2020-15. « Paul a été fait apôtre sans l’avoir mérité, et il ne sera pas couronné qu’il ne l’ait mérité.»

Dans l’état actuel de nos connaissances (car il arrive que près de seize siècles plus tard on retrouve encore des textes inédits ou que l’on croyait perdus), il existe cinq sermons de Saint Augustin ayant trait à la conversion de Saint Paul. Voici celui qui, dans la catégorie des « sermons détachés » porte le numéro cinquante-deux.

Vitrail de la conversion de Saint Paul

 Sermon LII
de notre Bienheureux Père Saint Augustin
sur la conversion de Saint Paul

§1. Les deux noms de Saint Paul et sa conversion :

Mes frères, essayons de parler un peu de l’apôtre saint Paul.
Arrêtons-nous d’abord à son nom ; car il s’est appelé Saul avant de s’appeler Paul ; le premier nom symbolisait l’orgueil, comme le second symbolise l’humilité ; le premier était bien le nom d’un persécuteur. Saul vient du mot Saül. Saül fut ainsi désigné parce qu’il persécuta David, figure de Jésus-Christ qui devait sortir de la famille de David, par la Vierge Marie, selon la chair. Saul remplit le rôle de Saül, lorsqu’il persécuta les chrétiens ; il était animé d’une haine violente contre les disciples du Sauveur, comme il le prouva au moment du martyre de saint Etienne ; car il voulut garder les vêtements de ceux qui le lapidaient, comme pour faire entendre qu’ils n’étaient tous que ses propres instruments. Après le martyre de saint Etienne, les chrétiens de Jérusalem se dispersèrent portant partout la lumière et le feu dont le Saint-Esprit les embrasait. Paul, voyant la diffusion de l’Evangile de Jésus-Christ, fut rempli d’un zèle amer. Muni de pleins pouvoirs de la part des princes des prêtres et des docteurs, il se mit en mesure de châtier sévèrement tous ceux qui lui paraîtraient invoquer le nom de Jésus-Christ, et il allait respirant le meurtre et altéré de sang.

§2.  Effet admirable de la grâce de Dieu dans cette conversion : 

Ainsi désireux de s’emparer des chrétiens et de verser leur sang, il parcourait le chemin de Jérusalem à Damas, à la tête d’un certain nombre de ses complices, lorsqu’il entendit une voix du ciel.
Mes frères, quels mérites avait acquis ce persécuteur ? Et cependant cette voix qui le frappe comme persécuteur, le relève apôtre ; voici Paul après Saul ; le voici qui prêche l’Evangile et il décline lui-même ses titres : « Je suis », dit-il, « le plus petit d’entre les Apôtres » (1 Cor. XV, 9). Que ce nom de Paul est bien choisi ! Ce mot, en latin, ne signifie-t-il pas petit, modique, moindre ? et cette signification, l’Apôtre ne craint pas de se l’appliquer à lui-même. Il se nomme le plus petit, rappelant ainsi la frange du vêtement de Jésus-Christ, que toucha une femme malade. Cette femme, affligée d’une perte de sang, figurait l’Eglise des Gentils ; et c’est vers ces Gentils que Paul, le plus petit des Apôtres, a été envoyé, car il est la frange du vêtement, la partie la plus petite et la dernière.
En effet, ce sont là les qualités que l’Apôtre se donne ; il s’appelle le plus petit et le dernier : « Je suis le dernier des Apôtres » (1 Cor. IV, 9) ; « je suis le plus petit des Apôtres » (1 Cor. XV, 9). Ce sont là ses propres paroles, et s’il en a prononcé d’autres, qu’il veuille bien nous les rappeler ; car nous ne voulons pas lui faire injure, quoique ce ne soit pas faire injure à Paul que d’exalter la grâce de Dieu.
Toutefois, écoutons-le : « Je suis », dit-il, « le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé apôtre » ; voilà ce qu’il était. « Je ne suis pas digne d’être appelé apôtre » : pourquoi ? « Parce que j’ai persécuté l’Eglise de Dieu ». Et d’où lui est venu l’apostolat ? « Mais c’est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis ; et la grâce de Dieu n’a pas été vaine en moi, car j’ai plus travaillé que tous les Apôtres ».

§3.  De la grâce et des mérites dans la personne de saint Paul : 

Mais, ô grand Apôtre, voici que des hommes inintelligents se figurent que c’est encore Saul qui parle et qui dit : « J’ai plus travaillé qu’eux tous ». Il semble se louer, et cependant son langage est plein de vérité. Il a remarqué lui-même que ce qu’il venait de dire pouvait tourner à sa louange ; aussi, après avoir dit : « J’ai plus travaillé qu’eux tous », s’empresse-t-il d’ajouter : « Non pas moi, mais la grâce de Dieu avec moi ».
Son humilité a connu, sa faiblesse a tremblé, sa parfaite charité a confessé le don de Dieu.
O vous qui êtes rempli de grâce, qui êtes un 
vase d’élection, et qui avez été élevé à un rang dont vous n’étiez pas digne, dites-nous les secrets de la grâce en votre personne ; écrivez à Timothée et annoncez le jour de la justice : « Je suis déjà immolé », dit-il.
Nous venons de lire l’épître de saint Paul ; ce sont bien là ses propres paroles : « Je suis déjà immolé ». En d’autres termes : l’immolation m’attend, car la mort des saints est un véritable sacrifice offert à Dieu. « Je suis immolé, et le moment de ma dissolution approche. J’ai combattu le bon combat, j’ai consommé ma course, j’ai conservé la foi ; il ne me reste plus qu’à attendre la couronne de la justice, que Dieu me rendra en ce jour, en sa qualité de souverain juge ».
Celui par qui nous avons mérité nous rendra selon nos mérites ; Paul a été fait apôtre sans l’avoir mérité, et il ne sera pas couronné qu’il ne l’ait mérité. Parlant de la grâce qu’il avait reçue d’une manière absolument gratuite, il s’écrie : « Je ne suis pas digne d’être appelé apôtre, mais c’est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis ». Au contraire, quand il exige ce qui lui est dû, il s’exprime en ces termes : « J’ai combattu le bon combat ; j’ai consommé ma course, j’ai conservé la foi, il ne me reste plus qu’à attendre la couronne de la justice ». Cette couronne m’est due ; et afin que vous sachiez qu’elle m’est due, je déclare « que Dieu me la rendra ». Il ne dit pas : Dieu me la donne, ou m’en gratifie, mais : « Dieu me la rendra en ce jour, en sa qualité de souverain juge ». Il m’a tout donné dans sa miséricorde, il me rendra dans sa justice.

§4. Conclusion en forme de prière :

Je vois, ô bienheureux Paul, à quels mérites vous est due la couronne ; en regardant ce que vous avez été, reconnaissez que vos mérites eux-mêmes ne sont que des dons de Dieu. Vous avez dit : « Je rends grâces à Dieu, qui nous donne la victoire par Notre-Seigneur Jésus-Christ. J’ai combattu le bon combat ; mais tout me vient de Dieu, qui fait miséricorde ». Vous avez dit : « J’ai conservé la foi » ; mais vous avez dit également : « J’ai obtenu miséricorde, afin que je sois fidèle ». Nous voyons donc que vos mérites ne sont que des dons de Dieu, et voilà pourquoi nous nous réjouissons de votre couronne.

Vitrail de la conversion de Saint Paul - détail

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 25 janvier 2020 à 12 h 48 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Merci, cher frère, pour le don de ce sermon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi