2018-39. De l’exhumation de l’ Alléluia au matin de Pâques.

12ème partie du récit du Maître-Chat Lully
relatant
la Semaine Sainte à La Garde-Freinet :

l’exhumation de l’Alléluia au matin de Pâques 

Samedi 5 mai 2018,
Fête de la conversion de notre Bienheureux Père Saint Augustin (cf. > ici  et aussi > ici) ;
Mémoire de Saint Pie V, pape et confesseur ;

1er samedi du mois dédié à la réparation envers le Coeur douloureux et immaculé de Marie.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Au matin de Pâques, ce dimanche 1er avril 2018, à la fin de l’office de prime au monastère Saint-Benoît de La Garde-Freinet, Frère Maximilien-Marie a été témoin d’une cérémonie à laquelle il ne s’attendait pas du tout : je vais vous raconter – images à l’appui (puisqu’il avait son appareil photographique avec lui) – ce dont il s’est agi, en reprenant au maximum ses propos quand il me l’a ensuite racontée.

« Eh bien, mon Lully, je vais te raconter quelque chose auquel je viens d’assister et que je n’avais même pas imaginé !
Ce matin, à la fin de l’office de prime, alors que je pensais rester dans l’église pour y faire oraison, j’ai vu Dom Alcuin – le prieur du monastère – partir à la sacristie où il a revêtu un surplis et endossé une chape dorée, tandis que les autres clercs ou servants d’autel présents revêtaient aussi leurs surplis. Je me demandais pour quelle cérémonie, parce que rien n’était écrit sur le programme du Triduum Sacré affiché à l’entrée de l’église. Ils se sont rangés devant l’autel, ont commencé à chanter l’un des cantiques latins du jour de Pâques et ont génuflecté puis, derrière la croix de procession, se sont dirigés vers la sortie.
Dom Alcuin m’a fait signe de les suivre… mais sans me donner d’explication.
Monsieur le chanoine Frédéric, qui venait d’achever sa Messe basse, a lui aussi été invité à suivre cette procession dont je n’avais pas la clef d’interprétation.
Dehors, après la tempête qui s’était déchaînée une bonne partie de la nuit, le ciel s’était dégagé, mais un vent froid et désagréable continuait à tournoyer dans les ruelles médiévales. Les rayons du soleil éclairaient déjà les collines alentour mais n’avaient pas encore atteint le village…

IMG_9225

« Traversant la place et s’engouffrant dans la ruelle montante qui longe le mur du monastère, la petite procession a franchi une porte qui justement permet d’entrer dans l’enceinte monastique. Qu’allions-nous donc y faire ?

IMG_9226

« Nous sommes entrés dans une courette dont la moitié est dallée, mais dont l’autre moitié est occupée par le poulailler des moines.
J’ai alors pensé que nous allions y chercher les oeufs pour qu’ils soient bénits à la Grand’Messe.
Mais non ! Dom Ildefonse a donné au prieur, non pas un panier pour collecter les oeufs, mais… une bêche – sans d’ailleurs omettre aucun des baisers liturgiques : baiser à la bêche, baiser à la main du prieur – , et les chantres continuaient le chant de la cantilène pascale alors que Dom Alcuin, en chape dorée, se mettait à creuser avec ardeur dans un espace compris entre un rosier et le poulailler…

IMG_9229

« Je ne comprenais toujours pas ce que Dom Alcuin cherchait en creusant de la sorte.
Il a pratiqué un trou relativement profond et, pendant un moment, il semblait même hésiter et on « voyait » presque au-dessus de sa tête et de celles de ses acolytes les bulles, comme dans les bandes dessinées, dans lesquelles étaient inscrits ces mots  « Mais où diable est-il passé ? »…

IMG_9231

« Enfin, après encore quelques coups de bêche énergiques, Dom Alcuin s’est agenouillé au bord du trou, s’est profondément incliné pour y plonger ses deux bras et en a retiré – « je vous le donne en cent, je vous le donne en mille », comme aurait dit ma chère marquise de Sévigné – une espèce de grand bristol plastifié sur lequel était écrit l’Alléluia qu’il a présenté à tous les assistants…

IMG_9232

« A ce moment-là, j’ai failli m’exclamer comme le fameux commissaire Bourrel : « Bon sang ! Mais c’est bien sûr ! »
Tu te souviens, mon Lully, qu’à la conclusion des premières vêpres du dimanche de la Septuagésime, il y a les « Adieux à l’Alléluia » : tu as d’ailleurs publié un texte à ce propos dans ton blogue (cf. > ici).
Eh bien ! Il se trouve que cet Alléluia – qui est quasi personnifié -, en certains endroits (et de toute évidence cela bien été le cas au monastère Saint-Benoît), on lui fait de véritables funérailles et on le met en terre lorsqu’on commence la Septuagésime ; le célébrant étant alors revêtu d’une chape noire. Au matin de la Résurrection, il est donc tout à fait logique de l’exhumer de la tombe dans laquelle il est demeuré pendant quelque septante jours. 

IMG_9233

« La procession s’est alors reformée, toujours chantant des mélodies pascales avec de joyeux Alléluia, et s’en est retournée à l’église.

IMG_9235

« Dom Alcuin a déposé l’Alléluia sur l’autel, au pied du saint tabernacle…

IMG_9237

« Il l’a encensé. Et ce carton portant le chant de l’Alléluia est resté à cet endroit (couvert par le canon d’autel central) pendant la Grand’Messe du Saint Jour de Pâques. »

IMG_9238

Voici donc le récit de la cérémonie de l’exhumation de l’Alléluia - « Et celui qui l’a vu en a rendu témoignage et son témoignage est véridique. Et il sait qu’il dit vrai, afin que vous croyez vous aussi » (cf. Johan. XIX 35) – tel que je l’ai recueilli de la bouche de mon papa-moine qui était tout à la fois ravi, ému et enthousiaste d’avoir assisté pour la première fois de sa vie (et en trente-huit ans de vie religieuse) à cette tradition pascale.

pattes de chatLully.

A suivre :
La Grand’Messe du Saint Jour de Pâques > ici.

Publié dans : Chronique de Lully, De liturgia |le 4 mai, 2018 |5 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 6 mai 2018 à 10 h 30 min Le Forez écrit:

    Quelle joie de pouvoir exulter l’alléluia ! Oui quelle joie, quel transport légitime et libérateur !

  2. le 5 mai 2018 à 21 h 37 min SB écrit:

    De vifs remerciements pour ce récit, pour cet enseignement aussi, car pour moi c’en est un, et ce moment un peu palpitant que nous venons de vivre en vous lisant !

  3. le 5 mai 2018 à 13 h 53 min Emmanuel B. écrit:

    Que c’est Beau…

  4. le 5 mai 2018 à 11 h 49 min Solange R. écrit:

    Oh ! alleluia et exultemus !!!

  5. le 5 mai 2018 à 1 h 16 min Reine Claude écrit:

    Cher Frère,
    Quelle belle coutume !
    Vraiment j’en apprends à chaque fois un peu plus.
    Merci pour le mal que vous vous donnez pour faire de moi une meilleure
    Chrétienne, une Chrétienne plus avisée.
    J’ai laissé un message sur l’autre page.
    Reposez-vous bien avec cet emploi du temps si chargé avec le pèlerinage.
    Très respectueusement.
    Reine Claude

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi