2022-104. Profession de foi de Saint Bruno à l’heure de sa mort.

6 octobre,
Fête de Saint Bruno le Chartreux, confesseur ;
Mémoire de Sainte Enimie, Fille de France, vierge.

La mort de Saint Bruno - Eustache Le Sueur

Eustache Le Sueur (1616-1655) : la mort de Saint Bruno
[musée du Louvre]

frise

   Au soir de sa vie, Saint Bruno voulut témoigner devant ses frères qu’il avait combattu jusqu’au bout le bon combat, qu’il avait achevé sa course en gardant la foi (cf. 2 Tm 4, 7). Le texte qui suit fut recueilli par ses compagnons de vie religieuse dans l’ermitage Santa Maria de la Torre de Calabre, en Italie, et nous transmet fidèlement cette profession de foi solennelle qu’il fit avant sa mort, survenue le 6 octobre 1101.

Introduction rédigée par les Chartreux Santa Maria de la Torre :
« Nous avons pris soin de recueillir la profession de foi de Maître Bruno, prononcée devant tous ses frères réunis, quand il sentit approcher, pour lui, l’heure d’entrer dans la voie de toute chair ; car il nous avait demandé de façon très pressante d’être les témoins de sa foi devant Dieu.

Texte même de la profession de foi (note 1)

   1 – Je crois fermement au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit : le Père non engendré, le Fils seul engendré, le Saint-Esprit procédant de l’un et de l’autre ; et je crois que ces trois Personnes sont un seul Dieu.

   2 – Je crois que ce même Fils de Dieu a été conçu du Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Marie.
Je crois que la Vierge était très chaste avant l’enfantement, qu’elle est demeurée vierge dans l’enfantement et l’est restée éternellement par la suite.
Je crois que ce même Fils de Dieu a été conçu parmi les hommes comme un homme véritable, sans péché.
Je crois que ce même Fils de Dieu a été victime de la haine des Juifs perfides 
(note 2), et qu’après avoir été injustement fait prisonnier, Il a été couvert de crachats et d’insultes et flagellé ; qu’Il est mort, a été enseveli et qu’Il est descendu aux enfers pour en libérer les Siens qui s’y trouvaient captifs ; qu’Il est descendu (des Cieux) pour notre rédemption, est ressuscité et est remonté aux Cieux d’où Il viendra juger les vivants et les morts.

   3 – Je crois aux Sacrements en lesquels croit l’Eglise catholique et qu’elle vénère ; je crois particulièrement que ce qui est consacré sur l’autel est le vrai Corps, la vraie Chair et le vrai Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ, que nous recevons pour la rémission de nos péchés, dans l’espérance du salut éternel.
Je crois à la résurrection de la chair et à la vie éternelle.
Ainsi soit-il.

   4 – Je confesse et je crois en la sainte et ineffable Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, qui est un seul Dieu par nature, d’une seule substance, d’une seule nature, d’une seule majesté et puissance.
Nous professons que le Père n’a été ni engendré ni créé, mais qu’Il est inengendré.
Le Père Lui-même ne tire Son origine de personne.
De Lui, le Fils reçoit la naissance et le Saint-Esprit la procession.
Il est donc la source et l’origine de toute la Divinité.
Et le Père, ineffable par essence, a, de Sa substance, engendré le Fils ineffablement ; sans engendrer autre chose que ce qu’Il est Lui-même : Dieu a engendré Dieu, la Lumière a engendré la Lumière.
C’est donc de Lui que découle toute Paternité, au Ciel et sur la terre.
Ainsi soit-il.

frise

Notes :
1 – Cette magnifique profession de foi de Saint Bruno manifeste que, au cours de ses longues années d’enseignement à l’Ecole-cathédrale de Reims, il fut strictement fidèle à la doctrine catholique authentique, mais que cette doctrine n’était pas pour lui purement intellectuelle, mais qu’elle était intériorisée pour alimenter et faire croître sa vie spirituelle, sa vie de contemplation silencieuse. Au moment où Saint Bruno allait quittait ce monde, la doctrine trinitaire était le pivot de son amour et de sa confiance après avoir illuminé sa vie. La formule de profession trinitaire que l’on trouve au quatrième paragraphe reprend la profession de foi du XIème concile de Tolède, qu’il met à la première personne.
2 – En latin : « perfidis Judæis ». L’expression reprend textuellement ce qui se trouve au Missel traditionnel dans les oraisons solennelles du Vendredi Saint.

Sainte Trinité - vitrail

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi