2019-31. Pour aller à la Sainte Messe au Puy ce dimanche de la Passion 7 avril 2019.

Dimanche de la Passion 7 avril 2019.

Lully 7 avril 2019

Le Maître-Chat Lully ce 7 avril 2019

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans ma chronique d’hier soir (cf. > ici), je vous parlais en commençant de ce petit « retour d’hiver » dont nous avons subi l’assaut.
Ce matin, au moment où Frère Maximilien-Marie s’apprêtait à prendre la route pour se rendre à la Sainte Messe au Puy, je lui ai glissé : « Tu devrais prendre ton appareil photo : peut-être, en effet, auras-tu quelques belles occasions de clichés intéressants… »
Je ne doute pas maintenant d’avoir été particulièrement inspiré en cela puisque, ayant suivi mon conseil, mon papa-moine m’a effectivement rapporté plus de deux douzaines de photos. Notre Frère ma raconté qu’étant passé au-dessus des nuages qui emprisonnaient les fonds de vallée, il a assisté à des jeux de lumière étonnants, tandis que s’élevaient les brumes et que le soleil faisait des efforts – pas toujours couronnés de succès – pour percer les nuées de ses rayons.
J’ai opéré une sélection dans ces photos, pensant qu’elles pourraient faire plaisir à certains d’entre vous et je vous les livre ci-dessous.
Ces clichés parlent d’eux-mêmes, et il n’est guère besoin de leur ajouter de commentaire : il faut juste se poser devant eux et les laisser entrer en vos âmes…

Patte de chatLully.

A la sortie du village de Borée, cette espèce de pain de sucre formé d’orgues basaltiques qu’on nomme « le Gouleyou » et derrière lui le suc de Touron :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 1

Le suc de Sara, l’un des points culminants de la commune de Saint-Martial, atteint 1529 mètres d’altitude :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 2

Des vallées encaissées des hautes Boutières, remontent les brumes qui s’enroulent et se tordent sur elles-mêmes :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 3

Derrière les crêtes, on aperçoit le Mont Gerbier de Jonc, lui aussi sur la commune de Saint-Martial, qui culmine à 1551 mètres :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 4

La route qui serpente le long du Cirque des Boutières :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 5

Le Mont Mézenc (altitude 1753 m), jusque là voilé à nos regards par les nuages, se montre enfin à nous :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 6

La route à l’intérieur du Cirque des Boutières :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 7

Surplombant le Cirque des Boutières, les roches des Cuzets :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 8

La neige met en valeur quelques formations géologiques particulières :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 9

La conjugaison des brumes et des efforts du soleil qui en veut émerger donne soudain un éclairage particulier au Mont Mézenc :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 10

Arrivée au Col de la Croix de Boutières (1505 m d’altitude) :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 11

Depuis le Col de la Croix de Boutières, on assiste à un surprenant ballet de nuages remontant des vallées des hautes Boutières :

Route du Puy - 7 avril 2019 - 12

Et l’on amorce la descente vers Les Estables, qui appartient au Velay, et au-delà vers le bassin du Puy

Route du Puy - 7 avril 2019 - 13

♫ Louez le Seigneur, habitants de la terre ;
vous, dragons, et vous, abîmes !
Feu, grêle, neige, glace, vents de tempête,
qui accomplissez Sa parole :
montagnes et vous toutes, collines,
arbres fruitiers et vous tous, cèdres (…).
Sa louange est au-dessus du ciel et de la terre ! ♫

(Psaume CXLVIII, 7-9. 14a)

Publié dans : Chronique de Lully |le 7 avril, 2019 |8 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

8 Commentaires Commenter.

  1. le 8 avril 2019 à 11 h 09 min Maître-Chat Lully écrit:

    Alors le trajet depuis le Mesnil-Marie jusqu’au Puy dure normalement entre 50 mn et 1 h (selon les circonstances), mais ce dimanche, ayant consulté la météo avant de partir, mon papa-moine avait prévu un temps plus important : il est parti un bon quart d’heure plus tôt… quant au temps pour prendre les photos, il ne fut pas très important car la plupart du temps il ne lui fut pas nécessaire de descendre de l’auto : juste s’arrêter, ouvrir la vitre et passer la tête par la portière… Il n’y avait aucune circulation, donc même pas besoin de se mettre sur le côté de la route pour ces pauses photographiques !!!

  2. le 8 avril 2019 à 8 h 08 min Maître-Chat Lully écrit:

    Néanmoins, cher « Le Forez », les photos que l’on voit ici ont été prises en Vivarais, sauf la dernière (la descente vers Les Estables et le bassin du Puy) qui a été prise à l’entrée du Velay. Or ni le Vivarais ni le Velay ne sont auvergnats : ce sont des terres languedociennes !
    La province du Velay – qui ne compose qu’une partie du département révolutionnaire de la Haute-Loire – a été très arbitrairement intégré en « région Auvergne » par les réformes territoriales républicaines, mais ces dernières sont le fait de personnes ignorant tout de l’histoire ou désireuses de faire table rase du passé.

  3. le 7 avril 2019 à 21 h 06 min SB écrit:

    Juste comme ça, pour savoir, entre la contemplation de tant de merveilles (j’ai un faible pour le ballet des nuages et la croix du col des Boutières !), la prise des photos, et la prudence de rigueur sur la route enneigée et verglacée, combien de temps a duré le trajet ?
    PS: un grand merci pour les photos de l’oratoire du Mesnil Marie : quand je commence à prier, j’ouvre la porte doucement, je me dirige vers le banc et je m’agenouille… Il fait silence, et l’oratoire m’accueille.

  4. le 7 avril 2019 à 20 h 57 min Le Forez écrit:

    L’Auvergne est si belle, qu’elle ne pouvait qu’être entourée de si beaux écrins, qui élèvent les cœurs et les esprits. C’est l’antichambre du Paradis.

  5. le 7 avril 2019 à 19 h 00 min Jpchz écrit:

    Merci pour ces superbes photos et leurs commentaires associés

  6. le 7 avril 2019 à 16 h 31 min Berwick écrit:

    Je ne suis pas surpris que vous viviez dans un tel paradis.

  7. le 7 avril 2019 à 16 h 27 min Guy M. écrit:

    L’Ardèche est magnifique.
    Une dame âgée habitant la région parisienne, mais née dans un village voisin du mien, me disait il y a quelques années que pour créer l’Ardèche, le Bon Dieu avait pris dans sa main une poignée de terre et l’avait soupoudrée. C’est pour cela que le relief est si caractéristique.

  8. le 7 avril 2019 à 15 h 41 min Carrière écrit:

    Magnifique !
    J’aurais moi aussi sorti mon appareil photo, en chantant des actions de grâces et des louanges à Notre-Seigneur qui nous comble chaque jour qu’Il fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi