2020-125. Parce que « la pauvreté s’arrête au pied de l’autel »…

Mardi 1er décembre 2020,
Fête du Bienheureux Charles de Jésus, ermite au Sahara (cf. > ici) ;
Mémoire de Saint Eloi, évêque et confesseur ;
Mémoire du mardi de la 1ère semaine de l’Avent.

Calice & Sacré-Coeur

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

« Je veux que ce Très Saint Sacrement soit par-dessus tout honoré, vénéré, et conservé en des endroits précieusement ornés », ainsi s’exprime Saint François d’Assise dans son testament, reprenant une ultime fois l’exhortation qu’il avait déjà prodiguée avec insistance dans presque toutes ses lettres et admonestations. Lui qui a tellement voulu et enseigné la sainte pauvreté, pour ce qui est de la vie des religieux, enseignait aussi que « la pauvreté s’arrête au pied de l’autel » et qu’il faut que l’autel, le saint tabernacle, et le sanctuaire soient « précieusement ornés » afin de manifester la foi dans la Présence Réelle de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans la Sainte Eucharistie, de manifester en quelle vénération et amour nous devons entourer le Saint Sacrifice de la Messe, de manifester notre adoration du Roi Céleste pour Lequel rien n’est jamais trop beau.

Tout au long de l’histoire de l’Eglise, de semblables exemples et exhortations se trouvent chez presque tous les saints : qu’on se souvienne en particulier des « folies » que faisait le très pauvre Curé d’Ars pour acquérir les ornements liturgiques les plus splendides…

Le vent de désacralisation furieuse qui a soufflé sur la Sainte Eglise dans la seconde moitié du XXe siècle, au contraire des âges de profonde dévotion, a dépouillé les sanctuaires et vidé les sacristies, si bien qu’il fut fréquent de trouver aux « puces » et dans les brocantes quantité de chasubles brodées, de chandeliers d’autel, et autres ornements sacrés…
L’association Refuge Notre-Dame de Compassion, statutairement, lorsqu’elle en a l’occasion et les moyens, rachète ces objets qui appartiennent au culte du Très Haut, Roi des rois et Seigneur des seigneurs, afin d’éviter les profanations et pour les rendre à leur destination originelle.
En 19 ans d’existence, nous avons ainsi racheté une assez grande quantité de matériel liturgique, en même temps que nous en avons aussi reçu de communautés qui ont malheureusement dû fermer certains de leurs couvents… etc.

Cela dit, ces chandeliers, croix d’autel, bénitiers, encensoirs, candélabres et autres ornements ne sont pas toujours dans un très bon état : à certains il manque parfois une petit pièce ornementale, d’autres sont un peu tordus, d’autres encore sont très oxydés ou terriblement encrassés.
Tellement oxydés ou encrassés que, malgré de longues séances d’astiquage, avec les meilleurs produits et beaucoup d’huile de coude, il était impossible de les faire resservir à l’ornementation de l’autel, au culte divin et à la gloire de Dieu en l’état.

Grâce à des amis prêtres qui nous ont recommandé le sérieux et la qualité de son travail, nous sommes entrés en contact avec un artisan qui s’est spécialisé dans la restauration de ces objets liturgiques en métal, et, au début septembre, nous lui avons confié une vingtaine de chandeliers et candélabres, plusieurs croix d’autel, des plateaux de communion, une croix de procession, un encensoir avec sa navette et leur support, un bénitier et son goupillon, des rampes d’autel pour l’exposition du Saint-Sacrement… etc.
Le 10 novembre, avec émerveillement, nous avons reçu la livraison de tout ce matériel liturgique splendidement restauré : les pièces ont été nettoyées aux ultrasons et leur éclat est désormais préservé par un vernis professionnel invisible.

2

Bénitier, goupillon et plateau de communion revenus de nettoyage

1

Ce bénitier et son goupillon, oxydés et ternis,
sont eux aussi appelés à être nettoyés…

3

Nous possédons un ensemble de quatre candélabres « bouquets de lys-raisins-épis de blé »
très oxydés qui ne peuvent être utilisés en l’état
ainsi que l’attestent les deux clichés de détail ci-dessous…

4

5

6

L’un des candélabres « bouquet de lys » revenu de restauration
et, ci-dessous, deux clichés montrant les détails de sa splendeur retrouvée…

7

8

9

Rampes d’autel pour l’exposition du Saint-Sacrement (achetées aux puces à Angers en 2003)
et chandeliers d’autel XVIIIe (offerts par des religieuses qui fermaient l’un de leur couvent en 2005)
revenus de restauration

Ces travaux de restauration, qui se sont accompagnés pour quelques pièces par la reconstitution de détails manquants, ont eu un coût, vous vous en doutez.
La publication de ce jour a non seulement pour but de sensibiliser nos lecteurs et amis à l’importance du soin à apporter aux ornements de l’autel et au matériel destiné au culte dont l’éclat doit rehausser la splendeur de notre liturgie catholique traditionnelle, mais aussi de les alerter sur le coût d’une telle restauration : en réglant la facture de cette première livraison, qui se montait à presque 1.800 euros, nous avons sérieusement « allégé » le compte de l’association.

En confiant à l’artisan un second lot d’objets à restaurer (dans lequel se trouvent entre autres un pupitre d’autel pouvant servir de thabor et un lustre de sanctuaire, dont vous pouvez voir la photo ci-dessous dans son état avant restauration), nous avons fait un « pari » sur la divine Providence.
Or la divine Providence se sert d’instruments humains…
Vous avez sans nul doute compris où je veux en venir, n’est-ce pas ?

10

Lustre de sanctuaire, oxydé, tordu et maculé de fientes d’oiseaux
que nous avons confié au restaurateur…

Si donc, bien chers Amis, vous voulez participer – même par un don minime – au règlement des travaux de restauration déjà réalisés (et à ceux qui doivent suivre), afin que votre générosité se fasse l’instrument de la beauté du sanctuaire et de l’éclat de la liturgie destinés à glorifier le Roi du Ciel, présent dans le Saint-Sacrement de l’Eucharistie, nous vous en serons profondément reconnaissants !

Pour un don via Paypal > ici
Pour un virement ou une offrande par chèque, nous contacter > ici

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

Sainte Eucharistie

Publié dans : Chronique de Lully, De liturgia |le 1 décembre, 2020 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi