2021-79. De contritionis actu.

- De l’acte de contrition -

homme en prière - examen de conscience

L’achèvement de toute action humaine, que ce soit la fin d’une journée, la fin d’une période particulière de nos étapes terrestres, la fin d’un travail, ou la fin d’une année, doit toujours porter le catholique qui prend au sérieux sa vie spirituelle et sa progression dans la pratique des vertus, à un examen de conscience – général ou particulier – par lequel, honnêtement, devant Dieu et la cour céleste, il vérifie les dispositions qu’il a apportées à ce qu’il a fait et la manière dont il l’a accompli.

Sans scrupule mais sans superficialité, et surtout sans indulgence envers soi-même (chose à laquelle nous sommes si spontanément enclins !), cet examen – qui n’a rien à voir avec l’introspection ni avec le nombrilisme – nous conduit à affuter notre conscience morale ; à nous comporter de manière plus délicate, plus fidèle et plus aimante envers Dieu ; à être plus exacts dans l’observance de ses saintes lois ; à faire des progrès dans la pratique des vertus… etc.
Ce pourquoi la Sainte Eglise, dans sa sagesse, nous demande de faire tous les soirs un examen de conscience portant sur les actions, pensées, paroles et omissions coupables de notre journée, avant de nous endormir ; ce pourquoi de très grands spirituels tout au long des siècles ont voulu aider leurs disciples, parfois à leur demande, en rédigeant des directoires ou formulaires pour l’examen de conscience quotidien, hebdomadaire et mensuel ; ce pourquoi encore, à l’occasion de retraites spirituelles, on enseigne souvent la pratique de « l’examen particulier ».

L’examen de conscience régulier nous porte à nous purifier plus rapidement des souillures de nos fautes quotidiennes, et à nous corriger de nos défauts et imperfections : il ne doit pas entretenir dans l’âme les tourments du remords (celui-ci est une manifestation de l’orgueil et de la complaisance de soi, dépités à la vue de nos imperfections), mais la libération, la joie et la paix qu’engendre un regret sincère, humble et aimant.
Voilà pourquoi, comme au confessional, la récitation de l’acte de contrition vient parachever l’examen de conscience.
Ajoutons et rappelons que, pour les fautes vénielles, cette récitation fervente (et non pas machinale et routinière) de l’acte de contrition, nous obtient déjà le pardon et la rémission.

En outre, dans le cas d’un danger mortel et en l’absence de la possibilité de recevoir la sainte absolution, la récitation sincère et fervente de l’acte de contrition, dont les termes expriment ce que l’on appelle en théologie une « contrition parfaite » (la contrition est dite parfaite lorsque le motif de notre regret est le mal que le péché fait à Dieu : offense à Sa majesté, à Sa sainteté, révolte contre Son autorité sou­veraine, mépris de Son amour, souffrances que le péché a occasionnées à Notre-Seigneur ; autrement dit, la contrition parfaite consiste à regretter le péché par un motif d’amour), peut être suffisante pour nous valoir le pardon des péchés mortels eux-mêmes.
Voilà pourquoi, en plus du sacrement de pénitence (où, normalement, le confesseur doit demander au pénitent de réciter l’acte de contrition), il est de la plus grande importance de bien connaître son acte de contrition.

A ce sujet, lors d’une conversation entre amis, j’ai incidemment mentionné le fait que je récite mon acte de contrition en langue latine. Mes auditeurs l’ont immédiatement remarqué et m’ont demandé de le leur apprendre.
Je leur ai promis d’en faire l’objet d’une publication, d’autant que la formule française ordinaire (« Mon Dieu, j’ai un très grand regret de Vous avoir offensé, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable, et que le péché Vous déplait : je prends la ferme résolution, avec le secours de Votre sainte grâce, de ne plus Vous offenser et de faire pénitence »), qui est néanmoins « suffisante », m’apparaît cependant moins précise et complète que la formule latine que j’utilise (car il existe plusieurs versions), que j’ai recopiée il y a une trentaine d’années dans un vieux livre de prières latines oublié au fond d’une bibliothèque de religieux qui ne lisaient plus le latin, et dont j’ai su depuis que c’est la formule qui a été reprise dans l’Ordo pænitentiæ publié en 1974.

En voici le texte :
« Deus meus, ex toto corde me pǽnitet ac dóleo de ómnibus quæ male egi et de bono quod omísi, quia peccándo offéndi te, summe bonum ac dignum qui super ómnia diligáris.
Fírmiter propóno, adiuvánte grátia tua, me pæniténtiam ágere, de cétero non peccatúrum peccatíque occasiónes fugitúrum.
Per mérita passiónis Salvatóris nostri Iesu Christi, Dómine, miserére ».

La traduction peut être la suivante :
« Mon Dieu, de tout mon cœur je me repens et j’éprouve de la douleur pour tout le mal que j’ai commis et pour le bien que j’ai omis, parce qu’en péchant je Vous ai offensé, Vous qui êtes souverainement bon et digne d’être aimé par-dessus toutes choses.
Je prends le ferme propos, avec l’aide de Votre grâce, de faire pénitence, de ne plus pécher à l’avenir, et de fuir les occasions du péché.
Par les mérites de la Passion de notre Sauveur Jésus-Christ, Seigneur, ayez pitié (de moi) !
 ».

Pour ce qui me concerne, je préfère cette formule parce qu’elle exprime non seulement le regret du mal commis mais aussi celui du bien qui a été omis, parce que l’expression de la contrition parfaite est plus précise et parce que le ferme propos y est plus explicite : faire pénitence, ne plus recommencer et fuir les occasions de péché, chose des plus importantes dans la lutte contre le péché mais qui est si souvent oubliée par les pénitents…

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

homme en prière - contrition

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 3 janvier 2022 à 15 h 35 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Voilà que nombreux devraient être à connaître ce texte et recourir à cet acte de contrition. Si peu l’utilisent…

  2. le 30 décembre 2021 à 14 h 50 min Hervé N. écrit:

    Magnifique texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi