2017-32. Réflexions félines et citations – mars 2017.

Vendredi 31 mars 2017,
Commémoraison solennelle du Très Précieux Sang de Notre-Seigneur (cf. > ici)
Mémoire du vendredi de la 4e semaine de Carême.

Politiciens corrompus

Comme les magouilles des partis politiques républicains sont omniprésentes en ce moment dès qu’on ouvre un journal ou veut écouter un bulletin d’information, j’en profite pour citer une « blagounette ».
Elle est archi-connue, mais je la trouve toujours aussi amusante.

Lorsque Dieu eut créé le monde, après le septième jour – pendant lequel Il s’était certes reposé mais avait néanmoins beaucoup réfléchi – , Il décida de concéder à chacun des peuples qui seraient issus d’Adam deux vertus caractéristiques, qui constituraient en quelque sorte leur identité psychologique. 
Ainsi, par exemple, statua-t-Il :
- Les Suisses seront ordonnés et respectueux des lois,
- Les Anglais seront opiniâtres et flegmatiques,
- Les Japonais seront travailleurs et patients,
- Les Italiens seront joyeux et romantiques…
etc… etc…
Mais au sujet des Français, Dieu dit :
« Ceux-ci seront intelligents, honnêtes et socialistes ! »

En entendant cela, l’ange qui présidait aux distributions des vertus fronça le sourcil et osa faire remarquer au Très-Haut : « Seigneur, Vous aviez déclaré « à chaque peuple deux vertus », et voilà que pour les Français Vous en avez énoncé trois… Serait-ce une espèce de favoritisme ? »
« En vérité, en vérité Je te le dis – répondit le Créateur – , il n’y a là aucune espèce d’injustice car ils ne pourront réellement en posséder que deux : si un Français est intelligent et honnête, il ne pourra pas être socialiste ; s’il est socialiste et honnête, il ne sera pas intelligent ; mais s’il est socialiste et intelligent, il ne lui sera pas possible d’être honnête… »

Lully Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Crise de l’Eglise.

En 1975, l’historien protestant Pierre Chaunu avait ainsi analysé la crise de l’Église :
« La médiocrité intellectuelle et spirituelle des cadres en place des églises occidentales au début des années 1970 est affligeante. Une importante partie du clergé de France constitue aujourd’hui un sous-prolétariat social, intellectuel, moral et spirituel ; de la tradition de l’Église cette fraction n’a souvent su garder que le cléricalisme, l’intolérance et le fanatisme. Ces hommes rejettent un héritage qui les écrase, parce qu’ils sont, intellectuellement, incapables de le comprendre et, spirituellement, incapables de le vivre ».
(in « De l’histoire à la prospective » – Robert Laffont, 1975).

moine perplexe gif

Quand je lis dans le compte-rendu d’une récente visite pastorale accomplie par un évêque une formulation telle que celle-ci : « (…) pour inventer une Eglise qui colle à son temps, au service de tous, croyants ou pas », je ne peux m’empêcher de penser qu’on a encore affaire – bien malheureusement – à des prêtres et à des « laïcs engagés » qui sont de véritables dinosaures, survivants de la période glaciaire postvaticandeuse et égarés au XXIe siècle…
Et je me demande aussi quand est-ce qu’on va les empailler avant de les remiser au musée des monstruosités ecclésiologiques.

L’Eglise n’est pas à inventer : on la reçoit de Dieu par la Tradition immuable qui nous vient du Christ Lui-même qui l’a fondée sur Ses saints Apôtres et leur a confié une Révélation à laquelle rien ne peut être ajouté et rien ne peut être retranché.

moine toc toc gif

Progrès ?

Citation du vicomte Louis de Bonald :
« Jamais on n’a autant parlé des progrès de l’esprit humain, ni vu autant d’hommes égarés : est-ce que le progrès des esprits n’empêche pas leur égarement ? ou serait-ce cet égarement même que l’on prend pour un progrès ? »

Millau - buste de Louis de Bonald

Louis de Bonald
(buste sur une place de Millau)

« Je ne puis rien nommer si ce n’est par son nom.
J’appelle un chat un chat et Rollet un fripon. »
(Nicolas Boileau – Première satire)

Conversation entendue :

- Mon Frère, vous devriez arrêter de parler d’ « hérétiques » lorsque vous nommez les protestants. C’est chargé d’une connotation très négative ; ça donne tout de suite l’impression que vous vous posez en juge ; ça évoque l’inquisition… Enfin bref ! c’est très désobligeant pour nos frères séparés…

- Cher Monsieur l’Abbé, en ce qui me concerne je crois que la vérité est une, et que donc ce qui n’est pas la vérité s’appelle l’erreur. L’erreur, en matière religieuse possède un nom spécifique précis : c’est l’hérésie.
Vous savez, quand on a des diarrhées c’est très désagréable (pour celui qui les a en tout premier lieu, mais ça peut l’être aussi pour ceux qui sont autour) : parler de diarrhée, c’est chargé d’une connotation très négative. Dire que son voisin a la diarrhée donne l’impression que vous le jugez du haut de votre bonne digestion, et ça peut le couvrir de ridicule… 
Or, si pour ne pas être désobligeant envers votre frère chiasseux, vous dites en mettant la bouche en schtroumpf de poule « qu’il a de légers embarras intestinaux », cela ne changera rien à la réalité : ce n’est pas parce que vous ne lui donnerez pas le nom de diarrhée que ce n’en sera pas une et que votre frère chiasseux se trouvera guéri ! 
Maintenant, nous sommes bien d’accord sur le fait que celui qui a une diarrhée et veut avoir un transit normal se trouve affronté à des difficultés qui dépassent ce que peut opérer sa simple et seule volonté. 
Alors qu’il n’en est pas de même pour l’hérésie : celui qui est contaminé par l’hérésie et qui, à travers les paroles de celui qui vit dans la vérité catholique, prend conscience qu’il est un hérétique, peut, à la seconde même, ne plus l’être. Il lui suffit pour cela en définitive d’un seul acte de sa volonté libre, en adhérant de toute son intelligence, de toute sa volonté et de tout son coeur à la plénitude de la Vérité révélée qui a été confiée à l’Eglise catholique. 
C’est aussi simple que cela.

moine écrivant gif

Citation de Gustave Thibon :
« A un jeune homme : Restez fidèle à ce que vous avez entrevu de plus pur et de plus haut – et croyez encore que c’était vrai alors que tout vous dira, autour de vous et en vous, que c’était faux… »
(in « L’illusion féconde » p. 127)

angelot gif

Allez, encore une « blagounette »
Celle-ci se raconte dans certains couloirs, à Rome même, ces derniers temps :

Le Père, le Fils et le Saint-Esprit prennent leur petit-déjeuner ensemble et discutent d’un pélerinage qu’ils aimeraient faire.
Le Père propose : « Si nous allions à Jérusalem ? ».
- Ah non ! dit le Fils, j’en ai gardé un trop mauvais souvenir…
- Alors, nous pourrions peut-être nous rendre à Rome ?
- Ah ! Très bonne idée ! dit le Saint-Esprit, il y a tellement longtemps que je n’y suis pas allé…

Lully Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Ah ! Ah !

Citation célèbre du Docteur Albert Schweitzer :
« Il y a deux moyens d’oublier les tracas de la vie : la musique et les chats ».

Chat pianiste

Publié dans : Commentaires d'actualité & humeurs |le 31 mars, 2017 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 4 avril 2017 à 14 h 58 min Béa Kimcat écrit:

    De belles réflexions félines !
    La blagounette et la dernière citation me plaisent bien

  2. le 31 mars 2017 à 11 h 55 min Marie-Agnès L. écrit:

    Moi, je rajouterai à la citation d’Albert Schweitzer un certain humain compagnon d’un Maitre Chat qui m’a donné aujourd’hui un beau fou-rire avec ses citations et ses blagues. Vraiment merci, cela fait du bien car nous n’avons pas beaucoup d’occasions de nous esbaudir en ce moment.
    Ceci étant dit, j’apprécie vos citations très bien choisies.
    Pierre Chaunu était protestant mais je l’appréciais beaucoup quand même ; son fils est très doué en caricatures. Albert Schweitzer m’a laissé une empreinte très forte depuis mon enfance, car mes parents m’avaient emmenée voir un film remarquable avec Pierre Fresnay si je ne me trompe : « Il est minuit Dr Schweitzer ».

  3. le 31 mars 2017 à 11 h 40 min S.B. écrit:

    Quand je pense que je fais des efforts colossaux (si,si) pour ne pas avoir des pensées tranchantes, car nous sommes en carême tout de même (et en plus j’essaie toujours de garder certaine habitude contractée pendant cette salutaire quarantaine), et voilà notre cher frère Maximilien-Marie, avec des côtes cassées, qui n’y va pas avec le dos de la cuillère ! J’en ris encore de toutes ces « blagounettes « !

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi