2018-12. Du Saint Mors de Constantin que l’on vénère en la cathédrale Saint-Siffrein de Carpentras.

Vendredi de la 1ère semaine de Carême,
Quatre-Temps de printemps,
Fête des Saints Clous et de la Sainte Lance de Notre-Seigneur.

Fleur de Lys

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Parmi les fêtes anciennes qui n’appartiennent pas au calendrier romain universel mais au calendrier propre de certains diocèses et congrégations, se trouve, assignée au vendredi de la première semaine de carême, la fête en l’honneur des Saints Clous et de la Sainte Lance qui transpercèrent le Corps de Notre-Seigneur en Sa douloureuse Passion.
C’est la raison pour laquelle j’ai résolu aujourd’hui de vous « emmener » jusqu’à Carpentras, capitale du Comtat Venaissin, cité jadis prestigieuse dans la cathédrale de laquelle on vénère depuis le XIIIème siècle l’un des Saints Clous de la Passion connu sous le nom de « Saint Mors de Carpentras » ou, mieux encore, « Saint Mors de Constantin ».

Carpentras les toits de la ville et le clocher de la cathédrale

Carpentras :
- Le clocher de la cathédrale Saint-Siffrein dominant les toits de la vieille ville ;
- Et les armoiries de la cité : « de gueules, au Saint Mors d’Argent ».

Sainte Hélène, impératrice mère de Saint Constantin 1er le Grand, avait retrouvé à Jérusalem, on le sait, le bois de la Sainte Croix et plusieurs autres instruments de la Passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
Selon la leçon du bréviaire pour la fête de l’Invention de la Sainte Croix (3 mai), elle apporta à son fils les Clous qui avaient servi à fixer notre divin Rédempteur au bois de Son supplice : « Clavos etiam attulit filio ».
Avec l’un d’entre eux, elle fit réaliser une lame circulaire qui fut enchâssée dans la couronne impériale, et avec un deuxième elle fit fabriquer un mors pour le cheval de bataille de Constantin. Saint Ambroise lui-même l’atteste dans l’oraison funèbre de l’empereur Saint Théodose : « De uno clavo frœnos fieri praecipit, de altero diadema intexuit (…) utroque usus est Constantinus : De l’un des Clous elle ordonna de faire un mors de cheval ; elle en enchâssa un autre dans un diadème (…) Constantin se servit de l’un et de l’autre » (St Ambroise, « De obitu Theodosii oratio » 47).

Saint Ambroise, dans le même texte, à l’encontre de ceux qui trouveraient cette manière de procéder étrange ou qui se scandaliseraient de cette transformation des Clous sacrés de la Passion, loin d’en blâmer la sainte impératrice, l’exalte au contraire comme obéissant à une inspiration céleste et comme « visitée de Dieu pour relever les rois et pour les instruire : elle place la Croix sur leur front pour qu’elle y soit adorée, la Croix dans leurs mains pour qu’elle les dirige ; la couronne est faite de la Croix, afin que la foi resplendisse ; le frein (mors) est fait de la Croix, afin que la vraie puissance gouverne ; un Clou de Jésus-Christ sur le front, où est l’intelligence, un autre Clou de Jésus-Christ dans les mains, où est le commandement. (…) Les rois abusaient de leur indépendance pour courir au vice, ils s’y précipitaient comme des êtres sans raison ; voici la Croix du Seigneur qui les domptera et qui les relèvera de leurs chutes. (…) Cette transformation des Clous de Jésus-Christ n’est donc pas de l’insolence, elle est un acte de piété : non insolentia ista, sed pietas est ! » (St Ambroise, ibid. 47, 48, 51).

Le Saint Mors de Constantin - Carpentras

Carpentras, cathédrale Saint-Siffrein : le Saint Mors de Constantin.

Il est très probable que les successeurs de Saint Constantin n’utilisèrent plus le Saint Mors pour diriger leurs impériales montures mais qu’ils le conservèrent dans la chapelle palatine avec les autres précieuses reliques qui s’y trouvaient rassemblées.

Quoique rares, les autres citations antiques qui en parlent sont néanmoins remarquables.
Ainsi le pape Vigile (élu le 29 mars 537, mort le 7 juin 555), lors du deuxième concile de Constantinople (553) prête-t-il serment en présence du Saint Mors : « Et juravit Beatissimus Papa Vigilius (…) per virtutem sanctorum Clavorum ex quibus crucifixus est Dominus Deus noster, et per sancta quatuor Evangelia, ita per istam virtutem sancti Frœni : Et le Bienheureux Pape Vigile jura (…) par la vertu des saints Clous avec lesquels fut crucifié le Seigneur notre Dieu, et par les quatre saints Evangiles, de même par la vertu spéciale du saint Mors » (Act. conc. quint. – Baluze T.1).
Un autre témoignage se trouve chez Saint Grégoire de Tours (538-594) qui rapporte comment l’empereur Justin II le jeune (vers 520-578) fut délivré d’une obsession diabolique par l’imposition du Saint Mors : « Cum tertia die Frœnum capiti collocasset, locum insidiandi inimicus ultra non habuit : quand le troisième jour il eût placé le Mors sur sa tête, l’ennemi ne trouva plus moyen de le surprendre » (St Greg. de Tours, « De gloria martyrum », liv.1 chap.6).
La mention suivante ne paraît pas avant le XIIème siècle où un chroniqueur scandinave anonyme énumère, parmi les reliques vénérées à Constantinople, « le Mors du roi Constantin ».

C’est lors de l’odieux sac de Constantinople perpétré par les croisés en 1204 que le Saint Mors disparaît de la capitale impériale.
On ne possède aucun détail sur les circonstances du larcin ni sur son auteur. Tout ce que l’on sait, c’est que le Saint Mors réapparaît vingt-deux ans plus tard dans la capitale du Comtat Venaissin, puisque en 1226 il figure sur le sceau de l’évêque Isnard.
A partir de 1260, il devient l’emblème de la ville dont les armes sont désormais : « de gueules, au Saint Mors d’argent »
.

Peut-être des documents attestant de l’authenticité du Saint Mors et racontant de quelle manière il avait été apporté à Carpentras existaient-ils dans les archives de l’évêché ou de la cathédrale, mais celles-ci furent en bonne partie détruites en 1314 dans l’incendie qui fut allumé lors de l’attaque du conclave qui suivit la mort de Clément V (nota : de ce fait le conclave, qui avait débuté le 1er mai 1314 à Carpentras, fut interrompu le 24 juillet de cette même année et ne se réunit à nouveau qu’au début du mois de mars 1316, à Lyon, et aboutit à l’élection laborieuse de Jean XXII le 7 août 1316 : l’Eglise était restée sans pape pendant deux ans et un peu plus de trois mois !).

Reliquaire du Saint Mors de Constantin

Le reliquaire du Saint Mors de Constantin dans son tabernacle
(Carpentras – cathédrale Saint Siffrein)

Le Saint Mors pèse 350 grammes. C’est, écrit Rohault de Fleury, « un véritable mors de cheval, semblable à ceux dont les Romains avaient coutume de se servir. (…) La partie intérieure, que les éperonniers appelent canon ou embouchure, est longue de 17 centimètres. Le mors est entier : c’est un filet en deux parties qui se pénètrent en formant une espèce de charnière ; l’une des boucles est entièrement soudée, l’autre est fermée à chaud et non soudée ; au canon sont attachées deux branches qui ont chancune 160 millimètres de long et 11 millimètres de diamètre. On remarque à chaque extrémité un fourreau en argent doré de 50 millimètres de long ; à l’extrémité de l’embouchure, c’est-à-dire vers le milieu des branches, pendent deux anneaux assez longs et de deux grandeurs différentes. La forge de cette pièce est difficile par son ajustement avec l’appendice des branches ; elle est soignée et apparente. On ne voit pas de trace de lime » (Rohault de Fleury, in « Mémoire sur les instruments de la Passion »).
Tous les historiens qui ont examiné le Saint Mors de près s’accordent pour affirmer qu’il s’agit bien d’un mors byzantin réalisé au IVème siècle.

Le reliquaire médiéval dans lequel il était conservé jusqu’à la révolution était en vermeil : il a – évidemment ! (c’est presque un pléonasme que de le dire) – été détruit par les patriotes qui faisaient main basse sur les métaux précieux en même temps qu’ils s’acharnaient à profaner tout ce qu’il y avait de plus saint dans tout le Royaume.
Fort heureusement, le Saint Mors lui-même échappa à la destruction ou au vol, et fut simplement déposé à la bibliothèque de la ville, où il demeura à titre de « curiosité » jusqu’à la fin de la tourmente.

Le reliquaire actuel, de style néo-byzantin en bronze doré, a été réalisé en 1872 par l’orfèvre lyonnais Thomas Joseph Armand-Calliat.
Sur un pied circulaire, orné de quatre chevaux, est érigée une tige cylindrique munie d’un nœud, comme les calices ou les ostensoirs. Sur ce nœud sont fixés quatre médaillons en émail champlevé représentant les principaux épisodes de l’histoire de la relique.
La custode dans laquelle est enfermé le Saint Mors est tapissée d’un fond damassé, blanc nacré et rouge, constellé de petits clous d’or. Elle est entourée de rinceaux entrelacés dans lesquels sont représentés quatre chérubins aux six ailes émaillées.
Le bord de la custode déroule, en lettres d’or sur un fond d’émail noir, une citation du prophète Zacharie : « In die illa erit, quod super Frœnum equi sanctum Domino omnipotenti : en ce jour-là, le Mors du cheval sera consacré au Seigneur tout-puissant » (Zach. XIV, 20).
Sur le pied est inscrite la citation de Saint Ambroise que nous avons déjà raportée au commencement de cette notice : « De uno clavo frœnos fieri prœcepit, de altero diadema intexuit ; utroque usus est Constantinus ».

autel du Saint Mors

Autel du Saint Mors
(Carpentras – cathédrale Saint Siffrein)

Je n’ai pas trouvé de prière particulière en l’honneur du Saint Mors, sinon ces versets et cette oraison liturgiques que le clergé de la cathédrale Saint-Siffrein rajoutait à l’office des laudes et des vêpres  pour célébrer la commémoraison de l’insigne relique :

Verset et oraison pour la commémoraison du Saint Clou

Pour nous, en sus, nous nous inspirerons des splendides paroles de Saint Ambroise pour supplier le Roi des rois à l’intention de Son lieutenant au Royaume des Lys :

O Dieu, dont la Providence a permis que le Saint Mors du premier empereur chrétien, Saint Constantin le Grand, forgé à partir de l’un des Clous sacrés par lesquels Vous fûtes attaché à la Croix, soit recueilli en ce Comtat qui est aujourd’hui terre de France, nous Vous prions de regarder avec miséricorde le Royaume des Lys égaré loin de Vous : daignez Vous souvenir de toutes les grâces, faveurs et promesses que Vous avez accordées à ses peuples, et, par les mérites de Votre bienheureuse Passion dont nous vénérons avec ferveur ici-bas les précieuses reliques, par l’intercession de Notre-Dame, Votre Mère très sainte debout au pied de la Croix, et à la prière de tous les saints de France, ramenez ce Royaume dans les voies de la conversion, de la pénitence et de la fidélité à Vos desseins ; rendez-lui son Souverain légitime, et donnez-lui de marcher dignement sous l’étendard sacré de la Croix.
Que Votre sainte Croix soit sur son front pour y être adorée ; que Votre sainte Croix soit dans ses mains pour les diriger ; que sa couronne soit faite de la Croix, afin que la foi resplendisse ; que son pouvoir découle de la Croix, afin que la vraie puissance gouverne ; afin qu’à sa suite, les peuples de France, soumis à Vous dans leur intelligence comme dans leurs actes, vivent dans le rayonnement de paix et d’amour de Votre divin Coeur !

Ainsi soit-il.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Reliquaire du Saint Mors - la custode

Fleur de Lys

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 24 février 2018 à 9 h 02 min Jean P. écrit:

    Inépuisable frère Max!

  2. le 24 février 2018 à 8 h 52 min Adso écrit:

    Comme toujours très intéressant et édifiant !
    Merci.

  3. le 23 février 2018 à 19 h 27 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Quelle source de connaissance à laquelle nous nous abreuvons dans les chroniques de Maître-Chat Lully!
    Nous l’en remercions vivement. Ses publications alimentent notre piété.

  4. le 23 février 2018 à 15 h 12 min Hervé N. écrit:

    Merci de nous instruire avec passion.

  5. le 23 février 2018 à 15 h 10 min Goes écrit:

    Quelle Merveille !
    En dehors du coté historique et l’attachement que nous portons envers ces objets qui nous ramènent au Christ, comment pouvait-on travailler aussi bien et aussi beau à cette époque ?

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi