Chemin de Croix avec des textes de Mère Yvonne-Aimée de Jésus, chanoinesse hospitalière de Saint-Augustin.

       Voici encore une proposition de texte pour méditer le Chemin de la Croix, que ce soit les vendredis « ordinaires » pendant l’année ou ceux du Carême.

   Les textes qui sont proposés ici à la méditation pour chaque station, sont de la plume de la Très Révérende Mère Yvonne-Aimée de Jésus (1901-1951), souvent appelée Mère Yvonne-Aimée de Malestroit, puisque c’est au couvent de l’Immaculée Conception des Chanoinesses régulières hospitalières de Saint Augustin de cette petite ville de Bretagne qu’elle vécut sa vie religieuse.

   Ce sont des textes courts, de deux ou trois phrases concises, extraits des notes spirituelles de cette grande mystique : c’est ce qui explique le tutoiement, qui n’est nullement dérangeant dans une prière personnelle pleine d’affection pour Notre-Seigneur, mais qu’il nous paraît préférable de transformer en vouvoiement si l’on se sert de ces textes pour un exercice en commun. En outre, la brièveté des textes lus à chaque station doit, nous semble-t-il, être suivi d’un temps de silence et d’intériorité relativement important avant d’enchaîner avec les prières vocales conclusives de la station.

Le Portement de Croix - Raphaël

Raffaello Sanzio da Urbino, dit Raphaël (1483-1520) : le portement de Croix
[musée du Prado, Madrid]

Prières à réciter à chaque station :

- Avant chaque station :

V. Nous Vous adorons, ô Christ, et nous Vous bénissons.
R. Parce que Vous avez racheté le monde par Votre Sainte Croix.

- A la fin de chaque station :

Pater Noster. Ave Maria. Gloria Patri.
V. Ayez pitié de nous, Seigneur.
R.
 Ayez pitié de nous.

V. Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles reposent en paix.
R.
 Ainsi soit-il.

Couronne et Crucifix - blogue

Première station : Jésus est condamné à mort.

   « Tu montes ce calvaire de douleur pour me rendre la vie. Je veux suivre généreusement Tes traces sanglantes, ô mon Sauveur. Je veux réparer pour moi et pour les pécheurs et, avec Toi, sauver des âmes ».

Couronne et Crucifix - blogue

Deuxième station : Jésus est chargé de Sa croix.

   « Comme Tu presses amoureusement la croix sur Ton Cœur. Oh ! Mon Maître adoré, donne-moi une croix pour m’immoler avec Toi, une croix de réparation ».

Couronne et Crucifix - blogue

Troisième station : Jésus tombe une première fois.

   « Tu soutiens le monde, Puissance de mon Dieu, et Tu défailles sous Ta croix : elle est si lourde. J’ai contribué à l’alourdir, ô mon Bien-Aimé. Je veux redoubler d’amour et ne cesser de me mortifier, prier, peiner pour ceux qui offensent Ton saint nom ».

Couronne et Crucifix - blogue

Quatrième station : Jésus rencontre Sa Très Sainte Mère.

   « Ô Mère de mon Jésus qui pleures sur moi et sur ceux qui ont offensé ton Divin Fils, je veux répondre au cri de ta douleur, expier, réparer toute ma vie ».

Couronne et Crucifix - blogue

Cinquième station :  Simon de Cyrène aide Jésus à porter Sa croix.

   « Ô mon Jésus, écrasé sous Ta croix, je veux T’aider aussi à la porter, j’y trouverai tant de charme que rien ne pourra plus m’en détacher. La croix avec Toi, c’est le Paradis ».

Couronne et Crucifix - blogue

Sixième station : Sainte Véronique essuie le visage de Jésus.

   « Imprime, rayonne sur mon âme Ta Face adorable, ô mon Sauveur Bien-Aimé. Cette Face que les Anges ont peine à reconnaître, tant les crachats, la poussière, la sueur, le sang, la couvrent. Ô Face adorable de mon Dieu, de mon Père, de mon Roi, de mon Époux, de mon Ami, sers-Toi de moi pour Te faire adorer et aimer par toutes les âmes ».

Couronne et Crucifix - blogue

Septième station : Jésus tombe pour la deuxième fois.

   « Par la vertu de cette deuxième chute, ô mon pauvre Bien-Aimé, soutiens mon courage dans la réparation et l’expiation constante de mes infidélités. Sans Toi, je ne puis rien et je pourrais tomber : je suis toute faiblesse ».

Couronne et Crucifix - blogue

Huitième station : Jésus exhorte les femmes de Jérusalem qui Le suivent.

   « Avec toutes les âmes réparatrices, je pleure sur Toi, plus encore sur les pauvres âmes que ne peut vaincre l’excès de Ton Amour, de Tes souffrances. Je veux essuyer Tes larmes, ces larmes amères qui voilent et gonflent Tes beaux yeux. Oh, comme Toi, je voudrais pleurer des larmes de sang, avec Toi ! »

Couronne et Crucifix - blogue

Neuvième station : Jésus tombe une troisième fois.

   « Ô, mon Bien-Aimé, tant de souffrances seraient-elles perdues pour moi ? Ô Amour de mon Dieu, triomphe de mon ingratitude, de ma lâcheté, donne-moi de marcher résolument à Ta suite. Je veux devenir un Jésus crucifié ».

Couronne et Crucifix - blogue

Dixième station : Jésus est dépouillé de Ses vêtements.

   « Ô mon Adorable Sauveur, aide-moi à crucifier ma chair, à me dépouiller moi-même de mon orgueil, de mes lâches négligences, de ma mollesse, de tous mes défauts, d’arracher tout avec violence, dussé-je y mettre tout le sang de mon cœur ».

Couronne et Crucifix - blogue

Onzième station : Jésus est cloué sur la Croix.

   « Ô plaies d’Amour de mon Bien-Aimé ! Je veux Te les cicatriser, puis offrir comme Toi mes mains et mes pieds pour la réparation. Ô Divin Roi de mon cœur, je T’offre tout moi-même pour être, avec Toi, clouée à la croix ».

Couronne et Crucifix - blogue

Douzième station : Jésus meurt sur la Croix.

   « Ô mon Divin crucifié, Ah ! Prends mon cœur. Ton beau regard est éteint. Tes larmes sont restées figées pour me redire mon ingratitude et Ton amour. Tes lèvres ne souriront plus. Le fiel est Ton dernier breuvage. Oh ! Le plus fidèle des amis, le plus tendre Père, le plus aimable Maître, je T’aime ! Je T’aime. Prends mon âme, prends mon corps, mon cœur. Le Tien a cessé de battre : c’est qu’il m’a donné tout ce qu’il avait d’amour. Ame pour âme, cœur pour cœur, vie pour vie. Cloue-moi à la croix, que j’y demeure toujours pour T’aimer ».

Couronne et Crucifix - blogue

Treizième station : Jésus, descendu de la Croix, est remis à Sa Très Sainte Mère.

   « Ô Marie, Mère Bien-Aimée, qui viens de recueillir le dernier soupir de ton Divin Fils, imprime en moi les traits de ton Jésus crucifié. Donne-moi cette divine ressemblance qui sera ma joie, mon salut. Fais que je sois du petit nombre des fervents qui assistèrent avec toi à la mort du Roi, mais – non jamais ! – des tièdes qui ne Le peuvent suivre jusqu’à la Croix. Ô mon Bien-Aimé, je T’en conjure, consume du feu de Ton amour mon âme, les âmes religieuses et sacerdotales, les âmes de tous ceux que j’aime, toutes les âmes ».

Couronne et Crucifix - blogue

Quatorzième station : Jésus est déposé dans le tombeau.

   « Tu T’es humilié, ô Verbe éternel, Dieu Grand, Dieu Tout, Dieu d’Amour, jusqu’aux ténèbres de ce froid et silencieux tombeau. Tombeau glorieux, Porte du ciel : c’est la fin des souffrances, le commencement de la félicité. Oh ! Souffrir avec Toi, mon Bien-Aimé, pour régner avec Toi. La voie du sacrifice s’arrête au tombeau, et, au-delà, c’est la récompense éternelle : c’est Toi pour toujours, mon unique Amour ».

P. de Champaigne  - le Christ mort

Philippe de Champaigne (1602-1674) : le Christ au tombeau
[musée du Louvre]

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 1 mars 2024 à 16 h 44 min Nadia P. écrit:

    Oh ! quel beau chemin de croix, que je viens juste de finir.
    Merci pour ce beau partage, soyez béni.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi