous et, alors que Marie n’avait nullement besoin d’être purifiée, reconnaissons notre extrême besoin de purification intérieure.

Chandeleur - Purification - Présentation au temple

Colloque :

« O Jésus, Vous êtes allé Vous offrir au temple. Qui Vous a offert ? La Vierge Marie qui n’a jamais eu d’égale, et n’en aura jamais. Marie Vous a offert, elle qui, par la bouche de la sagesse, fut appelée par Votre Père la « toute belle »…
A qui Vous a-t-elle offert ? A Dieu, essence infinie, sublime dans Sa création, fécond dans Son héritage, insondable dans Ses desseins, gracieux et suave dans l’amour.
Et qu’a-t-elle offert ? Vous, Verbe éternel, substance de l’Essence divine, Fils du Très-Haut, Législateur de l’univers, Vous, qui avez reçu tant de noms illustres et choisis : ô Clef de David, ô Roi des nations, ô Emmanuel !

« Que m’enseignez-Vous, ô Seigneur, en Vous offrant au temple ? Vous me montrez Votre respect pour la loi en voulant l’observer ; Vous m’enseignez l’adoration, car Vous Vous êtes offert au Père, non comme Son égal, quoique Vous le fussiez vraiment, mais comme homme. Vous m’avez donné ici le modèle du respect que je dois à Votre loi, car je n’ai pas seulement pour loi les dix commandements, mais aussi la Règle et les Constitutions. Cette loi m’est toute douceur et suavité, mais je me la rends amère quand je ne renonce pas à moi-même, car alors, au lieu de la porter suavement, la loi est obligée de me porter » (Sainte Marie-Madeleine de Pazzi).

O Jésus, avec les mains de Marie, je veux m’offrir aujourd’hui avec Vous au Père éternel. Mais Vous êtes l’Hostie pure, sainte, immaculée, tandis que je suis plein de souillures, de misères, de péchés.
O Marie, ma Mère, vous qui avez voulu être purifiée, bien qu’exempte de la moindre ombre d’imperfection, purifiez, je vous prie, ma pauvre âme, afin qu’elle soit moins indigne d’être offerte au Père en même temps que Son Jésus qui est aussi le vôtre.
O Vierge très pure, acheminez-moi vers une purification intérieure et profonde et puis, accompagnez-moi vous-même afin que ma pusillanimité ne me fasse pas défaillir devant l’âpreté du chemin.

Père Gabriel de Sainte Marie-Madeleine, ocd,
in « Intimité divine – méditations sur la vie intérieure pour tous les jours de l’année » (1957).

Coeur douloureux et immaculé de Marie

Autres publications relatives à la fête de la Chandeleur :
- Des adieux à la Crèche et de la Crèche blanche > ici
- « Des chats et des crêpes » > ici

2020-20. Préparation spirituelle à Pâques en union avec le Refuge Notre-Dame de Compassion.

Comme les années précédentes, nous vous proposons de

vivre le grand et saint Carême de préparation à Pâques
en union avec le Refuge Notre-Dame de Compassion

et pour cela de vous adresser chaque jour,

à partir du mardi-gras 25 février
jusqu’au samedi de la Passion 4 avril
(samedi avant les Rameaux)

un courrier électronique contenant un message pour nourrir votre réflexion, votre méditation, votre prière…

Ecce Homo du Mesnil-Marie

« Ecce Homo » du Mesnil-Marie (détail)

Le thème retenu pour ce Carême 2020 est

Approfondissons notre connaissance
des souffrances de Notre-Seigneur Jésus-Christ

Oui, vous m’avez bien lu : chaque jour – pendant 40 jours – sera dédié à contempler l’un des aspects des souffrances de la douloureuse Passion de notre divin Rédempteur, à partir du Jeudi-Saint jusqu’au moment de Sa mort sur la Croix.
Quarante jours pour connaître un peu mieux les vingt dernières heures de la vie terrestre du divin Roi d’Amour, en ayant bien conscience que tout ne pourra pas être dit ni abordé, car ce mystère est infini…

Si vous désirez vous inscrire à notre liste de diffusion de ces messages quotidiens de carême, merci de nous le signifier au moyen du formulaire de contact > ici

Statue de N.D. de Compassion du Mesnil-Marie

Publié dans:Annonces & Nouvelles, De liturgia, Prier avec nous |on 31 janvier, 2020 |Commentaires fermés

2020-19. Des sept carêmes monastiques pratiqués au Mesnil-Marie.

Vendredi 31 janvier 2020,
Fête de la Bienheureuse Marie-Christine de Savoie (cf. > ici) ;
Mémoire de Saint Jean Bosco.

Prière et jeûne pour la France

frise

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Ceux d’entre vous qui nous suivent sur Facebook, en particulier pour l’éphéméride quotidien (ce qui est possible sans inscription), savent qu’au Mesnil-Marie nous pratiquons plusieurs carêmes, en sus du Grand Carême de préparation à Pâques.

Certains s’en étonnent.
D’autres nous taquinent amicalement à ce sujet en disant : « Vous êtes en carême toute l’année ! »
Quelques uns en sont quasi scandalisés ou horrifiés : c’est souvent le cas de ces générations de « catholiques hyper-conciliaires » qui, dirai-je de manière un peu caricaturale, ont jeté aux orties les notions de pénitence et de mortification en même temps que les soutanes et le latin.
D’autres enfin nous posent des questions à ce sujet avec un réel intérêt.
C’est tout particulièrement à l’intention de ces derniers que j’ai résolu de rédiger les explications suivantes.

A – L’obligation de la pénitence s’impose à tous les fidèles.

La pénitence est un précepte divin rappelé de manière non équivoque par Notre-Seigneur Jésus-Christ : « Si vous ne faites pas pénitence, vous périrez tous ! » (cf. Luc XIII, 3).
Dans sa tradition multiséculaire, la Sainte Eglise a précisé des jours et des temps de pénitence – marqués en particulier par le jeûne et l’abstinence – qui s’imposent à tous, clercs et laïcs (en précisant aussi les personnes qui en sont exemptées) : le carême, les quatre-temps (cf. > ici), les vigiles des grandes fêtes…
Elle peut aussi, par la voix de ses pasteurs légitimes, appeler ses enfants à certains jours exceptionnels de jeûne pour une cause particulière urgente (par exemple pour éloigner la guerre ou détourner un fléau, pour contrer les menaces des impies et essayer d’obtenir un changement sociétal… etc.).

B – Des « professionnels de la pénitence ».

La Sainte Eglise, dans la grande diversité des vocations particulières qui constituent la richesse de sa fécondité spirituelle, a ses « professionnels de la pénitence » : c’est ainsi qu’au long des siècles le Saint-Esprit a suscité les ermites (comme par exemple Saint Paul de Thèbes dont nous avons parlé il y a peu > ici) et les fondations monastiques et religieuses.
Tous les religieux et religieuses ont, plus que les autres fidèles, le devoir de pratiquer la pénitence, en fonction du charisme particulier de leur institut. Toutefois certains d’entre eux sont d’une manière très spéciale orientés vers la pénitence et la réparation : les Capucins, les Clarisses, les Trappistes, les Chartreux, les Augustins déchaussés, les Filles du Calvaire, les Passionnistes, les Victimes du Sacré-Cœur, les Hiéronymites … etc.
Dans l’Eglise d’Orient, une seule Règle monastique, celle de Saint Basile, inspire la vie monastique (catholique ou orthodoxe) sans toutefois posséder un statut normatif absolu. Mais la vie de tous les moines d’Orient accorde une part importante aux pratiques traditionnelles de l’abstinence alimentaire et aux temps de jeûne.
L’Eglise d’Orient, pour ses clercs comme pour ses laïcs, a conservé davantage que le Grand Carême pascal et impose plusieurs autres carêmes à ses fidèles : nous avions aussi cela en Occident dans les premiers siècles, mais l’usage général en a été perdu depuis longtemps.

C – Au Refuge Notre-Dame de Compassion.

Le Refuge Notre-Dame de Compassion se place dans la tradition monastique de la pénitence et de la réparation et s’attache à retrouver et revivifier des traditions antiques, d’où une certaine parenté avec les usages des moines d’Orient : un ami orthodoxe a un jour dit avec un certain humour que le Mesnil-Marie est une sorte de « mini Athos catholique », ce qui m’a fait immensément plaisir !

C’est ainsi que, en fervent disciple de Saint Augustin, si attaché à la symbolique et à la portée spirituelle des nombres, nous nous sommes arrêtés à la pratique de sept carêmes (je vous entretiendrai un jour de la symbolique attachée au chiffre sept) préparatoires à de très grandes fêtes, dont voici la liste et la durée :

1 – Carême de la Nativité (du 9 novembre au 24 décembre – 46 jours) : appelé parfois en Occident « carême de Saint Martin » parce qu’il commence aux alentours de la fête de l’apôtre des Gaules.

2 – Carême de l’Epiphanie (du 28 décembre au 5 janvier – 9 jours)

3 – Grand et Saint Carême de Pâques (du mercredi des Cendres au Samedi Saint – 46 jours)

4 – Carême de la Pentecôte (du vendredi après l’Ascension à la vigile de Pentecôte – 9 jours)

5 – Carême des Saints Apôtres (du 17 au 28 juin – 12 jours)

6 – Carême de la Dormition de la Mère de Dieu (du 31 juillet au 14 août – 15 jours), dont il avait déjà été question > ici.

7 – Carême de la Sainte Croix et de la Mère des Douleurs (du 30 août au 13 septembre – 15 jours)

Contrairement donc aux affirmations taquines de certains, je ne suis pas « tout le temps en carême » puisque le cumul de tous ces carêmes n’arrive qu’à 152 jours.

D – Quelle est la discipline qui s’applique lors de ces carêmes ?

- L’abstinence : c’est-à-dire la privation totale de tous les aliments d’origine animale (viande et charcuterie, poisson, œufs, laitages et fromages) ainsi que de l’huile d’olive, symbole biblique d’allégresse et d’abondance. Cette privation est absolue…
… sauf 1) à certains jours de très grandes fêtes liturgiques qui arrivent pendant ces périodes, jours auxquels le poisson peut être autorisé (mais pas la viande ni les œufs et les laitages) ; 2) et pendant les carêmes de l’Epiphanie et de la Pentecôte qui sont plus « lights » – si j’ose dire -, puisqu’ils coïncident le premier avec une partie de l’octave de la Nativité et le second avec l’octave de l’Ascension : ainsi seule la viande y est prohibée.

- Le jeûne :
Nous distinguons deux sortes de jeûne.
1) Le jeûne ordinaire où l’on ne fait qu’un seul repas quotidien, en milieu de journée ; une collation (constituée d’une écuelle de soupe ou bien de fruits, ou encore – pour ceux qui le supportent – de deux onces [soit environ soixante grammes] de pain) est autorisée le soir.
Une boisson (eau, jus de fruit, thé, café) peut également être autorisée le matin en fonction des nécessités de chacun.
En dehors du repas et de la collation (et de la tolérance d’une boisson du matin), il est strictement prohibé de manger ou de boire, sauf évidemment pour une nécessité de santé.
Les dimanches de ces carêmes ainsi que les jours de très grandes fêtes liturgiques ne sont jamais des jours de jeûne (mais – à quelques exceptions près – demeurent des jours d’abstinence).
2) Le grand jeûne, beaucoup plus strict, qui est prescrit à certains jours particuliers (mercredi des cendres et Vendredi Saint par exemple), où le « repas » de milieu de journée ne peut être constitué que de deux onces de pain (pour ceux qui le supportent) ou de riz.

frise

Vous le voyez, si cela représente certes une discipline, une ascèse, cela n’a non plus rien de particulièrement inhumain : aucun exploit héroïque en cela, juste l’observance des antiques traditions qui restent toujours sages et raisonnables.
Ensuite, bien sûr, chacun peut ne pas se contenter du minimum et, avec l’autorisation de son conseiller spirituel, se montrer plus généreux

Quant aux amis laïcs ou séculiers qui veulent s’associer à nous, il leur est évidemment permis de s’inspirer de ces pratiques héritées de la Tradition, en fonction de leur générosité, de leurs capacités physiques, et des obligations de leur état.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

La Croix et lys - le Puy 2019

En complément :
- Les sermons de notre Bienheureux Père Saint Augustin sur la pénitence et le jeûne que nous avons publiés > ici, > ici et > ici.

2020-18. Notre vocation chrétienne.

Jeudi 30 janvier 2020,
Fête de Sainte Bathilde, Reine des Francs et veuve (cf. > ici) ;
Mémoire de Sainte Martine, vierge et martyre ;

Anniversaire du rappel à Dieu de SM le Roi Alphonse II (cf. > ici).

Crucifix naïf du XVIIe siècle

Crucifix naïf du XVIIe siècle (oratoire du Mesnil-Marie)

Je dédie tout spécialement ces quelques lignes :

A mes filleuls, que j’ai pris en charge spirituellement lors de leur baptême ;
A ceux qui m’ouvrent leur âme et me demandent de les accompagner spirituellement ;
A mes véritables amis…

Le signe chrétien par excellence est le signe de la Croix.

Tracée sur nous dès avant notre baptême, la Croix nous a permis d’entrer dans l’église où nous fûmes ondoyés, et d’entrer dans l’Eglise : la Sainte Eglise catholique.
A moins de reniements particuliers, elle figurera sur notre cercueil et sera plantée sur notre tombe, dans l’attente de la résurrection finale.
La Croix accompagne le chrétien depuis sa naissance jusqu’au-delà de sa mort ; et tout au long de sa vie, selon la tradition multiséculaire des familles ferventes, le fidèle attache une grande importance à placer le Crucifix dans chacune des pièces principales de sa maison, et à l’avoir près de son lit afin de porter sur lui ses regards dès qu’il ouvre les yeux et à le regarder une dernière fois avant de s’endormir.

Nos anciens ont planté la Croix aux carrefours et aux faîtes de leurs demeures ; ils nous ont appris à nous signer respectueusement en passant devant les Croix des chemins.

Cette présence visible de la Croix, contre laquelle s’acharnent particulièrement les ennemis du Christ, est le signe et le symbole de l’ancrage spirituel du mystère de la Sainte Croix dans le cœur et dans la vie de tout authentique disciple de Notre-Seigneur Jésus-Christ : « Il disait en effet à tous : Si quelqu’un veut venir après Moi, qu’il renonce à lui-même, et qu’il porte sa croix chaque jour, et qu’il Me suive – Dicebat autem ad omnes : Si quis vult post Me venire, abneget semetipsum, et tollat crucem suam quotidie, et sequatur Me ! » (Luc IX, 23).
Il ne s’agit pas de porter la Croix de temps en temps, occasionnellement, en des circonstances exceptionnelles, mais bien chaque jour, quotidiennement, jour après jour, tous les jours.

Etre chrétien, c’est porter sa Croix à la suite de Notre-Seigneur.
Aujourd’hui et chaque jour. Jour après jour, jusqu’au dernier de nos jours.
Il n’est pas un seul jour de notre vie chrétienne qui doive y faire exception.
Pas un seul !

Dès lors que tu te dis chrétien, tu dois avoir conscience que tu affirmes par là que tu es voué à la Croix.

Pour qu’une vocation chrétienne soit véritable, il faut qu’elle représente un vrai sacrifice, qu’elle soit un réel et généreux embrassement de la Croix, qu’elle corresponde à un réel renoncement à soi et à un don complet et sans retour à Notre-Seigneur Jésus-Christ pour marcher à Sa suite dans la Voie douloureuse – mais voie où abondent des joies spirituelles infinies – qui monte vers le Calvaire.
Cela est évidemment vrai des vocations consacrées : sacerdoce et vie religieuse ; mais cela est aussi le cas de la « vocation commune » au mariage.

Un consacré, un moine, une religieuse, un prêtre qui met en première ligne de sa vocation son « épanouissement personnel » – comme je l’ai souvent entendu dire par des conseillers spirituels à deux balles – , fait fausse route.

Ce qui doit être mis au premier plan, ce qui doit être envisagé comme l’absolue priorité, ce à quoi il faut se livrer sans arrière-pensée, c’est l’accomplissement de la sainte Volonté de Dieu, quoi qu’il en coûte à la nature, c’est l’embrassement de la Croix.

« Si quelqu’un veut venir après Moi, qu’il renonce à lui-même, et qu’il porte sa croix chaque jour, et qu’il Me suive » : suivre Notre-Seigneur et prendre sa Croix chaque jour, c’est consentir de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit, de toute sa volonté, à l’immolation du « moi » pour l’œuvre du salut et de la sanctification des âmes.
L’épanouissement – SURnaturel et non pas seulement humain – lui sera donné par surcroît, dans la mesure exacte de son oubli de soi.

De la même manière, les laïcs qui prennent leur vie chrétienne au sérieux et veulent résolument marcher dans les voies de la sainteté, et donc aussi les époux qui prennent le sacrement du mariage au sérieux dans toute sa profondeur surnaturelle, doivent impérativement chaque jour embrasser la Croix et la voie du renoncement et du sacrifice pour marcher, dans la conformité aux obligations de leur devoir d’état, avec Notre-Seigneur Jésus-Christ et Sa Croix douloureuse, comme des Simon de Cyrène.

Toute autre forme de spiritualité qui ne développe pas cela est illusion, stérilité spirituelle, égoïsme déguisé… et conduit à l’échec.

nika

Voir aussi :
- BD « Si la Croix vous fait peur » > ici

2020-17. Où, en la fête de Saint François de Sales, on célèbre aussi le jubilé d’argent d’une affiliation à l’Ordre de la Visitation.

Mercredi 29 janvier 2020,
Fête de Saint François de Sales (cf. > ici, > ici, et > ici).

Saint François de Sales

Saint François de Sales
(ce tableau se trouvait naguère dans la chapelle de l’ancien monastère de la Visitation au Puy-en-Velay
dont les bâtiments ont été vendus il y a peu par le diocèse au Conseil départemental de la Haute-Loire)

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Il y a dix ans exactement, le 29 janvier 2010, le Maître-Chat Lully, vous parlait de l’ouverture de l’année jubilaire du quatrième centenaire de la fondation de l’Ordre de la Visitation par Saint François de Sales et Sainte Jeanne-Françoise de Chantal (cf. > ici) et, à cette occasion, il vous entretenait du quinzième anniversaire de mon affiliation à cet Ordre.

Comme il me semble savoir encore un peu compter [15 + 10 = 25, n'est-ce pas ?], cela signifie que je suis parvenu au vingt-cinquième anniversaire de cette affiliation : un quart de siècle !
D’une certaine manière donc, je célèbre aujourd’hui, dans l’intimité de mon cœur, un jubilé : un jubilé d’argent, pour reprendre l’attribution symbolique des matériaux et métaux que l’on associe aux anniversaires.

Dans sa publication du 29 janvier 2010, Monseigneur le Maître-Chat vous expliquait en quoi consiste l’affiliation à l’Ordre de la Visitation et reproduisait le texte du dialogue qui eut lieu au monastère de la Visitation de Chartres (monastère hélas fermé depuis !) ce 29 janvier 1995 (aller voir > ici) en présence du tableau intitulé « Le Rêve de l’Enfant Jésus » peint par Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de la Sainte Face (présenté > ici).
Au terme des six mois de ce « quasi noviciat » (c’est l’expression utilisée à la Visitation pour parler du temps de préparation spirituelle à cette affiliation pratiqué sous la direction de l’une des Chères Mères), la présence de ce tableau, apporté spécialement à la chapelle pour l’occasion, était évidemment chargée d’une très forte valeur symbolique que vous comprendrez aisément.

Cela fait donc un quart de siècle que je suis devenu fils spirituel de Saint François de Sales et de Sainte Jeanne de Chantal ; un quart de siècle que je suis humblement fier de porter cette croix d’argent qui me fut alors remise, et dans laquelle j’ai placé des reliques (de troisième classe) de ces saints fondateurs, ainsi que de Sainte Marguerite-Marie, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de la Sainte Face, Sœur Marie-Marthe Chambon (cf. > ici) et d’une autre mystique du XXe siècle à laquelle je dois beaucoup ; un quart de siècle que, plusieurs fois par jour, je vénère cette croix par un baiser, dont je puis certifier qu’il n’est jamais accompli par routine.

Croix de l'Ordre de la Visitation

Croix de l’Ordre de la Visitation
reçue le dimanche 29 janvier 1995

Permettez-moi, chers et fidèles Amis, à l’occasion de ce jubilé d’argent, d’offrir à votre lecture et à votre méditation quelques lignes des notes abondantes que j’avais prises lors de ma préparation de cette affiliation sous la direction de la Révérende Mère Supérieure du monastère de Chartres :

- La « spiritualité » n’est rien d’autre que la connaissance de la voie et des moyens qui conduisent à la perfection.
Quelle voie ? « Je suis la voie – Ego sum via » ; « Nul ne vient au Père que par Moi » ; « Celui qui Me suit ne marchera pas dans les ténèbres » : il ne peut y avoir d’autre voie que Jésus Lui-même.
Quels moyens ? fondamentalement la Loi et les préceptes, perfectionnés par les « conseils évangéliques » : ce sont les guides infaillibles de la vie parfaite. Mais « la plénitude de la loi, c’est l’amour » (Rom. XIII, 10). Il ne faut jamais confondre les moyens et la fin : préceptes et conseils ne sont pas une fin en eux-mêmes ; leur raison d’être, c’est la perfection de la charité. La charité surnaturelle – et non ses déformations humaines – est le but, la fin dont les yeux ne se doivent jamais détacher.  

- Le propre de Saint François de Sales est d’avoir mis en valeur le concept d’amour : son titre est d’ailleurs « Docteur de l’Amour divin ». Tout son enseignement spirituel tend à établir cet amour divin dans les cœurs et à l’y faire croître. Il insiste pour que cet amour soit non seulement au terme de la vie spirituelle, mais pour qu’il en soit le moteur constant, pour qu’il soit tout en tout, et pour que cet amour soit filial, confiant et paisible, joyeux, aimable et énergique [...].

- En réaction contre l’hérésie calviniste, lourde de conséquences désastreuses pour la vie intérieure, puis du jansénisme naissant, Saint François de Sales ne préconise en fait de crainte et de tremblement devant Dieu, que la peur de l’enfant qui aime son Père et qui, à tout prix, ne veut ni le contrister, ni désirer ou penser que ce qu’Il veut ou pense.
C’est ainsi que notre Bienheureux Père « faisait toutes ses actions purement et simplement pour le seul amour de Dieu, Lequel il craignait parce qu’il L’aimait, et L’aimait pour Lui-même » (déposition au procès de béatification).

- La spiritualité de Saint François de Sales produit un profond équilibre : la constatation des misères humaines est portée par lui à produire non seulement le sentiment de l’infinie perfection divine, mais aussi de Son Amour méconnu ou offensé, et partant au désir de la réparation par la pénitence, ou de la prévention par la mortification.
Mais loin de plonger l’âme dans un repliement sur soi, après sa faute, il va jusqu’à lui faire trouver sans ses chutes le moyen d’intensifier son amour filial !

Saint François de Sales (image d'Epinal)

Saint François de Sales, Docteur de l’Amour divin
(image d’Epinal du XIXème siècle)

En conclusion, s’il m’est permis de formuler un souhait, c’est celui-ci : que chacun d’entre vous connaisse toujours davantage l’esprit de Saint François de Sales ; que vous lisiez et relisiez ses œuvres – en particulier l’incontournable « Introduction à la vie dévote » et le non moins important « Traité de l’Amour de Dieu » – œuvres en lesquelles on trouve constamment de nouveaux trésors ; et que, nourris de cette nourriture substantielle, remède puissant contre nombre d’erreurs et spiritualités frelatées répandues à notre époque, vous marchiez joyeusement sous sa conduite dans les voies d’une authentique sainteté.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

Et dans les pages de ce blogue vous trouverez aussi :
- La présentation de Saint François de Sales par Benoît XVI > ici
- Les litanies de Saint François de Sales > ici
- Quelques bons ouvrages d’introduction à Saint François de Sales > ici
- Une prière célèbre de Saint François de Sales à la Très Sainte Vierge > ici
- Les préludes de la fondation de l’Ordre de la Visitation > ici
- Le récit de la journée de la fondation de la Visitation > ici
- La fin et l’esprit de l’Ordre de la Visitation > ici

Armoiries de Saint François de Sales

2020-15. « Paul a été fait apôtre sans l’avoir mérité, et il ne sera pas couronné qu’il ne l’ait mérité.»

Dans l’état actuel de nos connaissances (car il arrive que près de seize siècles plus tard on retrouve encore des textes inédits ou que l’on croyait perdus), il existe cinq sermons de Saint Augustin ayant trait à la conversion de Saint Paul. Voici celui qui, dans la catégorie des « sermons détachés » porte le numéro cinquante-deux.

Vitrail de la conversion de Saint Paul

 Sermon LII
de notre Bienheureux Père Saint Augustin
sur la conversion de Saint Paul

§1. Les deux noms de Saint Paul et sa conversion :

Mes frères, essayons de parler un peu de l’apôtre saint Paul.
Arrêtons-nous d’abord à son nom ; car il s’est appelé Saul avant de s’appeler Paul ; le premier nom symbolisait l’orgueil, comme le second symbolise l’humilité ; le premier était bien le nom d’un persécuteur. Saul vient du mot Saül. Saül fut ainsi désigné parce qu’il persécuta David, figure de Jésus-Christ qui devait sortir de la famille de David, par la Vierge Marie, selon la chair. Saul remplit le rôle de Saül, lorsqu’il persécuta les chrétiens ; il était animé d’une haine violente contre les disciples du Sauveur, comme il le prouva au moment du martyre de saint Etienne ; car il voulut garder les vêtements de ceux qui le lapidaient, comme pour faire entendre qu’ils n’étaient tous que ses propres instruments. Après le martyre de saint Etienne, les chrétiens de Jérusalem se dispersèrent portant partout la lumière et le feu dont le Saint-Esprit les embrasait. Paul, voyant la diffusion de l’Evangile de Jésus-Christ, fut rempli d’un zèle amer. Muni de pleins pouvoirs de la part des princes des prêtres et des docteurs, il se mit en mesure de châtier sévèrement tous ceux qui lui paraîtraient invoquer le nom de Jésus-Christ, et il allait respirant le meurtre et altéré de sang.

§2.  Effet admirable de la grâce de Dieu dans cette conversion : 

Ainsi désireux de s’emparer des chrétiens et de verser leur sang, il parcourait le chemin de Jérusalem à Damas, à la tête d’un certain nombre de ses complices, lorsqu’il entendit une voix du ciel.
Mes frères, quels mérites avait acquis ce persécuteur ? Et cependant cette voix qui le frappe comme persécuteur, le relève apôtre ; voici Paul après Saul ; le voici qui prêche l’Evangile et il décline lui-même ses titres : « Je suis », dit-il, « le plus petit d’entre les Apôtres » (1 Cor. XV, 9). Que ce nom de Paul est bien choisi ! Ce mot, en latin, ne signifie-t-il pas petit, modique, moindre ? et cette signification, l’Apôtre ne craint pas de se l’appliquer à lui-même. Il se nomme le plus petit, rappelant ainsi la frange du vêtement de Jésus-Christ, que toucha une femme malade. Cette femme, affligée d’une perte de sang, figurait l’Eglise des Gentils ; et c’est vers ces Gentils que Paul, le plus petit des Apôtres, a été envoyé, car il est la frange du vêtement, la partie la plus petite et la dernière.
En effet, ce sont là les qualités que l’Apôtre se donne ; il s’appelle le plus petit et le dernier : « Je suis le dernier des Apôtres » (1 Cor. IV, 9) ; « je suis le plus petit des Apôtres » (1 Cor. XV, 9). Ce sont là ses propres paroles, et s’il en a prononcé d’autres, qu’il veuille bien nous les rappeler ; car nous ne voulons pas lui faire injure, quoique ce ne soit pas faire injure à Paul que d’exalter la grâce de Dieu.
Toutefois, écoutons-le : « Je suis », dit-il, « le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé apôtre » ; voilà ce qu’il était. « Je ne suis pas digne d’être appelé apôtre » : pourquoi ? « Parce que j’ai persécuté l’Eglise de Dieu ». Et d’où lui est venu l’apostolat ? « Mais c’est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis ; et la grâce de Dieu n’a pas été vaine en moi, car j’ai plus travaillé que tous les Apôtres ».

§3.  De la grâce et des mérites dans la personne de saint Paul : 

Mais, ô grand Apôtre, voici que des hommes inintelligents se figurent que c’est encore Saul qui parle et qui dit : « J’ai plus travaillé qu’eux tous ». Il semble se louer, et cependant son langage est plein de vérité. Il a remarqué lui-même que ce qu’il venait de dire pouvait tourner à sa louange ; aussi, après avoir dit : « J’ai plus travaillé qu’eux tous », s’empresse-t-il d’ajouter : « Non pas moi, mais la grâce de Dieu avec moi ».
Son humilité a connu, sa faiblesse a tremblé, sa parfaite charité a confessé le don de Dieu.
O vous qui êtes rempli de grâce, qui êtes un 
vase d’élection, et qui avez été élevé à un rang dont vous n’étiez pas digne, dites-nous les secrets de la grâce en votre personne ; écrivez à Timothée et annoncez le jour de la justice : « Je suis déjà immolé », dit-il.
Nous venons de lire l’épître de saint Paul ; ce sont bien là ses propres paroles : « Je suis déjà immolé ». En d’autres termes : l’immolation m’attend, car la mort des saints est un véritable sacrifice offert à Dieu. « Je suis immolé, et le moment de ma dissolution approche. J’ai combattu le bon combat, j’ai consommé ma course, j’ai conservé la foi ; il ne me reste plus qu’à attendre la couronne de la justice, que Dieu me rendra en ce jour, en sa qualité de souverain juge ».
Celui par qui nous avons mérité nous rendra selon nos mérites ; Paul a été fait apôtre sans l’avoir mérité, et il ne sera pas couronné qu’il ne l’ait mérité. Parlant de la grâce qu’il avait reçue d’une manière absolument gratuite, il s’écrie : « Je ne suis pas digne d’être appelé apôtre, mais c’est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis ». Au contraire, quand il exige ce qui lui est dû, il s’exprime en ces termes : « J’ai combattu le bon combat ; j’ai consommé ma course, j’ai conservé la foi, il ne me reste plus qu’à attendre la couronne de la justice ». Cette couronne m’est due ; et afin que vous sachiez qu’elle m’est due, je déclare « que Dieu me la rendra ». Il ne dit pas : Dieu me la donne, ou m’en gratifie, mais : « Dieu me la rendra en ce jour, en sa qualité de souverain juge ». Il m’a tout donné dans sa miséricorde, il me rendra dans sa justice.

§4. Conclusion en forme de prière :

Je vois, ô bienheureux Paul, à quels mérites vous est due la couronne ; en regardant ce que vous avez été, reconnaissez que vos mérites eux-mêmes ne sont que des dons de Dieu. Vous avez dit : « Je rends grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par Notre-Seigneur Jésus-Christ. J’ai combattu le bon combat ; mais tout me vient de Dieu, qui fait miséricorde ». Vous avez dit : « J’ai conservé la foi » ; mais vous avez dit également : « J’ai obtenu miséricorde, afin que je sois fidèle ». Nous voyons donc que vos mérites ne sont que des dons de Dieu, et voilà pourquoi nous nous réjouissons de votre couronne.

Vitrail de la conversion de Saint Paul - détail

2020-14. Pèlerinage à Domremy à l’occasion du centenaire de la canonisation de Sainte Jeanne d’Arc.

Pèlerinage Donremy mai 2020 - 1

Dans le message qu’il a délivré ce 19 janvier 2020 à l’occasion de la Messe commémorative célébrée à la Chapelle Expiatoire à Paris (cf. > ici), notre Souverain légitime a terminé en nous souhaitant « une bonne et sainte année 2020 sous la protection de Sainte-Jeanne d’Arc. »

C’est qu’en effet, cette année 2020 est celle du centenaire de la canonisation de celle dont on ne redira jamais assez que plutôt que « la sainte de la patrie » – ainsi qu’a voulu la récupérer une certaine phraséologie à tendance nationaliste – Sainte Jeanne d’Arc est avant tout la sainte de la Légitimité, puisque son rôle premier et principal a été de faire reconnaître la légitimité d’un prince qui en avait lui-même douté et, en conséquence de cette légitimité, de l’amener à recevoir son « digne sacre ». Ses victoires militaires ne furent que les preuves tangibles de cette mission que lui confia le Roi du Ciel.

Il importe donc de prier et d’invoquer Sainte Jeanne d’Arc avec une ferveur renouvelée tout au long de cette année.
Voilà pourquoi, l’Ordre de Saint Remi organise un pèlerinage à Domremy au jour même du centenaire de la canonisation de Jeanne. Vous en trouverez ci-dessous le programme et les indications.

Pèlerinage Donremy mai 2020 - 2

Renseignements et inscriptions : ordredesaintremi@gmail.com

Blason de Sainte Jeanne d'Arc

2020-13. « Le roi très chrétien, le fils aîné de l’Église, avait comme objectif d’assurer le bien commun de ses peuples et le salut des âmes. Voilà en quelques mots, résumé, le programme des Rois.»

Dimanche 19 janvier 2020,
2ème dimanche après l’Epiphanie ;
19ème anniversaire du rappel à Dieu de Gustave Thibon (cf. > ici).

A l’occasion de la Sainte Messe commémorative de la mort de SMTC le Roi Louis XVI, célébrée comme de coutume le dimanche le plus proche du 21 janvier à la Chapelle Expiatoire, et du déjeuner qui a suivi, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, a lu le message suivant.

Louis de Bourbon 19 janvier 2020

Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX,
à la Chapelle Expiatoire, ce dimanche 19 janvier 2020

Chers Amis,

Avant de commencer mon message, permettez-moi de dire quelques mots à la mémoire de M. le duc de Bauffremont qui vient de nous quitter. Durant plus de soixante ans il s’est consacré, corps et âme, à la cause de la royauté légitime. Il a été au côté de mon grand-père, puis de mon père et depuis 1989 auprès de moi, j’ai pu constater combien sa fidélité était à toute épreuve. Il savait braver les tempêtes et assurer la continuité de l’action. La cause de la monarchie lui doit beaucoup à travers tout le travail qu’il a accompli. Je redis à ses enfants et à toute sa famille, combien ma peine a été profonde en apprenant l’élévation au ciel, de celui qui ne pouvait concevoir le service du roi sans celui vis-à-vis de Dieu. Qu’il repose en paix et demeure dans vos prières à vous qui savez aussi être fidèles.

Une nouvelle fois, merci de votre fidélité. Elle trouve sa source dans le souvenir du Roi Martyr et se développe dans l’espérance que vous mettez en l’avenir de notre Pays.

La France, comme en 1793, parait de nos jours bien malade. Depuis des années une crise la ronge en la faisant douter d’elle-même puisque chaque jour on l’appelle au reniement. Il faudrait qu’elle oublie les gloires de son passé, qu’elle oublie la grandeur de son histoire ? Elle se devrait d’être en repentance ? Mais de quelle repentance pourrait-il s’agir ?

Regardons le règne de Louis XVI qui, à lui seul, synthétise tous ceux qui l’ont précédé. Pour la gloire et la grandeur du pays, mises à mal par le Traité de Paris, il a su, mettre un frein à la puissance anglaise, en privant la couronne britannique de ses colonies américaines et en créant le port moderne de Cherbourg ; en matière de « justice sociale » expression qu’il fut le premier à utiliser, Louis XVI prôna la réforme fiscale ; pour tenir compte des évolutions de son temps il reconnut des droits aux Protestants et aux Juifs ; dans le domaine scientifique, il encouragea les recherches les plus novatrices de l’aérostation à la machine à vapeur et à l’expédition de La Pérouse ; pour améliorer les conditions de vie des « exclus sociaux » du temps il soutint les œuvres en faveur des sourds-muets et des aveugles. Oui, son règne a été grand notamment par ses innovations. Il le fut car il était animé par la promesse qu’il avait faite lors de son sacre, celle du décalogue. Le roi très chrétien, le fils aîné de l’Église, avait comme objectif d’assurer le bien commun de ses peuples et le salut des âmes. Voilà en quelques mots, résumé, le programme des Rois. Cela ne vaut-il pas mieux que toutes les explications peu crédibles et tentatives peu convaincantes tant elles sont loin des réalités, de nos gouvernants contemporains.

Le testament de Louis XVI, relu après la messe, est empreint de Vérité, Vérité absente du langage politique actuel, ni vrai ni juste. L’ensemble du Testament reflète ainsi cette humilité du Roi qui ne cherche nullement à se justifier devant les hommes, mais s’en remet à Dieu, vrai souverain et vrai juge. Ne pas se tromper de valeur et rester en cohérence avec sa conscience. Ainsi, le premier reproche à adresser à la révolution et à la république naissante, est d’avoir inversé le sens des mots. La Liberté a supprimé les libertés ; la société ancienne reposant sur les solidarités a été peu à peu sacrifiée à tous les égoïsmes et à l’individualisme alors même qu’étaient prônées l’égalité et la fraternité. Deux siècles après Louis XVI, la société n’a jamais été aussi éclatée. Elle est à reconstruire !

Alors, continuons à honorer la mémoire du Roy-Martyr, et sachons pour l’époque dans laquelle nous vivons, en retirer toutes les leçons. Sachons, nous aussi, concilier la tradition et le progrès. Sachons donner du sens à nos actions. Comme Louis XVI pensons à nos compatriotes et sachons par ce que nous portons et représentons leur redonner espoir et leur rappeler les principes qui doivent régir la société humaine. Nous ne devons pas être des nostalgiques d’un ordre ancien qui ne reviendra pas, mais, au contraire, nous devons être les artisans d’un monde nouveau qui attend beaucoup de l’exemple de ce que fut la royauté française et ses réussites. Si l’histoire ne se reproduit pas, en revanche, elle peut apporter des recettes. Les deux principales qu’il faut retenir en ce début d’année sont la place centrale reconnue à l’homme de la naissance à ses fins dernières et le sens du Bien commun. Disons non à toutes les manipulations et travestissements de la vie naturelle. Disons non à la société individualiste et à ses excès depuis qu’elle a perdu le sens des autres tout en proclamant le contraire. Disons non au mensonge.

Cela c’est à chacun de nous qu’il appartient de le faire. Il faut savoir s’engager dans nos vies professionnelles et familiales. La société ne se réformera que si nous savons, les uns et les autres prendre nos responsabilités et, pour les chrétiens, être fidèles aux promesses de notre baptême. N’est-ce pas le symbole du sacrifice de Louis XVI, il faut savoir dire non si nécessaire quand notre conscience nous le demande.

Au-delà de ce message, je souhaite, malgré les nuages amoncelés sur nos têtes, à vous tous, à vos familles, vos proches, une bonne et sainte année 2020 sous la protection de Sainte-Jeanne d’Arc.

Louis,
Duc d’Anjou

 grandes armes de France
12345...100

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi