2018-15. « Vos jeûnes plairont à Dieu si vous purifiez votre conscience par des bonnes oeuvres. »

Voici un très court, mais très « percutant » sermon de notre glorieux Père Saint Augustin qui a trait au saint temps du Carême et à l’esprit avec lequel nous devons vivre ce temps de pénitence et de jeûne. Il fait la suite du sermon 66 que nous avons déjà publié > ici.

Bartolomeo Schedoni La charité 1611 Napoli

La Charité (Bartolomeo Schedoni, 1611)

Sermon 67 : Esprit dans lequel le jeûne doit être pratiqué.

Résumé : § 1 – La pratique du jeûne doit être associée à la lutte contre le péché. § 2 – Jeûne et charité : enseignement du prophète Isaïe. § 3 – Le jeûne pour être agréable à Dieu dépasse la seule expiation pour s’épanouir dans les oeuvres de miséricorde.

1 – Par l’organe d’Isaïe, l’Esprit-Saint réprimande en ces termes les hommes obstinés dans leurs imperfections : « Je ne puis supporter ni vos jeûnes, ni le grand jour, dit le Seigneur » (Isaïe, I, 13). Le jeûne approuvé par le Très-Haut ne consiste pas seulement à suspendre l’alimentation du corps, mais encore à s’abstenir de toute action mauvaise. Ayez donc soin que votre esprit ne reste point appesanti par le péché, qu’il ne se laisse point entraîner par les charmes du vice ; à ce prix, vos jeûnes seront des plus agréables à Dieu. Si de longues privations ont épuisé votre corps, si vous lui avez refusé la nourriture, mais sans vous dépouiller de vos vices et en persévérant dans le péché, bien loin de plaire à Dieu, vous ne lui inspirez que de l’horreur. Vos jeûnes plairont à Dieu si vous purifiez votre conscience par des bonnes oeuvres. Pourquoi torturer votre corps par la faim, si vous le flattez honteusement parle péché ? Imposez d’abord à votre coeur le jeûne du péché, et pratiquez ensuite le jeûne corporel. Le jeûne n’est autre chose que l’humiliation de l’âme. Or, quelle humiliation peut-il y avoir à se priver de nourriture et à multiplier le nombre de ses péchés ? Si donc c’est par esprit de piété que vous imposez des jeûnes à votre corps, avant tout renoncez à vos vices, éteignez le feu de vos passions, brisez l’impétuosité de vos esprits, triomphez des ardeurs de la concupiscence, étouffez les flammes de l’avarice, donnez toute l’extension possible à votre charité, et versez dans le sein des pauvres le superflu de vos richesses. Que toutes les passions du corps viennent se briser contre la force de l’âme, afin que cette âme se trouve aidée par la sainteté du corps. Quelle assurance n’aurons-nous pas alors d’obtenir tout ce que nous demandons, si notre chaste corps et notre coeur pieux se portent avec une sainte envie à l’accomplissement des devoirs de la religion ? De telles dispositions enflamment de plus en plus la piété et méritent que nos prières soient de plus en plus couronnées par une sainteté à toute épreuve.

2 – En agissant autrement, lors même que vous courberiez la tête pour la couvrir de cendres, lors même que votre cou serait chargé de chaînes et que des larmes abondantes couleraient de vos yeux pour implorer la miséricorde de Dieu, tout cela serait vain pour vous. La faveur divine ne pourrait s’incliner vers vous, parce que vous auriez violé le devoir de la charité à l’égard du prochain. En effet, voici ce que nous lisons : « Le jeûne que j’ai choisi consiste-t-il à faire qu’un homme afflige son âme pendant un jour, qu’il donne comme un mouvement circulaire à sa tête, et qu’il prenne le sac et la cendre ? Ce n’est pas là ce que j’appellerai un jeûne agréable. Mais rompez les chaînes de l’impiété ; délivrez-vous de l’obstination au mal ; renvoyez libres ceux qui sont opprimés par la servitude, et brisez tout ce qui charge votre conscience. Rompez votre pain pour celui qui a faim, et faites entrer dans votre maison les pauvres et ceux qui n’ont point d’asile. Lorsque vous verrez un homme nu, revêtez-le et ne méprisez point votre propre chair. Alors votre lumière éclatera comme l’aurore, et vous recouvrerez bientôt votre santé ; votre justice marchera devant vous, et la gloire du Seigneur vous protégera. Alors vous invoquerez le Seigneur, et il vous exaucera ; vous crierez vers lui, et il vous dira : Me voici » (Isaïe, LVIII, 5-9). En suivant cette conduite, l’homme, même en dehors des époques du jeûne, obtient fréquemment ce qu’il désire, et dans les temps de pénitence il acquiert des titres plus abondants à la reconnaissance.

3 – Tel est le jeûne que Jésus-Christ désire ; tel est le jeûne agréable au Dieu tout-puissant. Comme on le voit, ce jeûne n’est pas inspiré par le souvenir des fautes graves et nombreuses, par le désir d’acquérir la gloire temporelle, ou par la vaine cupidité d’accroître son patrimoine, mais par le sentiment religieux et par une franche et sincère dévotion. Que des oeuvres vraiment pieuses viennent s’ajouter à d’aussi belles dispositions, et alors il sera impossible de déterminer les heureux fruits qui en résulteront. Le chrétien sentira que Dieu lui est propice et le favorise de son auguste présence. Accomplissez donc les oeuvres de miséricorde, et vous aurez sanctifié votre jeûne. Aux pauvres affamés donnez la nourriture, et les faveurs de la sainteté engraisseront votre âme. Donnez des vêtements à celui qui est nu, et vos péchés seront couverts. Empressez-vous d’offrir l’hospitalité au voyageur, afin que Dieu vous reçoive dans son royaume, par Jésus-Christ Notre-Seigneur, à qui appartiennent l’honneur et la gloire dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Prière et jeûne pour la France

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 29 mars 2018 à 14 h 36 min Béatrice O. écrit:

    Merci cher Frère,
    en union de prière pour les quelques heures restantes de ces Saints Jours.

  2. le 3 mars 2018 à 18 h 39 min Carriere écrit:

    Il est toujours bon de rappeler que « sans la charité- les oeuvres ne sont rien ».
    Merci bcp pour ce texte de st Augustin.

  3. le 3 mars 2018 à 15 h 38 min Hervé N. écrit:

    Bonjour Maître chat Lully et ton papa frère Maximilien !
    Merci pour vos publications qui permettent de me guider pour mon cheminement vers le baptême : elles m’apportent beaucoup de choses que j’ignore et qui ne me sont pas enseignées pendant les réunions de cathéchumenat.
    Hervé

  4. le 3 mars 2018 à 10 h 25 min Paulette L. écrit:

    Merci, cher petit Minou, de nous donner la vérité.

  5. le 3 mars 2018 à 9 h 09 min Jean-Martin S. écrit:

    Je n’ai rien d’autre à ajouter que MERCI, cher Frère.
    Quelle bonne direction de conscience, vous remettez droites les lignes courbes.
    Louez soit Jésus-Christ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi