2018-44. Après le 3ème pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay : 2ème partie.

Jeudi dans l’octave de la Pentecôte, 24 mai 2018 ;
7ème anniversaire de la première Sainte Messe célébrée au Mesnil-Marie (cf. > ici) ;
Anniversaire du commencement du massacre des religieux otages des communards en 1871 (cf. > ici).

Notre-Dame du Puy - Vierge Noire - 12 mai 2018

Notre-Dame du Puy :
Vierge Noire, copie du XVIIème siècle de la statue offerte par Saint Louis brûlée le 8 juin 1794,
couronnée le 8 juin 1856 au nom du Bienheureux Pie IX

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans la première partie de mes quelques considérations consécutives au troisième pèlerinage légitimiste « pour le Roi et la France » organisé par la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, je vous faisais part de cinq raisons principales pour lesquelles il convient par-dessus tout que se pèlerinage se perpétue et prenne de l’ampleur précisément en ce lieu (cf. > ici).
Si vous le voulez bien, je vais maintenant développer à votre intention deux autres points de mes réflexions relatives à ce pèlerinage des 11 et 12 mai dernier : cela a trait à sa qualité spirituelle et à l’esprit particulier qui y a présidé.

  • B – Un pèlerinage d’une grande densité spirituelle :

Il importe d’abord de souligner qu’en fixant le pèlerinage annuel de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay aux vendredi et samedi dans l’octave de l’Ascension, ses fondateurs l’ont placé, et cela n’a rien d’un hasard, au commencement de la neuvaine préparatoire à la Pentecôte, c’est-à-dire dans le moment particulièrement intense où la Sainte Eglise, avec les Apôtres et les disciples, se retrouve dans « la chambre haute » – le Cénacle – autour de Notre-Dame, afin d’être entraînée par elle dans la prière, afin de se préparer à l’irruption du divin Paraclet, afin d’être enrichie par une nouvelle plénitude du Don septiforme.
La « Chambre angélique », puisqu’il se faut bien souvenir que tel est le nom propre donné par les âges de foi à l’insigne cathédrale du Puy édifiée sur les hauteurs du Mont Anis, est une bien belle figuration de cette « chambre haute » désignée par le livre des Actes des Apôtres : les grands escaliers ou les ruelles pentues de la vieille ville qu’il faut nécessairement gravir pour entrer dans le sanctuaire vénéré sont bien le signe réel et le symbole expressif de la hauteur surnaturelle de ce lieu choisi et désigné par la Très Sainte Vierge Marie elle-même pour y dispenser les grâces que le Saint-Esprit, son divin Epoux, veut répandre par sa médiation, par son intercession.
Ainsi donc, tant par le lieu que par la période de l’année liturgique où il est établi, ce pèlerinage légitimiste est providentiellement fixé dans une dimension d’une portée symbolique et prophétique dont nous ne cesserons pas, à l’avenir, d’approfondir la richesse.

Ajoutons à cela, malgré certes des imperfections et d’évidentes nécessités d’amélioration dont les organisateurs ont conscience et qu’ils s’efforcent de résoudre chaque année, la rare qualité des célébrations liturgiques et l’excellence des enseignements donnés lors des conférences : il convient au premier chef d’en remercier nos chanoines, nos abbés, les lévites et servants d’autel, qui apportent un si grand soin aux cérémonies ; il convient ensuite d’en savoir gré aux intervenants qui ont approfondi avec une érudite méticulosité les sujets qu’ils ont traités.

A la clef, j’ai pu entendre ou lire les témoignages de plusieurs personnes qui ont signifié à Frère Maximilien-Marie que ces deux jours de pèlerinage légitimiste au Puy avaient porté des fruits de grâce tels qu’il leur semblait avoir accompli une semaine complète de retraite et qu’elles avaient eu bien du mal à « aterrir » lors de leur retour dans le quotidien, et même plusieurs jours après encore…

Qu’à Dieu Notre-Seigneur et à Notre-Dame en soient toute la gloire et notre vive action de grâces !

Encensement de la Vierge Noire

Encensement de la Vierge Noire
dans l’insigne cathédrale-basilique Notre-Dame de l’Annonciation du Puy
le samedi 12 mai 2018

  • C – Une véritable réunion de famille :

Enfin, il est un autre écho qui est parvenu de divers côtés à mes oreilles et qui se trouve excellemment résumé par ces lignes touchantes qu’un pèlerin a adressées à Frère Maximilien-Marie : « Si je devais retenir un mot de ce séjour, c’est celui que vous avez judicieusement prononcé, cher Frère Maximilien, et qui résume parfaitement ces journées, c’est le mot « FAMILLE ». Ceci est tellement vrai que, le moment venu, il était difficile de se séparer, le hall du Grand Séminaire se transformant en quai de gare… »
Ce n’est en effet pas un propos en l’air d’affirmer que l’esprit qui a présidé à ce pèlerinage a été un esprit de famille : celui de la famille légitimiste.
Un autre pèlerin confiait à Frère Maximilien-Marie qu’il avait eu l’évidence spirituelle de se trouver comme à une grande réunion de famille : ces « cousinades » qui sont à la mode et qui permettent de réunir pendant une journée ou deux tout ce qu’il est possible des descendants d’une même lignée, pour re-former ou reserrer des liens que les circonstances de la vie auraient tendance à distendre. Il y a des cousins que l’on connaît plus que d’autres, certains que, en raison simplement parfois de la proximité géographique, l’on côtoie plus fréquemment, et il en est d’autres que l’éloignement ne permet pas de connaître aussi bien qu’on le souhaiterait. Ainsi en est-il de la Légitimité, ainsi en est-il de l’UCLF, ainsi en est-il de la Confrérie Royale et de ses sympathisants.
Ce sentiment était renforcé par la présence de familles ou de plusieurs membres de mêmes familles naturelles, et de la présence de pèlerins de toutes les générations, mais cela a également une autre cause, qui 
a été justement soulignée par Frère Maximilien-Marie dans son intervention du samedi matin 12 mai, comme l’évoquait la citation faite ci-dessus.

Bien sûr, et ce ne sont pas de vains mots, la monarchie capétienne traditionnelle réalise (et ce mot signifie : rend réel, concret, incarné dans les choses) un système politique au sommet duquel se trouve la figure du Père.
Le Roi est père de son peuple, et le Royaume est la famille des familles. Le droit naturel et divin qui régit la royauté monarchique légitime est l’extension dans l’ordre social du droit naturel et divin qui régit les familles.
De fait, lorsque les légitimistes sont réunis, même si le Roi n’est pas physiquement présent, on peut dire qu’il exerce cependant à cet endroit-là une présence spirituelle prépondérante qui est exactement du même ordre que ce qui réunit ontologiquement des frères de sang lorsqu’ils se retrouvent.
Mais il convient d’aller plus loin encore.
Qu’est-ce qui caractérise une famille ?
Ce sont, cela a été dit ci-dessus, les liens du sang.
Or, on peut très légitimement (!) parler de la famille légitimiste, parce que ce sont de véritables liens du sang qui en unissent les membres : premièrement parce que chrétiens et catholiques, sujets du Roi Très Chrétien, ils sont nourris de la Sainte Eucharistie qui fait couler en eux substantiellement le Sang Précieux de l’Agneau rédempteur ; mais encore et aussi, parce que le sang sacré de deux Rois martyrs – Louis XVI et Louis XVII -, d’une Reine et d’une Fille de France guillotinées, et d’innombrables martyrs de la révolution persécutrice coule spirituellement en eux, les fait vivre, anime leurs engagements et leur espérance, eux qui sont les successeurs et les héritiers du combat contre-révolutionnaire.

Icône des martyrs royaux filigranée 421x600

La sainte icône de nos Souverains Martyrs
bénite lors du premier pèlerinage légitimiste au Puy
à l’occasion du Grand Jubilé de l’an de grâce 2016
(voir > ici)

Voilà donc, chers Amis, quelques réflexions que je tenais à partager avec vous, dans l’action de grâces et dans un zèle renouvelé et stimulé à la suite de ce troisième pèlerinage de la Légitimité organisé au Puy-en-Velay par la Confrérie Royale.

Souhaitons maintenant que ce pèlerinage connaisse de nouveaux développements et prions ardemment pour cela.

Lully.

Retenez dès à présent les dates du 4ème pèlerinage de la Confrérie Royale au Puy-en-Velay, pour le Roi et la France :
il commencera au soir du jeudi de l’Ascension 30 mai 2019, et se poursuivra dans la journée du vendredi 31 mai – fête de Marie Reine – , pour s’achever en début d’après-midi le samedi 1er juin, nous permettant d’inaugurer magnifiquement le mois du Sacré-Coeur de Jésus.
Notez dès à présent ces dates et réservez-les !

Bannière de la Confrérie Royale à la cathédrale du Puy

La bannière de la Confrérie Royale quittant la cathédrale du Puy
pour y revenir en tête de pèlerins toujours plus nombreux…

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 24 mai 2018 à 9 h 44 min SB écrit:

    Merci pour cette méditation (mais je ne trouve pas le mot exact pour traduire ce que je veux dire…) sur « la Chambre Haute « , et merci au Maître-Chat Lully pour toutes ces réflexions denses, profondes et structurantes.

  2. le 24 mai 2018 à 8 h 41 min Goës écrit:

    Il est très vrai que l’esprit qui a présidé ce pèlerinage à été un esprit de famille. Il faut dire que tout l’Ancien Régime était organisé de cette façon.
    Merci au frère Maximilien-Marie et aux autres organisateurs pour ce beau pèlerinage.
    Petit à petit nous nous lavons de l’intoxication républicaine.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi