2022-32. Saint Syméon le Nouveau Théologien : « Sur les trois modes de la prière ».

Voici l’un des textes les plus célèbres de Saint Syméon le Nouveau Théologien.

Il s’agit d’un enseignement sur la prière – elle-même conçue comme une attention particulière à Dieu -  qui forme une excellente synthèse spirituelle : Saint Syméon, dans les deux premiers paragraphes décrit les écueils et dérives de la vie de prière. Le premier d’entre eux est l’espèce d’orgueil qui peut saisir les âmes de prière lorsqu’elles éprouvent quelques grâces et qui va les égarer dans des illusions où le démon va les égarer. Le deuxième, qui procède aussi de la secrète complaisance en soi et la vanité, va perdre l’homme spirituel en lui donnant l’illusion qu’il peut, en raison de son propre avancement, être le guide spirituel d’autres âmes.
Mais la troisième voie, que développe plus amplement Saint Syméon, voie d’obéissance à un véritable père spirituel expérimenté et humble, est celle qui conduit à la véritable et profonde union à Dieu, par une « prière du cœur » continue, humble, où le cœur répète continûment à Dieu l’aveu de son indignité et l’appel à Sa miséricordieuse pitié.

Le père spirituel et son disciple

Le père spirituel et son disciple, humble chercheur de Dieu

frise

Sur les trois modes de la prière.

Il y a trois modes de l’attention et de la prière, par lesquels l’âme, ou bien s’élève et progresse, ou bien tombe et se perd. Si elle use de ces trois modes en temps opportun et comme il faut, elle progresse. Mais si elle en use inconsidérément et à contretemps, elle tombe. L’attention doit donc être inséparablement liée à la prière, comme le corps est inséparablement lié à l’âme. L’une ne peut tenir sans l’autre. L’attention doit aller devant et guetter les ennemis, comme un veilleur. C’est elle qui la première doit connaître le péché et s’opposer aux pensées mauvaises qui entrent dans l’âme. Alors vient la prière, qui détruit et fait périr sur le champ toutes ces pensées mauvaises, contre lesquelles en premier lieu a lutté l’attention. Car celle-ci ne peut, à elle seule, les faire périr. Or c’est de ce combat de l’attention et de la prière que dépendent la vie et la mort de l’âme. Car si, par l’attention, nous gardons pure la prière, nous progressons. Mais si nous négligeons de garder pure la prière, si nous ne veillons pas sur elle, si nous la laissons souiller par les pensées mauvaises, nous sommes inutiles et nous ne progressons pas.
Il y a donc trois modes de l’attention et de la prière. Et il nous faut dire quelles sont les propriétés de chacun. Ainsi celui qui aime son salut pourra choisir le meilleur, et non le pire.

Du premier mode de l’attention et de la prière :

Telles sont les propriétés du premier mode :
Quand quelqu’un se tient en prière, il lève vers le ciel ses mains, ses yeux et son intelligence. Il se représente les pensées divines, les biens du ciel, les ordres des anges et les demeures des saints. Il rassemble brièvement et recueille en son intelligence tout ce qu’il a entendu dans les divines Écritures. Il porte ainsi son âme à désirer et à aimer Dieu. Il lui arrive parfois d’exulter, et de pleurer. Mais alors son cœur s’enorgueillit, sans qu’il le comprenne. Il lui semble que ce qu’il fait vient de la grâce divine, pour le consoler, et il demande à Dieu de le rendre toujours digne d’agir comme il le fait. C’est là une marque de l’erreur. Car le bien n’est pas bien quand il ne se fait pas sur la bonne voie et comme il faut. Quand bien même il vivrait dans une extrême hésykia 
[note : les théologiens grecs de la vie spirituelle appellent hésykia une forme de paix intérieure qui permet et porte l’union mystique avec Dieu ; l’hésykia est perçue comme une alternative au martyre, qui est la plus haute forme de sacrifice], il est impossible qu’un tel homme ne perde pas son bon sens et ne devienne pas fou. Mais même s’il n’en arrivait pas là, il ne saurait parvenir à la connaissance, ni maintenir en lui les vertus de l’impassibilité. C’est ainsi que se sont égarés ceux qui ont vu une lumière et un flamboiement avec les yeux de leur corps, qui ont senti un parfum avec leur propre odorat, et qui ont entendu des voix avec leurs propres oreilles, ou qui ont éprouvé des choses du même ordre. Les uns ont été possédés par le démon, et sont allés de lieu en lieu, hors d’eux-mêmes. D’autres ont reçu en eux les contrefaçons du démon : il leur est apparu comme un ange de lumière, et ils se sont fourvoyés, ils ne se sont jamais corrigés, ils n’ont jamais voulu écouter le conseil d’aucun frère. D’autres encore ont été poussés par le diable à se tuer : ils se sont jetés dans des précipices, ils se sont pendus. Qui pourrait décrire toutes les illusions par lesquelles le diable les égare ? Ce n’est guère possible.

Mais après ce que nous venons de dire, tout homme sensé peut comprendre, à quels dommages expose ce présent mode de l’attention et de la prière. De même, s’il arrive que l’un de ceux qui usent de ce mode n’en reçoive aucun mal, dès lors qu’il se trouve en compagnie d’autres frères (car ce sont surtout les anachorètes qui connaissent un tel mal), cependant, toute sa vie durant, il ne progressera pas.

Du deuxième mode :

Tel est le deuxième mode de l’attention et de la prière :
Quand quelqu’un recueille son intelligence en lui-même, en la détachant du sensible, quand il garde ses sens et rassemble toutes ses pensées pour qu’elles ne s’en aillent pas dans les choses vaines de ce monde, quand tantôt il examine sa conscience et tantôt il est attentif aux paroles de sa prière, quand à tel moment il court derrière ses pensées que le diable a capturées et qui l’entraînent dans le mal et la vanité, quand à tel autre moment, après avoir été dominé et vaincu par la passion, il revient à lui-même, il est impossible que cet homme, qui a en lui un tel combat, soit jamais en paix, ni qu’il trouve le temps de travailler aux vertus et reçoive la couronne de la justice. Car il est semblable à celui qui combat ses ennemis la nuit, dans les ténèbres. Il entend leurs voix et reçoit leurs coups. Mais il ne peut pas voir clairement qui ils sont, d’où ils viennent, comment et pourquoi ils le blessent, dès lors que le dévastent les ténèbres de son intelligence et les tourments de ses pensées. Il lui est impossible de se délivrer de ses ennemis, les démons qui le brisent. Le malheureux peine en vain, car il perd son salaire, dominé qu’il est par la vanité. Il ne comprend pas. Il lui semble qu’il est attentif. Souvent, dans son orgueil, il méprise et accuse les autres. Il s’imagine qu’il peut les conduire, et qu’il est digne de devenir leur pasteur. Il est semblable à cet aveugle qui s’engage à conduire d’autres aveugles.

Il est nécessaire que quiconque veut être sauvé sache le dommage que peut causer à l’âme ce deuxième mode, et qu’il fasse bien attention. Cependant ce deuxième mode est meilleur que le premier, comme la nuit où brille la lune est meilleure que la nuit noire.

Du troisième mode :

Le troisième mode est vraiment chose paradoxale et difficile à expliquer. Non seulement ceux qui ne le connaissent pas ont du mal à le comprendre, mais il leur paraît presque incroyable. Ils ne croient pas qu’une telle chose puisse exister, dès lors que, de nos jours, ce mode n’est pas vécu par beaucoup, mais par fort peu. Un pareil bien, je pense, nous a quittés en même temps que l’obéissance. Car c’est l’obéissance au père spirituel qui permet à chacun de ne plus se soucier de rien, dès lors qu’il remet ses soucis à son père, qu’il est loin désormais des tendances de ce monde, et qu’il est un ouvrier tout à fait zélé et diligent de ce mode. Encore lui faut-il trouver un maître et père spirituel véritable, dégagé de toute erreur. Car celui qui, par une vraie obéissance, s’est consacré à Dieu et à son père spirituel, qui ne vit plus sa propre vie et ne fait plus sa propre volonté, mais est mort à toutes les tendances du monde et à son propre corps, par quelle chose passagère peut-il être vaincu ou asservi ? Ou quelle inquiétude et quels soucis peut avoir un tel homme ? C’est donc par ce mode, et par l’obéissance, que se dissipent et disparaissent tous les artifices des démons et toutes les ruses qu’ils trament pour entraîner l’intelligence dans toutes sortes de pensées. Alors l’intelligence de cet homme est délivrée de tout. C’est avec une grande liberté qu’elle examine les pensées que lui apportent les démons. C’est avec une réelle aptitude qu’elle les chasse. Et c’est avec un cœur pur qu’elle offre ses prières à Dieu. Tel est le commencement de la vraie voie. Ceux qui ne se consacrent pas à ce commencement peinent en vain, et ils ne le savent pas.
Or le commencement de ce troisième mode n’est pas de regarder vers le haut, d’élever les mains, d’avoir l’intelligence dans les cieux, et alors d’implorer le secours. Ce sont là, nous l’avons dit, les marques du premier mode : le propre de l’illusion. Ce n’est pas non plus de faire garder les sens par l’intelligence, de n’être attentif qu’à cela, de ne pas voir dans l’âme la guerre que lui font les ennemis et de ne pas y prêter attention. Car ce sont là les marques du deuxième mode. Celui qui les porte est blessé par les démons, mais il ne les blesse pas. Il est meurtri, et il ne le sait pas. Il est réduit en esclavage, il est asservi, et il ne peut pas se venger de ceux qui font de lui un esclave, mais les ennemis ne cessent de le combattre ouvertement et secrètement, et le rendent vaniteux et orgueilleux.
Mais toi, bien-aimé, si tu veux ton salut, il te faut désormais te consacrer au commencement de ce troisième mode. Après la parfaite obéissance que tu dois, comme nous l’avons dit, à ton père spirituel, il est nécessaire de faire tout ce que tu fais avec une conscience pure, comme si tu étais devant la face de Dieu. Car sans obéissance, jamais la conscience ne saurait être pure. Et tu dois la garder pure pou trois causes. Premièrement, pour Dieu. Deuxièmement, pour ton père spirituel. Troisièmement, pour les autres hommes et pour les choses du monde.
Tu dois garder ta conscience pure. Pour Dieu, c’est-à-dire ne pas faire ce que tu sais ne pas reposer Dieu et ne pas lui plaire. Pour ton père spirituel : faire tout ce qu’il te demande, ne pas en faire plus, et ne pas en faire moins, mais marcher selon son intention et selon sa volonté. Pour les autres hommes : ne pas leur faire ce que tu as en aversion et ce que tu ne veux pas qu’ils te fassent. Pour les choses du monde : te garder de l’abus, autrement dit user de tout comme il faut, de la nourriture, de la boisson, des vêtements. En un mot, tu dois tout faire comme si tu étais devant Dieu, afin que ta conscience n’ait rien à te reprocher, quoi que tu fasses, et qu’elle n’ait pas à t’aiguillonner pour ce que tu n’as pas fait de bien. Suis ainsi la voie véridique et sûre du troisième mode de l’attention et de la prière, que voici.
Que l’intelligence garde le cœur au moment où elle prie. Qu’elle ne cesse de tourner dans le cœur. Et que du fond du cœur elle adresse à Dieu ses prières. Dès lors qu’elle aura goûté là que le Seigneur est bon, et qu’elle aura été comblée de douceur, elle ne s’éloignera plus du lieu du cœur, et elle dira les paroles mêmes de l’apôtre Pierre : « Il est bon d’être ici » . Elle n’arrêtera plus de veiller sur le cœur et de tourner en lui, poussant et chassant toutes les pensées qu’y sème l’ennemi, le diable. À ceux qui n’en ont aucune idée et qui ne la connaissent pas, cette oeuvre salutaire paraît pénible et incommode. Mais ceux qui ont goûté sa douceur et ont joui du plaisir qu’elle leur donne au fond du cœur disent, avec le divin Paul : « Qui nous séparera de l’amour du Christ ?» 

Car nos Pères, entendant le Seigneur dire dans le saint Évangile que c’est du cœur que sortent les mauvaises pensées, les meurtres, les prostitutions, les adultères, les vols, les faux témoignages, les blasphèmes, et que c’est là ce qui souille l’homme, entendant aussi l’Évangile nous demander de purifier l’intérieur de la coupe, pour que l’extérieur également devienne pur, ont laissé toute autre oeuvre spirituelle et se sont totalement adonnés à ce combat, c’est-à-dire à la garde du cœur persuadés que, par cette oeuvre, ils pourraient aisément acquérir toute autre vertu, dès lors qu’il n’est pas possible qu’aucune vertu perdure autrement. Cette oeuvre, certains parmi nos Pères l’ont appelée hésykia du cœur, d’autres l’ont nommée attention, d’autres sobriété et vigilance, et réfutation, d’autres examen des pensées et garde de l’intelligence. C’est à cela que tous ont travaillé, et c’est par là que tous ont été rendus dignes des charismes divins. C’est pourquoi l’Écclésiaste dit : « Réjouis-toi, jeune homme, dans ta jeunesse, et marche sur les voies de ton cœur intègre et pur, et éloigne de ton cœur les pensées ». L’auteur des Proverbes dit la même chose : Si la suggestion du diable t’assaille, « ne le laisse pas entrer dans ton lieu ». Par lieu, il entend le cœur.  Et notre Seigneur dit dans le saint Évangile : « Ne vous laissez pas entraîner », c’est-à-dire ne dispersez pas votre intelligence ici et là. Il dit ailleurs : « Bienheureux les pauvres en esprit », c’est-à-dire : Bienheureux ceux qui n’ont dans leur cœur aucune idée de ce monde, et qui sont pauvres, dénués de toute pensée mondaine. Tous nos Pères ont beaucoup écrit là-dessus. Quiconque le veut peut lire ce que disent Marc l’Ascète, Jean Climaque, Hésychius et Philothée le Sinaïte, l’Abbé Isaïe, le grand Barsanuphe, et bien d’autres.

En un mot, celui qui n’est pas attentif à garder son intelligence ne peut pas devenir pur en son cœur, pour être jugé digne de voir Dieu. Celui qui n’est pas attentif ne peut pas devenir pauvre en esprit. Il ne peut pas non plus être affligé et pleurer, ni devenir doux et paisible, ni avoir faim et soif de la justice. Pour tout dire, il n’est pas possible d’acquérir les autres vertus autrement que par cette attention. C’est donc à elle que tu dois t’appliquer avant tout, afin de comprendre par l’expérience ce dont je t’ai parlé. Et si tu veux savoir comment faire, je te le dis ici, autant qu’il est possible. Sois bien attentif.

Il te faut avant tout garder trois choses. D’abord ne te soucier de rien, tant de ce qui est raisonnable que de ce qui est déraisonnable et vain, c’est-à-dire mourir à tout. Deuxièmement, avoir une conscience pure : que ta conscience n’ait rien à te reprocher. Troisièmement, n’avoir aucun penchant : que ta pensée ne se porte vers rien de ce qui est du monde. Alors assieds-toi dans un lieu retiré, demeure au calme, seul, ferme la porte, recueille ton intelligence loin de toute chose passagère et vaine. Pose ton menton sur ta poitrine, sois attentif à toi-même avec ton intelligence et tes yeux sensibles. Retiens un moment ta respiration, le temps que ton intelligence trouve le lieu du cœur et qu’elle y demeure tout entière. Au début, tout te paraîtra ténébreux et très dur. Mais quand tu auras travaillé sans relâche, nuit et jour, à cette oeuvre de l’attention, ce miracle, tu découvriras en toi une joie continuelle. Car l’intelligence qui mène le combat trouvera le lieu du cœur. Alors elle voit au-dedans ce qu’elle n’avait jamais vu et qu’elle ignorait. Elle voit cet espace qui est à l’intérieur du cœur et elle se voit elle-même tout entière lumineuse, pleine de toute sagesse et de discernement. Désormais, de quelque côté qu’apparaisse une pensée, avant même que celle-ci entre, soit conçue et se forme, l’intelligence la chasse et la fait disparaître au nom de Jésus, c’est-à-dire avec l’invocation « Seigneur Jésus Christ, aie pitié de moi ». C’est alors qu’elle commence à avoir les démons en aversion, qu’elle mène contre eux un combat sans relâche, qu’elle leur oppose l’ardeur naturelle, qu’elle les chasse, qu’elle les frappe, qu’elle les force à disparaître. Ce qui advient ensuite, avec l’aide de Dieu, tu l’apprendras seul, par l’expérience, grâce à l’attention de l’intelligence, et en gardant dans ton cœur Jésus, c’est-à-dire sa prière « Seigneur Jésus Christ, aie pitié de moi ». Un Père dit en effet : « Demeure dans ta cellule, et elle t’apprendra tout ». 

prière

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi