2019-75. La fondation de la monarchie capétienne fut l’œuvre de Dieu.

17 août,
Dans l’Ordre de Saint-Augustin, fête de Sainte Claire de Montefalco ;
Commémoraison de Saint Carloman ;
Commémoraison de Saint Hyacinthe ;
Commémoraison de Sainte Jeanne Delanoüe ;
Commémoraison du 3ème jour dans l’octave de l’Assomption ;
Anniversaire du rappel à Dieu de M. l’Abbé Christian-Philippe Chanut (cf. > ici).

Sacre de Hugues Capet

Sacre de Hugues 1er dit Capet

A l’occasion de l’anniversaire du rappel à Dieu de Monsieur l’Abbé Christian-Philippe Chanut (+ 17 août 2013), voici un extrait de notes préparatoires à une conférence qu’il donna à l’occasion du « millénaire capétien » (1987) : il y va à l’essentiel pour exprimer avec une grande justesse ce qu’est la réalité de la royauté capétienne traditionnelle, monarchie de droit divin, véritablement instituée par Dieu.

Signature Hugues Capet

« Le Roy est le lieutenant de Dieu désigné par la loi (…).
La fondation de la monarchie capétienne n’appartient pas à Hugues Capet mais à Dieu qui, pour continuer dans le monde l’œuvre entreprise au baptême de Clovis a, par l’entremise de l’Eglise, élu la famille capétienne comme Il avait jadis élu la maison de David par la médiation de Samuel. Si la royauté de David est la même que celle de Saul, la monarchie des Capétiens est la même que celle des précédentes dynasties puisque toutes procèdent de Dieu et non des hommes ; les différences ne sont que des perfectionnements dans la mesure où, par la monarchie, Dieu poursuit Son œuvre dans le monde et achève toute sanctification. Remarquons que si cette monarchie est reçue comme un don de Dieu pour aider au Salut, le Roi lui-même n’est pas désigné par Dieu mais par les Lois fondamentales du Royaume.

En conséquence, la célébration de la monarchie est moins la célébration d’un événement historique que l’union continuelle à son Fondateur, Dieu (Trinité) : la monarchie ne se commémore pas, elle se vit comme un effet de la grâce de Dieu qui, par le sacre, est partiellement déposée dans la personne du Roy.
Mort à lui-même, le Roy est « l’homme nouveau » rappelé à la vie pour continuer la « gesta Dei per Francos » commencée à la chrismation du baptême de Clovis et, selon Saint Thomas d’Aquin, il est dans son Royaume comme l’âme dans le corps et comme Dieu dans le monde qui l’a établi pour exercer dans son Royaume l’office de juge à la place de Dieu.
Après les serments, il reçoit l’épée de Charlemagne pour défendre le Royaume « par la force du Saint-Esprit », puis il est marqué des neuf onctions par lesquelles Dieu prend possession de son être alors, configuré au Christ, il est revêtu des ornements du grand-prêtre pour recevoir les attributs du pouvoir.
Le sacre a longtemps été la seule grande célébration de la monarchie et, pour le reste, il suffisait de s’attacher au mystère du Christ dans le cycle liturgique pour honorer la monarchie absolue de droit divin dont les Papes disaient qu’elle était « le miroir de la chrétienté » (…). »

Abbé Christian-Philippe Chanut,
notes de préparation pour une conférence, citées pp. 357-358
in « Anthologie in memoriam – abbé Christian-Philippe Chanut » Jean de Waifhari, ed. Exaltare Saint-Louis
(au sujet de cet ouvrage voir > ici).

Heures de Bedford-détail 2

Dieu donnant pour emblème à la royauté franque les trois lys d’or sur fond d’azur
(miniature des « Heures de Bedford »)

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 21 août 2019 à 18 h 15 min Reine Claude écrit:

    Sans oublier un souvenir très ému de l’Abbé CHANUT.

  2. le 17 août 2019 à 21 h 47 min Olivier B écrit:

    Passionnant! Très beau texte qui rappelle,même si nous le savons, que le Roi de France est sacré ⚜️ ! Sublime

  3. le 17 août 2019 à 19 h 58 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Clair, net et précis.
    Mais comment reviendra la monarchie dans un contexte universel d’apostasie, en commençant par la France ?
    Nous avons le Roi en la personne de sa Majesté Louis XX. Par quel miracle le Seigneur l’installera-t-il sur son trône ?
    Je crois à la victoire du Christ-Roi, par le Coeur Immaculé de Marie, qui restaurera toutes choses, Il doit revenir, Il l’a promis et nous L’attendons. Mais il faudra attendre déjà que sombre le monde actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi