2020-121. L’espérance au sein des temps mauvais.

25 novembre 2020,
Fête de Sainte Catherine d’Alexandrie, vierge et martyre.

Nous sommes heureux de reproduire ici le texte de la lettre mensuelle à l’intention des membres et amis de la Confrérie Royale, dont nous pensons qu’au-delà de ses destinataires originaux elle peut être d’un grand profit spirituel pour les amis du Refuge Notre-Dame de Compassion.

Blason de la Confrérie Royale

Lettre mensuelle aux amis et sympathisants de la Confrérie Royale

25 novembre 2020

Rappel :

Les membres de la Confrérie Royale s’engagent à sanctifier d’une manière particulière le 25 de chaque mois en redoublant de prières, en offrant avec encore davantage de ferveur qu’à l’accoutumée les exercices du devoir d’état, les peines et les joies de ce jour, en travaillant plus méticuleusement à sa sanctification, lorsque cela est possible en assistant à la Sainte Messe et en offrant la sainte communion à l’intention du Roi, ou encore en accomplissant quelque petit pèlerinage ou acte de dévotion supplémentaire offert à l’intention de Sa Majesté et du Royaume des Lys.

La lettre mensuelle, envoyée à tous les membres ainsi qu’aux amis qui ont manifesté le désir de la recevoir, à l’occasion de ce 25 de chaque mois, est écrite par les prêtres, religieux ou clercs membres de la Confrérie Royale. Son but est de raviver la ferveur et la détermination des membres, en leur proposant des réflexions et approfondissements toujours nécessaires.

Christ en gloire - vitrail

L’espérance au sein des temps mauvais.

L’Apôtre, s’adressant aux Éphésiens, les exhorte de cette manière : « Ayez donc soin, mes frères, de marcher avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des hommes sages, rachetant le temps, parce que les jours sont mauvais. » (V. 15-16). Rien n’a changé depuis lors. L’homme ne s’est point bonifié car le progrès n’est qu’un mythe. Bien au contraire, il a multiplié, avec son intelligence dévoyée, tous les moyens nécessaires pour rendre les jours encore plus mauvais alors qu’il rendait sa vie plus confortable et à l’abri du souci. À l’évolution technique et scientifique correspondent exactement la régression morale et l’appauvrissement spirituel. Saint Augustin, lui aussi vivant en des temps troublés, commenta ainsi saint Paul : « Deux choses, mes frères, rendent les jours mauvais : ce sont la méchanceté et la misère. Oui, c’est la méchanceté et la misère humaines qui font passer de mauvais jours. Considérés au point de vue de la durée, les jours sont réguliers ; ils se succèdent et mesurent le temps avec ordre ; le soleil se lève, il se couche, les temps passent régulièrement. En quoi ces temps blesseraient-ils l’homme, si les hommes ne se blessaient eux-mêmes ? Aussi n’y a-t-il que deux choses, je le répète, pour rendre les jours mauvais, savoir la misère et la méchanceté humaines. Il est vrai, la misère est le lot commun, il n’en doit pas être ainsi de la méchanceté. Depuis la chute d’Adam et son expulsion du paradis, les jours n’ont jamais été que misérables. Demandons à ces enfants qui viennent de naître, pourquoi ils débutent dans la vie par des pleurs, quand ils pourraient également rire. On naît et on pleure immédiatement ; combien de jours s’écoulent ensuite avant qu’on rie ? Je l’ignore. Or en pleurant ainsi dès sa naissance, chaque enfant prophétise ses malheurs ; ses larmes attestent ses souffrances. Il ne parle pas encore, et déjà il est prophète. Et que prédit-il ? Qu’il vivra dans la peine ou dans la crainte. Oui, lors même qu’il se conduirait sagement et serait du nombre des justes, exposé de toutes parts aux tentations, il vivra constamment dans la crainte.  » ( Sermon CLVII ) Ainsi, selon le docteur de l’Église, sommes-nous condamnés à jamais à la misère, de par notre condition humaine pécheresse, mais, en revanche, nous avons tout pouvoir, avec l’aide de la grâce et par la pratique des vertus, pour éviter la méchanceté et pour en réduire l’empire sur le monde. Pourtant, nous ne sommes guère zélés pour cette tâche et le mal fleurit, fructifie, étale son embonpoint, bien plus que la lumière. Nous ne pouvons pas ruser avec le temps car il ne prend pas de congés. En revanche, nous pouvons l’infléchir vers le haut ou vers le bas alors qu’il poursuit sa course. Les périodes de l’histoire où il prit de la hauteur sont rares. Ce sont des âges d’or, comme le siècle de saint Louis, qui ne durent guère et ne se reproduisent presque jamais. Cela ne signifie pas que le redressement n’est pas possible et que la victoire de la méchanceté est systématique.

Pour qu’une société soit armée le plus efficacement possible contre le déferlement du mal, elle doit s’en donner les moyens et, en priorité, adopter un régime de gouvernement qui laisse le plus de chance à la vérité de pousser le temps vers la transcendance. Par expérience malheureuse, nous savons que la république à la française ne peut pas être cette source d’autorité légitime. Elle patauge dans le sang de sa prise de pouvoir, sans avoir jamais exprimé aucun regret, et elle s’est instaurée comme une nouvelle et unique religion, affirmant que ses lois, même les plus iniques, se situent au-dessus de la Loi divine qu’elle nie et combat. Nous constatons que la république à la française est aux abois, exsangue mais cachant cette débilité sous de prétentieux oripeaux et des refrains idéologiques brassant les fameuses « valeurs de la république ». Il ne me souvient pas, dans ma jeunesse, à l’école laïque, avoir jamais entendu la répétition jusqu’à la nausée de ce mantra désormais obligatoire. Il faut dire qu’il demeurait encore un semblant de christianisme détaché de son terreau et sécularisé dans l’instruction publique de ce temps. Le seuil niant le temps et l’histoire de ce pays n’avait pas encore été totalement franchi. C’est chose faite et ne demeurent plus en présence que des rengaines devenues folles à force de rabâchage. Heinrich Heine marchait à visage découvert lorsqu’il définissait ainsi sa lutte pour la démocratie républicaine : « Nous ne nous battons pas pour que le peuple accède aux droits de l’homme, mais pour que l’homme accède aux droits divins. » Et pour aller encore plus loin en écartant Dieu définitivement. Comment un tel système politique pourrait-il être capable d’affronter les violences qui défient notre temps mauvais ? Il ne peut que faire fausse route en brandissant encore et sans cesse ses slogans auxquels plus personne n’adhère.

Nous avons atteint un point de non retour. Certaines voix s’élèvent, y compris parmi des catholiques traditionnels, pour inviter à un changement de modèle démocratique, comme si cela pouvait suffire à tout instaurer de nouveau dans le Christ. Cette erreur est mortelle, elle ne conduit qu’à une impasse. Nicolas Gomez Davila notait dans ses Carnets d’un vaincu : « Changer de gouvernement démocratique pour un autre gouvernement démocratique revient à changer les bénéficiaires du pillage. » Et encore : « La démocratie ignore la différence entre vérités et erreurs ; elle ne distingue qu’opinions populaires et opinions impopulaires. » Il est donc impossible de s’extirper du cercle mortel de la misère et de la méchanceté sous la bride d’une telle gouvernance. Il ne suffit pas de mettre en place un roi dans un régime démocratique pour qu’un pays retrouve sa vocation chrétienne. L’exemple des monarchies plus que constitutionnelles de l’Europe du Nord suffit à prouver la faillite d’une telle illusion. Un roi n’a de sens que s’il exerce comme roi, avec tous les pouvoirs dont il est revêtu grâce à un couronnement sacré. Il ne s’agit pas de se contenter d’une sorte de succédané et tout prince portant la légitimité de la succession monarchique ne doit pas céder aux sirènes de la concession en espérant occuper un trône d’où il ne gouvernerait rien ni personne. Voilà pourquoi il faut savoir saisir le temps, l’apprivoiser et l’utiliser pour préparer un retour du divin dans la sphère des hommes. Georges Bernanos écrivait à Jean-Marie Maître en 1917 : « […] Il est vrai que nos forces morales sont à bout, et que jamais la plus brutale bêtise ne fut élevée sur un plus haut piédestal. Le monde se dispute entre la force aveugle et la niaiserie libérale. Nous n’y avons ni place ni lieu. C’est ici que Dieu nous attend. » C’est dire qu’il serait scandaleux que nous pactisions avec des formes de gouvernements qui entretiennent les temps mauvais en place d’essayer de les contrôler ou de les dépasser.

S’engager ainsi pour combattre les temps funestes a pour conséquences un sacrifice intégral, sans demi mesure, et le refus des compromissions. Lors de la terrible crise de conscience à la veille de la condamnation de l’Action française par le pape Pie XI, le même Bernanos écrit très justement à Robert Valery-Radot en octobre 1926 : « Le sacrifice qu’on nous demande est tel, engage si cruellement tout notre être, que nous ne le ferons qu’à coup sûr, et qu’à Dieu. S’il ne s’agit que de convenances, d’opportunité, de déférence filiale et autres calembredaines, je ne suis pas prêt, pour ma part, à emprunter le petit harmonium de Maritain pour aller renier en musique, à Bierville (NDA : lieu de réunion de la Jeune République de Marc Sangnier) ou ailleurs, notre passé et nos morts. » Bernanos enfoncera le clou dans ce texte très fort qu’il publia dans Marianne, pourtant à l’opposé des idées monarchiques, à la demande son ami Emmanuel Berl en avril 1935. Il répète haut et fort qu’il n’est ni démocrate, ni républicain, et il en précise la raison : « Nos pères servaient un prince, une famille, c’est-à-dire des hommes comme eux. La fidélité d’un homme à un homme peut avoir ses petitesses, du moins suppose-t-elle une conscience humaine pour donner l’ordre, une autre pour l’exécuter. Bref, un maître parle en personne et sous sa propre responsabilité. Ça vaut toujours mieux que de s’entendre commander au nom de la Justice ou de la Patrie par des guignols du genre de Gambetta ou de Clemenceau qui répètent comme des perroquets, avec le creux convenable, « la Patrie veut ! », « la Démocratie exige ! » alors que la démocratie ou la patrie seraient bien empêchées de leur fermer le bec. » Il suffit de changer les noms pour constater que la situation n’a pas changé d’un iota. Le chaos français actuel est une conséquence de la prise de pouvoir par une « bureaucratie » non seulement nationale mais dorénavant européenne et mondialiste qui permet aux dirigeants politiques de s’exonérer de toute responsabilité personnelle lorsqu’ils prennent des décisions qui conduisent à la mort du pays dans les domaines de la santé et de la sécurité, de l’identité culturelle et de la marque religieuse. Un état qui n’est capable que d’afficher sa prétention au « blasphème », sous couvert de liberté d’expression, se condamne à épouser les temps mauvais. Un prince, même médiocre, aurait au moins le souci de l’unité de ses peuples divers, tout en établissant un socle que tous devraient reconnaître.

Par notre foi, nous savons que l’ordre naturel doit être soumis à l’ordre surnaturel, même s’il y a distinction entre les deux et que le trône n’est pas confondu à l’autel. Nous subissons, depuis cinq républiques, un régime qui ne reconnaît aucune autonomie d’ordres différents et qui refuse de sentir au-dessus de sa tête une Loi qui le juge et qui devrait l’inspirer. Les efforts successifs pour rétablir un ordre juste ont tous échoués, sorte de malédiction qui s’abat sur notre pays infidèle. Cependant la dernière page n’est pas signée. Il est normal que la vérité semble être vaincue. Ce n’est pas fausse consolation que de le dire. Le culte de l’humanité par elle-même, profonde apostasie, finira par s’écrouler, comme tous les autres règnes historiques de Satan. En attendant, nous sommes au sein de la tempête des temps mauvais. Ces derniers sont impuissants à réduire en cendres l’espérance qui nous a été remise en mains propres au jour de notre baptême.

P. Jean-François Thomas s.j.
Dédicace du Très-Saint-Sauveur
S. Théodore
9 novembre 2020

lys.gif

Autres textes du Rd Père Thomas publiés dans les pages de ce blogue :

- « Obéissance au réel et civilisation » > ici
- « De l’homme d’honneur dans la médiocrité de ce temps » > ici
- Homélie pour le 21 janvier 2017 > ici
- « Du respect des grandeurs d’établissement » > ici
- « De la conjuration sans fin » > ici

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 25 novembre 2020 à 16 h 16 min Béa Kimcat écrit:

    Quelle belle lettre d’espérance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi