2020-73. Où, pour marquer le premier anniversaire du trépas de Monseigneur le Maître-Chat Lully, on publie une anecdote relative à la célébration de la première Messe dans l’oratoire du Mesnil-Marie.

Samedi 23 mai 2020,
Fête de Notre-Dame du Cénacle (cf. > ici) ;
Mémoire de Saint Didier, archevêque de Vienne et martyr ;
Mémoire de Sainte Jeanne-Antide Thouret, vierge ;
Mémoire du Bienheureux Bernard de Morlaas, confesseur (cf. > ici).

Lully portrait en reflet

Son souvenir et son image imprègnent indélébilement le Mesnil-Marie…

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Je n’ai pas à strictement parler le cœur à écrire ce matin, parce qu’il y a trop de choses – joyeuses et tristes – qui se bousculent dans mon âme et dans mes souvenirs, et qu’il m’est encore parfois bien difficile de maîtriser mes émotions…
Et cependant je ne puis pas non plus me taire !
Ce 23 mai 2020 est le premier anniversaire du trépas de mon très cher compagnon Monseigneur le Maître-Chat Lully, et je sais que ceux qui l’ont approché seront sensibles à cette date.

Lorsque, le vendredi 24 mai 2019, je vous ai fait part de sa mort (cf. > ici), je vous écrivais ces paroles : « Je pourrais écrire de très nombreuses choses : récits, anecdotes, facéties, leçons de sagesse et de vies apprises à son école. Il était véritablement un don de Dieu à mes côtés… »
Je mesure chaque jour la vérité de ces mots.
Un an après son trépas, je la mesure avec une intensité peut-être plus grande même que dans les jours qui l’ont suivi, et son absence n’en est pas moins une souffrance continue : je ris et je pleure tout à la fois au souvenir de nos jeux, au souvenir de notre complicité de tous les instants, au souvenir des milliers de détails de l’intimité qui était la nôtre, au souvenir de la manière dont – en véritable seigneur et prince du Mesnil-Marie -, il m’avait imposé sa merveilleusement despotique et jalouse amitié féline !

9- Lully à l'oratoire sur les genoux de Fr.Max.M.

Le Maître-Chat aimait beaucoup s’installer sur mes genoux pendant l’oraison, s’il arrivait que j’y fusse assis, ainsi qu’en témoigne la photo ci-dessus.

L’oratoire du Mesnil-Marie était un de ses lieux favoris et il m’y accompagnait fidèlement lorsque j’y montais pour mes temps de prière… En revanche, il aimait beaucoup moins lorsqu’il y venait du monde et si, mû par la curiosité du maître qui veut s’assurer que tout se passe bien, il y pointait les moustaches de l’inspecteur lorsque des personnes y venaient prier, il n’y restait alors pas très longtemps.

A ce propos, il est une anecdote que je veux vous livrer aujourd’hui et qui se rapporte à la première célébration d’une Sainte Messe dans notre oratoire, à l’occasion de la fête de Marie Auxiliatrice, le 24 mai 2011 : j’ai déjà évoqué cet événement (cf. > ici), mais je ne vous en avais alors pas livré tous les détails. 

C’est un prêtre ami, connu lorsque j’étais jeune religieux (cela fait donc si longtemps !!!) qui, étant de passage en Vivarais, nous avait fait l’honneur d’une étape chez nous et, en conséquence, de la première célébration de la Sainte Messe dans notre oratoire.
Cet oratoire du Mesnil-Marie, en attendant la construction d’une véritable chapelle, a été aménagé dans l’ancienne grange à foin, à l’étage de notre vieille bastide. On y monte par une sorte d’échelle meunière, et comme il n’y a jamais eu de porte qui lui en interdit l’accès, le Maître-Chat a toujours pu y aller à sa guise.

Oratoire (provisoire) du Mesnil-Marie

L’oratoire du Mesnil-Marie le 24 mai 2011 pour la première fois qu’une Sainte Messe y fut célébrée

Lors donc que notre ami prêtre se préparait à revêtir les ornements sacrés pour la célébration de la Messe, Monseigneur le Maître-Chat vint, de sa démarche ondulante et souveraine, voir ce qui se passait à l’oratoire et l’Abbé marqua un certain étonnement en voyant que je le laissais faire.
Je lui répondis en souriant qu’il était toujours très sage et respectueux dans ce lieu de prière.
Pour corroborer mes dires, Lully monta sur une chaise et s’y installa, pour assister à la célébration du Saint Sacrifice qu’il suivit avec intérêt, ne perdant pas un instant le fil de ce qui se déroulait à l’autel.

Quand, à l’issue de la célébration, Monsieur l’Abbé eût déposé les ornements et se fut installé pour son action de grâces, Lully, quittant la chaise où il était jusqu’alors resté, alla, en ronronnant très fort pour manifester un contentement non équivoque, se placer à côté du prêtre qui, se tournant vers moi, s’écria : « Mais c’est incroyable ! on dirait qu’il sent la Présence de Notre-Seigneur… »
Avec un grand sourire je lui répondis : « Pour moi, cela ne fait aucun doute… et je vous rappelle que les hommes et les chats ont le même Dieu ! »

Comme cet ami prêtre est un fidèle lecteur de ce blogue, il pourra attester, s’il en est besoin, de la vérité de mes paroles.

Je dois ici ajouter une autre précision : pendant toute sa vie de chat monastique exemplaire, et alors qu’il lui arrivait régulièrement de s’aller blottir avec un bonheur manifeste contre le gisant de Sainte Philomène exposé dans notre oratoire sur un autel latéral, je puis certifier que Monseigneur le Maître-Chat n’est JAMAIS monté sur l’autel du Très Saint-Sacrement.
Je le puis affirmer non seulement parce que je ne l’ai jamais vu le faire, mais aussi parce que s’il l’eût fait pendant mon absence j’en eusse immanquablement vu les traces (ne serait-ce que par la présence de poils sur le tapis de l’autel : ceux qui ont un chat comprendront très bien ce que je veux dire !).
Au risque de passer pour un doux dingue ou un illuminé, j’ai toujours été persuadé que Monseigneur le Maître-Chat Lully percevait la Présence de son divin Créateur dans le saint tabernacle.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

Lully et Sainte Philomène

Vous pouvez laisser une réponse.

7 Commentaires Commenter.

  1. le 24 mai 2020 à 12 h 46 min Anne D écrit:

    Cher Frère, quel magnifique hommage à votre Lully, et par delà merci infiniment pour tout ce que vous nous enseignez et faites partager en aidant notre vie spirituelle. Vos photos sont fameuses..en voyant les rondeurs de Lully j’étais comme flamande à deux poils de penser qu’il avait été béni à la bière dans quelque abbaye trappiste, c’est tout comme. Ici vivent deux félins livrés à domicile par St François, le plus pieux est Tamino, qui a suivi assidûment du haut d’un meuble les séances de notre cours de Bible. Ayant étudié la Genèse il sait depuis longtemps que les chats ont été créés avant les hommes et il est, à la suite de Lully, fort conscient de cette préséance. Pas plus tard qu’hIer Tamino a accompagné la vénération du Saint Sang de Bruges, qu’on ne peut faire que de loin en ce moment. Il ne s’est endormi qu’après. Maître Chat Lully continuez à veiller sur nos félins et à leur enseigner votre sagesse !

  2. le 23 mai 2020 à 15 h 22 min Béa kimcat écrit:

    Quel merveilleux billet consacré à votre Maître-Chat Lully qui percevait la Présence de son divin Créateur, sans JAMAIS monter sur l’autel du Très Saint-Sacrement… (les poils… Une trace de leur passage…)
    Quel bonheur de vous lire frère Maximilien-Marie !
    Pour moi qui aime tant nos petits félins.
    Oui les hommes et les chats ont le même Dieu…
    Un an déjà que votre petit protégé s’en est allé. J’ai l’impression que c’était hier…
    5 mois pour ma petite Lisa…
    Douces pensées et prières pour nos compagnons à 4 Pattes.

  3. le 23 mai 2020 à 13 h 35 min Mary de RIED écrit:

    Merci infiniment mon frère de votre partage, ma petite Réglisse vient de me quitter il y a une semaine à l’âge de 19 ans et 2 moi. Elle m’a donné tant de bonheur toutes ces années, c’était une petite princesse, un vrai cadeau de Dieu. Je sens qu’elle est toujours présente, nous étions si proche l’une de l’autre. Aujourd’hui, comme votre Maître chat Lully, ils sont au paradis mais seront toujours à nos côtés.

  4. le 23 mai 2020 à 13 h 04 min Nadia P. écrit:

    Bien cher frère, je partage votre chagrin et votre souvenir.
    Je sais – ô combien ! – les souvenir sont douloureux et joyeux parfois.
    Soyez assuré de mes humbles prières.
    Nadia Louise P.

  5. le 23 mai 2020 à 12 h 23 min Rachel écrit:

    Cher Frère Maximilien-Marie, je suis bien convaincue que votre cher Maître-Chat Lully percevait la Présence de Notre-Seigneur Jésus-Christ dans le Saint Sacrement. Oui, Lully était et reste un don de Dieu dans votre vie monastique.

  6. le 23 mai 2020 à 9 h 54 min Jean-François L. écrit:

    Quand on pense au Mesnil-Marie, on pense automatiquement à vous, mon cher Frère et à Maître Chat Lully, qui me fit la grâce d’accepter une caresse le premier jour de ma venue chez vous deux.
    Il est indissociable de cet endroit béni et sa présence se fait toujours sentir à vos côtés.

  7. le 23 mai 2020 à 8 h 47 min CHARTE DE FONTEVRAULT écrit:

    Merci , mon frère, de nous avoir rappelé le pieux souvenir du maître-Chat Lully et merci au Maître Chat Lully dont vous savez bien qu’il n’est n’est absent qu’à nos yeux de chair mais qu’il ne l’est pas , spirituellement parlant, et vous vous en rendez compte toutes les fois que vous pensez à lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi