2020-6. Pèlerinage dans la chambre mortuaire de la Vénérable Pauline-Marie Jaricot.

Jeudi soir 9 janvier 2020 ;
Quatrième jour dans l’octave de l’Epiphanie de NSJC ;
« Dies natalis » de la Vénérable Pauline-Marie Jaricot.

Lyon - Colline de Fourvière et Maison de Lorette

Lyon : au premier plan, la place Bellecour avec la statue de Louis XIV
au deuxième plan les tours de la Primatiale Saint-Jean.
au troisième plan la colline de Fourvière, couronnée par la basilique de Notre-Dame
et à mi-côteau la Maison de Lorette (signalée par une flèche rouge)

frise

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Au Mesnil-Marie, tous les 9 janvier, nous commémorons la pieuse mémoire de la Vénérable Pauline-Marie Jaricot, rappelée à Dieu le 9 janvier 1862 dans sa soixante-troisième année.

Née à Lyon le 22 juillet 1799, dans une famille de soyeux fervents catholiques, Pauline est la dernière enfant d’une fratrie de sept.
Jeune fille, à la suite d’une chute, elle contracte une maladie qui fait craindre pour sa vie : sa mère fait un vœu à la Très Sainte Vierge et offre sa propre vie pour sauver celle de sa fille. Vœu exaucé car Madame Jaricot trépasse alors que Pauline retrouve une pleine santé ! Cette perte douloureuse amène Pauline à rentrer en elle-même : elle abandonne toilettes et parures, fait vœu de virginité (tout en comprenant très bien qu’elle n’a pas la vocation religieuse) et s’engage dans une vie de ferveur et de charité.
Une illumination intérieure reçue le dimanche des Rameaux de l’année 1817, la pousse à fonder une association informelle de pieuses laïques : les « Réparatrices du Cœur de Jésus méconnu et méprisé ». Elle a à peine dix-huit ans !
Apprenant les difficultés financières des Missions Etrangères de Paris, Pauline et ses « Réparatrices » vont structurer un mouvement de collecte de fonds pour le soutien des missions catholiques : c’est ainsi que va prendre naissance l’Oeuvre de la Propagation de la Foi (1822). Quatre ans plus tard, Pauline fondera le Rosaire vivant (1826), puis d’autres œuvres alliant piété et protection sociale.

Maison de Lorette - Lyon

La maison de « Lorette », dans la montée Saint-Barthélémy, au flanc de la colline de Fourvière, à Lyon.

En 1832, Pauline achète une grande maison ancienne située dans la montée Saint-Barthélémy pour en faire le siège des œuvres qu’elle a fondées : elle donne à cette maison, en contrebas de la chapelle de la Vierge Noire de Fourvière (la basilique n’est pas encore édifiée) le nom de « Lorette », la plaçant ainsi sous le vocable de la sainte maison de Nazareth miraculeusement transportée par les anges dans la marche d’Ancône en décembre 1294 (cf. > ici).

Mais à partir de 1834, Pauline est atteinte par une grave maladie du cœur.
Alitée, parmi les livres de piété qu’on lui apporte, elle en découvre un, traduit de l’italien, qui raconte la vie et les miracles de Sainte Philomène, dont les reliques, découvertes en 1802 dans les catacombes de Priscille, ont été déposées en 1805 dans l’église de Mugnano del Cardinale, au Royaume de Naples.

Au travers de cette lecture, une grande amitié spirituelle naît et Pauline, malgré l’opposition de la faculté, part en pèlerinage auprès des reliques de Sainte Philomène.
A Rome, Pauline est si mal qu’on craint qu’elle ne meure très rapidement. Au pape Grégoire XVI, venu lui apporter ce qu’on pense être une dernière bénédiction, elle assure qu’elle pourra continuer son pèlerinage et elle demande, au cas où elle reviendrait guérie, que le Saint-Siège autorise le culte de Sainte Philomène pour toute l’Eglise. Le Pontife répond que oui, persuadé qu’il est en présence d’une mourante à laquelle il ne faut pas refuser cette consolation, ainsi qu’il le déclare en italien à des religieuses présentes.
Au terme d’un voyage épuisant, Pauline guérit en effet près des reliques de 
Sainte Philomène et, de retour à Rome, elle se présente à Grégoire XVI, lui rappelant sa promesse !
Elle est examinée par les médecins, qui constatent que la guérison est entière et définitive ; le Souverain Pontife fait alors examiner les récits des nombreuses grâces obtenues à Mugnano del Cardinale et, après toutes les enquêtes et vérifications d’usage, en 1837, le culte de Sainte Philomène est autorisé dans toute l’Eglise.

Autel des reliques de Sainte Philomène à Mugnano del Cardinale

L’autel ou sont vénérées les reliques de Sainte Philomène
dans l’église de Mugnano del Cardinale

Ainsi que cela a déjà été raconté dans les pages de ce blogue (cf. > ici), c’est Pauline qui fit connaître Sainte Philomène à Monsieur Vianney, curé d’Ars, ainsi qu’à un saint prêtre du diocèse de Viviers avec lequel elle était dans une grande amitié spirituelle.
Lorsque Grégoire XVI, en 1837, approuva son culte pour toute l’Eglise, Pauline offrit à chacun de ses deux amis prêtres, devenus comme elle de grands zélateurs du culte de la jeune martyre, un gisant représentant Sainte Philomène… Et vous savez que nous possédons désormais, dans l’oratoire du Mesnil-Marie, le gisant offert par Pauline au saint prêtre vivarois.

Accablée d’épreuves, gages de la prédilection divine, Pauline-Marie Jaricot rendit sa belle âme à Dieu le 9 janvier 1862 dans sa chambre de la maison de « Lorette ».

chambre mortuaire de Pauline Jaricot 1

Chambre mortuaire de la Vénérable Pauline-Marie Jaricot

chambre mortuaire de Pauline Jaricot 2

Pour la première fois de ma vie (alors que lorsque j’étais étudiant à Lyon j’étais passé très souvent devant elle sans savoir ce qu’était cette maison), le dimanche 23 juin 2019, j’ai eu la grande grâce de pouvoir visiter cette maison de « Lorette » (restaurée et réaménagée il y a quelques années) et de m’aller recueillir dans la chambre mortuaire de la Vénérable Pauline-Marie Jaricot.

Crucifix, livres & portraits des parents de Pauline

Chambre mortuaire de la Vénérable Pauline-Marie Jaricot :
Crucifix et livres de piété, portraits de ses parents

En ce 9 janvier, jour anniversaire de sa mort – ou plus exactement de sa naissance à la vie éternelle -, je ne peux faire mieux que de vous offrir à vous aussi, chers Amis, quelques souvenirs de cette visite qui m’a profondément touché.

Chapelet et couteau de poche de Pauline Jaricot

Restes d’un chapelet utilisé par Pauline Jaricot
& Canif de Pauline

Ecritoire de Pauline Jaricot

Cet écritoire a été utilisé par la Vénérable Pauline-Marie depuis sa jeunesse jusque sur son lit de mort.
Elle-même y a gravé les lettres AMDG (Ad Majorem Dei Gloriam : pour la plus grande gloire de Dieu).

Bien sûr, j’ai été enchanté par la plaque de la cheminée !!!

Cheminée

Plaque de la cheminée

Sur un guéridon à l’entrée de la chambre mortuaire se trouve une corbeille contenant de petits billets pliés. Les pèlerins sont invités à « tirer » un de ces billets sur lesquels ont été imprimés des phrases édifiantes extraites des écrits de la Vénérable Pauline.

Je me suis très volontiers plié à cet exercice après avoir demandé à la Vénérable Pauline-Marie de guider ma main pour « tirer » une sentence qui soit particulièrement adaptée aux besoins de mon âme.
Voici la sentence qui se trouve sur le billet que j’ai reçu…

Sentence de la Vénérable Pauline-Marie

J’ai été frappé par le fait que cette phrase parle de la France – notre France tellement aimée ! – et de la ferme espérance qu’il nous faut avoir de son retour à Dieu avec son renouveau spirituel et politique, grâce à l’intercession de Notre-Dame auprès du divin Cœur de Jésus : quand on s’appelle Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur et que l’on est Prieur d’une confrérie vouée à la prière pour la France et le Roi, c’est, on peut bien le dire, un « sacré clin-Dieu » !

Je confesse que cela m’a tellement impressionné que le saint Thomas qui sommeille en moi s’en est ému et m’a soufflé à l’oreille : « Peut-être que, en réalité, tous les billets portent cette même sentence… »

J’ai voulu en avoir le cœur net et j’ai vérifié : j’ai donc ouvert tous les billets que contenait la corbeille…
Eh bien, non ! Il n’y en avait qu’un seul et unique qui portât cette citation de la Vénérable Pauline-Marie, celui que j’avais tiré au premier coup ; et de toutes les citations qui étaient inscrites sur les billets de cette corbeille, c’était la seule à évoquer la France et le divin Cœur de Jésus !!!

Je vous avoue en avoir alors versé des larmes d’émotion et de reconnaissance.

Pauline-Marie Jaricot

Merci, chère, très chère Pauline-Marie Jaricot !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur

A suivre :
Pèlerinage dans la chapelle Sainte-Philomène édifiée à côté de la Maison Lorette par la Vénérable Pauline-Marie Jaricot > ici.

Plaque de la cheminée - détail

Vous pouvez laisser une réponse.

6 Commentaires Commenter.

  1. le 11 janvier 2020 à 10 h 47 min SB écrit:

    Déjà avant 1862 Vénérable Pauline-Marie Jaricot écrivait : « J’espère contre tout espoir que dans notre Patrie rayonneront des jours meilleurs… »
    Alors prions comme elle, par l’intercession de Sainte Philomène et de Notre Sainte Mère, Reine de France, que des jours meilleurs adviennent.
    Merci Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur !

  2. le 11 janvier 2020 à 0 h 59 min Le Forez écrit:

    Je n’arrête pas de m’étonner devant de telles beautés spirituelles et pourtant je devrai commencer à m’y habituer! Eh bien non ! à chaque fois c’est toujours la même émotion.
    Un grand merci et pourtant ce « merci » est bien peu de chose en comparaison des trésors que vous nous partagez.

  3. le 10 janvier 2020 à 18 h 13 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Que de belles découvertes sur ce blog!
    Merci pour cette relation.

  4. le 10 janvier 2020 à 18 h 04 min Kimcat écrit:

    Magnifique…
    « sacré clin-Dieu » !

  5. le 10 janvier 2020 à 12 h 27 min Jean P. écrit:

    Quelle joie de retracer cette vie de Pauline Jaricot.
    Il y a plus d’une trentaine d’années, des neveux habitaient au Puy, Bd Carnot.
    Cette famille avait un très grande dévotion pour la Vénérable Pauline Jaricot.

  6. le 10 janvier 2020 à 10 h 08 min Bernard de G. écrit:

    Merci, cher Frère, pour ce magnifique compte rendu.
    Je savais le curé d’Ars très attaché à Ste Philomène mais sans savoir pourquoi.
    Le clin d’œil du Ciel sur le texte que vous avez tiré nous donne à tous l’espoir que la Sainte Vierge veille sur notre pauvre France en si triste état.
    Gardons l’espérance et bravo pour vos enseignements toujours si justes.
    Bernard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi