2021-16. Messe propre de la Sainte Couronne d’Epines de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Vendredi après les cendres,
Fête de la Sainte Couronne d’Epines.

Dans le Missel Romain traditionnel (c’est-à-dire antérieur aux réformes liturgiques qui se sont succédé depuis 1950), figure depuis plusieurs siècles, dans le supplément au sanctoral intitulé « Missae pro aliquibus locis », assigné à la date du vendredi après les cendres la fête de la Sainte Couronne d’Epines de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
Chez nous, conformément aux indications de nos anciens livres liturgiques, elle est célébrée sous le rit double majeur.
Vous trouverez ci-dessous les textes de cette messe propre et la traduction que nous en avons faite.

Quentin Massys - Ecce Homo - 1520

Quentin Massys – Christ aux outrages, détail (1520)
[Palais des Doges - Venise]

Feria VI post Cineres

SACRAE SPINAE CORONAE D.N.J.C.

Introitus (cf. Cant. III, 11)
Egredimini et videte, filiae Sion, regem Salomonem in diademate, quo coronavit eum mater sua, parans crucem Salvatori suo. Ps. VIII, 6-7. Gloria et honore coronasti eum, Domine : et constituisti eum super opera manuum tuarum. V./ Gloria Patri. Egredimini.

Sortez et voyez, filles de Sion, le roi Salomon avec le diadème dont le couronna sa mère, préparant une croix pour son Sauveur. De gloire et d’honneur vous l’avez couronné, ô Seigneur : et vous l’avez établi sur les œuvres de vos mains. Gloire au Père.

Oratio
Praesta, quaesumus, omnipotens Deus : ut, qui in memoriam passionis Domini Nostri Jesu Christi Coronam ejus spineam veneramur in terris, ab ipso gloria et honore coronari mereamur in caelis : Qui tecum vivit.

Accordez, nous vous le demandons, ô Dieu tout-puissant, que nous qui, en mémoire de la passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ, vénérons sur la terre sa Couronne d’épines, nous méritions d’être couronnés de gloire et d’honneur dans les cieux par lui, qui avec vous vit… 

Lectio libri Sapientiae (Cant. III 7-11 ; IV, 1 et 8)

Lectulum Salomonis sexaginta fortes ambiunt ex fortissimis Israël : omnes tenentes gladios, et ad bella doctissimi : uniuscujusque ensis super femur suum propter timores nocturnos. Ferculum fecit sibi rex Salomon de lignis Libani : columnas ejus fecit argenteas, reclinatorium aureum, ascensum purpureum : media caritate constravit propter filias Jerusalem. Egredimini et videte, filiae Sion, regem Salomonem in diademate, quo coronavit illum mater sua in die desponsationis illius, et in die laetitiae cordis ejus. Quam pulchra es, amica mea, quam pulchra es ! Oculi tui columbarum, absque eo quod intrinsecus latet. Veni de Libano, sponsa mea, veni de Libano, veni : coronaberis.

Soixante puissants (guerriers) parmi les plus vaillants d’Israël environnent la couche de Salomon : tous portant des glaives, et très habiles à la guerre : chacun a son glaive sur sa cuisse en raison des craintes de la nuit. Le roi Salomon s’est fait une litière en bois du Liban : il en a fait les colonnes d’argent, le dossier d’or, le siège de pourpre : il a orné le milieu de tout ce qu’il y a de plus aimable à cause des filles de Jérsalem. Sortez et voyez, filles de Sion, le roi Salomon avec le diadème dont le couronna sa mère au jour de ses noces, et au jour de la joie de son cœur. Que tu es belle, ô mon amie, que tu es belle ! Tes yeux sont (comme les yeux) des colombes, sans parler de ce qui est caché au-dedans. Viens du Liban, ô mon épouse, viens du Liban, viens : tu seras couronnée.

Graduale (Eccli. XLV, 14)
Corona aurea super caput ejus : expressa signo sanctitatis, gloria honoris, et opus fortitudinis. V./ Ps. XX,4. Quoniam praevenisti eum in benedictionibus dulcedinis : posuisti in capite ejus coronam de lapide pretioso.
Tractus (Is. LXI, 10)
Induit eum Dominus vestimentis salutis, et indumento justitiae, quasi sponsum decoratum corona. V./ Is. XXVIII, 5. Corona tribulationis effloruit in coronam gloriae et sertum exsultationis. V./ Sap. V, 17. Accepit regnum decoris, diadema speciei.

Une couronne d’or (est) sur sa tête : marquée du signe de la sainteté, de la gloire de l’honneur, ouvrage de puissance. Puisque vous l’avez prévenu des bénédictions les plus douces : vous avez posé sur sa tête une couronne de pierres précieuses.
Le Seigneur l’a revêtu des vêtements du salut, et du manteau de la justice, comme l’époux paré de sa couronne. La couronne de tribulation s’est épanouie en couronne de gloire et en bouquet d’exultation. Il a reçu un royaume de splendeur, un diadème d’éclat.

+ Sequentia Sancti Evangelii secundum Ioannem (Joann. XIX, 1-5).
In illo tempore : Apprehendit Pilatus Jesum, et flagellavit. Et milites plectentes coronam de spinis, imposuerunt capiti ejus : et veste purpurea circumdederunt eum. Et veniebant ad eum, et dicebant : Ave, Rex Judaeorum : et dabant ei alapas. Exivit ergo iterum Pilatus foras, et dicit eis : Ecce adduco vobis eum foras, ut cognoscatis quia nullam invenio in eo causam. Exivit ergo Jesus portans coronam spineam et purpureum vestimentum.

En ce temps là : Pilate prit Jésus, et le fit flageller. Et les soldats ayant tressé une couronne avec des épines, la posèrent sur sa tête : et il l’enveloppèrent avec un vêtement de pourpre. Et ils venaient à lui, et ils disaient : « Salut, Roi des Juifs » : et ils lui donnaient des soufflets. Pilate sortit donc de nouveau, et il leur dit : « Voici que je vous l’amène dehors, afin que vous sachiez que je ne trouve en lui aucune cause (de mort) ». Jésus sortit donc portant la couronne d’épines et le vêtement de pourpre.

Credo. 

Offertorium.
Tuam Coronam adoramus, Domine : tuam gloriosam recolimus passionem.

Nous adorons votre Couronne, ô Seigneur : nous honorons votre glorieuse passion.

Secreta.
Tuorum militum, Rex omnipotens, virtutem robora : ut, quos in hujus mortalitatis stadio unigeniti Filii tui Corona laetificat ; consummato cursu certaminis, immortalitatis bravium apprehendant. Per eumdem Dominum.

Roi tout puissant, affermissez la force de vos soldats : afin que ceux que réjouit la Couronne de votre Fils unique dans l’arène de cette vie mortelle, après l’achèvement de leur combat, ils reçoivent le trophée de l’immortalité. Par le même Seigneur…

Préface de la Croix.

Communio (Prov. IV, 9)
Laetare, mater nostra, quia dabit Dominus capiti tuo augmenta gratiarum, et corona inclyta proteget te.

Réjouis-toi, ô notre mère, car le Seigneur donnera  à ta tête un accroissement de grâces, et d’une éclatante couronne il te protègera.

Postcommunio.
Supplices te rogamus, omnipotens Deus : ut haec sacramenta quae sumpsimus, per sacrosanctae Filii tui Coronae, cujus solemnia recensemus, virtutem, nobis proficiant ad medelam. Per eumdem Dominum.

Supliants, nous vous prions, ô Dieu tout-puissant : que ces sacrements que nous avons reçus, par la vertu de la sacrosainte Couronne de votre Fils, dont nous avons célébré la solennité, soient pour nous profitables en œuvrant à notre guérison. Par le même Seigneur.

 Présentation de la Sainte Couronne d'Epines

Cathédrale Notre-Dame de Paris : présentation de la Sainte Couronne d’Epines aux fidèles
(avant l’incendie d’avril 2019, cette vénération avait lieu tous les premiers vendredis du mois et tous les vendredis de carême)

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 19 février 2021 à 21 h 21 min abbé Jean-Louis D. écrit:

    Le Missel Romain traditionnel renferme des trésors! Merci de m’avoir permis de découvrir celui-ci.
    Il doit être possible de célébrer la fête de la Sainte-Couronne un autre jour de carême ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi