2018-31. Pèlerinage en l’honneur de Sainte Roseline de Villeneuve.

6ème partie du récit du Maître-Chat Lully
relatant
la Semaine Sainte à La Garde-Freinet :

Pèlerinage en l’honneur de Sainte Roseline de Villeneuve :

Mardi 17 avril 2018 ;
Fête de Saint Robert de Turlande, abbé ;
Mémoire de Saint Anicet, pape et martyr.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Il est temps que je poursuive la narration de ce qui s’est passé à l’occasion de cette belle Semaine Sainte en Provence, et, après le récit de la visite à nos amis Messieurs les Chanoines de Saint-Remi (cf. > ici), que je vous raconte le pèlerinage qui fut accompli auprès de Sainte Roseline de Villeneuve, aux Arcs-sur-Argens.
C’était le mercredi saint 28 mars.

A – Qui est Sainte Roseline de Villeneuve ?

Fille d’Arnaud II de Villeneuve et de Sybille de Burgolle de Sabran, Roseline (en latin « Rossolina » mais en provençal « Roussouline ») aînée de six enfants, naquit le 12 janvier 1263 au château des Arcs (aujourd’hui les Arcs-sur-Argens).
Les familles de Villeneuve et de Sabran sont au nombre des principales familles nobles de Provence, tant par leur ancienneté, leur origine, leurs alliances et les services qu’elles rendirent.
Par sa mère, Roseline est cousine de Saint Elzéar de Sabran (1285-1323), de 22 ans son cadet mais qui décèdera 6 ans avant elle.

Roseline fut imprégnée d’un profond esprit évangélique dès son enfance, du fait d’une éducation profondément et authentiquement chrétienne, mais aussi en raison d’une prédilection divine manifestée dès avant sa naissance.
Pendant sa grossesse, sa mère avait entendu une voix lui dire : « Tu enfanteras une rose sans épine, une rose dont le parfum embaumera toute la contrée », et l’on raconte qu’un doux parfum de rose l’enveloppait souvent.
Elle faisait preuve d’une grande sollicitude envers les pauvres et leur distribuait d’abondantes aumônes sous forme de vivres, ce qui mettait à mal les réserves du château. Son père la réprimanda à plusieurs reprises pour ces largesses qu’il considérait comme exagérées, mais Roseline, mue par une ardente charité, considérait qu’il était plus important de nourrir les pauvres que de conserver d’abondantes réserves. Un jour où elle était âgée d’une douzaine d’années, elle se fit surprendre par son père alors qu’elle avait rempli son tablier de pains pris à la cuisine. « Que portes-tu là ? » lui demanda-t-il. Toute rougissante, elle répondit : « Ce sont des roses, père » ; et dépliant son tablier, elle laissa échapper une brassée de roses des plus odorantes.
Cet épisode connu sous le nom de « miracle des roses » eut lieu en plein mois de janvier ; cela convainquit Arnaud II que la main de Dieu reposait sur sa fille. Le souvenir de cet événement subsiste aujourd’hui dans les lieux, puisque dans les ruines du château des Arcs on montre la « porte du miracle », à côté du donjon.

Miracle des roses - Ste Roseline - retable chapelle Sainte-Roseline 1635

Statue de Sainte Roseline rappelant le miracle des roses
(statue du retable principal réalisée en 1635, dans la chapelle Sainte-Roseline – Les Arcs)

A l’âge de 15 ans (en 1278), Roseline entra à la chartreuse de Saint-André-de-Ramières, près de Prébayon, au pied du mont Ventoux. Puis elle fut envoyée, pour continuer son noviciat, à la chartreuse Notre-Dame de Bertaud près de Gap.
Elle fut admise à la profession religieuse à la Noël 1280, quelques jours avant son dix-huitième anniversaire.

Alors qu’un soir, elle était chargée de préparer le repas de la communauté, elle tomba en extase : Notre-Seigneur se tenait près d’elle et elle s’entretint avec lui « dans le doux secret de son cœur », ainsi que le rapporte la chronique...
Mais quand la communauté entra au réfectoire, rien n’était prêt. La prieure était sur le point de réprimander Soeur Roseline, quand apparurent des anges qui dressèrent les tables et y disposèrent la nourriture.
Ce miracle inspira à Marc Chagall une mosaïque qui occupe tout une travée de la chapelle Sainte-Roseline : « le repas des anges »

Mosaïque de Marc Chagall

Marc Chagall : « le repas des anges » (1975)
Chapelle Sainte-Roseline, les Arcs-sur-Argens

En 1285, Soeur Roseline est appelée à la chartreuse de la Celle-Roubaud, proche des Arcs, dont l’une de ses tantes, Jeanne de Villeneuve, était la fondatrice et la prieure.
A la mort de cette dernière, en 1300, Soeur Roseline est élue pour lui succéder et elle exercera cette charge priorale pendant 28 ans.
Elle reçut la consécration abbatiale de Jacques d’Euse, évêque de Fréjus, futur pape Jean XXII.

Bien que soumise à une clôture stricte, Roseline garde un continuel souci pour les pauvres et les nécessiteux. A la porte du couvent, les malheureux sont toujours accueillis comme Notre-Seigneur Lui-même et ils reçoivent nourriture, vêtements, paroles d’encouragement et de consolation.

Le plus célèbre des nombreux miracles qui lui sont attribués est celui de la libération de son frère Henrion, commandeur des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem : en 1310 il était tombé aux mains des Sarrasins et se trouvait emprisonné sur l’île de Rhodes.
Par la puissance de sa prière, Roseline fit tomber ses chaînes et il fut transporté miraculeusement en Provence.

En 1328, Mère Roseline, usée par les responsabilités de sa tâche et par ses mortifications, se démet de la charge priorale en demandant à redevenir simple religieuse.
Elle meut moins d’un an après, le 17 janvier 1329, âgée de 66 ans.

B – Miracles de Sainte Roseline :
conservation miraculeuse de son corps et de ses yeux.

Dès l’annonce de sa mort, de nombreux pèlerins affluent et des miracles se produisent, en particulier des guérisons de paralytiques et d’aveugles.
Ensevelie dans le cimetière du couvent, la dépouille mortelle exhalait depuis sa tombe une puissante odeur de rose : le pape Jean XXII chargea donc Elzéar de Villeuneuve, frère de la sainte et évêque de Digne, de présider à l’exhumation de son corps et de le transférer dans le cloître : il apparut parfaitement conservé, et ses yeux avaient même gardé tout leur éclat, comme s’ils étaient vivants.

D’autres translations eurent lieu (en 1344 et en 1360), puis le corps fut caché par les moniales à l’occasion des troubles de la guerre de cent-ans. Tellement bien caché qu’on perdit le souvenir du lieu où il avait été mis à l’abri !
Deux-cent-quatre-vingt ans plus tard, Sainte Roseline se manifesta elle-même à un aveugle pour lui révéler l’endroit où reposait son corps et, en signe de la vérité de cette apparition, elle lui rendit la vue : la redécouverte du corps toujours intact de Sainte Roseline donna lieu à une nouvelle translation, le 20 octobre 1657.
Le miracle de l’éclat vivant des yeux de Sainte Roseline entraîna la décision de les conserver à part, dans une boite d’argent, tandis que le corps incorrompu était renfermé dans une châsse de bois.

Reliquaire des yeux de Sainte Roseline

Reliquaire des yeux de Sainte Roseline :
monstrance du XIXe siècle, chef-d’œuvre d’Armand Caillat grand prix de l’exposition universelle de Paris en 1889,
dans lequel se trouve la boite d’argent du XVIIème siècle, scellée, où sont enfermés les yeux de Sainte Roseline ;
cette boite d’argent a, sur le devant, la forme d’un masque percé de deux ouvertures laissant apparaître les yeux.

Le 21 février 1660, Louis XIV, accompagné de sa mère la Reine Anne d’Autriche, se rendit à Cotignac pour y rendre grâce de sa naissance (puisque la chapelle de Notre-Dame de Grâces de Cotignac avait été l’un des trois sanctuaires désignés par la Sainte Mère de Dieu au Frère Fiacre de Sainte-Marguerite, en 1637, pour l’accomplissement des neuvaines par lesquelles sa naissance avait été obtenue).
Entendant parler du miracle de la conservation des yeux de Sainte Roseline, le Grand Roi dépêcha aux Arcs son médecin personnel – Antoine Vallot – pour en vérifier l’authenticité. C’est lui qui, pour s’assurer qu’il n’y avait point de supercherie et qu’il s’agissait bien d’yeux véritables, eut l’idée de percer l’un d’eux avec son stylet : aussitôt l’œil s’obscurcit tandis qu’un liquide s’en échappait.
Voilà pourquoi, de nos jours, dans la monstrance qui les présente aux fidèles, l’oeil gauche de Sainte Roseline est comme desséché.

yeux de Sainte Roseline

Yeux de Sainte Roseline de Villeneuve :
on voit ici, incluse dans le reliquaire d’Armand Caillat, la boite d’argent du XVIIème siècle dont la face présente la forme d’un masque.
L’oeil gauche – donc à droite sur la photo – est celui que le Docteur Vallot a percé en 1660, et se présente sous une forme grisâtre, amorphe et desséchée.
L’œil droit – à gauche sur la photo – dont l’éclat semble encore « vif », semble avoir conservé sa forme mais l’iris est indissociable de la pupille.

D’autres translations eurent lieu, en 1835 et en 1894.
En 1881, le corps ne présentait pas de trace de corruption mais avait subi des dégradations provoquées par des insectes qui s’étaient introduits dans la châsse, dont l’étanchéité n’était pas des meilleures.
En 1894, la situation était si critique qu’une intervention rapide s’imposait. Le travail fut confié au Docteur Pietro Neri qui, après des examens minutieux, conclut que les dommages « n’auraient pas été si grands si le corps n’avait pas été transporté dans une atmosphère pareille où, en raison de puissantes causes, il n’aurait jamais pu à la longue conserver son intégrité ».

Pour sauver ce qui pouvait l’être, le Docteur Neri procéda non pas à un embaumement, comme on le trouve parfois écrit, mais à une véritable restauration. Le squelette lui-même était attaqué : après un énergique traitement contre les parasites, il fallut maintenir ensemble les ossements à l’aide d’une structure metallique, puis, sur ce squelette remis en forme sur lequel il ne restait que très peu de tissus organiques, le Docteur Neri reconstitua un corps modelé en cire d’abeilles donnant l’apparence d’un corps momifié.
De nouveaux travaux de conservation furent à nouveaux pratiqués en 1995 et les examens pratiqués à cette époque ont permis de comprendre et de prendre la mesure de tout ce qu’avait fait le Docteur Neri un siècle plus tôt et au sujet duquel on n’avait finalement peu de détails.
Depuis les travaux de restauration de 1995 et la reconnaissance et l’authentification des restes de Sainte Roseline attestés par l’évêque de Fréjus et Toulon en janvier 1996, la dépouille de Sainte Roseline de Villeneuve est à nouveau exposée dans la chapelle Sainte-Roseline, dans une châsse vitrée.

châsse avec les restes de Sainte Roseline

Châsse exposant la dépouille mortelle de Sainte Roseline de Villeneuve :
c’est-à-dire son squelette sur lequel un corps d’apparence momifié a été reconstitué en cire d’abeilles teinte.

C – La chapelle Sainte Roseline :
des splendeurs baroques dans un austère écrin roman.

Comme je l’ai écrit en commençant ce récit, Frère Maximilien-Marie et ses amis se sont rendus à la chapelle Sainte-Roseline, aux Arcs-sur-Argens, le mercredi saint 28 mars.
A la veille d’entrer dans le Triduum Sacré, c’était un pèlerinage pour demander à cette sainte la grâce de vivre avec ferveur les célébrations du mystère pascal.

La chapelle Sainte-Roseline se trouve dans la campagne, au milieu des vignobles : propriété de la commune des Arcs, elle est attenante aux bâtiments de l’ancienne chartreuse, aujourd’hui appelés « Château Sainte-Roseline », car ils sont pour l’essentiel occupés par une exploitation vinicole qui produit des vins de prestige.

IMG_8817 - Copie

La chapelle elle-même est, pour la plus grande partie, un bâtiment du XIème siècle. A l’origine il y eut ici l’ermitage d’un certain Roubaud : « la Celle-Roubaud », qui est le nom originel du monastère, signifie « la cellule de Roubaud ».

Du XIème au XIIème siècle, ce fut d’abord un monastère de bénédictines.
En 1260, les bénédictines cédèrent la place à un groupe de moniales chartreusines qui essaimaient à partir de la chartreuse Notre-Dame de Bertaud, près de Gap, sous la conduite de Mère Jeanne de Villeneuve, tante de Sainte Roseline.
En 1420, les chartreusines quitteront les lieux et en 1505 des franciscains prendront leur place et mettront le monastère sous le vocable de Sainte Catherine d’Alexandrie.
Ce n’est qu’au XIXème siècle que le nom de « chapelle Sainte-Roseline » s’imposera.

chapelle Sainte-Roseline arrivée

Chapelle Sainte-Roseline, les Arcs-sur-Argens :
l’arrivée à la chapelle depuis la route qui passe en dessous du chevet.

La route qui permet d’arriver à la chapelle Sainte-Roseline passe sur le côté est des anciens bâtiments claustraux, une large voie bordée d’arbres monte depuis la route vers la chapelle : déjà peu visible de loin, on imagine qu’elle l’est encore moins lorsque les feuilles ont poussé.
On longe la façade nord de la chapelle…

chapelle Sainte-Roseline façade nord

Chapelle Sainte-Roseline, façade nord

… pour arriver devant façade principale de l’église : la façade occidentale, puisque l’édifice est correctement orienté.

chapelle Sainte-Roseline façade occidentale

Chapelle Sainte-Roseline, façade occidentale : entrée principale.

Quand on entre dans la chapelle par la porte de cette façade principale, l’oeil est aussitôt ravi par un spectacle sublime : la sobriété de l’architecture romane – massive et austère à l’extérieur, épurée à l’intérieur – est merveilleusement enrichie par les décors baroques des retables dont la luxuriance dorée transporte d’un saisissement qui confine à l’extase.

chapelle Sainte-Roseline vue intérieure générale

Chapelle Sainte-Roseline :
ce qui se découvre au regard dès que l’on franchit le porche d’entrée.

Le cancel (c’est-à dire la clôture du choeur) en bois de noyer daté de 1658, porte des éléments décoratifs qui appartiennent encore au style maniériste, propre à la dernière partie de la renaissance. Les stalles qui se trouvent derrière sont de même style. Au-dessus de la porte se trouve une statuette de Sainte Catherine d’Alexandrie, figurée avec la roue de son martyre : c’est l’une des marques laissées par le vocable donné au couvent par les Franciscains qui ont occupé les lieux à partir du début du XVIème siècle.  

chapelle Sainte-Roseline entrée du choeur

Chapelle Sainte-Roseline : l’entrée du choeur

Quand on franchit la porte du cancel, le sompteux retable baroque du sanctuaire apparaît dans toute sa richesse.
Il est daté de 1635.
Son décor foisonnant d’anges et de colonnes torses surmonté du saint Crucifix, est l’écrin d’une descente de croix du XVème siècle, en bois polychrome.
Les statues de Sainte Catherine d’Alexandrie (du côté de l’Evangile) et de Sainte Roseline (du côté de l’épître) encadrent cette déposition, en dessous de laquelle sont représentées des scènes d’apparition du Christ ressuscité.

chapelle Sainte-Roseline retable

Le grand retable baroque de 1635 dans le sanctuaire.

chapelle Sainte-Roseline panneau central du retable

La déposition de Croix du XVème siècle enchâssée au centre du grand retable de 1635.

Malheureusement, les vandales de « l’après-concile », afin de faire place à un ridicule « autel-face-au-peuple », ont carrément découpé la table de l’autel lui-même pour la réduire au format d’une tablette de quelque 10 cm de large !

Dans une chapelle latérale que l’on ne soupçonne pas lorsque l’on se trouve dans la nef et qui s’ouvre directement sur le côté gauche du sanctuaire, se trouve un retable secondaire, dédié à Saint Antoine de Padoue.
Ce retable, quoique d’une grande simplicité, est lui aussi merveilleusement baroque et sert d’écrin à des oeuvres antérieures, comme la prédelle qui représente des saints de l’Ordre franciscain de par et d’autre d’un Christ de pitié.

Chapelle Sainte-Roseline retable de Saint Antoine de Padoue

Autel de Saint Antoine de Padoue.

Un troisième retable baroque enrichit cette chapelle : il se trouve dans la nef, à main gauche, juste à l’entrée principale.
Il comprend en son centre une merveilleuse Nativité, attribuée à l’école des frères Bréa, peintres niçois du XVIème siècle spécialistes des retables. Certains commentateurs l’attribuent à François Bréa (1495-1562).

chapelle Sainte-Roseline retable de la Nativité

Retable de la Nativité

Les donateurs en prière se trouvent de part et d’autre de Saint Joseph et de Notre-Dame. Juste au-dessus de l’Enfant Jésus est représentée Sainte Roseline, de petite taille, entourée des enfants des donateurs et de petits anges.
Derrière la donatrice est représenté Saint François d’Assise aisément identifiable par les stigmates dont il est blessé.

panneau central du retable de la Nativité

La Nativité, datée de 1541, attribuée à l’école des frères Bréa.

A la fin des années soixante du précédent siècle, la chapelle Sainte-Roseline se trouvait dans un état déplorable, quasi à l’abandon.
C’est le mécénat de Marguerite et Aimé Maeght qui fut à l’origine de sa renaissance et de sa restauration. C’est aussi ce qui explique la présence d’oeuvres contemporaines à l’intérieur de l’édifice : nous avons mentionné plus haut la grande mosaïque de Marc Chagall, mais on trouve aussi là des vitraux de Jean Bazaine et Raoul Ubac ainsi qu’un lutrin en bronze de Diego Giacometti. Mais il faut bien reconnaître que nous n’avons pas plus prêté d’attention à ces représentations d’ « art contemporain » que si elles eussent été totalement invisibles.
En revanche, nous nous attardâmes avec délices à l’examen des ex-votos populaires et naïfs, bien restaurés, qui célèbrent les miracles accomplis par l’intercession de Sainte Roseline et expriment la reconnaissance des bénéficiaires de ces grâces signalées.

L’aboutissement de cette restauration entreprise depuis 1969 a été le classement de la chapelle Sainte-Roseline par les Monuments Historiques, en 1980.

D – L’étole et le manipule des moniales chartreusines.

Il reste à donner quelques explications au fait que, dans sa châsse, le corps de Sainte Roseline, revêtu de l’habit des moniales chartreusines, porte également une étole diaconale, depuis l’épaule gauche vers la hanche droite, et un manipule sur le poignet gauche.

Reliques de Sainte Roseline

Gisant contenant les reliques de Sainte Roseline de Villeneuve :
conformément à la tradition des moniales chartreusines elle porte l’étole diaconale et le manipule.

Il s’agit là d’une coutume particulière des moniales chartreuses – ou chartreusines – : lors de leur consécration (car leur profession religieuse s’accompagne d’un rituel de consécration des vierges qui est une survivance de l’usage antique), elles reçoivent le manipule et l’étole diaconale.
Elles ne les portent ensuite que le jour du cinquantième anniversaire de leur consécration, et elles en sont revêtues sur leur lit de mort avant d’être exposées et ensevelies avec.

Cet usage ne signifie pas du tout qu’elles ont été considérées comme des « diacres féminins » ni même comme des « diaconesses » : ces dernières d’ailleurs – n’en déplaise aux modernistes dont l’ampleur de l’ignorance n’a d’égale que leur empressement à adhérer aux stupidités issues de la contestation des prétendus réformés -, n’ont jamais reçu quelque degré que ce soit du sacrement de l’Ordre.
De très savantes études sur les rituels cartusiens de consécration des vierges ont démontré que la collation de l’étole et du manipule est un usage qui apparaît tardivement – au XVème siècle -, d’abord dans les Flandres, avant de se généraliser progressivement dans tout l’Ordre.
Il est probable que ce privilège fut accordé aux chartreusines par imitation de ceux dont jouissaient quelques (peu nombreux) monastères italiens de contemplatives.

Cela signifie donc que Sainte Roseline, à la fin du XIIIème siècle et au début du XIVème, n’a en réalité jamais porté l’étole ni le manipule, puisqu’ils ne commencent à apparaître dans quelques maisons flamandes de l’Ordre qu’au XVème siècle.
Leur attribution à sa dépouille mortelle constitue donc un fabuleux anachronisme !

L’innovation audacieuse des moniales chartreusines flamandes du XVème siècle n’a bien évidemment jamais constitué une revendication de type féministe à une ordination diaconale, comme cela peut se trouver aujourd’hui au milieu des autres délires de type moderniste ; elle n’est qu’une espèce de représentation symbolique du statut particulier de la femme consacrée à Dieu et ensevelie dans la solitude du désert, désert que veulent reproduire les monastères cartusiens : par l’immolation silencieuse et cachée de sa consécration totale à Dieu, la moniale chartreusine participe à l’immolation du Christ Lui-même, le Christ souverain prêtre, le Christ serviteur (le mot grec « diakonos » signifie « serviteur »), le Christ immolé au service du salut des hommes.

chapelle Sainte-Roseline croix du pignon occidental

Chapelle Sainte-Roseline : croix au faîte du pignon occidental.

A suivre :
Les offices des Ténèbres > ici

Vous pouvez laisser une réponse.

6 Commentaires Commenter.

  1. le 18 avril 2018 à 18 h 52 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Merci de nous avoir fait découvrir Sainte Roseline et sa chapelle!

  2. le 18 avril 2018 à 17 h 08 min Goes écrit:

    Merci à Maitre Lully , qui nous fait découvrir toute ces merveilles.

  3. le 18 avril 2018 à 16 h 37 min Reine Claude écrit:

    Mon petit Lully,
    Je suis confondue devant tant de savoir chez ton Papa-Moine !
    Bien sûr, j’y suis habituée, mais cette fois il fait vraiment fort. De plus,
    c’est un linguiste.
    Et les photos sont superbes.
    Grosses caresses à toi, et merci à ton Papa-Moine.
    Reine Claude

  4. le 18 avril 2018 à 8 h 39 min Jeanine G. écrit:

    Merci de nous partager ces merveilleuses vies de nos saintes françaises ; ce qui me réconforte car ça me fait dire qu’avec de si grands saints la France ne peut pas devenir «  » ma hantise «  » musulmane, même si on le mérite peut-être par manque de foi, bien que nos prêtres manquent de conviction ; ce qui nous trouble et nous perturbe…

  5. le 18 avril 2018 à 8 h 38 min Hervé N. écrit:

    Bonjour maître Lully
    Merci pour cette passionnante description.
    Hervé

  6. le 18 avril 2018 à 7 h 22 min Jean P. écrit:

    Cher Lully, je suis encore une fois sidéré.
    Du PUY, je tombe dans un puits de savoir, celui de ton Maître, véritable encyclopédie, plus fort que Google.
    Dis-lui un grand Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi