2019-43. « Dominus dedit, Dominus abstulit… Sit Nomen Domini benedictum. »

Le Seigneur me l’avait donné, le Seigneur me l’a repris…
Que le Nom du Seigneur soit béni !
(cf. Job I, 21 b)

Lully chat augustinien

Le Maître-Chat Lully aux pieds de notre Bienheureux Père Saint Augustin

Vendredi 24 mai 2019,
Fête de Marie Auxiliatrice (explication de cette fête > ici) ;
Anniversaire du début du massacre des ecclésiastiques otages de la Commune (cf. > ici).

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Les lecteurs de ma page Facebook l’ont déjà appris en milieu de journée, hier, jeudi 23 mai, et je dois bien me résoudre à vous en faire part dans les pages de ce blogue – son blogue – alors que les heures de la nuit avancent, impitoyablement, sans me permettre de trouver le sommeil : Monseigneur le Maître-Chat Lully a rendu à son divin Créateur sa belle âme de petit félin
Je n’ai aucune honte à écrire ici que mon âme et mon cœur sont dans une incommensurable tristesse, quand bien même pourraient s’en scandaliser ceux qui penseraient que ce n’était « qu’un animal » et qu’il y a ici-bas tant d’autres motifs d’affliction bien « plus sérieux et plus graves »… 

Je n’ai pas le cœur ni la force à écrire beaucoup de choses en ce milieu de nuit, même si les pensées et les souvenirs se bousculent en moi : sans m’égarer en aucune manière dans quelque forme d’antropomorphisme, je me contenterai de dire que Lully, affectueusement surnommé « le Maître-Chat » (en référence à la nouvelle de Charles Perrault intitulée « Le Maître-Chat ou le conte du Chat botté » cf. > ici), était pour moi un compagnon tout-à-fait exceptionnel avec lequel, dès son plus jeune âge, s’était établi une relation très particulière dont bien peu de personnes peuvent soupçonner toute la profondeur et la richesse.
Je pourrais écrire de très nombreuses choses : récits, anecdotes, facéties, leçons de sagesse et de vies apprises à son école. Il était véritablement un don de Dieu à mes côtés, et je ne peux que redire avec le saint homme Job : « Le Seigneur me l’avait donné, le Seigneur me l’a repris : comme il a plu au Seigneur ainsi a-t-il été fait : que le Nom du Seigneur soit béni ! » (cf. Job I, 21 b).

En ce jeudi 23 mai où la « Principauté » du Mesnil-Marie était inondée de lumière radieuse, vers la neuvième heure – selon l’usage antique de marquer les moments du jour -, alors que le soleil entamait son lent déclin qui nous conduirait jusqu’à la nuit, dans un endroit où, vivant, Son Altesse Sérénissime Monseigneur le Maître-Chat aimait s’allonger pour contempler et méditer tout en s’offrant voluptueusement aux rayons bienfaisants du soleil, j’ai déposé en terre ce qui n’était déjà plus qu’une enveloppe vide, saisie par la rigor mortis…

Depuis que j’ai commencé à en publier l’annonce sur Facebook, j’ai déjà reçu des dizaines et des dizaines de messages d’amitié, de soutien, de condoléances, de compassion, et de témoignages qui me touchent au plus haut point : je les reçois avec une émotion profonde, avec gratitude, avec action de grâces…
En raison de ce modeste blogue, le Maître-Chat Lully comptait beaucoup dans le cœur de très nombreux amis, jamais rencontrés physiquement, mais avec lesquels se sont tissés les liens d’une grande et pure authenticité.

A moi-même, nul doute qu’il me faudra du temps, beaucoup de temps, pour réaliser qu’il ne surgira pas à tout moment, silencieux et si affectueusement despotique, pour me rappeler à ma condition d’humble serviteur, pour se pelotonner en ronronnant sur mes genoux pendant mon oraison ou ma lectio divina, pour venir joyeux à ma rencontre lorsque je rentrerai au Mesnil-Marie, pour me piquer ma chaise lorsque je me lèverai et pour me rappeler à l’observance de tous les innombrables rituels qu’il avait instaurés dans notre vie de « vieux couple » heureux !
Aussi, bien que je m’y fusse peu à peu préparé dans les derniers jours de sa maladie et surtout dans les longues heures de cette dernière nuit avant son trépas où, blottis l’un contre l’autre et les yeux dans les yeux nous nous sommes dit tant de choses en silence, accordez-moi, je vous prie, le temps nécessaire des larmes et de l’émotion…

Chers Amis du Maître-Chat Lully, je vous en remercie.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Cœur.

Jean-Féry Rebel : « Tombeau pour Monsieur de Lully »
(faire un clic droit sur l’image ci-dessous, puis « ouvrir dans un nouvel onglet »)

Image de prévisualisation YouTube

Vous pouvez laisser une réponse.

40 Commentaires Commenter.

1 2 3 4
  1. le 24 mai 2019 à 7 h 44 min Michelle G. écrit:

    Cher Frère Maximilien,
    Je comprends parfaitement votre peine, j’ai eu la même.

  2. le 24 mai 2019 à 7 h 38 min Corinne C. écrit:

    Les larmes… les sanglots, le vide, l’absence physique, cette sensation de le voir partout malgré tout, les objets de son quotidien, ô Frère, courage…
    Vous faisiez partie de notre quotidien…
    Union de prières.

  3. le 24 mai 2019 à 7 h 37 min Marie-Agnès L. écrit:

    Certes une très grande douleur que non seulement je comprends mais que j’ai vécue avec mes chiens chaque fois qu’ils sont allés rejoindre leur Créateur.
    Cependant elle n’est pas encore la plus grande. Elle le va enfler, hélas, au fur et à mesure du temps qui passe avec tous les souvenirs qui vont refaire surface, en plus de ceux dont on se souvient dans l’immédiateté car c’est surtout le vide qui va s’installer qui fait souffrir.
    Il a rendu son âme à son divin Créateur en effet. Je ne suis nullement choquée. J’ai toujours pensé que nos animaux de compagnie avaient une âme et non seulement. Mais une intelligence et une sensibilité au-delà du dire.
    Il faudra s’adapter jusqu à l’arrivée fortuite d’un autre consolateur : jamais le même bien sûr, car Lully a vu votre installation au Mesnil, mais qui sera à son tour celui qui vous accompagnera le mieux dans votre pérégrination terrestre. Nos animaux ne nous quittent jamais, pas plus que les personnes que nous aimons.
    En union de prières
    Marie-Agnes

  4. le 24 mai 2019 à 7 h 32 min Alain T. écrit:

    Cher ami, si vous me le permettez.

    Il convient que vous laissiez du temps au temps. Le Seigneur ne nous a pas donné les Chats, entre autres, pour nous en séparer à jamais.

    Vous serez réunis un jour j’en ai l’intime conviction . Je vais prier Saint François d’Assise pour qu’il vous donne la force d ‘en être persuadé et surtout adoptez le moment venu – et il viendra- un autre chaton que votre Maître -Chat aura lui même choisi pour vous. Il le fera comme notre persanne aux yeux oranges nous a délégué une persanne aux yeux verts.

    Et n’ayez pas honte de pleurer en attendant, cher ami.

  5. le 24 mai 2019 à 7 h 28 min Odile écrit:

    Bonjour,
    Tous ceux qui ont perdu un animal connaissent le chagrin et le deuil, le mot n’est pas trop fort, que l’on ressent.
    C’est plus qu’un animal, c’est un être vivant qui donne sans compter, sans arrière pensée, c’est un membre de la famille.
    Vous aviez écrit quelques pages sur les animaux et leurs saints, alors soyez sûr, que votre petit chat, vous attend au Ciel, tranquillement en se léchant ses petites pattes.
    Je ferai une petite prière pour vous et pour votre Majestueux Maître-Chat, le Grand Lully.
    In Christo.

  6. le 24 mai 2019 à 7 h 26 min Jean P. écrit:

    Ce n’était pas qu’ »un animal », c’était un être vivant donné par Dieu.
    Mais, Cher Ami, de grâce, reposez-vous (votre courriel à 3 h 32).
    Vous avez tant à faire….à donner dois-je dire!
    Courage Cher Ami. Conservez-vous!

  7. le 24 mai 2019 à 6 h 48 min Béatrice D. écrit:

    Le don le plus beau de Dieu à sa création la terre, c’est la vie. Il en est le seul maître. Et donc à Lui de décider du temps terrestre de chacune de ses créations. La fin peut être vécue cruellement lorsque de belles relations s’étaient établies. Mais ce qui ne nous échappera jamais ce sont les souvenirs. Et avec, le sentiment que les souffrances ont pris fin. Bon courage Frère.

  8. le 24 mai 2019 à 5 h 30 min Marguerite-Marie écrit:

    Le Seigneur met sur notre chemin de petits compagnons très attachants, les chats sont un incroyable cadeau… Adieu, Lully.
    Et mon frère est dans la peine, j’en suis bien attristée.
    Sursum corda…

  9. le 24 mai 2019 à 2 h 52 min Reine Claude écrit:

    Très cher Frère et Ami,
    Je suis bouleversée et les larmes aux yeux en apprenant cette triste
    nouvelle et je vous présente mes condoléances émues.
    Je partage votre peine et la comprends, Ô combien !
    Hier soir, j’ai encore prié pour ce cher et adorable LULLY demandant
    à Notre Seigneur de lui permettre de fêter ses 13 ans.
    Chaque fois que je perdais un petit compagnon, je perdais mon enfant, mon
    petit frère, j’étais désespérée et mes parents aussi car c’était leur
    enfant, leur petit dernier.
    LULLY a été très bien soigné par votre amie vétérinaire. Mais, l’heure
    c’est l’heure et nous ne la connaissons pas à l’avance.
    Il faudra nous faire à l’idée qu’il n’est pas malheureux où il se trouve
    maintenant.
    Très cher Père et Ami, vous avez toute mon affection et je vous souhaite
    beaucoup de courage pour affronter votre solitude. Dieu, notre Père, et
    la Bonne Vierge, vous apporteront du réconfort.
    Et je vais continuer à prier chaque soir pour vous et pour notre LULLY.
    Très respectueusement vôtre.

    Votre fidèle Reine Claude

  10. le 24 mai 2019 à 2 h 51 min Anne écrit:

    Je suis de tout coeur avec vous : je connais la peine de perdre un animal de compagnie, comme on peut être attaché à ces petits amours et sans mot, comme ils ne nous le rendent bien.
    Dans votre cœur il vivra toujours, nous étions je crois tout vos lecteurs attaché à Maître-Chat Lully, qu’il repose en paix entouré de tout l’amour que vous lui avez prodigué.

1 2 3 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi