2022-27. Nous avons lu et nous avons aimé : « Une fleur raconte la Passion de Jésus-Christ ».

Vendredi après les Cendres,
fête de la Sainte Couronne d’épines de NSJC.

fleur-de-la-Passion - Passiflora coerulea

Passiflora cœrulea : la passiflore bleue
qui est la passiflore la plus commune, et aussi la plus explicite.

Voici un livre qui se trouve depuis de nombreuses années déjà dans la bibliothèque du Mesnil-Marie : depuis sa parution en 2001  pour être précis. Nous ne savons pas s’il est encore possible de le trouver neuf dans les librairies : ceux qui le chercheront avec persévérance le découvriront peut-être chez quelque bouquiniste ou dans une bibliothèque de prêt… Quoi qu’il en soit nous en conseillons vivement la lecture, qui, en ce qui nous concerne, nous a émerveillés et enthousiasmés.
Nous aimerions beaucoup avoir une passiflore au Mesnil-Marie, mais en raison de l’altitude à laquelle nous nous trouvons et des rigueurs hivernales, tous les botanistes et jardiniers auxquels nous en avons parlé nous ont dissuadé d’en planter une. Ce nous est une véritable peine, car, symboliquement, elle serait tout-à-fait idoine à exprimer la spiritualité du Refuge Notre-Dame de Compassion.

Monsieur Guy Borel, l’auteur de cet ouvrage, y a admirablement synthétisé et développé tout ce que les anciens ont expliqué au sujet de cette fleur extraordinaire : la passiflore, ou fleur de la Passion

Une fleur raconte la Passion de Jésus-Christ - Guy Borel

Quatrième de couverture :

Prière et sueur, flagellation ayant causé près de 120 blessures, couronne d’épines en forme de bonnet, crucifixion, ensevelissement et résurrection : tel est le message que nous transmet, avec des précisions stupéfiantes, la fleur de la Passion, passiflora cœrulea, qui est la passiflore commune, de loin la plus répandue des 400 espèces que compte cette famille de plantes grimpantes. Elle doit son nom aux missionnaires qui ont découvert, il y a quatre siècles, une de ses cousines au Mexique ou au Pérou et ont cru y retrouver les instruments de la Passion du Christ ; mais n’ayant pu étudier celle qui deviendra la passiflore (passiflora cœrulea sera découverte et introduite en Europe cent ans plus tard), et faute de connaître les secrets du Linceul de Turin, leurs explications sur le symbolisme de cette fleur, aussi étrange que belle, sont restées incomplètes et, sur plusieurs points, erronées.
Si vous n’êtes pas encore convaincu que Dieu a inscrit dans une fleur la Passion de son Fils, alors respirez son parfum, à la fois discret et très proche de celui de la fleur la plus odorante de tout le règne végétal, la tubéreuse. Il vous rappellera le parfum de votre baptême (le baume), celui de l’eucharistie (le pain et le vin) et vous fera connaître le parfum frais et suave du nard, versé en abondance sur Jésus-Christ quelques jours avant sa mort.

la passiflore ou fleur de la Passion

A défaut d’avoir le livre, nous vous invitons à regarder cette courte vidéo qui donne quelques unes des explications qui ont justifié l’appellation de cette fleur à travers laquelle le divin Créateur a voulu nous donner une sorte de mémorial végétal de la Passion de Son Fils, notre adorable Rédempteur.

(faire un clic droit sur l’image ci-dessous, puis « ouvrir dans un nouvel onglet »)

Image de prévisualisation YouTube 

nika

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi