2018-36. Centenaire de la première Messe de Saint Maximilien-Marie Kolbe.

1918 – 29 avril – 2018

Sant' Andrea delle Fratte - monument commémoratif de la 1ère messe de St Maximilien-Marie

Inscription en italien : « Dans cette chapelle de l’apparition,
Saint Maximilien-Marie Kolbe célébra sa première Messe, le 29 avril 1918 ».
Basilique Sant’ Andrea delle Fratte, Rome.

C’est le lendemain même de son ordination (cf. > ici), c’est-à-dire le lundi 29 avril 1918, que le Père Maximilien-Marie Kolbe célébra sa première Messe.

Profitons-en au passage – en ces temps d’ignorance où l’on a tendance à imaginer que des usages qui n’ont parfois pas plus de deux siècles constituent « la » Tradition de l’Eglise – pour rappeler que cela ne va pas forcément de soi qu’un nouvel ordonné célèbre sa première Messe le lendemain même de son ordination.
Au Moyen-Age ou même encore à l’époque moderne, il n’était pas rare qu’après s’être très longuement et consciencieusement préparés à recevoir le sacrement de l’Ordre, de jeunes prêtres attendissent encore plusieurs jours, voire plusieurs mois, dans une nouvelle étape de préparation spirituelle, avant de monter à l’autel pour y offrir le Saint-Sacrifice pour la première fois. A cet égard, le cas de Saint Ignace de Loyola et de Saint François-Xavier est particulièrement éloquent : c’est pratiquement une année entière après leur ordination (à Venise le 24 juin 1537) qu’ils célébrèrent leur première Messe.  

Sant' Andrea delle Fratte - extérieur

Basilique Sant’Andrea delle Fratte : vues extérieure et intérieure

Sant' Andrea delle Fratte - intérieur

Pour un jeune prêtre fervent et zélé, le choix du lieu de sa première Messe peut être revêtu d’un caractère symbolique fort. Ce fut bien le cas du tout jeune Père Maximilien-Marie Kolbe qui élut pour cette célébration la basilique de Sant’ Andrea delle Fratte.

Située dans le rione de Colonna, à deux pas de la place d’Espagne et de l’église de la Trinité des Monts, derrière le palais de « la Propaganda », cette église reconstruite à partir de la fin du XVIème siècle, présente toutes les caractéristiques du baroque romain, d’autant que les fameux architectes rivaux, Le Bernin et Borromini, y ont l’un et l’autre laissé leur empreinte.

Mais ce ne sont pas ses particularités artistiques qui avaient décidé du choix de cette église par le nouveau prêtre franciscain, lequel d’ailleurs n’avait pas demandé aux religieux Minimes qui desservent l’église à célébrer à l’autel majeur, mais avait choisi pour sa première Messe l’autel de la deuxième chapelle latérale sur le côté gauche de la nef : autel originellement dédié à l’archange Saint Michel et devenu depuis le 20 janvier 1842 l’autel de « la Madone du miracle« .

C’est très précisément ici que, ce 20 janvier 1842, Alphonse Tobie Ratisbonne, âgé de vingt-huit ans, comme un nouveau Saül, avait été terrassé par la grâce.

Sant' Andrea delle fratte - autel du miracle et de la 1ère messe

Basilique de Sant’ Andrea delle Fratte : autel de « la Madone du miracle ».
Sur l’arcature on lit (en italien) : « Ici apparut la Madone du miracle – 20 janvier 1842″
Devant les pilastres qui séparent cette chapelle latérale des chapelles voisines on voit,
du côté de l’Evangile, le buste d’Alphonse Ratisbonne,
qui fut converti ici par une apparition de la Vierge immaculée le 20 janvier 1842,
et du côté de l’épître le buste de Saint Maximilien-Marie Kolbe qui célébra sa première Messe à cet autel le lundi 29 avril 1918.

20 janvier 1842 – 20 janvier 1917 :
Tous les matins, les jeunes religieux qui suivaient leurs études au Collège Séraphique s’agenouillaient dans la chapelle pour un temps d’oraison en commun. Or ce 20 janvier 1917, le recteur du Collège, dans les indications qu’il donna pour la méditation du matin, n’évoqua pas la figure de Saint Sébastien, dont c’était la fête liturgique et qui est l’un des saints les plus populaires de Rome, mais il entretint les jeunes lévites du septante-cinquième anniversaire de la conversion d’Alphonse Ratisbonne.
Frère Maximilien-Marie avait-il déjà entendu parler de cette conversion spectaculaire ? Rien ne permet de l’affirmer ni de l’infirmer.
Ce qui est certain, c’est que septante-cinq ans après l’événement, son retentissement était véritablement intact et qu’il suscitait enthousiasme et zèle apostolique dans les coeurs catholiques fervents.
On était alors bien loin des coquecigrues et billevesées actuelles, qui ont pour conséquence le refus pratique de travailler à la conversion des Juifs. On rendait alors de sincères et vibrantes actions de grâces à Dieu pour – comme le dit le décret officiel de reconnaissance du miracle – « la conversion instantanée et parfaite d’Alphonse-Marie Ratisbonne du judaïsme ».

Or rien ne prédisposait Alphonse Ratisbonne à embrasser la foi catholique, car il était violemment obstiné dans les erreurs sur le christianisme héritées de son milieu. Rien, sauf le fait que, par convenance mondaine (il n’avait pas voulu froisser des amis catholiques de la meilleure société) et aussi un peu par jeu, il avait accepté de porter la « médaille miraculeuse » et de réciter chaque jour – sans conviction pourtant – le « Memorare ».
Entré dans cette église simplement pour accompagner un ami qui devait y rencontrer un prêtre à la sacristie, il l’attendait en déambulant comme on l’aurait fait dans un cabinet de curiosités. C’est alors que la Vierge immaculée, telle qu’elle est figurée sur la médaille, s’était révélée à ses yeux et que, tombant à genoux, il avait dans un unique et très bref instant connu et compris toutes les vérités de la foi et y avait adhéré. Dix jours plus tard, il recevait le saint baptême indispensable au salut (en ce temps-là on n’opposait pas d’interminables délais à la réception d’un sacrement si nécessaire), était confirmé et faisait sa première communion.

Nul doute que – qu’il la connût auparavant ou pas – cette conversion sensationelle rappelée par le recteur du Collège Séraphique en ce matin du 20 janvier 1917, n’ait compté pour beaucoup dans la maturation du projet de création de la « Militia Immaculatae », qui aboutirait quelque neuf mois plus tard, le 16 octobre 1917 au soir, ainsi que cela a été rapporté > ici.
De fait, le port et la diffusion de la « médaille miraculeuse » sera l’un des points caractéristiques fondamentaux de la Milice.  

Sant' Andrea delle Fratte - Madonne du miracle

Basilique de Sant’ Andrea delle Fratte : tableau de la « Madone du miracle »,
montrant la Très Sainte Vierge Marie dans l’attitude où elle a elle-même voulu être représentée sur la « médaille miraculeuse »,
médaille manifestée à Sainte Catherine Labouré le 27 novembre 1830.

Ainsi, tout est parfaitement ordonné dans la tête du jeune Père Maximilien-Marie Kolbe en ce moment où, devenu prêtre du Christ pour l’éternité, cinq mois et demi après la fondation de la « Militia Immaculatae », il vient célébrer à l’autel de la « Madone du miracle » sa toute première Messe, ce lundi 29 avril 1918 :
- l’autel est celui où la Vierge conçue sans péché est apparue, telle qu’elle est représentée sur la médaille, pour convertir parfaitement un ennemi du Christ Sauveur et de Son Eglise ;
- le formulaire de la Messe qu’il célèbre est celui de la Messe votive de la manifestation de la médaille miraculeuse (que l’on trouve au missel dans les Messes « pro aliquibuis locis » à la date du 27 novembre) ;
- l’intention pour laquelle il offre le Saint-Sacrifice est « la conversion des schismatiques, des non-catholiques et des maçons ».
Décidément, ce jeune prêtre et ardent « chevalier de l’Immaculée » est bien loin de ce faux œcuménisme « à deux balles » qui a prévalu au sein même de l’Eglise depuis quelques décennies !

Le lendemain, mardi 30 avril 1918, le Père Maximilien-Marie Kolbe ira célébrer sa deuxième Sainte Messe à la basilique de Saint-Pierre au Vatican et il l’offrira afin d’obtenir « la grâce  de l’apostolat et du martyre pour moi et pour les frères du collège ».
Ce en quoi, en ce qui le concerne lui-même du moins, il sera exaucé au-delà de tout ce qu’il avait alors sans doute pu imaginer.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Saint Maximilien-Marie Kolbe

Dans les pages de ce blogue vous trouverez aussi :
– Prières en l’honneur de Saint Maximilien-Marie Kolbe ici
– Catéchèse de Sa Sainteté le pape Benoît XVI sur Saint Maximilien-Marie ici
– Récit du martyre de Saint Maximilien-Marie Kolbe ici
– Témoignage d’un rescapé d’Auschwitz sur le martyre de Saint Maximilien-Marie ici
- Centenaire de l’ordination sacerdotale de Saint Maximilien-Marie > ici

– Centenaire de la fondation de la Militia Immaculatae (16 octobre 1917) ici

Publié dans : De liturgia, Memento, Nos amis les Saints |le 29 avril, 2018 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 29 avril 2018 à 16 h 54 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Saint-Maximilien m’est familier par ses biographies, l’étude de sa doctrine mariale avec le Père Villepelée, l’adhésion à la MI et sa revue théologique (en italien). Cela m’a conduit à donner le nom de Saint-Maximilien Kolbe à la Troupe Roma 7 que j’ai eu la joie de lancer à la Paroisse des Dodici Santi Apostoli, Maison mère de l’Ordre des franciscains conventuels auquel appartenait le Père Kolbe, alors que j’étais séminariste à Rome. C’est en cette même église paroissiale que j’ai célébré l’une de mes premières messes en Juin 1979.
    Merci, cher Maître Lully, de nous permettre de nous unir à ce centenaire de la première messe de Saint Maximilien-Marie.

  2. le 29 avril 2018 à 12 h 25 min Hervé N. écrit:

    Bonjour maître Lully
    Merci ! depuis mon baptême je me sens comme porté : sensation à la fois étrange et si agréable !
    Hervé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi