2018-90. Où le Maître-Chat évoque l’assemblée générale de l’Association Jean Carmignac et présente la chapelle dans laquelle la Sainte Messe fut célébrée pour l’occasion.

Lundi 8 octobre 2018,
Fête de Sainte Brigitte de Suède (cf. > ici).

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Samedi dernier, 6 octobre, Frère Maximilien-Marie s’est rendu à Paris afin de prendre part à l’assemblée générale de l’Association Jean Carmignac, à laquelle tous ceux qui le connaissent bien savent combien il est attaché.
Cette assemblée générale a toujours lieu au début du mois d’octobre, un samedi, afin d’être proche de la date du rappel à Dieu de Monsieur l’Abbé Jean Carmignac (+ 2 octobre 1986) que notre Frère a un peu connu et dont il avait reçu de judicieux conseils (voir « Souvenirs de quelques conversations avec Monsieur l’Abbé Carmignac » > ici).

Je ne vous ferai pas de compte-rendu de cette assemblée générale et des passionnantes communications dont elle fut l’occasion : les personnes que cela intéresse pourront en trouver le résumé dans le bulletin de l’Association, auquel je ne peux que les encourager à s’abonner (quatre publications par an) parce qu’il contient toujours des textes très intéressants en rapport avec les études bibliques, la défense du caractère historique des Saints Evangiles et les preuves toujours plus nombreuses de leur rédaction à des dates très proches des événements (voir les anciens bulletins > ici).
En revanche je veux vous présenter rapidement le lieu où fut célébrée la Sainte Messe par laquelle a commencé cette journée de retrouvailles, d’amitié et de travaux.

Paris église Saint-Sulpice

Ancienne carte postale montrant la façade de l’église Saint-Sulpice à Paris

Cette Sainte Messe anniversaire à la pieuse mémoire de Monsieur l’Abbé Carmignac est toujours célébrée à l’église Saint-Sulpice où, en 1956, au retour de ses études en Terre Sainte, il fut affecté en qualité de vicaire auxiliaire. Il resta ici une dizaine d’années y exerçant un précieux ministère essentiellement consacré aux confessions, à la direction spirituelle et aux visites des malades, tout en continuant ses études hébraïques et en dirigeant « La Revue de Qumran » qu’il avait fondée en 1958.

Son départ de Saint-Sulpice est consécutif à l’adoption de la nouvelle traduction française du « Pater » – dite « traduction œcuménique » – en 1966 : « Alors ma vie a été bouleversée par un événement dont vous aurez peut-être du mal à comprendre l’importance. Quand j’ai appris qu’une nouvelle traduction française du « Notre Père » allait contenir la formule « Ne nous soumets pas à la tentation », j’ai été indigné, d’abord parce que cette traduction est fausse, et surtout parce qu’elle constitue un outrage à Dieu, qui n’a jamais soumis personne à la tentation. J’ai donc protesté auprès des autorités responsables de cette erreur, mais je n’ai pas réussi à les faire modifier cette regrettable traduction. Persuadé que la vérité finit toujours par s’imposer, je me suis mis à préparer une thèse de doctorat sur le « Notre Père ». Je l’ai soutenue le 29 janvier 1969 et elle est parue en juillet de la même année avec le titre Recherches sur le Notre Père (Letouzey et Ané) ; c’est un gros volume de 608 pages, qui pèse plus d’un kilo ! Plus tard je l’ai abrégé en un petit volume de vulgarisation À l’écoute du Notre Père. Bien entendu, cette opposition, que ma conscience m’imposait à la fois par loyauté scientifique et par respect de Dieu, n’a pas été appréciée par les autorités ecclésiastiques et j’ai dû quitter mon poste à Saint-Sulpice pour me réfugier à la paroisse Saint-Louis d’Antin, puis en 1967 à la paroisse Saint-François de Sales ».
Tous ses amis se souviennent qu’à Saint-François de Sales, l’Abbé Carmignac faisait l’objet de mesures à proprement parler discriminatoires, voire frôlant la persécution. Que la honte et le déshonneur soient à jamais sur les prêtres et évêques qui en usèrent ainsi avec lui !
On relira aussi avec intérêt le récit de la visite de Vittorio Messori à l’abbé Carmignac dans son petit logement de la paroisse Saint-François de Sales > ici.

Bref ! Revenons-en à la Sainte Messe de ce samedi matin 6 octobre. Elle fut célébrée dans la chapelle dite aujourd’hui « de l’Assomption », mais qui fut à l’origine la « chapelle des catéchismes ».

chapelle de l'assomption Saint-Sulpice

Paris, église Saint-Sulpice :
l’astucieuse chaire de la chapelle des catéchismes.

Edifiée au XVIIIème siècle, la chapelle des catéchismes, qui se signale à l’extérieur par un étonnant toit en forme de dôme applati dont l’épi de faîtage en bronze représente un pélican s’ouvrant le flan pour nourrir ses petits, adopte la forme d’un hexagone aux côtés irréguliers.
Comme son nom l’indique, elle a été conçue afin d’y réunir les enfants pour l’enseignement du catéchisme : celui-ci leur était dispensé par un prêtre du haut d’une chaire à double escalier, et le pied de la chaire est astucieusement aménagé en confessional.

La chapelle est ornée de quatre grands tableaux dont trois sont des XVIIème ou XVIIIème siècles et ont fait l’objet de belles restaurations.
Chacun d’entre eux mériterait un article pour lui seul.

Sur le côté opposé à la chaire des catéchismes, se trouve l’autel, surmonté par la statue d’une Madone à l’Enfant d’un style tout académique, sur le socle de laquelle on peut lire « Notre-Dame de Toute Grâce – 1868″.

autel de la chapelle de l'Assomption

Autel de la « chapelle de l’Assomption », ancienne « chapelle des catéchismes »

Devant cet autel, a été disposé un « autel-face-au-peuple » en forme de table, réalisé en contreplaqué dans le plus pur « style » (!!!) de la fin des années 60 du précédent siècle, et qui n’a bien sûr pas servi pour cette Sainte Messe, puisqu’elle fut célébrée dans le rite latin traditionnel par un jeune prêtre chilien ordonné depuis trois ans dans l’Institut du Bon Pasteur.

Nous sommes évidemment très reconnaissants à Monsieur le Curé de Saint-Sulpice d’accueillir l’Association Jean Carmignac pour cette célébration annuelle.

messe du samedi 6 octobre

Sainte Messe du samedi 6 octobre 2018
(aimable communication de l’un de nos amis qui assista à cette Messe)

Il y aurait quelques anecdotes – certaines savoureuses – à vous narrer à propos de cette journée parisienne de Frère Maximilien-Marie : si j’en ai le temps je vous les conterai une autre fois.

Que Dieu garde longtemps cette chère association qui maintient la mémoire vivante de notre vénéré abbé Jean Carmignac, et qu’il lui accorde de se développer et de rayonner toujours davantage pour l’honneur de Dieu, en particulier dans son combat – car c’en est un – pour faire connaître la vérité des Saints Evangiles !

pattes de chatLully.

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi