2022-21. Du cordon de Sainte Philomène.

Sainte Philomène au Mesnil-Marie

Gisant de Sainte Philomène (détail) dans l’oratoire du Mesnil-Marie

Même si cela dérange quelques esprits chagrins, qui nous en font grief en colportant à ce sujet toutes les mensonges répandus dans les années soixante du précédent siècle pour contrer et réduire à néant le culte de la jeune martyre, nonobstant le rayonnement actuel – rayonnement mondial – du très officiel sanctuaire de Mugnano del Cardinale où est conservé le corps de Sainte Philomène, nous ne cessons pas de recommander la dévotion envers cette puissante thaumaturge dont nous sommes presque quotidiennement témoins des merveilles qu’elle accomplit en faveur de ceux qui la prient.
Or parmi les pratiques de dévotion en l’honneur de Sainte Philomène, se trouve celle du port d’un cordon bénit en son honneur.
Nous allons donc résumer ci-dessous l’origine, les buts et les usages de cette observance. 

1 – Origines de cette pratique :

L’usage de porter sur soi des cordons bénits – appelés aussi ceintures (en latin : « cingulum, -i, n. ») – en l’honneur de Notre-Seigneur Jésus-Christ, de la Bienheureuse Vierge Marie ou des saints est très ancien : le Rituale Romanum renferme plusieurs bénédictions particulières, donc très officielles, de bénédictions de cordons. Celle de la bénédiction du cordon de Sainte Philomène a été approuvée par la Sacrée Congrégations des Rites le 20 décembre 1883, et l’année suivante (4 avril 1884) Sa Sainteté le pape Léon XIII enrichit le port du cordon bénit de Sainte Philomène de précieuses indulgences.
Le port du cordon de Sainte Philomène n’est pas lié à une révélation privée ou apparition, mais, adaptant l’antique usage de porter sur soi des cordons bénits en l’honneur de tel ou tel saint, les dévots de la jeune martyre ont spontanément demandé à leurs prêtres de leur bénir des cordons en son honneur afin de concrétiser le lien de piété qui les unissaient à elle et son patronage, source de tant de grâces et de tant de miracles.
Le Saint Curé d’Ars lui-même prit l’habitude de bénir ces cordons et de les distribuer, témoignant des innombrables bienfaits et protections de cette pieuse pratique à laquelle il invitait avec chaleur tous ceux qui venaient à Ars.  

2 – Buts du port du cordon de Sainte Philomène :

Le site officiel du sanctuaire de Mugnano del Cardinale promeut le port du cordon de Sainte Philomène en ces termes : « Cette dévotion pieuse est une aide puissante non seulement pour recevoir des guérisons du corps, mais en particulier c’est une défense contre les esprits impurs. (…) De cette façon, Sainte Philomène, chaste et pure, préservera, à l’abri de la tentation, ceux qui honorent sa pureté virginale par le moyen de cette sainte livrée. De nos jours, beaucoup, imprégnés du nouveau rationalisme, ont du mal à comprendre comment un simple cordon de fil peut avoir la vertu de guérir la maladie du corps et de l’esprit. Mais ces gens manquent d’éducation religieuse et ne réalisent pas qu’une bénédiction de la Sainte Eglise peut délivrer des vertus extraordinaires, même aux âmes les plus simples. La main du prêtre qui bénit, transmet aux objets des vertus salutaires pour le corps et l’esprit, grâce aux mérites de la Rédemption de Jésus-Christ.
(…) Le cordon de sainte Philomène est à la fois un symbole et une prière : un symbole, parce qu’avec lui nous voulons nous attacher à la sainte par une dévotion sincère ; une prière, parce que, en le portant, nous prions Sainte Philomène de nous offrir constamment sa protection. »

En résumé, le même site précise donc :
« Le but de cette dévotion est donc d’obtenir, par l’intercession de Sainte Philomène, les moyens efficaces pour :
1. préserver la chasteté, chacun selon son état ;

2. combattre l’incrédulité sans cesse croissante et se fortifier dans la foi et l’esprit ;
3. professer un amour constant et particulier à la sainte thaumaturge, afin de mériter ses faveurs dans la lutte contre la maladie du corps et de l’âme. »

Cordon de Sainte Philomène 1

3 – Comment se présente ce cordon ? Comment le porte-t-on ?

Le cordon de Sainte Philomène est fabriqué avec des fils de coton ou de laine de couleur blanche et rouge, couleurs évocatrices de la virginité et du martyre de la sainte ; à chacune des extrémités, il a un nœud.
L’usage habituel est de le porter attaché autour de la taille, sous les vêtements ordinaires, comme une ceinture ; toutefois il peut aussi être noué autour du poignet – ainsi que je le fais moi-même -, ce qui, à mon avis, présente deux avantages :
1. Je l’ai presque constamment sous les yeux, et donc cela me permet à tout moment de me souvenir des bienfaits de Sainte Philomène et des exigences que requiert le fait de solliciter sa protection ;
2. Ne pouvant se résoudre à imaginer que ce cordon rouge et blanc au poignet d’un religieux soit lié à des pratiques plus ou moins superstitieuses comme le sont les « bracelets brésiliens » (!!!), des personnes me demandent ce dont il s’agit, et cela devient donc l’occasion de leur parler de Sainte Philomène et des merveilles qu’elle accomplit en faveur de ceux qui l’invoquent avec confiance.

4 – Pratiques associées au port du cordon de Sainte Philomène :

Voici les pratiques associées au port du cordon de Sainte Philomène telles qu’elles sont présentées par le site officiel du sanctuaire de Mugnano del Cardinale :
Porter avec dévotion le cordon bénit est le signe qui manifeste l’engagement pris, sous les auspices de Sainte Philomène et en son honneur, de préserver la pureté sacrée et de défendre la foi ; le port du cordon est donc lié à ces cinq autres observances qui en découlent naturellement :
1. Nous appliquer dans la prière, à l’imitation du modèle de chasteté et de foi que fut Sainte Philomène, afin de préserver en nous ces vertus, avec autant de constance qu’elle en eut à supporter le martyre ;
2. Eviter avec beaucoup de soin toutes les situations dangereuses pour la chasteté ; et éviter rigoureusement les livres, spectacles et situations qui pourraient nuire à la pureté de notre foi ;
3. Assister à la sainte messe les jours de fête de Sainte Philomène, et recevoir les sacrements sacrés (sainte communion, le jour même et confession le jour même ou dans les jours qui précèdent).
Ces jours sont : le 10 janvier, jour anniversaire de sa naissance ; le 25 mai, jour anniversaire de la découverte de son précieux corps ; le 10 août, jour anniversaire de sa mort glorieuse et de la translation de son corps à Mugnano del Cardinale ; le 11 août, jour de la fête principale de Sainte Philomène, selon les décisions du Saint Siège ;

4. Faire le « mois de Sainte Philomène », du 1er juillet au 10 août, en mémoire des 40 jours que la jeune martyre a passés en prison, selon les révélations faites à Sœur Marie Louise de Jésus ;
5. Avoir chez soi l’image de Sainte Philomène, l’honorer chaque jour et, si possible, dire la prière du soir, ensemble, devant cette image (ou statue).

Les personnes qui portent le cordon de Sainte Philomène récitent normalement chaque jour la prière suivante :
Ô Sainte Philomène, vierge et martyre, priez pour nous, afin que, par votre puissante intercession, nous recevions la pureté de l’esprit et du cœur, qui conduit à l’amour parfait de Dieu. Ainsi soit-il.

Cordon de Sainte Philomène 2

Cordon de Sainte Philomène
déposé dans la main du gisant de la jeune thaumaturge conservé dans l’oratoire du Mesnil-Marie,
avant d’être envoyé aux personnes qui nous en font la demande.

5 – Obtenir le cordon de Sainte Philomène :

Il n’est pas toujours facile aux dévots de Sainte Philomène qui veulent porter son cordon d’en trouver ! Il y a certes toujours la solution de le fabriquer soi-même au moyen de cordelettes de coton ou de fils de laine, rouges et blancs, en les tressant, ou en les tricotant au moyen d’un crochet… etc.
De notre côté, nous nous proposons d’en envoyer à ceux qui nous en feront la demande (et qui sont fermement décidés à respecter les pratiques de cette dévotion) : plusieurs personnes bénévoles, généreuses de leur temps et de l’habileté de leurs doigts, se sont proposées pour en confectionner afin que nous puissions les diffuser.
Nous les faisons bénir selon la formule approuvée par le Saint-Siège en 1884, et nous les déposons pendant quelques jours auprès du gisant de Sainte Philomène et de sa relique, dans notre oratoire : comme ils sont bénits, nous ne les vendons pas, mais une offrande laissée à la libre estimation de chacun (afin de couvrir les frais occasionnés par l’achat de la cordelette et les frais d’expédition) est toujours bienvenue.

Afin de nous contacter, cliquer > ici

Pour connaître l’histoire du gisant de Sainte Philomène vénéré dans notre oratoire > ici
Prière et litanies en l’honneur de Sainte Philomène > ici

Pax tecum Filumena

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi