2018-27. Du dimanche des Rameaux célébré selon le rite antique.

3ème partie du récit du Maître-Chat Lully
relatant la Semaine Sainte à La Garde-Freinet.

Vendredi de Pâques 6 avril 2018,
Premier vendredi du mois dédié à la réparation envers le divin Coeur de Jésus (cf. > ici)

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Pour bien comprendre l’intérêt que nous avions à suivre les cérémonies de la Semaine Sainte dans la forme qui étaient la leur avant les réformes opérées sous le pontificat de Pie XII, il est toujours utile de lire – et de relire – les remarquables études liturgiques publiées par le très docte Henri Adam de Villiers sur le blogue de la Schola Sainte-Cécile, études dont nous appelons de tous nos voeux l’achèvement puisqu’à l’heure où j’écris seulement six des douze parties annoncées ont été présentées.
Néanmoins, ainsi que l’introduction générale à ces publications avait le mérite de le mettre en évidence (cf. > ici), il faut bien avoir conscience que : « Quoique le décret de réforme Maxima redemptionis nostrae mysteria émana de la Sacrée Congrégation des Rites, celle-ci avait été élaborée en réalité par la Commission pour la Réforme liturgique, commission instituée en marge de ladite Congrégation – jugée trop conservatrice – au printemps de 1948 par Pie XII. La Commission pour la Réforme liturgiquecomportait 8 membres sous la présidence du cardinal Clemente Micara, puis du cardinal Gaetano Cicognani. Son but était de proposer des évolutions en matière liturgique dans l’esprit de l’encyclique Mediator Dei. La principale cheville ouvrière de la commission fut son son secrétaire, Mgr Annibale Bugnini, nommé dès la création en 1948 et qui resta à ce poste jusqu’en 1960 ».
C’est dire que les principes mis en oeuvre par Monseigneur Bugnini dès cette réforme de la Semaine Sainte du milieu des années 50 sont déjà ceux qui présideront à l’élaboration du nouveau rite de la Messe publié en 1969, et que l’on retrouve donc déjà dans la modification des rites opérée sous le pontificat de Pie XII le même mélange de rationalisme et d’incohérences, de pseudo-science liturgique et de modernisme, de volonté systématique de rompre avec certains usages très antiques au nom d’un prétendu retour à une « simplicité des origines » qui n’est que le fruit d’imaginations modernes, d’ignorance et d’arbitraire… etc. Raison pour laquelle je ne cesse d’affirmer depuis des années que la liturgie de la Semaine Sainte – sommet de l’année liturgique – telle qu’elle se trouve dans le missel de 1962 habituellement pratiqué dans les chapelles, paroisses et communautés traditionnelles n’est ni plus ni moins qu’un cheval de Troie.
L’indult accordé par la Sacrée Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements depuis le mois de janvier dernier à plusieurs instituts ou communautés pratiquant la liturgie latine traditionnelle pour reprendre les rites de la Semaine Sainte antérieurs à 1955 m’apparaît donc tout à la fois comme un heureux présage, comme un authentique progrès dans l’oeuvre de restauration liturgique à laquelle il convient d’oeuvrer selon de sains principes traditionnels, et comme un véritable événement historique.

Cela dit, puisque le travail a été remarquablement bien effectué par Henri Adam de Villiers, et qu’il est donc inutile de le plagier ici, je vous engage, avant de continuer à lire ou à relire ce qu’il a publié > ici, au sujet de la liturgie du dimanche des Rameaux, puisque les explications comparatives sur ce qui se trouve réellement dans le missel promulgué par Saint Pie V et ce qui a été réalisé dans la réforme de 1955 sont absolument lumineuses pour comprendre les photographies, prises lors de ce dimanche des Rameaux 25 mars 2018 au monastère Saint-Benoît de La Garde-Freinet, que je vais publier ci-dessous et qui ne seront accompagnées que de peu de commentaires…

pattes de chat Lully.

A – La bénédiction des Rameaux et la procession :

Après le chant de tierce et l’aspersion dominicale habituelle, a lieu la bénédiction solennelle des Rameaux, improprement appelée parfois « messe sèche », parce que la structure de sa liturgie est conforme à celle de la liturgie de la Messe.
Vous remarquerez l’usage des chasubles pliées pour le diacre et le sous-diacre au lieu de la dalmatique et de la tunique, et pour tout ce qui concerne les chasubles pliées vous lirez avec profit l’excellent article que leur a consacré Henri Adam de Villiers > ici.

Après le chant de l’Antienne « Hosanna, filio David », à l’autel, le célébrant chante la première oraison, véritable collecte, pendant la conclusion de laquelle le sous-diacre va déposer sa chasuble pliée et reçoit le lectionnaire.

1 - Collecte de la bénédiction des Rameaux

Puis le sous-diacre chante l’épître, tirée du livre de l’Exode (XV, 27 ; XVI, 1-7).

2 - chant de l'épître de la bénédiction des Rameaux

Et comme à la Messe solennelle il va ensuite baiser la main du prêtre et recevoir sa bénédiction.

3 - le sous-diacre reçoit la bénédiction du célébrant après l'épître

Le diacre quitte alors la chasuble pliée et prend le stolon (ou étole large) et se prépare pour le chant de l’Evangile de l’entrée messiannique de Notre-Seigneur à Jérusalem.

4 - préparation au chant de l'Evangile de la bénédiction des Rameaux

On procède à la procession et au chant de l’Evangile comme à la Messe solennelle.

5 - chant de l'Evangile de la bénédiction des Rameaux

En suite de quoi, le diacre ayant repris la chasuble pliée, le célébrant récite l’oraison « Auge fidem » puis chante la préface de la bénédiction des Rameaux, en conclusion de laquelle est exécuté le chant du « Sanctus ».
C’est alors que se placent six oraisons par lesquelles les palmes et rameaux d’olivier sont bénits et consacrés.

6 - oraisons pour la bénédiction des Rameaux

Alors les palmes et rameaux d’oliviers bénits sont distribués au clergé, aux ministres et aux fidèles, pendant le chant du « Pueri Hebraeorum », conclu par une oraison.

7 - distribution des Rameaux

Sur l’injonction du diacre la procession sort de l’église.
La croix de procession reste voilée, mais elle a reçu un rameau d’olivier.

8 - départ de la procession

Au retour de la procession, devant la grande porte de l’église dont les battants sont fermés, est exécuté le chant « Gloria, laus et honor tibi sunt » : les chantres, derrière les portes closes, interprètent les couplets tandis que le clergé et les fidèles à l’extérieur reprennent le refrain.

9 - procession

A la fin de l’hymne, les vantaux de la porte s’ouvrent après avoir été frappés par la hampe de la croix de procession que porte le sous-diacre.
Derrière elle les ministres, le clergé et les fidèles entrent dans l’église.

10 - procession à la porte de l'église

B – La Messe du deuxième dimanche de la Passion :

Le célébrant ayant déposé la chape et revêtu la chasuble commence les prières au bas de l’autel.

11 - prières au bas de l'autel

Et la Sainte Messe se déroule comme à l’accoutumée : chant de l’introït et du Kyrie ; encensement de l’autel et du célébrant ; collecte… 

12 - encensement de l'autel

Le sous-diacre ayant à nouveau déposé la chasuble pliée chante l’épître (Phil. II, 1-5)…

13 - épître de la Messe

… pendant laquelle tous génuflectent au verset « afin qu’au Nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers ».

14 - afin que tout genou fléchisse

Pendant le chant du graduel et du trait – qu’il a récités à voix basse au missel – , le célébrant commence la lecture de la Passion selon Saint Matthieu.
Lui-même et ses ministres tiennent en main les palmes qu’ils ont portées pendant la procession.

15 - le célébrant lit la Passion

A la fin du trait, trois diacres commencent le chant de la Passion, en direction du nord liturgique.
Lorsque le célébrant en a terminé la lecture au missel, lui-même et ses ministres se tournent vers les diacres qui chantent la Passion.

16 - chant de la Passion

Après le chant des derniers moments de Notre-Seigneur et de ce qui suivit immédiatement sa mort, les diacres se retirent.
C’est alors que se situe le chant de l’Evangile proprement dit, avec toutes les cérémonies accoutumées : « Munda cor meum », imposition de l’encens, bénédiction du diacre et procession.

17 - imposition de l'encens avant l'Evangile

Toutefois pour cette procession et pour le chant de cet Evangile, les acolytes ne portent pas leurs cierges.

18 - chant de l'Evangile

La Sainte Messe est célébrée ensuite comme l’est toute Messe solennlle : chant du « Credo », offertoire…

19 - offertoire

… avec les encensements habituels ;

20 - imposition de l'encens à l'offertoire

21 - encensement de l'offertoire

… la secrète et le chant de la préface ;

22 - chant de la préface

… le canon et la consécration ;

23 - consécration

… le chant du « Pater » ; celui de l’ « Agnus Dei », avec les baisers de paix ;

24 - baiser de paix

… puis les rites de la Sainte Communion ;

25 - Ecce Agnus Dei

Après les purifications, le diacre quitte le stolon et reprend la chasuble pliée.
La Sainte Messe s’achève avec la bénédiction du célébrant.

26 - bénédiction finale

Et le dernier Evangile n’est pas omis.

27 - dernier Evangile

Commencée à 8 h 15 avec le chant de tierce, cette cérémonie s’est achevée à 11 h 15.

C – Les vêpres du dimanche des Rameaux :

En fin d’après les vêpres furent célébrées avec cinq chapiers.

28 - vêpres du dimanche des rameaux

Et furent bien évidemment suivies du Salut au Très-Saint-Sacrement.

29 - salut du Très Saint-Sacrement

A suivre > 4ème partie : Photographies des Messes solennelles des lundi, mardi et mercredi saints > ici

palmes

Publié dans : Chronique de Lully, De liturgia |le 6 avril, 2018 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi